banniere
 
  Nouvelles:
P'tit jeu pour fêter Halloween !
Venez jouer avec nous !!



Liens utiles: Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Cacher les avatars

Le Grand Jeu - Forum RPG

Bad langage Discrimination Drugs Sex Violence Gambling

Bonjour et bienvenue.

Ce forum présente des oeuvres littéraires au caractère explicite et/ou sensible. Pour ces raisons, il s'adresse à un public averti et est déconseillé aux moins de 18 ans. En consultant ce site, vous certifiez ne pas être choqué par la nature de son contenu et vous assumez l'entière responsabilité de votre navigation.

Bonne visite ! :)

Pages: [1]
  Imprimer  
Auteur Sujet: Boulangerie-Capitainerie [Ishtar Naviento]  (Lu 490 fois)
Loki
Terranide
-

Messages: 605


Roi de Zon'Da


Voir le profil
Fiche
« le: Décembre 05, 2010, 07:57:00 »

Voilà maintenant plusieurs semaines que la révolution venait de commencer. Les quartiers avaient déjà été vite déterminés: le port de la cité, envahi par les forces rebelles, avaient tôt fait de bloquer les embarcations et empêcher l'arrivée d'éventuelles aides par la mer. Les forces royales, elles, étaient terrées autour du château, cachés derrière leur gigantesque mur conçu à l'improviste mais empêchant toute progression rebelle.

Le quartier marin était à présent bien loin des lieux de combats. Certes, le vacarme des guerres troublaient le sommeil des gens, mais ici s'étaient réfugié le gros des civils innocents et la vie s'y était adaptée. Les marchands qui n'avaient pu que sauver qu'un peu de leur marchandises, pour la plupart réquisitionnée par les forces royales ou prises par les rebelles, ils faisaient tant bien que mal leur commerce malgré la crise qui frappait leur contrée.

Des bateaux s'alignaient sur le port, cloué aux pontons d'amarrage et bien surveillés par des civils travaillant dans la résistance. Plus rien n'entrait, plus rien ne sortait, le phare étant éteint aucun navire n'osait s'approcher de peur de s'écraser sur les récifs par manque de signaux.

La capitainerie, d'habitude pleine à craquer avec tous les navire surtout marchands qui vont et viennent, était à présent tristement vide. Son propriétaire n'avait plus que pour seul loisir d'éplucher des patates toute la journée et s'occuper de son fils, tandis que l'assistant dormait à moitié sur le comptoir. Sur les murs de brique étaient accroché des noeuds marins dans des cadre, des trophées de pêche et quelques documents officiels faisant de ce lieu la capitainerie officielle de la capitale.

Aujourd'hui, cet endroit n'était plus qu'un bâtiment comme un autre. L'assistant, un gaillard fort aux cheveux couleur feu et a la fourrure orange, ne semblait même pas prêter attention à ce qu'il se passait autour de lui, fixant le plafond d'un air ailleurs. Ce terranide, puisque c'en est un, travaillait ici depuis un moment déjà et le capitaine avait arrêté de le payer depuis le début des hostilités: normal, plus rien ne fonctionne, alors pourquoi payer quelqu'un qui ne fait rien ? Ce n'était que le juste prix. Et ça ne le dérangeait pas: il venait régulièrement occuper son poste, et repartait chez lui les mains vide, n'ayant eu rien à faire. Portant un bandana blanc de marin sur la tête, une chemise rayée sur lui et un pantalon en toile de mauvaise qualité enfoncé dans ses bottes, le jeune terranide pensait encore finir sa journée sans rien faire aujourd'hui...

C'était sans compter une personne qui viendrait demander son pain ici. "Demander son pain", c'était la sorte de mot de passe pour avoir une discussion avec des membres de la résistance: ce mot de passe changeait souvent pour éviter les problèmes, toute les semaines au moins. Il fallait donc se tenir très au courant à propos des rebelles. Mais trouver le mot de passe n'était pas non plus un tour de force... Il suffisait juste de demander au plus renseigné.

Entendant la porte s'ouvrir, il regarda avec son air fatigué celle-ci s'ouvrir lentement, sans même souhaiter bienvenue.


" Mmmh ?... "

Grogna-t-il, sorti de sa torpeur par ce visiteur.
Journalisée

Ishtar Naviento
Créature
-

Messages: 769


Kneel before me, scum !


