Le Grand Jeu - Forum RPG Hentai

Bonjour et bienvenue.

Ce forum présente des œuvres littéraires au caractère explicite et/ou sensible.
Pour ces raisons, il s'adresse à un public averti et est déconseillé aux moins de 18 ans.

En consultant ce site, vous certifiez ne pas être choqué par la nature de son contenu et vous assumez l'entière responsabilité de votre navigation.

Vous acceptez également le traitement automatisé de données et mentions légales de notre hébergeur.

From Hell With Love. [Mogak]

Nos partenaires :

Planete Sonic Reose Hybride Yuri-Academia L'Empire d'Argos Astrya Hybride Industry Iles Mystérieuses THIRDS Petites indécences entre amis
Inscrivez-vous

Mogak gra-Urog

Créature

Re : From Hell With Love. [Mogak]

Réponse 15 vendredi 03 juin 2022, 23:33:49

Ce mélange de colère, de haine, ainsi que de peur et de souffrance me prenait aux tripes. Pourquoi je n’arrivais pas à lui faire le moindre dégât ? Je donnais tout pour me défendre, pour l’attaquer, toute ma force était passée dans mes coups… Et lui bougeait à peine, souriant comme jamais… Sa main, qui se refermait sur ma gorge, m’empêchait de respirer comme il le fallait. J’avais l’impression de bouger au ralenti, pendant que ma vue commençait doucement à se flouter, réduisant mon champ de perception pour des ondulations blanchâtres.

Je vais y passer, putain… Et bizarrement, dans ma tête, je vois ce vieux Ujiayi qui me demande de faire attention aux esprits. Mourir en pensant à lui…

Noooonnnn…

Des cris de désespoir s'échappaient de ma gueule, à peine audible sous le manque d’air. Je sens mon corps lâcher, tomber… Hennnn… Et c’est le cas ! Je pars en arrière, mes pieds retrouvant le sol, de l’air remplissant mes poumons pour me donner une dose d’adrénaline de quoi reprendre mes esprits au moins.

Devant moi, coulant entre mes orteils une flaque de sang bien chaude et sur mes épaules je sens une présence, chaude, bien différente de celle de Yargol. Je peux sentir qu’elle ne me veut pas de mal comparé à mon ancien chef de clan et pourtant je reste sur mes gardes… Peut-être encore un piège de cette grotte. Me faire croire à de l’aide pour mieux me réduire en… Flaque de sang comme ce bâtard de Yargol.

T’es réel ? Je me tourne pour voir le visage de celui qui venait de me secourir, un démon au corps d’humain, je devais lever légèrement les yeux pour pouvoir le regarder. C’est rare que je tombe face à des êtres plus imposants que moi, sans que ce soit une créature.

Je peine à me tenir debout vacillant pour me tenir au piédestal où se trouvait la tête de Yargol au tout début de notre rencontre. Je manque de souffle, me penchant en avant pour essayer de respirer comme il faut gardant la bouche grande ouverte, en attendant, je vois mes vêtements revenir sur moi. Encore de la magie…

Un allié ici… Je ricane manquant de m'étouffer, après ce que je venais de me prendre dans la gueule, c'était vraiment difficile à y croire. Baissant les yeux vers la flaque de sang, je me dis que c’est peut-être bien lui qui a fait ça pour me secourir. Et le mot noble sonne à mes oreilles ! Aamon ? Buer ? Pourquoi faire tout ça pour que j’reste en vie... J’suis même pas un démon… À quoi bon…

Si je n’arrive pas à passer cette épreuve, comment je vais faire pour les autres à venir ? Je ne peux rien faire sans des pouvoirs, même avec le gourdin enchanté de l’ours ça n’a rien changé… Couplé à l’étrange force que j’ai ressentie en moi… Rien à faire. Après bien sûr que je n’allais pas refuser et me laisser mourir simplement dans une grotte, mais la confiance en moi qui me permettait d’avancer tête baissée venait d’en prendre un coup sur ce combat. Je m’étais revue des années en arrière sans rien pouvoir faire pour me sortir de ce merdier.

J’dirais rien… De toute façon dire quelque chose, c’était se mettre dans la merde en même temps. Une baisse de moral, mais je n’avais pas envie de me faire torturer dans les feux des enfers pour avoir participé à une chasse sans y être invité et que je ne voulais même pas, c’est ça le comble. Moi qui pensais me rendre au marché pour entretenir mes relations. J’vois pas comment t’peux m’aider…

J’avais bien compris quand venant ici, il venait d’enfreindre les règles de la chasse et qu’il n'avait pas intérêt à recommencer. Je le voyais mal débarquer à toutes les épreuves. Et il n’était pas censé y avoir d'autres spectateurs ? Les autres… Ils sont… Je ne peux finir ma phrase que je vois cette petite bille de fumée blanche arriver vers mes lèvres, accompagnée du doigt du démon.

Qu’est-ce… Décidément c’était agaçant de ne pas terminer ses phrases, son doigt venait de se poser sur mes lèvres entrouvertes, rentrant doucement dans ma bouche. Je recule la tête, appréhendant ce qu’il pouvait arriver en avalant cette chose… Sauf que je ne peux pas aller bien loin avec la fatigue que j’accumule, sans cette pierre, je pense que je peux m'effondrer sur le sol. Et c’est sans grande conviction que je le laisse rentrer dans ma bouche poussant tout doucement cette fumée…

Sans un mot, je le regarde dans les yeux pendant qu’il continue son parcours passant mes lèvres pour venir titiller ma langue surprise qui vient à se mouvoir contre lui, caressant le dessous de son doigt sans chercher à le repousser. Je sens la fumée glisser dans ma gorge laissant une traînée froide qui vient me brûler sans que ce ne soit douloureux. Puis il se retire, sans le vouloir je viens refermer mes lèvres avant qu’il ne soit entièrement sortie, englobant sa dernière phalange entre mes lèvres pulpeuses.

Une partie de t’force c’est… Bordel ! Je vois le noble disparaître dans un éclat de fumée sans qu’il ne puisse répondre à aucune de mes questions. HEY ! P’TAIN ! C’est quoi cette manie. J’sais même pas t’es qui… Il ne m'avait même pas dit son prénom, il vient me sauver et disparaît en un rien de temps. Tant pis, je ne vais pas insister plus longtemps, si d'autres nobles venaient à me regarder autant que je n’en parle pas.

Je lâche la pierre froide, pensant que cette force allait m’aider à reprendre des forces et à la seconde, je sens mes genoux se dérober, du haut de mes deux mètres je viens m'étaler sur le dos au bout de ma vie. D’un côté la pierre froide et humide, me fait le plus grand pied, cette chaleur dans mon corps me perturbe comme une légère fièvre. Qu’elle force… Impressionnant… Oui allongée sur le sol, je viens à me moquer de ce présent. Je pourrais encore en rajouter, mais cela pourrait se retourner contre nous. Juste…

J’vais gagner… Je lève la main vers le plafond de la cave, avant de la laisser retomber sur mon visage. Avant de gagner, je dois me reposer… Je sens tout mon corps trembler, je crois que c’est cette fumée blanche qui me fait quelque chose, alors que c’est tout simplement la pièce qui est en train de changer. Les murs de la cave tournent, se mélangent, s'ouvrent pour laisser des ouvertures, me laissant entendre un cri au loin.

La minette ! MITHRA ?

Je me redresse sur les coudes pour pouvoir crier aussi fort que je le peux, j’arrive à discerner des bruits de pas, bien plus fort que d’habitude si bien que mes longues oreilles partent sur l’arrière avec la douleur. Mon ouïe est devenue plus sensible, j’ai l’impression… Au point d’entendre mon coeur accéléré dans ma poitrine. Merde… Cette sensation est désagréable au point de me donner des nausées juste au moment où je vois des oreilles poilues arriver.

Mithra c’est bien toa ? Et pas un p’tain d’fantômes ?

Je redresse mon buste totalement pour me mettre en tailleur sentant que ma force physique revenait petit à petit, contrairement aux nausées qui restaient bien présentes.

T’vas bien ? Ujiayi est pas avec toa ?

J’espère que tout allait bien de son côté, il est bourru et parle beaucoup, mais il est sympa. Maintenant que j’étais avec Mithra, j’allais en profiter pour en savoir plus sur les nobles et ce sauveur qui venait de détruire Yargol… J’espère que ce n'était pas son père et qu’elle n’allait pas sentir que quelqu’un était passé par ici.

Stephen Connor

Administrateur

  • -
  • Messages: 2915


  • FicheChalant

    Description
    Colosse d'un mètre et quatre-vingt quinze centimètres, de près de cent cinquante kilos, aux yeux rouges et à la peau cuivrée. 
    
    Champion de Lucifer, Grand Duc du plan Infernal. A la tête de cent Légions de démons.
    
    Prétendant au trône d'Ashnard, sur le point de réaliser un coup d'état.
    
    PS : Préfère les gros culs D:

Re : From Hell With Love. [Mogak]

Réponse 16 samedi 04 juin 2022, 14:31:29

Moins Helel en disait sur son identité et ses desseins, plus ses chances de ne pas être identifié augmentaient. Et puis, il lui fallait bien avouer qu’il aimait le mystère, les mises en scène et autres coups de théâtre. Ses doigts encore chauds du contact avec les lèvres de Mogak, le beau diable ne put s’empêcher de les suçoter à son tour, alors qu’il réapparaissait dans la salle de projection et la déverrouillait discrètement, d’un sortilège rapide.

***

Les oreilles de Mithra s’agitaient, à droite, à gauche, dans toutes les directions possibles et imaginables. La princesse sentait une présence inhabituelle, un parfum qu’elle connaissait de loin. Mais cette grotte renfermait bien des ruses, bien des secrets. Imiter le parfum de son parrain n’avait rien d’invraisemblable pour la magie qui sommeillait en ces lieux.

« Ah, te voilà. » Soupira la chatte, soulagée.

Mogak avait l’air de se remettre d’un sacré coup. Et il aurait été difficile d’ignorer la flaque de sang et d’os au sol, derniers restes de l’invocation qui avait dû s’en prendre à l’orc. Mithra croisa ses bras sur sa poitrine, affichant une moue impressionnée. Son père lui avait raconté les histoires des mortels qui se joignaient à la chasse.

L’évènement était réservé aux démons, et jamais un être inférieur n’avait survécu aussi longtemps que Mogak semblait l’avoir fait. Être récupérée sous l’aile d’Ujjayi devait aider, sans aucun doute, mais il viendrait bien un moment où les deux devraient s’affronter. La noble n’avait jamais entendu parler d’une victoire partagée.

« Beau travail. » Félicita Mithra, bougeant le crane au sol du bout de son pied.

Lentement, la féline ôta le bandeau qui couvrait son œil, découvrant ce dernier et sa couleur ambrée, son aspect serpentin. Quelques incantations quittèrent ses lèvres, alors qu’elle les accompagnait d’étranges gestes de sa main qui n’étaient pas sans rappeler une danse.

Puis, le silence.

« Nous pourrons parler en paix, désormais. Les observateurs sont nombreux et trop curieux à mon goût. Je me passerai des jugements de mon père et de mon parrain. »

***

« Qu’est-ce qu’elle fait !? » Tonna Buer.

Le sortilège de sa fille venait de couper la projection, et ni Buer ni Aamon ne semblaient capables de réinstaurer le sort qui leur permettait de maintenir yeux et oreilles sur le déroulement de la compétition. Pourtant, le Loup Noir ne semblait pas dérangé. A vrai dire, il ne semblait même pas réellement chercher à restaurer son propre enchantement.

« J’imagine qu’elle aura aussi coupé la projection astrale de cette Mogak. » Réfléchit le maître des lieux, alors que son ami Buer essayait de quitter la salle.

Heureusement pour Helel, il avait pu disparaître avant que Mithra ne rejoigne celle qu’il avait lui-même sauvé quelques instants auparavant. Il était confiant quant au fait de ne pas avoir été aperçu par les deux autres spectateurs, concentrés sur l’épreuve de la princesse. A quelques minutes près, il serait apparu la main dans le sac, dans la pièce où un fantôme retraçait les pas de sa filleule.

« Messieurs. » Salua Helel, entrant dans la pièce. « Je constate que cette salle non plus ne fonctionne plus. Cette compétition devient si intéressante. » Minauda-t ’il, réprimant un sourire malin.

