Le Grand Jeu - Forum RPG Hentai

Bonjour et bienvenue.

Ce forum présente des œuvres littéraires au caractère explicite et/ou sensible.
Pour ces raisons, il s'adresse à un public averti et est déconseillé aux moins de 18 ans.

En consultant ce site, vous certifiez ne pas être choqué par la nature de son contenu et vous assumez l'entière responsabilité de votre navigation.

Vous acceptez également le traitement automatisé de données et mentions légales de notre hébergeur.

Voir les derniers messages - Asmodeus

Nos partenaires :

Planete Sonic Reose Hybride Yuri-Academia L'Empire d'Argos Astrya Hybride Industry Iles Mystérieuses THIRDS Petites indécences entre amis
Inscrivez-vous

Voir les derniers messages

Cette section vous permet de consulter les contributions (messages, sujets et fichiers joints) d'un utilisateur. Vous ne pourrez voir que les contributions des zones auxquelles vous avez accès.


Messages - Asmodeus

Pages: 1 [2] 3 4 ... 13
16
Le Palais Infernal / Re : Damn You're A Sexy Bitch | Izável
« le: mercredi 30 novembre 2022, 22:54:23 »
La contrariété de Jezabel était parfaitement normale, et parfaitement voulue. Asmodée n'était absolument pas du genre possessif, mais il avait toujours eu quelques favorites. Et être une de ses favorites n'était pas nécessairement un cadeau. On recevait sa visite plus souvent et il s'attendait à ce que ses retours suscitent des sauteries spontanées. Parfois, dans les Enfers où le temps était une notion variable et où le vice régnait, l'égoïsme compris, un tel engagement pouvait être une corvée.

Mais c'est bien pour cela qu'il tournait sa princesse en bourrique pour le moment. Il savait qu'une fois qu'elle se sentait prise pour la dernière des greluches interchangeables, Jezabel était ravie de se voir ramenée au devant des attentions.

Et comme elle se préparait à filer, Asmodée réagit. Après un regard à l'incube, il claqua des doigts, le faisant disparaître, lui seul sachant où, dans une implosion de fumée noire. L'humaine, quant à elle, fut lâchée de son perchoir invisible et tomba au milieu de corps enlacés avant d'y être engloutie.

Quant à Jezabel...

"Pas si vite, Jizzie-chérie !"

Avec un ricanement, Asmodée tendit le bras et la main. Une fine chaîne d'or se matérialisa et fila jusqu'au cou de la succube royale. Un fin collier du même métal précieux se matérialisa à son tour une fois la chaîne arrivée à destination. Puis, le prince infernal tira, la retenant dans son élan.

"Viens là !"

Il tira sur la chaîne par à-coups, la faisant revenir à lui pas à pas, avec un sourire carnassier, les yeux braqués sur elle. Il continua ainsi jusqu'à ce qu'elle arrive tout près de lui, et il se pencha pour coller son front au sien sans lâcher son regard du sien.

"Je ne viens pas pour le second choix. C'est toi que je veux, ma royale putain. Et ton culot me donne envie de t'en faire voir de toutes les couleurs."

Discrètement, il avait invoqué derrière elle un corps spectral phallique qui passa sous la robe bien légère et ouverte, passant entre ses cuisses son corps d'une infinie souplesse pour venir se lover entre les lèvres de sa vulve et y palpiter en la frottant doucement.

17
Le Palais Infernal / Re : Damn You're A Sexy Bitch | Izável
« le: mercredi 30 novembre 2022, 22:51:47 »
Jezabel était très fortement contrariée face à ce qui s'était déroulé pendant sa courte absence, Asmodée la connaissait bien assez pour le savoir. Il ne lui fallait même pas le ressentir, voir son regard et sa moue renfrognée lui suffisaient. Elle avait toujours été très possessive et il devinait que l'humain avait eu une importance particulière pour elle, et que l'incube gourmand avait gâché son plaisir.

Il n'aurait probablement pas dû s'amuser de sa mésaventure, mais le prince infernal sourit en ricanant face à la tournure des événements. Trois jours que Jezabel entretenait ces bacchanales chez elle, tout ça pour que son plat de résistance lui soit pris sous le nez par un petit pécore démoniaque : quelle infamie !

Il l'aurait plaint si elle n'avait pas eu tant de jouets potentiels à l'arrivage : le Plan Mortel était rempli d'âmes perdues tombant aux quatre coins de l'Enfer sans discontinuer. Et puis, il n'allait pas se plaindre qu'elle daigne enfin tourner son attention vers lui, lui attrapant la verge à travers ses vêtements légers en exigeant qu'il prenne ses responsabilités. Il n'empêche qu'il avait une réclamation à faire.

