Le Grand Jeu - Forum RPG Hentai

Bonjour et bienvenue.

Ce forum présente des œuvres littéraires au caractère explicite et/ou sensible.
Pour ces raisons, il s'adresse à un public averti et est déconseillé aux moins de 18 ans.

En consultant ce site, vous certifiez ne pas être choqué par la nature de son contenu et vous assumez l'entière responsabilité de votre navigation.

Vous acceptez également le traitement automatisé de données et mentions légales de notre hébergeur.

Passe donc aux aveux ! (PV Enothis)

Nos partenaires :

Planete Sonic Reose Hybride Yuri-Academia L'Empire d'Argos Astrya Hybride Industry Iles Mystérieuses THIRDS Petites indécences entre amis
Inscrivez-vous

Darth Vallon

Créature

  • -
  • Messages: 360


  • FicheChalant

    Description
    Pas tout à fait Neko, crée par l'homme. Supporte pas la notion de servitude et de soumission de sa personne, mais cède toujours à sa curiosité maladive !
    Tout est bon pour apprendre, après tout la vie est, pour lui, aussi jetable qu'un mouchoir, elle est donc là pour être utilisé !

Passe donc aux aveux ! (PV Enothis)

vendredi 10 mai 2019, 02:44:51


Debout devant un grand tableau vert se tenait Darth, face à toute une classe, un homme de la quarantaine à coté de lui qui lui demandait de se présenter, le nouvel élève fraichement transféré.
Le blond avait fait quelques efforts pour se retrouver dans cette situation, entre le hack des bases de données locale pour s'insérer dans ces dernières, les faux papiers pour que personnes ne le soupçonne de quoi que ce soit. Il avait même prit le calvaire de soigneusement dissimuler sa queue dans son pantalon et ses oreilles avec des pinces pour qu'elles se noient dans sa chevelure qu'il était donc obligé de soigneusement coiffer pour qu'elles ne soient pas visible.


-Bonjour, je suis Darth, enchanté, je viens d'arriver et ne connais pas trop le fonctionnement du lycée, je compte sur votre compréhension !

En réalité il savait tout ceci très bien, il connaissait le nom de tous, il avait réunis tout ce qu'il avait pu avant de venir. Et autant de préparation pour une raison très simple, futile pour certains, mais il s'était actuellement prit d’intérêt pour une source magique ponctuelle aléatoire et inconnue qu'un des capteurs qu'il laissait trainer un peu partout avait capté. Il avait un peu affiné pour voir que cette source apparaissait de temps en temps au lycée Seikusu et ... ben c'est tout, maintenant il cherche à l'aveugle !

*Y a intérêt que ça vaille la peine de tout ces efforts !*

*C'est toi qui le veut bien, on aurait préféré finir de régler le projecteur de cercle magique nous ...*

Conflit interne, mais tout à fait normal, ils se donnaient raison à tour de rôle. Le professeur lui indiqua une place et Darth alla s'asseoir et c'est à ce moment qu'il regretta le plus son intégration ici pour enquêter … Le niveau est bien trop bas ! Il n'apprends rien, pire à ce rythme il va finir par perdre des connaissances ! Une véritable douche froide !
Enfin il combattait ca en s'occupant autrement, lisant en cours, dormant, du coup il avait une image d'élève un peu rebelle, mais qui s'équilibrait bien sur le fait qu'il avait toujours les notes maximales à tous les tests, trop facile à ses yeux.
Il écoutait en revanche bien toute les discussions autour de lui à tout moment, et bien qu'il ne fasse pas plus d'efforts que ça pour s'intégrer il discutait plus ou moins avec ceux qui venaient vers lui, et ça lui coutait, car les conversations n'était pas particulièrement intéressante, il devait inventer toujours plus de choses sur ses origines et ses passes-temps … heureusement que justement les ragots de ce genre ça aide dans les établissements scolaire. C'est grâce à ça qu'il a pu commencer à associer quelqu'un à ce qu'il cherchait, étrangement les apparitions concordait avec l'arrivé d'une étudiante, même si ça pourrait être une coïncidence. Régle une de la science, ne pas  estimer le hasard comme facteur et vérifier !


- Enothis … hmmmm ... **Salut, tu pratique la magie ?... C'est parfait comme approche ...**

Il avait murmuré pour lui même et soupira, encore un mot lui étant destiné dans son casier, c'était agaçant … C'était visiblement courant d'être apprécié d'une partie et détesté de l'autre, mais il avait l'impression que pour lui les deux cas étaient plus nombreux et plus radicale … Enfin c'était le cadet de ses soucis, il fallait qu'il réfléchisse à approcher la lycéenne, l'idée du mot n'était pas une mauvaise idée non ? Enfin il verra un peu plus tard, il est temps d'aller au club d'astronomie, il est le seul membre par un heureux enchainement d'événements, il va commencer à regarder comment le fermer et comme ça le scientifique sera tranquille avec cette corvée.

- Réglons ça et ensuite allons plus franchement en fait !

Assis il se plongea ainsi dans les papiers du clubs dans la salle dédiée ... et c'était mal rangé !
« Modifié: samedi 02 janvier 2021, 17:31:38 par Darth Vallon »

Enothis/Emaneth

Humain(e)

Re : Passe donc aux aveux ! (PV Enothis)

Réponse 1 mardi 05 janvier 2021, 16:26:14

« Ça pue…
Mince Emaneth, on avait dit que tu ne t’exprimes que quand nous sommes seules !
Peut-être… Mais il y a quelque chose ou quelqu’un qui pue. »

Les deux comparses étaient encore en cours. Enothis, éternelle dernière de tout les contrôles et de toutes les évaluations, essayait encore une fois de suivre l’ensemble de ce que déblatérait le professeur sans se perdre dans quelques doutes ou errances. Et quand Emaneth parlait, elle n’avait que plus de mal à se concentrer ! Ce n’était pas que la Djinn lui était désagréable, au contraire, il s’agissait de son amie depuis longtemps maintenant, mais avoir une voix désincarnée qui vous parle directement dans l’esprit alors même que vous essayer de produire efficacement une intégrale en algèbre, c’était de l’ordre de l’impossible. De plus, elle avait du mal à ne pas lui répondre, si bien qu’elle lui chuchotait sa réponse, tout bas, un simple souffle entre ses deux lèvres, mais elle avait à chaque fois peur que la moindre petite oreille tendue ne puisse l’entendre déblatérer quelques étrangetés sans raisons, et qu’elle finisse par passer pour une folle. Déjà que l’étiquette de l’étrangère lui avait causé suffisamment de soucis, si en plus elle finissait par se construire une réputation de mauvaise relation, c’était finie, elle pouvait dire adieu à toute la normalité de sa vie de lycéenne en quête de paix. Et jamais elle ne se le pardonnerais de foutre sa scolarité en l’air. Aussi, elle eut le bon don de rappeler effectivement Emaneth à l’ordre pour l’instant, espérant attendre la cloche pour pouvoir aller échanger discrètement avec elle dans un lieu bien moins peuplé. Peut-être aurait-elle le temps de foncer aux toilettes de l’étage supérieur ? Normalement elles sont toujours vides à cette heure-là de la journée. Malheureusement, quand les cloches sonnèrent enfin, et qu’elle voulut prendre ses affaires, elle se fit arrêter :

« Mademoiselle Anekthotem. Restez je vous prie, j’ai besoin de vous parler. »

Horreur et désespoir. Elle observait donc l’ensemble des élèves quitter la salle de classe à toute vitesse, jetant leurs sacs sur leur dos avant de s’enfuir comme autant de diable en boîte, multitudes de jeunes avides d’enfin pouvoir goûter à un minimum de temps libre. Elle, au milieu de la pièce et en proie à une certaine inquiétude, ne fit qu’attendre que le professeur veuille bien s’exprimer sur les raisons de sa retenue. Malheureusement encore, celui-ci prenait son temps. Il effaçait le tableau d’abord, puis prit même le temps de ranger ses affaires d’une main légère et lente, comme si il essayait, par quelques moyens, à retarder le départ de la lycéenne venue de l’autre côté du globe. Ce fut presque si elle ne manqua pas de faire démonstration de son impatience, mais elle avait apprit depuis peu que la courtoisie et l’humilité étaient de reines valeurs dans la société japonaise, si bien qu’elle ne fit qu’une chose : Elle imita l’adulte présent dans la pièce, et rangea tranquillement ses affaires sans mots dire, du moins jusqu’à ce qu’il lui fasse signe de se rapprocher. Plaçant calmement son sac à bandoulière sur son épaule, l’égyptienne fit donc les quelques pas qui la séparait du bureau de l’enseignant, et s’y arrêta sans encore s’exprimer, cherchant le moindre indice sur le visage du cinquantenaire pour pouvoir se faire une idée de ce qu’il allait lui dire. Mais pour le coup, ce dernier était soit extrêmement fatigué, soit tout particulièrement doué pour dissimuler ses émotions derrière le masque de l’indifférence. Elle n’eut aucune première idée de ce qu’il allait pouvoir lui expliquer avant qu’il n’ait ouvert enfin la bouche, et se soit mit à lui parler avec un ton monotone :

