banniere
 
 
Liens utiles: Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Cacher les avatars

Le Grand Jeu - Forum RPG

Bad langage Discrimination Drugs Sex Violence Gambling

Bonjour et bienvenue.

Ce forum présente des oeuvres littéraires au caractère explicite et/ou sensible. Pour ces raisons, il s'adresse à un public averti et est déconseillé aux moins de 18 ans. En consultant ce site, vous certifiez ne pas être choqué par la nature de son contenu et vous assumez l'entière responsabilité de votre navigation.

Bonne visite ! :)

Pages: [1] 2
  Imprimer  
Auteur Sujet: En souvenir du pacte (Keleth)  (Lu 2759 fois)
Zénoriel
Avatar
-

Messages: 2246


Imparfait obscur


Voir le profil
FicheChalant
« le: Février 02, 2013, 11:55:44 »

- Tu veux ma photo poufiasse ?

Ou comment demander avec une grâce non négligeable pourquoi une jeune fille aux airs innocents vous regarde. Toute la classe et la subtilité de Norah pour demander quelque chose… Dans la Dictature d’Ashrnard, la tueuse en avait plein le derch’ de tout ces gens fouineur qui essayaient de s’approcher d’elle. Ouais elle est bien foutue. Et alors ? Ce n’est pas parce que le premier trou du cul qui vient ne la trouve pas trop mal foutue malgré son air agressif qu’il doit absolument venir l’emmerder. Surtout qu’elle ne bouge pas, ne demande rien et veux juste qu’on lui foute la paix. Encore heureux qu’elle n’est pas trop de mauvaise humeur, pour une fois…

Adossée contre cette muraille pas très agréable d’un point de vue esthétique, et histoire de tuer le temps si on peut dire, elle sortit son couteau fétiche et commença à faire quelques jongles avec sa main droite. Enfin fétiche,… Depuis sa réincarnation en Zénoriel car ce couteau là n’a rien d’exceptionnel par rapport à celui qu’elle avait de son vivant ? Ah cette lame… Une poignée lisse qui tenait tout juste dans la main, une lame fine mais qui reflète bien l’imagine de la mort sur cet argent taillé… Ah que de bons souvenirs passé avec cette arme… Dommage qu’elle ne s’en souvient pas. Dommage que sa mémoire lui a fait oublier qu’elle l’avait trouvé dans une argenterie clandestine après avoir assassiné son meilleur ami de sang froid. Dommage qu’elle ne se rappelle pas qu’elle la possédait lors de son pacte avec cette puissante démonesse dont elle a oublié l’existence. Dommage aussi qu’elle ne se rappelle pas où elle l’a perdu lors de sa mort, cette puissante arme désormais enchantée par celle qui lui avait donné le pouvoir quelle désirait tant.

Cessant de passer pour un clown psychopathe à faire des acrobaties en tout genre avec son instrument de mort, d’un geste habille elle rangea directement sa nouvelle arme et se décolla du mur. Elle aurait bien envie de trouer la peau à quelqu’un avec son Regard du démon pour faire un peu passer le temps et s’amuser mais… Nathaniel et Zephirya ne sont pas encore d’accord pour qu’elle tue quelqu’un et vu qu’elles ne sont pas endormies, ça serait vite le bordel. Grommelant contre ces "imbéciles" en parlant d’elle, elle avançait dans des rues louches et vachement sombre alors qu’on était en plein après-midi :


« Putain mais ça sert à quoi de me laisser le contrôle de Zénoriel si c’est pour glander pffff…
Ne tue personne Norah. N’oublie pas
C’est justement ça qui m’emmerde
Ben va faire le tour des boutiques… »

Sauf que ça ne l’intéresse pas si elle ne passe pas devant la vitrine même…
« Dernière édition: Juillet 25, 2013, 10:43:10 par Zénoriel » Journalisée


Des Âmes en regroupées en un corps, autant de vies enchainées par le sort
Une bataille pour un destin incertain, enchaînée par ce satané malin
Autant d'êtres inconnus si liés, qui à osé prononcer "imparfait"?
Nous sommes toutes ici réunies, Et le Grand Jeu n'est pas fini...




Keleth
Avatar
-

Messages: 398



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #1 le: Février 20, 2013, 08:17:42 »

Une vitrine ? Quel vitrine ? À vrai dire la haute-démone faisait tellement de travaux différents que les sommes qu'elle obtenait en tant qu'Exécutrice des enfers n'étaient vraiment pas à son goût, et c'était pour cela qu'elle avait entamé de faire des affaires à Ashnard, en tant que directrice d'un magasin très mal-connu des gens dit « normaux ». Cette boutique, agréable et plaisante pour le lieu où elle se trouvait, à savoir une longue ruelle sombre et lugubre à peine assez large pour qu'un terranide-oiseau puissent y passer avec les ailes repliées, renfermait à peu près tout et n'importe quoi pour les gens qui osaient s'y aventurer, alors que Keleth, de son côté, pouvait dire précisément ce qu'il y avait sur chacun des étalages et où elle l'avait récupérée. Ainsi on pouvait voir des bocaux contenant des objets alchimiques de mauvaise ou de très bonne qualité, des armes banales mises à côtés de pièces artisanales grandement renforcées en magie de toutes les couleurs, ou encore des affaires plus ou moins sales qui se voyaient éclipsées par de superbes parures venues d'autres domaines d'existences.

Oui, le boui-boui de Keleth contenait à peu près toutes les affaires qui avaient été abandonnées par les pactisant de la haute-démone suite à leur mort. Ce magasin de l'étrange contenait aussi chacun des éléments que l'Exécutrice avait récupéré de ceux qu'elle avait condamné, et parfois largement dépouillé, suite à un envoi dans les tristes profondeurs de l'enfer démoniaque à cause d'une punition qui généralement selon la démone était très douce et agréable contrairement à ce que le supplicié aurait dû subir. Enfin, la dernière spécificité du magasin, c'est que, trouver par hasard grâce au coutelas d'une des demoiselle avec qui elle avait pactisée autrefois, il s'était avéré que cette devanture était un lien parfait vers les enfers, ce qui avait permit à Keleth de pratiquer quelque rassemblement dimensionnel qui lui avait permit un tour de passe-passe très plaisant. Une fois entrer à l'intérieur du magasin, Keleth était la seule à choisir si la personne qui était entrée pouvait repartir à Ashnard ou non. L'utilité direct ne vient pas à l'esprit, mais Keleth s'en servait généralement afin de faire étrangement grimper les prix, ou parfois simplement pour s'amuser.

Mais aujourd'hui rien de cela ne lui venait en tête. Elle était dehors, face à son magasin, vêtu d'un Cheong-sam plutôt aguichant et très coloré sur lequel elle avait elle-même ajoutée des touches d'or et une ceinture de soldat afin de ranger une arme, simple, celle qui l'avait menée à cette belle et très lucrative boutique : un couteau qui tient juste dans la main, à la lame d'argent et lourdement ensorcelée à cause du pacte qu'elle avait fait avec la femme qui l'avait obtenu de manière plus ou moins légale. Ce couteau était la seule arme que Keleth se permettait quand elle jouait à la gentille et simple démone gérante du magasin de la rue Bleccket, « le sourire du Diable ». Personne n'y rentrait avec un grand enthousiasme, tous bénis et allègrement pur, et ce petit monde en sortait ravi, damné jusqu'au dent et empli d'un nouveau désir de vie parfaitement propre au vilain. Keleth adorait ça. Elle adorait ça et le couteau à son flanc avait pour cela toute sa gratitude.

Observant au loin quelqu'un s'approchant vers elle, la démone sourit devant son magasin et se redresse avant de faire signe à la demoiselle plus loin, cachant la malignité qui s'emparait d'elle sous un air de simple marchande aux lèvres sincères. S'humectant rapidement les lèvres et se raclant la gorge, elle se repasse le slogan de sa boutique en tête avant d'appeler la femme, déjà en train de pensée au mauvais tour qu'elle peut lui jouer.

- Mademoiselle ? Oui vous là-bas, venez donc ! Nous avons aujourd'hui quelque chose qui peut changer votre vie !
Journalisée

Zénoriel
Avatar
-

Messages: 2246


Imparfait obscur


Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #2 le: Février 21, 2013, 12:33:01 »

Arnaquée, mais pas trahie. Un étrange paradoxe liait Norah avec les deux autres Âmes en Zénoriel. Cette décision de ne tuer personne avait été prise dans un commun accord entre chacune de ces trois demoiselles. Zephirya avait un trop gros sens de la justice pour faire ça malgré son immaturité, et Nathaniel était trop à cheval sur les règles pour autoriser un meurtre. Agressant les gens qui la bousculait, cogner ceux qui essayait de la draguer… Cette marche était tellement gavante qu’elle était à deux doigts de laisser le contrôle à quelqu’un d’autre. Mais il n’en fut rien. Pourquoi ? Parce qu’après plusieurs minutes à marche inlassablement sans faire quelque chose de vraiment lucratif, parce que marcher n’est déjà pas très lucratif de base faut le reconnaître, qu’elle arriva dans une ruelle sombre et hyper louche à souhait. Même les petits dealers et prostituées de basses catégorie devait éviter ce coin là tellement il inspirait le crime personnifié. Raison de plus pour la tueuse de passer par là, étant plus que très loin d’être la plus sainte des sainte.

