Le Grand Jeu - Forum RPG Hentai

Bonjour et bienvenue.

Ce forum présente des œuvres littéraires au caractère explicite et/ou sensible.
Pour ces raisons, il s'adresse à un public averti et est déconseillé aux moins de 18 ans.

En consultant ce site, vous certifiez ne pas être choqué par la nature de son contenu et vous assumez l'entière responsabilité de votre navigation.

Vous acceptez également le traitement automatisé de données et mentions légales de notre hébergeur.

Consume-moi, mortel! [PV: Khnoum]

Nos partenaires :

Planete Sonic Reose Hybride Yuri-Academia L'Empire d'Argos Astrya Hybride Industry Iles Mystérieuses THIRDS Petites indécences entre amis
Inscrivez-vous

Serenos I Aeslingr

Modérateur

  • -
  • Messages: 2450


  • FicheChalant

    Description
    Le Roi des Trois Royaumes et le personnage le plus influent d'Ayshanra. Derrière ses allures détendues et son sourire charmeur, Serenos est un homme dangereux et incontrôlable, et une constante menace pour les royaumes continentaux. Son mépris pour le protocole lui ont attiré le titre de "Roi Fou".

Consume-moi, mortel! [PV: Khnoum]

jeudi 20 avril 2023, 03:36:52

« Seigneur Taren, Dame Loese, » dit Serenos, sa lame dans la main. « Jurez-vous, l’un à l’autre et devant cette assemblée, de vous respecter, de vous assister, de vous allier, de protéger le peuple de l’autre comme s’il était le vôtre ? »

« Nous le jurons, votre Majesté ! »

« Jurez-vous de protéger et d’aimer votre descendance commune comme votre descendance respective ? »

« Nous le jurons, votre Majesté ! »

« Jurez-vous d’être le refuge de l’autre contre le mal ? »

« Nous le jurons, votre Majesté ! »

« Par les pouvoirs vestis en moi par le peuple des Trois Royaumes, et par votre bénédiction, je, Serenos I Aeslingr, suis témoin de votre union. Vous êtes désormais mariés. »

Les nouveaux époux se sourièrent mutuellement, avant que le Roi ne ramène leur attention vers lui.

« Et maintenant, si vous me permettez… Débouchez les tonneaux ! »

Sous l’ordre du Roi, plusieurs dizaines de serviteurs agrippèrent les robinets et, d’un bon coup de marteau, perforèrent les couvercles de liège des barils de vin, débutant les célébrations. Serenos frappa dans ses mains à trois répétitions, avant de pousser les deux mariés vers leurs invités, histoire qu’ils se présentent en tant que mari et femme. Loese, une femme de Nexus et la veuve du seigneur Orece, s’est liée d’affection pour le seigneur Taren, un riche commercant Ashnardien, récemment anobli par l’empereur d’Ashnard. En raison des tensions entre les deux états, le couple avait préféré célébrer leur union dans un terrain plus neutre. Bien que Meisa soit ouvertement hostile à la nation Ashnardienne, Serenos n’a jamais étendu cette hostilité  au peuple Ashnardien, dont certains ne partageaient pas les visions expansionnistes de leurs dirigeants. Ceci dit, cela ne l’empêchait pas de réagir de façon plutôt violente aux assauts d’Ashnard sur ses côtes, ce qui finissait souvent par des raids à la tête de soudards du Nord, pillant, volant, enlevant et violant tout sur leur passage à leur bon gré.

Les vins avaient été ouverts, donc Serenos en profita pour s’éclipser de la vue publique et s’empressa de trouver une coupe pour se servir. Serenos n’aimait pas vraiment les festivités ; le son, la musique, les cris, les rires, la proximité avec d’autres êtres vivants le rendait incroyablement irritables, et donc le vin l’aidait à simplement ne plus s’en faire, et le vin de Meisa était reconnu pour être particulièrement agressif, ce qui était complètement éclipsé par le fait qu’il était très sucré.

Après un moment et assez d’alcool et de petits fromages et de fruits de mer, le Roi était relativement de bonne humeur, ce qui lui permit d’ailleurs de se mêler un peu plus aux visiteurs et, de fait, aux danseur. Son premier partenaire était Koshea Nitrüwa, un grand guerrier qui avait, plusieurs fois même, fait sa rencontre sur le champ de bataille. Le colosse regarda le Roi avec un mélange de respect et de révérence propre à sa culture guerrière, ce qui ne l’empêcha pas, bien sûr, d’engager le Roi dans un duel de danse. La seconde partenaire du Roi fut la mariée elle-même, qui s’empressa de remercier le souverain d’avoir accepter de célébrer son mariage, et le noya sous les compliments et les louanges, rendant le Roi un peu mal à l’aise au point qu’il fit un signe discret à un invité infiltré, qui était en somme un de ses gardes royaux, pour venir le débarrasser de cette sangsue.