Aamon haussa un sourcil, cherchant à sonder les pensées de son ami. Bien évidemment, dans un sens comme dans l’autre, une telle magie était futile. Tous les démons ici présents étaient plus ou moins aussi puissants les uns que les autres.

« Un peu de mystère ne nous fera pas de mal. Qui sait ce que Mithra prépare. » Conclut Aamon, prenant le chemin de la porte où Helel se tenait encore. « Allons voir ce qu’il en est d’Ujjayi. »

***

« Oui, oui c’est moi. Et je déduis à ton parfum de mortelle que tu es bien la vraie… Mogak ? » Mithra ne put s’empêcher un petit sourire taquin. « Désolé, ce n’est pas poli d’espionner les gens, mais j’ai entendu Uji t’appeler comme ça. »

La chatte s’étira avec élégance, de tout son long. Elle expliqua à l’orc qu’elle courait dans cette cave depuis plusieurs heures déjà, et qu’elle n’avait même pas senti la présence d’Ujjayi pour le moment. Puis, la princesse élabora un peu plus, sans rentrer dans les détails des épreuves qui l’avaient assailli jusque-là. Elle avait senti le cerf de l’autre côté des montagnes, et pour y arriver rapidement, il faudrait traverser les tréfonds de la grotte.

« Je dois t’avouer que je n’avais pas pour idée de faire équipe avec quelqu’un. Mais je suis curieuse de savoir comment et pourquoi tu es venue ici ? Même si tu gagnais, les seigneurs de l’enfer te tueraient immédiatement après ta victoire. Cet endroit est réservé aux démons et autres infernaux. » Mithra ôta son gant griffu et jeta sa dague au sol, s’approchant lentement de Mogak. Elle se pencha sur elle, inspirant l’odeur de ses joues puis de son cou. « Tu n’as pas exactement la même odeur qu’il y a quelques jours… Je… » La féline se redressa, frottant son menton d’un air dubitatif. « Je crois que cette grotte essaie encore de me griller les neurones. Tant pis. »

Alors qu’elle récupérait ses armes, la diablesse expliqua à Mogak ce qui les attendait plus bas, à savoir une traversée périlleuse. Dans les profondeurs de la grotte se trouvait un lac de montagne sous une coupole formée dans la roche. L’endroit était éclairé du scintillement de pierres magiques situées en bas de l’étang. Evidemment, il y avait une surprise en ces lieux.

Des pontons menaient à plusieurs barques, en accès libre pour quiconque désirait traverser l’étendue d’eau. D’après les dires d’Uji et de nombreux autres participants, l’eau était parcourue par les souvenirs des damnés. Certains voyaient ce qu’ils convoitaient au fond de l’eau et s’y noyaient, d’autres se faisaient trainer dans le lac glacial par les mains avides de leurs ennemis vaincus.

« Je ne sais pas qui est ton ami, mais tu risques de le croiser à nouveau. » Annonça Mithra en désignant la pile d’os au sol. « A moins que tu ne traines une liste de victime aussi longue que la mienne, auquel cas… Eh bien tu pourrais croiser bien des gens. »

Elle tendit sa main à Mogak, lui proposant une aide afin de se remettre sur ses jambes. Il était évident que l’orc n’était pas dans la meilleure des conditions.

« Je peux t’aider à survivre ici. Si Ujjayi te fait confiance, alors je le ferai aussi. Mais ne te méprends pas. C’est moi qui gagnerai. » Mithra n’était pas menaçante dans ses propos, mais la détermination se lisait dans son regard. « Surtout ne parlons plus de ta… Vraie nature. On y va ? » Demanda la féline, avant de baisser son bandeau et rompre le sortilège qui dissimulait leur conversation.

Mogak gra-Urog

Créature

Re : From Hell With Love. [Mogak]

Réponse 17 lundi 06 juin 2022, 19:56:08

Merci… Une seule réponse à son compliment, sachant que ce carnage ne venait pas de moi, ça ne venait pas du cœur. Je la regarde enlever son bandeau, laissant un œil d’une autre couleur apparaître, avec ses paroles et les gestes que la minette était en train de faire. Je comprenais que j’allais encore avoir le droit à une dose de magie… C’était vraiment agaçant à force, mais bon peut-être que la donne allait véritablement changer avec ce que je venais d’avaler. Pour le moment, je me sentais de mieux en mieux, mes oreilles commençaient à s’habituer aux nouveaux sons et les nausées toujours présentes devenaient moins intenses.

Je la laisse finir, ne sachant pas quand je pourrais reprendre la parole et je n’ai pas envie de faire une gaffe en disant quelque chose qui pourrait nous mettre mal. Et c’est Mithra qui rentre en piste quand tout semble être en place, en appuyant sur mon statut de mortel.

Oui… C’est bien moi, Mogak la mortelle. Je n'étais même pas surprise qu’elle connaisse mon prénom, comme je connaissais le sien depuis un moment. C’est normal de vouloir en apprendre plus sur ces potentiels adversaires… Directement, j’avais posé des questions sur elle quand elle était partie, apprenant son prénom, le nom de son père et ainsi de suite. C’est normal de s’renseigner sur les adversaires.

Je l’écoute parler, le passage sur Ujiayi m’inquiète un peu, si elle n’arrive pas à sentir sa présence je risque pas d’y arriver… J’espère vraiment que l’ours arrive à se sortir de ce mauvais pas. Je ne sais pas s’il est possible d’affronter plusieurs adversaires en même temps, car s’il doit affronter un équipage en entier… J’avale ma salive avec difficulté. J’crois en lui ! Il va l’faire. Pour le cerf, c’est une bonne chose de savoir où il se trouve, il faudrait juste réussir à sortir de cette grotte.

Comment et pourquoi… En tailleur sur les pierres humides, je baisse la tête vers le sol, me retenant d’éclater de rire. Si j’savais… Crois-moi, cétait pas mon plan d’arriver ici ! J’voulais juste passer une bonne nuit pour être en forme pour aller au marché du village. Je me remets à ricaner, revoyant dans ma tête, le visage de ce vieux orc criant en agitant son bâton de chaman. Mais d’après quelqu’un, j’dois accomplir ma destinée. Destinée de merde…

Surtout que Mithra venait de m’apprendre que j’allais crever dans tous les cas, si je venais à gagner rien n’allait changer… SUPER ! Après, j’avais peut-être une chance, comme elle venait de le dire je n’avais plus la même odeur… Avec la force du démon, je pouvais me fondre dans la masse être épargnée. Il y avait trop de peut-être, des si… Et même Mithra pouvait m’accuser de triche, elle seule connaissait mon secret. Ce bordel. Mon cerveau chauffait, ce n’était clairement pas ma spécialité, je préférais foncer dans le tas. Avec le temps, la situation allait peut-être se débloquer. On n'avait pas le droit de tuer nos adversaires, mais il devait être possible de les combattre… Je lève ma tête vers la minette qui venait de me renifler, plantant mes yeux noirs dans les siens.

Cette grotte, je n’en peux plus… Je vais devoir la combattre à un moment ou un autre pour ne pas qu’elle puisse parler de ma nature… Mythra quoi qu’il arrive je vais gagner…

Je fais craquer mon dos pour le remettre en place, écoutant toujours ce qu’elle avait à me dire sur la suite des événements, je me faisais plus trop d’illusions à ce moment, les épreuves allaient devenir de plus en plus dures, mettre toutes nos capacités en action. Cette surprise au lac, je m’imaginais déjà voir une créature prête à engloutir les plus gros navires de terra boostée avec les pierres magiques qui se trouvaient dans l’eau. Et finalement, non, c’était encore une histoire de fantômes qui voulaient seulement t’attirer dans l’eau pour te noyer. J'aurais préféré me battre contre un poulpe.

Je tends le bras pour attraper mon gourdin pour l’attacher à mon pagne avec une sangle en cuir, tenue avec un croc de félin que j’avais combattu il y a bien des années. J’ai tué bien des gens, mais lui c’est ma plus grande fierté. Et j’ai persuadé qu’il allait revenir, prendre encore une fois sa revanche, il était si proche du but… Sans l’aide du démon il aurait eu ce qu’il voulait. Il viendra cette fois avec de l’aide pour mieux gérer la situation. Merde… J’verrais bien. J’en avais vraiment marre de devoir penser à l’avenir, essayer de planifier plusieurs coups en avance.

Je viens attraper la main de Mithra, si petite, je pourrais la broyer facilement si elle était humaine. Debout, je prends une grande inspiration, clairement j’arrive à me tenir debout et à faire quelques pas comparés à avant… La douce chaleur se dégage dans mon corps de tous les côtés.

T’vas gagner… Laisse-moi rire… T’vas pleurer quand une mortelle va t’mettre à terre. Je lui lance un sourire dévoilant mes dents et mes crocs. Juste avant qu’elle remette son bandeau en place je lui pose une question. T’peux me dire qui sont tous les nobles qui nous regardent ? À voir si elle allait aborder la réponse alors qu’on était de nouveau observées.

En route on doit sortir d’ici et retrouver Ujiayi au passage. À trois on serait vraiment plus fort dans cette grotte, même s’il ne connaît pas ma nature il pourrait facilement faire diversion. Je passe devant, approchant de l’ouverture dans la pierre sans jeter un dernier coup d’oeil aux restes de Yargol, la prochaine fois c’est moi qui viendrais le tuer encore une fois. Et juste avant de passer dans le couloir, je m’arrête net, posant brutalement ma main sur la veste de Mithra serrant le vêtement.

C’est mieux comme ça nan ? La grotte va pas nous séparer ! Je venais de me rappeler mon arrivée ici, quant au bout de deux pas Ujiayi avait disparu derrière moi… Si je tiens la minette, il y a moins de chance que ça se produise. Sans contrôler ma nouvelle force, je viens la coller contre moi brutalement, écarquillant les yeux sous la surprise. Hmmmm… Avançons. Je ne préfère pas faire de commentaire sur ce qui venait de se produire pour éviter que la minette ne se pose des questions.


Stephen Connor

Administrateur

  • -
  • Messages: 2915


  • FicheChalant

    Description
    Colosse d'un mètre et quatre-vingt quinze centimètres, de près de cent cinquante kilos, aux yeux rouges et à la peau cuivrée. 
    
    Champion de Lucifer, Grand Duc du plan Infernal. A la tête de cent Légions de démons.
    
    Prétendant au trône d'Ashnard, sur le point de réaliser un coup d'état.
    
    PS : Préfère les gros culs D:

Re : From Hell With Love. [Mogak]

Réponse 18 lundi 06 juin 2022, 21:44:51

Mithra observa l’orc, incrédule. Que savait-elle pour se montrer aussi confiante ? Les oreilles de la féline s’agitaient alors que la jeune diablesse réfléchissait. Mogak affirmait être arrivée ici par pur hasard ? L’odeur de la verte avait légèrement changé, il y avait enfin quelque chose de démoniaque. Mais c’était infime, une goutte d’eau dans un désert.

« Ceux qui nous observent ? » Demanda Mithra, ôtant alors sa main du bandeau en cuir qui couvrait son œil démoniaque. « Sûrement mon père. Mon parrain, Helel, m’a dit qu’il viendrait voir le tournoi, aussi. Et Aamon regarde toujours son propre tournoi. Pour les autres, ça doit varier. »

La chasseuse n’aimait pas s’étendre sur le sujet qu’était son père. Les démons mineurs lui avaient toujours reproché d’être mise en avant, privilégiée par la nature de son sang. Et les autres nobles se moquaient constamment des origines infernales modestes de sa mère. Avoir remporté la chasse n’y changeait rien : Pardia, la mère de Mithra, restait une inférieure.

Car Aamon, contrairement à beaucoup d’autres Princes infernaux, n’était pas un amateur de l’asservissement. Il représentait le loup solitaire, l’amour de la liberté. Il n’avait jamais transformé un de ses champions en un nouvel être surpuissant, en un démon majeur. Il se contentait de leur offrir cent ans de pouvoir absolu. Dès lors que le prêt touchait à sa fin, le vainqueur du tournoi revenait à ses origines, simplement.

