banniere
 
 
Liens utiles: Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Cacher les avatars

Le Grand Jeu - Forum RPG

Bad langage Discrimination Drugs Sex Violence Gambling

Bonjour et bienvenue.

Ce forum présente des oeuvres littéraires au caractère explicite et/ou sensible. Pour ces raisons, il s'adresse à un public averti et est déconseillé aux moins de 18 ans. En consultant ce site, vous certifiez ne pas être choqué par la nature de son contenu et vous assumez l'entière responsabilité de votre navigation.

Bonne visite ! :)

Pages: [1]
  Imprimer  
Auteur Sujet: Like a record [Evernis]  (Lu 667 fois)
Stephen Connor
Poupaw de son fichtonw
Modérateur
-
*****
Messages: 2491



Voir le profil
FicheChalant
Description
Colosse d'un mètre et quatre-vingt quinze centimètres, de près de cent cinquante kilos, aux yeux rouges et à la peau cuivrée. 

Champion de Lucifer, Grand Duc du plan Infernal. A la tête de cent Légions de démons.

Prétendant au trône d'Ashnard, sur le point de réaliser un coup d'état.

PS : Préfère les gros culs D:
« le: Mai 05, 2016, 10:49:35 »

L’invocation de démons ne se limitait pas aux grimoires et autres livres poussiéreux. Au fil du temps, les gens avaient développé d’autres moyens pour communiquer avec le Bas-Monde et ses habitants. Sortilèges et autres incantations restaient la méthode préférée, mais il n’était pas exclu que des magiciens aguerris puissent faire usage d’autres moyens.

Il y avait de cela quelques décennies, Helel avait connu un mage Terrien, qui avait enchanté plusieurs de ses bijoux, de sorte qu’en les frottant, il pouvait appeler divers démon. Dans son pendentif, il avait enfermé une magie qui en appelait à Helel lui-même. Comme une résonnance, le colosse pouvait sentir lorsque quelqu’un touchait l’objet, le frottait avec insistance.

Voilà des années déjà que le fameux sorcier avait perdu la vie, devenu une âme emprisonnée dans le royaume du beau diable. Aussi Helel ne s’attendait-il donc pas à ressentir cet appel, depuis longtemps oublié. C’était une sensation étrange, un frisson, puis un sifflement qui devenait bourdonnement, jusqu’à ce que le corps du démon soit attiré jusqu’au lieu de l’invocation.

Helel pouvait refuser l’appel, mais sa curiosité le poussa à accepter, rejoignant l’endroit d’où venait cette supplique, cette invocation qui faisait vibrer son corps. Il n’avait pas eu le loisir de choisir sa tenue ou les conditions de son arrivée, happé par la magie occulte. Ce fut alors nu, dans le plus simple appareil, qu’il parvint devant Evernis.

D’un claquement de doigts, le colosse fit apparaître des vêtements modernes sur son corps musculeux, cachant sa peau sans pouvoir masquer sa carrure. Longuement, il observa l’invocatrice, et comprit qu’elle n’avait probablement pas fait exprès de l’appeler à lui. Peut-être même ignorait-elle tout de la magie dont elle venait de faire usage.

« Bonjour. » Dit simplement le beau diable en ajustant les manches de la chemise qui était venue couvrir son torse saillant. « Il serait bon que je me présente, n’est-ce pas ? » Demanda Helel, un sourire aux lèvres, prenant place sur le canapé comme s’il était chez lui. « Je suis Helel, Grand-Duc des Enfers, et j’ai été invoqué ici pour exaucer l’un de tes souhaits. » Il se tut. Etait-il vraiment venu pour cela ?

Le démon détailla Evernis, ravi de constater qu’elle était plus qu’agréable à l’œil. Elle n’avait pas l’air d’une occultiste ou d’une magicienne, cependant. Et le beau diable pouvait sentir qu’il y avait quelque chose d’étrange chez cette séduisante jeune femme. Mais il n’était pas là pour juger, ou bien pour objecter. Si Evernis souhaitait lui demander quelque chose, il s’exécuterait.

« A moins que tu n’aies frotté ce pendentif par erreur. Auquel cas il me faudra le récupérer, car je ne pourrais décemment pas te laisser conserver un artefact de ce genre, si tu ne comptes pas l’utiliser. » Il passa sa main sur son visage, dans sa chevelure, et s’affala davantage. « Et, si tu souhaites que j’exauce l’une de tes demandes, il te faudra payer un prix, que je suis le seul à pouvoir fixer. »

Une âme, deux, peut-être juste un simple service. C’était au bon vouloir du démon qui se chargeait du contrat, et le beau diable avait déjà tout ce qu’il lui fallait. Aussi s’amusait-il parfois à imposer des contreparties ridicules lorsqu’il se sentait d’humeur taquine. Pour voir jusqu’où les humains pouvaient aller pour tirer un petit peu de satisfaction. Que pourrait-il bien demander à Evernis ?

