banniere
 
  Nouvelles:
De nouvelles places sont ouvertes pour le poste de modérateurs, si vous êtes intéressés, merci de vous présenter ici.

Liens utiles: Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Cacher les avatars

Le Grand Jeu - Forum RPG

Bad langage Discrimination Drugs Sex Violence Gambling

Bonjour et bienvenue.

Ce forum présente des oeuvres littéraires au caractère explicite et/ou sensible. Pour ces raisons, il s'adresse à un public averti et est déconseillé aux moins de 18 ans. En consultant ce site, vous certifiez ne pas être choqué par la nature de son contenu et vous assumez l'entière responsabilité de votre navigation.

Bonne visite ! :)

Pages: [1] 2 3 4
  Imprimer  
Auteur Sujet: Une colloc' avec lui ? Vous rigolez j'espère ! [Stephen Connor] ~ Terminé.  (Lu 4425 fois)
Anéa
Cap'taine Jmeféchié \o [HS]
Avatar
-

Messages: 3136



Voir le profil
FicheChalant
« le: Septembre 06, 2012, 08:08:29 »

Anéa s’était fixée de nouveaux objectifs avec l’acquisition de sa moitié démoniaque. Elle travaillait toujours de droite et de gauche, et était récompensée comme il se devait par son maître des Enfers. Désormais, elle pouvait poser un pied à terre sur Seikusu, qui restait proche d’un portail et aussi, très réputée pour y rencontrer des créatures en tout genre. Des démons surtout, c’est ça qui intéressait le plus l’ange déchue.

Pendant longtemps, elle passait son temps à héberger dans les auberges et autres bars dégoûtants. Et bon, tout cela n’était pas régulier, donc elle ne savait pas si au soir, elle pourrait dormir dans un bon lit. D’ailleurs, il lui était arrivé plusieurs de dormir dans le parc de Seikusu, ou dans son sous-bois, car aucune chambre à la hauteur de sa bourse d’argent n’était libre. Mais Anéa n’avait plus à craindre tout cela. Même si l’argent ne coulait pas à flots, son travail lui apportait de quoi se prendre cet appartement qu’elle avait vu dans une annonce, sur le journal de Seikusu. Un de ces cocons de 60 m², cuisine à l’américaine avec salon agréable, balcon, une grande chambre, une salle de bain un peu luxueuse avec baignoire à remous. D’ailleurs, c’est sûrement cela qui fit craquer la demoiselle. Cela paraissait un peu superficiel mais, il est vrai que ce genre d’artifice était agréable à utiliser.

Tout ce que cet appartement promettait plaisait à la belle. Même si celui-ci s’imbriquait dans le quartier de la Toussaint. Elle le connaissait bien, et c’était plutôt un avantage qu’il soit là-bas. Peu de personnes seraient intéressées par ce logis, même si son loyer était vraiment à prix cassé. 50 000 Yen, c’est rien pour l’ange déchue. Et c’est avec plaisir et empressement qu’elle appela l’agence immobilière de pouvoir faire une visite de l’appartement de ses vues.

Habillée de manière classe dirons-nous, Anéa cherchait à faire bonne impression à l’agent immobilier, et usait de ses charmes pour qu’il cède plus facilement à la demoiselle s’il devait y avoir de la « concurrence » pour avoir l’appartement. Tous les coups sont permis à ce qu’il parait ! Anéa ne se gênera donc pas. Elle en avait marre de partir à gauche et à droite, de squatter des endroits malfamés. Ca, c’est fini ! Place à la vie de château en forme de loft !

Il était 10h du matin et Anéa, ponctuelle, attendant l’agent immobilier en bas du bâtiment. À son arrivée, l’homme s’excusa et ouvrit à la jeune femme. C’est pas souvent que l’on avait affaire à des hommes galants de nos jours. Bref. Ouvrant la porte de l’appartement, le jeune homme vint préciser à la mi-démone que quelqu’un d’autre allait arriver, lui aussi très envieux de cet appartement. Bien…Restant dans l’entrée, elle passa quelques coups d’œil sur l’ensemble qu’elle pouvait voir. Il serait sûrement parfait pour elle…Mais pas pour l’autre !

« Dernière édition: Août 16, 2013, 01:44:50 par Anéa » Journalisée

~~  Fiche  //  Demande de rps  ~~
Stephen Connor
Poupaw de son fichtonw
Administrateur
-
*****
Messages: 2631



Voir le profil
FicheChalant
Description
Colosse d'un mètre et quatre-vingt quinze centimètres, de près de cent cinquante kilos, aux yeux rouges et à la peau cuivrée. 

Champion de Lucifer, Grand Duc du plan Infernal. A la tête de cent Légions de démons.

Prétendant au trône d'Ashnard, sur le point de réaliser un coup d'état.

PS : Préfère les gros culs D:
« Répondre #1 le: Septembre 06, 2012, 11:12:18 »

Bon sang ! Rejoindre le plan terrestre s’était avéré être une bien mauvaise idée. Voilà désormais plusieurs nuits que le démon dormait dehors, dans un coin abandonné sous le métro de la grande ville. Oh bien sûr il aurait pu retourner au portail, s’en aller louer une auberge à Terra, mais cela ne lui convenait pas. L’argent qu’il avait accumulé sur le plan fantastique n’était évidemment pas valable sur Terre, détails qu’avait omis l’ancien boxeur, désormais sans le sou.

Certes le braquage qu’il avait réalisé, il y a peu, avait été concluant quant aux bénéfices. Mais Stephen n’avait clairement pas assez pour se payer un véritable logis. De plus, il n’avait aucun moyen de justifier le fait de posséder une telle somme. Quelques semaines durant, il avait squatté sans scrupule les appartements de divers contacts, mais sa mine d’hébergeurs avait bien vite été épuisée, jusqu’à le laisser littéralement SDF.

Bon, un peu de classe, quand même. Il prenait soin de toujours voler diverses affaires ça et là pour subvenir à ses propres besoins. D’ailleurs la piscine municipale était devenue pour lui une véritable salle de bain et les employés le voyaient passer chaque jour muni de ses ustensiles de toilettes, brosse à dents etc… En fait il ne savait même pas si son statut de démon de la luxure lui permettait de ressembler à un pouilleux répugnant, mais il ne prendrait pas de risque.

Les quotidiens gratuits distribués à la sortie lui permettaient de rester au courant de l’actualité, et aussi occasionnellement d’observer diverses offres d’embauches. Ce fut au détour d’un de ces brûlots que le démon fut attiré par une des annonces. Ce fut au début le chiffre de 50 000 yen qui l’attira, l’homme lisait bien mal le japonais, évidemment, et pensa à un petit job à mi-temps.

Pas non plus totalement déboussolé technologiquement, l’américain se saisit de son portable et composa le numéro. Assis dans le parc, il discuta un long moment au téléphone avec le dépositaire de l’offre. Etrangement, il comprenait facilement le japonais à l’oral, sans doute que le fait d’être un démon capable de saisir les intonations de la voix jouait là dedans.

Evidemment sa très utile habilité linguistique ainsi que sa capacité à comprendre les émotions ne le mettait guère à l’abri d’un quiproquo. Le propriétaire s’était en effet surtout concentré sur la magnifique baignoire high-tech qu’il proposait, la détaillant à Stephen sous tous les angles, à tel point que ce dernier pensait qu’il avait rendez-vous pour un travail de plomberie.

Oui, le déficit aigu de l’attention dont était pris le démon sur le coup, trop heureux de pouvoir se faire 630 dollars, lui avait laissé croire qu’il devait réparer la pièce. Ni une, ni deux, il s’était empressé d’aller acheter une caisse à outils et une tenue verte hideuse qui le faisait ressembler à Luigi de Mario Bros. Histoire de faire professionnel, mais il donnait surtout l’impression d’être un mauvais cosplayeur, sa barbe naissante lui donnant en plus un air négligé remarquable.

Il se hâta jusqu’au lieu de rendez-vous, courant dans la rue ainsi vêtu, sous l’œil médusé des passants. Au bout d’une quinzaine de minutes, le boxeur pro arriva, même pas essoufflé, en bas de l’appartement. Il ouvrit la porte indiquée par l’hôtesse d’accueil brutalement, posant sa boite à outils au sol, et adopta une pose triomphale, les poings contre les « hanches », observant les deux personnes présentes.

