banniere
 
 
Liens utiles: Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Cacher les avatars

Le Grand Jeu - Forum RPG

Bad langage Discrimination Drugs Sex Violence Gambling

Bonjour et bienvenue.

Ce forum présente des oeuvres littéraires au caractère explicite et/ou sensible. Pour ces raisons, il s'adresse à un public averti et est déconseillé aux moins de 18 ans. En consultant ce site, vous certifiez ne pas être choqué par la nature de son contenu et vous assumez l'entière responsabilité de votre navigation.

Bonne visite ! :)

Pages: [1] 2 3 4
  Imprimer  
Auteur Sujet: [FINI] Premier jour... particulier [PV - Mélinda Warren]  (Lu 4572 fois)
Yukio Onoki
Humain(e)
-

Messages: 263



Voir le profil
FicheChalant
« le: Juin 10, 2012, 04:16:38 »

Je me tenais devant la porte, le cœur battant. D'un instant à l'autre, j'allais être appelée à rentrer. C'était mon premier jour dans le lycée de Seikusu, et j'étais nerveuse. Pour me détendre, je repensais à comment j'en étais arrivé là.

Après plusieurs mois passés chez mes parents, à alterner cours du précepteur, rendez-vous arrangés et soirées mondaines, j'en avais eu marre et avais demandé à mes parents de pouvoir vivre un peu plus normalement. À force de négociations, ils avaient accepté que je vienne étudier ici, à Seikusu, dans ce lycée de bonne réputation. Il avait fallut remplir les formalités administratives et passer les concours, mais la vraie difficulté se pointa quand mon identité fut révélée au directeur. Savoir que l'unique fille d'un des plus grands magnats industriels du pays venait étudier dans son lycée avait failli avoir eu raison de son cœur. De fait, j'appréhendais la suite des événements.

Et cette fameuse suite, c'était aujourd'hui, mon premier jour. Ce que je craignais, c'était la réaction de la classe dans laquelle j'allais être. Mon père m'avait bien mise en garde, ma situation pouvait déclencher aussi bien l'admiration que la jalousie.

Finalement, je vis le professeur me faire signe d'entrer. Je fit donc coulisser la porte, et entrais dans un silence relativement pesant. Tout le monde me fixait des yeux, ce qui me mettait un peu mal à l'aise. Je continuais mon chemin, m'arrêtant à coté du bureau du professeur, lequel terminait d'écrire mon nom au tableau, puis me tournait face à la classe.


" Donc, comme je vous le disais, voici votre nouvelle camarade de classe, Onoki Yukio. Elle est venue étudier parmi nous pour des raisons, hum... personnelles. Soyez gentils avec elle. "
" Bonjour, je m'appelle Onoki Yukio. Enchantée de vous connaitre. "

J'accompagnais ma déclaration d'un sourire. Dans la salle, il y eut un instant de flottement. Puis ce fut l'envolée, tout le monde posant sa question, chacun voulant avoir sa réponse avant les autres. Le professeur eut du mal à rétablir le calme.

" Allons, un peu de silence ! Vous aurez tout le temps de lui poser vos questions à la finde l'heure Maintenant, du calme ! Mlle Onoki, vos pouvez aller vous assoir là bas, à coté de Miss Warren. Et maintenant, sortez vos livres. "

Je traversais la salle, essayant de rester indifférente aux chuchotements, mais gardant mon sourire. Arrivée à la place qui m'était destinée, je regardais ma voisine. Elle ne semblait pas être d'origine asiatique, mais cela n'enlevait rien à son charme. Brune, ses beaux cheveux encadraient un visage fin et délicat, et ses yeux couleur émeraude étaient vraiment magnifiques. Je lui adressais un sourire.

" Enchantée de te connaitre. puis-je te demander ton nom ? "
« Dernière édition: Mars 10, 2015, 02:11:00 par Princesse Alice Korvander » Journalisée
Mélinda Warren
Créature
-

Messages: 3148



Voir le profil
FicheChalant
Description
Petite vampire qui aime mordre des fesses <3
« Répondre #1 le: Juin 10, 2012, 02:54:08 »

Le cours d’Histoire était, comme tous les cours, passablement ennuyeux. Conçu pour des handicapés mentaux, il évoquait la Seconde Guerre Mondiale, et le rôle du Japon dans ce conflit majeur. Mélinda avait décidé d’aller au lycée pour surveiller l’une de ses protégées, une délicieuse et timide adolescente, Shii. Sérieuse et disciplinée, Shii ne loupait jamais un seul cours, sauf si Mélinda, sa Maîtresse, lui en donnait l’ordre, et, même dans ce cas, Shii était déprimée. En l’occurrence, Shii avait passé une longue (ou courte) nuit, puisque Mélinda avait décidé de lui faire l’amour, et de boire son sang. Shii s’était endormie sous le corps de Mélinda dans les trois heures du matin, et s’était réveillée à sept heures. Mélinda, comme à son habitude, ne dormait que très légèrement, et, quand Shii déplaça le corps de sa Maîtresse pour se lever, cette dernière s’était également réveillée. Elle avait alors suivi Shii. Cette dernière était décidée à aller en cours, mais Mélinda lui avait pris son sang. Elle n’avait pas tout bu, mais suffisamment pour que Shii se sente très fatiguée, et ait du mal à se faire son petit-déjeuner.

Mélinda l’avait alors aidé, et elles avaient pris une douche ensemble, l’occasion de réveiller un peu le corps endormi de Shii en jouant avec ses doigts. Mélinda était très douée pour ça. Elle n’avait ensuite eu qu’à réquisitionner l’un de ses chauffeurs. Ils ne travaillaient pas vraiment pour elle, mais plutôt pour une société dont Mélinda avait des accès. L’un d’eux était venu, et avait conduit Mélinda et Shii au lycée, au volant d’une flamboyante Porsche à 4 portes. Durant le trajet, la vampire en avait profité pour jouer à nouveau avec la bouche et le corps de Shii, jusqu’à ce qu’elles atteignent le lycée.

