banniere
 
  Nouvelles:
Pour participer à l'évolution du forum et faire entendre votre voix, n'oubliez pas de vous inscrire sur la liste des électeurs ! Vous aurez ainsi accès aux sujets sur lesquels le Staff consultera les membres. Plus d'informations ici !

Liens utiles: Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Cacher les avatars

Le Grand Jeu - Forum RPG

Bad langage Discrimination Drugs Sex Violence Gambling

Bonjour et bienvenue.

Ce forum présente des oeuvres littéraires au caractère explicite et/ou sensible. Pour ces raisons, il s'adresse à un public averti et est déconseillé aux moins de 18 ans. En consultant ce site, vous certifiez ne pas être choqué par la nature de son contenu et vous assumez l'entière responsabilité de votre navigation.

Bonne visite ! :)

Pages: 1 2 [3] 4
  Imprimer  
Auteur Sujet: Cible à abattre [Frau Van Lindermann]  (Lu 6362 fois)
Batgirl
Legion
-

Messages: 371



Voir le profil
Fiche
« Répondre #30 le: Mai 25, 2015, 01:45:24 »

Kate resta silencieuse face au long monologue de la tueuse à gages, qui leur parla de la méthylamine. Kate connaissait ce gaz, qui était un dérivé de l’ammoniaque, l’un des éléments chimiques utilisés pour synthétiser de la méthamphétamine. La meth était connue de la CIA, car elle avait été utilisée par différentes armées pour faciliter les missions. L’armée allemande, pendant la Seconde Guerre Mondiale, en avait utilisé, tout comme l’Armée impériale japonaise, ou encore les Alliés. Les Japonais s’en servaient pour encourager les kamikazes à se sacrifier. L’idée était alors de stimuler les soldats, de provoquer un sentiment euphorique qui les encouragerait à se sacrifier pour leur patrie. Maintenant, la meth était une drogue de synthèse qui faisait des ravages dans cette partie-ci du globe, notamment aux alentours de la Thaïlande, du Laos et de la Birmanie, où elle était l’une des grosses sources de revenus d’une milice locale, la United Wa State Army, ou UWSA. L’avantage de cette drogue était qu’elle était peu onéreuse, et se répandait donc très bien. Elle était présente massivement en Thaïlande, mais s’étalait peu à peu dans les autres pays de la région, y compris le Japon. Elle était transmise par les touristes étrangers venant en Thaïlande afin de profiter de tous les charmes du pays.

Kate savait que la CIA enquêtait sur le marché de la méthamphétamine, et sur l’essor de la méthylamine. Ce composé était plus facile à produire que l’ammoniaque, moins cher, et donc plus rentable. Les laboratoires clandestins fabriquant ce genre de composé étaient donc effectivement activement recherchés par les Américains.

Tueuse à gages, raciste, et ayant probablement des origines néonazies, cette Dobermann était un véritable enfant de chœur. Une folle furieuse bonne à enfermer qui continuait à parler, tout en leur expliquant qu’elle comptait détruire les stocks de méthylamine, et les faire flamber ici. Elle devait savoir que cet entrepôt était perdu, maintenant qu’ils avaient emmené les Batgirls ici. Batwoman restait toujours aussi silencieuse, comme si un chat avait avalé sa langue. La tueuse à gages s’écarta donc, et lança une allumette, enflammant les stocks de gaz. Fort heureusement, alors que l’entrepôt s’enflammait totalement, Cassandra Cain avait réussi à utiliser le poignet de Batwoman pour trancher le chatterton, et la femme bondit hors de sa chaise, et recouvrit les deux femmes de sa cape. Le nuage de feu incandescent s’abattit sur son costume. Elle serra les dents sous la douleur, mais la cape, ignifuge, les protégea de l’explosion. Quelques secondes après, Kate renvoya sa cape en arrière. Tout était en feu autour d’elle, et elle s’empressa de déchirer le chatterton, libérant à son tour Cassandra.

« On fout le camp ! »

Kate grimpa le long de l’escalier, mais constata que la porte était coincée. Le feu continuait à se répandre, remplissant l’habitacle d’une fumée épaisse et asphyxiante. Fort heureusement, les femmes avaient encore leurs Bat-ceintures, et Kate sortit du gel explosif, tout en actionnant sa visière, afin d’avoir une vision informatique plus précise. Elle retourna dans la salle principale. Cet entrepôt était vieux, en bois, avec des poutres qui étaient également faites d’un matériau inflammable. Finalement, son costume repéra le point sensible au sol, et elle se dépêcha de répandre du gel explosif... Puis le fit exploser. La poutre en bois située dessous se brisa, et les deux femmes tombèrent dans le vide, s’enfonçant dans une grotte souterraine se trouvant sous l’entrepôt, avec un précipice qui semblait sans fin.

Leurs ailes se déployèrent, et les Bat-grappins fusèrent, s’accrochant à des parois proches, permettant de les amener sur des plateformes rocheuses entourant ce vide abyssal.

« Jethro est sûrement en lien avec l’UWSA. »

C’était la seule explication justifiant qu’il puisse se permettre de sacrifier aussi facilement de la méthylamine. Il n’y avait plus rien à exploiter, et le duo remonta le long d’une caverne, qui les conduisit jusqu’à un autre mur friable, qu’elles explosèrent, pour débarquer dans les égouts de la ville.

Alors qu’elles se rapprochaient de la surface, Kate retrouva son communicateur.

« Kate ?! s’alarmait Barbara de l’autre côté. Tu vas bien ?!
 -  Elle a voulu éteindre nos ardeurs avec de l’essence... Ou presque. J’ai perdu sa trace, mais je sais désormais que Jethro est impliqué dans le trafic de meth’.
 -  De la méth’ ?
 -  Les Thaïlandais sont notre principale cible... D’une manière ou d’une autre, il est en affaires avec eux. »

Une nouvelle piste venait de s’offrir à eux.

« Okay... On se regroupe tous à l’appartement, il est temps pour un petit briefing. »

D’habitude solitaire, Kate ne pouvait qu’accepter, cette fois.

Un briefing semblait effectivement être nécessaire.
Journalisée

DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
Frau Van Lindermann
Humain(e)
-

Messages: 61


Deutsch Qualität, BIATCH !


Voir le profil
Fiche
« Répondre #31 le: Août 04, 2015, 07:31:29 »

Et voilà… Sans rien dire tu t'en allas… à Pieds. Une main dans la poche, l'autre tenant ta clope.
Tu savais pas quelle heure il était, tu n'avait plus de caisse et par on ne sais quelle putain de circonstance, tu avait aussi paumée ton flingue, te retrouvant alors avec ton couteau et ton poings américain comme seules armes de défenses. Mais tous ça… Tout ça te passait totalement au dessus de la tête. Tu était à moitié paumée, t'avais toujours pas le reste de ton frics, les Guramu t'en voulais à mort et comme une cerise pourri sur un tas de fumier, t'avais niquer deux de tes très honéreuses bagnoles.

« Putain… Faut que je me sorte de ce merdier… »

Un bref soupir s’échappa de tes lèvres tendis que tu marcher tranquillement sur le bord du port de Seikusu, remontant ce dernier jusqu'au quartier de la toussaint. Tu marcha quoi… Une heure ? En réalité, t'en avait un peu rien à foutre, au point eu tu en était maintenant… Jethro pouvait bien t'attendre, toi tu en avais ras-le-cul et, comme pour couronner cette soirée complètement merdique, la pluie revint à te tomber sur le coin de la gueule. Et alors que tu t'enfonçais progressivement de la Toussaint, tu vis les prostituer rentrer petit à petit dans les bar qui longer ce misérable quartier… Le rendant définitivement désert.

« Putain quelle heure il est… ? »

Cet alors que dans un rue adjacente, le bruit irrégulier de talons aiguilles vint à t'interpeller…
Sans vraiment te méfier tu recula de quelque pas, voyant alors à quatre ou cinq mètre de toi une silhouette féminine entrain de marcher lentement…

« Eyh ! T'aurais l'heure ? »

La femme ce stoppa… Elle tourna légèrement sa tête vers toi puis… Sans rien dire… Elle continua sa route… Toi, tu haussa un sourcil tout en fronçant l'autre… Putain, mais même les putes t'envoyer chier maintenant ?

« pfff… Il y a vraiment des gens louches dans cette ville... »

Et hop, tu reprit ta route. Avec le sentiment d'être totalement abandonnée… L'espace d'un instant, l'image de cette « pute » vint à te faire sourire car, dans la pénombre, certes tu n'y avait pas vue grand-chose, mais cependant avec le peu de luminosité qu'il avait ton regard acéré t'avais permis de distinguer les reflet d'une combi en latex rendue luisante par la pluie… Les japonais et leurs penchant sexuels déviant… ça auras toujours le don de te faire rire,  Même dans une situation aussi désastreuse que celle là. C'est donc en était pas plus avancée que ça que tu te remis à marcher dans les rues merdique du quartier de la toussaint, tantôt plongée dans la pénombre, tantôt irradié par les néons des bar à putes, salles de shoot et autre sexshop… Il y avait de tout. Les gens qui était devant les enseigne était généralement trop défoncée pour te voir mais, en passant devant certains bars tu sentie et tu vis les regard accusateurs e courroucés de certains loubards ou vigiles… Tes tatouages Frau ! Merde ! Une croix de fer sur l'épaule droite, une croix gammée sur la gauche et ton signe SS sur le cou… Merde… T'en avait à ce point rien à foutre sérieux ? Et bien… Ouai, pour être tout à fait franche avec toi même, tu voulais qu'il t'arrive des bricole, t'avais cette sensation acre en toi depuis que t'avais foutu le feu à cet entrepot… 

Aussi loin que tu t'en souvienne, t'avais toujours aimé te foutre sur la gueule. Ton père, ces potes et… Enfin, t'aimer te battre, le soucis c'est que… Et bien que quand les choses prenaient une tournure comme celle là, une sorte de « sécurité » venait à péter en toi, un truc qui te faisait passer de femme calme a… Sociopathe en recherche de défouloir et, quoi de mieu a ton avis pour te défouler ?
« Putain faut que je frappe… »

Ouai… T'en avait les mains qui tremblait… Pourtant, une petite voix diffuse au fond de toi te disait de te contrôler, de pas faire de vague, de pas péter un câble… Et puis… Il y eu cette phrase…

« Allez poupée… Viens a l'intérieur, cette boite appartient au Guramu... »

Tu t'arrêta net, t'était entrain de regarder le sol quand cette phrase avait atteint tes oreilles… Les guramu ? Un léger sourire s’affichât sur sa tête de dégénérée, un sourire qui s'effaça au moment même ou tu leva les yeux vers l'enseigne de ce barre miteux…

Est ce que tu es une putain de psychopathe, Frau ? Hm ? A dire vrai, même toi tu savais pas trop si t'était saine d'esprit… Pour à ce point vouloir frapper dans de la viande, fallait pas être net. Surtout que partit comme c'est là, ça vas pas être du « feutré » nan… Toi, ton kiff, c'est quand sa gicle, que sa crack, un son et lumière de bâtard avec des bruit sale et des chicot éclater… Ton truc, c'était la bonne baston bien grasse et salasse, le combat de chien qui en fout de partout… Ouai.. Rien qu'dit penser t'en avait les yeux qui brillait.

Avec toujours une mains dans la poche, tu vint à attraper une clope que tu alluma ensuite avec un calme presque tibétain et puis… Tu avança tes guêtres vers le bar. Au début, les gens te regardais… Enfin, ceux qui était encore un minimum sobre, mais personne ne broncha… C'était pas un bar grand luxe, il y avait pas vraiment grand monde de bien sappé, cependant, une fois à l'intérieur, tu aperçus ici et là quelque table plus « chic » que d'autre, dans le sens ou il y avait des gens plus « costumé » attablés autour desdites tables. Tu sentis plusieurs regard sur toi mais.. rien à foutre, tu traça ton chemin en direction de… Des toilettes tiens… C'était calme, exiguë et avec un  peu de chance, il n'y aurais personne. Tu allas donc calmement vers les toilettes qui était d'ailleurs mixtes et, une fois dans ladite pièce relativement mal éclairée, tu fit le tour du proprio pour voir s'il y avait du monde et… Personne… Pas un rat… Ce qui t’amena à légèrement sourire, avant de finalement te mettre à faire face au miroir.