Cela lui donna d’ailleurs l’opportunité de s’éloigner un peu de la piste de danse et de se réfugier dans les jardins. Les jardins étaient plutôt un endroit calme, où les gens discutaient discrètement. Il y avait bien les amoureux occasionnels qui faisaient des galipettes à l’abri des arbres feuillus à défaut d’être à couvert, mais cela était culturellement acceptable, considérant que c’était un événement sans enfant. Après un moment, il marcha jusqu’à un ruisseau artificiel et retira ses chaussures pour y tremper les pieds.

« Ah… J’aurais dû prendre une coupe avec moi… » grommela-t-il en fermant les yeux et en se laissant tomber sur le dos. Il tira alors une tige à feu de sa veste et la porta à ses lèvres avant de l’enflammer d’un sort et de tirer dessus. Il exhala un nuage de fumée bleue. Ses pupilles se dilatèrent lentement et son esprit, apaisé, cessa de tambouriner. De fait, il riva son attention sur les étoiles qui commençaient à se montrer au firmament.

Il lâcha un soupir d’aise et tâcha de se relaxer quelque peu.

Khnoum

Dieu

Re : Consume-moi, mortel! [PV: Khnoum]

Réponse 1 jeudi 20 avril 2023, 13:16:24

Le Royaume de Meisa est plutôt sympathique, ils ont de belles constructions. Les habitants sont pas mal aussi, j’ai repéré deux trois gardes royaux plutôt sexy sous leurs armures. Je me demande s’il me serait possible d’en profiter ?
Je suis venu avec le Seigneur Taren pour son mariage en ma qualité de conseiller … bien que cela ne soit le cas que depuis très peu de temps. Ce riche personnage n’avait d’yeux que pour mon cul depuis ces derniers mois et il m’a fallu le convaincre de se dédier à celui d’une femme. Après tout il serait temps pour lui de solidifier sa position de noble. La Cérémonie menée par le Roi en personne avait été plutôt agréable à suivre, les épousailles se sont bien passées. Moi de mon côté j’ai profité, dans l’ombre des puissants, de quelques discussions intrigantes. J’ai glané des informations ici et là. Tel seigneur qui convoitait tel territoire. Un autre qui avait manigancé pour faire tuer une noble dame et ses enfants. Des histoires plutôt sombres dans l’ensemble, mais rien de nouveau dans le monde de la politique. Les mortels sont tous les même au final, quelque soit le monde où l’on se trouve.

Quand les barriques de vins sont percées, je ne me prive pas pour prendre quelques coupes et je me laisse invité par certains hommes intéressés par ma stature plutôt féminine, puisque j’ai pris ma forme androgyne depuis que je suis le conseiller de Taren. Je porte un chendjit, une sorte de pagne, sans rien dessous, telle que j’en portais à l’époque de ma vie en Égypte. Je suis torse nu, je porte des sandales légères. Je m’affiche clairement comme célibataire selon les coutumes du Royaume de Meisa et c’est voulu. Je flirte avec un courtisan quand je vois le roi danser avec un guerrier imposant, puis avec la mariée. La scène est cocasse quand il se débrouille pour fuir ses remerciements incessants. Il semble … timide ? Comme c’est mignon.

Il me vient une idée. Je prends avec moi deux coupes de vins et je vais à l’extérieur. Ce palais est plutôt agréable à voir oui assurément. Certains invités allaient et venais dans les sections autorisées, et se réfugiaient dans des coins isolés pour s’embrasser. En me rendant à l’extérieur, je pu profiter des jardins et des vus que cela m’offrait sur les corps nus ici et là, à moitié dissimulé derrière la végétation esthétique. On se sent bien ici, le soleil n’est pas trop fort et l’air est doux. Le temps est propice au batifolage en extérieur, avec un peu de chance moi aussi y aurais-je droit ? Je vais le long d’une allée bordé de tailis épais. J’entends quelques couinements de l’autre côté. Je me penche légèrement, discrètement, et je vois un couple d’homme s’amuser, imbriqués l’un l’autre. Je me retire tout aussi discrètement pour les laisser entrer eux.
D’autres discutaient, généralement des amoureux ou des histoires naissantes. Les discussions ici n’étaient pas politique, ce qui constituait un changement fort agréable. Je fini par m’approcher d’un ruisseau artificiel coulant dans le jardin. Un homme était là, le roi je crois. Les yeux fermés, il était en train de fumer. D’un geste discret du petit doigt, je défais magiquement mes sandales et je continu les derniers mètres pieds nu. Me tenant tout de même à distance respectueuse, je m’incline gracieusement, comme le ferait une jeune fille, mais sans renverser le vin. D’une voix gracieuse, fine et légère, je demande :