Shii s’était réfugiée dans sa classe, et Mélinda avait rejoint la sienne. Elle s’était, comme toujours, assise dans les premiers rangs, et, comme toujours, les lycéens avaient veillé à la laisser seule dans son coin. Ne pas s’asseoir à côté de Mélinda était devenu un rite pour tous les lycéens. Tous savaient qu’elle était aussi belle qu’énervante, et l’avoir comme voisine n’était pas vraiment recommandé si on désirait suivre le cours. Tandis que la prof’ introduisait le sujet, et faisait l’appel, Mélinda avait ouvert un cahier, et commençait à noter des choses. La prof’ avait alors annoncé la présence d’une nouvelle camarade, et Mélinda n’avait fait que lever les yeux en la voyant. Elle avait une longue chevelure, un visage poupon, un corps assez attirant... Elle semblait relativement nerveuse en voyant toute la classe la regarder. Certains murmuraient entre eux, et Mélinda, grâce à son ouïe un peu plus développée que les humains normaux, put percevoir quelques bribes de conversation :

« C’est la fille des Onoki !
 -  Sérieux ?! Tu te fous de moi ? Mon père travaille dans l’usine des Onoki !
 -  Putain, mais qu’est-ce qu’elle fiche ici ? Elle devrait être dans un lycée privé, ou une connerie de c’genre !
 -  Qu’est-ce j’en sais, moi ?! »

Les Onoki... Ce nom ne disait pas grand-chose à Mélinda, qui fit un effort de mémoire. Elle ne connaissait pas grand-chose des entreprises terriennes. Sentant la classe agitée, le professeur intima le silence, tout en regardant devant lui. La table la plus proche était celle de Mélinda. Il n’hésita que très légèrement. Il connaissait la réputation de tête à claques de Miss Warren, mais, au pire, ce serait une bonne raison de la mettre dehors. Avec un léger sourire, qui exprimait sa gêne, la femme aux longs cheveux d’argent s’avança vers la droite de Mélinda, tandis qu’on murmurait sur son passage.

Yukio Onoki s’assit donc à côté de Mélinda, qui était en train de dessiner quelque chose. Mélinda avait un certain talent pour le dessin. Rien d’exceptionnel, mais c’était suffisamment élevé pour qu’elle se permette de dessiner en cours. Se sentant observée, Mélinda tourna alors la tête vers Yukio, qui avait l’air vraiment heureuse. Son sang n’indiquait rien de particulier. Elle pouvait être une clocharde, ou la fille d’Akihito que ça ne changerait rien ; pour elle, elle ne restait qu’une humaine.

« Enchantée de te connaitre. Puis-je te demander ton nom ? »

Mélinda s’humecta les lèvres, et bascula sa tête en arrière, révélant sa belle poitrine. Elle eut alors un léger sourire, révélant ses dents d’une blancheur renversante, et parla d’une voix tendre et douce :

« Warren. Mélinda Warren. Enchantée aussi, petite perle. »

Le prof’ reprit alors son cours.

« Veuillez sortir vos livres, page 158, et répondre à la question... n°3. »

Yukio dut alors noter que Mélinda n’avait pas songé à apporter son livre. Elle se contentait de dessiner à nouveau, dessinant son manoir. La page 158 du livre d’histoire était consacré, avec la page 159, à l’entrée en guerre des Japonais, et aux raisons justifiant cette dernière.
Journalisée


DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
Yukio Onoki
Humain(e)
-

Messages: 263



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #2 le: Juin 10, 2012, 08:04:21 »

Mélinda Warren... Le nom ne sonnait pas japonnais à mes oreilles. Elle devait être originaire de l'étranger, surement. Je fus un peu surprise quand je l'entendis m'appeler "petite perle". Je ne savais pas trop comment réagir. Finalement, je décidais de ne pas y accorder trop d'importance, et m'assis à la table qui m'avait été désignée. Le professeur donna alors le signal du début du cours, en nous demandant de répondre à une question d'histoire. Je sortis mes affaires et m'attela de suite à cette fameuse question.
La page indiquée par notre enseignant traitait de la Seconde Guerre Mondiale, plus précisément, de l'entrée en guerre du Japon. La question à faire nous demandait de lister les raisons de cette entrée en guerre. Rien de plus que de l'étude de texte, donc. Je commence à répondre tranquillement, quand je jette un coup d’œil à ma voisine. Elle ne semblait pas concernée par les instructions du professeur, en fait elle n'avait même pas sortit son livre. Je supposais qu'elle ne l'avait pas, elle semblait studieuse comme élève.


" Excuse-moi, tu n'as pas ton livre ? Tu veux partager le mien ? "
Journalisée
Mélinda Warren
Créature
-

Messages: 3148



Voir le profil
FicheChalant
Description
Petite vampire qui aime mordre des fesses <3
« Répondre #3 le: Juin 10, 2012, 08:58:01 »

Crayon à la main, Mélinda continuait à dessiner, regardant de temps en temps l’horloge. Le temps ne voulait pas avancer ! En soi, Mélinda n’avait rien contre l’école, elle trouvait juste que le niveau n’était pas à sa hauteur. Pour elle, c’était un peu comme si un étudiant à l’université se retrouvait du jour au lendemain à suivre les cours des classes élémentaires. Elle avait l’impression de perdre des neurones à chaque fois qu’elle assistait à un cours, qu’elle voyait toutes ces pimbêches occupées à papoter entre elles de la dernière coiffure de telle ou telle pétasse, ou de la taille que devait avoir le pénis de tel ou tel abruti au sourire niais et à la belle chevelure qui faisait craquer les filles par son côté rebelle et viril. C’était tellement pathétique, mais si typiquement humain ! Comment de telles larves avaient-elles un jour pu réussir à briser les Dieux ? Est-ce qu’ils avaient décidé de quitter la Terre par dégoût ? Elle songeait à tout cela, jusqu’à ce qu’elle entende la voix de Yuko résonner à côté d’elle :

« Excuse-moi, tu n'as pas ton livre ? Tu veux partager le mien ? »

Partager... A l’évocation de ce mot, elle eut un léger sourire, et répondit presque du tac-au-tac :

« C’est un bon début, oui... Mais il n’y a pas que ça que je souhaite partager, petite perle. »

Yuko était plutôt belle. Un style assez poupon, enfantin, et une longue chevelure qui avait l’air soyeuse. Sa richesse  la rendait un peu plus attirante, mais sans réel plus. Mélinda n’était nullement jalouse de cette jeune naïve, même si elle était curieuse. Avec ses moyens, elle avait sans doute les moyens de rejoindre n’importe laquelle des prestigieuses écoles privées japonaises. Pourquoi aller se perdre dans un lycée public ? A moins qu’elle ne soit, elle aussi, une esclavagiste recherchant dans ces centres pour jeunes de nouvelles esclaves pour enrichir sa collection et diversifier ses nuits ? C’était peu probable, mais les apparences étaient généralement trompeuses, surtout sur Terre.

