banniere
 
  Nouvelles:
Pour la promotion du forum, pensez à voter régulièrement pour nous si vous avez un peu de temps.
Merci ! ♥





Liens utiles: Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Cacher les avatars

Le Grand Jeu - Forum RPG

Bad langage Discrimination Drugs Sex Violence Gambling

Bonjour et bienvenue.

Ce forum présente des oeuvres littéraires au caractère explicite et/ou sensible. Pour ces raisons, il s'adresse à un public averti et est déconseillé aux moins de 18 ans. En consultant ce site, vous certifiez ne pas être choqué par la nature de son contenu et vous assumez l'entière responsabilité de votre navigation.

Bonne visite ! :)

Pages: [1] 2
  Imprimer  
Auteur Sujet: Episode X : Pas d'idée de titre ! [ Pv Rock ]  (Lu 2629 fois)
Shad Hoshisora
Grande okami, Sainte parodieuse Disney o/ eggshot d'oeuf
Terranide
-

Messages: 4284



Voir le profil
Fiche
Description
A un putain de réseau social.
« le: Juillet 05, 2010, 11:09:25 »

Quelle magnifique soirée. Les mains croisées derrière le dos, le regard un peu levé vers le ciel, je marchais tranquillement, sereinement le long d'un chemin de terre au sein du parc.  La veste noire flottant légèrement portée par la brise fraîche du soir. Tout allait bien en cette soirée. Pour une fois, j'avais pris la décision de prendre une soirée de repos, sans recherche infructueuse, une sorte de petite pause méritée.  Je pouvais toujours espérer traverser un portail me ramenant à  Terra lors de ma promenade, mais cela étant bien improbable. Enfin, l'espoir fait vivre à ce qu'on dit. Singulièrement, je me mis à chantonner à tut- tête.

"J'ai dix sous dans ma poche, j'ai aucun argent et toujours gai-gai toujours gaiement, y'a bien des gens dans mon village qui en ont pas tant "


Un bruit de pas me fit taire tandis que je m'immobilisais. Regardant aux alentours, cherchant les ombres mouvantes, une de mes mains alla saisir l'une des armes cachée dans mon dos. On était jamais trop prudent. L'atmosphère était palpable, stressant, oppressante. Je tournais de temps à autre sur moi-même pour observer les côtés et être prête à me défendre au cas où.  L'inévitable finit par arriver. Tandis que j'étais seule il y a peine cinq minutes, je me retrouvais entourée de quatre hommes. Je soupirais.

« Super »

L'un des hommes, qui semblait être le chef de la petite troupe, pris à son tour à la parole, affichant un regard luisant de perversité. Dieu que je pouvais haïr ce genre de personne. Je l'écoutais parler tandis qu'il  me jaugeait en me tournant autours. Automatiquement, je le suivais du regard, près à riposter au moindre faux pas.

« Hey t'es pas humaine toi... »

Je levais les yeux au ciel, soupirant à nouveau, il était vrai que pour cette fois, je n'avais pas caché ni ma queue, ni mes oreilles à la vue de tous, ne pensant pas que j'allais rencontrer une quelconques personne.

« Quelle sens de l'observation, vraiment, je suis impressionnée, maintenant laissez moi »

Il rit. Un rire gras, mesquin, sournois. S'approchant dangereusement, me prenant le menton entre trois doigts, le soulevant de façon à ce que je le regarde, plantant son regard lubrique dans le mien. Je serrais les dents, renforçant ma prise autours de la crosse de l'arme, la soulevant légèrement hors de sa cachette.

« Allez vu que tu as des oreilles de chien, tu dois être une chienne, donc tu dois obéir à ton maitre et faire ce qu'on te dit non ? »

Sur ces mots, il plaqua ses lèvres contre les miennes. Mon sang ne fit qu'un tour, mon cœur se  mit à battre la chamade et mon corps tressaillit. La seconde d'après, un bruit de détonation retentit  dans l'antre du parc. L'homme tomba au sol, le sang se répandant doucement. La balle s'était logée dans l'épaule. Je n'avais pas tiré dans un organe vital, ne voulant pas m'attirer de problème.  Le souffle court, je posais mon regard sur les trois hommes restants. Ces derniers finirent par prendre la fuite, n'essayant même pas de batailler. Sans doute que main nus contre arme à feu, le vainqueur était déjà désigné. Je repoussais un autre soupir, regardant le corps sur le sol.

« Ah misère... »

J'étais dans le pétrin et pas qu'un peu. Comment allais-je expliquer ce qui venait de passer si une autre personne, alerter par le bruit de feu viendrait en ce lieu ?  Je n'avais tiré que par pur réflexe rien d'autres. Mais allait justifier cela auprès d'un inconnu. Je croisais les bras, regardant toujours le corps, il fallait bien que je trouve une idée quelque chose à faire. L'homme continuait de crier sa douleur à la lueur de la lune et des étoiles.
« Dernière édition: Juillet 07, 2010, 10:47:17 par Shad Hoshisora » Journalisée

Rock
Humain(e)
-

Messages: 123



Voir le profil
Fiche
« Répondre #1 le: Juillet 06, 2010, 11:20:55 »

La fin d’après midi venait de sonner, et Rock sortait enfin du bureau, soufflant,  épuisé, il venait de faire deux heures supplémentaires, qui ne lui seraient d’ailleurs probablement pas payés. Mais bon, la journée n’avait pas été si mal pour une fois, et à présent, il n’avait plus le souci de savoir où loger. En effet, depuis un mois déjà, il était en collocation avec Marine, celle-ci s’était d’ailleurs absentée pour quelques jours, sans lui donner véritablement de raisons. Il n’en avait pas demandé d’ailleurs, car même s’ils pouvaient se considérés comme proche, chacun menait encore sa barque individuellement.

Ainsi donc, le jeune homme avait un peu de temps devant lui, et avait décidé de passer par le parc, non loin pour rentrer chez lui. Certes, cela lui faisait faire un petit détour, mais, quitter le côté métallique et rocheux de la cité pour un peu de verdure ne faisait pas de mal de temps en temps. Arrivant alors à l’entrée du parc, Rock s’arrêta à une roulotte pour prendre un café qu’on lui servit dans un verre en carton capuchonné. Il entra donc avec sa boisson à la main dans le parc, buvant de temps en temps une gorgée de sa boisson chaude.

Marchant alors dans le parc, Rock regardait que peu le paysage, mais, ne se privait pas pour marcher lentement. C’est alors qu’il vit une jeune femme, qui lui fit avoir une expression un peu curieuse, et se fut presque s’il s’arrêta pour la regarder plus longtemps. En effet, celle-ci possédait des oreilles et une queue de chiens. Sur le moment, il se dit que s’était un cosplay, déguisement de plus en plus rependue  et il se remit en marche. Mais, il ne tarda pas à voir la jeune femme entourée de quatre hommes, dont les intentions étaient claires.

Lui ne comptait pas s’en mêler, et il chercha alors un autre chemin, jusqu’au moment où un coup de feu retentit, attirant de nouveau l’attention vers le petit groupe. Rock ne savait pas ce qui s’était passé, mais un homme était à terre, et la jeune femme une arme à la main. La surprise avait été de taille pour le salariman, qui dans son sursaut avait fait tressauté son verre qui lui avait glissé des mains, et se retrouvait à présent explosé par terre.

