banniere
 
  Nouvelles:
Pour participer à l'évolution du forum et faire entendre votre voix, n'oubliez pas de vous inscrire sur la liste des électeurs ! Vous aurez ainsi accès aux sujets sur lesquels le Staff consultera les membres. Plus d'informations ici !

Liens utiles: Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Cacher les avatars

Le Grand Jeu - Forum RPG

Bad langage Discrimination Drugs Sex Violence Gambling

Bonjour et bienvenue.

Ce forum présente des oeuvres littéraires au caractère explicite et/ou sensible. Pour ces raisons, il s'adresse à un public averti et est déconseillé aux moins de 18 ans. En consultant ce site, vous certifiez ne pas être choqué par la nature de son contenu et vous assumez l'entière responsabilité de votre navigation.

Bonne visite ! :)

Pages: [1]
  Imprimer  
Auteur Sujet: Au fond des Enfers [Joe & Marius]  (Lu 153 fois)
Joe Dredd
Humain(e)
-

Messages: 9


Je suis la Loi.


Voir le profil
Fiche
Description
Joe Dredd a été piégé sur Terra en attirant les Formiens hors de Mega City One. Arrêté par les Tekhanes, il cherche à prouver son innocence et à rentrer chez lui.
« le: Août 10, 2018, 11:13:03 »


  • Tekhos - Prison Eternum
    4 jours sur Terra

   On avait mis un sac opaque sur la tête du prisonnier, afin qu’il n’ait pas la moindre chance de deviner le trajet conduisant à la surface depuis les confins de la redoutée Prison Eternum. Joe Dredd se fichait pas mal de tout cela. Il connaissait ce genre de dispositif. On abrutissait le prévenu par privation de sommeil et  charge nerveuse. Le trajet était sinueux, bruyant, aveugle. Il restait une seule option : compter. Depuis le sanctuaire de la cagoule étouffante, malgré l’épuisement physique et moral, le Juge vétéran comptait les pas, calculait les angles avec ses pieds, estimait les dénivelés. Il ignorait les provocations des gardiennes. Elles le maltraitaient malgré tout. Depuis qu’il avait demandé aux deux femmes colossales combien de soupe elles avaient mangé étant petites, elles revenaient régulièrement lui rappeler son erreur, mais elles le considéraient aussi comme un imbécile, et personne ne perd son temps à jouer avec un imbécile. Alors, en dehors des brefs moments de brutalité sur le chemin, il était tranquille, tranquille pour compter, créer une carte mentale. C’était instinctif chez lui. Il savait retrouver son chemin à tous les coups malgré de longues poursuites dans des dédales de galeries et de couloirs dans les blocs de MC-1. Ça, c’était un peu plus compliqué ; mais c’était facile.

   Tout ce qui l’inquiétait, quoique modérément, était la garde à l’intérieur. Il aurait peut-être besoin d’aide. Les galeries ne semblaient, elles, pas surveillées.

Excès de confiance. Grossière erreur. Sortie rapide une fois la porte franchie. Il faut juste franchir la porte.

   On avait répété à l’envie à Joe qu’Eternum était un lieu dur et que personne n’en sortait. Il avait souri, ce qui lui avait valu un passage à tabac. Mais il ne pouvait s’empêcher de sourire. Elles n’avaient jamais imaginé passer 30 ans dans un isocube, avec 4m2 d’espace et aucun son extérieur. Elles n’avaient jamais imaginé se retrouver sur Titan, une pioche laser en main et le visage mutilé pour accueillir un respirateur artificiel, parce que les combinaisons étaient trop chères pour un Juge corrompu.

Terrible complexe de supériorité. Moralité discutable. Rien à faire dans le domaine de la Justice.