"Enfin, Jizzie chérie ! Tu sais qu'il ne faut pas laisser ses jouets sans surveillance en Enfer, hm ?"

Il échangea avec elle un regard de défiance avant de se tourner vers le couple se préparant à la bagatelle, et un éclair de fourberie lui traversa les pupilles, avant qu'un sourire malicieux étire ses traits.

"Va ! Tu as toujours su comment me parler !"

Des tentacules spectraux apparurent autour de la belle humaine et de l'incube, les séparant et les élevant en l'air. Les autres convives regardèrent un bref instant, se demandant s'ils seraient concernés, avant d'en revenir à leurs propres ébats sans plus y prêter attention que ça. L'humaine, hébétée, gémit d'incrédulité pendant que l'incube, lui, essayait de se défaire des liens en couinant. Mais le prince lui fit signe d'approcher et les tentacules le portèrent jusqu'au couple princier. Il se retrouva allongé en l'air, au niveau de leurs genoux, encadré par leurs silhouettes qui devaient lui sembler bien menaçantes.

"Jezabel me dit que tu as pris préséance sur son jouet du jour. C'est extrêmement impoli et ça mérite punition !"

Il se tourna vers sa belle succube phénicienne et lui fit un clin d'œil.

"S'il n'a pas la langue assez agile à ton goût, je suis sûr qu'il trouvera de la motivation avec quelques décimètres dans le cul."

Il lança un bref regard amusé en direction de l'humaine qui observait la scène depuis son point de vue dominant, comprenant difficilement ce qui était en train de se passer. Elle comprendrait bien assez vite et, une fois Jezabel calmée, ils s'occuperaient d'elle comme il se devait.

18
Le Palais Infernal / Re : Damn You're A Sexy Bitch | Izável
« le: mercredi 30 novembre 2022, 22:48:26 »
La beauté démoniaque ne tarda pas à le rejoindre, insultant à la fois son flair et son désir littéralement palpable dans l'air en le rejoignant vêtue. Certes, sa robe n'était pas bien lourde et n'était pas bien difficile à défaire, mais, tout de même, il afficha une moue taquine qui lui évitait d'avoir à lui demander depuis quand elle avait décidé de faire des manières ; avec lui en particulier.
Oh ! Bien sûr, elle aimait lui faire payer le petit tour qu'elle lui avait joué de son vivant. Ca remontait à si loin ! Mais elle s'en rappelait toujours, de la gloire, de la sensation de toute-puissance qu'elle avait ressenti dans son palais converti en lupanar, juste avant de mourir, brûlée, seule, au milieu de la foule en colère, pour renaître, hurlante de colère, au milieu de la ziggourat de pierre qu'était encore ce palais infernal, bien avant qu'il devienne le patchwork décadent qu'il était aujourd'hui.
Car oui, malgré ces durs sentiments, ils avaient traversé beaucoup, ensemble, et elle continuait de le vouloir, et lui de revenir à elle. On disait que celles qui avaient compté ne s'oubliaient jamais, après tout.

"Trois jours, hein ?"

Asmodée croisa les bras en prenant un faux air renfrogné. Il était excellent menteur, mais il ne cherchait pas à la duper. Il aimait jouer avec elle et à son petit accès ronchon succéda une approche souriante, sournoise. Il la contourna en la frôlant et en la reniflant, se glissant dans son dos. Il passa ses bras autour d'elle, une main glissant sous le pan de sa robe et sur son bas-ventre, l'autre prenant possession de sa poitrine sans hésitation à travers le tissu. Son membre viril lui appuya contre les fesses sans la moindre pudeur.
Elle jouait à le repousser mais il pouvait sentir le désir sur elle ; celui qu'elle avait pour lui autant que celui qu'elle trainait derrière elle.

"Oh mais crois-tu que je n'ai rien remarqué ? Mais mi casa es su casa, non ? Pourquoi ne pas me montrer ?"

Malicieux, il fit appel à ses pouvoirs. Ils flottèrent tout près du sol et filèrent à travers les portes s'ouvrant et se refermant à leur passage, rejoignant en une seconde la fête qui continuait de battre son plein. Les démons présents marquèrent une pause et les âmes damnées les imitèrent, à la fois effrayés et fascinés. Le prince les dévisagea d'un œil charmeur avant de leur intimer de continuer comme s'il n'était pas là ; mais sans omettre d'ajouter une pointe d'excitation à celle qui imprégnait déjà les lieux, les relançant de plus belle.
Puis son regard se porta sur la belle humaine, les yeux rivés sur Jezabel, que possédait un incube. Il ricana et poussa sa belle à elle d'une claque sur les fesses.