« Si tu t’en sors assez bien, peut-être qu’Helel ou mon père voudront de toi. » Remarqua la féline, l’air amusé. « Ça t’évitera des problèmes. Je pense que ça t’en apportera d’autres, aussi. Je pense que tu es leur type. » Elle observa la musculature et le corps féminin de Mogak d’un œil approbateur. « Enfin, surtout le sien. » Les yeux de Mithra roulèrent alors qu’elle se remémorait les goûts de son parrain.

Mithra elle-même était musclée et imposante, bien qu’elle soit encore toute petite par rapport à une orc aussi bien bâtie que son associée. Aucun doute que Buer ou Helel trouveraient dommage de gâcher la délicieuse âme d’une femme aussi plaisante à l’œil. Mais encore fallait-il que Mogak reste en vie d’ici la fin du tournoi.

« Même te cacher et attendre n’aiderait pas. La chouette récupère personnellement tous les perdants. Elle te trouverait. » Puis, considérant que ses explications étaient suffisantes, la diablesse remit son bandeau sur son œil, incapable alors de maintenir le sortilège. « Ne t’inquiète pas pour Ujjayi. Il est peut-être déjà devant nous. »

***

« Ce bon vieil Uji. Toujours aussi primitif. » Aamon souriait en observant Ujjayi affronter tout son équipage, lequel tentait de renverser sa barque pour l’attirer dans les fonds. « L’idiot m’impressionnera toujours. » Malgré les paroles du Loup Noir, ce dernier s’exprimait avec affection, l’œil bienveillant.

Tous les nobles avaient déjà quitté la pièce où se trouvait la projection de Mithra, et celle de Mogak était inoccupée. Les dix nobles présents visualisaient donc le combat éternel du Capitaine Ujjayi Vishra contre l’équipage qui l’avait trahi et laissé pour mort sur une ile sauvage. Sa barque était devenue galion, le lac souterrain devenu océan Ashnardien infini, et ici, la violence du démon lui donnait sa vengeance sur son passé, affrontant son équipage entier.

« Ujjayi, gagner ? Ça parait impossible. » Commenta Buer. « La seconde place du podium lui est déjà réservée, comme chaque fois. »

***

Mithra haussa un sourcil en sentant Mogak l’agripper, puis un léger cri de surprise quitta ses lèvres lorsqu’elle se sentit tirée par l’orc. Il pensait invraisemblable que cette mortelle ait la force de manipuler une noble comme un brindille de la façon dont elle venait de le faire. D’un coup, Mithra regarda l’orc droit dans les yeux.

« Tu me plais aussi, ma grande, mais je ne couche pas pendant le tournoi, et encore moins dans cette caverne poisseuse bourrée de fantômes. » Minauda la jeune femme, avant de faire preuve de sa propre force et de dégager la main de Mogak. « Tiens, tu peux tenir ça si tu veux. Les couloirs deviennent étroits assez vite ici. » La chasseuse soupira un instant. Elle chercha quelques cordages dans une des sacoches qui pendaient à son ceinturon, entourant un lien autour de son propre poignet avant de tendre l’autre coté à l’orc.

La féline n’avait pas menti. La grotte cherchait très visiblement à séparer les deux chasseuses, tentant constamment de les forcer dans des passages traitres, labyrinthiques et trop étroits. La corde leur offrait heureusement toutes les informations dont elles avaient besoin. En quelques minutes de bavarderie sur leurs goûts et leurs vies, les deux femmes arrivèrent enfin devant l’embarcadère embrumé.

C’était un beau spectacle, une caverne teintée de bleu, éclairé par des éclats scintillants innombrables, depuis les profondeurs d’un lac qui paraissait interminable. Personne ne gardait les lieux, et la vingtaine de barques attachée au ponton. Il manquait très clairement un seul emplacement. Quelqu’un avait déjà récupéré une des barques.

« Ouais. Je crois bien qu’Uji est devant nous. » Elle soupira en repensant à ce gros ours, trop amical pour son propre bien. « Tu sais, je l’appelais Oncle quand j’étais petite, il y a un peu moins d’un siècle. » Mithra prit place sur une des barques, affichant une moue incertaine quant à l’apparence miteuse du bateau. « Mais ne t’y trompe pas. Il nous laisserait nous noyer ici si cela voulait dire gagner. »

Le bateau changeait de forme en un clin d’œil, se faisant plus grand pour accommoder Mogak, prenant l’apparence d’une des pirogues qu’utilisait son clan pour se mouvoir sur les fleuves de sa contrée natale.

« Joli. » Approuva Mithra.

Il ne fallut pas plus de temps pour que les deux chasseuses se mettent en route. Leur environnement devenait alors une jungle épaisse, leur lac un fleuve meurtrier semé de rapides et de créatures sauvages. Pour Mithra, cela n’évoquait aucun souvenir. Mais à en juger par les orcs qui poursuivaient leur pirogue, cela devait être une mémoire traumatisante de l’esprit de la belle Mogak.

« Dirige ! Je m’occupe du reste. » Dit Mithra d’un ton sérieux, l’air déterminé. Agilement, elle récupéra une lance en plein air, qui leur était adressée, avant de la lancer sur un des orcs fantomatiques, qui s’effondra dans la rivière en un hurlement. « Si on se retrouve chez moi, je prendrai les commandes. »

Mogak gra-Urog

Créature

Re : From Hell With Love. [Mogak]

Réponse 19 lundi 13 juin 2022, 23:19:24

Helel ? Un nouveau prénom sonne à mes oreilles, c'est son parrain… Mais la minette s'arrêta rapidement, ne me dévoilant finalement qu'un nom… Pour un tournoi de cette taille, il devait bien y avoir d'autres nobles. Finalement, je n'étais pas plus avancée ne sachant pas qui était venu m'aider et m'avait donné une partie de sa force. En soit ça n'allait pas changer les choses car je ne pourrais pas en parler et j'allais peut-être jamais le revoir si les épreuves se passaient bien, il devait également assurer ses arrières en faisant ça. Si je venais à céder, si la grotte venait à embrumer mon esprit et que j'en parle sans faire attention. Il y avait beaucoup de si, en même temps, c'est comme ça depuis que je suis arrivée.

Vouloir d'moi ! Je ris. Jaune. Je me force, grognant en même temps. J'étais leur type franchement… Les sales chiens. Je repense directement à Yargol qui était dans le même genre, je lui appartenait, il voulait de moi… Et je l'avais décapité. Qu'ils viennent… Même si c'était ma dernière chance de survie après cette chasse, je n'appartiendrais à personne. Je ne rajoute rien, voyant Mithra remettre son bandeau et me concentra pour la maintenir en place pour éviter que la grotte nous sépare.

Ma poigne la serre fort pour ne pas qu’elle disparaisse, quand je l’entends… Quoi ! C’est clairement une exclamation qu’une question pour répéter ce qu’elle venait de dire car j’avais très bien entendu. T’es barjo ! J’veux pas coucher avec twa. Je n'en avais même pas eu l’idée depuis le début avec tout ce qui m’arrive, je n'ai pas le temps de penser à ma vie sexuelle en combattant des aigles, des fantômes, cacher mon identité. J’avais bien envie de lui bien des choses mais cela impliquait de signer mon arrêt de mort en disant clairement que je n’étais pas un démon.

Alors sans un bruit, je viens attraper la corde pour la fixer à mon poignet avec un nœud bien ferme, qu’on utilise pour la création de nos armes. Avec de la patience, nous avançons dans la grotte qui ressemble plus à un labyrinthe en ce moment, des passages se font étroits avec ma carrure, je dois forcer, me tourner dans tous les sens pour réussir à faire quelques pas. Grom’b. Une insulte dans ma langue pour dire quelque chose comme merde avant de passer le dernier tunnel pour arriver à notre destination. Le cœur de la grotte. Cette caverne fabuleuse, ou même mes yeux noirs viennent s'illuminer devant tant de beauté.

J’ai du mal à croire que cet endroit souhaite notre mort.

Mais il faut toujours se méfier des apparences.

Ça me rappelle une histoire qu’on nous raconte quand on est petit dans ma tribu… Le temps de nous préparer pour embarquer, j’en profite pour parler rapidement de cette histoire qui sert à faire peur aux enfants. Et qu’ils évitent de se promener seuls dans les contrées pour s’exposer à des dangers. Le récit raconte que dans les terres sauvages, la grandeur de la forêt ouvre un lieu idyllique avec de l’eau à profusion, de la nourriture qui ne s’épuisent jamais. Des bêtes rares y vivent, des oiseaux de Jade, avec des plumes bleues/vertes aussi fragiles que du verre. Ces oiseaux sont si rares qu’il est possible de faire vivre un peuple pendant une décennie si on arrive à en capturer un et à le revendre. Un paradis pour notre peuple… Sauf que c’est également un piège capable de nous détruire, ce lieu est vivant nous avalant, les fruits sont toxiques nous forçant à nous entre-tuer. L’eau nous provoque des hallucinations auditives et visuelles, transformant la forêt en brasier sans vie. Et les oiseaux de Jade viennent se transformer en dragon pour nous dévorer.

Rien n’est vrai dans cette histoire, je crois. Peut-être pas… Mais en tout cas ça suffit pour faire peur à la marmaille et qu’on évite de trop s'éloigner du clan. Il ne faut jamais se fier aux apparences.

Entre-temps, nous avons embarqué, une dernière pensée pour l’ours avant de se laisser guider par les eaux. Très vite, le décor se met à changer, pour me retrouver dans ma jungle sur une pirogue avec Mythra, c’est un souvenir de ma jeunesse, notre clan c’était chasser par une autre tribu… Très jeune, je me souviens avoir eu peur face au rythme effréné de la course-poursuite, des lances qui passaient proche de ma tête avec ma mère qui essayait de me protéger. C’est à ce moment aussi que j’ai vu la mort pour la première fois, les membres de mon clan qui tombaient pour se vider de leur sang, alors qu’on ne pouvait rien faire, car on devait gérer les rapides.

Attention aux lances, elles sont empoisonnées. Un conseil, alors que je prenais le commandement de la pirogue, sur l’avant du bateau de fortune je tenais les pagailles pour gérer les rapides. À cause du courant, il fallait surtout faire aux énormes rochers qui pouvaient se cacher et endommager le bois pour nous faire couler. Comparé à mon enfance, j’étais plus forte, surtout avec ce pouvoir qui venait enflammer mes bras.

Je bougeais la pagaille pour éviter les obstacles, accélérer, nous pousser quand on approchait trop rapidement des bords. Je voyais des lances filer dans l’eau celles de nos adversaires, je ne me retournais pas pour regarder nos arrières. J’avais confiance en Mythra, c’était une combattante et détourner une fois le regard pouvait nous conduire au fond du fleuve. Tu t’en sors ?

Et comment la minette venait d'éliminer le dernier ennemi, je ne pouvais que sourire face à cette victoire écrasante. Pas si dangereuse cette grotte. Alors que j’avais failli crever à la première épreuve. Le fleuve vient à se calmer, me laissant le plaisir de relâcher la pression, pouvant profiter de la tranquillité de l’eau. Les crocodiles sortent de l’eau sous notre passage pour venir claquer les dents, entre les lianes, on pouvait voir des singes, ainsi que des oiseaux tropicaux de plusieurs couleurs. J’aimais bien cette époque même si je n’avais plus beaucoup de souvenirs. J’étais encore innocente.

Je détourne les yeux en voyant dans l’eau les corps fantomatiques flotter autour de notre embarcation, c’est vraiment bien fait… Les pouvoirs des démons sont vraiment incroyables. Un corps vient se bloquer devant la pirogue, bizarrement elle n’arrivait pas à le traverser, avec ma pagaille j'essayais de le pousser sans réussir… Tsss… Je suis obligée de me redresser sur les genoux pour me pencher en avant et le décrocher, au moment où je viens l’attraper pour le tourner, je vois les yeux de l’orc s’ouvrir, ses mains viennent m’attraper la nuque et les épaules pour me traîner au fond de l’eau.

J’ai le réflexe de poser mes mains sur le bord de l'embarcation pour ne pas sombrer du premier coup et résister à ce poids mort qui continue de me tirer pour me noyer. Les yeux grands ouverts, je vois l’orc se décomposer devant moi, sa peau verte est rongée par le mal. Je viens lâcher la pirogue d’une de mes mains, pour la plonger dans l’eau le plus fort possible, attrapant le bras de l’orc pour lui briser le poignet et avoir une chance de relever la tête, le traînant hors de l’eau en même temps. Je prends une grande bouffée d’air quand je reviens à la surface pendant que le fantôme se met à crier.

