Nos partenaires :

Planete Sonic Faire un don à l'assoc MLDK Reose Hybride Yuri-Academia
Inscrivez-vous

Poison Ivy

Créature

Oh oui, Sakura était une option de choix. Ivy eut un sourire de fierté en la voyant pleurer, tant elle était heureuse. Qui aurait cru ? Chacun des partenaires qu’elle avait rencontré sur Terra, depuis sa rencontre avec Weldenela, raffolait de ses tentacules, de ce contact dans leurs corps, et il n’en fut pas différent pour Sakura, bien au contraire. Plus elle se faisait prendre, et plus elle appréciait cela. L’arbre continuait à prendre forme, et Ivy le sentit empreint de désir à l’attention de cette elfe, désireux de la perforer avec tous ses tentacules. Elle ne faisait qu’échauffer Sakura, qui se mettait à hurler son plaisir, alors que les tentacules se multipliaient sur et dans son corps. Des espèces d’aspérités se formèrent sur les tentacules qui enlaçaient et serraient son corps, répandant en elle des doses exquises de plaisir. Les minutes devinrent des secondes, les heures des minutes dans ce cocon de plaisir que devenait le corps de la jeune femme, et, tandis qu’Ivy continuait à s’amuser avec elle, son arbre se mit à réagir. Les tentacules pointèrent vers Sakura, et, progressivement, Poison Ivy commença à retirer ses tentacules, cédant à son arbre, qui se mit à l’attraper, et à la perforer comme il fallait.

« Haaaaaaaaaaaaa!! Maî.....tresse........ encore....c'est.....si bb-boooooOOOOOoooon...Haaaaaaaaaaaa!!! » jubilait Sakura.

De tells aveux arrachèrent à Poison Ivy un sourire amuse, qui ne tarda pas à parler à son tour, tandis que l’arbre la prenait entre ses tentacules.

« L’arbre a l’air aussi de te trouver à son goût. J’espère que cela t’aide à comprendre un peu mieux, maintenant… Mais la leçon, petite jeune Terrienne, ne fait que commencer. »

Faire l’amour avec Ivy et ses plantes présentait cet avantage qu’une plante n’était jamais fatiguée, et ne connaissait pas, contrairement aux partenaires sexuels classiques, la panne ou la fatigue. Sakura enchaînait les orgasmes, mais ce n’était qu’un début, et Ivy l’observa, tandis que son arbre poursuivit son exploration intime, très intime. Les tentacules se faufilaient partout où il était possible d’aller. Ceux qui étaient entre les doigts de Sakura étaient rejoints par d’autres, qui caressaient ses longues oreilles, qui se masturbaient sur ses joues, qui se glissaient dans ses cheveux. Ils grouillaient tous sur elle, caressant son ventre, s’enroulant sur ses jambes, se masturbant sur ses pieds. Elle put ainsi sentir une verge verte sur chacun de ses pieds, l’extrémité caressée par ses doigts de pied, tandis que ses parties intimes devinrent les cibles d’assauts furieux.

« En... core... plus... En... Mmmmmm...
 -  L’arbre va te satisfaire au-delà de ce que tu peux imaginer, ne t’en fais pas. »

L’arbre s’activa en effet. Un gros tentacule se glissa violemment dans la bouche de Sakura, se faufilant dans sa gorge, multipliant des gorges profondes. Un tel acte aurait du l’étouffer, normalement, mais elle faisait l’amour avec la Nature, et, sans que Sakura ne le réalise, les espèces de petites pointes qui caressaient son corps avaient en fait de microscopiques trous tout el long de son corps. Des plaies qui, sans la présence des tentacules, auraient provoqué une hémorragie. Pour autant, elle ne souffrait nullement, car chaque trou était précédé et suivi d’une espèce d’anesthésiant, tandis qu’un petit tentacule se faufilait à chaque fois à l’intérieur de son corps, afin d’éviter une infection. De cette manière, les tentacules parvinrent à permettre au corps de la jeune femme de respirer en oxygénant directement son système pulmonaire. L’ensemble était également facilité par de multiples micro-tentacules qui partirent depuis l’urètre de la femme et sa bouche, se faufilant dans les profondeurs de son corps. Tout en lui offrant une dose maximale de plaisir, un plaisir qui dépassait l’entendement, Ivy s’assurait également de lui offrir un cadeau. En explorant les profondeurs intimes de ce corps, elle comprit effectivement que la jeune Sakura ne mentait pas, et que son corps était une exception génétique universelle.

« Ton corps est vraiment une pure merveille, petit ange… Savoure donc. Sens à quel point les délices de la nature peuvent être infiniment supérieurs à ceux que les hommes peuvent te donner. Sens comme cet arbre te désire… »

Plusieurs tentacules ne tardèrent pas également à jouir un peu partout, mais les tentacules continuèrent à la recouvrer, à la remplir, tandis qu’Ivy observait le spectacle. Le temps passait, naturellement, et de nombreuses minutes s’écoulèrent, mais, avec un arbre, c’était généralement en nombre d’heures qu’il fallait parler. En réalité, l’arbre ne s’arrêterait que si Ivy lui en donnait l’ordre, ce qu’elle ne comptait pas faire. Sakura continuait à se tortiller, alors que les tentacules multipliaient leurs agissements sur son corps, grouillant sur elle. C’était une image assez belle à voir, mine de rien, que le spectacle de ces nombreux tentacules.
DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.