Le livre d’Histoire atterrit entre elles, et Mélinda se pencha. Elle n’eut aucun regard sur les questions et préféra plonger son regard émeraude sur les lèvres et les joues de Yuko, tellement proches. Elle sentait cette dernière respirer lentement. Yuko avait l’air bien plus attentive qu’elle. Très sérieuse. Elle lui rappelait un peu Shii.

« Alors, dis-moi... Qu’est-ce que la belle petite fille unique d’un milliardaire peut bien f...
 -  Miss Warren ! » le reprit le professeur en l’entendant parler.

Mélinda grogna et soupira.

« Vous avez encore oublié votre livre ? lâcha le professeur.
 -  Oh, ce n’est pas de ma faute, senseï, fit-elle d’une petite voix plaintive. Je crois qu’il jalouse l’affection que je porte à mon livre d’anglais, alors il se cache... »

Il y eut quelques légers rires, un peu crispés. Le professeur hésita. Warren était une tête à claques par excellence, et se livrer à une bataille avec elle n’était pas ce qu’il voulait. Pour une début de journée, ce serait en effet assez violent. S’il menaçait de l’exclure, elle serait tout à fait capable de refuser, et son autorité serait, encore une fois, bafouée. Il préféra donc éviter l’escalade, et Mélinda retourna sa tête vers Yuki, pour lui sourire, et glissa :

« Tu me plais... » murmura-t-elle, phrase ambiguë, et libre d’interprétations.

D’une voix forte, le senseï intervint :

« Qui pour répondre à la question ? Pressez-vous, jeunes gens ! »

La question traitait des raisons nippones ayant mené à l’attaque de Pearl Harbor. Sur la double-page, on pouvait notamment voir une reproduction du discours de Roosevelt, en 1937, sur les dictatures, le fameux « Discours de la quarantaine ». Un autre texte traitait de la raison principale ayant justifié l’attaque sur Pearl Harbor, et le déclenchement de la guerre : l’embargo décrété en 1941 par les Alliés sur le Japon, coupant l’approvisionnement en pétrole, primordial pour le Japon, et ce après une escalade de tensions diplomatiques entre les États-Unis et le Japon, qu’une frise chronologique établissait sur un autre document : le retrait du Japon de la Société des Nations en 1933, ou encore le massacre de Nankin, fin 1937. Tout cela, Mélinda le savait. Elle avait étudié chez elle l’Histoire compliquée, mais non moins passionnante, de la Terre.
Journalisée


DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
Yukio Onoki
Humain(e)
-

Messages: 263



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #4 le: Juin 10, 2012, 11:01:01 »

Mélinda me répondit du tact-au-tact, d'un commentaire ambigu. Outre l'appellation "petite perle", qu'elle avait réutilisée, elle me précisait quelle souhaitait partager... autre chose ? Mais quoi ? Au plus le temps passait, au plus Mélinda m’apparaissait comme une fille bien mystérieuse. De plus, ses commentaires ressemblaient à s'y méprendre à une technique de... séduction ? Je balayais bien vite cette hypothèse. Mélinda et moi venions tout juste de nous rencontrer, et nous étions du même sexe, c'était impossible qu'elle cherche à me séduire ! Pourtant, quand je plaça mon livre entre nous deux, son regard s'attarda plus sur mon visage que sur la page.

Mélinda tenta d'engager la conversation, mais fut rappelée à l'ordre par le professeur. S'en suivit un échange verbal entre les deux personnages, plus proche de la joute, d'ailleurs. Pour ce que j'en déduisais, Mélinda devait être une forte tête qui n'aimait pas que l'on lui marche sur les pieds. Le professeur devait le savoir, car il choisit de ne pas poursuivre. Mélinda se retourna vers moi et m'adressa un sourire, et ajouta même... Que je lui plaisais ?! C'était ce qu'elle avait dit ? Le rose me monta aux joues. J'avais du mal entendre.

Puis le professeur appela pour que quelqu'un donne la réponse à la question. Il n'y avait pas grand monde qui se proposait, en fait personne. Je décida donc de me proposer.


" Je vais répondre, sensei. "
" Miss Onoki ? Très bien, allez-y. "
" Les raisons ayant poussé les japonnais à attaquer Pearl Harbor, signant l'entrée en guerre du Japon, sont multiples. En premier lieu, nous pouvons citer une série de crises diplomatiques avec les États-Unis, remontant aux années 1930, et créant un fort ressenti. Parmi ces crises, nous pouvons citer le retrait du Japon de la Société des Nations en 1933, ou encore le massacre de Nankin, vers la fin de l'année 1937. Une autre raison est le "discours de la quarantaine", prononcé par Roosevelt en 1937, qui conduisit en 1941 à un embargo du pétrole sur le Japon, pourtant matière première vitale du pays. "
" Très bien Miss Onoki, vous pouvez vous rassoir. "


Le reste du cours se passa sans heurt, le professeur nous faisant un décryptage des différentes causes citées, et de leurs conséquences. Je suivais attentivement, mais ma nervosité grimpait, car la pause arrivait, et j'aurais à faire face à mes camarades de classe qui voudront des réponses...
Journalisée
Mélinda Warren
Créature
-

Messages: 3148



Voir le profil
FicheChalant
Description
Petite vampire qui aime mordre des fesses <3
« Répondre #5 le: Juin 11, 2012, 12:16:41 »

Lorsque Yukio déballa sa réponse en se levant, il y eut quelques regards interrogateurs. A nouveau, Mélinda entendit des murmures, laissant les sons venir à ses oreilles :

« Elle sort d’où, celle-là ?
 -  J’ai rien compris... »