MENTEUSE !!! TRAÎTRESSE !!! TU N’ES QU’UNE…

J’ai trop peur de ce qu’il va dire, car cette scène ne s’est jamais passée dans ma vie, comme Mythra il arrivait à sentir que j’étais qu’une humaine, qu’il allait le crier pour que les nobles puissent l’entendre. Ça ne doit pas arriver si c’est ça. Ma main qui lui avait brisé le bras, vient lui attraper la mâchoire inférieure déformant les mots qu’il prononçait pour que ce soit incompréhensible. Et je tire dessus sans la moindre compassion, les os viennent éclater, la chair se déchire laissant couler un liquide bleu à la couleur du fantôme, tout cela à l’air bien réel même si c’est un être fantomatique.

Je lui laisse la langue pendante dans le vide sans pouvoir parler, il n’arrête pas de s’agiter pour autant n’ayant pas apprécié mon acte. Krimo’rahhhhh… Qui voulait dire : avale ta langue et en langage plus courant ferme ta gueule. Je laisse la mâchoire tomber dans l’eau, attrapant la langue pour l’arracher à son tour, le muscle bouge encore dans mes doigts, je lui avais demandé de se calmer.

Dégage…

J’allais me défaire de son emprise pour le plonger dans l’eau et l'éliminer définitivement, quand sa tête se mit à tourner rapidement dans tous les sens, enchaînant même des 360° degrés. C’est quoi… Je n’y comprenais rien, l’étreinte sur mon cou se resserre alors qu’elle commençait à s’affaiblir, son visage se reforme, les traits… Je le reconnais. Le vieux.

MOGAK FILLE DE UROG !!! Ta destinée approche à grands pas.

Je recommence à me débattre, essayant de lui briser les bras sans y arriver.

Garrosh, ikm Trk'hsk mero, bla’ood came ikm’hsk aka’manao y ireshom. Lok'Gregal Negar ! Dae'mon cochim’rk, ikm chasem. Lok'tar Ogar ! Lak'tuk Pacek ! Igr’mon krigty ikmo tarma’ji, hunder as ogarmos. Il se mit à parler en langue ancienne, j’avais même du mal à comprendre certains mots oubliés, il n’était pas un vieux sage pour rien. Je doute que les démons puissent comprendre ce qu’il disait sachant que même moi j’avais du mal. Approximativement, il disait : Coeur de guerrier, tu seras mise à l’épreuve encore plusieurs fois, un carnage devrait arriver ou tu devras mettre à l’épreuve ta force et… Les mots m'étaient inconnus. Ton destin est en marche ! Une âme torturée ou démon viendra te retrouver, tu devras choisir. La victoire ou la mort ! La souffrance ou la libération ! Le dévoreur d’âme sera ton guide, entre les mensonges…

À la suite de ça, le vieux me lâche pour tomber dans le fleuve, bougeant encore les lèvres sans que je ne puisse entendre la suite, réussissant quand même à deviner les mots : confiance, acceptation, trahison…

Je me redresse pour me mettre à ma place, levant la main vers le haut pour dire à la minette de se taire si elle voulait me parler de ce qu’il venait de se passer. J’sais pas c’est quoi. J’sais pas ce qu’il a dit. J’sais rien du tout.

Expliquer maintenant à chaud ce qu’il venait d’arriver n’était clairement pas possible et trop dangereux pour ma couverture et celui de mon sauveur de la première épreuve de la grotte. Le début était facile à comprendre, les épreuves, j’étais en plein dedans, les combats je me voyais déjà devoir me battre à la fin contre l’ours et la chatte pour savoir qui captura le cerf… Pour la suite, c’est un peu plus flou, le fameux démon devrait revenir pour me proposer un quelque chose je pense, comment choisir, qu’est ce qu’il va arriver. Le dévoreur d’âme fait référence à quoi… Et les mots de fin que j’avais réussi à percevoir, trahison, le vieux voulait me dire qu… Merde !

Devant mes yeux encore perdus dans mes pensées, je vois des lumières rouges vives pulser de partout, dévorant la jungle, des bulles apparaissent à la surface, nous allons radicalement changer d’ambiance. J'crois c'est pour twa.

Stephen Connor

Administrateur

  • -
  • Messages: 2915


  • FicheChalant

    Description
    Colosse d'un mètre et quatre-vingt quinze centimètres, de près de cent cinquante kilos, aux yeux rouges et à la peau cuivrée. 
    
    Champion de Lucifer, Grand Duc du plan Infernal. A la tête de cent Légions de démons.
    
    Prétendant au trône d'Ashnard, sur le point de réaliser un coup d'état.
    
    PS : Préfère les gros culs D:

Re : From Hell With Love. [Mogak]

Réponse 20 jeudi 16 juin 2022, 16:06:48

Mogak avait raison de placer sa confiance en Mithra. La diablesse s’amusait grandement à rattraper les lances jetées dans sa direction, pour les renvoyer sur leurs poursuivants. Elle n’avait pas réellement navigué dans sa vie, et ne possédait que peu de souvenirs liés à l’eau, dont les fantômes auraient pu prendre avantage.

A vrai dire, elle n’avait navigué qu’une seule fois dans sa vie, lorsque son parrain lui avait fait faire le tour de l’océan infini qui entourait son domaine. Et à part l’émerveillement de voir d’absolus titans marins déformer les flots, il n’y avait rien de bien marquant. Rien qui ne vaille une apparition mortelle.

La situation semblait être parfaitement contrôlée. Pourtant un raffut étrange prenait en proie la proue, secouant le rafiot avec violence. Mithra se tut, attendant de voir si le vacarme se calmait, alors qu’elle embrochait les derniers poursuivants de leurs propres lances empoisonnées. Et pourtant, le vacarme à l’avant de la pirogue ne cessait pas.

« Mogak !? » Appela Mithra, se retournant rapidement. La scène était étrange au plus haut point, mais ce qui attira tout de suite l’attention de la princesse, ce fut l’odeur de ce fantôme hurleur. Elle ouvrit grand les yeux de surprise. Cette chose n’était pas une invocation de la cave, elle le sentait. « Bien joué. » Se contenta-t’elle de commenter.

Mithra ne se prenait pas vraiment d’affection pour Mogak, quoiqu’elle trouve un nouveau respect pour cette mortelle. Mais la féline comprenait bien la situation dans laquelle se trouvait l’orc, et elle ne pouvait qu’imaginer l’angoisse qui lui serrait la poitrine alors qu’elle avançait droit vers une mort probable, un destin incertain. Aussi n’allait-elle pas en rajouter de sa curiosité féline.

***

« J’ai toujours eu l’œil pour reconnaître les meilleurs. » Se vanta Helel. « Peut-être que cette amazone verdâtre a une chance ? Qui sait ? »

Un léger rire quitta les lèvres de quelques-uns des nobles réunis. Beaucoup d’autres arrivaient, alors qu’ils avaient reçu un message les avertissant de la deuxième épreuve. Dans une pièce à l’étendue infinie, ils pouvaient marcher sur l’eau, observant une nouvelle projection centrée sur la barque enchantée.

« Ta favorite a l’air d’avoir une histoire intéressante à raconter. Je me demande également ce que lui veut Mithra. » Admit Aamon, caressant sa barbe alors qu’il tournait autour de l’image des deux femmes. « Elles n’ont pas fini, et Ujjayi est presque au bout de la tâche, de son côté. »

***

La jungle trembla, les flots se déchainant, soulevant la barque avant de la laisser retomber avec violence en son sein. Les arbres se déchiraient de l’intérieur, remplacés par de la pierre noire ou des cristaux rougeâtres. Bientôt, l’eau était devenue magma en fusion, brulant comme l’enfer. Sous son enveloppe mortelle, même Mithra était en danger face à une telle chaleur.

« Putain… » Souffla-t’elle, complètement estomaquée par la suite des évènements. Mogak devait se douter au regard perdu de la princesse, que quelque chose n’allait pas. « Je crois que ce n’est… »

Un grand craquement, similaire à un coup de tonnerre, retentit. Et, accompagnant le bruit séismique, une pointe jaillit du sol, formant un pic dans ce paysage chaotique. Mithra leva rapidement son bandeau, et une bulle translucide, légèrement bleutée, se forma autour du bateau. Ce dernier avait repris son apparence originelle, et semblait avoir salement noirci sous l’effet de la lave dans laquelle il baignait.

Heureusement, ce sortilège protégerait le rafiot, la princesse et l’amazone, alors qu’elles dérivaient dans ce qui était très clairement une partie très spéciale des enfers. Il n’était pas donné à tous les démons de reconnaître cet endroit, mais Mithra le connaissait de nom, en avait entendu des récits, de son mentor comme de son parrain.

« Ce n’est pas pour moi… » Elle soupira. Aamon devait être rouge de colère et d’incompréhension, en ce moment.


***

« Qu’est. Ce. Que. Cela. Veut. Dire !? » Grogna le Loup Noir, enragé.

Le silence avait atteint une pièce qui se complaisait habituellement dans les commentaires sur les différents participants. L’endroit où naviguaient les deux chasseuses, n’était autre que le purgatoire personnel d’Aamon. Une forêt de pierre parcourue d’un lac de lave et de flammes, l’endroit où finissaient ceux qui avaient triché ou avaient trompé le Loup Noir. Seul Helel affichait un léger sourire. Oups ?

« Pourquoi cette réaction, mon frère ? N’es-tu pas celui qui dirige ces apparitions. » Demanda Buer, l’air perplexe.

Aamon respira un long moment. Il était rare de le voir s’énerver ainsi. Et le message était clair : quelqu’un venait d’interférer avec le tournoi, de façon très directe. Le shaman qui était apparu aux deux femmes, les avait menées dans une dimension qui leur servirait de mise en garde. Et ce sans jamais qu’Aamon ne l’ait autorisé.

« Ce shaman n’est pas un invoqué. Il est venu se manifester et modifier la course par lui-même. » Avoua Aamon, soulevant un léger murmure chez les spectateurs. « J’aurai beaucoup de questions pour ces deux chasseuses, à la fin du tournoi. » Le Loup Noir, curieux ? Voilà qui étonnait bien des gens.

***

Dans cette bulle, le son ne passait pas. Un peu comme l’enchantement de protection qu’avait utilisé Mithra pour s’entretenir avec Mogak, quelques heures auparavant. La féline avait l’air concentré, essayant tant bien que mal de maintenir le sortilège en place alors que l’environnement essayait de tout détruire.

« C’est ici que finissent les intrus et les tricheurs. Les limbes d’Aamon, le maître de la chasse et l’organisateur du tournoi. » La diablesse observa les alentours. Il n’y avait aucune issue, évidemment. « Tu peux parler librement tant que cette bulle est active, mais je ne sais pas combien de temps je pourrai la maintenir. »

Autrement dit, était-ce une punition immédiate ? Non, ce n’était pas dans les habitudes du Loup Noir d’agir ainsi. Il aimait dresser en exemple les contrevenants, les sermonner avant de les condamner à cent ans de supplices. Un avertissement pour Mogak, un avant-goût de son futur ? Cela semblait aussi improbable. Les fantômes ne pouvaient voir l’avenir.

« Quelle était la chose que tu as tué ? C’est surement ça qui n… » Mithra fut interrompu par le bruit de doigts agrippant le bois de leur barque. Rapidement, elle se retourna, voyant le shaman à nouveau face à eux, à moitié englouti dans la lave.

Le magicien tendit son doigt vers le cœur de Mogak. Il n’essayait même pas de monter sur la barque. Il se contentait simplement de se pencher vers l’autre orc, l’air fou, les yeux complètement blancs. Mithra inspira son odeur à nouveau. Il n’était pas vraiment là, mais il n’était pas non plus un des fantômes de la cave.

