Le Grand Jeu - Forum RPG Hentai

Bonjour et bienvenue.

Ce forum présente des œuvres littéraires au caractère explicite et/ou sensible.
Pour ces raisons, il s'adresse à un public averti et est déconseillé aux moins de 18 ans.

En consultant ce site, vous certifiez ne pas être choqué par la nature de son contenu et vous assumez l'entière responsabilité de votre navigation.

Vous acceptez également le traitement automatisé de données et mentions légales de notre hébergeur.

About time ! [PV]

Nos partenaires :

Planete Sonic Reose Hybride Yuri-Academia L'Empire d'Argos Astrya Hybride Industry Iles Mystérieuses THIRDS
Inscrivez-vous

Kõya Breathless

Terranide

  • -
  • Messages: 1763


  • FicheChalant

    Description
    Jeune hybride chatte très rebelle ! Pas facile à dresser ! 
    Bon courage ♥

About time ! [PV]

jeudi 29 juillet 2021, 01:19:16

Depuis combien de temps la petite chatte avait décidé de le laisser… Ce soir-là, alors qu’il l’avait invité à venir avec lui, elle avait refusé disant qu’elle avait des choses à régler sur cette planète. Il avait changé sa vision des choses, lui avait donné des chances de devenir quelqu’un et pas une vulgaire esclave. Alors, avant de le rejoindre, elle voulait se battre encore, montrer qu’elle en avait dans le ventre. Une petite chatte, ou plutôt une lionne enragée ! Tous ceux qui l'avaient fait souffrir dans le passé, Kõya voulait se venger, ça lui avait pris du temps… Trois bonnes années à se purifier des démons qui la rongeaient, un chemin rempli d’embûche pour sa condition de vie, sa race…

Elle n’avait pas réussi totalement à faire ce qu’elle voulait, mais aujourd’hui l’hybride était fatiguée de courir après des hommes invisibles. Il fallait bien se l’avouer la neko n’avait pas un réseau assez important pour avoir les informations qu’elle voulait, trop basse dans la hiérarchie elle ne pouvait atteindre des proies importantes. Un cercle vicieux qui n’en finissait jamais…

Allongée sur un lit dans une auberge miteuse, épuisée, les traits du visage légèrement tirés à cause de la fatigue, la petite chatte regardait cette pierre orange. Le caillou brillant de mille feux pendait après une chaîne en or, le seul bien qu’elle avait sur elle. Jamais, Kõya ne s'était séparé de ce précieux bijou, elle avait vendu toutes ses affaires pour réussir à s’en sortir sauf ce collier. À l’intérieur de son kimono dans une poche, l’hybride le gardait précieusement, jalousement. C’était LUI qui lui avait donné pour le retrouver au moment voulu.

“Je crois bien que c’est le moment de te revoir…”

Depuis, tout ce temps qu’allait-il penser de la voir débarquer comme ça… Kõya lui avait dit qu'elle n'en avait pas pour longtemps... Trois ans, trois longues années, est-ce qu’il avait pu l’oublier ? Est-ce qu’il avait essayé de la retrouver ? D’aller la voir de temps en temps ? De la suivre par la pensée ? Non, la petite chatte savait qu’il avait des choses à faire plus importantes qu’elle… Elle n’était qu’un grain de poussière dans le mécanisme… La vie de l’hybride devait être futile comparée à la sienne.

“Non… Je ne peux pas…”


Dans un soupir, elle ferma les yeux… Depuis, tout ce temps, ce n’était pas la première fois qu’elle avait essayé de le retrouver, de franchir le pas et à chaque fois, elle renonçait. La honte d’être un poids, la peur d’arriver là-bas et d’avoir été oublié, l’angoisse de subir son regard avec des années sans donner des nouvelles, l’émotion insoutenable de lui montrer que c’est toujours la même qu’elle à passer tout ce temps sans avoir réglé ses problèmes. Juste l’échec. Des histoires que la petite chatte se forgeait dans sa tête, plus le temps passait plus elles persistaient. Et comme toutes les fois où elle avait essayé de franchir le pas, elle renonça.

