banniere
 
 
Liens utiles: Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Cacher les avatars

Le Grand Jeu - Forum RPG

Bad langage Discrimination Drugs Sex Violence Gambling

Bonjour et bienvenue.

Ce forum présente des oeuvres littéraires au caractère explicite et/ou sensible. Pour ces raisons, il s'adresse à un public averti et est déconseillé aux moins de 18 ans. En consultant ce site, vous certifiez ne pas être choqué par la nature de son contenu et vous assumez l'entière responsabilité de votre navigation.

Bonne visite ! :)

Pages: [1]
  Imprimer  
Auteur Sujet: Besoin d'un coup d'main ? [PV Mélinda]  (Lu 1502 fois)
Soara Succubis Reginae
Avatar
-

Messages: 57


Princesse de la Luxure et du Plaisir


Voir le profil
Fiche
« le: Septembre 30, 2012, 03:44:04 »

Cécile ce trouvait actuellement dans le couloir du lycée de Seikusu, juste devant la porte de sa future classe. A coté d'elle, l'un des employés de l'administration l'accompagnait pour son tout premier jour. A l'origine, ça présence ici résultait d'un petit caprice à ses parents, lorsqu'elle leur avait dit vouloir passer un moment sur Terre pour "étudier les pratiques terriennes". C'était vrai, certes, mais elle était surtout là pour pouvoir être plus souvent avec sa demi-sœur et s'amuser plus souvent avec celle-ci. La princesse des succubes se préparait mentalement à jouer son rôle. En effet, elle avait décidée de jouer les jeunes filles timides et complexées par son imposante poitrine. Une façon d'attirer les regards et l'envie des mâles présents "involontairement"...

----------------------

Dans la salle, Akashi-Sensei – professeur de Mathématiques – tentait tant bien que mal de calmer ses élèves. Débutant, il effectuait en effet cette profession depuis seulement trois mois et avait énormément de mal à enseigner quoi que ce soit à une classe turbulente qui ne songeait qu'à s'amuser ou discuter. Seuls deux ou trois suivaient ses cours, et le pauvre homme se demandait si il n'aurait pas mieux fait de donner des cours particulier à la place...

- S'il vous plaît... Veuillez vous taire... Je souhaiterais que vous vous taisiez... SILLLEEEEEEENCEEEEEE !!!!

Oui, il avait fini par craquer, avant de hurler un ordre simple à plein poumons, qui eu au moins le mérite de faire effet, les lycéens peu habitués aux hausses de ton de ce prof.

- Merci... Aujourd'hui, nous accueillons une nouvelle élève qui nous viens d'Angleterre. Elle est très timide, aussi je vous demanderais d'être gentils avec elle. Vous pouvez entrer Mlle Carter.

La porte s'ouvrit alors pour laisser entrer une jeune fille blonde, le rouge aux joues et les bras tendus devant elle et joins ensembles par les mains, qu'elle se triturait. Dès son entrée, les lycéens fixèrent leurs yeux sur sa poitrine des plus imposante et plusieurs se mirent en tête de l'amener dans son lit, surtout qu'elle semblait être de celles qui n'offraient que peu de résistance.

- B-Bonjour.... Je... Je me n-nomme Cécile C-Carter... Enchantée...

Elle fit une petite courbette rapide, ce qui eu pour effet de faire ballotter ses seins devant toute la classe, la faisant rougir encore plus de gêne... et faisant baver certains de ses nouveaux camarades. Le Sensei ayant bien vu la lueur d'envie dans leurs regards, ce dit qu'il serrait plus judicieux de la mettre près des filles... Le seul problème était que la seule place disponible se trouvait être derrière deux autres blondes. Au passage, il ne pouvait s'empêcher de se demander comment une si bonne élève avait pu se lier d'amitié avec une peste comme Warren, mais bon... Comme ont dit, la vie est pleine de surprises.

- Très bien, va t'assoir derrière Mlles Warren et Korvander je te prie.

Il y eu d'imperceptibles plaintes chez les lycéens qui avaient une place libre à coté d'eux. Cécile repéra les deux blondes et se dirigea assez timidement vers elles. Dans sa tête, elle s'enthousiasma de la réaction qu'elle provoquait chez les garçons. Ces derniers devaient se dire qu'il leur sera assez facile de la soumettre à leurs désirs. La succube reconnue de même l'une des deux élèves qui serrons désormais ses voisines. Mélinda Warren... La dernière visite dans son manoir Ashnardien remontait à environ deux siècles, lorsque l'esclavagiste souhaitait dresser une esclave particulièrement belle, mais également peu réceptive au sexe. Une aussi belle créature, ça aurait en effet été du gâchis, et l'abimer avec des coups de fouet l'aurait rendue moins rentable, sur le long terme. Heureusement, Mélinda avait invoquée Cécile et l'affaire avait été réglée en deux longues nuits torrides. Cécile avait bien aimée la vampire et trouvait dommage que celle-ci ne l'invoque pas plus souvent. Mais elle devait sans doute être particulièrement occupée avec ses "protégées", comme elle aimait les appeler.

Lorsque la nouvelle prit place, le prof reprit son cour, en sachant pertinemment que seulement quelques uns suivraient. Cécile se pencha doucement sur son cahier pour murmurer vers la vampire.

- Salut Mél, ça fait un bail ♥
Journalisée

Mélinda Warren
Créature
-

Messages: 3158



Voir le profil
FicheChalant
Description
Petite vampire qui aime mordre des fesses <3
« Répondre #1 le: Octobre 02, 2012, 02:31:21 »

« Tu sais, Alice, je crois bien que tu dois être la seule fille que je connaisse qui envisage d’aller en cours tout en prenant des vacances... »

La Princesse avait répondu en haussant les épaules, alors qu’elle s’observait devant le miroir, enfilant son uniforme scolaire. Ce dernier lui allait à la perfection, et elle ne voyait personnellement pas en quoi son désir était si curieux que ça... Elle voulait juste se renseigner sur les coutumes terriennes, et, visiblement, aller au lycée faisait partie d’une espèce de culture terrienne. Et puis, Alice aimait bien cet uniforme ; ça lui changeait de ses robes amples et immenses. Elle s’observa encore une fois dans le miroir, tournant sur elle-même, observant ses collants, puis se retourna vers Mélinda, mains croisées dans le dos.

