Le Grand Jeu - Forum RPG Hentai

Bonjour et bienvenue.

Ce forum présente des œuvres littéraires au caractère explicite et/ou sensible.
Pour ces raisons, il s'adresse à un public averti et est déconseillé aux moins de 18 ans.

En consultant ce site, vous certifiez ne pas être choqué par la nature de son contenu et vous assumez l'entière responsabilité de votre navigation.

Vous acceptez également le traitement automatisé de données de notre hébergeur.

Voir les derniers messages - Cathari

Nos partenaires :

Planete Sonic
MLDK Reose Hybride Yuri-Academia L'Empire d'Argos
Inscrivez-vous

Voir les derniers messages

Cette section vous permet de consulter les contributions (messages, sujets et fichiers joints) d'un utilisateur. Vous ne pourrez voir que les contributions des zones auxquelles vous avez accès.


Sujets - Cathari

Pages: [1]
1
L'Art / Poésie érotique
« le: lundi 25 février 2019, 20:58:43 »
(J'ai un maigre talent: la poésie. Et j'aime l'utiliser dans le contexte romance et érotique. Je vous fais partager mes rapides créations ici. Au moins elles ne seront pas cataloguées dans un contexte comme LGJ)

La chaleur monte crescendo.
Des frissons me parcours le dos.
Son souffle est torride et saccadée.
Mon cœur est complètement affolé.

Cette rencontre n’était pas du tout prévue.
Mais je dois avouer que cet homme m’a plu.
Il pose ses mains avec vigueur sur mes fesses.
C’est une folle sensation, une grande ivresse.

Nous partons dans un échange de baisers torrides.
L’issu ne fait pas de doute, ce sera liquide.
Il arrache mon haut avec tant d’ardeur.
Il se colle à moi pour que je sente sa vigueur.

Nos vêtements s’envolent de partout.
Sa langue caresse la veine de mon cou.
Pas le temps, pas de préliminaire.
Et pourtant me voila victime d’adultère.

Dans le pêchée tout est bon.
Surtout quand il frotte bien au fond.
Je rejette ma tête en arrière.
Il me soude à lui, il me marque au fer.

Je sombre dans les méandres de l’orgasme.
Si virilité est prise d’énormes spasmes.
Non pas si vite pas si tôt.
Il vient de réveiller ma libido.

J’érafle avec mes ongles son corps.
Sa vigueur arrive au bout de l’effort.
Un double cri est poussé en même temps.
Nous rejoignons le firmament.

L’interdit à quelques choses de fabuleux.
Il a oubliée la prononciation de mes vœux pieux.
Il me menotte à la tête de son lit.
Avec moi il n’en a pas encore fini.

2
Je flânais dans les rues de cette ville qui semblait différentes de la première où j’avais atterri. Bon sang j’ai l’impression de changer de royaume comme de chemise.  Ici, je retrouve plus ce que j’ai connu depuis mon enfance. Il y a moins de constructions gigantesque. Tout semble cosy, doux. Je m’y retrouvais mieux que dans ce précédant monde.

Mes recherches et mes déambulations m’avaient emmenée dans une bibliothèque. Je n’avais pas trouvé ce genre de lieu avant. Faut dire que je n’avais pas réellement cherché, les hommes avaient sur moi un regard vorace et odieux.
Après de longues heures de lectures, j’avais compris pourquoi j’avais un monde différent depuis plusieurs semaines.
Les mondes étaient reliés être eux par divers portails.

*Ah voila, je commence à comprendre, j’ai du traversé plusieurs portails malgré moi. Il va falloir que je sache comment je peux les reconnaître par la suite.*

Il y avait des informations fascinantes sur Ashviria. Ils connaissaient les mœurs, les habitudes, les défilés et les réunions annuelles entre les éléments.
Comme quoi à force je me demandais si on ne m’avait pas caché de vilaines choses et que ce que je considérais comme une organisation belle n était qu’une secte cachée.