“Je suis désolée…”

La main de l’hybride se ferme autour de la pierre, elle avait pour habitude de la ranger directement et ce soir le rituel changea apportant la pierre au niveau de ses lèvres pour l’embrasser. Comme-ci elle cherchait à retrouver ses lèvres, le sentir proche d’elle. Et au moment de ce contact, une chaleur importante se dégagea de la pierre et un trou béant se dessina dans son dos la faisant tomber dans le vide. Des flammes l’entouraient pendant sa chute interminable, où elle s’agitait dans tous les sens comme pour essayer de se rattraper à quelque chose. Jusqu’au moment de l’impact contre le sol, bizarrement, elle n’eut pas mal tombant mollement sur le sol.

La petite chatte redressa son buste, remettant son kimono comme il faut quand elle vit cette silhouette… Il était de dos, il avait changé. Mais c’était lui… Son coeur se souleva dans sa poitrine, ses yeux se mirent à briller de bonheur, de peur, de stress.

“Ste… Stephen…”

Stephen Connor

Administrateur

  • -
  • Messages: 2886


  • FicheChalant

    Description
    Colosse d'un mètre et quatre-vingt quinze centimètres, de près de cent cinquante kilos, aux yeux rouges et à la peau cuivrée. 
    
    Champion de Lucifer, Grand Duc du plan Infernal. A la tête de cent Légions de démons.
    
    Prétendant au trône d'Ashnard, sur le point de réaliser un coup d'état.
    
    PS : Préfère les gros culs D:

Re : About time ! [PV]

Réponse 1 jeudi 29 juillet 2021, 22:46:02

Lorsqu’enfin le démon qui sommeillait en Stephen Connor s’était éveillé, il avait tout détruit de l’humain qu’il avait autrefois été. Empathie, compassion. Il ne restait en ce monstre que quelques bribes, des notions de ce qu’étaient ces sensations. Comme un adulte repenserait à des souvenirs d’enfance. Des souvenirs si lointains qu’ils paraissent être ceux d’une autre vie.

Aujourd’hui, il ne restait de cette fusion qu’un être qui se faisait appeler Helel. Mais certaines choses que le Grand-Duc pensait enfouies, menaçaient à tout instant de ressurgir. Des artefacts magiques permettant de l’invoquer, il en existait tellement que le beau diable lui-même en avait perdu le compte.

Mais des objets capables de ramener une personne à lui… C’était une autre affaire. Peut-être quelques rares connaissances possédaient-elles un tel artefact.

Helel menait une vie de violences, partagé entre conquêtes armées des différents plans de l’univers, et intrigues politiques de cours, dont le Palais Infernal n’était malheureusement pas dépourvu. Il profitait de courts instants de répit dans son propre domaine, sur un plan d’existence différent. Une île verdoyante entourée par un océan bleu.

Sur cette grande île, il y avait un village peuplé par démons et mortels d’intérêt, les vassaux du Grand-Duc qui avaient mérité leur place s’y voyaient conviés. Quiconque vivait ici vivait sans danger, peut-être aussi sans but autre que la débauche et l’hédonisme extrême. Les bâtiments rappelaient un petit village traditionnel côtier d’Europe occidentale surplombé par un grand manoir victorien, ce qui n’était pas le choix du maître des lieux, Helel, mais bien de l’ile elle-même, dotée de sa propre conscience.

Donc, au sommet de la plus haute falaise, trônait le Manoir. C’était ici que le temps libre menait le démon. L’endroit était des plus étranges, animé par une magie qui manipulait l’espace et le temps. Les couloirs pouvaient s’allonger infiniment, les pièces être plus grandes que ne l’aurait voulu la logique. Parfois, il était possible de monter les marches et d’arriver à un étage inférieur, tout comme l’inverse.

Certaines portes, côté cour, donnaient sur l’opposé. D’autres encore donnaient sur une pièce affectée par une nuit noire, alors même que le soleil était à son zénith sur l’ensemble du domaine. Le Manoir avait sa propre conscience, ses propres buts.

Dans le bureau d’Helel, le soleil se couchait, le ciel s’obscurcissait de tons violacés, pourpres, et ce comme sur l’ensemble du domaine. La fin de la journée ne signifiait pas le sommeil pour le beau diable. Non, il n’avait nul besoin de dormir, ni de boire ou manger. Les buffets infinis de la salle à manger, l’alcool qui trônait en bouteille sur son bureau, ce n’était que de la drogue, que pour le plaisir. Pareillement, rêver était un luxe que ne s’accordait pas le monstre.