« Le Grand Duc ! Ta destinée ! » Il parlait la langue des démons ! Et les paroles du shaman changeaient petit à petit l’environnement, laissant place à un océan infini d’un bleu pur. « Ma dévotion ! Mon tribut ! »

Les yeux de Mithra s’ouvrirent grand de surprise. Elle connaissait cet endroit, et pourtant elle ne pensait pas que cette vision lui soit adressée. C’était l’océan des Léviathans, celui qui entourait le domaine infernal de son parrain.

***

L’arrivée dans le domaine du Grand-Duc avait entièrement coupé la liaison avec la salle de projection, énervant d’autant plus Aamon. Personne ici ne savait où se trouvaient actuellement les deux chasseuses. Sauf Helel, maître de son domaine, capable de sentir la moindre présence entrer sans son accord.

Plutôt que de rester dans une pièce devenue totalement noire et dépourvue de son, les nobles s’en étaient allés observer l’épreuve pour les différents participants, qui arrivaient dans la grotte au compte-gouttes. Le Loup Noir n’interrompait jamais son tournoi, et il semblait avoir accepté de laisser couler les évènements jusqu’à la fin des jeux.

Helel, quant à lui, s’était volatilisé.

Il se souvenait enfin de ce shaman. « Le premier croc des terres du sud ». Un chef de guerre devenu érudit, lorsqu’il avait trouvé le grimoire des lamentations, le grimoire d’Helel. Le shaman avait toujours été obsédé par l’idée de devenir l’apprenti du Grand-Duc. De nombreuses fois, il l’avait invoqué, et avait été rejeté.

Helel était clair quant aux règles : il ne faisait pas de n’importe qui un démon. Ses critères n’étaient pas forcément le talent, la puissance. Il aimait reconnaître un égal ou un adversaire, dans ceux et celles qu’il élevait au rang de démon. Donner la puissance à n’importe qui, voilà qui n’avait rien d’intéressant.

Cela ne l’avait pas empêché de maitriser le grimoire à la perfection, apprenant la langue et la magie des démons, la mélangeant aux rituels shamaniques de son peuple. Pourquoi alors envoyait-il Mogak dans ce tournoi, vers une mort certaine ? Savait-il qu’Helel lui viendrait en aide ? Pensait-il que cette « offrande » lui donnerait les bonnes grâces tant convoitées de la part du Grand-Duc ? Tout n’était pas encore clair.

Pourtant, Helel n’était pas non plus venu se joindre à la joyeuse réunion sur le bateau. Depuis son ile, il observait la barque dériver au loin.

***

« Grrrrrrrrggggghhhh… » Les griffes fixées au gant de la féline venaient de transpercer le crâne du shaman, s’ôtant uniquement pour laisser tomber le corps dans l’eau. « Mon… Offrande… La championne… » Un râle d’agonie, et l’orc coula lourdement sous les flots

« Qu’est-ce que c’est que ce type ? Je n’ai jamais vu ce genre de magie. On dirait quelque chose de démoniaque, mais pas totalement… » Mithra soupira, relâchant enfin le sortilège qui n’avait plus lieu d’exister. Elle sentait que cet endroit n’était pas une illusion de la caverne, ils étaient bel et bien chez son parrain. « Mais je comprends mieux maintenant. Dis-moi, comment t’es-tu retrouvée dans ce foutoir ? Si cet orc voulait t’offrir à mon parrain, il y avait d’autres façons de s’y prendre. »

Plusieurs sceaux apparurent, recouvrant la barque, alors qu’elle se faisait téléporter une nouvelle fois, une dernière fois. Vers le bout de cette épreuve, les quais à l’autre bout des cavernes. Mithra reconnaissait la magie d’Helel à l’œuvre, usant à distance de sa magie pour remettre les participants dans la course.

Les quais en question menaient rapidement sur l’autre partie de la forêt, constamment coincée dans un climat glacial et blanche de neige. Le groupe venait de passer d’un été ensoleillé au plus mordant des hivers, en ayant traversé ces montagnes par les cavernes.

Près des embarcations, Ujjayi attendait Mogak, visiblement surpris de la voir accompagnée par Mithra.

« Alors, laquelle d’vous deux a eu besoin d’l’aide de l’autre ? BAHAHAHAHAH ! Ah, les gamines, incapables d’se débrouiller seules. » Le gros ours éclata de rire à nouveau. Mais il était, très visiblement, lui aussi épuisé et amoché par le périple. « J’imagine que’tu t’joins à nous pour l’moment, Mithra ? »

La féline sembla hésiter. Elle aurait refusé, en temps normal. Mais Mogak l’intriguait au plus haut point.

« Pourquoi pas. Si vous ne me ralentissez pas. » Dit-elle, ouvrant la marche. « Il faudra trouver de quoi se faire des vêtements, ces enveloppes charnelles ne survivront pas dans le froid. »

Après ça, un bon repos serait de mise. La journée avait été éprouvante.

***

Mais au milieu de ces mystères, Helel comprenait enfin ce qu’il s’était passé. Le shaman avait tout organisé de sorte à compromettre le Grand-Duc, de sorte à assurer que Mogak puisse gagner.

Le shaman connaissait les goûts de son maître, il connaissait ses habitudes, savait comment non seulement lui offrir un présent à sa mesure, mais aussi comment s’assurer qu’il doive se mouiller pour accepter le cadeau en question. Maintenant, le beau diable aussi s’était fait manipuler. Il s’en amusait, cependant. Il était rare qu’un mortel, aussi vieux et bon mage soit-il, puisse marquer un point contre lui.

Il fallait que Mogak gagne, puis qu’Helel la sauve de son châtiment. Sans quoi il serait aussi découvert. Aamon était peut-être un ami, mais les loyautés sont des choses fragiles, en enfer.

Mogak gra-Urog

Créature

Re : From Hell With Love. [Mogak]

Réponse 21 mardi 28 juin 2022, 15:32:19

La calme rivière venait à se changer en un torrent de lave, l'atmosphère venait de basculer radicalement après les félicitations de la minette on allait prendre un autre tournant qui allait chauffer. J’avais du mal à respirer, je sens mes poumons me brûler, ma gorge devenir aride au point d’avoir mal quand je viens à avaler le peu de salive que j'ai. Très vite je commençais à transpirer, ma peau verte devenant brillante, au point de voir danser les flammes sur ma peau. Mithra ? Je me retourne, mon visage interrogateur. Qu’est-ce qu’on fait à ce moment ? Notre embarcation va finir par être réduite en cendres… Et nous avec ! C’était à elle de gérer la suite bordel.

Tu crois quoi putain !

Je n'avais pas le temps pour les devinettes, j'étais déjà complètement paumée sur ce qu'il venait de m'arriver ! Alors en plus si la minette s'y mettait.

C'EST QUOI ÇA !

Un énorme pic apparaît dans le paysage accompagné d'un bruit venu des enfers, au point que je sens mon cœur se soulever dans ma poitrine. Je ne vais pas y rester comme ça ? Je lâche la rame, venant empoigner les bords de notre embarcation, mes doigts éclatant le bois sous la pression. Quand Mithra se met à lever son bandeau pour créer une bulle de protection, je respire enfin si bien que je me laisse tomber sur l’arrière mon dos venant à buter contre ses jambes. La température arrive même à redescendre avec cette protection.

T’as mis l’temps pour réagir… Encore quelques secondes, on était des cochons grillés, qu’est ce qu’il pouvait bien lui faire peur comme ça pour qu’elle mette autant de temps à réagir. On va voir… QUOI ? PAS POUR TOI ? Je me retourne brusquement, manquant de renverser l’embarcation. J’ai jamais visité cet endroit ! C’est toi !

Je m’arrête net de peur de dire quelque chose qui ne faut pas devant les spectateurs du tournoi ! Merde quoi ! C’est elle la minette des enfers ! Intérieurement, je bouillonne, je me mords les lèvres, mes crocs ressortent de chaque côté de ma bouche. Mais je dois tenir pour ne pas lâcher n'importe quoi… Jusqu’au moment où Mithra me confie que son sortilège permet de bloquer les communications avec les nobles… C’est pas moahhhh !!! J’ai jamais vu cet endroit… Et j’ai pas triché pour m’retrouver là…

Ne parlons pas du chaman, de l’autre démon qui m’a prêté sa force. Sauf que la minette voulait en savoir plus, ce qui était compréhensible…

C’que j’ai tué… Je rigole nerveusement. Je suis douée pour beaucoup de choses mais le mensonge…

Je ne peux pas lui dire… Je cherche mes mots, j’agite les mains devant moi pour mimer quelque chose qui n’a rien à voir avec ce que je veux dire. Je dois vite trouver un mensonge crédible… Quand le vieux fou arriva une nouvelle fois. Ce n’était pas le moment !! Son corps était rongé par la lave, impossible pour moi de poser mes mains dessus pour le repousser sans voir ma peau fondre… Je ne pouvais simplement pas l’enlever de là.

J’comprends rien…

Il ne parlait plus le langage des orcs, changeant du tout au tout, c’était incompréhensible pour moi… Une nouvelle formule magique de sa part pour faire changer l’environnement en même temps ? La lave disparue pour devenir un océan magnifique… Je restais quand même sur mes gardes, ne plongeant pas mes mains dedans même si l’envie de me rafraîchir un peu était présente. Le corps et les idées. Plus rien ne tournait rond. Déjà de base, c’était pas très net, mais alors là avec Mithra qui me disait que ces visions étaient pour moi… Même dans mes rêves les plus lointains, je n’en ai pas le souvenir.

Je regarde le corps du chaman couler dans le fond de l’océan, des bulles remontant à la surface alors que son corps venait à totalement disparaître dans les profondeurs infinies. Et au fond de moi, j’espère qu’il ne reviendra pas…

M’offrir à ton parrain… Je secoue la tête. J’le connais pas… Et ça servirait à quoi ! J’sais pas c’est quoi tout ça. J’ai jamais vu cet endroit. Ni celui d’avant. Ni ton parrain. Et surtout pas ce mec ! J’y comprends rien depuis que j’suis arrivée là. J’voulais juste aller au marché et vlà qu’on me prend pour une offrande… Ou j’sais pas quoi. J’y mets de la voix ! Fronce les sourcils, agite encore les bras pour y mettre du sens et une touche de vérité à travers ce mensonge.

Et je n’ai pas le temps de continuer que voilà que tout va encore se mettre à changer… On se téléporte avec la barque pour arriver vers les quais comme si rien ne s'était passé. Le froid me glace le sang, après avoir transpiré comme une folle me voilà gelé en quelques secondes. Si je ne meurs pas dans un duel, je vais mourir de folie, cet univers est fou.

L’embarcation coule doucement vers les quais où attendant l’ours, je l’avais presque oublié et d’un côté, je suis contente de le voir. Je descends la première pour laisser la place à Mithra de m’accompagner sur la terre ferme… Je vais m’en souvenir de cette grotte. Non… Cette PUTAIN de grotte. Debout, je manque de tomber, mes jambes sont engourdies à force d’être restées assises, je viens poser ma main sur l’épaule Ujiayi…

T’moques pas… À deux, il y a deux fois plus de merdes à gérer… Je lui lâche l’épaule pour avancer derrière la miette. Je veux quitter cet endroit et me reposer… Mais avant on va se trouver des vêtements, allumer un feu pour passer la nuit.

Nous arrivons enfin dehors, avec la chaleur de la lave, le froid… L’impression est presque la même, le gèle me bloque autant la respiration alors que de la fumée se forme devant moi quand je viens respirer. Il y a bien longtemps que je n’avais pas connu ce genre de température… Se trouvait un endroit à l’abri du vent est primordial, pour ne pas devenir un glaçon en seulement quelques secondes… Après quelques minutes de marche, je propose qu’on se pose sous les racines d’un énorme arbre, la végétation venait à se lever dans les airs laissant place à une cavité pour s’abriter. Nous coupant de la morsure du froid…

J’fais un feu si vous voulez…

D’un côté ça m’arrangeait de faire ça, je ne connaissais pas les bestioles du coin si je devais aller chasser. Chercher du bois sec était clairement plus dans mes cordes…

Après la distribution des tâches je pars dans ce monde blanc pour essayer de trouver de quoi nous chauffer et manger… Il est possible de trouver du bois sec dans les cavités comme la nôtre, je fais donc le tour des arbres pour passer mes mains entre les racines pour récupérer ce que je peux. J’en profite également pour ramasser de la mousse, des champignons rachitiques à cause du froid mais qu’on pourrait manger. J’espère… Ça ressemble à ce que je trouve dans ma jungle, alors peut-être qu’ici c’est la même chose.

