Nos partenaires :

Planete Sonic Faire un don à l'assoc MLDK Reose Hybride Yuri-Academia
Inscrivez-vous

Voir les derniers messages

Cette section vous permet de consulter les contributions (messages, sujets et fichiers joints) d'un utilisateur. Vous ne pourrez voir que les contributions des zones auxquelles vous avez accès.


Messages - Yehaël

Pages: [1] 2 3 ... 9
1
Prélude / Re : Un démon dans la peau (Validey)
« le: novembre 03, 2018, 12:41:59 pm »
Un démon :o

Je t'ai à l’œil, toi è_é

Bienvenue... Mais attention !

2
Toi, je vais m'occuper personnellement de ton cas >:(

Re-Bienvenue !

3
Bienvenue !

Je t'ai à l’œil, toi >:(

Citation de: Melluel
Autant dire que ces deux mots clés sur un moteur de recherche mènent facilement ici.

Oui, nous sommes bien référencés sur Google 8)

4
Prélude / Re : Yan Haiqin [Darthestar]
« le: août 14, 2017, 01:43:48 am »
Re-Bienvenue, ma chère consœur.

Btw, j'ignorais que les images de Wang Ling servaient pour une bande dessinée.

Belle trouvaille !

5
L'Enfer / Les Démons Du Passé [Destin A. Smodée]
« le: juillet 22, 2017, 11:25:48 pm »
Tes ailes se déployèrent tandis que tu te posais dans ce lieu maudit. Tes souvenirs avaient beau remonter à des millénaires, tu te souvenais encore parfaitement de tes périples en Enfer. Ce n’était pas un endroit où tu te rendais par plaisir, n’est-ce pas ? Et là, alors que tes pieds foulaient ce sol cendré, tes poumons inhalaient à nouveau cet air vicié, corrompu par le soufre et par la lave en fusion qui, perpétuellement, s’écoulait des volcans et des déformations rocheuses poussant le long du sol. Le Royaume des Morts n’avait jamais été particulièrement attirant, surtout depuis que les Dieux avaient décidé de le dissocier, de créer le Paradis et l’Enfer, à proprement parler, le premier plan sous la gouverne des Anges, le second sous celle des Démons. Tu connaissais l’Enfer, tu savais que tu n’y étais pas la bienvenue... Mais il avait fallu que tu t’y rendes, pour que tu comprennes.

Très profondément enfoncée en Enfer, il y avait une ancienne cité, une cité qui datait d’une époque reculée, et qui, jadis, avait servi de sanctuaire pour le culte maudit des Grands Anciens. La R’lyeh des Enfers... Et, récemment, l’Enfer avait été ébranlé jusque dans ses fondations lorsque, depuis R’lyeh, un Portail avait été ouvert, et avait libéré un Grand Ancien : Hastur. Un chaos généralisé avait ébranlé tout l’Enfer, remontant jusqu’au Paradis, avant qu’Hastur ne soit finalement renvoyé dans sa prison*. Mais comment tout cela avait-il pu avoir lieu ? Les Anges se perdaient en conjonctures, et le retour des Grands Anciens était tout simplement préoccupant. Jadis, ils avaient été enfermés, scellés par une grande alliance ayant regroupé tous les panthéons divins, sous l’égide des Anges, et dans des circonstances que tu ne connaissais pas très bien. Tout ce que tu savais, c’est qu’ils avaient été vaincus. Mais, chaque jour qui passe, les prisons dimensionnelles où ils avaient été placés s’effritaient, se rompaient... Et un Grand Ancien avait finalement été libéré. Provisoirement, certes... Mais libéré.

Et ça, tu ne pouvais pas le laisser passer, c’était aussi simple que ça. La menace d’un Grand Ancien était trop sérieuse pour la négliger, tout simplement. Et puis, tu étais convaincue qu’Il était derrière ça. L’Étranger Sans Âge... Le Magicien. Randall Flagg. Un mage que tu traquais depuis maintenant des siècles, et dont les pouvoirs ne cessaient de t’impressionner. Bien sûr, le Conseil ne prenait pas cette menace au sérieuse, mais toi... Toi, tu avais vu de quoi Flagg était capable. Et tu savais qu’il était lié, d’une manière ou d’une autre, aux Grands Anciens, à l’effondrement des Dieux sur Terra... Les motivations de Flagg, son grand plan, t’échappaient encore en ce moment, mais tu savais que ça impliquait les Grands Anciens, et que tu obtiendrais potentiellement des réponses ici.

Après l’arrivée d’Hastur, il ne restait quasiment plus rien de cette ville, si ce n’est de multiples ruines, profondément enfouies sous les Enfers, bien en-dessous des Cercles Démoniaques. Tu avais dû passer par le Cercle de la Luxure, afin de rejoindre la cité détruite plus rapidement. Tu te tenais là, avançant au milieu des bâtiments en ruines, des tas de débris, revoyant l’autel central, là où une puissante magie, dont il restait encore des traces résiduelles, avait permis de libérer Hastur.

« Une telle puissance est effrayante... » te dis-tu pour toi-même.

Qu’est-ce qui pouvait avoir provoqué ça ? Quelle magie surpuissante ? Tu avais entendu parler d’une Machine à Nexus, où, récemment, un Grand Ancien avait failli s’enfuir**. Tu t’étais rendue sur place à l’époque, et la terrible magie que tu avais ressentie... Tu la ressentais aussi ici. Tu t’approchais donc de l’autel, tes doigts glissant sur le sol, enlevant des cendres et des traces de poussières, te permettant de voir, dessous, des runes et des lignes ancestrales, dont le contact provoqua sur ton corps des frissonnements.

