banniere
 
  Nouvelles:
LGJ inaugure un système de vote et nous vous parlons de l'avenir du forum ici.

Liens utiles: Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Cacher les avatars

Le Grand Jeu - Forum RPG

Bad langage Discrimination Drugs Sex Violence Gambling

Bonjour et bienvenue.

Ce forum présente des oeuvres littéraires au caractère explicite et/ou sensible. Pour ces raisons, il s'adresse à un public averti et est déconseillé aux moins de 18 ans. En consultant ce site, vous certifiez ne pas être choqué par la nature de son contenu et vous assumez l'entière responsabilité de votre navigation.

Bonne visite ! :)

Pages: [1] 2
  Imprimer  
Auteur Sujet: Pris sur le fait (Pv~Edrusba Snes-Non)  (Lu 2047 fois)
Darthestar
Administrateur
-
*****
Messages: 3069



Voir le profil WWW
Fiche
Description
Darthestar est un être d'un bon mètre 95, et il s'agit surement de l'exemple typique de l'homme torturé par sa nature.

Devenu vampire par le biais d'une bien compliquée histoire, il essayes tant bien que mal de dominer son instincts, mais son combat avec lui même le rend parfois instable et maladroit.

Homme contemplatif, il est avant tout un voyageur et n'use de sa puissance que dans les cas les plus extrêmes, y préférant une certaine forme de sagesse.
« le: Décembre 29, 2015, 02:04:16 »

Certains hommes ne sont pas fait pour la vie civil, tout le monde le sais. Entre les voyageurs, les sans-abris, les méconnaisseurs, ou encore les ermites, nombreux sont les exemples qui prouvent que certaines personnes ne peuvent tout simplement pas s'impliquer dans le standard de la vie civil, finissant bien souvent dans un coin de rue, ou en pleine cambrousse, vivant plutôt de quelques simples façons de survivre plutôt que de complexes interactions et manières d'échanger qui n'ont rien de naturelle pour eux. C'est exactement le cas du vampiroïde, quoi qu'il fasse, il ne se sent pas le moins du monde dans son élément une fois dans une ville ou une cité, et ne peut tout simplement pas s'impliquer dans une manière d'agir proprement humaine, se liant d'amitié avec certains, ou se  comportant comme un travailleur prêt à tout pour connaître un gain de quelques piécettes, même si il faut pour cela souffrir le martyr et se voir réduit à un comportement d'esclaves. Non il en était proprement incapable, et même si il avait bien essayer à une époque, il s'était résolu à n'être qu'un simple vagabond, un homme qui passait de temps à autres à un endroit pour la simple envie de revoir quelques connaissances, mais qui finalement se choisissait de garder la liberté de pouvoir aller où il le désirait, laissant de coté le problème de la vie en communauté pour rester l'ermite que l'on voit quelques jours avec plaisir, avant de le voir disparaître sans autres formes de manières, quelle qu'elle soit. Et aujourd'hui, en ce début de soirée, il avait décidé de laisser ses pas le faire se déplacer dans les grandes rues de Seïkusu, couvert de son long manteau en morceau et couvert de boues et d'humeurs, ses lunettes faussement utiles sur le bout de son nez, et le regard alerte, observant les alentours alors que les honnêtes travailleurs rentraient chez eux, et que le peuple nocturne commençait à s'égayer dans les bars et les salles de jeux ou de karaoké.

C'est dans ces conditions que l'homme se permettait une douce balade au contact de l'air frais et des bruits de la nuit. Rien de bien palpitant dans le fond, c'est vrai, mais l'homme était de ceux qui appréciait parfois le comportement contemplatif, trouvant son bonheur dans un souffle léger environnant, dans quelques gouttes de pluies, ou encore dans la découvertes de quelques personnes intéressantes le temps d'une discussion, avant de repartir sans même un instant d'hésitation. De ce fait il commençait à être connu des lieux, le sans-abri d'une autre époque étant presque une attraction à Seïkusu, et même si parfois les membres des Forces de l'Ordre avait bien chercher à enquêter sur lui, ils n'avaient jamais trouver quoi que ce soit de compromettant sur lui, si bien qu'il était devenu à la fois un voisin de confiance pour les gens qui le croisait assez souvent, et un homme libre, que la société ne venait pas embêter, ou juger de par son manque d'action réelle dans la société de tout les jours. Il est vrai qu'il pourrait avoir quelques soucis, après tout il était aussi l'un des hommes les plus virulents dans les affaires de corrections de petits gangs et de groupes sournois, particulièrement dans les bas-fond de la ville, à savoir le quartier de la Toussaint, mais pour l'instant personne n'avait eut l'occasion de faire le rapprochement, les témoignages s'arrêtant surtout sur un monstre inhumain avec une force colossale, capable de briser des pans entiers de murs, et pas un doux sans-abri qui était connu pour être d'une politesse effarante. Enfin, ce soir encore les choses devaient se passer tranquillement normalement, mais quelle ne fut pas sa surprise quand il se sentit soudain bousculer, remarquant une forme féminine, qui fit mine de tomber au sol malgré le peu de force de l'impact, avant de lui vociférer dessus, d'un ton qui ne semblait pas des plus bienveillants :

Woooh le vieux qu'est-ce tu fiches ! Tu m'as fais mal 'spèce de bâtard, ça vas se payer !
 -  Toutes mes excuses, je ne vous avait pas remarqué.
 - Ta gueule gros con si tu crois que des excuses suffisent ! Hey Makoto, Kanami, v'nez là, ce clodo m'a manqué de respect !


La jeune demoiselle en face de lui avait tout l'air d'avoir l'âge d'une lycéenne, surement en était elle même une, mais pour le coup cela n'était pas vraiment affichée dans son code vestimentaire, celle-ci faisant bien plus loubarde qu'autre chose, ou petite délinquante en manque d'éducation, chose adroitement soulignée à la fois par son caractère, et par le fait qu'il n'y avait pas eut une seule de ses phrases qui ne s'étaient pas accompagné d'un tendre mot des plus grossier à l'encontre du vampiroïde. Il eut d'ailleurs un peu de mal à ne pas soupirer de dépit en voyant bien que la lycéenne n'avait dans le fond rien fait de plus que se jeter contre son épaule pour mimer une sorte d'agression, dans l'espoir de s'attaquer à une cible faible et sans défenses que personne ne viendrait aider, étant donner qu'il était marqué sur sa face qu'il était un clochard, et de plus qu'il était bien assez connu pour que la femme l'ait reconnu et se dise qu'elle était tombée sur la personne sur qui elle aurait tout don de pouvoir se défoulée. Ses deux comparses d'ailleurs, Makoto et Kanami, ne manquèrent pas de se placer derrière lui pour l'empêcher de fuir le cas échéant, ce qui prouvait à la fois qu'ils avaient tout prévus, mais qu'il n'avait aussi pas la moindre idée de l'homme sur lequel ils venaient de tomber. Finalement, c'est celle qui s'était retrouvée au sol qui se releva et l'empoigna avec une certaine vivacité, comme si il fallait absolument qu'elle soit la plus agressive possible pour tenter de lui faire peur et de lui faire lâcher un max sans avoir à risquer ses jolis petites fesses dans l'action. Tant pis pour elle, il était peut-être temps qu'elle connaisse une correction digne de ce nom, et alors même qu'elle recommençait à lui gueuler dessus, tandis que derrière eux Makoto semblait inquiète, et l'autre était en train de ricaner de leur bonne prise, le vampire se prépara à leur faire connaître la peur de leur vie.

Bon écoutes crétin ! Dans cette rue, y a personne à part nous, et tu m'as fait mal, alors tu vas vite cracher ton fric, et peut être même tes affaires, avant que l'on ne te tabasses pour te faire comprendre que s'attaquer aux lycéennes, c'est pas vraiment souhaitable pour un clodo !
 -  Tu devrais l'écouter vieux, avec un peu de chance si t'es cool tu t'en sortira sans trop de coups
, surenchérit le décoloré dans son dos.
Je crois que vous êtes partit du mauvais pied, votre amie m'as juste foncée dedans. Il serait peut-être temps de partir, non ?
 -  Non mais écoutez le cet enfoiré ! T'es pas en position de discuter, tant pis pour toi, tu vas vomir tes tripes !


Ce fut le coup d'envoi. D'un mouvement leste, la jeune femme tenta de lui mettre un coup violent au ventre, s'étant surement convaincue qu'il ne riposterait pas face à une lycéenne, et eut une surprise conséquente quand elle sentit son poing se faire arrêter par la paume du vampire, avant que celui-ci ne lui attrape le bras et la projettes contre le mur, la soufflant sur le coup, et l'obligeant à expulser l'air de ses poumons sous la violence de l'impact. Bien sur cela ne fit qu'alerter les deux dans son dos, mais si la demoiselle du nom de Makoto eut la présence d'esprit de se reculer, ce ne fut pas le cas de l'homme qui vint l'attaquer dans le dos, avec ce qui semblait être un canif de bonne qualité. Tant pis pour lui, la lame partit dans le vent alors que le vampire esquiva au dernier instant, et l'observa avec un certain manque d'empathie pour le coup, avant de l'attraper par le col, et d'utiliser l'énergie de la course du délinquant pour l'envoyer plus loin en avant, l'amenant à s'écrouler lamentablement plus loin dans la rue. A peine venait-il de se relever que le vampiroïde était de nouveau devant lui, et vint lui caler son poing dans l'estomac avec une violence toute relative, Darthestar retenant ses coups, mais suffisante pour que les yeux de l'homme passèrent rapidement à l'opaque, alors qu'il s'évanouit sous la douleur et le choc. Puis se retournant, l'homme ne put que remarquer la fuite de la dernière des personnes en lice, surement terrorisée de ce qu'elle venait de voir. Bien il était venue le temps de punir la vilaine fille qui avait tentée de le racketter d'une bien triste manière... Ainsi, s'approchant de la pauvre demoiselle qui peinait à reprendre son souffle, il l'attrapa elle aussi par le col, et la souleva avant de la plaquer au mur, celle-ci pouffant d'inconfort avant de le regarder avec une crainte palpable.

 Putain lâche moi, qu'est-ce que tu fais ! Laisse moi partir bordel !
 -  Surement pas, je penses qu'une juste punition est nécessaire pour que tu comprennes que tes actions étaient bien peu acceptable !


Et découvrant le haut de la demoiselle, il y mordit sans plus attendre à pleine dent, jetant la pauvre à la fois dans une vive douleur, et dans des affres de plaisirs sans noms...
Journalisée


Edrusba Snes-non
Dieu
-

Messages: 70


Déesse de l'absurde.


Voir le profil
Fiche
« Répondre #1 le: Décembre 29, 2015, 06:03:53 »

Une nuit sur terre, sombre, calme, paisible ... Enfin presque la grande ville de Kyoto ne connaît pas le calme, ici pas de bruits de nature, seulement des voitures, des lumières artificielles et bien assez de bruit pour réveiller les morts. La déesse volait au-dessus, perdue encore entre le réel et l’irréel. Intagible, elle ne sentait pas encore le vent, mais voyait bel et bien cette immense ville de fourmis se tenir sous sa position. Impossible de la manquer, descendant encore, un peu elle se retrouva dans les rues, écoutant le chaos sonore, elle soupira. D’un coup le silence, plus le moindre bruit d’automobile, plus de feu rouge bruyant et les voix semblaient à présent la seule chose restante. Mais seules les voix humaines étaient restées, le reste avait disparu, les écrans, les haut-parleurs, les stands bruyants venaient d’être gommés de la réalité. Enfin elle marcha, parmi la foule, redevenant tangible lentement, marchant sans se soucier des gens. Personne ne semblait pourtant lui rentrer dedans, personne non plus ne semblait s’apercevoir de sa présence. L’être surnaturel qu’elle était ne désirait pas être dérangé, aussi sa volonté se réalisait. Autour d’elle le calme se créait, les gens cessaient même de parler subitement avant de reprendre quelques mètres plus loin comme si rien n’était arrivé.

Doucement elle parcourut la ville, des heures de marches, mais pas de fatigue ressentie, pour elle la distance n’était qu’une notion abstraite, si bien que quand la route semblait longue subitement elle la parcourait en deux pas. Enfin un cri se fit entendre, visiblement pas un cri de souffrance ou de rage, encore que... attirée par ce bruit qui venait de briser son calme environnant elle fit route. Direction la source du bruit, n’ayant pas une idée claire du lieu, elle se contenta de traverser les immeubles et les rues dans la bonne direction. Visiblement c’était une diseuse entre des mortels, mais elle ne pouvait pas encore les voir, bien qu’à présent elle les entend clairement. Une femme qui insultait un homme, femme de peu de fois elle pouvait le sentir d’ici. Souriante elle traversa un nouvel immeuble et tomba sur le groupe, toujours à moitié dans ce plan elle n’avait pas la possibilité d’être vue. Aussi elle se mit au milieu de la scène, de temps à autre l’un deux faisait un geste qui passait littéralement à travers elle. Mais elle s’en moquait, d’ici elle pouvait voir quelque chose d’intéressant ! Cet homme, oui là le demi-mort aux cheveux blanc et petites lunettes, ce n’était pas un humain !

Par contre le reste était bel et bien humain, des jeunes humains insouciants, exactement le genre de jouet qu’elle appréciait ! Enfin elle entend une première phrase comprenant une erreur, comment ça, juste, eux dans la ruelle ? Un sourire se dessina alors, sur la déesse, se reculant un peu du groupe, elle voulut apparaitre. Mais... L’homme venait de parler calmement et fichait en l’air toute sa dynamique ! Les joues gonflées comme une gamine elle resta donc invisible pour le moment, ail trouverait bien un autre moment pour faire son entrée en scène ! Un combat éclata alors et elle souriante elle se mit à sautiller partout, amusée elle ne savait qui encourager entre les beaux ténébreux et les jeunes ! Enfin cela continua encore, une personne s’enfuit, d’autres étaient au sol. Il restait donc la principale concernée face à l’homme mystérieux qui n’avait rien d’un humain normal ! C’est là, c’est là qu’elle devait apparaitre ! Située dans le dos du vampire elle devint alors visible flottant en tailleurs dans les airs à l’envers. D’ailleurs la demoiselle poussa alors un hurlement de peur, elle venait d’être saisie par une apparition encensée qui lui souriait. C’est là que la déesse apparut au vampire, sa victime venait de disparaitre, le mur avait reculé et la victime trônait maintenant sur une croix en x dignes d’une salle «SM».

Souriante la déesse qui se tenait toujours devant le vampire le salua simplement d’un signe de la main sans dire mot. Avant de tendre la main pour rapprocher la fille future victime. D’ailleurs la rue avait visiblement changé de taille, elle était plus grande puisque le mur, ainsi que tout le côté de la rue, avait reculé.

- Elle est Mignonne pas vraie ? Moi, je croquerais bien le fruit interdit avec elle, ou peut-être l’autre ?