"Allons ! Reprends où tu en étais !"

Quant à lui, il ne resterait pas seul. Une humaine restée seule le fixait d'un air possédé, et elle tomba presque à ses pieds lorsqu'il lui fit signe d'approcher du bout du doigt. Agrippée à son pantalon léger, elle était à bout de souffle et fit des yeux ronds quand la ceinture se relâcha et que la nudité du prince s'imposa à elle. Une main tendre dans ses cheveux, Asmodée l'invita à rendre le spectacle exceptionnel.

19
Le Palais Infernal / Damn You're A Sexy Bitch | Izável
« le: mercredi 30 novembre 2022, 22:04:02 »
Yes I can see her
Cause every girl in here wanna be her
Oh she's a diva
I feel the same and I wanna meet her

They say she low down
Its just a rumor and I don't believe em
They say she needs to slow down
The baddest thing around town

Asmodée fredonnait cet air terrien en revenant aux Enfers après une autre virée stimulante à travers les plans. Il avait fait le plein de bonnes opportunités et se sentait d'humeur à fêter ça. Il avait songé longuement à ce qu'il pouvait faire, ou plutôt à la personne qu'il pouvait se faire.
Il avait rapidement exclus les mortels, trop fragiles, trop banaux pour le genre de réjouissance qu'il avait en tête. Non, il lui fallait une vraie catin ! Quelqu'un qui saurait recevoir sa visite sans broncher. Et si elle pouvait lui résister un petit peu, l'envoyer bouler un peu...

Bien sûr !

Il avait immédiatement quitté ses appartements pour réapparaître dans la suite d'une de ses favorites. Autrefois princesse mortelle, éminente figure régalienne phénicienne, sur Terre, elle avait vexé jusqu'aux dieux en suivant les promesses de jouissance et de pouvoir qu'il lui avait murmuré pendant des années. Et, depuis des millénaires en temps terrien, après son exécution barbare par son peuple trop puritain, elle avait vécu en créature de Luxure, mue par la colère sourde de la trahison et par le désir irrésistible qui commandait son existence et lui ordonnait de se nourrir.

"Je-za-beeeel !"

Sous des traits qu'il savait capables de la faire céder à coup sûr, le Prince de la Tentation rendait visite à l'une de ses plus anciennes conquêtes, décidé à la débusquer et à célébrer avec elle ses victoires sur des mortels qui subiraient, un jour, le même sort qu'elle avait subi.
Comment s'en réjouirait-elle ?
Avait-elle seulement le choix ?

20
Prélude / Re : Olympe || Elle se donnait par amour. Une putain amoureuse.
« le: mardi 29 novembre 2022, 20:37:19 »
Pour la fille, le tout est de savoir si elle a hérité des bonnes moitiés mais... Je pense qu'il y a de quoi plaire. :-*

21
Prélude / Re : Olympe || Elle se donnait par amour. Une putain amoureuse.
« le: mardi 29 novembre 2022, 20:15:48 »
 :-* :P J'aime bien ta mère en tout cas.

22
One Shot / Re : Entrainement intensif -Feat. Asmodeus
« le: lundi 28 novembre 2022, 12:02:46 »
Brock portait plusieurs casquettes dans cette école. Il n'était pas seulement l'entraîneur de l'équipe universitaire locale de football, les Boxers. C'était aussi un membre influent du conseil d'administration et, en l'absence de personne qualifié, le coach de l'équipe de cheerleaders de la fameuse équipe.
Autant dire qu'on attendait gros de lui. On lui avait donné des responsabilités parce qu'il arrivait d'une grosse université et on attendait des résultats. Et en soi l'équipe était aussi prête qu'elle pouvait l'être, et les filles étaient en bonne voie pour réussir leur grande chorégraphie d'entrée, mais il y avait un élément qui posait problème.

Comme d'habitude, la petite brune récemment arrivée, Madison, était nettement en-dessous du lot. Elle ne maîtrisait pas la chorégraphie, n'avait pas le tonus, perdait ses moyens et, à la fin, elle s'écroula dans l'herbe comme une masse, envoyant un de ses pompons voler jusqu'à lui. Elle se releva vite et prit la pose finale, signe qu'elle avait l'endurance pour le faire, mais le reste manquait, malheureusement.
Brock n'aimait pas ça. Il savait que la petite avait besoin de cette activité pour s'assurer un bon résultat en fin d'année, mais il ne pouvait pas la laisser ruiner la performance comme ça. Le grande problème, c'était que la petite communauté du coin le verrait différemment s'il commençait à saquer sans essayer.