« Tadam ! Stephen Connor, ici pour nett… » Dit-il, baissant le volume à mesure qu’il réalisait que quelque chose clochait. « …oyer la… Enfin… Euh... Bonjour? »

« M… Monsieur Connor ? Euh… Eh bien… Enchanté ? Je vois que vous êtes en tenue de travail, vous devez en sortir je me trompe ? Excusez moi de vous faire quitter en plein milieu de vos… Travaux ? Je rappelais justement à la jeune femme ici présente que le loyer de cet appartement montait à 50 000 yen, comme je vous l’avais dit au téléphone, la location vous intéresse-t-elle toujours ? » Demanda le promoteur immobilier, visiblement partagé entre l’amusement et le choc face à ce type peu commun.

Stephen observa rapidement les lieux, tournant la tête de droite à gauche. Ce truc… pour 630 dollars !? Il haussa les sourcils.

« Par jour ? » Demanda l’homme.

« Par mois voyons ! Ahah ! Je ne pensais pas que les plombiers gagnaient autant Monsieur Connor. » Répondit l’entourloupeur immobilier.

Si cette phrase avait laissé penser que l’américain était riche, nul doute que sa tenue, quant à elle, lui faisait perdre énormément de crédibilité, couplée à son entrée originale et sa boite à outils entrouverte. Le plombier des enfers s’approcha de la visiteuse, lui tendant sa main une fois qu’il l’eut dégantée.

« Ahem enchanté. » Murmura-t-il, visiblement confus.

La journée s’annonçait divertissante.
Journalisée

Anéa
Cap'taine Jmeféchié \o [HS]
Avatar
-

Messages: 3136



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #2 le: Septembre 07, 2012, 02:21:44 »

Franchement, c’est « ça », l’autre personne qui veut l’appartement ? Ce Luigi mal imité, se croyant tout pimpant, et arrivant tel un héros ? Vous rigolez, n’est-ce pas ? En tout cas, il ne fallut pas longtemps à Anéa pour se rendre compte que ce plombier était un démon, ses poils s’hérissant en sentant son aura noire. Pourquoi était-elle sortie sans ses armes ? Raaaah… L’envie de lui arracher la tête ne la quittait pas, mais elle ne pouvait décidemment pas faire cela devant un humain, surtout un certain humain qui devait lui garantir la location de ce somptueux appartement, pour une bouchée de pain. Et quand ce Stephen « Luigi » lui tendit la main pour se présenter, le visage de l’ange déchue dessina un magnifique sourire. Bien évidemment, elle tendit la main pour répondre à cet acte de…Et puis merde. Sa main dans la sienne, elle ne se priva pas pour la lui écraser avec un peu plus de force dans sa poigne, au moins, pour qu’il le ressente.

- Anéa Wiggle. Le plaisir est pour moi…

Tu parles d’un plaisir. Si…Celui de t’arracher la tête dans un futur très proche. « Wiggle »…Depuis son travail dans les bureaux de l’avocat Atayoshi, Anéa se devait de porter autre chose qu’un simple et peu commun prénom. Et sous ses allures de brune endiablée, elle ne ressemblait guère à une asiatique, surtout avec sa taille, et sa poitrine aussi. Wiggle était parfait, et sonnait bien américain aux oreilles de quiconque l’entendait. Ca faisait frais, jeune, sérieux, et surtout, fortuné. Enfin, ce n’était pas le cas de tout le monde apparemment. Pauvre Connor…Avec sa salopette, il ne risquait pas de faire bonne impression à l’agent immobilier. Que c’est triste…La mi-démone sentait que la visite risquait de vite se terminer.

D’ailleurs, engageons-la cette visite. L’agent immobilier fit signe à Sire Connor et demoiselle Wiggle de se diriger vers le salon, donnant sur une terrasse assez grande pour faire un petit salon d’été pour deux ou trois personnes. Le salon en lui-même était gigantesque sans meuble et était collé à une cuisine à l’américaine. Un plan de travail en hauteur donnait l’impression d’un mini-bar, très classe. Frigo imbriqué dans les meubles, grand four, cuisinière design. Pas de la gnognote ça ! Les conduisant ensuite vers la chambre, la pièce, vide aussi, offrait tout de même une petite porte-fenêtre vers le balcon, et aussi une grande garde-robe. Située à part, la salle de bain était le clou du spectable : une grande pièce d’un carrelage d’un blanc parfait, deux lavabos, sanitaires, mais aussi, une grande baignoire d’angle à jets, faisant penser à un jacuzzi. Ah ça…Anéa en avait des étoiles plein les yeux. Bien sûr, il manquait des meubles, mais l’argent n’était pas un problème. Puis, elle n’allait pas laisser passer ça ou le céder un autre ! S’approchant de l’agent immobilier, elle lui démontra son enthousiasme.


- Je vous le prends ! De suite, c’est possible ?

Plus cela irait et plus vite elle pourrait s’installer. Elle devait encore acheter des meubles, les monter et faire la déco. Attendez, deviendrait-elle superficielle ou plus…Humaine ? Possible. En tout cas, le pauvre Luigi ne put placer un mot, la jeune femme trop excitée à l’idée d’emménager dans ce petit paradis…
Journalisée

~~  Fiche  //  Demande de rps  ~~
Stephen Connor
Poupaw de son fichtonw
Administrateur
-
*****
Messages: 2631



Voir le profil
FicheChalant
Description
Colosse d'un mètre et quatre-vingt quinze centimètres, de près de cent cinquante kilos, aux yeux rouges et à la peau cuivrée. 

Champion de Lucifer, Grand Duc du plan Infernal. A la tête de cent Légions de démons.

Prétendant au trône d'Ashnard, sur le point de réaliser un coup d'état.

PS : Préfère les gros culs D:
« Répondre #3 le: Septembre 07, 2012, 04:16:52 »

Ce doux parfum… Aucun doute. Il ne savait pas d’où, il ne savait pas qui, mais il y avait un démon ici, une aura étouffée de démon. C’était léger, comme un petit arôme flottant dans l’air, qui puait le mal, mais sentait aussi doux que le nectar le plus sucré aux narines de Stephen. Il n’était pas excessivement rompu quant à ses pouvoirs de démon, il ne les avait pas vraiment exploités, et deviner qui de ces deux personnes était l’enfant des enfers était dur sans contact physique. L’ancien boxeur déguisé en plombier de jeu vidéo tendit donc sa main droite à Anéa en premier.

Le contact lui apporta une étrange sensation, qu’il ne put expliquer. Pas la même qu’en touchant un confrère, mais un effet presque identique. L’animosité de la jeune femme était dure à ressentir pour l’américain, via ses pouvoirs en tous cas, car son regard en disait long. Ce qui était impossible à distinguer, c’était la raison de cette haine. Etait-ce l’appartement, ou le fait de croiser un collègue qui la dérangeait tant ? En tous cas la force colossale avec laquelle Miss Wiggle lui serra la main arracha un sourire à l’éphèbe, qui chercha également à lui écraser les doigts autant que possible.

« C’est un parfum… Diablement bon que vous portez Mademoiselle Tortillage. » Dit-il en japonais, d’un air amusé, accentuant bien le mot “Diablement“

Sur ce, il lâcha prise, s’en retournant vers le promoteur, à qui il offrit également une poignée de main, bien moins écrasante qu’à Anéa. Le tour de la propriété commença alors de suite. C’était un appartement pas gigantesque, mais bien aménagé. Tout était parfaitement agencé, bien que le manque de meubles à certains emplacements soit tout particulièrement remarquable. Stephen n’avait pas d’engouement particulier pour cet endroit. Il le trouvait sympathique, mais les habitations, maintenant qu’il avait appris à faire sans, ce n’était pas une priorité.

L’américain trouvait les lieux inutilement grands pour une unique personne comme lui, et il lui serait possible de trouver plus adapté pour la vie seul sans qu’il ait à trop dépenser. Bien sûr ses quelques activités illégales lui permettaient de se payer une location luxueuse, mais pour le temps qu’il passait en général dans un domicile, le démon ne comptait pas mettre plus de 400 dollars. Néanmoins son esprit taquin lui disait de pousser Miss Wiggle -si tant est que ce soit son vrai nom- à bout.