En passant par là, elle finit par se faire accoster, oui encore même si là ce n’était pas pour les même raisons, par une femme qui au dépit d’un magnifique corps la gonflait grave. D’où elle lui fait un signe de la main ? D’où elle veut lui faire son speech de grognasse vendeuse de bordel pas intéressant ? En plus v’la la tenue. Si Norah était cinéphile, elle aurait trouvé que ça ressemblerais trop à un film policier avec l’inconnue-qui-va-se-faire-entuber-par-une-vendeuse-trop-sexy pour se faire raquer du fric contre de l’opium bas de gamme. Manque de bol, l’opium elle s’en cogne, la vendeuse trop sexy elle s’en tape et le fric elle n’en a pas. Trois raison de l’ignorer. Mais en se rapprochant, juste avant qu’elle ouvre sa bouche pour la saluer poliment à sa manière, comme la demoiselle qui l’observait plus tôt, quelque chose la fit refermer cette dernière. Une lueur familière. Un éclat qui étrangement lui rappelait des souvenir. Une lumière que ses yeux nyctalopes auraient repérés à des lieux à la ronde si elle avait regardé précisément cette femme :


- Ce couteau…

Son air agressif ne partit pas le moins du monde, bien qu’elle réfléchissait profondément quand au pourquoi du comment elle se souvenait partiellement d’avoir déjà vu cette lame quelque part. Et surtout, pourquoi elle s’y impliquait tant qu’il semblait profondément familier ? La vendeuse pourrait la prendre soit comme un pigeon, soit comme une tarée, ou bien soit comme celle qui avait passé un pacte avec elle il y a de ça des années. Se redressant tout en tentant de se souvenir en vain, elle désigna l’arme sans perdre son visage peu amical :

- Hey. Où t’as trouvé cette arme ? Et me pipeaute-pas sinon je te troue la peau

Forme de politesse zéro, subtilité zéro, sympatie zéro. Norah dans sa plus simple apparence en somme. Étrangement, on pouvait sentir qu’elle était très sérieuse et déterminée à se souvenir. Nathaniel aurait put être bouche bée si elle aurait eut son propre corps face à un flash de mémoire venant de Norah, surtout que cette dernière n’était pas la première à rejoindre le corps. Elle ne put s’empêcher de poser plein de question à celle qui contrôlait le corps mais n’eut qu’une seule et brève réponse intérieure :

« Nathaniel ta gueule »
Journalisée


Des Âmes en regroupées en un corps, autant de vies enchainées par le sort
Une bataille pour un destin incertain, enchaînée par ce satané malin
Autant d'êtres inconnus si liés, qui à osé prononcer "imparfait"?
Nous sommes toutes ici réunies, Et le Grand Jeu n'est pas fini...




Keleth
Avatar
-

Messages: 398



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #3 le: Février 23, 2013, 05:02:24 »

Houlà sur quelle bonne femme était-elle tombée ? La demoiselle qu'elle avait accostée au loin semblait avoir son propre concept de l'apparence, sens compter que son apparent visage ne convenait étrangement pas avec le reste de son corps. Oh bien sur que c'était la tête originelle, Keleth ne pouvait sûrement pas dire autrement, mais ce qui était louche c'était l'expression qu'elle arborait, la démone n'aurait put dire quoi mais elle sentait chez cette femme quelque chose qui clochait fondamentalement, un petit hic dans le tout qui rendait cette étrange impression de « quelque chose qui ne colle pas ». Enfin bourde ou pas il était trop tard pour y réfléchir, vu que la personne même de loin avait marquée une pause avant de se tourner vers la ruelle où se trouvait la démone et que désormais ses pas semblaient hésiter bien trop grandement vers les dalles du dangereux passage pour qu'elle ne puisse reprendre la route vers une autre rencontre un peu plus avenante.C'est en son for intérieur que Keleth se fit la petite promesse de ne plus se laisser emporter par l'enjouement quand elle joue les gentilles magasinières, et que la prochaine fois elle prendra le temps d'observer ses jouets au lieu de les choisir au hasard du premier qui passe devant la rue.

Ce qu'elle qualifierait de sacré petite garce au vu de son apparence immédiate, et surtout de son expression faciale, s'avançait vers elle avec les manie d'une loubarde qui ne convenait pas du tout à son air frêle et délicat … Elle lui faisait penser à quelqu'un étrangement, mais elle n'arrivait pas à mettre le doigt dessus. Non vraiment le comportement de cette femme titillait ses souvenirs, mais elle n'arrivait vraiment pas à trouver quoi que ce soit dans sa mémoire qui ai pu sustenter cette impression très française de « déjà-vu », ce qui était très rare pour elle dont les souvenirs étaient le sacro-saint empire de sa toute-puissance et de ses jeux. Donc soit elle l'avait déjà vu au détour d'une ruelle et même si elle était spéciale elle n'avait pas tant fais choc pour la haute-démone, soit cela faisait trèèèèès longtemps qu'elle n'avait pas vu cette demoiselle et dans ce cas cela devenait presque inquiétant sur l'âge de cette femme. Enfin après les vampires et les autres êtres surnaturels peuvent bien vivre très longtemps mais cela laissait quand même à la démone une sévère sensation de se tromper. Il y avait quelque chose chez ce petit bout de femme, mais quoi … ? En tout cas la voilà juste à côté d'elle, prête à parler, mais la voilà qui se fige et dit bien plus bas :

- Ce couteau…

Le couteau ? Quoi le couteau ? Son couteau ? Ou celui qui pendait actuellement contre son flanc, avec son petit éclat de lune même en plein jour ? Keleth fit un simple pas en arrière, très léger, inaudible, mais qui dans le mouvements laissait entendre que non, ce couteau lui appartenait et que celui ci resterait à elle, c'est bien pour cela d'ailleurs que le couteau est d'ailleurs maintenant à 20 autres centimètres plus loin de la main de cette jeune femme. Elle l'observe à nouveau, essayant de comprendre ce qui se passe, mais ce coup-ci il n'y a plus vraiment de tenancière de magasin dans les yeux de Keleth, mais bien plus de la froideur et du sentiment de supériorité naturel de l'Exécutrice. Elle jaugeait cette femme, de bas en haut, de gauche à droite, dans ses habits et dans ses gestes. Où avaient-elles bien put se rencontrée pour que l'une se souvienne de ce couteau si particulier, et que l'autre aient une sensation étrange en l'observant. Keleth n'aimait pas rester dans le doute, et là clairement il n'y avait que de ça du doute, des deux côtés, jusqu'à ce que cette espèce de furie reprennent de manière bien peu avenante :

- Hey. Où t’as trouvé cette arme ? Et me pipeaute-pas sinon je te troue la peau.

- Te pipeauter hein ? Écoutes, tu vas calmer un peu tes ardeurs avant que je ne dise le moindre mot, sinon je doutes que la suite de la discussion ne se fasse pas avec une de tes joues endolorie gamine ! Ensuite où je l'ai trouver ? Je l'ai juste dignement récupéré de sa propriétaire quand le moment de la paye est venu, point plus, et elle avait intérêt à me le rendre ! De toutes façons elle n'avait pas tant le choix, donc d'ici là, ce couteau m'appartenait, et m'appartient encore maintenant ! Satisfaite ?

Elle se dresse bien haute, elle se sent petite sans ses énormes talons, mais malgré tout elle se sent plus grande que cette femme si gênante pour elle. Elle la regarde et encore une fois la repasse en revu. Qui est-elle franchement pour qu'elle sente qu'elle a le besoin de s'attarder sur son aspect, sur ses manières ? En fait oui même ça est étrange, pourquoi se pose-t-elle des questions sur elle alors qu'elle aurait pu tout simplement retourner dans sa boutique en lui disant au revoir. Non c'est trop louche il y a autre chose et il faut qu'elle en prenne conscience, immédiatement, dans la seconde, il faut que les choses se dévoilent au plus vite ou elle risque de faire comprendre à la première personne venue sa frustration de n'avoir pas compris ce qui la dérange. Allez ma petite, offre moi tes petits secrets, dis moi qui tu es j'en ai marre de me battre avec le serpent de l'oubli :

- Maintenant chacun son tour non ? Dis moi qui tu es, je n'aime pas trop me faire agresser sans raison, surtout quand je propose à la base de faire marchande ! Est-ce que je vais avoir le droit au moins à un petit nom ou tu comptes m'insulter à nouveau en me provocant ?
Journalisée

Zénoriel
Avatar
-

Messages: 2246


Imparfait obscur


Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #4 le: Février 28, 2013, 12:19:18 »

Oulà oulà… La demoiselle pète déjà un câble en posant un speech plus grand que l’océan arctique en plein hivers. Tout ça pour dire qu’en fait… Son couteau était à elle. Et ben, tout ça pour faire une lapalissade des plus nulles à chier. Bravo. Pas besoin de gueuler pour dire un truc aussi basique soit-il. Si Norah n’était pas du genre amicale ou particulièrement futé avec l’art et la manière de savoir échanger verbalement parlant avec quelqu’un, ce n’est pas une raison pour la renvoyer chier à ce point alors qu’elle posait une simple question. Question qui n’était formulée qu’à cause d’un manque de souvenirs et d’envie de ne pas savoir pourquoi elle sentait que cette arme allait jouer un rôle dans sa vie. Où avait joué un rôle ? Raaah peu importe, il fallait qu’elle sache le pourquoi avant tout. Et ne comptait pas partir sans le savoir. Gonflante certes mais avec de principes tout de même.