Là… Tu contempla ta tronche marquée par deux trois hématome et une coupure à la lèvres. C'était ça ta vie, des nions dans la tronche… Qu'est ce que t'as put t'en prendre… C'était avec sa que ton daron, paix a son âme, te corrigés en te disant « Tu vois ma fille, c'est comme ça que mon père ma après la vie, en me foutant des taquet dans la gueule et t'as vus ? Je suis devenue un homme ! »
Ce bref souvenir te fit légèrement sourire avant que le grincement des gond de la porte menant au bar vienne a t'interpeller… Tu resta bien évidement calme, cependant, le miroir qui te faisait face annonça trois types en costard noir apparemment pas super commodes.

« Eyh… C'est quoi ton problème à toi ? T'aime bien ce genre de connerie là… hein ? »
« De quoi tu parle rébus de rizière ? Sérieux, retourne tabasser des chien et viens pas m'emmerder... »
« Qu'est ta dit là ? Dixit le type qui qui semblait être le chef de cette bande de rat.
Tu… Veux bien me répéter ce que ta dit ? »
« Je pense pas que tu soit sourd… Non quoi d'ailleurs Oh… Quoi que… » enchaînât tu alors en gardant les yeux rivés sur ton reflet. Tendis que le gars, apparemment piqué a vif fit mine de rire avec ses potes… Avant de s'approcher de toi et de t'attraper l'épaule.

« Eyh sale pute… Tu sais a qui tu parle là ? Hein ? »

tes poings ce restèrent d'un coup et, avec un calme toujours aussi flippant, tu vint à lui dire :

« Enlève ta mains de mon épaule… »
« J'fait ce que je veux salope… ok »
« ah… Toi aussi ? »

ET crac ! Sans cris égard tu vint à te saisir de la mains de ce type afin de lui tordre pour mieux lui envoyer ton poing dans sa gueule. Ses potes, bien que surpris ne mirent cependant pas longtemps a te sauter dessus, l'un d'eux ce mettant a te charger pour mieux de plaquer contre le murent en t'envoyant trois droites dans le gueule. Mais rien a foutre, t'en a manger des plus salasse que ça et là, t'était bien chaude ! Alors sans ménagement, tu balance ton pied dans le ventre du type qui recula de plusieurs pas, bousculant son pote au passage. Toi, tellement sous tension, tu chope les deux coté de la tête du mec en prenant soin d'enfoncer tes pouces dans ses orbites afin de bien le faire hurler et BLAM ! Tu envoya sa tête contre le miroir, un fois, deux fois, trois fois avant de finalement lui écraser le pif et les chicot sur le rebord du lavabos avec un violence inouïe. Malheureusement, l'autre type revint à la charge, bien décidé a te faire morfler, ce dernier envoyant alors dans ton estomac un jolie coup de savate qui vint a te faire chuter au sol contre la porte d'une cabine, porte qui s'ouvrit d’ailleurs en grand. Cet alors que tu vint à faire une balayette à l'autre bâtard qui s'affala a son tour sur le sol. Sur ce, tu te mise alors a lui latter la tronche a grand coup de bourre pif et, une fois que le type fut suffisamment sonné, toi, du haut de ta fury de malade, tu vint à l'attraper par le coltar pour l’amener face a la cuvette des chiotte, en jetant un regard au deux autres types… Enfin un, l'autre étant sûrement mort.

« kof ! Fof ! Je... »
« Ta gueule ! Putain voilà ta place fils de pute ! La tête dans les chiottes ! »

Hop ! Un petit plongeon un ! En générale, quand tu faisait ça, c'était pour soutirer des infos mais là… Nan, c'était purement de la violence gratuite. L'homme ce mit alors a blobloter en remuant et en gémissant, avant que tu ne dédaigne lui sortir la de là.

« Bleurg ! Kof ! Reuh haa.. Raaah.. Je… Putain… C'est BonBlLLLeurrrrgg ! »
« Ta gueule sale merde, les merde sa parle pas ! OK ! »

Et hop, voilà que le type était de nouveaux entrain de barboter dans la flotte en gémissant et en bullant comme un poisson. Sauf que là, prise d'une folie plus que meurtrier, tu vint à légèrement te redresser, avant de finalement envoyer ton pied à l'arrière du crane de type, écrasant ce dernier au fond des chiotte, son sans ce mélangeant alors à l'eau pour former une souper rougeâtre absolument sinitre.

« CREVE ! CREVE ! CREVE ! »

Tu t'acharna sur lui pendants plusieurs secondes, avant de finalement te stopper net… Là… Dans ce moment de silence, ton ouïe vint à l'alerter que l'autre mec, celui du démon, était entrain de bouger… Et toi, calmement… Tu sortis de la cabine pour alors lui faire face, le gars était toujours au sol, le nez en sang et le poignée gonflé.

« Pudin… Arrede bordel… Ong a combri… »
« ... »

T'était entrain de regarder ce type avec un sale regard bien vide et cruel… Avant de lui envoyer sans aucun somation ton pied dans la tronche… Une fois… Deux fois… Trois fois… La quatrième ? C'est simple… Tu lui écrasa contre le sol. Là… T'avait vraiment craquée Frau… Mais putain… Comment tu pouvais te sentir bien ! T'avais du sang sur la gueule, les mains, les bras… T'était légèrement essoufflée mais… Dieu que c'était bon. Calmement mais rapidement, tu te mise à fouille les poche du type qui t'avais accosté en premier, récupérant alors les clé de sa caisse, son couteau et un flingue. Tu regardas bien évidement si ce dernier était charger puis, en voyant qu'elle l'était, tu le mis dans ton futal et te releva. Le temps de te passer la mais dans le cheveux et de souffler un coup et puis… Go !
D'un pas rapide tu sortis alors des toilettes afin de quitter le plus rapidement possible cet endroit, car, a peine avait tu remit un pas dans la boite que d'autres mecs, dans le fond de la salle, ce mirent à parler entre eux en te désignant de la tête.

« pas le temps de jouer plus longtemps... »

Sur ce, tu sortit de la boite, tu prit la clé que t'avait récupérée sur le type, tu appuya sur le bouton et..

yup ! Yup !
« bingow ! »

Fort heureusement pour toi, le gars avait pas garée sa caisse trop loin. Sans perdre de temps, tu grimpa dedans, tu alluma le contacte et…

« Butez la !!!! »

Et hop, tu fis crisser  les pied en faisant un beau démarrage et viooooom ! Tu quitta la scène du crime aussi vite que possible, enchaînant ensuite les petite ruelles et autres passage de merde afin d'être sur de semer ses bandes d'enfoiré et ce, en gardant une vitesse relativement haute.
Finalement, tu arriva enfin a quitter le quartier de la Toussaint pour revenir dans une zone plus calme de la ville. Cependant, ta vitesse ne désemplissait pas et cet à toute allures que tu te mis a tracer vers le repaires de Jethro, une belle et riche propriété dans les hauteur de la ville.


Un atome de violence… Voilà ce que tu était, es et seras toujours… Frau.

Journalisée

le personnage et le joueur sont à dissocier.
Batgirl
Legion
-

Messages: 371



Voir le profil
Fiche
« Répondre #32 le: Août 07, 2015, 11:22:42 »

« L’UWSA, ce n’est pas n’importe qui, les filles. On ne parle pas d’un vulgaire gang de rue ou d’une mafia, mais d’une véritable armée... Une milice comprenant des milliers d’hommes, située à la frontière de la Thaïlande et du Laos, et alliée à la junte militaire qui dirige la Birmanie. »

L’UWSA était l’abréviation de United States Wa Army, qui faisait référence à une tribu ethnique située en Birmanie et dans la province chinoise du Yunnan, les Wa Cette ethnie était notamment connue pour être responsable d’une grande partie de la production du trafic d’opium de Birmanie. L’UWSA était la branche militaire de l’UWSP, avec un « -P » pour « party », et ce mouvement était le descendant du Parti communiste birman. De fait, l’UWSA considérait être un État à part entière, et était impliqué massivement dans le trafic de drogue. Barbara leur fit un rapide exposé, dans une salle de réunion. Les autres Bats étaient là. Il y avait Stéphanie Brown, qui avait encore des pansements un peu partout, et était assise à côté. Cassandra Cain était aussi là, de même que Kate Kane, et toutes écoutaient les quelques informations que Barbara avait réussi à obtenir.

Cette dernière leur parla ensuite de la méthamphétamine, une drogue très spéciale, car elle nécessitait un laboratoire, des chimistes, et beaucoup de matériel. Cependant, elle était de plus en plus rentable pour les narcotrafiquants. C’était une drogue synthétique, et, parmi les éléments requis pour la synthétiser, il fallait de la méthylamine. Quand la DEA luttait contre un trafic de méth’, leur cible était fréquemment le laboratoire, car ce laboratoire était au cœur de tout le trafic. Pas de laboratoire, pas de drogue, et tout le réseau de drogue s’écroulait rapidement.

« Je pense que ce Jethro doit avoir un laboratoire dans la région.
 -  J’ai commencé à mener des recherches, précisa Stéphanie. La méth’ se répand dans tout le cœur du Japon, mais elle n’est pas si importante que ça à Seikusu. Les principales villes touchées sont Kyoto, Osaka, Nagoya... Tokyo est un peu éloignée, mais je pense que le laboratoire se trouve bien à Seikusu. C’est une technique classique pour brouiller les pistes : on produit la méth’ dans une ville, et on la vend ailleurs. Pour remonter la filière, on passe toujours par les junkies, puis les dealers, avant de remonter vers les fournisseurs. Mais une enquête policière sur Nagoya est limitée à Nagoya. »

C’était une stratégie classique, qui était appliquée aux États-Unis entre les différents États, chaque police locale n’ayant pas, par principe, compétence pour agir ailleurs. Le trafic de drogue profitait largement des lourdeurs juridiques, des rivalités policières, et d’autant de mécanismes lourds et institutionnels qui ralentissaient la lutte contre les narcotrafiquants. Les informations de Stéphanie étaient respectées, car les membres de l’équipe savaient que, avant d’être une Batgirl, Stéphanie Brown s’était fait connaître sous l’identité de Spoiler.

Sous cette identité, Spoiler était alors une jeune activiste informatique, diffusant depuis les ordinateurs publics de la bibliothèque municipale de Gotham, des informations sur le crime organisé de Gotham City : les policiers corrompus, les fonctionnaires également corrompus, etc... Elle était la fille de Cluemaster, un vilain au rabais, ancien apprenti de l’Homme-Mystère, qui avait lancé une vaste opération pour tuer Batman. Spoiler avait failli mourir, et c’était de cette manière qu’elle s’était faite connaître par la Bat-famille. Si Barbara était un prodige, Stéphanie, elle, avait un talent inné pour dénicher n’importe quelle information sur Internet.

« Quelle est la suite du plan ?
 -  Nous manquons d’informations sur Dobermann... Pour l’heure, nous allons partir du principe qu’elle travaille pour Jethro. Ce sont donc nos deux cibles.
 -  L’appartement de Dobermann a été fouillé de fond en comble. Nous avons relevé des empreintes digitales, mais... Elles ne sont enregistrées nulle part. Soit cette femme n’a jamais eu la moindre rencontre avec les forces de l’ordre, soit elle dispose de bons soutiens. Quant à Jethro... C’est aussi un homme discret, mais un trafic de méth’, ça ne se cache pas si facilement. Notre seule piste... Enfin, la plus utile, plutôt, c’est d’obtenir des informations sur la livraison de la méthylamine. Pour cela, nous surveillons toutes les cargaisons en provenance de la Birmanie, de la Thaïlande, et du Laos. Les containers de méthylamine se trouveront sûrement là-dedans.
 -  Et, pendant ce temps-là, on laisse Dobermann courir ?
 -  Et bien, sauf si les contacts de ton père ont de meilleures informations à fournir, répliqua Barbara, c’est la seule option... Mais, et je tiens à le dire, il faut qu’on bosse toutes ensemble sur ce coup. »

Elle se tut un peu, comme pour signifier aux femmes présentes autour d’elle que cet élément était important.

« Compris ? On forme une équipe, alors, je ne veux pas d’opérations en Solo. »

Les femmes acquiescèrent.

« De mon côté... Je pense que je vais faire venir quelques renforts... »
Journalisée

DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
Frau Van Lindermann
Humain(e)
-

Messages: 61


Deutsch Qualität, BIATCH !