Il n’observait pas les lieux, à vrai dire, mais il observait la belle. Ses yeux la scrutant malicieusement, pour attendre l’occasion de la déranger. En voyant son regard s’illuminer devant la baignoire high-tech qu’il pensait être venu réparer, un éclair de génie le parcouru. Il ne put retenir un rire taquin, qu’il n’agrémenta d’aucune parole, si elle pensait en avoir fini, elle se trompait, très lourdement.

L’enthousiasme d’Anéa semblait avoir conquis le vendeur, qui la regardait avec un air fortement intéressé, par ailleurs. C’est vrai qu’elle était tout à fait exquise la diablesse, mais hors de question que le champion poids lourds se laisse faire par une petite friture comme elle. Si elle n’avait pas osé utiliser ses pouvoirs pour le tuer dès son arrivée, c’est qu’elle ne pouvait pas attaquer Stephen, qui allait donc se faire un plaisir de lui taper sur le système.

« Oh oui ma charmante demoiselle il est tout à vous ! Puis-je vous permettre de vous inviter à diner pour fêter cette acquisi… » Commença le promoteur, interrompu subitement.

« Ma qué non ça né va pas du tout. » S’écria l’occidental, qui avait rejoint la salle de bain, imitant l’accent italien qu’il maîtrisait parfaitement grâce à sa chère mère. « Lé lavabo il est tout pourri et la baignoire il est pas counforme. » Expertisa le plombier incompétent, mais dont le pouvoir de persuasion démoniaque n’aurait que peu de mal à déstabiliser l’entourloupeur immobilier. Il revint vers les deux autres sur ce. « Yé né peux pas vous laisser vendre quelqué chose d’oussi insaloubre. Je vous proupose ploutot dé mé laisser rester ici en tant qué locataire, qué yé pouisse réparer tout ça ! » Proposa-t-il pour finir, un sourire vicieux aux lèvres adressé expressément à la semi démone.
Journalisée

Anéa
Cap'taine Jmeféchié \o [HS]
Avatar
-

Messages: 3136



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #4 le: Septembre 07, 2012, 04:44:46 »

Mince ! Il avait également de la poigne, le bougre. Normal pour un démon, en fait. Et lorsque ce Stephen lui fit la remarque de son parfum, elle comprit parfaitement de quoi il s’agissait. Un petit sifflement, digne d’un serpent, s’échappa de ses lèvres, alors qu’enfin, elle ne lui prêtait plus d’attention. Le tour du propriétaire s’était fait sans accroc. Le démon ne disait rien, seul l’agent immobilier, devenant légèrement lourdingue, parlait à la demoiselle. Il était clair qu’elle ne le laissait pas indifférent, aux vues de ses regards insistants. L’habit de l’ange déchue n’aidait en rien, la jupe moulante faisant apparaître ses formes féminines. Bref…En tout cas, l’appartement, elle le voulait et en avait fait par à l’agent immobilier. Et alors que celui-ci allait faire plus que lui offrir la location, Stephen s’interposa, le coupant dans son élan. Prenant un accent italien, il essayait de faire comprendre au promoteur que le lieu n’était en rien conforme. Et sur le coup, Anéa porta sa main devant sa bouche, et se mit à rire sans retenue. C’était tout bonnement ridicule, mais tout aussi drôle. Rire aussi bien de son accent, mais aussi du fait qu’il avait cassé le jeune agent, déçu de ne pas avoir pu finir son invitation.

- Vous plaisantez, Monsieur Connor ! Il a été refait à neuf il y a deux semaines ! Et tout est conforme ! Vous voulez être locataire aussi, c’est cela ? Le propriétaire est d’accord pour une collocation, si vous le souhaitez…

What ? Hors de question que l’ange déchue fasse une collocation avec le pseudo Luigi démoniaque ! Ah ça non ! Dans un sourire charmeur, en s’adressant à l’agent immobilier, elle lui demanda si elle pouvait discuter tranquillement avec Monsieur Connor, seul à seul. Acceptant d’un signe de tête, il referma la porte de la salle de bains derrière lui, laissant les deux démons ensemble. Anéa prit place juste à côté du lavabo, les pieds dans le vide, tout en s’adressant au plombier, tout en soupirant dans un sourire.

- Merci pour l’intervention. Ca m’aura au moins évité de dîner avec lui. Par contre, le coup de la plomberie en mauvais état…Je n’ai pas envie de jouer à ça, démon. Cet appartement, j’en ai besoin.

Elle était inhabituellement calme avec un démon pour une fois. Et puis, dans le fond, cet appartement, ce n’était pas vraiment une obligation, mais elle souhaitait pouvoir trouver un endroit bien à elle, sans avoir à chercher continuellement un endroit où dormir. Quitte à mettre le prix, elle le fera, mais elle obtiendra ce qu’elle voudra. L’appartement, et aussi la tête de Stephen…

- Que cherches-tu à faire ?

Si c’est pour l’énerver, c’était plutôt bien parti, même si elle ne montrait guère. Elle souhaitait finir cette histoire au plus vite. Son impatience se traduisit d’ailleurs par cette mèche de cheveu qu’elle commença à tournoyer entre ses doigts…Vieux tic qu’elle avait pris lors de sa courte vie de lycéenne humaine…
« Dernière édition: Septembre 10, 2012, 10:47:57 par Anéa » Journalisée

~~  Fiche  //  Demande de rps  ~~
Stephen Connor
Poupaw de son fichtonw
Administrateur
-
*****
Messages: 2631



Voir le profil
FicheChalant
Description
Colosse d'un mètre et quatre-vingt quinze centimètres, de près de cent cinquante kilos, aux yeux rouges et à la peau cuivrée. 

Champion de Lucifer, Grand Duc du plan Infernal. A la tête de cent Légions de démons.

Prétendant au trône d'Ashnard, sur le point de réaliser un coup d'état.

PS : Préfère les gros culs D:
« Répondre #5 le: Septembre 07, 2012, 08:01:16 »

Stephen ne pouvait pas vraiment blâmer le seul mortel en présence. Il est vrai que la démone était diablement belle, et habillée de façon à mettre son corps en valeur. Les hommes sont faibles face au charme des belles femmes, et l’aura supérieure d’Anéa devait la rendre encore plus désirable pour un simple mortel. Elle semblait, quant à elle, plutôt charmée par l’appartement. Indéniable que ce dernier était beau, et sûrement qu’y vivre était un réel plaisir. Mais le véritable plaisir de l’américain, c’était d’énerver encore un peu plus l’hybride.

Son petit numéro avait semblé l’amuser, dommage, il souhaitait surtout l’empêcher de louer l’appartement pour encore quelques temps. Malgré sa persuasion, le promoteur n’en avait pas démordu, déstabilisé, certes, mais pas vaincu. Il est clair qu’un pouvoir de persuasion démoniaque ne devait pas avoir le même impact déguisé en Luigi. Malgré tout il avait ouvert la porte vers une nouvelle possibilité, qui lui arracha un sourire alors qu’il était revenu vers les deux autres.

Anéa usa de son charme pour convaincre l’humain de la laisser s’entretenir avec son confrère démon, qui ne put réprimer un sourire, au coin des lèvres. Là elle en avait vraiment marre, mais il n’avait pas fini, pas encore. De plus le jeu commençait à faire bouillir en lui l’envi de gagner. Comme si obtenir cette location était plus de l’ordre de la victoire personnelle que de l’aspect pratique. Réprimant le sourire qui ornait ses lèvres, le brun observa le promoteur une dernière fois, avant que celui-ci ne ferme la porte sur les deux infernaux.

Son regard se reporta alors immédiatement vers la belle diablesse, qu’il complimenta d’un sourire muet. Le boxeur s’assit donc sur les rebords de la baignoire, les bras croisés. Etrangement, cette démone se semblait pas l’apprécier, Stephen ne s’en souciait pas trop, il avait déjà assez d’ennemis comme ça, mais c’était surtout la raison qui lui échappait.

Il hocha la tête fièrement lorsqu’elle le remercia, pour vite redescendre de son petit nuage. Cette façon de l’appeler « démon », c’était plutôt malvenu de la part d’une collègue des enfers. Elle réussit à arracher une première moue agacée à son interlocuteur, qui haussa les sourcils à la suite de la phrase. Pourquoi avait-elle tant besoin de cet habitat en particulier ? Quelque chose à faire, une mission ?