-   Messire, pardonnez-moi mais me permettez-vous de me joindre à vous ?

A ces mots je lui tends une coupe de vin aux épices, accompagné d’un clin d’œil et d’un petit sourire.

Serenos I Aeslingr

Modérateur

  • -
  • Messages: 2450


  • FicheChalant

    Description
    Le Roi des Trois Royaumes et le personnage le plus influent d'Ayshanra. Derrière ses allures détendues et son sourire charmeur, Serenos est un homme dangereux et incontrôlable, et une constante menace pour les royaumes continentaux. Son mépris pour le protocole lui ont attiré le titre de "Roi Fou".

Re : Consume-moi, mortel! [PV: Khnoum]

Réponse 2 jeudi 20 avril 2023, 16:32:46

-   Messire, pardonnez-moi, mais me permettriez-vous de me joindre à vous ?

Bien qu’il eût senti la vibration des pieds d’un inconnu, le Roi n’avait pas ouvert les yeux, attribuant le déplacement à un serviteur ou un page quelconque. Serenos, cependant, connaissait par cœur les voix des gens qui étaient autorisés à lui adresser communément la parole sans y être invité ; la liste de ces gens tenait sur un mémo, trente centimètre par dix, verso seulement.

Le Roi ouvrit un œil et son regard se posa sur une personne qu’il avait brièvement vu aux côtés du Seigneur Taren. De longs cheveux noirs, un œil taquin, un sourire invitant et une coupe de vin, les quatre ingrédients d’une approche polie mais plutôt difficile à refuser. Il fallait être plutôt brave pour approcher le Roi d’une nation et lui offrir à boire, mais le souverain de Meisa ne le renvoya pas. Après tout, une compagnie pouvait toujours être une excellente raison pour repousser le tout-venant, et Serenos préférait de loin ceux qui lui apportaient quelque chose sans ouvertement démontrer leurs propres intérêts plutôt que ceux qui cherchaient ses faveurs de façon éhontée.

Il se redressa lentement en position assise, regardant l’étranger et la coupe qu’il lui tendait. Une par de lui fut très, très tentée de l’envoyer voir ailleurs s’il y était, mais une autre était intriguée. Il regarda donc le jeune éphèbe dans les yeux, puis prit la coupe qu’il lui tendit. Il marmonna une phrase et le vin se mit à briller très légèrement alors que la magie recherchait un autre poison que l’alcool. Il signalait ainsi clairement à l’étranger qu’il n’est pas dupe. Cependant, ne détectant rien de nocif, le Roi porta la boisson à ses lèvres et prit une lampée de vin. Il posa la coupe.

- Asseyez-vous, si le cœur vous en dit. Pardonnez mon esprit égaré, mais je n’ai pas souvenir que nous ayons été présentés.

De fait, il était fort possible que le Roi et l’éphèbe se soient présentés l’un à l’autre au cours de la semaine depuis l’arrivée du navire Ashnardien qui les avait emmenés sur ses côtes, mais Serenos devait bien rencontrer une trentaine de dignitaires par jour, ce qui rendait la mémorisation difficile. Tout au plus, il arrivait à distinguer leur nation d’origine, mais pas le nom qui y était accroché. De toute façon, la plupart ne restait même pas une semaine sur le continent avant de retourner d’où ils provenaient, éliminant donc le besoin pour lui de consacrer une partie de sa mémoire à la rétention de leur nom. Après tout, il avait des registres pour ça, et il insistait beaucoup pour qu’ils soient maintenu à jour.

