banniere
 
  Nouvelles:
La modération de LGJ accueille deux nouveaux membres dans son équipe !

A voir ICI même.

Liens utiles: Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Cacher les avatars

Le Grand Jeu - Forum RPG

Bad langage Discrimination Drugs Sex Violence Gambling

Bonjour et bienvenue.

Ce forum présente des oeuvres littéraires au caractère explicite et/ou sensible. Pour ces raisons, il s'adresse à un public averti et est déconseillé aux moins de 18 ans. En consultant ce site, vous certifiez ne pas être choqué par la nature de son contenu et vous assumez l'entière responsabilité de votre navigation.

Bonne visite ! :)

Pages: [1] 2 3 ... 7
  Imprimer  
Auteur Sujet: Un sauveur ? Je ne crois pas ! [Pv Liam] [TERMINE]  (Lu 6076 fois)
Shad Hoshisora
Grande okami, Sainte parodieuse Disney o/ eggshot d'oeuf
Terranide
-

Messages: 4119



Voir le profil
FicheChalant
Description
A un putain de réseau social.
« le: Octobre 15, 2011, 06:29:28 »

Un pas, puis un autre, les brindilles et les herbes sèches craquèrent sur le rythme de mes pas. Et oui la sécheresse était belle et bien présente dans ces contrées aride. Levant le visage, j’observais le ciel, ce dernier devenait plus sombre, s’obscurcissait.  La nuit n’allait pas tarder à tomber, une chance, l’air allait donc se rafraîchir. Il fallait avouer que cette chaleur, certes passagère, était étouffante. Étouffante ? Non !  Éreintante devrais-je dire !  Tournant la tête, j’observais les environs, bien sûr, rien, pas un mouvement. Le lieu était calme et vide de toute vie ou alors elle se cachait bien. Poussant un soupir et m’essayant le front, je repris ma marche. Les terres sauvages n’étaient pas un lieu très recommandé même s’il pouvait donner une protection contre certains esclavagiste qui n’osait pas y pénétrer de peur de se retrouver nez à nez avec des bêtes sauvages. Bien sûr, ce risque était aussi présent pour moi, et j’en avais déjà une fois fais les frais.

« Je ne sais pas pourquoi, mais j’ai un mauvais pressentiment pour ce soir… »

Un frisson me parcouru l’échine, un tremblement provoqué par une pensée, une idée sur laquelle un fait pourrait se produire. Pourquoi cette idée m’était venue à l’esprit ? Continuant de marcher, mon regard se porta sur les alentours, non décidément, il n’y avait pas âme qui vive ici. Mais ce n’est pas parce qu’on ne voit pas quelqu’un qui n’y a obligatoirement personne. Relevant les oreilles, je guettais cette fois toute source suspecte de bruit. Seul le souffle du vent fut une réponse.

« Après tout, ça ne doit être que mon imagination. »

Je repris donc ma marche, sans cesser d’être à l’affût, tout sens en alerte, levant mon regard, je m’aperçu que le ciel devenait de plus en plus sombre et que les premières étoiles prenaient leur place dans le ciel. La nuit était quasiment installée, dans quelques minutes, elle sera totale. Passant d’un pas lent à des petites foulées, je commençais à accélérer mon rythme de randonnées. Qui disait nuit, disait «  danger » et je n’avais aucune envie de me battre pour assurer ma survie, surtout que j’avais perdu mes armes et qu’il me faudrait dorénavant compter sur mes talent pyrotechnique et sur mes aptitudes naturelles.

Un craquement retenti. Je m’arrêtais et fit volte face. Ce craquement, j’étais sûre et certaine que ce n’était pas moi qui l’avait provoqué, plissant les yeux, je tentais de distinguer dans l’obscurité maintenant présente. Un autre bruissement se fit entendre, cette fois à un autre endroit. Qui ou quoi que ce soit, il bougeait, ou peut être  étaient ils plusieurs ? Qui le savait ?  Au vue des différentes sources de  bruissements et de craquements, il semblerait que ce qui était proche, m’entourais dangereusement .

« Et merde… »

La première attaque fut lancée, un corps humanoïde couvert de poils sombre, le visage ? Quel visage ? Ce n’était qu’une gueule immense munie de crocs acérés. Et oui, je me retrouvais face à un loup garou.  Ce dernier chargeait, pattes avant et griffes sorties,  Par chance, je parviens à l’éviter, mais ma chance se transforma en malchance quand je sentie une gueule pleine de crocs s’enfonçait dans mon épaule droite et deux pattes griffues m’enserraient les bras, y plantant leurs griffes, y faisant couler le sang. Un cri de douleur s’extirpa tandis que je me débattais pour sortir de cette étreinte mortelle. En meute, ils chassent en meute ! Comment avais-je pu simplement oublié ce détail ?

D’autres silhouette apparurent, tous aussi grande, poilues, sauvages et canines que les précédentes. En d’autres sommes, tous des loup-garou. Donnant un coup de pied sur le tibia de celui qui me retenait je parviens à m’en défaire…pour être rejeté contre le sol par un autre. Le choc fut violent et du sang jaillit hors de ma bouche pour aller tâcher la fourrure du lycanthrope.  Mains contre griffes, pieds contre pattes robustes, décidément, si j’arrivais à sortir de ce combat, je serais vraiment l’être le plus chanceux de Terra, sauf que pour le moment ce n’était pas le cas. Un autre coup, une autre marque de griffe, une entaille dans la peau qui saignait et qui faisait mal. 

Je me débattais, je voulais crier à l’aide. Mais l’aide qu’on pouvait recevoir ici pouvait être plus dangereuse que le pétrin dans lequel on se trouve. Serrant les dents, je tentais de repousser mes assaillants. A un contre un, j’aurais peut être une chance, mais à un contre cinq et surtout contre le sol, donc avec une liberté de mouvement réduite…Permettez moi d’en douter. Pourtant, l’instinct de survie me poussait à continuer à me battre, à protéger mon cou ou tout autre partie qui pourrait être une cible facile et qui pourrait entraîner ma mort. Intérieurement, j’espérais que cela allait très vite se terminer, de n’importe quelle manière.
« Dernière édition: Septembre 29, 2013, 02:36:49 par Shad Hoshisora » Journalisée

-Ralentissement RP ! -

-Envie de RP ? MP ! -



Wouf
Pour une idée des différentes tailles, clique ici !
Liam Eckart
Créature
-

Messages: 424


l'esclavage est un art, et la torture, un plaisir


Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #1 le: Octobre 16, 2011, 10:20:59 »

Ah les terres sauvages ! Quel endroit charmant ! A chaque détour de sentier une bestiole pour vous étriper !  Et après des gens aimaient encore se promener seuls dans de tels endroits ! Ils pouvaient franchement manquer de jugeote !  Non, là c’était carrément de la connerie ! Et si les jours des terres sauvages n’étaient pas assez dangereux, la nuit était carrément un enfer sur terra ! Alors pire que les représentants mondiaux de la connerie humaine étaient ceux qui ne cherchaient pas d’abris dans le coin la nuit. Les bêtes sauvages étaient bien le cadet des soucis d’un voyageur avisé, car pire qu’elles, il y avait toute les saletés magiques. Quoi ? On reproche de ne pas apprécier les bienfaits ? Mais on refuse aussi d’en voir toute l’horreur ! Prenons, un exemple, les loups garous !  Bêtes naturelles ou magiques ? Et bien il s’agissait d’une bête naturelle viciée par magie !

En parlant de loup garou, les lourdes portes de chêne massif qui protégeait le manoir Eckart se fermèrent dans un bruit de grincement. Les poutres furent mises en place, et les sentinelles prirent leur place, guettant les moindres signes avant-coureurs d’une attaque de ces saloperies qui trainaient de plus en plus près du mur. Ils en avaient vu quatre et abattu deux la nuit dernière, soit une augmentation incroyable des passages de ces bestioles dans le coin, il fallait faire quelque chose, et Liam avait envisagé une expédition punitive assez violente ayant pour objectif pur et simple l’élimination complète de ce foutu clan de dévorateurs. L’ennui c’était qu’il ne savait rien sur le lieu de leur camp de base, de leurs fporces en présence. Aussi ne pouvait-il pas faire grand-chose, il se sentait sacrément inutile, enfin bon…

Le vampire prit un cheval et ordonna l’ouverture des portes pour le laisser sortir. Il allait tenter de glaner des informations pour la suite. C’était la seule chose à faire, et il était le seul à pouvoir survivre sans arme à ces saletés, en face à face et en un contre un bien sur, quoique non sans difficulté.

