Bac à sable > One Shot

Le lycée des désirs... [PV]

(1/1)

Kõya Breathless:
Voilà un an que j'ai intégré un nouveau lycée, j'ai dû faire un prêt pour pouvoir y aller, car il coûte vraiment cher ! Mais ca vaut le coup, car les personnes qui sortent de cette école avec leur diplôme trouvent du boulot dans les meilleures boîtes du pays ! Lors de l'inscription, nous signons pour 4 ans, nous n'avons pas le droit d'arrêter, nous sommes obligé de prendre des chambres à l'intérieur de l'enceinte de l'établissement ! Et nous sommes tenu de garder le silence sur ce qu'il se passe ici..

Les premières années comme moi sont dans un bâtiment à côté et non dans l'énorme lycée, juste en face, nous voyons aucuns étudiants des classes supérieures. Je trouve ça un peu étrange mais bon les professeurs vont qu'on se donne à fond sans distractions quelconques…

Aujourd'hui, c'est le dernier jour de l'année scolaire, nous allons connaître nos résultats et passer directement en deuxième année demain… Pas de vacances ici ! Le travail est plus important… Ce n'est pas vraiment ça qui me dérange… Mais plus mes notes… Je sais que j'ai dû mal à suivre le groupe, je suis toujours à la traîne pour faire mes exercices, comprendre les explications… Alors j'angoisse.

"Madame Nanael Erika ?"

Je me lève de ma chaise, la pression est importante…

"Dernière de votre promotion ! C'est une honte ! Le suivant, Monsieur…"

Le professeur ne prend même pas la peine de me regarder, je me remets sur ma chaise livide… Un étudiant me donne mon bulletin, j'ai à peine 6 de moyenne… Mais le programme est beaucoup trop dur… Et ça va être de pire en pire en deuxième année… Car ici pas de redoublement, on passe quoi qu'il arrive…

Je vais regarder mon bulletin jusqu'à la fin de l'heure, tenant ma tête entre mes mains… J'ai économisé toute ma vie pour venir ici… J'ai travaillé toutes mes vacances et week-ends, je ne suis pas sortie avec mes amis, je n'ai jamais eu de petit copain pour éviter d'avoir des dépenses à faire… Rien ! Et voilà ce que je fais…

"C'est finit ! Je vous invite à rejoindre le bâtiment des deuxièmes années juste à côté, nous allons vous expliquer le programme ! Bonne journée !"

Je range mes affaires pour aller dans le bâtiment en face, à l'entrée un nouveau professeur, avant de rentrer, nous devons nous présenter.

"Erika…" Je n'ai pas le temps de finir ma phrase qu'il me dit de rentrer et de me mettre dans le groupe de gauche.

Nous sommes séparés en deux groupes, au milieu de la salle se trouve deux gros saladiers avec des papiers à l'intérieur ! Le professeur finit de faire passer les étudiants avant de venir au milieu de la salle.

"Bonjour ! Je suis le professeur Sato ! Je vais vous expliquer le déroulement de cette année, vous allez travailler en binôme ! À droite les étudiants qui ont obtenu les meilleurs résultats félicitations à vous ! Et à gauche ceux qui… Hmmm… Passons ! Dans les saladiers, se trouvent vos noms, nous allons tirer à chaque fois un nom dans chaque, c'est ça qui va établir les binômes… Un garçon peu tomber avec un garçon, une fille avec une fille… Si ça ne vous plais pas vous pouvez changer entre vous ! Nous allons commencer, avant de vous expliquer la suite."

Le professeur se met à tirer les noms, alors qu'un étudiant arrive pour les inscrire sur un énorme tableau, constituant les binômes. De là où je suis, je n'arrive pas à lire, je sais juste que je suis tombée avec un garçon que je ne connais pas… J'espère ne pas être un poids pour lui…

Une fois que le tirage est terminé, le professeur Sato reprend son discours.

"Ici nous formons l'élite, la crème !" Il tend la main vers le groupe de droite. "Les plus nuls, vous ne servez à rien… Enfin presque à rien ! Vous allez seulement aider nos chers génies à décompresser. Tout ce que dira votre supérieur, vous allez le faire ! Il veut un bain de pied, vous le faite ! Il veut un massage, vous le faite ! Une veut une pipe ou un cunis, vous le faite ! Il veut vous tabasser, il a le droit ! Tout ce que votre supérieur voudra il l'aura !"