Le monstre s’abstint donc de toute réponse à cette première phrase, si elle ne lui posait pas de question, il ne fournirait pas de réponse. Mais l’interrogation ne tarda pas à suivre, amusant Stephen, changement de plan, il la forcerait à le supporter. Sous ses airs de sportif pas bien malin, l’américain restait un type dégourdi, largement en mesure de rivaliser de malice avec les plus rusés renards des enfers.

« Démon ? Tu sens aussi mauvais que moi ma belle, Tu pues l’enfer, le vice, que ça te plaise ou non, tu es du même bord que moi. Et même si le patron me demandait de te laisser cet endroit, je n’en ferais rien. Mon accoutrement doit bien te prouver à quel point j’ai besoin d’un logis, partageons donc. » Proposa l’éphèbe, affichant un sourire franc mais également vicieux.

Il la regarda jouer avec ses cheveux, amusé. Lentement, il se leva pour s’approcher d’elle. Ses yeux se perdirent dans ceux d’Anéa, comme si il essayait de lire en elle. Sa proposition, il ne reviendrait pas dessus. De plus, malgré son air négligé, il avait largement les moyens d’aller récupérer son butin caché, offrant une confortable avance sur le loyer qui ne manquerait pas de convaincre le promoteur. Trouver de l’argent n’est pas compliqué pour un démon, trouver une couverture légale pour justifier d’un tel magot l’était plus, d’où la déception du monstre en voyant qu’il n’avait pas de quoi blanchir son trésor.

« Nous nous entendrons très bien, j’en suis persuadé. » Murmura-t-il d’une voix calme, ses yeux perçant rivés sur la démone.
Journalisée

Anéa
Cap'taine Jmeféchié \o [HS]
Avatar
-

Messages: 3136



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #6 le: Septembre 07, 2012, 10:28:39 »

Si Stephen avait agi avant que l’autre gus n’invite Anéa à dîner, il semblait chercher à embêter la demoiselle. Sa feinte fit que la jeune femme demanda un huit-clos avec le démon, seul à seul. L’agent immobilier s’exécuta, laissant la jeune femme avec Luigi. Et apparemment, elle avait dit quelque chose qu’il ne lui avait pas plu, à sa petite grimace qu’il fit, et surtout à ces paroles. Le visage d’Anéa se figea, fronçant les sourcils. Lui rappeler son statut de démone, même si elle ne l’était qu’à moitié, lui hérissait le poil. Elle détestait cela. Surtout qu’il était rare que quelqu’un découvre si facilement son statut démonique. Expressément, elle avait refermé sa main, et au fur et à mesure que Stephen parlait, son poing se serrait. Tellement que, lorsque Luigi s’approcha d’Anéa, la jeune femme se rendit compte, en ouvrant sa main, qu’elle avait un peu abusé. Ses ongles s’étaient plantés dans la chair de sa paume jusqu’à sang. Peu, mais tout de même. Jouant de sa main blessée, un fin filet rouge se dessina, alors qu’elle avait le sourire aux lèvres.

- Oh oui…Plus que bien même…

Se rapprocher du démon lui permettra de bien faire son travail de toujours : l’éliminer. Ca ne sera pas forcément facile de vivre avec lui, l’envie de lui trancher la gorge la titillera, c’est sûr. En plus, une fois éliminé, Anéa pourra se servir en sang de démon. Plus elle en aurait, et plus son penchant démoniaque s’éveillerait. Finalement, elle descendit du lavabo, tournant le dos un instant à Stephen, fouillant dans son sac. Elle en sortit un mouchoir pour éponger son sang, qu’elle lécha d’abord doucement, se régalant de son propre liquide de vie. De son sac, elle sortit également un chéquier. Un premier d’un montant de 50 000 Yen, puis un autre du même montant, puis les déchira de son chéquier.

- On verra combien de temps tu tiendras avec moi…

Un sourire malicieux s’était dessiné sur ses lèvres. Passant à côté de Stephen, le frôlant même, elle rouvrit la porte de la salle de bain, se dirigeant vers l’agent immobilier qui attendait patiemment à l’entrée. Lui tendant les deux chèques, un de caution et l’autre pour le mois. Un sourire aux lèvres, elle s’adressa à lui enfin.

- Nous avons discuté, et nous avons préféré le choix de la collocation, plutôt que de se disputer ce somptueux appartement. Voici ce qu’on vous doit. Puis-je avoir les clés, s’il-vous-plaît ?

- Bien. Voici. Pour les papiers, il vous faudra venir dans les prochains jours à l’agence, tous les deux, pour finaliser et vous faire vraiment locataires.

- Nous serons là…

Et ce fut le dernier sourire qu’elle lui adressa avant que l’agent immobilier s’en aille définitivement. Ne se retournant pas, Anéa jouait avec les clés dans la main, sans se soucier de Stephen. Il semblait vouloir la faire sortir de ses gonds. Il allait être surpris de sa patience. Ou alors, peut-être qu’il se montrera plus énervant qu’il ne le montre maintenant, et fera tourner en bourrique l’ange déchue.
Journalisée

~~  Fiche  //  Demande de rps  ~~
Stephen Connor
Poupaw de son fichtonw
Administrateur
-
*****
Messages: 2631



Voir le profil
FicheChalant
Description
Colosse d'un mètre et quatre-vingt quinze centimètres, de près de cent cinquante kilos, aux yeux rouges et à la peau cuivrée. 

Champion de Lucifer, Grand Duc du plan Infernal. A la tête de cent Légions de démons.

Prétendant au trône d'Ashnard, sur le point de réaliser un coup d'état.

PS : Préfère les gros culs D:
« Répondre #7 le: Septembre 08, 2012, 02:29:08 »

Dur de sonder la belle Anéa. Depuis son retour sur Terre, le démon n’avait pas côtoyé le moindre de ses semblables. En revoir lui faisait, à vrai dire, chaud au cœur, mais la charmante femme ne semblait pas partager cet enthousiasme. Impossible de comprendre pourquoi, lui qui avait pourtant un certain don d’empathie. Que désirait-elle réellement ? Toute la véhémence qu’elle dégageait, pour une question aussi triviale que l’attribution d’un appartement, ce n’était pas du goût de Stephen. Ce dernier avait néanmoins suffisamment le goût du jeu pour ne pas se laisser abattre. Son regard se faisait plus espiègle à chaque seconde, témoignant de son envi de provoquer la démone.

Le boxeur sentait la haine pure qu’Anéa dégageait, s’en délectant, démon lubrique et sadique qu’il était. Bien sûr il ne voyait pas celle-ci se déchirer la peau sous l’effet de la rage, mais il prenait plaisir à la sentir ainsi énervée. Nul doute qu’il aurait été relativement inquiété en voyant les mains sanguinolentes de sa collègue, mais son manque général d’attention lui évita cette peine. Toujours est-il qu’elle avait un air atrocement malsain, de plus en plus. Rien qui ne choqua particulièrement l’ancien violeur en série, mais assez dérangeant pour qu’il puisse sentir comme un manque de franchise chez sa colocataire.

Il se contenta de regarder la pièce, ses mains enfoncées dans ses poches. Rien à dire, c’était quand même plus luxueux que les douches de la piscine municipale. Le monstre ne faisait plus vraiment attention à elle, observant la salle avec un intérêt proche de la béatitude. Son manque d’attention lui avait fait omettre les moult détails qui faisaient de cette salle un vrai paradis. Il comprenait désormais pourquoi le promoteur s’était tant attardé sur la description de ce lieu en particulier, un point de vente clé à n’en pas douter.

Le bruit sec des chéquiers arrachés le ramena à la réalité. Stephen adressa un sourire à la jeune femme, en réponse à sa remarque. En effet, combien de temps pouvait-il tenir en compagnie d’une belle démone avec un caractère qui la rendait encore plus désirable ? Luigi restait ainsi à s’interroger tandis que sa collègue partait remettre les deux chèques au promoteur. Se rendant compte qu’elle était partie, il se ressaisit, rattrapa Anéa et observa le reste de la scène avec attention.

Ils se retrouvèrent bien vite seuls tous les deux, dans ce somptueux appartement, comme l’avait si bien qualifié l’hybride. D’un pas lent et feutré, Stephen s’approcha d’elle par derrière, posant ses mains sur ses épaules. Il approcha ses lèvres des oreilles de la belle, d’une façon qui restait ambigüe quant à ses véritables intentions. S’arrêtant à quelques centimètres de son lobe, il prit la parole de sa voix légèrement rauque.