Voir le profil
Fiche
Description
Amirale Magma Suprême, Gouverneure de Nachtheim, Dominatrice Nécromancienne, Shemale Transgenre
« Répondre #1 le: Février 13, 2011, 10:49:52 »

Ce qu'il vit passer la porte d'entrée fut tout simplement une femme fatale. Ishtar passa la porte, tout de noir et de latex vêtue, portant une large cape noire pour la dissimuler un maximum avant d'arriver ici. Son large chapeau autoritaire fut vite dévoila quand elle retira sa capuche. La dragonne dégrafa la cape qui retomba dans son dos, retenue avec un geste élégant de sa queue reptilienne bardée de bracelets à pic. La roulant sur son bras gantée, elle s'approcha du jeune homme avant de lui faire un sourire dévoilant ses 44 dents affûtées.

"Allons mon beau, je viens juste... demander mon pain."

Elle ne le quitta pas des yeux, comme une prédatrice. Son regard violet caché sous une mèche de cheveux bleue ou sous un monocle cerclé de métal noir qui ne retirait rien à son intense pouvoir d'hypnose. Elle savait que c'était la planque de la résistance. Le petit gars qu'elle avait secoué plus tôt dans la journée lui avait arraché cette confidence après lui avoir retourné quelques doigts. Ah ces petits résistants avaient un peu de mal, mais elle avait sélectionné cette personne parmi d'autres. Passer ses journées à imiter la gargouille sur les toits de la ville servait à quelque chose finalement.

"Aller mon beau, on ne fait pas attendre une dame, n'est-ce pas ?"

Dit-elle en laissant un petit rire ponctuer sa phrase. Elle avait juste moyennement envie de lui faire du mal gratuitement. C'était juste sa nature et jamais elle faisait de mauvaise action par deux. Il fallait déjà faire une bonne action... alors épargner cet avorton était déjà pas mal. Il ne fallait pas non plus jeter un froid sur sa futur collaboration avec les résistants.
« Dernière édition: Février 14, 2011, 05:57:48 par Ishtar Naviento » Journalisée


Dessins réalisés par Eumi-Bun - Deviant Art
Loki
Terranide
-

Messages: 605


Roi de Zon'Da


Voir le profil
Fiche
« Répondre #2 le: Février 13, 2011, 11:35:45 »

Le jeune employé leva le nez, regardant de haut en bas la créature qui venait de rentrer avec de l'étonnement mêlé a de l'agacement. Qu'est ce qu'une bourgeoise viendrait chercher du pain ici ?

Son cerveau encore endormi se remit en marche, et il fit aussitôt la liaison entre le pain et elle. Ca commençait déjà mal pour elle, être aussi voyante et vouloir se lier avec eux... Enfin, bon, elle pourrait éventuellement être un bon soutien financier, qui sait ? Le terranide se leva, en redressant son bandana sur la tête, avant de s'exprimer d'une voix un peu pâteuse:


" Haa, désolé m'dame, mais du pain ici y'en as pas, c'est une capitainerie, voyez. Y'as un panneau au d'ssus d'la porte. Et en plus on fous rien depuis des jours depuis qu'y ont fermé l'port... "

Il posa son coude sur le comptoir en se mettant à mâcher un cure-dent fait main, qu'il se mit a faire aller d'un bout a l'autre de sa bouche en regardant plus attentivement la dragonne. Il réfléchit un peu, avant de répondre:

" Rigolez pas si fort, le capitaine va encore beugler si il se fait réveiller... Mais vous avez l'air sympa, je connais un raccourci où ils planquent le pain. V'nez par ici. "

Il ouvrit la petite porte menant derrière le comptoir, et ensuite une autre porte menant vers la cave. Il laissa Ishtar entrer la première et la suivit aussitôt, fermant la porte a clé derrière eux. Une fois en bas, cette cave était tout ce qui a de plus normal: a part les énormes quantités de pain amassés sur les étagères... Au milieu de la pièce se tenait une table avec un sac de toile lourd et rempli de pomme de terre, un couteau a éplucher et un seau vide. Deux tabourets en bois, voilà ce qui constituait le mobilier de la pièce, et des torches murales emplissaient la cave de leur lumière blafarde.

Le jeune moussaillon invita Ishtar a s'assoir sur un tabouret, avant de croiser les bras:


" Parlons franchement: vous en avez rien à faire du pain. Qu'est ce qu'une femme visiblement friquée viendrait chercher du pain dans une planque pour pauvres ? "

Il posa une main sur la table, en la regardant dans les yeux. Il n'avait plus l'air du jeune mousse endormi qu'elle avait vu au comptoir...

" Vous avez entendu parler du mot de passe, avouez ? Si c'est le cas, je vous conseille de me dire ce que vous faites ici... "

Néanmoins, avec lui dans cette salle et la porte verrouillée a clé, elle ne risquait pas de faire la mariolle si elle comptait se mouiller.
Journalisée


Tags:
Pages: [1]
  Imprimer  
 
Aller à:  

Powered by SMF 1.1.20 | SMF © 2006-2007, Simple Machines
Awake and Dreaming - Le Grand Jeu
ChatBox