banniere
 
 
Liens utiles: Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Cacher les avatars

Le Grand Jeu - Forum RPG

Bad langage Discrimination Drugs Sex Violence Gambling

Bonjour et bienvenue.

Ce forum présente des oeuvres littéraires au caractère explicite et/ou sensible. Pour ces raisons, il s'adresse à un public averti et est déconseillé aux moins de 18 ans. En consultant ce site, vous certifiez ne pas être choqué par la nature de son contenu et vous assumez l'entière responsabilité de votre navigation.

Bonne visite ! :)

Pages: [1] 2 3
  Imprimer  
Auteur Sujet: L'art de la soumission [Senri Dokkyo]  (Lu 2889 fois)
Mélinda Warren
Créature
-

Messages: 3158



Voir le profil
FicheChalant
Description
Petite vampire qui aime mordre des fesses <3
« le: Mai 31, 2015, 02:07:49 »

Depuis maintenant de nombreux mois, Gia était l’esclave de Mélinda Warren. Cette lycéenne, en dernière année, avait découvert une nouvelle vie avec elle, et elle était, en ce moment, dans sa chambre, en train de découvrir, devant son ordinateur, l’une des joies qu’il y avait à être l’esclave d’une vampire centenaire et particulièrement perverse. Ce que Mélinda avait offert à Gia était l’acceptation de ce que, fondamentalement, elle était, à savoir une perverse. Une femme qui avait pris goût à la soumission, mais aussi à la domination, et qui avait aimé amener ses meilleures amies à devenir les esclaves de Mélinda. De fait, avant qu’elle ne les rapproche, Gia avait tendance à s’éloigner d’elles, ce qui était dommage, car certaines étaient des amies d’enfance. Elle avait donc pris le risque de les présenter à la redoutable vampire, et Mélinda avait su quoi faire d’elles... Et Gia allait maintenant faire autre chose... Quelque chose qui avait reçu l’assentiment de sa Maîtresse.

Depuis plusieurs semaines, elle était inscrite sur un site de rencontres en ligne très particulier... Un site où, dès l’arrivée, un disclaimer vous informait du contenu mâture du site, et vous invitait à affirmer que vous étiez majeure. La majorité étant fixée à vingt ans au Japon, Gia ne l’était pas, mais, comme il n’y avait aucune vérification, ce n’était pas très grave. Le site répondait au nom anglais de Mistress’X’Slaves, un site axé BDSM en ligne, et qui agissait comme une sorte de speed dating, ou de marché aux esclaves virtuel. Chaque « Slave » proposait une fiche, en mettant une photographie de lui ou un simple avatar, et la fiche détaillait ses goûts, ses pratiques sexuelles, son expérience sexuelle. Il fallait ensuite attendre un peu de temps, pour qu’une « Mistresss » le choisisse, et puisse, depuis les réseaux sécurisés du site, se lancer dans une relation privée avec lui. Préférentiellement, les fiches proposées étaient faites en fonction de la localisation géographique, et, comme on pouvait s’y attendre, Seikusu avait un nombre élevé de « Mistresses » et de « Slaves ». Gia, elle, était une « Mistress », et avait rapidement craqué sur un « Slave », qu’elle avait réservé, et avec lequel elle entraînait, depuis plusieurs jours, une romance épistolaire. Elle se rappelait de la première fois où elle avait découvert cet homme. Elle, qui était habituée à se faire cravacher ou dresser, inversait les rôles. Elle s’était masturbée comme une folle en devant retenir son imagination, qui s’emballait furieusement.

Maintenant, ils approchaient du point de rencontre... Gia avait encore une ultime épreuve à soumettre à son « Slave », à qui elle avait déjà offert des photos d’elle en tenue de dominatrice... À savoir des gants noirs en latex, un corset sanglé, de longs collants noirs en latex... Cuir et latex, avec le fouet, la cravache, et une photographie de la salle de plaisir de Mélinda, son donjon, abritant une quantité impressionnante de fouets, de croix, de chevalets, de masques de domination, de gag-balls, et d’autres objets plus insolites et excitants les uns que les autres. Elle lui avait dit par écrit qu’elle comptait dresser l’impertinent petit esclave qu’il était, le sodomiser,  et le fesser... Secrètement, Gia s’inspirait des méthodes d’une autre esclave du harem, Yukie, ou « Maman Yukie », comme elle aimait qu’on la surnomme.

Ses doigts continuaient à filer sur le clavier, distribuant ses dernières informations :

Citation
Je veux que tu te mettes nu, Esclave, et que tu te masturbes devant moi... Et même que tu jouisses sur ta caméra, ou sur ton écran.

Pour commencer.

Le ton était autoritaire, convenant tout à fait à celui d’une « Mistress », ce que, présentement, elle était.

Et, si son petit puceau accomplissait tout ce que la femme voulait, alors, cette nuit, il pouvait espérer dormir à ses pieds...

Ce qui était très excitant !
Journalisée


DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
Senri Dokkyo
Humain(e)
-

Messages: 73


Jeune homme qui vous veut du bien


Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #1 le: Mai 31, 2015, 11:07:42 »

Cela faisait déjà quelques semaines que tout avait commencé. Cette rencontre tout aussi étrange qu'intéressante et même excitante. Oui, cette rencontre avait rapidement pris une tournure érotique, mais en pouvait-il être autrement alors qu'elle s'était faite sur un site spécialisé ? Le genre de site permettant à deux personnes de se rencontrer tout en restant derrière leur écran, à l'abri des regards et des jugements. Derrière son écran, on pouvait être ce qu'on l'on voulait, ce que l'on était. Ignorant la timidité des rencontres en face à face, on pouvait simplement être soi et avouer des choses que jamais on n'aurait osé dire en face d'une quelconque personne. C'était ce qu'il s'était passé avec Senri lorsqu'il était aller sur ce site. Spécialisé dans les rencontres entre dominatrices et soumis, il proposait un service qui avait rapidement attiré l'attention du jeune homme.

Depuis quelques mois, le jeune homme avait eu cette envie de soumission, laissant alors le contrôle à une femme qui mènerait la danse et le mènerait vers un monde qui lui était encore méconnu. Enfin, il était plus exact de dire qu'il était connu dans la théorie mais totalement inconnu dans les sensations et dans le vécu. Lecteur chevronné, Senri avait lu beaucoup de chose sans jamais les vivre et c'était ce qu'il tentait de remédier aujourd'hui. Mais dans la vie de tous les jours, il était bien difficile de satisfaire ses envies. Trouver une femme, la mener jusqu'à l'envie d'intimité d'érotisme était une chose bien difficile, sans compter la probabilité qu'elle n'ait rien d'une dominante. Ce site, Mistress’X’Slaves, avait  le mérite de pouvoir aider le jeune homme qui avait alors sauté sur l'occasion. Il s'était rapidement inscrit et avait rempli le formulaire sous le pseudonyme peu original de Senri. Il avait alors ajouté ses préférences, indiquant qu'il était hétérosexuelle et s'en contentait très bien, ne préférant pas dériver. Remplissant le reste consciencieusement, parlant alors de son expérience sexuelle en indiquant qu'il n'était en soi pas très expérimenté dans le domaine bien qu'informé sur ce qu'on pouvait y trouver, le jeune homme s'était cependant laisser aller dans ses goûts et ses fantasmes. Il avait précisé son affection particulière pour le bondage et l'utilisation d'accessoire aussi divers et variés, citant alors les bâillons qu'il appréciait également. Ajoutant sa préférence pour de belles tenues en dentelle, en cuir ou pourquoi pas même en latex ainsi quelques fétichismes qu'il aurait voulu découvrir auprès d'une femme, il  avait terminé  alors sa fiche non sans ressentir cette légère excitation en écrivant cette fiche, imaginant alors ce moment où peut-être il vivrait tout cela. Finissant par une photo de lui qu'il avait pris pour l'occasion, il avait posé vêtu d'une simple chemise blanche dont les trois premiers boutons étaient ouverts montrant suffisamment son torse pour désirer voir le reste ou même le caresser. C'était du moins son attention...

