banniere
 
  Nouvelles:
P'tit jeu pour fêter Halloween !
Il faut venir voter maintenant !!



Liens utiles: Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Cacher les avatars

Le Grand Jeu - Forum RPG

Bad langage Discrimination Drugs Sex Violence Gambling

Bonjour et bienvenue.

Ce forum présente des oeuvres littéraires au caractère explicite et/ou sensible. Pour ces raisons, il s'adresse à un public averti et est déconseillé aux moins de 18 ans. En consultant ce site, vous certifiez ne pas être choqué par la nature de son contenu et vous assumez l'entière responsabilité de votre navigation.

Bonne visite ! :)

Pages: [1]
  Imprimer  
Auteur Sujet: Une humaine devenue... autre chose. - { Validée }  (Lu 1188 fois)
Lana Dubravka
Créature
-

Messages: 452


Belle plante carnivore...


Voir le profil
Fiche
« le: Mai 28, 2011, 11:36:52 »

Qui suis-je ? Ou plutôt que suis-je ? Moi-même je n’en suis pas certaine. Humaine je l’ai été, ça c’est certain, mais depuis ce soir…J’ai changé, je ne suis plus la douce Lana d’antan. Enfin si, je suis toujours Lana, mais différente. Le mieux est que je vous raconte mon histoire.

Je suis née il y vingt-cinq ans dans un petit village non loin de Split dans ce pays que l’on nomme aujourd’hui Croatie et je m’appelle Lana Dubravka. Mes parents ? Je n’en ai que peu de souvenirs, certes de bons souvenirs mais trop peu. Ils sont morts lors de la guerre d’indépendance alors que j’avais six ans. Confiée à un orphelinat, j’ai été élevée parmi d’autres enfants qui avaient eu la malchance de connaître le même sort que moi. Je ne garde pas un mauvais souvenir de cette période, nous avons tous été choyés et nos mères de substitution faisaient en sorte de nous rendre la vie agréable et douce. Quand je suis allée au lycée, j’ai quitté l’orphelinat pour entrer en internat. C’est là-bas que j’ai rencontré Stevan, l’amour de ma vie. Lorsque je l’ai vu pour la première fois, j’ai su qu’il était fait pour moi...et il ne fut pas difficile à convaincre. Nous avons passé nos quatre années de lycée ensemble. Le bac en poche, nous nous sommes installé dans un petit appartement. Ce n’était pas le grand luxe mais c’était notre petit nid douillet. Nous y avons vécu de merveilleux moments.

Pour mes vingt ans, Stevan m’avait organisé une fête. Musiques, danses, alcools et bonne humeur étaient au rendez-vous. Ce soir là j’ai bu, beaucoup bu, trop même, au point qu’a un moment j’ai senti mon cœur se serrer dans ma poitrine ou était-ce l’inverse ? Peu importe. J’ai senti mon cœur battre de plus en plus lentement pour finalement cesser tout mouvement et me faire plonger dans le néant. Stevan a appelé les secours et je me suis retrouvée à l’hôpital. Après plusieurs tentatives pour me réanimer les médecins ont conclu à ma mort clinique. L’un des médecins a annoncé la terrible nouvelle à mon tendre amour. Ma vie aurait pu s’arrêter là, ma vie aurait dû s’arrêter là... Pourtant, mes yeux se sont rouverts à la grande surprise de l’infirmière présente qui s’est empressée de héler un médecin. Le docteur accusa le coup persuadé que je m’en étais allé. "Miraculée !" C’était le mot que j’ai entendu le plus souvent autour de moi pendant ma semaine de convalescence. Cela m’était bien égal, j’étais vivante et celui que j’aimais plus que tout était près de moi.