   Entrée à Eternum ; enfin. Il y a manifestement un poste de contrôle important, avec plusieurs portes blindées, mais, pour une curieuse raison, la sécurité semblait un peu laxiste. Maintenant que le bruit des galeries avait cessé, Joe pouvait entendre ce qui se passait. A l’entrée, simple contrôle de numéro de dossier. A la sortie … Pas de sortie, naturellement. Il devait exister un ascenseur express pour les gardiennes, pour qu’elles puissent aller et venir plus facilement. Ça voulait dire : des renforts rapides. Ça voulait aussi dire : surveillance minimale à la grande porte. Il put confirmer ça quand on lui retira la cagoule trop tôt. Ses yeux bioniques compensèrent très rapidement le brusque afflux de lumière crue, mais il feignit l’éblouissement pour regarder alentour plus facilement. On le conduisit jusqu’à une zone plus sombre, presque noire. On le poussa pour essayer de le faire tomber sur les immondices alentour, probablement rarement lavées dans les quartiers des prisonniers. Autant laisser la pourriture s’exprimer dans un endroit pareil. Dredd pouvait se repérer dans l’obscurité, mais il trébucha, feignit encore la détresse.

Terminus : les Enfers, bloc 96.

   Il fut laissé dans un espace ouvert où des prisonniers erraient en attendant que le temps passe, menant leurs affaires discrètement sous le regard de geôlières armées. Il y avait beaucoup de femmes, ici, de grandes brutes marquées par une vie difficile, mais aussi quelques hommes. Joe avait le pressentiment que faire partie de la minorité n’était pas une bonne chose, ici. Il resta dans l’obscurité, dans un coin de la salle, et s’assit pour chercher à comprendre le fonctionnement de la vie des détenus.
« Dernière édition: Août 13, 2018, 03:29:18 par Joe Dredd » Journalisée

DC _ Lamnard Kystrejfter

Judge Dredd et les contenus associés sont la propriété de 2000AD Comics, société basée au Royaume-Uni.

The Suicider
Humain(e)
-

Messages: 31



Voir le profil
Fiche
« Répondre #1 le: Août 13, 2018, 01:00:50 »

John Jr. Northway était un ancien Marine de l’armée tekhane. Un fantassin qui avait grandi dans les ghettos d’une métropole tekhane, et qui, comme tous les mâles tekhans, avaient subi le sexisme ambiant de la société. Sa mère, Samantha, était une femme pauvre, une Tekhane reniée par ses parents pour avoir eu le malheur d’aimer un mâle, et de tomber amoureuse d’elle. Privée de l’aide des parents, Samantha avait fini dans les quartiers populaires, là où les loyers n’étaient pas trop élevés, et avait travaillé comme serveuse dans un restaurant. Un métier à risque dans les ghettos, surtout quand on était une belle blonde avec une longue chevelure. Fort heureusement, le mari de Samantha, John, n’était pas vraiment ce qu’on pouvait appeler un sage intellectuel. Travaillant également au restaurant, il avait régulièrement protégé sa femme des quelques lourdauds ivres voulant plus que lui offrir un simple pourboire. Une vie forgée à vivre dans la rue, à crapahuter avec des gangs pour voler et trouver de quoi vivre, avec pour seule promesse de quitter les ghettos la circonscription, la lutte contre les Formiens.

John Jr. avait donc rejoint un programme militaire afin de rejoindre la zone de guerre contre les Formiens, la ligne de front, le Containment Point. Il avait été un cobaye pour recevoir diverses injections et stimulants expérimentaux afin d’améliorer ses capacités. Plus intelligent que son criant manque de culture ne le laissait paraître, John savait dès le début que les mâles tekhans étaient envoyés sur le front pour se faire massacrer. Les Formiens ne voulaient pas d’eux, ils ne capturaient que les femmes, et les mâles n’étaient là que pour minimiser les pertes et les captures. Ils étaient donc envoyés dans des missions dangereuses, et l’équipe de John avait eu droit à son lot de missions éprouvantes. Des séances intensives dans des Bio-ruches, des missions de sauvetage dans des bunkers, des missions d’exploration dans l’Outreterre pour inspecter d’éventuelles traces formiennes… Northway avait eu son lot de cicatrices, sous les ordres d’une femme insupportable, qui abusait de son autorité, une colonelle qui prenait un malin plaisir à torturer les mâles sous son autorité, refoulant ses pulsions hétérosexuelles par des raffinements de cruauté.

