banniere
 
  Nouvelles:
LGJ inaugure un système de vote et nous vous parlons de l'avenir du forum ici.

Liens utiles: Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Cacher les avatars

Le Grand Jeu - Forum RPG

Bad langage Discrimination Drugs Sex Violence Gambling

Bonjour et bienvenue.

Ce forum présente des oeuvres littéraires au caractère explicite et/ou sensible. Pour ces raisons, il s'adresse à un public averti et est déconseillé aux moins de 18 ans. En consultant ce site, vous certifiez ne pas être choqué par la nature de son contenu et vous assumez l'entière responsabilité de votre navigation.

Bonne visite ! :)

Pages: [1]
  Imprimer  
Auteur Sujet: Echouage volontaire : le début d'une nouvelle vie (Shad Hoshisora)  (Lu 864 fois)
Ian
Créature
-

Messages: 48



Voir le profil
Fiche
« le: Juin 26, 2010, 04:53:33 »

Le soleil pointait parant l’horizon d’une multitude de couleurs. Ian observait le spectacle. Il n’en avait pas l’habitude. Quand on vit au fond de la mer, on ne regarde pas forcément au-dessus quand le soleil se lève. De un, parce qu’au dessus de l’eau, c’est plus notre monde et de deux, quand le soleil se lève ben on n’est pas toujours réveillé. Quoiqu’il en soit ce matin, Ian contemplait le levé du soleil et trouvait ça très beau.

Cela faisait déjà plusieurs heures qu’il se trouvait là, sur cette plage. Son groupe, sa famille étaient venus l’accompagner comme on aurait accompagné un enfant à son premier jour d’école. La réalité n’était d’ailleurs pas si loin de ça puisque le jeune ondin allait faire ses premiers pas, au sens propre du terme, dans le monde des hommes. Arrivé en plein milieu de la nuit, il s’était trainé sur le sable pour atteindre la partie de la plage qui ne serait pas mouillée par la marée et il attendit, il était bien obligé. Pour que sa queue se transforme en jambes, il fallait qu’elle soit totalement sèche donc le jeune homme dut prendre son mal en patience.

L’obscurité n’ayant rien de réjouissant surtout dans un monde inconnu, l’arrivée du soleil fut une vraie joie pour Ian qui espérait gagner ainsi ses jambes plus vite. Les rayons ne mirent d’ailleurs guère de temps à réchauffer l’air et bientôt la queue se transforma. Les écailles disparurent, la peau changea de teinte puis de consistance et finit par se séparer en deux, donnant alors naissance à deux jambes. Des choses que les humains connaissent par cœur mais qui sont quasiment inconnues pour un habitant des profondeurs.

Il les regarda un long moment, s’amusant à les soulever et à faire bouger ses orteils. Voir bouger ces petits bouts de chairs le faisait rire. Il constata que ses jambes étaient proportionnelles au reste de son corps. Il poursuivit son inspection et arriva à son… entrejambe (on va dire ça, histoire de rester soft pour le moment !). Il fut surpris d’y voir ce qu’il y avait. Les organes reproducteurs sont internes chez les sirènes et donc invisibles jusqu’à l’accouplement où l’organe mâle se déploie et pénètre l’organe sexuelle femelle (quoi ? ça fait trop sciences nat ? ben tant pis !). Alors évidement de voir tout ça comme ça au grand jour, ça fait bizarre quand on n’a pas l’habitude.

Comme un enfant, il ne put s’empêcher de toucher pour voir ce que ça faisait. Bien que n’ayant jamais fait usage de cette partie de son anatomie, il comprit assez vite comment ça fonctionnait et apprécia ce dit fonctionnement. En clair, il a joui pour la première fois de sa vie.