« Si tu me disais ce que tu veux faire ici, en réalité ? » Demanda le monstre, ne croyant pas que cette femme avait pu tant insister dans le simple but d’y vivre. « Tu as refusé ma présence dès le début, et d’un seul coup, je suis toléré. » Grogna-t-il, ses grandes mains puissantes glissant le long des bras d’Anéa, lui attrapant les poignets. « Si tu me disais ce qui t’emmène ici, nous gagnerions du temps. » Souffla alors Stephen, ses lèvres frôlant les oreilles de la démone.

Il était joueur, elle avait sans doute pu le remarquer, et il ne se laisserait pas démonter par l’esprit de cette jolie déchue, si orgueilleuse soit-elle. Son torse musclé (au travers de son ignoble salopette, mais ne le précisons pas pour conserver le glamour) se pressa contre le dos de la belle.

« Je suis quelqu’un de très patient, crois moi, et je saurai ce que tu mijotes. » Termina-t-il, la relâchant dans un souffle chaud, un sourire aux lèvres.
Journalisée

Anéa
Cap'taine Jmeféchié \o [HS]
Avatar
-

Messages: 3136



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #8 le: Septembre 08, 2012, 03:55:58 »

Enfin, Anéa avait les clés de l’appartement. Pas pour elle toute seule, mais c’était déjà un bon début. Et dans sa petite tête de mi-démone, elle sentait que Stephen ne tiendrait pas longtemps à ses côtés. Ou bien, serait-ce l’inverse ? S’approchant d’elle, le démon posa ses grandes paluches sur les épaules, les faisant ensuite glisser le long de ses bras pour rejoindre ses poignets. Ce geste eut pour effet d’arracher un frisson à peine caché chez Anéa. Un fin sourire naquit sur ses lèvres quand le monstre, par ses paroles, cherchait à savoir ce que la demoiselle voulait vraiment, avec cet appartement. Pourtant, c’est très simple. La jeune femme tourna légèrement la tête, ne cherchant même pas à se défaire de l’étreinte de l’homme, essayant de croiser son regard.

- J’en avais tout simplement marre de devoir courir à droite et à gauche pour trouver un endroit où dormir. Marre de traîner les rues. Marre qu’on me prenne pour une souillon. Satisfait ?

Tirant légèrement sur ses mains vers l’avant, elle se détacha d’un coup sec de l’emprise du démon. Et se retournant vers lui, elle lui adressa un sourire malsain. Sa main droite vint se glisser sur le haut de son torse, griffant doucement son cou.

- Je ne te tolère toujours pas, et ça n’arrivera jamais. Je ferais juste comme si tu n’existais pas. Moi aussi, je suis très patiente, mon beau plombier…

Être rabaissé et ignoré, voilà deux points que les démons n’aimaient guère. S’attaquer à leur égo était chose simple et qui le troublait facilement. Ensuite, il s’énerve et perd patience. Ainsi, un démon est plus simple à éliminer. Mais ce n’est pas le but de l’instant pour Anéa. Désarmée face à un Luigi dont elle ne connaissait rien de sa force, à part la puissance de sa poignée de main, l’ange déchue ne pouvait rien faire. Par la suite, elle avisera. Elle ramènera ses armes à l’appartement et peut-être, elle pourrait lui régler son compte.

- En quoi ma venue ici t’intéresse ? Tu n’as pas à le savoir. On n’est pas amis à ce que je sache.

Jouant encore avec les clés, elle finit par les déposer dans les mains du démon. Ils avaient encore beaucoup à faire pour la fin de la journée. Acheter et installer un minimum de meubles et de nourriture pour au moins prendre réellement possession des lieux avant la nuit. Aussi, Anéa devait récupérer ses affaires, même si elle ne possédait pas grand-chose, dans l’hôtel où elle avait loué une chambre depuis deux jours maintenant. Fouillant dans son sac, elle y choppa un élastique. Attrapant au maximum ses longs cheveux noirs, elle les remonta en queue de cheval, bien plus pratique pour elle.

- Je te laisse les clés. Pas que je te fasse confiance Luigi, mais bon. J’ai des choses à récupérer et ramener ici. Si tu dois faire de même, fais.

Oui, oui. Elle allait le laisser en plan, là, dans l’appartement…C’est Anéa quoi. Elle n’était pas tendre avec les démons, et encore, Stephen avait de la chance. Il avait toujours sa tête sur ses épaules…
Journalisée

~~  Fiche  //  Demande de rps  ~~
Stephen Connor
Poupaw de son fichtonw
Administrateur
-
*****
Messages: 2631



Voir le profil
FicheChalant
Description
Colosse d'un mètre et quatre-vingt quinze centimètres, de près de cent cinquante kilos, aux yeux rouges et à la peau cuivrée. 

Champion de Lucifer, Grand Duc du plan Infernal. A la tête de cent Légions de démons.

Prétendant au trône d'Ashnard, sur le point de réaliser un coup d'état.

PS : Préfère les gros culs D:
« Répondre #9 le: Septembre 09, 2012, 01:43:47 »

Stephen ne savait pas vraiment comment gérer sa collègue. Le charme indéniable de celle-ci le laissait continuellement perturbé. Cet aspect calme, froid et manipulateur, pour un démon comme l’américain, c’était naturellement d’un érotisme certain. C’est donc avec des gestes empreints de sensualité que le boxeur s’était emparé des épaules de la diablesse. Il savoura la douceur de sa peau nue. Ses mains, grandes et calleuses, la frictionnant doucement. Après tout, le représentant des enfers était avant tout un émissaire de la luxure, nul doute qu’Anéa ne devait pas rester de marbre à ces gestes. De même, il parlait à quelques centimètres à peine de son oreille, laissant son souffle chaud lui caresser le lobe. Quel plaisir de jouer avec une si intéressante démone. Un sourire de prédateur naquit sur le visage de Stephen.

Ses mains continuèrent donc leur parcours, s’arrêtant sur les petits poignets de Miss Wiggle. Celle-ci tira alors sèchement en avant, rompant son étreinte. Doucement, et avec une grâce tout à fait remarquable, la belle diablesse se retourna vers le monstre, qui l’observa en se mordillant doucement la lèvre inférieure. Même si le sourire d’Anéa était étrange, empreint de malice, le boxeur n’en tint pas compte. Un soupir rauque s’échappa d’entre ses lèvres charnues lorsqu’elle passa sa main fine et douce sur le haut de son torse. Non pas qu’il ressente grand-chose avec sa salopette, mais l’intention première lui plaisait grandement. La griffure de la démone le poussa à se saisir d’elle par les hanches, la plaquant de force contre son torse musclé. Si elle voulait l’affrontement, elle ne l’aurait pas, mais nul doute qu’il jouerait avec elle autant que la femme le voudrait.

Ses paroles l’agacèrent clairement, pas le fait qu’elle se moque de lui, au contraire ça ne la rendait que plus désirable, mais le fait qu’elle menace de l’ignorer. Tout monstre d’égo qu’était l’ancienne célébrité, au physique avantageux, à l’aura séduisante à la voix puissante, il ne pouvait tolérer que l’on ne s’extasie pas sur lui. Un grognement caverneux quitta ses lèvres pulpeuses, tandis qu’il lâchait les belles hanches d’Anéa en remontant légèrement vers les côtes dont il sépara ses mains bien vite. Un félin qui ne joue pas, chasse. Si elle voulait passer du statut de compagnon de jeu à proie, le monstre se ferait un plaisir de l’aider. Le compliment de fin de phrase, étouffé par la moquerie de l’hybride, ne parvint même pas aux oreilles du plombier.

« Parle autant que tu veux. Tu seras à moi. » Affirma-t-il de sa voix rauque, approchant son visage. « Je ne veux pas non plus de ton amitié, diable. » Termina le démon.

Il insista bien sur le dernier mot, comme pour lui signifier qu’elle ne vaudrait jamais mieux que lui, que son sang impur était et serait à jamais le même que le sien. Cela, il le pensait. Son passé d’ancien champion faisait de lui un adversaire redoutable, et une cible de choix pour les chasseurs en tous genres. Mais il était loin de penser que celle qu’il croyait être une alliée en voulait à sa vie. Savoir ça l’aurait sûrement persuadé à s’en aller sans rien dire, mais son esprit taquin l’empêchait de réaliser les ambitions peu agréables de la belle.