"Super, les filles ! Jennifer, tu dois travailler ton appui gauche ! Julia, plus de conviction dans le saut final ! Greta, c'est presque ça, continue à travailler la deuxième séquence, tu y es presque ! Madison..."

Il souffla par le nez en tournant son regard vers la petite brune et en lui lançant son pompon. Il avait envie de lui dire de rentrer chez elle, mais il ne le pouvait pas, non.

"Tu viens avec moi."

L'air renfrogné, il tourna les talons pour se diriger vers le gymnase tandis que le reste des filles se mettait au travail, reprenant l'entraînant, révisant leurs points faibles dans la chorégraphie. Toutes, sauf Madison, à qui le coach avait intimé de suivre.
Elles parlaient d'elle tandis qu'elle s'éloignait, et on hésitait entre la plaindre et espérer son départ.

Brock s'arrêta à côté d'une partie du gymnase où des tapis et accessoires faisaient office de zone d'entraînement de gymnastique. Il se retourna pour attendre la cheerleader décevante et, quand elle fut arrivée, il soupira pour se détendre et ne pas la tancer, quoiqu'il reste dur avec elle.

"Madison, tu as le potentiel pour y arriver mais tu n'y arrives pas. Je ne comprends pas. Il va falloir me dire si tu tiens vraiment à y arriver, parce que je ne pourrai rien pour toi sinon. Mais si tu veux vraiment y arriver, je suis prêt à te pousser et à te faire réussir, que ça te semble possible ou non."

23
Centre-ville de Seikusu / Descente au 7e Abîme | Wisteria
« le: lundi 28 novembre 2022, 12:00:35 »
Certaines fleurs, quand elles éclosent, sentent plus intensément que les autres.
C'est probablement la meilleure façon de décrire Wisteria le jour où sa virginité lui fut enlevée. La jeune femme avait illuminé de sa lueur la constellation des mortels par l'intensité de son désir sexuel. Malédiction passionnelle, la nymphomanie était un trait qui liait un être à la Luxure et à ses esprits.
Et pour le Roi de la Luxure et Prince de la Tentation, Asmodée lui-même, un tel être devenait rapidement une cible. Et ce n'était pas une affaire d'ambition ou de corruption, mais un pur et simple appel à célébrer une communion lubrique au Cercle infernal de la Luxure.

Tôt ou tard, le moment arrivait. Pour certains, c'était la baise de trop, celle qui dégénérait salement, et ils cherchaient à se restreindre toute leur vie sans se savoir déjà maudits et condamnés à un service lascif aux Enfers. Pour les autres, c'était une chute délicieuse qui rimait avec le début d'une nouvelle vie et, pour ceux qui gardaient leur santé mentale, celui d'une vie bien plus intéressante.
Pour Wisteria, le moment vint tôt et conduirait à une vie bien plus intense.

Asmodée avait flairé son aura pendant un temps difficile à évaluer : le temps était différent entre le plan mortel et l'Enfer. Il s'était empreint de ses envies, ses attentes et ses désirs et avait développé son attraction pour elle avant de finalement apparaître dans sa vie, soudainement, comme un hasard sur son chemin, et une opportunité de impossible à laisser passer.

Elle quittait les cours et attendait le bus. Assise sur le banc, elle vaquait à ses occupations jusqu'à ce qu'une pulsion l'amène à le voir.
C'était un jeune cadre supérieur, un banquier d'affaires ou un courtier peut-être, trentenaire avec quelques années de plus, athlétique sous son costume de tailleur, rapide dans ses chaussures de ville souples et brillantes. Il filait rapidement vers une voiture berline électrique luxueuse et se préparait à y entrer, disparaissant déjà de sa vie.
Et parce que le Démon avait déjà activé ses pouvoirs sur elle, causant cette pulsion qui l'avait guidée, causant cet intérêt tout particulier pour lui, peut-être se surprit-elle à refuser sincèrement que sa présence lui soit retirée.
Et, jouant avec son désir, il s'arrêta juste le temps de lever la tête, de croiser son regard. Il s'arrêta un instant, jouant un mélange de surprise et d'intérêt. Il n'ouvrit pas la porte de sa voiture et vint s'appuyer contre le capot face à elle. Il sortit un paquet de cigarettes et, comme un signal, un regard intense braqué dans le sien, en sortit une pour l'allumer, comme s'il démarrait un compte à rebours jusqu'à son départ.

Et Wisteria sentit qu'elle devait le rejoindre. Elle pouvait déjà entendre une petite voix en elle.