Si l’éphèbe ne portait pas grand-chose, le Roi de Meisa, en raison de son statut, arborait quelques vêtements de plus. Si Meisa n’avait pas de couronne en soi, parce que Serenos détestait porter quoi que ce soit sur sa tête, il portait à son majeur une bague gravée de son sceau, ainsi que quelques autres anneaux d’argent serti de pierres précieuses, toutes lourdement chargées en énergie magique. Il portait un pantalon en lin noir avec des broderies tissées au fil d’argent, ainsi qu’une cape d’été décorée des motifs de sa maison passé sur ses épaules et une tunique légère. En raison de la chaleur parfois étouffante d’Eist’Shabal, il n’aurait pas été raisonnable pour le Roi de se couvrir complètement, c’était un coup à s’évanouir en public. Serenos, comme l’éphèbe, ne portait cependant pas de chaussure. A son bras droit, cependant, un bandeau ceinturait son bicep, celui-ci également adorné de motifs ésotériques et de pierres précieuses.

Serenos pencha légèrement la tête sur le côté.

- Vous profitez de la fête ?

Khnoum

Dieu

Re : Consume-moi, mortel! [PV: Khnoum]

Réponse 3 jeudi 20 avril 2023, 17:08:16

Je prends la liberté de m’assoir à côté du roi, pas au point de lui frotter la cuisse non plus, mais suffisamment proche pour qu’il puisse en prendre l’initiative. Je lui adresse un petit sourire en répondant gracieusement :

-   Je vous remercie, sire.

Avec une voix douce et délicate, accompagnés de gestes maniérés, je pose ma main sur mon torse nu et je me présente en inclinant légèrement la tête.

-   Je me nomme Khnoum et je suis là en ma qualité de conseiller du Seigneur Taren. Ce mariage est une réussite et c’est en partie grâce à vous. Nous vous remercions.

Il n’était pas habillé comme un célibataire. Ce qui était normal, mais je ne peux pas m’empêcher de me demander si j’avais la moindre occasion de l’avoir pour moi un moment … Je remarque son tour de magie pour vérifier si la coupe était empoisonnée. Puis, quand il pu vérifier que tout était sûr, je lui adressais un petit clin d’œil coquin.
J’étends mes jambes graciles et glissant mes pieds au soleil, je détends mes muscles en écartant les orteils au passage.

-   Oh c’est une journée fort plaisante. Vos gens sont gentils et plutôt agréables à regarder.

De manière générale, il était fort peu apprécié dans les cours royales de fixer le roi dans les yeux. A moins de chercher à l’agresser ou à lui signifier qu’on était d’accord pour une relation charnelle. Moi bien sûr c’est le second point qui m’intéresse et je fais parfois papillonner mes cils en ne quittant les yeux du roi que pour observer plus en détails son anatomie. Du moins celle qui est visible.
A que question sur la fête, je me retourne vers son visage. Je me caresse distraitement la joue et je réponds en souriant, presque timidement.

-   C’est toujours un plaisir de voir un pays avec des mœurs aussi libres. Je côtoie bien trop souvent des cours au cultures trop exigeantes sur certains points. D’une certaine manière l’on peut dire que ce mariage allège les cœurs, entre autres choses.

Pour souligner mes derniers mots, je fais un signe vers les amants qui batifoles dans la végétation. Puis, la tête légèrement penchée sur le côté, je questionne de ma petite voix :

-   J’espère que ma compagnie ne vous est pas désagréable mon seigneur … je m’en voudrais de vous importuner avec mes babillages.

Je porte la coupe à mes lèvres, je goûte ce breuvage qui est réellement bon. Distrait, je ne remarque pas la goûte de vin qui coule de mon menton pour tomber sur mon torse nu. Je me lèche les lèvres comme pour en profiter un peu plus en fermant les yeux.

-   Mhmm ce vin est délicieux.

Puis je me retourne vers le Roi et je réponds d’une voix toujours aussi douce et fine, quoique empreinte d’une légère touche sensuelle.

-   Et vous messire ? Que pensez-vous de cette journée ? J’ai vu que vous vous étiez éclipsés. Tout ce bruit ça peut provoquer des migraines … alors … je me suis dit que peut être, je pourrais vous aidez ? On me dit souvent que j’ai le don pour apaiser les gens. 

Serenos I Aeslingr

Modérateur

  • -
  • Messages: 2450


  • FicheChalant

    Description
    Le Roi des Trois Royaumes et le personnage le plus influent d'Ayshanra. Derrière ses allures détendues et son sourire charmeur, Serenos est un homme dangereux et incontrôlable, et une constante menace pour les royaumes continentaux. Son mépris pour le protocole lui ont attiré le titre de "Roi Fou".