On jura bien volontiers avant de retirer la poutre qui venait juste d’être mise en place. Comme si celle-ci n’était pas assez lourde à leur gout ! Certes elle était composé avec majoritairement du bois, mais elle était renforcée de fonte et d’acier, comme les portes d’ailleurs. Une fois la poutre retirée de la porte, celle-ci fut tirée, elle s’ouvrit vers l’intérieur pour laisser passer Liam, en tenue forestière, une légère armure en cuir, cheveux tressés pour ne pas être gêné par eux, tresse posée sur l’épaule, il était tout habillé de brun et de vert, sombre, pour un meilleur camouflage.

Humant l’air, il suivit la piste fraiche du dernier loup garou passé dans le coin. Son odeur lui filait la chair de poule, des frissons lui parcouraient l’échine. Pourquoi avait-il l’impression de courir droit vers le danger ?  Comme si c’était une embuscade…sa monture était elle aussi nerveuse. Mais il n’était pas parti sans armes, complètement démuni, non, il n’était pas bête à ce point. Il avait pris deux glaives  simples avec  un filigrane d’argent partant de la pointe à la garde, et ce, des deux côtés, ainsi qu’un arc court, avec des flèches à pointe d’argent, bref il était paré.

Du barouf finit toutefois par attirer son attention. Il y avait lutte, et les hurlements indiquaient que les canidés humains étaient impliqués. Un bon moyen de se faire une idée de leur dangerosité, car au fond, peu importait qui ils attaquaient ! L’essentiel était de se rendre compte. Il talonna sa monture sur presque une demi-lieue pour finalement apercevoir de loin la lutte. Il la fit se stopper, et l’attacha rapidement avant de se glisser, arc en main et lames à la ceinture, vers le groupe. A vue de nez, une demi-douzaine de ces monstres devaient être présent. Et vu le combat qu’ils menaient. Mais au-delà de ça, quelque chose attira son attention : l’odeur du sang, mais pas un sang humain, non, terranide sans doute, enfin, il lui semblait. Bon il intervenait ou pas ? Hum…dur comme choix !

Finalement, il s’approcha encore et encocha une flèche, il prit son temps pour viser, avant de décocher sa flèche au loup garou le plus vulnérable, celui qui venait de se jeter sur le (la ? Il ne savait pas à cette distance) terranide. La pointe s’enfonça dans la gorge de la bête qui fit une culbute avant de tomber en avant. Le reste du groupe tourna la tête vers lui, laissant involontairement un peu répit à leur victime.

Liam dégaina l’une des lames et fonça dans la mêlée avec toute la vitesse  que lui conférait sa nature. Le choc fut violent, mais ce fut son épaule qui reçut l’impact, et pas celle du bras qui tenait la lame, aussi, après le choc, enfoncer la lame dans le ventre de l’animal et l’étriper, fut facile. Bon, maintenant, un bon match à trois contre deux. Les chances étaient grandissantes pour leur victoire. Il prit sa seconde lame et l’envoya à son alliée du moment, dans l’espoir qu’elle puisse l’attraper et qu’elle saurait s’en servir de manière convenable.

« Prenez celui de gauche, je m’occupe de deux autres ! »

Il avala la distance le séparant  du loup garou le plus proche et commença alors une âpre lutte où il était loin d’être à son avantage, mais ou rien n’était perdu.

Journalisée

Shad Hoshisora
Grande okami, Sainte parodieuse Disney o/ eggshot d'oeuf
Terranide
-

Messages: 4119



Voir le profil
FicheChalant
Description
A un putain de réseau social.
« Répondre #2 le: Octobre 16, 2011, 01:38:42 »


Décidément le combat n’allait pas en faveur en ce moment? Couchée à même le sol, entourée de quatre individus de la classe des lycanthrope, je pouvais sentir leurs griffes et leurs crocs faire des entailles dans ma chair. Mais ce qui me faisait le plus souffrir était mon épaule droite, celle qui reçue la première attaque, une fourbe venant de derrière. En effet, la blessure m’empêchait de soulevait au maximum mon bras et réduisait grandement mes défenses et mes chances de survie par la même occasion.

Soudain, dans le tumulte de la bataille, je cru entendre un son venant de plus loin mais s’y approchant. Ce fut bref, mais il me sembla reconnaître le piétinement d’un cheval sur l’herbe sèche et craquante. Ami ou ennemi ? Pour le moment, je ne saurais dire. Je fus détournée de ma préoccupation en apercevant in extremis la gueule d’un loup garou, grande ouverte, crocs apparents et dégoulinant de bave prêt à me mordre dans la jugulaire. Ni une, ni deux, mon coude se releva pour donner un impact dans le museau du canidé, le faisant se reculer sur la surprise. Merci les réflexe et l’instinct de survie.

Cependant, ceci contraria le lupus et ce dernier chargea, toutes armes naturelles sorties pour me pourfendre.  Croyant ma dernière heure arrivée, je fermais les yeux instinctivement, espérant que cela se terminerait vite. Ce fut alors que j’entendais un bruit, ou plutôt un jappement suivit dus on d’un corps lourd tombant sur le sol. Ouvrant dans la seconde qui suivit mes paupières, je m’aperçu que mon assaillant avait une flèche encochée dans son poitrail. A voir sa position, elle avait dû transpercer le cœur.  Ses compères, le reste de la meute se tourna vers le nouvel individu. Profitant de ce laps de temps, je pris un morceau de tissu provenant de mon haut, au diable la pudeur, la survie avant tout, que j’enroulais autours de mon épaule meurtrie, avant de serrer le garrot de fortune avec les dents. J’espérais que cela tiendra assez longtemps pour que je ne me vide pas inutilement de mon sang. Quoi que, le tissu commençait déjà à s’en imprégner, devenant plus rougeâtre.

A peine ai-je le temps de me relever que j’entrevis l’inconnu me jeter l’une de ses épées. Je rattrapais l’arme blanche par réflexe, non sans un grognement de douleur. Heureusement que j’avais appris à manier tout type d’arme mais mon handicap à l’épaule n’allait pas me faciliter la tâche. Néanmoins, il fallait que je passe outre pour espérer survivre. L’homme avait du courage, oh oui beaucoup de courage, il m’avait ordonné de prendre un loup-garou seul tandis que lu s’occuperait des deux autres. En d’autres termes, un combat à deux contre trois. Plus vite l’un d’entre eux tombera, plus vite les chances de survies augmenterons.

Je fis un simple mouvement de tête affirmatif avant de me tourner vers mon adversaire. Ce dernier grand, robuste, poils hérissés, bave dégoulinante et crocs apparents hurlait son envie de vengeance, son envie d’en découdre pour venger la mort de celui de son espèce. Soulevant l’arme de sorte à la mettre de manière horizontale et de m’assurer une défense, je fixais mon adversaire. Yeux de serranidé louve, croisant ceux d’un loup garou.  L’attaque fut lancée, l’être robuste se lança, griffes en avant. Relevant l’épée, je parvins à contrer le coup. Je fis un mouvement circulaire qui entailla légèrement le haut de l’épaule du canidé. Ce dernier recula et chargea de plus belle, je remis la lame en position de défense, la coinçant entre les griffes du lycanthrope. Ce dernier se mit aussitôt à pousser, maintenant, il s’agissait d’un combat de force, de force brute rien d’autre. S’il parvenait à me faire lâcher ma défense, ses griffes acérées s’enfonceront dans ma chaire, tandis que si j’emportais ce combat, ce serait l’épée qui irait ouvrit sa chair jusqu’à ses entrailles.

Mais la douleur était insupportable, comment voulez-vous gagner pareille bataille si vous n’avez pas tout vos atouts en jeu ? Grognant de douleur, je résistais comme je pouvais,  Quand soudain, une idée me vint à l’esprit. Je n’avais aucune envie de l’utiliser maintenant mais si je ne le faisais pas, j’avais de grande chance de ne plus avoir d’opportunité prochaine pour utiliser l’art de la pyrotechnie.  Rapidement, je fis claquer mes doigts, l’air s’embrasa, et le feu commença à dévorer la fourrure du lupus. Je fis un bond en arrière afin de m’en éloigner. La pauvre créature hurlait de douleur, se tortillant sur le sol jusqu’à n’être plus qu’un corps carbonisé.  Je venais d’utiliser ma capacité magique que je ne pourrais plus faire avant un petit moment. Quelle joie.