Par chance, le jeune homme avait obtenu réponse auprès d'une dominante qui était intéressé par son profil. Là, ils avaient alors échangé longuement et avait rapidement ressenti l'envie de la voir en face à face. Mais ce n'était pas à lui de décider et avait alors fait en sorte de parvenir à ses fins, répondant par l'affirmation à tout ce qu'elle désirait. Ce soir, alors qu'il semblait plus très loin d'atteindre son but, sa mistress venait de lui ordonner de se mettre nu et de se masturber devant elle jusqu'en jouir sur la webcam ou l'écran. Une demande qui l'avait fait frémir, fallait-il l'avouer.

Citation
Oui, Maitresse.

Simple, concis mais suffisant. Se levant tout en ajustant un peu l'angle de la webcam, le jeune homme s'était lentement reculé et s'était déshabillé rapidement, ôtant le T-shirt et le short qu'il portait simplement chez lui. Sans oublier son boxer, évidemment. Une fois nu, il se rapprocha d'un pas et pris son sexe en main et le caressa doucement avant de commencer des mouvements de vas et viens. Se mordant la lèvre, il fermait simplement les yeux et repensait à ces photos qu'elle lui avait envoyé et qui l'avait hautement excité. Il avait alterné la vitesse des mouvements, accélérant tantôt, ralentissant ensuite, faisant durer un peu le plaisir. Mais ce qui devait arriver arriva et finalement, il se laissa jouir, orientant les jets vers sa webcam. C'était toujours mieux que son écran qu'il ne voulait salir de peur de ne plus pouvoir la voir, de ne plus pouvoir communiquer. Frissonnant alors un peu maintenant que l'excitation retombait au minimum, le jeune homme attendait, les yeux rivés sur son écran, gardant ses doigts le long de son sexe, attendant l'ordre prochain de sa maitresse.
Journalisée
Mélinda Warren
Créature
-

Messages: 3158



Voir le profil
FicheChalant
Description
Petite vampire qui aime mordre des fesses <3
« Répondre #2 le: Juin 06, 2015, 08:08:55 »

Gia serra ses doigts et se mordilla les lèvres en voyant l’homme mettre sa webcam, puis se déshabiller. Elle put voir quelques vêtements tomber, et, ensuite, une fois nu comme un ver, Senri alla relever la webcam. Contrairement à Gia, il n’avait pas pris le soin de choisir un surnom. Enfin, Gia n’avait aucune preuve que Senri soit son véritable prénom, mais elle avait senti qu’il y avait en lui la perle rare, un homme qui serait véritablement excité par l’idée de se soumettre, de devenir un esclave, et non simplement quelqu’un qui verrait ça comme une passade, ou comme un hobby passager. Gia n’avait pas encore le niveau de sa Maîtresse, et elle était donc assez nerveuse à l’idée d’obtenir un autre esclave, de l’offrir à sa Maîtresse... Nerveuse et excitée, car, en vérité, offrir un esclave serait pour elle un immense et magnifique honneur.

Il se masturba donc... Oh, ce n’était trois fois rien, des gamines prépubères pouvaient faire la même chose sur Skype, mais, Dieu, que c’était excitant ! Elle le regardait faire en se mordillant les lèvres, crispant et décrispant ses doigts en voyant l’homme se masturber. Gia frissonna, et se mordilla les lèvres, en se dandinant de gauche à droite. Son intimité était en train de s’enflammer, trahissant le plaisir qu’elle était en train de ressentir en ce moment. Elle se caressait, et, au bout de quelques minutes, son petit esclave finit par jouir, maculant la webcam, ce qui amena Gia à crier silencieusement, les joues légèrement rouges.

*Putain, ce que c’est excitant !*

Clair ! Gia était surexcitée ! Quand elle était devenue une esclave, elle avait évidemment flippé au début, convaincue d’être tombée dans une sorte de spirale infernale qui la consumerait totalement, persuadée qu’elle allait se réveiller ligotée dans une cave, et serait découpée en rondelles... Mais il n’en avait été rien de tel. Sa Maîtresse avait su la convaincre des bienfaits de la soumission, en lui exposant sa théorie, à savoir que l’être humain avait, depuis l’aube des temps, un goût irrésistible pour la soumission, qu’il était, depuis toujours, fondamentalement attiré par elle. Elle s’était laissée bercer, et, maintenant, elle allait gagner d’un rang dans l’organisation sociale de sa Maîtresse.

Néanmoins, elle ne voulait pas que Senri s’impatiente, et elle finit donc par pianoter quelques mots sur son clavier :

Citation
C’était magnifique, mon petit chiot ♥ !

Elle se craqua encore les doigts, sachant que Senri attendait ses instructions.

*Par l’Enfer, je n’arrête pas de trembler ! Impossible d’écrire correctement... Comment est-ce que Mélinda fait pour rester si calme ?!*

C’était plus fort qu’elle... Gia tremblait de toutes parts, d’irrépressibles vibrations nerveuses qui secouaient ses doigts et son épiderme, et qu’elle n’arrivait pas à contrôler. Elle se contrôla donc, reprenant son souffle, puis tapa quelques mots supplémentaires.

Citation
Je crois que tu as mérité ta première récompense de la soirée...

Et elle appuya sur le bouton pour mettre en marche sa propre webcam. Gia était assise dans un confortable fauteuil... Avec une tenue qu’elle trouvait particulièrement sexy. Il n’y avait plus qu’à espérer que son « petit chiot » la trouverait également à son goût...
Journalisée


DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
Senri Dokkyo
Humain(e)
-

Messages: 73


Jeune homme qui vous veut du bien


Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #3 le: Juin 07, 2015, 10:48:58 »

Le souffle court, son corps légèrement tendu, le jeune homme laissait retomber l'excitation qui venait de le gagner. Il venait de jouir et aurait, comme à son habitude, envie de se laisser tomber dans son lit ou son fauteuil le temps de souffler un peu, mais il n'en fit rien. Pas tant qu'elle ne lui disait rien. Inspirant et expirant doucement, il regardait son écran, impatient de voir la réponse de sa maitresse. Une réponse qui ne tarda pas et qui lui arracha un petit frisson qui parcouru doucement son dos pour venir se poser sur sa nuque un instant. Magnifique, c'était le mot qu'elle avait employé pour décrire ça. Ce simple petit spectacle. Mais en soi, ce qui l'avait fait frémir ce n'était pas ce compliment mais bien son surnom. Petit chiot. Ce n'était pas très rare qu'on attribue au soumis le rôle du chien, lui donnant alors des surnoms tournant autour. Mais c'était toujours une chose d'être appelé ainsi. Fermant les yeux un instant, le jeune homme répéta silencieusement ce surnom. Il aurait tant aimé l'entendre le lui dire, directement.

Doucement, il sortit de sa torpeur et baissa la webcam laissant alors une vue magnifique sur son sexe encore dressé mais de plus en plus mou. Devait-il la nettoyer ? La laisser ainsi ? Attrapant un mouchoir, il s'occupa déjà de ses doigts, nettoyant les quelques gouttes qui avaient perlé le long de son sexe pour s'étaler sur ses doigts. Une fois fini, il jeta rapidement le mouchoir avant de s'arrêter de bouger. Elle venait d'allumer la webcam après quelques mots. Une récompense ? Oui, il allait l'apprécier. Vraiment. Il l'avait si peu vu. Quelques photos qu'elle avait pu lui envoyé, le laissant plus sur une certaine frustration que l'excitation. Fixement, il regarda son écran. Enfin, la webcam s'afficha et il put la voir. Sa maitresse. Assise sur un fauteuil, vêtue d'une tenue en cuir. La décrire aurait été une perte de temps mais Senri la détaillait, des pieds à la tête, s'attardant sur chaque zone. Il se pinça alors la lèvre. Dieu ce qu'elle était magnifique. Des photos c'était une chose, mais la voir, c'était tout autre chose. Un nouveau frisson le parcouru alors qu'il se pencha pour écrire sur son clavier.