L’autre fille apparut alors, pendue par les pieds dans les airs, oui car la corde qui la tenait en l’air était elle-même tenue par le vide... Enfin le garçon du groupe était quant à lui pendu par un seul pied de la même manière.

- Hmm, les jeunes de nos jours... Enfin je vous comprends, la vie est dure ici-bas...

Elle s’esclaffa alors avant de se retourner à l’endroit, debout d’une manière presque normale cette fois. Oui presque normale, car elle ne touchait pas le sol, elle flottait juste au-dessus, pourtant quand elle bougeait elle semblait marcher comme si elle était en contact avec le sol.

- Et donc, toi, tu suces leur sang ? Vampire ? Ou bien juste un humain détraqué ? Dis-moi donc la vérité !

Aie... Il ne pourrait plus mentir, en tout cas s’il mentait elle le saurait directement, mais il n’avait aucune raison de lui mentir pas vraie ?
Journalisée
Darthestar
Administrateur
-
*****
Messages: 3069



Voir le profil WWW
Fiche
Description
Darthestar est un être d'un bon mètre 95, et il s'agit surement de l'exemple typique de l'homme torturé par sa nature.

Devenu vampire par le biais d'une bien compliquée histoire, il essayes tant bien que mal de dominer son instincts, mais son combat avec lui même le rend parfois instable et maladroit.

Homme contemplatif, il est avant tout un voyageur et n'use de sa puissance que dans les cas les plus extrêmes, y préférant une certaine forme de sagesse.
« Répondre #2 le: Décembre 30, 2015, 12:10:05 »

L'homme ne craignait absolument rien à la mordre dans une situation pareille, il le savait, et même la délinquante avait précédemment expliquée les raisons pour lesquelles il ne risquait pas le moindre souci : Ils étaient tout les deux seuls dans cette rue, pas le moindre passant à l'horizon, et rare étaient ceux qui osaient de manière aussi inconscientes passer par une ruelle autant dépourvue d'éclairage, encore plus quand celle ci n'était dans le fond pas si loin du quartier de la Toussaint, où toutes les agressions étaient possible. Ainsi, les choses étaient particulièrement claires, à la fois pour le vampire et pour la jeune délinquante, à savoir que, que ce soit elle ou lui, tout deux s'y était trouvés pour la simple et bonne raison qu'il ne craignait pas la moindre attaque possible, et si la juvénile demoiselle avait put penser pendant un seul instant qu'elle était juste tombée sur un imprudent démuni pendant quelques instants, il était désormais évident pour elle qu'elle avait fait l'une des plus grandes erreurs de sa vie, et cela était lisible dans son regard emplit d'une sourde crainte. Mais il était trop tard, et bloquée contre le mur, elle allait devoir se préparer à la juste punition que Darthestar s'apprêtait à lui faire connaître, l'homme dans le fond se délectant à l'idée qu'il allait non seulement pouvoir se repaître d'un sang qui saurait le revigorer suite à sa longue diète, mais surtout que cela allait en plus apprendre à cette fille qu'il y avait parfois des limites à ne pas franchir, et que le racket en était une. Enfin, cessant ses observations, ses crocs approchaient dangereusement du cou de la jeune femme, et il pouvait l'entendre s'écrier de terreur, comme si la pire de choses venaient de se dérouler à ses yeux. Était-ce à cause de cela qu'il avait eut un instant d'hésitation ? Ou était-ce parce que, soudainement, il venait de percevoir dans son dos une présence qui ne lui disait rien qui vaille ?

Il fut pourtant trop tard pour qu'il récupère le temps volé par cet once de doute, si bien qu'au moment où ses dents se refermèrent, ce ne fut que sur le vide glaciale de cette soirée d'hiver, et presque au même instant, il perdit l'équilibre, sa proie ayant glissée de sa prise pour finalement ... que ... QUOI ? Se redressant suite à son mouvement, il observa les lieux rapidement, avec une surprise des plus claires marquées sur son visage, un peu comme si on venait de bousculer toute sa perception préconçue des environs pour finalement lui montrer un aspect complètement différent des lieux où il se trouvait, et le pire dans tout ça c'est qu'il se rendit bien vite compte que ce n'était pas une métaphore, mais bien l'évidence même de ce qu'il venait de se produire, aussi illogique cela puisse-t'il paraître ! Le mur qui plus tôt lui avait permit de plaquer la jeune femme était désormais reculé de deux bons mètres, sans pour autant que le vampire ne se soit reculé étant donné qu'il était toujours à la même distance du mur arrière, et la jeune femme qui précédemment s'était retrouvée entre sa poigne et ses crocs étaient désormais collée au mur, mais attachée en sur à deux larges planches placées en croix, les poignets et les chevilles fixées à celle-ci par de lourds verrous qui semblaient clairement fait pour faire parfaitement le contour de ses poignets, et donc la privée du moindre mouvement. Le vampire aurait bien put réagir dans l'instant même, mais la totale incohérence de la situation l'empêcha de mouvoir le moindre muscle, dans le triste cas où une entité de pouvoir supérieur au sien l'aurait plongé dans une puissante illusion, ou quoi que ce soit du même genre. C'est là qu'il l’aperçut, la jeune femme assise en tailleur dans les airs, flottant la tête à l'envers, avec un air joueur, et un sourire mesquin sur les lèvres, lui donnant l'impression d'être aussi belle que dangereuse... Sur qui était-il tombé ?

 -  Elle est mignonne pas vraie ? Moi, je croquerais bien le fruit interdit avec elle, ou peut-être l’autre ?

Il restait interdit, incapable de répondre de crainte de placer le mauvais mot au mauvais endroit, et de se retrouver dans une situation peu enviable pour lui, étant donné qu'il avait bien compris une seule chose dans la situation actuelle : la personne en face de lui était d'une puissance peu égalable, et actuellement il n'était ni assez puissant, ni assez fou pour se laisser aller à l'utilisation de sa forme supérieur dans le but de faire le concours de ses pouvoirs face aux siens. De plus, alors même qu'elle venait de parler, il put voir soudainement la deuxième jeune femme, celle qui avait fuit un peu plus plus tôt, se retrouver dans les airs, pendue par les pieds en direction du sol par une corde raide, mais qui pourtant ne tenait à rien, trouvant son commencement dans le vide, et se finissant par les cheveux de la jeune fille qui se terminaient à moins de 50 cm du sol... Ce fut la même chose pour le jeune homme évanouit, et pas besoin de savoir ce qu'il se déroulerait si la corde venait à lâcher, leurs nuques ne supporteront surement pas un tel choc, même si ils ne sont pas bien hauts. C'est vrai que le vampire avait choisit de les punir, mais il n'avait pas pour autant chercher à les blesser durablement, et dans la situation actuelle, les lycéens étaient bien plus en danger que quand lui même s'était trouvé en leur présences. Du calme Darthestar, il faut juste réfléchir calmement. La femme en face de lui sembles chercher à le troubler, à le surprendre, à lui faire perdre ses repères, c'est une techniques des plus classiques chez les illusionnistes pour que leurs créations magiques tiennent le coup face à la logique naturelle de leurs cibles. Il fallait juste qu'il ne pense jamais réel ce qui lui était mit sous les yeux, et qu'il garde en tête que la personne en face d'elle ne pourrait le faire à moins d'avoir une puissance divine... ce qui serait étrange, tout particulièrement sur Terre. Gardez son calme, et réagir avec intelligence, c'est tout ce dont il avait besoin.

 -  Hmm, les jeunes de nos jours... Enfin je vous comprends, la vie est dure ici-bas...
 -  Je ne dirais pas ça honnêtement...

Tout ce qui fit écho à ses paroles furent un éclat de rire soudain, et quand elle choisit finalement de se retourner, elle le fait avec une simplicité et une grâce qui force le respect, encore plus quand on considère qu'elle ne touche même pas pleinement le sol, restant en suspension à plus d'une vingtaine de centimètre de celui-ci, ce qui lui permet de ne pas avoir à relever trop la tête pour contempler le vampiroïde droit dans les yeux, chose peu commune à connaître quand on est un homme de plus de 190 cm, et que votre interlocutrice fait surement à peine plus d'un mètre soixante-dix des pieds à la tête. Il l'observa d'ailleurs se rapprocher lentement vers lui avec un comportement droit et digne, laissant entendre que la jeune femme se sentait clairement en position de supériorité, chose peu étonnante si elle se trouvait en effet à l'abri dans son illusion persistante, ce qui impliquait qu'il n'avait pas la moindre chance de s'attaquer à elle tant qu'il n'avait pas dissiper son sort. Le seul souci étant qu'il ne sentait pas la moindre fibre magique dans les airs, hormis la sienne, glacée et cassante, témoignant de sa maîtrise des arts de givres. Qui était-elle donc pour pouvoir à la fois créer un sort assez puissant pour qu'il ne puisse même pas se défendre contre, mais surtout pour que le dit sort ne laisse pas la moindre trace de sa présence dans l'air ambiant, alors que celui-ci devrait justement en être empli vu la puissance de l'arcane utilisé ? Enfin, il n'avait pas le temps de réfléchir, la femme se tenait désormais entre lui et sa précédente victime, et il se doutait que le moindre manque de vigilance risquait de lui coûter particulièrement cher !

 -  Et donc, toi, tu suces leur sang ? Vampire ? Ou bien juste un humain détraqué ? Dis-moi donc la vérité !
 - Vu ce que vous venez de faire, il n'y aurait pas de grandes raisons de le cacher... Je suis un être se rapprochant du vampire, Darthestar. Et sur Terre je ne suis qu'un vagabond, point plus. Et vous donc, qu'êtes vous ? Après avoir vu votre oeuvre je doute être en présence d'un être humain, je me trompes ?

Il ne peux s'empêcher de l'observer de haut en bas alors qu'elle échange avec lui. Elle est belle, de ça il n'y a aucuns doutes, mais plus que tout il s'échappe d'elle une impression étrange, un quelque chose d'illogique dans la situation actuelle : Il la trouve extrêmement attirante, chose à laquelle il ne penserait jamais alors qu'il se trouve en danger, son instinct prévalant toujours sur ses envies d'être humain. Pourtant là, il est incapable de décrocher son regard d'elle, que ce soit son visage, son corps, son être tout entier, il est juste tout à fait incapable de reprendre le dessus sur son regard, et se retrouve à la contempler comme un sot avec une certaine fascination. Non ça, ça n'a rien à voir avec de l'illusion, elle est littéralement en train d'agir sur son être même. Ce n'est pas comme si elle essayait de rejoindre ses préférences naturelles pour qu'il la trouve attirante, c'est plutôt qu'au-delà de tout instinct de préservation, au delà de toutes ses impressions de danger, il la TROUVAIT attirante, et la nuance était énorme. Ce n'était pas bon, parce que ce constat laissait entendre qu'il n'était pas sujet à une illusion, mais bien que la jeune femme en face de lui avait un certain contrôle sur ce qui l'entourait en général, et cet effet la rendait incroyablement plus dangereuse, car elle permettait notamment au vampiroïde de se laisser aller à une pensée des plus fatidiques : Si elle en avait envie, elle pourrait l'écraser comme un rien, car c'est ce qu'il était en face d'elle, un être plus faible qu'elle, et qui se trouvait actuellement dans sa zone d'action donc au coeur du danger qu'elle représentait. Finalement, et n'entendant pas encore de réponse de sa part, le vampiroïde se redressa, cherchant à trouver une position qui puisse le faire paraître plus calme, moins tendu, avant de s'exprimer de nouveau :

 -  Enfin vous pourriez me répondre ou non que je me fais déjà une idée, la question se tiens plutôt à ce que vous attendez de moi n'est-ce pas ? Car si vous vous êtes montrée ce n'est pas pour rien, je me trompes ? Qu'attendez vous de moi, et pourquoi avoir conservé ces adolescents ?
Journalisée


Edrusba Snes-non
Dieu
-

Messages: 70


Déesse de l'absurde.


Voir le profil
Fiche
« Répondre #3 le: Décembre 30, 2015, 12:59:21 »

Changer la réalité était un art, un pouvoir incroyable, mais chez elle non... C’était tout juste l’effet de son pouvoir divin, rien à faire dessus, il agit sans même qu’elle n’ait besoin de le manifester. Comme un pouvoir toujours actif et prêt à répondre aux caprices de la déesse. Car oui elle était capricieuse, d’ailleurs sa venue ici n’avait rien du hasard, trop de bruit avait pénétré son environnement calme. Ou bien l’avait-elle laissé passé exprès ? Qui pouvait bien le savoir, une chose était certaine, les trois humains derrières n’étaient que des victimes dans un jeu qui les dépassait. Plus aucun n’était conscient à ce moment, seuls le vampire et la divinité l’étaient encore. La déesse pourtant devant le vampire caressait la jeune femme attachée, les hanches, le ventre, la poitrine. Elle ne semblait pas gênée le moins du monde de démontrer qu’elle pouvait avoir des envies charnelles, peut-être même était-ce là un message subliminal pour l’être immortel qui se tenait face à elle. Mais pas le temps de le préciser, la conversation avançait et elle était retournée auprès du vampire. Après un éclat de rire soudain elle s’était encore approchée de lui, maintenant elle attendait une réponse, c’était à l’invité de répondre en premier. Et ici c’était lui l’invité dans cette zone de possession absolue de la déesse.

Ainsi le vampire n’en était pas un, seulement une chose proche, mais cette idée ne plaisait pas du tout à la déesse ! Voulait-elle se la jouer chasseuse de vampire ce soir ? Un pieu fit apparition dans l’une de ses mains, gros, large, en argent... Dans l’autre un maillet en argent finement décoré. Elle l’écoutait encore tout en souriant, il était brillant pour deviner qu’elle n’était pas humaine. Cela venait-il du fait qu’elle flotte dans les airs ? Où alors comprenait-il que sa réalité n’avait plus aucuns sens dès son approche ? En tout cas une chose était certaine, elle sentait bien plus que de la curiosité dans le regard du vampire, il la reluquait... Amusée elle se retourna de nouveau, à l’envers, la gravité ne semblait pas pouvoir l’affecter le moins du monde, son pieu s’envola alors vers la poitrine du vampire et se stoppa devant le coeur.

- Hmm, qui suis-je ? Edrusba Snes-Non et je suis hmm, voyons voir... Une divinité errante ? Mais tu peux m’appeler Edru, ou Snes, comme tu veux.

Elle se retourna encore, d’un geste de la main elle fit approcher la jeune fille attachée en croix. Une victime toute fraiche, et qui lentement reprenait conscience qui plus est. Souriante elle tapota la joue de la jeune fille avant de l’embrasser à l’envers. Bha oui, comme ça, sans raison, enfin du moins en apparence. La jeune fille réveillée fit de gros yeux, ne comprenant rien, elle recommença à crier. Mais un claquement de doigts de la déesse et le son cessa de sortir de cette bouche qui ne disait que des gros mots.