Reprenant mon souffle,  mon attention se porta sur l’homme qui m’avait lancé quelques instants plus tôt, l’arme que je tenais dans les mains. Devais-je l’aider ? La réponse était évidente. Etait-ce un piège ?  Cela, je ne le savais pas, tout ce qui je pouvais être sûr c’était le fait qu’il faudrait que nous collaborions afin de sortir vivant de cet enfer. Tandis que je portais mon attention, je remarquais bien vite que le combat joué en sa faveur. L’inconnu bougeait avec une extrême vitesse. Fronçant les sourcils, je tentais de me souvenir où et quand avais-je vu pareils fait. Mais en avoir voir l'extrème habilité dont il faisait breuve, je devinais qu'il n'aurait sans doute pas besoin de mon assistance. Je restais néanmoins à porté et attentive au cas où ma lame devrait se planter dans la chair d'un de mes assaillants.
Journalisée

-Ralentissement RP ! -

-Envie de RP ? MP ! -



Wouf
Pour une idée des différentes tailles, clique ici !
Liam Eckart
Créature
-

Messages: 424


l'esclavage est un art, et la torture, un plaisir


Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #3 le: Octobre 16, 2011, 11:47:37 »

Contrairement à son alliée en danger, le vampire ne lui prêta plus aucun regard. Il lui avait offert le moyen de se  défendre. A elle de se débrouiller avec ça !  Lui, il avait deux adversaires sans commune mesure avec le faiblard dont avait écopé la terranide, mais en même temps, elle était blessée, pas lui. Mais bon, il avait fort à faire, et si ainsi armée elle ne pouvait triompher, alors elle ne valait pas le coup que l’on meurt pour elle. Elle pourrait crever la gueule ouverte qu’il s’en accommoderait tout à fait. Il fallait savoir reconnaitre la valeur de la vie, et une vie sans instinct de conservation n’en était pas une.

Deux adversaires de cette trempe était assez compliqué à gérer, et il ne se débrouillait pas trop mal, oh bien sur, il se contentait pour le moment de se défendre et reculer. Il prenait son temps, histoire de trouver la faille dans les mouvements de l’adversaire. Il n’était pas le genre ç se précipiter. Pas pour ça du moins. Il n’avait aucune difficulté à parer les coups, les rendre par contre, il n’en avait pas le temps, sauf si il utilisait toutes ses capacités, ce dont il n’avait pas envie. Pas avant de les avoir cerné complètement, pas avant qu’ils n’aient plus dévoilé ce qu’ils savaient faire vraiment. Parce que donner des coups de griffes et de crocs au hasard, n’importe qui savait en arriver là ! Il suffisait d’un peu de volonté et un minimum d’entrainement.

Le véritable combat commença quand un coup de lame mit en pièce le poignet de son adversaire numéro un. Son poignet roula au sol., avec la main. Mais une fois séparée du corps, le membre revenait humain. Ivre de rage, le loup garou se mit à vraiment se battre, et là, Liam fut forcé de vraiment se battre. D’un seul coup, le combat devint bien plus équilibré !  La vitesse et la violence des coups augmenta exponentiellement. La puissance des chocs était démultipliée, le combat prenait une dimension incroyable.

Déséquilibré par la perte de son membre, le premier des deux mettait plus de temps à répartir sa masse lors de ses attaques et de ses défenses. Aussi s’engouffra-t-il dans la première brèche venue, et d’un puissant coup de tête, il défonça la cage thoracique de celui-ci, avant de passer son corps au fil de l’épée, seul l’argent pouvait définitivement e faire, ça ou alors de lui détacher la tête de ses épaules.

Le vampire se trouvait maintenant aux prises avec le dernier loup garou vivant sur cette scène de carnage, et celui-ci eut tôt fait de le désarmer. Il était vraiment meilleur. Le vampire avait un plus gros problème devant lui_, là. Il se battait avec ses poings, ses pieds, sa tête, oui, sa tête. Il se battait aussi avec sa tête, un bon coup de boule ne faisait jamais de mal.

Le loup garou parvint à saisir le bras de son adversaire et referma ses crocs dessus. Il sourit. Il le croyait foutu…ou pas ! La bête eut quelques convulsions, et le vampire en profita pour lui ouvrir la gorge d’un coup de dents, lui aussi savait mordre. Mais au moins, il faisait les choses convenablement, lui.

Il ramassa sa lame et finit par détacher la tête des épaules du lycanthrope. Puis il nettoya sa lame sur le sol avant de la remettre au fourreau. Seulement alors il se tourna vers la terranide. Il n’était pas à bout de souffle, mais on voyait qu’il avait quand même assez forcé.

« Vous, vous allez bien ? Pas trop de mal ? Mais bon sang, que faites-vous ici à cette heure et qui plus est les mains dans les poches, vous êtes cinglée ou suicidaire ! »

Ses instincts reprenaient le dessus, et la résistance aux effluves sanguines émanant de la jeune femme était si délicieuses qu’il n’y résisterait pas longtemps….
Journalisée

Shad Hoshisora
Grande okami, Sainte parodieuse Disney o/ eggshot d'oeuf
Terranide
-

Messages: 4119



Voir le profil
FicheChalant
Description
A un putain de réseau social.
« Répondre #4 le: Octobre 17, 2011, 06:19:59 »

Décidément cet homme n’avait nullement besoin d’aide et semblait jouer avec ses adversaires. Ou du moins, il ne montrait aucun signe de panique. Après tout, dans de telles circonstances, ne vaudrait il pas garder son sang froid.  La main gauche pressant contre mon épaule meurtrie, j’observais le combat, la lame de l’épée étant juste à quelques centimètres du sol. Non, vraiment non, cet inconnu n’avait pas besoin de mon assistance. Mais qui était-il ? Et cette façon de bouger, j’étais sûre et certaine l’avoir déjà vu quelques part.

Le premier loup garou fut rapidement occis, ce qui rendit fou de rage son compagnon qui parvient à désarmer son adversaire. L’épée vola  et chuta sur le sol dans un scintillement. Pourtant, l’homme ne se laissa nullement abattre et se mit à se défendre à l’aide de ses poings, pieds et même de sa tête. La gueule du loup-garou se referma sur son bras, pensant que la victoire était sienne, avant qu’il ne se retrouve la gorge ouverte, la trachée tranchée et le sang giclant sur le sol, tombant lourdement sur le sol rocailleux.

Une vitesse plus rapide que la normale, une force plus accrue que le commun des mortels et une énorme force dans la mâchoire….Cela ne pouvait être, j’espère que ce ne le soit pas. Oh mon dieu, faites que ce ne soit pas ce que je pense ou sinon je serais dans de bien mauvais draps. Néanmoins, je fus sortie de ma torpeur quand l’homme hurla quasiment à pleins poumons comme quoi j’étais suicidaire d’être venue ici. Surprise sur le coup, mes yeux s’écarquillèrent, la surprise passée, je répondis directement dans le même ton.

« Et vous alors ? Qu’est-ce qui vous a pris de venir en ces lieux ? Et si vous voulez savoir ce que je faisais ici, j’étais en mission envoyée par ma maîtresse Dana o'Hara  dans le but de recherche des plantes qui ne poussent qu’ici. Et si vous vous demandiez pourquoi je ne suis pas attachée ou ni même accompagnée c’est très simple : «  Pourquoi risquer sa vie quand la vie d’une banale terranide peut facilement être remplacée ? »

Mon dieu, j’espérais qu’il me croirait. Mais d’un côté, j’étais vraiment la possession de quelqu‘un , ou plutôt d’une amie de nom de Cathleen Bakaar. Après tout, le document de propriété que je portais et sa «  marque » sur le haut de ma main, indiqués ou du moins faisait croire que je lui appartenais. Une sorte d’esclave libre en quelques sortes.

Je fis un mouvement de poignet et rendit l’épée, lame vers le bas, la garde en avant d’une telle manière à ce qu’il puisse la saisir sans qu’il puisse me blesser avec son tranchant en la prenant. A moins qu’il ne fasse un mouvement brusque, ce pourquoi je gardais une certaines distances de sécurité afin de pouvoir reculer si le besoin s’en faisait ressentir.

Jetant un rapide coup d’œil à mon épaule ensanglantée, je remarquais bien vite que le garrot sommaire que j’avais confectionné ne tiendrait plus très longtemps. De plus, sachant que j’avais été mordue, il me fallait trouver rapidement un antidote. Et par chance, ce dernier se trouvait dans les arbres alentours. Seul bémol : Il était en hauteur. Bougeant légèrement l’épaule, je priais intérieurement pour qu’elle ne me fasse pas défaut pendant cette dure ascension.

« Je vous prie d’attendre juste un instant, je n’ai pas envie de devenir un être sanguinaire et je pense que vous non plus… »A peine eus-je fini ma sentence que je commençais à monter rapidement le long d’un tronc, glissant de temps à autre, m’écorchant les poignets et la paume des mains. Essayer simplement de monter à un arbre avec une épaule amochée, vous verrez que ce n’est pas aussi simple ! Enfin arrivée à l’objet convoité, je pris quelques feuilles que je broyais dans le creux de mes mains, transformant ainsi le feuillage en bouillie que j’ingérais par la suite. Autant dire que le goût n’était pas agréable du tout.