Voir le profil
Fiche
« Répondre #33 le: Août 11, 2015, 12:11:59 »

Le sang… tu regarde tes mains et tu te dis que, merde… T'as encore complètement craquée et au fond de toi, quelque chose te souffle que ça va pas aller en s'arrangeant… Tu ressert ton emprise sur le volant… Pied au plancher tu file sur la route, les réverbèrent font comme des flash stroboscopique et tu commence a te dire que la fatigue te fait disjoncter… Ou c'est juste toi… Où t'es capable d'aller comme ça… Hein ? Jusqu'où ? D'un seul coup, tu repense à ces malades qui court les rues en te disant que c'est pas toi… mais bordel ci.. Putain c'est toi ! Tu tue pas par justice ma vieille.. tes une putain de psychopathe et tout ce qui c'est passé ce soir est entrain d'faire comme une gros crac dans ta tête… Pourtant… Pourtant tu fonce vers Jethro.. Tu sais qu'il y a du « gros » derrière lui… derrière les guramu aussi, ce qui t'amène à penser que là, ce soir, dans ses chiottes… t'avais passer une étape.

La pluie s’abat sur ton pare-brise et lentement tes beaux yeux bleus ce lève et là… Tu te dit qu'un putain de miracle serait cool… Mais c'est pas le moment de ce mettre au bondieuserie ma grande, reste calme et lucide… Et remet lentement toutes les pièces dans l’ordre… Le Maire… Les Guramu, l'entubage, les justicières… Putain… Tu trempe dans cette merde jusqu'au cou, quoi que tu fasse, t'es prise au piège et tu connaissant, tu sais pertinemment que t'arrivera pas à t'en sortir sans faire de carnage… Bizarrement, l'idée de frapper encore te donne des frissons… On fuguasse regard en direction de ton bras vint d'ailleurs à confirmer la chose… Nan, t 'était loin d'être rassasiée Frau… T'était une sombre valkirie, une amazone faite de plomb et de haine… Un bidon d'essence consentement entourée par les flammes impétueuses de la colère.

Rapidement, tu te rapproche de ton but, les hauteurs de la ville s'ouvre à toi et il te fallut d'ailleurs pas plus de quelques minutes pour atteindre la baraque de Jethro. Lentement, tu ralentie devant son portail, un truc cossue avec des arabesque et tout le toutim.
T'attend quelque secondes devant… Secondes qui te parure interminables d'ailleurs. Mais tu pouvait pas en vouloir a ses tas d'cons d'êtres prudent, après ce qui c'était passer à l'Opéra. Finalement, le portail vint enfin à s'ouvrir, tu roule donc lentement jusque devant le propriété et là… Tu marquas une pause. Tu soupira un grand coup puis, lentement, tes yeux bleu cyan scrutèrent les gardes de Jethro en te demandant ce que tu devait vraiment penser d'eux, c'est enculés leur loyauté et celle de Jethro… Les gars te regardait… Toi aussi… Puis, après un court laps de temps, tu sortit enfin de ta caisse. T'avais une sale gueule et ça, les gars le remarquèrent bien vite puis… Tu claquas la portière d'un coup franc et en lançant un regard supérieur et haineux à chacune de ses merdes, tu vint à grimper les marches en marbre blanc menant à la demeure de Jethro. T'avais du sang sur la tronche, les mains, le torse… Tu t'était foutu sur la tronche toute la nuit et la fatigue commencer  à cravacher ton cerveau de malade mais… rien à foutre, tu continue, tu marche, droite et bien déterminer à en finir avec ce merdier de tout les diables.

Lentement, tu vas de toi même dans le bureau du mafiosi, comme une grande fille, tu rentre et là le type te regarde… Il est dans son fauteuil et sans rien dire il te regarde t'affaler dans le fauteuil qui fait face à son bureau. Le gars te mate avec son regard supérieur, un verre de vin à la mains en ce demandant sûrement dans quel était était les deux femmes dont tu t'était chargées, la question lui brûle les lèvres, tu le sais… Mais le mec laisse couler… Il veut que tu le dise… Toi… tu dit rien, tu le fixe, t'en peut plus, t'as fait un carnage de malade, cramée des meuf sans broncher et sûrement péter les seules durite qu'il te restait.

« Je... »

Qu'est ce qu'il vas te sortir l'enfoiré, hein ?

« Tu veux un verre ? »

Putain le con, il te propose un verre… Sérieusement, là, tout de suite, tout ce que tu voulais c'était lui coller ton poings dans sa gueule, ton fric et qu'on t'emmerde plus… Mais nan, au lieu de ça, toi, tu passe ta main droite dans tes cheveux soupirant avant de lui dire sur un ton monocorde et éreinté.

« Un Whisky… Triple. »

L'homme haussa un sourcil puis fit signe à de ses gars de te servir. Ledit gars te sert donc et ce reçois en guise de remerciement un regard froid accentué par ton petit air supérieur et cruel, le genre qui veut dire « merci connard » puis, tu prit ton verre en main, tu le porta à ta bouche et là, Jethro vint une nouvelle fois à causer.

« Elles sont mortes n'est ce pas... »
« J'lai ais envoyées en enfers ses putes… En théorie… Il en reste plus qu'une, une jeune, blonde, plutôt fortiche mais elle fait pas le poids contre moi. Si jamais il lui viens l'idée de revenir nous emmerder… Je lui éclaterais sa gueule et je le crèverais. »

L'homme te regardais silencieusement… Toi, tu le regardait pas, mais dans le silence ambiant, tu l'avait entendus ravaler sa salive… T'était flippante Frau… Ce mec te connaissait et tous ces gars là… Il savait tous plus ou moins de quoi t'était capable.



lulu

Seikusu… Cette ville t'avais vus naître… Elle t'avais vus grandir, elle avait vus ton enculé de père crever puis Ta tendre mère puis… Toi. Dans ta tête, les souvenirs une fois encore remontaient à la surfaces, tantôt poisseux, tantôt durs. Mais là… Là plus tu avançais vers le quartier de la toussaint… Plus tu sentait ton cœur battre, renaître… Tes yeux vide s'emplissant d'une lueur funeste tendis que ta visons, elle, vint à radicalement changer.
Tu empruntât dans un premier temps les ruelles sombre et les petit passage mal éclairée, avant de brièvement passer par le parc avant d'enfin voir au loin les immeubles pourris de la Toussaint ce dresser devant toi, avec ici et là, la lumière diffuses des néons multicolore de tout ces bars à putes immondes au relent de sueur, de tabac froid et de chatte.

Plus tu approchait et plus tes babines s'échauffaient… Petit à petit, tu perdait pieds mais… Tu te sentait renaître à nouveaux. Ce soir, t'aller enfin revenir…
Du parc, il te fallut encore une bonne petite quinzaines de minutes avant d'enfin arriver à la Toussaint et… Une fois rendue, dieu que tu ne fut pas dessus.

« Je suis de retour… Mes jolies. »

Lentement, d'un pas lugubre te vint à emprunter d'autres ruelles sombre, plus salle et lugubres que les autres. Ici et là, sa sentait la pisse, les ordures et la mord mais, le quartier de la toussaint avait aussi pour lui un parfum plus « suave » une odeur torride que tes narines savait pister à plusieurs mètres autour de toi… Tu la connais cette odeur au rabais, tantôt trop sucrée tantôt saveur « désodorisant pour chiotte » ce mélangeant à l'odeur du maquillage, des capote, du chewing et, des fois, du sexe frais. Cette odeur qui te faisait mouiller comme une salope, comme seule le musc d'un homme peut le faire… L'odeur des putes ! Tu emplie tes narines de cette puanteur ambiantes et… Tu rouvrit tes yeux… Luisant… Avide… La Duchesse était de retour mes agneaux et ce pour vous offrir le plus beau des silence. En route, la pluie vint à s'inviter à cette sinistre marche funèbre mais toi, t'était ailleurs, tu t'en foutait et pour preuve, une espèce de femme t'avais semble t'il demander l'heure mais… Visiblement pas interresée, tu l'avait totalement larguée.

Mais au final, après plusieurs interminable minutes de marche… T'avais vus au fond d'une ruelle une jeune femme isolée… Et là… ça avait fait ding dans ta tête.
Journalisée

le personnage et le joueur sont à dissocier.
Batgirl
Legion
-

Messages: 371



Voir le profil
Fiche
« Répondre #34 le: Août 17, 2015, 02:19:59 »

« Tu vaux mieux que ça...
 -  Ufff... »

Pour seule réponse, Barbara serra les lèvres, et partit à nouveau à l’assaut. Son adversaire esquiva sans difficulté, et elle sentit son genou se loger dans son ventre, lui coupant la respiration, avant qu’une main ne la frappe dans la nuque, l’envoyant s’étaler à nouveau sur le sol. La femme était toujours aussi rapide, et Barbara bondit sur elle, coude en avant. Encore une fois, la femme esquiva en faisant un pas de côté, et opta pour un coup de pied en hauteur. Barbara le para, et tenta de contre-attaquer mais la femme bloqua, et son adversaire enchaîna en la poussant en avant. Barbara partit en arrière, et, sans lui laisser le temps de souffler, la femme blonde courut ver selle, bondit en hauteur, et opta pour un redoutable mawashi-geri plongeant. Sion pied la heurta sous les seins, et Barbara roula sur le tatami. Elle finit sur le dos, et le pied de la femme se posa ensuite sur sa poitrine.

« Pouce ! hurla alors Barbara.
 -  Pouce ?
 -  Pouce ! »

Il y eut quelques moments d’hésitation... Puis le pied se retira. Barbara soupira alors, et entreprit de se redresser.

« Tu sais, je crois que certains de tes coups ne passeraient pas dans une compétition d’arts martiaux... »

Les deux femmes se trouvaient dans un dojo, et pas n’importe lequel : il se situait dans le vaste penthouse de Barbara. C’était une sorte de gymnase, qui confirmait la grande espace dont les Bats disposaient ici. Il était recouvert de tatamis pour le nécessaire entraînement de Barbara, après sa raclée il y a quelques jours. Et son amie frappait toujours aussi fort...

« Les concerts, ça ne te fatigue pas...
 -  Je suis une fille, je peux faire plusieurs choses à la fois. Mais toi, tu as beaucoup perdu depuis que Le Joker t’a envoyé en fauteuil roulant. Tu as appris à te battre sans utiliser tes jambes, et, si ce style est efficace sur un fauteuil roulant, quand on retrouve l’usage de ses jambes, il faut agir différemment. Autrement dit, nous allons devoir réadapter ton corps à user de tes guibolles. »

Barbara acquiesça en hochant la tête. Pour autant qu’elle s’en souvienne, Dinah Lance était l’une de ses plus proches amies. Ensemble, elles avaient fondé, à Gotham City, les Birds Of Prey, où Barbara, en tant qu’Oracle, se chargeait du soutien logistique, et Dinah des opérations de terrain. Et, depuis qu’elle était petite, Dinah avait été éduquée par un maître d’arts martiaux dans un dojo. Ce dojo avait été détruit lors d’émeutes à l’occasion d’un événement tragique à Gotham, le Zero Year, et Dinah avait ensuite rejoint les forces paramilitaires du gouvernement américain, notamment la mystérieuse Team 7. Elle avait ensuite quitté l’armée, était revenue à Gotham City en tant que mercenaire, et Batgirl l’avait croisé à l’Iceberg Lounge, alors qu’elle avait encore l’usage de ses jambes. Dinah l’avait bien aimé, et avait choisi de la former, en reprenant en main le vieux dojo de son ancien mentor.

Maintenant, les Birds Of Prey avaient été dissouts, et Dinah avait usé de sa voix et de sa plastique pour devenir une chanteuse de hard rock. Elle faisait en ce moment une tournée au Japon, ce que Barbara savait, et elle avait donc très légitimement appelé cette dernière. Quand elle s’était retrouvée clouée dans le fauteuil, tandis que Bruce se sermonnait et refusait de la faire sortir, et que Dick jurait de la venger, Dinah avait été la seule à vraiment la comprendre... Et elle avait proposé de la fermer, en lui montrant que, même dans son fauteuil roulant, elle pouvait toujours se battre. Dinah l’avait entraînée, et, maintenant, elle revenait finir son entraînement. Et, en elle, Barbara avait la plus profonde des confiances. Elle était sa meilleure amie...

Et, en soi, ça n’avait rien de surprenant, car Black Canary était une personne aussi charismatique que puissante. Connue pour son célèbre Canary Scream, Black Canary était aussi une experte en arts martiaux.

« Bon... On va s’arrêter là pour le moment.
 -  C’est gentil, tu tiens à éviter que je ne retourne si vite dans mon fauteuil ?
 -  Ne sois pas si susceptible, Barbara. Je me disais juste que, toi et moi, on pourrait aller patrouiller dehors... Tu sais, en souvenir du bon vieux temps, et tout ça. »

Barbara ne put s’empêcher de sourire, tandis qu’elles se retrouvaient dans l’un des couloirs du grand appartement.