« Je suis désolé de vous retenir, mais je suis très inquiet. Vos résultats ne brillent guère, et je suis malheureux de vous voir tant trimer sans résultats. Pourtant vous avez de quoi faire, vous ne semblez juste pas avoir le temps de produire vos travaux… Et je l’incombe à votre manque de compréhension de notre langue, écrite comme parlée. Est-ce que je me trompe ?
Eh bien non … Je… Oui j’ai encore beaucoup de mal avec le japonais, c’est vrai.
L’équipe éducative et moi-même nous en rendons bien compte vous savez ? Je ne voulais pas vous mettre en porte-à-faux, nous savons tous que vous n’êtes pas responsables de ce genre de difficulté, et que vous mériteriez un minimum de soutien supplémentaire. C’est pour cela que nous voulions vous proposer quelque-chose : des cours supplémentaires, et des travaux en salle de permanence pour continuer de vous entraîner.
Oh ce … Ce serait avec plaisir monsieur.
Très bien, du coup… Voici ton premier exercice, Mme Toshuwani souhaitait commencer par un approfondissement de la langue. Tu peux rester ici ou aller en salle B117 si tu le souhaites.
Non ce.. ce sera très bien ici, merci infiniment. Merci beaucoup monsieur. »

Quelques instants seulement, et la voilà seule dans la pièce avec ses travaux supplémentaire en main. Elle qui travaillait déjà plus que de raison n’avait pas vraiment peur de se voir ajouter une batterie d’exercices personnels, mais maintenant qu’elle observait les quelques documents couverts de textes à trous et de consignes de lecture et d’écriture, elle commençait à se demander si elle ne risquait pas de perdre tout son temps libre à s’y affairer. Ce qui était à la fois pas grand-chose et beaucoup à la fois d’ailleurs. Enfin, elle retourna s’installer à sa place, soupira doucement, puis se permit de ressortir l’ensemble de ses crayons et ustensiles de cours pour pouvoir entamer les longs paragraphes théoriques des premières pages. Surligner ce qui était important, sous-ligner les notions essentielles, et une belle vague dans une couleur voyante pour identifier ce qui était plus complexe, plus précis. C’est tout en produisant ce petit travail préparatif qu’elle prit le temps de reprendre le contact avec la Djinn habitant son corps, lui demandant enfin la raison de ses premiers propos :

« C’est bon, nous sommes seules. Du coup, expliques moi ce qu’il se passe !
Je n’en sais trop rien pour tout avouer. Quelque chose sent mauvais dans le lycée depuis peu. Et ça s’intensifie avec le temps, ce qui devient … désagréable.
Tu n’as aucune idée de ce qui provoque cela ?
Non. Je pourrais dire une personne, avec plus ou moins de certitude, mais ce ne serait qu’imprécision de ma part. Mais ça sent l’ésotérisme. Quelque chose de brut et poisseux… Comme une flaque d’huile dans l’océan paisible des flots mystiques.
Tu sais que même avec ton image, c’est dur pour moi de me le représenter.
Vrai, les humains ne sont pas fait pour comprendre la magie. Disons qu’en gros, nous devons rester sur nos gardes. Un sorcier mal-intentionné est un nid à emmerdes, même si nous ne sommes pas visées.
Hum hum… Très bien Emaneth. Dis, tu peux me rendre un service ? Tu peux me réécrire ces phrases aux tableaux, que je tente de les mémoriser ?
… Bien sûr. Mais visiblement ce que je te dis te passes au-dessus... »

Ce fut presque si Enothis n’entendit pas la Djinn soupirer alors qu’elle fit usage de ses dons pour mouvoir délicatement la craie près du tableau, et la fit vire-volter de manière à écrire vivement et rapidement les phrases demandées. S’ensuivit plus d’une bonne demi-heure de travaux répétés et affinés jusqu’à ce que la moindre virgule soit retenue par le cerveau de l’égyptienne, qui alors se mit à réviser à voix haute. Reconnaître les sons, les jeux de langage, l’empreinte même de chaque particularité de la langue. Une véritable épreuve mais qui avait son charme, et que la demoiselle à la peau de bronze ne manqua pas d’accomplir avec la plus studieuse des attitudes. Ce ne fut qu’une fois pleinement convaincue de ses capacités, de sa pleine compréhension, qu’elle attaqua le reste des exercices avec une facilité déconcertante, puis qu’elle put enfin se sentir assez à l’aise pour considérer ce travail comme accompli. Reprenant ses affaires alors, elle se permit enfin de quitter la pièce avec grand empressement, et de fermer la porte derrière elle avant de se diriger vers la vie scolaire, notamment pour leur signaler son départ, mais aussi que la pièce qu’elle occupait n’était pas encore fermée au vu de son activité précédente. Elle longea dans sa course modérée l’ensemble des salles de club, et manqua d’ailleurs de percuter un jeune homme qu’elle ne connaissait ni d’Eve ni d’Adam alors qu’elle passait devant la salle du club d’astrologie. Le pauvre, un blondinet sûrement loin de chez lui, comme elle, ne manqua pas de la targuer d’une mine stupéfaite alors qu’elle vint bondir de côté, instinctivement, et de lui faire un signe de main avant de reprendre sa course :

« Toutes mes excuses, je suis pressé. Pardon. »

Une volée, et deux même, d’escaliers plus tard, elle arriva à l’entrée de l’établissement, signala ce qu’elle avait à leur présenter, puis repartit tout de go en direction de la sortie du complexe scolaire. Direction le super-marché le plus proche, elle avait des courses à faire, et déjà bien trop peu de temps pour le reste de ses activités journalières.

Darth Vallon

Créature

  • -
  • Messages: 360


  • FicheChalant

    Description
    Pas tout à fait Neko, crée par l'homme. Supporte pas la notion de servitude et de soumission de sa personne, mais cède toujours à sa curiosité maladive !
    Tout est bon pour apprendre, après tout la vie est, pour lui, aussi jetable qu'un mouchoir, elle est donc là pour être utilisé !

Re : Passe donc aux aveux ! (PV Enothis)

Réponse 2 dimanche 10 janvier 2021, 17:51:22


Regarder comment fermé le club hein … pour ça encore faudrait-il qu'il puisse justifier et expliquer de nombreuse chose sur le club sauf que pour faire ça …
Le blond fixait l'endroit où les prédécesseur du club “rangeaient” les papiers, enfin, le terme exact serait plutôt entasser ? Du coup le scientifique était immergé dans un méticuleux travaille de tri, de classification, il rangeait les livres sur les étagères adéquats, triait les innombrables revues astronomiques, le tout dans un silence de mort, la seule indication d'une présence vivante dans le club était certainement la lumière qui filtrait par les fenêtres et l'encadrement de la porte.
Darth aura certainement pu rester toute la nuit faire ca tellement il était plongé dans ce qu'il faisait, même son IA était muette le laissant vraiment l'esprit vide à faire du rangement, et du coup ca avançait bien ! Mais non, un détecteur sonna, encore cette alerte d'apparition de cette magie singulière !


**Encore une fois ! Mais là il ne reste plus beaucoup de personnes ! Il faut tout de suite sortir chercher !**

Comme un mort se mettant à revivre les yeux vide d'expression de Darth brillèrent d’excitation, ses oreilles reprirent la vigueur du félin aux aguets, et il plaqua littéralement sur le bureau le papier qu'il avait en main en se redressant.

- C'est dommage, nous n'avons toujours pas terminé le système de localisation de triangulation magique pour mieux situer la chose ! Mais il me semble que l'on peut obtenir la liste de ceux encore présent en piratant le logiciel de présence de l’accueil.

Darth changea de poste pour se placer devant l'ordinateur du club, et, non sans ouvertement se plaindre de la nullité électronique de ce qu'il utilise, pirata encore les serveurs de l'établissement tandis qu'il imprimait la liste des présents et commença à la parcourir.

- Regarde … elle est encore là ...

**Comme environs 100 autres personnes ...**

Darth fronça brutalement les sourcils et sortit d'autres papiers, les listes des retours de longues punitions, d'absence, et nouveaux arrivant avant la première détection, à cela s'ajoutait les listes des visiteurs des jours de détections.

-T'es dans ma tête et tu comprends pas, on la retrouve dans toutes les listes !

**Comme cinq ...**

Darth tapa du poing sur la table et se releva.

-De toute façon la liste est suffisamment courte pour envisager des recherches par prise de contact non ? Pis mon instinct me dit d'y aller !

**L'instinct hein … Ouais tu as toujours sut être un bon enquêteur ...**

Piqué au vif Darth se dirigea vers la porte.

-Moi j'en ai marre d'attendre que al solution vienne a moi ! Je veux bouger ! Je veux faire des essais ! Alors maintenant on agit !

Si l'IA avait pu sourire aucun doute qu'elle l'aurait fait, voir même rire, au final Darth ne changeait pas, il avançait tout droit sur ce qu'il visait sur le moment sans prendre en compte les apparences, un vrai bourrin. D'ailleurs comme un coup du sort sortant à peine de la salle il percuta celle qui titillait ses instincts, faisant un pas en arrière il la fixa, surprit, c'était assez rapide plus qu'il ne le pensait, mais au moins la chercher fut une étape particulièrement courte. Il n'eut même pas le temps de répondre qu'elle s'excusa et repartit aussitôt.

-Bon … une filature s'impose j'imagine ?

Il referma la porte et s'élança à sa poursuite, la filature quand on dispose de caractéristique animal c'est facile. Avec de bonnes oreilles on entend de loin, jamais besoin de lampe torche quand il fait sombre ou nuit, vu qu'il n'est pas très grand il se faufile assez bien partout. Et avec son odorat il arriverait à suivre ses traces vu qu'il venait d'avoir l'occasion de la sentir de près ! Par contre ce serait bien de pouvoir observer quelque chose, sinon il allait devoir opté pour une autre solution … genre s'investir dans le lycée ? Le club pourrait être la bonne excuse pour rassembler ses suspects ? Où vu son niveau scolaire du soutien pour les plus nuls ? Mais il n'entrait pas tous dans cette case, le nouveau professeur de philosophie par exemple.