Penchant ma tête, je remarquais que l’autre était encore là, et un léger soupir s’extirpa. S’il me pensait idiote, il se trompait et j’allais le lui prouver. Tenant un petit amas de feuilles au cœur vert et à la bordure rouge, je redescendait de l’arbre et m’adressa à l’humain ou plutôt au vampire se tenant devant moi.

« Peut être devriez vous aussi ingérer quelques unes de ses feuilles ? Je présume que de toute manière vous aurez des antidotes chez vous mais mieux vaut être prudent. Mais Est-ce qu’un loup-garou peut contaminer un vampire ? »

Pas de doute, j’en étais sûre, c’était un vampire ! Sa vitesse , sa force, tout le démontrait et puis cette odeur. Non, j’en étais sûre, je ne pouvais me tromper. Le seul souci était que si j’essayais de fuir, surtout dans mon état, je ne pourrais pas aller bien loin.

[hs : Bon imagine qu'il existe une plante pour éviter l'infection lycanthrope xD Hs ]
« Dernière édition: Octobre 17, 2011, 09:20:12 par Shad Hoshisora » Journalisée

-Ralentissement RP ! -

-Envie de RP ? MP ! -



Wouf
Pour une idée des différentes tailles, clique ici !
Liam Eckart
Créature
-

Messages: 424


l'esclavage est un art, et la torture, un plaisir


Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #5 le: Octobre 18, 2011, 01:13:09 »



« Et vous alors ? Qu’est-ce qui vous a pris de venir en ces lieux ? Et si vous voulez savoir ce que je faisais ici, j’étais en mission envoyée par ma maîtresse dans le but de recherche des plantes qui ne poussent qu’ici. Et si vous vous demandiez pourquoi je ne suis pas attachée ou ni même accompagnée c’est très simple : «  Pourquoi risquer sa vie quand la vie d’une banale terranide peut facilement être remplacée ? »

Le vampire sourit devant la répartie de la jeune femme, un sourire tout en dents, et accessoirement tout en sang. En effet, il avait encore le sang du Lycanthrope dans la bouche. Il en avala une grande partie pendant qu’il était encore chaud, une fis froid, il risquait d s’intoxiquer, c’était pour ça, qu’il devait ne se nourrir que de victimes vivantes, ça compliquait un brin les choses quand on savait qu’il brisait des cervicales entre les pouces si il le désirait, et parfois il tuait sans même le vouloir….ça le plaçat en situation dangereuse.

Ce qui l’intéressait le plus dans ce que la terranide disait, c’était qu’elle était pragmatique, sauf sur un point…..elle n’était pas une banale terranide….croyait-elle qu’elle était banale ? Il la détailla du regard…non, elle ne l’était pas, d’autant que si elle avait été envoyée avec une telle mission aussi loin, c’était qu’ elle était digne de confiance et assez instruite, ce qui est rare chez une esclave ne provenant pas de chez lui, le savoir étant une arme dangereuse…Et si lui aimait être armé jusqu’aux dents, il était préférable que certaines personnes ne savent pas certaines  choses. Logique.

Il ne fit pas attention au fait qu’elle lui rendait une de ses lames. Il avait prouvé qu’elle en avait besoin et pas lui. Il avait arraché la jugulaire d’un loup garou avec les dents quand même ! Ce n’était pas rien ! Imagiez ce qu’il aurait fait avec des griffes ou une lame dans chaque main…

« Je vous prie d’attendre juste un instant, je n’ai pas envie de devenir un être sanguinaire et je pense que vous non plus… »

Il avait envie de rire, elle allait grimper avec l’épaule dans un tel état. Elle allait se ramasser la figure au sol, et il rirait. Logique. Il se dirigea vers un rocher et s’assit en attendant la chute en se léchant les doigts maculés de sang. Puis il observa la jeune femme faire. Bon, elle se débrouillait bien et ça le désolait de manquer une telle occasion de rire. Et voyant qu’elle avait réussi, il se désintéressa d’elle jusqu’à sa décente.Enfin, elle redescendit et le rejoignit et lui tendit quelques feuilles étranges, il la fixa dans les yeux, sourire moqueur aux lèvres.

« Peut être devriez vous aussi ingérer quelques unes de ses feuilles ? Je présume que de toute manière vous aurez des antidotes chez vous mais mieux vaut être prudent. Mais Est-ce qu’un loup-garou peut contaminer un vampire ? »

Il eut un sourire amusé avant d’écarter les bras, plaçant ses mains devant lui, comme pour montrer qu’il n’avait aucune inte !ntion néfaste, pour le moment, mais bon, elle voulait lui faire bouffer des plantes ? Hého !  Il était pas une vache !  Il mangeait de la viande et buvait du sang, bon, il acceptait quelques légumes à l’occasion mais fallait pas exagérer.

« La personne qui me fera manger de la bouffe à ruminant n’est pas né, et ne naitra jamais…mais je dois avouer que bravo, vous forte, vous m’avez démasqué alors que je ne tentais même pas de dissimuler ma nature !  Je vous dire mon chapeau ! »

Allez, hop, un peu d’ironie par ci…

« Pour que la maladie qui donne la lycanthropie se propage, encore faudrait-il que le sang circule normalement dans le corps…je ne pense pas qu’un être à sang froid soit possiblement atteint… - et de fait, il avait raison. – Maintenant, ce que je fais ici….et bien je suis venu vous sauver la mise en vous voyant en difficulté… »

Et pan, dans la tronche ! Bon, on passa à la suite ?? Ou alors il pouvait lui donner les vraies raisons de son détour dans le coin….oui, il pourrait faire ça…..dire la vérité pour changer.

« C’est simple, ça fait des mois que ces saletés grappillent centimètres par centimètres, le terrain qui m’appartient, alors faute d’avoir des menaces efficace, je vais les mettre à exécution. Une petite réduction drastique de la population devrait aider à les faire réfléchir. Je suis juste parti en éclaireur. C’est tout, et bon, cinq dévorateurs en moins en une soirée, j’ai pas perdu mon temps. »

Les dévorateurs étaient un peu la classe dominante chez les loups garous, ils étaient les plus fort et les plus puissants, ainsi, ils avaient le meilleur statut social. C’était l’élite, et cinq de moins représentait une perte colossale pour un clan, quelle que soit sa taille…aussi avait-il de quoi s’en réjouir vraiment.

« Bon, maintenant que c’est mort pour trouver leur camp, je suppose que je vais rentrer chez moi, et vous, qu’allez vous faire ? Rentrer en pleine nuit, seule, comme une parfaite petite insouciante qui prdra la vie d’ici deux cents mètre ? Ah non, suis-je bête !  Maintenant vous avez une arme ! »

La dernière phrase était pleine d’ironie.
Journalisée

Shad Hoshisora
Grande okami, Sainte parodieuse Disney o/ eggshot d'oeuf
Terranide
-

Messages: 4119



Voir le profil
FicheChalant
Description
A un putain de réseau social.
« Répondre #6 le: Octobre 18, 2011, 01:09:01 »

La réaction face aux plantes étaient à prévoir, après tout je m’y attendais, les vampires végétariens n’existent pas ou alors, je n’en ai encore jamais rencontré de pareils ! Enfournant les quelques feuilles dans l’une de mes poches, j’écoutais avec attention mon interlocuteur.

"La personne qui me fera manger de la bouffe à ruminant n’est pas né, et ne naitra jamais…mais je dois avouer que bravo, vous forte, vous m’avez démasqué alors que je ne tentais même pas de dissimuler ma nature ! Je vous dire mon chapeau ! »

Oui, purement ironique après tout ce qu’il venait de dire. Me prenait il pour une idiote ? Hé oh, j’avais quand même passés plusieurs nuits auprès d’un duc vampire ! Il fallait être aveugle pour ne pas voir qu’il en était un ! Non mais vous connaissez un seul être humain qui possède de pareilles canine, une force accrues et une dextérité plus poussée ? Pas moi, à moins qu’il ne soit vampire et c’était le cas.

« Je n’ai aucune acclamation à avoir, de toute façon, il faut être aveugler pour ne pas voir que vous en êtes un….Et aussi fou pour rester à vos côtés et vous parlez. »

En effet, plus je restais prêt de lui, plus je risquais ma vie, ou du moins mon sang. Bon d’accord, le sang et la vie sont liés. L’être nocturne donna à son tour la raison de sa présence en ces lieux et à cette heure si tardive. Un problème avec les loups-garous. Un gros même vu que ces derniers devenaient de plus en plus nombreux et donc, de plus en plus agressifs. Super. Il faudra donc faire doublement attention. Je me maudissais encore de ne pas avoir noté que la nuit était tombée si vite. Se faire avoir aussi facilement, quelle plaie !