Elle déposa les clefs dans ses mains. Il referma son étreinte dessus. Très bien, il les conserverait. Le trousseau fut bien vite rangé dans sa poche droite. La jeune femme expliqua qu’elle devait aller chercher ses affaires. Stephen ne répondit pas, s’en allant après elle chercher, lui aussi, les quelques biens qu’il possédait encore. Ce fut à peine une demi-heure plus tard qu’il revint avec ses quelques vêtements.

L’appartement était vide. Seul, il décida donc de prendre un bain. Les clefs tournèrent et il les laissa dans la porte, pour s’assurer que sa colocataire ne puisse crocheter la serrure. Le démon se coula donc un premier bain, simple, pour se laver. Un court instant, il décrassa la saleté accumulée durant ces derniers jours, puis s’en prépara un deuxième, faisant usage des jets de remous de la bassine pour se détendre.

« Quelle garce… Belle, mais une sacrée garce. » Pensa-t-il à voix haute, affalé dans la baignoire.
Journalisée

Anéa
Cap'taine Jmeféchié \o [HS]
Avatar
-

Messages: 3136



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #10 le: Septembre 09, 2012, 03:54:41 »

Mince. Cette force avec laquelle il l’avait attrapée aux hanches avait presque fait défaillir l’ange déchue. L’esprit démoniaque d’Anéa n’en était que plus perturbé, partagé entre l’envie de lui sauter dessus, car il n’y a pas à mentir, Luigi est bel homme, et l’envie de le laisser en plan, histoire de le faire enrager. Seconde option choisie ! Stephen comptait bien la faire chier, et elle n’allait pas se priver de son côté non plus. Se dégageant de son étreinte, elle glissa les clés de l’appartement dans les grandes mains du plombier. Elle avait des affaires à récupérer et cela risquait de prendre du temps. Un sourire moqueur face à la remarque du démon, elle se retourna doucement, la main en l’air comme pour le saluer.

- Mais oui, bien sûr…

À lui ? Il croit encore au Père Noël celui-là. Le laissant là, elle prit direction cette auberge, aussi dans le quartier de la Toussaint et non loin de l’appartement, auberge qui l’hébergeait depuis quelques jours déjà. Dans sa chambre, elle prit soin d’emballer les lames de ses armes de bandelettes, de ranger correctement ses habits. Choses faites, elle se rendit à l’accueil où elle paya ce qu’elle devait. Mais en plus, Anéa demanda de l’aide à l’aubergiste pour utiliser ce que vous, mortels, vous appelez Internet. Un ordinateur près du téléphone à l’accueil et avec l’aubergiste, la jeune femme put commander certains meubles d’un seul clic et de la nourriture, le tout étant livré en fin de journée à son nouvel appartement. Tout en remerciant cet homme, elle agrippa ses affaires tant bien que mal, arpentant le quartier pour se rendre chez elle.

Jusque là, tout allait bien. Parfaitement bien, même. La mi-démone n’allait pas dormir dehors, ni par terre, n’allait pas mourir de faim. Il n’y avait qu’une tache à cette journée qui aurait très bien pu être parfaite : Luigi. Et ce bougre avait encore fait le con. Arrivée devant la porte de l’appartement, elle tourna la poignée. Bloquée. Enfermée dehors la petite ! Elle essaya bien de crocheter la serrure avec  une épingle à cheveux, mais rien. Il avait du laissé les clés sur la porte…


- L’enfoiré…

Poireautant quelques minutes devant la porte, armes et vêtements en mains, ne se fatiguant pas à toquer, elle décida de sortir, une idée lui était parvenue. Dehors, presque personne. Juste des chats errants, mais pas d’humains. Bon. En vue, il y avait le balcon, un peu haut pour y aller en grimpant…Il n’y avait plus qu’une solution : y aller par les airs, et en espérant que personne ne la voit. Anéa regarde à gauche, à droite, plusieurs fois, avant de finalement sortir rapidement ses ailes et de se rendre sur le balcon de son appartement. Ses ailes disparaissent aussi vite qu’elles étaient apparues quand posa pieds à terre sur le balcon. Maintenant, essayons de voir si elle est ouverte. Tournant la poignée, un sourire amusé se dessina sur le visage de l’ange déchue. Le prometteur avait oublié de la fermer, et Stephen aussi. Un petit rire étouffé passa ses lèvres, tout en rentrant dans l’appartement. Dans un coin du salon, elle déposa ses armes, prit quelques affaires. La jeune femme avait besoin de se changer, n’aimant guère les vêtements trop serrés, même si cela la mettait drôlement en valeur. Elle préférait être à l’aise. Affaires en mains, elle se dirigea vers la salle de bain. C’est alors qu’elle entendit le bruit de l’eau, et surtout Stephen qui ruminait. Un second rire étouffé se fit entendre, alors qu’elle passa finalement la porte, sans se soucier un seul instant du démon. Pas même le regarder.

- Merci du compliment !

Prenant place devant un lavabo, face au miroir, son premier geste fut de retirer ses escarpins. Un " Haaaaa " de soulagement souffla doucement, alors qu’elle s’amusait à jouer des orteils et des pieds, comme pour les détendre. Ce qu’elle n’aimait pas avoir de chaussures. Y’a rien de mieux que les pieds nus ! Ignorant toujours la présence du démon, elle retira sa robe par le haut, dévoilant son corps, son buste à l’air libre. Seule son intimité était cachée par une culotte blanche. Peut-être que Luigi remarquerait certaines de ses cicatrices ? Ou bien, ça elle n’en doutait pas, il en profiterait pour défiler ses yeux sur les courbes de la jeune femme. Ca aussi, elle n’en avait que faire. Attrapant son mini-short, Anéa l’enfila assez rapidement. Puis, ce fut au tour de son tee-shirt fétiche de mortel, un blanc taillé pour homme, qui recouvrit enfin le haut de son corps nu. Chose faite, elle détacha sa longue chevelure noire pour vaguement défaire les nœuds de ses doigts, avant de finalement commencer une tresse. De temps en temps, son regard partait, par l’intermédiaire du miroir, chercher les réactions du démon, et flirter aussi sur ses muscles à lui. Plus que bel homme…Mais la mi-démone restait muette et ne daignait tourner le visage pour lui adresser la parole. Elle avait bien dit qu’elle ferait comme s’il n’existait pas…
« Dernière édition: Septembre 09, 2012, 04:53:03 par Anéa » Journalisée

~~  Fiche  //  Demande de rps  ~~
Stephen Connor
Poupaw de son fichtonw
Administrateur
-
*****
Messages: 2631



Voir le profil
FicheChalant
Description
Colosse d'un mètre et quatre-vingt quinze centimètres, de près de cent cinquante kilos, aux yeux rouges et à la peau cuivrée. 

Champion de Lucifer, Grand Duc du plan Infernal. A la tête de cent Légions de démons.

Prétendant au trône d'Ashnard, sur le point de réaliser un coup d'état.

PS : Préfère les gros culs D:
« Répondre #11 le: Septembre 09, 2012, 11:47:45 »

Stephen s’était laissé aller à ses pensées, affalé dans le bain. Il comprenait toute la publicité qui avait été faite autour de cette baignoire, dont les propriétés relaxantes semblaient presque magiques. Son esprit divaguait, sur le futur, ce qu’il ferait prochainement. D’ailleurs il n’en oubliait pas Anéa pour autant, qu’allait-il donc bien pouvoir faire avec cette démone ? Il avait senti l’agitation en elle lorsqu’il l’avait pris avec force dans ses bras. Le monstre se surprenait à visualiser, dans son esprit, le visage de sa collègue avec envi, porté par les vibrations douces de l’eau chaude. Apparemment la diablesse aimait se sentir poussée, elle aimait la force, il s’en donnerait donc à cœur joie.

Il fut bien vite tiré de ses fantasmes lorsqu’un bruit résonna. Le boxeur vit la poignée tourner, et ses sourcils se haussèrent sous le coup de l’incompréhension. Il lui semblait pourtant s’être arrangé pour que sa belle colocataire ne puisse entrer. Ce fut sans grande surprise qu’Anéa, pénétra dans la salle de bains, se dirigeant vers le lavabo en ignorant totalement le beau démon. Néanmoins elle le remercia du compliment, arrivant face au miroir de sa démarche gracieuse, qui arracha un haussement de sourcils approbateur à Stephen.