« Mon intention première en venant ici était d’en savoir plus sur le monde dont ma chérie est issue... Quoi de mieux que le lycée pour ça ? »

Mélinda croisa les bras, et répliqua rapidement :

« Tu sais, je ne sais pas si le lycée Mishima est un très bon indicateur de l’apparence du monde... Ce n’est pas vraiment un lycée normal...
 -  C’est celui où ma chérie a été, ça me suffit... »

Mélinda se pinça les lèvres, et s’avoua vaincue. Quand Alice lui avait demandé si elle pouvait venir passer des vacances au manoir, Mélinda avait sauté sur l’occasion. Les vacances devaient durer une semaine, et Alice avait affirmé vouloir découvrir la Terre... Ce n’était pas Mélinda qui s’opposerait à la visite d’une si belle blonde, d’autant plus qu’elle avait visiblement réussi à convaincre sa femme, Sakura, et sa belle-sœur, Ayano, à venir. La tâche n’avait probablement pas du être aisée. Sakura, de ce que Mélinda en savait, n’aimait que fort peu la Terre, et encore moins les esclavagistes, depuis qu’elle avait été kidnappée et torturée par un esclavagiste nexusien. Or, il y a de cela quelques semaines, Mélinda avait, sans le réaliser, remis en captivité Sakura. La pauvre avait été droguée par une Drow, une drogue puissante qui l’avait rendu amnésique. Elle avait été vendue à Mélinda, la Drow espérant probablement que ceci la conduirait à un sort peu enviable. Au lieu de ça, c’était presque l’effet inverse qui s’était produit.

Sakura était repartie du harem avec quelques appendices en plus : une verge entre les cuisses, et des zones érogènes plus sensibles, grâce à un produit à base de sang de succube que Mélinda avait savamment distillé sur son corps. La femme d’Alice était repartie troublée du harem, mais Mélinda était sûre que sa rencontre avec elle avait du changer des choses pour elle... On ne sortait pas d’une année d’esclavage sans séquelle... Pour Mélinda, Sakura, au fond d’elle-même, était restée une esclave, une femme soumise. Ceci expliquait pour elle pourquoi elle s’était si facilement soumise à la vampire... Mais elle était intouchable, vu qu’elle était la femme d’une Princesse ashnardienne. Qu’elle ait décidé de venir confirmait les soupçons de Mélinda à son égard : Sakura, fondamentalement, appréciait Mélinda. Pour la vampire, les humains étaient fondamentalement tentés par la soumission. C’était ainsi ; les Dieux les avaient voulu faibles, serviles, afin qu’ils croient plus facilement. Sakura avait vu avec Mélinda cet autre visage de l’esclavage, ce visage de douceur et de bonté, cette soumission volontaire où l’esclavagiste préférait dominer l’autre par le respect et non par la peur. Elle l’avait vu, et ça l’avait ébranlé... Ébranlé au point de venir avec sa sœur dans l’antre d’une esclavagiste ashnardienne.

Elles étaient venues hier, et Mélinda avait dignement célébré ses retrouvailles avec Alice et Sakura, tout en leur assurant qu’Ayano n’assisterait à rien de choquant, sexuellement parlant. Elle avait assigné Liana à la surveillance d’Ayano, et, quand cette dernière n’était pas dans sa chambre, elle se reposait à la piscine, ou jouait avec Clara. Mélinda avait accessoirement aussi espéré que cette visite permettrait à Akira de se décoincer un peu, et de permettre enfin à Mélinda de faire ce qu’elle avait toujours eu envie de faire avec son adorable fille : lui faire l’amour. Mais ça n’avait pas encore été un franc succès, et Mélinda commençait à désespérer.

*Plus je la vois, plus j’ai envie de la prendre dans mon lit... Akira, que tu es cruelle avec moi !*

Mélinda avait espéré qu’Alice réussirait à décoincer un peu Akira, mais ça n’avait pas vraiment réussi. Elle termina d’y songer quand Alice termina de s’habiller. Les deux femmes décidèrent donc d’aller au lycée. Sakura, elle, dormait paisiblement. Comme il faisait assez froid dehors en ce moment, la Princesse opta pour une délicate tenue avec un foulard autour du cou. Le premier cours du matin était un cours de mathématiques, par un professeur qui venait de débarquer : Akashi. Le pauvre n’arrivait pas à tenir le rythme, et les élèves prenaient un malin plaisir à le harceler en cours en parlant tout le temps, attendant qu’il craque.

Les deux femmes se retrouvèrent ainsi dans le cours, qui commença. Akashi tenta vainement de demander aux élèves d’aller au tableau pour les exercices qu’il fallait faire, mais personne ne l’écoutait vraiment. Alice, qui venait peu, était rapidement devenue très appréciée de la classe... Et ce même si elle restait très proche de Mélinda, qui était bien moins appréciée. Il fallait aussi dire que la Princesse était très curieuse, et saluait tout le monde. Elle n’avait jamais véritablement pu voir un lycée, et c’était donc pour elle une expérience inédite. Elle avait vu Oberyn, qui s’était déguisé en agent d’entretien, et qui continuait à la protéger, même ici.

Le cours débuta donc, et fut rapidement interrompu lorsqu’Akashi annonça la venue d’une nouvelle élève. Les conversations se turent brusquement, et une jeune fille entra.

« B-Bonjour.... Je... Je me n-nomme Cécile C-Carter... Enchantée... »

Un silence respectueux s’instaura quand la femme entra. Les mâles avaient les yeux écarquillés, ainsi qu’une bonne partie des filles. Même Alice était surprise devant la taille de cette poitrine ! Il n’y avait guère que Mélinda qui fronçait les sourcils. Ce sang... Elle avait su d’emblée que cette lycéenne n’était pas une humaine, mais une démone... Et ce sang sensuel, parfumé, délicat, subtil, lui rappelait vaguement quelque chose. Le senseï hésita, et conseilla à Cécile de s’installer derrière Alice et Mélinda, probablement pour éviter que les mâles ne viennent la toucher en plein cours. Tout était possible au lycée Mishima, après tout... Surtout ce qui était indécent.

La timide Cécile s’avança donc au milieu des rangs, essuyant des regards libidineux, et Mélinda ne dit rien, sa mémoire lui revenant. Quand Cécile se mit derrière elles, elle comprit. Elle eut un sursaut de surprise, en se rappelant où elle l’avait vu !

*Mais si, bien sûr ! Cécile... Cécile la succube ! Comment oublier sa performance ?*

Il fallait remonter à loin... Quand Mélinda avait repris le harem, et qu’elle commençait à le reconstruire, elle avait devant elle un immense chantier. Les Warren étaient lourdement endettés, et les Impériaux triomphant après la guerre civile avaient clairement comme désir de s’accaparer le harem. Mélinda avait du batailler avec rage, tout en se remettant des traumatismes de son enfance. Dans ces circonstances, elle avait fait appel à une succube, en consultant les vieux grimoires magiques de la bibliothèque du harem, afin qu’elle l’aide à soumettre une superbe femme tropicale, mais extrêmement nerveuse. Cécile lui avait rendu un grand service, mais, fierté oblige, Mélinda avait évité de la rappeler ensuite...