Enothis/Emaneth

Humain(e)

Re : Passe donc aux aveux ! (PV Enothis)

Réponse 3 mercredi 13 janvier 2021, 15:47:16

Enothis n’avait pas vraiment de temps à perdre. Le fait est que les dernières semaines avaient déjà été particulièrement pleine de rebondissements, et que le fait de devoir encore et encore changer son train de vie l’amenait à se demander si, un jour, elle aurait enfin suffisamment de temps pour faire tout ce qu’elle désirait. Cela semblait pour l’instant fort compromis. Alors oui, bien sûr, quand son professeur s’était présentée à elle avec la possibilité d’un soutien adéquat en terme de lecture et d’écriture japonaise, elle ne pouvait guère faire la fine bouche, elle en avait cruellement besoin. Sauf que maintenant, elle se retrouvait à devoir allonger le pas d’une bien intense manière, et l’effort physique était encore loin d’être le domaine dans lequel elle prévalait. Pourquoi ? Tout simplement parce qu’elle avait, durant une décennie, entièrement laisser Emaneth s’occuper de son corps et de ses déplacements. Pas dans le sens où la jeune femme ne manipulait plus son corps, mais surtout parce qu’elle avait toujours laissée la djinn renforcer son potentiel physique, chose qui était à la fois extrêmement grisante, mais lui permettait aussi de garder une certaine forme de supériorité envers ses fidèles, qui avaient besoin qu’elle représente quelque chose de divin, de surhumain. Désormais, elle peinait du coup alors qu’elle n’avait pas passer plus de dix minutes à courir, et c’est presque si elle ne pouvait pas entendre Emaneth ricaner dans son esprit. Malheureusement loin, bien loin des sables du désert, la puissante entité n’avait guère les même dons, les mêmes ressources, ce qui les diminuaient grandement.

Enfin, pourquoi même courrait-elle ainsi comme une dératée ? Tout d’abord parce qu’en cette heure déjà tardive, il était nécessaire que la jeune femme soit efficace dans ses déplacements. Ensuite, elle se devait d’atteindre le premier super-marché le plus rapidement possible, car autrement elle n’allait pas avoir le temps de faire ses courses, et elle se trouvait parfaitement positive qu’il ne restait plus rien dans son frigidaire. Enfin, parce que même si elle atteignait suffisamment rapidement le super-marché, et qu’elle parvenait à trouver tout ce dont elle avait besoin en un temps record, le métro qui lui permettait de rejoindre son chez-elle n’avait pas la tendance d’être particulièrement actif aux heures tardives de la soirée, la jeune femme ayant choisie de s’installer dans une zone résidentielle relativement lointaine, et donc, moins intéressante à désservir. Tout cela faisait que même si elle s’époumonait en cet instant, bien inconsciente de ce qui l’environnait, et surtout ne cherchant pas du tout à s’enquérir de ce qui l’entourait, elle pressait encore un peu le pas, quitte à agoniser une fois entre les rayons du magasin. D’ailleurs, quant elle y parvint enfin, ce fut en sueur, et elle passa l’entrée lumineuse et chatoyante de ce dernier avec l’air d’une sauvageonne encore bien étrange. Comptant sa couleur de peau, son semi-dérapage quand elle arriva sur le sol lisse de son lieu de consommation favori n’eut pas vraiment le meilleur des effets, et elle ne remarqua même que trop bien le regard noir du vigile quant à la présence bien audacieuse de l’étrangère. Tant pis, elle l’ignora cordialement, et reprit ses déplacements à un rythme bien plus calme, reprenant sa respiration tout en filant vers le coin des bonnes affaires. Qui dit économie dit nourriture encore meilleure après tout !

« Hum… Enothis ? »

Hein ? Tandis qu’elle était en train de chercher parmi les barquettes de viandes celles qui avaient au moins un peu de couleur, elle entendit une nouvelle fois sa protectrice lui glisser une interrogation cordiale. C’était … gênant. Sauf que ce coup-ci, désormais plus ou moins seule au milieu du magasin peu fréquenté à une telle heure, elle se sentait quand même mieux à l’aise qu’au beau milieu de sa salle de classe. S’accroupissant instinctivement pour continuer ses observations, commençant à sélectionner ce qui lui faisait envie, et surtout ce qui apparaissait comme le plus appétissant, elle se permit de lui répondre tout bas, non sans avoir glisser un regard à droite et à gauche pour s’assurer de ne pas avoir d’oreilles indiscrètes aux alentours :

« Qu’est-ce qu’il se passe ?
- Je crois que nous avons pas loin une personne bien suspecte. Devant le magasin. Il vient d’arriver en courant, et semble désormais chercher depuis le coin d’une vitre à regarder à l’intérieur. »

N’ayant pas la même conscience, la même capacité extra-lucide que son amie de toujours, Enothis ne put s’empêcher tout de même de tenter de vérifier ses dires avec prudence. Elle se redressa sans un mot, puis se déplaça un peu plus loin avec deux épaisses barquettes de viande de bœuf à moitié prix dans la main, se mettant en marche en direction du rayon des féculents et autres plats préparés. Elle s’arrêta juste avant de le dépasser, comme faisant mine de regarder les épices qui se trouvaient en bout de rang, et chercha à observer la large baie vitrée qui se trouvaient au niveau de l’entrée, tentant de détecter la présence inquiétante décrite par Emaneth. Rien n’y fit, elle n’avait pas du tout les mêmes sens que son alliée, et se retrouva bien démunie alors qu’elle observait la rue lumineuse, le passage des voitures, et celui des passants à l’extérieur du commerce. Ce fouillis était largement trop dense pour qu’elle ne puisse repérer quoi que ce soit, encore plus à une telle distance. Peut-être même s’était-il déjà mût vers une autre cachette, afin de se faire le plus discret possible. En tout cas la demoiselle n’eut d’autre choix que de reprendre sa discussion, toujours le plus silencieusement possible, se contentant de chuchoter entre ses lèvres. Elle ne voulait n’y être perçue par un quelconque client, ni même sembler particulièrement étrange aux yeux de l’éventuel observateur qu’avait détecté la djinn, aussi se permit-elle de continuer ses courses en même temps, chercher à garder le plus grand naturel possible.

« Tu crois vraiment qu’il s’agit de quelqu’un qui nous suit ? Des mecs louches il y en a huit à la dizaine dans ce putain de pays.
Il portait l’uniforme de ton école. Tout ce que j’espère, c’est que je me sois trompé, mais si les membres de la secte commence à envoyer des lycéens à nos trousses, ça ne vas pas arranger nos affaires. Même si cela Lui ressemblerait bien.
Évitons de parler de Lui, ça me colle toujours des frissons. »

L’idée même qu’un membre de son lycée puisse se trouver à ses trousses sous la direction de l’enfoiré qui s’était servie d’elle durant des années ne manqua pas de lui coller la nausée. Elle ne serait jamais tranquille si il osait agir de la sorte, et en même temps, elle le connaissait suffisamment bien pour y déceler une forme d’incohérence. Il n’avait jamais voulue que les membres de la communauté soit instruit, il avait toujours prétexter que les sciences et la soif de connaissance ne pouvait que les éloigner de la digne voie du Seigneur. Ceux qui avaient rejoint la secte trop tardivement, avec déjà des postes prestigieux, ou alors dans leur bagage un nombre d’années d’études conséquent, avaient toujours été lourdement surveillé et mis à l’épreuve. Alors bon, envoyer un jeune homme dans un lycée pour la retrouver était une idée presque saugrenue, contradictoire. Mais dans ce cas qu’est-ce qu’il faisait ici ? Peut-être que les deux femmes étaient juste bien trop sur les nerfs, et devaient accepter que la terre entière n’était pas foncièrement à leurs trousses ! C’est vrai que c’était malheureux de toujours voir en autrui l’existence d’un risque, ou une possibilité de tromperie. Non non non non, elle allait agir comme n’importe quelle jeune adulte digne de ce nom, elle allait finir ses petites courses personnelles, se faire un bon repas ce soir, et se diriger le plus rapidement du monde chez elle, comme elle l’avait prévu au départ. Après tout, le simple fait de se prendre la tête avec cette bêtise était en train de la ralentir dans son planning déjà extrêmement serré, et elle avait grand besoin de temps pour étudier ce soir.

« Écoutes, je vais faire comme d’habitude. Toi, restes vigilante s’il-te-plaît, et dis moi si tu le revois d’ici à la maison. S’il nous suit, nous ne pourrons qu’en avoir le coeur net.
Très bien. Oh et… achètes donc une de ces confiseries au passage.
Euh je … en quel honneur ?
Quand tu dors j’en profite pour en manger une, j’adore ça. »

Essayant de ne pas avoir l’air trop surprise par le soudain aveu d’Emaneth, l’égyptienne tendit le bras pour prendre un paquet de petite bille de chocolat aromatisée à la mangue et à la banane. Drôle de choix, mais bon, si la djinn appréciait ce genre de petites choses, elle n’allait pas l’en priver. L’instant d’après, elle passa en caisse, toujours sur le qui-vive, puis s’éloigna du magasin avec deux sacs en plastique bien remplis entre les mains, et son sac de cours encore sur le dos. C’est donc bien chargée qu’elle se dirigea alors en direction des transports en communs, espérant ne pas louper le prochain métro de peu.