Citation
Oh, Maitresse... Vous êtes magnifique. Que j'aimerais être à vos pieds en ce moment.

Senri avait eu un instant d'hésitation. Par chance, il écrivait, pouvant user de cette fameuse touche effacer. S'il avait un instant hésité à parler de ses côtés et non de ses pieds, il avait rapidement changé pour la seconde option. D'ailleurs, il aurait sans doute aimé l'être littéralement. Il s'imagina un instant agenouillé à ses pieds, la tête près de ses bottes, déposant quelques baisers ici et là tandis qu'elle lui parlait ou le flattait un peu. Il aurait aimé alors remonter le long de ses jambes et caresser ses cuisses dénudées de sa joue ou de ses lèvres. Soupirant à ses pensées, il se pencha à nouveau pour écrire à nouveau, non sans faire des vas et viens entre son clavier et son écran pour l'observer.

Citation
Pardonnez mon audace mais : Quand pourrions-nous nous voir, j'ai tellement envie...

Envie d'être à elle, de lui obéir, de sentir son parfum, son souffle, ses caresses. D'entendre sa voix, ses ordres. L'excitation remontait doucement, tout comme son sexe qui reprenait petit à petit de sa robustesse sous toutes ces pensées. Finalement, tandis qu'il l'observait, attendant qu'elle ne réponde, le jeune homme entreprit de prendre un second mouchoir pour nettoyer sa webcam et son bureau, se disant que ce serait sans doute mieux ainsi.
Journalisée
Mélinda Warren
Créature
-

Messages: 3158



Voir le profil
FicheChalant
Description
Petite vampire qui aime mordre des fesses <3
« Répondre #4 le: Juin 07, 2015, 11:35:46 »

Les multiples frissons que Gia ressentait étaient on peut plus clairs, et indiquaient toute l’excitation qu’elle ressentait à l’idée de jouer la dominatrice. Qui aurait cru qu’elle aurait pu finir ainsi ? Mélinda avait su réveiller en elle d’anciens désirs, des pulsions profondes, ses fantasmes inconscients, elle avait su les stimuler, les réveiller, et, surtout, elle avait su amener Gia à en prendre connaissance, et à devoir les utiliser. Maintenant, Gia était dans sa tenue érotique, noire, sanglée, en cuir et en latex, et sa main caressait lascivement sa culotte, non pas pour se faire plaisir, mais avant tout pour exciter l’homme en face d’elle… Elle remuait ainsi ses doigts sur ses cuisses, dessinant des cercles le long de son cercle, les enfonçant parfois un peu, juste pour le plaisir de frustrer l’homme. Elle pouvait l’imaginer, de l’autre côté de son écran, en train de trembler sur place. Sur le sien, Gia pouvait voir l’icône indiquant que Senri était en train d’écrire, et elle esquissa un sourire en voyant les messages défiler sur son écran… Il voulait la voir, être « à ses pieds »…  Et, Dieu sait pourquoi, mais voir ces trois petits mots amena Gia à se mordiller les lèvres, en sentant une vague de plaisir la traverser de part en part. Elle serra à nouveau ses poings, tout en envisageant sérieusement de le rencontrer.

Leur relation épistolaire durait maintenant depuis quelques semaines, et les autres filles du manoir le savaient, car Gia leur en avait parlé. Elles en avaient été amusées, tout en lui disant de ne pas hésiter à le faire venir ici… Ce que Mélinda avait confirmé, la vampire étant toujours intéressée à l’idée que ses esclaves lui donnent d’autres esclaves. Gia avait donc carte blanche pour le faire… La seule question qui restait en suspens était de savoir si elle serait capable de donner le change en vrai. Face à un écran numérique, il était facile de se faire passer pour ce qu’on n’était pas, mais, en vrai, c’était toujours un peu plus compliqué. Elle prenait comme modèle Mélinda, Mélinda et ses petits jeux pervers qui, lentement, amenaient ses esclaves à participer d’eux-mêmes au processus de soumission, sans que ce dernier ne leur soit imposé totalement. C’était quelque chose de fort, mais qui, en réalité, était assez difficile à effectuer.

*Réfléchis, Gia, réfléchis…* songeait la jeune femme en se tripotant les lèvres.

Elle avait déplacé la webcam de manière à ce que Senri ait une vue plongeante allant de son décolleté à ses cuisses. Elle s’humecta les lèvres, puis revint à son idée initiale… Dès le début, elle avait eu envie de passer l’étape au-dessus. L’ancienne Gia serait bien restée des mois dans cette situation… Mais l’ancienne Gia n’aurait jamais été s’afficher sur une webcam dans une telle tenue, et n’aurait jamais ressenti de telles frissons d’excitation glisser le long de son échine. Non, l’ancienne Gia aurait été terrifiée, terrorisée par ce qu’elle était en train de faire, par la profonde perversion qui se dégageait de son comportement et de ses actions. Mais là, ce n’était pas la peur qu’elle ressentait…

La jeune femme retourna donc sur le clavier, et écrivit :

Citation
Oui, petit chien, nous allons nous voir, et tu pourras lécher mes belles bottes…

Elle attendit quelques secondes, remettant de l’ordre dans ses pensées, puis écrivit encore, donnant ses instructions, en sentant de nouvelles bouffées d’excitation la traverser. Il restait en effet encore à exposer son plan, et, pour ça, elle avait une idée… Une idée qui lui était propre, une idée qui n’avait pas été dictée par sa Maîtresse !

Citation
Et, comme tu es un chien, nous nous rencontrerons au parc, où tu feras ta sortie nocturne… Alors, je veux que tu portes un collier, pour que je puisse te repérer… N’enfile qu’un manteau pour te recouvrir, je ne veux RIEN en-dessous. RIEN !

Elle se retenait de mettre des smileys pour exprimer son émotion, estimant que ce serait mieux en ne mettant aucun signe, et en se contentant de donner des ordres.

Citation
Je te retrouverai dans une demie-heure au kiosque du parc central, près de l’aire de jeux… Tiens-toi prêt, nous allons faire un petit tour ensemble <3 !

Bon, okay, elle n’avait pas pu se retenir ! Elle se mordilla les lèvres, puis mit fin à la connexion.

Une demie-heure pour rejoindre le parc…  Elle allait devoir se dépêcher ! Elle comptait dissimuler sa tenue de Maîtresse derrière un grand manteau, qu’elle retirerait bien entendu en atteignant le parc.

*Et je vais avoir un esclave… Trop cool !*
Journalisée


DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
Senri Dokkyo
Humain(e)
-

Messages: 73


Jeune homme qui vous veut du bien


Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #5 le: Juin 07, 2015, 12:06:22 »

L'envie de la voir avait été si forte. Une envie qui ne resterait pas plus longtemps sans réponse. Un à un, les messages s'étaient affichés, laissant alors le jeune homme monter de cran en cran dans l'excitation. La vue qu'il avait sur le corps pour le moins délicieux de sa maitresse n'arrangeait rien. Le cuir et le latex qu'elle portait mettait son corps en valeur et aurait fait succomber n'importe quel homme sain d'esprit. Comment ne pas tomber dans l'ivresse de la luxure et de l'envie ? Soufflant alors, son corps se tendit à chaque mot qu'il lisait. Et puis elle se déconnecta. Ses instructions avaient été donné. Plusieurs fois, le jeune homme lu et relu ce qu'elle venait d'envoyer. La webcam avait beau être éteinte, Senri avait encore l'image persistante dans sa maitresse en tête. Doucement, il s'humecta les lèvres avant d'éteindre son ordinateur.