On pouvait dire beaucoup de choses de John Northway, mais il avait été bien éduqué. On lui avait appris le sens de la camaraderie, la protection des autres. Alors, quand cette salope de colonelle avait choisi de s’en prendre à l’un de ses camarades, il avait agi, et avait protégé ce dernier… En explosant au passage la cervelle de la colonelle. Le reste était prévisible : conseil de guerre, tribunal militaire… On avait hésité entre la peine capitale et la perpétuité à Eternum. Finalement, la peine la plus lourde avait été choisie, et John Northway s’était retrouvé dans un convoi militaire pour Eternum.

La localisation précisé de la Prison Eternum était inconnue. C’était un building futuriste, qui était conçu en deux parties : une partie à la surface, ressemblant à une base militaire sinistre et froide, et le cœur de la prison, sous terre. Un complexe souterrain où les prisonniers travaillaient dans les mines. L’ingéniosité du système, c’est qu’il était loisible à tout le monde de s’évader. Il suffisait de s’enfoncer dans les mines. Celles-ci n’étaient surveillées qu’à l’entrée, et, régulièrement, certains tentaient leur chance. Personne ne savait s’ils arrivaient à en sortir, mais il était fréquent que les mines soient fermées à cause des invasions de monstres, ou que des cadavres de mineurs soient retrouvés. Les mines donnaient en effet sur un vaste dédale de grottes souterraines labyrinthiques. Les monstres, les crevasses imprévues, le manque d’air, les vapeurs toxiques… Alors, l’autre option était de remonter par la surface, mais la tâche semblait tout simplement impossible.

Entre les mines et la surface, il n’y avait que des ascenseurs, et ceux-ci faisaient l’objet d’un contrôle drastique. Sas de sécurité, détecteurs de mouvements, caméras infrarouges… En cas de doute, les ascenseurs étaient bloqués, et un gaz anesthésiant pouvait être déployé, ainsi que des drones de combat. Ici, il n’y avait pas de parloir, pas de lettres, pas d’avocat. Eternum était un cimetière où les gouvernements enfermaient leurs pires détenus. La mort était le seul espoir qu’on pouvait offrir à ces derniers.

Northway tirait sur une cigarette quand un nouveau approcha. Eternum n’échappait pas au principe de fonctionnement de toute société : il y avait des gangs partout. Northway était à la tête d’un gang regroupant d’anciens militaires tekhans. Des fortes têtes. À côté de lui, il y avait par exemple Mileena, une humaine gravement brûlée et transformée en cyborg, et Nikita, une ESPer qui générait des arcs électriques.

En voyant cet homme, John le regarda pendant quelques secondes, et se redressa lentement. Un Tekhan ? Un Ashnardien ? Il avait une bonne carrure en tout cas.

« Salut, le bleu » glissa John en se plantant devant lui, Mileena et Nikita avec lui.

Il tirait toujours sur sa cigarette.

« T’as vraiment une sale gueule, tu le sais, ça ? »

Mileena ricana doucement. L’inconvénient des implants cybernétiques massifs qu’elle avait reçus, c’est qu’elle avait souvent des sautes d’humeur, et un comportement proche de la psychopathie.

Dans un autre coin, un autre homme les observait distraitement, sans guère se manifester. Marius Titus était l’un des rares prisonniers de l’établissement à ne faire encore partie d’aucun gang, et il savait très bien comment les débuts se passaient ici. Les nouveaux avaient tous droit à un bizutage par le biais d’un des gangs, une manière pour chaque gang de rappeler aux autres qu’il existait toujours.

C’était le rituel habituel dans une prison.
Journalisée


DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
Joe Dredd
Humain(e)
-

Messages: 9


Je suis la Loi.