Rock cherchait quoi faire, l’homme au sol criait une balle dans l’épaule à priori, alors que la jeune femme semblait paniquer, lui aussi fallait dire. Devait-il appeler la police ou aider la jeune femme. En effet, vu la situation, cela devait être de la légitime défense, même s’il n’avait pas assisté à toute la scène. Finalement, il prit sa décision et se dirigea à pas rapide vers le duo, toujours immobile. Ainsi, arrivant aux côtés de la demoiselle, il lui prit la main pour l’emmener avec lui.

- Venez avec moi. La police risque d’arriver assez vite, et la version des faits de ses compagnons risquent de ne pas vous être favorables.

Dit Rock d’une voix assez troublée et pressée. On ne pouvait pas dire qu’il savait vraiment ce qu’il faisait, et surtout s’il avait choisi la meilleure option en venant aidé cette femme, qu’il éloignait d’un pas assez rapide de la scène du crime. Celle-ci tenait toujours son arme de l’autre main, ce qui pouvait leur apporter d’autres ennuis, surtout que s’il avait été vu du blessé, ce qu’il ne doutait pas, malgré que ce dernier criait de douleur, Rock allait devenir le complice de la jeune femme, dont il pensait toujours que ses oreilles et sa queue étaient fausses. Il aurait bien voulu prendre la parole, pour récupérer plus d’informations, mais s’était toujours confus dans sa tête, et rien ne sortait, se contentant de s’éloigner au plus vite du lieu de l’accrochage. Inconsciemment en tout cas, il avait reprit la route de son appartement.
Journalisée
Shad Hoshisora
Grande okami, Sainte parodieuse Disney o/ eggshot d'oeuf
Terranide
-

Messages: 4284



Voir le profil
Fiche
Description
A un putain de réseau social.
« Répondre #2 le: Juillet 07, 2010, 10:24:24 »

Cherchant un moyen de me défaire de ce pétrin, je n'avais pas entendu l'autre individu venir, sans doute déjà à cause des cris de douleurs que lançait l'homme à terre, la main toujours appuyée contre l'épaule ensanglantée. Sans que je comprenne ce qui se passe, ma main fut saisie et je me retrouvais à courir loin du lieu où la semi-bataille s'était déroulée. Sur le coup, je ne réalisais pas trop ce qui se passait, resserrant l'emprise autour de la main par pur réflexe, laissant l'homme m'entrainant, encore sous le coup de la surprise. Ce ne fut que après quelques secondes que je décidais de m'arrêter brutalement, stoppant la course par la même occasion, alors que nous étions arrivée devant l'entrée d'un appartement.  Rangeant l'arme que je tenais toujours dans la main droite, je lâchais l'autre main et fit deux pas en arrière avant de m'incliner légèrement.

« Je vous remercie mais vous devriez rentrer chez vous, je n'ai pas envie que cela puisse vous amener un quelconque soucis, de plus, il survivra, je n'ai tiré dans aucun des points vitaux »

Il fallait avouer que je ne voulais pas lui attirer les problèmes bien que le fait qu'il m'ait entrainé loin de la scène, puisse faire penser qu'il soit mon complice. Je me redressais, lui faisant face, la queue faisant quelques à-coup nerveux. Au moins, il n'avait fait aucune remarque à son sujet. Peut être pensait il qu'il ne s'agissait ici que d'un simple déguisement ? Enfin, peut importe pour le moment, le principal était qu'il rentre chez lui et qu'il oublie ce qu'il venait de voir. Je passais une main confuse à l'air de la tête, regardant un peu sur le côté.

« Je crois que je vais vous laissez maintenant, ca vaudrait mieux pour tout le monde... »

M'inclinant une seconde fois pour le saluer et d'un côté le remercier, je tournais les talons par la suite, commençant à reprendre le chemin inverse du parcours fait lors de notre course. Après quelques pas, je me stoppais et me retournant, je demandais mû par la curiosité :

« Au faite, pourquoi m'avoir aidé ? Vous aurez bien pu passer votre chemin ou bien appeler les autorités, c'est ce qu'on fait généralement ici non ? »

Pour tout avouer, le geste qu'il avait fait, me surprenais encore. Habituellement on criait au meurtre avant d'appeler ces fameux gardiens de la paix que sont les policiers afin d'aider le blessé qui est en réalité le méchant dans l'histoire. Là ce n'était pas le cas, chose qui m'étonnait grandement.  Je fis juste quelque pas en avant, histoire déjà de mieux l'entendre dire sa réponse et d'autre part car l'endroit était un peu hors de la route principal donc on pouvait facilement éviter le regard des passants. Arrivée à moins de deux mètres de distance, je stoppais ma progression, regardant l'humain sans rien dire, attendant juste ses explications.
Journalisée

Rock
Humain(e)
-

Messages: 123



Voir le profil
Fiche
« Répondre #3 le: Juillet 10, 2010, 05:39:09 »

Rock sur le trajet du retour avait assisté à une scène qui avait de quoi faire peur à beaucoup de citadins. D’ailleurs, cela était le cas pour lui, mais, sans trop savoir pourquoi, le jeune homme se dirigea d’un pas rapide vers la jeune femme, qu’il pensait être déguisée, et lui prit sa main libre pour la tirer, se mettant à courir, loin de la scène de crime, et ainsi lui venir en aide. Celle-ci, sans doute sous la surprise, au lieu de tenter de résister à l’aide opportune, serra un peu plus la main, pour s’assurer de ne pas la lâcher, et risquer de tomber avec un changement de rythme soudain. Pourtant, s’est ce qu’elle ferait une fois que le duo arriva devant une porte d’immeuble, dans une rue un peu à l’écart. Le salariman, s’arrêta aussi brusquement, se tournant face à la demoiselle, se demandant pourquoi celle-ci avait lâché sa main, bien qu’il se demandait toujours ce qu’il lui passait lui-même par la tête, à s’impliquer dans une affaire qui ne le regardait pas.

La jeune femme s’inclina alors légèrement vers lui, alors qu’elle le remerciait, avant de lui demander de rentrer chez lui, car elle ne voulait pas l’impliquer dans son problème, mettant en avant le fait que l’homme n’était que blessé, et non mort, ce qui pourrait attirer des problèmes à Rock, s’il avait vu son visage.  Le jeune homme reprenait son souffle, ayant du mal à suivre, mais finit par répondre.

- Dans ce cas, je crois que s’est trop tard pour ne pas me retrouver impliquer. Car, il faudrait que l’homme soit vraiment arriéré pour ne pas m’avoir remarqué vous ne trouvez pas ?

Dit-il se montrant lui aussi légèrement mal à l’aise, ne se souciant toujours pas du fait que la demoiselle avait des oreilles et une queue de chien, ni même qu’elle était toujours armée. Sans doute un effet de l’adrénaline qui coulait toujours en lui. La jeune femme prit alors la parole pour suggérer qu’elle devrait partir, pour éviter aussi d’attirer plus d’ennuis à son bienfaiteur, qui risquait fort d’en avoir tout de même dans le futur, si l’homme blessé cherchait à se venger.