Tu ressentais la magie redoutable des Grands Anciens, plus noire encore que la magie noire.

Et, alors que tu continuais à examiner les lieux, tu te redressas brusquement, sur la défensive, en sentant une puissante aura magique et démoniaque qui s’approchait... Ils arrivaient plus tôt que prévus.




* : Cf. RP « Le Talisman Et La Louve ».
** : Cf. RP « A Machine For Pigs ».

6
Les alentours de la ville / Re : La Neuvième Porte [Valadhiel]
« le: février 20, 2017, 01:39:22 am »
Pour qu’un démon puisse mettre en difficulté deux puissantes anges, c’était bien la preuve qu’il n’était pas un simple fantassin. Avec horreur, tu constatais que tout ce que tu avais entendu sur la Neuvième Porte se confirmait. Ce démon n’était pas une créature ordinaire, et Valadhiel ne pouvait pas le savoir. En d’autres circonstances, tu aurais pu lui en parler, et la prévenir, mais, en réalité, tu ignorais encore ses intentions. Était-elle avec les gens ayant ouvert la Neuvième Porte ? C’était peu probable, au vu des circonstances actuelles, mais, pour autant, ça ne signifiait pas qu’elle était ton alliée. C’était une Déchue, et, partant de là, tu savais qu’elle penserait avant tout à ses propres objectifs. Travaillait-elle à son propre compte, ou pour celui de ton ancien mentor, Lucifer ? Voilà des questions qu’il fallait que tu te poses, même si ce n’était pas le moment. La priorité, pour l’heure, était de venir à bout de ce démon.

Le combat avait quitté les quelques champs pour rejoindre le petit village jouxtant Monteriggioni, La Colonna, village qui était lui-même le long d’une autoroute, la Raccordo Autostradale Firenze. Tu les suivais, de près, et vis Valadhiel se recevoir un puissant coup de queue dans le ventre, après avoir réussi à arracher l’une des ailes du monstre. Le coup propulsa l’Ange déchue dans une maison délabrée, faisant s’effondrer le toit sur sa personne. Toi, de ton côté, tu vis alors l’aile coupée se mettre à repousser, régénérant et se reconstituant à la place de l’ancienne membrane.

*Ça aurait été trop facile…*

Valadhiel, depuis les décombres, fit alors apparaître des chaînes noirâtres, qui s’enroulèrent autour des membres du démon, comme pour chercher à le retenir. Ce dernier se mit à hurler encore, des cris terrifiants, qui durent probablement réveiller l’intégralité des personnes du village, tout en tirant sur ses liens. C’était maintenant à toi de jouer, Yehaël. Ta magie se concentra entre tes mains, et un rayon énergétique fusa, frappant le dos du démon. Le choc le catapulta en avant dans un hurlement de souffrance, l’envoyant valdinguer à l’autre bout du petit village.

Entre la commune et l’autoroute, il y avait un énorme rond-point, faisant office d’échangeur autoroutier. Le démon atterrit ici, rebondissant à plusieurs reprises sur le parterre d’herbe coupée, et planta sa main dans le sol, filant en arrière, déchirant le sol avec ses griffes. Lorsqu’il se redressa, ce fut pour te voir te ruer sur lui.

« Haaaaaaaaaaaaaa… !! » hurlais-tu pour te donner du courage

Ton genou le frappa en pleine mâchoire, et le fit encore décoller, tout en lui faisant cracher du sang noirâtre depuis les lèvres. Il s’écrasa sur l’autoroute, en plein milieu de cette dernière, et tu t’envolas encore, ne lui laissant aucun répit. Les Anges, après tout, étaient aussi rapides que puissants, et tu mettais ces deux éléments à contribution, envoyant de nouveaux tirs magiques depuis la paume de tes mains. Les rayons frappaient le démon, formant d’épaisses explosions lumineuses. Malgré sa capacité à se régénérer, ce dernier souffrait pour autant. S’il absorbait la magie noire, la magie sacrée, elle, était bien son point faible… Comme pour l’intégralité des créatures purement maléfiques.

Le démon hurla alors, et sa queue fusa alors, s’enroulant brusquement autour de ta cheville. Il te tira alors vers lui, et tu t’écrasas lourdement sur le bitume, rebondissant sur ce dernier. Le démon s’élança ensuite vers toi, et tu tendis ta main vers lui, diffusant un éclat lumineux qui éblouit le monstre, le faisant reculer. Tout en te relevant, tu généras dans ta main la Lance d’Or, et frappas avec, ouvrant le torse du monstre sur plusieurs centimètres, le forçant à reculer.

Des bruits de moteur t’amenèrent alors à tourner la tête. Dans l’obscurité, un camion se rapprochait rapidement, et ses phares t’éclairèrent, s’accompagnant de coups de klaxon. Tu bondis sur le côté, évitant l’énorme engin, mais le démon, blessé par ta Lance, se reçut le capot du camion en pleine tête, provoquant un choc terrible. La créature heurta le sol, et fut découpé par une série de pneus épais, avant que le camion ne reparte.

*C’est ta chance !* songeas-tu alors.