Ses instructions étaient maintenant dans sa tête.  Impossible de les oublier. Venir dans le parc dans trente minutes, nu sous un manteau. Avec un collier. Fichtre, que c'était enthousiasmant. Excité, il fila rapidement dans sa chambre. Il n'avait pas vraiment grand chose à faire. Déjà nu, il avait juste à trouver un manteau qui le couvrirait assez et le collier. Le manteau, ce ne fut pas dur, un imperméable que le jeune homme sortait en hiver lorsqu'il pleuvait. Bizarrement, il rappelait aussi les pervers dans les mangas qui faisaient la même chose qu'il allait faire. Se balader nu en dessous. Mais contrairement à eux, ce n'était pas par question d'exhibition ou d'harcèlement de jeune femme. Non, Senri le ferait pour une cause qu'il jugeait plus noble, il le ferait pour une maitresse. En tant que bon soumis.
L'imperméable posé sur son lit, le jeune homme alla ouvrir un tiroir de sa commode. Là, il souleva quelques affaires et en sorti un collier en cuir. Était-ce surprenant d'en avoir un ? Pas pour lui qui aimait se plonger dans la soumission. Soupirant un peu, il regarda le collier et le caressa du bout des doigts. Il l'avait déjà porté auparavant mais jamais il ne s'était senti aussi excité à l'idée de l'avoir autour du coup. Il inspira alors un peu avant de le passer autour de son cou. Les yeux clos, il le resserra un peu, suffisamment pour ne pas laisser trop de moue sans pour autant l'étrangler. Ainsi, il pouvait bien le sentir. Enfilant ensuite le manteau, le jeune homme sortit sans plus attendre, n'oubliant évidemment pas le minimum, à savoir ses clés et son portable.

Dehors, il ne put que frissonner. Il ne faisait pas vraiment froid mais les légères brises glissaient sous les pans du manteau et flirtaient avec sa peau, lui arrachant quelques frissons. C'était étrange. Malgré le peu d'hésitation à le faire, c'était la première fois pour Senri. Sortir nu comme un ver sous un manteau pour rencontrer une femme la nuit. Le regrettait-il ? Non. Il était bien trop excité et impatient de le faire. Il allait enfin la voir, en vrai. Bien sur, ce serait sur un lieu public et ils ne pourraient alors pas s'adonner à tout ce qu'il aurait aimé, mais, allait-il déjà se plaindre ? Bien sur que non. Rapidement, il se dirigea vers le parc qui, par chance, n'était pas bien loin.
Marchant d'un pas vif, le jeune homme ne tarda pas à arriver. Le petit effort avait réchauffé son corps et il n'avait donc plus réellement froid. D'autant plus que l'impatience venait de gagner en intensité. Il y était maintenant. Au parc. Il n'avait d'ailleurs pu s'empêcher de jeter des regards un peu inquiet aux alentours. Y aurait-il des passants ? Vu l'heure, c'était peu probable, pourtant, il avait du mal à se dire qu'ils seraient totalement seuls. Enfin, qu'importe. Arrivé à l'endroit du rendez-vous, le jeune homme remit correctement son col pour laisser voir son collier. Après tout, celui-ci était leur signe de reconnaissance non ? D'ailleurs ? Comment la reconnaitrait-il ? Serait-ce si difficile ? Pas besoin de s'inquiéter. Il la reconnaitrait, il le savait. Il le sentait. Bouillant d'impatience, le jeune homme commença à faire les cents pas, regardant son téléphone de temps à autre. Encore cinq minutes. Dieu que c'était long...

*Allez Maitresse... Dépêchez vous...*
Journalisée
Mélinda Warren
Créature
-

Messages: 3158



Voir le profil
FicheChalant
Description
Petite vampire qui aime mordre des fesses <3
« Répondre #6 le: Juin 08, 2015, 01:40:05 »

Gia enfila un long trench coat pour recouvrir son corps, dissimulant son corset, sa culotte, et l’essentiel de son corps. En fait, on ne voyait plus que ses gants noirs, ses bottes, et une partie de ses collants. Elle avait noué correctement le manteau, puis ouvrit un placard, et mit dans son sac à main des objets divers et variés, puis sortit, toute excitée. La jeune femme traversa les dédales de ce grand manoir victorien, pour sortir dehors. Mélinda avait énormément d’argent, et elle avait acheté plus d’une dizaine de voitures de luxe, incluant une limousine, que Gia conduisait souvent, et des voitures de sport. Pour elle qui avait récemment décroché son permis de conduire, piloter de tels engins était une aubaine. La vampire les avait achetés pour ses esclaves, car, étant originaire d’Ashnard, Mélinda ne savait pas conduire. Gia récupéra les clefs de la Mercedes, et sortit rapidement du manoir, pour rejoindre le parc.

Elle mit un peu plus d’une demi-heure à arriver, et, fort heureusement, à cette heure avancée, le centre-ville était relativement désert. Elle rejoignit ainsi le grand parc central, et se gara le long de la rue. Le parc était fermé à cette heure. La municipalité avait choisi de le fermer après le nombre élevé d’agressions sexuelles ayant lieu dans ce parc. De fait, quantité de rumeurs folles circulaient sur cet endroit. On disait que des Terranides y vivaient, et que certains arbres étaient vivants, se dotant de tentacules pouvant vous violer sur place toute la nuit… Sans parler des habituels pervers et violeurs… Et des esclavagistes s’amusant ici, comme Gia. Elle se pinça les lèvres, sortit de la voiture, puis enjamba le muret, et atterrit sur l’herbe, puis marcha vers le kiosque où elle avait donné rendez-vous à l'homme. Ses talons claquaient sur le sol, et elle sortit ses mains de ses poches. Gia s’était attendue à être affreusement stressée… Mais, au lieu de ça, elle sentait une sourde excitation remuer en elle.

*Inspire-toi de Mélinda, inspire-toi de Mélinda…*

C’est ce qu’elle se répétait, et c’est ce qu’elle faisait. La jeune femme finit par voir Senri, et esquissa un sourire. Il était devant le kiosque, et il n’y avait visiblement personne d’autre qu’eux… Et les hiboux et autres animaux nocturnes qui hululaient dans le coin.

« Mon petit chien… »

Elle lui sourit, restant face à lui, et, pendant quelques seconds, la jeune femme resta silencieuse. S’humectant les lèvres, Gia réfléchit un peu, le toisant des pieds à la tête.

« Déshabille-toi, petit chien… »

Sa voix était empreinte d’excitation, et, pendant qu’il retirait son manteau, elle ôta également le sien… Et Senri put alors voir la présence d’un gode noire, que Gia avait monté sur sa culotte en sortant de sa voiture. Son trench coat tomba sur le sol, et une vague de vent frais fit frissonner la jeune femme, qui se mordilla les lèvres, appréciant, comme toujours, le contact du cuir et du latex sur son corps.

Elle tendit sa main, et effleura son sexe, venant le caresser délicatement, avec un sourire sur le coin des lèvres.

« Voilà ce que j’appelle une belle queue… Hum… Tu es encore plus beau que ce que je croyais… Et plus grand, aussi. »

De fait, Gia était même un peu plus petite que lui, et elle alla l’embrasser sur les lèvres, venant caresser son corps avec ses mains, s’appuyant contre ce dernier. Leurs lèvres se frottèrent donc, et elle l’embrassa donc pendant quelques secondes, avant de s’écarter de lui, et de récupérer son sac à main, qu’elle avait posé sur le sol. Elle en sortit une laisse noire bien recourbée, et qu’elle attacha sur le collier de l’homme, avant de sourire.