C’est quand je suis sorti de l’hôpital que j’ai commencé à ressentir un manque. Chaque jour qui passait renforçait cet état. Impossible de définir ce qui pouvait bien me manquer. J’avais tout pour être heureuse, un ami qui m’aimait autant que je l’aimais, de nombreux amis, mes études me passionnaient, un avenir radieux s’avançait devant moi…et pourtant, un mal-être persistant me rongeait les sangs. Bien sûr, je n’en ai pas parlé à Stevan, il avait suffisamment eut peur lors de mon accident, pas la peine d’en rajouter. D’ailleurs ce dernier était plus attentionné que jamais et un soir il m’a organisé un petit dîner romantique dans un restaurant. Chandelles, violons, repas chic et vins fins. Tout était réuni pour que cette soirée soit inoubliable…Oh oui…cette soirée fut inoubliable…Il a posé un genou à terre et m’a déclamé sa flamme et a fini par me demander en mariage…Folle de joie, en larme, j’ai accepté en lui sautant au cou.

Quand nous sommes rentrés bien évidemment nous avons fait l’amour, passionné comme jamais. Dans le feu de l’action j’ai mordu son cou, suffisamment fort pour le faire saigner. Ce n’était pas inédit et à chaque fois Stevan riait de me voir si sauvage…Mais là, c’était différent, le goût du sang a éveillé quelque chose en moi. Le manque qui me rongeait depuis mon retour de l’hôpital était en train de s’évanouir…alors j’ai léché la plaie avec plus d’ardeur que d’habitude…ce n’était pas suffisant, il m’en fallait plus…j’ai donc mordu plus profondément, lui arrachant la peau. A partir de ce moment j’ai perdu le contrôle de la situation…ou l’avais-je déjà perdu ? Quoi qu’il en soit, ce soir là, j’ai tué la personne qui m’était la plus chère et pas de n’importe quelle manière…non…j’ai dévoré celui qui était mon fiancé. Pas entièrement, juste de quoi rassasier mon corps…

Après coup, affolée, j’ai appelé la police avec la ferme intention de me rendre. Et puis en raccrochant le combiné, la peur a pris le dessus et je me suis enfuie. Loin…prenant la mer, direction la Grèce. Là-bas, je me suis faite toute petite. Tentant d’oublier ce que j’avais fait, recommencer une nouvelle vie…mais voilà comment oublier un tel acte ? Et surtout, ce manque que j’avais réussi à apaiser avec lui…il est revenu. J’ai tenté de le refréner, de me contrôler, de faire abstraction…Peine perdu, plus longtemps j’attendais et plus la faim grandissait en moi comme une peste qui infiltrerait mes veines. Poussée par cette faim, j’ai choisi un homme au hasard d’un bar mal famé. Pas trop difficile pour une belle plante carnivore d’attirer une mouche dans son piège. Je l’ai invité dans une chambre d’hôtel miteuse et nous avons fait l’amour, si on peut appeler ça ainsi. Quand il est arrivé au bord de l’orgasme j’ai planté mes dents blanches dans sa peau. Bien sûr, il a voulu se débattre mais il n’a rien pu faire. Lui aussi à présent repose en paix…

Ce soir là, j’ai compris trois choses. La première, c’est que cette faim ne partirait plus et que je devais trouver un moyen de l’apaiser le plus discrètement possible. La seconde, c'est que, lorsque je suis en état de manque, ma force augmente suffisamment pour maîtriser un homme de corpulence moyenne. La troisième, c'est que ma jouissance est décuplée, lorsque ma victime me fait l'amour alors que je la saigne.
Ne comprenant pas ce que je fais, je me suis plongée dans la recherche de tout ce qui pourrait expliquer mon état : magie noire, mythologie…Et mes recherches m’ont conduite ici, à Seikusu. J’ai pris le poste vacant de bibliothécaire. Cet emploi est parfait ! Je peux assouvir ma passion pour la lecture et faire des recherches. Cette ville est un véritable amoncellement d’affaires touchant au paranormal. Peut-être trouverais-je en ce lieu des réponses ou même des gens souffrant de la même…déviance ? Mais, avant tout, je dois trouver assez de victime pour m'abreuver sans être repérée.