Darth Vallon

Créature

  • -
  • Messages: 360


  • FicheChalant

    Description
    Pas tout à fait Neko, crée par l'homme. Supporte pas la notion de servitude et de soumission de sa personne, mais cède toujours à sa curiosité maladive !
    Tout est bon pour apprendre, après tout la vie est, pour lui, aussi jetable qu'un mouchoir, elle est donc là pour être utilisé !

Re : Passe donc aux aveux ! (PV Enothis)

Réponse 4 dimanche 24 janvier 2021, 00:28:18


Courir, c'est parfait pour un scientifique comme lui ! Là il a le sentiment qu'il va crever à bout de souffle ! Déjà qu'il a dût s'égorger deux fois pour reprendre son endurance sur le chemin …

**Impossible, elle nous aurait déjà remarqué ? De toute façon tu es mauvais pour ce genre d'exercice ! Fallait lui mettre un mouchard !**

**Rohhh ca va hein ! On vient de prendre la décision de suivre sur le coup, j'ai rien de préparé !De toute façon maintenant elle est dans un magasin … alors on va aller acheter des friandises !**

**Mais … oh ! Ouais ca peut marcher !**

Et voila Darth qui entre dans le magasin pour aller se planter devant les bonbons, mais surtout il tend l'oreille. En cumulant son ouïe, son odorat et sa vue en utilisant les reflet il la repère assez vite et l'entend, parler toute seule … Cela lui tira un sourire alors qu'il faisait semblant de lire le texte sur un paquet de guimauve au chocolat.

**Un trouble psychologique ? C'était dans son dossier ? Ou alors … ca serait un peu gros qu'elle soit comme nous non ?**

[color=#BC75]**On est dans ta tête, y a pas de son, on lit tes pensées, c'est clairement différent**[/color]

Une petite moue, les joues qui gonfle, le blond saisit un paquet de caramel mou en plus alors que l'IA commence à lui faire la lecture du dossier de l'école sur Enothis. Après quelques instant, où le neko compris bien qu'il n'était pas assez discret pour bien suivre quelqu'un il se rabattit sur ce qu'il faisait de mieux, préparer les informations pour ne pas être prit de court. Il trouva donc tout aussi naturellement l'adresse du dossier, mais par prudence il utilisa sa tablette pour pirater les portable de la jeune fille afin de pouvoir accéder aux coordonnées gps assez facilement, en espérant qu'elle le garderait avec elle.

**Bon ca y est elle a quitté le restaurant ...**

Le blond s'approcha de la caisse et paya donc les deux sachets de friandises prise plus ou moins au hasard.

-Bonsoir, tenez, gardez la monnaie ca me fait plaisir !

Et le voila en route vers l'adresse, au vu du gps elle se dirigeait bien par là-bas, mais cette fois il avait son temps pour y aller, et il le prit ! C'est quand même mieux quand on se prépare un minimum ! Bon il lui a fallut presque deux heures pour arriver sur place, mais le félin resta au coin d'une ruelle tranquillement assis sur une poubelle en attendant que la nuit noir tombe et que la plupart des maison alentour tombe dans l'obscurité. En attendant il avait un peu enfoncé son piratage et écoutait via le micro du téléphone l'intérieur, bon en y faisant attention on pouvait voir un petit symbole de transfert de données et la batterie se viderait un peu plus vite que d'habitude, mais ca ne se verrait probablement pas sur une si petite période.
Ah et là il mangeait des guimauves au chocolat, pas que ce soit nécessaire ou vital, mais ca donnait un air moins suspect de s'être posé pour grignoter .. non ?


- C'est pas mauvais ca en fait !


Enothis/Emaneth

Humain(e)

Re : Passe donc aux aveux ! (PV Enothis)

Réponse 5 lundi 25 janvier 2021, 19:32:20

Ses affaires sous les bras, la jeune femme fit son retour à la maison sans le moindre problème. Elle transportait ses affaires au milieu du métro bondé sans trop de difficultés, et même quand elle eut enfin à sortir des transports en commun pour entamer une courte marche jusqu’à ses appartements, ce ne fut guère avec grande difficultés, la demoiselle ayant bien gagné en force et en muscles depuis son arrivée à Seïkusu. Après tout, elle avait du prendre l’habitude d’enchaîner au moins une heure et demi de marche tout les jours, se devait de porter ses propres affaires plutôt que de les voir être apportée sur ses ordres, et surtout, elle vivait une vie bien plus active, oscillant entre les études et les sorties en ville quelquefois, non sans dénoter les quelques balades auxquelles elle s’adonnait en compagnie d’Emaneth pour simplement profiter de ce monde extérieur qu’elle savourait enfin. Aussi, même avec les bras chargés de ses courses, elle parvenait étrangement à s’en sortir, allait au milieux des rues à bon pas sans s’essouffler, pensant encore au bon repas qu’elle allait se préparer ce soir avant de se mettre à ses tardives révisions. De toutes façons, même si elle traînait un petit peu, il s’agissait du vendredi, elle n’avait pas cours le lendemain, aussi elle avait peut-être même le droit de s’arroger un petit temps confort et observer une émission bête à la télé avant d’aller se lover sous les couettes ! Ce serait un véritable bonheur, et elle en avait drôlement envie désormais, mais avant cela, elle devait finir son petit trajet.

Pendant tout ce temps là, Emaneth était restée particulièrement vigilante, laissant ainsi le soin à sa comparse de divaguer, de rêvasser, de s’abandonner à un peu de calme et de tranquillité. Il faut dire, la charge mentale de se savoir toujours cherchée par quelques déplorables pourceaux n’était guère simple pour une jeune femme, et malgré son audace et son orgueil, Enothis ne manquait pas à la règle. Elle avait besoin de souffler, de respirer un peu, et la présence de la Djinn était la seule chose qui pouvait lui permettre ce genre de détente, de temps de paix. Aussi, lorsque la conscience de l’esprit du désert restait active pour pouvoir garder un œil complet sur les environs, celle-ci mettait un point d’honneur à ne pas oublier le moindre détail, buisson un peu suspect, poubelle un peu mal placée, forme de vie X ou Y qui traversait la rue plus loin et tentait de rejoindre l’allée la plus proche en cachant dans ses bras on ne saura quel paquet. Il en revenait de son devoir et de son honneur d’être la vigilante entité qui gardait un œil bienveillant sur la demoiselle à la peau de bronze qui lui servait d’hôte. Aussi, rien n’échappait à sa conscience, et elle en gardait une mémoire particulièrement vive, comme si l’ensemble s’inscrivait en elle, flots de souvenirs tellement précis qu’elle pourrait réciter l’ensemble de son observation avec le moindre détail. Enfin, tant que la dépense énergétique n’était pas trop importante. Elle restait très dépendante de certains facteurs, et dès que ses batteries étaient vides, elle devait puiser dans l’énergie de sa comparse… Ce qui leur provoquait parfois de grandes crises d’hypersomnie.

En tout cas, ses observations de ce soir n’étaient pas trop pesantes pour la simple raison que les vendredis étaient de ces jours où les travailleurs et autres riverains préféraient bien souvent rejoindre le coeur commercial et actif de Seïkusu plutôt que de filer trouver un repos bien mérité à leurs pénates. Aussi, il n’y avait guère de monde dans les rues, et quand Enothis parvint aux orées de son immeuble, ce fut sans le moindre problème, et sans même que la Djinn ne remarque une seule fois la présence douteuse qui les avait amenées à se trouver si suspicieuses et alertes. Comme quoi, peut-être s’agissait-il tout simplement d’une erreur de leur part, et qu’elles avaient juste eut le malheur de faire un excès de zèle au vu de leur position ? Cela semblait plus logique qu’autre chose, et tandis qu’Emaneth lui expliquait cet état de fait, l’égyptienne rentra dans son logis, monta les escaliers jusqu’au troisième étage, puis atteint enfin son palier, où elle ouvrit la porte et se faufila enfin dans son logis, heureuse d’être enfin dans ce lieu qu’elle jugeait sûr et bien caché. Elle n’eut plus qu’à ranger ses courses, déposer ses affaires, et commencer à faire sa petite vie de chaque soir, commençant tout d’abord par allumer la télé afin de s’offrir un fond sonore décent, puis commençant à faire le minimum de nettoyage de ce qu’elle avait put laisser traîner au matin, avant de finalement entamer les diverses préparations, celle du repas et de ses révisions. Aussi, elle eut à peine finit son train-train habituel qu’Emaneth s’exprima avec un intérêt taquin :

« Tu m’y fais penser, mais depuis le temps que nous sommes ici, combien de jeunes hommes as-tu croisés qui en avait après tes jolies petites fesses ? Il paraît que les étrangères sont bien côtées au Japon mais tout de même, quel tableau de chasse !
- OH ! Je ! Bon sang Emaneth, ne sors pas des idioties pareilles !
- Allons, regarde, rien que celui que tu as bousculée dans le couloir plus tôt, il devait être ravi de chuter pour voir ces jolies jambes que tu as.
- Oh arrêtes ! On dirait une vieille perverse qui cherche à marier sa nièce, c’est terrible ! Je n’en ai rien à faire. Puis je sais même pas qui c’était ce petit gars que j’ai bousculé. Il avait pas l’air d’être nippon, mais alors de là à savoir si c’est un étudiant, un lycéen, ou je ne sais quoi encore, je ne pourrais pas dire. J’ai autre chose à faire franchement ! »