Voir le profil
Fiche
Description
Joe Dredd a été piégé sur Terra en attirant les Formiens hors de Mega City One. Arrêté par les Tekhanes, il cherche à prouver son innocence et à rentrer chez lui.
« Répondre #2 le: Août 13, 2018, 04:00:03 »

   Joe avait l’habitude de la racaille. Il avait moins l’habitude de l’autre côté du miroir, cela dit. Il devinait la suite du programme, mais ne pouvait jurer de rien. A MC-1, la longue tradition de l’isoblock avait fait des péripéties des prisons classiques des questions d’Histoire. D’une certaine façon, il était heureux que le recours aux travaux forcés dans la dernière décennie ait fait renouer la ville avec les émeutes de détenus et la joie des rapports interpersonnels entre criminels de basse morale. Joe connaissait le système, la pression du groupe, ou plutôt des groupes, et la recherche permanente du conflit. S’il ne parvenait pas à sortir rapidement d’ici, il se ferait un plaisir d’amener un peu d’ordre dans ce bazar. Quoi qu’il en soit, il sentit qu’on ne le laisserait pas souffler. Toujours dans l’ombre, il ne bougea pas quand le trio s’approcha de lui. Il les considéra de manière calculatrice.

Difficile de dire comment le type a pris la tête du groupe. Il semble être le moins fort. Sûrement un type informé.

   Il encaissa les remarques du mutin sans broncher, pas un bruit ni un geste ne trahissant une quelconque frustration ou peur. Il sourit même légèrement. Ce genre d’insulte était loin de rivaliser avec les slogans quotidiennement assénés par les juves et les fatties de la méga-cité à son égard et à ceux de ses collègues. Le gars se prenait pour un vrai dur, avait l’allure de quelqu’un de fort. Physiquement, on donnait le même âge à Joe et à Northway. Il aurait été difficile pour le jeune homme de deviner la somme d’expériences vécue par celui qu’il venait de s’aliéner.

Grande gueule, petite tête.

   Une assistance discrète se tournait vers la scène, et même la gardienne de faction était rejointe par ses camarades, pour assister à l’affrontement potentiel plutôt que pour l’arrêter bien sûr. C’étaient deux hommes face à face, et deux femmes puissantes pour soutenir un des deux. Ce n’était pas équitable. Beaucoup pensaient que le nouveau allait s’écraser, mais il restait l’espoir malsain d’un passage à tabac potentiellement mortel, du sang coulé. Quand Joseph Dredd se leva, ses yeux artificiels croisant dans la pénombre ceux de Junior, la tension et l’intérêt montèrent d’un cran. La grimace du nouveau n’avait pas changé, défiait le caïd local de la briser. Autour d’eux, on murmurait avec amusement que ce pauvre type péteux allait recevoir une bonne raclée pour ça. Quand Joe brisa son silence, cependant, la surprise fit tomber comme une chape de béton métaphorique sur la population carcérale. Car il ne s’adressait pas qu’à son interlocuteur direct, mais à tout le monde, et son timbre rauque résonna comme s’il avait eu un porte-voix.

« Je vais être bien clair pour que tout le monde comprenne : c’est vous qui êtes enfermés ici avec moi. Le bloc 96 a une nouvelle loi : je suis la Loi ! Et ceux qui la refusent auront affaire à moi ! »

   Junior, qui avait démarré les hostilités et se faisait complètement snober, voulut affirmer sa position en rappelant à la fois sa présence et son statut dans ce bloc pénitentiaire.

« Non mais pour qui tu t’ – »

   La droite décocha sans crier gare et sans donner le temps à personne de réagir. Le poing de Dredd alla enfoncer les muscles abdominaux de Northway, lui éclater la ratte et lui remonter l’estomac. Dans un cri étouffé par la douleur intense et subite, le caïd décolla du sol avant de s’y écraser comme un pantin désarticulé. Les yeux brillants du Juge captif rencontrèrent ceux des compagnes de Northway. On n’aurait su dire s’il avait pris un quelconque plaisir à le mettre au tapis si vite.

« Vous avez deux options : le rejoindre, ou faire preuve de bonne conduite. »
Journalisée

DC _ Lamnard Kystrejfter

Judge Dredd et les contenus associés sont la propriété de 2000AD Comics, société basée au Royaume-Uni.