D’un bond, tu filas vers lui, et, alors que le démon gisait au sol, ta lance se planta dans son torse, l’empalant sèchement. Tu avais un pied posé sur son épaule, l’autre sur ses côtes. La Lance se planta donc en lui, et tu te mis à la charger de magie, sentant cette dernière vibrer. Tes deux mains étaient posées sur le manche de l’arme divine, et cette dernière se mit, outre à vibrer, à crachoter, répandant autour d’elle des éclairs lumineux.

« Ggggggggggggghhhhnnnnn… !! »

Le démon hurlait et grognait, parcouru de spasmes nerveux, gesticulant sur place, remuant mollement des bras, comme pour chercher à te frapper, mais la douleur lui faisait perdre le sens des réalités, et il s’amusait plus à griffer le vide qu’à te toucher, toi. Son corps fut parcouru de lignes lumineuses, remontant le long de ses organes, le faisant briller intensivement… Jusqu’à ce qu’il implose de l’intérieur, des points lumineux jaillissant progressivement le long de son corps. L’explosion fut comme si une forte lampe venait de s’illuminer, faisant disparaître le démon pour de bon.

Tu t’autorisas alors un bref soupir. Le démon était enfin vaincu.

Quid de Valadhiel, maintenant ? Était-elle partie ?

7
Prélude / Re : Kaerys, archi-démone [Validarthée]
« le: janvier 31, 2017, 10:29:03 pm »
Citation de: Kaerys
Ils revinrent victorieux aux portes célestes mais Père refusa de leur ouvrir l’accès, il les bannit à errer sur Terre ou en Enfer après avoir signé un pacte

Oui, c'est un peu plus compliqué que ça ;D

Re-Bienvenue, en tout cas :)

8
Les alentours de la ville / Re : La Neuvième Porte [Valadhiel]
« le: janvier 22, 2017, 11:05:00 pm »
La bataille déborda rapidement du bourg historique de Monteriggioni, éclatant dans la minuscule forêt au nord. « Forêt » était d’ailleurs un bien grand mot pour désigner cette série d’arbres. De l’autre côté de ces derniers, il y avait des pâturages, et, un peu plus loin au nord, la seconde partie de la ville de Monteriggioni, une portion de trois ou quatre rues s’étalant à l’orée d’un rond-point et de l’autoroute, qu’on appelait La Colonna. C’est dans les champs que tu les retrouvas, t’envolant rapidement dans les airs, délaissant ainsi les touristes qui sortaient de leurs appartements pour t’observer, médusés. Ce n’était pas tous les jours, en effet, qu’on voyait une Ange débarquer chez vous.

Décollant dans les airs, tu aperçus rapidement l’Ange déchu, en train de combattre le démon, ce qui, en soi, ne manqua pas de te surprendre. Ainsi, elle n’était pas avec les démonistes ? Vois comme tu es toujours si prompte à juger, toi qui, pourtant, t’étais toujours jurée de ne pas commettre les mêmes erreurs que ton mentor. Tu la vis utiliser l’énergie malsaine de son arme, et soupiras contre sa bêtise. Utiliser de la magie noire contre un démon généré par la magie noire ? Alors que tu te rapprochais, tu en vis les résultats. Le démon était agenouillé, mais, si on aurait pu le croire affaibli, c’était une erreur.

« Non, arrête de l’attaquer avec... »

Tu ne pus poursuivre, car, à ce moment, le démon, qui frappait le bouclier de la femme, laissa sortir le trop-plein d’énergie magique qu’il avait emmagasiné, déclenchant une puissante onde de choc magique, véritable explosion qui te frappas en vol, et te fis à nouveau chavirer. Tu t’affalas dans les champs, dévastant une série de haies vertes sur plus d’une dizaine de mètres. Tu te relevas en secouant la tête, un peu sonnée, et vis le démon bondir en l’air, retournant t’attaquer. Tu l’évitas en bondissant sur le côté, et déployas ta main, générant alors une lance magique, la Lance d’Or. Une lance puissante, qui avait permis de percer les écailles du redoutable Dragon Noir Thomrol. Ta lance frappa, et saigna le monstre au torse, dessinant une ligne écarlate sur sa peau sombre, le faisant grogner de fureur.

« La magie noire ne marche pas sur lui, elle la nourrit ! expliquas-tu finalement. Ce n’est pas un démon ordinaire... »

Le démon hurla alors, vociférant de rage, et l’extrémité de sa queue caudale se mit soudain à crachoter des éclairs. Il la planta alors sèchement sur le sol, diffusant alors une tempête d’éclairs dans tous les sens. Tu te protégeas en générant un bouclier, contre lequel les éclairs rebondirent, puis attaquas avec l’usage de la magie sacrée. Un cône lumineux jaillit de tes mains jointes, et frappa le démon au torse, l’envoyant valdinguer sur le sol.

Ton adversaire était cependant encore bien loind ‘être vaincu, car il se releva rapidement, non sans avoir profondément labouré le sol de ses griffes, puis décolla alors dans les airs, comme s’il cherchait à s’enfuir.

« On peut l’avoir toutes les deux... »

Oh non, tu n’aimais pas ça ! Tu t’en souviens, hein ? Ce frisson de dégoût qui te parcourut à l’idée de coopérer avec une Déchue... Mais, en l’état, tu te devais bien de reconnaître qu’elle était effectivement en train de se battre d’arrache-pied contre ce monstre. Autrement dit, et comme l’affirmait le vieux proverbe... L’ennemi de ton ennemi est ton ami !