« Salut Mél, ça fait un bail ♥ »

La vampire, surprise, tourna lentement la tête, et Alice parla également à voix basse :

« Vous vous connaissez ? s’étonna-t-elle.
 -  Une longue histoire... rétorqua Mélinda rapidement. Mais oui, ça fait un bail, Cécile... Je suis flattée que tu te souviennes de moi... Vu tous les partenaires que tu dois t’enfiler, je ne pensais être qu’une petite parenthèse dans ta longue existence de débauche sexuelle et de lubricité... »

Alice rougit furieusement, commençant à comprendre que Cécile ne devait pas être une humaine.

« C’est... C’est une vampire ?! »

Mélinda rigola légèrement.

« Encore pire que ça...
 -  Cessez de BAVARDER !! s’exclama alors le prof’. Mélinda, Alice, n’embêtez pas déjà la nouvelle ! Vous n’avez pas honte ?! »

Si Akashi savait de quoi la « nouvelle » était capable...

« J’aimerais maintenant que quelqu’un se décide enfin à venir au tableau pour tenter de résoudre cette équation !
 -  Moi, senseï ! s’exclama Alice en levant la main.
 -  Ah, formidable ! Très bien, et bien, allez-y ! »

Alice se leva, heureuse d’aller au tableau, et avança rapidement. Mélinda, de son côté, se retourna vers Cécile, en penchant sa tête en arrière. Elle la tourna, et respira le parfum enivrant de la succube :

« Alors, que fais-tu ici, ma belle petite salope ? »

Insulter Cécile était une forme d’honneur pour elle, Mélinda le savait depuis qu’elle l’avait invoqué en l’appelant « grosse pute cosmique ».
Journalisée


DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
Soara Succubis Reginae
Avatar
-

Messages: 57


Princesse de la Luxure et du Plaisir


Voir le profil
Fiche
« Répondre #2 le: Octobre 03, 2012, 03:14:55 »

Cécile fut ravie de voir de la surprise sur le visage de Mélinda, preuve que la vampire se souvenait d'elle aussi. Au passage, elle pouvait voir que l'esclavagiste semblait avoir plus d'assurance que lors de leur première rencontre. Son petit doigt lui disait que cette rencontre serait aussi merveilleuse que la précédente. La fille à ses cotés fut également surprise.

- Vous vous connaissez ?

- Une longue histoire... Mais oui, ça fait un bail, Cécile... Je suis flattée que tu te souviennes de moi... Vu tous les partenaires que tu dois t’enfiler, je ne pensais être qu’une petite parenthèse dans ta longue existence de débauche sexuelle et de lubricité...

- Hi hi... Je n'oublie jamais mes partenaires Mél... Surtout lorsqu'il s'agit de jeunes esclavagistes encore débutantes dans les affaires...

- C’est... C’est une vampire ?!
Répliqua l'autre aussi rouge qu'une pivoine.

La remarque fit rire Mélinda et la princesse de la Luxure se mit aussitôt à rougir, en voyant le prof zieuter dans leur direction.

- Encore pire que ça...

- Cessez de BAVARDER !! Mélinda, Alice, n’embêtez pas déjà la nouvelle ! Vous n’avez pas honte ?! J’aimerais maintenant que quelqu’un se décide enfin à venir au tableau pour tenter de résoudre cette équation !

- Moi, senseï !

- Ah, formidable ! Très bien, et bien, allez-y !


La voisine de Mélinda se leva aussitôt de sa place et se rendit au tableau pour son opération. Tout les Lycéens regardèrent vers elle, d'avantage intéressés par son fessier que par les maths. Cécile devait reconnaître que la belle blonde était assez bien foutue aussi.

- Alors, que fais-tu ici, ma belle petite salope ?

La succube rougie de nouveau à cette insulte assez crue, mais de plaisir cette fois-ci.

- Officiellement, je suis ici pour étudier les meurs et la culture sexuelle des Terriens... Mais je suis surtout là pour m'amuser avec les jeunes de ce lycée et particulièrement avec ma demi-sœurs, qui se fait appeler ici Nagatomi-Senseï. Elle m'a parlée d'un club secret qui se fait appeler "le Cercle" et j'aimerais bien que les membres de ce "Cercle" me tombe dessus ♥

La succube prit des notes dans son cahier, histoire qu'elle ne paraisse pas pour une mauvaise élève dès son premier jour. Mais à peine finit-elle d'écrire, qu'elle parla de nouveau à sa petite vampire.

- Et toi ? Qu'est ce que tu deviens ? Quand je suis entrée, il m'a semblée voir une petite mine soucieuse sur ton beau visage...

A peine la discussion entamée, qu'elle draguait déjà avec des mots agréables aux oreilles ainsi qu'une voix douce et sensuelle...
Journalisée

Mélinda Warren
Créature
-

Messages: 3158



Voir le profil
FicheChalant
Description
Petite vampire qui aime mordre des fesses <3
« Répondre #3 le: Octobre 04, 2012, 12:58:35 »

Alice, enjouée, s’avança vers le tableau. Les mathématiques étaient un domaine qu’elle connaissait bien, car elle les avait étudiées lors de sa jeunesse, par des professeurs privés. Elle pouvait aisément résoudre cette équation, et c’est ce qu’elle s’attaqua, tandis que sa présence instaurait une espèce de vague silence respectueux. Certains élèves chuchotaient entre eux, et Mélinda, grâce à sa sensible ouïe vampirique, surprit quelques murmures :

« J’adore la manière dont ses fesses remuent quand elle marche... »

La vampire ne put s’empêcher de légèrement sourire. Si jamais ces imbéciles apprenaient que cette femme était une puissante Princesse... Ce qu’ils avaient dit justifiait théoriquement de les décapiter. Quand on avait ça en tête, de tels propos étaient passablement drôles. Cécile lui expliqua ensuite sa présence ici : se renseigner sur les mœurs terriennes... Si tel était le cas, elle délivrerait aux succubes infernales un rapport très imprécis, car le lycée Mishima était une espèce de parenthèse exceptionnelle sur Terre. Mélinda n’arrivait pas à s’expliquer pourquoi ce lycée était si particulier, car même les autres lycées de Seikusu étaient moins dépravés. Le lycée Mishima avait une sinistre réputation, qui, pourtant, ne l’empêchait pas d’être le plus grand lycée de Seikusu, et d’attirer constamment de nombreux lycéens. Mélinda, naturellement, ignorait que l’établissement était dirigé par une Déesse. Si elle ‘lavait su, ceci aurait d’emblée résolu le « mystère Mishima », comme certains l’appelaient.

Cécile avait entendu parler des rumeurs sur les organisations secrètes existant au sein du lycée, comme ce mystérieux Cercle... Mélinda, à vrai dire, ignorait si ce Cercle existait vraiment, ou s’il était juste un fantasme, mais, connaissant le passé du lycée, qui illustrait couramment l’actualité pour des scandales sexuels, ce ne serait guère surprenant. Elle ne pouvait guère aider Cécile sur le coup, mais ne s’en faisait pas trop pour elle. Visiblement, l’une des professeurs du lycée était une succube...