The Suicider
Humain(e)
-

Messages: 31



Voir le profil
Fiche
« Répondre #3 le: Août 19, 2018, 10:03:21 »

Les gardiennes d’Eternum n’étaient pas là pour assurer le bon traitement des prisonniers. Il n’y avait pas d’espoir de réhabilitation ici, et personne ne cherchait à savoir ce qui se passait dans la prison. Leur rôle était surtout de maintenir une cohésion sociale au sein de la prison. Depuis que Marius était ici, il avait compris comment les choses fonctionnaient. Les gangs étaient tolérés au sein de la prison, et c’était par eux que l’administration fournissait quelques menus objets. Cigarettes, magazines pornographiques... Les gardiennes fournissaient ceci, et servaient pour capturer certains prisonniers, et pour les conduire dans les laboratoires de la prison. Après tout, il fallait bien faire quelque chose des multiples prisonniers amassés ici. Il y avait de tout, mais chacun était mis à égalité, car les individus dotés de pouvoirs magiques avaient un collier autour du cou avec de l’obsidienne, que les gardiennes pouvaient désactiver ou non. Les gangs assuraient le bon fonctionnement de la prison à leur place. Quand on ne faisait pas partie d’un gang, il n’y avait que peu d’options : soit trouver une protection, soit en rejoindre un. Les indépendants ne faisaient jamais long feu. Marius était un peu une exception, car il était le Suicider. C’était sa protection à lui, qui évitait que les gangs ne viennent trop l’importuner.

Plongé dans ses pensées, il en sortit quand le nouveau, visiblement guère impressionné par Northway, hurla à tous qu’il était « la Loi », ne manquant pas de surprendre les autres. Certains ricanèrent, et Marius le vit ensuite frapper Northway en public, le rétamant au sol en deux poings.

*Impressionnant...*

Ce type avait l’air costaud... Mais, tandis qu’il se tenait face aux deux femmes, l’un des gardiennes chuchota dans le creux de l’oreille d’une autre. Quelques instants après, le collier autour du cou de Nikita se désactiva, et celle-ci sourit.

« Merde, quelle poigne ! grogna Northway.
 -  Toi, t’es un furieux... » commenta Nikita.

Ses mains s’électrifièrent ensuite, et elle les déploya vers l’homme, envoyant de puissants arcs électriques qui le frappèrent de plein fouet. Northway se redressait difficilement, se tenant le ventre, humilié en public. Un spectacle que les pensionnaires présents n’hésiteraient pas à rapporter à ses concurrents, et tout ça à cause d’un nouveau venu doté d’une force herculéenne. Tandis que Nikita l’électrifiait, Mileena se mit en position, et, quand les éclairs cessèrent, l’autre femme le frappa au visage avec son poing cybernétique, l’envoyant heurter le mur.

« Sa peau est dure comme de l’acier... »

Northway cracha un gallot de sang sur le sol.

« Encore à te protéger derrière tes nanas, Northway ? Tu parles d’un leader...
 -  C’est un Tekhan, ils ne sont pas le sexe faible là-bas pour rien. Un de ces quatre, il faudra quand même montrer aux Tekhanes ce que sont de vrais hommes !
 -  Tout ça, c’est de la gonflette, tu n’impressionnes plus personne, Northway... »

Furieux, John Northway se retourna vers ceux qui osaient le narguer, et attrapa un plateau-repas qui traînait sur une table, et le fracassa sur le crâne du premier venu en hurlant. Son voisin de table, surpris, se releva en attrapant les manches de la veste de Northway, qui l’accueillit avec un violent coup de boule, étalant l’homme à terre, où il commença à le rouer de coups. Deux autres membres de la bande le repoussèrent alors, et un autre membre du gang de Northway débarqua près d’eux.

En quelques instants, une mêlée générale se mit à éclater, tandis que le collier d’obsidienne de Nikita se verrouilla de nouveau, et que les deux femmes vinrent aider leur chef. Marius, de son côté, restait prudemment sur le côté, et se mit à côté du nouveau venu.