Quoi ? Je ne comprends pas ? Qu'est-ce qu'il est en train de raconter là ? Tout le monde à l'air surpris, on entend plein de chuchotements un peu partout, les etudiants se regarde tous dans le blanc des yeux.

"Pas la peine de venir se plaindre vers nous, vous êtes juste des sous-merde, nous n'avons pas besoin de vous ! Vous servez juste à évacuer le stress de l'élite, pour qu'ils travaillent dans de bonnes conditions ! Nos petits génies vous faites ce que vous avez envie, vous êtes les meilleurs ! Allez je vous laisse faire connaissance avec votre binôme !"

Sur le coup, personne n'osait bouger, quand un énorme gars du groupe de droit sortie de l'ombre… Il attrapa une fille par les cheveux pour la coucher sur le sol et poser son pied sur son visage et lui cracher dessus tout en regardant la réaction du professeur.

"Bravo, j'espère que votre duo vous convient !" Il l'encouragea tout sourire. "Le premier cours commence dans 10 minutes, alors on se dépêche !"

Voyant aucune réaction de la part du professeur, le groupe de droite se mit à bouger vers nous…

Je me mis à reculer, courir vers une porte de derrière, elle était verrouillée, je vais vers une autre… Je ne suis pas seule des autres étudiants sont avec moi pour essayer de fuir… Fuir qui ? Je ne sais même pas qui est avec moi… On peut entendre des cris à l'arrière ceux du groupe de gauche qui se font attraper par les autres…

La tête collée contre une porte, je m'acharne sur une poignée de porte espérant la voir s'ouvrir…

Clad Oyio:
Léon attendait devant l'entrée de l'école. Sac à dos mit seulement sur une de ses épaules, il regardait l'entrée principale, sourire aux lèvres. Enfin, après ses étés a travailler à la ferme de son grand-père, il pouvait enfin se payer ses études de rêves. Lui, il voulait devenir ingénieux aéronautique. Et l'école de Seikusu était la plus reconnue dans le monde entier. Il avait fait beaucoup de recherches avant de venir ici. Les professeurs étaient compétents, le niveau moyen était très bon, le meilleur du pays et l'accompagnement ainsi que les infrastructures étaient ultramodernes. Une grande bouffée d'oxygène, puis l'homme entra dans l'enceinte, découvrir ses nouveaux camarades et le début de sa nouvelle vie.

Nous retrouvons notre homme à la fin de la première année. Il s'était fait un paquet de potes. Ils traînaient souvent ensemble. Il y avait beaucoup de soirées étudiantes, et malgré le travail que demandait cette école afin d'être parmi les meilleurs, il réussit à suivre. Il n'eut d'ailleurs pas trop de mal à surnager durant cette première année. En effet, il fini premier de sa promotion. Fier de lui, mais surtout très impatient pour la suite. Oui. L'homme ainsi que ces amis étaient au courant de ce qu'il se passait ensuite. Des binômes allaient être créés. Mélangeant les élèves les plus bêtes, avec les têtes de la classe.

C'est pourquoi, durant une bonne partie de l'année, ces amis et lui, se décidèrent sur qui il préfèrerait tomber. Beaucoup de ses amis préféraient les mannequins de la classe, grande, fine, très peu de formes. Notre homme, lui, préférait les gros seins, ainsi que les très gros cul, ainsi que les hanches qui allaient avec. Il avait en tête une fille de première année. Elle n'était pas dans sa classe, mais il l'avait remarqué depuis un moment. Lui et ses amis s'étaient ensuite amusé à imaginer ce qu'ils aimeraient leur faire faire. Les amis de Léon étaient presque choqués d'apprendre ce qu'il avait réservé à son binôme. Croyant au départ à une blague. Mais l'homme était très sérieux.