« Bon, maintenant que c’est mort pour trouver leur camp, je suppose que je vais rentrer chez moi, et vous, qu’allez vous faire ? Rentrer en pleine nuit, seule, comme une parfaite petite insouciante qui perdra la vie d’ici deux cents mètre ? Ah non, suis-je bête ! Maintenant vous avez une arme ! »

Fixant le vampire perplexe, j’hésitais à rire ou à répondre franchement. Après tout, j’étais censée être une esclave ! Je devais limite me jeter à ses pieds ! Sauf que non, je ne le ferais pas. Après tout être esclave ne signifiait pas automatiquement « sexuelle ». Oui mais voilà, les gens d’ici ne pensaient pas de cette manière là. Je pris cependant la parole et oui ! Il fallait bien que je réponde !

« Une arme ? Ma foi si vous faites référence à la lame que je vous ai donnée, j’en n’en possède guère. Et puis, je me vois mal jeter des feuilles dans leurs figures. Par ailleurs, qui  ne me dit pas qu’une fois partie, je deviendrais votre traque ? Après tout, avec mon épaule amochée et le sang qui y goutte, il vous sera aisé de me retrouver. Ou même de me rattraper si une course poursuite devait avoir lieu. Je dois avouer que…Je suis dans un bien mauvais cas. »


Autant jouer franc jeu. Je savais que s’il désirait il pouvait facilement m’attraper et me tuer. Même si je prendrais une longueur d’avance, on ne pouvait effacer l’odeur du sang. En parlant de ce dernier, je jetais un regard sur mon garrot improvisé. Décidément, il était rouge sang.  Quelle galère !

« Bien sûr, je ne suis pas sotte. Être ici ou vous suivre reviendrait au même. Bien qu’il me semble que les personnes de votre castes n’apprécient pas le sang «  impure » des Terranides. »

Oui, il me semblait que c’était le cas, nerveusement mon appendice caudal donnait de léger coup dans les airs, oui j’étais stressée et j’avais de quoi ! En face de moi se tenait un vampire, je n’allais pas exploser de joie et chaque mauvaise parole pouvait m’être cher.
Journalisée

-Ralentissement RP ! -

-Envie de RP ? MP ! -



Wouf
Pour une idée des différentes tailles, clique ici !
Liam Eckart
Créature
-

Messages: 424


l'esclavage est un art, et la torture, un plaisir


Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #7 le: Octobre 18, 2011, 03:37:45 »

Oui, il attendait une réponse, elle emblait être intelligente pour une terranide, alors qu’elle le prouve ! Il la fixa droit dans les yeux, une esclave terranide ici à cette heure, ça sentait la fugue à plein nez….et qui disait fugue disait punition…là c’était ce qu’il aimait ! Il n’allait pas se gêner, surtout que c’était celle d’un aurre, donc il n’avait pas besoin de se retenir…oui…ça semblait intéressant. Mais si la perspective de hurlements de douleurs lui plaisaient, celle de devoir l’attraper et la ramener au domaine….trop fatigant, la flemme….

« Une arme ? Ma foi si vous faites référence à la lame que je vous ai donnée, j’en n’en possède guère. Et puis, je me vois mal jeter des feuilles dans leurs figures. Par ailleurs, qui  ne me dit pas qu’une fois partie, je deviendrais votre traque ? Après tout, avec mon épaule amochée et le sang qui y goutte, il vous sera aisé de me retrouver. Ou même de me rattraper si une course poursuite devait avoir lieu. Je dois avouer que…Je suis dans un bien mauvais cas. Bien sûr, je ne suis pas sotte. Être ici ou vous suivre reviendrait au même. Bien qu’il me semble que les personnes de votre castes n’apprécient pas le sang «  impure » des Terranides. »


Il sourit. Pas folle la guêpe…oui, il lui serait facile de la pister, de la rattraper, d’autant qu’il était à cheval et elle à pied. Oui, ce serait si facile….presque trop même. Aussi devait-il soit lui laisser beaucoup, beaucoup d’avance, soit il s’accommodait autrement. Mais il avait une idée en tête….oui, ça pourrait être une bonne idée….c’était original, et ce serait sans doute préférable…oui, elle ne le prendrait pas mal, enfin il fallait espérer…et puis, elle serait plus ou moins dans son milieu…

« En voilà une petite esclave intelligente, c’est vrai que le sang terranide est fade…d’ailleurs plus une espèce mérite du respect, plus son sang est bon. –Il omit de préciser qu’il avait trouvé son propre sang infect… mais bon, eux c’était normal, car personne n’avait à toucher à leur sang. –  Mais ce qui est bien pratique quand même c’est cette possibilité de vous suivre à la trace comme un clébard, juste à l’odeur de ton sang. Et puis, je n’ai pas fin de toute manière. Non, je pensais à autre chose, après tout, reconnais que tu as contracté une dette à mon égard, et en tant que créancier, j’ordonne que ma débitrice me rembourse…  »

Il sourit…oui, cette idée allait être bien divertissante. Même si il fallait reconnaitre qu’à la réflexion, elle risquerait de ne pas aimer du tout, mais alors pas du tout du tout. Oh, non pas que ce soit particulièrement avilissant. Après tout, ce n’était pas à n’importe qui qu’elle devait d’être encore en vie. Il était Liam Eckart, un être dont le moindre esclave s’arrachait pour des millions de pièce d’or. Il était quelqu’un dont la marchandise était réputée et grandement appréciée par les propriétaires ayant les moyens de s’en payer un. Un ou une Eckart dans la maison était un clair signe de richesse. Et le plus drôle là-dedans, c’était qu’il ne faisait vpas dans le terranide, ou alors c’était vendu pour le même prix qu’une humaine dans des succursales lui appartenant indirectement. Il ne voulait pas que son nom soit associé à des ventes de terranides…

« Bon, j’ai eu un souci avec deux esclaves récalcitrantes. Elles n’ont pas voulu respecté les ordres, et donc elle se retrouve dans l’incapacité de travailler…l’ennui c’est que sa tâche est assez importante… »

Il tourna autour d’elle, la détaillant. Une queue de clébard, les oreilles qui vont avec… oui, une petite chienne esclave qui conviendrait tout à fait, la tache serait à sa mesure….enfin…elle allait devoir prouver qu’elle en était capable…

« Tu sais, tu dis avoir été envoyée par ta maitresse, mais moi ce que je crois, c’est que tu t’es juste enfuie et que tu essayes d’échapper à ton sort…c’est fou quand même…une esclave, seule, en pleine nuit, dans un endroit isolé…c’est fou comme tes paroles perdent du poids. Enfin bref, ces deux esclaves avaient pour mission de chauffer mes draps et de s’occuper de l’entretien de mon chenil…et si tu prenais leur place comme esclave à mon service jusqu’à ce que j’ai dressé deux remplaçantes ? Et puis, t’occuper d’un chenil…tu te sentiras dans ton milieu… »
Journalisée

Shad Hoshisora
Grande okami, Sainte parodieuse Disney o/ eggshot d'oeuf
Terranide
-

Messages: 4119



Voir le profil
FicheChalant
Description
A un putain de réseau social.
« Répondre #8 le: Octobre 18, 2011, 06:34:38 »

« Pitié tuez moi…. »

Oui cette phrase était sortie seule et à voix haute et par-dessus tout je m’en fichais royalement. Que ces préjudices par rapport à la race pouvait m’énerver. Oui j’étais une Terranide louve, oui j’avais un petit peu du « chien » en moi mais cela ne signifiait pas que j’étais ce qu’on appelle dans le jargon courant une chienne, ou plus poliment et plus professionnellement une « péripatéticienne ». Non sérieusement, je préférais mourir, plutôt que de subir ces diffamations.  Poussant un soupir, je pris cependant la parole.

« Il est vrai que voir une Terranide aussi loin de Nexus et sans chaînes peut faire croire que je vous ment. Pensez ce que je vous voulez, mais je me dois cependant de vous donnez ceci…. »

Ma main fouilla l’une de mes poches de pantalons et sortie un parchemin cacheté, un acte de propriété en somme, la même marque qui était présente sur le haut de ma main avec laquelle je lui tendais le papier.  Reculant pour laisser entre mon interlocuteur et moi-même un espace suffisant mais pas trop au risque qu’il le prenne mal, j’écoutais sa proposition de remboursement.

Proposition qui était dégradante, mais après pourquoi étais-je étonnée ? C’était largement suffisant pour un membre de ma race voyons ! Suce, avale, aboies et nettoies, voilà ce que tu dois faire sale chienne d’esclave ! Oui mais…Non. Instinctivement, mes mains se resserrèrent et les ongles tranchèrent la chair, laissant perler du sang le long du poignet jusqu’au sol. Garder son calme, il fallait que je garde mon calme.