Il s’apprêtait tout de même à quitter la pièce, ouvrant la porte lorsqu’un bruit sourd attira son attention. Entre sa magie, celle du manoir, et la difficulté à trouver ce plan dimensionnel, Helel n’avait aucun doute quant au fait que cet « intrus » était bel et bien un invité. Il ne se retourna pas, pour autant, inspirant longuement. Oh, il avait connu ce parfum, autrefois.

Pour elle, il y avait seulement trois ans qu’ils ne s’étaient pas vus. Mais ici, en enfer, Helel avait vécu sa propre vie depuis une éternité. Le temps suivait des règles étranges, dans cette dimension comme en enfer.

« Koya. » C’était la voix qu’elle avait connue. Peut-être un peu plus rauque, un peu plus âgée, ou bien peut-être était-ce la surprise. « Ma petite Koya. » Le colosse se retourna doucement, posant sa lourde main sur la petite tête de la terranide.

C’était le même, de la forme de sa barbe jusqu’à ses lèvres charnues. Sans doute la jeune femme remarquerait-elle ses iris devenues rouges comme des rubis, mais c’était là la seule différence apparente. Doucement, Helel caressait les cheveux et les petites oreilles de la neko, la ramenant doucement contre lui.

Le beau diable inspira doucement, gorgeant ses narines de l’odeur de cette femme. Un instant, il crut entendre son cœur, inerte et froid, battre. Mais il n’en était rien, c’était simplement les souvenirs d’une vie qui n’était pas la sienne, qui ne le concernait plus. Par respect pour l’être qu’il avait autrefois été, cependant, Helel n’eut pas le désir de corriger Koya sur son nom.

« Comme cette voix me paraît ancienne. » Dit-il, la plaquant contre lui pour déposer un baiser chaud sur son front. « Pour moi, il s’est écoulé des dizaines, peut-être des centaines d’années. Je ne pensais pas te revoir un jour. Mais pour toi cela doit être si jeune. » A peu près trois ans ? Ce n’était qu’une rapide conversion, peut-être était-ce un peu plus, un peu moins. Helel caressait tendrement le dos de son amante, la base de sa queue de chat. De son autre main, il lui tenait la tête pour s’offrir sa joue et ses lèvres, l’embrassant tendrement.  « Bienvenue, tu es ici chez toi. »

Elle aurait beaucoup de facette de cette étrange vie à découvrir. Sur la nouvelle nature de cet amant, sur cet endroit qui prétendait pouvoir être sa nouvelle demeure. Et peut-être apprendrait-elle d’autres choses, des choses sur elle-même. L’endroit, s’il n’était pas techniquement un plan de la dimension infernale, restait un lieu peuplé de désirs sombres.

Kõya Breathless

Terranide

  • -
  • Messages: 1763


  • FicheChalant

    Description
    Jeune hybride chatte très rebelle ! Pas facile à dresser ! 
    Bon courage ♥

Re : About time ! [PV]

Réponse 2 vendredi 30 juillet 2021, 03:47:07

C’était bien lui, sa voix résonna jusqu’aux oreilles de la terranide qui venaient de se dresser sur sa tête pour faire vibrer son corps en entier et en plus de cela sans même la voir il venait de dire son prénom. Kõya ! Depuis, tout ce temps il ne l’avait pas oublié, elle frémissait de bonheur, son coeur s'emballe dans sa poitrine manquant des battements, alors que sa queue touffue claquait l’air derrière elle. Stephen se retourna pour venir glisser sa main sur la tête de la petite neko, levant les yeux dans sa direction elle ne pouvait s’en détacher. Il n’avait pas changé, l’homme magnifique qui l’avait fait fondre plus d’une fois, pour la faire tomber dans ses bras et au fond d’un lit. Sans même s’en rendre compte, l’hybride ronronnait, faisant vibrer ses cordes vocales pour répandre une douce mélodie dans la pièce.

“Tu ne m’as pas oublié…”

La petite chatte déposa une de ses mains dans la paume de son amant pour se redresser contre lui, elle plaqua sa joue contre son bras musclé… Cette sensation de protection remonta directement en elle. Quand il était venu la sauver de ce noble qui avait fait d’elle sa marionnette avec de la drogue, ses bras dans lesquels elle s'était directement sentie en sécurité quand il l’avait libérée. Les bras de Kõya passèrent dans le dos de Stephen pour venir l'enlacer tendrement, ses doigts fins remontant contre ses muscles toujours aussi imposants.

“Je m’excuse de ne pas être venue avant... “ Pleine de remords, sa voix tremblait, mais elle s’arrêta net quand il lui parla de la différence de temps. Elle avait bien peur de ne pas comprendre ce qu’il voulait dire.