Un frisson me parcourait le corps rien qu’a l’idée d’avoir été bernée. Moi qui pensais ne pas être naïve je l’avais été et ce depuis ma naissance. Mon mariage et tout ce qui en a suivi n’était au final qu’un simulacre où bien cela était t’il programmé depuis des décennies.
La seule chose que je savais était qu’au final cet endroit était plus en accord avec mon lieu de vie.

Lassée et épuisée par des heures de lectures, je décidai de prendre la direction de la taverne. Un bon thé de flamina me ferait le plus grand bien. J’avais beaucoup de réserve de cette plante dans mon sac et pour me ressourcer rien de meilleur que ce nectar. Ce breuvage si apaisant. Et puis si j’étais vraiment originaire de cette contrée, la taverne serait sans doute le lieu le plus approprié pour faire traîner mes oreilles. On ne sait jamais.

J’entrais dans la taverne la plus proche de la bibliothèque de cette ville. Elle se nommait l’auberge du coucher de Lune. On y sentait fort l’alcool. Certains hommes étaient affalés contre le comptoir et avait des discussions incompréhensible. L’alcool faisait raconter des inepties ce n’était pas une chose nouvelle.

Je vis une table au fin fond de la taverne a la fois loin du regard des autres, et aussi à l’aise pour continuer a prendre des notes et écouter les conversations. Je faisais toujours fi des regards incessants dans ma direction.

*Une bouilloire à thé s’il vous plait et quelques boulettes de viandes et de légumes*

Le serveur fit une révérence et revint plusieurs minutes plus tard avec ma commande que je payais avec l’argent que j’avais réussi à trouver.

J’étais perdu dans mes pensées quand un homme éméché vint m’accoster à la table

*Salut beauté , c’est quoi le tarif pour tu me fasses la totale. Ne fais pas ton air farouche je suis sure que tu es de ses filles là. Farouche devant mais si lionne dans un plumard*

Et voila ça continue. L’image de la catin ne quitte pas ces porcs. Bon sang comment leur expliquer que je ne suis pas de ce genre là et que je ne suis là que pour essayer de trouver des informations sur mon passé

*Barrez vous, je ne suis pas ce que vous croyez et ne je crois pas que vous soyez au bon endroit. J’aimerais pouvoir consommer mon thé et mon repas en paix*

L’homme se montrait insistant. Pire encore. Il commençait à avoir les mains baladeuses. Il puait l’alcool et la sueur.

*Lâchez moi où je vous brûle. LACHEZ MOI !*

Je criais mes les autres hommes commençaient à rigoler et a assister au spectacle bien sinistre

* Vas-y fait la crier fort. Je suis sure que sa musique doit être une belle mélodie. Plus c’est dans les aigus meilleur tu prends ton pied.*

*Avec une tenue pareille, c’est un appel. Vas-y Shinzo. Elle en redemandera tu verras*


Ma position commençait à devenir critique. Et si j’utilisais ma magie il y aurait beaucoup plus de dégâts de prévu. En période de stress et de tension je ne la contrôlais pas bien. Encore pire depuis le drame de mon passé.

J’essayais de bouger mais il maintenait ferment sa prise. Bon sang.

*A l’aide !!!*

J’avais crié malgré moi.

3
J’avançais et je continuais à me dire qu’il me manquait un élément pour comprendre ce qui était entrain de se passer.
Tout se qui se dessinait devant moi était nouveau. Pire encore j’avais l’impression d’avoir atterri dans un monde aux antipodes du mien.
Il y avait peu de foret, peu de longues landes de terres. A Ashviria, mon village décimé nous étions au courant que le monde était en pleine mutation et que certaines civilisations étaient beaucoup plus avancées que d’autre.

Mais je n’aurais jamais cru un jour avoir en face de moi ce que je considère à la fois comme une merveille et une déchéance.
Je n’étais pas novice envers ses nouvelles technologies, j’avais appris leurs existences dans les grimoires que je transporte dans ma besace.
Mais jamais ô combien jamais j’imaginais un jour que je puisse être face à ce que certain appelle la déchéance de ce monde.

Je continuais mon périple et je rencontrais au fur et à mesure de ma marche des humains beaucoup trop vêtus par rapport à ce que je connaissais.