Une fois cet acte, au combien humain accompli, il tenta de se mettre sur ses jambes. Il pensait ça super simple mais ne tint même pas deux secondes dessus. Elles tremblaient, flageolaient et finirent par ne plus le porter et il se retrouva les fesses dans le sable. Il constata d’ailleurs que c’était quelque chose de très désagréable car le sable avait une légère tendance à s’insinuer partout et à gratter. N’étant pas de nature à abandonner, il refit une nouvelle tentative qui se solda par… ses fesses dans le sable une deuxième fois. Il maugréa.


« Putain ! Mais c’est pas vrai, ça fonctionne comment ces trucs ? »

Ça devait quand même pas être bien sorcier quand même vu que les humains les utilisaient tout le temps et même quand ils sont tout petits. Il resta un instant au sol à contempler les deux trucs qui l’encombraient plus qu’autre chose.

« Y doit bien y’avoir une technique pour marcher ! »

Tout doucement, il recommença mais il se mit d’bord à quatre pattes, puis tenta de se redresser. Victoire ! Mais pendant 30 secondes seulement et il retomba une nouvelle fois dans le sable et cette fois, c’était face contre terre, enfin contre sable, plutôt. Il releva la tête et cracha le sable qui c’était engouffré dans sa bouche restée ouverte. Il resta un moment ainsi, un peu sonné par ce nouvel échec. Il se rassit et recommença encore et encore et encore… Au bout d’une dizaine de fois, la victoire était totale, il tenait sur ses deux jambes, maladroitement car elles tremblotaient encore et étaient un peu écartées, pieds vers l’extérieur, version canard, mais il tenait debout.

« Eh ben ! ça aura été dur ! »

Il tenta alors de faire un pas et se retrouva, faut-il encore le dire, une nouvelle fois au sol. Il donna un coup de poing rageur sur la surface granuleuse. Décidément, l’apprentissage pour devenir humain, était bien difficile pour lui. Et ce n’était que le début !
Journalisée
Shad Hoshisora
Grande okami, Sainte parodieuse Disney o/ eggshot d'oeuf
Terranide
-

Messages: 4156



Voir le profil
Fiche
Description
A un putain de réseau social.
« Répondre #1 le: Juin 26, 2010, 06:02:21 »

La Terre, depuis combien de temps ne l'avais-je pas fouillée de mes pieds ? En tout cas, pas assez pour qu'il est un réel changement lors de mon second passage. Passage engendré par un accident de travail, oui, un super accident de travail si on peut appeler cela comme ceci. Et me voici donc à recommencer à vivre une vie de terrienne en attendant le moment, la possibilité de retourner sur ma terre natale. Utopie futile il en va s'en dire. Plus on cherche le moyen de rentrer chez soi, surtout quand on n'habite pas dans le même monde, plus ce moyen s'éloigne de notre portée, comme s'il riait à nous voir nous dépêtrer pour le rattraper en vain.

La nuit avait été fraîche. Cette fois, il n'était pas question de contrat à remplir ou de fuite à faire. Au contraire, aussi étrangement que cela puisse paraître, je pouvais tranquillement marcher sans me soucier de quoi ce soit. Un peu comme des sortes de vacances. Ce fut donc ainsi que je pris le temps de profiter un peu du calme de la nuit, marchant, les mains croisés derrière le dos, tout signe de l'appartenance à une autre race que celle de l'humain dissimulés. Je finis par m'assoir sur le sable tiède, regardant l'horizon et écoutant le son des vagues allant mourir sur la berge. Ah, la mélodie de la mer, il n'y a rien de tel pour s'évader quelques instants.

Posant les mains à plat, prenant de temps à autre quelques pincés de sable entre mes doigts, faisant coulisser les grains entre ces derniers. J'oubliais presque la notion du temps, bien que le sable qui s'écoule entre mes doigts puisse faire penser au sable s'écoulant d'un sablier servant à contrôler le temps. Ce fut un peu surprise que je perçu les premières lueurs de l'aube. Plaçant une main devant mon visage pour ne pas être trop éblouit, j'admirais le lever du soleil. Un soupir s'échappa de mes lèvres et voilà un nouveau jour qui commence avec toujours la même routine habituelle. Quelle joie.