Sakura Korvander

E.S.P.er

- L’arbre va te satisfaire au-delà de ce que tu peux imaginer, ne t’en fais pas. Ton corps est vraiment une pure merveille, petit ange… Savoure donc. Sens à quel point les délices de la nature peuvent être infiniment supérieurs à ceux que les hommes peuvent te donner. Sens comme cet arbre te désire…

Je n'avais pas eu conscience que je me faisait prendre dans tout les sens par un arbre, naturellement... néanmoins, j'en avais envie et j'en voulais toujours plus. Je pouvais sentir ces tentacules grouiller dans mon corps et sur ma peau. Dans ma tête, je me mis à réciter fiévreusement une vieille formule que Sya avais prononcée il y a longtemps, un jours de camping sur Terre. Au bout d'un temps infini, je fini par faire apparaitre une verge relativement grande, dépourvue de testicules mais aussi sensible que le clito présent il y a encore quelques secondes. Un tentacule s'enroula autour et il ne fallu pas longtemps avant que je ne me mette à jouir en continu de grandes lampées de sperme, qui vinrent s'étaler sur le corps et le visage de la femme plante en face de moi, bien que ma cyprine coulait toujours autant...

Il fallut encore plusieurs minutes avant que les tentacules ne commencent à cracher des litres et des litres de leur semence, chaud et gluant, me recouvrant intégralement le corps et me remplissant bien le ventre. Mon cul et mon vagin se mirent vite à déborder, tandis que je me prenait toujours une véritable douche... non... un torrent de sperme plutôt... Je ne faisait plus un seul mouvement et était au bord de l'évanouissement, mais ce fut cet orgasme à l'unisson qui eu raison de moi, cette décharge de plaisir infiniment puissant qui me fit cambrer vers l'arrière en me faisant gicler un véritable geysers de mouille mêlé de sperme, tandis que mon pénis envoyait lui aussi plusieurs litres sur la maitresse, tout en recevant cette pluie blanche et épaisse...

- HHHHMMMMMMMMMMMMMMMMMM !!!! ♥

Après ça, ce fut le noir complet...

Poison Ivy

Créature

Sakura ne manquait décidément pas de surprise, et Ivy se contentait de l’observer. En soi, après avoir fait l’amour avec Iruka, son appétit sexuel était assez satisfait, et elle ne ressentait pas vraiment le besoin de sauter sauvagement sur Sakura… La voir se faire prendre par cet arbre était un plaisir bien plus appétissant que tout. Elle vit alors une verge jaillir avec violence, pointant entre plusieurs tentacules, et l’arbre réagit rapidement. Un tentacule s’enroula autour de cette verge, et tira dessus, remuant ce dernier dans tous les sens. Sakura bouillonnait de plaisir, continuant à jouir sans s’arrêter, et l’arbre orienta l’extrémité de la verge de manière à pouvoir jouir sur Ivy. Cette dernière se trouvait à proximité de son corps, très proche, caressant la base de l’arbre avec ses mains, et sentit le sperme l’éclabousser sur le visage, glissant de ses cheveux. On continua à tirer sur le sexe masculin de Sakura. Elle jouissait sans s’arrêter, son corps se trémoussant entre les tentacules de l’arbre, au bord du point de rupture. Poison Ivy, elle, prenait tout simplement une forme de douche, arrosée par le sperme de Sakura, ce sperme que son corps absorbait presque naturellement, et qui la galvanisait. Elle sourit, ravie, continuant à la voir être prise dans tous les sens.

Progressivement, tout le corps de Sakura se mit à dégouliner d’une sève blanchâtre, le jus de plaisir de l’arbre, issu de ses fibres naturelles. Il se répandait sur l’intégralité de son beau corps, coulant sur le sol, la tachant de blanc. Un spectacle aussi fascinant que dégoûtant pour un observateur étranger. Les yeux de Sakura fléchissaient.

« HHHHMMMMMMMMMMMMMMMMMM !!!! » finit-elle par gémir.

Ses yeux se révulsèrent ensuite, dans un ultime sursaut, et Sakura fut plaquée contre le tronc de l’arbre. Les tentacules continuaient à jouer en elle, mais ils avaient désormais d’autres fonctions que simplement faire plaisir à la petite femme. Elle ne lui avait pas menti, et, dans une certaine mesure, son histoire avait touché Poison Ivy. Il était donc naturel que cette dernière lui offre une espèce de cadeau. Vu la manière dont elle avait aimé le contact avec ses plantes, Poison Ivy ne doutait nullement qu’elle apprécierait.

Les tentacules finirent par se retirer de ses parties intimes, pour mieux l’enlacer, la plaquant contre l’arbre. Sa colonne vertébrale se retrouva le long d’une espèce de tentacule glissant sur l’arbre, qui enfonça dans son épiderme de petites lianes. Le sperme qui baignait sur Sakura lui servait pour ainsi dire de seconde peau, et, contrairement au sperme d’un homme normal, il était relativement différent, comme elle ne tarderait pas à le réaliser. Poison Ivy s’approcha d’une fleur, et lui offrit un peu de son sang. Au bout d’un certain temps, la fleur poussa, devenant une sorte de grosse bulbe nourrie par la sève naturelle de son arbre, ses racines s’enfonçant sous la surface du sol pour nourrir la plante.

Poison Ivy regarda ensuite Sakura, dont le corps avait disparu dans une espèce de cocon. L’arbre modifiait son ADN en se servant de son sperme, modifiant toute la structure cellulaire du corps de Sakura, afin de lui offrir une nouvelle forme. Ivy aurait été tentée de lui permettre d’être une dryade, sachant que les dryades sont très respectueuses de la Nature, mais elle sentit que ce serait, non seulement une transformation génétique difficile, mais aussi excessive. Elle prévoyait un stade intermédiaire, même si tout dépendrait, au fond, de ce que Sakura voudrait. Le cocon se mit à grouiller, et s’ouvrit progressivement, déposant le corps nu et endormi de Sakura dans le bulbe. Cette dernière se referma sur elle. Vue de l’extérieur, on ne verrait qu’une espèce d’énorme plante avec de gros pétales. A l’intérieur, Sakura barbotait dans un jus qui avait tout du liquide amniotique. Quand Sakura se réveillerait, elle serait transformée. En revanche, Ivy ignorait le temps que ça prendrait.