Nous nous retrouvons dans cette fameuse salle, où les étudiants les plus doués étaient d'un côté et les ratés de l'autre. L'homme au milieu tira, au bout d'un certain moment, le nom de Léon Miao. Le stress monta légèrement, puis il annonça un homme. Il était déçu évidemment. Il attendit alors de savoir qu'il allait tirer la fameuse Erika et s'approcha de la personne. Par chance, il s'agissait d'un petit binoclar sans personnalité et surtout sans défense. Il lui tendit directement son papier. Sourire aux lèvres, il tendit le sien au jeune homme et se remit en place, attendant la fin du speech du professeur toujours au milieu. Une fois fini, l'homme se dirigea calmement vers sa proie. Il savait qu'elle ne pouvait fuir. C'est alors qu'il la vit contre une porte, essayant désespérément de l'ouvrir. Il tendit le bras, posant sa main sur son épaule :

"Erika ? Je me présente, je m'appelle Léon, Léon Miao. Enchanté de te connaître ! J'espère que nous passerons trois très belles années ensemble." dit-il avec un sourire accueillant.

Rien à avoir avec ce qu'il pensait d'elle et ce qu'il avait prévu.

"Je pense qu'il est temps de sortir d'ici. Ca commence à devenir un peu bizarre." dit-il en regardant un homme enlever sa ceinture pour frapper un autre homme à terre.

Il prit la petite main de la jeune fille et la tira vers lui. Il sorti avec elle de la salle, afin de retrouver un peu de calme. Ils marchèrent durant quelques minutes, pour se retrouver dans un couloir vide.

"Fiou ! C'était quoi ça ? Vraiment des fous !" dit-il en se grattant l'arrière du crâne. "Alors comme ça, tu n'as pas très bien réussi ta première année ? Ce n'est pas grave. Ca arrive. Tu pourras peut-être te rattraper. J'ai entendu dire qu'il y avait des "ratés" qui réussissaient très bien. Mais … Là, je t'avoue que je m'en cogne." dit-il en relâchant la main d'Erika.

L'homme se posa sur un banc, les jambes écartées.

"Suce moi la bite. J'ai eu une très longue année. Difficile. J'ai pas arrêté de bosser. Et j'ai besoin de souffler. Alors occupe toi de ça. Maintenant !" dit-il en pointant du doigt son pantalon.

Un changement brutal de comportement, vous en conviendrez.

Kõya Breathless:
Je m'acharnais sur cette porte pour pouvoir l'ouvrir et fuir ce lycée de fous, quand je sens une main se poser sur mon épaule… Non ! NON ! Je ne veux pas, je me retourne pour voir ce garçon se présenter à moi… C'est donc lui mon binôme, le premier de la promotion, ce n'était vraiment pas ma chance… Je l'écoute se présenter, calmement, il ne me saute pas dessus et ne me demande pas de faire des choses bizarres dès le début. Je me colle quand même contre le mur, écartant les bras sur les côtés.

"Salut Léon…"

Je ne savais même pas quoi lui répondre, je n'avais pas envie de passer trois années à lui lécher les bottes. Même si comme ça, il avait l'air accueillant, je ne savais pas ce qu'il pouvait cacher au fond de lui. Il n'osait peut-être pas faire quelque chose en public, préférant me garder pour lui… D'un coup, un homme au sol se met à crier de douleur se faisant cravacher par un autre à coup de ceinture. Le hall est devenu un endroit de débauche en tout genre, je n'arrive pas à me concentrer comme il faut… Léon me propose d'aller ailleurs. Je n'ai pas envie, mais je n'ai pas envie de rester ici non plus ! Je veux juste aller m'enfermer dans ma chambre. Sauf que Léon ne me laisse pas le choix, prenant ma main pour me tirer de là vers une autre porte ouverte, passant au milieu de cette foire. Je n’ose même pas regarder tout ce qu’il se passe dans la pièce, préférant fixer mes pieds pour avancer… On arrive alors dans un couloir désertique…

“Oui j’ai vraiment eu peur… Je vais travailler pour réussir, même si actuellement, j’ai plus envie de quitter ce lycée… Je pense que je… “

Les dernières paroles me font lever les sourcils de surprise, alors que je le vois se mettre assis sur un banc pour me demander de le sucer ? Réellement… J’en étais sûr, il est comme tous les autres ! Il faisait genre qu’il en avait quelque chose à faire de ce qu’il se passait, mais non il veut aussi prendre sa part ! Je suis horrifiée ! Tout mon corps se remet directement à trembler, je bafouille des mots incompréhensibles, regardant à droite à gauche pour chercher de l’aide, bien sûr, il ne va y avoir personne.

