Le Grand Jeu - Forum RPG Hentai

Bonjour et bienvenue.

Ce forum présente des œuvres littéraires au caractère explicite et/ou sensible.
Pour ces raisons, il s'adresse à un public averti et est déconseillé aux moins de 18 ans.

En consultant ce site, vous certifiez ne pas être choqué par la nature de son contenu et vous assumez l'entière responsabilité de votre navigation.

Vous acceptez également le traitement automatisé de données et mentions légales de notre hébergeur.

Aux prières d'une nuit enneigée { Pv ~ Klaus }

Nos partenaires :

Planete Sonic Reose Hybride Yuri-Academia L'Empire d'Argos Astrya Hybride Industry Iles Mystérieuses THIRDS
Inscrivez-vous

Klaus

Terranide

Re : Aux prières d'une nuit enneigée { Pv ~ Klaus }

Réponse 15 jeudi 01 juillet 2021, 00:46:23

Un ville non loin ? Mmmmh, Klaus réfléchissait à cette nouvelle, mais en l'écoutant, se disait que cela reviendrait à ce qu'il se passe lorsqu'il se retrouve dans des villes de son monde, des peau fragiles courant de partout, des peau fragile couvert de métal cherchant à le vaincre, des manieur de magie lorsqu'il aurait beaucoup trop affronté certain d'entre eux.

Il avait l'impression de ne jamais pouvoir trouver d'endroit tranquille, reposant, ou il pouvait vivre sans la sournoiserie et le manque d'honneur des peaux fragiles. L'endroit où il se trouvait lui plaisait, paisible, presque naturel, une senteur agréable à ses naseaux, le seul et grand hic était ce froid qui ne lui plaisait pas du tout et qui lui faisait se coller au feu qui l'empêchait de s'engourdir de trop.

Et l'esprit lui confirma ce qu'il pensait, les " humains ", créature qui peuple ce monde ne sont pas amical, tandis qu'elle lui dit qu'il pourrait rentrer chez lui lorsque le jour viendra ouvrir la porte de glace qui le retenait dans ce monde. Un grognement de mécontentement se fit entendre du tréfond de sa gueule fermé, il savait très bien ou le chemin aquatique allait le ramener et allait devoir réfléchir et se souvenir des lieux ou il était auparavant pour ne pas se faire avoir en arrivant, surtout s'il se retrouvait à nouveau fatigué comme la première fois.

Mais pendant que ses pensées étaient tourné la dessus, il fut interrompu en voyant son interlocutrice se diriger de nouveau vers lui. Penchant la tete d'interrogation, il lui accorda sa confiance pour le moment. Ses gestes étaient lents et paisibles, la voyant venir poser sa mains sur les écailles en bande qui couvrait son torse, le laissant sentir la chaleur qui émanait de son corps de sang chaud, suivi d'une phrase qu'il ne comprit pas, avant de la voir se reculer à nouveau.

Il se demandait bien ce qu'elle avait pu lui faire, puis, l'entendit lui dire qu'elle devait laisser place à la petite prêtresse, ayant besoin de repos. Klaus, à cet instant, vint poser ses deux mains sur ses propres genoux, puis s'inclina respectueusement avant de répondre à cela.

" Que la Déesse mère vous protège."

C'est sur ses mots qu'il put la voir s'assoupir d'un coup devant lui, ce que le saurien trouva amusant, la voyant toujours debout, mais endormit, avant de la voir rouvrir les yeux, son regard, sa posture et son odeur changeant de nouveau. Il salua en retour la petite prêtresse à nouveau parmi eux, tandis qu'elle reprenait la parole avant d’éternuer.

" Vous devriez porter plus de tissus sur votre peau petite prêtresse, je sais que les peaux fragiles n'aime pas le froid eux non plus et je trouve le tissu qui vous englobe très léger pour cette température."

Sa tête se pencha ensuite de l'autre côté pour reprendre la parole.