Après une bonne récolte, je retourne au camp en suivant mes empreintes de pied que j’ai laissées dans la neige, je suis la première à rentrer, c’est parfait, je vais pouvoir commencer le feu ! À l’entrée de la cavité, j’enlève la neige, j’installe le bois et je prends des pierres que j’ai trouvées pour former des étincelles. Je me colle contre le sol pour souffler en même temps et permettre au petit-bois de s’allumer pour former rapidement des petites flammes, ainsi qu’un tapis de braise.

Enfin… Je continue de souffler encore un peu pour bien le lancer, il faudra retourner chercher du bois, mais c’est un bon début et on pourra faire à manger s’ils reviennent avec de la viande et si l’ours à encore une casserole avec lui.

À l’entrée de la cavité, la neige commence à fondre, alors que les flammes crépitent sous mes yeux, je pourrais m’endormir en quelques secondes… Je résiste pour ne pas sombrer le ventre vide… Attendant que mes collègues d’aventure reviennent.  A moins que je venais déjà de rejoindre morphée sans m'en rendre compte.

Stephen Connor

Administrateur

  • -
  • Messages: 2915


  • FicheChalant

    Description
    Colosse d'un mètre et quatre-vingt quinze centimètres, de près de cent cinquante kilos, aux yeux rouges et à la peau cuivrée. 
    
    Champion de Lucifer, Grand Duc du plan Infernal. A la tête de cent Légions de démons.
    
    Prétendant au trône d'Ashnard, sur le point de réaliser un coup d'état.
    
    PS : Préfère les gros culs D:

Re : From Hell With Love. [Mogak]

Réponse 22 mardi 28 juin 2022, 17:37:15

« C’surtout la verte qui va avoir b’soin d’fringues neuves. » Remarqua Ujjayi. Grace à son pelage naturel, l’ours n’avait pas vraiment besoin de s’encombrer de peaux et fourrures. Son armure était également assez maigre, quelques lanières de cuir, morceaux de métal ci et là. Il n’avait rien à offrir à Mogak. « J’vais m’occuper d’fouiller les alentours. Chercher une piste. »

Mithra acquiesça. Elle-même n’était pas particulièrement vêtue. Elle faisait partie de ces démons qui rechignaient à voyager en dehors du plan infernal. Les inconvénients d’une enveloppe charnelle la surprenaient souvent, et la morsure du froid lui rappelait le besoin de chaleur qui animait les mortels. Elle jeta un regard rapide à Mogak,

« J’irai chercher de quoi fabriquer des couvertures et des manteaux. Je ne tiens pas à mourir de froid ici. » Annonça Mithra. Voyant que l’ours s’apprêtait à objecter lorsque l’orc déclara vouloir s’occuper du feu, la féline interrompit l’ancien terranide. « Ton feu pue la magie démoniaque à des kilomètres, Uji. Laisse-la s’occuper du feu. Tu vas attirer les monstres et repousser le cerf. »

L’ursidé grommela bruyamment, mais consentit à laisser la charge du feu aux mains expertes de Mogak. Bien vite, chacun trouva son propre chemin dans les bois. La nuit s’annonçait, difficile à percevoir dans l’imposant brouillard qui noyait la forêt toute entière. Le voile hivernal mordait la chair de l’orc, rendant le moindre mouvement difficile.

S’ajoutait à cela le poids d’une lourde journée, et le savoir qu’elle n’était pas tirée d’affaire, prête à affronter des épreuves plus cruelles encore. Et quand bien même elle triompherait, elle serait démasquée aussitôt qu’Aamon viendrait l’interroger sur les évènements de la grotte. Il aurait été normal que l’orc se demande si, dans le fond, elle avait réellement le moindre allié dans cette histoire.

***

« Mogak. » Une voix familière appelait la chasseuse. Une voix rauque, imposante. Une voix qui était à quelques inflexion d’une menace, comme d’un murmure apaisant. C’était à l’orc elle-même de déterminer ce qu’elle entendait. « N’aie crainte. Tu ne risques rien. » Une lourde main lui caressait l’épaule.

La jeune femme se réveillait dans des draps de satin, sous une couverture moelleuse et épaisse, au milieu d’une pièce rustique. Tout était de bois foncé, orné d’armes que l’orc avait autrefois possédé, de trophées de chasse. Les meubles étaient charmants, quoique sculptés de façon sommaire, penchant parfois légèrement, leurs bords irréguliers.

L’endroit était à l’image de Mogak. C’était ce que le Manoir avait choisi pour elle. Helel n’avait pas de contrôle dessus, ni d’avis à donner. Simplement, il se contentait de partager les draps avec son invitée. L’orc se demanderait sans doute si elle rêvait ou non. Ses sens lui diraient qu’elle pouvait se laisser aller, que c’était un répit inexplicable dont elle devait profiter.

En réalité, si son enveloppe charnelle dormait toujours dans le royaume d’Aamon, son âme était bel et bien conviée à une nuit chez le seul démon qui souhaitait la voir triompher. En relevant la tête, la jeune orc constaterait que son oreiller était le pectoral puissant d’un humain au physique colossal. Aussi sentirait-elle le bras musclé qui reposait dans son dos, l’enlaçant comme le ferait un amant assoupi aux cotés de sa bien-aimée.

« Profite juste de ce moment. C’est un cadeau que je te fais. » Des lèvres charnues vinrent se poser sur le front de l’orc, y déposant un baiser affectueux. Helel était chaud, presque brulant comme un brasier. Et Mogak pouvait sentir que le froid mordant l’attendait en dehors des draps, la poussant à rester dans cette étreinte, qu’elle le veuille ou non. « Je ne te laisserai pas mourir ici, tu peux me faire confiance. » De même, l’orc pouvait sentir la lourdeur de son corps, le poids de la fatigue, l’étreinte du réconfort.

Les doigts imposants du démon caressèrent langoureusement la colonne vertébrale de l’orc, glissant jusqu’au sommet de ses fesses avant de remonter jusqu’à sa nuque. Doucement, le beau diable se pencha contre le cou de Mogak, inspirant son odeur. Elle était bien loin de la violence qu’elle avait connu auprès de Yargol. Avait-elle-même seulement connu un instant de tendresse auprès d’un homme ?

« Ce vieux fou veut t’offrir à moi. Mais tu es une femme libre. Tu as tué pour cette liberté, rejeté tes coutumes et ta propre famille… » Il l’observa de ses yeux rouges, approchant son visage du sien, ses lèvres des siennes. Helel était si proche de la bouche de l’orc que leurs lèvres se frôlaient à la moindre syllabe. « Je ne ferai pas de toi un oiseau en cage. » Ses mots paraissaient sincères, rassurants. Après tout, Mogak ignorait encore beaucoup de cet inconnu.

***

« Alors, t’en penses quoi d’la gamine ? » Demanda Ujjayi, au coin du feu, faisant griller quelques légumes et viandes.

Mithra sourit, réajustant la couverture de fourrure qu’elle avait confectionné pour leur nouvelle connaissance, assoupie sous les racines.

« C’est une guerrière. Je respecte ça. » Répondit-elle, mordant à pleines dents dans le sanglier en broche. « Ne finis pas tout, gros glouton. Laisse-lui en pour demain. » Réprimanda Mithra alors que l’ours entamait sa énième brochette.

Mogak gra-Urog

Créature

Re : From Hell With Love. [Mogak]

Réponse 23 mercredi 29 juin 2022, 22:54:24

Ce voile blanc… Magnifique. Avec les flammes qui viennent danser dessus, les craquements du bois dans le feu me berce doucement sans que je m'en rende compte. Parfois, le vent glacé arrive jusqu'à moi, arrachant un frisson à mon corps presque nu. Je sais que je ne dois pas dormir, que je dois attendre les autres… Et pourtant, je ne me sens pas partir… Ma vision se trouble au fur et à mesure que mes paupières viennent à se fermer. La neige disparaît, la morsure du froid également… Je n'entends qu'une voix au loin qui m'appelle, plusieurs fois jusqu'à me faire réagir. Hmmmmm… Je pousse un soupir qui vient contraster avec ma carrure et mon statut de guerrière. Plus féminine.

Mes yeux viennent de s'ouvrir, je ne suis plus dans la forêt, mais dans une chambre à l'apparence rustique… Contre le mur, je vois des armes qui me sont familières, un trophée de chasse, une énorme tête de sanglier avec des défenses aussi longues que mon avant-bras. Chez moi, on les nomme les morconons, quand on est en âge on doit aller en chasser un seul pour montrer notre force au clan. J'ai ramené le plus gros que je pouvais porter… Mon premier trophée que nous avons bien entendu dévoré le soir même autour d'un feu et dont les os me servent maintenant de bijou dans mes cheveux. Qu'est-ce qu'il peut bien faire là…

Est-ce un rêve ? L'envie de me poser dans une maison douillette, de pouvoir profiter d'un lit et quitter ma jungle. J'ai déjà pensé à cette option, lever le pour et le contre. Est-ce ce sont les épreuves que je traverse en ce moment qui me font basculer vers le pour… En-tout-cas, je me sens bien, pas stressée, le froid a disparu pour laisser place à une douce chaleur réconfortante, j'ai l'esprit léger laissant les mésaventures de la journée de côté, mon estomac ne rugit plus de faim, juste l'impression que mon corps est lourd qu'il doit se reposer. Ici. Ces draps sont comme ceux que je peux vendre dans les marchés, doux, légers, confortables comme cet oreiller…

Je remonte ma main vers mon visage, remarquant quelque chose à côté de moi, je lève la tête découvrant la surprise ! La tête légèrement penchée, je le reconnais… Jusqu'à dans mes rêves t'es là… Ce confortable oreiller n'était que sa musculature, taillé comme le plus puissant des chefs orc, avec la peau verte en moins. Même Yargol paraissait plus petit quand je me trouvais à ses côtés… Et ce n'était jamais dans des circonstances comme ça.

Les yeux rivés sur le noble, je vois son visage s'approcher du mien, je descends ma tête pour la rentrer entre mes épaules au maximum. Je veux lever les bras pour le repousser, mais tout mon corps me semble si lourd, je ne peux faire que des mouvements lents laissant seulement mon bras glisser sur son torse alors que ses lèvres viennent entrer en contact avec mon front. J’écarquille les yeux de surprise… C'était quoi ça ? Cette douceur ? Cette attention ? Que… Que… Recommence pas…

C'était bien la première fois qu'on m'apportait ce genre d'attention… Chez les peaux vertes, la tendresse n'est pas de mise, même avec sa famille. Les femelles servent juste à se reproduire nous n'y voyons pas d'attention, les mâles se vident juste les couilles. S'il t'arrive d'être fatigué, ce n'est pas grave, tu dois continuer le repos c'est pour les morts ! Et si tu es blessé tu te débrouilles comme tu veux pour continuer sous peine qu'on te laisse sur le bas-côté. Je n'ai pas le souvenir que ma mère met embrassée, met porter dans ses bras pour simplement exprimer son affection, ni même d'avoir entendu des paroles réconfortantes. Ce noble… Pourquoi il faisait ça ? Et pourquoi je me sentais aussi bien en ce moment entre ses bras puissants, ses doigts aventureux qui caressaient mon dos.

T'faire confiance… J'ai pas le choix… Si j'ai pas envie de… Mouais, j'ai pas envie d'y repenser encore une fois. Mourir ici n'est pas envisageable de toute façon. Et tu m'as déjà aidé…

On est si proche l'un de l'autre, je le regarde dans les yeux mais je peux sentir ses lèvres frôler les miennes. J'avale ma salive avec difficulté, je sens ma poitrine se soulever plus vite pour se coller contre son torse brûlant. Si chaud… Qu'il est bon d'être à ses côtés. Dans cette étreinte apaisante. Son odeur qui embrume mes sens. Sans le remarquer main était montée jusqu'à son cou, mes doigts enlaçant sa gorge pour le retenir de partir sous peine que mes longs ongles noirs lui laisse des marques.

Ce vieux, tu le connais ? De quelle tribu vient-il ?

