banniere
 
  Nouvelles:
Pour la promotion du forum, pensez à voter régulièrement pour nous si vous avez un peu de temps.
Merci ! ♥





Liens utiles: Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Cacher les avatars

Le Grand Jeu - Forum RPG

Bad langage Discrimination Drugs Sex Violence Gambling

Bonjour et bienvenue.

Ce forum présente des oeuvres littéraires au caractère explicite et/ou sensible. Pour ces raisons, il s'adresse à un public averti et est déconseillé aux moins de 18 ans. En consultant ce site, vous certifiez ne pas être choqué par la nature de son contenu et vous assumez l'entière responsabilité de votre navigation.

Bonne visite ! :)

Pages: [1]
  Imprimer  
Auteur Sujet: Observations romantiques  (Lu 593 fois)
Alastyn
E.S.P.er
-

Messages: 843



Voir le profil
Fiche
« le: Octobre 30, 2012, 09:08:12 »

Bon allez, comme tout le monde publie ses textes sans rapports avec les rp, je me décide aussi à vous faire partager quelques poèmes. (le reste n'étant pas fini ou encore en cours de remodelage, je ne peux que vous proposer ces rimes)
N'hésitez pas à critiquer ici ou en mp, je ne mords pas. ^_^
Pour ce qui est du titre du sujet, c'est tout simplement un mélange de deux idées. Au début je voulais appeler mon recueil "Souffrances romantiques" et au fil du temps, des poèmes "d'observation" ont vu le jour et je voulais donc faire une partie nommée "Carnet d'observations" et vu que je risque de poster des trucs des deux parties ben voilà le mélange.


Ô Lucifer, vois en ce regard
Le reflet d'une âme qui s'égare.
Par delà ce si vaste univers,
Tes valets t'adressent leurs prières.

Quel doux répit qu'a la morte mère
Ayant désormais rejoint le Père.

Les fleurs se fanent sur ton passage
Et les enfants ne seront plus sages.
Ô grand Satan, seigneur des enfers,
Bats-nous encore une fois de ton chaud fer.

Quel doux repos qu'a la morte mère
Ayant désormais rejoint le Père.

J'achève cette trop longue lutte
Et m'abandonne à toi, Belzébuth.
Fais tes vœux de ce corps qui se meurt,
De toutes façons, je n'ai pas peur.
Journalisée

Alastyn
E.S.P.er
-

Messages: 843



Voir le profil
Fiche
« Répondre #1 le: Novembre 27, 2012, 08:42:57 »

Et ce soir, je m'en viens vous proposer 2 autres poèmes.

Le premier

Ô toi, alcool pandémique,
De tes vapeurs envoûtantes,
Les hommes faibles tu tentes
Leur promettant un moment magique.

Partout, tu montres ton ignoble face,
Les attirant de plaisir en débauche,
Ne leur laissant pour seule trace,
Qu’un pas maladroit et gauche.

Tu leur promets la libération
Par l’oubli de leurs problèmes,
Tu leur promets une grande évasion
Et, jamais plus, ils ne seront les mêmes.

Marionnettes manipulées par tes charmes,
Ils boivent tes paroles, savourent ton corps.
Espérant éviter ce qui les désarme
Alors qu’ils se dirigent vers leur mort.


Et le deuxième

Désert d'Opal
Qui dessert l'or pâle
Cesse tes mirages,
Brise ces barrages.

Le bleu saphir
Qui devait te servir
Perds de ses tons azurés
Sous ton joug mal assuré.

Les feuillages vert émeraude
De ces palmiers qui minaudent
Perdent de leur superbe
Sous tes répliques acerbes.

Et de ce vin rubis
A la robe carmin,
Il n'y a que toi qui subit
Le désir inhumain.

Je m'en retourne désormais.
Je pars retrouver ce diamant
Du doux mois de mai
M'attirant tel un aimant.
Journalisée

Alastyn
E.S.P.er
-

Messages: 843



Voir le profil
Fiche
« Répondre #2 le: Mars 01, 2013, 01:08:55 »

Comme une fleur,
Elle s’en est allée, fanée
Sous cette humide rosée
D’un matin précipité.

Comme une fleur,
Je la vis naître et éclore,
Offrant la vue de son corps
Au plus doux des soleils d’or.

Comme une fleur,
Elle vivait les jours d’été
Dans le cœur de nos pensées
Aveugles et erronées.

Comme une fleur,
Elle apportait le sourire
Sans nous faire subir
Le moindre de ses désirs.

Comme une fleur,
Elle s’en est allée, fanée
Sous cette humide rosée
D’un matin précipité.
Journalisée

Alastyn
E.S.P.er
-

Messages: 843



Voir le profil
Fiche
« Répondre #3 le: Août 15, 2013, 06:12:23 »

Comme ça fait longtemps que j'ai plus rien partagé de mes poèmes, en voilà un pour corriger ça.

Dans cette obscurité tourbillonnante,
Le noir de tes yeux m'interpelle.
Cette timidité que tu caches
Ne fait qu'exaspérer ta grâce.

Princesse ou bien sirène?
Nul doute que tu es plus qu'humaine.
Peut-être une déesse,
Peut-être un doux mirage.

Oh je prie cette misère,
Je la loue, je la vis.
Cette misère de chair
Se terminant sur ton parvis.

Je te regarde dans les yeux,
Portes d'un monde nouveau,
Et n'y vois plus
Que l'oubli de cette vie.
Celle qui t'a menée jusqu'à moi.

Dés à présent, partons.
Loin, si loin que le vent,
Plus jamais ne nous atteindra.
Aime moi, aime toi.
« Dernière édition: Août 31, 2013, 07:25:12 par Alastyn » Journalisée

Alastyn
E.S.P.er
-

Messages: 843



Voir le profil
Fiche
« Répondre #4 le: Août 21, 2013, 11:10:38 »

J'ai le cœur prisonnier
De cette envie cachée
Aux abords de cette cascade
Où se cache la parfaite Agate.

J'ai le cœur prisonnier
De cette envie d'avancer
En faisant le premier pas
Qui me ramène à toi.

J'ai le cœur prisonnier
De cette envie d'aimer,
De cette lueur d'espoir
Qui brille dans le noir.

J'ai le cœur prisonnier
De toutes ces envies,
De ces espoirs dérivés,
De cette éternité de magie.
Journalisée


Tags:
Pages: [1]
  Imprimer  
 
Aller à:  

Powered by SMF 1.1.20 | SMF © 2006-2007, Simple Machines
Awake and Dreaming - Le Grand Jeu
ChatBox