banniere
 
 
Liens utiles: Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Cacher les avatars

Le Grand Jeu - Forum RPG

Bad langage Discrimination Drugs Sex Violence Gambling

Bonjour et bienvenue.

Ce forum présente des oeuvres littéraires au caractère explicite et/ou sensible. Pour ces raisons, il s'adresse à un public averti et est déconseillé aux moins de 18 ans. En consultant ce site, vous certifiez ne pas être choqué par la nature de son contenu et vous assumez l'entière responsabilité de votre navigation.

Bonne visite ! :)

Pages: [1] 2 3 ... 10
  Imprimer  
Auteur Sujet: Vampire et Démon [PV]  (Lu 5300 fois)
La Maîtresse Noire
-

Messages: 83



Voir le profil
FicheChalant
« le: Mars 31, 2012, 12:12:54 »

-...et maintenant la météo. Demain matin, un front nuageux arrivera sur le japon depuis le Pacifique. Il sera accompagné par des pluies soutenues et des vent fort. Au niveau des températures, il faut s’attendre à une baisse sensible. On aura…
-Un temps de merde. Ta gueule du con.

Alex, d’un geste vif, éteignit la radio. Son petit studio retomba dans le silence. Il vivait donc là, dans ces quelques malheureux mètres carrés, comme un banal étudiant. Mais cela ne le dérangeait pas. Ho, bien sûr, il ne pouvait qu’avoir la nostalgie de son ancienne demeure, cette forteresse de roc noir, sinistre à souhait, nichée dans les profondeurs infernales. Les édifices humains étaient si dérisoires face à l’imposante démesure des Enfers. Cependant, vivre sur terre avait ses avantages, impossible de le nier. Et tant mieux alors. Si l’exil pouvait être agréable, le jeune démon n’allait pas s’en plaindre.

Se remettant à chantonner tout bas un air de musique qui lui trottait dans la tête, Alex se prépara à sortir. Avant cela, il s’était adonné au minutieux rangement de son studio, tâche peu passionnante mais indispensable pour soigner son image de couverture. Il fallait se tenir prêt à une visite imprévu. Et, pour être tout à fait honnête, cela l’amusait un peu de jouer ce Midnight introverti et sérieux. Cela ne donnait que plus de contraste à sa véritable nature. Et justement, il était grand temps de faire parler cette dernière.

Alex enfila son long manteau blanc, chaussa ses bottines, ferma la lumière, sortit, puis poussa un juron silencieux. Ses clés bon dieu ! Il les avait mis où ? Pas dans ses poches en tout cas. Il repassa la porte, chercha le trousseau, le trouva à côté de la radio et ressortit. Après avoir verrouillé sa porte à double tour, il quitta l’immeuble toujours en chantonnant son petit air.
 
Au dehors, le soleil avait disparu depuis peu. C’était le crépuscule. Quelques fins nuages, voiles diffus flottants au-dessus de l’horizon, étaient toujours embrasés par le couchant, donnant à ce ciel qui s’assombrissait une tinte sanglante. Quelqu’un ayant l’âme poétique ce serait certainement arrêté rien qu’une seconde pour regarder le spectacle céleste. Néanmoins, Alex n’étaient pas de ceux-ci. De plus, le ciel, symbole du Paradis et des Anges, ce n’était vraiment pas son truc. On pouvait aisément le comprendre. D’un pas tranquille, il s’éloigna en direction des bas-fonds. Il voulait s’isoler, se perdre dans ce dédale de sombres ruelles. Là-bas, si Satan le voulait, une proie facile aurait le funeste malheur de croiser la route du démon en quête de plaisirs sadiques.

Les ombres finissaient de s’allonger. Bientôt, elle envelopperaient la ville, la plongeant dans la nuit. Et cette nuit promettait d’être sombre et froide. La lune, déjà levée, n’était guère qu’un fin croissant. Et une vive bise s’était mis à souffler. Alex, toujours chantonnant, les mains dans les poches et son long manteau blanc ondulant sur ses talons un peu à la façon d’une cape, arpentait maintenant ce modeste cartier sur lequel il avait jeté son dévolu en cette soirée. Son errance ne dura guère car déjà il devina une silhouette devant lui. Accélérant le pas, il la rattrapa progressivement, sans trop se presser non plus. Il voulait donner à la rencontre un certain naturel. Une fois à la hauteur de la jeune femme, car c’était effectivement une femme, il l’aborda en ces termes.

-Belle soirée, n’est-ce pas ? Je suis un peu surpris de vous trouver là, toute seule, dans ce sordide cartier. Vous seriez-vous perdu, belle demoiselle ?

Le tout était sur le registre de la galanterie. Mais, assurément, ce n’allait pas durer très longtemps.
Journalisée
Mélinda Warren
Créature
-

Messages: 3158



Voir le profil
FicheChalant
Description
Petite vampire qui aime mordre des fesses <3
« Répondre #1 le: Mars 31, 2012, 12:49:08 »

« Vous les avez ?
 -  Dix litres de sang, Mademoiselle. Comme vous l’avez exigé. Du sang frais. »

Mélinda esquissa un léger sourire satisfait, et se lécha les babines. Elle descendit de la poubelle sur laquelle elle s’était assise, et marcha vers la voiture qui venait de s’arrêter. Le vent commençait à se lever. La météo annonçait une tempête. Au Japon, il faisait généralement très chaud, mais, quand une tempête approchait, le pire était souvent à craindre. Les deux loubards avec des lunettes ouvrirent le coffre arrière de la voiture, non sans lorgner sur Mélinda. Il fallait bien dire que cette dernière était habillée de manière très courte, un ensemble noir court composé d’une minijupe et d’un bustier. Oui, elle préférait certes s’habiller avec de longues robes, mais, quand il s’agissait de sortir dans les faubourgs de Seikusu, mieux valait des vêtements plus amples.

Le truand ouvrit le coffre, montrant une espèce de caisse médicale frigorifique. Il l’ouvrit, et elle vit les délicieux sachets de sang frais. L’un des autres truands avait sorti une cigarette, tirant tranquillement dessus plusieurs bouffées. Ces deux hommes étaient des infirmiers travaillant à l’hôpital, et qui étaient mêlés à un trafic de sang. Ils prenaient le sang de bébés dans la maternité. Ce sang se vendait à un prix certes élevé, mais était d’excellente qualité. Mélinda sortit son téléphone portable, afin d’appeler le personnel de son manoir, puis regarda les hommes.

« Transportez le sang au manoir. L’argent sera viré sur votre compte.
 -  C’est un plaisir de faire affaire avec vous. »

Mélinda aurait pu les recevoir directement au manoir, mais elle comptait aussi profiter de cette soirée pour chasser un peu… Et, aujourd’hui, elle avait décidé de chasser près de la zone industrielle désaffectée de Seikusu. Il y avait encore quelques usines fonctionnelles, mais, dans l’ensemble, c’était un ensemble d’usines abandonnées, de tours silencieuses, qui attendaient de nouveaux investisseurs motivés pour démolir les zones, et reconstruire. Les normes écologiques récentes compliquaient cependant les choses, et on trouvait généralement des zonards, et des camps de caravanes avec des vagabonds. Le quartier de la Toussaint n’était pas très éloigné… Mélinda s’aventura hors des ruelles, atteignant une rue. Elle avançait au milieu de prostituées laides et ravagées, de junkies et de toxicos, et aperçut à plusieurs reprises des voitures de police.

« Sympa, la tenue, ma cocotte !
 -  Tu me fais une pipe ? »

Elle sentit une main se poser sur ses fesses, et réagit rapidement, giflant sèchement le drogué qui l’avait touché. Le coup fut si violent qu’il s’écrasa sur le sol. Sa tête se décala si rapidement sur la gauche qu’elle émit un craquement sinistre. Son corps inanimé traîna sur le sol, et elle montra les dents envers d’autres hommes. Tous. Ils avaient tous un sang impur, moche et laid. Rien qui ne soit susceptible de l’intéresser ! Mélinda reprit silencieusement sa marche, s’éloignant de cette ruelle puante. Un clochard dormait dans un coin, avec des journaux sur son corps lui faisant office de couverture. Mélinda soupira, et continua à marcher, entrant dans une cour de basket, s’approchant de trois zonards qui fumaient et buvaient en rigolant, pointant ostensiblement leurs armes dans le vide.

Lentement, Mélinda s’approcha d’eux, ayant une idée derrière la tête. Ils se donnèrent des coups de coude en la voyant.

« C’est qui, cette nana ?
 -  Ce qu’elle est bonne !
 -  Bonsoir, mes jolis… Je suis une petite fille terrorisée, et… Je viens de me perdre, je crois… Vous pourriez m’indiquer comment retrouver ma route ? Avec cette tempête qui approche, j’ai peur… »

Les voyous rigolèrent en s’approchant, jetant une bouteille d’alcool sur le sol. Ils allèrent autour de Mélinda, qui tâcha de ne pas déglutir en sentant leur haleine nauséabonde. Ils ricanèrent silencieusement.

« Oh ouais, ma chérie, on va te réchauffer, nous. Hein, les mecs ? »

Elle les regarda silencieusement, et en sentit à nouveau un tripoter ses fesses. Fermant les yeux, Mélinda réagit, et l’égorgea d’un coup sec. Elle en attrapa un autre à la gorge, et le balança contre le mur. Sa tête se fracassa contre les briques, provoquant un traumatisme crânien qui le tua sur le coup. Il n’en restait plus qu’un, qui se mit à tomber sur le sol, tremblant de peur. Il essaya d’attraper son arme, mais Mélinda frappa solidement son poignet, le faisant hurler de douleur.