« En effet, je suis votre débitrice et en tant qu’esclave, je me dois de vous remboursez comme bon vous semble, cependant…. »

Oui cependant, je refusais de me laisser faire, après tout j’étais censée appartenir à une personne en ce moment même ! Logiquement il n’avait pas le droit de me toucher ! Mais allait il simplement se souciait de cela ?  En réfléchissant bien, non. Il risquait plutôt de rire aux éclats. Oui certainement, cela ne faisait aucun doute. Maintenant le seul bémol était que j’avais laissé ma phrase en suspens. Il me fallait donc la conclure.

« Cependant, je ne promet pas de vous donnez entière satisfaction après tout je ne suis qu’une petite chienne d’esclave, je ne vaux rien, tout juste à faire la cuisine et à sortir les poubelles…. »

Quant au chenil, je ne préférais même pas faire une remarque dessus. Par la lune mère ! Que j’aurais aimé me voir dévoré plutôt que de suivre pareils individu ! Et je me fichais royalement qu’il était noble, riche, guerrier ou que sais-je ! Tout ce que je savais c’était que je n’allais pas aimé mon remboursement.

« Permettez moi une dernière question. Vous aviez mentionné que l’esclave que je dois remplacer était dans l’incapacité de faire ses tâches en ce moment. Combien de temps devrais-je la remplacer ? Et prendrez vous contacte avec Dame Hana O Hara afin qu’elle argumente mes dires que vous pensiez erronés ? »

La question était lancée, doucement, me penchant en avant et faisant une révérence, non sans lâcher un léger grognement de douleur à cause de mon épaule, je levais juste mon regard croisant celui qui allait être un moment mon «  maître ».

« En vue de ma dette, je suis votre entière débitrice…..Maître….. »

Bien évidemment, le mot " maître" avait été dit dans une certaine froideur.Tuez moi. Pitié qu’une personne vienne et me tue. Ou même des loups-garous ! Quelle poisse mais vraiment quelle poisse !
« Dernière édition: Octobre 18, 2011, 06:59:16 par Shad Hoshisora » Journalisée

-Ralentissement RP ! -

-Envie de RP ? MP ! -



Wouf
Pour une idée des différentes tailles, clique ici !
Liam Eckart
Créature
-

Messages: 424


l'esclavage est un art, et la torture, un plaisir


Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #9 le: Octobre 19, 2011, 03:10:30 »

« Pitié tuez moi….Il est vrai que voir une Terranide aussi loin de Nexus et sans chaînes peut faire croire que je vous ment. Pensez ce que je vous voulez, mais je me dois cependant de vous donnez ceci…. »

Pour la tuer….non….ce serait donner de la confiture aux cochons. Il n’avait pas l’intention de la tuer. Non…elle lui tendit un parchemin et il brisa le seau pour le lire. Hum, un acte de propriété. Et alors, l’ennui d’un papier comme ça, c’est que c’était falsifiable. Et le fait que le sceau soit le même que la marque sur sa main ne changeait pas grand-chose à cela. Elle avait un titre de propriété et alors ? Il ne cherchait même pas à l’acquérir. Il ne faisait pas dans le terranide après tout.

« En effet, je suis votre débitrice et en tant qu’esclave, je me dois de vous remboursez comme bon vous semble, cependant….Cependant, je ne promet pas de vous donnez entière satisfaction après tout je ne suis qu’une petite chienne d’esclave, je ne vaux rien, tout juste à faire la cuisine et à sortir les poubelles…. Permettez-moi une dernière question. Vous aviez mentionné que l’esclave que je dois remplacer était dans l’incapacité de faire ses tâches en ce moment. Combien de temps devrais-je la remplacer ? Et prendrez vous contacte avec Dame Hana O Hara afin qu’elle argumente mes dires que vous pensiez erronés ?  En vue de ma dette, je suis votre entière débitrice…..Maître….. »

Il sourit, tout en dent. C’est qu’elle était pipelette la demoiselle ! Bon, certaines de ses questions étaient pertinentes. Après, le reste….c’était beaucoup de blabla pour rien ! C’était pourtant simple sa situation, non ? Bon, elle la résumait plutôt bien…juste à un détail prêt…

« A la différence de ta maitresse, si tant est qu’elle existe, un messager ira vérifier,  je n’ai aucun droit de servage, il ne s’agit que d’un moyen de me rembourser la dette d’une vie. J’ai été, je trouve, très conciliant, c’est peu demandé je trouve, solder la dette d’une vie en trois semaine, un mois tout au plus ! Allez, imaginons le pire, deux petits mois, dans le pire des cas ! Ce n’est pas la mort ! Et je ne vais pas t’obliger à m’appeler maitre pour le moment. Par contre, crois-moi tu vas en baver ! »

Il sourit et écarta la main de l’épaule de la jeune femme, apposant sa main à la place. Une chaleur, presque une brûlure, mais indubitablement douloureux,  s’en difuser. Petit à petit, la blessure se résorba pour laisser place à une peau lisse et neuve.

« Voilà, ainsi j’aurai déjà moins envie de te sauter dessus pour me nourrir. Mais avec les plaies sur les mains, tu vas nous faire suivre par bien pire comme saleté. Nous n’avons pas intérêt à nous attarder ici. Ma nuit, il y a des bestioles que même moi j’éviterai tant que je le pourrai. Venez ! »

Il la prit par le bras et l’entraina vers sa monture et monta en selle. Il continuait de sourire alors qu’il l’invitaut à monter devant lui.

« Allez, dépêche-toi, sinon nous allons être dans une sacrée embrouille ! Ah, oui, et si tu n'as pas de maitresse, autant te dire que ce sera très pénible pour toi !  Mais bon, tu devais t'en douter ! Mais sinon, ton rôle se cantonnera à garder le chenil en état décent et à nourrir ses occupants. Quant à réchauffer ma couche, je pense que c’est assez clair comme ça…»

Si elle se décidât à monter en selle, il se mit en route à bride abattue vers son manoir.

Journalisée

Shad Hoshisora
Grande okami, Sainte parodieuse Disney o/ eggshot d'oeuf
Terranide
-

Messages: 4119



Voir le profil
FicheChalant
Description
A un putain de réseau social.
« Répondre #10 le: Octobre 19, 2011, 01:16:03 »

La stupéfaction se lisait sur mon visage quand il m’annonçait que pour le moment, je n’étais pas contrainte de l’appeler «  maître » et autant dire que cela m’arrangeais grandement ! Que je pouvais détester dire cela, comme si ma vie lui appartenait. Bon, il était vrai que c’était un peu le cas en ce moment, vu que j’avais une dette à payer et quelle dette ! Remboursée une vie ! Deux mois maximum, un léger soupir exaspéré m’échappa. Mais que voulez vous ? J’étais bien obligée !

« Oui deux mois ce n’est pas long et non je ne vous ai pas menti... »

Et effectivement, tout ce que je lui avais dit était la vérité dans un certain sens. Certes, Cathleen ne  m’avait pas envoyé ramasser des plantes en ces contrées inhospitalière, mais j’étais sûre que si elle venait d’être contactée, elle prendrait directement ma défense. J’avais confiance en elle. Une confiance aveugle certes, mais elle était mon amie après tout. Soudain, je fus sortie de mes pensées en sentant une main chassait celle qui était posée contre mon épaule meurtrie avant de prendre sa place.

Une légère chaleur, puis une brûlure et enfin une douleur grandissante. Je sentais les os se reformaient petit à petit dans des craquements, les tissus se reliant les uns les autres et la musculature se remettre en place. Si faire un mouvement brusque pour remettre une épaule disloquée pouvant être fait d’un coup net et rapide et donc douloureux sur le coup, cette fois mon épaule se faisait réparer doucement, très doucement, trop doucement. 

Autant dire que la douleur était tellement forte que je ne parviens pas à retenir un hurlement de douleur, surtout sur la fin, quand tout se reconstituaient entre os, muscles et tissus. Tentant de reprendre une respiration calme, je jetais un regard sur mon épaule maintenant intacte. Bon elle était réparée mais à quel prix !  La douleur que je ressentais me provoquait encore certains spasmes et tremblement le long de mon corps.

S’il voulait parler de cela avec ces termes « tu vas en baver », je crains le pire ! Déglutissant, je le suivie,  du moment, je fus forcée de le suivre, jusqu’à sa monture. Par la suite, j’attendais qu’il monte dessus, me préparant intérieurement à marcher voir même à courir à ses côtés.  Quelle ne fut pas ma surprise, en l’entendant me donner l’ordre de monter en selle. Hochant juste la tête, je pris la place comme demandée, après tout, mieux valait partir rapidement d’ici…Non ?