- Franchement, quelle vulgarité dans la bouche d’une jeune fille ? Ha oui, ce que je veux de vous... Hmm voyons voir...

Edru se recula doucement, un siège fit alors son apparition dans les airs, plus qu’un siège, c’était un trône d’or et de velours, s’asseyant, dessus elle croisa les jambes l’une sur l’autre. Un instant sa culotte noire se laissa apercevoir, puis elle déposa son maillet dans les airs avant de rappeler le pieu à elle. Il disparut rapidement dans as chevelure tendis qu’elle souleva son chapeau pour que le maillet aille s’y planquer. Ses yeux luisants d’un rouge vermillon fixèrent la scène, que faire pour la rendre plus amusante...

- Je n’attends rien de vous, je suis là uniquement, car vous faisiez tellement de bruits que je ne parvenais plus à traverser cette ville tranquillement.

La pure vérité, elle voulait se promener, trouver un truc intéressant en chemin et paf là voilà ! Enfin pour les adolescents...

- En fait je compte prendre celle-ci pour m’amuser un peu avec, elle est tellement jolie avec ses airs méchants... Vous savez qu’en vrai elle n’a plus de famille et est hébergée par une famille d’accueil, son père la bats et sa mère la vends aux voisins si vous voyez ce que je veux dires...

Elle eut alors un sourire irréel, déformé sur son visage, long, large, même ses dents semblèrent avoir des pointes à ce moment. Un sourire carnassier, perfide, pervers aussi, puis elle referma la bouche qui retrouva son air normal.

- Je vous laisse donc les autres pour vous repaitre, les gens de votre espèce font cela non ? Mordre dans la viande encore vivante et chaude... Peut-être devrais-je essayer ça aussi un jour.

La fille apparut alors sur le siège, couchée le pet sur les genoux de la déesse, la pauvre fille ne semblait plus comprendre ce qui arrivait, mais sot mutisme l’empêchait toujours de se plaindre. Une main traversa alors le buste de la jeune fille, non, elle ne la caressait pas, elle venait littéralement de pénétrer sa cage thoracique avec la main, sans pour autant que la moindre goute de sang ne coule. Sortant de là elle coeur elle le tendit vers le vampire :

- Tenez, j’ai le coeur sur la main ce soir, mordez donc, c’est encore chaud, regarder moi toute cette vie !

La fille était horrifiée, son coeur était hors de sa poitrine et battait encore, toutes les veines et artères ducoeurs passaient à travers sa poitrine comme si celle-ci était faite pour les laisser passer. D’ailleurs leur longueur n’avait plus aucuns sens, mais ça ne semblait pas faire mal non plus. La déesse tendait donc un coeur au vampire, pouvait-il seulement y mordre ?

- Je sais, je sais ce que je veux de vous maintenant ! Je veux vous voir manger votre repas, vous voir chassé aussi, oui ce sera certainement amusant, bien sûr je participerais à l’amusement... Vous devrez chasser pour vivre, vous avez soif pas vraie ? Vous sentez cette soif grandissante ? Venez donc boire un peu sur ce coeur frais tant qu’il bat, nous pourrons jouer après.

En effet, elle provoquait le vampire, avait-il toujours aussi soif ? Ou bien était-ce le caprice de la déesse pour le pousser au crime ? Ce coeur tendu vers lui, gorgé de sang, cette fille en train de pleurer toutes les larmes de son corps alors que sa véritable histoire était révélée... Le vampire viendrait-il manger dans la main de la déesse, ou bien prendrait-il l’humaine en pitié ? Ha moins qu’il ne fasse ni l’un ni l’autre ? Peut-être après tout que manger dans la main de quelqu’un ne lui plaisait pas, dans ce cas il y avait encore deux autres victimes possibles...
Journalisée
Darthestar
Administrateur
-
*****
Messages: 3069



Voir le profil WWW
Fiche
Description
Darthestar est un être d'un bon mètre 95, et il s'agit surement de l'exemple typique de l'homme torturé par sa nature.

Devenu vampire par le biais d'une bien compliquée histoire, il essayes tant bien que mal de dominer son instincts, mais son combat avec lui même le rend parfois instable et maladroit.

Homme contemplatif, il est avant tout un voyageur et n'use de sa puissance que dans les cas les plus extrêmes, y préférant une certaine forme de sagesse.
« Répondre #4 le: Décembre 30, 2015, 04:57:19 »

Est-ce que vous connaissez cette sensation ? Celle qui vous fait sentir plus bas que terre, celle qui vous donne la chair de poule à la moindre idée qu'un seul de vos propos pouvait vous mener à une mort quasi-certaine, et que le plus petit des mouvements pouvait être si mal prit qu'il aurait le don de vous jeter droit dans la gueule du loup, prêt à être mâchouillé comme la dernière des gourmandises le temps que vous deveniez l'équivalent d'un vieux chewing-gum au goût usagé ? Darthestar avait déjà ressenti ce genre de sensations, mais cela datait du commencement de son voyage, à l'époque même où, souffrant d'une faiblesse notoire, le moindre ennemi d'un certain talent était capable de lui faire comprendre que la différence entre eux deux était autant évidente qu'implacable, et le fait de ressentir, en cette heure de la soirée, cette impression désagréable n'était clairement pas pour lui plaire, lui qui avait acquis tant de puissance justement pour ne pas se retrouver à nouveau dans une situation similaire. En tout cas il avait bien prévu de réagir au bout d'un moment, mais il était aussi évident qu'il n'avait quasiment aucune chance s'il cherchait à la provoquer de front, si bien qu'il restait pour l'instant statique, droit et fière, répondant aux exigences de la femme non sans sentir au plus profond de lui une puissante envie de rébellion. Par contre, la femme en face de lui ne manqua pas de venir lui faire une petite démonstration, faisant apparaître du vide le plus complet un pieu qui n'avait aucuns buts plus précis que celui d'éliminer un vampire, quel qu'il soit, avant de le projeter droit vers son coeur, celui-ci s'arrêtant à quelques infimes distances de son poitrail. Il resta froid, calme, observant la jeune femme qui se déplaçait de manière légère, toujours aussi étrange, un maillet d'argent dans la main, surement prête à frapper au moindre instant où le vampire se permettrais une action déplacée, avant d'enfin lui répondre :

 -  Hmm, qui suis-je ? Edrusba Snes-Non et je suis hmm, voyons voir... Une divinité errante ? Mais tu peux m’appeler Edru, ou Snes, comme tu veux.
 -  Je penses que je vais me tenir à vous appelez Dame Edrusba, si cela ne vous offusque pas...

Bravo. Non franchement, il n'y avait plus vraiment de raisons de se questionner, elle venait d'elle-même, en tout honnêteté, expliquer l'inconfort qu'il ressentait depuis maintenant quelques minutes : il était actuellement en face d'une divinité, une puissance supérieur, inégalable, incontrôlable, dont la simple présence sur terre équivalait au dérèglement complet de celle-ci, si bien que soudainement tout paraissait à la fois plus clair et plus insensé. Plus besoin de se demander en quelle honneur elle avait put à ce point transformer la petite ruelle sombre en lieu d'un théâtre étrangement malsain, ni comment elle était capable, sans le moindre petit signe de fatigue ou d'effort, faire apparaître des choses à partir du vide le plus complet, et ce sans même que quoi que ce soit ne fasse sens. Par contre cela soulevait d'autres questions proprement gênante, comme la raison de sa venue en ces lieux, sachant que l'homme était déjà depuis longtemps au service d'une divinité, certes mineure, mais malgré tout influente, et que les autres membres de ce lieux n'étaient autres que de biens simples humains, certes un peu grossier et irrespectueux, mais loin d'avoir les spécificité requises pour attirer le regard d'une entité supérieure comme pouvait l'être la puissante Edrusba. Finalement il avait bien fait de poser une question complète plus tôt, en lui demandant quelles étaient ses intentions, car cela allait clairement lui permettre de découvrir ce qu'elle avait en tête en venant ici, du moins si elle lui répondait clairement, sans parler du fait qu'elle puisse, d'une manière ou d'une autre, arriver à être explicite sans pour autant être direct dans sa réponse au vampire. Enfin, il attendit calmement qu'elle continue son petit ménage, l'observant se retourner à nouveau la tête à l'envers pour aller embrasser la victime crucifiée, chose qui sembla enfin faire reprendre conscience à la jeune femme, qui ne manqua pas de proférer un maximum d'insanités avant de voir sa bouche scellée par quelques manipulations de la puissante déesse.

 -  Franchement, quelle vulgarité dans la bouche d’une jeune fille ? Ha oui, ce que je veux de vous... Hmm voyons voir...

Si elle lui disait qu'elle n'avait aucuns projets, le vampire allait surement perdre un peu de sa contenance, ce qui le gênerait pour le coup, mais préférant pour l'instant se muer dans le silence le plus parfait, il se contenta de l'observer alors qu'elle se créa de toutes pièces une assise digne des plus grands rois, afin de finalement s'y installée avec plaisir, la corps toujours renversé dans cette position tout à fait artificielle, pour y croiser les jambes dans une position des plus supérieurs, semblant réfléchir distraitement à la question de l'homme. Rien ne manqua à l'oeil vif du vampire, que ce soit son air pensif, preuve qu'elle avait vraiment peu d'idées sur sa propre présence en ses lieux, tout comme le rapide regard qu'il put capter sur le sous-vêtement de la jeune femme, qui faillit le faire rougir, sans parler non plus du fait que d'un tout petit geste des plus discrets, elle rappela à elle l'arme pointue qui était dirigée droit vers son coeur, celui-ci remontant rapidement à l'abri dans sa longue chevelure platine, alors qu'elle vint, non sans un petit coté théâtrale, ranger le maillet qui lui correspondait dans son couvre-chef. Un danger de moins ? Pas vraiment, étant une divinité elle avait surement largement la capacité d'agir sur l'essence même d'un pauvre mortel tel que lui, et elle ne manquerait pas de le lui faire savoir si il lui venait la mauvaise idée de réagir avec une certaine "agressivité". Finalement, ce qui eut surement le don de le troubler le plus ne fut pas tant toute cette mise en scène, mais plutôt le regard qu'elle posait sur celle-ci : un regard pourpre, où l'on pouvait autant y lire des signes d'amusement, de calme, et de carnage, un symbole même surement de ce que cette femme était. Qu'elle soit une divinité errante ou non n'était plus vraiment une question à se poser, Darthestar étant surtout dans une position où la question importante était devenue : Était-elle belliqueuse, ou tout simplement inconstante de nature ? Dans un cas, s'en était fait de lui, dans l'autre, peut-être avait il quelques chances de s'en sortir...

 -  Je n’attends rien de vous, je suis là uniquement, car vous faisiez tellement de bruits que je ne parvenais plus à traverser cette ville tranquillement. En fait je compte prendre celle-ci pour m’amuser un peu avec, elle est tellement jolie avec ses airs méchants... Vous savez qu’en vrai elle n’a plus de famille et est hébergée par une famille d’accueil, son père la bats et sa mère la vends aux voisins si vous voyez ce que je veux dire...
 -  Je n'ai pas vraiment votre prescience, mais je pense du moins comprendre ce que vous sous-entendez en effet.

Si cela n'était pas encore assez malsain, ce fut le moment où les choses changèrent, laissant voir la femme sous un jours complètement différent : un rictus mauvais, pervers, un air de pur plaisir malsain, non sans mentionner son apparent manque d'empathie... Pour le coup le vampiroïde aurait presque put se laisser convaincre par la supposition de la divinité belliqueuse, mais finalement il ne se précipita pas dans un tel constat, et se permit seulement d se préparer au pire, commençant à intériorisée son énergie au cas où il allait devoir tenter quoi que ce soit de profondément stupide et héroïque... Chose qui ne le mènerais surement qu'à une mort évidente, mais par laquelle sa morale l'empêchait de s'en libérer.

 -  Je vous laisse donc les autres pour vous repaître, les gens de votre espèce font cela non ? Mordre dans la viande encore vivante et chaude... Peut-être devrais-je essayer ça aussi un jour... Tenez, j’ai le coeur sur la main ce soir, mordez donc, c’est encore chaud, regarder moi toute cette vie !

Pour le coup le vampire ne put pas vraiment répondre, mais si il l'avait voulut au début, car ce qui venait de se produire devant ses yeux était surement quelque-chose de proprement inconcevable, d'incroyable, et il peinait même à garder son calme quand cela se produisit devant son regard éffaré, peinant à considérer une telle chose comme potentiellement existante en ce monde. La déesse, comme si elle n'avait pas le moindre souci à traverser n'importe quel être humanoïde, comme si elle n'avait pas le moindre problème à considérer un être matériel, de chair et de sang, comme rien d'autre qu'une simple flaque d'eau que l'on pouvait traverser sans encombres, venait de téléporter la jeune délinquante aux lèvres scellées, pour finalement la placer sur ses genoux, et faire pénétrer sa main de manière totalement illogique dans son poitrail, sans même que la moindre petite goutte de sang ne vienne rougir les vêtements et la peau pâle de la lycéenne. Puis, sans que cela ne puisse paraître envisageable, quelque soit la puissance de l'entité existante en face du vampire, elle retira lentement du corps de la jeune femme, avec un certain dont pour la dramatisation de ses gestes, le coeur de cette dernière, celui-ci apparaissant aux yeux de la divinité, du vampire, et de la victime qui semblait vouloir hurler de terreur face à une telle situation. Quand à l'homme, il eut un mal fou à ne pas se laisser submerger par la colère, se retint avec un calme que beaucoup lui envierait dans une telle situation, et eut encore plus de difficulté à retenir ses muscles quand la déesse se permit une petite taquineries innocentes, un petit jeu de mot taquin, avant de chercher à attiser ses instincts de prédateurs avec le coeur battant entre ses doigts. Elle cherchait à attiser ses besoins, comme on attise la faim d'un chien avec un bout de viande laissé devant sa truffe... et cela, plus que s'attaquant à son orgueil, était en train de mettre Darthestar dans une rage folle.

 -  Je sais, je sais ce que je veux de vous maintenant ! Je veux vous voir manger votre repas, vous voir chasser aussi, oui ce sera certainement amusant, bien sûr je participerais à l’amusement... Vous devrez chasser pour vivre, vous avez soif pas vraie ? Vous sentez cette soif grandissante ? Venez donc boire un peu sur ce coeur frais tant qu’il bat, nous pourrons jouer après.
 -  Il n'y a pas que cette demoiselle ce soir qui se fait insolente...