Reprenant ce qu’avait dit Yukio, le professeur fit quelques précisions, tout en assurant que la réponse était « très bonne ». Il se mit alors à parler, et les élèves se mirent à noter. Mélinda, toutefois, ne l’écoutait pas, et ne se donnait pas la peine de noter, s’attirant quelques froncements de sourcils réprobateurs du senseï. Si seulement elle voulait bien se mettre au fond de la classe... La seule chose qui semblait intéresser cette lycéenne était de mettre les nerfs des profs à rude épreuve. Elle se mettait exprès sous leurs nez, et affichait parfois un sourire goguenard... Tout le temps, en fait, sauf quand elle avait une élève à côté d’elle. Le prof’ avait quelques remords à l’idée de mettre Miss Oonaki en face de cette peste, mais il s’en remettait en se disant que, de toute manière, elle devait déjà savoir tout cela sur le bout des doigts. Il s’était un peu renseigné sur elle, naturellement. Elle n’avait même pas été dans les prestigieuses écoles privées, mais avait eu des professeurs particuliers. C’était sans doute la télévision, Internet, ou les mangas, qui avaient amené cette jeune fille à exiger d’être à l’école publique, afin de pouvoir avoir des amis, se faire des connaissances, et s’évader un peu de la coupe de ses parents.

« Quand on analyse un conflit, même un conflit aussi déchirant que la Seconde Guerre Mondiale, on se doit toujours de garder en tête son esprit critique, et ne pas idéaliser, ou diaboliser l’un des deux camps. Il est très important de ne pas avoir une vision manichéenne des choses, quand bien même ce conflit s’y prête volontiers. Les Japonais n’étaient pas les nazis, et l’alliance entre l’Empire japonais et le Troisième Reich n’avait d’alliance que le nom. C’était une alliance de circonstance, car les deux puissances avaient des ennemis en commun... »

Soigneusement, certains élèves notaient, tandis que d’autres faisaient un morpion, dessinaient, ou envoyaient des textos. Dans les profondeurs de la classe, des lycéennes débattaient notamment sur la question de savoir s’il fallait inviter ou non Miss Oonaki à leur table ce midi. Avoir comme amie une future supermilliardaire, c’était tentant ! Pendant ce temps, Mélinda, elle, avait opté pour un nouveau dessin. Elle avait tracé le cadre général : un gros cœur, et se concentrait à faire un visage. Le senseï ne chercha pas à l’en dissuader. La dernière fois qu’il l’avait fait, le cours avait été suspendu pendant vingt minutes.

« Les tensions entre les États-Unis et le Japon ont progressivement monté. C’est en 1940 que le Japon rejoignit officiellement l’Axe... »

Le prof’ était lancé, et Mélinda continuait son dessin, jusqu’à ce que la sonnerie sonne. Il annonça les exercices, et se félicita. Mélinda n’avait fait aucun esclandre. Les élèves se pressèrent dans le couloir, direction le prochain cours. Dehors, Mélinda perdit toutefois de vue Yukio, car elle fut abordée par deux camarades, qui étaient pour Mélinda des pétasses.

« Salut, Yukio ! Je suis Shizua !
 -  Et moi Lana ! Ça a été, pour ta première heure ? Mélinda est difficile à supporter, mais on va te prendre avec nous !
 -  Si je peux me permettre, t’es pas censée être genre dans une école privée, ou un truc comme ça ? »
Journalisée


DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
Yukio Onoki
Humain(e)
-

Messages: 263



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #6 le: Juin 11, 2012, 02:10:21 »

Comme je l'avais prédit, je fut abordée par mes camarades dès la fin du cours. Mais contrairement à ce que je croyais, ce ne fut pas la ruée. Deux filles se présentèrent sous les noms de Shizua et Lana. Elles s'enquirent de mon état après cette première heure, et la première question fusa : pourquoi venir ici ? Une question délicate. Heureusement, j'avais reçu en petit briefing sur quoi dire et ne pas dire.

" Et bien, disons que c'était pour échapper un peu au cadre de vie familial... Je voulais un peu plus de libertés. "

La réponse eut l'air de les satisfaire. Il faut dire que le besoin d'indépendance, à cet age, est commun à tout les jeunes. Si je montrais que j'étais semblable à eux, mon intégration en serait mieux réussie. Shizua et Lana m'emmenèrent à leur suite, me osant tout un tas de questions. Rapidement, d'autres personnes suivirent, si bien que je devais répondre parfois à trois personnes simultanément. Je calculais mes réponses afin ne pas livrer des détails trop révélateurs de mon statut, pour ne pas les mettre mal à l'aise ou passer pour une vantarde.
Du coin de l’œil, je voyais Mélinda, qui m'observait. Elle semblait indifférente à toute cette agitation. Je me demandais à quoi pouvait-elle bien penser...
Journalisée
Mélinda Warren
Créature
-

Messages: 3148



Voir le profil
FicheChalant
Description
Petite vampire qui aime mordre des fesses <3
« Répondre #7 le: Juin 11, 2012, 03:13:42 »

Lentement, Mélinda suivit le mouvement Le prochain cours était aussi barbant que le précédent. Ce n’était pas de l’Histoire, mais de la chimie. Un TP de chimie, assurément. Mélinda était toutefois totalement incapable de dire sur quoi cette leçon porterait. Si elle était extrêmement douée en Histoire, la chimie la fascinait bien moins. La chimie terrienne était bien différente de la chimie terrane, où on parlait d’ailleurs plutôt d’alchimie. Sur Terre, l’alchimie était une espèce de folklore médiéval évoquant des hurluberlus, alors que, sur Terra, les alchimistes étaient les maîtres des potions, et ce qui se rapprochait le plus, à l’exception de Tekhos, des scientifiques terrans. Alchimie et chimie n’était pourtant pas si fondamentalement différents. L’alchimie traitait principalement de la transmutation des matériaux, soit la capacité de changer du bronze en argent, ou le plomb en or, un mythe alchimique. La chimie étudiait notamment l’évolution des particules ou molécules. Mélinda voyait donc l’alchimie comme une sous-branche de la chimie, mais elle n’était après tout guère spécialiste.

Embarquée par les camarades, Yukio affrontait tout un tas de questions. Quel engouement ! Ce lycée était définitivement anormal. Dans les autres établissements, quand un nouveau se présentait, on haussait les sourcils, vaguement intéressé, mais sans vraiment se poser de questions. Ou peut-être était-ce lié au fait que Yukio était, non seulement jolie, mais aussi fortunée ? Sur Terre, l’argent était la valeur centrale, bien plus que sur Terra.