Re : Consume-moi, mortel! [PV: Khnoum]

Réponse 4 jeudi 20 avril 2023, 18:36:28

-   C’est toujours un plaisir de voir un pays avec des mœurs aussi libres. Je côtoie bien trop souvent des cours au cultures trop exigeantes sur certains points. D’une certaine manière l’on peut dire que ce mariage allège les cœurs, entre autres choses.

Khnoum lui indiqua un couple d’amants qui batifolaient joyeusement dans la végétation, bien qu’ils aient au moins la conscience d’esprit de rester discret pour ne pas déranger les gens autour.

- Autant qu’ils en profitent, ce n’est pas tous les jours que je tolère ce genre d’écarts.

Enfin, si, en quelque sorte, puisque le Roi n’en avait que faire des amourettes dans les jardins, et que si les amants se faisaient surprendre, ce n’était pas lui qui était le plus embarrassé dans l’histoire. Cependant, les fêtes meisaennes étaient des célébrations où alcool, herbes, substances et sexe étaient souvent au rendez-vous, car le principe même d’une fête était d’oublier la routine du quotidien, de vivre un peu en dehors des règles de bienséance pour une nuit ou plus. Fut une époque où Serenos lui-même participait avec extase aux festivités lorsqu’il n’était qu’un jeune homme vivant au loin, dans le désert des Araniades. Ses folles aventures dans les rues de Rajj’tara avec Hadrian, leurs petits déboires, leurs étreintes… ah, la jeunesse. Mais Serenos avait beaucoup changé depuis l’époque de l’adolescence insouciante. La guerre lui avait volé une grande part de sa joie de vivre et les atrocités qu’il avait vues, vécues ou infligées lui donnaient souvent l’impression que pour lui, le plaisir n’était plus de mise.

Près de lui, la voix suave et douce de Khnoum lui vint, l’arrachant à ses pensées. Il lui dit, avec une voix complètement dénuée de sincérité, qu’il ne voulait pas être un désagrément, et qu’il s’en voudrait de l’importuner. Au regard de l’éphèbe, qui s’aventurait régulièrement sur son corps, il était clair que l’importuner, ou du moins troubler sa quiétude, était exactement ce à quoi il aspirait. Mais au moins, il y avait une certaine… honnêteté, dans son comportement. Ses mots étaient remplis de contradictions entre le message qu’il voulait faire passer et le message qu’il formulait, mais sa sensualité et ses désirs étaient si apparents que les mots en perdaient un peu leur signification.

Il lui proposa alors de l’aider à soulager ses souffrances, avec un ton assez chargé pour que Serenos ait une vague idée de ce qu’il lui proposait. Le Roi regarda droit dans les yeux de Khnoum, dont le ton assuré, il s’en doutait, ne tarderait pas à changer de musicalité. Le Roi se pencha un peu sur le jeune homme, son visage se penchant sur lui, ses longs cheveux noirs tombant de chaque côté de son visage, son regard bleu scintillant légèrement alors qu’il plongeait dans le regard de l’éphèbe le sien.

« Et comment comptez-vous apaiser l’esprit d’un Roi, nepher Khnoum ? »

Nepher était un terme qui pouvait avoir plusieurs significations, mais dans celui de Khnoum, il signifiait simplement sa position de conseiller. C’était un terme relativement respectueux, dans le sens où, en soi, le terme était poli, mais l’intonation laissait supposer que le Roi en comprenait un peu plus sur la relation qui pouvait y avoir entre Khnoum et son patron. Il leva une main et glissa le bout des doigts sur la gorge de l’éphèbe, puis remonta lentement sur sa mâchoire, revenant ensuite vers son menton, qu’il pinca légèrement, se penchant encore un peu.

« Vous êtes fort arrogant, pour une si jeune personne. »

Khnoum

Dieu

Re : Consume-moi, mortel! [PV: Khnoum]

Réponse 5 jeudi 20 avril 2023, 19:43:29


Je sens bien que le roi se questionne à mon sujet. Il me fait clairement une remarque sur mon attitude. C’est normal, il ne me connait pas. A sa place j’aurais demandé à la garde de virer l’importun. Je me contente de sourire et je porte une nouvelle fois la coupe à mes lèvres.

