banniere
 
  Nouvelles:
Venez féliciter nos nouvelles administratrices pour les 9 prochains mois ici !

Liens utiles: Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Cacher les avatars

Le Grand Jeu - Forum RPG

Bad langage Discrimination Drugs Sex Violence Gambling

Bonjour et bienvenue.

Ce forum présente des oeuvres littéraires au caractère explicite et/ou sensible. Pour ces raisons, il s'adresse à un public averti et est déconseillé aux moins de 18 ans. En consultant ce site, vous certifiez ne pas être choqué par la nature de son contenu et vous assumez l'entière responsabilité de votre navigation.

Bonne visite ! :)

Pages: 1 2 [3]
  Imprimer  
Auteur Sujet: Baignade au clair de lune [PV Silence]  (Lu 6723 fois)
Kõya Breathless
Rédactrice en chef de La Gazette
Terranide
-

Hors ligne Hors ligne

Messages: 1185



Voir le profil
Fiche
Description
Jeune hybride chatte qui se trouve être une rebelle dans l'âme. Pas facile à dresser !
« Répondre #30 le: Juillet 10, 2014, 01:43:15 »

Kõya essayait de tirer sur ses liens, ne faisant que trembler la part qui la retenait. Elle en avait marre de sentir les mains du mercenaire sur son corps. Et ce n’était que les mains ! La féline savait bien cas un moment ou un autre Silence allait se faire plaisir et pas avec seulement avec ses mains. Mais avant le mercenaire allait la faire payer pour tout ce qu’elle avait fait. Pour l’avoir fait courir comme un moins que rien dans la forêt. Pour lui avoir parlé comme une vulgaire merde. En même temps si elle pouvait encore le faire, Kõya n’hésiterait pas un seul instant mais ce bâillon qu’elle avait dans la bouche l’empêchait de parler, ne sortant que des choses incompréhensibles. 

Il arrêta alors de lui toucher les fesses pour partir derrière. Kõya entendit un meuble s’ouvrit. Elle se remit à tirer sur les liens, essayant de tourner la tête pour voir ce qu’il était entrain de faire. Mais comme toute à l’heure c’était inutile. Et en plus de cela ses longs cheveux gris retombaient sur son visage. Elle n’aimait pas ça et elle le faisait bien comprendre en grognement comme une acharnée ! Ses oreilles étaient complètement couchées sur l’arrière de sa tête. Elle entendait que le mercenaire était entrain de fouiller pour trouver quelque chose. Kõya s’attendait au pire, elle essayait de respirer profondément pour ne pas perdre son sang froid.

Il se rapprocha alors pour se mettre à genoux. La féline voyait le bas de son corps à travers l’ouverture entre ses jambes. Kõya vit sa main se poser sur son clitoris. Les grognements qu’elle poussait reprirent avec toujours autant de rage. Qu’il lui caresse, lui chatouille, lui pince... La neko était toujours aussi hargneuse. A des moments plus que d’autre c’était surtout quand Silence lui faisait mal. Il n’était pas doux, il ne cherchait pas à l’être, la maltraitant.

Si Kõya aurait la parole, elle l’insulterait à s’en casser la voix. Elle lui cracherait au visage. Si ses poings et ses pieds étaient libres, elle lui choperait sa queue pour lui arracher et lui foutre dans la bouche. Si… Si... Mais la féline ne pouvait rien faire de cela.

Elle sentie alors quelque chose se poser sur ses lèvres intimes, la caressant tout d’abord. Kõya regarda, elle aperçut un gode dans la main du mercenaire. Dès qu’il se mit à la pénétrer, la féline ferma les yeux. Elle n’était pas prête ! Son intimité n’était pas du tout humide. La neko essaya de ne pas faire crier pour éviter de lui faire plaisir, mais la douleur était trop intense. Elle ne put se retenir. Et à travers le morceau de tissu qui se trouvait dans la bouche des longs cries de douleur se mirent à sortirent.