« Et toi ? lâcha-t-elle soudain. Qu'est ce que tu deviens ? Quand je suis entrée, il m'a semblée voir une petite mine soucieuse sur ton beau visage... »

Elle parlait sur un ton sensuel, langoureux, qui donnait envie de l’embrasser. Une fière séductrice, qui se faisait passer pour une jeune étudiante étrangère timide et nerveuse, complexée par sa grosse poitrine... Un scénario digne d’un film pornographique, mais Mélinda ne se faisait pas d’illusions. Les lycéens goberaient ça, car Cécile était aussi intelligente que vicieuse. Elle avait d’emblée noté que Mélinda avait des soucis, et cette dernière se mordilla les lèvres. Elle hésita à lui répondre, et regarda le tableau. Alice écrivait, commentant son raisonnement, Akashi l’observant avec une envie, ou de pleurer, ou de la féliciter. Le raisonnement scientifique était bien fait, et la Princesse s’en sortait avec talent.

Mélinda put donc parler à Cécile... D’autant plus que, maintenant qu’Akira lui revenait en tête, elle commençait à voir l’apparition de Cécile comme, non seulement un heureux hasard, mais aussi une opportunité à saisir...

« Je n’ai plus grand-chose à voir avec la jeune vampire que tu avais aidé, Cécile, expliqua-t-elle, ce qui était une évidence. Mon marché est florissant, et j’envisage de reconstruire ma famille, maintenant que j’en suis la dernière représentante... »

Bran ne comptait pas. Son frère était son esclave, et était officiellement mort. Oubliant totalement le brave Akashi, elle continua à parler, la tête penchée en arrière. Son cahier de cours était complètement vierge, signe qu’elle n’avait absolument rien noté, ni rien préparé. Depuis la scène avec Hitomi, rares étaient les professeurs qui envisageaient de défier Mélinda, et, tant que cette dernière ne faisait pas trop de bruits, il était de coutume de la laisser dans son coin. De temps en temps, Akashi jetait un regard réprobateur, mais reportait ensuite son attention sur Alice, préférant se concentrer sur les (rares) éléments intéressés par les maths, que sur l’essentiel de la classe, qui préférait séduire l’autre moitié, et planifier leurs soirées.

« Je suis venue sur Terre pour trouver de belles et jeunes femmes, afin d’accroître mon commerce... Les filles terriennes ont une espèce de charme exotique qui attire les clients... Et je me suis fait une fille... Du moins... Enfin, c’est une histoire compliquée, et ma fille ne m’aime pas trop... »

Difficile de résumer en quelques minutes toute cette histoire, qui impliquait de nombreuses personnes, et s’étalait sur des mois. Il faudrait attendre pour cela la fin du cours. Mélinda se racla la gorge, et poursuivit :

« Il est possible que je puisse t’offrir l’hospitalité dans mon manoir, et que tu puisses encore m’être d’un grand secours... En échange de ton aide, Cécile, je veux bien t’accorder la faveur de ton choix. »

Avec les démons, il ne fallait jamais demander quelque chose gratuitement, même à une succube. Les démons ne faisaient pas dans la charité gratuite.

« Si ça t’intéresse, retrouve-moi avec Alice à la cafétéria, lors de la pause-déjeuner... Je t’en dirais plus. »

Mélinda cessa ici de parler, ne voulant pas s’attirer à nouveau les foudres d’Akashi. Elle espérait avoir attisé l’un des points faibles des démons, qui permettaient à des individus malins de pouvoir obtenir d’eux leur aide, s’ils savaient bien s’y prendre : la curiosité. Cécile ne serait pas perdante, de toute manière, et la succube devait le savoir. Son manoir comprenait bien des lycéennes, et il y avait amplement de quoi satisfaire ses pulsions sexuelles... Surtout quand Mélinda avait deux invitées aussi belles et attirantes qu’Alice et sa femme, la Terramorphe Sakura dont la valeur avait pu amener certains esclavagistes à attaquer en justice l’ordonnance impériale la déclarant citoyenne, afin de pouvoir essayer de mettre le grappin dessus, et de la vendre.

Elle avait, en somme, les arguments pour persuader Cécile de l’aider... S’il y avait bien quelqu’un capable de décoincer Akira, ce serait bien elle.
Journalisée


DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
Soara Succubis Reginae
Avatar
-

Messages: 57


Princesse de la Luxure et du Plaisir


Voir le profil
Fiche
« Répondre #4 le: Octobre 05, 2012, 11:41:07 »

- Je n’ai plus grand-chose à voir avec la jeune vampire que tu avais aidé, CécileMon marché est florissant, et j’envisage de reconstruire ma famille, maintenant que j’en suis la dernière représentante... Je suis venue sur Terre pour trouver de belles et jeunes femmes, afin d’accroître mon commerce... Les filles terriennes ont une espèce de charme exotique qui attire les clients... Et je me suis fait une fille... Du moins... Enfin, c’est une histoire compliquée, et ma fille ne m’aime pas trop...

Cécile voulait bien croire que les Terriennes aient un certain charme en tant qu'esclaves. Il se dégageaient d'elle cette espèce d'innocence qui les rendaient sans doute très attirantes lors des dressages. Moins habituée que les Terraniennes à l'esclavage, briser leurs rêves d'avenir et leurs espoirs était sans doute plus facile que sur Terra. D'autant plus qu'il était rare de voir des jeunes filles au teint plus foncé sachant lire et écrire sur le monde magique, contrairement à la Terre. En fait, le marché Terrien était tout récent – à peine une dizaine d'année, et encore – et les esclaves originaires de ce monde devait s'arrachées à prix plus élevé que les femmes de Terra. Mais pour la succube, si elles laissaient tombée l'attachement matériel et les rêves inaccessibles pour se laisser allez aux plaisir et aux pulsions sexuelles réclamées par leurs corps, elle ne pouvait qu'être du coté des esclavagistes. Quant à sa nouvelle fille peu aimante, la princesse comprenait mieux sa mine soucieuse.

- Il est possible que je puisse t’offrir l’hospitalité dans mon manoir, et que tu puisses encore m’être d’un grand secours... En échange de ton aide, Cécile, je veux bien t’accorder la faveur de ton choix. Si ça t’intéresse, retrouve-moi avec Alice à la cafétéria, lors de la pause-déjeuner... Je t’en dirais plus.