Après ce que je viens de raconter, vous avez vraiment envie d’en connaître plus ? Ah…Comme vous voulez ! Je dirais qu’il y a deux Lana. Mais les deux se complètent et forment un tout.
Il y a la Lana d’origine. Celle qui aime la vie, ses amies, sortir, faire du shopping, gaie et enthousiaste, à la limite du superficiel. Une femme normale comme on en croise tant d’autres. Sans complication.
Et puis il y la nouvelle Lana qui apparaît parfois, celle qui devient plus femme fatale et qui serait presque prête à tout pour satisfaire ses envies…quelle qu’elles soient. Je ne suis pas certaine qu’il soit bon pour tout le monde de la rencontrer…même si c’est elle qui fascine le plus.

Mon physique ? Remarquez tant que j’y suis…Tout d’abord sachez que je suis rousse. Ma chevelure est flamboyante et ondule jusque dans le bas de mon dos. Mes yeux sont noirs et en forme d’amandes. Une bouche légèrement charnue et rosée. Mon teint est pâle, presque diaphane. Je m’exposerais bien au soleil histoire de rendre celle-ci plus ambrée, mais l’astre ne fait que rougir ma peau sans jamais la teinter. Que dire de mon corps…je n’ai pas à me plaindre il m’aide suffisamment pour que je le sache bien fait. Je suis assez grande, près d’un mètre soixante-dix pour "censure" kilos. Athlétique sans démesure, je suis fine et bien galbée. Pour ce qui est des vêtements je dois dire que je porte tout et n’importe quoi. Non pas que je sois mal fagotée, c’est juste que j’use de tous les styles. Cela passera par mon tailleur que je mets pour travailler, un simple jeans avec des baskets ou plus folklores avec des habits que l’on peut qualifier de gothique chic et bien d’autres encore. Je ne m’interdis rien.

Aujourd’hui j’ai vingt six ans et une pratique de mon art bien rodé si vous voyez où je veux en venir.



Autres :

- Je suis une croqueuse d’hommes, ou de femmes peu importe,…au sens propre comme au figuré.
- Mon corps à la faculté de se régénérer et je ne vieillis plus.
- Immortelle ? Peut-être, à moins que ce soit mes repas qui me permettent de prolonger ma vie.
- Une belle force m'accompagne lorsque mon être a besoin de satisfaire le "manque".



N.B.: Repostage de fiche effacée. De retour donc.


Liste de RP

Dis-moi ce que tu manges et je te dirai...qui tu es. [PV Liam Eckart]

La nuit, tout les chats sont gris ! [PV Shahin]

La faim justifie les moyens |PV :Cahir|
« Dernière édition: Juillet 08, 2018, 07:44:54 par Lana Dubravka » Journalisée

Adelheid Friedrich
Expørtåtríce ðe vøýelles bízårres
Avatar
-

Messages: 3458


I vinterens stille hvit, i høstens blodig rød


Voir le profil
Fiche
« Répondre #1 le: Mai 28, 2011, 11:42:38 »

Re-velkommen !

Et je te re-valide donc, naturellement.
Journalisée

{ T h è m e } - { F i c h e }

Mens vinteren er stille hvit og mens våren er golden sollys
Den gamle vandreren går mens høsten er blodig rød, evig og evig



Lana Dubravka
Créature
-

Messages: 452


Belle plante carnivore...


Voir le profil
Fiche
« Répondre #2 le: Mai 29, 2011, 12:01:37 »

Merci. :-)
Journalisée

Lana Dubravka
Créature
-

Messages: 452


Belle plante carnivore...


Voir le profil
Fiche
« Répondre #3 le: Juillet 08, 2018, 07:45:49 »

Le goût du sang me manque; je reviens à vous, belle et fatale.
Journalisée

Camille l'ambigu(e)
Humain(e)
-

Messages: 20



Voir le profil
Fiche
« Répondre #4 le: Juillet 08, 2018, 07:47:45 »

*va sagement éviter de croiser son chemin*
Journalisée

Tags:
Pages: [1]
  Imprimer  
 
Aller à:  

Powered by SMF 1.1.20 | SMF © 2006-2007, Simple Machines
Awake and Dreaming - Le Grand Jeu
ChatBox