9
Les alentours de la ville / Re : La Neuvième Porte [Valadhiel]
« le: janvier 15, 2017, 11:48:21 pm »
Au lendemain de la Grande Guerre, du Grand Conflit ayant opposé les Anges et les Démons, un pacte avait été signé entre les deux espèces. Un pacte fondamental, qui avait mis fin à ce conflit insoluble. Pendant des millénaires, vous aviez guerroyé, vous vous étiez entredéchirés, faisant couler le sang d’une sphère à l’autre, ravageant parfois des civilisations entières. À la fin du conflit, les anges et les démons étaient tous les deux éreintés. Les démons avaient perdu leur leader, Satan, et une guerre civile faisait alors rage, tandis que vous, les anges, affrontiez vos renégats... Les Déchus, ceux qui avaient suivi Lucifer dans son raid contre Satan, au terme duquel Lucifer était devenu le nouveau Satan, mais sans l’aura prestigieuse de l’ancien Maître des Démons, de telle sorte qu’il n’avait pas réussi à fédérer la race démoniaque autour de sa personne. Toi, à cette époque, tu étais là, et tu étais l’un des disciples de Lucifer. Cependant, tu avais refusé de le suivre en Enfer, dans un raid qui avait été proscrit par le Conseil des Archanges. Et, par la suite, quand Lucifer était revenu, c’était pour apporter la tête de Satan... Et des légions de démons qui avaient déferlé dans les Cieux.

Lorsque le pacte avait été signé, il avait pour objectif d’interdire l’intervention directe des anges ou des démons dans les Plans Intermédiaires, comme la Terre, ou comme Terra. Une interdiction d’agir afin de privilégier le libre-arbitre des individus et des humains. Pour autant, cette interdiction comprenait certaines exclusions... Comme le fait de traquer les Déchus. Et là, alors que tu poursuivais les gens voulant s’accaparer la Neuvième Porte, tu venais, justement, de tomber sur une Déchue. Ton sang n’avait donc fait qu’un tour, et, tu peux me le confesser maintenant, tu pensais sincèrement, en approchant d’elle, qu’elle était liée à ces trafiquants magiques.

Quelle ne fut donc pas ta surprise quand sa main se posa sur ta bouche ! Tes yeux s’écarquillèrent sous l’effet de la surprise, tandis qu’elle t’imposait le silence, essayant de t’expliquer, à toi, ma chère, qu’elle voulait « cacher » ce savoir. Tes sourcils se froncèrent, et tu récupéras rapidement l’usage de tes lèvres en écartant la femme.

« Ne te moque pas de moi ! répliquas-tu. Ils ont volé l’un des ouvrages dans la Bibliothèque Céleste ! Je suis sûre que... »

Tu te tus soudaine n sentant un puissant pic magique venant de l’hôtel de Monteriggioni, et te retournas sur place. Une lueur intense apparaissait depuis le balcon d’une chambre d’hôtel. Le doute n’était pas permis... Ils étaient en train d’invoquer les démons ! Serrant les poings, tu t’envolas alors, délaissant Valadhiel, et rejoignis le balcon. D’une poussée magique de la main, les porte-fenêtre s’ouvrirent rapidement, t’amenant dans le salon.

« Arrêtez ça ! »

Plusieurs individus encapuchonnés étaient là, autour d’un guéridon comprenant un livre... Et Matteo. Lui qui avait voulu s’enrichir était maintenant mort... Ou presque. Prostré sur le sol, il hurlait de douleur, tandis qu’une terrible énergie s’échappait de son corps, de ses yeux et de sa bouche. Les invocateurs se retournèrent vers toi, tandis que l’un d’entre eux continuait à prononcer la terrible formule des Neuf Portes :

« ...Victa iacet virtus... »

Les invocateurs déployèrent leurs sortilèges, et des éclairs et des cônes de glace filèrent vers toi. Tu te protégeas rapidement en générant un bouclier, contre lequel les cônes de glace se brisèrent, ainsi que les éclairs, rebondissant vainement contre ta peau. D’épaisses bourrasques s’échappaient du rituel, tandis que Matteo continuait à hurler, du sang coulant de ses yeux, glissant le long de ses joues pour se noircir rapidement.

« ...Clausae Patent... »

À cet instant, tu te mis à paniquer, car il ne restait plus qu’une Porte, et, d’ores et déjà, les hurlements de Matteo n’étaient plus d’atroces cris de douleur, mais des borborygmes inhumains et caverneux, des grondements terribles. Tu attaquas, repoussant l’un des sorciers à l’aide de ta magie, l’envoyant défoncer une porte. Un autre lança alors depuis ses deux mains des langues de feu, te frappant au visage, recouvrant ton corps, et déclenchant l’alarme-incendie de l’hôtel. Les flammes, néanmoins, n’étaient que des caresses pour ton corps, et tu repoussas l’invocateur comme une paille, l’envoyant voler contre la porte d’entrée, l’homme s’écrasant dans le couloir.

Malheureusement, il était trop tard, car, lorsque tu te retournas vers l’invocateur, la lueur magique émanant du corps de Matteo explosa encore.

« ... Nunc scio tenebris lux ! » conclut alors l’invocateur.

Matteo hurla une ultime fois, puis finit à genoux, tandis qu’une puissante bourrasque de magie te repoussa en arrière. Le temps que tu reprennes ton souffle, tu pus voir le corps de Matteo se changer, de multiples craquements signalant l’explosion de ses os, afin de durcir, de croître. Sa peau se craquela, se fissura, son corps se mit à enfler et à grandir, se noircissant, pour finalement prendre l’apparence et la puissance d’un redoutable démon noir ailé.