-   Je sais d’expérience qu’un seigneur puissant n’a pas le temps de se détendre. Les rois ne font pas exception à la règle. La tension d’un homme s’accumule et l’on devient dur. Je peux …

Sa main vient caresser mon cou et je cesse immédiatement de parler. Il remonte le long de ma gorge et caresse ma mâchoire. Je suis électrisé par ce contact. Je ne peux m’empêcher d’appuyer légèrement la tête. Il ouvre ma bouche ne me tenant la mâchoire. Je me laisse faire, soumis je plonge mon regard dans le siens, pleins d’espoirs. Le roi peut sentir que ma peau est extrêmement douce, une sombre et glabre. Ma mâchoire devrait avoir la texture de celle d’un jeune homme rasé de près mais il n’en est rien. La peau est semblable à celle d’une toute jeune femme. Mes lèvres sont attrayantes et au creux de mon cou mon pouls s’emballe.

-   Je … je … heu … oh lala.

J’ai du mal à trouver les mots, je bégaye un peu. Il me perturbe et ce contact physique me fait perdre mes moyens. Je sens mon désir monter … j’ai envie de le voir dénudé ! Mais je dois me contenir, ce serait indélicat. Il me faut le convaincre. 

-   Si mon arrogance vous durci … Alors je vais continuer jusqu’à vous soulager de vos pulsions.

Je ne quitte pas son regard une seule seconde. Je porte une main à celle qui me tient le menton. Je ne la retire pas mais je la caresse. Avec ma bouche, j’y dépose quelques doux baisers.

-   On me dit parfois que je suis de bon conseil, sire. Alors écoutez celui-ci.

Je déplace un de mes pieds pour me risquer à caresser l’un des siens. Mais je ne touche pas à ses vêtements, ni au reste de son corps. Je me contente de le fixer dans les yeux, de lui caresser la main et le bras. Je me tends vers lui, malgré moi, comme pour chercher plus de contact.

-   Il faut prendre le plaisir quand il est à portée de main.

Non loin de là, une jeune damoiselle accompagnée de deux hommes domestiques, bras dessus bras dessous, passèrent non loin et se dirigèrent vers un bosquet voisin. Il ne fallut pas attendre longtemps avant de voir une jambe dénudée sortir d’un buisson, accompagnés de petits gémissements. Ce qui, avouons-le, ne faisait qu’accroître le désir dans mon regard.

Serenos I Aeslingr

Modérateur

  • -
  • Messages: 2450


  • FicheChalant

    Description
    Le Roi des Trois Royaumes et le personnage le plus influent d'Ayshanra. Derrière ses allures détendues et son sourire charmeur, Serenos est un homme dangereux et incontrôlable, et une constante menace pour les royaumes continentaux. Son mépris pour le protocole lui ont attiré le titre de "Roi Fou".

Re : Consume-moi, mortel! [PV: Khnoum]

Réponse 6 jeudi 20 avril 2023, 21:33:38


-   Si mon arrogance vous durci … Alors je vais continuer jusqu’à vous soulager de vos pulsions.

Les sous-entendus étaient plus ou moins devenu de simples entendus, à ce point-là. Le conseiller étranger semblait bien troublé pour un petit moment. Le simple contact du Roi le laissait dans un état d’excitation, ce qui semblait ne pas nécessairement lui déplaire. L’éphèbe pose des baisers sur la main du Roi, ses lèvres charnues et douces frôlant sa peau et laissant une légère humidité entre chaque baiser. Le message était clair, et établi ; il était intéressé par le souverain. Ou alors il tentait de lui soutirer des faveurs. Dans ce dernier cas, il serait fort déçu ; Serenos n’était pas du genre à marchander le plaisir pour des gains.

-   On me dit parfois que je suis de bon conseil, sire. Alors écoutez celui-ci.

Il s’approcha un peu, ses mains fines glissant sur lui, sur sa main et ses muscles. La distance entre eux laissait leur souffle se mêler en douceur. Le Roi remarqua alors l’haleine de l’étranger ; légèrement sucrée et fruitée, comme la rosée du matin dans un verger d’orangers. Cela souleva des questionnements dans l’esprit du Roi, qui tenta alors de presser son esprit sur celui de Khnoum, mais se rendit compte que celui-ci était une forteresse impénétrable. Il crut un moment avoir affaire à un sorcier, ou quelque chose du genre, mais non ; à premier vue, il était parfaitement humain.

-   Il faut prendre le plaisir quand il est à portée de main.

Dans les yeux de l’éphèbe, le Roi put remarquer son désir, une flamme naturelle et pourtant forte. Si le Roi n’avait fait que peu de choses, il était clair que Khnoum y était fort réceptif. Voire même peut-être un peu impatient, au point d’être affecté par le passage d’une femme et de ses amants. Il avait visiblement envie de faire comme eux, de se mêler à cette ambiance électrisante chargée d’érotisme, et il semblait espérer que le Roi partageait cette envie, ou du moins qu’il chercha à s’échapper de ses ennuis.