Les taquineries allèrent bon train. Il était courant que les deux échangent simplement comme elles le faisaient là, profitant de pouvoir passer du temps entre elles pour enfin enchaînés les échanges et les blagues, les deux ayant réellement créées un lien depuis l’époque où elles avaient été liées, et se trouvant parfaitement heureuse de cette forme de dialogue un peu absurde qu’elles entretenaient. Une espèce de relation entre une très grande sœur et une très jeune sœur, qui malgré les siècles d’existences qui les séparaient parvenaient à se comprendre et à se parler à coeur ouvert, à défaut de pouvoir s’offrir une étreinte sincère, ou quelques contacts rassurants. Elles se permirent donc de parler simplement, même si d’un point de vue extérieur la jeune femme semblerait monologuer, et l’une et l’autre s’occupèrent des différentes tâches de la soirée d’Enothis à tour de rôle. L’égyptienne coupa légumes et viande bon marché, puis Emaneth fut celle qui s’occupa de la cuisson avec ses dons, tandis que la demoiselle en possession du corps regardait la poêle se déplacer d’elle-même pour faire sauter la préparation. A la télévision passait un sentaï dont elle n’avait cure, aussi avait-elle sortie son carnet de vocabulaire et tentait de réviser les différents mots qu’elle se devait de retenir pour la journée, puis quand elle put s’attaquer au repas, elle vint remplir son ventre vide depuis bien trop longtemps avec une avidité vorace. Bon dieu qu’elle avait faim le soir, c’était difficile de consommer assez de nutriments pour deux entités. En parlant de cela :

« Tiens, d’ailleurs, désolé de te poser la question Emaneth, mais quand tu manges avec mon corps, ça te nourrit ou ça me nourrit ? Enfin oui je sais que la question est un peu idiote, je sais comment ça marche mais … En gros, si tu manges ces petites confiseries que je t’ai acheté en utilisant mon corps pour le faire, est-ce que ça te nourrit mieux que quand tu puises dans mes réserves ?
- Malheureusement non, tout au plus je profite du goût, mais dans le fond ça reste ton corps, c’est lui qui est entretenu.
- Fais chier. J’te jure, ça serait tellement plus simple que nous préparions un peu plus de bouffe et que tu puisses te refaire tes batteries avec. Parce que même là … bwwaaaaah… Je sens déjà la fatigue me tomber sur le coin de la figure, c’est chaud.
- On ne peux pas trop faire autrement. A part dans certains cadres d’époques, de lieux et de dispositions stellaires, je ne peux guère avoir ma propre énergie tant que je suis dans ton corps. Et avouons le nous, je ne pourrait guère partir tant que tu seras vivante.
- … Dans le fond ça ne me gêne pas, de vivre toujours avec toi… Peut-être plus quand j’aurais un copain, mais ça c’est pas vu, je reste trop bizarre. Et non ne me ressort pas ce que tu as dis tout à l’heure, je veux pas l’entendre ! »

Elle était exténuée, mais elle avait encore un peu de travail à faire. Observant l’horloge, qui affichait déjà un bon vingt-deux heure, elle s’affaira à étudier encore un petit moment, les yeux lentement éteints par le besoin de sommeil. Pendant ce temps là, la vaisselle se lavait et se rangeait d’elle-même sous l’effet des dons d’Emaneth, tant et si bien que plus d’une heure plus tard, tout les lieux étaient propre et rangés, laissant la petite demoiselle finir son dernier bout de révision avant de sentir qu’elle était à bout de force, et de ne pas demander son reste. Elle se redressa, alla doucement à la baie vitrée pour observer à l’extérieur, toute ensommeillée, puis tira lentement les rideaux et abaissa le store mécanique un minimum, jugeant cela bien suffisant une fois à mi-hauteur pour que la lumières n’envahisse pas la pièce de bon matin. Puis elle se traîna dans sa chambre mollement, se désapa de la plus hâtive des manières, et se roula dans ses couettes afin de passer une bonne nuit. Elle bossera demain, et de toute façons, elle comme Emaneth étaient trop à sec d’énergie pour faire quoi que ce soit de plus aujourd’hui.

En tout cas, elle ne pouvaient plus rien faire pour ce soir, sans se douter du proche danger.

Darth Vallon

Créature

  • -
  • Messages: 360


  • FicheChalant

    Description
    Pas tout à fait Neko, crée par l'homme. Supporte pas la notion de servitude et de soumission de sa personne, mais cède toujours à sa curiosité maladive !
    Tout est bon pour apprendre, après tout la vie est, pour lui, aussi jetable qu'un mouchoir, elle est donc là pour être utilisé !

Re : Passe donc aux aveux ! (PV Enothis)

Réponse 6 mercredi 27 janvier 2021, 00:47:34


Faut-il parler du gros tas d'emballage au pied de Darth là où il était ? Mais le scientifique écoutait avec entrain tout ce qu'il se disait dans la maison à portée du téléphone. Et … au début il commençait à se dire qu'il avait juste suivit une schizo et perdu son temps, autant dire que niveau joie il était pas à un seuil bien haut !
Si bien que quand il eut mangé le dernier bonbon il regarda le papier tomber en le jetant et là, elle commença a parler d’énergie selon une sorte de façon en utilisant le corps ? Vivre avec ? Le chat avait les oreilles bien droite et la queue agité derrière lui, c'était peut être pas l'histoire de magie qu'il recherchait par contre il avait peut être le droit à des esprits ! Ou même des IA aussi ? Ce serait trop bien !


- Bon c'est pas exactement ce que je recherche mais là je dois pouvoir trouver des trucs qui en vaillent la peine non ? J'ai un petit laboratoire dans le secteur non ?

**La clinique abandonnée à 853 mètres d'ici dispose même du transmetteur de matériel trans-dimensionnel, cependant les esprits sont une branche différente, après une rapide estimation il est aisé de pensé que la rentabilité de cette action sera négative, nos recherches ne portent pas sur ce domaine encore abstrait**

Malgré les conseils de son IA le blond avait bondit de son perchoir et posé le pied au sol. Commençant un peu à rôder autour, il se faisait déjà tard et on percevait bien qu'il s'agissait un quartier résidentielle de travailleur, les lumières n'étaient plus beaucoup allumées dans les maisons, d'ailleurs la cible principale de son observation s'éteignit, aussi arrachant un grand sourire au chat, plus de lumière, c'est signe de sommeil !
Tranquillement il approcha la porte, inspectant la présence de sécurité, en dehors du verrou il ne perçu rien, lâchant un petit soupir il se saisit de deux crochets dans sa sacoche et commença tranquillement son œuvre, la serrure ne lui résista pas bien longtemps avant de lui permettre d'ouvrir la porte, il entra et la referma lentement derrière lui.


*Basique, il s'agit bien d'une maison des plus standard !*

Et dedans, au final c'était tout aussi basique … En fait alors qu'il errait silencieusement dans les pièces, il ne voyait vraiment rien pour indiquer si sa curiosité se justifiait, un subtile mélange de frustration et de déception. Le scientifique comptait bien finir ce qu'il avait commencé, mais si tout ceci n'aboutissait à rien … Il aurait fait un kidnapping pour rien ? Oarf, après quelques jours il ferait un traitement du cerveau à base d'électrochoc pour endommager la mémoire, au pire il obtiendrait un légume, au mieux ca serait comme si rien ne s'était passé ? En même temps c'était ca, l'enfermement a vie, ou tuer et se débarrasser du corps. Alors il parait qu'il faut chérir la vie donc la première option serait mieux ? C'était une discussion éternelle pour Darth, nécessairement quand il n'arrive pas avoir de considération pour la sienne.
A mesure qu'il explorait en regardant pour des traces de magie ou autre chose pouvant justifier son intérêt, il arriva au niveau de la chambre devant la belle endormie, allongée, il entendait ses respirations et la fixait immobile et silencieux.


*Bon, sédatif ? … Oh … d'abord ...*

Il s'approcha en sortant une petit roche de sa sacoche et l'approcha d'Enothis, la pierre se mit à luire faiblement, preuve d'une présence magique. A ce moment là rien ne put décrire le sourire du neko, satisfaction et prédation mélangé.

**Félicitation, il s'agit de la source, il est temps de l'emmener**

Le blond fouilla dans sa sacoche pour sortir une seringue et un petite fiole, prélevant d'un geste un peu du liquide avant de partir récupérer un glaçon histoire d'endormir la zone qu'il allait piquer avant l'injection. Cela se fit sans encombre et il l'emmena sur son épaule jusqu'au laboratoire l'attachant debout, bras et jambe ayant chacun une chaine la soutenant, il lui banda les yeux et après avoir mit en place plusieurs machines de détection, d'analyse et d'enregistrement. Il prépara aussi l'absorbeur de magie pour palier à de mauvaise surprise.

- Bien, plus qu'à attendre son réveil ? … non ...

Son préleveur d'échantillons de magie de main, Darth s'approcha et lui tapota la joue droite.

-Allez on se réveil ! J'ai pas que ca à faire ! Il me faut un échantillon de ta magie moi !