" Vous avez bien d'autres tissus non ? "

Klaus se disait qu'il aaurait été bête de sa part que d'entre venue dans un endroit si froid sans tissus chaud pour se couvrir, à moins qu'elle n'en ait pas eut le droit et qu'elle doivent endurer cela comme une forme de purification. Mais, ce n'est que maintenant qu'il se rendit compte d'une chose, ce n'était plus l'esprit qui lui parlait, mais la petite prêtresse et pourtant, il la comprenait parfaitement et réalisa alors ce qu'elle avait dut faire en posant sa main sur son torse, ouvrir son âme à la sienne pour que la barrière de la langue physique ne soit plus un obstacle, en tout cas, c'est ce qu'il pensait.


Enothis/Emaneth

Humain(e)

Re : Aux prières d'une nuit enneigée { Pv ~ Klaus }

Réponse 16 mercredi 18 août 2021, 22:31:35

Le retour au contrôle de son propre corps n’était guère chose aisée. La petite prêtresse dans ses superbes mais peut-être bien trop légers atours se retrouvant en partie détrempée d’abord, et surtout complètement frigorifiée ensuite. Elle ne voulait pas se trouver bien maladroite envers le puissant invité qui était resté très cordial jusqu’ici, tant et si bien qu’elle s’était tout de même assurée de le saluer, mais maintenant qu’elle avait répondue à ce devoir, elle venait de s’accroupir auprès du feu, cherchant tant bien que mal à récupérer un peu de chaleur pour son petit être grelottant. Elle ne faisait, dans l’immédiat, ni attention à sa tenue, ni à la manière dans laquelle elle se positionnait, laissant entrevoir dans sa hâte et ses gestes une certaine innocence, l’étrangère prenant même le temps de tendre ses mains près du feu pour en goûter la délicieuse radiance. Klaus, en l’occasion, avait sûrement de quoi observer la prêtresse dans toute son apparente faiblesse humaine : sensible au froid, la chair molle sans la moindre armure, le corps à peine couvert, dont chaque brise avait parfois le malheur de faire voleter le tissu, révélant parfois les précieux atours féminins de cette demoiselle dans la fleur de l’âge. Le nez rouge et les joues rosies par les risques d’un rhume naissant n’étaient qu’un point supplémentaire, qui finalement avait peut-être aussi la capacité de faire perdre un peu à la jeune femme ce statut religieux, divin, qu’elle avait put avoir quand ils venaient tout juste de se rencontrer.

« Vous devriez porter plus de tissus sur votre peau petite prêtresse, je sais que les peaux fragiles n'aime pas le froid eux non plus et je trouve le tissu qui vous englobe très léger pour cette température. »

Elle manqua avoir un court instant de surprise en comprenant immédiatement les propos du puissant saurien, mais se rappelant de l’action d’Emaneth, elle eut la bonne réaction de taire sa première réaction de peur de blesser cet être. Il … Il était par ailleurs touchant de le voir penser à son bien, même si le conseil était un poil décalé au vu des objectifs de la jeune femme. Ce n’était pas qu’elle s’était vêtue ainsi par contrainte ou désir de confort, non. Elle avait fait le choix de cette tenue pour se rapprocher de son passé religieux, pour retrouver enfin la plénitude qu’elle pouvait ressentir dans ses premiers instants de Foi. Elle s’apprêtait d’ailleurs à lui répondre avec beaucoup de délicatesse, afin de lui expliquer plus ou moins ce qui la poussait à se comporter ainsi, mais visiblement, le fait qu’elle soit restée muette ne manqua pas d’alerter son invité, qui reprit alors son propos avec une certaine forme d’interrogation bien compréhensible :

« Vous avez bien d'autres tissus non ?
Ce… n’est pas vraiment la question… aaah…  »