Poison Ivy se pencha contre un arbre, et attendit patiemment, sentant le bulbe s’activer en modifiant le corps de la jeune femme.

*A quoi donc va-t-elle ressembler ?*
DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.

Sakura Korvander

E.S.P.er

Je ne sais pas combien de temps j'ai dormis... peut être des heures, voir des jours... Ce qui est sûr c'est que, lorsque je me réveilla, mon corps était tout engourdit... En même temps, vu ma dernière séance de sexe, c'était bien normal... C'est alors que je constate que je me trouve dans une sorte de poche, mi végétale mi organique. Et aussi étrange que cela puisse sembler, je ressent tout ce qui se passe à l'extérieur, comme si cette poche faisait désormais parti de moi... A vrais dire, j'était en position fœtale et baignant dans un liquide transparent et sucré, mais parfaitement capable de survivre dans ce milieu aqueux, en respirant l'air de dehors à travers... quelque chose d'autre... Lorsque je voulus bouger mes pieds, je pu alors constater que ceux-ci étaient inexistants. Mes jambes fusionnaient en effet avec la poche au niveau des chevilles... En revanche, je pouvais sentir une bonne dizaine de membres supplémentaires, enfoncé dans quelque chose de meuble et frais, dans lequel je pouvais absorber des nutriments... Ce n'est qu'en relevant les yeux que je vis d'immenses pétales... Je n'était pas seulement dans une grosse plante... J'étais la plante...

Quand je voulus sortir à l'air libre, il me suffit seulement de penser à réabsorber le liquide pour que la poche ne se vide... et pour que les pétales ne s'ouvrent... C'est seulement en me redraissant que je vis ma peau légèrement plus verte et caoutchouteuse au niveau des jambes, et les fines lianes qui parcouraient mon corps... Le constat était simple.

- Je... Je suis devenue une Mandragore... !?

C'était effectivement le cas, j'étais moi aussi devenue une femme plante, avec des racines tentaculaire en guise de jambes. Je fis d'ailleurs sortir ces dernières du sol pour pouvoir me déplacer – plus ou moins facilement – vers Ivy-san, avec un grand sourire aux lèvres. Evidement, j'était nue, mon Artefact étant posé plus loin, mais je faisais désormais partie de cette nature et en avais les même capacités... Pour remercier celle qui m'avais offert un tel cadeau, je me pencha vers elle pour l'embrasser langoureusement, durant de très longue minutes, avant de me redresser...

- Merci, je... Je ne sais comment vous remercier... sans vous rendre la pareille, pour tout à l'heure...

Oui, j'allais payer la Nature en nature. Mais cette fois ci, ce sera à moi de m'occuper d'elle...

- Acceptez-vous ?

Poison Ivy

Créature

Moins patient qu’Ivy, le soleil finit par se coucher, plongeant la forêt dans une belle nuit étoilée. Cette dernière était allongée sur le sol, le haut de son dos posé contre un arbre, observant la scène silencieusement. Son esprit était relié à cette grosse fleur dans laquelle végétait Sakura, et les signes vitaux de cette dernière étaient calmes. Elle ne courait aucun danger, et il fallait juste attendre qu’elle se réveille. Ivy somnolait à moitié, quand elle sentit que Sakura était sortie du néant. Elle ne sortit pas tout de suite de bulbe, et Poison Ivy réalisa alors qu’elle ne pouvait plus vraiment contrôler cette fleur. Cette dernière semblait s’être liée aux gènes de Sakura, qui baignait avec plaisir dans ce liquide délicieux. Elle devait se sentir très apaisée à l’intérieur, comme tous ceux qui avaient eu la chance de bénéficier des traitements magiques de Poison Ivy en la matière. Oui, la petite Sakura barbotait à l’intérieur, n’ayant visiblement pas envie de sortir. En position fœtale, elle finit par se redresser, et, parvenant à contrôler la plante, sortit, visiblement heureuse et épanouie. Redressée, Ivy l’observa en souriant.

Le corps de Sakura avait légèrement changé. Elle avait perdu ses jambes, ces dernières ayant été avalées par sa plante. Des tentacules traversaient sa peau, qui était malheureusement restée beige, à l’exception de la base de son corps, sous son intimité. C’était une peau vert claire, et ses cheveux avaient également pris une teinte verdâtre. Le résultat n’était pas si mal, après tout. La forme de son visage avait légèrement changé, même s’il se dégageait toujours de Sakura ce côté doux et innocent, qui donnait envie de la serrer dans ses bras. Lentement, Ivy s’approcha d’elle, tandis que Sakura prenait conscience de ce qu’elle était devenue.

« Je... Je suis devenue une Mandragore... !?
 -  Tu es très perspicace, petite Sakura… » la félicita Ivy.

Oui, une très belle mandragore, et un sourire ravi éclaira les lèvres de Sakura, qui glissa vers elle, utilisant les tentacules de sa plante pour se déplacer. Ivy la laissa venir, et glissa ses mains dans le superbe dos de Sakura, l’embrassant tendrement, sentant les tentacules sur son corps remuer. Ce fut un long et très agréable baiser, Ivy serrant le corps de Sakura la mandragore contre elle. Elle lui caressa le dos doucement, glissant légèrement vers ses petites fesses, constatant que les zones érogènes du corps de Sakura étaient les mêmes, avant de remonter ses mains. Elle finit par en placer une sur le devant de son corps, mais ne chercha pas à malaxer ses sens, préférant serrer entre ses doigts l’un des tentacules traversant le corps de la jeune mandragore, afin de le serrer et de le caresser tendrement, prolongeant le baiser.