…..Attendez. …

Commença t il à prononcer, pour tenter d’arrêter la jeune femme, qui lui tourna le dos pour commencer à mettre de la distance entre eux. En effet, il se demandait où cette demoiselle comptait se réfugier, puisqu’errer dans la rue après avoir commit un crime était loin d’être une bonne idée. Celle-ci finit tout de même par s’arrêter et se retourner face à lui, laissant le jeune homme se demander si elle faisait cela pour entendre ce qu’il avait à lui dire ou non. En fait, celle-ci lui posa une nouvelle question pour connaître les raisons de l’aide inopinée, et à priori désintéressé de l’homme, qui aurait au contraire pu appeler les autorités. Rock, monta alors une main derrière la tête, baissant un instant le regard, alors qu’il cherchait une réponse. Quand il releva les yeux pour répondre, la jeune femme s’était de nouveau rapprochée de lui.

- Et bien, j’ai assisté à la scène depuis presque le début. Je sais donc que s’est une légitime défense, mais vu que l’homme n’était pas seul, prouver cela serait difficile. Alors sans trop savoir ce qui m’a réellement poussé à agir, je me suis approché et vous ai emmené loin de la scène, me disant qu’il serait injuste de payer pour un crime qui au final n’en ai pas un…

Dit-il un peu gêné tout de même. En effet, agir de cette façon, plutôt que de témoigner en sa faveur pour dire qu’elle n’avait fait que se défendre n’était pas des plus communs. Mais, il avait agit sous l’impulsion du moment, et cela malgré ses craintes ou des risques qu’il pouvait encourir à présent si quelqu’un l’avait vu, chose dont il ne doutait pas.

- En tout cas, se balader en ville maintenant n’est peut être pas une bonne idée. Je pense que ses petits camarades doivent s’être empressés d’appeler la police, et ceux-ci doivent être sur place. Et s’il vous voit, vous aurez du mal à leur échapper.  Si vous n’avez aucun endroit où vous réfugier, pourquoi ne pas monter chez moi pour un moment au moins, le temps que cela se calme dans le quartier ?

Proposa t il, en montrant la porte de la main, pour dire qu’ils étaient devant chez lui. Bien sur, il ne faisait cela que pour aider la jeune femme, mais ne l’obligeait aucunement à accepter non plus.
Journalisée
Shad Hoshisora
Grande okami, Sainte parodieuse Disney o/ eggshot d'oeuf
Terranide
-

Messages: 4284



Voir le profil
Fiche
Description
A un putain de réseau social.
« Répondre #4 le: Juillet 14, 2010, 09:34:18 »


Je restais un instant sans rien dire, méditant sur ses dires. Il est vrai que même si l'homme n'avait été que blessé, il avait pu voir son visage, donc, de ce fait, cela le faisait passer pour un complice aux yeux des autres personnes. Et puis, en y réfléchissant, quelqu'un d'autre à déjà dû entendre ses râles de douleurs et lui venir en aide tout en appelant la police ou qui sais-je d'autres. Croisant les bras et soupirant, je cherchais un moyen de me défaire de ce pétrin. Vraiment, moi qui avais le pressentiment que cette soirée allait être tranquille et bien ce ne fut nullement le cas.

« Vous devez sans doute avoir raison, sortir maintenant serait risqué. Et puis, par ma faute vous êtes aussi impliquez dans cette affaire, bien que ne l'étant qu'indirectement ... »

Je regardais par la suite en direction de l'immeuble indiqué ou plutôt de la porte si gentiment désignée. Ainsi, nous nous étions arrêtés juste devant son lieu de résidence. Encore une fois, le destin était vraiment un sacré joueur. Bien que la proposition était faite de bonnes intentions, je ne savais pas vraiment si je devais le suivre ou non. En y réfléchissant, pourquoi m'aurait il aider si ce n'était que pour me frapper en traître par la suite ? Et puis, il me semble qu'il prenait mes attributs de terranide pour des accessoires de déguisement. Un bruit de voiture ainsi que des feux bleutés et rouges m'aidèrent à prendre la décision. Les patrouilles de polices étaient déjà en train de fouiller les rues et devaient sans doutes posséder un portrait robot qui leurs serviraient à mieux trouver leur coupable. Passant une main gênée la tête, je regardais mon interlocuteur.

« Et bien, disons que je n'ai pas trop le choix, donc oui, j'accepte d'être hébergée le temps que tout cela se calme...Du moment que je ne vous gène pas bien sûr ».

Fixant une dernière fois la route y apercevant le prolongement des phares d'une voiture éclairant le bas côté, la seule chose que je pouvais penser était que pour une fois j'avais eu de la chance. La clé fut introduite dans la serrure puis tournée avant que la porte ne soit ouverte doucement. Une fois à l'intérieur, je restais simplement à l'entrée, ne voulant pas déranger mon hôte. Mes yeux se baladèrent dans les différents recoins de la pièce, observant les meubles disposés ici et là, la tapisserie, tout. Disons que j'avais pas grand chose à faire aussi pour le moment. Je finis cependant par de nouveau regarder le jeune homme.

« Au faites, je me nomme Shad Hoshisora mais vous pouvez m'appelez Shad, et vous quel est votre nom ? »

Il me sera plus aisé de discuter avec quelqu'un dont je connais le nom qu'avec une personne anonyme en face de moi. Et puis, si je devais restée cachée ici pour cette soirée, cela faisait encore un autre argument. Je n'ose imaginer les conversations qu'on aurait pu avoir si chacun réciproquement ne connaissait pas le nom de l'autre. Fouillant dans une des poches de ma veste et sortant une petite balle que je fis passer d'une main à l'autre et entre mes doigts, je regardais mon interlocuteur attendant patiemment sa réponse.   
Journalisée

Rock
Humain(e)
-

Messages: 123



Voir le profil
Fiche
« Répondre #5 le: Juillet 20, 2010, 01:22:10 »

Rock avait conduit la jeune femme devant son appartement, où il proposait de la cacher le temps que cela se calme. Pourtant, celle-ci avait du mal à accepter son aide, s’en voulant déjà d’avoir impliqué le jeune homme dans cette affaire délicate. Elle comptait donc partir, mais les remarques du salariman avait fait mouches et elle hésitait, revenant même sur ses pas pour venir se placer devant le jeune homme et l’interroger sur la raison de son aide, ce qu’il avait donné sans hésité. Elle finit même par reprendre la parole, donnant raison au jeune homme, en s’excusant une nouvelle fois pour l’avoir mit dans la panade lui aussi, vu qu’il avait surement été vu.

- Je vais sans doute me répéter, mais, si je suis impliqué, ce n’est pas de votre faute, mais de mon propre chef. Car comme vous l’avez dit, j’aurai pu porter assistance à l’homme que vous avez blessé, voir même ne pas intervenir du tout, ce que j’ai fait.

Dis je sur un ton un peu plus ferme pour bien lui comprendre et ainsi la rassurer sur ce point, et donc qu’elle cesse de s’en vouloir. Puis, le silence revint, alors que Rock attendait de voir, si la demoiselle acceptait enfin de venir s’abriter chez lui. L’hésitation de la jeune femme pourrait être compréhensible dans un sens, et il y pensa légèrement, en songeant à l’absence de Marine. En effet, ils n’allaient se retrouver que tous les deux dans cet appartement, et la demoiselle craignait peut être que son hôte en profite.