« Tu me vois dire non à une soirée entre copines, Dinah ? Je compte bien te ravaler les coups que tu m’as donné...
 -  J’attends de voir ça. Tu sais que mon groupe doit donner un concert à Seikusu prochainement ? Je n’ai aucune envie de le faire dans une ville que tu tiens aussi mal. »

Barbara sourit lentement, tout en se rendant dans le vestiaire, où elle enfilait sa combinaison.

« On va voir ça ! »
Journalisée

DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
Frau Van Lindermann
Humain(e)
-

Messages: 61


Deutsch Qualität, BIATCH !


Voir le profil
Fiche
« Répondre #35 le: Novembre 04, 2015, 08:31:22 »

 Tu descendit ton verre de whisky en restant muette comme une tombe. Tes yeux bleu luisait comme deux saphir irradiés par la lumière de la lune… T'était paumée, tu savait pas quoi faire… Guramu était bien trop gros pour toi et il avait derrière lui toute une armée mais… Jethro avait l'UWSA.
Toi, il fallait que tu récupère le reste de ton pognon et que tu mette les choses à plat, point barre.

« J'ai eu être trouver une solution pour ton… Petit problème financier. »

là, tu haussa un sourcils, intriguée ;

« J'ai contacté un homme très… Influent qui serait prêt à t'offrir le reste de la somme qu'il te manque en échange d'un… Petit service. »
« Un petit service ? »

L'homme ce racla légèrement la gorge avant de ce rapprocher de son bureau en joignant ses deux mains.

« Si je t'ai… Autorisé à détruire plusieurs dizaines de litres de méthylamines sans broncher frau, c'est que notre petite affaire connais de multiples... soucis à seikusu. L'UWSA  a eu vent de certaines fuites en provenances des autorités policières, certaines personnes auraient comme qui dirait caftées et... »
« Tu veut que je les liquides ? »

L'homme émit un sourire en soupirant avant de ce remettre a te parler.

« Nan… Le problème est autre. Malheureusement, le problème a prit une grosse ampleur et ce n'est plus qu'une question de temps avant que la police ne fasse un truc, un « gros coup » comme ils disent. De plus, des rumeurs circules comme quoi un nouvelle méth circulerait à seikusu, une méth rose bonbon qui elle, est pure à 100 %. »

Cent pour cent ? La nouvelle te laissa légèrement sur le cul et te fit même légèrement hausser les sourcils. Jamais une méth n'avais était aussi pure, même le cuistot d'Albuquerque n'avais jamais fait ça putain !
« 100 % ? sérieux ? C'est possible ça ? »
« Malheureusement pour nous, oui… On sais pas qui est le cuistot derrière ça mais putain… C'est de la bombe et… Tu vas rire mais elle est moins chère que la notre… Alors… forcement, t'imagine bien que pour notre marché, ça va pas.

Lentement tu hocha la tête en ne quittant pas l'homme du regard en signe de compréhension. Une méth pure à 100 % et qui en plus était moins chère (une chose que tu ne comprenait pas d'ailleurs) était forcement plus attrayante que la dope de Jethro qui, elle, n'était pure qu'à 86 %.

« Bon… Ok, c'est la merde, et ensuite ? »

L'homme s'humecta brièvement les lèvres, puis reprit.

« J'ai fait démanteler nos labos de méth, le gros du matos est déjà installé dans une autre ville nippone, plus sur et non « polluée » par cette merde rose. Toutefois, il reste tout un tas de méthamphétamine et de méthylamine dont j'ai pas eu le temps de me débarrasser. »
Silencieusement tu l'écoutait… Mais pour toi, tout était déjà clair, tu savait ce qu'il allait te demander.
« Je fait mettre tout le stock dans trois énormes camions, deux sont déjà partit ce matin mais… Il en reste un, il contient surtout de la méth mais aussi quelque bidons de méthylam- »« Abrège... »

Jethro marqua une courte pause puis…

« Je... Enfin, "nous" souhaitons que tu conduise ce camion… Hors de seikusu. »
« Et j'en fait quoi après de ton tas de merde, hein ? Et pourquoi moi ? »
« Il y aura un GPS avec l'endroit où tu doit livrer le camions, toutefois, ont pense que les Guramu et sûrement d'autre familles sont au parfums, mine de rien, le « monde du dessous » a de bonnes oreilles et ce, malgré toute notre bonne volonté  à vouloir dissimulé nos infos. »
« Ta pas répondu a toute mes questions... »

Un silence plana sur la scène l'espace d'un instant, avant que Jethro ne ce remette à parler.
 
« Tes la seule personne qu'il me reste en qui j'ai réellement confiance Frau… Et vus que tu as besoin de fric… Je me dit que t'a pas vraiment le choix. »
« J'ai toujours le choix... »
« Pas là nan… Pas là... »

Et là… tes poings ce crispèrent d'un coup tendis que ton regard cinglant vint a croiser celui de ce foutu connard de merde qui venait visiblement de t'embarquer dans une autre putain de merde sans nom.

« J'avalerais pas le truc sans mouffeter Jethro… Transporter un camtar entier de méth au travers d'une ville bourrée de flics et avec en prime une bande d'enculés de nyak au trousse… Nan mon gars… C'est pas la moitié de mon blé que tu vas me filer si je réussie… C'est le triple de la somme de départ, t'entend ! »
« La moitié frau... »
« le… Putain… de triple, Jethro… Sinon, je t'assure que ta putain de méth arrivera jamais a bon port. »
« La moitié, Frau. C'est pas moi qui fixe les règles pour le coup. »

Une fois encore un pesant silence vint à s'emparer de la pièce, un silence qui, en prime, ce chargea d'une sinistre tension naissante.

« Le triple… l'UWSA me donne la somme qu'elle a fixé, toi, tu me donne le reste. Et cherche pas à négocier avec moi, c'est pas parce que t'est le parrain de l'une des familles Italiennes les plus influente de cette putain de ville que t'arrivera a m'entuber, tu sais aussi bien que moi que ce soir, si je conduit ce camion… Je risque fort de me foirer, alors un conseil… Motive moi à le faire ton taff, sinon, trouve toi un autre chauffeur. »

Il hésitait… ça, tu pouvait aisément le sentir. Mais au vus de comment il semblait tenir à ce que ce soit toi qui conduise ce dernier camion et ce, en particulier ce soir, alors que le maire de seikusu avait était abattu et que plusieurs « actes » ont étaient commis, ça ne voulait dire qu'une choses… Que la situation était très urgente. La police et les unité spécial pouvaient être particulièrement traîtres et discrètes quand elles le voulaient et pour le coup, il vas sans dire que l'UWSA et Jethro avait était prit au dépourvue, autant pour cette nouvelle méth, ça aurait put s'arranger mais pour les flics, c'était une question de rapidité, plus vite la ville serait vidée de cette méth, mieux cela valait pour ce cher parrain et pour toutes ses connaissances.
L'homme fini toutefois par lacher un soupir avant de te dire sur un ton aigrie.

« Ok c'est bon… Tu les auras… Je te verserais la sommes en trois fois… Mais tu l'auras. »

Tu hocha la tête brièvement puis, par curiosité, tu vint à lui demander.

« Une dernière chose… Qu'est ce qui adviendra de la méth une fois que je l'aurais livré ? Qui est l'acheteur ? »

L'homme vint à finir son verre de whisky d'une traite avant de ce lever et de te tourner le dos en enfilant son manteau qui ce trouvait sur son dossier.

« Quel acheteur ?… Il y a pas d'acheteur… Je veux juste que tu éloigne ce truc de Seikusu… »
« Qu… Quoi !?  Comment ça ? »
« 680kg de Méthamphétamine et 50 bidons de Méthylamine, c'est cher. Malheureusement, on a pas eu d'acheteur pour ce camions là et on pas assez de temps pour l'écouler… Alors après, une fois en dehors de seikusu, fait en ce que tu veux. »
« ça me laisse combien de marge ?  J'ai droit a quoi ?»
«T'as carte blanche Frau… Fait ce que tu veux. Cependant, il ne faut pas que nos ennemis récupère la came et bien sur… Ne te fait pas prendre. »
« Carte blanche ? » Lâchas tu alors en haussant un sourcils.
« Carte blanche… Tout ce que tu considèrent comme une entrave à ta mission peut être détruit ou tué… Clair ? »

tu esquissa un léger sourire un peu crispé puis… tu clos la discutions par un simple :

« Oh que oui… »



un peu plus tard


« Alors autant te le dire tout de suite, cette machine c'est pas de la merde. Blindé à mort et armé d'un puissant v8, ce monstre a était pimpé spécialement pour ce genre de convois. Les vitres sont teintées, bien sur mais par précaution je serais toi, j’enfilerais un truc et- » « Ouai c'est bon, ta gueule... » 
 Répondis tu alors à l'homme en montant sur les marches en fer menant à la cabine du conducteur.T'étais vraiment pas jouasse et intérieurement, t'en menait pas large, surtout en sachant que la ville était bourré de flics et que les bande de bouffeur de chiens étaient au courants qu'une cargaison de méth aller être de sortie. Et puis… Cinquante putains de bidons de méthylamines… Sérieux, si un seul venait à exploser, pour sur que tu dirait au-revoir a ton jolis petit cul de schleu. Toutefois… Pour une raison que tu ignorais, cette folie furieuse te donnait une chair de poule de tout les diable, pas une chair de poule due à la peur, nan nan nan ! Une putain de chair de poule due à l'Adrénaline, due au danger et à cette putain de somme d'argent que t'aller recevoir. Calmement, tu t'installa donc dans la cabine en posant à coté de toi un fusil à fusil à pompe à canon scié puis, tu prit le volant en mains… Tu regardas ta gueule dans le rétroviseur, ton regard surplombant tes rayban aviator noires qui allait d'ailleurs de paire avec ton blouson de cuir noir que tu avait mis en passant par l'une de tes planque qui ce trouvait sur le chemins des docks. Ainsi vêtue, t'avait vraiment un look d'enfer pour ce qui aller peut être être ta dernière mission… Ou pas car, ma foi, t'était pas non plus du genre pessimiste, tu t'en était toujours bien sortie jusqu'à là, et puis… La taule, c'était pas vraiment ce qu'il y avait de pire non plus alors, dans tout les cas…

« Pffff… Aller, carpe diem ma grande, bouge cette merde et tache juste de rester en vie… »

Sur ce, tu démarras la bête et rien que ça c'était énorme… Bordel, le mec avait dit un « putain de v8 » mais bordel de merde, c'était un monstre ! Le vrombissement du truc était juste énorme et même pour toi c'était putain d'orgasmique. Derrière toi, cinq bolides étaient là pour t’escorter en cas de pépins et autant dire qu'au bruit que leur moteur faisait, eux aussi était parés pour la défonce.
Tu lanças un bref œillade a ton retro viseur gauche avant de poser ta mais sur le frein à main puis, l'espace d'un instant tu vint à repenser au quatre nanas que t'avait séchée ce soir en te disant qu'au moins, elles, elles viendraient pas t'emmerder. Mais alors que tu allais démarrer, un type vint à entrer avec toi dans l'habitacle du camions. Surprise, tu fronçât brièvement un sourcils puis, tu vint à dire sur un ton quelque peut agressif : « Putain… Mais tes qui toi !? »
« Hola… C'est cool… du calme, je suis là au cas où il y aurait un soucis, okay... »
Ton regard acéré observa le type de haut en bas avec agacement avant de lui répondre d'un bref hochement de tête. Puis, sur ce, tu démarra enfin la machine, prête à bouffer du bitume… Et de l'acier si l'occasion venait à ce présenter.