Là, elle était allée trop loin. Beaucoup trop loin. Prenant une puissante impulsion, l'homme parvint en un pas au mur qu'elle avait écartée plus tôt, se trouvait désormais derrière la divinité et son trône clinquant, et il enchaîna avec une deuxième poussée, qui l'envoya en l'air avant qu'il ne se réceptionne de l'autre coté de l'assise de la divinité, entre les quatre pieds de ce fauteuil aux airs royaux, les poings serrés, et une expression de colère sur le visage. Il était rare que quelqu'un le mette dans un état pareil, la dernière personne en date ayant réussi cet exploit se trouvant être un nécromancien, serviteur d'une divinité chaotique, et si l'homme n'était pas bien sur de l'origine purement mauvaise de la jeune femme, du moins avait-il compris qu'elle était bien loin de représenter un état bénéfique de l'ordre du monde, si bien qu'il n'avait pas beaucoup de remord à s'opposer à ses choix. Alors qu'il s'était placé en ce lieux, surement encore plus en danger qu'un peu plus tôt, mais ayant sciemment choisi cette mise en scène pour lui signifier qu'il n'était non seulement pas sous ses ordres, mais qu'en plus il n'aurait aucune retenue si il s'agissait de l'approcher et de s'en prendre à elle, il laissa échapper un léger soupir de manière à dominer sa nervosité, ses muscles, sa rage, avant d'ouvrir la bouche pour s'exprimer à nouveau, alors que soudainement autour d'eux la température chute drastiquement, expression de l'utilisation des arts magiques par le vampiroïde. Il se doutait que même ses sorts les plus puissants n'auraient pas le dons d'effleurer la divinité, mais c'était aussi une autre manière de lui signifié qu'il n'était pas le pantin de ses plaisirs, et que si elle cherchait bien à s'amuser, et non pas à manquer de respect à autrui, où à les mettre dans un danger évident, il allait aussi falloir qu'elle change d'attitude.

 -  La soif est loin d'être ce qui m'a poussé à agir. La morsure n'était qu'une juste punition pour cette jeune femme, un retour rapport à son comportement déplacé, et non pas une tentative de meurtre, ce dont vous vous rapprochez dangereusement en touchant à son coeur. Je suis pour un jugement adéquat, mais vous y prenez bien trop de plaisir. Ils ne sont que de simples humains, quand à moi je ne suis pas la marionnette de vos désirs.

Une neige épaisse envahit alors la rue, et c'est avec deux projectiles de givres que l'homme, d'un mouvement habile, coups les cordes suspendues dans le vide, permettant aux deux autres victimes de chuter au sol sans se briser la nuque, et donc de se libérer, ne fut-ce qu'un instant, de l'effet néfaste de la puissance de la déesse. L'homme savait qu'il ne suffirait que d'une volonté de la déesse pour les faire retourner à leur état initiale, mais pour le coup, il s'agissait bien plus de passer un message plutôt que de l'empêcher de faire ce qu'elle désirait. Sautant de son piédestal improvisé, et se retournant dans sa chute pour avoir le regard dirigé droit vers la déesse, il se réceptionna au sol en la regardant avec autant de défi dans le regard que d'insoumission.

 -  J'ai surement omis de l'exprimer, je suis le serviteur d'Unahzaal Dovahiiz, la déesse des grands dragons du froid. Je suppose que les querelles entre divinités sont à éviter n'est-ce pas, si bien que je vous propose quelque chose de plus simple : Vous voulez jouer ? Très bien, je suis à votre disposition, et je peux surement accepter quelques idées si vous avez la valeur et l'honneur d'agir comme une divinité, et non une enfant gâtée, Dame Edrusba. Quand au fait de garder cette humaine, je n'ai pas la capacité de l'ôter de votre étreinte, ce qui serait en sus une bien mauvaise idée... Ainsi, je vous invite plutôt à laisser partir les deux autres, qui eut ne vous ont pas manqué de respect personnellement.

C'était audacieux de parler ainsi en la présence d'une divinité, mais il n'avait pas trop le choix. Quitte à faire, si elle pouvait haïr quelqu'un dans cette ruelle, autant que ce soit le vampire, et non les innocents qui n'auraient même pas la capacités de s'en sortir un minimum face à Edrusba.
Journalisée


Edrusba Snes-non
Dieu
-

Messages: 70


Déesse de l'absurde.


Voir le profil
Fiche
« Répondre #5 le: Décembre 30, 2015, 07:10:34 »

Une jolie humaine pour son seul plaisir, de toute façon depuis le départ elle ne prévoyait pas de la laisser mourir, jouer avec son coeur n’était qu’un moyen pour elle de passer le temps. Le tendre au vampire n’était là qu’un moyen de se distraire, voir s’enrager la bête au fond de ses yeux lui plaisait. Elle ne se sentait pas du tout en danger en sa présence, elle hocha la tête plutôt à sa façon de l’appeler. Elle n’était pas vraiment le genre de divinité à se faire appeler maitresse ou ce genre de chose. Elle était Edrusba et puis voilà, pas besoin de préfixe, pas besoin de surnom, tant qu’on savait qui elle était ça lui suffisait amplement. Enfin elle tenait ce coeur en main, toujours à l’envers à contre sens de toute loi de la gravité elle attendait, voir la réaction du vampire était un plaisir. Sachant ce qu’elle attendait de lui, le voir se mettre à l’oeuvre était plus que plaisait, même si visiblement il avait choisi de commencer par la plus grosse cible. D’abord une insulte légère à son encontre, ainsi elle serait insolente ? Souriante encore une fois elle laissa couler, ce genre de mots ne pouvaient pas vraiment l’énerver, en plus elle ne voulait pas s’énerver, ça pouvait mal finir si elle s’énervait.

Enfin le jeu commença, il profita de se caractéristiques hors norme pour sauter un peu partout, ce qui ne perturba pas réellement la déesse. Bien qu’elle n’en sembla pas ennuyée non plus, elle n’était en rien épatée par de telles acrobaties. Finalement elle sentit vaguement un petit choc sous son fauteuil, l’homme avait décidé de s’y installer comme pour lui faire comprendre qu’il pouvait aussi y trôner. Elle en rit un peu, Edru n’était toujours pas impressionnée, quelle serait donc la suite ? Allait-il briser son trône pour tenter de la faire toucher le sol ? Elle l’ignorait encore, mais l’idée lui plaisait assez en tout cas. Aussi elle fut un peu déçue quand la température chuta, voilà bien un pouvoir singulier pour une créature de ce genre. Ca lui venait maintenant, ce vampire avait bien quelque chose de spécial en lui, une chose étrange, ceci dit, qu’elle ne pouvait pas encore identifier. D’ailleurs elle ne parvenait toujours pas à se sentir inquiète, le chasseur parla de la soif, du fait que sa morsure était une punition pour sa victime qu’autre chose. Cela dit si tel était le cas il y avait une incohérence qui plaisait beaucoup à la déesse. C’est que la morsure d’un vampire est réputée pour procurer un certain plaisir, alors pourquoi punir en offrant du plaisir ?

Sans doute que le vampire pensait ce plaisir tel qu’aucune personne ne pourrait ensuite s’en passer. Parfois cela se laissait entendre sur les êtres de la nuit et ça valait même le fanatisme de certaines étudiantes envers les vampires.

- Pensez-vous réellement qu’une fille sans coeur comme elle en ait besoin pour vivre ?

Elle retira le coeur complètement, et la fille resta en vie, sans doute avec un trou dans la poitrine, car plus rien maintenant ne rattachait le coeur à se propriétaire. C’est pourtant une règle, les êtres vivants en ont besoin pour vivre, mais cette fille pour le moment en tout cas vivant sans avoir le coeur dans la poitrine. La déesse toujours assise tranquillement observa la neige tomber par flocons tout autour, couvrant les corps petit à petit. Doucement elle vit tomber les deux victimes d’avant, mais aucune ne toucha le sol au contraire du vampire qui reprit sa place à terre. Se retournant, dans le bon sens elle remit en un instant à leur place les précédentes victimes, le coeur toujours en mains elle observait le singulier vampire qui se dressait doucement devant elle.

- Intéressant ! Je ne connais pas cette déesse et je suis certaine qu’elle ne me connaît pas non plus ! Mais continuez donc !

Elle entendit alors la proposition, il parlait de valeur et d’honneur, deux mots inconnus pour elle, enfin le premier l’étaient dans le fond, l’autre dans la forme. Mais un vampire qui sauve des humains ? Pourquoi donc, cela l’intriguait, un mystère de plus sur la grande liste de ceux, encore, à résoudre. D’un autre côté si la liste était si longue c’est souvent parceque’elle faisait en sorte que cela reste des mystères même en ayant la réponse. Par contre il la traitait d’enfant gâtée là, non ? Bien mauvaise idée, ses yeux luisants de rouge veirmelle semblèrent s’enflammer, en fait des flammes brillaient au fond de ses yeux.

- Intéressant, c’est comme si les cafards dansaient ce soir, alors soit jouons mon petit !

Le feu, il éclatait littéralement alors qu’elle s’enflammait, la neige partit en fumée, les corps des deux autres humains disparurent bien qu’il semblait certain qu’elle ne les avait pas effacés. Elle avait accepté le jeu après tout, elle ne comptait pas tuer les humains. Quant au coeur elle le mit dans une boite en verre, boite qu’elle mit contre la jeune fille qui la tenait alors fermement.

- Bien, bien, j’aime cela. J’ai libéré les deux autres, quant à la dernière, je comptais la violer lentement, un peu comme vous avec vos crocs... Dieux qu’ils sont longs d’ailleurs, s’en est presque effrayant !

En effet elle venait par cette même phrase de les faire s’allonger un peu, il pouvait encore fermer la gueule, mais il devait les sentir irriter sa gencive dans ce cas. Oui, ils étaient un peu plus longs, juste assez long pour faire réellement peur, après tout ça ressemblait à de petits pieux à planter dans un corps étranger !

- A quoi de vrai ton joué ? Je doute qu’une complétion physique ne soit utile, pas plus qu’un duel au hasard... Mais si vous voulez réellement sauver cette petite alors il vous faudra me défier à un jeu... J’ai hâte de voir comment vous comptez m’épater !

Dans le fond elle prévoyait bien de rendre son coeur à cette fille, quoique le garder en médaillons serait tentant aussi, elle hésitait franchement. Et la jeune fille consciente ne semblait cependant pas vouloir se calmer, d’un claquement de doigts la déesse lui rendit sa voix en souriant :

- Du calme, petite, ton coeur bat la chamade, mais tu vois le monsieur aux dents pointues, il va te sauver qu’il dit !

L’avait-il seulement dit ? Pensé ? Peut-être aucun des deux, mais une chose ne restait certain, cette rue était le témoin privilégié d’un affrontement hors du commun. Le froid venu du ciel et la chaleur infernale provoquée de l’autre côté par la déesse. Heureusement elle n’avait pas encore changé le sol en magma ni, les murs en cascade de lave, d’ailleurs l’idée ne lui était pas encore venue de le faire pour le moment. Elle était juste excitée de savoir quel serait le jeu proposé par le vampire. Certainement pas un duel de pouvoirs à moins qu’il ne soit trop confiant en ses capacités, une erreur de débutant en somme, mais quel âge pouvait-il avoir au juste ? D’ailleurs elle ignorait tout de la déesse qu’il avait citée, mais une chose semblaient vraie, un combat entre divinités était clairement à éviter. Cela dit elle ne se souvient plus vraiment avoir déjà eu se genre d’affrontement, au pire si ça l’ennuyait elle pouvait toujours revoir le court des choses.
Journalisée
Darthestar
Administrateur
-
*****
Messages: 3069



Voir le profil WWW
Fiche
Description
Darthestar est un être d'un bon mètre 95, et il s'agit surement de l'exemple typique de l'homme torturé par sa nature.

Devenu vampire par le biais d'une bien compliquée histoire, il essayes tant bien que mal de dominer son instincts, mais son combat avec lui même le rend parfois instable et maladroit.

Homme contemplatif, il est avant tout un voyageur et n'use de sa puissance que dans les cas les plus extrêmes, y préférant une certaine forme de sagesse.
« Répondre #6 le: Décembre 30, 2015, 09:07:21 »

La divinité ne semblait pas inquiète, chose qui en soit était parfaitement compréhensible étant donné que la raillerie et les prouesse de l'homme étaient bien peu en comparaison des capacités dont elle pouvait se targuer. Après tout il fallait bien être honnête, peut d'être avait l'agilité suffisante pour reproduire le mouvement quasiment instantané de l'homme, et même si il existait quelques êtres qui avaient encore le don d'égaler ses prouesses physiques, ce n'était pas pour autant que ceux-ci avaient les dons nécessaires pour égaler une divinité du niveau d'Edrusba, qui avaient déjà prouvée qu'elle pouvait produire les actions les plus illogiques sans même avoir besoin du moindre effort. Donc oui, le vampire comprenait parfaitement que si son mouvement ne pouvait pas l'impressionner, ni même lui faire connaître la plus petite once d'intérêt, il en restait que cela pouvait en revanche la mettre dans une situation d'un certain inconfort, car elle ne devait pas avoir eut souvent l'occasion de voir quelqu'un lui résister en dépit du plus simple des bons sens, ce qui, si cela n'avait pas pour autant la capacité de justifier ses actions, permettait du moins au vampire de la forcer à se concentrer sur lui, et non sur les humains alentours. Il était honnête avec lui même, mais à moins de vraiment la mettre en colère, il allait avoir du mal à la faire se focaliser sur son cas, et non sur les personnes environnantes, ce qui malheureusement ne saurait que créer une situation peu appréciable pour l'homme qui n'avait de prime abord qu'imaginer offrir une petite punition à un groupe de délinquants, avant de voir celle-ci se transformer en jeu pour une divinité qui atteignait un certain niveau de cruauté. Il n'avait pas non plus la prétention de se dire être un sauveur, il avait bien assez souvent enchaîner les catastrophes plutôt que de les élucider, mais bon, il n'avait pas d'autres choix que de tenter l'impossible actuellement.

 -  Pensez-vous réellement qu’une fille sans coeur, comme elle, en ait besoin pour vivre ?

En revanche, si lui ne parvenait pas vraiment à impressionner la jeune femme, ou du moins parvenait-il à le faire avec une très grande modération, étant donné qu'il semblait capter au fur et à mesure de plus en plus de son intérêt, ce n'était pas le cas inverse, la femme ne manquant pas de lui rappeler la différence de pouvoir entre eux deux quand il vint remettre pied à terre, un peu comme si elle voulait bien qu'il comprenne que malgré ses capacités, elle était sans égale actuellement. Ainsi, comme si elle n'avait aucuns mal à créer l'inconcevable, et pour le coup le terme n'était pas bien léger en comparaison de ce qui se déroulait sous ses yeux, le vampiroïde put contempler la déesse tirer sur le coeur de l'adolescente jusqu'à ce que les artères et les veines finissent par céder, laissant le coeur chaud et palpitant continuer de battre à tout rompre dans le vide, alors même que la lycéenne originellement détentrice de ce puissant instrument de vie était encore consciente, même pas gênée par le manque de son organe, seulement terrorisée quand elle pouvait voir auprès d'elle le joyau de son corps, séparer de tout liens avec son enveloppe charnelle. Darthestar faillit s'alarmer sur l'instant, mais il comprit vite que le nouveau tour de la déesse était sans danger, tout au plus une manière de soulignée ses paroles précédentes, un peu comme si cette situation était la preuve qu'en effet, la jeune délinquante sans dons ni pouvoirs n'avait effectivement pas besoin de cet élément essentiel à la vie pour conserver le souffle vital. Si la façon de faire était une nouvelle fois relativement insultante, l'homme n'en fit guère cas. Tout ce qu'il voulait, c'est lui éviter la mort, et apparemment la femme n'avait absolument aucune envie de la tuer pour l'instant... Toute l'importance de ces échanges restait d'ailleurs dans cette dernière nuance, faisant que Darthestar restait sur ses gardes.