« Je vais t’expliquer ce qui va se passer, mon joli… Je vais te laisser cinq minutes pour te planquer. Ensuite, je t’arracherai tes muscles un par un, et je te forcerai à les manger. Maintenant… Cours. »

Elle libéra son poignet en lui montrant ses dents pointues, et ce fut suffisant pour que l’homme s’enfuit rapidement. Souriant délicatement, la vampire se mit à marcher, quittant la cour de basket pour rejoindre une rue assez déserte, quand elle entendit… Ou, plutôt, perçut une odeur particulière. Un sang spécial, particulier, et excellent. Quelque chose qui n’était pas humain. Elle s’humecta les lèvres, et le laissa s’approcher, avant de le regarder. Un homme dans un long manteau blanc, qui avait l’air plutôt beau, mais dont le sang n’était clairement pas humain.

« Belle soirée, n’est-ce pas ? Je suis un peu surpris de vous trouver là, toute seule, dans ce sordide cartier. Vous seriez-vous perdu, belle demoiselle ? »

Elle le regarda en souriant, montrant ses belles dents. Comment lui répondre ? Feindre l’ignorance, ou poser d’emblée les choses ? Autant jouer la jeune fille innocente et candide… Même s’il avait sûrement du ressentir qu’elle n’était pas normale. En tout cas, qu’elle n’était pas qu’une simple humaine.

« Je… Je crois bien que oui, en effet… Je… Hum… On m’a dit au lycée qu’il y avait une soirée animée dans une cave dans le coin, mais… Je crois que je ne l’ai pas trouvé…. Vous pourriez m’aider ? »
Journalisée


DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
La Maîtresse Noire
-

Messages: 83



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #2 le: Mars 31, 2012, 03:20:43 »

En voilà une réponse attrayante ! Elle était tout à fait du genre qu’espérait l’infernal Alex. Elle sonna à ses oreilles comme la douce promesse d’un délectable crime. Mais… pourtant… le démon n’eut pas l’impression d’être en présence d’une innocente demoiselle. Il posa sur elle son regard cendré qui témoignait de sa vivacité d’esprit. Il se mit à l’observer aux dernières lueurs du crépuscule. Il s’agissait d’une jeune femme fort bien proportionnée et plutôt légèrement vêtue. Quelle ravissante créature… et sa voix était dans le même ton. Seulement, il émanait d’elle une étrange aura. C’était ténu, discret mais, depuis qu’il avait mis les pieds sur Terre, il n’avait jamais ressenti quelque chose de tel. Voilà sa curiosité piqué au vif. Sur qui était-il tombé ? Ce pouvait-il qu’il s’agisse vraiment d’une lycéenne en quête de festivité, dans une cave, au cœur de ce lugubre cartier ? Et elle s’y rendait seule en plus, dans cette tenue aguichante ? Si c’était le cas, elle était candide, totalement inconsciente des dangers de ce monde. Or, voilà, Alex voyait dans ses yeux verts tout le contraire : une personnalité des plus affirmée. Soit elle venait de lui mentir, soit elle s’estimait capable d’assurer sa propre défense. Par les cornes de Satan, il allait élucider ce mystère.

Avec un léger retard de quelques secondes, signe involontaire de ses constatations, il répondit donc d’une voix des plus aimables.

-Ça par exemple, quelle coïncidence ! Je m’y rends justement à cette fête ! Mais voyons, vous auriez dû demander à être accompagnée ! Ce n’est pas très bien fréquenté par ici. Venez, suivez-moi. Il faut encore un peu marcher.

D’un élégant signe de la main, il l’invita à lui emboiter le pas. Dans son rôle de gentleman, il était plutôt convainquant. Il ne pouvait toutefois pas prétendre être un vrai comédien. Il manquait trop de polyvalence. Il ne jouait à merveille qu’un tout petit nombre de rôle. Quoi qu’il en soit, lui et cette mystérieuse demoiselle poursuivirent leur route côte à côte dans l’obscurité croissante. Ces ruelles étaient si miteuses, si abandonné de tout intérêt économique que l’éclérage était pratiquement inexistant. A peine le duo croisa un lampadaire fatigué à la lueur vacillante. Le silence, aussi, était saisissant, si l’on faisait exception de la plainte lugubre du vent. On était bien loin du centre-ville qui, même en cette heure tardive, raisonnait du bruit de la circulation et de toute cette effervescence humaine. L’ambiance en devenait sinistre, tout à fait au goût d’un être diabolique. Chaque son, que ce soit le bruit des pas ou ce chat qui chassait, prenait une dimension particulière.  Tout d’un coup, à l’angle de la ruelle, Alex aperçu quelqu’un qui, prit d’une étrange terreur à leur vue, partit à toutes jambes. On aurait dit un vulgaire voyou qui tenait en main l’un de ses poignets douloureux. Midnight haussa les épaules.
 
-Quand je vous disais que c’était mal fréquenté. Il y a même des déséquilibrés. Hâtons-nous. Ils doivent déjà nous attendre.

Il accéléra un peu sa marche. Où allait-il exactement ? Et bien le pire, c’est qu’il n’en savait rien. C’était pratiquement la première fois qu’il venait dans ce cartier. Il n’avait pas encore eu le temps d’y faire une quelconque reconnaissance. Il comptait simplement sur son bon sens pour le guider. Apercevant par-dessus les immeubles délabrés de hautes cheminés éteintes qui ne pouvaient appartenir qu’à une usine, il prit cette direction.

Journalisée
Mélinda Warren
Créature
-

Messages: 3158



Voir le profil
FicheChalant
Description
Petite vampire qui aime mordre des fesses <3
« Répondre #3 le: Mars 31, 2012, 07:17:50 »

Soit son mensonge était plus sincère qu’elle ne le pensait, soit il mentait… Et, à vrai dire, la question ne se posait. Mélinda était par nature une menteuse, et elle savait quand on lui mentait. Cet homme élégant, dans un long manteau blanc, prétendait aller à une fête de lycéens ? Il n’avait pas du tout le profil ! Ce n’était pas une fête BCBG qui avait lieu ici. Mléinda savait qu’il existait ici des fêtes souterraines, car certaines des lycéennes qui étaient sous son autorité, notamment Clara, lui en avaient parlé. Des fêtes qui avaient généralement lieu dans les usines désaffectées, et où on écoutait une musique gothique passablement forte dans un mélange de drogue et de sexe. Au vu des critères de ces boîtes, Mélinda était d’ailleurs plutôt bien habillée. Elle ne dit néanmoins rien, se doutant que le démon la conduisait dans un piège, et se contenta de le suivre.

« Ben… Je devais retrouver des amis ici, mais… Ils ne répondent pas, alors, je suppose qu’ils doivent me faire une blague… Je sais que le coin est dangereux, mais il n’y a rien à craindre ! Ce n’est pas très loin, normalement ! »

Elle se doutait que son mensonge improvisé ne devait pas convaincre l’individu. Après tout, un démon avait aussi des sens particuliers, et, à moins d’être un jeune démon, il aurait normalement du faire la différence entre un simple humain et un vampire. Or, s’il avait été un jeune démon, il lui aurait probablement sauté dessus. Lorsqu’ils étaient jeunes, les démons ressemblaient plus à des animaux sauvages qu’à des êtres intelligents. Mélinda réfléchissait donc en le suivant. Une chose était sûre : il ne savait pas qui elle était. Autrement, il ne l’aurait jamais abordé ainsi. Sous ses allures de petite fille innocente, Mélinda était une redoutable chasseresse, qui réfléchissait. Le démon était beau, et avait surtout une apparence humaine, ce qui laissait supposer des talents magiques. Après tout, les démons avaient des affinités particulières avec la magie noire et le polymorphisme.

Ils avancèrent à travers des rues sombres et désertes. On entendait parfois des hurlements, des télévisions rugir, des bébés pleurer, des poubelles qui se renversaient. Des chats errants traînaient par là, et Mélinda revit même, brièvement, le voyou qu’elle avait laissé s’échapper. En la revoyant, il courut rapidement, et elle se contenta d’un léger sourire, avant de continuer à suivre le démon, croisant ses mains derrière son dos. Ils se rapprochaient tranquillement de l’usine.

« Nous attendre ? Vous seriez si connus ? » lâcha-t-elle.

Ils se rapprochaient effectivement de l’usine. Le grillage qui entourait la propriété était ouvert à un endroit, mais il n’y avait pas de fête à l’intérieur. Ils passèrent par là, avançant sur la pelouse, jusqu’à se rapprocher d’une porte de service dont la serrure avait été pendant longtemps crochetée. Ils entrèrent à l’intérieur, afin de rapidement constater que l’endroit était sombre et désert. Aucune fête en perspective. Rien d’autre que l’obscurité. L’électricité ne fonctionnait plus, et Mélinda s’avança.

« Hum… Je crois qu’on m’a joué un vilain tour ! s’exclama-t-elle. Brrr… Il fait froid ici, et je n’y vois rien ! Nous devrions sortir rapidement ! Je vais les appeler pour savoir où ils se cachent… »
Journalisée


DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
La Maîtresse Noire
-

Messages: 83



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #4 le: Mars 31, 2012, 10:03:29 »

-Connu ? Non. Nouveau plutôt. J’imagine que cette fête doit être une sorte de bizutage sinon elle ne se déroulerait pas par ici. Enfin, je ne fais que présumer. Je ne connais pas vraiment les habitudes de ce lycée.