Sakura était heureuse, c’était un fait indéniable, et la savoir heureuse renforçait le plaisir qu’Ivy ressentait. La transformation avait l’air parfaite, et elle joua avec sa langue contre celle de la mandragore, l’embrassant furieusement. Elle avait déjà fait l’amour avec une dryade, et avait plutôt bien fait l’amour avec cette dernière ; elle devait bien varier les plaisirs, après tout. Elle continua à l’embrasser follement, glissant sa main pour la poser sur l’une des fesses de Sakura, serrant cette masse de chair entre ses doigts, et continua à l’embrasser avec ardeur, pinçant son joli petit cul, donnant de petites gifles dessus. La libido de Sakura était apparemment toujours aussi élevée. La pauvre allait comprendre que la nature avait de gros besoins, et que, dans cet état, il lui serait difficile de résister à ses pulsions naturelles.

« Merci, je... Je ne sais comment vous remercier... sans vous rendre la pareille, pour tout à l'heure...
 -  C’est tout à fait ce que j’escomptais, bout de chou répondit Ivy en l’embrassant sur le nez.
 -  Acceptez-vous ? » demanda-t-elle.

Ivy sourit. Sakura la vouvoyait, voyant probablement en Ivy une femme supérieure, et elle l’embrassa à nouveau, savourant ses belles lèvres.

« Dans une certaine mesure, tu peux me considérer comme ta mère… Au moins pour cette forme-là. Car c’est bien une partie de mon ADN qui bat désormais en toi, un code génétique qui est passé par mes plantes pour évoluer dans ton corps. Et sache, ma jeune fille, fit-elle en caressant avec son doigt les lèvres de Sakura, que je me dois de voir quelles sont tes performances. Je t’ai offert de nouvelles opportunités, Sakura, j’ai fait de toi mon enfant, et je me dois de veiller sur toi et sur ton éducation. Apprends à utiliser ton nouveau corps, Sakura, et fais-le sur moi. »

Poison Ivy se recula un peu, se retournant pour lui montrer son postérieur, avant de se remettre face à elle, lui faisant signe de la main.

« Viens, ma fille… Déchaîne tes pulsions sur mon corps… »
DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.

Sakura Korvander

E.S.P.er

Les douces caresses qu'Ivy m'avait procurée avaient réussies à faire remonter en flèche ma libido, ainsi que le langoureux et profond baisé. Ma mouille se remit rapidement à dégouliner entre mes cuisses et, rapidement, je me sentie en chaleur face à cette femme naturellement attirante. Ses mains glissaient sur mon corps, pinçaient mes fesses, tandis que j'en faisais de même avec elle. Elle fini toutefois par se détacher de mes lèvres en souriant, avant de me répondre.

- Dans une certaine mesure, tu peux me considérer comme ta mère… Au moins pour cette forme-là. Car c’est bien une partie de mon ADN qui bat désormais en toi, un code génétique qui est passé par mes plantes pour évoluer dans ton corps. Et sache, ma jeune fille, fit-elle en caressant avec son doigt les lèvres de Sakura, que je me dois de voir quelles sont tes performances. Je t’ai offert de nouvelles opportunités, Sakura, j’ai fait de toi mon enfant, et je me dois de veiller sur toi et sur ton éducation. Apprends à utiliser ton nouveau corps, Sakura, et fais-le sur moi.

Ivy se mit dos à moi, avant de se baisser pour me montrer son postérieur, avant de poursuivre.

- Viens, ma fille… Déchaîne tes pulsions sur mon corps…

- Je viens... M... Mère...


Doucement, je me suis penchée comme un roseau vers son cul pour venir lécher ses fesses, les malaxant avec mes douces mains au passage, avant d'amener lentement ma langue dans son puits secret, la pénétrant le plus loin possible, la glissant tendrement sur les parois, en poussant de faibles gémissements. Au fil des minutes, mes mains se déplacèrent avec une tendresse langoureuse vers son intimité, glissant doucement deux doigts dans son antre des plaisirs, tandis que je prenait son bouton d'amour entre deux autres doigts, le roulant avec amour entre eux. Toutefois, j'eu la sensation que ce plaisir durait depuis près d'une heure et je n'était toujours pas épuisée, alors qu'une femme normale aurait jouie depuis déjà un moment. Je sortis ma petite langue de son anus et glissa mes main sur son corps, jusqu'à ses tétons durcis que je vins pincer avec tendresse, tandis que ma bouche se retrouva près de son oreille...

- Et si on passait au choses sérieuses, Mère ?

J'avais une dizaine de tentacules qui me servaient de jambes, comme de racines. Mais je m'aperçus bien vite que je pouvais rétracter les épines pour m'en servir également de lianes. Quatre d'entre elles vinrent s'enrouler autour de ses bras et de ses jambes, et j'eu la surprise de ressentir sa douce peau contre ces dernières. De la même manière, mes lianes sont érogènes, car je n'en mouille que d'avantage, remplissant lentement mais sûrement mon bulbe de cyprine. Deux autres lianes vinrent s'enrouler autour de ses deux beaux seins et titiller ses tétons et les quatre derniers se présentèrent faces aux différentes entrées.

- Appréciez les efforts que je fait pour vous... Mère...