HRP / la méth rose provient de ma DC ===> Méthylamine Braum , dans sa fiche j'explique qu'elle commence à écouler sa dope à seikusu ^^
Journalisée

le personnage et le joueur sont à dissocier.
Batgirl
Legion
-

Messages: 371



Voir le profil
Fiche
« Répondre #36 le: Novembre 08, 2015, 05:34:35 »

« Le Japon a toujours appartenu aux Japonais. Nos ancêtres se sont battus pour ces terres… Les ancêtres de nos ancêtres se sont battus pour notre pays ! Pour notre culture, pour nos traditions, notre économie… Depuis des siècles, nous avons repoussé toutes les invasions possibles et inimaginables. Nous avons tenté de nous obtenir un espace vital pour le développement de notre pays, et, quand nos ancêtres ont enfin commencé à s’ouvrir au monde extérieur, nous avons été spoliés ! Maintenant, les envahisseurs sont multiples, et se ruent à nos portes ! Les Africains, les Italiens, les Américains… Les criminels ont succédés aux communistes et aux soldats américains ! Ils ont souillé notre culture, l’ont contaminé ! Malbouffe, décadence familiale… Et, maintenant, la saloperie de drogue hante nos rues ! »

Recouverts de multiples tatouages, les hommes, nus, entreprenaient de s’habiller et de s’armer, dans l’une des armureries de Muramasa-jo, sous le commandement de Midoshi Guramu. L’homme était l’un des proches lieutenants d’Akihiro Guramu, l’Oyabun, et, maintenant que ce dernier était entré en guerre avec Jethro, il était bien décidé à ébranler l’un des éléments centraux de la puissance de son adversaire : la métamphétamine. Jethro se fournissait auprès d’une milice asiatique, qui sévissait du côté de la Thaïlande, l’USWA. L’idée de voir les Thaïlandais débarquer au Japon ne plaisait guère aux insulaires, et, comme à l’époque de la Guerre Froide, où les Yakuzas avaient repoussé les infiltrations maoïstes, ils allaient se battre contre d’autres formes d’envahisseurs… Les dealers de drogue. La méth’ était en train de se répandre dans le Japon, notamment à Seikusu, ébranlant le trafic d’opium, qui était l’un des fers de lance des Guramu. Akihiro comptait frapper un grand coup, et faire comprendre à Jethro que Seikusu était sa ville.

Muramasa-jo était le fort historique de Seikusu, qui avait été racheté par les Guamu au lendemain de la Seconde Guerre Mondiale. Ruinée par la guerre, la commune de Seikusu avait mis ce fort en vente, afin de renflouer ses caisses, et le grand-père d’Akihiro l’avait acheté. Officiellement, il était à la fois un musée et un restaurant de luxe, mais, en réalité, il abritait le quartier général du clan, et une série d’armureries. Même si le Japon était un pays beaucoup moins ouvert aux armes à feu que le reste du globe, quand on avait accès aux bonnes adresses, on pouvait se faire plaisir… Et, sur ce point, les Guramu s’étaient effectivement faits plaisir, se constituant un solide arsenal.

« L’ennemi va paniquer… L’ennemi va tenter de faire partir son stock de méth’, car une guerre menace… Il pense pouvoir nous devancer, il pense pouvoir aller plus vite que nous. Ce qu’il ne sait pas, c’est que nous allons le piéger ! »

Akihiro Guramu s’était renseigné, et il avait ses contacts. Il savait que Jethro allait faire partir son stock vers un endroit où il avait moins d’influence, et il savait il allait le faire partir. Depuis leur altercation, Jethro avait regroupé tout son stock, ce qu’Akihiro avait su, car de nombreux dealers de rues travaillant officiellement pour Jethro travaillaient aussi pour les Guramu. Les Yakuzas suivaient depuis des semaines les fournisseurs, et savaient aussi où se trouvait les entrepôts… Dès lors, remonter la piste n’était pas difficile, et ils savaient donc où Jethro avait regroupé son stock.

L’objectif était simple… Marquer le début officiel de leur guerre en détruisant ce stock, et en ne laissant derrière eux que des cadavres.

« Messieurs, il est temps de faire comprendre aux gaijins que nous sommes et resterons un peuple de samouraïs ! »



Le camion se trouvait près de la sortie de la ville, un solide camion blindé… Pour sortir, le mieux était de rejoindre l’autoroute, afin de pouvoir s’extirper le plus rapidement possible de l’agglomération. Le camion s’ébranla donc lentement, traversant la petite rue, en rejoignant une autre, où il bifurqua sur la gauche…

…Et un impact se forma alors sur la vitre, mettant à l’épreuve le vitrage pare-balles.

« Merde ! Une embuscade ! »

Des balles résonnèrent alors depuis les toits environnants, des rafales de mitraillettes s’abattant sur le camion… Puis un lance-roquettes tira un missile, et le projectile fila, puis heurta le flanc du camion, provoquant une violente explosion qui amena le camion à faire une embardée, des plaques de métal s’écroulant sur le sol dans des effusions d’étincelles.

« Bordel ! »

Les Yakuzas employaient des mitraillettes, mais aussi des armes lourdes, provoquant des impacts sur le toit de la carlingue. Le camion de Jethro était blindé… Mais combien de temps est-ce que le blindage tiendrait ?

« La rue piétonne, à droite, vite ! C’est un foutu coupe-gorge, ici !! »

Des Cocktails Molotov jaillirent également depuis la rue, où des Yakuzas apparurent le long du trottoir, lançant leurs projectiles enflammées sur le camion.

Du reste, l’homme qui accompagnait la femme n’était pas n’importe qui, et il sortit de sa poche son pistolet, et fit feu en retour, abattant un Yakuza entre deux voitures. C’était un autre homme de confiance de Jethro, un individu qui s’étendait peu sur son passé, extrêmement professionnel, et répondant au nom de Mike.

Et Mike prenait conscience que lui et Dobermann étaient tous les deux dans ce qui ressemblait à une mission-suicide…
Journalisée

DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
Frau Van Lindermann
Humain(e)
-

Messages: 61


Deutsch Qualität, BIATCH !


Voir le profil
Fiche
« Répondre #37 le: Décembre 01, 2015, 09:23:15 »

Quand les mitraillettes ce mirent à hurler et les balles à percuter la carlingue du véhicule, tu n’eus même pas la queue d'une réactions… Comme ci au fond de toi, tu savais que ça aller arriver. Tu resta calme, ton regard ce tourna bien vers le rétroviseur mais… C'est tout. Et ouai… Alors même que tu transportait avec toi suffisamment de méth pour te refaire plonger à l'ombre pour un bon moment, tu restais calme, froide et impassible. Enfaîte, même le coté « dangeureux » de ta cargaison ne t'effrayait pas outre mesure, comme ci tu laissais ton avenir au main du destin. Mais… Il serait bien idiot de croire ça car, au fond de toi commencer à brûler les flamme d'une colère et d'une hargne irrépressible. Puis… Après les balles, s'en suivirent des explosions qui vinrent alors à faire trembler le lourd véhicule que tu était entrain de conduire.

« La rue piétonne, à droite, vite ! C’est un foutu coupe-gorge, ici !! » s’exclamât alors l'homme.

Toi, tu suivit sagement son conseil car, de toute évidence, il avait raison mais… Très vite, des cocktails Molotov ce mirent à jaillir,venant ensuite s’éclater sur la carrosserie du camions dans de violentes gerbe de flammes. Mais encore une fois, tu resta calme… Enfin, ton visage ce crispa légèrement mais voilà quoi… Rien de bien flagrant. Tu vis ensuite l'homme sortir une arme de sa poche avant de ce mettre à tirer sur plusieurs hommes et… D'en tuer deux ou trois d'un tir bien placé. Cependant, toute ta concentration ce devait d'être mobilisé sur la route, tu prit alors une bonne bouffé d'air, avant d'attraper le levier de vitesse afin de passer a la vitesse supérieur. Le camions émit alors un « pchhh » significatif tendis que la fin de la rue piétonne ce dessinait devant toi. Tu jeta une ultime œillade à ton retro, retro dans lequel les seul véhicules que tu voyait était ceux des yakuzas qui continuait de tirer à feu nourrie sur la carlingue du véhicule. Mais voilà que bientôt, deux berlines noires vinrent à ce mettre en bout de route, juste à la sortit de la rue piétonne, sûrement dans l'espoir de t'arrêter… Mais voilà quoi, c'était mal te connaître que de croire qu'un simple tas de ferraille aller te stopper… Pas là… Pas maintenant… Ooooh grand non.

« Accroche toi papi… ça vas s'couer... »

Ton visage ce contracta d'un coup, exactement au même moment où ton pied vint à écraser la pédale d’accélération. Folle ? Sûrement… Mais quand on avait passer sa vie à faire toutes les sale boulots que ce monde peut offrir, on le devient forcement. Au début, les yakuza qui était dans les bagnoles ce mirent à te tirer dessus, sûrement dans l'espoir de t'arrêter mais… très vite, ils durent fuirent in extremis l'habitacle de leur foutu bagnoles de merdes, bagnole que tu cogna violemment avec ton pare-choc, envoyant alors lesdites voitures quelques mètres plus loin, tendis que derrière toi, les autres yakuza te coller toujours au train en te tirant bien évidement toujours dessus.

«Okay… t'as pas une grenade ou une merde qui explose par hasard ? » Vint tu alors à dire en regardant l'homme du coin du regard tout en tendant ta main droite vers lui.



Lulu

Au fond de toi, c'était comme ci toutes les lumières ce rallumaient une à une… Les rues crasseuses de la Toussaint et ses innombrable coins sombres et puis… cette pauvre pute tremblotantes là… Elle était comme la flamme vacillante d'un briquet sous la pluie, une sorte d'ange auréolé par la lumière d'un réverbéré miteux, une ange qui, fatalement aller mourir ce soir… Des mains d'une folle revenue de parmi les morts.

Tu aurais put lui parler, essayer de nouer un contact avant de lui sauter dessus mais… nan… L'envie était trop forte, c'était trop pressent, trop intense ! A peine t'avait elle vus, que tu avait bondis sur elle avant de la plaquer sur le sol humide de cette ruelle, ses talons aiguilles raclant l’asphalte luisant dans un ultime débattement. Toi, tu avait les mains poser sur sa gorge et les yeux injectés d'une folie sans borne, de tes lèvres s'écoulait un mélange d'eau et de salive qui trahissait une envie énorme, un désir incommensurable de meurtre et de sang, sang que tu sentait battre au travers de la carotide de la jeune femme, tendis que les yeux de cette dernière ce révulsait petit à petit… T'était entrain de l'étrangler et, certes, c'est vrai, tu était un peu entrain de « bacler le travail » mais… nan, c'est ce que tu voulait à ce moment là, au-delà du sexe, c'était de massacrer cette pute qui te faisait envie, tu voulais lui triturer les boyaux, lui arracher ses « glande de vie » et te masturber avec sa propre mains, tu voulais une boucherie, tu voulais sentir l'amertume suave et ferreuse de son sang ce reprendre sur tes lèvres et éclater sa vessie au dessus de tes nibard… glauque ? Pas pour toi, pas ce soir… Ce soir, c'était ton soir et cette nana, elle aller te servir d'instrument, comme une sorte de crayons signant ton retour en lettre de sang.

A croire que ce soir, Seikusu était empli d'une aura de maléfice et de violence et… Comme un ultime couplet à ce concert funeste… Un autre acteur ce préparait à intervenir dans cette valse macabre.




Dans un entrepôt situé non loin de la Toussaint

« Yo… Boss… Je viens de recevoir un message, nos indiques disent que le convoie est partit et que les yakuza sont déjà dessus. »

Là… Assise sur une luxueux fauteuil en cuir, une silhouette, vraisemblablement accoudé ce mit à rire avant de calmement ce lever.
« Ah oui… Et bien qu'attendons nous ? »
« Euh… oui ! Euh… Juste, moi et les autres on ce demandait… La dope tous ça… C'est pas votre rayons habituellement… Alors, pourquoi vouloir prendre part à cette gueguerre ? »

La silhouette, toujours à moitié dissimulée dans l'ombre vint alors a ricaner une seconde fois avant d'enfiler un long manteau.

« Parce que… ça n'a aucun sens… Justement. Ahah ! Il n'y à pas toujours de raison au actes… Des fois, il faut juste prendre le temps de s'amuser… Car après tout, la vie est trop courte pour ce prendre au sérieux. »
Journalisée

le personnage et le joueur sont à dissocier.
Batgirl
Legion
-

Messages: 371



Voir le profil
Fiche
« Répondre #38 le: Décembre 04, 2015, 09:34:36 »

Le lourd camion s’engagea sur la rue piétonne, donnant à Mike l’impression de se retrouver dans un manège. Il s’agrippa à la poignée en hauteur, pendant que le camion descendait les escaliers pour filer ensuite tout droit, venant faucher un étal sur la gauche. Deux voitures apparurent alors au fond, et des balles plongèrent sur le camion. Les vitres étaient résistantes, renforcées, et plusieurs éclats se formèrent, tandis que la femme accéléra, faisant rugir le moteur. Le camion blindé, véritable mastodonte, heurta méchamment les voitures, les envoyant valdinguer, comme des quilles face à une boule de bowling. La pilote harangua alors Mike, car les motards continuaient à les poursuivre.