Il portait des chemises et des pantalons, des robes longues, des tenues luxueuses et fastueuses. Ils semblaient se diriger vers le cœur de cette ville technologique qui apparaissait au fur et a mesure de mes pas.

*Madame, vous savez que ce n’est pas l’heure pour vous balader en pleine rue. Vous avez des maisons de passes pour cela. Vous devriez les connaitre, elles sont ornées sur le haut de leur soupente d’une lanterne rouge. Ha ha ha ha. Encore une exotique qui à été lâchée par leurs passeurs pour les punir. Si elle fini la journée sans être une victime des chiens affamées de chair, ce sera vraiment une miraculée. Ha ha ha ha. Au plaisir catin*

Je me retournais offusquée par ce langage. Mais l’homme était déjà hors de ma vue. Je fulminais en mon for intérieur. C’était insultant et dégradant.

*Mais bon sang, où est ce que j’ai encore atterri. Vous ne croyez pas que j’en ai déjà assez subi avec la perte de mon mari ?*

Cela allait faire deux ans que ce drame c'était passé. Et en deux ans elle n'avait pas eu de mauvaise rencontre. Elle avait juste tenté de survivre.
La jeune femme s’adressait au ciel, jurant tout ce qu’elle pouvait sur son mauvais sort. Tous les manants qui passaient près d’elle la reluquaient de la tête au pied. Comme le premier homme qu’elle avait rencontré quelques minutes plutôt.

Certains riaient, d’autres prononçaient des insanités sur ma tenue et qu’il y avait une certaines bienséance à avoir si on ne voulait par être affichée comme une femme de petite vertu.

Ces regards étaient obsédants et humiliant. Je me surpris à crier
* C’est la tenue de mon village pas un déguisement de carnaval*

Mais les rires et les moqueries redoublèrent à mon passage.

Mon sang commençait à ne faire qu’un tour. Mes mains tremblaient, ma magie s’exprimait malgré moi.

Le feu de la colère.

Et puis cette vision, ce flashback de l’attaque de mon village et ma peur d’affronter les gens. Prise de peur je pris la fuite en courant vers un massif d’arbre qui pourrait surement me protéger.

De longues minutes de courses effrénées pour arriver dans ce que j’appelle un lieu de quiétude. Un parc avec des fleurs, des bancs, des fontaines. Un lieu paradisiaque pour moi.

Sauf que … ce parc n’était pas vide. De nombreuses personnes s’y trouvaient et les mêmes regards incessants fusaient dans ma direction.

Afin de me protéger et de gérer ma colère, je fis un halo de feu autour du banc sur lequel j’avais élu domicile. J’allais être tranquille pour quelques minutes seulement. Espérant que mon tour de passe-passe marcherait suffisamment pour dissuader les hommes de continuer ce discours humiliant.

*Bon sang… On a voulu me sauver la vie et voila que je débute le chemin vers une nouvelle mort certaine*

Cathari tremblait de tout son long. Elle commença a méditer afin de garder sa paix intérieur. Pour éviter un malheur.

4
Le coin du chalant / Cathari et ses Rp
« le: samedi 23 février 2019, 11:07:14 »
Coucou à tous.
Nouvelle arrivée je peux écrire sur tout type de Rp , après voici quelques sujets qui pourraient aider :

*Son passée
*Sa tenue qui n'est pas conventionnelle.
*Ses dons innées en magie de feu ( J’imagine bien la conversation sur différents point magique)
*RP intime ( Ou pire très osé) en tout genre.
*Ses recherches sur sa tribu où autres civilisations disparues.

Cathari parait énigmatique et farouche. Il faut creuser en profondeur pour l'amadouer un peu.
Toute dérive est fortement acceptée

5
Prélude / Cathari (Validey)
« le: vendredi 22 février 2019, 22:06:19 »
Identité : Cathari
Âge : 25 ans
Sexe : Féminin
Race : Humaine : C’est une sorcière de feu.
Sexualité : Hétéro et se considère novice. Bien qu’ayant un peu d’expérience.