Il n’y avait pas que du faux dans cette réplique puisque, effectivement, Alex était nouveau au lycée. Mais au fond, il ne faisait que poursuivre son mensonge. Et si elle-aussi mentait, cela voulait dire que tous deux en étaient conscients. Ils pouvaient bien jouer exactement le même jeu. C’en était presque drôle. Le démon retomba dans le silence. Chemin faisant, il réfléchissait. Quel était donc cette fameuse aura que produisait cette demoiselle ? Il tentait de combiner son peu d’expérience et ses connaissances théoriques pour procéder par élimination. Une aura diabolique ? Non, impossible, il l’aurait reconnu aussitôt. Une aura de succube alors ? Non, là encore il l’aurait reconnu. Il avait effectivement côtoyé plusieurs succubes lorsqu’il vivait en Enfer. Une aura angélique peut-être ? C’était peu probable. Il n’avait jamais croisé d’Ange mais d’après ce qu’il avait entendu et lu, ça ne correspondait pas. De plus, cette femme ne semblait décidément pas bienveillante. Son aura en témoignait. Que restait-il ? Une tonne de choses en fait. Une aura Vampirique ? Possible mais il savait très peu à ce sujet. Une aura de sorcière, d’adepte de la magie noire ou d’une personne ayant vendu son âme au diable ? Possible là encore. Alex arrêta là. C’était inutile, il ne percerait pas le mystère uniquement par lui-même. De toute façon, l’usine était maintenant en vue.
 
Du premier coup d’œil on pouvait constater qu’elle n’était plus en activité. Et cela devait faire un bon moment puisque même la pelouse qui l’entourait se transformait en un champ d’herbes hautes et de mauvaises herbes. Le démon et la demoiselle se frayèrent un chemin jusqu’à une porte de service dont la serrure avait depuis longtemps été forcé. Il y avait fort à parier que tout l’outil industriel de cette usine avait été désossé pour ensuite revendre et utiliser les pièces détachées. Peut-être même que les tuyaux de cuivre et autres éléments métalliques s’étaient envolés. Mais cela, évidement, ce n’était pas le problème d’Alex. Il dressa l’oreille à l’affut d’un bruit pouvant trahir une présence inopportune. Il fut satisfait de ne rien déceler. L’instant d’après, la porte était ouverte dans un grincement sinistre. Le démon, l’air de rien, laissa la jeune femme entrer en premier avant de la suivre. A l’intérieur, tout était plongé dans l’obscurité. Et ce n’était pas le peu de lumière nocturne filtrant par la porte ouverte qui allait aider à se faire une idée de la pièce. Mais ce qui était sûr, c’est qu’aucune fête ne se tenait là. La demoiselle eut tôt fait de manifester son désir de sortir.

-Partir ? Déjà ? Ce serait si dommage. On doit simplement être en avance. Les autres vont arriver. Il suffit de les attendre.

Le démon, malgré ces dires, ne cherchait plus vraiment à faire illusion. Sa voix, toujours très calme, était néanmoins devenue bien moins chaleureuse. On pouvait même y déceler un petit quelque chose de malsain. A peine sa réplique achevée, il referma assez brutalement la porte devant laquelle il était posté. Le claquement qui en résulta fut comme un glacial coup de gong qui fut reprit en écho dans les entrailles de l’usine. Désormais, dans la vaste pièce, les ténèbres étaient total.

-Et puis, pourquoi ne pas en profiter pour faire plus ample connaissance ?

Il conclu par un ricanement tout bas, presque un murmur, à faire froid dans le dos. Il n’avait encore rien montré, rien fait, mais il était déjà évidant qu’il était une personne bien peu recommandable. Il tendit l’une de ses mains en avant, paume en l’air, les doigts légèrement recourbées comme s’il cherchait à saisir un invisible objet. De cette main jaillit tout d’un coup des flammes à la lueur verte. Elles formèrent un véritable petit brasier infernal dans la poigne du démon. Une lueur venimeuse fut jetée au alentours, donnant à cette pièce une oppressante ambiance. Les ombres étirées derrières les piliers, les cuves et autres tas de caisses se mirent à danser sur les murs.
 
-Ha, au fait, il faut que je t’avoue un truc : la fête est en comité restreins. Juste toi et moi. Mais mon petit doigt me dis que tu n’es pas si surprise que ça, n’est-ce pas ma belle ? J’ai hâte de savoir ce que cache ta jolie frimousse…

Maintenant, Alex avait clairement quitté le registre de la galanterie pour aller flâner du côté de celui du psychopathe. Son masque était tombé. La femme avait-elle aussi, comme il le supposait, un masque ? Et si oui, allait-elle enfin se dévoiler ? Peut-être devrait-il un peu l’aider… mais ce serait avec joie.
Journalisée
Mélinda Warren
Créature
-

Messages: 3158



Voir le profil
FicheChalant
Description
Petite vampire qui aime mordre des fesses <3
« Répondre #5 le: Mars 31, 2012, 10:35:59 »

La porte claqua brusquement, dans un claquement sonore et métallique qui se répercuta sur les murs. Le jeu était fini. Visiblement, Alexis n’était pas, comme Mélinda, nyctalope. L’endroit avait beau être très sombre, la vampire y voyait comme en plein jour, et le démon manifesta ses pouvoirs magiques en faisant apparaître des flammes vertes brûlant du bout de ses doigts. Les flammes se mirent à luire, éclairant une grande partie de la pièce. Le hall était toutefois immense. Il y avait encore à l’intérieur de grosses cuves de traitement vides, et quelques tonneaux ici et là. On imaginait sans peine des camions-citernes venir depuis les gros portails fermés, pour récupérer les produits dans les cuves. Le démon se mit à parler, mais Mélinda n’était déjà plus là. Elle avait grimpé sur une cuve, utilisant ses griffes et son agilité vampirique pour grimper sur le mur, afin de rejoindre une cuve.

*Il maîtrise donc le feu… Mais peut-être que ce charmant démon a d’autres intérêts ? Si ce brave croit m’avoir piégé, alors il se trompe lourdement…*

Mélinda se contenta d’un large sourire, tandis qu’Alexis l’invitait à lui montrer qui elle était vraiment. Elle se dressa tranquillement, et poussa un ricanement, avant de bondir dans les airs, s’accrochant à une poutre, s’en servant pour en rejoindre une autre, dans des claquements métalliques qui résonnèrent dans la pièce. Elle se laissa alors tomber comme une masse, s’accrochant à un câble électrique noirâtre pendouillant au plafond. Elle tomba en plein sur Alexis, le renversant sur le sol, finissant sur lui à califourchon, et approcha son visage du sien. Un sourire ravi sur les lèvres, elle alla lécher sa joue.

« Au début, je comptais m’amuser avec un autre gibier… Mais, puisque tu veux prendre sa place, je vais m’empresser de te satisfaire, mon joli… Tu vas vite apprendre que l’ignorance n’excuse pas la bêtise, et que tenter de piéger Mélinda Warren, c’est faire preuve de la plus grande bêtise possible ! »

Elle martela cette dernière assertion d’un coup de griffes à la joue gauche, et suçota ses doigts avec un demi-sourire, une lueur espiègle dans les yeux. Mélinda se redressa alors, mettant ses mains en arrière pour se redresser. Elle se dissimula alors dans le meilleur ami des vampires : les ombres. Ce sang était un avant-goût délicieux, et c’était bien celui d’un démon. De tous les sang qui existaient, le sang des anges était généralement le meilleur, car le plus pur, mais le sang des démons était un excellent équivalent.

*C’est que ça me donnerait presque faim, ça, hum.. Énerve-toi un peu, petit démon, que je sente ton sang bouillir… Le sang est ainsi toujours meilleur !*
Journalisée


DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
La Maîtresse Noire
-

Messages: 83



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #6 le: Avril 01, 2012, 09:56:50 »

Par les griffes de Lucifer ! Alex avait vu juste. Il n’y avait jamais eu de fête. Tout n’était que mensonge. Mais cela ne l’empêcha pas d’être surpris par ce qu’il découvrit. Quelle rapidité ! Quelle agilité ! Devant ces yeux, elle exécuta en un éclair une véritable démonstration acrobatique avant de fondre sur lui depuis le plafond du hangar. Le voilà au sol et elle, sur lui. C’est alors qu’elle s’adressa à lui, qu’elle se présenta, qu’elle le provoqua aussi. Elle le griffa à la joue et suçota ses ongles, pareilles à des griffes, où perlait quelques goûtes de sang. C’est alors que le démon comprit. Ces facultés… ce comportement… cette Mélinda Warren ne pouvait être qu’une vampire. Un vampire comme première cible, ce n’était clairement pas dans les plans initiaux d’Alex. Il aurait préféré bien plus simple. Il regretta un peu de ne pas avoir lâché l’affaire quand, peut-être, il le pouvait encore. La curiosité n’était pas bonne conseillère. Mais c’était trop tard. Maudire le passé ne changerait rien. Et puis, le démon, quelque peu blessé dans son orgueil, était résolu à mener bataille. Après tout, s’il l’emportait, le plaisir qu’il allait prendre à s’amuser avec cette créature ne serait que plus grand. Et si elle s’avérait trop dangereuse, il n’aurait normalement aucun mal à lui fausser compagnie.