Mélinda avait attisée sa curiosité. Cécile voulait tout savoir sur cette fille peu aimante envers sa mère. Ne voyait-elle donc pas l'immense chance qu'elle avait eu ? La jeunesse et la beauté éternelle, parmi l'une des races les plus puissante de la surface. N'avait-elle donc aucune reconnaissance ? Mais elle avait également une certaine curiosité envers cette Alice... Ou bien il s'agissait de la nouvelle cible de la vampire, ou bien il s'agissait d'une femme de pouvoir. Autrement, Mélinda ne trainerais pas avec elle. Profitant du fait que tout le monde regarde vers le tableau – pour diverses raisons – et non pas vers elles, Cécile attrapa tendrement Mélinda par la joue et tourna lentement sa tête vers elle pour l'embrasser langoureusement, tout en lui faisant du pied. La scène ne dura pas plus de dix secondes, mais passa complétement inaperçue du reste de la classe. La succube murmura alors avec sensualité.

- Ne veux-tu pas plutôt discuter de tout ça dans un endroit plus intime ? J'ai besoin de quelqu'un pour me faire visiter et toi et Alice semblez être les candidates idéales ♥

Il ne s'agissait pas encore de contrat. Juste un merveilleux moment en perspective pour parler de problèmes de façon "détendue" et pour faire connaissance avec la troisième blonde. Cécile était très douée pour attiser les flammes du désir chez ses partenaires et espérait bien pouvoir savourer ses retrouvailles avec Mélinda... dans le lycée même.
Journalisée

Mélinda Warren
Créature
-

Messages: 3158



Voir le profil
FicheChalant
Description
Petite vampire qui aime mordre des fesses <3
« Répondre #5 le: Octobre 06, 2012, 08:38:05 »

Quand on remarquait la présence d’une opportunité, il était de bon ton de s’en servir immédiatement, et de ne pas la laisser filer. L’opportunité, en l’occurrence, consistait en une superbe femme qui avait, dès sa présence, augmenté la température interne de la classe de quelques degrés. Cécile pouvait lui être utile, car, plus les jours passaient, et plus Mélinda se languissait du corps de sa fille. Elle voulait presser le joli petit corps d’Akira contre le sien, et lui faire l’amour, chasser définitivement son viol pour une délicieuse séance de sexe intense... Mais, malheureusement, approcher Akira était difficile, et Mélinda savait qu’elle devait être patiente, que sa fille viendrait à elle... Mais la patience était difficile quand elle la côtoyait tous les jours, et qu’elle savait qu’Akira faisait l’amour avec l’une de ses esclaves.

Elle y songeait encore lorsque Cécile l’attrapa par la joue, et l’embrassa. Les yeux de Mélinda s’écarquillèrent de surprise devant ce geste inattendu, et elle sentit un frisson la parcourir... Un frisson de plaisir et de douceur, et, alors qu’elle commençait à apprécier le baiser, la succube le rompit, et lui fit un sourire merveilleux. Créature perverse et lubrique...Sa bouche avait un goût merveilleux, ses lèvres donnaient une impression de « reviens-y »... Elle se surprit à loucher un peu plus sur la belle poitrine de la succube, et à envisager de la baiser sauvagement d’ici peu.

« Ne veux-tu pas plutôt discuter de tout ça dans un endroit plus intime ? glissa-t-elle avec amour dans son oreille. J'ai besoin de quelqu'un pour me faire visiter et toi et Alice semblez être les candidates idéales. »

La vampire fit une petite moue, et eut un léger sourire, avant de répondre rapidement, avant qu’on ne s’intéresse trop à elles :

« On en reparle à la fin du cours, ma belle... »

Un léger clin d’œil, et Mélinda se retourna. Alice termina sa démonstration, et retourna s’asseoir à côté de Mélinda, un grand sourire sur les lèvres. Le cours reprit ensuite, le senseï ayant retrouvé un peu de son aplomb. Le cours resta toutefois assez monotone, d’autant plus que les garçons, pour plusieurs, le passèrent à parler entre eux de la nouvelle. On lui envoya même un petit papier lui demandant si elle voulait manger avec quelqu’un ce midi. Mélinda, quant à elle, attendait la fin du cours, en se frottant lentement les cuisses entre elles. Elle n’avait pas honte de l’avouer, elle était excitée par le petit jeu de la succube. La revoir lui rappelait son passé, quand elles avaient fait l’amour pour la première fois ensemble. Ça avait été long et intense. A cette époque, Cécile était déjà magnifique. Pour Mélinda, ces souvenirs appartenaient à une autre vie, mais elle savait que, pour la femme, sa vie n’avait pas du beaucoup évoluer depuis.

La sonnerie finit par sonner, le prof’ distribuant les exercices à faire. Alice avait couvert son cahier de notes, tandis que Mélinda avait pensé à la poitrine de la succube. Les deux femmes sortirent, Cécile les suivant, et Alice tourna sa tête vers la vampire, se mettant à parler :

« On va où, maintenant ? »

Mélinda ne répondit pas sur le coup, s’humectant les lèvres, avant de sourire légèrement. Elle avait bien une idée, et fit signe de la tête qu’on la suive. Elle s’éloigna un peu, et se rendit tout simplement aux toilettes.

« Euh... Je vais t’attendre dans le couloir...
 -  Ne sois pas stupide, et suis-moi.
 -  Mais... »

Alice protestait inutilement, et le savait bien. Il n’y avait personne dans les toilettes, et Mélinda se glissa dans une cabine, et en profita pour embrasser Alice, qui rougit furieusement. Elles avaient fait l’amour la veille, pendant une bonne partie de la soirée, une scène à trois avec Sakura. La vampire et sa femme s’étaient amusées à la prendre en sandwich, et elle en avait encore les fesses rouges. Le baiser de Mélinda réveilla un peu ses pulsions, et elle gémit dans la bouche de la femme, avant d’entendre des bruits de pas. Cécile les suivait, et la porte de la cabine était grande ouverte. Mélinda rompit cette tendre étreinte, et fit signe à Cécile, d’un geste de la main, de venir. Lorsque la succube entra, la porte se referma, et les trois femmes restèrent collées dans l’espace clos et étroit.

« Nous allons attendre quelques minutes que les cours reprennent, puis nous commencerons la visite du lycée... expliqua Mélinda. Je vais en profiter pour faire un peu les présentations... »

Pendant qu’elle se mettait à parler, les deux blondes en vinrent à s’embrasser avec délectation et plaisir. Mélinda en profita pour les présenter mutuellement. Elle expliqua ainsi à Cécile qu’Alice n’était pas une Terrienne, mais une Terrane... Une Ashnardienne, et, plus précisément, la Princesse héritière d’un royaume montagnard, Sylvandell. Le royaume était rattaché à Ashnard, et vénérait les dragons. Alice était ici en vacances avec sa femme, une délicieuse Terramorphe, ancienne esclave, qui ne pourrait que faire plaisir à Cécile. Elle présenta ensuite un peu la succube infernale, tandis qu’Alice était tendrement plaquée contre le mur, gémissant tendrement.