N'ayant grand chose à faire pour m'occuper, je décidais d'observer le lever du soleil dans son intégralité. Magnifique spectacle il en va s'en dire. Et puis de toute manière, personne n'était levé à cette heure-ci, je ne risquais pas de rencontrer une quelconques présence. Je finis par me relever, m'aidant des mains comme moyen de pression, retirant quelques grains de sables qui s'étaient accrochés à ma veste. Je resserrais les pans de cette dernière, cachant le collier et la chaîne de métal avant de reprendre ma marche sur les bords de la plage.

Après plusieurs minutes de marche, une voix me parvint. Une voix qui comportait de la rage et de la colère et par dessous tout une voix masculine. Pourtant la tonalité de la voix montrée également une sorte de déception. L'idée de me retrouver nez à nez avec un homme ne me plaisait guère mais je ne suis pas un monstre au point de laisser quelqu'un souffrir et puis même si la raison de sa colère serait futile je n'aurais qu'à passer mon chemin.

C'est ainsi que je pus apercevoir une silhouette, couchée à plat ventre sur le sable, la tête dans le sable et par dessus tout...fesse à l'air, nu comme un ver, pas un seul habit en vue dans les alentours. Je reculais d'abord doucement d'un pas, me demandant si aider cet inconnu serait une bonne chose mais rien qu'à voir son état, la réponse était déjà toute trouvée.  Je fini par m'approcher doucement de l'inconnu, m'accroupissant à ses côtés, frottant un peu le front avec le côté de l'index et soupirant tout en cherchant ce qu'il pouvait bien avoir.  Je laissais mon regard effleurait son corps, non il n'y avait aucune pensée à ce moment là, cherchant la cause du problème. Posant une main sur mon genoux relevé, tapotant légèrement dessus.

« je me demande quand même comment on peut se retrouver sur la plage dans cet état là et nu en plus....Ce n'est pas du tout banal tiens.... »

Je me relevais par la suite, me mettant face à l'inconnu, tendant la main vers lui pour l'aider à se relever.  Mais quand même se retrouver nu sur la plage était quelque chose de singulier sauf si on voulait faire un de ces fameux « bain de minuit » mais après il suffisait de rentrer ou bien d'emmener des vêtements, des serviettes, bref de quoi caché sa nudité aux yeux de tous et non de rester là à ne rien faire à part se morfondre sur son sort.

« Allez venez, je vais vous aidez à vous relevez si c'est cela votre problème »
Journalisée

Ian
Créature
-

Messages: 48



Voir le profil
Fiche
« Répondre #2 le: Juin 27, 2010, 03:00:13 »

Une nouvelle fois, face contre terre ou plutôt contre sable, l’ondin faillit vraiment perdre patience. Comment se faisait-il que ce soit aussi compliqué de marcher ? Les humains, qui étaient loin d’être la race la plus intelligente du monde, y arrivaient avec facilité. Alors pourquoi pas lui ?

Tandis qu’il pestait, une voix se fit entendre, une voix humaine et une voix féminine en plus. Quelle poisse ! Il manquait plus que ça ! Certes, il était venu sur la terre ferme pour rencontrer et vivre avec des humains mais là c’était un peu tôt vu qu’il ne tenait pas sur guibolles. Il n’avait pourtant pas le choix, il allait devoir affronter la personne qui venait de l’interpeller et dont il sentait la présence à côté de lui.


« Allez venez, je vais vous aidez à vous relevez si c'est cela votre problème »

Ian releva alors la tête, recouverte en grande partie de sable, et vit une main tendue vers lui. Un bras et personne entière se trouvaient au bout de la dite main. Il s’agissait d’une jeune femme, jolie, même si elle n’était pas de sa race, aux yeux couleur de la mer et aux cheveux couleurs de la nuit sauf quelques mèches sur le devant qui étaient bleu aussi mais plus clair que ses yeux.