L’être infernal se redressa sur son coude sitôt Mélinda réfugiée dans l’ombre. Il porta l’une de ses mains à sa joue griffée.

-Chienne insolente ! Je vais t’apprendre le respect ! rugit-il.

Ceci dit, il se releva d’un bond. Lorsque sa main, posée sur sa joue, se retira, la griffure avait disparue. Quoi de plus simple pour quelqu’un maitrisant la métamorphose de reformer une simple joue ? Alex ayant poussé cette discipline à un degré aussi élevé était ainsi en mesure de reconstruire tout son corps. Néanmoins, il n’échappait pas pour autant à la douleur des coups qu’on lui infligeait et il n’était hélas pas immortel. C’était bien là ce qui lui posait tant problème. Aussitôt sur pieds, l’autre main du démon, celle toujours embrasée de ce feu impie, fendit l’air dans la direction où Mélinda avait disparue. Le petit braser enfla en une véritable sphère ardente. La boule de feu partit à vive allure et, l’instant d’après, elle allait mourir contre le mur de béton dans une explosion tout de même conséquente. Dans le flash lumineux qui en résultat, Alex ne vit pas l’ombre de la vampire. Ha, la garce ! Toujours posté devant la porte, la main toujours enflammée, il fouilla l’obscurité de son regard irrité.

-Tu penses pouvoir te cacher, ma belle ? Ho, c’est mal me connaitre !

Et il éclata en un rire dément qui se répercuta dans tous le hall. Celui-ci était vaste. Tant qu’il demeurerait plongé dans ne noir, le terrain serait à l’avantage de la vampire. Sans compter que celle-ci pouvait en sortir. Le démon allait y remédier. Il lança une nouvelle boule de feu pour sonder la profondeur du hall et localiser les voix d’accès qui s’y trouvait. Ceci fait, il érigea devant chaque porte, devant chaque portail, de hauts rideaux de flammes tout ceci sans avoir besoin de faire un pas. Il termina par la porte de service devant laquelle il se trouvait. Désormais, de vives lueurs étaient jetées dans le hall, hall qui normalement était devenu sans issue. Alex, pour chasser une bonne fois pour toute les dernières zones d’ombre qui y demeurait, alluma quelques autres brasiers ici et là. L’endroit avait clairement prit un style infernal avec tout ce feu et les tons verdâtres qui s’y imposaient. Il témoignait également de la puissance du démon.

Enfin Mélinda réapparue à ses yeux. Un sourire sadique se dessina sur son élégante face.

-Te voilà ! Mille excuses chère Mélinda. J’en oublie la politesse. Alexis Midnight, pour vous asservir ! Viens par ici ! J’ai un pieu à t’enfoncer mais pas forcément dans le cœur…

Il demandait de venir mais en fait c’était lui qui venait à la vampire. Il marchait d’un pas devenu impérieux, comme s’il était sûr de pouvoir l’emporter. En réalité, sa prudence n’était en rien retombée. Il ne fallait pas croire qu’il venait de s’enfermer avec son ennemie pour une lute à mort. Ses murs de feu ne le retenaient en rien. Sa fuite à lui était aisée.
Journalisée
Mélinda Warren
Créature
-

Messages: 3158



Voir le profil
FicheChalant
Description
Petite vampire qui aime mordre des fesses <3
« Répondre #7 le: Avril 02, 2012, 01:35:48 »

Se plongeant à nouveau dans les tréfonds de l’entrepôt, Mélinda en profita pour sortir son téléphone portable, et, pendant que le démon s’amusait à bloquer les sorties de hautes flammes verdâtres, elle envoya un message au personnel de son manoir. Un magicien… Elle n’avait pas spécialement peur, au contraire, mais elle se doutait que le démon devait avoir d’autres pouvoirs que simplement larguer des flammes. De sa position, Mélinda pouvait voir que son corps avait déjà cicatrisé. Dans le fond, la blessure n’était que superficielle, mais, même pour un démon, créature disposant par nature de facultés régénératrices importants, c’était un peu trop rapide… Son âme avait l’air trop noire pour qu’il soit un adepte de la magie blanche. Il devait donc y avoir autre chose.

*Ça ne rend cette partie que plus amusante… Je vais commencer par m’amuser avec toi, petit démon…*

Mélinda se laissa descendre de sa planque, et atterrit sur une étagère métallique. Le démon, se présentant comme s’appelait Alexis Midnight, ne tarda pas à narguer Mélinda, allant d’un rire provoquant. Mélinda le laissa faire, avant de lui répondre, calmement :

« Prendre un vampire pour une proie, mon cher, c’est une grossière erreur de débutant… Mais t’enfermer avec un vampire dans un endroit sombre, ce n’est plus que de la bêtise, c’est une volonté affichée de vouloir se suicider… As-tu oublié ce que je suis ? La plus pure définition de l’être nocturne, à tel point que, dans les légendes, on s’imagine que le soleil me ferait fondre comme un œuf. »

Elle se déplaça à nouveau, sautant d’étagère en étagère, poursuivant ses explications :

« Tu as beau rire et parler, ton sang, lui, ne ment pas. Serait-ce de la peur que je ressens en voyant à quel point ton rythme cardiaque s’accélère, beau démon ? Si ton seul pouvoir est de manipuler le feu, alors tu n’es qu’un mort en sursis… Car il y a quelque chose qu’il faut que tu comprennes avec les vampires… »

Mélinda fit un nouveau bond, atterrissant, jambes fléchies, devant Alexis. Elle lui sourit légèrement, et se déplaça alors à la manière d’un vampire, soit de manière très rapide. Malheureusement pour lui, Mélinda avait rechargé ses batteries sanguines, et se déplaçait bien trop rapidement pour qu’Alexis puisse avoir le temps de la viser avec ses flammes. Elle bondit à nouveau vers lui, et le frappa avec le pied en pleine tête.

« Tu es trop lent, résuma-t-elle fièrement. Le temps que tu analyses où je suis, et que tu craches tes flammes vertes, je suis déjà ailleurs. Avant de traquer un vampire, il faut un minimum se renseigner, et, si tu crois qu’un pieu ou une croix t’aideront, alors c’est que tu es complètement à côté de la plaque. Il suffirait d’un seul coup pour que tu me flambes, mais tu ne me toucheras jamais. »

Mélinda n’avait aucun pouvoir magique, ce qui était autant un avantage qu’un inconvénient. Se reposer sur ses pouvoirs magiques était une erreur. La vampire se déplaçait constamment pendant qu’elle parlait, brûlant très rapidement ses calories. C’était l’inconvénient d’avoir des facultés reposant uniquement sur le sang. Un vampire perdait rapidement ses litres de sang quand il se déplaçait à cette vitesse, et, si elle s’éternisait trop, elle n’aurait plus assez de sang pour pouvoir ne serait-ce que remuer le doigt. Ce n’était néanmoins pas elle qui allait exposer au démon ses faiblesses. Elle ne le sous-estimait pas, ce qui expliquait pourquoi elle se déplaçait rapidement, mais elle ne se considérait pas vraiment comme en danger. Si, en apparence, elle était la proie, et Alexis le chasseur, Mélinda connaissait suffisamment la chasse pour savoir que, parfois, le chasseur était en réalité la proie. Le chasseur était celui qu’on voyait, et la proie celle qu’on ne voyait pas. Partant de là, tous les scénarios étaient possibles, et, ce qui était déterminant, c’était de savoir celui qui aurait peur le premier. Dans le cas de Mélinda, elle était une vampire expérimentée, âgée de quelques siècles, une vampire qui, si elle préférait les belles longues robes aux tenues de combats, avait après tout eu une enfance difficile, et avait tué de ses propres mains son père en massacrant une partie de sa garde personnelle.

*Dans l’épreuve psychologique, je suis un adversaire redoutable…, conclua-t-elle. Mais toi, petit démon, vu ton manque de connaissances sur les vampires, je n’en serais pas si sûre… Il suffit juste de te paniquer un peu…*

Mélinda commença donc, en faisant crisser ses griffes sur le métal, avant de parler, se déplaçant toujours en faisant des bonds.

« Dis-moi, qu’est-ce que tu veux que je t’arrache en premier ? Les mains ? Les pieds ? Le dernier démon qui a cru pouvoir me dompter, tu sais ce que je lui ai fait ? Je l’ai attaché à un poteau, je lui ai ouvert l’estomac avec une griffe, et je lui ai fait manger ses propres intestins. Mais peut-être qu’il y a une autre partie de ton corps que tu préfères manger, non ? Je ne sais pas, moi… Le foie, les muscles, ou peut-être tes testicules… Je maintiendrais toujours que l’auto-cannibalisme est une sérieuse piste à explorer, qu’est-ce que tu en dis ? »

La vampire parlait sur un ton calme et amusé, qui ne manifestait nulle tension ou angoisse. Mélinda avait toujours été perpétuellement arrogante et orgueilleuse ; elle n’avait, selon elle, aucune raison d’avoir peur pour le moment.
Journalisée


DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
La Maîtresse Noire
-

Messages: 83



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #8 le: Avril 02, 2012, 11:52:10 »

Effectivement, Alex était trop lent et il l’apprit à ses dépends. Le coup de pieds en plaine face le renversa. C’était que sous cette forme humaine, il n’était pas très robuste. Désormais au sol, il ne put que se remettre à évaluer la situation. Malgré ses efforts, la vampire n’avait pas peur de lui. C’était un très mauvais signe car il devenait évident qu’il se frottait à beaucoup plus expérimenté qu’il ne l’était. Autre point négatif, elle avait deviné son manque d’expérience, preuve qu’il avait déjà commis plusieurs erreurs. Rapidement, le démon fit un effort de mémoire. Que savait-il au juste des vampires ? A part des légendes, rien. Et ces légendes, justement, elles semblaient inexactes. Presque naïvement, il pensait que le soleil, les pieux, les croix, l’eau bénite, tout ce genre de choses, pouvaient être efficace. Et il ne pensait pas ces buveurs de sang capable d’une telle rapidité. Que pouvait-il faire d’autres ? En fait, ça aussi c’était désormais évidant, il ne savait rien du tout et il se maudissait de ne pas s’être renseigné sur le sujet. Car il aurait pu, facilement en plus. Vous imaginez bien qu’en Enfer, on trouve tout sur les créatures impies et même sacrés d’ailleurs.