« Non... » gémis-tu, comprenant qu’il était trop tard.

Le démon hurla alors, un hurlement strident et inhumain, puis bondit brusquement vers toi, et te repoussas hors de l’hôtel, par une fenêtre qui s’explosa sous ton passage. Depuis l’hôtel, ta course se termina sur le toit en face, soit le restaurant Il Pozzo. Tu fis une roulade dessus, avant de te redresser, tandis que, dans la rue, les touristes sortaient de l’hôtel, et hurlaient en voyant la silhouette noirâtre aux ailes crochues, qui bondit à nouveau sur toi, et manqua te griffer au visage. Tu avais bondi en arrière pour l’esquiver, mais le démon frappa alors avec sa queue, t’atteignant au flanc, te faisant pousser un hurlement de douleur, tout en t’envoyant à nouveau valdinguer.

Ta chute t’amena sur un petit square situé au cœur du bourg, entre la Via Matteotti et la Via Gramsei, et, depuis le toit du restaurant Il Pozzo, le démon poussa un hurlement particulièrement puissant, qu’on put entendre dans toute la ville.

La situation était encore plus critique que ce que tu pensais, et, en ce moment, tu en avais même presque totalement oublié la Déchue, toujours convaincue, en ton for intérieur, qu’elle travaillait avec ceux qui avaient volé les ouvrages concernant les Neuf Portes...

10
Les alentours de la ville / La Neuvième Porte [Valadhiel]
« le: janvier 09, 2017, 01:57:19 am »
Monteriggioni, Italie

Quiconque visite la Toscane se doit d’emprunter la SR2, ou de prendre l’autoroute, pour rejoindre ce petit village fortifié perdu dans les montages, comprenant à peine une dizaine de milliers d’âmes répartis dans le bourg historique, ou dans la région environnante. Quiconque voit cette solitaire ville plantée au sommet de sa montagne, entourée par ses remparts et ses quatorze tours, ne pourra s’empêcher de se demander s’il n’est pas revenu dans le passé, et s’il est bien toujours au 21ème siècle. À tes yeux, Monteriggioni faisait partie de ces villes légendaires ayant conservé leur lien avec le passé, et ce lien te semblait encore plus fort ici, dans cette ville reculée et méconnue, que dans d’autres villes envahies par les touristes, comme Carcassonne, ou le Mont Saint-Michel.

Monteriggioni était un village isolé, et magnifique à voir. Et, en cette nuit étoilée, flottant depuis les airs, c’était bien cette ville que tu apercevais. Le long de la Plazza Roma, les petits restaurants locaux avaient rangé les terrasses, et la place était déserte. Composée de petites rues, le minuscule bourg s’était endormi… Mais, fugacement, une silhouette s’avançait. Tu la connaissais. C’était une personne que tu espionnais depuis quelques temps. Matteo Escuales s’avançait rapidement, sans savoir qu’il était surveillé par une silhouette angélique, et traversait la place pour rejoindre la Chiesa di Santa Maria, l’église de Monteriggioni, reliée elle-même à l’Hotel Monteriggioni.

Escuales ne rentra pas directement dans l’église, mais la contourna, rejoignant la cour un peu sauvage se trouvant à côté, entre l’église et le rempart de la ville. Il se rapprochait de l’arrière de l’église, sans savoir que tu t’étais posée sur le toit du clocher, sourcils froncés.

*C’est donc là qu’il se trouve* songeas-tu fugacement.

Tu te déplaças encore un peu, voyant Escuales s’approcher d’autres hommes.

« Vous l’avez ? s’enquit l’un des hommes.
 -  Vous avez l’argent ? » répliqua Escuales.

Les dialogues les plus courts étaient souvent les meilleurs. Escuales indiqua que la formule était dans sa chambre, et les autres hochèrent la tête, visiblement satisfaits. Eux aussi avaient l’argent, et tu fronças les sourcils. Matteo n’était qu’un second couteau, engagé par quelqu’un d’autre pour retrouver les Portes, mais ce n’était pas une raison pour le sous-estimer. De ton côté, tu hésitais encore à intervenir. En soi, tu avais maintenant suffisamment d’informations pour les stopper, mais quelque chose te soufflait d’attendre encore un peu.

Matteo était un simple innocent dans cette histoire, bien loin de se douter avec qui il faisait affaire. Un simple assistant conservateur à la BNCF, la Bibliothèque Nationale Centrale de Florence, avec une salaire de misère, qui avait reçu une offre qu’il ne pouvait pas refuser. Mais toi, tandis que tu les voyais s’écarter, tu sentis également les auras malfaisantes de ces gens. C’est cela qui, finalement, te fis hésiter, car, tandis qu’ils rejoignaient l »’hôtel, tu te redressas, en sentant une présence plus malfaisante depuis la Plazza Roma.

Une magnifique femme brune se tenait là, près de l’église, et tu sentis rapidement, à ce moment, qu’il y avait… Autre chose derrière ce visage et ce corps tendre.

*C’est… Je sens une présence malfaisante…*

Tes ailes se déployèrent alors, et tu te posas devant la femme, atterrissant rapidement sur le sol.

« Toi… Tu es une Ange déchue ! »

Pour toi, cette femme ne pouvait qu’être liée à ceux qui étaient en train de faire cette transaction, et c’était là, à ce moment, ton erreur… Une erreur qui aurait les conséquences que tu sais, maintenant, et que tu continues encore à regretter.