Je dois avouer que la nommer ainsi, alors que j'ai perdu la mienne il y a près d'un an, me fait assez bizarre. Mais d'un autre coté, cela a le don de me réchauffer le cœur... Deux lianes entrèrent respectivement dans son anus et son vagin, allant aussi loin que possible, tandis que la troisième, plus fines, entra dans l'urètre jusqu'à la vessie. La dernière, enfin, franchie le barrage de ses lèvres pour venir s'insinuer dans sa gorge. Mes lianes développèrent le même principe que celle de l'arbre pour qu'elle puisse continuer de respirer, alors que moi-même, je ressentais tout le plaisir, qu'elle devait vivre, comme si j'était équipée de dizaines de phallus. Mes doigts, aussi rapides soient-ils, ne suifèrent bientôt plus à mon plaisir, tandis que mon bulbe débordait à présent de ma douce liqueur. Presque suppliante, je me tourna vers l'arbre mutant en écartant mes lèvres intimes, alors que mes mouvements de lianes accélérèrent en Ivy.

- Viens... Viens me prendre... Ta petite sœur te veux en elle...

Poison Ivy

Créature

Ivy se mit à quatre pattes, offrant sa fleur, son corps, et sa beauté à sa « fille ». Cette dernière ne tarda pas à accepter, devant probablement sentir un élan d’amour difficile à expliquer envers Poison Ivy, une bouffée de chaleur et d’affection.

« Je viens... M... Mère... » finit par dire cette dernière.

Poison Ivy sentit alors cette dernière poser ses mains sur son corps, et elle en frémit. Ivy serra le sol entre ses doigts, avant de sentir les lèvres de la mandragore se poser sur son derrière. Les mains de Sakura caressèrent le très attirant cul de la femme, avant qu’elle n’écarte ses fesses pour lécher les profondeurs de son fondement, faisant soupirer Ivy. Il n’y avait pas à dire, ces caresses buccales étaient particulièrement vivifiantes, et elle remuait légèrement son postérieur pour accompagner les mouvements de Sakura, sachant très bien que sa fille ne faisait que la titiller, que l’émoustiller. Elle y passa un certain temps, semblant admirer le cul bien formé de Poison Ivy, et cette dernière se mordait les lèvres pour ne pas lui hurler de passer aux choses sérieuses, d’accélérer le mouvement. Elle laissait à Sakura le temps nécessaire pour agir, cette dernière ayant après tout subi d’importantes modifications génétiques.

Au bout d’un moment assez long, Sakura retira sa langue, et s’étala sur le corps d’Ivy, se penchant en faisant remonter ses tendres mains le long du corps d’Ivy. Elle sentit le corps de Sakura frôler le sien, tandis qu’elle s’appuyait sur les seins tendus et impatients d’Ivy. Les pointes durcies de ses deux mamelons indiquaient à quel point elle était impatiente, et la doucereuse et enivrante odeur jaillissant de son intimité allait dans ce sens. Sa cyprine parfumée s’échappait de son intimité.

« Et si on passait au choses sérieuses, Mère ? lui demanda alors Sakura.
 -  Mon corps est tout à toi, Sakura… » répliqua simplement Ivy.

La mandragore utilisa ensuite ses tentacules, passant, comme elle l’avait annoncé, « aux choses sérieuses ». Ivy espérait que sa fille n’aurait aucune difficulté à s’en servir. Pour elle, les tentacules fonctionnaient naturellement, mais elle ne se rappelait plus si elle avait eu du mal ou pas à s’y adapter. C’était comme essayer de se rappeler si on avait eu du mal à utiliser ses jambes. Les tentacules étaient pour elle des organes normaux, des membres, au même titre que ses bras ou ses jambes. Sakura déploya ses tentacules, et Ivy en sentit quatre s’enrouler autour de ses jambes et de ses pieds, l’emprisonnant avec délice. Elle en soupira, et caressa avec ses doigts le bout des tentacules enroulés autour de ses bras, les emprisonnant dans la paume de chacune de ses mains, les grattant. Les tentacules étaient des zones érogènes chez cette mandragore, et elle les grattait tendrement, se demandant si ces tentacules permettraient de cracher, comme le corps d’Ivy pouvait le faire à travers ses tentacules, un genre de sperme.

D’autres tentacules ne tardèrent pas à venir, trois s’occupant du bassin d’Ivy. Deux autres roulèrent sur ses seins, les emprisonnant, les tirant à droite et à gauche, devant, les soulevant, la faisant gémir lentement. Toutefois, Ivy ne put bientôt plus gémir. Elle sentit un tentacule se glisser dans son cul, en même temps qu’un autre dans son vagin, et un troisième dans un autre trou, et elle en poussa un cri… Le cri ne dura toutefois qu’une ou deux secondes, car un énième tentacule s’enfonça dans sa bouche, glissant dans sa gorge, et tous les tentacules se mirent à remuer sur elle, et ses cris et gémissements furent étouffés. Comme c’était bon ! Elle ne tarda pas à avoir un orgasme, sa cyprine explosant pour glisser le long d’un tentacule, répandant une magnifique odeur, et elle ferma les yeux, se laissant faire, devenant une petite poupée entre les tentacules de Sakura, de sa perverse fille, qui y éprouvait un grand plaisir. Sous sa forme de mandragore, l’esprit de Sakura était en effet relié au sien, et elle pouvait sentir son bulbe, son petit cocon, se remplir de sa mouille. Ivy, elle, était aux anges, ressentant ce que ses partenaires, nombreux, avaient ressenti quand elle les prenait ainsi. Dix tentacules grouillaient sans relâche sur et dans elle, serrant son corps, tirant ses membres, la martyrisant avec délice. Elle était une prisonnière entre ses tentacules qui gargouillaient autour d’elle, la maintenant en l’air, serrant, la serrant… Oh, comme c’était bon ! Elle se sentait complètement écrasée sous une telle vague de plaisir, et contracta un second orgasme, sa cyprine continuant à se répandre, au fur et à mesure que les tentacules s’agitaient de plus en plus intensément.