Par contre les choses semblèrent un poil plus s'emballer quand il vint la provoquer ouvertement, le terme même serait d'ailleurs plutôt insulter, car oui, il avait bien conscience qu'appeler une déesse, un "enfant gâté", avait tout ce qu'il fallait dans la formulation pour créer une colère et un concentré de fureur divine suffisante pour attirer toute l'intention d'une personne aussi importante et puissante qu'Edrusba. Un peu comme lui, elle semblait être une proie toute désignée à l'orgueil, pas celui mal placé, qui fait faire des erreurs, ou qui voile la vision globale des choses pour se faire concentrer la moindre brindille d'attention à l'encontre du parjure ayant prononcé quelques insultes, mais bien cet orgueil majestueux, total, celui que possèdent les êtres capables de maîtriser leurs dons à un niveau qui a depuis bien longtemps surpasser le commun des mortels, la grande fierté des puissants qui ne connaissent que peu d'égale, et qui ne peuvent accepter qu'un manque de respect soit accepté. En tout cas, il remarqua dés l'énonciation de ses propos une flamme impérieuse se former au coeur des prunelles de la divinité aux airs juvéniles, une flamme dévastatrice qui semblait encore être canalisée malgré l'ire d'Edrusba, et qui se muait avec une vivacité qui laissait entendre à quel point les lieux se retrouveraient parfaitement carbonisée si elle n'avait pas le don de maîtrisée un minimum son sentiment de franche injustice. Prudent, le vampire ne bougea pas un instant quand il remarqua cela, plus encore, il ne se permit même pas de cligner des yeux, de craintes qu'elle utilise cet instant pour l'attaquer, et le faire tomber sous le joug de ses pouvoirs. Décidément, les choses se compliquaient, mais après tout n'était-ce pas ce qu'il était allé chercher de lui-même ? Une situation où il deviendrait l'unique cible de l'absurde déesse ?

 - Intéressant, c’est comme si les cafards dansaient ce soir, alors soit jouons mon petit !

Utiliser le terme mon petit était surement assez surprenant de la part d'une déesse qui était bien plus petite que lui en taille, mais il n'y fit pas attention, son regard et ses sens se tournant bien plus vers quelque chose qui avait désormais le don d'être particulièrement dangereux pour lui. Le brasier scellé plus tôt dans les prunelles d'Edrusba venait de conquérir les alentours, les flammes se mettant à lécher murs et sols pour finalement envahir l'espace déjà passablement transformé par la volonté même de la femme aux airs juvéniles, et c'est avec une grande, très grande surprise qu'il remarqua qu'elle n'avait pas user de ce don pour le réduire en poussières, mais bien pour lui ôter toutes portes de sorties, comme si elle jugeait que maintenant qu'il avait décidé de s'en prendre directement à elle, il était désormais tant de lui faire mordre la poussière, de lui faire connaître la juste punition qu'il méritait, ou alors qu'il arrive à s'en sortir avec un brio suffisant pour amuser la divinité. toutefois, fait remarquable mais elle avait complètement éliminée neiges et corps évanouis des amis de la délinquante, sans laisser la moindre trace, ce qui laissait entendre qu'elle n'avait en aucuns cas cherché à les carboniser, et les avait surement déplacés au préalables, prouvant malgré tout qu'elle avait non seulement écouter les termes de l'homme, mais que surtout elle les avait accepter, ne souhaitant désormais s'entretenir qu'avec lui, et ce en compagnie de la pauvre jeune fille dépourvue de coeur... Enfin cela encore était tout relatif, étant donné qu'elle le conservait contre elle, entre ses bras, protéger par une grande boite en verre. Tout cela pour finalement voir le visage d'Edrusba se décontracté, se laisser aller à un sourire qui pour une fois ne semblait pas profondément malsain, et elle reprit la parole, laissant au vampire le loisir de l'écouter, avec un grand intérêt.

 - Bien, bien, j’aime cela. J’ai libérée les deux autres, quant à la dernière, je comptais la violer lentement, un peu comme vous avec vos crocs... Dieux qu’ils sont longs d’ailleurs, s’en est presque effrayant !... A quoi devrais-t'on jouer ? Je doute qu’une compétition physique ne soit utile, pas plus qu’un duel au hasard... Mais si vous voulez réellement sauver cette petite alors il vous faudra me défier à un jeu... J’ai hâte de voir comment vous comptez m’épater !
 -  Laissez moi donc y réfléchir un instant, je ne voudrais pas vous décevoir en répondant sottement, ou en vous proposant une situation qui ne saurait être à votre goût. Je peux du moins vous dire qu'en effet je doutes nous mener vers une comparaison de nos dons, je ne suis pas assez sot pour ne pas voir la claire différence entre nous deux.

Tandis qu'il parlait, il avait très bien remarqué que ses dents irritaient sa gencive, la piquait en de multiples reprises, soulignant le fait qu'elle s'était exprimée sur la longueur de ceux-ci. Il devenait évident qu'elle avait jouer de son être pour le modifier, l'altérer, et même si ce n'était que mineur, il avait bien eut l'occasion de comprendre par là qu'elle avait clairement la domination de son être en main, si bien que cette nouvelle ne fut pas vraiment pour lui plaire. Mais cela lui donna une idée, une idée précise, une idée concrète, un jeu à la fois intéressant, à la fois cruel, autant capable de la faire jubiler que de la faire perdre, tout comme de faire perdre le vampiroïde. Un jeu à armes égales en tant que tel, même si cela risquait grandement de le mettre encore plus en danger qu'il ne l'était actuellement, mais vu la situation il fallait bien quelque chose d'aussi sauvage, hasardeux et extravagant pour que les deux parties puissent à la fois se complaire dans un duel intéressant et équilibré. Quand il redressa la tête, il put entendre d'une oreille attentive la déesse échanger avec la lycéenne, qui semblait passablement affolée, et si les termes d'Edrusba étaient un peu faussés, le vampire n'ayant jamais dis qu'il allait la sauver, car ce serait pur folie que de tenter de sortir autrui de l'emprise d'une déesse alors que l'on est déjà soi-même en danger, l'homme ne s'en offusqua point, acceptant l'erreur si cela permettait en effet de rassurer un tant soit peu cette enfant surement complètement perdue vue la situation. Puis, quand la déesse se retourna vers lui, l'homme se permit de se redresser fièrement avant de s'exprimer avec une voix claire et précise, commençant à expliquer l'idée qui lui était venue en tête, et les règles de celui-ci.

 -  Je ne pense pas me méprendre en prétextant que vous avez un certains pouvoirs sur l'univers qui vous entoure. Ainsi, je vous propose un jeu qui sera partiellement dû au hasard, et principalement de la vigueur. Il s'agira d'un jeu de carte, un jeu que je vais vous demander de créer pour nous, et où chacune des cartes représente une partie de nos corps respectifs. En sus, parmi celle-ci, devront se trouver trois cartes particulières : une carte de coeur, une carte de crocs, et une carte de chapeau. La carte de coeur représente mademoiselle, et quiconque la tireras peut décider d'en faire ce qu'il veut, voir même de l'obliger à se tuer, ou d'accepter le viol que vous lui prévoyiez. La carte de chapeau vous représente, si je la tire, j'annule vos pouvoirs, en revanche si vous la tirez, vous pourrez usez de vos dons pour agir sur moi malgré le jeu. La carte de crocs en revanche me représente, si vous la tirez je perds mon endurance vampirique, mais si je la tire, vous ne pourrez vous défendre face à ma morsure, que j'appliquerais immédiatement. Le jeu sera que chacun tire 5 cartes, et les joues dans l'ordre qu'il désire, pouvant infliger les blessures qu'il désire au membre ou à l'organe représenter sur la carte, tant qu'il ne s'agit que d'une seule blessure. Vous comprendrez donc que le seul moyen de gagner est d'épuiser l'adversaire, dans mon cas en tirant la carte du chapeau, dans votre cas en tirant la carte des crocs, pour annuler nos résistances respectives... Remarquez que même sans cela, je reste désavantagé, car j'ai bien moins d'endurance qu'une divinité... Acceptez vous donc ce jeu ?

C'était dangereux, très dangereux, et en sus hasardeux... mais il n'avait pas vraiment d'autres idées qui pouvaient à la fois l'amuser, et prouver sa valeur à la divinité. Un jeu cruel d'endurance, où tout les coups étaient permis, et où en sus la femme était avantagée au départ. Restait une seule question :

 -  Si oui, je vous demande dés maintenant, que mettons nous en jeu contre notre victoire, ou notre défaite ?
Journalisée


Edrusba Snes-non
Dieu
-

Messages: 70


Déesse de l'absurde.


Voir le profil
Fiche
« Répondre #7 le: Décembre 30, 2015, 11:44:34 »

C’était une sacrée surprise, il était prêt à trouver un jeu qui pourrait leur plaire à tous deux, c’est vrai qu’une comparaison de puissance n’était pas bien utile, mais les explications n’étaient pas des plus simples, ni des plus évidente. En gros chacun poche des cartes dans un gros paquet et les cartes permettent de couper des membres. Ma foi pourquoi pas, mais il était alors facile d’enlever des membres en particulier pour en finir au plus vite. Sans doute voulait-il jouer sur la douleur, voilà qui était amusant pour la déesse, peut-être de quoi retrouver une vieille sensation presque oubliée. Fallait-il jouer le jeu ? Mais les cartes reposaient sur l’aléatoire ceci dit, et elle ne pouvait pas contrôler cela. Aussi les règles annoncée et comprise elle hocha la tête, un paquet de cartes se matérialisa alors, le dos des cartes était noir avec une étoile dorée dessus au centre. L’étoile brillait et la bordure de la carte dorée elle aussi semblait faite d’or en fusion, mais froid.

- Voilà pour les cartes, ça s’est fait, maintenant la mise...

Elle remit son trône à l’endroit s’il ne l’était pas déjà, puis elle sembla pensive, qu’offrir au vainqueur ? Elle ne savait trop, que pouvait-elle recevoir d’un vampire ? Sans doute rien, quant à lui offrir ? Facile, tout pour peu que ça soit dans son domaine, donc pas l’immortalité.

- Bien, je mets en jeu mon corps ci-présent, vous pourrez en disposer comme bon vous semble. Et vous ?

Cela, étant fait, il fallait encore piocher, mais pas la peine de se bouger, tendant la main, elle fit voler les cartes vers elle, des cartes vierges, les symboles ne firent en effet leur apparition qu’une fois dans les mains de leurs receveurs. Alors, qu’avait-elle en main au juste ? Pleins de parties de corps, mais rien de plus, dommage, mais en même temps c’était amusant aussi. C’était donc à elle de commencer on dirait, sortant une carte, elle fit apparaitre une jambe histoire de s’amuser un peu.

- Donc maintenant je n’ai plus qu’à dire comment elle sera traitée.

Un sourire se dessina alors et elle prononça simplement :

- acide nitrique.

Et la peau se mit à bruler, à l’acide tout simplement... Pas de quoi perdre la jambe, mais ça allait prendre du temps de toute façon avant d’arriver à l’os...
Journalisée
Darthestar
Administrateur
-
*****
Messages: 3069



Voir le profil WWW
Fiche
Description
Darthestar est un être d'un bon mètre 95, et il s'agit surement de l'exemple typique de l'homme torturé par sa nature.

Devenu vampire par le biais d'une bien compliquée histoire, il essayes tant bien que mal de dominer son instincts, mais son combat avec lui même le rend parfois instable et maladroit.

Homme contemplatif, il est avant tout un voyageur et n'use de sa puissance que dans les cas les plus extrêmes, y préférant une certaine forme de sagesse.
« Répondre #8 le: Décembre 31, 2015, 01:20:12 »

Était-ce de l'intérêt qu'il venait de découvrir dans le regard de la jeune femme ? Oui apparemment, elle semblait apprécier l'idée, peut-être même que cela venait de correspondre parfaitement avec ce qu'elle concevait d'un jeu qui pouvait à la fois pleinement la contenter, et potentiellement lui offrir un challenge de qualité ? Pour le coup du moins, cela venait surement de pleinement attirer son attention, de lui donner envie de participer à cet échange des plus osés, où elle même risquait de se retrouver à subir des effets que les divinités n'avaient normalement plus vraiment l'habitude de connaître, et cela ne manqua pas e conforter le vampiroïde dans son choix, comprenant l'intérêt de la femme comme une véritable victoire, lui qui imaginait une divinité comme une entité intransigeante, qu'il était toujours bien difficile de convaincre, ou même de surprendre par quelque nouveautés dont l'être immortel n'aurait pas déjà eut le don de tenter. Enfin, tout cela pour dire qu'il fut enfin parfaitement assurée de sa première "petite victoire" quand il vit le paquet de cartes se matérialiser avec lenteur, finissant rapidement par prendre consistance pour finalement se révéler être un amas conséquents de fines lamelles d'une grande finesse dans la production dans le détail, sombres certes, mais possédant un contour aux airs envoûtants et étranges, et comprenant un sigle central d'une grande beauté. De véritables oeuvres d'arts, il était sans dire, et pour le coup Darthestar ne pouvait qu'imaginer un peu la convoitise que pourrait créer pareils objets, surtout quand il s'imaginait à quel point ces simples cartes devaient contenir une énergie sans limite, ce qui amènerait bien d'un collectionneur à mettre la main dessus. Enfin, la discussion et le jeu qui allait suivre n'avaient proprement rien à voir avec la qualité de ce paquet, et se reconcentrant sur le plus important, il écouta la déesse parler de la mise qu'elle s'apprêtait à mettre en jeu :

 -  Voilà pour les cartes, ça s’est fait, maintenant la mise... Bien, je mets en jeu mon corps ci-présent, vous pourrez en disposer comme bon vous semble. Et vous ?