Avant de se quitter Stephen lui avait avoué que c’était un démon, mais elle ne connaissait rien à ce monde, à cette façon de vivre… Si pour lui 3 ans était comparable à une centaine d’années, cela a dû être un enfer… Il ne devait même plus l’attendre, c’était pire qu’un abandon. La petite chatte s’en voulait déjà avant d’arriver ici, alors maintenant qu’elle savait ça… Stephen porta sa bouche contre la sienne pour venir l’embrasser, tendrement, elle sentait son souffle chaud la bousculer. Ses lèvres, elle en avait rêvé des nuits et des nuits, enfin elles les retrouvaient. Charnues, douces, brûlantes de désir. Kõya ferma les yeux pour savourer ce moment, ouvrant légèrement ses lèvres pour glisser le bout de sa langue contre lui, avant de rompre ce moment. Enjouée, stressée, honteuse, sa voix partait tantôt dans les aiguës, tantôt tremblante, un mélange qui coupait avec son côté rebelle.

“Je voulais tellement te rejoindre plus rapidement, je pensais régler mes affaires sur Terra d’un claquement de doigts… Et le temps passait et plus il passait… Plus j’avais peur de venir te rejoindre… Si, si j’avais su que le temps passait plus rapidement ici… Je serais… J’aurai… Je m’excuse Stephen… J’avais si peur que tu ne me reconnaisses plus, d’être un lointain souvenir, juste une ombre…”

La petite chatte vient coller sa tête contre son torse, ne sentant pas son coeur battre à l’intérieur de sa poitrine sûrement dû au fait que c’était un démon maintenant… Elle remonte une main au niveau de son visage, pour passer ses doigts sur sa barbe, caressant ensuite sa joue, alors que son autre main profite encore de son dos taillé à la perfection. Les yeux de la terranide viennent fixer ses pupilles rouges, c’était la seule chose qui avait changé… Enfin, la seule chose qu’elle voyait. Qu’est-ce qu’il avait bien pu faire en une centaine d’années…

“Merci de m’accueillir chez toi !”
Ou chez-elle…

Kõya n'avait jamais eu de chez-elle, le prononcer n’était juste pas possible pour le moment, pas avant de savoir où elle était réellement. Et si elle n’allait pas le déranger ! L’hybride était peut-être arrivée dans un moment délicat, comme un cheveu sur la soupe, elle devait s’assurer de ne pas déranger. Mais avant la petite chatte voulait revivre ce moment, elle lève sa deuxième main vers son visage pour venir serrer sa mâchoire et l’approcher pour une nouvelle fois l’embrasser. Son fétiche kimono orange s'ouvrit sur son dos et le col glissa légèrement le long de ses épaules toujours aussi blanches et frêles. Le baiser dure quelques secondes, avant qu’elle ne s’éloigne.

Que faire à présent, elle ne savait pas par où commencer lui demander tout ce qui c’était passé pendant ce temps ? Lui demander une visite des lieux… Elle était là au milieu de cette pièce qui semblait immense, la petite chatte se doutait qu’elle n’était clairement pas dans une simple maison… À la base il faisait nuit et devait aller se coucher, mais après des retrouvailles comme ça, elle ne pouvait pas du tout lui demander d’aller dormir. Et où dormir ? Est-ce qu’il la désirait toujours autant ? Encore des nouvelles questions qui venaient s’ajouter dans la tête de Kõya, à croire qu’elle réfléchissait beaucoup trop.

“Veux-tu commencer par me parler un peu de ton chez-toi, me dire où je me trouve réellement pour m'acclimater un peu… Et ton rôle ici Stephen ?”

Stephen ce prénom qu’elle utilisait depuis son arrivée ici, alors qu’il avait disparu pour laisser place à Helel. Une partie de sa vie qu’elle allait découvrir un peu plus tard… Toujours collée à lui, Kõya attendait les réponses à ses questions, elle attrapa sa main entre la sienne pour la remonter vers son visage et glisser sa joue contre le dos de celle-ci, l’avant-bras de son amant se callant entre sa poitrine toujours aussi généreuse depuis ces années.

Stephen Connor

Administrateur

  • -
  • Messages: 2886


  • FicheChalant

    Description
    Colosse d'un mètre et quatre-vingt quinze centimètres, de près de cent cinquante kilos, aux yeux rouges et à la peau cuivrée. 
    