L’équidé partit au galop, courant à travers les terres arides des Terres Sauvages. Pendant le trajet, de nombreux bruits parvenaient à mes oreilles qui s’agitaient doucement, captant tout types de sons. Des craquements de branches, des bruissements de feuilles, sans compter les houlements et les grognements et petits bruits stridents des animaux nocturnes. Au loin, le hurlement d’un loup, ou peut être d’un loup-garou traversait la plaine. Non vraiment, cet endroit était dangereux mais l’endroit où je me dirigeais n’était pas plus dangereux ?

Le lieu en question apparut bien vite, un énorme manoir entouré de murs de plusieurs mètres de haut et dont la seule entrée et sortie était une porte immense sans doute renforcée pour repousser tout type d’attaque. Cette dites porte s’ouvrit dans un long grincement, oreilles rabattues vers l’arrière, je laissais mon regard se posait sur la demeure où j’allais devoir travailler un certains temps.  Soudain, mon attention fut captée par un bruit, un bruit sourd comme quelque chose qui tombait, en outre, une poutre et un hurlement de douleur suivit d’injures.

« Tain mais fait gaffe ! Mon pied ! Je souffre le martyr ! »
« Désolé vieux…. »

A en voir l’état dans lequel se trouvait la personne, sautant à cloche pied, se tenant son peton écrasé, autant dire qu’il avait dû le sentir passé ! Un autre homme vint et aider à remettre la poutre en place, fermant ainsi la sortie, la condamnant. Et maintenant ? Qu’allait il se passer  ?  e finis par descendre du cheval, reculant de deux pas, attendant les indications.
« Dernière édition: Octobre 19, 2011, 01:39:27 par Shad Hoshisora » Journalisée

-Ralentissement RP ! -

-Envie de RP ? MP ! -



Wouf
Pour une idée des différentes tailles, clique ici !
Liam Eckart
Créature
-

Messages: 424


l'esclavage est un art, et la torture, un plaisir


Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #11 le: Octobre 20, 2011, 11:41:43 »

Le hurlement qu’elle avait poussé lui avait ravi les oreilles, et c’était sourire aux lèvres qu’il avait talonné sa monture, la tenant entre ses bras, pour qu’ils arrivent le plus vite possible à ce manoir taillé d’une seule pièce dans le roc qui était le sien. L’endroit où il était situé n’était pas l’idéal, certes, mais les cris ne s’y entendaient pas ou peu, et il fallait reconnaitre que l’idée d’un coin lugubre était des plus sympathiques…..ou pas. Il fallait reconnaitre que l’endroit en lui-même n’était pas dangereux, seulement ceux qui y vivaient…

A l’approche du cavalier on ordonna d’ouvrir la grande porte pour laisser passer le maitre de séant. Un bruit sourd….la poutre avait dû tomber… quelle bande de bras cassés quand même parfois. Il y eut un gémissement de douleur avec quelques jurons assortis et hauts en couleur.

« Tain mais fait gaffe ! Mon pied ! Je souffre le martyr ! »

« Désolé vieux…. »

Il ne posa même pas un regard sur le « blessé », il se contenta d’avancer jusqu’à être au milieu de la cour et il la laissa descendre, la suivant de près. Il lui sourit avant de prendre la parole.

« Bienvenue dans la demeure ancestrale des Eckart ! Je suis l’actuel chef de famille (et seul membre mais ça c’est une autre histoire…) Vous y êtes bienvenue aussi longtemps que vous le désirerez au-delà du temps prévu par notre accord (accord unilatéral cela va sans dire). »

Oh, il se doutait bien qu’elle déclinerait sa proposition, mais on notera qu’il l’avait quand même dit. Il se mit à songer à l’application pratique du rôle de la terranide, puis il sourit et la prit par le poignet, l’entrainant doucement vers des aboiements et des hurlements. Le jeune homme sourit.

« Voila l’endroit ou tu vas travailler, petite inu ! Il y a trois chenils, et toi tu t’occuperas de celui-ci. »

Il la guida vers celui du milieu, ou deux animaux étaient tranquillement couchés en plein milieu. Deux énormes loups, trop gros pour être normaux. Des worg…

« Ce sont les deux animaux que je préfère dans toute ma ménagerie. Reste juste à s’en occuper convenablement. Garder l’endroit propre, faire attention qu’ils aient de quoi manger, et u’ils ne manquent pas de compagnie. J’espère que tu sais lire parce que ça, ils apprécien beaucoup ! »

Il sourit avant d’ajouter sur un ton presque paternel, les yeux attendris.

« Ils s’appellent Staya et Senya, Staya c’est le mal, le plus gros des deux ! Mais avant que tu ne commences à t’occuper d’eux, j’a deux propositions intéressantes à te faire. Soit nous allons nous restaurer, soit nous filons dans mon bureau et tu rédigeras la lettre pour ta soi-disante maitresse, que celle-ci soit avertie au plus tot, après, les deux peuvent se faire, l’un avant d’autre. Et après, ce sera un bon bain pour nous délasser un peu de ce voyage.  Qu4en pense ma nouvelle domestique, Shad Hoshisora ? »

Oui car là était bien le nom de sa fonction, elle serait une domestique dans sa maisonnée, et non réellement une esclave. Ce serait trop avilissant, pour les esclaves…quand à son nom, il était mentionné dans le contrat.
Journalisée

Shad Hoshisora
Grande okami, Sainte parodieuse Disney o/ eggshot d'oeuf
Terranide
-

Messages: 4119



Voir le profil
FicheChalant
Description
A un putain de réseau social.
« Répondre #12 le: Octobre 20, 2011, 01:17:53 »

Ainsi donc, il s’appelait Eckart, soit, un nom à ne pas omettre. Je me voyais mal dire «  sir euuh machin, truc chose ». Non, il fallait que je retienne son patronyme, après tout c’était un ordre de priorité. J’étais également légèrement amusée par ses dires. Pourquoi ? Encore un vampire noble pardi ! A en croire que ces créatures ne vivaient que dans la bourgeoisie pour la plupart d’entres elles. Mais d’un côté, quand on est immortel, pourquoi s’en priver ?


Le vampire descendit de sa monture, laissant aux différents hommes présent s’en occuper, emmenant la monture à l’écurie afin de l’abreuver et de lui redonner des forces. Quant à moi, je fus simplement tirée vers mon lieu de travail. Et quel lieu ! Des chenils où de nombreux aboiements se faisaient entendre. Mon attention se porta sur celui du milieu, celui où je devrais m’occuper de ces occupants.

« Des worgs…. »

Je fixais mes  « deux cousins » si on peut dire cela ainsi, pensive. Faisant quelques pas le long du chenil, j’observais l’intérieur et aussi ce que la cage contenait. Bon, au vue de la quantité de viandes, crues je présume qui étaient présentes dans leurs énormes écuelles, je pouvais facilement deviné qu’ils ne mangeaient pas qu’une seule fois par jour. Je relevais aussi rapidement l’hygiène qui était présente. Enfin….J’aurais droit à faire du nettoyage.  Mais une question me remuait l’esprit.

« Pardon mais…En quoi le fait de savoir lire est il important dans cette tâche ? »

En effet, je ne me voyais pas du tout prendre un livre et commençait à raconter une histoire à ces deux énormes canidés comme s’ils étaient des enfants plus …Humanoïde. Le vampire reprit par la suite la parole, proposant deux possibilités pour la suite de la soirée. Manger ? Pourtant il me semblait…Oh et puis autant lui demander directement.

« Je pense qu’écrire la lettre serait le mieux pour commencer…Par contre pour ce qui est du repas, n’êtes vous pas censés ne manger que du sang ? Et que tous autre types de nourriture est fade à votre palais ? »

Oui car faire la cuisine et retrouver l’assiette brisée au sol et la nourriture éparpillée partout, pardon mais j’avais déjà donné avec un certains duc vampire. Un léger frisson me parcouru en repensant à ce dernier. Oh non, je n’allais pas me faire avoir de nouveau.  Regardant en vitesse les deux worgs qui s’agitaient, je reportais mon attention sur sir Eckart quand il prononçait le mot « domestique ».

Soit, ce statut était quand même plus élevé que celui d’une simple esclave, mais on restait quand même vers le bas de l’échelle social. Enfin, deux mois, je pense que je survirais, du moins, je l’espérais. Mais pourquoi j’avais toujours une sensation étrange, lourde et pesante sans cesse ? Pourquoi la phrase «  Crois moi, tu vas en baver ! » me revenait sans cesse.  Que cachait tout cela ?