« Cécile est une succube de haut rang, puisqu’elle est la Princesse des succubes. J’ai eu besoin de son aide il y a des siècles, et la revoir est un pur hasard... Elle adore le sexe, comme tu dois le remarquer, et, si tu veux la traiter avec respect, traite-là de grosse salope qui ne cherche qu’à se faire enculer... Cécile adore qu’on lui manque du respect et qu’on l’insulte ! »
Journalisée


DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
Soara Succubis Reginae
Avatar
-

Messages: 57


Princesse de la Luxure et du Plaisir


Voir le profil
Fiche
« Répondre #6 le: Octobre 13, 2012, 04:08:45 »

D'une certaine façon, les petites mimiques faciales de la vampire la rendait mignonne comme tout. Cécile avait presque envie de la considérer comme une petite sœur. Après tout, elles devaient bien avoir 600 ans d'écart. Aussi, lorsqu'elle lui répondit sur le même ton lui fit agréablement plaisir.

- On en reparle à la fin du cours, ma belle...

Une fois la voisine de table de Mélinda revenue à sa place, le cours repris de façon monotone et la succube se fit la réflexion que les cours d'Art de sa demi-sœur étaient sans doute plus intenses que ceux de cet homme. Elle entendit également plusieurs murmures à son sujet mais fit comme si de rein était, sauf lorsqu'elle reçut le petit mot, qui la fit rougir comme une tomate – histoire de tenir son rôle. Au fur et à mesure de l'avancée du cours, Cécile put également ressentir une odeur particulière, juste devant elle. Si la vampire pouvait sentir les fluctuations sanguines, la succubes elle, pouvait en faire de même avec le taux d'hormones et de testostérone ambiant. Autrement dit, le niveau d'excitation d'une personne. Et Mélinda semblait être dans tout ces états, ce qui l'amusa intérieurement.

Tandis qu'elles sortirent à la fin du cours, les deux princesses suivirent la vampire, qui semblait avoir une idée bien précise quant à sa destination, au contraire de l'humaine qui semblait perdue. Cécile se contentait de suivre et eu un sourire en voyant qu'elle les emmenait simplement aux toilettes. Du coup, la succubes savait désormais où ce rendre en cas de "besoin".

- Euh... Je vais t’attendre dans le couloir...

- Ne sois pas stupide, et suis-moi.

- Mais...


Toutes protestations étaient vaines lorsqu'il s'agissait de Mélinda, la princesse de la Luxure le savait bien. Et le spectacle qui s'offrit à elle était des plus appétissants. La belle vampire embrassa la jeune humaine sous ses yeux et le geste ne sembla pas déplaire à cette dernière. Au contraire, Cécile sentit l'excitation de la jeune fille grimper assez vite, peut être même trop vite, comme si il s'était passez une chose similaire assez récemment. D'une démarche sensuelle et roulant des hanches, la succube entra à son tour dans la cabine et ferma la porte derrière elle. Les trois blondes se retrouvèrent donc serrées les unes contre les autres, pratiquement poitrines contres poitrines. Cécile en profita également pour augmenter les effluves de ses phéromones dans la cabines, histoire d'augmenter un peu plus la libido de ses deux camarades de classes.

- Nous allons attendre quelques minutes que les cours reprennent, puis nous commencerons la visite du lycée... Je vais en profiter pour faire un peu les présentations...

Mélinda avait à peine lâchée les lèvres de son amie, que la succube vint la remplacer presque aussitôt, plongeant sa langue salivante dans sa bouche, la faisant tournoyer avec la sienne, la caressant et la suçotant avec délectation et intensifiant la merveilleuse rencontre à chaque gémissements. La succube appris donc qu'elle embrassait langoureusement une belle princesse Ashnardienne, venue en vacances sur Terre avec sa femme, une belle Terramorphe anciennement esclaves. Cécile ne put s'empêcher de se faire la réflexion que cette belle inconnue serait sans doute devenue une esclave talentueuse si on avait fait appel à ses services. Encore un esclavagiste trop arrogant, qui lui avait couté un bien précieux. Mais comme on dit, le malheur des uns fait le bonheur des autres... D'autant plus que la belle princesse semblait avoir tout de la perverse en puissance, au vu de son répondant.

- Cécile est une succube de haut rang, puisqu’elle est la Princesse des succubes. J’ai eu besoin de son aide il y a des siècles, et la revoir est un pur hasard... Elle adore le sexe, comme tu dois le remarquer, et, si tu veux la traiter avec respect, traite-là de grosse salope qui ne cherche qu’à se faire enculer... Cécile adore qu’on lui manque du respect et qu’on l’insulte !

La succube lacha un agréable gémissement à l'insulte et son doux nectar commença à couler lentement le long de ses cuisses, alors qu'une de ses mains se baladait sur la belle poitrine d'Alice, puisque tel était son nom. De son autre main, elle caressait sensuellement la cuisse de Mélinda.

- Les insultes liées au sexe sont pour mon peuple les plus beaux compliments au monde, expliqua t-elle à Alice. C'est ainsi que fonctionne notre forme de respect... Haaaan... Ne trouvez vous pas qu'il fait chaud... dans cette cabine ?

La succube claqua des doigts et ses vêtements disparurent aussitôt, la mettant complétement à nue. Caressant les fesses de ses deux magnifiques partenaires, elle leurs susurra aux oreilles...

- Vous aussi.... mettez-vous.... à l'aise....♥

Puis, commença à lécher leurs cou à tour de rôle.

- Faites moi confience... ça va être amusant ♥
Journalisée

Mélinda Warren
Créature
-

Messages: 3158



Voir le profil
FicheChalant
Description
Petite vampire qui aime mordre des fesses <3
« Répondre #7 le: Octobre 14, 2012, 06:57:42 »

Cécile se laissait rapidement aller... Quoi de plus normal, venant de la part d’une succube ? Elle était belle, attirante, et délicieusement provocante. La qualifier de salope n’était pas une insulte, c’était la stricte vérité. Cécile le savait mieux que personne, et promenait ses mains. Alice rougit confusément en sentant la doucereuse main de la succube se poser sur son sein. Elle n’avait encore jamais couché avec une succube... Du moins, sauf si on excluait les transformations de sa tendre aimée en succube, où elle était aussi tendre qu’un ours affamé... Sa forme de succube était la plus éprouvante, car Sakura devenait une espèce de machine sexuelle infatigable. Elle avait brisé les jambes de la Princesse bien des fois... Partant de là, la perspective de faire l’amour avec une véritable succube, qui plus est une succube visiblement importante et renommée, avait de quoi l’exciter... Tout en, curieusement, l’inquiéter un peu.