Lentement, Alex se redressa. De la peur, oui, il commençait à en ressentir. Il envisageait clairement la fuite désormais. Mais quelque chose l’empêcha de faire retraite sur l’instant. Paradoxalement, il s’agissait des propres dires de Mélinda Warren. Elle avait elle-même avoué être vulnérable au feu. Mensonge ? Possible. Mais en attendant, elle lui tournait bien autour dans un but évidant de se prémunir de ses flammes. Elle en profitait pour continuer de l’intimider. Le démon se fit violence. Il ne se laissa pas impressionner, en tout cas pas plus qu’il ne l’était déjà. Son envie de mettre les griffes sur cette femme si irritante éveillait en lui des pulsions sadiques. Il devait encore essayer quelques choses. Sinon il s’en voudrait. Ce n’était pas la fierté qui le faisait rester, non, c’était uniquement ses désires monstrueux.

Son visage se crispa. Il préférait afficher sa colère plutôt que ses craintes. Un rictus mauvais fendit sa fine bouche, dévoilant ses dents. Ses yeux cendrés devinrent plus que des fentes hostiles. Ses trais ainsi durcis lui permettait de garder bonne figure en cet instant où les apparences et les mots comptaient tout autant que les actes.

- Mélinda… ma petite Mélinda… je déteste les femmes de caractère. Oui, vraiment, tu me déplais, c’est si excitant ! J’ai tellement envie de te faire hurler. Garde pour toi tes belles promesses qui, je dois bien l’avouer, ne manque pas de charme. Mais si tu pense avoir quelque chose à m’apprendre sur le terrain de l’horreur, tu te trompes. Tu m’en voudra pas de vouloir te le prouver, n’est-ce pas ? Allons, la récréation est terminée !

Le démon écarta les bras et ce fut tout son corps qui s’embrasa. En l’espace de quelques secondes, le feu le cacha complètement à la vue de la détestable et si convoitée Warren. Les secondes continuèrent à s’écouler sans que les flammes ne cesses. Au contraire, elles gagnaient en force. Le brasier enfla de façon conséquente. Puis, peu à peu, on put deviner une silhouette à travers le rideau ardent. Elle était plus grande, beaucoup plus massive. Alex avait usé de sa métamorphose pour se donner une apparence plus en rapport avec sa nature et ses désirs. Ce fut un véritable colosse bestial qui émergea du feu d’émeraude. Haut de plus de deux mètres, pesant certainement près de 200 kg, son corps excessivement musculeux était celui d’un homme-loup à la fourrure d’un noir profond. Ces puissantes pâtes antérieures ainsi que sa tête avaient une morphologie totalement animal alors que ses bras et son torse étaient un peu plus humain. Chacun de ses quatre membres se terminaient par des griffes monstrueuses et luisantes à la lueur verdâtre des flammes. Il en allait de même pour sa dentition de carnassier qui n’avait rien à envier à celle d’un requin. On retrouvait cependant le même regard cendré dans celui de cette bête. La gueule entrouverte laissait échapper des filets de baves. Mais Alex ne s’était pas contenté de se muer en un banal loup-garou. Non, il s’était aussi doté d’une paire de cornes recourbées en avant, parfait pour l’empalement. De plus, en lieu et place de la queue de canidé se trouvait une puissante queue reptilienne, plutôt longue et ondulant comme un serpent. Cette queue qui laissait apparaitre des écailles ténébreuses étaient surtout munies d’une légions de piques acérés. Tel était désormais le démon. Bien sûr, un tel changement avait taillés en pièces des habits désormais bien trop petits. L’abomination était nue et elle n’était pas dépourvu d’un membre masculin digne d’elle. Pour vaincre cette vampire, il fallait mettre le paquet. Voilà ce que c’était dit Alex.
 
-Je vais prendre plaisir à te briser… ma belle… gronda-t-il d’une voix désormais puissante et démoniaque.

Il commença à s’avancer. Chaque pas témoignait de sa lourdeur. C’était un vrai tank qui passait à l’attaque. Il conserva sur lui de nombreuses flammes pour en faire une sorte de bouclier même si, à présent, il pouvait bien plus facilement encaisser les coups. Dans un rugissement, il fouetta l’air de sa queue. Celle-ci percuta une cuve qui fût éjectée plus loin. Tout en progressant, le monstre se mit régulièrement à tirer ses boules de feu, sans forcément viser. Il comptait sur la multiplication des attaques pour toucher. Avec sa queue, ces coups de griffes, son ardent pouvoir, ça en faisait des choses à éviter… Enfin, cette déferlante de puissance, c'était aussi un moyen d'intimider et d'éviter de l'être.

Journalisée
Mélinda Warren
Créature
-

Messages: 3158



Voir le profil
FicheChalant
Description
Petite vampire qui aime mordre des fesses <3
« Répondre #9 le: Avril 02, 2012, 12:38:32 »

L’imagination humaine était fascinante, notamment au sujet des vampires. Sur cette race, on av ait dit et pensé bien des choses. On les comparait à des chauve-souris, pensant même qu’ils avaient le pouvoir de se transformer en chauve-souris. En quoi, je vous prie, un vampire avait-il quelque chose à voir avec une chauve-souris ? Il n’existait que trois espèces de chauve-souris qui soit capable de sucer le sang, et qui, encore, ne s’attaquaient que fort peu aux humains, privilégiant les moustiques et autres insectes. Et puis, une chauve-souris était une créature laide, capable de voler. Un vampire lambda ne pouvait pas flotter dans les airs. A vrai dire, le vampirisme améliorait juste de façon substantielle les capacités physiques de l’hôte, par l’accélération des vaisseaux sanguins. Force physique, endurance, agilité, résistance aux coups… Tout était multiplié, mais de façon proportionnelle. Là encore, il fallait faire la part des choses. Ce n’est que dans les romans bas de gamme, les aventures bit lite, qu’un vampire pouvait arrêter une voiture lancée à toute allure sur l’autoroute. Certains comparaient également les vampires aux loups, mais, pour Mélinda, c’était une comparaison scabreuse. Un loup était par nature un animal social, qui vivait au sein d’une meute. Un vampire, a contrario, était avant tout un être égocentrique, solitaire, qui n’aimait pas trop les congénères vampiriques. A bien choisir, Mélinda se serait plutôt comparée à une araignée. Seule, solitaire, empreinte d’une fascinante beauté, mais aussi d’une cruauté sans égal, elle tenait bien plus de l’araignée froide et calculatrice que d’un loup imbécile.

Elle songeait fugacement à cela, tandis qu’Alexis, de son côté, perdait son sang-froid. La panique se lisait dans ses veines, et s’exprimait ici par la rage et la fureur. Il mettait le paquet afin d’en finir, et, ce faisant, misait tout sur la force. Mélinda put constater que le démon avait en effet des propriétés polymorphiques importantes, et le prouva en grossissant, et en se transformant en une espèce de gros démon poilu doté de cornes et d’une longue queue reptilienne frottant sur le sol. Un corps massif et imposant, avec de longues griffes acérées. Sous cette forme, il y avait fort à parier que même les poings de Mélinda ne pourraient pas le blesser. Chacun de ses pas faisait trembler le sol, faisant vibrer l’entrepôt.

*Voilà qui devient amusant*, songea Mélinda avec un léger sourire.

Le démon frappa violemment l’une des cuves, un coup si violent que cette dernière s’envola, rebondissant contre un mur. Alexis se mettait à frapper dans tous les sens, mais sans vraiment songer à viser quoi que ce soit, ce qui fit que Mélinda n’avait aucune peine à éviter les tirs. Elle réfléchit entre-temps à une stratégie. Elle avait affaire à une brute sans cervelle, qui misait tout sur sa puissance physique et sa magie. Il fallait jouer serré, et Mélinda savait exactement comment s’en sortir.

« Tu sais ce qu’on te dit… » lâcha-t-elle.

En l’entendant, le démon envoya sur elle sa lourde queue. Celle-ci fendit l’air à toute allure, et Mélinda l’esquiva en sautant vers le plafond, sentant l’une des excroissances osseuses de la queue frôler sa jambe, attrapant un peu de son sang. La queue se fracassa avec violence sur l’un des piliers métalliques soutenant le toit de l’entrepôt, provoquant un grincement sinistre, mais Mélinda ne comptait pas laisser à Alexis l’occasion de réfléchir. Elle s’agrippa à un ancien néon, néon qui se brisa sous son poids, tombant vers le sol, mais la vampire s’était déjà agrippée, avec ses griffes, à un pilier en hauteur.