La surprise dut se lire dans le regard du vampiroïde, qui ne s'imaginait pas un instant que la déesse serait capable de mettre en jeu son corps même si il venait à la vaincre, et sans trop savoir pourquoi, cette mise venait de provoquer une violente envie de gagner à tout prix ce match des plus sordides. Est-ce qu'il était en effet aussi fasciné que cela par la demoiselle pour avoir autant envie de s'emparer d'elle, de la dominer, et de pouvoir faire de son être l'écueil de ses envies et de ses désirs, comme si elle était un simple objet mis à sa disposition ? Ou est-ce qu'il s'agissait d'un désir plus sombre, malsain, celui d'avoir le droit de se faire tout-puissant face à un être qui techniquement le dépassait de loin ? Il ne savait guère, il n'avait même pas la moindre si c'était simplement son désir de posséder une femme aussi belle que dangereuse, ou l'occasion de dominer et de rendre à une femme puissante aussi faible et soumise que la plus timide et frêle des lycéennes qui lui donnait désormais tant envie de prendre le dessus, avant tout sur la partie, puis sur la victoire, mais il était clair pour le vampire désormais qu'il avait une raison bien claire de chercher à remporter ce duel de chance et de hasard. Restait la question de la mise, et encore une fois il ne savait pas vraiment ce qu'il pouvait ou non lui proposer de suffisamment intéressant pour qu'elle ait elle même envie de remporter la mise, si bien qu'il ne manqua pas de se creuser pendant un petit moment la tête pour trouver ce qui allait pouvoir la faire sourire, pas obligatoirement de plaisir, mais au moins d'intérêt, sachant très bien qu'il allait être relativement compliqué de trouver quelque chose qui contentera pleinement la femme. Finissant par trouver un compromis, alors que derrière eux la lycéenne tremblait de tout son corps, interdite, il s'exprima enfin alors qu'il voyait voler les cartes en direction de la main de son adversaires... Pour elle apparemment le jeu avait déjà commencé :

 -  Je mets en jeu ma servitude pour les prochaines vingt-quatre heures à venir, j'agirais comme vous le désirez, obéissant sans broncher, même aux pires actions, aux plus sordides...

Un fin sourire, une carte tirée de la main de la femme rapidement, et alors qu'il venait tout juste de sceller ce début de partie par la mise en jeu de son obéissance, il la vit retourner une des étranges cartes aux dons ésotériques pour finalement montrer la forme d'une jambe, qu'elle ne manqua de souligner d'ailleurs d'un petit commentaire qui permit bien vite à l'homme d'imaginer que l'esprit tordu de la divinité allait avoir une foule d'idées assez monstrueuse pour ce jeu des plus .... douloureux.

 - Donc maintenant je n’ai plus qu’à dire comment elle sera traitée. Acide nitrique.

Alors même qu'il ne comprenait pas bien pourquoi elle avait parlée d'acide nitrique, ne connaissant pas du tout cet élément pour la bonne et simple raison qu'il n'avait absolument aucunes connaissances en sciences et autres domaines d'ordre chimique, il put toutefois très bien comprendre quand il sentit un étrange liquide s'incruster dans la chair de son mollet, commençant à ronger lentement les tissus de son corps pour avancer perpétuellement vers le coeur de son membre. La femme était intelligente, plutôt que de choisir une blessure définitive, elle avait fait le choix de provoquer chez son adversaire une souffrance sur la durée, ce qui n'était clairement pas interdit par les règles, et qui en sus allait avoir le don d'élimer progressivement l'endurance de Darthestar, dont même la nature vampirique ne protégeait pas de ce genre de dégâts. Après, il subissait en silence, son visage n'avait même pas changé d'expression après tout, l'homme étant bien capable de résister à la peine provoquée par un trou béant au beau milieu de sa poitrine, mais il en restait qu'il n'était clairement pas sur de pouvoir tenir sur le long si la femme s'amusait ainsi à provoquer en lui autant de souffrances distillées sur le temps. Enfin, malgré la blessure, il alla piocher ses cinq cartes personnelles, et observa dés lors une main pleine de cartes de membres. Intéressant, mais clairement pas suffisant pour gagner la victoire, si bien qu'il regarda la déesse avant de finalement jouer l'intégralité de ce qu'il avait pioché, imaginant les différents types de blessures qu'il allait lui infliger avant de les prononcer à hautes voix, avec une once de contentement toutefois :

 -  Eh bien dans mon cas je joue toute ma main, une saignée au niveau du cou, un os brisé pour le bras droit, un deuxième os brisé pour le même bras, un impact violent pour le ventre, et un ... on va dire votre joli pieu de tout à l'heure, dans votre coeur.

A mesure qu'il se prononçait, il put voir les dégâts s'accumuler sur la déesse, finissant en quelque chose d'aussi malsain que gênant, ayant presque le don de faire regretter au vampire d'avoir proposer un jeu aussi barbare. Mais il était trop tard, il vint récupérer cinq nouvelles cartes, et espère au plus profond de lui d'obtenir une des trois cartes rares du paquet, avant de finalement regarder son adversaire, attendant de voir ce qu'elle allait jouer, et si elle avait compris que pour le début de la partie, il était absolument nécessaire de piocher un maximum pour augmenter ses chances d'acquérir les cartes spéciales, qui n'étaient dans le fond que le seul moyen pour le vampiroïde d'avoir une chance de remporter la victoire...
Journalisée


Edrusba Snes-non
Dieu
-

Messages: 70


Déesse de l'absurde.


Voir le profil
Fiche
« Répondre #9 le: Décembre 31, 2015, 03:43:28 »

Son esclave pour une journée ? Cela ne semblait pas vraiment surprendre la déesse une fois de plus, mais il n’avait pas grand-chose de plus à offrir que sa servitude. Cela dit la déesse eut un sourire, le temps était une variable facilement manipulable pour elle, une journée... Cela la faisait rire sournoisement en son for intérieur. L’acide se répandait maintenant que, le vampire, lentement il dévorait son membre, elle n’avait joué qu’une seule de ses cartes, mais sans surprise cela affectait déjà le vampire. En plus elle voulait le garder en vie un petit moment, voir ce qu’il allait faire, subir un peu de cette souffrance dont il avait parlé plus tôt. Elle était fascinée par ce qu’elle ignorait, et la souffrance semblait en faire partie, bien qu’elle connaissait la signification du terme. Il piocha donc cinq cartes, souriante elle attendait avec impatience sa paroles, les jambes battantes contre son trône, tournant dans les airs comme l’aiguille d’une trotteuse. Enfin il parla, la déesse eut un grand sourire un court instant, puis son coup vit du sang couler, un sang brillant comme du rubis liquide. Son bras droit se brisa d’abord le cubitus, puis le radius comme de vulgaires brindilles. C’est que le pouvoir de la déesse ne faisait pas dans la demi-mesure. Son bras se mit à pendre lamentablement, mais elle n’en lâcha pas les cartes qu’elle avait en main.

Elle reprit les cartes dans son autre main, les faisant simplement apparaitre dedans sans les échanger avec un geste. Le coup sur le ventre fut le moins ressenti, bien qu’on put voir sa tenue afficher le temps de l’impact la marque de ce dernier. Le sourire de la déesse grandissait encore, le ciel noir semblait lentement se couvrir de nuages plus noirs encore que la nuit elle-même. Le peu en argent se présenta face au coeur de la déesse, puis s’y planta lentement ce qui lui fit Bizard. Elle devrait en mourir non ? Mais un être comme elle n’avait même pas besoin de corps pour vivre, alors elle survivait tranquillement. Son coeur cessa alors de battre et rapidement elle sembla perdre vie. Comme une poupée mécanique dont le mécanisme se bloque, elle cessa de bouger, sa nuque se détendit elle sa tête tomba vers le bas, son corps entier sembla rapidement sans vie. Venait-il de tuer une déesse en la forçant à le faire d’elle-même ? Même lui devait déjà se douter que cela ne pouvait pas être le cas. D’ailleurs elle tenait encore ses cartes en mains, et son corps sembla parcouru de spasme d’un seul coup.

- Haha, j’adore ! J’adore cette sensation, c’est donc ça, la mort chez les mortels ? Je pourrais bien y devenir accroc...

Sa tête se releva alors, un sourire déformé sur le visage, plus de dents que nécessaire pour un corps humain, des dents taillées en pointe d’ailleurs. Les yeux dilatés grand ouverts, des flammes semblaient s’y promener tout au fond, souriante elle claque des doigts de sa main qui pendait au bras brisé. La carte qui lui manquait revint alors pour compléter sa main. Efin reprenant un air plus naturel, mais souriant toujours, elle regarda sa nouvelle carte. Devait-elle jouer sa nouvelle carte maintenant ? Allez savoir, son air plus calme les yeux toujours en feu ceci dit, elle reprit une mâchoire humaine et un air posé. Enfin elle observa son bras brisé en le levant, ça pendait bel et bien, c’était donc ça, une fracture ?

- Hmm, j’aime ce jeu, je crois, bien, c’est tellement bon, cette sensation d’os brisé...

Elle se calma alors un peu et fit apparaitre quatre des cartes de sa main dans les airs. Quatre membres, la dernière elle la garda en main pour le moment. Doucement et comme par sadisme, elle fit se retourner une par une les cartes pour montrer au vampire ce qui allait souffrir d’ici peu.

- Alors déjà je vais te rendre ta saignée au cou, puis avec cette carte je briserai ta rotule droite, puis avec les deux restante...

Elle sourit à nouveau l’une représentait l’estomac, l’autre un bras. Aussi elle annonça que le bras gauche du vampire se verra amputé de son humérus. Après tout elle souhaitait qu’il puisse encore jouer avec la main et le poignet, puis elle sourit encore plus largement et annonça pour en finir :

- ton estomac sera donc atteint d’un ulcère gastrique...

Elle eut un petit rire sadique, qu’importe que, les vampires ne mangeant pas, leur estomac soit toujours là, et les ulcères restent très douloureux pour tout le moment. Crampe, brulure, torsion dans le creux de l’estomac... Le vampire risquait d’en baver, mais c’était à son tour de jouer à présent.
Journalisée
Darthestar
Administrateur
-
*****
Messages: 3069



Voir le profil WWW
Fiche
Description
Darthestar est un être d'un bon mètre 95, et il s'agit surement de l'exemple typique de l'homme torturé par sa nature.

Devenu vampire par le biais d'une bien compliquée histoire, il essayes tant bien que mal de dominer son instincts, mais son combat avec lui même le rend parfois instable et maladroit.

Homme contemplatif, il est avant tout un voyageur et n'use de sa puissance que dans les cas les plus extrêmes, y préférant une certaine forme de sagesse.
« Répondre #10 le: Janvier 01, 2016, 08:04:49 »

Honnêtement le vampire avait plus d'une chose à tester avant de devenir sérieux sur ce jeu, et la première des choses qu'il se devait absolument de tester était de voir à quel point la divinité en face de lui pouvait ressentir la douleur, et plus même, à quel point elle arrivait à soutenir celle-ci si en effet elle était encore à même par son statut de comprendre et vivre la souffrance physique. De toutes manières le jeu avait des règles, l'une de celle-ci impliquant que les deux joueurs étaient incapable d'imputer à la vie de l'adversaire, sinon ce serait tout à fait contraire au but même de l'affrontement qui voulait qu'ils souffrent le plus longuement possible, jusqu'à l'abandon, ou la perte momentanée du moindre éclat vivant au coeur de leur être, si bien que le vampire comptait bien aussi voir si elle était capable de survivre à un coup des plus mortel, comme le pieu qui creuserait sa chair pour transpercer son organe normalement vital. Et en effet, avant même de pouvoir lui infliger les dégâts, il put voir le sourire profondément malsain de la jeune femme, avant que sur elle ne s'accumule moults attaques, provoquant un bruit des plus dérangeant à l'oreille, mélange entre quelques bris secs d'os, la tranche lourde qui traverse la chair pour laisser des blessures longues et fines, sans parler du point final quand, soudainement, le pieu reparut devant le coeur d'Edrusba pour s'enfoncer cruellement en elle, la faisant pousser un râle mortuaire des plus troublants avant que son corps ne s'écroule en avant, sans pour autant tomber sur le dallage de la ruelle. Troublé, un peu mal à l'aise même, le vampire eut bien du mal à savoir si elle était en effet décédée, ou simplement subissait un choc des plus surprenants suite à ce qu'elle venait de vivre... Et en effet, malgré le coup mortel, elle se redressa d'un coup, livide, telle une poupée de chair aux fils invisibles, ne manquant pas de faire frisonner le vampire :

 -  Haha, j’adore ! J’adore cette sensation, c’est donc ça, la mort chez les mortels ? Je pourrais bien y devenir accroc...
 -  Je pourrais bien chercher à vous faire part de mon avis sur la question, mais malheureusement je doutes m'en sortir aussi bien que ce que vous venez de faire.

Cette petite boutade était innocente, mais elle révélait quelques choses sur le vampire qui n'était peut-être pas évident, mais plutôt palpable malgré tout, un quelque-chose qu'il semblait d'ailleurs tout faire pour dissimuler le plus précisément possible : Il était inquiet, peu à l'aise, il n'était pas commun de voir une divinité passer aux portes de la mort, et il était tout aussi rare et gênant de voir la-dite divinité se redresser juste après avec une aisance à faire froid dans le dos. Le pire dans tout cela n'était d'ailleurs peut-être pas le fait qu'elle se soit relevée, ce qui n'était dans le fond pas si surprenant que cela, vu que le vampire savait de lui-même que les coup mortel étaient interdit par la logique du jeu, mais surtout l'état dans lequel elle venait de "retrouver la vie", passant d'une femme élégante, charmante, digne et peut-être troublante, à une forme livide et glauque, dépourvue de vie que ce soit dans le regard, le sourire, ou la peau, et dont les lèvres exprimaient une expression tout aussi sauvage et cruelle qu'effrayante, sans parler de la rangée de pointes qui lui servait désormais de dentition. Elle venait de découvrir une sensation à laquelle elle saurait y prendre goût ? Bravo, Darthestar aussi, une sensation qu'il avait plus tendance à vouloir éviter à tout jamais, espérant de ne plus jamais se retrouver dans la même situation : une terreur sourde, infinie, profonde, une terreur qui laissait clairement savoir que l'homme ne pouvait presque plus se permettre de respirer normalement, et où le moindre de ses gestes s'accompagnait d'un tremblement compulsif. Finalement il l'entendit claquer des doigts, et ajouter une carte à sa main pour à nouveau la remplir, et commencer à les parcourir d'un doigt pour finalement en tirer quatre du jeu, ne manquant pas de faire comprendre à l'être vampirique que la souffrance ne faisait que commencer.

- Hmm, j’aime ce jeu, je crois, bien, c’est tellement bon, cette sensation d’os brisé... Alors déjà je vais te rendre ta saignée au cou, puis avec cette carte je briserai ta rotule droite, puis avec les deux restantes...