    Champion de Lucifer, Grand Duc du plan Infernal. A la tête de cent Légions de démons.
    
    Prétendant au trône d'Ashnard, sur le point de réaliser un coup d'état.
    
    PS : Préfère les gros culs D:

Re : About time ! [PV]

Réponse 3 vendredi 30 juillet 2021, 17:31:34

Les doigts du démon s’accrochaient avec insistance à la peau de Koya, la caressant, la saisissant avec fermeté pour la plaquer contre lui. C’était une sensation étrange, inexplicable pour le beau diable. Comme un besoin de sentir cette peau de velours contre lui, d’inspirer son odeur, sans se soucier d’être trop bruyant ou possessif. La question ne se posait même pas, elle était à lui.

« Non, je n’ai pas oublié. » Il disait vrai, même s’il ne considérait pas réellement être l’homme avec qui la neko partageait tant de souvenirs. Pourtant, ils étaient bien là, enfouis au fond de sa mémoire comme une nostalgie qu’il ne parvenait pas à s’expliquer. Doucement, le colosse suivait les gestes de Koya, glissant sa main contre la sienne, appuyant contre ses seins laiteux que la bienséance lui intimait de ne pas toucher comme il le désirait tant. « Mais beaucoup de choses ont changé, oui. »

Délaissant les doigts délicats de son amante, Helel vint poser sa paume juste au-dessus de la queue féline ébouriffée, au creux de son dos cambré. Avec fermeté, mais sans la brusquer, le maître des lieux guida la chatte hors de la pièce. Grande serait la surprise, pour Koya, de constater que dans le reste du Manoir, il faisait déjà totalement nuit.

Les chandeliers aux flames inexplicablement tamisées étaient la seule source de lumière. Les nombreuses fenêtres du couloir donnaient sur l’extérieur entièrement noir, et un ciel illuminé d’étoiles. A gauche, il y avait l’océan bruyant qui heurtait les escarpes de la falaise que surplombait le manoir. A droite, il y avait un jardin luxuriant que quelques insectes animaient d’une symphonie nocturne.

« Cet endroit est un refuge. Réservé à mes âmes préférées, ainsi qu’à mes démons les plus puissants et loyaux. » Il marchait doucement le long du hall, n’ôtant pas sa main du dos de Koya, la caressant avec tendresse tout en l’observant droit dans les yeux, incapable de quitter son regard. « Le Manoir est animé par une magie que personne ne contrôle, il a sa propre volonté. Je pense qu’il serait compliqué de t’expliquer, alors je vais juste te montrer. »

Un sourire taquin apparut sur les lèvres du démon. Même pour les habitués à la magie, le manoir avait quelque chose d’étrange. Quelque chose qui mettait les sens mal à l’aise, sans jamais terrifier. C’était plutôt un genre de magie mesquine, comme si l’esprit du Manoir cherchait à se divertir en jouant des tours à ses habitants. Ou peut-être à les guider, à les pousser vers ce que cette conscience magique voulait qu’ils fassent. 

S’approchant d’une porte miteuse qui ne pouvait contenir qu’un placard à balais tout au mieux, Helel posa sa main libre sur la poignée rouillée, l’ouvrant doucement pour révéler ce qui trônait de l’autre côté. L’endroit était une bibliothèque de petite taille, comprenant cinq petits rayons bien remplis de livres. Au milieu, il y avait une grande table avec six places assises. Le tout était d’un style rustique, d’un bois foncé et élégamment laqué. Des plantes vertes grimpantes et à lianes complétaient la décoration, donnant sur une unique grande fenêtre qui surplombait tout le manoir. Invraisemblablement, le couple n’avait pourtant monté aucune marche et affronté aucune pente, alors pourtant que le bureau d’Helel semblait se situer à peine au-dessus du rez-de-chaussée. Pour clôturer le tout, il n’y avait pas de doute : il faisait jour, de l’autre côté du verre.

« Quant à moi. » Helel fit remonter ses deux mains vers le visage de Koya, déposant un baiser sur son front, puis un sur son nez, avant de tendrement l’embrasser de sa bouche charnue. « Je tiens à te dire qui je suis. » Il guida la terranide vers une chaise à l’apparence solide et confortable, prenant place en face d’elle. Sur la table trônait un manuscrit, et une plume dans un encrier. La toucher lui ferait prendre feu, un feu qui ne brulait pas la chair ou la peau, cependant. A lire brièvement, cela ne ressemblait à aucune écriture que connaisse Koya, et pourtant, elle pourrait comprendre chaque mot avec la plus grande simplicité. Le contrat demandait au mortel qui le signait de respecter les règles du Grand-Duc, Helel, en échange d’un foyer permanent et inconditionnel dans « Le Manoir des Léviathans ».