Croisant les bras, ne daignant pas lever la conversation sur un échange d’insulte, elle se laissa observer, ou mater tout dépends le point de vue et l’idée de base venant de cette inconnue. Peu importe après tout, c’est pas ça qui allait la gêner pour autant, ayant déjà fait ou subit bien pire. Bon d’accord depuis sa réincarnation en Zénoriel ce genre de choses s’était calmée à cause du partage corporel, mais encore faudrait-il qu’elle s’en souvienne. Sa mémoire revenue, elle n’aurait eut qu’à tuer cette démonesse ou réclamer ce qui lui appartient de droit, puisqu’à l’origine c’est SON couteau bien qu’il lui a été offert par la femme devant elle, et ainsi reprendre sa route comme il se devait. Mais non, à la place elle n’a pas put résister à l’envie de l’agresser littéralement parlant pour savoir le pourquoi du comment. Et elle veut savoir à qui elle a affaire en plus ? Ben elle va lui répondre :


- Qui je suis ? Une simple demoiselle qui ne demande qu’à savoir pourquoi ce putain de couteau lui triture les méninges au point de rester avec quelqu’un qui l’a abordée sans son avis

Gardant son air agressif au possible, elle jeta un rapide coup d’œil à la lame une nouvelle fois. Bon sang que ça semblait être une bonne arme. Une arme parfaite pour commettre des meurtres et jouir de cette sensation de puissance meurtrière absolue. Cette lueur anormale prouvait en revanche qu’il était enchanté, ce qui en fait une arme des plus dangereusement correctement manier. Concernant le type d’enchantement dessus, encore faudrait-il que la psychopathe fasse travailler sa mémoire. Oui une fois de plus. Perdant une nouvelle fois patience après une poignée de secondes suivante son précédent discourt, elle reprit limite en crachant ses mots comme s’il s’agirait d’une vieille chique de cow-bow sexagénaire et malodorant :

- J’m’appelle Norah. Satisfaite ? Et toi t’es qui au juste ? Ta tronche me dit quelque chose aussi… Et j’aime pas ne pas me souvenir et chercher comme une connasse pendant trois putains de plombes

Norah et sa façon de causer qui n’a pas bougé d’un pouce, avant ou après sa mort. Comme quoi on peut être bien foutue, avoir un look semblable à celui d’une sainte cachant au passage certaines de ses forme, et être d’une agressivité et d’un parler plus vulgaire que certaines prostituées abordant les trottoirs d’Ashnard à la vue de tout le monde :

"Norah tu devrais...
Nathaniel, je t'ai dis de la boucler"
Journalisée


Des Âmes en regroupées en un corps, autant de vies enchainées par le sort
Une bataille pour un destin incertain, enchaînée par ce satané malin
Autant d'êtres inconnus si liés, qui à osé prononcer "imparfait"?
Nous sommes toutes ici réunies, Et le Grand Jeu n'est pas fini...




Keleth
Avatar
-

Messages: 398



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #5 le: Mars 14, 2013, 11:55:36 »

Quand est-ce qu'elle avait entendu ce parler là, vu ces manières là ? Keleth est sure, absolument sure que de tout ces éléments, que de tout ce qu'elle observe chez cette femme, il y a des similitudes avec quelqu'un qu'elle a rencontrée dans le passé, c'est certain, mais pour le plaisir de sa mémoire quasiment photographique, c'est, bien sur, le seul petit bout de sa tête sur lequel elle n'arrive pas à faire main basse. Voyons, où aurait-elle pu rencontré une femme parlant comme une charretière, habillée de manière si peu normale, et qui en plus serait capable de reconnaître le couteau qu'elle portait en son flanc, marque d'un ancien pacte avec l'une des psychopathes les plus singulières que la démone avait eut à rencontré, même si elle-même avait eu son lot de conneries et d'actions gratuites juste pour le plaisir de voir le sang couler ? Non franchement il n'y a rien qui ne souhaite revenir en tête. Elle voit juste le visage de l'ancienne pactisante, mais malheureusement ce n'est en rien le faciès de celle qui l'a abordée. Tant pis, au moins elle l'écoute continuer son flot d'insanités :

- Qui je suis ? Une simple demoiselle qui ne demande qu’à savoir pourquoi ce putain de couteau lui triture les méninges au point de rester avec quelqu’un qui l’a abordée sans son avis

Oui, elle n'avait d'yeux que pour le couteau, cela aurait même pu vexer bien des femmes de voir qu'un bout de métal valait plus que leur charme d'ailleurs, mais Keleth était loin de ce genre de préoccupation et prend l'arme en main pour la sortir du fourreau. La lame est légèrement en Z, très fine, et désormais sortie le léger éclat qu'elle produit a viré à une aura sombre, d'un gris opaque, voilant la lame et un peu celle qui tenait le manche. Si Keleth avait fait ce geste, ce n'était pas de manière agressive, et Norah devait bien le voir, elle qui savait se battre, que la démone tenait le manche d'une telle manière que le moindre coup qu'elle donnerait ne saurait même pas passer la chair. Non, Keleth avait juste sortit l'arme tel un pense-bête, à la fois pour elle et la demoiselle, cherchant dans les courbes de cette arme une réponse à leurs questionnements à toutes les deux. Tournant de nouveau vers Norah, elle présente l'arme, mais la tient fermement, ne lui offrant pas de faux espoir. Cette arme reste la sienne !

- Ce couteau n'est-ce-pas ? C'est une arme de pacte, de ceux que je fit il y a longtemps avec une jeune femme, satisfaite ? La pactisante n'étant plus de ce monde, je garde cette arme, elle reste mienne après tout. Maintenant ton prénom ?

- J’m’appelle Norah. Satisfaite ? Et toi t’es qui au juste ? Ta tronche me dit quelque chose aussi… Et j’aime pas ne pas me souvenir et chercher comme une connasse pendant trois putains de plombes.

Norah ... Norah ... Là ça lui dit quelque chose, vraiment... Norah ... Mince où avait-elle entendu cela. Et puis c'était quoi le lien entre Norah, ce couteau et ... Non attendez ça ne se peut ! Elle ... Malheureusement pour Keleth, son retour de souvenir lui fait soudainement faire un geste suspect, et elle range bien vite le couteau dans le fourreau, perdant l'aura sombre qui l'avait entourée à ce moment. Elle jauge à nouveau la demoiselle, oui c'est bien possible que ce soit elle, mais comment était-elle retournée à la vie, ça la démone l'ignorait complètement. Son regard changeant, passant d'inquisiteur à celui qu'elle a quand elle fait son boulot d'Exécutrice, à savoir un regard froid et calculateur, elle se rapproche d'un pas et se penche un peu, plongeant son regard dans celui de la demoiselle, avec un grand sourire et ce petit air de "moi j'ai compris". Elle parle alors d'une voix simple, mais légère et un peu suave, la voix d'un serpent autour d'un arbre.

- Je pense avoir compris ... Norah ? Apprends que je m'appelle Keleth, et je crois que nous avons quelques ... souvenirs en commun. J'aimerais bien .... que tu t'en souviennes.

Elle souriait, rigolait presque. Finalement elle retirait toutes les mauvaises pensées qu'elle avait eut. Elle avait vraiment abordée la bonne personne !
Journalisée

Zénoriel
Avatar
-

Messages: 2246


Imparfait obscur


Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #6 le: Mars 14, 2013, 04:15:13 »

Bon pour l’instant, à part un bel échange d’agressivité et de regard mauvais, rien n’avait encore fait avancer la discussion dans le bon sens de la mémoire. Norah ne savait pas plus que les deux autres miss pourquoi cette fichue arme lui faisait chauffer à blanc sa cervelle obnubilée par son désir de tuer quelqu’un, et l’autre demoiselle en face de cette dernière ne semblait pas plus l’aider que ça. Réaction normale de la part d’une marchande louche dans une rue louche abordant une potentielle cliente tout aussi louche, voire plus peut-être. En tout cas, cela ne promettait rien de bon pour l’une comme pour l’autre. Pourquoi ? Parce que si Norah n’arrive pas à se souvenir quelque soit la manière elle se serait attardée ici pour que dalle, et si l’autre parti ne l’aide pas plus que ça de son propre chef, ça ne peut que partir en sucette. Sauf que quelque chose de suspect se passa. Celle qui avait dégainé le dit couteau le rengaina de manière fortement étrange alors qu’il s’agissait du centre d’intérêt principal en ce moment précis. Son regard ainsi que sa voix changèrent également, ce qui ne fit aucun doute quant à ce qu’il s’était passé :

- Je pense avoir compris ... Norah ? Apprends que je m'appelle Keleth, et je crois que nous avons quelques ... souvenirs en commun. J'aimerais bien .... que tu t'en souviennes.


- Keleth… Putain attends ça m’dit quelque chose…

Si tôt dit, la main de la tueuse à l’agressivité exacerbée se posa sur son front, sentant comme un violent et soudain mal de crâne exploser l’intérieur de sa tête. Au départ, elle se contenta de froncé les sourcils en soufflant comme si c’était passé. Mais à la longue, c’est très vite passé à l’insupportable et incontrôlable migraine impossible à contrôler tellement ça fait mal. Le genre qui se répercute de telle façon qu’on aurait l’impression quelqu’un est en train de vous broyer la cervelle. Très vite, elle ferma les yeux et tomba sur les genoux, veine à la base du crâne et tout autour gonflées à bloc. Elle fronçait les sourcils et serrez les dents à en pleurer tellement c’était présent. Ironique pour quelqu’un qui ne sens plus rien de douloureux sur sa peau. Et pour ceux qui pourraient croire qu’elle joue la comédie, vous croyez qu’on peut imiter à la perfection tout ça d’un seul coup à en presque sombre dans l’évanouissement ? Impossible ! :

- Putain ma tête… J’ai mal…


[Les Enfers – Quelques décennies plus tôt]


Dans les limbes les plus profondes habitant dans un passé presque oublié, une femme était désespérée. Cette femme étai albinos de naissance et avait les cheveux blancs, la peau pâle et les yeux rouges comme ses pairs. Ses cheveux long bien que haïs par beaucoup de ses semblables, était d’une beauté à en faire suer un démon. En revanche, elle n’était pas spécialement forte et craignait la lumière du jour, sa peau la démangeant à chaque sortie. Sa haine envers l’humanité l’avait poussée à se déplacer jusque dans un temple peu rassurant, mût par une puissance malédiction d’après les gens qui essaient à tout prix de s’en approcher. Désespérée, blessée et la haine au visage, elle voulait du pouvoir. Le sang qu’elle avait déjà fait couler par sa main fragile était couverte de ses crimes. Meurtrière, mais pas encore folle, donc avec encore une lueur d’espoir. Elle avait commencé un rituel, et par une mauvaise manipulation de la magie environnante, elle s’était retrouvée dans l’enfer qu’elle n’aurait jamais aurait espéré tomber :

- Et merde… C’est quoi cet endroit ? Il y a quelqu’un !? Répondez bordel !