Ian regarda la main tendue mais hésita à la saisir. Ce n’était pas qu’il voulait pas être aidé mais si elle l’aidait à se lever et qu’il retombait sur le sol, il aurait l’air d’un pauvre imbécile. Il aurait préféré donner une meilleure impression lors de sa première rencontre avec un humain. Dénigrant la main, il s’assit en tailleur et se nettoya le visage avec ses mains, histoire d’enlever le maximum de sable.


« Euh… pfffff… (il recrachait des grains de sable qui avaient pénétré sans son autorisation dans sa bouche), merci… pffff… c’est gentil à vous de vouloir m’aider »

Il ne tenait pas la race humaine en grande considération mais comme il allait devoir vivre avec pendant un an mieux valait ne pas se la mettre à dos. Il regarda la jeune fille. Cette dernière était… vêtue alors que lui était totalement nu. D’ailleurs, s’il n’avait pas vu qu’elle portait des vêtements, il ne serait pas senti gêné plus que ça.

Le regard interrogateur de l’humaine sur lui, lui fit comprendre que visiblement sa manière d’être et le lieu où il se trouvait ne cadraient pas avec ce que devait probablement faire un homme. Il allait devoir trouver une explication plausible à tout ça. Il se gratta alors la tête se demandant ce qu’il allait pouvoir raconter.


« Bonjour (il la salua un grand sourire aux lèvres et l’air embarrassé), je m’appelle Ian et vous ? »

Toujours assis au sol et nu, l’ondin cherchait désespérément une explication plausible à sa présence sur cette plage et sans vêtements. Il cherchait aussi une solution au fait qu’il tienne debout mais qu’il n’arrivait pas du tout à marcher, pour l’instant, et tout ça sans révéler ce qu’il était. Un vrai casse-tête !
Journalisée
Shad Hoshisora
Grande okami, Sainte parodieuse Disney o/ eggshot d'oeuf
Terranide
-

Messages: 4156



Voir le profil
Fiche
Description
A un putain de réseau social.
« Répondre #3 le: Juin 27, 2010, 08:38:58 »

L'homme refusa mon aide en écartant doucement la main que je lui présentait. Soit, je n'allais pas le forcer à la prendre s'il ne le l'a désirait pas. Je reculais d'un pas par la suite, le laissant se mettre en tailleur.  Soupirant, je finis par m'assoir de même, n'aimant pas être debout tandis qu'une autre personne était assise, cela donnait un sentiment de «  supériorité ». Il se présenta. Ainsi il s'appelait Ian, sympathique comme nom je dois avouer.

« Oh et bien, je me prénomme Shad... »

Quand même, le voir ainsi dénudé alors que j'étais vêtue me gênée légèrement. Je décidais donc de me relever, retirant doucement la veste avant de la passer sur le dos de Ian. Bien sûr il pouvait voir le collier de métal et la chaîne de fer mais pour le moment, je ne me sentais pas en danger en sa présence. Et puis au vu de son état, il me serait aisé de lui échapper si le besoin se faisait ressentir. Me rasseyant et passant ma main au niveau de mon cou, je soupirais à nouveau, laissant mon regard partir sur le côté .

« Et je ne veux aucun commentaire, aucune remarque …. »

Je n'avais pas vraiment envie de débiter ma vie et mes problèmes surtout qu'il semblait en avoir plus que moi. Je finis par poser mon poing contre ma joue, l'observant en silence. Grand, cheveux de platine, un air un peu perdu, je devais avouer que ça lui donnait un certain charme. Je secouais la tête chassant cette pensée d'un revers de la main. Non décidément, si je me mettais à penser à de telle chose, je ne valais pas mieux que les hommes de pure race.  Tournant la tête de gauche à droite pour voir si personne arrivait je reportais mon attention sur le jeune homme.