« Tes parents t’étouffent ? Ouais, j’connais ça ! Les miens arrêtent pas de me faire chier, ces vieux cons...
 -  Tu verras, on s’entend très bien, ici ! Même s’il y a... Quelques spécimens... » fit Lana en dardant un regard vers Mélinda.

Mélinda fit un grand sourire. Elle n’était pas une marginale, loin de là. La vampire avait son petit groupe, mais les camarades avaient beaucoup de mal à s’accommoder à son côté dominatrice. Mélinda ne supportait pas qu’on lui marche dessus, et encore moins qu’on la traite comme une gamine, simplement parce qu’elle était petite. Elle plongea son regard dans celui de Lana, et lui fit un clin d’œil.

*Pense à bien fermer tes volets, toi, ma petite poupée... Mes dents risquent de me démanger...*

La classe se rendit au milieu d’une cohue d’élèves vers la salle de cours. On invitait Yukio à venir avec elles, et à oublier Mélinda, et la vampire choisit d’intervenir. Elle désirait initialement retrouver Shii pour savoir comment cette dernière allait, mais ça pourrait attendre le réfectoire. Yukio était une petite poupée qui intéressait Mélinda. Une femme riche, qui pouvait étudier dans de prestigieuses écoles privées, et qui avait préféré rejoindre des primates dégénérés. Un choix curieux, et qui étonnait beaucoup la vampire. Devant la salle de cours, elle s’approcha donc de Yukio, et se planta devant elle. Lana et Shizua s’écartèrent prudemment, et Mélinda sortit un papier qu’elle avait délicatement plié.

« Tiens, Yukio, c’est un cadeau de bienvenue ! »

Le papier était le dessin qu’elle avait tracé durant son cours. On y voyait tout simplement le visage de Yukio. Mélinda s’était appliquée pour essayer de faire un joli dessin. Mains croisées dans le dos, elle laissa Yukio contempler le dessin. Le prof’ n’était toujours pas là, et elle s’approcha alors de l’oreille de Yukio, pour lui murmurer :

« Est-ce que je peux te parler en privé avant que le prof’ n’arrive ? Et... J’espère que le dessin te plaît ! Tu peux le garder, si tu veux... »

Mélinda avait écrit quelque chose sur le dessin, au-dessus du visage de Yukio, de sa belle écriture ronde et fière :

« BIENVENUE A MISHIMA ♥ ! »
Journalisée


DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
Yukio Onoki
Humain(e)
-

Messages: 263



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #8 le: Juin 11, 2012, 12:55:43 »

Le groupe d'élèves me guida jusqu'à la salle de cours suivante. Il s'agissait du laboratoire de chimie. Nous avions des travaux pratiques à réaliser. Arrivés devant la salle, nous guettions le professeur. C'est le moment que choisit Mélinda pour s'avancer vers moi, elle qui était restée à l'écart du groupe tout ce temps. Les filles qui m'entouraient reculèrent à son approche. Mélinda se planta devant moi, puis me tendit un papier, qu'elle présenta comme un cadeau de bienvenue. Intriguée, je le pris et le dépliais : C'était mon portrait ! Et fidèlement dessiné ! Mélinda cachait un certain talent pour le dessin, si elle avait réalisé cela tout à l'heure en cours.

Justement, elle se pencha et me murmura quelques mots à l'oreille. Je pris instant pour réfléchir. A écouter la classe, Mélinda était une personne qu'il valait mieux éviter. Pour ma part, je n'en étais pas sure. Elle avait bien eu quelques remarques au sens ambigu, mais n'avait rien dit de méchant. J’accédais donc à sa requête.


" Et bien, puisque nous avons un peu de temps, pourquoi pas ? Et un grand merci pour le dessin. Je le conserverai précieusement. "

Je m'excusais auprès de la classe, laquelle ne semblait pas enjouée par la tournure des événements, et suivi Mélinda. Elle m'emmena un peu plus loin, à coté des escaliers. Le mur formait un angle à cet endroit, ce qui nous garantissait une certaine tranquillité.

" Alors, de quoi voulais-tu me parler ? "
Journalisée
Mélinda Warren
Créature
-

Messages: 3148



Voir le profil
FicheChalant
Description
Petite vampire qui aime mordre des fesses <3
« Répondre #9 le: Juin 11, 2012, 06:15:27 »

La petite nouvelle accepta de suivre Mélinda, qui ravala un éventuel sourire. Personne n’avait osé venir la gêner. Si les camarades ignoraient normalement qu’elle était une vampire, ils savaient que son corps élégant dissimulait une force insoupçonnable, et ceux qui avaient déjà essayé de la remettre à sa place, notamment des grands-frères ou des petits-amis de filles à qui elle avait crûment balancé leurs quatre vérités, en avaient pris pour leur grade. Mélinda ne se trouvait pourtant pas si insupportable que ça à vivre... C’est juste qu’elle n’aimait pas qu’on lui marche dessus, ou qu’on la traite avec mépris. Autant dire que, dans un lycée, lieu par exemple des commérages, des ragots, des rumeurs, et des colportages blessants, c’était demander l’impossible. Une jeunesse qui représentait fièrement la population terrienne, dans le fond.

*Ils me détestent parce qu’ils me jalousent... Ils aimeraient avoir mon cran, ma beauté, et ne pas avoir si peur de la solitude. Ils n’ont même pas vingt ans, mais la solitude les effraie autant que s’ils en avait quatre-vingt, les forçant à s’entourer d’amis, pour le simple plaisir de pouvoir fièrement se coucher le soir en se disant qu’ils servent à quelque chose, et ne sont pas comme les solitaires et les marginaux. C’est pathétique.*

Mélinda avait bien choisi son pays. Le Japon... Un pays sclérosé, perdu entre le poids écrasant des traditions, du passé, et les innovations technologiques. Un pays qui était en pointe sur toutes les prouesses techniques, les derniers gadgets, mais qui, paradoxalement, continuait à imposer aux élèves l’uniforme scolaire, et disposait toujours d’un Empereur, une chose impensable dans le reste du monde. La démocratie était le dogme terrien, avec tous ses défauts et ses imperfections. Mélinda laissait silencieusement son esprit divaguer, jusqu’à ce que Yukio la rejoigne.