Mais rien. Rampant sur le sol chaud et calciné, une jambe aussi qu’inutile qu’ensanglantée par la chasse au sorcière et un œil crevé qui dégoulinait de sang, elle n’aurait plus pour longtemps à vire, surtout vu le sang consommé pour ce rituel raté. Des poumons et son cœur restaient en bon état pour l’instant. Mais pour combien de temps ? Dans cet environnement inconnu remplit de dangers multiples et variés, tout aussi mortels bien entendu, son espérance de vie comptait plus en courtes secondes qu’en longues minutes d’agonies. Sa nuisette blanche tâchée de terre, de sang et d’autres substances peu recommandables pour des gens lui ayant fait subir des traitements qui l’étaient tout autant. Il suffirait de regarder de plus prêt… Mais le moral de la belle albinos malmenée n’a pas flanché une seule seconde. Dans sa tête, une pensée. Cette pensée qui l’aidait à tenir depuis toutes ces années :

- Je vais me venger… Je vais les tuer…

Rampant en laissant une faible trainée de sang dans son sillage, elle gardait son air déterminé et douloureux. Mais sa rage était son sentiment le plus dominant. Ce n’est pas pour rien qu’elle avait essayé d’invoquer une créature démoniaque surpuissante pour tout ravager, ou mieux, pactiser avec elle si elle en aurait l’occasion. Du pouvoir… Encore et toujours du pouvoir… Il lui FALLAIT le pouvoir de détruire et tuer dans ce corps malade et ciblé par les idiots. Leurs morts ne la satisferaient sans doute pas assez, mais qu’importe. Ce ne sont pas les seuls à avoir osé provoquer sa colère :

- Quelqu’un… Vite…

Et elle baissa le regard pour le fermer, presque consciente qu’elle ne fera qu’en crever. Jusqu’au moment où elle vit une paire de pieds…
Journalisée


Des Âmes en regroupées en un corps, autant de vies enchainées par le sort
Une bataille pour un destin incertain, enchaînée par ce satané malin
Autant d'êtres inconnus si liés, qui à osé prononcer "imparfait"?
Nous sommes toutes ici réunies, Et le Grand Jeu n'est pas fini...




Keleth
Avatar
-

Messages: 398



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #7 le: Mars 18, 2013, 09:31:35 »

- Keleth… Putain attends ça m’dit quelque chose…

Bien sur que ça lui disait quelque chose. Mais qu'est-ce que c'était étrange qu'elles se retrouvent ici, au beau milieu d'Ashnard, après tant de temps à être séparées l'une de l'autre. Keleth était heureuse dans le fond, cela pouvait promettre une histoire des plus intéressantes. Imaginez vous, vous êtes une démone et dans le passé, vous rencontrez un bout de femme qui vient à mourir bien plus tard, et ce même bout de femme revient dans tes bras bien plus tard, apparemment toujours aussi grossière et mal lunée, mais aussi avec cet adorable faciès couché dans l'innocence et la candeur de l'amnésie. Oh si Keleth n'avait pas peur de se perdre en allant trop vite, elle aura déjà peut-être essayée d'user de quelque sort pour jouer avec la miss, mais il était encore trop tôt, le souvenir n'était pas encore revenu, et la partie ne faisait que commencer. Il fallait attendre qu'elle soit prête, les souvenirs semblaient vouloir refaire surface, il fallait jouer de ça, se faire douce, pour mieux mordre dans cette jolie chair ... Oh le bonheur !

- Putain ma tête… J’ai mal…

Bon par contre, tandis qu'elle atteint des sommet d'extase scénaristique et qu'elle se fait des films de plus en plus longs, l'un de ses personnages principaux est en train de se prostrer au sol, semblant avoir quelques soucis avec sa mémoire. C'était bien joli pour Keleth, toutes ces coïncidences, mais si avec celle ci elle se retrouvait avec une demoiselle à l'amende, cela perdait tout son goût. "s'accroupissant devant la demoiselle et profitant que celle-ci semble affairer avec sa mémoire, la démone la prend doucement dans ses bras et la soulève du sol, comme on soulève une gente dame dans un de ces contes si particulier. Pourquoi aujourd'hui Keleth faisait-elle une telle fixation sur les histoires et les contes ? Peut-être parce qu'elle trouvait la situation tellement surprenante qu'elle ne pouvait justement pas penser à autre chose qu'à cela ! Oui actuellement elle était là, en personnage secondaire récurrent, auprès du personnage principal qui étrangement ne semblait pas capable de se passer d'elle.

- Allez princesse souvenez vous en. J'ai hâte de voir ce que le ciel nous offrira comme surprises lorsque vous comprendrez. On peut bien se dire que nous sommes intimement liées.

Sa voix témoigne de son excitation, et en ramenant tranquillement la demoiselle à l'abri, à l'intérieur du magasin, elle se laisse elle aussi partir vers les fantômes du passé.

[Les Enfers – Quelques décennies plus tôt]

On l'avait prévenue d'une étrangères sur les terres infernales, dans les zones les plus hautes. Les démons servants et les inférieurs témoignaient qu'étrangement elle ne semblait même pas les remarquer, et que la femme en question était dans un tel état que ses minutes étaient actuellement compter par Deska, la mort humaine. Elle ne savait plus pour quelles raisons elle s'était intéressée à son cas, mais en tout cas elle s'était à peine vêtue, surement n'avait-elle mit que ce qui lui servait de justaucorps (et qui donc montrait facilement 80% de son corps provocant), et avait rejoint les basse sphères démoniaques, lieu d'apparition de la dite étrange personne. Elle avait vite fait imaginée pourquoi elle ne voyait pas ces démons, ceux-ci faisant partie de la plèbe démoniaque, et n'avait trouvée aucune réponse de valeur en chemin. Surement était-ce cela qui lui avait paru si particulier, et qui lui avait donner l'envie de rencontrer cette personnalité si singulière.

Elle l'avait aperçue de loin, petite forme blessée et rampante sur le sol rugueux des terrains de la populace démoniaque. Elle s'en était approchée avec précaution, s'assurant d'abord qu'elle était vivante, et ensuite qu'elle ne serait pas agressive à son arrivée. Tout cela se confirmant, elle avait finit sa marche jusqu'à elle, l'entendant geindre à la fois à cause de la mort, et parce qu'elle semblait appeler à la présence de quelqu'un, sans savoir qu'une foule de démons s'étaient approché d'elle à son entrée en ces lieux. C'est une fois proches d'elles que la démone compris. Elle avait user d'un rituel, et celui ci, à moitié réussi et à moitié foiré, avait créer des clauses colossales pour pouvoir s'approcher de la si désespérée demoiselle. Tu m'étonne que les démons inférieurs ne pouvait se faire voir et ne pouvait la toucher. Elle avait visé très haut pour la frêle humaine qu'elle semblait être, et très étrangement elle avait quasiment réussi... Et le quasiment avait failli la tuer. Keleth, souriant, passa la protection maudite du rituel et s'approcha, lentement, avant de s'arrêter devant la jeune fille.

- Ma pauvre dans quel état tu es ... Ne t'en fais pas tes douleurs sont terminés, tu as atteint apparemment ton but, et je crois que c'est le destin qui m'a menée jusqu'à toi, aussi vais-je faire quelques effors ... Je te protégerais de la mort, alors tu peux me parler, me dire ce que tu veux, je t'écoute.
« Dernière édition: Mars 18, 2013, 09:55:08 par Keleth » Journalisée

Zénoriel
Avatar
-

Messages: 2246


Imparfait obscur


Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #8 le: Mars 19, 2013, 07:25:08 »

Ces pieds signifiaient clairement que quelqu’un se tenait devant elle, très certainement en position de l’achever vu l’était pitoyable dans laquelle elle se trouvait. Norah ne pouvait pas être plus en position de faiblesse que maintenant, clairement en train de mourir. Avec tout ce sang, ces blessures et traces de viol indiquait clairement que son temps de vie était plus proche des secondes que des minutes désormais et même son étonnante vitalité ne pourrait pas la faire durer plus longtemps. Ecoutant le discourt de ce qui semblait être une femme malgré son ouïe tendent vers la défaillance, elle cracha du sang pour ne pas dire vomir. En gros… Elle explique que le destin lui aurait posé des traces pour la mener à elle ? Tssss genre le destin tout ça… Ho attends. La logique voudrait que ça serait ELLE celle qu’elle venait d’invoquer ? Donc il n’aurait pas totalement foiré. La suite ne lui vint pas aux oreilles, enfin au cerveau plutôt. Mais étrangement, le masque de la mort posé sur son visage semblait vaciller, comme si la vie reprenait ses droits :

- Le destin… Hein ? Putain je ne crois pas à ces conneries. Dis-moi plutôt que t’es… Celle que j’ai essayé d’invoquer… La démonesse…

Elle lui empoigna une cheville, incapable de lever la tête sans recevoir un choc nerveux lui troublant la vue et lui assommant le crâne. Elle devait également avoir reçu un choc dans les cervicales vu les résultats que ça procurait. La haine au ventre, l’Âme mauvaise, elle serra les dents dans une rage indescriptible, également mêlée à une certaine joie dans un sens. Elle allait sûrement avoir le pouvoir qu’elle cherchait. Cette puissance était nécessaire. Il lui FALLAIT quoi qu’il en coûte. De toute façon, elle n’avait plus à perdre et tout à gagner au bout du tunnel donc autant le décorer avec du sang et quelques boyaux. Resserrant sa prise pas plus fortement qu’un nouveau né le ferait, elle crachat du sang loin devant elle :

- Si t’es vraiment celle que j’ai invoquée… Ce démon ultra puissant… J’ai besoin de pouvoir. Le pouvoir de tuer… Il me le FAUT putain !