Mais, finalement, l’approche d’unités de police, que le deux tons, et les gyrophares, déjà audibles et visibles annonçait, fit prendre sa décision un peu plus rapidement à la jeune femme, qui accepta d’entrer. Elle s’assura tout de même qu’elle ne gênerait pas, ou ne serait pas un poids pour Rock, selon le point de vu du jeune homme. Celui-ci se dirigea alors vers la porte, mettant une main dans la poche pour en sortir la clef et ouvrir la porte.

- Ne vous inquiétez pas pour cela. Au contraire, ce n’est pas si souvent que j’amène quelqu’un à la maison.

Expliqua Rock, alors que la clef cliqueta lorsqu’il déverrouilla la porte, et qu’après avoir baissé la poignée celle-ci s’ouvrit.  Puis, il se décala pour laisser entrer la jeune femme, qui s’immobilisa sur dans le hall, qui donnait directement sur un couloir, avec une porte ouverte sur la droite, lassant voir le salon, même si la pièce pouvait servir aussi de salle à manger avec sa table carré centrale. En passant à ses côtés, après avoir fermé la porte, avec un tour de clef par précaution, il la vit poser son regard un peu partout avant de finalement se présenter. Et demander naturellement celui de son bienfaiteur. Rock posa alors la clef dans un pot sur le meuble à chaussure, et se tourna pour lui répondre dans le même mouvement.

- Enchanté Shad, joli prénom d’ailleurs. Moi je me nomme Rokuro Okajima, mais Rock suffira. Cela d’ailleurs plus simple vous ne trouvez pas ?

Dit-il calmement, souriant timidement, alors qu’il l’invita d’un geste à entrer dans l’appartement.

- Mais, ne restez pas dans le hall, faites comme chez vous, je vous en prie. Par contre ne soyez pas surprit, si vous venez à croiser des affaires féminines, elles sont à ma colocataire, qui s’est absentée pour quelques jours.

Rock se tourna ensuite pour se diriger vers une porte sur la droite, et entrer dans la pièce. Puis, il ressortit partiellement, regardant de nouveau la jeune femme.

- Au fait, vous voulez boire quelque chose ?

S’enquit il, avant d’attendre qu’elle lui réponde pour retourner dans la cuisine, et prendre de quoi boire pour la jeune femme et lui-même.
« Dernière édition: Juillet 20, 2010, 01:43:32 par Rock » Journalisée
Shad Hoshisora
Grande okami, Sainte parodieuse Disney o/ eggshot d'oeuf
Terranide
-

Messages: 4284



Voir le profil
Fiche
Description
A un putain de réseau social.
« Répondre #6 le: Juillet 22, 2010, 06:46:06 »

Ainsi donc il s'appelait Rokuro Okajima ou plus simplement Rock. Hochant juste la tête en signe d'affirmation lorsqu'il cita son nom, je le suivi par la suite dans ce qu'on pourrait appeler «  le salon- salle à manger ». Une agréable pièce où il fait bon vivre et où il est possible de recevoir quelques convives. Le jeune humain m'expliqua également la raison de la présence d'affaires féminines dans la pièce, une simple question de colocataire. Haussant les épaules, je répondis simplement :

« Ne vous en faites pas pour cela, je ne vais pas vous jouer et même si cette femme aurait été votre compagne, qu 'aurais-je pu faire ? Je ne suis nullement chez moi ici... »

En effet, même si la dite colocataire viendrait à l'improviste, il me serait impossible de la faire sortir d'ici. Cet appartement est aussi bien celui de Rock que le sien, il est tout à fait légitime qu'elle puisse venir et laisser ses affaires.  Et puis, je n'étais que de passage, le temps que les recherches et tout ce tumulte ce calme.   Regardant l'humain s'éloignait pour se diriger vers ce qui semblait être la cuisine, je pris la direction de la table où tirant une chaise, je m'asseyait, prenant la tête entre les deux mains, soupirant de frustration. Alors que j'étais en train de réfléchir à un moyen pour me sortir de ce pétrin, une de mes oreilles se releva lorsque la question sur le choix de la boisson fut posée.

« Peu importe...Servez moi la même chose que vous, cela me conviendra parfaitement... »
Je finis par poser mon posé mon avant bras gauche sur la table, avant de le relever et de poser ma joue dans le creux de la paume de ma main, l'autre main faisant aller d'avant en arrière la balle donnée par cette magicienne du nom de Cathleen Bakaar. En y repensant, je me demande bien comment elle va, elle et son frère Alistor. J'enlevais le coude de la table, posant juste la main à plat prêt du corps sur la table tandis que Rock revenait. La balle retrouva aussi sa place au fond de la poche de ma veste. Veste noire que je n'avais toujours pas ôtée, j'espérais juste qu'il ne le remarquerai pas ou qu'il ne dirait rien à ce propos.  Saisissant doucement le verre tout en le remerciant, je bu quelque gorgée de la boisson proposée avant de poser doucement le verre, regardant son contenu d'un air nostalgique :

« Au faites....Que faites vous dans la vie Rock ? »

Une question bien banale. Mais au moins cela permettrait de supprimer l'atmosphère pesante qui commençait à se faire ressentir; Et puis, commencer une conversation avec une question toute simple permettrait d'embrayer sur plusieurs et d'oublier un peu les évènements passés.
Journalisée

Rock
Humain(e)
-

Messages: 123



Voir le profil
Fiche
« Répondre #7 le: Juillet 26, 2010, 02:21:32 »

Ayant guidé Shad jusqu’au salon, Rock avait prit la peine d’expliquer qu’il ne vivait pas seul, et qu’il avait une colocataire. Tout cela pour que la demoiselle ne vienne pas à se trouver surprise par l’éventuelle présence d’affaires de femmes, alors que pour le moment, il vivait seul dans l’appartement. Celle-ci lui répondit alors qu’il n’avait rien à craindre de ce côté-là, et qu’elle ne comptait rien faire qui pourrait lui poser des problèmes, vis-à-vis d’une petite amie. Le salariman rougit un peu à cette remarque, avant de répondre.

- Je n’ai pas de petite amie..

Il dit cela avant de se diriger vers la cuisine, pour pouvoir proposer un rafraichissement à son invitée. Cette dernière en avait profité pour aller s’assoir autour de la table, et prendre une pose songeuse qu’il ne vit que lorsqu’il réapparut brièvement pour lui demander ce qu’elle souhaitait boire. Celle-ci lui répondit qu’elle prendrait la même chose que ce dernier, et il disparut de nouveau pour se diriger vers un placard, en sorti deux grand verre, qu’il posa sur la table présente, le temps d’aller ouvrir le frigo sortir deux bouteilles de bière. Il revint alors dans la pièce de vie, les bouteilles, décapsulées dans une main, les deux verres dans l’autre.

- J’espère que la bière vous conviendra ?

Dit-il alors, en posant un verre devant Shad, et une fois les mains libres, vint le remplir avec l’une des bouteilles qu’il posa ensuite à côté, au cas où elle souhaiterait se resservir plus tard.  Puis, il s’assit en face d’elle, remarquant qu’elle avait toujours sa veste sur les épaules.

- Vous savez, vous pouvez vous mettre à l’aise.

Continua t il, sans trop en dire pour ne pas gêner la jeune femme non plus. D’ailleurs, il ne la forçait nullement à le faire, alors qu’il se servait à son tour, et commença à boire un peu lui aussi. La fraicheur de la boisson alcoolisée, peu forte, lui faisait du bien après cette course dans le parc. Mais, le silence ne fut que de courte durée, puisque Shad rouvrit la conversation, un peu hésitante certes, sur ce que l’homme faisait dans la vie.