Une « grenade ou une merde qui explose »... Mike la regarda silencieusement pendant quelques secondes, avant de lui répondre :

« Je n’ai que mon pistolet, c’est une arme suffisante dans la totalité des situations. »

Mike était un homme qui travaillait avec Jethro depuis longtemps. Un home discret, fiable, professionnel, d’une lucidité et d’un calme à toute épreuve. Il regarda par le rétroviseur en voyant une moto se rapprocher de la cabine, et posa sa main sur la poignée de la porte. Le vieil homme attendit encore quelques secondes, puis ouvrit la porte, et pointa le pistolet, et fit feu à plusieurs reprises. Plusieurs balles heurtèrent le sol, mais une autre atteignit le torse du pilote, qui poussa un soupir. La moto fit une embardée, et mangea le sol, dans une explosion de tôle et de bouts de ferraille. L’homme referma ensuite la porte, et observa la femme.

« Contentez-vous de rouler, vous pilotez un monstre d’acier. »

D’autres voitures s’élançaient dans leur dos, et les balles reprirent, heurtant le blindage. Quelques points d’incendie étaient partis par endroit, quand les Yakuzas avaient lancé des Cocktails Molotov. Les Guramu savaient toute l’importance qu’il y avait à détruire ce camion. Il transportait tout le stock de méth’ de Jethro, un joli paquet d’or, mais aussi la possibilité de gravement endommager la position naissante de Jethro au Japon en le détruisant. L’homme avait réussi à obtenir le soutien de l’UWSA, et, rien que pour ça, les Guramu le voudraient mort.

Le camion continuait à rugir, quand Mike entendit des bruits de sirène. Devant eux, le long du boulevard qu’ils empruntaient, plusieurs voitures de police venaient d’arriver.

« Ils travaillent avec les Guramu... »

Néanmoins, l’implication de la police allait encore compliquer ce qui, à bien des égards, s’apparentait à une mission-suicide. Dans le ciel, un hélicoptère de la police s’approcha, et son puissant projecteur vint éclairer le camion. Les Yakuzas, eux, avaient prudemment choisi de se replier, car ils n’avaient plus rien à faire ici.

« Leur intervention signifie que les Guramu ne veulent pas récupérer le stock, mais le détruire. Ils veulent faire passer un message aux fournisseurs de Jethro. »

Si la meth’ partait en fumée, il y aurait un paquet de fric en moins, et l’UWSA se retournerait contre Jethro pour récupérer son retour sur investissement. De simples voitures de patrouille venaient d’arriver, mais il y avait fort à parier que des camions blindés d’intervention se rapprochaient.

« Si on grimpe sur l’autoroute rapidement, on peut fuir avant qu’ils n’installent des barrages. »

Pendant ce temps, un mégaphone émettant de l’hélicoptère se mit à rugir :

« Police de Seikusu ! Veuillez arrêter immédiatement votre véhicule et vous ranger sur le bas-côté ! Tout refus d’obtempérer à notre ordre placera nos agents en situation de défense légitime ! »

Mike ne se faisait aucune illusion. S’ils s’arrêtaient, ils se feraient abattre. L’homme était bien placé pour savoir que le degré de corruption des polices japonaises était très élevé, surtout à Seikusu, une ville fondée en grande partie par les Guramu. Il était bien placé pour el savoir, oui, car il était, après tout, un ancien flic.

Et la priorité était de se barrer d’ici.
Journalisée

DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
Frau Van Lindermann
Humain(e)
-

Messages: 61


Deutsch Qualität, BIATCH !


Voir le profil
Fiche
« Répondre #39 le: Janvier 03, 2016, 10:08:54 »

« Police de Seikusu ! Veuillez arrêter immédiatement votre véhicule et vous ranger sur le bas-côté ! Tout refus d’obtempérer à notre ordre placera nos agents en situation de défense légitime ! »

Ce son… Quand tu l'entendit résonner dans le ciel, ce fut comme ci le monde entier s'écroulait autour de toi… Les condés… De tout ce que cette ville pouvait compter comme sale raclures, il avait fallut que ces fumier de flics pourris de merde soit avec les guramu. Cependant, était tu réellement étonnée par cette nouvelle ?

« génial… Les condés… BORDEL !! » Hurlas tu alors en frappant sur ton volant. Bordel oui… Pour le coup, t'était vraiment pas en veine.

Dans les air, les battements des pales d'hélicoptères ce faisaient clairement entendre, ce mélangeant alors au sifflement des sirène de police… L'espace d'un instant tu ferma les yeux en prenant une grand aspiration… Et tu chercha à faire le poins. Pourquoi diable avoir accepté cette missions suicide ? Pour l'argent ? Ou est ce que c'est juste pour l’adrénaline que te procurerait ce taff ? Combien de fois Frau… Combien de fois t'étais tu dit d'arrêter, hein ? Mais très vite, tu due sortir de tes pensés et, plus précisément au moment où le papi à tes cotés vint à te dire qu'il serait préférable de retourner  sur l'autoroute, sur sur quoi tu vint à lui dire :

« Ok… Mais faut d'abord ce libérer de l'emprise des coucous… Il y à une entrée d'autoroute souterraine pas loin… Par contre...  » Lâchas tu alors en tournant ton regard vers celui de l'homme. « Hésite pas une seule seconde à tirer … Si tu veux t'en sortir, j’espère que t'as pas trop de moral ni trop de sainteté en toi, car perso, moi je ferais tout ce qui est nécessaire pour m'en tirer… Même si ça implique te tuer massivement des civils, compris ? »

Le ton était sec, solanel et, une fois ta réplique fini, tu vint à tourner sur ta droite en fauchant au passage un poteau puis, à toute allure, tu alla t'engouffrer dans ladite autoroute souterraine.
Pendant ce temps, les autorités policière vinrent à ce faire passer le mots par radio et, bien évidement, depuis le temps, ils c'était tous mis en tête de tirer sur le camions.
« à toutes les unités, la cible prend l'autoroute au croisement de l'avenue nagato. Je répète, la cible prend l'embouchure souterraine au croisement de l'avenue Nagato »
« Bordel… C'est limite trop facile à ce tarif là... »
Il est vrai que conduire une camion remplis de mèth dans une autoroute souterraine n'était pas une idée florissante mais… Conduire à découvert, en proie au hélicoptères n'était pas forcement mieux non plus.



Mais alors que les premières voitures de polices vinrent à pénétrer nan l'autoroute, un gros camions poubelle vert et violet vint à ce mettre à hauteur de l'une d'elle, enfin, plus précisément à hauteur d'un fourgons. Le conducteur de ce dernier vint alors à tourner la tête en affichant une mine perplexe.

« Que... »
BLANG !!!

Les roue du camions benne vinrent alors a crisser, défonçant alors le petit muret en bétons, éjectant alors le fourgons sur le cotés.

« Bordel ! C'est quoi ce merdier !? »
« Les ritals ? »
« Nan… Les rital ne ce trimbale pas avec des putain de camions benne vert et violet… enfin.. Merde »
L'un des flics prit alors sa radio en mains, prévenant dans la foulés le reste du convois.
« A toutes les unité, un véhicules suspect viens de faire irruptions dans la poursuite... »
Mais bientôt, un autres camions benne ainsi qu'un camions de transport de viande vint à faire leur entrés à leur tour, Le camions benne venant alors percuter de plein fouet un voiture de police, la faisant alors traverser le bitume avant d'aller s'écraser dans le canal qui longeait l'autoroute.

« Mais Bordel, c'est quoi ce merdier ! »

Cet alors qu'en parallèle du camions de mèth, le gigantesque camions à viande (qui était du même acabit que celui de Frau) vint à ouvrir une large trappe sur le coté, offrant à la vus de tous, le visage maquillé d'une femme portant un tailleur jaune, un corset vert et d'une jupe mauve élégamment mise en valeur pas des bas résille vert bouteilles, le tout, surmonté par un grand trench violet. Ladite femme regarda calmement les alentours en tenant à la mains un talkie-walkie puis… Toujours sans stress et avec les cheveux au vent, elle vint à porter ledit objet à sa bouche.

« Okay les minet… Envoyez la purée… Je veut la méth… d'la méth putain… je veut, je veut je veut...  »

A ce moment précis, plusieurs hommes armés de lance-grenades et de fusil d'assaut vinrent à faire feu sur les autorité policière, explosant joyeusement plusieurs voitures au passages dans un déluge de balles, de feu et de gravas, les sirènes de police produisant alors un son distordu et s'écrasant sur le coté ou explosèrent, tout simplement.

« J'adore ce boulot… hMmmhmhm ! Je l'adore de trop putain ! »

Là, retenue pas une poignée, La femme maquillée vint à faire signe à l'un de ses hommes de ramener un gros fût de pétrole, fût sur laquelle la femme posa ensuite l'un de ses talons aiguilles avant de sortir un inhalateur et d'en prendre une bouffée. Puis, calment, elle remit l’inhalateur dans sa poche, remplaçant ce dernier par un pistolet, avant de faire basculer le fût sur la route, la femme visât puis... tira à feu nourrit sur ledit fût, faisant exploser ce dernier sur la carlingue de l'un des fourgon de police.
« BOOM BOOM AAAaaaaaaahHAHAHAAHAHHA !!!  Quand votre coeur fait BOOM !»

Cet alors que le regard de La femme vint à ce tourner vers le camion de Frau et, sans en dire plus, elle pointa son arme sur lui, tirant ensuite dessus jusqu'à ce que son chargeur soit vide, les balles rebondissant alors dans un bruit significatif.



Toi… T'était complètement à l'ouest, autant les flics, t'aurait sue plus où moins gérer mais là… Enfin, c'était quoi ça !? Et bordel c'était qui cette folle et pourquoi diable lui venir en aide si c'était pour lui tirer dessus juste après!?

« Cette ville est vraiment pleine de tarés putain… »
« Dernière édition: Janvier 03, 2016, 10:23:40 par Frau Van Lindermann » Journalisée

le personnage et le joueur sont à dissocier.
Batgirl
Legion
-

Messages: 371



Voir le profil
Fiche
« Répondre #40 le: Janvier 04, 2016, 11:32:23 »

Les Guramu eux-mêmes n’avaient pas prévu l’arrivée massive de camions-bennes remplis d’hommes appartenant à un gang qui, pour l’heure, était encore, à leurs yeux, minoritaire. Pris par surprise, les policiers furent lents à réagir, plongeant un peu plus davantage cette nuit dans un profond chaos. La situation était donc très compliquée, tandis que le camion rempli de meth’, malgré tout son blindage, était en train de vaciller sur place. Mike sentait le camion trembler à chaque fois, et attendit qu’un camion-benne se rapproche... Pour tirer à hauteur de la vitre du chauffeur, explosant cette dernière, forçant ce dernier à piler sur place, des bris de verre lui tombant dessus.

« Dans ce tunnel, on est comme des lapins pris pour cible ! Accélère et sors-nous de là ! »

La police ne pouvait pas déployer son hélicoptère dans un tunnel, contraignant les voitures de police à freiner légèrement, en voyant que plusieurs voitures avaient été explosées. C’était un grand tunnel, qui menait tout droit à l’autoroute, avec une section à péages au fond... Autant dire que les employés municipaux, généralement des stagiaires s’ennuyant fermement en pleine soirée, n’en crurent pas leurs yeux quand ils entendirent les explosions, et virent un énorme camion débarquer, traqué par des camions-bennes assurément trafiqués pour rouler si vite, puis par un camion à viande, et, enfin, par des voitures de police.

Tout ce petit monde déboula sur l’autoroute, près de la sortie. Le tunnel avait filé sous les montagnes de Seikusu pour en rejoindre la sortie, ce qui les amena dans la forêt. Ils filaient désormais sur l’autoroute, quand les voix des policiers à la radio annoncèrent un problème supplémentaire :

« Qu’est-ce que c’est que ce truc ?
 -  Laissez passer ce truc, il est avec nous ! »

Ce truc ? Mike regarda par le rétroviseur extérieur... Et vit alors ce dont quoi les policiers parlaient : des ennuis en plus.

Une Batmobile venait de débarquer ! Le long de son long capot, des mitraillettes apparurent, et ciblèrent les voyous situés dans le camion à viandes. Un voyou armé d’un lance-grenades cibla en effet le véhicule... Quand l’une des deux tourelles lui tira dessus, envoyant une sorte de tir non-létal, mais qui frappa le voyou, et l’envoya s’écrouler à l’intérieur du camion, inanimé. L’un des camions-bennes vira alors sur la gauche, comme pour essayer d’atteindre ce long véhicule, mais la Batmobile pila, avant d’enclencher son nitro, et tira sur les pneus du camion-benne, en crevant deux.