« Tu ne t’assieds pas ? » Demanda le colosse, en écartant ses jambes en prenant ses aises, pour faire une place au joli fessier rebondi de son hôtesse, au creux de son entrejambe brulant. Elle devrait coller ses fesses pour s’asseoir, rendant très évidentes les intentions d’Helel. « Sois mignonne, et je ne mordrai pas trop fort. »
Journalisée

Evernis
Humain(e)
-

Messages: 81


L'éternel ou presque.


Voir le profil
FicheChalant
Description
Femme de 49 ans dans un corps de 16 ans qui ne vieillit pas

Son corps est composé de nano machine qui la soigne et lui permet pas mal de chose
« Répondre #1 le: Mai 13, 2016, 03:32:36 »

Comme souvent Evernis s’ennuyait chez elle. Malgré son apparence, elle approchait de la cinquantaine. Malgré tout elle était toujours seule dans sa vie. Elle avait toujours fui l’amour, mais ça ne l’empêchait pas de le regretté. Pour autant, c’était un choix personnel. Elle ne vieillissait pas, ça risquai d’être encore plus dur de vivre avec quelqu’un. Pour s’occupé il lui arrivait de joué aux jeux vidéo, sa occupait bien le temps et il fallait reconnaitre qu’elle y avait pris gout. Mais en ce moment elle n’en avait pas vraiment l’envie. Il lui arrivait aussi de trainé sur internet sur toute sorte de forum et chat, mais en ce moment il n’y avait pas grand mouvement sur la toile. Il n’y avait pas non plus de plan cul ou de prostitué à faire venir. Rien ne la motivait vraiment et ça ne faisait qu’amplifier son ennuie.

Elle avait alors pensé à rendre visite à son père, mais l’heure tardive l’avait faites changer d’avis. C’est alors qu’elle se rappela de quelque chose. Il y a quelque mois, maintenant son père lui avait confié un carton contenant des affaires de sa mère. Des souvenir qu’elle n’avait jamais pris le temps de trié et de ranger. Ce n’était pas une mauvaise idée après tout. Après un bon quart d’heure à chercher où il était rangé, Evernis l’ouvrit sur la table basse du salon. Sa mère elle ne l’avait jamais connue, elle ‘était enfuis l’abandonnant à son père. Es qu’elle était vivante ? Personne ne le savait. Evernis n’avais jamais cherché à la retrouvé, se carton lui suffisait, quelque photo par simple information et quelque objet abandonné avec elle chez son père.

Dans ce carton, il y avait des photos de ses parents ensembles, quelques bijoux, des vêtements et bibelot. Rien de bien intéressant. Les vêtements n’était pas du tout à sa taille et ne savais vraiment quoi en faire. Peut-être les donné à une association. Les photos l’intéressaient déjà un peu plus. Voir le passé de son père et en avoir un souvenir étaient bien plus intéressant. Elle rangea donc l’album avec d’autre qu’elle avait de côté. Restait alors les bijoux. Elle ne pensait pas vraiment qu’il avait une quelconque valeur. Parmi les bijoux se trouvait un collier. Se collier semblait bien et étrangement fascinant. Pourtant il ne semblait pas particulièrement élaboré ni de grande valeur. Pourtant une certaine beauté s’en dégageait.

Evernis l’attrapa et le dégagea du reste du tas de bijoux et l’observa dans sa main. Il y avait en son centre une sorte de pierre. L’objet était un poussiéreux, pour mieux l’admiré elle le fourra dans son t-shirt pour le dépoussiéré. C’est là qu’une étrange réaction se fit sentir. L’objet était devenue plus chaud et sous l’effet de la surprise lui avait échappé des mains. Mais ce n’était pas le plus surprenant, quelque chose sembla en sortir ou plutôt quelqu’un. Un homme plutôt beau et bien bâtie, un homme nu !


-Quoi ?

Surprise, Evernis c’était relever et regardé se type apparut de nulle part, faire apparaitre de la même manière des vêtements sortie de nulle part eux aussi. En d’autre circonstance, elle aurais trouvé ça dommage de cacher se corps, mais là son cerveau était plus concentré sur l’intrusion d’un inconnue que l’attirance de son corps. L’homme sans la moindre gène, s’installa dans son canapé et se présenta comme un baron des enfers ou un truc comme ça.