Kõya gigotait dans tout les sens lors des pénétrations, tout en continuant d’hurler. Ses yeux se mirent à briller alors que des larmes commençaient doucement à perler. La douleur, la douleur parcourait tout son corps… 
Journalisée

Silence
Nichonawan, fierté de son maître ♥
Legion
-

Hors ligne Hors ligne

Messages: 2705


💀 PERSONA NON GRATA 💀


Voir le profil
Fiche
Description
Silence, mercenaire, capitaine de la guilde des Griffes d'Ammoth.
« Répondre #31 le: Juillet 12, 2014, 11:21:14 »

Enfin... ENFIN.

Silence se délectait de chaque cri de la Terranide. Il appréciait à sa juste valeur le moindre centimètre de sextoy qui pénétrait son intimité avec force, frissonnant de plaisir en entendant ses cris de douleur qui n'en finissaient pas. Une personne saine d'esprit aurait voulu la faire taire, mais pas Silence. La chasse improvisée à laquelle il avait dû se livrer contre son gré l'avait prodigieusement énervé, et il récoltait à présent la récompense à sa patience. Il l'avait, finalement. Et ses cris de douleur étouffés par son bâillon étaient la plus belle récompense à laquelle il aurait pu prétendre.

Il continua de la pénétrer ainsi, faisant pivoter l'objet pour accentuer la douleur, un sourire pervers sur le visage. Lorsque la Terranide finit par mouiller, il ne pouvait plus lui faire assez mal à son goût, aussi il retira l'objet, ricanant en voyant son vagin tout dilaté et dégoulinant de cyprine. Autre cause d'un ricanement, les lettres B.I.T.C.H qui ressortaient toujours sur son postérieur.

- J'ai presque l'impression que ça t'a plu, sale Chienne.

Il vint se poster devant elle et s'accroupit. Elle ne leva même pas la tête vers lui. L'expérience avait duré un moment, et il lui avait vraiment fait mal. Elle devait être épuisée. Il retira rapidement son bâillon, puis pinça son nez, la forçant à prendre le gode dans sa bouche. Il était si gros qu'il arrivait sans problème au fond de sa gorge. Il l'enfonça jusqu'à ce qu'il la vit frissonner, les yeux révulsés, prête à vomir. Ensuite, il le le ressortit, puis répéta l'opération plusieurs fois, en émettant un léger rire à chaque fois que les yeux de la neko sortaient de leur orbites. Une fois qu'il se lassa de cette occupation, il remit le bâillon en place. Kõya était immobile, sans forces. Elle était enfin brisée.

Mais il ne comptait pas lui laisser reprendre des forces. Il devait la garder en son pouvoir. Il réintroduisit le gode dans son intimité, puis n'y toucha plus. L'objet était enfoncé en elle. Quant à Silence, il saisit son membre et l'enfonça dans son anus. Elle était dans un tel état de faiblesse qu'elle poussa une simple exclamation étouffée, mais elle n'eut pas d'autre réaction. Il se mit alors à la sodomiser, le gode toujours dans son vagin, et il avait un petit peu l'impression de violer un cadavre. Mais il écarta vite cette pensée en contemplant les courbes parfaites de la neko.
Journalisée



Kõya Breathless
Rédactrice en chef de La Gazette
Terranide
-

Hors ligne Hors ligne

Messages: 1185



Voir le profil
Fiche
Description
Jeune hybride chatte qui se trouve être une rebelle dans l'âme. Pas facile à dresser !
« Répondre #32 le: Juin 15, 2016, 08:39:32 »

Kõya hurlait malgré qu’elle avait le bâillon c’était des cris étouffés qui résonnaient quand même dans la pièce. Le gode qu’utilisait son bourreau était vraiment énorme, lui écartant les lèvres intimes et allant au plus profond d’elle, lui déchirant le ventre. Son corps se mit alors à produire de la cyprine c’était une chose naturelle, dans aucun cas la petite chatte aimait ce qu’il était en train de se passer. Mais la cyprine permettait de mieux aider les choses à se passer… Elle facilitait la pénétration du gode dans son corps, atténuant la douleur. Et l’homme le remarqua puisqu’il arrêta de la pénétrer.