« Je peux savoir ce qui vous ait arrivé ? Je veux dire, se retrouver là sur la plage et nu ce n'est pas quelque chose de courant. Une attaque peut être ? Un dépouillement ? »

J'énumérais des idées visant à savoir ce qui avait pu conduire Ian à se retrouver ainsi nu sur la plage. De nombreuses possibilité étaient réalisable mais encore fallait il qu'il me donne la véritable raison de sa présence sur ce lieu dans l'état dans lequel il se trouvait. Je me laissais pencher en arrière, posant les mains à plat le sol, levant le regard vers le ciel.

«  Oh et puis, si vous n'avez pas envie de me le dire, libre à vous, je ne vais pas vous forcez... »
Journalisée

Ian
Créature
-

Messages: 48



Voir le profil
Fiche
« Répondre #4 le: Juin 30, 2010, 04:30:13 »

Shad ! C’est jolie comme prénom pensa-t-il. Il la regarda s’asseoir puis se relever et déposer sa propre veste sur ses épaules. Ian ne savait pas trop pourquoi elle avait fait ça. Cela devait être une coutume terrienne. La jeune fille vint se rasseoir devant lui et désigna son cou où une pièce de métal et une chaîne se trouvaient. Elle lui demanda de ne faire aucun commentaire. L’ondin ne voyait pas trop quel commentaire il aurait du faire vu qu’il ne savait pas ce que c’était.

« Merci pour… »

Pourquoi ? Il ne savait même pas comment cela s’appelait.

« Ben merci pour… ça ! »

Il souleva un peu la veste pour la désigner. Il la portait simplement sur lui. Il ne l’avait pas enfilé et ne l’avait pas refermé sur lui non plus. En fait le tissu l’embêtait, ça lui tenait chaud. C’était la première fois qu’il avait une veste sur lui et il n’appréciait pas trop ça.

Shad essaya de savoir comment il avait pu se retrouver là et surtout dans cet état. Elle semblait gentille. Puis elle finit par abandonner ses recherches et se mit à contempler le soleil qui se levait. Devait-il lui dire la vérité ? Il se sentait tellement perdu dans ce monde qui était le complet opposé du sien.

Il aurait pu saisir la perche des explications qu’elle venait de lui proposer mais mentir c’était pas son fort. Il soupira.


« Et bien comment vous expliquez les choses sans que vous me preniez pour un fou ! »

Il se passa la main dans les cheveux et les ébouriffa, il était extrêmement mal à l’aise.

« Je… je ne suis pas vraiment comme vous… En fait je viens de la mer et je suis ce que dans votre monde on appelle une sirène ! »

Ben voilà, c’était dit. Au pire, il repartirait au large si elle ne l’aidait pas mais il n’arriverait pas à s’intégrer seul dans ce monde. Il avait besoin d’aide, peut-être elle pourrait l’aider.

« C’est pour ça que je suis là. Je suis arrivée cette nuit et je suis par terre parce que… j’arrive pas à marcher (il étala ses jambes devant lui) J’arrive pas à m’en servir. Comment vous faites ? »
Journalisée
Shad Hoshisora
Grande okami, Sainte parodieuse Disney o/ eggshot d'oeuf
Terranide
-

Messages: 4156



Voir le profil
Fiche
Description
A un putain de réseau social.
« Répondre #5 le: Juin 30, 2010, 09:40:20 »

Perplexe, je me remettais droite pour le regarder. Le prendre pour un fou ? Je ne voyais pas pourquoi il disait que je risquais de le prendre pour un arriéré prêt à être envoyé à l'hôpital psychiatrique. Son explication me laissa sans voix. Une sirène, selon ses dires, il était une sirène. Fait que je jugeait impensable sur le coup mais après mûre réflexion, si les terranides tels que moi existaient ainsi que les anges et les vampires, alors pourquoi pas ces êtres aquatiques nommés sirènes ?
Pourtant, quelque chose me laissait songeuse. Si c'était bel et bien un odin, car si je ne me trompe pas c'est ainsi qu'on sont appelés les mâles de cette espèce, pourquoi n'avait il pas de nageoires à la place de ses jambes ? C'est en le voyant expliquer comme quoi qu'il n'arrivait pas à marcher, que je pouvais déduire qu'il avait transformé sa nageoire en deux membres postérieur afin de pouvoir marcher sur terre comme tout bon bipède.