Enothis/Emaneth

Humain(e)

Re : Passe donc aux aveux ! (PV Enothis)

Réponse 7 dimanche 31 janvier 2021, 16:14:36

Enothis ne fit pas mine de se poser plus de questions quand elle alla se reposer. Elle se dévêtit en jetant absolument tout ce qui se trouvait encore sur sa peau de bronze, puis attrapa au mieux une culotte propre dont elle vint se couvrir les hanches avant de se jeter dans ses couettes. Tout était fermé de toutes manières, rien ni personne n’entrerait ! Emaneth ronflait déjà tel le matou heureux, son léger ronronnement interne étant la pire des berceuses pour Enothis qui ne s’en sentait que plus fatiguée, mais elle eut au moins le don de prendre ses couvertures et de s’enrouler dedans, une méthode bien peu élégante il est vrai, mais terriblement efficace pour se maintenir dans le meilleur des états pour dormir. Il faut dire, le Japon était froid, et l’égyptienne avait eut l’habitude de se reposer dans des chaleurs bien plus conséquentes ! En tout cas, sitôt son opération « sushi » aboutie, elle commença à plonger dans un lourd et intense sommeil de plomb, étant tout simplement exténuée par les événements de la journée, et sa veillée tardive alors qu’elle tentait tant bien que mal de réviser encore un peu. Rapidement donc, les songes prirent place dans sa petite tête, et elle n’eut plus aucune raison de garder le moindre petit brin de conscience, glissant vers le plus reposant des sommeils, s’abandonnant à la torpeur. La nuit se promettait un véritable bonheur, encore plus avec la grasse matinée qui devait y être rattachée, alors elle était sereine. La plus heureuse et la plus calme des petite égyptienne aux yeux clos, si seulement elle se doutait du triste destin qui approchait.

Pourtant son esprit sensibilisé à certaines formes de magies sembla vouloir lui confier une information, un message. Puissant dans les dons possédés par la Djinn, il y eut en son être une espèce de réaction face au danger ambiant qui parcourait le plancher de son appartement, tant et si bien que ses songes se muèrent doucement en une mise en garde. D’abord elle vit une ombre. Elle était perdue dans le désert, seule, les sables voletant dans un vent chaud et léger, mais tout ce qu’elle voyait était cette drôle de forme obscure, inquiétante, qui se glissait sur les dunes en sa direction, tel un serpent. Nul besoin de se croire ophiologue pour se douter qu’un être serpentin dans le désert est une présence dangereuse, mais tandis que la petite égyptienne prenait ses jambes à son cou, elle avait l’impression de ne jamais lui échapper, ou tout du moins de ne jamais réussir à le distancer. Cette forme s’approchait, et prenait lentement des contours plus concrets, plus évidents, celle d’un chat aux crocs scintillants. Encore une fois, le rêve ne la laissait pas agir, malgré l’ensemble de sa curiosité. Elle tenta d’appeler Emaneth à l’aide, sa voix se répercutant au milieu des hautes dunes avant de disparaître dans le vide. Et elle sentait son souffle dans son dos, celui de cette chose qui s’approchait d’elle. Un peu paniquée, elle tenta de comprendre ce qui n’allait pas, on peut même dire qu’elle chercha à se réveiller, comprenant qu’elle cauchemardait. Mais rien n’y fit, elle resta figée, incapable de produire la moindre action pour se dépêtrer de cette terrible influence qui venait couvrir son corps de son voile ombrée…

La peur lui fit ouvrir les yeux un instant. Encore assoupie, elle ne comprenait pas trop ce qu’il se passait, mais elle avait surtout froid. Froid à sa jambe. Alors elle se retourna mollement et se rendormie quasiment instantanément, comme si son retour à la conscience lui fut suffisant pour alléger son coeur face au terrible pressentiment que ses songes avaient instillé en elle. Elle tomba dans une torpeur tout ce qu’il y avait d’anormal, étant donné qu’elle ne put ni rêver, ni même réagir, alors que le temps semblaient pourtant s’écouler, long et insupportable. Elle qui avait souhaitée passer une bonne nuit, c’était définitivement râpé, elle n’aura eut ni les beaux rêves, ni le plein repos, et la frustration de ce constat endormi ne l’aida guère à accomplir la fin de sa nuit. Elle était mécontente. Pourquoi son repos n’était-il pas normal, elle qui pourtant avait eut tant sommeil. Et même, comment parvenait-elle encore à réagir à ses états si elle était sensée dormir ? Ça n’avait décidément pas de sens, mais elle ne pouvait pas encore le comprendre, tout au plus restait-elle inerte sans savoir qu’on l’avait droguée pour s’assurer de son déplacement aisé et rapide dans un autre lieu plus discret. Rien ne sembla la déranger sur le trajets, son corps alourdi et muet ne voulant plus lui communiquer la moindre information. Même quand elle se retrouva dans une position tout à fait inacceptable et douloureuse, sa conscience ne fit pas mine de vouloir retourner à la surface, peut-être par une quelconque volonté de ne pas lui faire subir la dramatique situation dans laquelle elle se trouvait désormais. Enfin, tout du moins jusqu’à ce que la main du jeune homme vienne tapoter doucement sur le coin de sa figure, la rappelant lentement à elle, ce qui était somme toute bien cruel.

« ...antillon de ta magie moi !
- Huuun … ? Hein .. ? Quoi mais qu’est-ce qu… Qu’est-ce qui se passe !? HEY ! »

Forcément, avec le réveil vint la panique. Dès qu’elle voulut se mouvoir, elle entendit le crissement des chaînes qui maintenaient ses poignets vers le plafond, et sa tentative de faire un pas fut sensiblement de même acabit, étant donné qu’elle entendit un frottement métallique accompagnant sa perte d’équilibre. Elle se rattrapa comme elle put, son visage se tournant dans tout les sens pour pouvoir observer ce qui se trouvait autour d’elle, mais rien ne sembla vouloir atteindre ses mirettes ! On… On lui avait bandé les yeux, merde ! Oh putain putain putain c’était quoi cette merde !? Les membres du culte l’avait donc bien retrouvée ? Comment pouvaient-ils se permettre d’agir ainsi envers elle ? Non, peut-être même qu’il ne s’agissait que des chiens de l’enflure qui servait de chef à cette organisation religieuse de merde, et qu’ils ne faisaient que suivre les ordres de son esprit détraqué ? Elle ne devait pas paraître faible, elle ne devait pas craquer dans ce genre de moment, la fierté et la supériorité étant les deux seules choses qui pouvait lui permettre de s’en sortir quand elle avait à faire avec ses anciens croyants ! Alors avant de se louper et de repartir à nouveau vers l’avant, elle se redressa, sentant le carrelage froid sous ses pieds, et l’air gelé qui se glissait dans son dos, signe d’un mauvais courant d’air qui envahissait la pièce où elle se trouvait. Ces fils de putes l’avaient sûrement emmenée quelques part loin de tout problèmes… Mais elle avait encore Emaneth, et assez de ressources pour tenter de s’en sortir, la première étape … Étant de gueuler asse fort pour que sa compagne de vie l’entende dans sa propre récupération de force :

« QUOI ? VOUS ÊTES QUI ? ENCORE DES SALAUDS À LA BOTTE DE CE FILS DE PUTE D’ISHAR ? LAISSEZ NOUS TRANQUILLE ! ISHAR EST UN SALAUD QUI TROMPE LES CHOEURS DU CRÉATEUR ! NI L’ESPRIT DIVIN NI MOI NE VOULONS SERVIR SES DESSEINS ! »

Le terme esprit divin n’était certes pas vrai, mais il avait le don de marcher chez les membres du culte, ce qui pouvait peut-être déstabiliser ses assaillants. Du moins l’espérait-elle, parce que sa panique commençait à la faire trembler, et ce malgré sa volonté de paraître toujours aussi puissante et fière. En son coeur, elle commençant à entendre les grommellements d’Emaneth qui se tirait de son sommeil, mais elle était lente, sûrement encore faible de l’énergie qu’elle avait dépensée durant la journée précédente. Pourtant, elles avaient toutes les deux urgemment besoin de sa présence. Elle ne savait pas qui était le salopard, ou les salopards qui l’avaient enlevée, mais elle avait vraiment besoin que la Djinn face le ménage au milieu de tout cela ! À la place, elle l’entendait miauler doucement, tandis qu’elle se réactivait à son petit rythme habituel, comme si elle n’avait pas entendue la voix d’Enothis ou même la panique qui y régnait en maître. Si elle n’étaient pas des alliées de longue date, Enothis aurait presque put croire qu’elle était de mèche avec ses ravisseurs ! Mais non, elle n’eut pas ce mouvement de paranoïa, à la place elle chercha simplement à faire les dernières vérifications de son état actuel. Elle était donc accrochée, par les poignets, et maintenue debout. Si elle était parfaitement droite, elle devait se tenir en partie sur la pointe des pieds pour ne pas perdre l’équilibre, et bien malheureusement pour elle, son ou ses ravisseurs n’avaient guère eut l’intelligence de la vêtir, sa poitrine étant rondement présentée à l’air libre tandis que son dessous avait déjà en partie glissé de ses fesses. Une position pitoyable, où seules quelques vives lumières parvenaient à filtrer au travers du bandeau, sans même lui donner la moindre information supplémentaire d’où elle se trouvait. Quelle merde !

« RELÂCHEZ MOI DONC, BANDE DE MERDEUX INFÂMES. VOUS SAVEZ QUEL COURROUX ELLE PEUT VOUS FAIRE CONNAÎTRE POURTANT ! »

Darth Vallon

Créature

  • -
  • Messages: 360


  • FicheChalant

    Description
    Pas tout à fait Neko, crée par l'homme. Supporte pas la notion de servitude et de soumission de sa personne, mais cède toujours à sa curiosité maladive !
    Tout est bon pour apprendre, après tout la vie est, pour lui, aussi jetable qu'un mouchoir, elle est donc là pour être utilisé !