Kõya pensait être sortie d’affaire… Mais ce n’était que le commencement de longues heures de tortures. Le mercenaire retira le gode de l’intimité de la neko, elle pouvait sentir son vagin encore ouvert à force de s’être fait défoncé et la cyprine couler le long de ses cuisses. L’homme passa alors devant la chatte.

Elle n’en pouvait plus, elle était fatiguée, exténuée. Si bien qu’elle ne cria même pas quand son bâillon fut enlevé de sa bouche. Elle n’avait plus la force de résister. Le mercenaire put facilement rentrer l’énorme gode dans la bouche de la terranide pour commencer à lui violer. Il fit des longs va et viens tapant le fond de sa gorge à la limite de la faire vomir et de l’étouffer. De la salive coulait le long de sa bouche et de sa gorge, elle voulait que tout s’arrête, elle voulait retrouver sa petite vie tranquille. Mais c’était trop tard… Cet homme allait la violer encore et encore, lui faire regretter de s’être défendu avant.

Quand il eut fini de s’amuser avec sa bouche, il remit le bâillon en place pour remettre le gode dans le vagin de la demi-chatte. Il le rentra bien profondément pour ne pas qu’il puisse ressortir trop facilement. Et d’un coup sec, Kõya sentie le membre du mercenaire lui pénétrer son petit cul. Elle poussa de nouveau un cri étouffé, mais sa tête resta penchée en avant comme-ci elle avait perdu connaissance. Mais ce n’était pas le cas, elle pouvait sentir cette grosse queue la défoncé à chaque instant, écartant son petit trou. Alors que le gode encore en elle lui déformait le ventre. La terranide n’avait plus la force de crier, ni même de se débattre. De temps en temps quand elle avait trop mal, elle poussait un léger soupire de douleur.
Journalisée

Silence
Nichonawan, fierté de son maître ♥
Legion
-

Hors ligne Hors ligne

Messages: 2705


💀 PERSONA NON GRATA 💀


Voir le profil
Fiche
Description
Silence, mercenaire, capitaine de la guilde des Griffes d'Ammoth.
« Répondre #33 le: Mars 05, 2019, 11:01:00 »

Silence ne pensait pas se lasser un jour de cette sensation. Peu de gens peuvent se targuer d’être sous leur meilleur jour en plein acte, c’est bestial, charnel, on souffle, on grogne, on transpire. Il ne faisait pas exception, il était là, nu dans la forêt, au milieu de nulle part, à besogner brutalement une pauvre Terranide qui somme toute n’avait rien demandé. Elle s’était trouvée au mauvais endroit au mauvais moment, et comble d’insolence, elle avait manqué de respect au mercenaire, chose qu’il ne pouvait tolérer. La pauvre Neko passait simplement un bon moment dans l’eau, se relaxant les sens en pleine quiétude, et le destin avait décidé qu’elle ne jouirait pas de celle-ci très longtemps.

Dans la pièce, pas un bruit ne brisait le calme du soir, si ce n’est celui que faisait le chasseur et sa proie. Ses coups de butoir réguliers perçaient le silence et résonnaient dans la chambre, de même que ses occasionnels gémissement. Les jeunes esclaves de Silence, toujours docilement installées sur leur lit, derrière la Terranide, contemplaient avidement la scène, tantôt soulagées que leur maitre s’en prenne à une autre, tantôt jalouses que celle-ci lui plaise autant. On peut être un mâle aussi endurci que l’on veut, l’on perd beaucoup de son charisme et de sa superbe quand on est enfoncé jusqu’à la garde dans le cul serré d’une beauté hybride. Heureusement, la Terranide n’avait pas vraiment l’occasion de le juger, étant donné sa position, et les esclaves auraient préféré mourir que de se moquer de leur propriétaire, qui les aurait punies aussitôt, et bien au-delà de leur imagination.