- Je suis qu’un simple employé de bureau qui classe des dossiers et fait tous les petits travaux que les autres ne veulent pas. Rien de bien passionnant donc.

Dit-il calmement, en regardant la jeune femme, montrant qu’il ne semblait guère apprécier son métier plus que cela, mais qu’il le faisait tant bien que mal.

- Et vous quel métier exercez vous pour devoir porter des oreilles et une queue ?

Demanda t il, mettant pour la première fois depuis leur rencontre, ces parties du corps de Shad en avant. Il montrait aussi de ce fait qu’il n’avait encore jamais rencontré de Terranide de sa vie, et supposait que s’était des accessoires.
Journalisée
Shad Hoshisora
Grande okami, Sainte parodieuse Disney o/ eggshot d'oeuf
Terranide
-

Messages: 4284



Voir le profil
Fiche
Description
A un putain de réseau social.
« Répondre #8 le: Juillet 27, 2010, 09:03:28 »

Poussant un léger soupir, je regardais mon interlocuteur. Il avait remarqué que j'avais gardée ma veste sur mes épaules, fait que l'on pourrait prendre mal du genre «  je garde ma veste comme ça je pourrais partir plus rapidement... ». Abaissant mon regard, fixant un instant la table, je finis par la retirer et l'accrocher au manteau derrière moi. La chaîne émit juste un petit tintement. J'espérais juste qu'il ne me pose aucune question là dessus. Saisissant à nouveau le verre, je contemplai son contenu avant de boire une gorgée à nouveau :

Il était vrai que le goût de la bière était agréable. La boisson alcoolisée permettait de se « détendre » légèrement. Ah, l'alliance subtile du malt et du houblon fermenté. Reprenant une légère gorgée, je l'écoutais parler de son travail. Rien de bien passionnant en fait mais au moins il avait un salaire. Je déposais à nouveau le verre sur la table :

« Enfin de compte vous êtes un peu le larbin de la société, vous faites ce que les autres n'aiment pas faire mais au moins...Vous recevez une rémunération tous les mois qui vous permet de vivre, je pense bien que cela vaut quelques sacrifices non ? »

Décidément ce n'était pas mon jour. Après le fait de devoir retiré ma veste et d'être peut être harcelée de questions sur la chaîne présente et le collier de métal voilà qu'il me questionnait sur mes appendices de louve. Néanmoins, il semblait prendre cela pour des accessoires. Donc, je pouvais facilement déduire qu'il n'avait jamais vu de terranides de sa vie. Une bonne chose en l'occurrence.

«  Oh et bien, disons que je fais des spectacles pour les tout petits et je joue le rôle d'animaux, aujourd'hui, je faisais le rôle du grand méchant loup dans la pièce du Petit Chaperon Rouge.... »

Je passais une main gênée derrière la nuque, le regardant. Bien sûr, des pièces de théâtres avec des armes à feux et des lames de poignets, qui serait assez idiot pour croire cela ? Je repris une troisième fois le verre de bière et le pota à mes lèvres, buvant à nouveau, méditant par la suite. Je me mis à tapoter des doigts sur la table étant passablement nerveuse, cherchant mes mots.

« Et puis, est ce tellement important de savoir pourquoi je porte ceci ? Ne pouvons nous pas simplement en faire abstraction ? »

Non que je n'avais pas envie de parler librement mais disons que la peur qu'il change de comportement m'effrayais également. En parlant de cela, je me demandes bien qu'est ce qu'il aurait dit si je lui aurait répondu  « Oh mais je suis une terranide qui vient de Terra voyons ! ». Regardant Rock, mes oreilles s'abaissèrent légèrement en arrière, signe de peur. Là, il ne faudrait sans doute pas être intelligent pour comprendre qu'il ne s'agissait pas seulement d'accessoires. Pourquoi ne les avais-je pas dissimuler à nouveau ? Ah oui, peut être parce que je n'avais pas eu le temps et qu'il m'aurait peut être demandé de les lui montrer ? Dans tous les cas, je me sentais mal à l'aise en ce moment même.
Journalisée

Rock
Humain(e)
-

Messages: 123



Voir le profil
Fiche
« Répondre #9 le: Août 08, 2010, 05:06:11 »

Shad parut gênée lorsque Rock remarqua, et le mentionna, le fait qu’elle n’avait pas retiré sa veste. Elle semblait aussi un peu craintive, comme si cela risquait d’attirer des questions qu’elles ne voulaient pas entendre. Mais, le jeune homme n’était pas du genre à poser volontairement des questions pouvant perturber quelqu’un, surtout quand elle l’était déjà bien assez. La demoiselle finit quand même par se décider à enlever le vêtement et pousser la chaise jusqu’au porte manteau, plutôt que de se lever pour aller l’y poser. Rock en sourit, le temps qu’elle revienne et boive quelques gorgées de sa bière.  Elle ne tarda pas à commenter le travail du jeune homme.

- En effet, même si ce n’est pas pour autant que cela rend le travail plaisant. Le salaire permet juste de s’y accrocher et de ne pas tout plaquer.

Répondit-il en souriant légèrement, mais pas aussi gaiement qu’auparavant, avant qu’il ne porte sa bière à la bouche pour en boire une gorgée lui aussi. Il montrait ainsi qu’il n’aimait guère son boulot, mais qu’il n’avait guère d’autres métiers à faire qui semblaient lui plaire. Puis, le sujet avait tourné sur les artifices que portaient Shad, à savoir ses oreilles et sa queue, sans que le jeune homme ne puisse savoir qu’elles étaient réelles. D’ailleurs, la réponse qu’elle donna ne lui permettrait pas de le découvrir. Mais, il ne se montra d’ailleurs pas suspicieux et ne pensa nullement que s’était un mensonge ce qu’elle venait de dire.

- Je pari que vous avez du plaire aux enfants alors !

Dit-il sans doute assez naïvement, et d’une voix montrant qu’il était sincère, ce qui soulagerait peut être Shad, qui continua par demander si cela était si important au final ce genre de choses. Elle semblait d’ailleurs toujours aussi gênée, comme si elle voulait conserver un secret, que le salariman ne tenterait pas de découvrir, si elle ne le souhaitait pas.

- En faire abstraction est difficile, puisque vous devez admettre qu’elles sont visibles, et donc cela vient naturellement dans la discussion. Mais, s’est vrai que ce n’est pas un sujet important, enfin pour moi, je ne trouve pas en tout cas.

Avait-il répondu calmement, en regardant son interlocutrice en face de lui. Mais, il ne tarderait pas à mettre la réponse sur les oreilles de Shad en doute quand il vit celle-ci bouger pour se positionner sur l’arrière, comme lorsqu’un chien à peur ou est en colère.  Il montra cette surprise sur son visage, alors qu’il buvait une nouvelle gorgée, et se demanda s’il devait poser une nouvelle question sur le sujet. Finalement, quand il reprit la parole, cela ne serait pas pour parler de cela.

- Au fait, si vous voulez vous détendre, n’hésitez pas à utiliser la salle de bain. Je sais qu’après des sensation forte, une bonne douche ou bain est relaxant.