Re : Passe donc aux aveux ! (PV Enothis)

Réponse 8 samedi 06 mars 2021, 18:19:01


Lorsque l'on annonce que les gens dos au mur sont systématiquement surprenant ce n'est pas au hasard, qui pourrait croire que al jeune fille toute timide du lycée serait soudainement aussi bruyante ? Le neko avait même dut légèrement se couvrir les oreilles, c'est qu'elle à du coffre la belle étrangère ! Ce n'est pas pour déplaire au scientifique, cette fierté l'arrangeait, les personnes de se genre n'hésitaient pas à étaler ce qu'ils pouvaient faire et ce qu'ils savaient pour regagner l'ascendant ! Il se lécha les lèvres, à peine le terme d'esprit divin fut prononcé, c'était pour lui comme un aveux, il avait vu juste !

Pour le bruit ils étaient tranquille, dans ce profond sous-sol rien de l’extérieur ne pouvait venir, pas d'onde radio, rien, et c'était valable dans les deux sens ! Quand à la magie, vu qu'il planchait sur le sujet ici, il avait soigneusement recouvert les murs d'un papier cristallin de sa confection qui bloquait la magie, aucun flux magique naturelle ou non ne pouvait passer au travers. Bon, bien que cela bloque les flux psychiques et la magie naturelle, une banal boule de feu le faisait volée en éclat vu qu'il s'agissait d'une magie plus ... “matériel” …
Le félin s'approcha doucement et posa ses mains sur les hanches légèrement bronzé de la fille agitée.


- Oh mais je me passerais de ta volonté, ici tu es toute à moi … De ce que j'ai pu comprendre le courroux ca ne sera pas grand chose … Montre moi le si tu en a le courage ...

En lui caressant doucement les hanches il approcha sa bouche d'une oreille de la demoiselle en détresse, souriant il lui murmura alors la suite.

- Montre moi tout … que je brise cette volonté pour te rendre conciliante … amuse moi … et épate moi !

Et il s'écarta, allumant toute les machines en chantonnant un air militaire tehkan, puis un russe. Il activa l'absorbeur de magie ambiante, avec ca dés que “l'esprit” voudrait utiliser sa magie cette dernière serait absorbée avant de pouvoir activer ses effets, en parallèle tout les capteurs, magiographes et autres appareils commençaient à enregistrer le flux de données, les signes vitaux d'Enothis et toutes les constantes apparaissaient sur un écran juste à coté de tous les affichages de tous les appareils, un mur entier était dédié à l'affichage.
Pour le moment il avait besoin de données, il fallait la pousser à agir, être provocateurs, il fallait lui retirer les informations pour les chœurs du créateurs, dans sa base de données il n'avait qu'un “secte assez restreinte vouant un culte à une divinité peu connue, faible intérêt”. En somme il n'avait quasiment rien, et ce point faisant partie des choses qui rendent fou Darth, nécessairement il va arracher le plus d'informations !

Rôdant autour d'elle a pas feutrée le blond continuait à la fixer, vu qu'elle semblait croire qu'il faisait partie de ce groupe il allait profiter de cette confusion pour obtenir des informations. Il se glissa dans son dos et souffle doucement dans son cou alors que ses mains allèrent englober chaque sein.


- Pour ce que tu sais de ses desseins … C'est pas compliqué d'être docile … Tu ne voudrais pas me forcer la main quand même ?

Il commença à lui masser doucement la poitrine, purement pour lui mettre la pression bien entendu hein ! Il commençait à bander car jouer l'excitait ! Comme un chat qui joue avec une souris ! Une belle petite souris bronzé aux formes alléchantes donnant des envies de reproduction !
Son IA ne manqua pas de lui faire remarqué qu'il se lançait dans un paris car si jamais son esprit cédait il y avait deux options, soit elle se soumettait totalement, soit elle sombrait et il ne tirerait rien d'elle. Mais il avait encore des options pour ça, ici avec son matériel ! Quelques chocs cérébrales bien choisi et il pouvait littéralement la reset et la briser une fois de plus. Jusqu'à obtenir l'état le plus intéressant ! D'ailleurs en montrant ce que filmaient les caméras il pouvait même la faire chanter la fois d’après, ce petit trou dans sa mémoire rendant d'autant plus vulnérable. Il avait tellement de flèches à son arc ici, qu'elle n'était pas prête de revoir la lumière du jour, pas avant de lui avoir tout prit !


- Enfin tu peux résister, ca ne me dérange pas, montre moi tout … Ce qui est dedans hein, dehors je le vois déjà bien !

Comme pour appuyer son propos il joua un peu avec les tétons et soudainement se décala, il fallait y aller petit à petit … tout doucement ...


Enothis/Emaneth

Humain(e)

Re : Passe donc aux aveux ! (PV Enothis)

Réponse 9 lundi 08 mars 2021, 16:32:08

Bon, elle était dans l’une des plus fâcheuse situation qu’elle n’avait jamais put connaître, mais dans le fond, elle savait bien que les rats à la solde d’Ishar pouvaient très bien se permettre toutes les exactions possibles et imaginables, si bien qu’elle s’y était préparée bien à l’avance. Ne pas se laisser aller à la moindre forme de faiblesse, tenir la tête haute et l’oeil vif, garder en toute circonstance sa posture impériale, ne pas leur laisser la place dans la discussion et s’assurer qu’ils puissent craindre ses dons, autant de choses qu’elle s’était assurée de conserver si pareille situations venaient à survenir. Mais pour le coup, elle n’entendit ni chuchotements troublés, ni vague de doute autour d’elle. Cela lui parut étrange. Normalement, n’importe quelle personne connaissant un minimum les pouvoirs d’Emaneth, aussi connue comme « L’esprit Divin » selon les Choeur du Créateur, auraient immédiatement pressentis que quelques terribles événements pouvaient se produire. Le genre d’instinct qui force généralement les coeurs à s’ouvrir, tandis que les craintes ressortent et créent la zizanie dans un groupe, même si celui-ci pourrait avoir travailler ensemble depuis des années. Ici, non, elle n’eut pas du tout la réaction escomptée, mais est-ce que cela pouvait sous-entendre que la personne qui s’en était prise à elle n’avait rien à voir avec les choeur ? Elle se posait sincèrement la question désormais, et se trouvait bien embêtée de ne pas pouvoir observer ses environs afin d’identifier son agresseur. Pour autant, elle ne fut pas longtemps seule dans ces ténèbres : Une voix, assez délicate il fallait l’avouer, vint amener son verbe provocant à son oreille.

« Oh mais je me passerais de ta volonté, ici tu es toute à moi … De ce que j'ai pu comprendre le courroux ça ne sera pas grand chose … Montre moi le si tu en a le courage ... »

Elle ne répondit pas, pour deux raisons : non seulement le fait qu’il amena soudainement un contact avec sa peau mise à nue ne manqua pas de la troubler, suffisamment pour qu’elle ait un mouvement instinctif de recul, mais elle eut en plus une soudaine révélation qui vint lui emplir l’esprit. « Montre moi », c’est ce qu’il avait dit avec le propos le plus malheureux du monde, parce que ces deux petits mots lui permettait de pouvoir assumer en toute confiance qu’il ne faisait aucunement partie de son ancien culte. Personne dans les Choeurs n’avait manqué une des représentation divine d’Enothis, ses actions mystiques valant plus que toute autre forme de légitimité aux yeux des croyants, aussi était-il tout simplement impensable que quelqu’un ait ainsi l’audace de lui demander d’en faire la démonstration. Emaneth, dans sa furie, était capable de condamner quelqu’un à la folie,  de maudire n’importe quel badaud pour que le reste de son existence ne soit que misère, aussi de devoir agir ainsi, de se rebiffer contre la puissante Djinn, était une forme d’inconscience proprement  suicidaire pour qui en connaissait les dons. Lui, en face, s’en amusait. Et si il était capable de s’en amuser, alors il ne pouvait tout simplement pas avoir la moindre information tangible de qui elle était, et de qui elle abritait. Cela rendait la situation à la fois plus simple à comprendre, mais aussi plus complexe à gérer : Sur quel fou était-elle tombée, capable de la kidnapper dans la nuit, sans qu’elle n’y fasse attention, avant de lui parler aussi suavement dans un lieu qui sentait autant l’humidité que la crasse ? Et cette douleur dans son coeur qui l’empêchait de réfléchir sainement, de ne pas interrompre ses quelques gymnastiques mentales … Elle n’allait pas avoir d’autre choix que de chercher l’aide d’Emaneth, en espérant qu’elle saura leur trouver une porte de sortie.