« Pas mal pour un début, Monsieur-La-Loi... Mais, ici, il n’y a plus aucune loi qui tienne. »

C’était ça, Eternum, la négation de la société pour une bande de raclures, de parias et de criminels endurcis...
Journalisée


DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
Joe Dredd
Humain(e)
-

Messages: 9


Je suis la Loi.


Voir le profil
Fiche
Description
Joe Dredd a été piégé sur Terra en attirant les Formiens hors de Mega City One. Arrêté par les Tekhanes, il cherche à prouver son innocence et à rentrer chez lui.
« Répondre #4 le: Août 22, 2018, 04:17:42 »

   Joe avait pris une jolie dérouillée, mais il avait appris des choses très importantes. Tandis que la situation dégénérait rapidement suite à l’intervention des dames et à l’attitude outrancière de Northway, le nouveau prisonnier était déjà en train de se redresser, d’ailleurs, témoignant d’une résistance physique correspondant à sa force. Certes, sa tenue avait roussi et il était parcouru de courbatures et de crampes dures aux décharges électriques, mais la mutée et sa copine cyborg ne lui faisaient pas franchement peur. Il avait encaissé pire. Il était même déjà mort ; plusieurs fois. Il avait croisé des psychopathes cannibales dans des vallées balayées par les radiations et fait la niaque à des extraterrestres sanguinaires. Autant dire qu’un séjour en prison avec ce genre de faune était loin d’être le pire scénario qu’il pouvait se faire.

Blessures superficielles. Moins de chance pour le blanc-bec.

   Il observait la bataille cacophonique tout en récupérant, et guettant tout particulièrement l’endurance de Northway et le temps qu’il mettrait pour tomber. Perdre sa rate n’était pas vraiment une expérience de tout repos. Il était déjà étonnant qu’il puisse encore se battre. Peut-être l’effet de stimulants musculaires locaux ? Ou une particularité des autochtones ? Il aurait souhaité le savoir, mais l’hématome de plus en plus impressionnant gonflant la ceinture abdominale impeccable du Tekhan ne tarda pas à le rassurer.

Rupture tardive. Ça ne tardera plus maintenant.

   C’est là qu’un autre inconnu vint l’accoster, lui faisant une leçon sur le désespoir et l’anarchie qui inondaient ces lieux comme une mélasse toxique. Joe tourna son regard vers lui en silence, et l’évalua. C’était manifestement une force de la nature, plus solide déjà que l’autre sagouin, et manifestement pas membre d’un gang vu qu’il était là, à lui parler. Ou bien, était-il le chef d’un autre gang ?

Avec une force pareille, il régnerait sur le bloc. Non, ce type est à l’écart.

   La grimace de Dredd se cassa, et Marius aurait pu jurer que sa déclaration avait provoqué un mélange de dégoût, de nostalgie et d’amusement chez le nouveau.

« Là d’où je viens, il suffit qu’on ne se montre pas dans un secteur pendant deux jours pour qu’il ressemble à ça. La Loi n’est pas facile, mais elle est la seule issue. »

   Tandis qu’il parlait, il tournait son regard vers la lutte sauvage qui se calmait peu à peu. Les camps s’étaient mis à se séparer à l’appel de leurs chefs, et on put bientôt voir Northway à terre, le ventre enflé et violacé, grognant sous la douleur et implorant pour des soins. Ses deux tigresses firent leur possible pour l’aider, le conduisant jusqu’à une porte, tapant en interpellant les gardiennes. Les femmes de garde firent mine de ne rien voir ni de ne rien entendre, mais Joe les vit couvrir leurs oreilles comme pour écouter une oreillette discrète, et la porte ne tarda pas à s’ouvrir. Une équipe lourdement armée dispersa les filles de Northway et tint l’assistance en respect, et le blessé fut traîné dehors et la porte se referma aussi vite qu’elle s’était ouverte.

C’est une manière de quitter le bloc. Mais je préfère éviter cette option si possible.