Cela pourrait d’ailleurs surprendre son invitée, mais, elle paraissait déjà assez troubler quand il avait mentionné ses oreilles et sa queue initialement, alors il avait voulu éviter de la perturber davantage, lui laissant aborder le sujet elle-même si elle le souhaiter.
Journalisée
Shad Hoshisora
Grande okami, Sainte parodieuse Disney o/ eggshot d'oeuf
Terranide
-

Messages: 4284



Voir le profil
Fiche
Description
A un putain de réseau social.
« Répondre #10 le: Août 22, 2010, 05:41:49 »

La chance me souriait ou bien était-ce parce qu'il était candide ? Haussant les épaules tout en buvant une nouvelle gorgée de la boisson alcoolisée, je ne cherchais pas à savoir si c'était le cas ou non. Cependant, cela me surprenait que mon explication erronée est si bien fonctionné, surtout qu'il n'y avait pas de représentation théâtrale dans aucune école ou bâtiment pédagogique. Tout ce que je venais d'énoncer n'était que mensonges. Il fallait avouer que je n'étais pas fière de mes dires, mais après ? Que pouvais-je faire d'autre ? Resserrant doucement l'emprise de mes doigts autours du verre tout en observant silencieusement le liquide qui s'y trouvait, j'écoutais attentivement mon interlocuteur.


"Il est vrai qu'en faire abstraction est difficile mais après un instant, ces artifices ne vous gêneront plus...."


D'où la raison pour laquelle, je me devais de partir le plus rapidement de cet endroit. Un rapide coup d'œil vers l'une des fenêtres fit sonner le glas de la défaite. Les gyrophares des voitures de police baignées de leurs couleurs rouges et bleus les rues sombres de la ville. La sirène n'était pas enclenchée pour l'instant. Sans doute était-ce qu'ils n'en avaient aucune utilité pour le moment. Soupirant tout en reportant mon attention sur Rock, je resserrais également mon emprise autours du verre avant de le porter à mes lèvres pour finir la liqueur. Relevant les oreilles sous l'étonnement engendrée par sa proposition, j' hochais simplement la tête en signe d'affirmation.

"Cela me ferait en effet plaisir...Et puis vous avez raison, un bon bain me permettrait de me détendre et d'oublier ce qui vient de se passer cette soirée. En revanche, je vous prierais de bien vouloir m'indiquer ou se trouve la salle de bain.."

Tout en me levant de table et rangeant la chaise en la soulevant de sorte à ce qu'elle ne racle pas sur le sol et ne fasse pas un bruit désagréable, j'écoutais avec attention la direction à prendre pour trouver dans cet appartement la salle d'eau. Il fallait dire que l'envie que je n'avais guère envie de devoir ouvrir chaque porte une par une :

"Merci pour les indications, je vous retrouve dans quelques minutes...En espérant ne pas trop gêner et abuser de votre hospitalité."


Quittant la pièce commune, la pièce convoitée fut vite trouvée. Une fois à l'intérieur, je refermais la porte. Aucune utilité de la clore à clef, je ne pense pas qu'il aurait l'idée de venir ouvrir tout en sachant que j'étais encore présente en cette pièce. Au pire, une balle est si vite partie....La salle de bain était de ce qui y 'a de plus sommaire, composée d'un bain, d'une douche, de support pour poser les serviettes et d'un lavabo muni d'un miroir ainsi que quelques petits meubles pour ranger tous ustensiles nécessaire pour se laver.

"Bon..."

Fermant le trou de la baignoire de sorte à ce que l'eau ne s'écoule, je mis ensuite le robinet sur une température idéale avant de l'ouvrir et de laisser la tuyauterie faire son office. En résumé, remplir jusqu'à une certaine contenance la baignoire d'eau tempérée. Tout en attendant que le bain se remplisse, je retirais mes vêtements sans me presser, songeuse. Cependant, malgré le fait que je posais mes armes à feu sur un rebord près de la baignoire pour les avoir à porter de mains, je ne retirais pas ce qui servaient de cache à mes lames. Un soupir s'extirpa de mes lèvres tandis qu'une de mes mains se porta sur l'affreux collier de métal muni d'une chaîne et que la vue de la marque au fer rouge était visible sur ma fesse droite. Décidément, rien ne pourra faire en sorte que je l'oublie cet enfoiré.

" Voyons voir..."


Fermant  le robinet, stoppant ainsi la diffusion d'eau, je finis par rentrer doucement dans le bain, poussant un léger soupir d'aise. Un bain, qu'il y 'a t' il de plus agréable ? Tous les muscles tendus se décontractaient grâce au liquide chaud. Les oreilles vers l'arrières baignées également tandis que la queue se mouvait doucement au fond de la baignoire. Je devais avouer que sa proposition de détente  n'était pas mauvaise du tout. Fermant un instant les yeux pour profiter de cet instant, je fis glisser mon  corps un peu plus vers la surface aquatique de sorte  m'immerger davantage et d' oublier ne serait ce qu'un instant tous ce qui m'entoure.
« Dernière édition: Août 24, 2010, 10:23:01 par Shad Hoshisora » Journalisée

Rock
Humain(e)
-

Messages: 123



Voir le profil
Fiche
« Répondre #11 le: Août 26, 2010, 03:35:15 »

Assit face à face, Rock et Shad discutaient tranquillement, même si la jeune femme semblait parfois tendu. Et le passage d’une voiture de police dans la rue voisine, gyrophare allumée n’aida guère celle-ci à se détendre, comme le montra la phrase que la jeune femme laissa en suspends. S’est alors que ne se préoccupant plus du fait qu’elle ait une queue et des oreilles d’animaux, le jeune homme trouva une idée qui pourrait permettre à cette dernière de se détendre un peu. S’est ainsi, que le salariman proposa alors à Shad de prendre une douche, ce qu’elle accepta de bon cœur, et finit par se lever, en demandant où se trouvait la salle de bain.

- S’est la salle tout au fond du couloir. Et rassurez vous, vous ne me dérangez pas.

Lui expliqua t il, en se levant de table aussi, alors que la jeune femme quittait la pièce pour se rendre dans la dite salle. Pendant ce temps, lui récupéra les bouteilles vides et les verres, se dirigeant ensuite vers la cuisine où il fit le peu de vaisselle qu’il y avait avant de mettre le verre dans la section consacré dans les déchets.  Il ne pensait pas vraiment à grand-chose, et en aucune façon à aller voir dans la salle de bain ce que faisait réellement son invitée.

Il se demanda si la jeune femme ne le prenait pas pour trop naïf ou crédule, du fait qu’il ne cherchait pas réellement à mettre en doute ses paroles. Et elle avait peut être raison, mais chacun avait le droit à ses jardins secrets, et nul autre que lui pouvait décider de se confier à quelqu’un d’autre ou non, même sur ses origines. Ainsi, même si l’explication qu’elle avait donnée aurait pu laisser des doutes dans l’esprit du jeune homme, ce dernier n’en laissa rien paraître, même seul à présent.