« Je m’appelle Yehaël, Ange Noir, et, en tant qu’Ange de la Pureté, il m’incombe de t’appréhender ! Tu n’ouvriras pas la Neuvième Porte ! »

11
Les contrées du Chaos / Re : Les Cendres Du Passé [Vayron]
« le: novembre 10, 2016, 01:01:22 pm »
Tu te posas sur le sol, face à lui, aussi vigilante que les dernières fois. Il fut une époque où l’homme aux yeux bleus électriques se tenant en face de toi aurait pu être considéré comme un ami. À cette époque, il était quelqu’un en qui tu pouvais avoir confiance, quelqu’un en qui tu voulais donner des chances de rédemption. Et ta mansuétude avait provoqué la mort de quantité de victimes innocentes. Vayron pouvait-il obtenir l’absolution pour tous ses péchés ? Tu étais plus que sceptique à ce sujet, et c’était à toi d’intervenir. À chaque fois, tes combats contre lui avaient été douloureux. Tu gagnais une fois sur deux, en moyenne, et, lors de votre dernier affrontement, tu l’avais sévèrement blessé, à tel point même que tu avais espéré l’avoir tué. Mais cet homme, comme à son habitude, revenait d’entre les morts, et continuait à sombrer, en acceptant ce néfaste héritage qui était le sien.

Il se rapprocha de toi, te narguant, dans une attitude qui n’avait pas l’air hostile... Mais tu ne te faisais aucune illusion, et, quand il glissa que tes ailes orneraient son trône, avant de faire jaillir une lame bleutée, lesdites ailes se ployèrent en arrière, puis frappèrent brusquement en avant, déclenchant une violente onde de choc qui repoussa Vayron, le décollant du sol. Tes ailes venaient ainsi de générer une puissante bourrasque, et tu te redressas ensuite.

« Je ne souhaite pas ta mort, Vayron, tu vaux mieux que ça... Mais tu ne me laisses malheureusement pas le choix. »

Tu concentras alors ta force, et tes yeux se mirent à briller... Puis, entre tes doigts, des arcs électriques lumineux se mirent à crépiter. La magie vibrait tout le long de ton être, prête à exploser, pendant que ton adversaire, en contrebas, se préparait... Puis tu rejoignis alors tes mains entre elles, formant une sorte de triangle avec tes doigts. L’espace vide entre tes doigts se remplit d’énergie, et un cône d’énergie lumineux en fusa, étincelant et aveuglant.

Une énorme explosion vint pulvériser toute la falaise, provoquant un terrible éboulement, et des grondements tout autant effrayants à entendre, les morceaux de pierre s’effondrant les uns sur les autres pour disparaître dans la mer, de la fumée et de la poussière s’élevant dans les airs.

C’était un premier coup dans leur lutte, et, comme elle avait lieu sur une planète déserte, tu ne voyais aucune raison de ne pas y aller à fond...

12
Prélude / Re : Dantes - L’exécuteur du diable
« le: novembre 09, 2016, 12:37:44 am »
*Fait craquer ses ailes* (parce qu'elle est bad-ass)

Exécuteur du Diable ou de mes fesses, un mot de travers, et je t'explose, petit démon.

Bienvenue sur le forum :)

13
Les contrées du Chaos / Re : Les Cendres Du Passé [Vayron]
« le: octobre 31, 2016, 09:59:29 am »
En des temps immémoriaux, les Grands Anciens avaient envahi ce monde, avaient submergé tous les mondes. Une menace cauchemardesque, qui avait ébranlé les fondements mêmes de la Création. Rien n’avait semblé pouvoir arrêter ces adversaires, rien n’avait pu les ébranler. Contre eux, les Anges essuyaient échec après échec, perdant à chaque fois les leurs, tout en voyant, peu à peu, la Création sombrer entre leurs mains. Une immense coalition s’était formée, mais la victoire n’avait été rendue possible qu’en forgeant la Pierre-Monde, un artefact d’une puissance incommensurable, et en l’utilisant pour emprisonner les Grands Anciens. Cette histoire, tu la connaissais, tous les Anges la connaissaient. Scellés et bannis depuis des millions d’années, les Grands Anciens n’avaient jamais disparu, et, à leur manière, ils continuaient à influer sur ce monde, soit par le biais de leurs odieuses pensées, qui venaient corrompre l’esprit des hommes, soit par l’intermédiaire de créatures qu’ils avaient laissé derrière eux.

L’un de ces Grands Anciens, le redoutable Yog-Sothoth, « Le-Tout-En-Un-Et-Un-En-Tout », avait laissé l’une de ses engeances, un monstre redoutable, qui, sans être aussi puissant que son géniteur, disposait du pouvoir d’absorber l’énergie, de manière à pouvoir muer, et devenir une porte qui permettrait à Yog-Sothoth de sortir de sa prison dimensionnelle : la Récolteuse. Si tu n’avais pas affronté Yog-Sothoth, tu avais affronté ce terrible monstre, un combat que tu avais perdu, non sans blesser la créature, qui avait réussi à s’enfuir, vous laissant exsangue, toi et tes autres camarades.