« Ici, je suis Helel. Stephen Connor était le nom que l’on me donnait avant que je ne finisse le rituel qui a fait de moi un véritable démon. Je ne suis pas totalement quelqu’un d’autre. Je me souviens de notre vie, de notre rencontre. Mais je te mentirais en te disant être celui que tu cherches. » C’était un ultime respect que le démon autorisait à l’hybride qu’il avait remplacé. Il aurait pu mentir, manipuler comme toujours. Mais ce minuscule, infime reste d’humanité et d’affection, l’enchainait à la vérité. « Mais sache-le, je pense de toi ce qu’il pensait, et je veux que tu restes ici. »

Kõya Breathless

Terranide

  • -
  • Messages: 1763


  • FicheChalant

    Description
    Jeune hybride chatte très rebelle ! Pas facile à dresser ! 
    Bon courage ♥

Re : About time ! [PV]

Réponse 4 vendredi 03 septembre 2021, 00:47:12

Les mains chaudes de son amant passaient sur le corps de la petite terranide comme une douce caresse, s’arrêtant à la naissance de ses fesses pour titiller la base de sa queue la faisant frémir et ronronner. Tout en lui indiquant d’avancer pour sortir de la pièce, la petite chatte regardait les alentours s'échappant dans cette obscurité profonde accompagnée des chants d’insectes, mine de rien c’était très relaxant. La petite chatte écoutait Stephen parler de ses âmes qu’il récoltait pour les garder avec lui et du Manoir qui possédait une identité propre, tout cela lui était totalement inconnu… Voir quelque peu loufoque. Mais elle ne devait pas oublier qu’elle n’était plus sur Terra. Elle leva la tête vers son amant, la lueur des chandeliers éclairait son visage, qu’il était beau ainsi, même avec ses iris rouges qui sortaient de l’ordinaire. Elle ne put s’empêcher d'esquisser un léger sourire, passant sa main sur une mèche de cheveux blancs pour la remettre comme il faut, tout en dégageant son petit minois.

Toujours aussi docilement dans ce lieu inconnu, Kõya suivait Stephen passant une porte miteuse pour arriver dans une bibliothèque magnifique malgré qu’elle était petite ! La petite chatte remarqua le jour entrant par la fenêtre, alors que dans le couloir, la nuit, battait son plein. Pour s’assurer de cette vision, elle leva la tête pour mieux voir et s'aperçut alors du vide juste en dessous…

“C’est donc ça quand tu disais qu’il avait sa propre volonté…”

Le Manoir était donc capable de modifier les pièces, la position des résidents et l’espace-temps ? Choisissant le moment de la journée, où est-ce que cela n’avait aucune importance en Enfer ? Le temps ne passait pas comme sur Terra, alors pour la condition d’une journée, c’était peut-être aussi différent… Les saisons n’y pensons même pas…

Kõya lâcha la fenêtre du regard pour retourner vers son amant, qui vient encercler son visage entre ses grandes mains, déposant ensuite des doux baisers pour finalement chercher ses lèvres.

“Qui tu-es…”

La terranide savait qu’il était Stephen ! Il n’était plus un être humain, mais restait le même non ? Cette simple phrase qu’il venait de lâcher produisait l’effet d’une bombe dans la poitrine de Kõya. Physiquement c’était le même mais mentalement ? Est-ce que les Enfers dévoraient vraiment l’âme de ces occupants, comme elle avait pu le lire dans des livres ? Ou simplement l’âme de Stephen était là dans cette collection et en face d’elle c’était… Le cerveau de la pauvre chatte fumait à plein régime, alors qu’elle prenait place autour de la table, ses fesses se posant délicatement sur ce coussin moelleux.

Devant elle un manuscrit… Et ce qu’elle allait lire n’allait pas arranger les choses…

“Le Grand-Duc… Helel ?” Un murmure plein d’interrogation sur ce nom qu’elle lisait sur ce papier. Et la réponse allait arriver très vite… Elle venait de se prendre une bombe et ça, qu'est ce que c’était au juste ? Kõya écarquilla grand les yeux de surprise, les levant vers le plafond comme pour encaisser ce qu’elle venait d'entendre.