24
One Shot / Re : Modèle masculin. - Asmodeus
« le: lundi 28 novembre 2022, 11:58:36 »
Kango avait eu raison : sa demande était totalement professionnelle et sérieuse. Ils avaient tous les deux eu peur des apparences et avaient bien failli reculer au nom de la bienséance, mais il avait surmonté sa crainte au nom du frisson et il avait bien fait. Peut-être qu'il était effectivement fait pour ça ? Les cours lui avaient toujours semblé laborieux et difficiles à suivre mais là, il se sentait comme un poisson dans l'eau !

Satisfait, il regarda l'heure. Il allait devoir être en bonne forme demain soir et il sauterait une session de sport. Il allait pouvoir se coucher un peu tard. Peut-être devait-il plutôt aller à la salle ce soir ? Elle restait ouvert jusqu'à très tard.
Il regarda l'heure, estima le temps dont il avait besoin et quand il pourrait en avoir fini... C'était parfait ! Tout allait si bien ce soir ! Alors, il ne perdit pas de temps à préparer son sac. Dernier détail : téléphone, écouteurs.
C'est là qu'il vit le dernier message de Chiyo. Il pouffa un rire bêta en rougissant légèrement. Une photo de Chiyo ? C'était tentant, vraiment. Il y réfléchit un peu mais, un peu pressé par le temps plutôt que motivé par de bons sentiments, il finit par répondre :

T'en fais pas je te verrai demain ;)

Puis il fila à la salle et n'y repensa plus.

Le lendemain, il passa la journée dans l'attente. Il s'était levé un peu tard après s'être donné à fond le soir de la veille, et il s'accorda une journée détente. Il ne touchait presque plus à sa Play et c'était une souffrance parfois. Il se replongea dans une partie solo de Battlefield, comme il était gosse, et y passa des heures, ratant presque le déjeuner au milieu.

A la fin, il était encore excité et pas fatigué pour un sou. Il mettait ça sur le compte du plaisir de jouer et sur la rencontre à venir.
Il passa les heures suivantes dans la salle de bains à parfaire sa toilette, à se faire le plus beau pour sa première presta de nu. Il considéra ses quelques poils, se demandant s'il devrait les éliminer, mais Chiyo avait vu ses photos et l'avait dit parfait. Dans le doute, il embarquerait son nécessaire de rasage avec lui.
Quant à ce qu'il mettrait... Était-ce vraiment important ?

Il arriva le premier à l'hôtel, avec une tenue de sport en coton gris simple d'une marque connue et un sac en bandoulière. Il se présenta au comptoir en donnant le numéro de la chambre, et comme Chiyo avait donné leurs deux noms il put prendre la clé et monter pour s'installer.
Une fois dans la chambre, il hésita sur la marche à suivre. Devrait-il attendre là sans rien faire ou avancer un peu ? Il se servit un verre d'eau d'un plateau prévu pour eux et inspira profondément. Il se disait qu'il avait juste peur de se mettre à poil, vraiment à poil devant quelqu'un de présent dans la même pièce que lui, et du sexe opposé. Et son frisson lui disait qu'il avait raison.
Alors, il posa le sac dans la petite salle de bains et se regarda dans le miroir de l'évier avant de commencer à se déshabiller. Il se persuada que c'était comme n'importe quel shooting ou comme se changer aux vestiaires et il arriva à enlever ses vêtements un à un.
Il avait presque fini quand il entendit toquer et quelqu'un entrer. Après un soupir, il se baissa en faisant glisser son boxer jusqu'à ses pieds et s'en débarrassa enfin.

Et il sortit alors pour découvrir enfin Chiyo.

25
One Shot / Le manoir hanté de Furry Hotaku
« le: lundi 28 novembre 2022, 11:53:35 »
Pete avait pris tous les mauvais exemples. Gentil fils de bonne famille aisée, il aurait pu aurait sûrement dû suivre la voie de son père, reprendre l'entreprise familiale et la metree au goût du nouveau siècle, la rendre encore plus profitable et efficace et poursuivre l'histoire dorée de sa lignée.
Mais, sans avoir leurs talents de communicants, de showmen ou, surtout, leur sociopathie, il avait préféré s'identifier aux frères Paul et à leur entourage de dégénérés, se vouant au skate, au paraître et à la drague pour devenir un jeune bouffon dénué de capital symmathie ou d'intelligence sociale. Il était négligent et désordonné, et il avait fui la pression familiale pour se rendre au Japon et le rendre plus cool, ou en tout cas pensait-il pouvoir le faire.