« De toute façon, je n’ai pas l’intention de rester. Cette taule n’a rien de formidable. Il faut juste trouver le bon plan. »

   Joe se rappelait de l’histoire d’un détenu ayant passé 20 ans à cultiver ses faibles pouvoirs psychiques pour se désincarner et arriver à la porte de déverrouillage des isoblocs ; tout ça par désir de se venger contre lui.

Et quand il a réussi, son lien psychique s’est brisé, et son aura a erré pendant une éternité dans une prison abandonnée. Impossible de tout prévoir, mais sa tentative a presque porté ses fruits ; et puis, il a relâché des milliers de congénères ...

   Sale histoire. Aussi cynique qu’un film de Brit-City. Pas encourageante pour un sou. Mais juste une histoire.
Journalisée

DC _ Lamnard Kystrejfter

Judge Dredd et les contenus associés sont la propriété de 2000AD Comics, société basée au Royaume-Uni.

The Suicider
Humain(e)
-

Messages: 31



Voir le profil
Fiche
« Répondre #5 le: Août 27, 2018, 12:51:00 »

Qui était donc ce type ? Sûrement un autre Tekhan illuminé... C’était un prisonnier classique. L’armée foutait à Eternum des militaires tekhans décérébrés à force de recevoir des stimulants, des injections d’adrénaline, et des solutions expérimentales qui leur faisaient perdre l’esprit. L’ensemble était très instable, mais, pour autant, ce type avait l’air de conserver les idées claires. Et la manière dont il avait étalé Northway... Des coups précis, chirurgicaux, militaires. En quelques coups, il avait étalé une brute épaisse, un type qui s’entraînait tous les jours, faisait de la musculation et des combats clandestins dans les mines de la prison. Rapidement, le mystérieux outsider indiqua qu’il envisageait de sortir d’ici, faisant doucement sourire Marius.

Marius regarda les lieux en croisant les bras, s’adossant contre le mur, sans trop savoir pourquoi il faisait la conversation à ce type. Autour d’eux, les choses se calmaient, et les caméras inspectaient les blessés, laissant les blessés légers se remettre, vérifiant surtout, à l’aide de scanners mobiles, s’il n’y avait pas des fractures ou des blessures handicapantes. Impossible de les pirater, car les objets se trouvaient au-dessus d’un faux plafond constitué de grilles étroites ayant tendance à se refermer automatiquement. Certains avaient tenté de les briser, et s’en étaient retrouvés avec des phalanges en moins.

« Tu sais pourquoi on appelle cette prison Eternum ? On ne sort pas d’ici. C’est tout. Fais-toi une raison. Tu sais, on donne le choix aux pires criminels, aux plus grands salopards de Terra... La peine capitale, ou Eternum. Les couillons qui choisissent Eternum en croyant s’y évader sont des abrutis de première. »

Tous les jeunes détenus pensaient saisir leur chance. Maris ignorait parfois depuis combien de temps il était là. Il avait pris l’habitude, au début, de tracer un bâton sur son mur pour signaler le temps passé, mais, au bout d’un moment, les gardes, lors d’une descente, avaient effacé ça en mettant une couche de peinture. Tout était conçu pour éviter la moindre forme d’évasion, et, pour cela, il fallait commencer par tuer l’espoir. Et, pour tuer l’espoir, faire admettre aux détenus que leur univers se limitait désormais à Eternum. Entretenir les rivalités entre gangs, distiller un peu d’objets de contrebande à certains, de fausses récompenses qui les amèneraient à rentrer dans le système. De terribles sadiques avaient conçu ce pénitencier, jusqu’à le doter d’une fausse issue, d’un espoir inexistant.

Marius se déplaça doucement, se décollant du mur.

« Tu n’imagines pas ce que je donnerai pour revoir le soleil un jour, mon gars. Mais, si tu veux t’évader, tente ta chance. Il y a une sortie par les mines. C’est la légende locale. Si tu t’enfonces trop profondément dans les mines, on dit que tu peux rejoindre les grottes et les cavernes-mondes de l’Outreterre. Mais bon, je te rassure... »

Un léger sourire désabusé éclaira ses lèvres.