Dans les airs, flottantes, les cartes se retournaient lentement à mesure que la déesse annonçait ce qu'elle choisissait de lui faire subir, comme si elle voyait dans cette langueur, ce suspense à chaque retour de carte, la possibilité d'ajouter un nouvel aspect de supériorité psychologique dans cet affrontement masochiste, et qu'ainsi le vampire ne saurait supporter de patienter alors que la souffrance même qui allait progressivement l'envahir avait déjà le don de ronger son calme et sa maîtrise. Finalement, le même coup qu'il avait fait subir à la déesse vint peindre sa gorge d'un rouge tenace, coulant sur son haut, puis vint sa rotule qui se brisa soudainement, l'obligeant à serrer les dents et s'asseoir dans une position où il pouvait étendre la jambe, afin de ne pas la forcer à subir son poids... Elle semblait encore hésiter avec les deux autres cartes, comme si elle ne savait pas quoi en faire, et finalement elle commença par faire tourner la carte représentant un bras, annonçant avec un ton extrêmement léger qu'il allait se voir amputé de l'humérus. Le jeu sembla d'ailleurs ne pas bien comprendre le message, avant que le vampire sente finalement son bras gauche pendouiller d'un coup, tirant sur ses muscles, l'os ayant tout simplement disparu de son corps pour le laisser là, mou et élastique. Pour le coup ça ne faisait pas vraiment mal, c'était surtout gênant et il cala son bras délicatement sur sa jambe brisée en soufflant longuement, cherchant à ne pas trop faire remarquer qu'il semblait bien mieux ressentir la douleur que sa camarade de jeu, qui elle, par contre, en profita pour retourner sa dernière carte en annonçant un ulcère, qui fit plié le vampire en deux en un instant, la vive douleur ayant été tout simplement trop rapide, trop forte, trop importante pour que l'homme puisse conserver sa contenance. Il inspira et expira profondément, la douleur lui sciant les entrailles, mais il parvint à reprendre lentement le contrôle, se redressant avec lenteur pour ne pas en rajouter face à son ventre douloureux, et avec lenteur et précaution il vint chercher ses cinq nouvelles cartes, y découvrant alors la sienne, symbole du croc, ainsi que quatre cartes de membres...

 - Vous avez le don... De trouver de bien douloureuses idées, je le concède... Bon... Pour ce qui suit...

Il contempla une dernière fois ses cartes avant de faire un choix définitif. La carte de crocs allait lui permettre de se soigner intégralement de ses blessures en consommant le sang divin d'Edrusba, et l'idée était plus que tentante, mais cela contenait aussi le risque qu'elle puisse la piocher elle-même peu après, une fois qu'il l'aurait glisser à nouveau dans le paquet, et ainsi lui permettre de gagner la partie avec aisance. De plus il n'était pas non plus encore à l'article de la mort, il ne fallait pas exagérer, et il pensait bien pouvoir résister à une autre volée de blessures sous peu, si bien qu'il devenait rapidement claire qu'il n'allait pas jouer son atout à cet instant de la partie. Non, il fit plutôt le choix de sortir trois cartes, conservant une carte membre représentant le dos, et les retourna rapidement pour laisser Edrusba voir chacune des illustrations. L'une représentait la tête, un autre représentait le haut du corps, et la troisième avait pour image la jambe, comme quoi, leur duel semblait se concentrer autour d'une stratégie hasardeuse constituant à flageller les membres inférieurs de l'adversaire pour qu'il mette genoux à terre. Sur cette courte note qu'il se permit au plus profond de son esprit, il ne manqua pas d'observer l'état de son adversaire avant de finalement trouver chacune des trois blessures qu'il allait lui infliger, et de finalement élever la voix pour expliquer ce dont elle allait souffrir, se demandant si elle allait bien le prendre, ou si il allait aller trop loin, au point qu'elle ne s'enrage, et cherche absolument à le faire souffrir plus que tout au monde. Tant pis, il s'agissait d'un pari à prendre, et il n'allait pas manquer une occasion d'handicaper son adversaire.

 -  Bon eh bien je crois que vous allez commencer pas perdre l'un vos yeux, transpercé d'une aiguille, puis vous allez enlever ce pieu de votre corps et laissé la plaie s'enflammer. Quand à votre jambe, deux livres de chairs en seront retirées.

L'homme commençait à prévoir sa victoire ... même si pour le coup, il n'avait toutefois pas prévu d'entendre, derrière la déesse, la jeune femme s'écroulée au sol, s'étant évanouit face à l'horreur de la situation.
Journalisée


Edrusba Snes-non
Dieu
-

Messages: 70


Déesse de l'absurde.


Voir le profil
Fiche
« Répondre #11 le: Janvier 02, 2016, 01:40:10 »

Le vampire semblait tenir le coup, contre toute attente de la déesse il encaissait plutôt bien les fractures, et l’acide semblaient avoir lentement perdu de son effet, sa rotule brisée le fit cependant penredre une posture désobligeante. Elle sur son fauteuil l’observait encore de ses yeux rouges qui revenaient à eux, non pas qu’elle ait soigné son corps, mais juste qu’elle reprenait un air plus normal après son éland de folie. L’ulcère sembla être le coup de grâce pour le vampire, tout comme le coeur qui avait arraché un instant la déesse à son corps divin. Mais elle ne régénéra pas son corps, pas besoin de le faire, car elle pouvait toujours le manipuler, mais il est vrai qu’elle était en piteux états, la gorge entaillée, le bras froid en miette, probablement les intestins en miette aussi. Mais elle s’en sortait bien, usant du bras restant pour maintenir les cartes, et de sa magie pour les jouer. Mais le vampire devait encore jouer, elle l’attendait non sans un sourire sur le visage, c’est que l’idée de connaitre de nouvelles souffrances l’enchantait beaucoup. C’était une sensation nouvelle, délicieusement perturbante aussi. Et puis elle ne craignait pas réellement la mort en tant que divinité. Enfin il parla de nouveau, cette fois c’était un oeil qui était visé, mais une aiguille serait-elle suffisante ? Elle vit donc l’objet de métal paraitre, une simple aiguille de couture puisque c’était le sens commun du mot aiguille. L’aiguille s’enfonça donc tranquillement dans son oeil droit, mais à part réduire sa vue il n’eut pas beaucoup d’effet.

Enfin le pieu fut retiré de son coeur par sa propre main gauche, les cartes ayant pour l’instant disparu. Le pieu en main elle le laissa tombe au sol dans un bruit de métal tintinnabulant. Puis ce fut le feu, des flammes rouges normales bien vives qui sortirent de sa poitrine, malheureusement le feu ne semblait pas lui procurer une si grande douleur. Mais le sourire de la déesse ne semblait pas du tout s’éteindre, il ne se déformait plus non plus. L’ennui l’avait-il gagné ? Certainement pas, mais la sensation était bien moins douloureuse que les os brisés. Le feu quant à lui picotait, mais il ne progressait pas réellement dans le corps de la déesse dont le sang rubis coulait doucement sur les habits. D’ailleurs le côté gauche de sa robe s’effondra, son pendentif en argent fondit sur sa poitrine. Son sein visible n’avait plus rien de charmant, brulé par le feu qui commençait lentement à lécher le visage de la déesse. Une parte de ses cheveux vola en cendre, les plumes de sot chapeau également. Mais sans perdre de sa constance elle continua le jeu, d’un geste de la main elle fit resservir les joueurs. Derrière elle se fit alors entendre la chute d’un corps lège, la jeune femme ne semblait plus supporter la vue de leur spectacle d’immortels.

- HAA, c’est presque jouissif tout ça, mais c’est mon tour...

Malheureusement elle n’avait là que des membres en mains, et le chapeau pioché un peu plus tôt. Souriante elle savait que le chapeau était une carte pour la victoire, mais fallait-il s’en servir. L’idée était simple, déclarer que le vampire n’en était, plus un n’aurait pour effet de lui retirer ses pouvoirs. Mais ce ne serait pas fun, et puis la carte crocs était là pour faire cet effet, cela dit elle pouvait agir sur lui avec ses pouvoirs. Fallait-il l’albâtre d’un grand coup ? C’était tentant, mais elle ne craignait pas vraiment la mort, et cette sensation de picotement était délicieuse ! L’observant, alors elle soupira de ne plus voir correctement, mais elle ne pouvait pas s’amputer de l’oeil pour le plaisir, aussi elle contempla sa jambe d’où la chaire était retirée, jambe gauche avec les os bien visibles. Une sensation charmante, elle ne ressemblait plus à une personne élégante maintenant, la robe termina de tomber dans son dos, le feu du tissu s’éteignit, laissant voir une peau marquée par la brulure et un sein détruit. Mais ça ne semblait pas la perturber outre mesure, déjà car la nudité n’était pas une chose qui la mettait mal à l’aise.

- Voyons voir, vous sembler aimer la chair fraiche... Alors, allons-y.

Elle eut un sourire malsain à nouveau, puis annonça qu’à fin de lui faire voir sa chair tendre et juteuse elle va user de quatre de ses cartes à nouveau. Et ainsi elle annonça souriante :

- Je vais donc user de mes cartes pour décharner vos quatre membres !

Aussitôt dit, aussitôt fait ! Des mains griffues sorties des airs prirent alors le vampire par les membres pour le maintenir, tendis que des rasoirs de barbier géant virent le priver de son enveloppe charnelle sur les membres. La peau fut coupée lentement pour ne pas l’abimer et retirée de ses muscles et autres tissus. Enfin les gants et bottes de chaires ainsi créés furent envoyés dans les airs à côté des concurrents. Comme s’il pouvait espérer les récupérer plus tard. Le sang coulait encore la déesse souriait tranquillement, comment se sentait le vampire séculaire ?

- Mhh, cette couleur vous va si bien, j’adore le rouge !

Son regard était de nouveau fou, les yeux dilatés, enfin tout du moins celui qui n’était pas blessé. Son sourire carnassier et perfide s’était à nouveau montré face à tout ce sang qui coulait partout...
Journalisée
Darthestar
Administrateur
-
*****
Messages: 3069



Voir le profil WWW
Fiche
Description
Darthestar est un être d'un bon mètre 95, et il s'agit surement de l'exemple typique de l'homme torturé par sa nature.

Devenu vampire par le biais d'une bien compliquée histoire, il essayes tant bien que mal de dominer son instincts, mais son combat avec lui même le rend parfois instable et maladroit.

Homme contemplatif, il est avant tout un voyageur et n'use de sa puissance que dans les cas les plus extrêmes, y préférant une certaine forme de sagesse.
« Répondre #12 le: Janvier 06, 2016, 03:07:07 »

Voir le résultat provoqué par ses cartes ne fut pas vraiment du plus grand des plaisir pour le vampire, l'homme appréciant généralement de ne pas provoquer de douleurs inutiles chez les personnes qu'il estime ou apprécie, et si l'appréciation n'était pas vraiment présente envers cette femme au comportement aussi chaotique que dangereux, il ne pouvait pas non plus nier le fait qu'un être de cette puissance, de cette prestance, avait largement de quoi créer chez lui une certaine forme de respect, un peu liée à la crainte, cela allait aussi de soi. En tout cas de la voir brûler ne provoqua chez l'homme aucune forme de plaisir, et il attendit simplement de voir l'état de la femme se détériorer alors qu'il remarquait assez aisément que celle-ci ne semblait plus prendre autant de plaisir que plus tôt, son faciès restant des plus neutre alors que les flammes léchaient son corps, transformait sa peau d'albâtre en une croûte épaisse de chair brûlée, alors même que ses vêtements en feu avaient déjà finit de la transformer définitivement en étrange figure dénudée et cramoisie. Ce genre de blessures étaient mortelles normalement, mais encore une fois, la femme ne sembla guère s'en incommoder, sa nature divine la protégeant des affres de la mort, si ce n'était pas de la douleur, et c'est avec une faiblesse et une incapacité toutefois notoire qu'elle appela à elle les cartes qui vinrent rapidement emplir sa main des quelques trous qui lui manquaient, l'homme priant pour qu'elle n'ai pas déjà obtenue le chapeau qui lui permettrait d'annuler l'intégralité de sa puissance, et ainsi gagner la partie, au vu du nombre conséquent de coups mortels qu'il lui avait infligé. Enfin, rien ne lui permettait de connaître son jeu, et alors même que, concentré, il attendait de voir ce qu'elle allait faire de pervers et de vicié, il finit tristement par remarquer que son sourire pervers revint sur ses lèvres.

 -  Voyons voir, vous sembler aimer la chair fraiche... Alors, allons-y.

L'annonce qu'elle fit lui fit froid dans le dos. Il pensait en effet pouvoir tenir une nouvelle série de blessure, mais ... ce qu'elle prétextait donnait un peu l'impression qu'elle comptait lui infliger des blessures qui se voulaient particulièrement sévère, des blessures qui, avec un peu de malchance, auraient largement le don de lui faire connaître des dégâts irrécupérables, ou qui auront le don de le pousser à la mort à une vitesse extrêmement vive. Cela le mettait plus qu'en danger, et finalement, cherchant à se sauver du maximum de souffrance, il se mit à puiser dans sa magie tandis que la femme fanfaronnait, accumulant en lui une source conséquente d'énergie hivernale afin de prévoir la gelée immédiate de ses blessures pour ne pas se vider de son sang, non sans parler de pouvoir maintenir son corps dans un état de demi-vie qui lui permettrait encore d'agir, même difficilement, si le coup qu'elle lui inflige se révèle potentiellement fatal. Finalement, il eut tout juste le temps d'en accumuler assez pour prévoir la moindre de ses actions quand elle finit par sortir une par une les cartes de sa mains par le même procédé magique que plus tôt, montrant ses deux bras et ses deux jambes, ce qui offrit au vampire une légère sueur froide en imaginant ce qui était en train de se dérouler dans le cerveau de cette divinité aux oraisons particulièrement sombres, ne lui laissant donc pas le choix d'activer ses pouvoirs en urgence, alors que la femme se mit à élever la voix pour commencer à exprimer la sentence qu'elle lui faisait subir avec le même et perpétuel plaisir malsain que pour chacun de ses jeux :

 -  Je vais donc user de mes cartes pour décharner vos quatre membres !
 -  Q-Que quoi ?