Pete avait mis un petit bazar dans le petit patelin de Furui Teitaku, causant bien de l'embarras et des contrariétés depuis son arrivée il y a quelques semaines. Sa seule attitude de petit con américain irrespectueux et bruyant suffisait à mettre la communauté ancienne et peu visitée dans tous ses états, et ses habitants s'étaient réunis pour trouver une manière polie et détournée, bien nippone, de le convaincre de fuir.
Ils avaient fini par organiser une grande loterie avec un mystérieux gros lot d'une valeur inestimable. Évidemment, Pete participa et gagna le jackpot : la clé du grand manoir dominant le village, au sommet de la colline, entouré par les bois, bâti par un ambassadeur anglais en mêlant architecture meiji à l'extérieur et ambiance victorienne à l'intérieur.

Et quand on lui raconta que les lieux avaient été le théâtre d'un terrible massacre et qu'il restait hanté à ce jour, l'Américain, surexcité, sauta de joie à l'idée de remplir son Instagram de vidéos du manoir hanté.
Le damn des habitants était grand, car l'histoire du massacre était fausse et le manoir était un lieu protégé dont ils étaient fiers. Ils l'entretenaient depuis des générations et craignaient désormais de voir le jeune con le défigurer et y attirer des amis et touristes aussi turbulents et dissipés que lui.
En revanche, personne n'y ayant vécu, ils ignoraient qu'une chose était vraie.

Le manoir était bel et bien hanté.

Pete investit les lieux dans l'heure, ignorant le débat s'agitant dans le village pour trouver un nouveau plan, plus radical. Il lâcha ses sacs dans le hall, envoya ses baskets voler à travers le grand salon en poussant des exclamations excitées clairement exagérées tout en se filmant avec une petite caméra au bout d'une barre à selfies.

"Oh mon dieu ! C'est qui le patron de Furry Hotaku ? C'est moi ! #blessed #hustle #énorme !! J'ai hâte de passer ma première nuit et de rencontrer le faaantôôôme !!! Hahaha MDR tchô les Pitiz !"

Après cette performance objectivement déplorable, il décida que le meilleur moyen de marquer son territoire était de faire le tour de la barraque en se déshabillant. Il trouverait peut-être la salle de bains à temps pour s'y mettre à poil ? Ou pas ! Est-ce qu'il y avait une salle de bains ? Il allait vite le savoir !

"C'est bon d'être le roi ! Hahaha ! Hey ! Le fantôme ! Tu viendras me frotter le dos ? Pwahahah !"

26
Prélude / Re : D'une couronne à une autre「 Izável 」[Anéa]
« le: dimanche 27 novembre 2022, 19:56:14 »
Izável eut les yeux bleus
D'or les yeux Izável a

On ne purifie pas cette précieuse princesse. Elle est parfaite comme elle est. <3

27
Spoiler: "Elspeth & Kinnel" (cliquer pour montrer/cacher)

Arrivée au somptueux appartement de l'idole, la fine équipe de démons était prête à se remettre au travail. Saïki avait totalement basculé dans la Luxure et vivait sa première soirée d'orgie avec l'enthousiasme indécrottable typique des nouveaux convertis, tandis que Tama, simple spectateur conjoint, avait fini par céder à l'envie et à l'influence du maître d'orchestre pour se mêler à eux.

Elspeth reçut la bouteille de champagne des mains de la chanteuse et, même si elle ne pouvait s'enivrer, elle en but une bonne rasade à son tour et affecta un rougissement d'ivresse et un sourire hébété avant de la passer à Tama. Le garde du corps fixait sa cliente avec un mélange d'intérêt et d'appréhension. Il pouvait sûrement sentir que quelque chose n'était pas normal, n'ayant pas été aussi spécifiquement ciblé que l'idole, mais il avait tout de même de bonnes prédispositions.
Lorsqu'il eut pris la bouteille, la petite succube sous forme humaine, coquine et corruptrice, lui attrapa la queue à travers son pantalon et lui esquissa un sourire carnassier.

"Tu veux pas la lui coller, alors ? Mais si mais si, ça gigote là-dedans ! Détends-toi, mon beau !"

Ni une ni deux, elle glissa devant lui et se baissa sur ses jambes en lui arrachant presque la braguette avant de violenter la boucle de sa ceinture. Une queue humide et hésitante sortit rapidement. Tama douta mais un regard brillant de la succube le maintint en place. Elle le prit en bouche et enroula sa langue autour de son sexe en pompant son sang vers sa verge, le faisant grossir et raidir dans sa bouche et aux portes de sa gorge tout en se permettant de lui retirer quelques années de vie ; le tarif minimum pour l'avoir forcée à le décoincer.
Tama se laissa aller et but à la bouteille lui aussi.

Pendant ce temps, Kanda avait gagné le canapé à son tour. Il s'était déshabillé et s'installa nu face à l'idole, sexe dressé, sourire au visage. Il lui caressa le visage avec tendresse.

"Tu feras une splendide catin en mon royaume, Saï-chan."