« Tu es content, mon petit chiot ? Ta Maîtresse est là… »

Et elle était sincèrement fière et ravie de voir ce corps dressé devant elle, ce corps musclé et bien bâti qui lui appartenait… Et c’était particulièrement jouissif !
« Dernière édition: Juin 08, 2015, 10:27:15 par Mélinda Warren » Journalisée


DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
Senri Dokkyo
Humain(e)
-

Messages: 73


Jeune homme qui vous veut du bien


Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #7 le: Juin 08, 2015, 10:18:03 »

Anxieux, le jeune homme avait entamé quelques pas pour essayé d'évacuer ce qui ressemblait étrangement à un peu de stress. Ou était-ce de l'impatience ? Difficile à dire. Regardant toujours plus son téléphone, il commença à paniquer et à se demander si on ne s'était pas joué de lui. Non, elle n'oserait pas. Quoique. Il la connaissait si peu. Les seules choses qu'il savait étaient qu'elle était foutrement sexy et qu'elle voulait faire de lui un soumis. Son soumis. Frémissant encore à cette idée et en repensant à la tenue qu'elle avait arboré une demi-heure plus tôt, Senri cessa toute activité quand des bruits se firent entendre au loin. Une voiture qui s'arrêta. Peut-être que ? Rapidement, le silence revint pour se retirer une nouvelle fois, laissant le bruit de pas le remplacer. Des bottes claquaient sur le sol du parc. De ce qu'il s'était renseigné, le parc était fermé la nuit suite à quelques... soucis municipaux. De ce fait, c'était soit elle, soit un gardien. Soit le Paradis, soit l'Enfer. Comment aurait-il expliqué sa présence ? D'autant plus qu'il était nu sous son manteau. Pour quoi passerait-il ?

Quand la silhouette se dessina petit à petit, le jeune homme déglutit avant de souffler de soulagement. La silhouette ressemblait fort à celle de sa maitresse. Et s'éloignait de plus en plus de celle d'un quelconque gardien. Petit à petit, il pouvait la voir, arrivé dans un trench coat, dissimulant tout autant ses vêtements que son imperméable le faisait. De là, il ne voyait pas grand chose si ce n'était que ses jambes, longues, fines et élancées. Il s'y attarda un instant, se pinçant alors la lèvre tandis qu'il voyait ses bottes et une partie de ses collants. Une bien trop maigre partie d'ailleurs. Soufflant une dernière fois, son souffla se coupa alors qu'elle prit la parole. Des mots qui le firent frémir de la tête aux pieds. Devait-il se jeter à genou ? À ses pieds et lui dire combien il était heureux de la voir ? Tétanisé, sous le charme, il n'en fit rien, restant alors debout à la regarder. À détailler sa silhouette encore cachée par ce vêtement ennuyant. Il imaginait à la perfection son corps en dessous, se remémorant la tenue d'un peu plus tôt. La portait-elle encore ? Il l'espérait.

Quelques secondes étaient passées depuis que leur regard s'étaient posé l'un sur l'autre. Et le silence voulait revenir à la charge,renvoyé par quelques mots de sa voix gracieuse et qui trahissait une pointe d'autorité. Délicieuse mélodie. Sans tarder, le jeune homme s'exécuta et obéit simplement. Il ouvrit son manteau et le laissa tomber sur le sol. Un frisson le parcouru alors que la fraicheur de la nuit vint flirter avec sa peau. Jusque là, son manteau le maintenait au chaud, maintenant, il ne lui restait rien, si ce n'était peut-être que son excitation. Cette dernière grandit d'ailleurs alors qu'elle ôta elle-même son vêtement, dévoilant alors la même tenue qu'elle portait lors de leur échange vidéo. À une différence près. Ses yeux étaient allés et venus sur son corps, observant sa poitrine, ses hanches, sa taille et ses hanches avant d'être arrêté par la présence de quelque chose qu'il n'avait pas vu un peu plus tôt. Un gode pendait doucement entre ses cuisses tel le sexe d'un homme, attendant alors son heure. À cette vue, Senri se pinça la lèvre mais ne dit rien, préférant ne pas s'y attarder pour l'instant, revenant au plus essentiel.

Frémissant par la suite, alors qu'elle vint doucement caresser son sexe qui ne tarda pas à pointer midi dans une érection forte mais qui n'était pas encore à son maximum, le jeune homme ferma simplement les yeux lorsqu'elle l'embrassa, répondant avec  envie et dévotion. Frustré qu'il ne dure que quelques secondes, il ne dit rien et l'observa alors sortir de son sac à main une laisse qu'elle accrocha sans tarder à son collier. Voila, ils y étaient. Il était maintenant son chien et elle le savait. Un nouveau frisson le parcouru alors que ses yeux continuaient de la contempler. Lorsqu'elle reprit ses mots, il hésita à nouveau. Devait-il simplement aboyer ? Devait-il tomber à quatre pattes  ? Ou devait-il simplement répondre ? Sa décision fut rapide, se disant qu'après tout, s'il ne faisait rien, elle le lui dirait, non, elle le lui ordonnerait et il pourrait alors entendre sa voix qu'il aimait déjà. Se pinçant alors la lèvre le temps de choisir ses mots, il répondit finalement.

Je suis le plus heureux des chiens, Maitresse. Vous êtes si belle...
Journalisée
Mélinda Warren
Créature
-

Messages: 3158



Voir le profil
FicheChalant
Description
Petite vampire qui aime mordre des fesses <3
« Répondre #8 le: Juin 10, 2015, 02:01:33 »

Elle y était enfin ! Ah, heureuse Gia ! Son propre esclave… Son esclave ! Un magnifique présent pour sa Maîtresse… Car Senri ne resterait pas très longtemps son esclave… Même s’il serait toujours le « petit chien » de Gia, concrètement, il allait appartenir à Mélinda. Qu’il le veuille ou non, pour lui, il était maintenant trop tard pour revenir en arrière… Et puis, pourquoi le voudrait-il ? Il avait tout à fait raison de vouloir se soumettre à de jolies filles perverses. C’était un fantasme japonais, et Senri ne dérogeait pas à la règle. Après ce bref baiser, Gia se mordilla les lèvres, avant de se contrôler. Non, elle ne devait pas agir comme une simple amante, mais bien comme une Maîtresse… Et, si être esclave était souvent une position de sûreté, avec ce nouveau statut, Gia ne pouvait pas se permettre de rester passive, ou de ne pas être à la hauteur des espérances de Senri. Elle se devait donc d’agir, et, après l’aveu de Senri, elle retint un sourire, se contentant de rester froide et posée.

Quantité d’idées déferlaient dans l’esprit de Gia. La jeunesse amenait l’imagination et la perversion, et c’était particulièrement vrai ici. Les idées fusaient en elle comme des pops-ups en se promenant sur un site porno.

« Merci, petit chien… Flatter ta Maîtresse est toujours un bon moyen d’avoir une récompense, tant que ce n’est pas trop obséquieux… »

Elle caressait son torse, ses hanches, salivant sur ce beau corps, ce corps musclé et parfait, qui lui appartenait ! Ah, comme elle comprenait Mélinda quand elle se tenait au milieu de ses esclaves, et pouvait sentir le pouvoir en donnant des ordres. C’était quelque chose de particulièrement gratifiant, que Gia ressentait très précisément en ce moment. Elle soupira donc, et reprit rapidement.

« Et mon petit chiot mérite une récompense… »

Il la méritait d’autant mieux que Gia pouvait sentir, contre ses cuisses, le sexe de l’homme, qui caressait son corps et sa culotte en latex. Elle le poussa donc, un peu, puis fléchit les genoux, son visage près de son sexe. Les hommes aimaient toujours les fellations ; Gia le savait bien, car elle avait fait des fellations à tous les hommes qu’elle avait eu comme amants. Elle effleura ce sexe avec son visage, et le masturba ensuite à nouveau, un sourire sur les lèvres, le léchant ensuite. Pour Senri, ce devait être bien différent du pilote automatique, avec sa propre main… Le contact devait être nettement plus agréable maintenant.