“Non… Non…”

Et sans chercher à comprendre je me mets à courir dans le couloir comme une dératée, je ne regarde pas derrière moi, je veux juste m’échapper de Léon ! Les poumons me brûlent si vite, mais je dois continuer à courir… Je me doute que les portes de l’établissement sont fermées, je ne vais même pas chercher à aller dehors… Je m’accroche à la rampe d’escalier pour monter les marches, je me hisse jusqu’au premier étage, pour courir dans ma chambre et fermer directement la porte derrière moi. Je vais me terrer au fond de la pièce, montant sur mon lit et passant la couverture sur mon dos… Je ne veux pas finir comme les autres... Je ne veux pas…

Clad Oyio:
Serein, Léon vit alors la jeune fille prendre peur et s'en aller à vive allure. C'était prévu. Il ne s'attendait pas à la voir accepter ce genre d'acte dès le début. Il avait apprit à la connaître et lui connaissait ce petit caractère. Certes, ils n'avaient jamais parlé ensemble, mais il avait prit le temps de faire des recherches sur elle, afin de tomber sur elle lors de ce tirage au sort qui a eu lieu il y a maintenant quelques minutes.

Des cris se faisaient de plus en plus nombreux dans l'enceinte de l'école. Les anciens élèves qui avait subi ou profiter de ça étaient tous catégoriques. Les cris, les larmes, etc et la peur notamment prennent fin quelques jours après. Sans doute, parce que les élèves prennent conscience qu'ils ne pourront sortir de cette impasse et apprennent à accepter leur sort. Ou alors, prenne plaisir à ce faire traiter de la sorte. Erika, il l'espère sera de cette catégorie. En tout cas, il fera tout pour.

Le temps passait, et la jeune fille n'était pas revenue, Léon était quant à lui, toujours sur le banc, braguette ouverte, sa bite toujours sortie. Il salua des amis qui passaient, de nombreuses jeunes filles aussi. Il regardait l'heure sur sa montre. Déjà, quatorze heure. Il avait un cours dans une dizaine de minutes, mais il ne pouvait y aller seul, il avait besoin de son esclave.

Léon sorti alors de sa poche son portable et activa une application spéciale pour l'élite de l'école. Lors de leur réunion ce matin, le corps enseignant, leur avait donné un accès libre aux caméras de toute l'enceinte de l'école. Cela permettait aux futurs cracks de pouvoir voir où se situait leur esclave en temps réel. Alors, l'homme commença a scroller les différentes caméras de l'école. Il ne la trouva pas. Il décida alors de remonter le temps et de revenir au moment où elle s'était enfui. Il prit la caméra qui se situait dans le couloir dans lequel il se trouvait et commença à la suivre. Quelques intants plus tard, la dernière caméra qui avait suivi Erika courir, était celle dans le couloir perpendiculaire aux dortoirs des filles. Sourire aux lèvres, Léon se releva, se rhabilla et se mit en direction du dortoir des filles.

Nous le retrouvons en face d'une porte quelques instants plus tard, celle de la chambre d'Erika.

"Erika ? Tu es là ?" dit-il avec une voix assez douce. "J'ai cours dans dix minutes, et d'après les règles, tu dois être avec moi. C'est à l'étage numéro trois, dans la salle B12. J'espère t'y voir." dit-il en frappant à la porte. "J'espère que tu ne m'obligeras pas à venir te chercher." dit-il en tournant les talons, pour se diriger vers la salle de cours.

Quelques minutes plus tard, nous retrouvons Léon, assit au fond de la classe. La salle de cours est bondée et tous sont avec leur binôme. Des pleurs se font encore entendre, quelques cris. Mais c'était déjà plus calme que tout à l'heure.

Navigation

[0] Index des messages

Utiliser la version classique