« Viens... Viens me prendre... Ta petite sœur te veux en elle... » lança alors Sakura à l’attention de l’arbre tentaculaire.

Ce dernier agit sans hésitation, et de nombreux tentacules convergèrent vers Sakura, l’enveloppant délicatement et solidement. Un tentacule se contenta ainsi tout simplement de l’enlacer autour de son estomac, mais d’autres ne tardèrent pas à la pénétrer, s’enroulant autour d’elle, la mettant dans le même état qu’Ivy, ou presque. L’arbre agit selon sa volonté propre, et ne tarda pas à répandre un liquide verdâtre sur le corps et dans le corps de Sakura, remplissant progressivement le bulbe. Ce n’était plus du sperme végétal, mais une sève un peu différente. Sous l’excitation, Ivy était en effet décidée à poursuivre son expérience, et à continuer à modifier les gènes de cette dernière. Bien sûr, elle n’agissait pas consciemment, car Ivy n’était pas spécialement en état de le faire, mais de manière inconsciente. Les tentacules de l’arbre enveloppaient Sakura, cherchant à amener cette dernière à se désolidariser du bulbe dans lequel elle vivait, à donner dans son code génétique le support nécessaire pour en faire une dryade, ce qui amenait les tentacules de l’arbre à être assez offensifs. L’arbre tentaculaire ne cherchait pas vraiment un plaisir sexuel, mais c’est ce que Sakura devait ressentir, car c’est en l’anesthésiant sexuellement que l’arbre comptait la transformer. Ainsi, deux tentacules gobaient ses seins, les absorbant dans des bouches voraces pour lécher par de multiples dents visqueuses et molles, semblables à  des langues, ses tétons. D’autres tentacules étaient enfoncés dans ses parties intimes, d’autres caressaient son cul, et des micro-tentacules filaient par sa bouche dans son corps, tournant autour d’un tentacule bien plus gros qui pénétrait sa bouche, les micro-tentacules se mélangeant avec les veines de Sakura pour y inclure de la sève verdâtre, modifiant ainsi son sang, atteignant son cœur pour le faire, recouvrant progressivement tout le corps de Sakura de tentacules.
DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.

Sakura Korvander

E.S.P.er

Voir ma "Mère" hurler ainsi de plaisir et se rependre ainsi sur le sol me faisait énormément de bien, d'autant plus que je ressentais absolument tout au travers de mes tentacules. Glissant toujours plus vite en et sur elle, je fis signe à l'arbre d'en faire de même avec moi. Très vite, je sentis ses tentacules venir s'enrouler tendrement mais fermement autour de ma taille et venir bloquer mes bras dans mon dos, comme une prisonnière. Ses nombreuses lianes entrèrent de nouveau en moi, à plusieurs dans un même trou, pour remuer et grouiller dans mon corps, comme tout à l'heure...

- Haaaaa.... Si boooon... Viens dans ma bouche... Remplis moooiiiii...

Il ne se fit pas prier et un énorme tentacule entra par la voie buccale, s'enfonçant aussi loin que possible dans ma gorge, tandis que je faisais glisser ma langue sur ce membre végétal. Sous l'excitation, mes propres tentacules allèrent si vite en Ivy que leurs mouvements en devenaient flous. Le plaisir était tel que j'eu bientôt un orgasme en continu, expulsant un geyser de mouille dans mon bulbe, non stop, tandis qu'un liquide blanchâtre sortait de chacun de mes tentacules, aspergeant et remplissant ma "Mère". De son coté, l'arbre fit bientôt de même avec mon corps et c'est un épais liquide vert qui gicla sur ma peau. Non seulement cette scène d'intense luxure ressemblait à une véritable orgie, mais en plus, on pouvait la comparer à une débauche incestuelle et dépravée. Il pleuvait littéralement du sperme sur nos corps et la terre en était souillée à dix mètres à la ronde. Mes gémissements de plaisir étouffés entraient en résonnance avec ceux de ma mère et nos mouilles se mélangèrent ensembles dans l'herbe généreusement arrosée. Mes yeux étaient révulsés vers l'arrière sous ce plaisir ininterrompu et cette jouissance infinie et pourtant, j'étais encore bien loin d'avoir atteint ma limite, comme si j'étais devenue insatiable...

Etrangement, je vis ma peau absorber la sève verte de l'arbre, en prendre la couleur, tandis que mes pieds semblaient se détacher du bulbe, se faire écarter par de nouveaux tentacules pour mieux me pénétrer. Et pourtant, même hors de ma fleur, je pouvais toujours ressentir les sensations offerte par le corps de ma mère. Il me semblait aussi que ma peau était bien plus caoutchouteuse et j'eu même l'impression de ressentir chaque caresses du vent dans les branches de la forêt. Mais ces simples caresses me firent finalement atteindre le 7e ciel, me faisant jouir des dizaines de litres de cyprine et de sperme sur ma mère et sur les tentacules de l'arbre, sur une dizaine de minutes sans interruptions, avant de choir au sol, tentant de reprendre mon souffle. J'avais été satisfaite sur le plan sexuel pour au moins les deux prochains mois...

Ce n'est qu'en me redressant que je vis enfin ce que j'étais devenue. Entièrement verte, les cheveux plus foncés que la peau, j'étais capable de ressentir toute la vie présente dans la forêt, comme si c'était la mienne. De même, je pouvais toujours contrôler mon bulbe à distance, qui fini par se retirer de ma mère pour planter les racines dans la terre, pour ce ressourcer. C'était comme si mon corps avait été divisé en deux entités distinctes, reliées mentalement. Mais au final, j'était devenue bien plus qu'une Mandragore. Cette fois ci, je suis devenue...