« Les insultes liées au sexe sont pour mon peuple les plus beaux compliments au monde. C'est ainsi que fonctionne notre forme de respect... Haaaan... Ne trouvez vous pas qu'il fait chaud... dans cette cabine ? »

Alice, effectivement, commençait à avoir chaud, tandis que Mélinda tremblait sur place, excitée par la perspective de faire l’amour avec Cécile... Et encore une fois avec Alice. Le corps de la Princesse avait un petit quelque chose de très attachant, qui faisait que Mélinda adorait constamment lui faire l’amour... Et boire son sang. Mélangé à celui du dragon d’Or, son sang était quelque chose de magnifique, et Alice la laissait volontiers planter ses crocs, sachant que Mélinda ne lui ferait jamais de mal. Cécile utilisa alors sa magie pour faire disparaître tous ses vêtements, et Alice loucha sur les énormes obus de cette femme, ses yeux écarquillés témoignant de sa stupeur. Elle était d’une rare beauté, avec ses jolis tétons roses, et sa lueur perverse dans les yeux. Elle se rapprocha de ses deux partenaires, ses mains se faisant plus aguicheuses, pelotant leurs belles fesses, avant d’aller sucer leurs cous, fourrant sa tête. Mélinda pencha la sienne en arrière, rejointe en ce sens par Alice, la Princesse commençant à soupirer.

« Vous aussi.... mettez-vous.... à l'aise...., demanda-t-elle, sur un ton à mi-chemin entre la demande sensuelle et l’ordre, avant de rajouter. Faites moi confience... ça va être amusant
 -  Je... Je n’en doute pas... soupira Alice. Tes lèvres sont... Elles sont si douces, hum... »

Mélinda sourit, et posa à son tour une main sur le cul de Cécile, le pressant entre ses griffes, avant d’esquisser un sourire amusé.

« Je te fais entièrement confiance, ma belle pute... »

La vampire, parfois, adorait insulter ses partenaires. Le sexe était après tout quelque chose de dégradant, que la société condamnait tout en admirant. Pousser des jurons donnait au sexe une dimension crade et sauvage, loin du romantisme mielleux dont on auréolait une séance de sexe. Pour Mélinda, le sexe était tout, sauf romantique ; c’était intense, sauvage, ardent, sale, poussiéreux, et crasseux. On finissait en sueur, épuisés. C’était autant romantique que voir un vieux pneu crevé abandonné dans une décharge... Mais, après tout, Mélinda n’était guère portée sur le romantisme.

Mélinda se tourna alors vers Alice, lui caressant les hanches, et vint l’embrasser, tout en promenant ses mains sur les vêtements de cette dernière. Les deux femmes s’embrassèrent tendrement. Des trois, Mélinda était la plus petite, ce qui était assez curieux, vu qu’elle était celle qui les dirigeait. Alice la dépassait de quelques centimètres, et, pour l’embrasser sur les lèvres, Mélinda devait se tenir sur la pointe des pieds. Elle caressait ses cheveux, avant de commencer à déboutonner le chemisier d’Alice.

« Déshabille-moi, Alice.. souffla-t-elle de sa belle voix suave.
 -  O-Oui... »

Elle hoqueta, et porta ses mains sur les boutons du chemisier d’écolière de Mélinda, les déshabillant. Ses doigts tremblaient nerveusement, mais elle parvint, peu à peu, avec une lenteur insoutenable, à retirer les boutons du chemisier de Mélinda, et à le lui ôter. Mélinda avait un délicat soutien-gorge rouge, tandis qu’Alice arborait un sous-vêtement blanc. Mélinda lui avait confié ce sous-vêtement, car il était particulier. C’était un soutien-gorge conçu pour l’allaitement. On pouvait délicatement détacher le bonnet pour permettre au bébé d’accéder au téton sans avoir à défaire l’intégralité du soutien-gorge... Bien sûr, des femmes comme Mélinda ou Cécile y verraient probablement un tout autre intérêt. Les deux femmes se retournèrent vers Cécile, et chacune l’embrassa sur la joue, avant de mutuellement l’insulter, Alice se prenant au jeu.

« Ma belle petite pute infernale...
 -  Noble salope... Humm... »

Alice l’embrassa sur les lèvres, tirant sur la lèvre inférieure de la succube, tandis que Mélinda l’embrassait tendrement dans le cou, mordillant sa belle peau.

« Nous voulons sentir tes petites mains de traînée sur nos corps, Cécile... Nous voulons que tu nous déshabilles... »
Journalisée


DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
Soara Succubis Reginae
Avatar
-

Messages: 57


Princesse de la Luxure et du Plaisir


Voir le profil
Fiche
« Répondre #8 le: Novembre 03, 2012, 02:51:35 »

Les deux blondes se laissaient complétement aller aux caresses de la belle succube, tandis que cette dernière continuait à déposer quelques baisés humides dans leur cou, léchant leur peau si douce... Elles se déshabillèrent avec sensualité et finirent en sous vêtements, avant de se tourner chacune vers Cécile, l'une l'embrassant l'langoureusement et l'autre lui rendant la pareille dans son cou.

- Ma belle petite pute infernale...

- Noble salope... Humm...

- Nous voulons sentir tes petites mains de traînée sur nos corps, Cécile... Nous voulons que tu nous déshabilles...

- J'exaucerais vos désirs, mes chères petites catins...


C'est donc en continuant de lécher leur peau à tour de rôle, qu'elle défit sensuellement l'agrafe de leur soutif, tout en procurant moult caresses sur leurs poitrine moelleuse. Alice eu même droit un petit bonus, lorsque la succube ne défit que les bonnets de son sous vêtement afin de sucer ses petits tétons durcis par son plaisir. Elle ne délassa pas pour autant la vampire, dont elle pétrissait avec amour ses tendres fesses. Le dé-feuillage des deux jeunes filles dura environ dix longues minutes. Finalement, elle se retrouvait à genoux aux pieds des deux jeunes filles, doigtant tendrement mais rapidement leurs chattes juteuses sans oublier de les lécher avec gourmandise, jusqu'à ce qu'elles atteignent toutes deux un orgasme simultané. Pour se faire, elle variait la vitesse en chacune d'elle... Mais c'était aussi pour faire durer le plaisir et les faire languir...

C'est donc une fois qu'elle fut bien arrosée par leurs jus intimes qu'elle se redressa pour un baisé à trois, se léchant toutes mutuellement la langue. Concentrant sa magie rose, une unique onde de magie pure se rependit dans l'ensemble de l'établissement, avec elles pour épicentre. Cécile ouvrit donc la porte de la cabine et sortit vers le couloir, aussi nue qu'un nouveau né, traînant les deux autres filles derrière elle.

- Alors... On la fait cette petite visite... coquine ?