« Je me rapproche de la cible, mais il y a des intervenants que je ne connais pas... Je fais des photos, et je les envoie...
 -  On regardera ça, mais... méfie-toi, Barbara. »

Barbara n’avait pas qu’une moto, elle disposait aussi d’une autre Batmobile, qu’elle venait de sortir du garage, quand elles avaient appris que le centre-ville était en feu.  Suivant les consignes de Stéphanie, qui faisait office d’Oracle, Barbara utilisa les scanners du Batmobile pour photographier les personnes à l’intérieur du camion à viande, dont une femme qui...

*Non !*

On aurait dit... Une version féminine du Joker ? Quelle abomination !

« C’est une blague ? C’est qui cette folle?
 -  Une cinglée, assurément... Mais je ne l’ai jamais vue jusqu’à présent. »

On trouvait décidemment de tout à Seikusu, et, pour l’heure, la cible prioritaire de Batgirl restait la femme à l’intérieur de ce gros camion... Et, surtout, sa cargaison. La drogue était l’un des maux des temps modernes, un mal qui rongeait les sociétés, qui servait à financer tout le crime organisé, allant du trafic d’armes au terrorisme international. Barbara n’avait donc que de bonnes raisons pour détruire ce camion, car elle savait que la police ne souhaitait pas détruire sa précieuse cargaison, mais la prendre à leur propre compte.

Pour ça, il lui fallait encore juste se débarrasser de cette espèce de copycat du Joker...
Journalisée

DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
Frau Van Lindermann
Humain(e)
-

Messages: 61


Deutsch Qualität, BIATCH !


Voir le profil
Fiche
« Répondre #41 le: Janvier 22, 2016, 11:17:58 »

La situation devenait de plus en plus critique… La mafia, cette missions, la police et… cette timbrée là. Nan Frau, tu ne rêvait pas et pourtant, dieu sais que tu aurais aimée ça, être dans un putain de rêve… Pourtant, et ça, tu devait bien l'admettre, la situation était critique mais… au fond de toi, il y avait cette lueur, cette flammèche eternelle avide d'essence, avide du fuel de la violence et de la colère, cette même flamme qui, dans bien des situation c'était transformée en un indomptable brasier… comme la fois où, par pure vengeance, tu t'était faite tout le gang de motard de ce fils de pute qu'était ton oncle, avant de lui ravager la gueule à l'essence. T'était la violence personifiée… Une étincelle et tu t'enflamme mais… Là… Avec la cargaison que t'était entrain de transporter, ton esprit te hurlait que... t’allait mourir… Ou, au mieux (ou pire) t'aller te faire coffrer.
L'homme qui était à ta droite vint alors à te dire que rester dans le tunnel autoroutier était un coupe-gorge et, d'un hochement de tête, tu répondit favorablement à son plan car, autant quand la police était seule, le coup du tunnel était plutôt bon, autant maintenant, avec cette malade à tes trousses… C'était carrément du suicide !
Cet ainsi que tu déviât vers l’extérieur, visualisant alors au travers du pare-brise criblé de balle le puissant projecteur d'un hélico. Mais bientôt, un bref regard vint à t'avertir de la venue d'un autre problème et… quel problème ! Une grosse bagnole noire vint à foncer pleine balle vers toi en s'occupant au passage de l'un des véhicules qui accompagnait le gang de cette mystérieuse psychopathe au cheveux vert.

« Bordel… »

Tes mains étaient légèrement tremblantes et, alors que tu continuait à foncer sur le bitume à travers les balle et les hurlement incompréhensible de l'hélicoptère et des sirène de police, tu vint à lourdement soupirer… Que devait tu faire ? Hein ? Continuer à aggraver ta situation ? Continuer à risquer ta vie pour un type qui, au fond, n'était peut être pas si blanc que ça à ton égard ? Oui car… Cette mission c'était clairement une opération de dingue… Pourquoi t'aurais t'il fait prendre autant de risque en sachant pertinemment que t'allait être dans la merde jusqu'au cou ?
« Putain nan… C'est moi qui me fait des idées… » vint tu alors à te dire en ton fort intérieur. Mais… Tu devais bien avouer que cette perspective était tout à fait envisageable.

Cet ainsi que, perdue dans tes pensé, a moitié en trains de perdre les pédales… Tu vint à prendre une décision… Celle de jouer cette valse à fond… Quitte à mourir, tu le fera avec panache, comme ton darons, comme la putain d'allemande que t'est. Tu t'allumas un clope et, avec la hargne au fond des yeux tu vint a silencieusement regarder le vieux qui te servais de coéquipier et… Avec un léger sourire, tu vint à lui dire :

« Aller…
Eine weitere für die Straße ...


Tu alluma ta cigarette puis, d'un coup, tu vint à utiliser la nitro, faisant alors cracher des flamme au tank d'acier que tu conduisait, reprenant alors l'avantage sur tes poursuivants.




« Ouaarg ! »

Et bam, voilà que l'un des hommes ce trouvant dans le camions vint à tomber à la reverse tendis que la mystérieuse femme au cheveux verts, pas le moins du monde affolée, sortit la tête du camions en haussant les sourcils.
« Hm… »
Elle fit alors glisser sa langue sur la paroi interne de sa bouche (un des nombreux tic que la femme a, preuve d'un problème psychiatrique sous-jacent.) et, quand l'un des camions-benne vint à crever en ce reversant sur le sol… Et bas, la mystérieuse femme émit la même réactions, c'est à dire… Rien. Mais bientôt, le camions remplie de méth vint à faire un grosse accélération tendis que le flash de l'hélicoptère vint à éblouir la carlingue du camions à viande, contraignant la femme à faire à ce couvrir le visage légèrement, avant de faire signe à l'un de ses acolyte d'apporter quelque chose.

«♫  boom… Quand votre coeur fait boom boom hm,hm,hm ♪ ♫  ! »
La femme ce mit alors un genoux à terre et, dans son dos, l'un des hommes vint à lui donner un… lance-roquette coco chanel plaqué or… ouaip, c'est pas une blague ! Le folle ce mit ensuite à viser l'hélico, ce qui, bien entendue fit réagir le pilote et son acolyte.

« non de dieux mais… MERDE ! RETROGRADE ! RETROGRADE PUTAIN !!! »
« ♪  hm hm hm ♫  !»

Et… Shiiiiiiiouf ! La roquette fila vers l'hélicoptère en laissant derrière elle une traîné violette, avant d'exploser le véhicule dans une grande bourrasque de flamme et d'acier carbonisé, laissant finalement tomber une épaisse carlingue d'acier sur l'un des fourgons de police qui poursuivait encore le convois.
«AaaaaaaaaAAAAHAHAHAHAH AH ! AH ! AH ! » s’exclamas alors la mystérieuse folle avant de refaire signe à l'un de ses hommes de lui donner une roquette, roquette qu'elle enclencha ensuite dans son engin avant de remuer la tête de manière a pousser dégager les cheveux devant son visage.
« Putain… t'es vraiment le plus beau de tout les sex-toys toi, MOUAH ! »
et hop ! Elle embrassa son engin avant de la lécher en regardant la batmobile et... de la viser.
Mais, faut dire qu'en pleine course poursuite, tirer sur des voitures c'était pas facile et, bien que les hommes masqués ais déjà bien fait le ménage parmi la police (et continuaient à le faire), la situation rester délicate. Mais voilà, alors que la femme était à deux pas d'appuyer sur la détente, le camions vint à rencontrer un petit obstacle (style gros cailloux ou truc dans le genre), ce qui le fit vaciller, faisant alors basculer la folle qui tira alors au hasard, envoyant alors la roquette contre un camions transportant plusieurs voitures, créant alors une violentes tempêtes d'explosion qui, à coup sur venait de faire jouir la chef du gang bariolé. Plusieurs voitures s'envolères et explosère, percutant le sol et quelque un du peut de véhicule de polices restant.
« houhou… houhouhou… Pfiouuu broom ! Hihihi hm,hm ! » Ricana la mystérieuse tarée en ce redressant, visiblement peu soucieuse du conducteur du camions qu'elle venait de pulvériser.
Là, elle prit en main son ultime roquette qu'elle enclencha avant de finalement ce remettre à viser… Le fourgon de méth… Ouaip, du coup, vus qu'il ne lui restait plus qu'une roquette, autant finir le tout en beauté.

« ♪ hm,hm,hm ♪ ! Bye bye la méth, ahaha ! Dommage... »

la femme visa… Posa son index sur la gâchette… Puis...
Journalisée

le personnage et le joueur sont à dissocier.
Batgirl
Legion
-

Messages: 371



Voir le profil
Fiche
« Répondre #42 le: Janvier 23, 2016, 03:55:01 »

« Je hais le style bling-bling »

À l’intérieur de son char ambulant, Stéphanie venait de commenter le lance-roquettes plaque or du copycat du Joker. Ce n’était pas une surprise. À Gotham, le Joker avait eu droit à une version féminine de lui-même : Joker’s Daughter, la « fille » du Joker. Une femme au visage défiguré, une folle qui vivait dans les cavernes et les égouts de la ville, et qui avait trouvé le masque du Joker, le visage qu’il s’était lui-même arraché avec l’aide du Dollmaker, pour le mettre ensuite sur sa tête, dans une parodie grotesque de Leatherface. Elle avait récupéré ce masque quand Le Joker était tombé dans une cascade, dans la Bat-cave, après s’en être pris à l’ensemble de la Bat-famille, en ayant, notamment, simulé une parodie de mariage avec Barbara, le tout en ayant torturé sa mère. Une folle, donc… Comme cette nana avec son lance-roquettes en or.

Elle tira sur l’hélicoptère de police, provoquant une violente explosion. Barbara se mordilla les lèvres en voyant ça, et évita les débris. Impossible de faire quoi que ce soit pour eux, sa priorité était de stopper le camion de méth’ et le camion frigorifique de cette folle. Batgirl avait beau avoir passé des années après avoir été abattue par Le Joker, le souvenir traumatisant de cette scène continuait encore à s’imposer en elle, et les sévices du Joker marquaient, encore, son corps. Tomber sur une sorte de dingo’ qui devait vouer un culte à ce cinglé… Ses mains se crispèrent sur le volant.

Quand elle était devenue l’Oracle, elle avait rencontré quantité de sites Web et de forums de discussion sur Le Joker. Comment les gens pouvaient-ils être fascinés par ce dingue ? Pendant sa période de convalescence, et même après, elle s’était amusée à faire fermer tous ses sites, les attaquant par déni de service, ou en les déréférençant auprès des moteurs de recherche.

La mystérieuse femme la cibla avec son lance-roquettes, et Barbara verrouilla le camion. Elle pouvait le faire exploser à l’aide d’armes létales… L’idée était tentante, mais elle la rejeta rapidement.

« Fais gaffe !
 -  C’est à elle de faire attention… »

Barbara comptait la neutraliser, mais le camion fit une embardée, alors qu’ils longeaient une entrée d’autoroute, et elle tira sur un camion abritant toute une série de voitures en réparation, explosant ce dernier. Des carlingues de voitures se mirent à tomber sur l’autoroute, et Barbara reçut une Toyota sur le devant de la Batmobile, faisant scintiller son écran numérique, et la déstabilisant légèrement, tout comme les voitures de police derrière elle.

« Merde ! »

*
*  *

Mike se retrouva cloué au fauteuil par la brusque accélération de la nitro’. De la nitro’ sur un camion… Il allait y penser ! Le regard de l’homme avisa cependant un panneau, qui annonçait que la prochaine sortie était la dernière avant le péage.

« Prends la prochaine sortie. Les flics vont nous attendre au péage. »

Devant eux, le coup de nitro’ avait transformé l’autoroute en séance de stock-car, le lourd camion fauchant plusieurs voitures.

*
*  *

Barbara se rétablit, et entreprit d’esquiver les autres voitures, tout en ordonnant à l’ordinateur de cibler le camion ennemi. Elle constata cependant que le choc de la Toyota avait endommagé certains systèmes de visée et de ciblage. Elle se rapprocha donc, et commença à tirer sur le camion, en ciblant ses pneus, à l’aide de canons situés à l’avant du véhicule.

Il fallait en finir avec ces deux camions avant qu’il n’y ait plus de dégâts collatéraux !
Journalisée

DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
Frau Van Lindermann
Humain(e)
-

Messages: 61


Deutsch Qualität, BIATCH !