C’était la récompense qu’elle comptait lui faire, sa récompense pour être venu ici, pour avoir osé venir en étant pratiquement à poil… C’était, soit un acte de confiance impressionnant, soit un acte profondément stupide, mais, dans tous les cas, c’était très mignon à voir. Elle le suçait donc, généreusement, enfonçant son sexe dans sa bouche, en relevant les yeux pour le voir… Et, quand son regard fit miner de s’écarter, Gia cessa la fellation, et fronça les sourcils.

« Non… Je veux que tu me regardes tout du long… Je veux que tes yeux m’observent sans arrêt pendant que je te sucerai la queue… »

Et, après cette phrase, elle recommença à le prendre en bouche…
Journalisée


DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
Senri Dokkyo
Humain(e)
-

Messages: 73


Jeune homme qui vous veut du bien


Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #9 le: Juin 10, 2015, 11:47:23 »

Aux premiers abords, en voyant le parc, le collier, la laisse et le petit surnom que Gia lui avait donné par tant de fois déjà, Senri avait pensé qu'ils n'auraient pas tardé à se promener. Mais au lieu de ça, la maitresse du jeune homme parlait de récompense. Une récompense qu'il avait visiblement mérité en la flattant. L'avait-il fait ? Pas à ses yeux. Certes, il l'avait complimenté, mais ce n'était que pure vérité. Les courbes de son corps étaient mis en avant par sa tenue finement choisie. Sa peau semblait si douce que le regard du jeune homme glissait le long de son corps comme lorsqu'on caressait du velours. Une sensation aussi douce et agréable que plaisante. Méritait-il une récompense ? D'après lui, non, après tout, il n'avait fait que présenter le fond de sa pensée, mais qui était-il pour contrarier la volonté de sa maitresse ?

D'autant plus qu'une récompense était toujours bon à prendre, à savourer. Et celle-ci d'autant plus. Doucement, le jeune homme s'était pincé la lèvre en observant sa maitresse s'agenouiller devant lui. Il aurait voulu la presser de se relever, trouvant cela indigne pour elle d'être à genou devant un homme. Après tout, n'était-ce pas au soumis de rester à genou devant sa maitresse ? Se pinçant plus fort sa lèvre pour ne rien dire, il se contenta alors de l'observer, adossé au kiosque contre lequel il s'était retrouvé après qu'elle ne l'ait poussé. Soufflant doucement, le jeune homme sentait avec délectation la poigne de sa main autour de son sexe. Ni trop dur, ni trop doux, elle le masturbait à bonne allure et complétait alors l'érection qui venait d'atteindre son maximum. Le plaisir n'était pas total ni extrême, il était juste sous sa forme la plus simple. La délicieuse caresse d'une main féminine sur son sexe, à des kilomètres du simple plaisir de sentir sa propre main.

Lorsqu'elle le lécha, il cessa de se pincer la lèvre pour la mordre doucement. Quelques soupirs s'écrasaient contre ses lèvres fermées tandis que sa respiration devenait un désordre total. Et si son regard la suivait jusqu'à maintenant, il finit par se détourner le regard, regardant le sol, incapable de rester simplement à la regarder ainsi. Incapable ou peu envieux ? Difficile à dire. Pourquoi ? Bonne question. Mais lorsqu'elle s'arrêta pour un nouvel ordre, celui de regarder le spectacle qu'elle lui offrait, celui de la regarder le sucer, lui offrir sa récompense, il sut qu'il n'avait pas le choix. Hochant alors la tête, il répondit d'une voix qu'il allait souvent adopter désormais, surtout en sa présence. Une voix qui n'était pas faible mais plutôt douce, transpirant la docilité et la servitude.

Bien Maitresse

Aurait-il du se taire ou avait-il bien fait de répondre, même par ces simples mots ? Inutile de trop y penser, ce qui était fait était fait. Inspirant alors, il reposa les yeux sur le visage de la jeune femme qui venait d'aspirer sa verge entre ses lèvres. Dieu que c'était bon, et dire que ce n'était que le début...
Journalisée
Mélinda Warren
Créature
-

Messages: 3158



Voir le profil
FicheChalant
Description
Petite vampire qui aime mordre des fesses <3
« Répondre #10 le: Juin 16, 2015, 12:48:07 »

Elle le suça donc, avec un plaisir certain. L’odeur inimitable et incomparable d’un chibre... Dire qu’au début, elle avait éprouvé un intense sentiment de dégoût vis-à-vis des verges, et, surtout, de cette odeur moisie qui s’en dégageait... Mais c’était comme un dentifrice au mauvais goût. À force de l’utiliser, on finissait par s’y habituer, et, pour Gia, c’était exactement ça. Relevant régulièrement les yeux, elle pouvait constater que Senri obéissait scrupuleusement à ses ordres, l’observant... Et elle continua à aspirer sa queue entre ses belles et tendres lèvres, encore et encore, pompant sur sa verge, puis, au bout d’un moment, se redressa. Il n’avait pas encore joui, et, comme pour lui rappeler qu’elle était la Maîtresse, elle l’embrassa, approcha sa main gantée de son sexe, comme pour le masturber... Puis le serra ensuite entre ses doigts, tout en mordillant ses lèvres, tirant sur sa lèvre du bas, avant de sourire.

« Hum... Bien.. J’aime quand mes chiens ont la queue raide et dressée... »

Elle s’écarta ensuite, hésitant sur la suite du programme. La promenade, bien sûr... Mais ils n’étaient pas pressés, et Gia était tellement excitée et heureuse de pouvoir enfin jouer le rôle de la dominatrice qu’elle avait un peu envie d’en profiter. Elle serra les poings à plusieurs reprises, puis alla s’asseoir sur le banc, face à l’homme. Elle observa sa verge, et croisa élégamment les jambes, faisant crisser ses collants en latex entre eux. Le latex, une autre des choses qu’elle adorait porter depuis qu’elle connaissait Mélinda... Qui aurait cru que sa vie serait si belle en ce moment ? Grâce à cette femme, Gia accomplissait ses rêves les plus fous. Elle pencha la tête sur le côté, souriant vers Senri.

De la main, elle caressait ses lèvres, son autre main allant lascivement frotter ses cuisses. Tout était dans le jeu de séduction, dans les regards croisés, les petits gestes... Le sexe reposait grandement sur le langage non-verbal, au moins pour les préliminaires. Il ne fallait pas en faire trop, tout en étant suffisamment talentueux dans les gestes pour capter l’attention de sa proie.

« Mets-toi à quatre pattes, petit chien... Et viens m’apporter mon sac à mains... Tu n’auras qu’à utiliser ta bouche... Et, ensuite, tu me lécheras les pieds. Il est temps pour toi de devenir définitivement l’animal que tu es censé être, alors... Dorénavant, tu aboieras. Comme un chien ! »

Les choses sérieuses commençaient doucement... Gia ne voulait pas précipiter les choses, mais elle avait des idées très claires dans sa tête sur leur « promenade » à venir.
Journalisée


DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
Senri Dokkyo
Humain(e)
-

Messages: 73


Jeune homme qui vous veut du bien


Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #11 le: Juin 18, 2015, 11:03:55 »

Gêné, non. Troublé. Il était difficile de ne pas l'être en cette occasion. Pour le jeune homme, s'était dans doute la première fois. Non, ce n'était pas la première fois qu'on lui faisait une fellation. C'était la première fois qu'on le faisait dans de telles circonstances. Bien que le fait d'être nu dans un parc aussi tardivement était déjà troublant, le plus troublant restait de devoir garder son regard sur la femme qui était accroupie devant lui, prenant son sexe entre ses lèvres. Devoir garder le contact visuel était devenu, petit à petit, aussi troublant qu'excitant. La regarder faire avait un côté un peu nouveau, voir son sexe disparaitre entre ses lèvres était une chose pour le moins agréable à voir. Enfin... Comme toute chose, celle-ci allait avoir une fin et ce ne fut pas celle que Senri pensait.