Se reprenant en hâte, elle vient étouffer un nouvel éternuement qui était passé lui remuer le nez. Difficile de garder son sérieux quand le froid vous agresse de toute part, et pour être tout à fait honnête, Enothis s’employait déjà à rester la plus digne possible, afin que le puissant Kromcota vo Sharleko ne se retrouve pas à trop s’inquiéter pour elle. À partir du moment où elle cessa d’osciller entre relâchement et risque imminent d’éternuer, elle se retourna vers lui, se plaçant à genoux, l’un des délicats tissus placé entre ses cuisses pour ne pas risquer de montrer son fruit défendu au guerrier d’un autre monde. Alors, elle prit enfin le temps de lui expliquer pourquoi elle se trouvait là, en pleine tempête de neige, dans une tenue qui aurait sûrement l’occasion en d’autre endroit de la faire passer au mieux pour une illuminée, au pire pour une femme de petite mœurs en pleine recherche :

« Voyez vous, j’ai quitté mon pays, et n’ai pas retrouvé dans celui-ci de lieux où pratiquer normalement mes prières et ma foi. Ce soir était le premier soir où je venais en ce lieu, normalement abandonné, pour le faire. Alors j’avais pris ma tenue rituelle, mais vu que je viens d’un pays où la chaleur est extrême, eh bien … Effectivement c’est un peu léger. Mais je me devais de la porter pour ces rituels ! En tout cas c’est d’une importance capitale à mes yeux. »

Elle ne manqua pas de lui sourire, meilleur moyen pour elle de tenter de le rassurer. Dans le fond, le feu commençait à faire son œuvre, même si elle sentait en contrepartie que la baisse de température de son corps avait eut de sévères effets sur sa forme physique. La fatigue pointait le bout de son nez comme jamais, et elle commençait à avoir mal un peu partout, autant dire qu’elle n’allait pas faire bonne mine dans quelques heures. Après, ce n’était pas bien grave, elle savait qu’elle pouvait largement dépasser les limites du corps en se reposant sur les infinies capacité de l’esprit et la discipline personnelle. En revanche, résonnant avec les mots de Klaus, elle se sentait malgré tout assez mal à l’aise à l’idée qu’il puisse tant et tant s’inquiéter pour elle. Ce n’était pas dans ses habitudes d’amener autrui à veiller sur elle, alors elle aimerait éviter que le premier cas du genre au Japon soit avec un gigantesque saurien humanoïde provenant d’un autre univers. D’ailleurs, un peu plus et elle aurait été capable de poser la question par rapport à Godzilla : s’agit-il d’un cousin des Kroxigor ? Cela aurait été l’une des découvertes les plus amusantes et flippantes de toute sa vie. Enfin, avec un peu plus de sérieux, Enothis était en train de sérieusement reconsidérer son état personnel, et peut-être allait-elle effectivement se changer. Cela ne pourrait pas lui faire de mal, et elle avait tout de même portée sa tenue rituelle pendant une bonne partie de la nuit déjà, aussi… Elle pouvait sûrement se permettre un tel écart. Aussi, elle reprit la parole avec calme :

« Enfin… Je peux imaginer que je ne vais pas retourner à mes psalmodies alors que vous êtes ici, cela me mettrait bien mal à l’aise. J’ai effectivement d’autres vêtements, je vais aller les…. Les …  »

Révélation soudaine et dramatique. Elle n’y avait pas du tout pensé, il y a plusieurs heures, parce qu’elle était certaine de rester dans sa tenue cléricale, mais maintenant qu’elle était dans un état … l’on peut dire compliqué, elle se rendait compte de la titanesque erreur qu’elle avait faite. Ses tenues, celles avec lesquelles elle était venue jusqu’à ce temple abandonné, elle les …. elle les avaient toutes utilisées pour éponger et sécher comme elle le pouvait le corps du gigantesque saurien, tant et si bien qu’elle les avait toutes foutues en tas dans un coin de la pièce principale, loques désormais détrempées. Et puis pas juste humide hein, non, la bonne dose d’eau gelée qui avait eut le temps de commencer à se densifier avec l’air frigorifique du dehors, produisant donc une semi-boule d’affaires en partie congelée. Une … Une catastrophe. Sans compter qu’Enothis se trouvait bloquée, elle ne pouvait décemment pas dire à son invité, même malencontreux et indésiré, qu’elle se trouvait désormais incapable de se réchauffer ou de se couper un minimum du vent glacial parce qu’elle avait utilisée ses tenues pour lui. Cela reviendrait à lui rejeter la faute, et elle ne pouvait vraiment pas se le permettre, ce n’était pas dans sa nature ! Vite, elle avait besoin d’une idée, d’une excuse, d’un quoi que ce soit qui lui permettrait de cacher à la fois son erreur et son désarroi du moment ! Finalement, elle ne trouva d’ailleurs pas mieux à dire que :