-   Nous verrons si vous êtes capable d’assumer vos paroles, nepher, dit-il avec ce ton toujours calme et posé.

C’est alors que le Roi approcha son visage de celui de Khnoum et, l’instant suivant, celui-ci put sentir la bouche du Roi se presser contre la sienne, la main libre du souverain ceinturant sa taille et le rapprochant jusqu’à ce que le corps du conseiller ne se presse contre le sien. Contrairement à lui, le Roi était fortement bâti, musclé et couvert de cicatrices. Par sa taille, par son aura, beaucoup trouvaient le souverain de Meisa fort intimidant, et certains mêmes feraient volteface lorsque opposé à un tel spécimen, mais le Roi ne le laissa visiblement pas se retirer, serrant le garçon contre son corps, l’autre main quittant son menton pour se glisser sur sa nuque, alors que sa langue se faufilait entre ses lèvres.


Personne ne regardait dans leur direction. De fait, tout le monde se fichait un peu de ce qu’ils faisaient, ou qui venait satisfaire les besoins du Roi. De fait, si quelqu’un avait une pensée pour eux, à ce moment-ci, c’était d’espérer que l’étranger savait ce qu’il faisait, parce que si le souverain était toujours frustré plus tard, cela n’augurait rien de bon pour les autres dignitaires. Vraiment, la nation Meisaenne n’avait que peu d’intérêt pour les passions individuelles, mêlant respect et pragmatisme. Après tout, si le Roi était content et repus, cela ne pouvait que dire qu’il serait plus généreux et magnanime plus tard.

Khnoum

Dieu

Re : Consume-moi, mortel! [PV: Khnoum]

Réponse 7 vendredi 21 avril 2023, 00:47:25

Je ne résiste pas et je viens me coller contre le roi. Je glisse mes mains contre son torse, je tends le cou pour goûter ses lèvres et je prends un plaisir immense à goûter son baiser. La force dans le geste du souverain illustrait en tout point l’envie du roi de se vider les couilles. Il glisse une main derrière ma nuque et m’impose sa stature. Ça m’excite et je ne peux pas m’empêcher de venir m’assoir sur loi, à califourchon. Nouant mes jambes autour de sa taille, mes bras viennent se glisser sous la tunique du roi pendant que mon bassin exécute machinalement un mouvement, la danse sensuelle du désir. Le fait que je ne porte strictement rien sous mon chendjit.

Finalement en bataillant je parviens à retirer la cape du roi ainsi que sa tunique. Il est torse nu et je peux me coller à lui pleinement. Je goûte ses baisers, je touche sa peau et ses cicatrices. Ma propre peau douce provoque souvent au contact une envie, un désir. Je n’hésite pas à en profiter. Le roi en vint à m’embrasser le cou, me permettant de respirer un peu.

-   On m’a dit que vous étiez un guerrier, est-ce là tout ce dont votre vigueur est capable ?

C’était une provocation bien sûr, comme en témoignait mon regard espiègle.

-   Faites moi … sentir … votre supériorité …

Il commence à me mordiller l’oreille ! Le salaud ! Moi je glisse ma main sous son pantalon pour y caresser le fruit de mon désir, celui que je cherche à consommer ardemment. Tout en restant ouvert aux baisers du roi, ne résistant aucunement à ses assauts, je continue de caresser, de branler, le Roi qui m’assaille de son désir.

Soudainement, je me sens me soulevés puis atterrir sur le dos. Le roi venait de renverser la situation. J’étais assis sur lui à califourchon et me voilà offerte. Je lui adresse un grand sourire. D’un geste rapide je défais mon Chendjit. Je suis dès lors complètement nu. Je bande comme un âne bien sûr, et j’écarte grands les jambes pour ceinturer mon amant.

-   Allons mon seigneur ne soyez pas timide ! Sortez votre lance émoussée, il est temps de l’affuter à nouveau !

Mes petites piques, qui n’en était pas réellement, s’accompagnaient de soupes de langues. Mes bras ceinturant ce torse gigantesque et l’attirant à moi pour sentir sa peau … ses muscles … sa puissance. J’aime cette virilité qui pulse tout contre moi.

Serenos I Aeslingr

Modérateur

  • -
  • Messages: 2450


  • FicheChalant

    Description
    Le Roi des Trois Royaumes et le personnage le plus influent d'Ayshanra. Derrière ses allures détendues et son sourire charmeur, Serenos est un homme dangereux et incontrôlable, et une constante menace pour les royaumes continentaux. Son mépris pour le protocole lui ont attiré le titre de "Roi Fou".