J'essaie de me concentrer sur la conversation, d'en savoir un peu plus sur la situation… Alors que j'ai encore du mal à m'habituer à tout ça. Cette gêne entre ses draps…

Un oiseau en cage…

Je viens glisser ma cuisse au-dessus de la sienne, collant mon bassin contre le noble, doucement, discrètement. Cherchant ce contact si particulier… Et nouveau.

Si je gagne j'pourrais rentrer chez moi, nah ?

Sa peau contre la mienne… C'est à ce moment que je m'aperçois que je n'ai plus mon pagne. Nue.

On m'laissera rentrer ?

Ma poitrine généreuse, contre son torse colossal, vient à bondir sous l'inquiétude de ne pas retrouver ma jungle.

Pourquoi ne aider pas ta nièce, Mithra ? Si j'ai bien compris qui t'es… Helel.

Toujours agrippée à ce mâle. Cet alpha. Heureusement, que je suis fatiguée, je ne saurais contrôler ma force face à ce déferlement d'endorphine.

Elle a l'air d'avoir quelque chose à prouver dans c'tournoi.

J'entrouvre légèrement ma bouche, laissant mon souffle chaud glisser contre sa peau, flirtant encore avec ses lèvres n'allant jamais plus loin… En parlant de la minette... Je me souviens de ces paroles... Je suis son type. Est-ce que tout ça est fait pour m'avoir ? Me posséder ? Mes yeux noir brillant viennent doucement à se fermer pour ne pas laisser passer ces questions qui viennent de surgir en moi comme un coup de poignard. A la différence des battements de mon coeur laissant la confusion sur ce passage avec sa nièce...

Stephen Connor

Administrateur

  • -
  • Messages: 2915


  • FicheChalant

    Description
    Colosse d'un mètre et quatre-vingt quinze centimètres, de près de cent cinquante kilos, aux yeux rouges et à la peau cuivrée. 
    
    Champion de Lucifer, Grand Duc du plan Infernal. A la tête de cent Légions de démons.
    
    Prétendant au trône d'Ashnard, sur le point de réaliser un coup d'état.
    
    PS : Préfère les gros culs D:

Re : From Hell With Love. [Mogak]

Réponse 24 jeudi 30 juin 2022, 00:16:48

Helel comprenait les intentions de Zajar, celui qui lui avait envoyé Mogak en tribut afin de prouver sa valeur. Pour une fois, il fallait bien reconnaître que le vieux shaman avait impressionné celui dont il tirait les pouvoirs. Le vieil orc n’avait pas juste appris la magie démoniaque, il l’avait mélangée à ses propres rituels, à un vaudou d’une terrible puissance.

Au final, celui qui méritait sa place auprès d’Helel, n’était autre que celui qui avait mis la chasseuse dans cette situation. Et le beau diable le récompenserait en temps voulu. Mais pour l’heure, le Grand-Duc avait à converser avec cette guerrière au corps endurci. Il contrôlait tant bien que mal ses désirs, se contentant de caresses et douces attentions. Démon, Helel n’était pas pour autant dénué de compassion et de savoir-vivre. Juste un peu.

« Excuse-moi, Mogak. » Dit-il alors même que ses lèvres charnues quittaient le front de la jeune femme. Pourtant, son léger sourire trahissait le plaisir qu’avait pris le beau diable à la toucher ainsi. « Oui, je connais Zajar, le shaman. C’est un de mes élèves. Ou tout du moins, c’est un des nombreux mortels ayant lu mon grimoire. J’ignore d’où il vient, je dois le connaître depuis bientôt des siècles. Il t’a offert à moi, espérant que cela me pousse à le reconnaitre et faire de lui mon véritable apprenti. »

Le Grand-Duc ne chassa pas la main de l’orc sur son cou. Il était calme, lent et patient dans le moindre de ses gestes. Lorsque la cuisse de Mogak glissa contre son bassin, Helel laissa sa lourde main s’aventurer contre la jambe verte, agrippant la cuisse avec autant de fermeté que de douceur. Il bougea légèrement, de sorte à ce que la chasseuse puisse s’affaler un peu plus contre lui. Il était nu, lui aussi. Et Mogak pouvait certainement sentir son imposant sexe, brulant contre sa peau.

« Aamon ne voudra pas te laisser rentrer chez toi. Il voudra punir celui qui t’a fait venir ici, puis il voudra te punir, toi. » Helel laissa remonter la main qui caressait le dos de Mogak, jusqu’à la crinière sauvage de l’orc, la caressant du bout des doigts. « C’est pourquoi je suis obligé de t’accepter en tant qu’offrande. Si tu es ma propriété, il sera de mon ressort de décider de ton châtiment. »

Le regard du monstre vint à la poitrine de l’orc. Si proche de lui, la marque située juste en haut de son sein brillait légèrement, affirmant que la magie du Grand-Duc coulait dans les veines de la jeune femme. Helel, jusque là allongé sur le dos, se tourna légèrement, faisant alors face à sa colossale convive.

« Je te laisserai rentrer. Mais tu dois savoir une chose. La mort n’est rien pour un démon. Leur enveloppe charnelle est détruite, mais leur âme revient en enfer, où ils peuvent continuer leur existence jusqu’à ce qu’on leur attribue un nouveau corps. Moi-même, tel que tu me vois, ne suis qu’une âme, dans mon domaine. » Où voulait-il en venir ? Cela semblait évident. La peur de la mort était bien réelle pour Mogak. « Si TU meurs, il n’y aura pas de retour. Pire encore, ton âme appartiendra à Aamon, car tu auras perdu la vie sur son territoire. Et je pense qu’il n’aura pas de sympathies pour toi. »

Pourquoi ne pas aider Mithra ? Helel savait que perdre serait une épreuve difficile à vivre pour sa nièce. Il ressentait une affection véritable pour elle. Elle avait été élevée pendant plusieurs décennies auprès de lui, lui avait confié son besoin d’être reconnue par son père, sa frustration lorsque les autres nobles la prenaient de haut, car sa mère n’était qu’une démone mineure.

Mais la féline apprendrait de cette leçon. Elle deviendrait plus mature, plus forte. Elle pourrait entrer en compétition à nouveau au prochain siècle. Ce serait une expérience pour elle. Pour Mogak, la défaite signifiait simplement la mort. Et pas un retour en enfer comme pour tous les autres participants qui finissaient découpés par les monstres sauvages.

« Tu as plus besoin de mon aide que Mithra. C’est ta vie qui est en jeu. Tu n’auras pas le luxe d’une deuxième, troisième ou centième chance. Alors, je dois t’aider, toi. Mithra a besoin d’être respectée, elle ne comprend pas encore que cela n’a pas de rapport avec le fait de gagner un simple tournoi. » Le démon se tut un instant. Il ne disait pas tout, et cela serait évident même pour Mogak. Aussi décida-t’il qu’il lui fallait dévoiler l’autre raison de sa bienfaisance. « Et… Tu me plais, Mogak. J’aime ta hargne, ta force. »

Il se mit à serrer un peu plus fort la cuisse musclée de l’orc, et se mordit la lèvre, dévoilant un air taquin. Ses lèvres parurent lassées de jouer avec celles de Mogak, désireuses de vraiment la goûter, alors que le visage du colosse s’enfouissait contre le cou de la chasseuse. Il inspira bruyamment son parfum, avant d’expirer dans un souffle brulant. Moins d’une seconde ne se déroula, avant que la bouche charnue du Grand-Duc ne vienne chercher la peau de l’orc, la suçotant avec délices, les lèvres terriblement moites.

« Tes muscles sont impressionnants, mais c’est ta combativité qui m’appelle. » Il passa son pouce contre la lèvre de Mogak, alors qu’il redressait son visage pour lui faire de nouveau face. « Je voudrais te promettre mille choses pour que tu sois mienne, mais je sais que tu ressens le besoin d’être libre. Je le respecte. C’est pour ça que je vais t’aider. »

Pouvait-elle le croire ? C’était un démon, comme Mithra et Ujjayi. Mais il avait quelque chose de différent, d’inexplicable.

Mogak gra-Urog

Créature

Re : From Hell With Love. [Mogak]

Réponse 25 jeudi 30 juin 2022, 23:12:36

Zajar, ce nom ne me disait rien en même temps, c'est normal. Un orc qui vient à se tourner vers les forces démoniaques, les clans ont dû vouloir étouffer l'affaire. L'équilibre est déjà si fragile entre les différentes tribus, apprendre ça… C'est un peu comme moi finalement, une femelle qui avait tué le chef de son clan avant de prendre la fuite pour vivre libre. Les mâles viendraient à un moment ou un autre à étouffer l'affaire, nier les faits, me nuire pour ne plus jamais en entendre parler et ne pas donner des idées à d'autres femelles. Finalement, que ce soit dans les enfers ou sur ma terre natale je ne serais jamais tranquille. Enfin… Sauf ici dans ce rêve où j'ai la sensation de me reposer, de me sentir en sécurité aux côtés d'un mâle malgré les doutes qui prennent position de mon corps petit à petit.

Est-ce qu'il viendra à déceler mes doutes ? En attendant, il suivait le cheminement de mes questions abordant ma liberté…

D'mon châtiment… Je ne peux pas m'empêcher de grogner, soulevant la poitrine contre son torse musclé. Mes tétons rentrant en contact avec la chaleur de son corps venant naturellement à se dresser, durcir contre sa peau au point de se courber avec notre position rapprochée. T'vas pas me priver de ma liberté… Mais cette aide n'va pas être gratuite ? Dans ce monde, rien n'est gratuit. Qu'est-ce que t'vas attendre de moi ?

Et peut-être que la suite de la conversation allait apporter la réponse sans le vouloir, je comprenais le choix entre sa nièce et moi. Les conditions n'étaient pas les mêmes, Mithra était forte, elle finirait bien par gagner la chasse un jour et même sans ça, elle viendrait à montrer aux autres démons qu'elle est forte malgré sa lignée. Et c'est le reste de ses paroles qui venaient à confirmer mes pensées… La minette connaissait bien les goûts de son parrain en matière de femelle.

Mithra m'avait prévenu d'ça… D'être ton style…

Je le sens glisser contre mon cou, se faufiler pour venir embrasser mon cou de ses lèvres toutes aussi brûlantes que le reste de son corps. Hmmm… Cette sensation tout aussi nouvelle que le reste m'arrache un râle que je retiens au maximum en fermant la bouche laissant seulement ma gorge vibrer.

Mon visage plonge dans ses cheveux sombres, ils sont doux, je peux mieux profiter de son odeur prenant des grandes inspirations. Embrumant encore plus mon esprit… Ouvrant juste la bouche vers son oreille sans la toucher, à la limite d'y déposer mes lèvres comme un fruit défendu. Flirter avec le diable… Rien ne va. Je ne suis pas douée pour ce genre de choses, ne connaissant pas mes limites.

M'aider pour retrouver ma liberté après avoir subi ton châtiment.

Ma main, qui tenait son cou l'avait lâché glissant entre ses pectoraux suivant ce sillon marqué. Tombant vers ses abdominaux, mes longs ongles s'accrochant à ses muscles fièrement dessinés jusqu'à passer son nombril, atterrissant à la limite de son entrejambe. Mon avant-bras se posant à côté de son sexe imposant, mes doigts s'emmêlant dans sa toison.

Ta franchise est une bonne chose…

Moi qui avait peur qu'il me cache son affection, qu'il n'ose pas dire que je l'intéressait et que c'était pour ça qu'il avait posé les yeux sur ma personne.

Zajar a bien choisi son offrande… Il avait dû se tenir au courant de mon histoire, de mon envie de vivre quoi qu'il arrive.

J'ouvre la bouche venant attraper son pouce entre mes lèvres, elles se posent enfin sur son corps, vraiment. Sa langue venant titiller sa première phalange… Avant de le lâcher, le regardant dans les yeux…

J'sais pas pourquoi… J'ai jamais ressenti ça… Mais il y a quelque chose qui m'attires vers toi, Helel. Et d'un autre côté, j'sais que j'dois me méfier. Les mâles… Dominants. Comme toi.

Ma langue venait à se délier naturellement, sans que je puisse me retenir, est-ce que c'était son parfum qui m'était trop monté à la tête m'empêchant de me contrôler.

Je sais de quoi vous êtes capables.