A peine avait-il réagit qu'il se sent emporté rapidement dans les airs, soulevés par quelques mains qui ne manquèrent pas pour autant de raviver la douleur qu'il ressentait déjà dans certains de ses membres, avant qu'il ne puisse observer les lents mouvements de ces larges couteaux de barbiers qui apparurent du néant pour commencer à vire-volter autour de son corps sans pour autant la blessée, comme si il fallait installer en lui une peur tenace avant même que la punition divine ne commence... Et finalement il sentit la première tranche, la sensation terrible de cette lame qui l'ôtait avec une précision chirurgicale de sa peau pour lentement la faire quitter son écueil charnel, et l'envoyer finalement voler au loin, en morceaux, puis vinrent les autres, une véritable danse de lames qui étaient actuellement en train de le vider du moindre petit bout de protection naturelle, travaillant d'arrache-pied pour ne laisser sur son corps que quelques muscles, et la vive douleur qui étreignait son être à mesure que l'air provoquait, sur sa chair mise à vif, une sensation de brûlure comme il n'en avait jamais connue. La douleur était insoutenable, et quand il fut relâché, enfin libéré de la moindre petite partie de couverture corporelle, il ne manqua pas de concentrer sa puissance pour geler instantanément son corps, permettant ainsi de ne pas saigner, ou même de mourir, mais le laissant quasiment incapable de bouger. La douleur avait été si intense qu'il en la ressentait plus, ses yeux étaient vides, et son souffle court, il devenait ainsi clair qu'il n'avait quasiment plus de vie en lui, et qu'il allait avoir besoin de soin dans l'instantané pour ne pas perdre ce jeu. Finalement c'est la déesse qui se mit à parler rapidement, le coupant alors même qu'il prévoyait d'échanger un ou deux mots, et finalement il l'écouta, vautrer au sol, inspirant difficilement, avant de lui même prendre la parole.

 -  Mhh, cette couleur vous va si bien, j’adore le rouge !
 -  J'espère alors ... que vous me pardonnerez... de ne pas vous en laisser le plaisir... de la vue.

Faiblement, il va piocher ses prochaines cartes, révélant à la fois deux membres, mais aussi la carte coeur, qui le ferait bien surement sourire si il avait encore la possibilité de le faire, ses lèvres ayant disparue depuis un moment. Finalement il n'allait pas jouer quoi que ce soit de son jeu hormis la seule carte pouvant lui permettre de ne pas perdre la partie, et glissant son doigt comme il peu sur la carte, n'ayant même pas la force de la tirer de sa main, il parvient finalement à la faire chuter au sol, révélant les crocs du vampire, et ainsi la capacité de l'homme à mordre la jeune femme pour récupérer à son cou le précieux liquide vital. La carte d'ailleurs révélée, l'homme usa de ses dernière force pour se redresser un minimum, puis pour se jeter comme il le pouvait en avant, tombant par là sur la charmante déesse, avant de planter ses dents dans son cou, commençant dés lors à incorporer en lui le sang de nature supérieur qui coulait dans les veines d'Edrusba. Pendant un temps il crut qu'il était déjà trop tard, le pauvre homme ne parvenant même pas à récupérer ses forces avec les ponctions qu'il lui prodiguait, mais finalement il put sentir ses forces se recouvrées lentement, et il laissa donc ainsi la couche de gèle sur son corps s'évanouir, tandis que la peau se mit lentement à se reconstituer, tout comme ses autres blessures. C'était jouissif, de passer du stade mourant au statut d'un homme en pleine et bonne santé, et l'homme se sentit d'une aise sans pareille quand enfin l'énergie l'envahit entièrement alors qu'il venait d'assimiler les dernières gorgées nécessaires à sa reconstitution. Finalement il quitta le cou de la femme complètement indemne, comme si rien ne s'était déroulé, et se redressa fièrement avant d'aller se ré-installer tranquillement à sa place, récupérant la carte croc avant de la glisser dans le paquet, qui se mélange alors de lui-même.

 -  Désolé pour mon comportement de plus tôt, c'était... lamentable de ma part. J'espère que la morsure ne vous a pas trop incommoder.

Pour le coup il n'avait pas penser aux effets de la morsure, et n'avait même pas chercher à le savoir, étant donner qu'il était bien plus dans une optique de survie qu'autre chose. Il était même possible que normalement, la dose de sang qu'il avait prélevée fusse mortel pour un être normal, mais ce ne devait pas être le cas pour la déesse.

 -  C'est donc à vous.
Journalisée


Edrusba Snes-non
Dieu
-

Messages: 70


Déesse de l'absurde.


Voir le profil
Fiche
« Répondre #13 le: Janvier 14, 2016, 06:02:44 »

Le décharner, c’était une idée charmante, sanglante surtout ! Mais pour un vampire le sang devait avoir ce quelque chose de plaisant qu’elle connaissait si bien ! Et puis elle ne voulait pas qu’il se retrouve incapable d’agir, mais bien qu’il soit obligé de le faire dans une grande et pénible douleur. Sa peau avait été enlevée avec grand soin, des couteaux précis et tranchant avaient tout retiré par petit bout. En tout cas sa revanche semblait terrible, il voulait la priver de la vue, mais comment ‘y prendrait-il ? Les yeux broyés ? Explosés ? Retirés de leurs orbites ? Aller savoir, tout semblait possible dans ce jeu macabre et sanglant entre deux êtres immortels. Encore que pour le vampire un doute subsistait à ce propos, en un sens elle pouvait le tuer comme bon lui semblait. D’ailleurs le vampire sortit un atout de taille, les crocs, elle sourit alors, elle aurait pu changer ses veines en roc, ou encore son sang en lave... Mais elle n’en fit rien, se laissant mordre sans difficulté particulière. Il s’en donnait à coeur joie sur le sang divin, une drogue pour pas mal de mortels, qui plus est. Le voir se soigner était amusant, car cela promettait plein de souffrance à venir, elle pourrait lui arracher deux fois plus de peau encore !

- M’incommoder ? J’ai pensé un instant qu’un insecte s’était mis à me piquer, rien de plus.

C’est vrai que pour elle cela était assez peu douloureux en fait. Sa main tomba alors, des membres et toujours le chapeau, mais le chapeau ne pouvait pas servir à détruire le vampire, ni à lui faire perdre son potentiel. Comment s’amuser de lui alors ? Quand devait se terminer le duel déjà ? Elle l’avait oublié, mais cela n’était pas d’une grande importance, peut-être était-il plus opportun de punir cet avorton pour avoir annoncé lui faire perdre le plaisir de la vue sans l’avoir réellement fait. Toujours pâle et en piteux état elle devait bien le reconnaitre il lui fallait une solution, mais pas de carte pour changer cela à portée de main. Contrairement à lui elle ne pouvait se soigner en mordant quelqu’un, par contre à bien y penser elle pouvait bien voler au vampire sa faculté de régénération et se soigner, mais pas pour le moment.

- Alors, quatre membres et ... mon chapeau ! Ce qui nous fait donc pleins de jolies souffrances à venir.

Elle annonçait ses cartes sans crainte particulière, de toute façon elle était bien décidée à jouer sa main pour tenter d’avoir mieux plus tard. Lui arracher la peau serait amusant, voir même le forcer à se le faire tout seul ce traitement en usant du chapeau, mais une idée plus humiliante venait de naitre en elle... Un sourire diabolique se manifesta alors qu’elle retournait le chapeau dans les airs, annonçant alors :

- Tu vas devenir une femme pour commencer.

Puis deux cartes membres se mirent au ciel également, tournant sur elles-mêmes un moment avant de se poser face au vampire.

- Tu porteras un couple d’enfants jumeaux, des filles âgées de presque neuf mois.

Et il restait encore deux cartes, elle avait du en prendre deux pour lui faire avoir les jumeaux, mais les deux dernières n’annonçaient rien de bon, juste de la souffrance, deux gosses de plus ? Ou bien des membres abimés ?

- Avec les deux dernières, je te retire l’oeil droit de son orbite et la dernière te brisera les crocs pour leur impudence à m’avoir mordu.
Journalisée
Darthestar
Administrateur
-
*****
Messages: 3069



Voir le profil WWW
Fiche
Description
Darthestar est un être d'un bon mètre 95, et il s'agit surement de l'exemple typique de l'homme torturé par sa nature.

Devenu vampire par le biais d'une bien compliquée histoire, il essayes tant bien que mal de dominer son instincts, mais son combat avec lui même le rend parfois instable et maladroit.

Homme contemplatif, il est avant tout un voyageur et n'use de sa puissance que dans les cas les plus extrêmes, y préférant une certaine forme de sagesse.
« Répondre #14 le: Janvier 23, 2016, 08:15:22 »

 -  M’incommoder ? J’ai pensé un instant qu’un insecte s’était mis à me piquer, rien de plus.
 -  Que d'amabilité dites moi...

L'homme n'était pas vraiment de ceux qui avaient tendance à s'offusquer par une provocation telle que celle dont venait de faire usage Edrusba, il n'avait pas beaucoup de considération pour son don vampirique après tout, et ne voyait pas vraiment de souci dans une comparaison entre sa capacité de succion et la piqûre d'un insecte nuisible, mas là il déplorait plus le fait que la déesse avait de plus en plus tendance à le rabaisser plutôt que de faire preuve d'un minimum de politesse, ce qui saurait pourtant être des plus appréciable dans leur duel. Enfin il n'avait ni la place, ni les pouvoirs pour amener une divinité à faire quelques efforts en ce sens, et ainsi ce contenta de faire un simple constat à voix basse, pendant qu'il observait prudemment son adversaire, et qu'il se demandait encore ce qu'elle pouvait avoir dans sa main pour ne pas avoir à souffrir de l'effet de surprise qu'elle pourrait chercher à provoquer par une suite d'action des plus saugrenues. Finalement d'ailleurs il la vit laisser tomber faiblement sa main, surement à cause du manque de force qu'avait provoqué la perte d'une quantité singulière de sang par le biais de la morsure, et finalement l'homme put contempler plusieurs choses : Elle avait en effet quatre membre, ce qui n'était pas vraiment surprenant pour le coup, seule l'utilisation de ceux-ci pouvait se révéler étrange, mais elle possédait en sus la carte du chapeau, et ça, non sans lui provoquer un léger frisson, était quasiment en train de l'alerter sur la suite des opérations, cette carte ayant absolument tout pour transformer cette partie en une situation tellement saugrenue qu'il pouvait très bien se voir décéder dans l'immédiat avec un peu de malchance. Qu'allait-elle en faire, c'était une sacrée question, amis encore une fois, il ne pouvait qu'attendre, et se préparer...

 -  Alors, quatre membres et ... mon chapeau ! Ce qui nous fait donc pleins de jolies souffrances à venir.

Très bien, elle jouait toutes sa main, après tout il aurait été sot de la montrer si ce n'était pas pour mettre l'intégralité des effets qu'elle pouvait se permettre pour la suite des opérations. Darthestar se demandait juste ce que cet esprit tordu pouvait un instant imaginer d'une manière à lui faire connaitre les pires sauvageries, les pires tortures, ou les plus singulières transformations, le chapeau étant clairement l'une des cartes les plus puissantes du jeu, à l'image de la personne dont elle tirait ses capacités, mais surtout le signe même de sa défaite si elle en faisait usage non pas pour son amusement personnel, mais pour remporter la victoire. Serrant les dents, le vampire observait le visage d'Edrusba avec un soin particulier, cherchant à lire ce qui pouvait se tramer dans son esprit par les traits plus ou moins tirés de la jeune femme, et de ce fait, des informations qui pouvaient glisser au dehors de ce corps en si triste état. Mais rien, il n'y avait rien à lire ou à comprendre, la personne en face d'elle était juste propre elle-même, sadique, un brin folle, n'ayant peut-être même pas en tête ce qu'elle allait faire de cette main si puissante, et Darthestar aura tôt fait d'abandonner toutes tentatives de lectures supplémentaires pour finalement croiser les bras, attendant de voir ce qu'Edrusba allait lui faire connaître en cherchant à garder le maximum de calme possible, ce qui n'était pas une mince affaire quand l'on considère les craintes qu'il avait envers la déesse et son esprit ... profus en terme d'idées malsaines. En tout cas il allait passer quelques prochains instants des plus désagréables à connaître, ça il le savait assez facilement, si bien qu'il fit rapidement le vide dans sa tête et attendit patiemment le châtiment, quand enfin son adversaire se mit à parler pour exposer ses plans, des plus surprenants pour tout avouer.

 - Tu vas devenir une femme pour commencer. Tu porteras un couple d’enfants jumeaux, des filles âgées de presque neuf mois. Avec les deux dernières, je te retire l’oeil droit de son orbite et la dernière te brisera les crocs pour leur impudence à m’avoir mordu.
 -  C-Comment ?

A peine avait-il eut le temps de réagir verbalement qui sentit son corps changer, se réduire, s'affiner, tandis qu'une certaine poitrine faisait son apparition et que le restes de ses organes se réorganisaient rapidement pour changer sa nature sexuelle, ce qui ne fut pas vraiment plaisant étant donner que le changement immédiat ne manqua pas de le faire largement souffrir, une telle transformation forcée n'étant jamais pour plaire quand elle arrive, encore plus quand c'était la moindre fibre de son corps qui devait changer de place. Finalement, la transformation finit, le nouvelle femme avait même pas le temps de réagir qu'elle vit son ventre gonfler à vue d'oeil, l'obligeant à se mordre les lèvres pour ne pas crier de douleur sous l'effet des deux petits êtres grandissant à vitesse grand V sous sa peau, avant de finalement lui laisser un ventre d'une rondeur qu'il n'avait jamais connue, et une sensation passablement étrange. Honnêtement, ce n'était pas si désagréable que cela, et il manqua presque d'oublier la situation actuelle face à ce terrible changement, mais malheureusement quelque chose vint vite lui rappeler la dangerosité de la situation, à savoir la large et longue aiguille qui s'enfonça profondément dans son oeil, l'ôtant d'une partie de sa vue avec une douleur sacrément peu soutenable, lui manquant encore une fois d'échapper un cri, qu'il retient encore une fois avec le plus de contrôle possible. Finalement, quand ses crocs se brisèrent par contre, cela ne fut pas si désagréable, mais il fallait être honnête que la perte de ses "armes naturelles" n'était pas pour lui plaire, surtout que cela allait l'empêcher de la mordre la prochaine fois qu'il tirerait la carte crocs, ce qui laissait entendre que désormais, il n'avait absolument plus aucun avantage dans cette partie, hormis obtenir le chapeau... Ce qui ne se fit pas malheureusement quand vint son tour de piocher.

 -  Je ne pensais pas un jour devoir retourner à l'état de femme... Enfin bon je ...humpf... récupère ma carte et ..., il laissa sa phrase en suspens, le temps d'observer sa main. Je choisis d'annoncer que j'ai la carte de coeur, si bien que le destin de cette jeune fille m'appartiens. En plus, j'use de quatre membre, à la fois pour vous briser par deux fois la colonne vertébrale, au niveau du bassin, puis de la nuque, et j'use des deux autres non seulement pour briser votre mâchoire, mais aussi trancher vos deux yeux d'un bon geste.

Il fallait qu'il lui inflige le plus de dégâts possible, et finisse vite.

 -  Allez y piochez maintenant, c'est à vous.
Journalisée



Tags:
Pages: [1] 2
  Imprimer  
 
Aller à:  

Powered by SMF 1.1.20 | SMF © 2006-2007, Simple Machines
Awake and Dreaming - Le Grand Jeu
ChatBox