Re : Consume-moi, mortel! [PV: Khnoum]

Réponse 8 vendredi 21 avril 2023, 22:40:36

Visiblement, cet étranger était fort entreprenant, donc le Roi ne fit que suivre ses mouvements. Les piques n’affectaient pas le Roi, dont l’esprit était enivré par les vins, mais cela ne l’empêchait pas d’apprécier la proximité avec le jeune éphèbe. Passant d’abord sur lui, il vint à l’assaut des lèvres du Roi, l’embrassant passionnément et pressant son corps au sien, ses jambes se resserrant à la taille du Roi, qui sentit sous le chendjit une verge bien conséquente se presser contre la sienne avec une envie évidente.

Khnoum brise le baiser, et lui offre son cou, et le Roi fondit dessus, posant un baiser sur sa nuque douce et offerte, les mains du Roi se glissant alors sous le chendjit pour caresser ses cuisses galbées, ses hanches et sa croupe, relevant cette jupe étrangère avec peu d’écart pour la pudeur du jeune homme qui, de toute façon, ne semblait pas en avoir plus que ça lui-même. Comme Khnoum semblait le désirer, offrant une autre cible pour le Roi, celui-ci y vit une opportunité, le poussant à redresser la tête et lui mordilla le lobe de son oreille dévoilée. La main de Khnoum se glisse alors sous le pantalon de lin du Roi, lui arrachant un frisson de plaisir, et commence à masser son sexe qui, malgré l’alcool, semblait déjà s’éveiller doucement, jusqu’à prendre une forme bien conséquente.

Il ne sût dire si c’était le vin que Khnoum avait bu, mais le Roi le sentit partir sur le côté, et pour éviter qu’il ne se blesse dans sa chute, il passa une main sous le dos de l’éphèbe et contrôla sa chute, se retrouvant donc sur lui, sa verge maintenant sortie du pantalon pressant contre le ventre de l’étranger, qui semblait presque hilare de la situation.

« Allons mon seigneur ne soyez pas timide ! Sortez votre lance émoussée, il est temps de l’affuter à nouveau !
- Tu es ivre, dit le Roi avec une pointe d’amusement.

Ou du moins il semblait ivre. Peut-être était-ce parce qu’il avait bu le vin de Meisa de la même façon qu’il buvait un vin normal, ce qui n’était définitivement pas recommandé. L’androgyne était très excité et très téméraire, après tout, mais le Roi n’était pas sans féliciter la témérité. Il se pencha alors sur Khnoum et s’empara de ses cheveux pour l’embrasser fougueusement, puis il redescendit sur le corps du trap. Le Roi s’empara alors de son membre et, probablement à la surprise de Khnoum, entreprit d’humecter le membre celui-ci d’une bonne dose de salive, alors que ses doigts se glissaient plus bas pour venir stimuler son fondement. Agrippant sa verge de sa main libre, le Roi commença à masturber le trap avec vigueur, taquinant son gland rosé de coups de langue.

Pendant que la verge de l’éphèbe recevait un traitement royal, son fondement, lui, commença à se détendre, comme par magie, alors que le doigt du roi, étonnamment humide et visqueux, entra dans son orifice, commençant à doigter et détendre son petit cul. Mine de rien, le Roi était très conscient de ce qu’une pénétration à sec pouvait être comme expérience, et il n’avait jamais été du genre à vouloir l’infliger à quiconque. Il lui fallut quelques bonnes secondes pour que le derrière de Khnoum soit bien lubrifié et visqueux, ne serait-ce que pour insérer un second doigt, puis un troisième, cherchant à le détendre au maximum parce que la bite de Serenos restait un engin d’un gabarit conséquent.

Après l’avoir préparé, le Roi se redressa, ramenant ses longs cheveux noirs derrière sa tête et posant un regard sur le jeune Khnoum, son énorme queue se pressant contre sa rondelle serrée, les mains du Roi se posant sur les flancs du futur supplicié, et il s’enfonça en lui, d’un coup, lent mais ferme, jusqu’à ce que son chibre soit entièrement logé dans le fondement de l’éphèbe et, sans lui laisser l’opportunité de protester, il commença à ramoner son petit cul avide, affutant sa « lance émoussé » comme il le désirait si ardemment.

[Tu me diras si ça convient par MP.]


Répondre
Tags :