Elle ne criait même plus. Perforée à la fois par le jouet dans son intimité et par Silence dont les dimensions n’avaient rien à lui envier dans son anus. Alors que lui appréciait chaque seconde de ce viol dont elle se souviendrait longtemps, la pauvre victime ne se débattait même pas, son corps s’était décrispé, elle était penchée en avant, la tête basse, vaincue. Seuls ses jambes se mouvaient encore, inconsciemment, réaction naturelle au traitement qu’elle recevait.

Enfin, la délivrance arriva.

Pour le mercenaire du moins.

Au bout de longues minutes qui avaient du paraître plus longues encore à la demi-chatte, Silence sentit l’orgasme survenir et, comme à son habitude, n’hésita pas à se vider en elle sans le moindre égard pour sa dignité. Il se retira avec un bruit de ventouse qui aurait pu être drôle dans une situation différente, puis se jeta au sol, le souffle court, satisfait. Du coin de l’œil, il voyait sa proie toujours immobile, tremblante, tandis que sa semence chaude s’écoulait lentement de son cul et le long de ses cuisses, le gode toujours fiché au plus profond de son vagin.

Silence esquissa un sourire carnassier et se redressa. Elle espérait surement qu’il en avait fini avec elle, mais c’était mal le connaitre. Ce qui venait de se passer, ce n’était pas différent du sort qu’il réservait à chaque femme qu’il désirait. S’en tenir là serait revenu à la prendre en pitié. Mais deux raisons lui criaient de l’humilier encore. La première étant que l’on ne voyait pas tous les jours une telle beauté. Ses courbes enivrantes auraient fait tomber n’importe quel homme sous le charme, et son air de rebelle semblait inviter un mâle fort à venir la dresser. La deuxième raison était qu’elle s’était moquée de lui et l’avait insultée à plusieurs reprises. Il allait donc de soi qu’elle n’avait pas fini de souffrir.

Cependant, Silence était un homme pragmatique, et s’il lui faisait trop mal trop vite, elle risquait de crever avant qu’il en ait fini avec elle. Après tout, elle avait déjà été frappée plusieurs fois, marquée sur la fesse, attachée, bâillonnée, violée, elle avait au moins survécu à tout ça et avait mérité un répit, quoique bref. Il alla donc enfiler ses vêtements, prenant soin d’éviter de passer devant sa victime pour qu’à aucun moment elle ne soit à même de comprendre ce qu’il manigançait. Fidèle à lui-même, il ne parvenait pas à détacher longtemps son regard de la splendide poitrine de la Terranide, de ses fesses rebondies ou de son intimité souillée.

- Alors, ma petite Chienne ? Prête à te soumettre à ton maitre ? On a encore toute la nuit devant nous, et j’ai plein d’autres idées qui me trottent la tête. Mais sache que plus tu coopéreras et plus ton sort sera supportable. Je ne peux pas t’en vouloir d’avoir essayé de fuir, ça fait de toi quelqu’un de malin, qui a envie de survivre et d’être indépendant. Pas comme ses satanées esclaves qui ne font qu’obéir en permanence et qui ne sont pas créatives pour un sou. Baiser ces filles c’est comme une routine, alors que toi… toi tu apportes du nouveau. J’aime ça. Je te comparais tout à l’heure à quelqu’un de malin. Quelqu’un de malin sait aussi s’avouer vaincu, et tirer le meilleur profit d’une situation périlleuse. Alors je te le demande une ultime fois, Chienne. Es-tu prête à te soumettre enfin ?
Journalisée




Tags: neko  viol  humiliation  sex_toy  fellation  gorge_profonde  torture  vaginal  anal  
Pages: 1 2 [3]
  Imprimer  
 
Aller à:  

Powered by SMF 1.1.20 | SMF © 2006-2007, Simple Machines
Awake and Dreaming - Le Grand Jeu
ChatBox