-Ola ola, on se calme Aladin ! Déjà, le génie est bleu et il port un sarouel. Puis il sort d’une lampe pas d’un collier.

Lui réalisé un vœu ou lui rendre le pendentif ? Venant d’un type qui se prétendait vizir des Enfers, ça sentait le piège à plein nez. Prise par surprise elle n’avait pas son arme de service à portée, mais avec son métier, elle avait après à maitriser des colosses comme lui. Sa carrure ne l’impressionnait pas.

-Bon avant de partir dans des délires de visiteur des enfers, tu vas me dire comment tu es rentré chez moi et pourquoi ? Et vas me faire croire à la magie ou je ne sais quoi.
Journalisée

Stephen Connor
Poupaw de son fichtonw
Modérateur
-
*****
Messages: 2491



Voir le profil
FicheChalant
Description
Colosse d'un mètre et quatre-vingt quinze centimètres, de près de cent cinquante kilos, aux yeux rouges et à la peau cuivrée. 

Champion de Lucifer, Grand Duc du plan Infernal. A la tête de cent Légions de démons.

Prétendant au trône d'Ashnard, sur le point de réaliser un coup d'état.

PS : Préfère les gros culs D:
« Répondre #2 le: Mai 24, 2016, 10:55:22 »

Helel n’avait plus l’habitude des humains qui ignoraient tout de la magie. Ses dernières visites sur Terre avaient été orchestrées par des habitués des sciences occultes, et il devait bien y avoir de cela plusieurs années que le beau diable ne s’était pas retrouvé face à une véritable néophyte. Ce fut pourquoi il passa sa main contre son visage, pinçant presque ses sinus en signe d’exaspération.

« Ah, je vois. » Grogna-t-il, visiblement contrit par la réaction d’Evernis. Ne venait-il pourtant pas d’apparaître sous ses yeux, comme un fantôme se révélant depuis un mur oublié ? Ce n’était pas trop grave, néanmoins, car s’il pouvait comprendre le scepticisme de la jeune femme, Helel comptait bien vite lui faire comprendre que rien de ce qu’il n’avait dit, n’était un mensonge.

Il y avait des milliers de façon pour un démon, de prouver à un mortel trop réticent, que la magie et tout ce qu’elle impliquait, était une réalité. Helel n’appréciait pas vraiment qu’on le remette en question, et réfléchissait à un sortilège qui lui permettrait de prouver ses dires, autant que de punir Evernis. Pourrait-il la mettre à nu, en inversant le sortilège qu’il avait utilisé peu de temps auparavant ?

« Je peux te faire croire à la magie, mais mes prestations ont un prix. » Expliqua le séduisant démon, en se léchant doucement les lèvres, avant de se les mordiller d’un air taquin. Ce prix serait le cul de l’hôtesse, c’était décidé. « J’espère que tu auras de quoi payer, je vais t’avancer ce petit tour de magie. » Sa main droite se dressa vers le plafond, et il claqua des doigts.

D’eux-mêmes, les vêtements d’Evernis se virent réduits en lambeaux, se déchirant comme tirés par d’énormes mains invisibles, restant légèrement sur son corps cependant. Elle était diablement séduisante, ainsi vêtue d’un petit short déchiré de parts en parts, et d’un t-shirt qui s’ouvrait maintenant sur sa poitrine et son petit ventre, mis à nu par la perte de son soutien-gorge.

« Heh. Comme ça tu ne seras pas la seule à te rincer l’œil. » Il passa son énorme main sur son sexe enveloppé d’un pantalon de cuir, la bosse naturelle de son chibre largement visible. Comment ne pas remarquer à quel point elle l’avait reluqué ? C’était à son tour de se faire plaisir. Et quel plaisir. Evernis avait un corps à se damner, et le démon n’était plus à une damnation près. « Viens poser ton petit cul ici, maintenant. » Dit-il en tapotant la place de canapé juste devant son sexe massif.

Faisant un geste, un appel de l’index, il usa encore de sa magie, tirant la jeune femme jusqu’à lui. C’était le même effet que celui qui avait arraché les vêtements d’Evernis. Des dizaines de mains s’emparaient de son corps, lui attrapant les fesses, les épaules et les cheveux, la ramenant vers son plaisir et sa déchéance, l’obligeant à se rapprocher du colosse sadique qui avait les jambes bien ouvertes, promettant une place de choix à sa victime.