« …Plus c’est gros, plus c’est con ! » enchaîna-t-elle.

Cet entrepôt était vieux, et, partant de là, les poutres de soutien étaient particulièrement vieilles et rouillées. Le feu ambiant allait dans ce sens, aggravant l’état d’usure des piliers et des barres métalliques. Alexis attaqua à nouveau le pilier métallique, et ce fut le coup de trop. L’entrepôt grinça à nouveau, et le toit s’effondra. Les plaques de métal s’effondrèrent violemment sur Alexis, Mélinda évitant l’effondrement de l’entrepôt en passant par l’une des vitres sur le toit. Pour autant, la chute ne la laissa pas indemne non plus. Son support tombant, elle perdit l’équilibre, et rebondit sur les plaques métalliques qui s’écrasaient les unes sur les autres. Les lourdes cuves s’écroulèrent également dans la chute, et Mélinda roula sur plusieurs plaques, avant qu’un mur ne manque s’écraser sur elle, se contentant de s’écraser sur l’une des jambes. La vampire en hurla de douleur, prise au piège. Elle réussit à se libérer en forçant un peu, et se releva, ayant mal à plusieurs endroits de son corps. Quelques hématomes, des ecchymoses, et elle secoua la tête, sonnée.

*Finalement, je ne sais pas si c’était une si bonne idée que ça… Ma pauvre tête !*
Journalisée


DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
La Maîtresse Noire
-

Messages: 83



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #10 le: Avril 02, 2012, 03:33:08 »

Aveuglé par sa propre rage, Alex ne vit rien venir. Lorsqu’il constata que le hangar s’effondrait, il était déjà trop tard. Poussant un rugissement ou se mêlait la surprise et la peur, il fut en un rien de temps ensevelit sous les plaques de taules et les blocs de bétons. Il ne perçu pratiquement rien du vacarme que provoqua l’effondrement. Ecrasé au sol par le poids de tous ces matériaux, ce qu’il remarqua surtout, ce fut sa douleur. Elle fut si violente que, conjugué avec le choc lui-même, il manqua de peu de perdre connaissance. L’idée fugace que cet instant puisse être son dernier le glaça d’effroi. Il gisait maintenant, inerte, étourdit, seul en ses pensées. Mais quel crétin il avait fait ! Il était pourtant habitué à faire preuve de plus de subtilité. La vérité, c’était qu’il avait perdu ses moyens. Maudite vampire ! Quoi qu’au fond, il ne pouvait s’en prendre qu’à lui-même. Il le savait pourtant qu’une cible aussi coriace allait lui poser des problèmes. Il était ainsi, dès qu’on lui tenait tête, il perdait les pédales. Alors, maintenant, s’il s’en sortait, ce dont il doutait encore, terminé les bêtises. Ok, il avait compris la leçon, que cette Mélinda aille au diable ! Lui, il allait mettre les voiles.
 
Le démon reprit peu à peu ses esprits et ce fut dans une souffrance croissante. Il prenait progressivement conscience de la détresse de son corps. Il sentait l’odeur de son sang. Il devait en perdre pas mal et pour cause, une barre d’acier lui avait perforée la cuisse. Il ne sentait tout simplement plus sa queue qui devait être broyée. Son crâne lui faisait un mal de chien. Et ce n’était là qu’une toute petite liste de ce qu’il ressentait. Son corps était brisé. Le moindre mouvement était accompagné d’une douleur bien plus aiguë ou était tout simplement impossible. Il était encastré dans les débris. Une chose était sûr : s’il n’avait pas été aussi imposant, aussi robuste, il serait littéralement écrabouillé à l’heur actuelle. Il poussa un gémissement qui en disait long sur son état. En rouvrant les yeux, il ne vit rien, que le noir. Ses flammes s’étaient toutes éteintes puisqu’il avait perdu la concentration nécessaire à leur maintient. Cette situation n’avait vraiment rien de réjouissant. Heureusement, il avait la solution à son problème.

Il fit à nouveau appel à son pouvoir de métamorphose. Il visualisa en son esprit la chose qu’il désirait devenir, une toute petite chose. Le sort entra en action et débuta d’une façon presque atroce. Un pique de douleur affreux lui arracha un hurlement que, certainement, là-haut, à l’air libre, on put entendre. Mais très vite, il perdit cette sensation. C’était tout son corps qu’il démolissait et, par la même occasion, il effaçait ses blessures. Il entendait les matériaux sur lui dégringoler à mesure que l’espace qu’il occupait diminuait. Bientôt, il arriva au résultat escompté. Il était désormais une souris noire pourvue de mains. Là encore, il avait le même regard cendré. Il se retrouva allongé dans une petite flaque. Il devina qu’il s’agissait là de son propre sang. Ce ne fut pas pour le rassurer. Il se redressa et, à tâtons, il chercha à se frayer un passage entre les débris. Etant désormais minuscule, ce fut assez facile.

Guérit et débloqué, son but à présent était de filer à l’anglaise. Où était la vampire ? Il n’en savait rien. Peut-être avait-elle été écrasée. Il en doutait quand même. Où allait-il ? Là encore, il l’ignorait. On pouvait aisément comprendre qu’il était désorienté. De plus, il avançait à l’aveuglette. Il n’osa pas penser à ce qui se passerait s’il tombait sur l’affreuse Warren surtout maintenant, alors qu’il était si petit, si faible. Il fit donc preuve de la plus grande discrétion. Mais quelque chose l’inquiétait plus que le bruit : l’odeur. Après ce petit bain de sang involontaire, la vampire allait pouvoir le suivre à la trace, en tout cas c’est ce qu’il supposait. Il s’agissait donc d’être rapide en plus que discret. Dès qu’il aurait mis le nez à l’air libre ou dans tout autre endroit dégagé, il devrait prendre une autre forme, une forme avec des ailes cette fois. Le ciel serait son salut. Maintenant, il fallait croiser les doigts…

-Les vampires, plus jamais ! marmonna-t-il tout bas pour lui-même.     
Journalisée
Mélinda Warren
Créature
-

Messages: 3158



Voir le profil
FicheChalant
Description
Petite vampire qui aime mordre des fesses <3
« Répondre #11 le: Avril 03, 2012, 01:28:31 »

Mélinda était indiscutablement sonnée, mais pas au point d’abandonner la traque. S’extirpant des gravats, elle réalisa qu’elle saignait de la tête. Son cuir chevelu était ouvert, salissant ses beaux cheveux, et elle sentit le rouge lui monter aux joues.

*Dans quel état est-ce que ce salaud m’a mise ? Je suis furieuse ! Je vais le dépecer sur place !*

Tout ce raffut n’avait fort heureusement pas attiré grand-monde. Le coin était désert, de toute façon, même si le bruit avait du se faire entendre sur une bonne superficie à la ronde. La vampire se tenait la tête, à l’endroit où elle s’était ouverte. Le cuir chevelu saignait toujours beaucoup, vu qu’il y avait après tout le cerveau, mais il ne s’agissait que d’une blessure superficielle. Mélinda connaissait suffisamment le sang pour savoir qu’il ne fallait pas se fier à la concentration de sang qui sortait d’une plaie. C’était toujours impressionnant, mais ça n’empêchait pas qu’elle était, non seulement sonnée, mais aussi salie. Oh, il allait le payer ! Elle allait le jeter dans ses oubliettes, l’enfermer dans sa salle de torture, et passer de longues heures sur son corps ! Ses beaux cheveux étaient tout sales ! Il lui faudrait un long bain pour qu’il retrouve leur beauté naturelle. Elle secoua la tête.

Alexis n’était toujours pas sorti… Soit il était mort, soit il fuyait. Essayant de retrouver son calme, Mélinda se concentra. Elle continuait à sentir son sang bouillonner, même si elle ne pouvait plus le voir. S’il n’était pas encore sorti de cet amas de tôle, c’est qu’il était blessé, ou se terrait. Elle observa la scène, sans bouger, reprenant ses esprits. Son sang dégoulinait de son bras droit, et elle sentit le sang d’Alexis se déplacer rapidement, s’éloignant d’elle. Elle sourit silencieusement, révélant ses dents blanches… Mais aussi légèrement teintées de rouge. Fort heureusement, elle n’avait perdu aucune de ses précieuses dents. Elle se déplaça rapidement, contournant les ruines de l’usine pour s’approcher d’une ruelle.

« Tu auras beau courir, je sais où tu es… Tu oublies donc ce que je suis ? Pourquoi crois-tu qu’un vampire est par excellence un chasseur ? Pour survivre, vois-tu, une proie n’a que trois options. Elle peut contre-attaquer, comme tu as tenté de le faire. Sans succès, car, comme tous les mâles, tu es incapable de réfléchir. Elle peut aussi fuir ou se cacher, mais, dans ces deux derniers cas de figure, si une proie peut se soustraire à la vision du chasseur, ou même à son odorat et à ses oreilles, ton sang, lui, ne peut pas se dissimuler. Peu importe où tu cours, où tu te caches, je te suis… »

Mélinda nota alors que son téléphone portable avait réussi un méchant coup. Il fonctionnait encore, mais très faiblement. Un gros éclat avait brisé la vitre, et elle fulmina, avant de le reposer, puis de rejoindre Alexis, se déplaçant rapidement. Elle finit par apercevoir une espèce de souris, et gloussa.