« Montre moi tout … que je brise cette volonté pour te rendre conciliante … amuse moi … et épate moi !
- Comme si j’allais faire plaisir à un connard sans courage. »

C’est ce qu’elle lui dit, mais elle allait bien devoir s’assurer que sa chère amie agisse. Elle ne voulait pas le faire tant qu’il serait à proximité, mais quelle fut son soulagement quand ce salopard quitta son oreille et commença à joyeusement se diriger vers ses machines en chantonnant, juste assez fort d’ailleurs pour lui assurer de pouvoir elle-même chuchoter sans se faire prendre. Enothis ne pouvait pas parler mentalement à la dame qui se trouvait en son être, elles ne partageaient pas le même esprit, seulement la même chair, aussi devait-elle toujours s’exprimer à haute voix, de façon à ce que sa propre voix passe par son canal auditif, et qu’ainsi la Djinn puisse ouïr ses demandes et ses besoins. Ici, dans cette situation, elle souhaitait le faire sans que son ravisseur n’en soit conscient, mais ils semblaient très clairement s’être un peu éloigné, pour faire sa petite bravade musicale dans une langue que l’égyptienne ne comprenait absolument pas. Tant pis, ça n’allait pas lui occuper l’esprit bien longtemps : Elle baissa la tête, et se mit à parler dans un simple petit souffle, cherchant tout au plus à ce que les mots résonnent dans sa boîte crânienne jusqu’au canal auditif, plutôt qu’elle ne les laisse prendre réellement forme dans les airs, et puissent malgré tout éveiller l’attention de son geôlier. Au moins, une chance pour elle, mais Emaneth avait, elle, le pouvoir de communiquer mentalement avec la pauvre petite humaine toute simple qu’elle était, et cela allait leur éviter d’être indiscrète :

« Emaneth… Emaneth, je t’en prie, réveilles-toi. C’est la merde…
- Hmmm … comment ?
- Je … Je suis mal. Je ne vois rien, il fait noir et… et quelqu’un semble m’avoir enlevée… pas les Choeurs, quelqu’un d’autre.
- Que…. COMMENT !? Quel horrible bousier a pu se permettre de…
- Chhh… Calme. Est-ce que tu peux … As-tu assez de force pour nous sortir de là ?
- C’est un cas de force majeure, je vais faire ce que je peux. Dès qu’il sera à nouveau au contact, j’y mettrais toutes mes forces, donne moi juste le top. »

Ce ne fut pas un top, mais la petite demoiselle à la peau bronzée fut forcer de cesser cette communication immédiatement : l’homme était revenu vers elle, et même lui tournait autour avec la lenteur d’un prédateur. Oh bien sûr elle ne le voyait pas, mais elle entendait ses pas, même légers, se  répéter autour d’elle. Forcément, Enothis n’ayant quasiment pas de contact actuellement, et une vision absolument nullifiée par la présence du bandeau, elle se vouait à ses autres sens avec une certaine rigueur, se forçant à faire la part belle entre les différents bruits qui avaient envahis les lieux : le vrombissement de la machinerie qui se trouvait au fond de la pièce, la quincaillerie étrange qui semblait produire de fines vibrations dans l’air …. Qu’est-ce que ce pourceau avait bien put activer ? Un engin de torture ? La simple idée de cela manqua la perturbé, et elle sentit un instant un tremblement s’emparer de sa mâchoire… Qu’elle calma bien vite, pour ne pas montrer de signes de faiblesse ! Ce fut bien sûr le moment qu’il choisit pour se jeter sur elle par derrière, écrasant dans ses mains ses deux monts de chairs. Elle couina, surtout de surprises, avant de sentir ces doigts palper ce que la nature avait fait de si clairement présent chez elle, ces deux seins ronds qui ne tenaient même pas dans les paumes de son agresseur. La honte et un brin de plaisir charnel la fit rougir, mais intérieurement, elle bouillait de le voir souffrir d’une juste punition de la part de sa compagne de toujours. Elle allait juste attendre le meilleur des moments.

« Pour ce que tu sais de ses desseins … C'est pas compliqué d'être docile … Tu ne voudrais pas me forcer la main quand même ? Enfin tu peux résister, ça ne me dérange pas, montre moi tout … Ce qui est dedans hein, dehors je le vois déjà bien !
- Espèce de …. petit connard de pourceau sans vergogne ! »

Il jouait de ses nerfs, il s’amusait avec sa chair, et quelques petits filets de sensations diffuses traversaient son corps de manière ô combien désagréable, lui rappelant que bien souvent, malgré l’esprit, le corps pouvait parfois réagir dans les pires des situations. Mais elle n’allait sûrement pas le laisser gagner la moindre forme d’affrontement psychologique. Qu’il joue avec ses seins, qu’il cherche à la faire soupirer, qu’il maltraite ses tétons qui se tendaient lentement sous le traitement léger qu’il y appliquait… Elle allait bientôt avoir le dernier mot, mais elle voulait s’assurer qu’il soit suffisamment collé à elle pour qu’Emaneth le sente sans le moindre souci quand elle allait prendre le dessus pour le foudroyer sur place. Alors elle prit son mal en patience, et se mit même à fomenter un complot pour l’amener à fauter. Si elle avait envie de gémir, peut-être qu’il cherchera à la forcer à être plus honnête ? Oui, elle se doutait que ce genre de pervers aurait la merveilleuse idée d’y aller plus fort, rien que pour l’entendre gémir et lui offrir quelques paroles biens misogynes sur le fait qu’elle était une catin qui n’attendait que ça, d’être humiliée. Alors …. Alors elle eut cette idée, feindre un gémissement, puis sceller ses lèvres pour avoir l’air de tenter de se retenir, et ce juste pour venir parfaire la provocation. Si elle avait bien un abruti qui en avait après son corps en plus de ses secrets, il chercherait alors à lui garder la bouche ouverte, non ? Et si elle lui mord les doigts, difficile pour lui de rompre le contact, ce qui donnera touuuuut le temps à Emaneth d’agir. Oui, elle allait faire ça, quitte à manquer de se déshonorer quelques secondes. Elle fit l’effort de se tenir comme il faut, prit son courage à deux mains, puis… :

« Hnnnn… Oh non, je …. ! »

Puis se taire, se mordre la lèvre, se cacher. Faire croire qu’elle ne l’avait pas fait exprès.

Darth Vallon

Créature

  • -
  • Messages: 360


  • FicheChalant

    Description
    Pas tout à fait Neko, crée par l'homme. Supporte pas la notion de servitude et de soumission de sa personne, mais cède toujours à sa curiosité maladive !
    Tout est bon pour apprendre, après tout la vie est, pour lui, aussi jetable qu'un mouchoir, elle est donc là pour être utilisé !

Re : Passe donc aux aveux ! (PV Enothis)

Réponse 10 dimanche 14 mars 2021, 17:12:35


Du courage ? Le problème c'est qu'effectivement il n'en a pas car … ben en fait il n'a pas peur … La complémentarité des deux lui apparut soudainement évidente et il prit le temps d'un petit fou rire en réponse.

- Ouais … j'en ai pas … pour ca il faudrait que j'ai peur ahahahaha !

Elle s'était en revanche bien débrouillé pour qu'il n'entende pas ce qu'elle allait dire, bien qu'agitant ses oreilles et forçant il n'entendait qu'un petit ruminement. Cependant cela ne le gêna pas autre mesure. On pouvait dire qu'elle faisait preuve de courage de son coté, enfin il le supposait.
Alors qu'il commençait à jouer pour la faire enfin montrer vraiment ce qu'elle pouvait faire, il commença par constater qu'elle réagissait bien, et aussi que son vocabulaire en insulte était assez pauvre. Enfin  il y allait doucement, ca c'était le cas de le dire, il cherchait systématiquement  à toucher de nouveaux endroits tout était prêt il n'attendait que de pouvoir isoler l'énergie magique qu'elle dissimulait mais il fallait la forcer à l'user, quoi de mieux que de faire peur, de donner une raison de tenter de fuir par tout les moyens !
Darth commençait à se demander si c'était la bonne approche avec cette femme, elle ne semblait pas vouloir agir tout de suite, fallait-il faire croire qu'une opportunité s'ouvrait ?

Et c'est là qu'il se passa quelque chose, elle étouffa un gémissement ?! Darth se stoppa, retenu difficilement un soupir, sans blague ? Déjà ? Lui qui voulait prendre son temps pour faire monter la pression … Au final il fallait y aller de manière plus expéditive où elle allait finir par apprécier là !


-Ok … changement de plan.

Il se décolla d'elle et alla vers une table à proximité faisant rouler un petit chariot plus proche d'elle. Il y eut des bruits de tiroir, le blond cherchait visiblement quelque chose les “hmmm non pas ça” ou les “mouais” qu'il enchainait tranquillement jusqu'à dire un “Ah, voila !”
Ensuite ce fut un silence de mort pendant plusieurs dizaines de secondes et brutalement les liens la retenant se mirent à bouger, les bras gagnaient de la marge tout en tirant vers l'avant alors que les jambes tiraient vers le haut, elle venait d'être mise à l'horizontale au dessus du seul et le scientifique ajouta un genre de harnais pour soutenir des hanches à juste en dessous de la poitrine qu'il lia certainement avec un autre système de poulie.


- Aucun effort pour me fournir des données hein ...

La voix venait de derrière elle, et il enfonça alors un gode vibrant dans l'anus d'Enothis, il était enduit d'un liquide visqueux aux légères propriétés aphrodisiaques pour détendre ce dernier. Puis d'une main il se mit à titiller sa chatte, jusqu'à avoir ne serais-ce qu'un peu d'humidité et là posa sa verge contre cette dernière en souriant.

- Allez dernière fois que je le demande, montre moi ce qu'il y a dedans, ou je risque de devenir vraiment vraiment vilain !

Sauf qu'au final il le serait dans les deux cas, il n'a jamais dit qu'il serait gentil après non ? Les accords ne tiennent que quand tout est bien fait, sinon forcément il y a des répercussions ! Et pour bien appuyer sa demande il claqua violemment les deux fesses en même temps alors que ca verge manqua de peu de s'enfoncer plus que l'extrémité à cause du mouvement.

- Je ne demande pas la lune, même si j'en vois une bien remplie maintenant !



Répondre
Tags :