« Euh je … ne sais plus où je les ai mises. Ça doit être dans une des pièces de l’entrée principale, mais je ne sais plus laquelle et …. Et je me sens pas trop d’y aller à l’aveuglette je l’avoue… hi hi quelle sotte je fais ! »

C’était ridicule, mais elle n’avait pas mieux pour le coup. Bouffer par la honte, la voilà qui se glisse de nouveau auprès du feu, tendue, droite comme un i, un sourire forcé sur le visage pour dissimuler son embarras. Quel scandale franchement, d’être assez stupide pour ne pas avoir réfléchie plus de deux minutes, et de ne pas s’être au moins mise à faire sécher ses affaires après avoir prit soin du Kroxigor. C’est juste… juste terrible de se retrouver dans ce genre de situation ! Elle n’assumait pas du tout, et avait tout juste envie de disparaître pour ne pas se faire plus honte que ça, ne pas se pousser encore un peu plus dans le ridicule. Car oui, elle savait que Kromcota vo Sharleko n’était pas un bêta, si il regardait dans le coin droit derrière lui il n’aurait aucun mal à remarquer l’amas gelé de vêtement qu’elle avait rapidement balancé là. De là à ce qu’il comprenne ce qu’elle avait fait, il n’y aurait pas besoin de plus d’une demi-seconde de réflexion … Et de même manière, maintenant qu’elle venait éhontément de mentir pour cacher tout cela, elle ne pouvait pas non plus aller les récupérer pour les mettre près du feu, en espérant pouvoir se les mettre sur le corps dans deux bonnes heures. Stupide petite humaine !

« Bon je … eh bien tant pis hein, il ne faut pas se mettre bille en tête, n’est-ce-pas ? Je vais rester ainsi, ce n’est pas grave, surtout ne vous inquiétez pas. Je n’en ai pas l’air mais je suis costaude ! »

Klaus

Terranide

Re : Aux prières d'une nuit enneigée { Pv ~ Klaus }

Réponse 17 vendredi 17 septembre 2021, 03:02:03

Le feu protecteur continuait de crépiter, accompagnant les paroles du Kroxigor, quand, la première réponse qui lui fut donnée lui apparut forte étrange et ne lui répondait pas vraiment.

La seule chose qu'il pouvait se rendre compte à l'instant, c'est qu'elle était en train d'avoir beaucoup trop froid pour son état, car un éternuement n'ait jamais dû à rien, surtout sans soleil pour faire croire que cela viendrait de la lumière. Mais la suite en fut plus intéressante, complète et lui permis d'en apprendre beaucoup plus sur la prêtresse.

Elle n'était donc pas de cette contrée à l'origine et, dans ce pays si différent du sien, elle n'avait jamais pu accomplir sa tâche et rendre hommage au dieu de la façon d'ont elle était censé le faire. Maintenant, il comprenait bien cette tenue si proche de l'inexistence. C'était un symbole de sa foi, un outil pour communiquer avec son dieu et désormais, il se trouvait bête de lui avoir demandé de se changer pour ne pas avoir froid.

Rendre grâce aux créateurs pouvait être une épreuve très dure et là en était la preuve, ce qui lui faisait avoir d'autant plus de respect envers elle. Sur cette réflexion, il s'affessa un peu, venant s'incliner avec respect avant de lui répondre

" Je vous pris de m'excuser de ma demande indélicate, j'aurais dû deviner que votre tenue était en lien avec cela et n'aurait pas du manquer de respect envers votre rituel."