Elle était limite implorante et désespérée. Keleth aurait put lui offrir n’importe quel pouvoir plus ou moins puissant avec une énorme contrepartie, ça n’aurait fait que l’arranger au bout du compte. Allez montre-nous qui tu es pour savoir comment tuer
Journalisée


Des Âmes en regroupées en un corps, autant de vies enchainées par le sort
Une bataille pour un destin incertain, enchaînée par ce satané malin
Autant d'êtres inconnus si liés, qui à osé prononcer "imparfait"?
Nous sommes toutes ici réunies, Et le Grand Jeu n'est pas fini...




Keleth
Avatar
-

Messages: 398



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #9 le: Mars 22, 2013, 06:52:11 »

- Le destin… Hein ? Putain je ne crois pas à ces conneries. Dis-moi plutôt que t’es… Celle que j’ai essayé d’invoquer… La démonesse…

Eh bien elle n'avait pas la langue dans sa poche la petite. Elle qui était quasi mourante, elle conservait malgré tout une certaine fougue que keleth ne pouvait que contempler avec une admiration muette, peu de personne conservant cette dignité quand on est au bord des bras de Thanatos. La détaillant, et malgré les nombreuses blessures qu'elle portait, il était clair que cette demoiselle était originellement une bien belle femme, ce qui devait expliquer ces tâches blanchâtres sur sa tenue, par contre la démone ne comprenait pas à quoi bon des êtres humains, semblables à ces singes qui ne pensent qu'au sexe, avaient pu porter de tel coup à ce qui leur servait de vide-burne. Enfin, Keleth n'était pas non plus au courant de la vie de cette jeune femme, et peut-être qu'il s'agissait plus d'une criminelle recherchée que d'une esclave ou d'une prostituée. Le dernier point obscur restait sur les raisons d'une telle convocation par cette jeune femme. Elle semblait avoir mis les bouchées doubles pour l'invoquer, preuve qu'elle n'y connaissait absolument rien en magie, et elle avait finit en enfer au lieu de voir apparaître la démone devant elle... Pourquoi avoir prit tant de risques, si proche de la mort ?

- Je suis, pour vous êtres humains, Keleth, descendante directe des archi-démons. Et sensiblement la démone la plus puissante que tu aurais pu rencontrer en ces domaines mais passons sur ce sujet. Moi je me demande vraiment pourquoi une petite puce comme toi est tombée ici, surtout dans un tel état. Autrement dit, tu vas tout me dire sur la raison de ta présence ici, petit poussin.

Le petit poussin qui venait de lui attraper sa cheville nue, y faisant glisser sangs et larmes occupant précédemment le creux de sa main. Keleth observait cette petite chose avec tendresse, imaginant bien les états dans lesquelles elle-même s'était retrouvée à une époque, quand elle était entrainée par son propre grand père. Elle ne fit aucuns gestes pour lui faire perdre prise, se contentant de la laisser faire comme elle le désirait, la mort pour l'instant restant à une distance respectable du corps de l'enragée. Elle sentait cette jouissance chez elle d'avoir enfin atteint son objectif, et le seul élément qui faisait douter Keleth sur cette femme était cette lueur malsaine et profonde de haine qui luisait, sans chercher à se cacher, dans son regard . Elle semblait vouloir parler, mais la douleur par plusieurs fois occultait ses capacités à la parole, jusqu'à ce qu'elle parvienne à regarder la haute-démone droit dans les yeux, ce que Keleth respecta en conservant son regard dans le sien alors qu'elle l'écoutait.

- Si t’es vraiment celle que j’ai invoquée… Ce démon ultra puissant… J’ai besoin de pouvoir. Le pouvoir de tuer… Il me le FAUT putain !

- Le pouvoir de tuer hein ? Tu as déjà du le faire, tu as ce pouvoir de tuer... Ce n'est pas ça que tu cherche, sinon tu aurais tuer discrètement, ou lâchement selon ce que tu es... Par contre, je crois avoir compris ce que tu recherche.

À vrai dire c'était tellement évident vu la demoiselle que Keleth s'était étonnée de ne pas l'avoir sentit tout de suite, mais dans le fond elle avait juste dûe se laisser aveugler par l'état de la demoiselle plus que pour les raisons qui avaient amenée à un tel état. Sans compter cette haine dans les yeux. Enfin en résumé, cela courait entre vengeance et plaisir du meurtre n'est-ce pas ? Oui dans ce genre d'occasion, les démons se hâtent de pactiser, sautant sur une proie d'une telle faiblesse, généralement incapable d'observer autre chose que son but de sauvagerie ou de légale hargne. Keleth était de son côté toujours moins enthousiaste face à ce genre d'être. Elle aimait la fourberie, les êtres qui utilisaient les moyens les plus infâmes pour atteindre leurs fins, de la manière la plus, excusons le terme, démoniaque possible. Ce n'était décidément pas le cas de cette femme, mais malgré tout la démone s'était déplacée, aussi les choses se feront bien malgré les préférences de l'Exécutrice.

-... Ce que tu veux, c'est de la puissance. De la puissance brute, sans autre forme de sortie que la force et la sauvagerie. Rassures-toi, malgré ton manque de discernement, j'ai ce que tu cherche.... Mais il faudra en payer le prix !

Et à ces mots elle s'était accroupi, caressant la joue de la jeune femme sans perversité, juste comme l'on caresse la joue d'une enfant un peu perdue et sans autre refuge que la rue.
Journalisée

Zénoriel
Avatar
-

Messages: 2246


Imparfait obscur


Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #10 le: Avril 08, 2013, 12:12:07 »

Hein ? Comment ça elle avait déjà le pouvoir de tuer ? Si ça c’est pas du foutage de gueule royal. Si elle aurait vraiment ce qu’elle dit, ça serait vite fais d’avoir eut à égorger, empoisonné ou pire, brûlé tout ces mécréants qui ne cessait ne la tourmenter. Elle était beaucoup trop faible physiquement pour pouvoir faire ce genre de chose efficacement et sans se faire repérer. Ces paroles de la démonesse bien que très sage ne furent donc pas perçue de bonne manière de la part de Norah, trop obsédée par son objectif quasi-atteint. Ces mêmes paroles venant de celle qui se trouvait devant elle renfermait sagesse et lucidité. Tuer quelqu’un c’est très facile en fin de compte. Mais en assumer le retour ça l’est beaucoup moins. En effet car si l’albinos tuerais aurait tué quelqu’un, du moins tenté, les moindres représailles se tournant inévitablement vers elle. Pourquoi tenter d’utiliser ce pouvoir de donner la mort alors que l’on risque subir pire en échange ?  Aucun intérêt

Le minimum d’arrogance que contenait Keleth fit grimacer la quasi-mourante qui n’aimait pas son surnom. Petit poussin… Certains auraient trouvé cela mignon. Mais pour Norah, c’était limite rabaissant. Elle ne dit rien cependant, pas en mesure de riposter pou rentamer une joute verbale. Déjà par son état, mais surtout parce que si jamais elle rembarre la démoniaque invoquée, sa venue ici ne lui aura apporté que la mort et l’incapacité d’avoir ce qu’elle cherche, pour ne pas dire qu’elle le désire à tout prix. Qui sais quel peut être la sensibilité de la dénommée Keleth ? Sensibilité morale bien entendu. Au stade où était rendu l’albinos, la sienne de sensibilité la forcerais à accepter n’importe quel coût pour avoir cette force de tuer et de résister autant mentalement que physiquement à son acte d’assassin :


- Je me fiche de ce que je peux perdre… On a souillé ma dignité et ma virginité en plus de me martyriser… Je ne peux qu’y gagner

Ses joues rosirent légèrement quand la démonesse lui caressa la joue, gênée de ce genre de chose. Autant les viols répétés ne lui faisaient même pas sourciller, autant une attention sans aucune arrière-pensée simplement destiner à la rassurer lui faisait prendre une moue rosissante de gêne. Détournant le regard, ne pouvant plus regarder en face l’invoquée sans se sentir aussi conne que dominée, elle toussa. Non pas une fausse toux destinée à briser son état, mais plutôt une toux lié à son état de santé immédiat, c'est-à-dire déplorable, provoqué par l’accélération du sang dans ses veines. Se maudissant de paraître aussi faible et vulnérable, elle ferma les yeux et pris un visage plus fermé pour calmer son ressentit :

- Pas la peine de m’humilier plus que déjà fait…

Sa façon à elle de la remercier pour son geste. Keleth devrait l’avoir saisi normalement
Journalisée


Des Âmes en regroupées en un corps, autant de vies enchainées par le sort
Une bataille pour un destin incertain, enchaînée par ce satané malin
Autant d'êtres inconnus si liés, qui à osé prononcer "imparfait"?
Nous sommes toutes ici réunies, Et le Grand Jeu n'est pas fini...