Derrière elle, Kinnel s'était faufilé et il lui prit le cul sans hésitation, la bourrant pendant un instant jusqu'à ce qu'une Elspeth radieuse, la bave aux lèvres, le repousse en l'embrassant pour tirer Tama jusqu'à sa place. La succube attrapa la hanche de l'idole et une fesse de l'agent et les poussa l'un à l'autre.

"Allez putain ! Baise-nous cette grosse cochonne !"

Kanda, lui, soutenait le regard de l'idole en souriant. Ses yeux n'étaient plus les fentes aux iris noirs qu'elle avait connu, mais des creux noirs au feu infernal qui l'embrasait désormais sans la moindre once de prudence.

28
One Shot / Re : Modèle masculin. - Asmodeus
« le: samedi 26 novembre 2022, 04:35:05 »
Kango ne savait pas s'il avait bien fait de donner cette précision. Elle s'en serait bien aperçue. C'était prétentieux, il le savait bien. Elle devait vraiment se poser des questions et remettre en question leur accord, maintenant.
Il hésitait à taper un mot d'excuse pour lui dire d'oublier ça, mais il la vit écrire, et il s'interrompit, et attendit. Et quand le message arriva enfin, il fit les gros yeux, pouffa de rire bêtement et se trémoussa encore sur son canapé. Elle voulait une dick pic ? Vraiment ?!

Il ne pensait pas envoyer une photo de sa bite un jour. Il en avait fait, pour voir comment ça faisait, de quoi ça avait l'air sous d'autres angles. Il avait toujours été un peu distrait par ce gros truc entre ses jambes. Mais il savait que ça ne se faisait pas alors...
Tandis qu'il y pensait et un peu vite, un autre message vint pour lui dire d'oublier ça. Oublier ça, c'était exactement ce qu'il voulait dire quand il n'assumait pas ce qu'il avait écrit. Est-ce qu'elle n'assumait pas ou... ?

D'abord, il lut le reste du message. Demain, 18h. Il allait souvent à la salle à cette heure mais il pouvait sécher, c'était de son avenir qu'il s'agissait après tout ; et de Chiyo, quand même. Il aurait menti s'il avait dit qu'il n'était pas curieux de la voir, pour savoir à quoi elle ressemblait. Il se demandait souvent si elle s'utilisait parfois comme modèle ou...
Il valait mieux se sortir ça de la tête.
Demain, 18h, à l'hôtel.

Super ! Tu m'enverras le nom de l'hôtel. Je serai là.

Tout sourire, il se mordit les lèvres en envoyant le message et souffla profondément, ayant du mal à en revenir encore. Il se laissa aller dans son canapé, rêveur, et se fit doucement des films sur la voie que lui ouvrirait cette grande première, ce premier pas modeste vers le succès dont il se jugeait digne.
Et puis, il regarda les messages de la discussion et revint à sa demande d'image. En relisant la discussion, la demande ne lui semblait pas folle. De toute façon, elle le verrait demain. Ce n'était pas important et pourtant...
Il avait bien envie d'essayer ça.

Se forçant à faire taire ses maigres doutes, il posa le téléphone, baissa son pantalon et son boxer sous ses bourses et laissa son membre prendre l'air et s'allonger contre son aine et glisser vers sa cuisse. Il reprit le téléphone, cadra...

Chiyo reçut deux derniers messages :

A demain ! Voilà pour les références

Et une photo de sa bite.

29
One Shot / Re : Modèle masculin. - Asmodeus
« le: vendredi 25 novembre 2022, 00:56:53 »
La réaction de Chiyo donna une bonne dose de confiance à Kango et il se sentait en passe de décrocher sa première occasion de faire quelque chose de sa carrure sculpturale. Il se sentait bien à l'aise, dans son canapé, en fixant le téléphone tandis que l'artiste lui envoyait une série d'autres messages.
Au départ, ses explications sont plutôt dans l'ordre de ce qui était attendu et à attendre. Vu ce qu'elle faisait et ce qu'elle lui demandait, il était plutôt clair qu'on lui avait commandé un travail impliquant un modèle masculin, le genre de chose dont elle n'avait pas l'habitude. Et, évidemment, il n'avait aucun problème à ce que son corps serve de base à ses dessins et se retrouve mêlé à d'autres. C'était même plutôt émoustillant.