Le regard du monstre se porta d’abord sur le visage, ironiquement angélique, de la diablesse. Il se mordit la lèvre en observant sa belle bouche pulpeuse. Affalé dans son bain, le goujat posa ses bras sur les rebords. Ses yeux s’écarquillèrent de nouveau lorsqu’il comprit que sa colocataire envisageait de se changer. L’ignorait-elle encore ? Pas une gêne, il l’obligerait à se rendre compte de sa présence. Stephen se délecta purement à la vue du beau buste d’Anéa, s’imaginant qu’il le serrait contre lui de ses bras puissant. Elle avait un corps athlétique parsemé de cicatrices, ce qui n’étonnait pas vraiment le monstre, après tout elle était une diablesse.

Nul doute qu’il se serait proprement jeté sur la belle s’il avait vu comme elle le dévorait du regard. Mais, lui-même obsédé par son corps séduisant, l’homme ne prêtait pas attention à ses yeux dans le miroir. N’y tenant plus, il se leva, éteignant les remous de la baignoire. Son corps musclé d’éphèbe était parcouru de fines gouttelettes d’eau. Naturellement, il était nu, son membre circoncis pendant entre ses cuisses. Il se saisit d’une serviette, l’enroulant autour de sa taille.

Son pas lent le mena vers Anéa, qu’il entoura de ses bras en douceur. Il passait en dessous de ses aisselles, ses mains se rejoignant près du bas ventre de la démone. Stephen glissa doucement ses doigts en dessous du t-shirt de sa proie. Ceux-ci lui caressaient doucement le ventre, glissant de temps en temps un peu plus bas, juste sous le bouton du jean qu’avait enfilé la sublime diablesse. Ses lèvres vinrent se nicher dans le cou de la belle, y déposant quelques baisers. La tête de Stephen remonta alors vers ses oreilles, y déposant ses paroles d’un souffle chaud.

« Es-tu sûre de vouloir m’ignorer ma belle ? » Demanda-t-il, ses lèvres touchant à peine l’appareil auditif d’Anéa, à chaque parole.

Sur ce, il pressa son corps contre celui de la diablesse, attendant avec impatience de la voir réagir.
Journalisée

Anéa
Cap'taine Jmeféchié \o [HS]
Avatar
-

Messages: 3136



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #12 le: Septembre 10, 2012, 01:35:30 »

Stephen, tu n’existes pas ! Voilà ce que l’esprit d’Anéa ne cessait de lui répéter, ou plutôt sa raison. Mais son regard la trahissait, se perdant dans le miroir, fixant par moment le beau démon. L’ange déchue n’aimait guère lorsque son côté démoniaque ressortait, attiré par le luxe et surtout, la luxure. Et qui mieux que Luigi pouvait l’incarner…Mais la demoiselle l’ignorait du mieux que possible, tout en prenant soin de ses cheveux, les tressant. Bien évidemment, elle entendit les clapotis de l’eau se stopper, le corps puissant de Stephen sortant du bain. Mon dieu, qu’allait-il fait encore ? Anéa avait un mauvais pressentiment.

Le démon, encore ruisselant d’eau, s’était enroulé dans une serviette, s’approchant dangereusement de la jeune femme. Se postant derrière elle, il vint délicatement la prendre dans ses bras, jouant de caresses sur son ventre, au-dessus et au-dessous de son tee-shirt, flattant sa peau de nacre. Anéa ne put réprimer un frisson et un léger soupir quand celui-ci passa ses doigts agiles un peu sous son short. Mais elle l’ignorait encore, le laissant faire cependant, alors qu’elle continuait à tresser ses cheveux. Son cou dénudé et délicat fut accablé de baisers, attentions qui la firent rougir légèrement, son cœur s’emballant doucement. Et quand le démon échauffa son oreille d’une question plus ou moins attendue, Anéa acheva sa tresse d’un élastique, prenant soin de regarder le démon à travers la glace du miroir. Un fin sourire orna ses lèvres, alors que son regard se fit sérieux.


- Oui.

C’était clair. C’était net. Il n’y avait pas à aller plus loin…Pour l’instant. Se défaisant de l’étreinte, un peu à contrecœur car elle avait tout de même apprécié les caresses, elle se pencha doucement pour ramasser ses escarpins et reprendre sa robe, se relevant ensuite. Ignorant encore le démon, elle le contourna pour rouvrir la porte de la salle de bains, le plantant complètement là. Tout en se dirigeant vers le salon, où elle avait laissé ses armes, elle s’adressa à Stephen, haussant légèrement la voix.

- Tu devrais t’habiller. Y’a les livreurs qui ne devraient pas tarder maintenant.

Sympathiser avec ? Non. Enfin, peut-être ? C’était juste histoire qu’il ne se retrouve pas avec la serviette en bas des genoux quand les meubles et la nourriture seraient livrés. Et puis d’abord, qu’est-ce qui lui prenait à Anéa de se laisser faire ainsi, de se laisser toucher sans rien dire ? Ce n’était pourtant pas dans ses habitudes. Quoique, avec sa transformation, il y avait déjà pas mal de choses qui avaient changé. Cet instinct manipulateur prenait le dessus, ses envies de luxure aussi. Mais cette haine des démons s’était toujours profondément encrée en elle, depuis le départ, et c’était même accentuée avec sa transformation. Alors, pourquoi diable ne prenait-elle pas son sabre ou son katana pour trancher la gorge de ce géant de muscles ? À la voix rauque et puissante, vibrante. Aux grandes mains délicates…
Journalisée

~~  Fiche  //  Demande de rps  ~~
Stephen Connor
Poupaw de son fichtonw
Administrateur
-
*****
Messages: 2631



Voir le profil
FicheChalant
Description
Colosse d'un mètre et quatre-vingt quinze centimètres, de près de cent cinquante kilos, aux yeux rouges et à la peau cuivrée. 

Champion de Lucifer, Grand Duc du plan Infernal. A la tête de cent Légions de démons.

Prétendant au trône d'Ashnard, sur le point de réaliser un coup d'état.

PS : Préfère les gros culs D:
« Répondre #13 le: Septembre 10, 2012, 02:42:08 »

Il savourait le doux contact, caressant avec douceur et attention la peau claire et fine de la démone. Ses grandes mains puissantes glissaient sans appliquer de force, mais avec une fermeté virile, maintenant la diablesse contre son bourreau de luxure. Elle était tenue contre lui, plaquée autant que possible. Ses fesses étaient en contact avec le sexe du démon, au travers des vêtements. Ce dernier se délectait de sentir ce corps, gracieux et chaud, contre son torse. Ses mains se forçaient de plus en plus sous le short d’Anéa, poussant elles aussi sur son bas-ventre pour accentuer le contact entre les deux corps sculptés. Les doigts du monstre, encore humides, glissaient plus facilement sur la peau délicate de la diablesse.

Stephen sentait son envi monter, ses gestes se faisant plus appuyés, plus assurés, beaucoup plus bestiaux. Il glissa jusqu’aux hanches larges de la brune, s’en saisissant fermement, comme en plein ébat. Ses lèvres, elles, cherchaient aussi à exciter l’hybride, se perdant dans son cou, s’appliquant de leurs chairs humides. Le parfum qu’elle dégageait en tant qu’envoyée des enfers était un aphrodisiaque puissant pour l’homme. Il lui rappelait sa nature primale, son besoin de violence, de sexe. Mêlant les deux, il ne laissait pas de répit à Anéa, cherchant à la dominer par son érotisme, sa force d’homme puissant.

Il la sentait frissonner soupirer, pour son plus grand plaisir. Mais, étrangement encore, elle l’ignorait, se concentrant sur sa coiffure comme si elle luttait. Son corps, ses gestes étaient traites, ils dévoilaient à quel point la scène lui plaisait, mais elle était une actrice capable de jouer malgré cela. Nul doute que se rendre aussi inaccessible aux yeux d’un démon lubrique comme l’américain ne l’aiderait pas. Il se forcerait volontiers en elle. Stephen sentait son pouls, son cœur battre la chamade alors qu’il l’enlaçait.