Keleth
Avatar
-

Messages: 398



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #11 le: Avril 10, 2013, 02:26:05 »

Elle semblait ne pas trop aimer les pointes de lucidité de Keleth, et celle ci se trouva peu surprise de la voir faire la moue ainsi que les gros yeux quand elle évoquait l'évidence que la jeune femme possédait largement de quoi se venger et offrir la mort à autrui. En même temps elle devait surement ne pas être très sensibles et agréable envers ce qui détournait ses envies de vengeances, et Keleth pouvait comprendre que son esprit ne sois tourner que vers la souffrance de ceux qui lui ont fait subir cela, mais il n'empêchait que Keleth se devait bien d'assurer la femme dans ses souhaits, qu'elle ne se trompe pas d'objectif. Elle se rapprochait toujours de cette forme misérable et pourtant portant en elle la rage, fils de la colère et l'humiliation qu'elle avait subit, se demandant depuis combien de temps ce qui l'avait rendue ainsi avait commencer. Bien sur qu'elle méritait l'intérêt de Keleth, cette femme avait tout de la rage qu'elle même, démone, portait en elle depuis les petites instances de sa vie où elle avait été rejetée par sa propre famille. Cette similarité lui suffisait.

- Je me fiche de ce que je peux perdre… On a souillé ma dignité et ma virginité en plus de me martyriser… Je ne peux qu’y gagner.

- Qu'y gagner hein ?

Elle s'était attendrie, puissante démone au milieu du domaine le plus bas des enfers, où se trouvent normalement que les démons les moins puissants, ou les plus lâches. Agenouillée devant la forme rampante, elle lui avait caressé la joue par envie, mais aussi par ce sursaut de tendresse qui s'était emparée d'elle quand elle l'avait vue prête à tout pour pouvoir accomplir ce qui lui ronge les entrailles. Non elle n'allait pas qu'y gagner, elle y perdrais tant dans le fond que la démone trouvait cela particulièrement dommage de lui faire subir à nouveau une telle épreuve, la perte totale de son humanité. Car oui, Keleth ne voyait pas grand chose d'autre que d'utiliser un sceau de pacte particulièrement élevé pour lui permettre de gagner la puissance qu'elle désirait et survivre en sus, et ce sceau n'allait pas être un bonheur pour la demoiselle, dés le moment où elle l'appliquerais sur le corps de la jeune femme. Alors pour l'instant la déesse agissais avec douceur, passait un peu de baume apaisant sur le coeur de celle qui s'étendait là devant elle, nourrit à la haine et prête à tout pour en avoir une autre dose.

- Pas la peine de m’humilier plus que déjà fait…

- Ce n'est pas là une humiliation, dit toi que c'est le démarrage de notre pacte. Oui j'accepte de te concéder la puissance dont tu semble si friande, et je vais même le faire de mon plein gré, sans demander un prix égale que tu ne pourrais payer étant donner ton état actuel. Mais par contre je te préviens, l'application de notre pacte te fera souffrir, la vie après ce pacte te feras souffrir, et de toute façons tu vas perdre tout ce qu'il te reste d'humain dans l'âme. Tu vivras, mais plus en temps que la belle femme que tu fut autrefois. Plus aucuns retour en arrière n'est possible, mais tu avais le droit de savoir cela.

Et la démone, auprès d'elle, essuie le sang qui se trouvait au bord de la bouche de Norah, épuisée, avant de l'attirer à elle. Elle se sentira soulever du sol avec une certaine lenteur, puis peu à peu quitteras celui-ci pour arriver dans les bras de la démone. Elle la maintient bien, et ne semble pas avoir le moindre problème pour la tenir en ses deux bras, la plaçant tout contre elle pour que Norah puisse s'accrocher à elle pour se maintenir debout. Lui caressant encore une fois la joue, elle se prit à la serrer contre elle, dernière cadeau qu'elle pouvait lui faire avant de la dénaturer complètement. Elle accumula sa magie dans sa bouche, comme toujours, puis façonna tranquillement le sceau qui allait se placer à l'intérieur du corps de la souffrante femme afin de la ramener définitivement parmi les vivant, Mais qui signait la fin de son vécu humain. Encore une fois, la démone s'en voulut de lui faire cela comme dernière phase de sa vie, mais elle ne pouvait pas aller à l'encontre de ses désirs malheureusement. Après tout c'était elle la pactisante, elle faisait ses choix et c'était à elle, la démone, de les exaucer ou non selon son avis ... Et là, elle avait accepter. C'est tout.

- Pardon de ne te prévenir que maintenant, mais mes pactes passent par un baiser, aussi ton derniers baiser ressenti m'appartient. Maintenant ma pactisante, renaît sous la forme qui sera celle de ta mort.

Et Keleth pose ses lèvres sur celle de Norah, délicatement, tendit que la jeune femme peut sentir quelque-chose glisser entre leurs lèvres communes, lui brûlant l'oesophage avant d’atterrir au coeur de son corps, et de se fixer entre les organes et sa colonne vertébrale. Une intense chaleur l'envahit, devenant vite un de ces feux brûlants qui, puissants, semble la dévorer de l'intérieur avant de se loger dans ses veines, dans sa chairs, en crâmant le moindre bout sans pour autant laisser la moindre trace de brûlure. Durant ces instants de souffrances à la fois imaginaires et sensitives, Keleth tient fort la jeune fille contre elle pour qu'elle puisse tenir le choc de la métamorphose sans pour autant se laisser choir et se tuer juste par le choc de sa chute. Chute qui se serait révéler bien trop haute pour une personne dans un tel état de faiblesse. Ça dure longtemps, très longtemps, et pourtant ça ne semble pas vouloir la tuer, jusqu'à ce que peu à peu ce souffle ardent en elle diminue, et qu'elle ressente enfin son corps, complet, pas entièrement soigné mais cautériser, et doter de quelque chose de nouveau. La puissance ... La puissance démoniaque que Keleth lui a offert.

- Bon réveil, mon petit poussin.
Journalisée

Zénoriel
Avatar
-

Messages: 2246


Imparfait obscur


Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #12 le: Avril 15, 2013, 10:51:43 »

Donc ce qui avait été perçut comme une affligeante humiliation de la part de l’albinos n’était rien d’autre que le démarrage du pacte ? Cette petite pipelette de démonesse parlait beaucoup trop de choses qui n’intéressaient que trop peu celle qui était en train mourir. Dans un sens, cela soulagea cette pauvre Âme de savoir que son désir le plus fort allait arriver. Enfin, peut-être pas le plus fort car suivant ce que comptais lui donner Keleth il se pourrait que ça ne suffise pas et qu’elle se démerde à obtenir plus. Encore plus de pouvoir pour encore plus de sang à faire couler… Un précepte sanglant qu’elle comptait mettre en place. La mort de bien des hommes comblerait bien sa profonde blessure intérieure, souillée par la stupidité de ces derniers, pouvant bien tomber par centaine avec sa main vengeresse. Sa tristesse ne serait pas soulagée pour autant, mais au moins elle aurait fait payer le prix fort à ces imbéciles incapables de comprendre l’égalité des apparences comme des choix. Qui à dis que les démons sont pire que les humains alors qu’une de ces dernière semble être relativement tendre et que tout les humains croisés durant sa vie sont de vraies pourritures ? :

- Je n’ai pas peur de changer ou de quitter cette humanité... Elle me cause trop de soucis de toute manière…

Mortalité, manque de magie, aptitudes physique moyennes, incapacités de se débrouiller seuls pour réaliser de grandes choses,… Beaucoup de choses passaient dans sa tête alors que Keleth essuyait le sang qui avait coulé de sa bouche légèrement rosie, provocant un autre rougissement de gêne. Pire pour Norah, la démonesse en profita pour lui accorder d’autres attentions plutôt câlines. Elle pourrait la repousser. Elle pourrait lui exprimer son mécontentement. Mais elle n’avait pas tant de raison que ça de le faire et ce pour deux raison. La première était simplement le fait qu’il y avait risque de refus, car après tout il s’agissait quand même de quelqu’un appartenant au monde démoniaque, et de deux elle appréciait sans se l’avouer ces attentions. Elle n’avait aucunes arrière-pensées perverses, juste quelque chose destiné à réconforter l’albinos qui avait tant manqué de ces attentions simples mais néanmoins agréables avant d’atterrir ici. Une chaleur douce et réconfortante qui lui plaisait bien, présente sans être étouffante ou égoïste :

- Pardon de ne te prévenir que maintenant, mais mes pactes passent par un baiser, aussi ton derniers baiser ressenti m'appartient. Maintenant ma pactisante, renaît sous la forme qui sera celle de ta mort.

- … Hein quoi !?

Pas le temps de dire quoi que ce soit de plus, même si elle n’avait rien à dire de toute façon. Les lèvres de Keleth étaient imbibées de magie au moment de toucher celle de Norah qui n’attendait que ça se termine vite, rouge pivoine. Rapidement, elle sentit quelque chose passer d’une bouche à l’autre. Il aurait put tout naturellement s’agir d’une langue malicieuse qui aurait profité de l’état de faiblesse de Norah pour profiter de son corps. Mais non, c’était quelque chose d’immatériel et qui commença bien vite à lui brûler ses parties respiratoires pour ensuite se nicher au centre de son corps. Ses brûlures lui donnait envie de tousser à en cracher ses boyaux, voire même carrément de crever sur place, carbonisée intérieurement. Des larmes causées par cette souffrance coulaient sur ses joues rouges en plus de la sueur. Instinctivement, elle serra la démonesse contre elle de toutes ses forces, sans prendre garde jusqu’où elle pouvait aller dans son étreinte mal calculée. Elle crevait de chaud et de douleur mais son mental restait d’acier. Cette chaleur et son feu et sa souffrance alimentait ce brasier incandescent Yeux plissés autant qu’elle le pouvait, criant de toute ses forces, elle ne cessait de se répéter de ne pas flancher.