Je venais chercher la main d'Helel, aussi grande que la mienne, je me saisis de ses doigts pour les glisser sur mon corps. Le long de ma cuisse, je remonte passant sur une cicatrice qui s'étend sur ma hanche, les griffes de Yargol m'avait transpercé la peau en me prenant à quatre pattes. Plus haut au niveau de mes côtés des traces d'entailles en guise de punition. Je contourne ma poitrine pour le guider à mon cou, à l'arrière de ma nuque sous les cheveux ou ma peau est gonflée aussi toujours à cause de Yargol.

Qui m'dit que t'vas pas changer après la chasse… Qui m'dit que l'organisateur va accepter ton offre et va pas préférer m'garder pour lui…

J'ai envie de le croire, de lui faire pleinement confiance sauf que la vie ne m'a pas fait de cadeau et que je sais que je dois me méfier jusqu'à la dernière seconde. Et pourtant. Je laisse ma tête tomber dans le creux de son épaule, le poussant en arrière sur le lit, plaquant ma poitrine contre son torse. Peau contre peau. Ma cuisse remonte encore un peu plus contre la sienne frôlant encore une fois son sexe.

Et pourtant avec tout ça… Je suis bien avec toi… Comme j'l'ai jamais été.

Stephen Connor

Administrateur

  • -
  • Messages: 2915


  • FicheChalant

    Description
    Colosse d'un mètre et quatre-vingt quinze centimètres, de près de cent cinquante kilos, aux yeux rouges et à la peau cuivrée. 
    
    Champion de Lucifer, Grand Duc du plan Infernal. A la tête de cent Légions de démons.
    
    Prétendant au trône d'Ashnard, sur le point de réaliser un coup d'état.
    
    PS : Préfère les gros culs D:

Re : From Hell With Love. [Mogak]

Réponse 26 vendredi 01 juillet 2022, 22:20:55

Aussi puissante soit-elle, Mogak restait une mortelle. La magie qu’Helel exsudait suffisait à lui faire perdre pieds. Il lui aurait semblé que son âme elle-même lui implorait de s’abandonner à ce mâle. Mais l’expérience de la jeune femme lui rendait service, lui donnant la force nécessaire pour ne pas perdre l’esprit face à ses instincts. Helel était admiratif.

« Je ne sais pas. » Répondit le Grand-Duc, questionné quant à ce qu’il attendait de la chasseuse. Après tout, elle n’était qu’un tribut. Peut-être aurait-il fait d’elle une démone dans d’autres circonstances. Peut-être même le ferait-il un jour. Mais pour l’heure, elle n’était pas prête à devenir à nouveau l’esclave d’un seigneur capricieux. « Je te laisserai retourner à ta vie, si c’est ce que tu désires. »

Il n’était pas fréquent que les conquêtes du beau diable soient aussi colossales que lui. Mais c’était une sensation plaisante que de sentir Mogak s’attarder sur les lignes musculeuses de son corps, alors que le démon lui rendait la pareille. Dans ses songes, Helel avait vu et lu l’histoire de l’orc, connaissant alors le récit qui accompagnait chacune de ses cicatrices.

De son pouce épais, le Grand-Duc caressa la langue de sa favorite, ronronnant de plaisir en éprouvant la douceur de ce muscle. Il se lécha les lèvres, visiblement charmé par cette langue aventureuse, alors que son sexe durcissait un peu plus, impatient de sentir les doigts de l’orc se resserrer sur lui. Légèrement, le démon avança son bassin, que son sexe glisse contre une cuisse verte et ferme.

« Je ne suis pas comme ton ancien chef. » Affirma le démon. Oui, il était un mâle dominant, dominateur. Il aimait que ses amantes se soumettent à lui, corps et âme. Mais il était devenu rare que la violence dirige ses actions. Il leur préférait la manipulation, les promesses. « Tu portes déjà ma marque. Elle suffira le temps de ce tournoi. Je te l’ôterai lorsque tu seras en sécurité. »

Il sentait les cicatrices qui parcouraient le corps de la jeune femme. Sans doute étaient-elles autant de douloureux souvenir pour l’orc. Mais Helel les voyait comme les marques de sa rébellion, la preuve de sa force et de son caractère. Et, il devait bien admettre qu’il avait lui aussi laissé une trace sur le corps de Mogak. Car encore ce « H » scintillait en haut de l’imposante poitrine de l’orc.

« Tu es une offrande à mon attention. Je te réclamerai comme telle, c’est la loi de notre monde. Peut-être même pourrai-je faire entendre raison à Aamon sans avoir à t’imposer de devenir ma propriété le moindre instant. » Réfléchit le démon, alors que son invitée s’affalait sur lui. Il l’enlaça avec force, déposant quelques baisers sur sa chevelure, sur le sommet de son crâne. Oui, elle lui plaisait clairement, Mithra avait vu juste là-dessus. « Tu as beaucoup de chose à découvrir. Sur moi, sur cet endroit. Pour l’heure je veux juste que tu puisses te reposer. Oublier tout ce qui est derrière toi, et tout ce qui te fait face. »

Les grandes mains du monstre vinrent agripper doucement les fesses de la chasseuse, et Helel pencha la tête pour venir chercher les lèvres de Mogak, du bout des siennes. Sans plus de cérémonie, mais avec une lenteur affectueuse et méthodique, il embrassa la guerrière avec régal, ne retenant pas ses grognements d’aise.

Ses mains raffermissaient leur lourde prise sur le cul musclé de la jeune femme, à mesure qu’il s’abandonnait au baiser, à mesure que sa langue venait jouer contre celle de Mogak. Il la sentait baver contre ses lèvres, et adorait cela, faisant de même, jouant de leurs salives brulantes. Son torse musclé écrasait la poitrine de l’orc, leurs tétons se touchant un instant, alors que doucement le mâle incitait la jeune femme à s’allonger sur lui.

« Tu sens si bon, Mogak… Peut-être devrais-je te gouter un peu plus ? » Le beau diable afficha un sourire taquin, alors que ses lèvres venaient mordiller une oreille pointue. Ses mains imposantes griffaient doucement le dos de la chasseuse, descendaient le long de ses hanches, avant que le démon ne glisse jusqu’à la raie de ses fesses, aventurant un doigt le long de ses lèvres intimes. Il en récolta un peu de cyprine, portant son doigt à ses lèvres, en suçotant le bout d’un air amusé. « A moins que tu ne veuilles me gouter en premier ? » Susurra le beau diable à l’oreille de Mogak, donnant un léger coup de bassin, faisant glisser son sexe énorme et bien dur contre le bas-ventre musclé de l’orc.


Mogak gra-Urog

Créature

Re : From Hell With Love. [Mogak]

Réponse 27 jeudi 14 juillet 2022, 01:11:46

Oui, c’était ce que je désirais… Je voulais vivre libre ! Faire ce que je voulais ne pas être attachée à quelqu’un comme je l’ai toujours été. Je venais à peine de goûter à cette sensation et je sentais que j’avais encore bien des choses à découvrir, ce n’était que le commencement. Le monde s’ouvrait devant moi, je me devais de le découvrir comme il se devait… Enfin… Pour le moment, je découvrais les enfers, un lieu mystique avec son lot de surprises ! Mauvaises comme j’avais déjà pu le constater… Et bonnes ! Comme ce moment à côté d’Helel.

J’le sens que t’es pas comme Yargol… Car si c’était réellement le cas, nous n’aurions pas cette conversation, il serait déjà en train de me chevaucher comme une bête pour se vider les couilles. T’préfères l’art de la langue ! Dans son cou, je viens ouvrir la bouche pour déposer mes lèvres brûlantes contre sa peau qui l’ai tout autant, sortant ma langue pour le lécher lascivement pendant qu’il continue de me parler de la marque qu’il a posée sur moi.

Cette puissance qu’il m’a transmise pour m’aider à survivre dans ce monde, à mieux me fondre dans la masse des autres participants et des spectateurs du haut. Je sens que sans ce coup de pouce je ne serais déjà plus là… Et qu’elle m'a grandement m’aider pour la suite des événements. La suite… Qui n'était qu’un énorme trou noir. Aamon. La minette. L’ours. Helel. Un énorme jeu d'échecs où tout le monde venait à bouger ses pions pour gagner la partie. Helel avait déjà de l’avance sur ses adversaires en découvrant ma véritable nature, en posant sa marque sur moi, mais Mythra n’était pas loin derrière… Et Aamon. C’était lui l'organisateur, lui qui allait décider de tout, quoi qu’il arrive…

Et moi dans tout ça. Je n'étais qu’une pièce. Pour Helel, le roi à défendre jusqu’à la fin. Pour Mythra, peut-être la reine à abattre avant d’arriver au but, se servir de moi avant d’arriver à l’objectif final. Pour Ujiayi, j’ai un peu de mal à savoir qu'on est ensemble depuis le début, deux tours qui avancent en parallèle dans le même sens. Et Aamon, pour le moment, j’étais un pion, le dernier, se demandant ce que j’avais de spécial prête à me transformer quand j’allais arriver à la fin. Et dans ce style de jeu… J’étais clairement à la ramasse. Mais comme venait de le dire Helel… J’étais là pour me reposer, faire le vide et profiter de l’instant présent.

Et quel instant.

Je sentais ses mains saisir mes fesses, les englober de toute sa puissance avant de voir son visage arriver proche du mien. Machinalement, je viens fermer mes yeux noirs… Je le sens quand même se rapprocher de plus en plus, son souffle glisse sur ma peau, son odeur envahit un peu plus mes narines. Jusqu'à ce que nos lèvres viennent à se sceller.

Hmmmm…

Pour la première fois, je prends plaisir à un baiser.

Je le veux.

J'entrouvre mes lèvres pour glisser ma langue vers la sienne, nous mélangeons notre salive, alors que je le sens me tirer à lui encore plus. Ma cuisse passe au-dessus de son corps colossal, je reste contre lui son torse quelques secondes avant de relever mon buste. À califourchon sur ce beau diable je le domine de toute ma carrure, lui exposant ma poitrine, mon corps musclé, je bascule ma tête vers l’avant laissant ma longue chevelure rousse lui chatouiller ses abdominaux fièrement dessinés. Lui donnant l’occasion de mordiller une de mes oreilles, alors qu’une de ses mains se montra plus aventureuse glissant par-derrière pour venir survoler mes lèvres intimes. Hmmmm. Un grognement glisse d’entre mes lèvres, alors que je viens les refermer sur le haut de son torse pendant que je le laisse déguster ma cyprine. J’aspire sa peau, le mordille avant de reculer lui laissant une petite trace à la base du cou.

J’y ai envie de t’goûter… Je laisse échapper un long souffle.

Je sais que je ne devrais pas faire ça, ne pas céder à cette tentation qui embrume mon esprit. À ce corps désirable. Toujours pencher sur le beau diable, je viens suçoter un de ses tétons, longeant ensuite la ligne d’un de ses pectoraux. Juste un peu… Je prends une grande inspiration venant descendre contre sa ligne d'abdominaux levant les yeux dans sa direction pendant que ma langue laisse une trace humide et brillante sur mon passage.

Un tout p’tit peu…

Je contourne son nombril, alors que mon menton vient buter contre son gland légèrement humide, je penche la tête sur le côté pour laisser remonter sa verge le long de mon visage que je viens enlacer dans mes mains la plaquant contre moi pour sentir ton odeur encore plus enivrante. Je prends des longues inspirations me frottant contre lui, me marquant de sa fragrance, alors que je pivote la tête pour venir déposer des baisers sur son gland titillant sa collerette de ma langue.

Mes yeux noirs brillent d’un désir profond, alors que je baisse la tête pour poser ma langue à la base de son chibre juste au-dessus de ses grosses bourses, avant de remonter tout doucement laissant le plaisir monter. Insistant sur les veines, pendant que ma main prend le même relais, le serrant entre mes doigts tout en remontant. Pendant tout ce temps, je ne l’ai pas lâché du regard, une prédatrice affamée qui lutte contre ses pulsions nouvelles. C’est la première fois, que je ne ressentais ce genre d’envie me dévorer les entrailles.

À genoux sur le lit, les fesses en l’air, penchée entre ses cuisses pour le goûter : ‘Juste un peu.’

En réalité…

J’ai cruellement envie de ce démon.


Répondre
Tags :