Sur ses mots, il la regarda un instant, la voyant avec cette expression totalement humaine. Il l'avait vu de nombreuse fois, mais n'en saisissait pas toujours le sens, certain gardé leur bouche fermé, d'autre montrait leurs dents. Pendant un temps, quand il voyait cela, il pensait à un signe de défis, ou de colère, mais rien ne collait jamais avec dans la posture que ces personnes arborées en faisant cela.

Sur ce, elle se remit à lui parler, lui disant qu'elle n'allait sûrement pas continuer ses prières désormais et qu'elle pouvait très bien chercher ses vêtements. Cela ne lui plaisait pas, il avait l'impression d'avoir interrompu cela, il avait l'impression d'être fautif, et donc que cela attirerait la colère de son dieu, peut être même d'ankhti.

" Je ... si je vous ai empêché de finir vos prières, j'espère que vous acceptiez mes excuses et je ne peux vous empêcher de reprendre si vous le devez."

Au moins, cela était dit et que les dieux lui en soit témoins, il ne l’empêchait pas d'accomplir sa tâche par sa volonté, mais par la force du destin ou de celle d'un dieu quelconque ayant choisi de l'envoyer ici pour une raison qui lui restait obscure pour le moment. Il l'a regardait donc se mettre à chercher, puis la vit s'arrêter d'un seul trait, comme figé. Klaus se mit donc à pencher la tête, se demandant ce qu'il y avait, puis, l'entendit dire qu'elle les avaient laissé dans la pièce d'à côté et apparemment elle ne se sentait pas vraiment d'aller les chercher dans cette obscurité. Il se dit à cet instant que cela ne serait que juste réparation que de l'aider à retrouver ses vêtements et de faire en sorte qu'elle soit en bonne santé, donc, sur cette pensée, il se releva du feu, commençant à marcher en direction de l'entrée, le planché craquant, souffrant sous ses pas avant d'entendre à nouveau la voix de la prêtresse cacher tout cela.


Klaus n'était pas très convaincu, l'entendant renoncer à trouver ses affaires, mais lui, n'en ferait rien et continua sa route. La température était tout de même très désagréable loin du feu, mais prit le temps qu'il lui fallait pour chercher dans l'entrée. De son regard aiguisé et de son odorat tout aussi affûté, il en scruta le moindre recoin, mais ne trouva rien. Trouvant cela étrange tout de même, il se mit à respirer un peu plus fort, cherchant alors l'odeur distinct de la prêtresse autour de lui.

Biensur, il y avait celle de ses traces de pas, puis celle d'Enothis elle même, mais un autre sillon de senteur l'attira de nouveau dans la pièce principal, le ramenant à l'intérieur avant de finir par trouver ce qu'il cherchait.

Un tas de vêtements trempé, glacé, commençant à se durcir sous l'effet du froid et au touché désagréable dans les mains du saurien. A cet instant, il se tourna vers elle, sans dire un mot, puis regarda de nouveau les vêtements. Il avait maintenant beaucoup de dettes envers elle et allait devoir faire beaucoup de choses pour réparer ses actions. Et c'est donc, toujours sans un mot, qu'il marcha de nouveau vers le feu, se plaçant encore en face d'elle, il s'assit tranquillement. Mais cette fois, penchant sa queue sur le côté, lui faisant faire un arc de cercle, il se mit à défroisser les affaires de la prêtresse, faisant tomber gèle et neige de cela. Quand tout fut déjà nettoyé de l'empreinte de l'hiver, il enfila les vêtements comme il le pouvait au bout de son appendice, puis la plaça au-dessus du feu, se mettant donc à les réchauffer eux aussi pour les faire sécher.

" Vous êtes digne de votre titre, vous êtes fort oui. Mais une question cours dans mon esprit. Pourquoi avoir rejoins un pays si froid et ..... est-ce que cet endroit est ainsi tout le temps ? " 


Répondre
Tags :