«Alors, de quoi voulais-tu me parler ? »

La vampire la regarda. Yukio avait l’air si douce, si innocente, si... Si naïve, dans le fond. Elle était un régal pour les yeux, avec sa belle chevelure bien coiffée. L’uniforme scolaire renforçait ce côté juvénile. Est-ce que, comme elle, elle détestait porter ce truc ? Mélinda préférait largement ses amples et longues robes fines, mais les rites terriens, particulièrement ici, imposaient un protocole vestimentaire à respecter.

« Je voulais te mettre en garde... » commença-t-elle prudemment.

Mélinda avait les bras croisés en disant ça, et les décroisa. Elle jeta un bref regard à gauche et à droite, comme pour s’assurer que personne ne les écoutait, et elle s’élança :

« Pourquoi crois-tu que ces gens sont si attentionnés envers toi ? Dès que le senseï a prononcé ton nom, ils ont oublié Yukio, et n’ont retenu qu’Onoki. »

La vampire n’agissait pas par charité gratuite. Cette jeune fille l’intriguait, et elle s’empressa de poursuivre :

« J’ignore pourquoi tu as décidé d’aller dans une école publique, alors que tu avais probablement bien des portes d’ouvertes, mais sache qu’ici, ça fonctionne, sur ce point, comme n’importe où : sur dix personnes, il n’y en aura que deux ou trois en qui tu pourras véritablement te fier. Lana et Shizua, les deux filles qui t’ont abordé, sont, pardonne-moi du terme, de vraies pétasses. »

Mélinda entendit alors du bruit venant du haut de l’escalier. Le senseï approchait. La salle de cours était au premier étage, et il venait du troisième étage. Il débarqua sur un pas élancé, sourire aux lèvres, courant presque, son eau de Cologne le faisant sentir à des kilomètres à la ronde. Il devait avoir entre la vingtaine et la trentaine, et faisait également jeune par son look. Ne portant aucun costard avec une cravate, il arborait un jean avec des baskets, et passa rapidement devant les deux femmes. Cauvigny, puisqu’il s’appelait ainsi, était une espèce d’institution dans le lycée. Il était à la fois prof’ de chimie et de mathématiques.

« Allez, allez, on se dépêche ! »

Mélinda le laissa passer, puis regarda à nouveau Yukio :

« Le paraître et l’hypocrisie sont également importantes ici... Je ne te dirais pas que je suis la seule personne fiable de ce lycée, car ce serait exagéré, mais je suis honnête. »

Plus ou moins...

« Si on ne me supporte pas, c’est parce que je n’hésite pas à dire ce que je pense de ces types. Leurs seules préoccupations dans la vie sont de savoir quel parfum mettre, quand organiser une prochaine soirée... Quand ils seront à la fac’, il faudra aussi rajouter : savoir avec qui baiser le soir. A moins que ça ne soit déjà le cas... Tu crois qu’elles t’aimeront, qu’elles verront en toi une amie, mais elles te jalousent déjà. Pour ta beauté naturlele, ton innocence. Ta richesse les fait saliver, et ta candeur les insupporte. Confie-leur un secret intime, et elles s’empresseront de le raconter à n’importe qui. Bienvenue dans la normalité de l’adolescence, Yukio ! »

Ce qui ressortait indéniablement de ces quelques explications, c’était l’espèce de mépris assumé que Mélinda vouait à ses camarades de classe. On aurait presque pu la croire cynique, vu sa manière de dépeindre sa classe, mais l’esclavagiste estimait plutôt être réaliste. Pour elle, les êtres humains n’étaient pas faits pour se diriger eux-mêmes. Ils avaient été créés par les Dieux pour être des adorateurs, des prêtres, des soumis. C’était inscrit dans leurs gènes, pour elle. Mélinda s’arrêta alors, et se retourna vers Yukio :

« Au fait... Ça te tenterait, d’être ma partenaire pour le TP ? J’ai toujours un mal fou à en trouver... »
Journalisée


DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
Yukio Onoki
Humain(e)
-

Messages: 263



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #10 le: Juin 13, 2012, 07:27:26 »

« Je voulais te mettre en garde... »

Et Mélinda se lança dans une explication détaillée de la réalité qui m'attendait, du moins selon elle. Elle fut interrompue un instant par l'arrivée du sensei, mais continua sur sa lancée. Elle semblait avoir un certain mépris du reste de la classe, voire du lycée en général. Quand sa tirade fut finie, je restais silencieuse. Finalement, d'un univers à l'autre, les règles restaient les mêmes. Être l'héritière de l'empire Onoki m'avait exposé à ce type de désagrément. Toujours être courtisée par des prétendants uniquement intéressés par l'argent, toujours être jalousée, critiquée, afin de me déstabiliser, me discréditer... Si j'avais souhaité venir ici, c'était pour changer d'air, mais il faut croire, si je me fiais à Mélinda, que je m'étais bercée d'illusions...
Mélinda commença à se diriger vers la salle, quand elle se retourna.


« Au fait... Ça te tenterait, d’être ma partenaire pour le TP ? J’ai toujours un mal fou à en trouver... »

Vu comment elle était considérée par la classe, et comment elle les considérait, ce n'était pas très étonnant. Je hochais la tête en signe d'acceptation. De retour dans le reste du groupe, je subis un assaut en règle pour savoir qui serait mon binôme, mais Mélinda coupa court en annonçant qu'elle était l'heureuse gagnante. Il y eut des plaintes, rapidement étouffées par le professeur. Je restais pour ma part silencieuse, jusqu'à ce que les sujets soient distribués, et que le brouhaha ambiant devienne suffisamment fort pour que seule Mélinda m'entende.