Physique :
Cathari est une jeune femme fine aux formes bien adaptées à son physique. Elle fait un mètre soixante cinq pour une cinquantaine de kilos. Au premier abord on dirait qu’elle sort d’une maison de passe. Mais ce n’est pas du tout le cas.
Ses yeux possèdent une pupille noire obsidienne. Ils sont en forme d’amande avec des cils noirs qui renforce la couleur de sa pupille.

Son nez est de forme grec, et elle porte toujours un sourire sur ses lèvres ce qui creuse des petites fossettes sur ses joues.
Elle possède de longs cheveux dont la couleur est flamboyante. Ils sont toujours détachés et ils descendent jusqu’au bas de son dos. Ils volètent souvent sur son corset rouge.

Sa tenue d’ailleurs est extrêmement minimaliste. Elle est vêtue d’un corset rouge et or et une grande ceinture de la même couleur. De longs morceaux de tissus coupés en deux lui forment une cape qui entoure son fessier quand elle marche.
Sa peau est mate et elle possède deux tatouages : un qui est dissimulé sous sa ceinture qui représente des ailes noires et l’autre, symbole tribal de sa tribu d’origine, sur son épaule.

Un lourd bracelet doré orne son bras. Elle ne le quitte jamais. C’est son porte bonheur.
Le collier qu’elle porte autour de son cou c’est un ornement spécifique de son aptitude magique. Le feu.
Elle possède une besace avec de nombreux grimoire à l’intérieur qu’elle étudie à longueur de temps.

Caractère :
Cathari est une femme très douce et rêveuse. Elle cherche par-dessus tout à exercer sa magie de la manière la plus pacifiste possible. Jamais vous ne la verrez l’utiliser contre quelqu’un d’autre sauf si vous provoquez sa colère et sa rancune. Ce sont deux gros défauts qu’elle ne sait pas cacher ni même qu’elle cherche à améliorer. Cette blessure de son passé fait que rien ni personne ne pourra changer cela. Elle est aussi très rebelle quand elle ne maîtrise pas une situation qu’elle est censé maîtriser, où qu’une personne est en danger.

Elle est opiniâtre et possède une volonté de feu. Comme l’élément qu’elle tente de maîtriser à la perfection.
Elle peut paraître naïve et influençable, mais ce n’est qu’une façade pour elle. Elle sait se faufiler, sans bruit et en silence dans tous les milieux possibles pour essayer d’en apprendre encore plus sur la population les savoirs mystiques mais sans jamais engager la conversation. Elle écoute mais n’intervient que quand on l’invite. Cela lui permet de monter son érudition.

Sa solitude la ronge, ce qui la rend timide et peu assurée de ses propos comme de ses gestes.
Elle aime rencontrer des nouvelles personnes, apprendre toujours et encore plus d’éléments concernant la magie et le mysticisme. Les us et les coutumes des différentes civilisations la fascinent.

Elle n’aime pas voir du sang, la violence entre les gens. Cela lui donne des tremblements et des frissons qui l’amène à devenir une fuyarde. Elle ne supporte pas les conflits. Seule sa colère lui permet de supporter cette vision.

Elle cherche qui a décimé sa tribu il y a une quelques années. Ce n’est pas une vendetta elle ne s’en sent pas capable. Elle veut juste connaitre les raisons de ces exactions entre les tribus magiques du village d’où elle est originaire. Savoir pourquoi on lui a privé d’un bonheur mérité : le meurtre de son mari. Pour ce faire elle doit trouver d’autres villages qui furent ou sont encore régis comme l'était le sien.

Elle a aussi un autre but : Invoquer la créature du feu de son village. Un protecteur dont elle a hérité malgré elle.

C’est son chemin de croix sa quête. Et elle fera tout pour y arriver.

Elle a un pêché mignon : Le Thé. Elle en boit en toute circonstance.