Je n'avais rien dit pendant deux bonnes longues minutes qui m'avaient semblé une éternité. Restant dubitative, je fixais Ian. Au premier abord j'aurais pu penser qu'il me racontait des histoires mais tout dans sa gestuelle montrait qu'il était  gêné de me relever sa véritable nature. Pourtant, je ne voyais pas trop la raison de venir sur terre même pour un habitant du royaume de Poséidon.

«  Une sirène ? Cela expliquerait sans doute votre incapacité à marcher. Mais pourquoi venir sur la terre ferme au milieu des hommes dans un univers remplit de technologies, de travaux forcés, de personnes malhonnêtes et honnêtes au lieu de rester vivre tranquillement au fond des mers ? »

Je bougeais légèrement, faisant un peu mouvoir mon épaules, remettant mes jambes croisées l'une contre l'autre en position du tailleur, posant mes mains à son centre.

« De plus, imaginons que j'aurais eu des mauvaises intentions en apprenant que vous êtes une sirène, j'aurais pu profiter de votre incapacité à vous enfuir pour vous faire de vous un sujet de foire »

J'agitais de suites mes mains de gauche à droite, montrant que je n'avais nullement l'intention de faire ce que je venais de lui dire mais qu'il s'agissait plus d'une mise en garde, dans ce monde, mieux ne valait pas dévoiler tout de suite sa véritable identité.

« Oh, je vous rassure, je n'ai pas l'intention de faire cela, qu'on soit bien d'accord...C'était plus une sorte de mise en garde pour vous protéger »

Décidément je donnais une image péjorative du monde des humains, mais bon, je n'allais quand même pas lui dire que tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil. Véritable utopie qu'il s'agit en vérité.

« Mais bon,  malgré ces quelques aspects peu commode, ce monde a quand même quelques bons côtés. Il suffit de les trouver; Ce n'est pas tout le monde qui va vous cracher au visage ou faire de vous votre petit animal de compagnie car vous n'êtes pas comme eux, au contraire, il est possible de trouver des personnes avec de bonnes intentions ..Mais maintenant nous avons un autre problème à régler  ! »

Je me relevais d'un bond, allant à ses côtés, passant une main dans son dos pour le maintenir et l'autre prenant doucement sa main  pour l'aider à se lever sans se presser. Quitte à le faire petit à petit, on allait y aller doucement.  Une fois levée, il restait maintenant la tâche la plus difficile à faire, marcher. Même un enfant met du temps à apprivoiser ses deux jambes, alors un être aquatique n'allait pas réussir en deux temps trois mouvements. Tandis que je le maintenait pour éviter qu'il ne tombe au sol, je tentais de lui donner quelques explication sur la manœuvre à suivre :

 «  Bon, on va commencer tout doucement. D'abord tu avances ton pied droit mais il ne faut pas que ta jambe soit raide, essaye de la plier légèrement,  une fois cela fait, tente de faire pareil avec le pied droit et recommence cela jusqu'à ce que tu t'arrêtes de marcher. En résumé quand on marche, on est toujours dans une situation précaire en équilibre sur une jambe et c'est en utilisant la deuxième qu'on évite de tomber au sol »

J'avoue, mes explications étaient loin d'être parfaite, mais ce n'est pas aisé d'apprendre à quelqu'un de marcher quand on le fait depuis sa plus tendre enfance. De plus, je venais de passer du vouvoiement au tutoiement. Et puis, je me tenais à ses côtés au cas où il perdrait son équilibre. On est jamais trop prudent.
« Dernière édition: Juillet 01, 2010, 10:35:54 par Shad Hoshisora » Journalisée


Tags:
Pages: [1]
  Imprimer  
 
Aller à:  

Powered by SMF 1.1.20 | SMF © 2006-2007, Simple Machines
Awake and Dreaming - Le Grand Jeu
ChatBox