Cette transformation était longue. Très longue. N’importe qui étant faible d’esprit se serait laissé mourir tellement c’était insupportable. Les veines de la demoiselle se gonflaient à vue d’œil, laissant place aux premiers changements. D’abords de couleur légèrement violacée, cela se changea rapidement dans un noir des plus ténébreux, comme si de l’encre ruisselait dans ces canaux de chair. Par la suite, ses dents finirent par se faire pousser jusqu’à littéralement éclater par la force de celles qui arrivaient juste en dessous, laissant déjà couler ce sang noir, des dents crantées ressemblant à des lames de scie pointant méchamment sous les gencives. Ces dernières se modifièrent également pour laisser s’écarter les cavités. Les nerfs et vaisseaux sanguins changèrent également de formes. Puis lentement, la douleur s’apaisa, baissant d’un cran alors que pratiquement rien ne changeait à vue. Après de très long moment de souffrances pures, Norah repris un souffle cadencé comme après un effort physique considérable. Ses plaies s’étaient refermées, ses forces semblaient légèrement plus importantes même si sa fatigue actuelle lui faisait trembler des jambes :


- Han… C’est… Fini… ?

Essoufflée, oui. Satisfaite, peut-être. Elle avait sentit ses changements se dérouler en elle, certains bruits ou mouvements étant trop dur à mettre de coté. Cependant, quelque chose la perturba dans l’instant même. Okay elle était toujours dans les bras de Keleth. Mais alors… Pourquoi elle ne sentait plus rien ? Pourquoi malgré sa présence irréfutable et son corps qu’elle pouvait apercevoir d’un œil légèrement entrouvert elle ne pouvait sentir le moindre contact venant d’elle ? Bah peut-importe en fait. Il devait certainement s’agir d’un coût à payer d’une quelconque façon. Et perdre le touche ne serait que minimal pour elle qui n’en a jamais eut le besoin ou l’envie de s’en servir à bon escient. A moins que ça ne soit tout bêtement l’excès de douleur qui aurait bousillé une bonne partie de son système nerveux ? C’est également probable bien qu’encore une fois, ce n’est qu’un détail sans importance. Refermant le peu d’ouverture que la nouvelle inhumaine avait accordé à ses yeux, elle recula la tête lentement, puis essuya ses larmes avec son bras tout soigné. Puis elle rouvrit ses pupilles devant la poitrine de Keleth, regard baissé, sans se soucier de son nouveau regard :

- Mais… Je vois des traits partout ! Et c’est quoi ces points !?

Elle avait de quoi être paniquée. Que ça soit Keleth où l’environnement présent autour d’elle, de nombreuses failles avec parfois des trous à leurs croisements se trouvaient un peu partout. Keleth en portait néanmoins beaucoup moins que le sol. C’était donc ça le nouveau pouvoir qu’elle avait obtenu ? Mais à quoi ça pouvait lui servir de voir ce genre de chose assez horrifiante ? Mais l’heure n’est pas à l’horreur car la moindre erreur apporterait le malheur. Après tout, elle saurait bien assez tôt en quoi ça serait un don facilitant le meurtre. Souriant à pleine dents, révélant sans aucuns soucis sa dentition démoniaque, elle émit un petit rire. Faible et très peu inaudible, sauf pour la démonesse, mais lui permettant de montrer sa joie intense prête à éclater. Puis ses pupilles nouvelles fixèrent celle avec qui elle avait passé un pacte, perdant son sourire pour grandir ses yeux devenu rouge sang avec une forme tout aussi démoniaque que son sourire, brillant d’une lueur malsaine :

- Hé hé hé… Keleth, je te suis redevable maintenant en fait. Tu serais bien la seule pour qui je pourrais avoir de la compassion maintenant

Elle ne comptait bien évidemment pas lui faire de mal vu ce qu’elle lui avait déjà donné, mais ne savais pas comment lui prouver sa gratitude. Elle voulait la remercier à sa manière, mais ne savais pas comment faire. Ne sentant plus la fatigue, elle se détacha de la démonesse en se laissant glisser, reculant ensuite de deux pas en arrière. Elle vacillait légèrement, plus euphorique que jamais. Il était clair et net qu’elle n’était plus une simple humaine, voire même plus encore. Démon à part entière ? Peut-être. Mais cela serait un peu gros. En elle bouillonnait l’envie de sang, l’envie d’écorcher vif des gens, l’envie de tout détruire. Sa tête semblait exploser avec tout ce qu’elle voyait et ressentait, entre son agressivité qui avait cessé de rester contenue en elle et sa rage de vivre et faire payer. A nouveau, elle fixa Keleth, ne faisant plus trop attention à ce qui se passait autour d’elle.
Journalisée


Des Âmes en regroupées en un corps, autant de vies enchainées par le sort
Une bataille pour un destin incertain, enchaînée par ce satané malin
Autant d'êtres inconnus si liés, qui à osé prononcer "imparfait"?
Nous sommes toutes ici réunies, Et le Grand Jeu n'est pas fini...




Keleth
Avatar
-

Messages: 398



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #13 le: Mai 03, 2013, 11:57:10 »

La démone tenait fort sa pactisante entre les bras, sentant l'énergie naître en son sein comme un mauvais enfant qui serait bientôt l'instrument de la mort de sa propre mère. Encore maintenant Keleth se rappelle des pactes entres humains et démons qui viraient mal, et elle espérait que la puissance du pacte qu'elle venait de lier avec cette jeune femme n'allait pas non plus la détruire avant même qu'elle ne puisse goûter à la puissance qu'elle venait de lui offrir, surtout après les infinies efforts qu'elle avait du faire pour atteindre ce stade de son destin. Elle la tient tout du long contre elle, essayant de communiquer au corps de la jeune femme une petite partie de sa propre énergie, hors pacte, pour lui permettre de survivre aux cuisantes brûlures qui l'assaillent, ainsi qu'à ses multiples changements corporels. Utile ou non, c'est tout ce qui lui reste à faire alors qu'elle entends les cris de douleurs de Norah, ainsi que la contraction de la totalité de ses membres sur son corps à elle, lui faisant presque mal malgré l'état d'affligeante faiblesse qui gouvernait le corps de la jeune femme. Keleth sentait les larmes lui mouiller son haut, sentait les ongles lui griffer la peau jusqu'au sang. Mais tout ce qu'elle pouvait faire était de tenir contre elle cette enfant.

Puis vinrent les changements visibles, ceux qui firent vite comprendre à Keleth, seule personne ici à pouvoir voir la jeune femme vu qu'elle était dans le bouclier de la convocation et avait les yeux ouverts, que Norah avait survécu au pacte et que son corps prenait enfin en lui le sombre pouvoir qu'il venait d'obtenir. Elle voyait tout cela parcourir ses veines, démoniaque venin qui prenait lentement la place de son ancien fluide vital pour faire courir en elle quelque chose de plus dangereux, de plus mortel que ce qu'elle avait auparavant, et ce uniquement pour lui permettre de se libérer des contraintes de son petits corps d'humaine si fragile. Sa peau continua de perdre de la couleur en contre-partie, faisant ressortir ces veines d'un pourpre malsain au yeux de la démone, qui se disait qu'elle y était peut-être aller un peu fort avec la puissance du sceau, sans parler du fait que la survie de la jeune femme en était d'autant plus surprenante. Elle était pleine d'une folle énergie démoniaque, énergie que Keleth connaissait bien pour être la sienne, tellement pleine de rage de détruire malgré son permanent contrôle que n'importe qui d'autre qu'elle se laisserait glisser dans la sauvagerie la plus totale. La démone venait sûrement de créer une Furie, un de ces êtres à moitié-démons dont la puissance n'égale que l'envie de meurtre.


- Han… C’est… Fini… ?

- Non bien au contraire, ce n'est qu'un début !

Là voilà enfin. La nouvelle Norah. Keleth la laissa encore tenir dans ses bras le temps qu'elle voulait, mais elle savait bien qu'elle avait désormais toutes les capacités pour se tenir debout, et dans le fond elle se demandait même si elle ne devait pas la lâcher désormais pour qu'elle se rende compte par elle même de ses nouvelles capacités. Mais non, elle n'en fit rien et la laissa profiter de ses nouvelles capacités alors qu'elle conserve une attache, à savoir la démone, et elle ne fais que ricaner doucement aux premier mots de cette jeune femme épuisée par la transformation, mais dont la miraculeuse renaissance est certaine. En y pensant, Keleth défit maintenant quiconque en ce monde de dire qu'il a vu plus miraculeuse résurrection que celle-ci, et même plus, elle les défit de dire que ces petits salopards du ciel sont capable d'ainsi ramener la vie à quelqu'un tout en lui donnant des pouvoirs aussi phénoménaux, et ce en un temps aussi courts. Ça, cette pensée, c'est juste sa petite vengeance personnelle envers ces enfoirés du ciel qui se sont fait le monopole du retour à la vie chez mes humains alors qu'il n'y a bien que les démons qui sont capable de ramener une âme sur terre, que celle-ci soit vivante, ou morte. Mais qu'elle revienne au plus important, elle sent les bras de la jeune femme autour de son corps commencer à lui écraser les côtes. Cette jeune fille ne se rend pas bien compte de sa nouvelle force, Keleth n'est même pas sure même qu'elle la ressente toujours.