« Je ne sais pas ce qu’il me faudrait de plus pour te prouver ma bonne foi. » Il insista sur « bonne foi », amusé par l’ironie de ses propres paroles. « Cependant, j’aimerais que tu prennes les devants, et me prouve ta bonne volonté en venant me payer mon dû. » Et quel dû. Il ressentait tout ce que les mains fantomatiques ressentaient, en passant sur les fesses, le ventre et la poitrine d’Evernis, en abusant son intimité de leurs gros doigts invisibles et intrusifs, ne la pénétrant pas mais agaçant les lèvres moelleuses.
Journalisée

Evernis
Humain(e)
-

Messages: 81


L'éternel ou presque.


Voir le profil
FicheChalant
Description
Femme de 49 ans dans un corps de 16 ans qui ne vieillit pas

Son corps est composé de nano machine qui la soigne et lui permet pas mal de chose
« Répondre #3 le: Juin 09, 2016, 05:56:30 »

Evernis ne comprenait pas tout ce qui se passait, un homme mystérieux était apparu de nulle part au milieu  de son salon. L’homme nu et très attirant soit disant passant, avait fait rapidement apparaitre des vêtements. La surprise c’était emparé d’elle, et  rapidement elle l’avait interrogée sur qui il était et comment il était rentré chez elle. Il était alors partie dans un délire de roi des enfers, de veux et d’autre truc imaginaire… Un cinglé.

L’homme semble de vexé de pas être cru c’est alors qu’il fit appel encore à un curieux pouvoir qui eut pour effet…de déchiré ses vêtements.


-Merde salop mes fringues !

Son corps était à moitié nu et il avait de quoi en profité et en plus il voulait être payé pour ça…Un cinglé !  C’est alors qu’elle senti des choses invisible la touché et l’attiré vers lui, la touchant à des endroits ciblé qui la fit presque gémir. Un vrais délire tout ça, ce n’était pas possible. La seule explication logique c’était qu’elle était en train de rêvée. Comment il pouvait lui faire tout ça sans la touché ?

En tout cas cet homme voulait clairement du sexe avec elle et la bosse dans son pantalon n’allait pas contredire cette image. Si c’était un rêve pourquoi ne pas en profité ? Après tout il était bel homme.


-Tu me défonce mes fringue et tu veux que je pays pour ça ? Tu rêves plus que moi.

Elle chercha à approcher de lui malgré se qi la retenais et qu’elle n’arrivait pas à voir.

-Je vois que tu veux surtout me prendre moi, non, tu veux utiliser ton gros sexe sur moi. Sa peu s’arranger si tu veux.

Evernis avait l’habitude de coucher avec des inconnue sur internet ou  avec des personne qu’elle payer pour, alors pourquoi pas avec lui ? Il était physiquement à son gout et puis tout ça n’était surement qu’un rêve.

-Tu as dit que ça m’apporterais quelque chose, dit moi quoi et qu’on s’amuse.
Journalisée

Stephen Connor
Poupaw de son fichtonw
Modérateur
-
*****
Messages: 2491



Voir le profil
FicheChalant
Description
Colosse d'un mètre et quatre-vingt quinze centimètres, de près de cent cinquante kilos, aux yeux rouges et à la peau cuivrée. 

Champion de Lucifer, Grand Duc du plan Infernal. A la tête de cent Légions de démons.

Prétendant au trône d'Ashnard, sur le point de réaliser un coup d'état.

PS : Préfère les gros culs D:
« Répondre #4 le: Juin 11, 2016, 04:44:44 »

Helel aurait menti s’il avait affirmé ne pas aimer affronter quelques résistances. Il ne savait si Evernis était ou non du genre farouche, mais ce qui était certain c’est qu’il aimait lire cette petite étincelle de défi dans le regard d’une femme. Et, il avait hâte de lui briser le bassin jusqu’à ce que cet éclat soit remplacé par une brume de désir.

Mais la jeune femme n’était visiblement pas au reste, question appétit, et le repas du tigre semblait alors lui être avancé. Cette petite salope le provoquait, lui faisait lécher ses lèvres, impatient de plonger dans cette chair moelleuse et agréablement chaude. De son sexe, de ses dents joueuses et délicates, il s’impatientait de la posséder. Comme un animal.