Avant qu'il ne jouisse, elle cessa et se redressa. Elle l'embrassa. Aurait-il du préciser qu'il n'était pas amateur de son propre gout ? Peut-être, mais il était trop tard maintenant. Plus encore, sentir ses lèvres sur les siennes était bien plus bénéfique que le possible arrière gout. Enfin, qu'importe. Le baiser ne dura pas plus qu'une seconde alors qu'elle tenait encore son sexe durci entre ses doigts. Puis elle se recula, allant s'asseoir sur le banc qui n'était pas très loin. Les jambes croisées, elle semblait tout à son aise, se satisfaisant du spectacle que lui offrait le jeune homme. Ce dernier continuait de l'observer, ses yeux allant et venant sur son corps, incapable de se fixer sur un point tant le tout était délicieux à regarder. Et puis elle commença à se caresser les lèvres tout en se caressant les cuisses d'une main. Il allait devenir fou. Ses yeux ne pouvaient-ils pas regarder deux choses en même temps ? S'y fixer et contempler ces petits gestes dans les moindres détails ? Hélas, non.

Sortant de sa torpeur alors que la voix de son interlocutrice lui parvint, il s'exécuta sans tarder. Pas besoin de réfléchir. Ses propos étaient simples. Ses ordres étaient clairs. En un instant, le jeune homme se laissa tomber sur le sol, à quatre pattes. Il peut sentir le froid du sol, la dureté des pavés sur lesquels il avait tant marché. Ne s'y attardant pas, il lui adressa un petit regard. Son point de vue avait radicalement changé. Si avant il avait une vue du dessus, maintenant c'était tout l'inverse et cela ne faisait que renforcer l'idée de soumission. Pas étonnant que tant de femmes aimaient voir leur soumis à quatre pattes. Ne s'attardant pas pour ne pas l'impatienter, le jeune homme fila rapidement chercher le sac qui n'était pas très loin. Il prit les   sangles entre ses dents et releva un peu la tête pour le soulever. Il put constater le poids de celui-ci. Était-ce surprenant ? Peut-être un peu. Incapable de ne pas imaginer ce qu'il y avait dedans, le jeune homme se mit en route pour rejoindre sa maitresse. Arrivé à son niveau, quelques secondes plus tard, il se redressa et le lui tendit simplement. Ceci fait, il fut la seule chose la plus logique à faire.

Waf !

Qu'on aurait sans doute pu traduire par un : « Et voila, maitresse. » mais puisqu'il devait aboyer. Ceci était chose faite. Pour le coup, il n'avait pas aboyer bien fort, encore un peu craintif d'attirer l'attention d'un éventuel gardien de nuit passant dans le coin, capable d'entendre ce bruit si distinctif. Malgré tout, le jeune homme avait essayé de laisser paraitre l'enthousiasme et l'excitation qu'il ressentait en ce moment. L'avait-elle ressenti ? C'était une toute autre histoire.

Ne s'attardant pas pour si peu, le jeune homme continua alors sa tâche. Son aboiement terminé, il se recula un peu et alla se placer devant les pieds de sa maitresse. Enfin devant les bottes. Doucement, il s'en rapprocha et déposa un baiser contre le textile pour en jauger le toucher. Était-ce important ? Pour Senri, oui. Cela pouvait s'apparenter à une mise en bouche, à une petite introduction. Mais bien sur, il ne tarda pas à obéir réellement. Lentement, il sortit sa langue et la déposa non loin du bout de la pointe pour remonter à peine, commençant alors par de petits coups de langue. De petits coups qui furent rapidement nombreux mais toujours aussi courts. De quoi s'habituer correctement avant de passer à de plus longues caresses partant de la pointe pour s'arrêter non loin de la cheville. Le toucher était loin d'être désagréable mais le jeune homme aurait préféré ne pas sentir ses bottes. Sentir sa langue passer sur ses pieds, sur sa peau. Sans un quelconque vêtement pour séparer ce contact électrisant. Fermant doucement les yeux, le jeune homme continuait sa tâche, penchant parfois la tête sur le côté pour aller lécher le flanc de son pied. Il ne voulait rien laisser, il allait recouvrir chaque parcelle de son pied d'un coup de langue au moins en attendant la suite des évènements. Cette fameuse promenade...
Journalisée
Mélinda Warren
Créature
-

Messages: 3158



Voir le profil
FicheChalant
Description
Petite vampire qui aime mordre des fesses <3
« Répondre #12 le: Juin 19, 2015, 01:50:12 »

Il y avait des codes à avoir quand on faisait la Maîtresse... Des codes que Gia implantait grâce à son expérience personnelle. La première chose était de ne pas montrer à son esclave trop d’importance, mais, au contraire, de banaliser ce qu’on faisait... Comme une manière de dire que l’esclave n’était pas si important que ça, et sa Maîtresse était digne de ce statut, car elle en avait vu d’autres. Pour Gia, c’était un semi-mensonge, car, si elle avait déjà vu des actes de domination, elle n’avait jamais été de l’autre côté, comme maintenant. Senri amena donc son sac, et aboya, ce qui la fit sourire. Elle lui caressa la tête, avant de la tapoter, comme elle le ferait à un petit chien. Senri avait toujours le chapiteau dressé, et, plus le temps passerait, et plus il aurait envie de jouir. Tout cela était calculé par Gia. La frustration était toujours une chose qui la rendait folle et incroyablement soumise, et elle usait tout simplement de son expérience pour pouvoir davantage soumettre le jeune homme.

Ce dernier entreprit de lui lécher les bottes, et elle le regarda faire pendant quelques secondes, ressentant, encore, ces pointes de désir, des vagues qui remontaient tout le long de son être, la faisant frissonner de part en part. La femme se pinça les lèvres en retenant plusieurs gémissements, puis observa son sac à main, et commença par sortir son téléphone portable. Elle avait reçu quelques messages amusés de ses amies, lui demandant comment se passait « la promenade ».

*C’est terrible, nous parlons de sexe comme si on faisait du shopping !*

C’était bien la plus belle preuve que, chez Mélinda, le sexe, sans devenir banal, avait perdu de son caractère sacré, et, en tout cas, tabou. Les esclaves de Mélinda en parlaient et le faisaient librement, car, quand on voyait le degré de perversion dont Mélinda et ses plus proches servantes étaient capables, on ne pouvait que se laisser emporter. Sur ce point, il fallait bien reconnaître tout le talent de leur Maîtresse, un talent qui était communicatif, et qu’on retrouvait chez les autres... Comme chez Gia. Du moins, l’espérait-elle. Les minutes défilaient ainsi dans le parc, et Gia était occupée à envoyer des SMS, tandis que Senri, dans une indifférence feinte pour Gia, était en train de lécher et d’embrasser ses bottes. On pouvait entendre, entre les bruissements de sa langue et de ses lèvres sur le cuir, le son des doigts de Gia pianotant sur ses claviers.

Au bout de quelques minutes, elle finit par ranger son portable, puis farfouilla dans son sac, et sortit un autre objet.

« Bien... Nous allons pouvoir commencer à te dresser, mon petit chien. »

Esquissant un sourire malicieux sur les lèvres, Gia tenait entre les mains une culotte noire avec un gode. Elle se releva, et s’empressa de l’enfiler, puis entreprit de le lubrifier à l’aide d’un produit, tout en souriant malicieusement devant Senri. Comme elle l’avait dit, les choses sérieuses étaient en train de commencer, et le duo allait passer un cran au-dessus.