Voir le profil
Fiche
« Répondre #43 le: Janvier 25, 2016, 06:44:40 »

Aaah… Les guramu… à cet instant, c'est trou du cul en costard était bien loin de ton esprit ! Cette barge en tailleur était de toute évidence beaucoup plus dangereuse car, contrairement à eux, elle ne semblait être mue par aucune putain de raison. Des barils, des lance grenades et maintenant un lance-roquette !? Tu était sérieusement entrain de te demander jusqu'où cette malade compter aller pour te mettre en pièce, toi et… Accessoirement toute la ville. On te disait violent frau.. Mais elle… Elle, elle était clairement au dessus, elle éclatât sans broncher l'hélicoptère de la police, un camions de transport puis, avec toujours le même putain de flegme, elle ce mit à te viser, ce qui, bien évidement te fit frémir, cependant, une roquette c'était lent et peut précis et, ton expérience en la matière t’indicât que, fort heureusement, les projectiles de cette timbrée n'était pas thermoguidés.

« Merde… Merde,merde,merde ! »

La femme ce mit alors à te viser tendis que le puissant bolide noire, lui, semblait vouloir en finir au plus vite avec cette barge, ce mettant alors a tirer sur le pneu de ce dernier et, alors que l'autre malade allait tirer sur toi, l'un des pneu de son véhicule vint à éclater, la déstabilisant ainsi durant son tire qui alla s'écraser non loin de ton camion, faisant vaciller le lourd véhicule qui ce souleva sur deux de ses roue avant de ce remettre en piste dans un puissant bruit de métal tout en te faisant légèrement bondir sur ton siège. Malheureusement, un tel choc ne fut pas sans incidence sur ta tenue de route et, avec hargne, tu tentât de reprendre le contrôle du monstre d'acier, tournant alors frénétiquement tes main sur le volant avant d'enfin reprendre le contrôle… Sauf que, voilà… bientôt, tu pus voir à ta gauche la cabine du deuxième camions benne.

« Hmpffr ! Nan les gars… Pas cette fois ! »

Et vlam, d'un coup sec, tu vint à repousser le véhicule, envoyant ce dernier ce manger un petit muret de bitume servant a délimiter les voies, reversant alors ledit camion benne sur le coté. Comme le vieux te l'avait conseillé, t'avais prit la prochaine sortie avant le péage mais… Encore une fois, un petit détail vint encore une fois à t'emmerder. D'une part, la nitro ne faisait plus « effet » mais, bientôt, un rapide coup d 'oeil dans ton retro vint à t'avertir d'une autre « surprise » de la part de la femme au cheveux vert… Une surprise bien lourde et bien plus mortel qu'un lance roquette… Assurément.



« Hmpffrr ! »
La crevaison du pneu fit tomber la folle sur le cul, la faisant lâcher son lance roquette par la même occasions. Fort heureusement pour Frau, batgirl avait réussit à déstabiliser le tire de la clownette mais… Malheureusement, la belle avait un autre as dans sa manche et, alors que deux autres hélicoptères de polices vinrent a faire le apparitions.

« Ok… » soufflat alors la folle en ce relevant, légèrement branlante sur ses jambes. « sortaient églantine... »
« V-vous êtes sur boss ? »
« J'ai dit… Sortaient églantine… MAINTENANT ! »
L'homme ravala brièvement sa salive, avant de ce déplacer vers l'arrière du camions avec trois autres de ses collègues, tendis que la folle au cheveux verts, visiblement de plus en plus en proie à la folie ce mit à dancer joyeusement en tapant dans les mains de manière rythmée.

« POLICE ! NOUS VOUS SOMMONS D’ARRÊTER LE VÉHICULE IMMÉDIATEMENT, NOUS NE LE RÉPÉTERONS PAS, ARRÊTER CE VÉHICULE ! »
Pfff… Autant pisser dans un violons, la clown était littéralement en transe et, en guise de réponse la femme leur tira simplement la langue avant de prendre une grande bouffée du produit que contenait son inhalateur. Cet alors que les quartes hommes revinrent vers le rebords du camions, faisant alors glisser sur un rail une lourde sulfateuse de calibre 50… Effectivement, les Guramu, à cotés, c'est des pédale, avec leur petit kimono et leur katana en plastiques.
« Haaaanw ! Eglaaantiiiiiiiine ! HAAAAAHAHAHA ! Aller les gars ! Chargeait là moi… j'en peut plus d'attendre ! »

La femme était entrain de trembler sur place sous l'excitation, tendis que les quatre sous-fifre fixèrent sur les deux coté de l'arme de longue chaîne de balles sortant de lourdes caisse militaires.
« Haaan… HAAAAN OUI !!! » Lâchât alors la femme en prenant les deux poignée de la sulfateuse en mains, avant d'enclencher d'un geste vif son joujou. Elle était littérament en fusion et, un œil observateur remarquerait sans mal les longs filint de cyprine dégoulinant des cuisses de la femme.
« Here… We… go »
La femme ce mit alors a tirer sans viser, balançant son fiel d'acier sur tout ce qui ce trouvait devant elle, fauchant plusieurs voitures qui, sous la puissance du calibre utilisé vacillèrent et, bien évidement, batounette s'en prit un peu dans la gueule aussi mais, fort heureusement pour elle, son char semblait blindé. »
HouuuuuhahahahahHAHAHAHAHAHHAHAA !!!! J'ADORE TUER PUTAIN !!!

La puissance d’Églantine était telle que les bras de Smile tremblait sous les tirs, tirs qui vinrent a ce tourner vers les deux hélico qui entre temps c'était eux aussi mit a tirer sur le camions, crevant alors un autre pneu au passage, faisant vaciller une fois encore le camions mais… Au diable le camions, la folle était littéralement en transe, ses yeux roulant de paire avec sa tête, les balles heurtèrent les hélicoptères, l'un d'eux prit alors feu et, alors que le pilote tenta de fuir, la femme l'acheva sans pitié et, le deuxième eut malheureusement droit au même sort.

IIIIIIHIHIHAHAHAHHAAAAAAHHAHA !!!! BANG BANG !!!! HAAAAAHAHHA
Les cartouches vides filait au rythme des tir de la femme, s'étalant sur le sol du camions avant de tomber sur la route dans une concert de « cling cling » significatif. La femme sautillait et taper des pied, de la bave coulant  légèrement de sa bouche tendis qu'un sourire sadique semblait restait figé sur son visage déjà « souriant »

« hnnihihihihihHAAHAHAHA ! »

Sa poitrine ce soulevait et s'abaissait lourdement et, en continuant de tirer (un peu n'importe où) elle vint à ce pencher en arrière ; Les hommes eux étaient… Sceptique et effrayés… Certes, avec leurs masque à gaz on ne pouvait pas voir leur expressions, mais… Ci… Ils étaient totalement terrifiés par cette femme qui, sans aucun remord balançait tout ce que cette machine avait dans le ventre, tuant civil, flics et en prenant le risque de faire exploser le camion de méth au passage car, bien évidement, Frau eut droit elle aussi à quelque balles dans son camions, fort heureusement, le blindage de ce dernier était suffisamment fort pour stopper les balles, même de calibre 50... Enfin, jusqu'à quel point ?



Cette femme était… T'en revenais même pas qu'elle ais en sa possessions un tel monstre et, t'en revenait encore moins qu'elle l'utilise avec aussi peut de précaution. C'était effrayant, tous simplement. Voir une telle cinglée balancer du calibre 50 comme ça… Enfin… C'était pas ton problème… Enfin ci ! Ci bordel ! C'était ton putain de problème car, bientôt, le bruit de lourds impact vint à te faire frémir sur place.
« Putain de merde… BORDEL MAIS FAIT UN TRUC !! » Hurlas tu alors en frappant sur ton volant sous l'agacement et… La peur. Oui Frau, tu avait peur là, enfin… Légèrement peur mais, au fond, n'était ce pas normal ? T'était au volant d'un énorme camion bourré d'un produit extrêmement inflammable et tu avait au cul une espèce de clown givrée et une justicière de pacotille !

Chienne de vie !
« Dernière édition: Janvier 25, 2016, 11:42:31 par Frau Van Lindermann » Journalisée

le personnage et le joueur sont à dissocier.
Batgirl
Legion
-

Messages: 371



Voir le profil
Fiche
« Répondre #44 le: Janvier 27, 2016, 01:19:11 »

Barbara constata rapidement que Miss Joker avait un as dans sa manche, puisqu’elle mit sur place une mitrailleuse lourde, et fit tomber un déluge de plomb depuis le flanc du camion. Les balles rugirent depuis l’arme. Difficile de savoir comment cette femme avait pu récupérer une arme pareille, quand on savait que le Japon avait une législation très stricte au regard de la circulation des armes à feu. Il y avait beaucoup moins d’armes en circulation au Japon qu’aux États-Unis, pour donner un élément de comparaison. Barbara écarquilla les yeux en voyant ce déluge de feu, et vit les vitres d’une voiture de police exploser.

« Merde !
 -  Barbara, il faut agir !
 -  Oui... Je n’ai plus d’autres solutions. »

Batgirl ne savait rien sur cette folle, mais elle ne pouvait pas la laisser faire davantage de dégâts. La femme pianota sur l’ordinateur de bord de la Batmobile, et remplaça les canons à air par des armes nettement plus offensives. Batgirl ne comptait pas les tuer, mais elle n’allait pas les laisser indemnes non plus. La jeune femme n’avait jamais franchi la ligne grise de Bruce Wayne, mais elle était un peu plus expéditive, parfois, dans ses approches. Elle cibla donc le camion, et fit feu à son tour.

Une grenade jaillit de l’une des armes de la Batmobile, et frappa l’arrière du camion, provoquant une violente explosion qui souleva la remorque. De nombreux pneus volèrent en l’air pendant quelques secondes, puis la remorque retomba violemment sur ses roues, avant d’être déstabilisé, l’arrière du camion en feu. Barbara accéléra ensuite, et la Batmobile se reçut une pluie de balles lourdes, amenant un signal d’alarme sur le véhicule. Batgirl ralentit donc, et appuya sur un autre bouton, passant en mode de pilotage automatique, puis enclencha le siège éjectable.

Barbara s’envola alors dans les airs, tandis que la Batmobile refermait son capot, et reprenait sa route, en essayant de faire diversion, protégeant les véhicules avec son blindage lourd. Dans les airs, Barbara ne tarda pas à pivoter sur place, et se laissa tomber à vive allure. L’air se mit à fouetter son visage, puis elle se redressa, sa brusque accélération lui ayant permis d’acquérir une vitesse importante. Elle se redressa alors, et se reprocha du camion de Miss Joker, puis se posa dessus, roulant sur la remorque.

Un tel choc ne passa pas inaperçu pour les tueurs dans la remorque, qui étaient également affairés à tenter d’éteindre les flammes. Plusieurs balles défoncèrent le toit de la remorque, en cherchant à l’atteindre, et deux ou trois tirs transpercèrent sa cape. Le camion fit ensuite une embardée sur la gauche alors que Barbara se relevait, et elle se sentit basculer, perdant son équilibre. Elle tomba vers la droite, et planta les griffes de sa combinaison dans la carlingue du camion, évitant ainsi de tomber. Ses jambes heurtèrent le rebord du camion, et elle soupira. À quelques mètres d’elle, elle voyait le bout de la mitrailleuse lourde de la femme, mais elle avait encore autre chose à faire avant ça... La femme utilisa son appui pour tendre sa main, et balança un Batarang explosif dans l’espace entre la remorque et la cabine de pilotage. L’objet rebondit contre l’arrière de la cabine de pilotage, avant de se planter au milieu des câbles et de l’attache de la remorque.

*Hum...*

Barbara soupira alors, puis repartit dans l’autre sens, les pieds en avant. Ils allèrent se loger dans la tête de Miss Joker, l’envoyant heurter le mur de la remorque, et Barbara bondit à l’intérieur... Et se reçut un coup de barre à mine dans le dos, qui l’envoya sur le sol. L’individu dans son dos tenta de la frapper à nouveau, mais la femme roula sur le sol, évitant l’attaque, et bondit en avant, ses deux pieds frappant l’homme dans le ventre pendant qu’elle se redressait. Elle l’enchaîna ensuite par un superbe coup de pied retourné en pleine figure, puis se retourna à temps pour parer une attaque. Un homme armé d’un couteau avait tenté de la planter par le haut, et ses deux mains se saisirent de son poignet, puis elle le fit tourner sur place, amenant l’homme à couiner de douleur, avant de se recevoir un coup de genou dans la hanche, brisant l’une de ses côtes.

Batgirl le repoussa donc, et regarda la copycat du Joker, en levant les bras.

« T’es qui, toi ? Encore une autre tarée qui veut se faire botter le cul ?! »
Journalisée

DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.

Tags:
Pages: 1 2 [3] 4
  Imprimer  
 
Aller à:  

Powered by SMF 1.1.20 | SMF © 2006-2007, Simple Machines
Awake and Dreaming - Le Grand Jeu
ChatBox