Et vous aviez traqué la Récolteuse, une fois vos blessures pansées, pour retrouver son cadavre, et découvrir que sa puissance magique lui avait permis d’engendrer des enfants. C’était comme ça que tu l’avais découvert... Vayron. Encore aujourd’hui, tu te rappelles de votre rencontre, toi, l’entêtée, l’éternelle tête brûlée, convaincue de voir en lui un hôte pour le futur Yog-Sothoth. Tu l’avais attaqué très rapidement, avant qu’une femme ne te stoppe. Baélia... Dès que tu l’avais vue, sa beauté t’avait irradiée, te transperçant de mille feux. Une divinité bienveillante, qui s’était battue contre les Grands Anciens, et qui était tombée amoureuse de Vayron. Tu avais regretté ton emportement, Baélia te rappelant ô combien les Anges, si bons, si purs, pouvaient aisément se laisser aveugler par leur propre lumière. Tu avais senti quelque chose de maléfique chez Vayron, mais tu lui avais accordé le bénéfice du doute, et il était même devenu l’un de tes amis, par l’intermédiaire de Baélia.

Pourquoi pensais-tu à lui, pendant que tu affrontais les dragons bleus ? Parce que tu percevais sa présence.

« C’est lui... »

Deux trombes d’eau jaillirent à ta droite et à ta gauche, frappant deux dragons qui avaient bondi en piqué depuis les airs. L’eau les frappa, et les envoya s’écraser dans l’eau, où ils furent engloutis par les flots. Ixchel venait de te rejoindre. Elle aussi, elle avait connu Baélia.

« Je sais... »

Vayron... Un homme qu’il fallait stopper, et qui, à tes yeux, t’en voulait pour la mort de sa femme, t’accusant de ne pas l’avoir aidé à temps. Comme quoi, tu avais beau voyager à la vitesse de la lumière avec tes ailes, même toi, tu pouvais arriver en retard. Vayron avait sombré à la part malsaine qui était en lui, et était devenu le « Destructeur des Mondes », devenant à chaque fois de plus en plus puissant, traquant les assassins de Baélia, ses frères et ses sœurs, mais se moquant bien des victimes innocentes qu’il laissait derrière lui.

Ixchel leva ses mains, et des trombes d’eau terrifiantes jaillirent de la surface, formant ensuite une myriade de tentacules, qui pourfendirent les dragons. Il y en avait beaucoup, et tu te déplaças à ton tour, en réceptionnant un en t’envolant, puis, tout en flottant dans les airs, ta magie se mit à fuser. Tes ailes scintillèrent, la magie crépita autour de toi, puis, depuis tes ailes, des plumes magiques fusèrent, lumineuses, explosant violemment au contact du sol.

« Baélia pensait pouvoir le raisonner, lutter contre son sinistre héritage...
 -  Cette attaque est un appel, il sait que de tels dragons n’arriveront pas à te détruire.
 -  Si c’est un piège, alors évite de t’y rendre.
 -  Je sais... Je devrais prévenir la Milice, mais, si je le fais, il partira. »

Vayron n’avait plus rien à voir avec l’homme que tu avais connu. La mort de sa femme l’avait assombri, et, à chaque fois, il se transformait en ce qu’il avait haï. Tu ne connaissais pas toute l’histoire, bien sûr, mais tu savais que la Récolteuse était très puissante. Ses fils avaient réussi à la tuer, mais il y avait toujours eu, chez Vayron, cette part de noirceur. Il portait en lui l’héritage de sa mère, et, plus il s’abandonnait au mal, en tuant, en massacrant, et en ravageant, et plus il risquait de devenir un Récolteur... Et toi, tu étais là, partagée entre ces souvenirs de cet homme que tu avais connu, influencé par la bonté infinie, et le Destructeur qu’il était devenu.

Tu hésitas donc... Un peu. Puis, alors qu’Ixchel repoussait de nouveaux dragons, tu t’enfonças dans le mur d’eau, à la vitesse d’un boulet de canon, transperçant l’une des anguilles géantes sous ton passage, te rapprochant à vive allure de la faille, où il y avait un Portail. Vayron voulait te voir ? Très bien ! Il allait être servi ! Ton corps fila à travers le Portail, et tu te retrouvas presque instantanément à l’autre bout du cosmos, surplombant une falaise sinistre, avec, au fond, une épaisse jungle tout aussi sauvage.

Une immense géante gazeuse rouge était visible dans le ciel, ainsi qu’une autre planète, un peu plus éloignée,  une planète beige avec des anneaux. Ton regard se porta alors sur Vayron, et tu fronças lentement les sourcils.

« Vayron... Quand donc comptes-tu arrêter cette folie ? »

14
Les contrées du Chaos / Les Cendres Du Passé [Vayron]
« le: octobre 28, 2016, 09:22:07 pm »
« N'est pas mort ce qui à jamais dort
Et au long des ères peut mourir même la mort
»

(Necronomicon)



Le temple d’Ixchel était un endroit, situé sur Terra, que tu connaissais très bien. C’était une particularité magique, inexplicable par des raisonnements logiques, situé dans un endroit isolé, très reculé, éloigné des routes commerciales. Un endroit où très peu d’étrangers du continent venaient, mais où les sirènes aimaient souvent se rendre. Ixchel est une divinité liée à l’Eau, et qui, à l’image de l’Eau, peut se montrer aussi bienveillante que malfaisante. Pour autant, tu admettais volontiers qu’elle avait surtout une action bénéfique. C’était une divinité que tu connaissais bien, car, régulièrement, elle aidait les Anges. Pendant la Grande Guerre qui avait opposé les vôtres aux Grands Anciens, Ixchel avait fait partie de ces divinités ancestrales ayant puisé dans toutes leurs ressources pour venir à bout de ces monstres.