« Mets-toi en place, mon petit chiot... Je vais te donner l’occasion de couiner ! »
Journalisée


DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
Senri Dokkyo
Humain(e)
-

Messages: 73


Jeune homme qui vous veut du bien


Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #13 le: Juin 19, 2015, 11:45:08 »

Des coups de langue, des baisers. Voila ce que le jeune homme usait pour obéir à sa dominante. Maitresse ? Il aurait aimé l'appeler ainsi, mais il était peut-être un peu trop tôt pour la surnommer ainsi en son for intérieur. Après tout, allaient-ils se revoir après cette balade ? Il l'espérait, mais serait-ce le cas ? C'était une autre histoire. Pour l'heure, Senri mettait ces questions de côté et se contentait de faire son travail. Sa langue courrait sur la botte de la jeune femme tandis que ses lèvres venaient conclure de temps en temps, lui laissant le temps d'humidifier un peu sa bouche.

Changeant de pieds après un instant, il n'avait pu que remarquer l'occupation de Gia pendant que lui s'afférait à la satisfaire. Celle-ci semblait pianoter sur son téléphone pour répondre à quelques textos. Difficile à dire quelle genre de réaction adopter. Elle ne lui devait rien et faisait ce qu'elle voulait, c'était le rôle d'une maitresse, mais de là à envoyer des sms. Difficile à avaler ? Pas vraiment, pas en s'imaginant projeter dans l'avenir. Oui, Senri se réconfortait par l'idée que plus tard, il serait toujours à ses pieds, sa langue collée contre ceux-ci tandis qu'elle s'occuperait autrement. Mais encore une fois, c'était idiot de penser ainsi. Encore une fois, il dut freiner ses pensées pour se contenter sur l'instant présent. L'instant qui allait prendre une nouvelle tournure.

Lorsque Gia rangea son téléphone, le jeune homme ne put qu'être un peu content, plus encore lorsqu'elle parla de commencer son dressage. Amusant de voir comme cela pouvait le satisfaire. Être dressé. Tout le monde n'aurait pas eu la même réaction. Enfin, qu'importe. Relevant alors la tête, cessant de lécher ses bottes, il se figea un instant en voyant l'objet qu'elle venait de sortir. Une culotte noire à laquelle on avait rattaché un gode. Lorsqu'elle l'enfila, il n'y avait plus vraiment de doute quant à son utilisation quasiment instantanée. Il n'y en eu absolument aucun lorsqu'elle commença à le lubrifier. Si jusque là il y avait encore une ou deux possibilités d'utilisation, maintenant, il n'y en avait plus qu'une et il savait laquelle. Couiner ? Oui, il allait le faire. Bien que soumis, le jeune homme était loin d'être un adepte de la sodomie, surtout de la subir. Certes il n'était pas vierge de cet endroit et avait déjà subi quelques sévices mais de là à entrer aussi rapidement dans le vif du sujet, c'était autre chose.

Lui adressant un regard, le jeune homme ne bougea toujours pas. Toujours à quatre pattes devant elle, une question persistait. Qu'entendait-elle par se mettre en place ? Devait-il grimper sur le banc pour éviter qu'elle ne se baisse ? Devait-il simplement se retourner pour lui présenter son fessier ? Difficile à dire. Senri avait beaucoup lu et vu de choses à ce sujet et finalement, chaque dominante avait une façon différente de voir les choses. Se mettre en place changeait donc à chaque fois. Allait-il demander plus de précisions  ? Non. Il en resta au plus simple. Doucement, il se retourna pour être dos à elle. Nu et à quatre pattes, son fondement n'était pas des plus difficiles à atteindre, non, il était même certain que de sa position, elle pouvait déjà admirer son petit trou qui allait sans doute passer un mauvais quart d'heure. Déglutissant un peu, le jeune homme baissa la tête pour attendre avec une certaine appréhension. Incapable de rester totalement silencieux, il prononça l'un des seuls mots qu'il pouvait encore prononcer bien que pour cette fois, il n'y avait pas un réel entrain.

Wouf.
Journalisée
Mélinda Warren
Créature
-

Messages: 3158



Voir le profil
FicheChalant
Description
Petite vampire qui aime mordre des fesses <3
« Répondre #14 le: Juin 23, 2015, 12:14:43 »

Gia pouvait sentir la peur dans les yeux de Senri, l’inquiétude quand il vit ce gros gode noir, et la main de Gia en train de le lubrifier. Normal qu’il ait peur, car il n’y avait qu’un seul endroit dans lequel Gia pouvait rentrer… Et cet endroit était connu pour sa grande sensibilité. Gia avait ressenti la même angoisse quand Mélinda l’avait sodomisé pour la première fois, et, e fait, elle avait effectivement eu mal… Une souffrance terrible qui avait explosé dans tout son corps, mais qui avait donné naissance à un plaisir particulièrement jouissif. Mélinda lui avait expliqué que, dans la sodomie, il fallait tomber sur une personne expérimentée pour que le résultat final soit inoubliable. Gia avait retenu cette leçon, et, depuis lors, elle avait été sodomisée bien des fois, et espérait bien se montrer à la hauteur. Pour elle, c’était un sacré défi, et elle se rapprocha de Senri, se mordillant les lèvres. Ses mains continuaient à trembler, le vent caressant son corps, faisant frissonner la pointe de ses tétons. Ses seins étaient tendus et gonflés, les bouts rosés de ses bosses ressortant de ses bonnets en latex. Son gode heurta les fesses de l’homme, caressant lentement sa peau, et, en souriant, elle posa ses mains sur chacune de ses fesses, et les malaxa. Elle avait peur de tout perdre sous l’effet du stress… Mais, de fait, tout lui revint sans problème, et elle pensa surtout à ses pouces, les amenant près de la croupe de Senri, «écartant ainsi sa peau à plusieurs reprises.

« Voilà la petite porte de mon petit chien… Ne t’inquiète pas, ta Maîtresse va bien s’occuper de toi… »

Sa voix était gonflée de plaisir, et elle se mordilla encore les lèvres. Elle aurait pu le sodomiser tout de suite, mais elle se doutait bien que l’homme devait avoir une faible expérience sexuelle… Peut-être même était-il vierge d’ici ? Et puis, elle savait les hommes naturellement plus réfractaires que les femmes à se faire prendre par là… Pour le coup, elle était donc heureuse de voir que Senri n’était pas opposé, sur le principe, et elle approcha lentement ses doigts de son fessier.

Délicatement, l’un de ses doigts gantés s’enfonça en lui, dans ce canal très étroit, très serré. Ses doigts étaient encore imbibés du liquide qu’elle avait utilisé pour lubrifier son gode, et elle déplaça son doigt. Gia n’était pas encore une Futanari, ce qui expliquait pourquoi elle revenait aux anciennes méthodes, efficaces, et qui avaient, à de maintes reprises, prouvé leur efficacité. Ses doigts remuaient en lui, d’avant en arrière, et elle finit par en glisser deux, d’avant en arrière, pendant de longues secondes… De fait, elle le fit assez longuement, afin d’habituer Senri à ce contact, son autre main caressant son dos, ou griffant ses côtes.

« Mon chiot a un beau petit cul, lâchait-elle, afin de le complimenter. Il est bien propre… »

C’était très agréable à prendre… Gia continuait à se faire plaisir, puis finit par retirer ses doigts, puis approcha ensuite son gode de ses fesses. Maintenant que Senri était prêt, Gia put rapprocher son sexe, et pénétra doucement l’homme.

« Haaaa… !! » s’exclama-t-elle.

Son gode s’enfonça en lui, et elle força un peu, en grognant, et en crispant ses mains sur son corps. La sodomie commençait… Et elle espérait bien faire aboyer à la nuit son chien…
Journalisée


DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.

Tags:
Pages: [1] 2 3
  Imprimer  
 
Aller à:  

Powered by SMF 1.1.20 | SMF © 2006-2007, Simple Machines
Awake and Dreaming - Le Grand Jeu
ChatBox