« C’est faux. »
Rétorqua le démon d’un air faussement étonné. Il plissa les yeux, plein de malice, et fit en sorte que les mains invisibles qui maintenaient l’humaine, la laissent s’approcher très légèrement. Bien sûr, il en profita pour la caresser et agripper son petit cul et l’arrière de ses cuisses, pour abuser de son corps de ses doigts invisibles, en passant longuement son énorme main sur la bosse de son pantalon. « C’est toi, qui n’attendait que de te faire baiser, ma jolie. »

Il ne prétendait pas être outré par ce genre de discours, pour autant, il n’était pas en reste lorsqu’il s’agissait d’être cru dans ses paroles. Alors que ses mains rapprochaient inexorablement Evernis de sa place attribuée, le beau diable s’amusait à la traiter de tous les noms. « Salope, pute » étaient les plus châtiées d’entre ses expressions, car il aimait rabaisser ces magnifiques créatures dont il détruisait le corps de sa fougue bestiale.

« Je vais défoncer plus que tes fringues, petite chienne. » Minauda le démon, ignorant les précédentes paroles de la jeune femme. « Je vais défoncer ton petit cul, te casser le bassin. Qu’est-ce que tu dis de ça ? » Plus Evernis approchait, plus elle pouvait constater la différence de carrure. Peut-être même le monstre aurait-il pu la soulever d’une main. Il allait la casser en deux, c’était certain. Et son sexe avait des proportions… Pour le moins inhumaines.

Il l’obligea à prendre place, à l’endroit exact où il lui avait ordonné de s’asseoir, auparavant. Son sourire malicieux ne l’avait pas quitté, mais ce fut un soupir qui quitta ses lèvres, alors que les fesses moelleuses de sa proie trouvaient place contre la bosse brulante de son sexe. Il poussa un râle rauque, agrippant fermement les hanches d’Evernis, la faisant glisser contre lui.

« J’espère que tu es solide, ma jolie, j’ai tendance à ne pas être délicat avec mes jouets. » Ses grosses mains raffermirent leur prise. « Je les casse souvent. » Il ne mentait pas. Mais nombre de ses amantes avaient aimé, adoré qu’il les brise, jusqu’à ne plus pouvoir faire autre chose que couiner, en l’implorant de continuer, de les ruiner à jamais. Evernis ne ferait pas exception, bien qu’elle attise le désir d’Helel comme rarement mortelle l’avait fait.

« Comment est-ce que tu fais plaisir à un gros chibre, ma belle ? » Demanda le Seigneur en passant sa lourde main autour de son petit cou, sans trop appuyer. Il lui tourna la tête, s’offrant ses lèvres pulpeuses, à pleine bouche.
Journalisée

Evernis
Humain(e)
-

Messages: 81


L'éternel ou presque.


Voir le profil
FicheChalant
Description
Femme de 49 ans dans un corps de 16 ans qui ne vieillit pas

Son corps est composé de nano machine qui la soigne et lui permet pas mal de chose
« Répondre #5 le: Juillet 07, 2016, 11:44:13 »

Evernis se retrouvait surement dans la plus étrange situation qu’elle n’est jamais connut. Si étrange qu’elle était persuadé de rêvé. Face à un colosse qui c’était assied sur son canapé, elle était retenue et même tripoté par quelque chose d’invisible à ses yeux. Maintenant qu’elle y pensé, sur le canapé il n’y avait pas encore le gode qu’elle avait utilisé la veille ? Il était peut-être même assis dessus.

Finalement elle fut assied à son tour entre ses jambes…son sexe était plutôt énorme…Maintenant qu’elle le voyait de prés, elle en avait jamais vue d’aussi imposant. Elle allait le sentir passé à coup sûr. Enfin si tout ça était qu’un rêve elle ne devrait pas en souffrir et au pire elle avait toujours ses nano machine pour se soigner. Pour autant, elle ne pouvait pas nié craindre quand même un peu, surtout que l’homme semblait brutal et joué de magie.

L’homme lui posé une question, sans détours mais se dernier ne lui laissa pas de temps de réponse, venant l’embrassé. La douceur semblait pas trop sont truc à lui. Heureusement, Evernis n’était pas à son premier rapport brutal. Même si ce n’était pas ce qu’elle préférait, elle savait quand même y trouvé son plaisir. Enfin libre de pouvoir de nouveau parler, elle lui fait un sourire.


-Et bin toi, ce n’est pas la douceur qui t’étouffe hein ?

Journalisée


Tags:
Pages: [1]
  Imprimer  
 
Aller à:  

Powered by SMF 1.1.20 | SMF © 2006-2007, Simple Machines
Awake and Dreaming - Le Grand Jeu
ChatBox