Histoire :
Cette jeune femme est née au sein d’un village de magicien réparti en quatre tribus principale. Chaque tribu possède l’art d’utiliser un des quatre éléments de ce monde : La Terre, L’Eau, Le Feu et L’Air. Ses parents Diadora et Kyle étaient des têtes pensantes de la tribu du feu.
Les tribus vivaient dans une parcelle prédéfinie et se côtoyaient en harmonie dans les veines commerciales au centre du village. Son enfance fut heureuse. Elle participait activement à la vie de son village et surtout montrait des aptitudes étonnantes dans sa maitrise de son art magique.

D’ailleurs chaque année elle était récompensée pour cela aux réunions annuelles des tribus. C’était un concours où chacun poussait jusqu’au son paroxysme ses aptitudes. On pouvait voir les quatre éléments sous toutes leurs formes. De la plus douce à la plus insolite. Mais on sentait que des tensions non exprimées grossissaient au fur et à mesure que les années passaient.
Pourtant chacun montrait bonne figure. Comme si tout allait bien dans le meilleur des mondes.

A l’âge de vingt ans, Cathari tomba amoureuse d’Emeric, un homme plus âgé qu’elle de quelques mois. Ils s’entendaient à merveille et surtout ils avaient les mêmes aspirations : Maîtriser le feu à la perfection. Deux ans plus tard, ils furent mariés lors d’une cérémonie fastueuse organisée par ses parents qui semblaient si fière de leur progéniture. Cathari coulaient des jours heureux en découvrant les bienfaits d’une vie de couple. Soudé le jour, et déchaîné la nuit au sein du lit conjugal. Tout semblait se dérouler normalement dans les méandres du destin.

Mais un matin tout changea. Son mari la réveille en sursaut :
*Ma chérie, fuis !!!  Prends la porte cochère derrière la maison et fuit. Ne pose pas de question. Sauve ta vie je t’en conjure !*

Hébétée par un réveil si brutal je ne comprenais pas ce qui m’entourait. Hagarde je décidai d’obéir à mon mari. C’était une règle entre nous. Au moment de me lever j’entendais des hurlements qui provenaient de l’extérieur. Cette fois ci j’étais lucide
*Emeric ! Je refuse de partir. Dis moi ce qu’il se passe. Des combats font rage dehors. C’est la fameuse invasion dont tout le monde parlait depuis des années ? Emeric… REPONDS MOI !!*

Mon mari tournait la tête mais j’entendais distinctement sa voix
*Cathari, ma chérie. Non ce n’est pas une invasion de l’extérieur qui nous arrive. La tribu de l’eau à décidé qu’elle serait l’unique et elle s’est déjà attaqué aux deux autres éléments. Le vent et l’air ont été décimés. Je t’en prie ma chérie. Fuis !! Fuis et vis pour nous deux. Tes parents sont déjà mort. Nous ne sommes qu’une petite dizaine restants. Si tu ne fuis pas maintenant..* Des larmes coulaient le long des joues de mon mari. Je ne l’avais jamais vu pleurer en trois années de mariage*

*Emeric , je refuse. Si on doit mourir, on mourra ensemble. Où on montera que le feu est plus fort malgré tout.*

Je me levais en sursaut bien décidé en a découvre. Mon mari me secoua comme un prunier
*Chérie. Fuis je t’en supplie. Tu sais bien que tu ne seras jamais capable de faire de mal à une mouche. De plus tu as juré de m’obéir en toute circonstance le jour de notre union. Aujourd’hui je te demande solennellement d’obéir et de ne pas réfléchir. Vis pour nous deux. Et découvre la vérité sur cette rébellion de l’eau. Ici ce n’est pas le seul village de cette sorte. Tu en trouveras d’autres à travers le monde. Fuis chérie. FUIS !! Si je suis encore en vie je te rejoindrais. Je te le promets*

Je fis non de la tête avec toute la ferveur et le vigueur que je pouvais.

*Je t’aime Cathari. Je te jure que je te rejoins dès que je le peu. Notre art est puissant et dévastateur. Et si c’est pour te protéger tu sais de quoi je suis capable*

Pour que je lui obéisse sans me rebeller une seconde fois, il fit un mur de feu qui s’embrasa à la vitesse de l’éclair. Je n’avais pas d’autres choix que de battre en retraite.