« Soit, je pense que je dois vous suivre, hum sir Eckart? »

En effet, je ne savais pas trop comment je devais le nommer, monsieur Eckart me semblait trop…Vieux. Enfin, dire vieux pour un vampire ce n’est pas tellement un mensonge ! Mais attendait il que je le nomme d’une manière bien précise ? Il faut dire qu’à part son nom, je ne savais rien et comme, dieu soit loué, je ne devais pas l’appeler «  maître », je me demandais bien comment je devais l’interpeller ou m’adresser à lui.
Journalisée

-Ralentissement RP ! -

-Envie de RP ? MP ! -



Wouf
Pour une idée des différentes tailles, clique ici !
Liam Eckart
Créature
-

Messages: 424


l'esclavage est un art, et la torture, un plaisir


Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #13 le: Octobre 20, 2011, 07:45:35 »

« Je pense qu’écrire la lettre serait le mieux pour commencer…Par contre pour ce qui est du repas, n’êtes vous pas censés ne manger que du sang ? Et que tous autre types de nourriture est fade à votre palais ? Soit, je pense que je dois vous suivre, hum sir Eckart? »

Il sourit à cette question avant de dire, d’un ton enjoué en l’entrainant doucement vers son étude, la tenant par la main, mais avec douceur cette fois ci :

« Tu verras cela par toi-même, disons que mon cuistot fait des miracles. D’ailleurs ce soir,  c’est sanglier mariné avec purée de céleris. Autant dire que j’en salive d’avance ! »

Il lui lâcha la main et accéléra soudainement le pas. Il voulait vite arriver dans ladite étude. Cette étude était en fait une grande bibliothèque qui contenait une multitude de livres. Des chandelles et un grand âtre ronflant apportait à la pièce une lumière tamisée mais qui n’empêchait ni de lire ni d’écrire, des chandelles remplacées régulièrement ornant les pupitres.

Bon nombre des ouvrages étaient de type sociologique ou anthropologique, mais on y trouvait un peu de tout, et même des livres pour enfants. C’est dire ! Mais on voyait que la bibliothèque de datait pas d’hier, mais de longtemps, certains livres semblaient presque prêts à tomber en poussière…

« Bon, alors pendant qu’on est là, voici la liste des ouvrages à lire aux worgs. Ils aiment bien qu’on leur raconte des légendes et des histoires. Mais ils ne sont pas très portés sur le sens de l’humour ! Donc évites ce style ! Ils trouveraient un moyen de se venger ! Et ils sont étonnamment doués pour ça ! »

Il sourit et lui sortit du parchemin et une plume. Puis il lui désigna l’encrier.

« Je suppose que tu es quand même assez éduquée pour écrire et lire !  Dans tous les cas, je vais faire moi-même un papier spécial pour ta maitresse, ainsi, quand la période sera écoulée, elle pourra venir te chercher, ce sera une garantie supplémentaire !  Hors de question de te laisser partir comme ça ! Juste pour être sur… »

Il s’assit et prit un parchemin, une grande plume d’aigle, et commença à rédiger un courrier à l’attention de cette O’Hana. Celui-ci s’exprima ainsi.

*Courrier écris au manoir Eckart, trois jours suivant l’équinoxe automnal.

Milady, suite à une dette de vie contractée par votre esclave, Shad Hoshisora, il a été convenu que pour honorer sa dette, elle servirait en tant que domestique dans ma maisonnée pour une durée de deux mois. Période suite à laquelle vous être conviée à venir la récupérer en personne suite à une invitation à diner par ma personne.
Ces termes sont, vous en conviendrez, tout à fait corrects, et en cas de problèmes liés à son absence, je m’engage à faire mon possible pour vous aider, dans le cadre de mes moyens.

Cordialement,
Liam Eckart*[/i]
Il montra le courrier à Shad.

« Ma version est assez clair et je pense qu’elle conviendra, ne penses-tu pas. Ou peut être n’es-tu pas en accord avec ces termes ? A ce papier nous joindront ta version des faits, et nous enverrons les deux en tari groupé juste après.»


 
Journalisée

Shad Hoshisora
Grande okami, Sainte parodieuse Disney o/ eggshot d'oeuf
Terranide
-

Messages: 4119



Voir le profil
FicheChalant
Description
A un putain de réseau social.
« Répondre #14 le: Octobre 20, 2011, 10:22:30 »

Bon soit il se jouait de moi, soit il mangeait véritablement comme une personne normale. Mais j’avais encore des doutes. Le suivant ou plutôt étant forcée de le suivre, j’arrivais à ses côtés dans une grande pièce où de nombreuses étagères ornées de livres étaient présentes.  Autant dire que les plus utilisés étaient les moins poussiéreux je lis quelques uns des titres présents sur la côte des livres.  Principalement des ouvrages portant sur  la sociologie ou sur l’anthropologie.  Des études sur le comportements humains en somme.


« Bon, alors pendant qu’on est là, voici la liste des ouvrages à lire aux worgs. Ils aiment bien qu’on leur raconte des légendes et des histoires. Mais ils ne sont pas très portés sur le sens de l’humour ! »


Furtivement, mes yeux se posèrent sur plusieurs livres et j’en sortis un du lot, portant comme indiqués sur des histoires de mythes. Ouvrant  l’œuvre, je lu quelques lignes avant de le reposer à sa place, retenant l’endroit où je l’avais pris. Après tout, il était entouré de deux livres poussiéreux, il ne sera donc pas difficile de le retrouver ! Mais quand même raconter des histoires à des Worgs ! Jamais je n’aurais pensée cela possible et pourtant….

« « Je suppose que tu es quand même assez éduquée pour écrire et lire ! Dans tous les cas, je vais faire moi-même un papier spécial pour ta maîtresse, ainsi, quand la période sera écoulée, elle pourra venir te chercher, ce sera une garantie supplémentaire ! Hors de question de te laisser partir comme ça ! Juste pour être sur… »

Je me retournais face à ses paroles,  le regardant calmement alors qu’il prenait place et qu’il commençait à rédiger la lettre qui serait sans doute envoyée dans cette soirée si ce n’est demain à l’aube.

« Bien sûr que je sais lire et écrire…. »

Qu’on arrête de dire que les Terranides sont dénudés d’intelligences ! Une partie de ma vie, je l’avais passée sur le plan Terre dans un lieu appelé « lycée » autant dire que je ne me limitais pas à lire et à écrire mais que je possédais d’autres connaissances cognitives. Mais bon, passons ! Lisant par la suite la lettre qu’il avait écrit, je secouais négativement la tête.

« Non. Je ne vois rien d’erronée dans ce qui est écrit, et si besoin est, je resterais le temps que Dame O’Hana arrive jusqu’à votre demeure… »

Et j’espérais qu’elle viendrait en temps et en heures ! Mais autant montrer sa bonne foi. Après tout deux mois et peut être une semaine de plus, cela je pouvais le surmonter. Oui si tout se passait bien du moins. Joignant mes mains silencieusement dans mon dos et fixant sans trop d’insistances le vampire,  attendant la suite; Après tout, je ne pouvais rien faire d’autres, juste attendre…..

Une servante arriva  dans la salle, s’inclina et s’adressa à l’être nocturne, le son de sa voix était remplit de courtoisie et de loyauté mais aussi de…Peur ? Fronçant légèrement les sourcils et intriguée, je ne pouvais vraiment dire ce qui j’entendais était plus de la peur pure et dure ou plutôt une peur liée à du respect.

« Messire…Votre repas est servis…Nous espérons qu’il sera à votre…Convenances »

Bon. Le repas était sonné. Qu’allais je avoir pour ma part ? Pain sec et eau ? Sans aucun doute, comme si j’allais pouvoir me sustenter des mêmes mets que sir Eckert ! Reportant mon attention sur ce dernier après que la servante pris congé, je pris doucement la parole.

« Je présume que je dois vous suivre jusqu’à la salle à manger et vous servir ? »

Bien entendu, je me voyais mal demandé «  bon on va manger ? ». Surtout que mon rôle de domestique ne me le permettait pas…Enfin c’est que je pense néanmoins.  Observant un instant la porte par laquelle était sortie la servante, je me questionnais «  pourquoi tant de peur qui pouvait se lire dans ses yeux ? »

D’un côté, je me demandais si je voulais réellement le savoir et s’il ne serait pas plus judicieux de ne pas le demander. La curiosité est un bien vilain défaut et garder le silence face à des interrogations est des fois signe de sagesse. Pourtant tout cela m’intriguait et m’horrifier à la fois et je ne pu réprimer un frisson qui me remonta le long de l’échine. Qu’il l’ai remarqué ou non, je m’en foutais, après tout, ce frisson avait aussi pu être provoqué par un courant d’air froid, il ne faisait pas si chaud que cela dans cette demeure.

Journalisée

-Ralentissement RP ! -

-Envie de RP ? MP ! -



Wouf
Pour une idée des différentes tailles, clique ici !

Tags:
Pages: [1] 2 3 ... 7
  Imprimer  
 
Aller à:  

Powered by SMF 1.1.20 | SMF © 2006-2007, Simple Machines
Awake and Dreaming - Le Grand Jeu
ChatBox