" En fait, quelque soit l'univers, les règles seront toujours les mêmes. Je suppose que c'est la nature humaine... "
Journalisée
Mélinda Warren
Créature
-

Messages: 3148



Voir le profil
FicheChalant
Description
Petite vampire qui aime mordre des fesses <3
« Répondre #11 le: Juin 13, 2012, 08:26:15 »

Il y eut une petite agitation autour de la nouvelle, mais, quand cette dernière annonça qu’elle avait déjà une partenaire, l’agitation se calma rapidement. Il y eut des soupirs de protestation, voire même quelques discrètes insultes à l’encontre de Mélinda, que cette dernière, avec son ouïe fine, perçut. Elle ravalait un léger sourire amusé. Navrée, vipères, mais elles étaient des enfants face à Mélinda. Des amateurs et des amatrices sans talent particulier. Dès le moment où on avait attribué Yukio comme voisin de Mélinda, le destin de cette belle poupée était scellée. Elle avait beau vouloir se faire passer pour une lycéenne normale, son regard, lui, ne mentait pas sur ce qu’elle était vraiment. Une aristocrate. Une femme puissante.

Tandis que les élèves s’installaient, le prof’ s’assit lourdement sur une chaise, et lâcha rapidement :

« Au fait... Comme vous le saviez sans doute, avant ce cours-là, j’en tiens un autre, qui est au troisième étage... Et j’en ai marre de descendre sans arrêt au premier. A partir de maintenant, ce cours-ci aura lieu au troisième étage, puisque la salle est vide. Vous en pensez quoi ? »

Il y eut quelques mouvements de protestation, que le prof’ balaya d’un revers de main. Il préféra se lancer sur un autre sujet :

« Aujourd’hui, vous deviez faire les exercices 1 à 7 de la page 193. Qui les a faits ? »

Personne ne répondit. On baissa les yeux, tandis que d’autres s’en moquaient tellement. Cauvigny regarda brièvement la salle, et un soupir de lassitude extrême traversa ses lèvres. Ce prof’ était jeune et énergique, mais, en cours, il ressemblait à un vieux papy complètement désabusé.

« Personne ? Personne ne les a faits ? Bon, et bien, ça ne sert à rien de les corriger, alors. Passons directement aux travaux pratiques. Veuillez enfiler vos blouses. »

Cette phrase attira quelques murmures circonspects, mais le senseï avait déjà refermé le livre, et se leva alors. Faisant probablement sa seule action du cours, il tendit aux élèves des polycopiés incompréhensibles récapitulant la marche à suivre. Les blouses étaient fournies par l’établissement, et se trouvaient dans des placards situés dans les coins. Mélinda en enfila une, en tendant une autre à Yukio. Tout en enfilant sa blouse, Yukio en profita pour lâcher :

« En fait, quelque soit l'univers, les règles seront toujours les mêmes. Je suppose que c'est la nature humaine... »

Souriant lentement, Mélinda contempla les instructions, puis regarda les objets. Elle glissa alors la feuille vers Yukio, lâchant avec un sourire espiègle :

« C’est toi la nouvelle. A toi de t’amuser ! »

Le senseï, de son côté, s’était rassis sur son bureau, et avait sorti un paquet de copies, commençant à les corriger, donnant parfois de grands traits rageurs au stylo rouge. Il corrigeait à une vitesse bluffante les exercices de mathématiques. En trente secondes, il avait corrigé une copie, passant à la suivante. Mélinda s’arracha de cette contemplation, et répondit à Yukio :

« Ne sois pas si prompte à juger tes congénères, Yukio. La confiance est quelque chose qui se mérite. Si ces gens sont si médisants, c’est parce qu’ils ne sont pas heureux. Et aussi parce que l’esprit humain est très feignant. Si tu offres à un homme la possibilité de s’enrichir rapidement sans travailler, il le fera. Bien des humains n’attendent que ça dans la vie : qu’un miracle vienne frapper à leurs portes. Comme ils ne trouvent pas ce qu’ils veulent, plutôt que de se remuer les fesses pour l’obtenir, ils préfèrent jalouser les autres. »

C’était à se demander comment de tels insectes avaient pu réussir à venir à bout des Dieux. Elle décida donc de rajouter, afin de ne pas paraître pour une femme cynique :

« Bien sûr, ça ne s’applique pas à tous. A toi de voir en qui placer ta confiance. C’est ça, les joies du lycée. Tous les adolescents fantasment sur le lycée comme un lieu de découvertes et de rencontres insouciantes. Ils devraient mûrir. L’âge de l’insouciance et des rencontres faciles, c’est en primaire. Le lycée, c’est la porte vers le monde adulte. Et quel individu oserait prétendre que le monde des adultes est un monde fait de bons sentiments ? »

Réalisant que cette conversation virait presque à une leçon, Mélinda tombant dans ses travers de maîtresse, elle rajouta précipitamment, en désignant du nez les instructions :

« Tu t’en sors ? »
Journalisée


DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
Yukio Onoki
Humain(e)
-

Messages: 263



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #12 le: Juillet 07, 2012, 04:17:32 »

Mélinda me tendit le polycopié du TP à effectuer. Machinalement, je me mis à suivre les instructions, versant, ajustant, transvasant, ... selon ce qui était noté, mais l'esprit ailleurs. Pendant ce temps, ma partenaire continuait sur sa lancée.

« Ne sois pas si prompte à juger tes congénères, Yukio. La confiance est quelque chose qui se mérite. Si ces gens sont si médisants, c’est parce qu’ils ne sont pas heureux. Et aussi parce que l’esprit humain est très feignant. Si tu offres à un homme la possibilité de s’enrichir rapidement sans travailler, il le fera. Bien des humains n’attendent que ça dans la vie : qu’un miracle vienne frapper à leurs portes. Comme ils ne trouvent pas ce qu’ils veulent, plutôt que de se remuer les fesses pour l’obtenir, ils préfèrent jalouser les autres. »

Bien qu'elle ne soit pas plus âgée que moi, Mélinda possédait une certaine maturité. J'étais étonnée de l'entendre parler de la sorte. Mais son discours sonnait tellement vrai... Combien de fois m'étais-je rendue compte de la même chose ? Le commun des mortels enviait terriblement les personnes riches, mais connaissent-ils seulement la réalité de ce monde ? En ont-ils conscience ? Pour moi, en tout cas, il s'agit d'un monde vraiment hostile, rempli de personnes prêtes aux pires choses pour une poignée de yens supplémentaire. C'était pour y échapper que j'avais intégré ce lycée. Mais quelque-part, je m'étais fourvoyée...