Cette guerre, tu ne pouvais pas t’en rappeler, car tu n’existais pas à l’époque, mais tu te rappelais, et tu te rappelles d’ailleurs toujours, de ce que les autres en ont dit. Tu as vu les archives, les enregistrements, tu as vu la puissance infinie de ces géants, que rien ne pouvait entraver, ni stopper. Et, même s’ils ont été bannis, et enfermés en-dehors même du Multivers, leur empreinte est toujours là. De fait, ta principale tâche n’était pas tant de combattre des démons (même si tu en affrontes beaucoup) que d’affronter les résurgences des Grands Anciens, les souvenirs qu’ils ont laissé. Même scellés à jamais, leur puissance est telle que leur esprit arrive encore à sortir de leurs prisons éternels pour influencer les vivants. Et ça, tu le savais très bien, pour avoir déjà affronté ces résurgences. Des cultistes créant des sectes sinistres, des monstres et des abominations jaillissant dans les mondes fragiles... Et Terra était un monde de prédilection pour eux.

Ixchel avait une grande responsabilité, et, si elle était parfois vue comme malveillante, c’est parce qu’elle n’hésitait pas à tuer des humains qui voguaient sur ses mers pour chercher à procéder à des sacrifices humains, afin de réveiller les Grands Anciens. Tu t’étais battue avec elle il y a des millénaires, lors d’un rude et âpre combat contre des monstres tentacules s’échappant de la croûte de Terra, et, depuis lors, vous avez lié connaissance et amitié, Ixchel te contactant régulièrement face à des problèmes difficiles à gérer.

Son temple était une île très particulière, puisqu’elle se situait au milieu de l’eau, dans un trou aquatique où un temple avait été conçu par la terre. Le sol de l’île était composé de mousse végétale, de terre, et d’algues, rendant l’endroit étonnamment agréable. Des moines humains vivaient ici, généralement des naufragés qu’Ixchel avait récupéré, et qui n’éprouvaient plus le désir de partir. Ils étaient en paix dans ce temple, et, pour se défendre, Ixchel disposait, outre d’elle-même, de sirènes guerrières, et, surtout, de géants aquatiques dont la puissance n’était plus à démontrer. Son sanctuaire était un lieu très agréable, où tu aimais venir pour te reposer, te concentrer, y trouvant un épanouissement important.

Et, en ce jour, tu ne te rues pas vers le temple pour y trouver un quelconque épanouissement spirituel. Non, en ce jour, tu te tenais aux Cieux, à méditer silencieusement, quand tu reçus l’appel d’Ixchel. Il fusa dans sa tête, éclatant dedans, te montrant des images sinistres. D’énormes créatures aquatiques sortaient depuis les profondeurs marines, suite à un séisme aquatique qui avait ouvert une brèche dans les tréfonds de Terra, relâchant des monstres sinistres. Ils se ruaient vers le Sanctuaire d’Ixchel, et, en apprenant cela, tu t’étais immédiatement redressée, quittant ta chambre pour rejoindre la terrasse de la Tour céleste dans laquelle tu te reposais. Là, face à toi, l’immensité des Cieux te surplombait, des nuages éternels se perdant au loin, éclairés par un soleil lointain, entourée par d’autres Tours et d’autres Anges.

Tes ailes se déployèrent alors, et tu filas vers le bas, atteignant rapidement une vitesse très importante, tout en tendant tes mains, envoyant un sort magique devant toi. Des traits magiques jaillirent de tes doigts, pour s’arrêter plus bas, et former un Portail magique, par lequel tu t’enfonças.

Tu arrivas ainsi au-delà d’une vaste étendue d’eau, près du Sanctuaire d’Ixchel, avant de sentir les émanations magiques.

Là-bas, la bataille faisait rage, car les espèces de langoustes géantes s’avançaient dans l’eau, pour rejoindre le Sanctuaire, et elles y libéraient de redoutables tueurs bleuâtres. Des cloches d’alarme résonnaient dans le Sanctuaire, et les moines s’étazient réfugiés dans le temple, fuyant les hideux monstres qui se rapprochaient.

Et toi aussi, tu arrivais... Tu voyais un moine, un retardataire, qui tentait de rejoindre le perron du temple, quand l’un des monstres, ressemblant à des dragons bipèdes, bondit dans son dos, prêt à le tuer... Tu apparus alors, avec la force et la vitesse d’un éclair, coupant l’eau en deux, ton corps s’entourant de rayons lumineux intenses, avant de le frapper de plein fouet. Dans un hurlement de douleur et de surprise, le dragon s’envola dans l’autre sens, et disparut dans la mer, tandis que, de dos face au moine prostré sur le sol, tu te dressais fièrement, déployant lentement tes ailes, poings serrés.

« Mais, mais... bredouilla lentement le moine.
 -  Allez vous mettre à l’abri... Vite ! »

L'homme fila sans en demander davantage, te laissant seule... Face à ces monstres qui approchaient.

Tu pris le temps d'humer un peu l'air ambiant, respirant tranquillement, te préparant.

15
Ah, d'accord !

Pour moi, quand un Ange est déchu, on lui retire ses ailes (autant au sens littéral qu'au sens figuré), mais je suppose que des résurgences peuvent toujours survenir, surtout à Seikusu, où il y a pas mal de magie dans l'air.

Pages: [1] 2 3 ... 9