*Le démon le plus pathétique que je n’ai jamais vu ! Se transformer en souris…*

Mélinda courut donc vers lui, sauta sur une poubelle, et s’en servit pour se catapulter, s’écrasant devant la souris. Sous l’onde de choc, cette dernière fut surprise, et se reçut un coup de pied sur le flanc, qui l’envoya heurter le mur. La souris retomba mollement sur le sol, et Mélinda leva son pied au-dessus.

« Tu m’as fait MAL, enfoiré de démon ! Tu t’es cru où, hein ? Tu as mal débarqué pour chasser des proies innocentes… La prochaine fois, évite d’aller sur une ville qui est une porte ouverte vers Terra ! »

Un rugissement de moto se fit alors entendre. Tournant la tête, Mélinda vit deux motos s’approcher rapidement, et esquissa un sourire. Elle n’avait pas appelé Bran, cette fois, mais deux de ses gardes du corps. Diana et Laura. Diana était celle qui avait une longue chevelure, et Laura celle qui, fort logiquement, en avait une plus courte. Elles s’arrêtèrent à hauteur de Mélinda.

« Vous avez mis le temps ! les sermonna-t-elle.
 -  Vous… Vous êtes blessée ?
 -  Non, je me donne un nouveau look… Évidemment que je suis blessée, pauvre conne ! Vous avez amené le collier ? »

Visiblement, Mélinda était de mauvais poil, mais ce n’est pas comme si les deux subordonnées n’étaient pas habituées… Elles sortirent un petit coffret, et l’ouvrirent. Attrapant la souris par ce qui lui faisait office de queue ou de patte, Mélinda la souleva en l’air, souriant rageusement, avant de lui montrer le collier.

« Si tu étais un peu moins occupée à attaquer des filles, et à essayer de te renseigner, tu saurais qu’il existe des méthodes diverses de lutter contre les mages…
 -  Vous… Vous faites la leçon à une souris ? s’étonna l’une des jumelles.
 -  Ce n’est pas une souris ! C’est un sale petit démon qui m’a blessé, et qui va payer le prix de son impudence ! Tu vois, ce collier contient un fragment d’obsidienne pure. L’obsidienne t’empêche d’utiliser ton irritante magie, insupportable démon, mais n’en annule pas les effets déjà existants, contrairement à la dymérite… Enfin, certaines pierres d’obsidiennes annulent aussi les effets magiques, mais inutile de t’embêter avec ça. Pour le moment, tu es ma petite souris. Pathétique, pour un démon… Mais bref… Je vais m’occuper de toi dans mon manoir. »

Mélinda le déposa dans le coffre, avec l’obsidienne, et referma ce dernier. Il aurait pu s’acharner sur le fragment, il était impossible de le briser. C’était une pierre précieuse, après tout. Les armures en diamant figuraient parmi les armures les plus résistantes qui soient.

« On retourne au manoir… Vous le mettrez au salon, dans une cage, et vous veillerez à ce que mon chat ne le mange pas. Je m’occuperai de lui quand je serais propre. »

Dans la sinistre tête de Mélinda, elle commençait déjà à voir ce qu’elle pourrait faire de lui.
Journalisée


DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
La Maîtresse Noire
-

Messages: 83



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #12 le: Avril 03, 2012, 09:57:14 »

Alex, sous sa forme de petite souris, continuait de se faufiler parmi les débris. Le cœur battant, poussé par une peur certaine, il allait toujours droit devant lui, à l’aveuglette. L’oreille dressée, il cherchait à percevoir le moindre bruit qui aurait put trahir la présence du vampire… ou de quelqu’un d’autre d’ailleurs. Hé oui ! Après tout ce bouquant, peut-être que des curieux s’étaient approchés ? Peut-être que la vampire, si elle n’était pas déjà écrabouillée, avait dû partir ? Le démon se raccrocha à cette idée. Dans son état, tout était bon pour se rassurer. Ses mains griffues rencontrèrent un mur ou ce qui semblait en être un. Il était si petit, il faisait si noir, impossible de savoir. Il décida de longer cet obstacle infranchissable par la gauche. Encore quelques secondes de laborieuse progression et il aperçu enfin un morceau de ciel nocturne.

-Enfin…
 
Le voilà à l’air libre. Il avait débouché dans une ruelle. Elle semblait déserte. C’était parfait. Maintenant, il n’avait plus qu’à se transformer en oiseau et à se tirer. Il repensa à cette réflexion qu’il s’était fait peu avant : le ciel serait son salut. Quelle ironie pour un démon ! Il fit encore quelque pas et commença à visualiser en son esprit le grand rapace qu’il allait devenir. Mais soudain, horreur, un bruit de course résonna dans la ruelle, puis un saut, puis un rétablissement sur une poubelle… Non, c’était elle, ce ne pouvait être qu’elle. Il reconnaissait sa façon de se mouvoir. Cette pensée le figea sur place. Perdant sa concentration, sa magie ne fut pas lancée mais sa panique était telle que ce fut le cadet de ses soucis. Courir, il devait courir ! Non, il devait retourner dans les décombres ! Non, il devait se protéger avec ses flammes ! Non, il devait… trop tard, il n’avait rien fait et Mélinda était sur lui. Il poussa un cri de sa petite voix aiguë de rongeur et, l’instant d’après, le flanc douloureux, il heurta le mur. Sonné bien comme il faut, il retomba mollement au sol et ne bougea plus.

Tout ce qui suivit, il le perçu de façon distante, comme s’il n’était plus vraiment là, comme si un brouillard l’avait enveloppé. Il ne réalisa pas que la femme était sur le point de l’écraser et heureusement. Il ne comprit pas quel était se grondement de moteur. Dans son délire, il cru que c’était la terre qui s’ouvrait. Il remarqua à peine que l’horrible vampire l’avait prit par une pâte arrière et qu’il pendait ainsi la tête en bas. Il entendit sa voix, mais ses mots ne percutèrent par son cerveaux. Puis, peu après, il se retrouva allongé dans le noir, à côté d’un bijou. Il remua un peu. Sa main se posa sur l’obsidienne.

-Les vampires, plus jamais… marmonna-t-il.
 
Puis il sombra pour de bon dans l’inconscience.

Ce fut un miaulement qui le réveilla. Aussitôt, il sentit son flanc droit douloureux. Que s’était-il passé ? Où était-il ? Sur le moment, il fut totalement perdu à tel point qu’il fut surprit de constater qu’il n’était pas dans son lit, dans son studio. Non, à la place de ce décor familier qui l’accueillait généralement quand il se réveillait, il découvrit un gigantesque salon et, un chat démesuré et… une cage ? Qui était en cage ? Le chat ou lui ? Il se frotta les yeux et là, nouvelle surprise, il n’était pas sous sa forme humaine. Non, il était une souris noire, pourvue de mains. Celles-ci, ainsi que sa queue et ses pieds laissaient apparaitre une peau blafarde. Son pelage était poisseux, maculé de sang. Il s’observa et il commença à réaliser certaines choses. Déjà, ce n’était pas le salon ou le chat qui étaient énormes, mais lui qui était tout petit. Et c’était bien lui qui était en cage. Mais alors… ça voulait dire que ?
 
-Non ! Non ! C’est un cauchemar ! couina-t-il, affolé.

Brutalement, il se souvenait de tout, même de ces derniers instants où il était dans les vapes. Ici, c’était chez Mélinda Warren, son manoir avait-elle dit. Et elle avait aussi dit qu’elle s’occuperait de lui ! En tournant la tête, il aperçut, juste à côté de lui, le bijou, l’obsidienne. Il pouvait dire adieux à sa magie. Il était bloqué dans cette ridicule petite forme ! Non, c’était impossible, il devait rêver ! Paniqué, il tenta quand même de recourir à ses pouvoirs… sans résultat évidement. Alors il chercha à se glisser à travers les barreaux de la cage en boitillant à cause de son flanc meurtrit mais très vite, il n’osa même plus s’en approcher. Le chat voulait l’attraper. C’était affreux ! Mais alors, que pouvait-il faire ? Dans une dernière tentative, il poussa le bijou dans un coin et, tout en surveillant le chat, il se rendit dans le coin opposé et tenta une nouvelle fois d’utiliser son pouvoir. Avec un peu de chance, il s’était assez éloigné pour ne plus être sous l’effet de cette maudite pierre. Mais non, rien à faire. Il était fait comme un rat… ou plutôt comme une souris.

Retournant au centre de la cage, il s’assit d’une façon plutôt humaine malgré son corps animal et se prit la tête dans les mains. Le chat continuait de miauler et à se lécher les babines. Mais ce n’était pas son problème. Pour tenter de se ressaisir, il lui tira même la langue, il le nargua par de petits gestes. Non, son problème, c’était que sous peu, la vampire serait là… Rien que cette pensée le fit déglutir avec difficulté. Maintenant, la seule chance qu'il s'en sorte, c'était d'arriver à négocier.
« Dernière édition: Avril 03, 2012, 01:39:12 par Alexis Midnight » Journalisée
Mélinda Warren
Créature
-

Messages: 3158



Voir le profil
FicheChalant
Description
Petite vampire qui aime mordre des fesses <3
« Répondre #13 le: Avril 03, 2012, 02:22:06 »

Rentrant dans son manoir, Mélinda abandonna l’insupportable démon dans une cage au centre du salon, et en profita pour se rendre dans l’une de ses salles de bains privées, une salle plutôt belle. Elle fit remplir l’eau chaude, et se plongea dedans, y restant pendant une bonne vingtaine de minutes, savourant le contact de l’eau chaude, très chaude, sur son corps. Pour un simple humain, l’eau aurait été bouillante, mais, ici, elle était acceptable, et très agréable. Une belle vapeur s’en échappait, et elle se laissa dedans pendant un certain temps.