" Tu sais, Mélinda, là d'où je viens, chez les "riches", si je puis dire ainsi, c'est quelque-chose que je n'ai que trop bien apprit. Aussi, j'apprécierai que le sujet se termine ici, s'il-te-plait. Ce n'est pas pour rien que je suis venue dans ce lycée. Je voulais échapper à cette réalité, même brièvement. "

J'allais poursuivre, lorsque je vis deux filles, devant nous, qui s'échangeaient des commentaires à voix basse, tout en nous lançant des œillades. Leurs coups d’œil n'avaient rien d'amical, ce qui me mit la puce à l'oreille. Et si... Non, le fait de m'être mis avec Mélinda pour ce TP n'allait quand même pas m'attirer d'ennuis, si ?
Journalisée
Mélinda Warren
Créature
-

Messages: 3148



Voir le profil
FicheChalant
Description
Petite vampire qui aime mordre des fesses <3
« Répondre #13 le: Juillet 08, 2012, 01:11:04 »

« Tu sais, Mélinda, là d'où je viens, chez les "riches", si je puis dire ainsi, c'est quelque-chose que je n'ai que trop bien apprit. Aussi, j'apprécierai que le sujet se termine ici, s'il-te-plait. Ce n'est pas pour rien que je suis venue dans ce lycée. Je voulais échapper à cette réalité, même brièvement. »

Soit. Mélinda pouvait respecter ce choix. Si elle descendait effectivement de l’aristocratie humaine, elle avait du être brassée avec ces théories. Le travail, l’importance d’apporter quelque chose à la société, de contribuer à son essor, de s’insérer, socialement parlant, pour resplendir... En tant qu’Ashnardienne, Mélinda ne pouvait qu’adhérer à de tels valeurs. Si elle prenait beaucoup de repos sur Terre, elle n’en était pas moins une femme d’affaires. Elle apportait quelque chose d’utile à sa société, à son Empereur. C’était une gratification permanente. Dans les sociétés occidentales, cette lie qu’était le chômage n’existait pas en Ashnard. Les chômeurs étaient tous des esclaves. C’était bien plus simple ainsi.

Mélinda ne dit donc rien, cherchant donc un autre sujet, quand elle entendit effectivement deux filles papoter derrière elles. Avec son ouïe fine, la vampire les entendait très distinctivement converser entre elles :

« Il faut trouver un moyen de s’occuper d’elle... »

La vampire retint un léger sourire. Mizoki et Tija. Deux bourges. Deux pétasses qui jalousaient Mélinda, et qui avaient envie de la tuer depuis qu’elle avait tordu le poignet d’un membre éminent du « club des pétasses », Akira. Akira avait toisé Mélinda de haut, et la vampire avait réagi en lui brisant un os. Furieuse, elle avait envoyé par la suite son grand-frère et deux de ses potes, des étudiants nippons avec des carrures athlétiques, pour l’impressionner. Elle avait envoyé le frère à l’hôpital, avait envoyé l’autre dans une porcherie, et le dernier avait tout simplement disparu. A l’heure qu’il est, il devait être dans l’une des toiles d’araignées du Roi Rouge, dans les profondeurs lointaines de l’Empire d’Ashnard. Depuis cette époque, le gang des salopes cherchait donc un moyen de court-circuiter l’influence montante de Mélinda au sein du lycée.

Un lycée, dans le fond, ça ressemblait un peu à une campagne politique en miniature, avec des partis, des personnalités, et des luttes intestinales vicieuses où tous les coups étaient permis. Malheureusement pour Mizoki et Tija, Mélinda était, dans ce domaine, une véritable reine, et ne cessait de le leur prouver.

« On doit sortir Yukio des griffes de cette pétasse arrogante...
 -  Oui, elle ferait bien dans nos soirées littéraires !
 -  C’est l’héritière des Onoki, après tout. »

Mélinda ne dit rien, se contentant de sourire, et tourna sa tête vers Yukio :

« Ne t’inquiète pas, elles sont jalouses de moi. On se demande bien pourquoi, non ? »

La fausse modestie était l’apanage de Mélinda, qui décida toutefois d’écarter rapidement la question du gang des connasses, pour lâcher :

« Au fait... Tu as quelque chose de prévu ce soir ? »

C’était direct, mais Mélinda avait pu remarquer que, au lycée, surtout dans ce lycée, les choses se passaient souvent rapidement. Elle précisa tout de même sa pensée :

« Vu que tu veux changer d’air, je me disais que je pourrais peut-être... Te faire une visite guidée de ce qu’on fait à Seikusu. T’en dis quoi ? »
Journalisée


DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
Yukio Onoki
Humain(e)
-

Messages: 263



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #14 le: Juillet 18, 2012, 10:12:07 »

Mélinda m'assura que les filles qui discutaient entre elles ne méritaient pas notre attention. Je n'étais pas vraiment sure de ça. À voir les œillades qui nous étaient adressées, il était clair qu'elles ne nous portaient pas dans leurs cœurs. Mais qu'avions nous bien pu faire pour mériter une telle antipathie ? Était-ce parce que j'étais proche de Mélinda ? J'avais cru comprendre qu'au sein du lycée, la jeune fille avait une certaine réputation. Mais était-ce comme choisir un camp ? Mélinda, ou une autre personne ? Pour le moment, être avec Mélinda n'était pas désagréable...

« Au fait... Tu as quelque chose de prévu ce soir ?
Vu que tu veux changer d’air, je me disais que je pourrais peut-être... Te faire une visite guidée de ce qu’on fait à Seikusu. T’en dis quoi ?
»

Tirée de mes pensées, je ne répondis pas tout de suite. Faire un tour de Seikusu ? L'idée semblait tentante. Après tout, je venais d'arriver dans cette ville, je ne connais rien. Il faudrait que je prévienne Wolfang, en revanche, qu'il ne m'attende pas à la grille pour rien.

" Ma foi, l'idée est interessante, j'accepte. Il me faudra juste prévenir mon majordome, il devait venir me chercher, normalement. "
Journalisée

Tags: fini  
Pages: [1] 2 3 4
  Imprimer  
 
Aller à:  

Powered by SMF 1.1.20 | SMF © 2006-2007, Simple Machines
Awake and Dreaming - Le Grand Jeu
ChatBox