“Je… Je ne sais pas quoi dire... “

Le choc était important, un long souffle alors qu’elle se laissa tomber vers le dossier de son siège, son kimono descend sur ses épaules laissant apparaître son buste délicat et la naissance de sa lourde poitrine. Stephen avait laissé la place à Helel pour devenir un démon, il se souvenait de tout sans vraiment se souvenir ! C’était comme une sorte d’une lointaine sensation à son écart. Comment Kõya devait le prendre… Sachant qu’il venait de dire qu’il n’était pas celui qu’elle était venue retrouver.

“Je m’excuse, c’est assez dur d’encaisser ce que tu me racontes… Et je ne peux m’en vouloir encore plus de n’être pas venue plutôt te rejoindre ! Enfin, Stephen… Enfin, s’il était encore là le jour où il m’a laissé ce pendentif.”

La terranide était au courant de sa transformation, mais est-ce que ce jour-là celle-ci était pleinement achevée, avec qui elle avait parlé… Stephen ou déjà Helel. C’était bien compliqué cette histoire et surtout savoir sur quel pied se positionner. Kõya pouvait simplement s’attacher à l’enveloppe charnel, décidé de fermer les yeux sur le reste… Mais Stephen n’était pas qu’un corps ! C’était un tout, Kõya aimait sa personnalité, l’attention qu’il lui portait, leurs jeux entre les deux… C’était lui qui l’avait sauvé des griffes de cet horrible porc qui l’avait drogué pour la faire sienne. Pour ensuite s’offrir à lui, devenir docile… Est-ce Helel aurait fait la même chose ? Elle ne pouvait s’empêcher de comparer les deux, essayer de se dire que c’était toujours le même, mais sans le connaître, c’était dur de savoir.

La petite chatte pouvait toujours lui poser des questions qu’est ce qui te différencie de lui, aurais-tu fait ça ou non… À quoi bon… Ce n’était que des paroles et non des faits, il pouvait bien dire ce qu’il veut. Par contre d'autres questions plus rationnelles lui brûlait les lèvres…

“Stephen n’a pas souffert quand t’as pris sa place ?”

Le faire souffrir serait la pire chose à entendre pour Kõya.

“Et si je veux rester ici… J’ai bien compris que je dois signer ce papier… Est-ce que mon âme restera ici pour l’éternité ?” En clair, est-ce que la petite chatte allait se transformer en un être démoniaque… “Tu me laisses combien de temps pour réfléchir, car je ne compte pas le signer maintenant !”

Comme tout contrat, il est bon de réfléchir avant, de peser les points positifs et négatifs.

“J’appartenais à Stephen, lui offrant ma vie d’esclave si on peut dire ça comme ça… Pas à toi, Helel !”

Kõya attrapa le manuscrit pour le rouler et le ranger dans une des poches de son kimono, avant de faire grincer la chaise pour se lever se dirigeant vers la chaise du démon se plaçant derrière lui, ses fines mains venant rencontrer les épaules du colosse.

“Je veux apprendre à te connaître avant de prendre une décision, savoir dans quoi je mets les pieds… T’as beau avoir son apparence, même toi tu me dis que t’es différent de celui que je connaissais… J’ai de la peine à me dire que Stephen n’est plus là, que celui que j’aimais ne reviendra jamais. Je m’en veux d’avoir mis autant de temps pour venir…”

Les mains de la terranide s'activaient sur les épaules d’Helel, massant doucement, remontant vers sa nuque, appuyant délicatement sur des zones sensibles, alors qu’elle approcha sa tête pour la déposer contre la sienne. Cherchant encore ce contact qu’elle aimait avec lui, réconfortant, protecteur… Tout en restant puissant !

“Mais je me dis que si Stephen a laissé sa place pour toi, c’est qu’il y a une bonne raison… Et je me dois de lui faire confiance !”

Elle allait tout faire pour creuser sa personnalité, car physiquement il avait déjà tous les points ! Kõya glissa ses mains sur son torse, l'enlaçant tendrement, venant déposer son menton dans le creux de son cou pour y déposer ses lèvres pulpeuses, juste le dossier du siège les séparait encore. Alors qu’elle continuait de caresser sensuellement ce torse offert, musclé dont elle gardait des souvenirs vraiment torrides.


Répondre
Tags :