Mais la force d’esprit d’Anéa n’était pas à sous-estimer, et elle réussit à regarder son tourmenteur dans les yeux, résistant à son petit jeu. Cette phrase crispa très sensiblement l’éphèbe, qui laissa s’extirper sa partenaire, non sans grincer des dents, serrant les poings dès qu’ils furent libres. Il la regarda ramasser ses affaires et partir, les sourcils froncés. Se saisissant d’une autre petite serviette, l’homme sécha rapidement ses cheveux, entreprenant de faire de même pour son corps.

La voix élevée d’Anéa se fit entendre. Des livreurs ? Le colocataire poussa un soupir rauque, il entoura de nouveau sa taille de la même serviette blanche, se rendant jusque dans le salon. Arrivé, il ne dit rien, attrapant juste des vêtements, un marcel blanc et un short noir. Il ne comptait pas plus sortir aujourd’hui, et sûrement qu’il aurait à faire sur place, de toute manière. Pas vraiment pudique, le bel américain au corps musclé se mit brièvement à nu dans la même pièce que sa cible, s’habillant en vitesse.

En effet, les livreurs vinrent une dizaine de minutes plus tard, amenant avec eux un véritable mobilier pour l’appartement. Sans grande surprise, un lit et un sofa figuraient parmi les achats. Tout le nécessaire pour que les deux puissent vivre séparés, n’ayant que très peu à se confronter. Il aida les jeunes hommes à monter les meubles les plus compliqués. Ces derniers semblaient d’ailleurs très curieux quant à la nature des relations entre Stephen et Anéa, visiblement très intéressés par la diablesse. Le démon évita soigneusement le sujet, laissant un généreux pourboire issu de son butin aux deux  livreurs qui partirent juste après.

Plusieurs sacs de nourritures avaient été pris par la belle hybride. L’homme ne savait pas si une partie de ce trésor culinaire lui revenait, mais il ne comptait, bien sûr, pas là-dessus. De toute façon il irait sûrement manger dehors ce soir. Ses yeux se portèrent alors de nouveau sur la diablesse, qu’il n’avait pas observé du tout pendant les quelques travaux. S’approchant, il se planta devant elle.

« Tu devrais me remercier, j’ai monté tes meubles. » Dit-il avec calme. « Tu es une démone bien étrange, refuser ainsi mes avances. » Grogna l’homme, un sourire naissant au coin de ses lèvres. « Je n’aurais pas pu résister aux tiennes. » Continua-t-il dans un souffle, ses lèvres à quelques centimètres à peine de celles d’Anéa, dont il releva le menton du bout des doigts.

Ses yeux oscillant entre le marron et l’orangé étaient plantés dans les iris azur de la déchue, les sondant avec profondeur, tandis qu’il se mordait très légèrement la lèvre, de plus en plus attiré par l’inaccessible.

« Tu avais raison, je ne tiendrai pas longtemps sans t’avoir. » Murmura Stephen.

Sa main droite vint alors se saisir de la beauté fatale par la nuque, tandis que l’autre se posait sur sa taille.
Journalisée

Anéa
Cap'taine Jmeféchié \o [HS]
Avatar
-

Messages: 3136



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #14 le: Septembre 10, 2012, 04:30:44 »

Anéa n’avait rien contre Stephen. Elle avait apprécié ses attentions, voulant bien se laisser faire mais…Si, en fait, il y avait un souci : c’était un démon. Cette collocation était une bien mauvaise idée. Très mauvaise même. Son côté démoniaque lui ordonnait de lui tomber dans les bras et plus encore, tandis que son ascendance angélique lui chuchotait de lui trancher la tête. Ainsi partagée, la jeune femme préférait restée muette, aussi bien aux paroles qu’aux gestes de Stephen. S’étant dirigée vers le salon, elle ramena sa robe et ses escarpins là où elle avait posé ses armes et le reste de ses affaires. Le démon l’avait suivi de peu, se changeant directement dans le salon, comme Anéa l’avait fait dans la salle de bain. Dos à lui, elle ne pouvait le voir directement, pourtant son regard flirta dans le reflet de la porte-fenêtre qui menait au balcon. Et ses joues prirent davantage une teinte rouge à la vue du corps sculpté du monstre.

Mais l’arrivée des livreurs la sauva. Ouvrant la porte, elle accueillit les courses qui remontaient petit à petit, tandis que le démon offrait généreusement son aide aux autres livreurs pour monter les meubles. Anéa s’attardait à ranger la nourriture qu’elle avait commandé, essayant de remplir ce frigo un maximum. Tous les meubles montés, la jeune femme finissait tranquillement son affaire, à essayer de caser le pack de bières dans le frigo américain, quand le démon se posta de tout sa stature imposante devant elle.


- « Mes ? » Ce sont aussi les tiens. Et si tu n’as pas remarqué, le lit t’appartient. Je l’ai commandé assez grand pour toi.

C’était le petit plus qu’elle avait osé faire pour lui. Stephen n’était pas grand. Il était gigantesque. Malgré que l’ange déchue soit assez grande pour une femme, elle se sentait définitivement ridicule face à ce monstre de muscles. Elle se doutait bien qu’il était désagréable d’essayer de dormir et d’avoir les pieds qui dépassent de beaucoup, flottant dans l’air. Oui, c’était peut-être qu’un détail, mais Anéa y avait pensé.

Alors qu’elle fermait enfin la porte de ce frigo, maintenant complètement plein, ses lèvres s’étirèrent dans un sourire, un rire presque étouffé. Une bien étrange démone ? Sûrement, puisqu’elle n’en était pas une réellement. Elle ne serait jamais vraiment une envoyée des Enfers, ni du Paradis. Désormais, elle devait vivre sur un fin fil, n’ayant pas vraiment de camps, pourchassée par les deux en même temps…


- Merci…

Stephen avait fait l’effort d’aider à monter les meubles, et elle lui en était reconnaissante. Après tout, il n’était pas obligé de le faire. Mais le démon ne comptait pas s’arrêter là. Relevant doucement le menton de la jeune femme, il s’était dangereusement approché, ses lèvres à la limite de toucher celles de la demoiselle. En refusant ses avances, en l’ignorant davantage, Anéa semblait avoir ravivé une flamme d’envie chez le démon. Et inversement. La raison de l’ange se perdait petit à petit dans les méandres de son esprit tourmenté. Puis elle lâcha prise… Le démon revint l’attraper en douceur de ses grandes mains. S’approchant de lui, les doigts délicats de la demoiselle vinrent passer sous le tissu qui cachait le torse du démon, flattant sa peau et ses muscles de douces caresses. Remontant sur la pointe de ses pieds, Anéa s’éleva pour atteindre le cou de Stephen, l’accablant de quelques baisers, son souffle chaud d’envie agaçant l’oreille de l’américain. Mais…

- Non…Non !

Prise d’une lucidité retrouvée, les mains d’Anéa se plaquèrent sur le torse du démon pour le repousser brusquement, défaisant son étreinte avec une certaine force. Ne pouvant plus le regarder, ne fixant que le sol, elle avoua une chose dont elle ne put retenir les mots.

- Je…Je suis une…Chasseuse de démons…

Pourquoi lui avoir dit ça, à lui et maintenant ? Elle n’en savait strictement rien. Peut-être qu’au fond, elle s’était attachée à lui, bien vite, mais peut-être trop aussi. Énervée par sa propre attitude, elle frôla le démon, se dirigeant vers la salle de bain, claquant la porte derrière elle avec colère. Faisant tourner le robinet pour obtenir une eau tiède, elle se mit à remplir la baignoire d’eau. Ses habits retirés en vitesse et balancés dans la pièce, elle s’installa dans le bain où elle alluma les remous pour se détendre. Ou au moins, essayer de se détendre. Affalée au bord, sa tête dans son bras gauche, son bras droit pendait hors de la baignoire. Plus elle pensait à ce qu’elle aurait pu faire avec Stephen, plus elle serrait son poing. Ses blessures d’il y a quelques heures se rouvrirent, son sang s’écoulant en un fin filet sur le carrelage. Oh, quelle poisse d'avoir une conscience angélique parfois…
« Dernière édition: Septembre 10, 2012, 05:38:52 par Anéa » Journalisée

~~  Fiche  //  Demande de rps  ~~

Tags:
Pages: [1] 2 3 4
  Imprimer  
 
Aller à:  

Powered by SMF 1.1.20 | SMF © 2006-2007, Simple Machines
Awake and Dreaming - Le Grand Jeu
ChatBox