Si dehors, le temps suivait son cours sans problème, celui-ci semblait comme figé dans le lycée. Mis à part les autres succubes, la directrice et les possibles membres du Cercles présents, tout les autres élèves étaient "sur pause". Et la princesse des succubes voulait faire découvrir aux deux autres les joies de l'exhibitionnisme... avec en quelque sorte un filet de sécurité.
Journalisée

Mélinda Warren
Créature
-

Messages: 3158



Voir le profil
FicheChalant
Description
Petite vampire qui aime mordre des fesses <3
« Répondre #9 le: Novembre 03, 2012, 09:04:52 »

Qui aurait cru qu’un séjour au lycée serait aussi prolifique ? Sûrement pas Mélinda ! Elle y était venue pour accompagner la Princesse de Sylvandell, qui était très curieuse d’en savoir plus sur l’environnement que sa chère femme avait quitté. Alice était très curieuse, et, dans la mesure où Sakura n’aimait pas trop parler de la Terre, Alice allait se renseigner à la source. Elle n’était pas dans les confidences du couple, mais Mélinda se doutait que la Princesse avait du avoir bien du mal à convaincre sa femme de revenir sur Terre, même pour une brève période, et même pour y revoir une femme que Sakura, Mélinda en étant sûre, appréciait beaucoup. Après tout, la Terramorphe avait brièvement été l’esclave de Mélinda, et avait été traitée comme une petite princesse... De quoi convaincre même la plus têtue des Celkhanes qu’une esclavagiste n’était pas foncièrement une mauvaise personne ! Et voilà que Mélinda tombait au lycée sur une vieille, très vieille connaissance ! C’était incroyable, non ? En tout cas, ça l’était pour Mélinda, qui avait toujours du mal à croire à sa chance.

Dans les toilettes, elles se faisaient tendrement l’amour, et la puissante succube était heureuse. Mélinda en savait suffisamment sur le lycée Mishima pour savoir que cet endroit était, pour les succubes et les tenants de la magie rose, un haut lieu. Il y avait tellement eu d’activités sexuelles, de plaisirs lubriques, et de fantasmes pervers ici, que c’était un haut lieu de résonance magique rose. Il fallait croire que Mishima avait toujours eu la tradition d’avoir été un lycée sulfureux. Il ne serait donc pas étonnant de penser que les pouvoirs magiques de Cécile soient décuplés ici.

Cette dernière se mit à genoux devant les deux femmes, et commença à les doigter. Elle y allait lentement, doucement, mais avec un indéniable talent, maîtrisant totalement ce sujet. Mélinda pouvait témoigner qu’elle était terriblement douée. Aucun tremblement, aucune hésitation, aucun faux contact, elle était bel et bien une dame du sexe. Elle maîtrisait à la perfection son sujet, et jouait avec elles, les soumettant et les dominant sans aucune difficulté. Mélinda et Alice soupiraient et gémissaient sous les coups de langues et les doigts de cette femme parfaite, cette incarnation vivante du sexe et du désir. Elles s’embrassaient de temps en temps, leurs mains caressant leurs corps, glissant sur leurs hanches, leurs parties intimes, caressant parfois les longs cheveux de la succube.

« Haaa... Haaaa... Hummmm ! gémissait la Princesse entre plusieurs baisers.
 -  Elle... Elle est née avec un don... Celui d’être la plus formidable des partenaires sexuelles...
 -  Haaann !! Tu... Tu de-devrais l’enga... L’engager, alors...
 -  Elle dévaloriserait... Toutes les... Hummm... Autres... »

De plus, Mélinda doutait que Cécile accepte très longtemps d’être une prostituée dans son harem. Le harem de Mélinda était certes diversifié et proposait des activités soutenues et variées, mais elle savait que les bordels infernaux étaient encore plus extrêmes, et bien plus immenses. Dans les Enfers, on ne se refusait rien. Cécile continuait à jouer avec elles, et elle finit par obtenir sa rétribution : les deux femmes eurent un orgasme, Alice s’abandonnant la première, Mélinda la suivant de peu, à quelques secondes d’intervalle... Comme si Cécile s’était débrouillée pour les faire jouir en même temps toutes les deux. Elle avait rapproché son visage, et se retrouva ainsi avec des déjections de mouille sur sa tête.

Cécile ne leur laissa pas vraiment le temps de souffler, et ce fut l’occasion d‘un langoureux baiser. Les trois femmes se collèrent contre les autres, approchant leurs visages pour parvenir à s’embrasser. Exercice plus difficile qu’il n’y paraissait, car les poitrines gênaient un peu, mais Cécile rythmait bien la cadence, continuant à les dompter. Elle se débrouillait indiscutablement bien, et Mélinda était sous le charme. Elle se rappelait encore mieux maintenant toute la joie qu’elle avait eu à l’invoquer. Cécile l’avait bien aidé à lancer son harem, et on comprenait mieux pourquoi. Le sexe était merveilleux avec elle...

Elle rompit le baiser, et sortit alors, toute nue, dans le couloir. Alice, interloquée, la regarda en clignant des yeux.

« Alors... On la fait cette petite visite... coquine ? »

Alice, comme Mélinda, comprirent alors, en sentant dans l’air une espèce d’odeur envoûtante. Elles s’avancèrent, également nues, suivant Cécile, et comprirent que cette dernière avait du utiliser sa magie rose. La magie rose était généralement aisément perceptible, car elle était très liée au plaisir sensoriel. C’était la magie du plaisir, après tout, et Mélinda, en regardant les fenêtres, vit qu’elle avait du utiliser un sort temporel à l’aide de sa magie rose. Elle devait être douée, car la magie rose, en temps normal, ne permettait pas de faire de tels sorts.

*Sans doute le contexte doit-il l’aider...*

Mélinda s’avança lentement le long du couloir. Ses pas résonnaient difficilement. Tout était ralenti, figé, et elle ouvrit une porte, menant à une salle, pour voir que tout était figé. C’était une salle de cours, et aucun élève ne bougeait. Elle avait considérablement ralenti le temps, et Mélinda s’avança. Alice restait en retrait, assez nerveuse, une main cachant inutilement son sexe. La vampire, quant à elle, vit qu’une lycéenne était sur le tableau, en train de faire un exercice, sous l’œil attentif du prof.

« C’est fascinant... Tu es vraiment une pute très douée, ma salope ! »

C’est fou comme les insultes sortaient facilement dans la boucle de Mélinda. Elle s’approcha lentement de la fille en train de répondre, et caressa ses fesses, les pressant. La peau remuait très difficilement.

« Magnifique... »

Elle leva alors bien haut sa main, et donna une solide gifle sur le cul de cette femme. Quand le temps normal reprendrait son cours, elle allait bondir sur place. Ce serait drôle. Mélinda se retourna alors vers Cécile, et s’approcha d’elle, avant de regarder, avec un léger sourire, le public.

« J’ai toujours aimé me donner en public... Et si je t’enculais devant tout ce public ? Tu en dis quoi, ma chère succube ? »

Fermant les yeux, Mélinda poussa un peu, et un sexe masculin ne tarda pas à apparaître entre ses jambes.

« Tentée ? »
Journalisée


DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.

Tags:
Pages: [1]
  Imprimer  
 
Aller à:  

Powered by SMF 1.1.20 | SMF © 2006-2007, Simple Machines
Awake and Dreaming - Le Grand Jeu
ChatBox