Dans le salon où la cage avait été déposée, le chat de Mélinda ne tarda pas à s’approcher. Il renifla cette souris, et glissa une patte à travers la cage… Mais ne réussit pas à attraper Alexis, qui, de son côté, ne tarda pas à se réveiller, pour se battre avec le chat. Ce fut dans cette situation que Mélinda vint les surprendre. La soirée étant avancée, Mélinda avait opté, non pas pour l’une de ses robes, mais pour une espèce de nuisette rouge avec de la dentelle. Elle poussa un léger rire, et siffla.

« Cesse donc d’importuner cette pauvre souris, ordonna Mélinda à son chat, qui descendit de la table, venant près des jambes de sa maîtresse. Elle est déjà bien assez perturbée comme ça… »

Un sourire amusé aux lèvres, Mélinda s’avança près d’un fauteuil. Difficile d’imaginer plus ridicule pour ce pauvre démon… Il était prisonnier dans une cage, et venait de se battre avec le chat domestique de Mélinda, qui se mit à la suivre en ronronnant. Mélinda alla s’asseoir dans le fauteuil, et le chat sauta sur ses jambes, se lovant dessus. Elle lui caressa la tête, et il se mit à ronronner. La vampire daigna ensuite finalement s’intéresser à la souris, tout en portant à ses lèvres un verre à pied contenant un liquide rouge sombre. Difficile de se tromper sur le contenu de ce dernier : c’était du sang.

« Hum… En toute logique, je devrais te donner à manger à mon chat, mais, après tout, tu es un démon… Un démon stupide, mais c’est propre aux démons… Fort heureusement pour toi, j’éprouve une certaine affection pour les démons. »

Mélinda avait après tout une amie qui était une démone, et plutôt une bonne amie. Elle entreprit donc de se redresser, malgré les miaulements de protestation du chat, et se rapprocha de la cage. La pièce était plongée dans une relative forme de pénombre, n’étant éclairée que par le feu qui crépitait dans l’âtre de la cheminée, répandant sur la peau extrêmement claire de Mélinda des flammes dansantes. Elle le regarda, et attrapa le collier d’obsidienne, le regardant avec un nouveau sourire amusé, avant de regarder à nouveau la petite souris.

« Ce collier t’embête, hein ? Rassure-toi, l’eau m’a fait du bien… Je ne vais pas te tuer, bien que tu aies abîmé mon si joli corps. Et puis, tu n’es pas non plus totalement inutile… »

Elle ouvrit la porte de la cage de la souris, et ferma l’obsidienne dans un pendentif dont les parois pouvaient bloquer les effets de l’obsidienne. Mélinda alla ensuite se rasseoir sur le canapé, et tourna sa tête vers Alexis, lui adressant un léger sourire.

« Je te veux à mon service, lâcha-t-elle. Qu’es-tu prêt à m’offrir ? »
Journalisée


DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
La Maîtresse Noire
-

Messages: 83



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #14 le: Avril 03, 2012, 04:45:29 »

Quand Mélinda apparut dans l’encadrement de la porte, vêtue de sa nuisette rouge à dentelle, le sang d’Alex se glaça. Voilà, c’en était fini de lui, elle allait le tuer, plus ou moins vite ; il allait vivre l’enfer, un comble pour un démon, et on n’entendrait plus jamais parler de lui. Avec une extrême nervosité, il suivit du regard la vampire. Mis à part tourner la tête, il n’osait faire un geste ou dire un mot. En fait, si, il bougeait un peu, il se tordait les doigts nerveusement. Il faisait presque pitié à voir, le pauvre. Se faire avoir dès la première chasse dans cette ville, c’était ridicule. Il avait beau n’avoir pas grande fierté, il avait honte. Mais quelle image donnait-il de lui ? Toujours la même depuis des années et elle n’était pas glorieuse. Fallait se faire une raison, il n’était pas doué. Il finit par baisser le regard au sol. La voix de Mélinda le fit tout d’un coup sursauter. Mais, à sa grande surprise, celle-ci ne semblait pas vouloir l’occire malgré ce qu’il lui avait fait. En même temps, il ne lui avait pas fait grand-chose. C’était elle-même qui, en faisant effondrer le hangar, avait provoqué la majorité de ses blessures. Toutefois, il préféra ne pas le préciser, de peur de faire passer cette réplique pour une provocation.

La vampire se pencha sur la cage. Les flammes de l’âtre firent danser de chaudes lueurs sur sa peau si pâle. Elle enferma l’obsidienne dans un pendentif et déclara vouloir le démon à son service. Elle lui demanda aussi ce qu’il pouvait offrir. Alex cligna des yeux. Il n’en croyait pas ses oreilles et pourtant, en cet instant, elles étaient grandes par rapport à sa taille. Lui qui s’apprêtait à supplier pour espérer une quelconque négociation, voilà celle-ci débutée sans qu’il n’ait besoin de ramper. Prit au dépourvu, il ne sut tout d’abord pas quoi dire.

-Heu… ben… je… commença-t-il à balbutier, de sa petite voix aigüe. Puis, emporté par cette soudaine bouffée d’espoir, il s’exclama : mais c’est vrai ? Vous voulez pas me tuer ? Enfin, j’avais cru que… enfin peu importe ! Héhé ! J’vais pas me plaindre, surtout pas, à ça non ! C’est très bien comme ça, très très très bien même ! Mais c’est que j’m’y attendais pas trop, je… heu… ce que je peux offrir ? Laissez-moi y réfléchir quelques secondes. Oui, j’ai certainement plain de truc à offrir. Ha, oui, ça c’est sûr, plain plain plain de trucs ! Et même plus encore !

Alex était un authentique poltron et il le montrait maintenant d’une fort belle manière. Lui qui, une seconde plus tôt, tremblait comme une feuille plongé dans un mutisme terrifié, il devenait tout d’un coup extrêmement bavards. Il avait une sorte de petit rire hystérique qui à lui seul voulait tout dire. Il se redressa sur ses pâtes antérieurs et poursuivit, plus prolixe encore.

-Ben, ça dépend, vous voulez quoi ? J’peux rendre plains de services. Du sang, tiens, vous aimez ça les vampires, et bien je peux en trouver ! Ouais, j’me débrouillerais ! J’suis pas si bête que j’en ai l’air. C’est vrai, au fond ! J’ai juste tendance à perdre les pédales quelques fois. Héhé. Ouais, c’est ça, juste quelques fois. Et puis, quoi d’autres ? J’peux vous amuser, vous distraire ! J’suis un démon quoi, le plaisir, je sais ce que c’est ! Vous voyez ce que je veux dire ? Et puis, vous pouvez me cogner aussi, ça me dérange pas. J’ai joué, j’ai perdu, c’est normal. Bref, mon corps, il est tout à vous. Quoi d’autre ? Heu… Ben, ma magie tiens ! Elle peut vous servir !

Il claqua des doigts et, à sa propre surprise, quelques flammes vertes en jaillir. Ha, il pouvait de nouveau avoir accès à sa magie ? C’était certainement dû au pendentif. Il neutralisait les effets de l’obsidienne. Intéressant. Mais alors, ça voulait dire que… mais oui ! Il allait pouvoir fuir ! Il allait lui montrer à cette vampire qu’on piégeait pas Alex comme ça. L’air de rien, il poursuivit.
 
-Ha, tiens, c’est revenu ? Ben, voilà, y’a mes flammes. Enfin ça, c’est moi que ça aide surtout. Mais j’peux faire des p’tits spectacles, comme ça.

Il se mit à jongler avec des boules de feu pendant quelques secondes avant de les faire disparaitre. Faire le bouffon, ça lui allait plutôt bien. Il continua.

-Y’a aussi ma métamorphose. Ça, ça peut me permettre de vous donner plus de plaisir.

Là encore, il fit une démonstration, mais modeste. Il se contenta de grandir. Désormais, il était grand comme un chat mais ressemblait toujours à une souris noire. Il avait cependant rendu son physique un peu plus humain juste histoire de pouvoir bouger avec plus d’aisance et aussi de soigner sa blessure à son flanc. Il était donc une sorte d’homme-souris. Il se décala à une extrémité de la cage et poursuivit.

-Et ça, vous l’avez pas encore vu mais ça peut être super utile. Vous avez parlez de Terra ? Et bien, tada !

A l’autre extrémité de la cage, un petit portail dimensionnel apparut. Bordé de flammes vertes, il montrait un autre paysage, un autre lieu : un endroit quelque part sur Terra.

-Voilà un passage pour Terra ! Bon, et bien, sur ce, salut conasse !

Sans prévenir, le démon sauta dans le portail, ou tout du moins, essaya de le faire. Toutes ses démonstrations précédentes n’avaient eu d’autre but que d’endormir la méfiance de Mélinda, simplement pour donner le temps à Alex de fuir. Il savait que pour l’en empêcher, il suffisait de l’intercepter au vol, ou même de décaler la cage, faisant ainsi passer le portail derrière les barreaux. Mais la vampire allait-elle avoir de bons réflexes ? 
Journalisée

Tags:
Pages: [1] 2 3 ... 10
  Imprimer  
 
Aller à:  

Powered by SMF 1.1.20 | SMF © 2006-2007, Simple Machines
Awake and Dreaming - Le Grand Jeu
ChatBox