 Rock se contenta de se diriger vers la fenêtre, se positionnant de façon à ne laissait voir que la moitié de lui-même pour ceux qui tenteraient de le voir à travers, alors que lui avait une visibilité totale. Il put ainsi voir que la voiture de patrouille dont ils avaient vu les gyrophares il y a peu, tournait toujours autour du parc, comme si les policiers pensaient que ceux ayant attaqués l’homme dans ce dernier, qui était en fait le véritable coupable, étaient encore dans le coin. Puis, il décida de lâcher la scène du regard, et alla s’assoir calmement sur le canapé, alors que son esprit ressassait la scène dans le parc, et étrangement le jeune homme ne regretta nullement son geste, même s’il admit que cela avait été de la folie tout de même de prendre un tel risque.
Journalisée
Shad Hoshisora
Grande okami, Sainte parodieuse Disney o/ eggshot d'oeuf
Terranide
-

Messages: 4284



Voir le profil
Fiche
Description
A un putain de réseau social.
« Répondre #12 le: Août 26, 2010, 11:26:39 »

Le bain, quelle merveilleuse idée qu'il avait proposé ! Rien de tel que de plonger son corps dans de l'eau chaude pour se détendre et oublier un instant les soucis de la vie. Malheureusement, la réalité nous rappelait bien trop vite et nous faisait sortir de nos rêveries  La tête encore à moitié immergée sous la surface, j'ouvrais les yeux à demi, observant, d'un regard vide, la baignoire et la surface de l'eau. Cette dernière donnait à ma vision une sensation de flou.  Soufflant de l'air par le nez, provoquant ainsi quelques bulles à la surface du liquide transparent, je me relevais, sortant de mon immersion partielle, me trouvant ainsi, assise dans le bain.

Un coup d'œil rapide fut porté vers la porte. Dressant un instant les oreilles pour ouïr si quelqu'un approchait de la pièce ou non. Le silence fut la seule réponse. Saisissant par la suite l'un des nombreux produits pour se laver, je fis apparaître une pommette au creux de ma main avant de l'appliquer sur le cuir chevelu. La réaction ne se fit pas attendre; Le produit en contact avec de l'eau eut pour effet de mousser. Un peu de shampoing coula jusqu'aux yeux, les irritant désagréablement. Un coup de queue sur la surface de l'eau dû à cette gêne douloureuse fit naitre quelques flaques d'eaux sur le sol carrelés de la salle d'eau.  Par chance, en cherchant à tâtons, ma main reconnue au toucher une des serviettes qui était accrochée. La suite n'était pas difficile à comprendre. J'utilisais ce linge afin de me défaire de cette irritation au niveau des yeux. Malencontreusement, les yeux rouges pouvaient témoigner de ce fâcheux accident. Une arme mortelle ? Le shampoing dans les yeux.....

Le reste du corps fut également nettoyé. Il en avait grand besoin, il fallait l'avouer ! Ce n'est pas tous les jours qu'il est possible de prendre son temps pour faire une toilette complète. Bien sûr, je ne restais pas des jours sans me laver, qu'allez vous penser voyons ! Mais le lavement était plutôt sommaire, le temps ne me permettant pas de faire plus en si peu de temps. Et cette fois-ci le temps me le permettait allégrement.  Le plus long était également de nettoyer l'appendice caudale en profondeur. Une queue sale ? Inacceptable. Un sourire amusé naquit sur mes lèvres. Si Rock viendrait à rentrer dans la salle de bain, il pourrait se demander pourquoi je lavais de simple ustensiles servant à se déguiser. Mon sourire disparut bien vite. Je lui avait menti par sécurité mais que pouvais je faire d'autre ?

Poussant un soupir de lassitude, je finis par me rincer, décidant que le temps de la détente avait été assez long. Empoignant la première chose à portée de main, j'enfilais un des peignoirs qui se trouvait là. Nouant la ceinture afin que l'habit ne s'ouvre pas à tout bout de champs. Quelle étrange sensation de faire des actes banales de la vie quotidienne pour le commun des hommes. Rock, ne savait pas la chance qu'il possédait de vivre dans l'ignorance et surtout d'être un humain et de surcroît, un homme.

« Chanceux va.... »

Séchant rapidement le corps, je jetais un regard en direction de mes vêtements posés sur le rebord. Les bras, les jambes et toutes les parcelles du corps identique à celle d'un humain séchait promptement. Seules les oreilles et la queue demandées plus de temps. Une fois entièrement sec d'une part et presque pour ce qui est des attributs terraniden, je remis les vêtements, y rangeant de nouveaux les deux armes à feu dans mon dos, attachées grâce au pantalon. Mes yeux se posèrent ensuite sur l'accident que j'avais provoqué dans le bain.

« Oups... »

Passant une main gênée derrière la tête, je contemplais un instant la flaque d'eau qui ornait le sol. Si quelqu'un rentrerait à cet instant et qui verrait cela, il pourrait très bien penser que c'est l'œuvre d'un  enfant.  Je finis cependant par trouver quelque chose afin de pouvoir « effacer » mon méfait. Une fois la salle de bain remise en ordre, je repris la direction vers la salle commune. Rock devait encore s'y trouver.

En effet, ce dernier était installée sur le canapé. Mais avant que je n'arrive dans la pièce, je stoppais mes pas. Ce qui me servait de déguisement étaient encore présents et goûtaient même à cause de l'humidité à laquelle ils étaient imprégnés. Quelques gouttes d'eaux descendaient le long de la nuque  tandis que d'autre tombaient vers le sol, attirées par la loi la gravité. Je fis un pas en arrière, retournant dans l'ombre du couloir. Je ne pouvais sortir d'ici, il comprendrait bien vite que je lui ai menti sur ma véritable identité. Quelle idiote j'ai été. J'aurais dû sortir malgré les patrouilles, j'aurais pu les semer facilement et voilà que, dans un certains sens, je me retrouvais piégée. Que faire ? Par instinct animal, mes oreilles s'abaissèrent fortement, jusqu'à être plaquée en arrière, tandis que le bout blanchâtre de ma queue trouva un abri entre mes membres postérieurs. Reculant un nouveau, mon dos percuta un meuble qui ornait le couloir. Malheur. Le bruit engendré n'a pas pu lui échapper. Qu'allait il se passer désormais ?
Journalisée

Rock
Humain(e)
-

Messages: 123



Voir le profil
Fiche
« Répondre #13 le: Août 30, 2010, 01:12:32 »

Rock avait permit à Shad d’utiliser sa salle de bain, et en profitait pour faire la vaisselle et flâner dans l’appartement, en attendant qu’elle revienne. A un moment, lorsqu’il fut assit sur le canapé, il songea s’il y avait bien une serviette propre dans la salle de bain, ce qui était le cas. En effet, il serait bête que la jeune femme soit trempée sans possibilités de se sécher. Le temps s’écoula sans vraiment qu’il ne s’en rende compte, et le jeune homme n’entendit pas la porte de la pièce s’ouvrir, ni la demoiselle marcher dans le couloir pour l’épier. Il attendait tranquillement, sans crainte, peut être même trop naïf, puisqu’elle aurait pu en profiter pour fouiller les chambres à la recherche de quelque chose à voler. Mais, il n’avait rien d’intéressant pour sa part en tout cas dans ses affaires personnelles.

Mais, s’est alors qu’un petit bruit, comme lorsqu’on percute un meuble, faisant vaciller ce qu’il y a dessus, se fit entendre, le faisant presque sursauter sur le moment. Rock se leva alors, se dirigeant lentement vers le couloir. Il ne s’inquiéta pas plus que cela de voir un intrus, se disant simplement que s’était Shad, qui n’avait pas du voir le meuble dans le couloir en sortant de la salle de bain. D’ailleurs cette idée se confirma quand il arriva sur le seuil de la porte du salon, et vit la demoiselle appuyée contre un mur, ses attributs animaux tournés de façon à indiqué la peur.