- Une Dryade... Je me suis changée en fille de mère Nature... Je ressent toute la vie de la forêt, comme si elle palpitait en moi...
« Modifié: février 20, 2012, 04:14:56 pm par Sakura Korvander »

Poison Ivy

Créature

La brave Sakura était progressivement en train de réaliser à quel point la Nature était un jouet à double tranchant. Faire l’amour avec cet arbre tentaculaire, c’était bon, mais parfois trop bon. Ivy ne saurait exactement comment décrire ce sentiment, cette espèce d’overdose de jouissances. Sakura était en train de l’éprouver, tout comme Ivy, tant l’arbre était intense, tant il la prenait avec envie. C’était quelque chose d’unique et d’indescriptible, et Sakura le découvrait en ce moment, tout comme Ivy. La notion de temps disparut, Sakura baignant dans sa cyprine, ne pouvant plus se retenir, tandis que son corps se modifiait à nouveau, s’améliorer. Quand Ivy reprit son souffle, soit quand les tentacules se retirèrent d’elle, la femme baignait sur une flaque de sève et de cyprine. La nuit battait son plein depuis plusieurs heures, et Poison Ivy entreprit de se relever, mais ses jambes se dérobèrent, et elle tomba sur les fesses, pouvant toutefois voir le produit de sa réalisation.

« Une Dryade... Je me suis changée en fille de mère Nature... Je ressent toute la vie de la forêt, comme si elle palpitait en moi... »

Et une belle dryade ! Elle avait un corps vert clair, des formes alléchantes, et un visage poupon, similaire à celui de la traditionnelle Sakura. Un sourire éclaira les lèvres d’Ivy, qui resta assise sur le sol, et tendit un tentacule vers Sakura. Ce dernier s’enroula délicatement autour de son poignet, et l’amena vers elle. Dans ce corps, Sakura semblait avoir rajeuni, mais c’était une fausse impression. Le tentacule la fit tomber contre le corps d’Ivy, qui se mit à caresser son dos et son postérieur. La femme-plante souleva un peu Sakura, la tenant tendrement contre elle, comme une mère l’aurait fait avec son enfant, et elle lui embrassa le nez, avant de caresser avec un doigt ses seins, posant ensuite ses lèvres sur sa bouche.

« Oui, ma belle… Une belle et superbe dryade… Comme tu es belle, ma chérie… Je suis fière de moi… Ressens maintenant la Nature comme si elle faisait partie de toi… Maintenant, que ressens-tu à l’idée d’avoir détruit deux arbres ? Je suis sûre que plus jamais tu ne considéras ça comme quelque chose de négligeable, n’est-ce pas ? »

Elle retourna l’embrasser, poursuivant son câlin, la serrant contre elle. Sa peau était douce, et elle ressentait à son égard des bouffées d’affection. Ivy se laissa ensuite tomber, s’allongeant sur le dos, laissant Sakura sur elle, amenant la dryade à s’allonger également sur le corps d’Ivy, lui offrant de tendres et délicieuses caresses, parcourant tout son corps, glissant sur ses fesses, les pressant, avant de frotter son dos avec ses ongles.

« Là, repose-toi maintenant, ma belle… Passe la nuit ici, au milieu de cette nature, avant de reprendre ta route… »

Fatiguée comme elle était, Sakura n’était de toute façon probablement pas en état de se transformer en dragonne, et de retourner chercher sa sœur. La nuit était bien avancée, et elles étaient seules, seules au milieu de nulle part, avec pour seule compagnie tout ce dont une dryade avait besoin : des arbres.
DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.

Sakura Korvander

E.S.P.er

J'étais bien trop épuisée pour faire quoi que ce soit d'autre. Aussi, lorsque Ivy enroula un tentacule autour de mon poignet pour m'attirer contre elle, au sol, je me laissa faire comme une poupée de chiffon. Elle se mit à caresser mon dos et mes fesses tendrement, ma poitrine, amoureusement, mais sans chercher à me faire atteindre un énième orgasme. Ça faisait seulement du bien, c'est tout, tandis que mon esprit se connectait petit à petit à l'ensemble de la forêt.

- Oui, ma belle… Une belle et superbe dryade… Comme tu es belle, ma chérie… Je suis fière de moi… Ressens maintenant la Nature comme si elle faisait partie de toi… Maintenant, que ressens-tu à l’idée d’avoir détruit deux arbres ? Je suis sûre que plus jamais tu ne considéras ça comme quelque chose de négligeable, n’est-ce pas ?

Bien malgré moi, des larmes de tristesse se mirent à couler. Je sentais les deux arbres mourant, avec l'impression de mourir en partit. Serrant ma mère contre moi, je découvris une autre facette de ma nouvelle forme... Les Dryades ne sont pas uniquement des protectrices... mais aussi des guérisseuses. En fait, elles ont un contrôle totale sur les forêts. Avec un peu d'attention, on pouvait voir un peu plus loin deux arbres se redresser soudainement, avent de se planter de nouveau dans le sol. En réalité, des racines étaient sorties de terre pour attraper celles des arbres tombés par ma faute, pour les replanter. Ensuite, ma cyprine dans le bulbe se fit absorber par ce dernier pour être réinjectée dans les arbres, par le biais de mes racines, sous forme de nectar ambré, pour les soigner de l'intérieur. Je sentis alors la vie battre de nouveau dans les veine de sève...

- J'ai réparée... ma faute...

Et je me suis endormie comme une masse. Etant une Dryade, mes pieds se plantèrent pratiquement instinctivement dans le sol, pour absorber les nutriments et reprendre des forces...