En sortant par la porte cochère je découvris la carnage qui s’était déroulé. Les chemins et les routes étaient jonchés et pavés de cadavre. Une vision apocalyptique qui me coupa les jambes sur place.

J’étais paralysée et tétanisée par cette violence. Mes mains s’embrassaient quand je prononçais les formules consacrées. Mais impossible de lancer le sort contre un homme. Emeric avait raison…

L’homme tentait de tuer mes flammes avec ses raz de marée. Prise d’un regain de courage je pris la fuite. J’étais véloce. Et je connaissais beaucoup de raccourcis dans les bois qui bordaient notre lieu d’habitation.
Après de longues heures à courir, s’arrêter pour reprendre son souffle et courir de nouveau elle décida qu’elle était hors de danger. Elle monta un bivouac succinct et passa deux jours à attendre et deux nuits à cauchemarder. Emeric allait revenir. Il lui avait promis.

Deux autres jours… Et deux autres nuits… toujours rien.

Je décida de faire demi tour. Et de retourner dans mon village pour en avoir le cœur net.
Je marchais lentement. Mon cœur battait à tout rompre dans ma poitrine.
Chaque pas me rapprochait de la violence qui envahissait mes jours et me faisait suer et hurler la nuit.

Au bout de quatre heures harassante de marche je fus de retour chez moi. Et le spectacle était désolant et chaotique.
Le nombre de cadavre avaient augmenté depuis la dernière fois. Mais aucune présence.

Mort ..
Tous…

Je hurlais à plein poumon pendant deux longues minutes puis je me dirigeai vers ma maison. Elle était brûlée en partie – car Emeric l’avait volontairement fait pour que je puisse fuir- mais elle semblait encore debout.
Je poussais violemment la porte et je découvris le cadavre de mon mari. Inerte et surtout au même endroit que là où je l’avais quitté.
A corps perdu, je me jetais sur lui et je pleurais toutes les larmes de mon corps. De longues heures a pleurer. Puis vint le moment de la raison et de l’envie de rendre honneur aux morts de ma tribu.

Des bûchers funéraires à la hâte. Des prières à la créature du feu qui veillait sur chaque membre du feu. Et puis… Le départ définitif avec quelques effets personnels en poches. De nombreux livres.

De nombreux jours de marche dans une faune et une flore luxuriante. Et puis un énorme orage. La jeune femme se sent obligé de trouver un abri rapidement sous peine de finir trempée.
Elle découvre une grotte creusée dans la pierre. Elle regarde aux alentours , aucun point sec proche.
Elle s'engouffre dedans afin de trouver un abri mais elle est tellement perdue dans ses pensées qu'elle ne se rends pas compte que tout change autour d'elle.

Elle bute sur une besace au sol avec une carte. Une carte dont une région est entourée
Elle déchiffre le mot Japon.

Le jeune femme semble dubitative devant ce nom.

*Qu'importe où je suis , au moins je pense que je trouverais des réponses à mes questions*

Elle continue son chemin sans se rendre compte qu'elle semble avoir emprunté un portail.

C'est réellement un nouveau départ.

Autre :
Cathari est une femme très nomade qui se contente de voyager et de dormir à la belle étoile. Son passé fait qu’elle a du mal à rester au même endroit plusieurs jours d’affiler. Mais peut être qu’avec le temps elle y arrivera.

Elle est sans doute originaire de Terra. Mais , se perds souvent dans les portails qu'elle traverse par inadvertance.

Comment avez-vous connu le forum ?
Une joueuse d’une plate forme sur laquelle je fais déjà beaucoup de Rp à parlé de ce forum. Par curiosité j’ai voulu venir y jeter un œil et essayer. J’aime beaucoup écrire tout type de Rp. Au plaisir de vous lire et d’écrire si je suis validée.

"Je reconnais avoir pris connaissance du contenu du topic sur le traitement automatisé des données personnelles qui est fait par l'hébergeur de LGJ".

Pages: [1]