Ce à quoi il ne s'attendait pas était l'allusion, non, la demande très claire de le voir en érection. Il sursauta presque et se redressa pour relire, les yeux ronds, avant de se mettre à rire nerveusement.
Il n'avait pas considéré la possibilité qu'elle ait besoin de le voir nu avec la bite raide. Ce n'était pas qu'il trouve ça incroyable, à bien y réfléchir. Elle avait bien parlé de dessins de couples nus, érotiques... C'est juste qu'il avait l'habitude de voir des chattes rasées et des bites mollassonnes à la télé, alors un mat raide...

lol

Ce fut la seule réaction qu'il réussit à glisser avant qu'elle continue. Elle l'attaquait sur la corde sensible en complimentant son physique, en questionnant gentiment son courage, en évoquant l'inspiration qu'elle avait eu en voyant ses photos...
Kango se tortilla un peu en rougissant un peu, regardant autour de lui comme si un observateur silencieux pouvait l'observer. Non, il était tout seul dans sa grande chambre, on ne le verrait pas s'émouvoir des mots d'une inconnue. Il n'aurait peut-être pas dû, c'était peut-être un plan foireux... Mais non, Chiyo était une artiste en pleine ascension et elle ne pouvait pas se permettre ce genre de faute, non ?
Finalement, il répondit :

Je te fais confiance

Mais je veux bien les voir quand je viendrai lol

Je comprends pas de soucis c'est bien la première fois qu'on me réclame de bander pour le bien commun mais je peux m'y faire haha

Par contre


Il s'interrompit, envoya le message par erreur en créant un suspense inutile dans la discussion, mais il devait peser ses pensées. Le message qu'il voulait envoyer pouvait avoir l'air vraiment très prétentieux mais il voulait s'assurer d'un détail tout de même.

Tu peux pas savoir sans essayer !

Ca va paraître prétentieux lol

J'espère que t'as pas besoin d'une nouille moyenne pour la référence parce que la mienne est un peu...


Il éclata de rire.

... au-dessus de la moyenne

C'était un peu un euphémisme vu la moyenne nationale. Il n'en avait pas eu conscience avant de la sortir dans les douches communes, au sport, un jour, mais il avait été bien gâté par la nature à ce niveau.

30
One Shot / Re : Modèle masculin. - Asmodeus
« le: jeudi 24 novembre 2022, 23:52:30 »
Kango n'avait pas vraiment à se plaindre de sa vie. A vingt ans, il avait tout ce qu'il pouvait demander chez ses parents. Nourri, logé, blanchi, il les honorait de notes honorables et se préparait, comme beaucoup de jeunes Japonais, à une vie de salaryman accompli.
Sauf qu'une vie de salaryman n'était jamais un accomplissement ; pas pour Kango.

Depuis son adolescence, l'ancien garçon rondouillard suivait un régime sportif radical. A l'origine, il s'agissait de perdre son poids et d'impressionner les filles. Au final, c'était devenu un mode de vie. Il était devenu obsédé par ses performances et par son physique, au point qu'il en oubliait beaucoup de choses importantes à côté.
Mais le physique qu'il s'était bâti pouvait peut-être le sortir de la promesse d'une vie sans saveur à la botte de vieux patrons rétrogrades. Il considérait de devenir modèle depuis un moment, mais l'industrie nationale favorisait un certain type de physique, un modèle de santé accessible à tous qui ne heurterait pas les sentiments de monsieur-tout-le-monde en somme. Et, avec sa carrure très athlétique, Kango ne retenait pas l'attention des recruteurs.

Il avait peut-être l'occasion de se faire remarquer s'il commençait à remplir un book, à étoffer un CV à adresser aux agences. Et pour ça, il fallait bien commencer quelque part.
Il suivait Chiyo pour ses dessins à haute teneur érotique depuis un petit moment maintenant, et lorsqu'il la vit appeler aux volontaires masculins sur Instagram, il devina vite qu'il s'agissait de servir de référence. Pourquoi une artiste chercherait un volontaire, sinon ? Au pire, il pouvait toujours se désister...
Et lorsque le premier message sérieux confirma ses soupçons, Kango se sentit sur le bon filon. Super enthousiasmé, il passa presque à côté de la question cruciale de la rémunération. Il n'y avait pas réfléchi et considérait surtout l'opportunité comme un premier tremplin pour lui. Sinon, il n'avait besoin de rien.
Alors, après avoir un peu réfléchi, il répondit simplement :

En exposition lol

Plus sérieusement un thé me mettra aux anges je suis pas gourmand


Il ne voulait pas réclamer pour ne pas rater l'occasion.
Tout en écrivant, il se demandait aussi à quoi ressemblait exactement Chiyo. On voyait ses dessins, mais pas elle ; c'était un peu le truc, avec les artistes. Poser nu ne lui posait pas de problème mais il espérait que ce n'était pas une façon de se rincer l'œil.
Non, Kango n'était pas la plus lumineuse des lumières.

Pages: 1 [2] 3 4 ... 13