- Ca va ? Vous ne vous êtes pas fait mal ?

Dit-il simplement, son regard porté sur la jeune femme sans jugement. Bien sur, il avait vu les gouttes d’eau tombées périodiquement de sa queue, ce qui indiquait qu’elle s’était douchée avec. Et par conséquent que cela devait être plus que des accessoires, mais des parties bien réelles du corps de la demoiselle, et donc qu’elle lui avait menti. Cependant, pour le moment, Rock n’aborda pas le sujet, puisqu’il était suffisamment calme pour voir que cela ne ferait qu’effrayait davantage la jeune femme, qui visiblement devait déjà se poser pas mal de questions elle-même.

- Dehors en tout cas, les patrouilles semblent toujours ratisser le quartier. S’est à se demander, si bientôt, ils ne vont pas s’amuser à taper aux portes pour avoir des informations.

Continua t il, jetant un rapide coups d’œil vers l’extérieur pour s’assurer rapidement de la situation avant de porter de nouveau le regard sur la jeune femme. Celle-ci devait vraiment le prendre pour naïf ou stupide pour ne pas relever de nouveau les particularités de cette dernière, alors que s’était simplement peu important pour lui, qui ne faisait pas de différence entre les diverses espèces humaines, même s’il ne pouvait pas connaître Terra pour le moment, n’ayant jamais cherché à quitté sa propre prison dans laquelle il s’était enfermé.

- Il serait donc peut être plus sage que vous passiez la nuit ici, vous ne pensez pas ? Vous n’aurez qu’à prendre la chambre de ma colocataire si cela vous dit.

Rock se montrant toujours poli, faisait une nouvelle proposition, sans que cela ne soit une obligation non plus pour la jeune Shad, qui si elle le voulait vraiment pourrait partir sans qu’il n’ait le droit de l’arrêter.
Journalisée
Shad Hoshisora
Grande okami, Sainte parodieuse Disney o/ eggshot d'oeuf
Terranide
-

Messages: 4284



Voir le profil
Fiche
Description
A un putain de réseau social.
« Répondre #14 le: Septembre 09, 2010, 09:26:15 »

La malchance m'avait de nouveau frappé. Le bruit engendré par le choc contre le meuble n'était pas passé inaperçu aux oreilles de Rock. En effet, il me semblait l'avoir ouïe se levait du canapé où il était précédemment installé afin de se diriger vers la source du bruit et donc par conséquent dans le couloir où je me trouvais. La peur que je ressentais en ce moment était flagrante. Pour cause, mes oreilles et ma queue était placées de sorte à montrer cet état d'angoisse, une boule s'était formée dans le ventre et le nouait. Une bien désagréable sensation. Pourtant, l'humain ne s'empressa pas de venir en toute hâte, au contraire, ses pas étaient sereins et la première question qui fut posée était celle de savoir si j'allais bien. L'entendant énoncé ces mots, je relevais le visage, le regardant, littéralement surprise et abasourdie. Ne disant rien sur le coup, baissant le regard vers le sol, je finis par désapprouver doucement en faisant un petit mouvement de tête :

« Non, non..Tout va bien, je vous remercie... »

D'un côté, j'avais honte. Je lui avais ouvertement menti et cela me plaisait guère. Bien sûr, il pouvait certainement pensé que je l'épiais en restant ainsi cachée dans ce couloir, mais ce n'était nullement mes intentions premières. La seule et unique raison pour laquelle je n'étais pas revenue dans la salle commune était la peur. Une peur qui vous paralyse et vous empêche d'avancer. Mais cette émotion venait d'être éradiquer quand il était venu et n'avait fait aucune remarque désobligeante. Mais, un autre sentiment avait pris la place du précédent, celui de la culpabilité. Frustrée et ayant honte de moi, je serrais légèrement les poings, enfonçant les griffes dans la peau, faisant ainsi perler un peu de sang.

Quand il reprit la parole, je relevais doucement les oreilles, comme si ces dires avaient capté mon attention. Tandis qu'il regardait rapidement par l'une des fenêtres, je fis de même. La vue des patrouilles était toujours autant présente. Tout ça pour une simple balle dans une épaule ! Soupirant d'exaspération, je scrutais encore quelques instant la rue. Les lumières rouges et bleus ne passaient nullement inaperçue. Si encore je l'aurais tué, j'aurais compris tout ce tohu-bohu, mais là...Et dire que c'était la victime le vrai fautif à la base. Quelle joie.

«  En effet...Manquerez plus qu'ils viennent toquer à votre porte.... »

Combien de chance y' avait il pour que ce soit justement à la porte de cet appartement que les forces de l'autorité viennent ? Peu. Vraiment peu. Mais, comme le destin fait toujours bien les choses, je ne serais guère étonnée de les voir d'ici peu venir et faire leur petite investigation. Il restait donc à savoir, ce que je pourrais faire dans de pareilles circonstances. Au pire, j'aviserai le moment venu. Mais une autre question subsistait : qu'allais-je bien pouvoir faire maintenant ? Je ne pouvais sortir en ce moment et mettre Rock en mauvaise situation ne me plaisait que très peu. Finalement, ce fut lui qui me proposa, avec son éternelle amabilité de rester dormir en attendant que les faits se calment.  Reportant mon attention sur mon aumônier, je cogitais en toute hâte. Rester ou ne pas rester ? Faire confiance ou ne pas faire confiance ? Quel était le bon choix ? Ferais-je une erreur en acceptant son aide ? A bien y réfléchir, non.

En effet, pourquoi m'aurait-il aidé, si ce n'était que plus tard pour me frapper dans le dos ? Et puis, il ne semblait aucunement troublé par le fait que je sois une terranide et aucun de ses gestes ou paroles n'avaient montré qu'il manigancé quelque chose. Ce fut donc, cette fois un hochement positif de la tête qui fut donné en guise de réponse.

« Je pense que ce serait une idée bien judicieuse en effet...Mais j'abuse de votre hospitalité sans rien avoir à donner en retour.... »

Que voulez vous ? Si il y'a bien quelque chose que je pouvais haïr s'était bien de profiter d'honnête gens sans rien donner comme remerciement. Malheureusement, je n'avais pas d'argent sur moi et rien de ce que je pouvais trouver ne servirait à lui montrer ma gratitude. De plus, une autre chose me mettait un peu mal à l'aise. Celle de devoir prendre la chambre de sa colocataire. Pas que cette offre m'offusquait loin de là, mais je ne pouvais l'accepter. Désignant le canapé du doigt et donc de la griffe, je repris à nouveau la parole.

« Par contre, ne vous gênez pas à me prêter la chambre de votre colocataire, je me contenterai de votre canapé pour cette nuit.... »

Je ne voulais en aucun cas m'imposer et l'optique de dormir sur un simple canapé ne me dérangeait guère, du moment que ce dernier était assez grand et confortable pour passer une nuit paisible.


[HJ - désolé pour le temps de réponse :/ HJ]
Journalisée


Tags:
Pages: [1] 2
  Imprimer  
 
Aller à:  

Powered by SMF 1.1.20 | SMF © 2006-2007, Simple Machines
Awake and Dreaming - Le Grand Jeu
ChatBox