- Mais… Je vois des traits partout ! Et c’est quoi ces points !?

Un pouvoir d'extra-vision en plus ? Des traits et des points hein ? Cela fais presque penser à une capacité pour voir les points sensibles d'un adversaire, et vu sa position, Keleth doit en avoir une bonne tripotée, comparée à ce qu'elle est sensée avoir comme point faible lorsque elle est dans sa fonction d'Exécutrice. Mais elle se doute que la femme ne l'attaquera pas, elle imagine même très bien que cette jeune fille n'as absolument pas conscience des mortels outils qu'elle est en train de découvrir, et de leurs infinies utilités dans toutes les circonstances d'affrontement. Cela allait surement lui demander un bon entraînement avant de maîtriser tout cela, mais rien que ce qu'elle possédait déjà, à savoir la puissance d'un démon, l'agilité démentielle propre aux combattants experts, avantage légué par sa pactisante, sans parler du nouveau"sang" qui coulait dans ses veines, il était clair que le monde dans lequel allait désormais marcher la femme n'était plus du tout celui qu'elle avait autrefois foulé. Elle allait désormais pouvoir se déplacée au dessus des autres, éprouver la jouissance d'être la plus puissante, et en cela la démone était plutôt fière, comme une mère auprès de son enfant, et dans le fond qu'était la jeune femme désormais, autrement qu'une sorte de fille née d'un corps mourant et du pouvoir démentielle de Keleth, l'une des démones les plus puissante de ce monde.

- Hé hé hé… Keleth, je te suis redevable maintenant en fait. Tu serais bien la seule pour qui je pourrais avoir de la compassion maintenant.

- De la compassion ? Oh ne t'en fais donc pas, tu as encore des progrès avant de m'inquiéter poussin, mais je suis ravi que ta nouvelle apparence te plaise, ainsi que les dons que tu vient d'obtenir. Je sais que tu en feras le meilleur des usages.

La jeune femme avait quitter ses bras pour ainsi lui répondre, et même si ses pas avaient été hésitant au tout début, la démone avait vite observer le plaisir qui se lisait sur son visage, et surtout la haine froide et la colère qui venait éclaircir le visage de la femme d'un regard des plus flamboyants, sans parler du sourire victorieux qui couvrait ses lèvres. Oh oui Keleth n'avait aucun doute, elle userait avec la plus grande des joies, sans la moindre parcimonie, tout le pouvoir qu'elle avait désormais entre les mains, et bien sur elle allait l'utiliser pour une des choses les plus valable au yeux de Keleth, à savoir la vengeance la plus pur et simple, celle qui fait qui transforme son adversaire en tas de cendre uniquement par le plaisir de le voir dans de tels conditions. Les yeux nouveau, l'air vivante, la jeune femme qui lui faisait face avait enfin une tenue des plus digne, et Keleth imaginait bien à quel point elle allait se faire plaisir une fois sortie des enfers. Aussi la démone la gratifia d'un magnifique sourire, du genre qui dit de lui-même : Je suis fier de ce que tu es devenue, et elle se prépare à concentrer son énergie quand soudainement une chose lui vient en tête. Une chose cruciale.

Comment allait-elle faire pour pouvoir agir en ce monde sans pour autant se faire elle même frapper ? Car la démone voyait bien que la femme qui était face à elle était forte, mais elle semblait pêchée par la constitution encore bien faible de son corps, et la démone ne pouvait pas non plus la laisser partir ainsi découverte, cela était un véritable suicide. De plus, Keleth savait qu'avec une arme ce genre de souci serait réglé car il suffirait d'un seul coup à la jeune femme pour éliminer ses proies, mais désormais elle était devenue bien trop forte physiquement pour que les lames des armes qu'elle portait au niveau de la ceinture puisse encore subir les chocs provoquer par leur entrée dans la chair humaine, puis leur rencontre avec les os. Du coup Keleth s'approcha de la jeune femme et sans un mot sortit la dague qui semblait avoir le plus servie. Faisant quelques simples voltiges avec, elle finit par l'empoigner dans sa main gauche et se concentre, laissant son pouvoir émaner de son corps pour peu à peu enrobé la lame d'un épais nuage noirâtre, tel une boue malsaine dont quelques restes coulent sur le sol des enfers avant de disparaître. Un bruit de craie sur le tableau commence à se faire entendre, montant de la lame nue pour rejoindre les oreilles si sensibles des deux femmes en présences jusqu'à ce que l'épais nuage démoniaque commence à s'évaporer.

- Mon dernier cadeau ... Ton arme de tuerie, la fin de ton bras ... Prends en soin, il s'agit là du dernier signe de notre pacte !

Et elle lui tend cette lame ruisselante d'aura noire, un poison pour l'âme de ses ennemis, la meilleure des lame pour Norah. Une dague incassable, dont la moindre blessure étends sa douleur jusqu'au coeur, et dont le simple mouvement suffit à trancher sa cible. Une arme léthale, pour une femme mortelle.
Journalisée

Zénoriel
Avatar
-

Messages: 2246


Imparfait obscur


Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #14 le: Mai 11, 2013, 11:33:07 »

… Poussin. Mais quel surnom ridicule pour Norah quoi, du genre à lui faire à nouveau crisper son visage. D’un certain point de vue, il s’agit d’une appellation plutôt bien imagée vis-à-vis de celle qui venait de changer de peau, ou plutôt de coquille dans le cas présent. Comme un vilain petit poussin noircit sortant de son œuf de poule et gardant une partie de sa coquille sur la tête. Naitre enfermée dans son propre corps pour ensuite éclater cette carapace de faiblesse et ainsi avoir droit à une meilleure vie, en somme. Cette renaissance lui faisait un bien fou, sentant ses membres plus puissant et ses yeux pouvant remarquer semblant être les points faibles des gens. Il est clair qu’un vrai bain de sang allait remplir la grande piscine de la haine d’ici sous peu. Quel sentiment merveilleux une fois qu’on est en proie à ce dernier ! Enfin surtout quand on a le pouvoir de le mettre à profit car sinon, cela n’a absolument aucun intérêt.

La démonesse sortit une dague sous ses yeux, placée à la ceinture. L’albinos avait croisé les bras entre-temps, ayant refermé ce sourire en dent de scie qui lui plaisait bien même si elle ne l’a pas encore vu. Senti oui, car avec la langue c’est dur de louper une telle architecture dentaire, aussi curieusement fascinante que diaboliquement mortelle. En parlant de mort, voilà que la dénommée Keleth à qui elle doit la vie fit quelque chose qui échappa légèrement à son attention. Il ne s’agissait pas des petites acrobaties, mais plutôt d’une autre incarnation de la magie obscure qui découlait de ce corps à la fois beau et dangereux en apparence. Il est clair que cette femme doit avoir un de ces putains de pouvoir pour pouvoir faire autant de trucs sans ressentir de la fatigue, à moins qu’elle le cache plus que très bien :


- Bordel mes oreilles… !!!

Le son qui suivit le nuage magique et démoniaque fut assez horrible à entendre. Une craie crissant sur une ardoise d’écolier ravi de faire chier le monde avec un bruit strident au possible. Comme s’il gravait littéralement sa connerie sur son foutu bout de bloc note totalement dépassé technologiquement parlant. Heureusement, cette cacophonie musicale ne dura pas des siècles. Le crissement strident se termina en même temps que la brumaille s’évapora. M’empêche que ce sifflement reste un petit moment dans sa tête avec ses oreilles sensibles. Elle prit l’arme en main en décroisant ses bras, et la regarda de plus près. En apparence, elle possédait une beauté à faire pâlir n’importe quelle épée forgée par un grand maître. Mais même elle, désormais plus proche du démon que de l’humaine, pouvait sentir l’énergie malsaine et létale qui s’en dégage. Un maléfice écrasant qui n’attend qu’une chose, que la soif de sang de sa propriétaire lui offre l’occasion de laminer ses ennemis :

- Bon. Maintenant que tout est fini, comment je sors de là… ? J’ai comme une envie pressante de tuer…

[Dictature d’Ashnard – Maintenant]

Cette masse amorphe et abstraite de souvenir avait laissé Norah dans le cirage pendant un sacré long moment. Des minutes ? Des heures ? Des jours ? Elle-même ne saurait le dire au moment où ses yeux se rouvrirent, toujours un peu assommée par cette vague de souvenirs aussi subite que lourde. Des images et des sons qui résonnaient dans son crâne déjà pas très net que même Nathaniel ou Zephirya n’avaient pas réussies à prendre le contrôle du corps pendant ce laps de temps indéterminé. Point positif, cela avait apaisé le vaisseau des Âmes. Relevant la tête pour se tenir plus droite, elle passa rapidement sa main sur sa tête, ne reconnaissant pas les lieux malgré un certain confort ressentit :

- Bordel… Je suis où encore ? Et on est quand ?

Ce n’est pas une perte de mémoire lié au choc psychologique précédent, mais bel et bien une question sur l’inconnu de la situation actuelle

Journalisée


Des Âmes en regroupées en un corps, autant de vies enchainées par le sort
Une bataille pour un destin incertain, enchaînée par ce satané malin
Autant d'êtres inconnus si liés, qui à osé prononcer "imparfait"?
Nous sommes toutes ici réunies, Et le Grand Jeu n'est pas fini...





Tags:
Pages: [1] 2
  Imprimer  
 
Aller à:  

Powered by SMF 1.1.20 | SMF © 2006-2007, Simple Machines
Awake and Dreaming - Le Grand Jeu
ChatBox