Le lendemain, je me réveilla contre le corps chaud de ma "mère", en pleine forme. Je découvris alors que mes cheveux, agissaient comme les feuilles des plantes, absorbant la lumière solaire par photosynthèse. Je me sentais heureuse et pleine de vie parmi tout ses arbres. Pourtant, il me faillais reprouver ma sœur et retourner près de mon Alice adorée. C'est alors que je me souvint de cette particularité que le dragon d'or m'avait offert. Le fait que mon pouvoir pouvait également agir sur les autres. Au moins, les deux filles à qui je tient le plus au monde pourront vivres les même expériences que moi...

Déracinant mes jambes du sol, je suis retournée dans mon bulbe pour reprendre une forme Mandragore, avant de redevenir humaine. Puis, je suis revenue près de cette étrange femme, qui m'avait appris et apportée tant de choses, pour l'embrasser tendrement su les lèvres.

- Je ne vous remercierais jamais assez pour tout ce que vous m'avez apportée et appris... J'espère sincèrement que nous nous révérons un jours. Peut être qu'à cette occasion, vous pourrez rencontrer ma petite sœur et mon amour... Au revoir... Mère...

J'ai déployée mes ailes d'ange, étant après tout plus très loin de ma destination, avant de filler rapidement dans le ciel, en adressant un signe de la main vers Ivy. Je n'oublierais jamais cette femme et si elle souhaitait me revoir, elle savais à présent où me retrouver...

Poison Ivy

Créature

Ce fut indiscutablement une rencontre intéressante. Serrant contre elle Sakura, Poison Ivy s’abandonna également au plaisir du sommeil, sombrant rapidement. Cette petite femme avait été très épuisante, et elles dormirent ainsi, l’une dans les bras de l’autre, dans une tendre et délicate étreinte, leurs corps verts se confondant avec l’herbe. La nuit les enveloppa d’un halo d’obscurité, les vents refroidirent leurs corps essoufflés, et ce fut la Nature qui, après les avoir endormis, les réveilla. Paresseusement, le soleil s’étira dans le ciel, dardant de ses rayons de feu la région. Les oiseaux émirent leurs gazouillis habituels, les animaux se réveillaient, les prédateurs, à l’affût, chassaient à nouveau. Lentement et silencieusement, la Nature poursuivait son perpétuel cycle de destruction et de création, infligeant la mort pour répandre la vie. Ivy fut la première à se réveiller, sentant le corps chaud et tendre de la petite dryade contre elle. Cette dernière était à moins enracinée dans le sol, ses pieds s’enfonçant légèrement dans les brins d’herbe. Lors des nuits d’hiver, les légendes affirmaient que les dryades sommeillaient avec la nature, se perdant dans les racines des arbres, n’en ressortant que quand les arbres fleurissaient à nouveau. Il fallait croire que c’était le cas. Dans un sens, Ivy était jalouse de Sakura. Cette dernière était une dryade parfaite, détenant un lien de communion avec la nature fort, un lien qu’Ivy ne pourrait jamais avoir. Si elle était fière de son résultat, Poison Ivy en éprouvait tout naturellement de l’envie.

*Bah, songea-t-elle, inutile de faire l’enfant ! J’ai réussi à créer une veritable dryade… Certes, ce n’est pas vraiment une construction « ex nihilo », loin de là, et le fait que cette petite soit terramorphe m’a plutôt bien aidé, mais bon… C’est au moins une dryade parfaite…*

Elle avait après tout réussi à soigner les arbres. Ivy caressait silencieusement le corps de la nymphe endormie, se repaissant des bruits de la Nature. Elle pouvait sentir le vent faire remuer les fleurs, humer le pollen de ces dernières, sentir les oiseaux s’extirper de leurs nids pour prendre leur envol. Les abeilles butinaient, les araignées, silencieuses et muettes, tapies dans l’ombre, tissaient leurs toiles. Elle sentait également les ours, les loups, les chiens errants, se promenant dans cette grande forêt, et prolongea son regard, sentant encore d’autres créatures fantastiques remuer et avancer.

Lentement, Sakura se redressa, s’extirpant sans problème des bras d’Ivy, retournant dans son bulbe. Elle reprit alors une forme normale. Toujours allongée dans l’herbe, Ivy la regarda, entreprenant de se redresser. Un dernier baiser eut lieu, et Ivy savoura le goût tendre des lèvres de la jeune femme. Oui, c’était particulièrement agréable.

« Je ne vous remercierais jamais assez pour tout ce que vous m'avez apportée et appris... J'espère sincèrement que nous nous révérons un jours. Peut être qu'à cette occasion, vous pourrez rencontrer ma petite sœur et mon amour... Au revoir... Mère...
 -  Rassure-toi, je compte bien revenir voir comment se porte ma fille… répliqua Ivy en lui caressant une joue. Là où il y a des arbres, attends-toi à me trouver… Je viendrais te voir dans ton royaume un jour, petite Princesse. Maintenant, va. Ton cœur a d’autres sujets de préoccupation. »

Ivy embrassa alors Sakura, et cette dernière se transforma en un ange, s’envolant dans le ciel. Des rayons de soleil l’éblouirent, et la jeune femme disparut alors, s’envolant vers sa destination. Un sourire aux lèvres, Ivy entreprit de se redresser. L’arbre tentaculaire n’était plus. Lentement, les tentacules s’écroulaient sur le sol, et Ivy décida de retourner dans le lac, achevant son bain qui avait été interrompu la veille.

*Quel étrange monde… songea-t-elle silencieusement. Je sens que mon voyage est encore loin d’être terminé…*

FIN
DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.


Répondre
Tags :