« Northway n’oubliera pas ce que tu lui as fait. D’ici quelques jours, tu finiras crevé, le crâne ouvert en deux dans une mine. M’enfin, j’avais jamais vu quelqu’un allonger Northway si rapidement. T’es un costaud, ça te laissera peut-être une chance. »

Puis, comme s’il trouvait ça normal, Marius tendit sa main vers lui, et eut au moins la décence de se présenter :

« Marius. »
Journalisée


DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
Joe Dredd
Humain(e)
-

Messages: 9


Je suis la Loi.


Voir le profil
Fiche
Description
Joe Dredd a été piégé sur Terra en attirant les Formiens hors de Mega City One. Arrêté par les Tekhanes, il cherche à prouver son innocence et à rentrer chez lui.
« Répondre #6 le: Septembre 19, 2018, 05:03:50 »

   Le gars, Marius, lui fit toute un exposé sur la manière dont cette prison était la fin du monde et le désespoir incarné. Il avait peut-être raison, qui sait ? Le désespoir était une chose abominable. Il s’infiltrait par les craquelures les plus fines de l’esprit du plus heureux des hommes et l’emplissait progressivement de son poison. A MC-1, les Juges avaient l’habitude de gérer les futsies, des gens qui perdaient la tête sous la pression quotidienne de la vie du block. Cette prison semblait s’être inspirée des blocks sociaux où il avait souvent dû ramener l’ordre avec beaucoup d’efforts. Elle avait parfait leur schéma et en avait fait une doctrine. La Loi était une maîtresse impitoyable : héros un jour, Joe était devenu un de ces parias qu’il surveillait à longueur de journée le suivant.

   Il répondit à la main tendue de Marius en la lui serrant, se redressant et reprenant consistance. La douleur était passée.

« D- Joe. »

   Il allait donner son nom, mais quel intérêt ? Il n’était plus Juge. Il pouvait aussi bien se présenter comme n’importe quel citoyen le ferait. Ici, il n’était ni plus ni moins qu’un autre, il en avait conscience : aux yeux des gardiennes, ils étaient tous de la racaille.

Je le sais d’autant mieux que j’ai été à leur place. Mais ces femmes ne respectent pas l’esprit de la Loi.

   En effet, Tekhos était loin de respecter la Loi de MC-1 ou son esprit, et ne savait même pas ce que pouvait bien être MC-1 ou la Loi. Joe y avait bien fait référence en cherchant à se défendre lors de son procès. Il avait bien vite compris que le procès était une parodie, mais ça ne l’avait pas empêché de se défendre.

J’aurais probablement exécuté sur le champ l’ordure qui aurait compromis les défenses de ma ville en pleine guerre.

« J’apprécie vraiment tes conseils, Marius, mais je ne baisse pas les bras. Il y a forcément une solution. Il y en a toujours une. Mais il ne faut pas compter sur la prison pour nous aider. La faille d’une prison, c’est son personnel. »

   Et les Tekhanes, vaniteuses, orgueilleuses et agressives, avaient quantité de failles à exploiter. Comme on disait quand une enquête piétinait faute de preuves et de moyens de pression, il fallait jouer sur la personne.

« En attendant, tu sembles t’en sortir plutôt pas mal ici. C’est quoi, ton secret ? »
Journalisée

DC _ Lamnard Kystrejfter

Judge Dredd et les contenus associés sont la propriété de 2000AD Comics, société basée au Royaume-Uni.

The Suicider
Humain(e)
-

Messages: 31



Voir le profil
Fiche
« Répondre #7 le: Septembre 24, 2018, 01:20:51 »

Son personnel ? Marius n’allait pas commenter là-dessus. Peu importe ce qu’on disait, il avait depuis longtemps compris que, chez les gens, le désespoir tuait la raison. Tous s’accrochaient à l’espoir fou de réussir à sortir d’ici... Au début, du moins. Ce D-Joe ne serait ni le premier ni le dernier. Quand Marius était arrivé ici, lui aussi avait désespérément voulu sortir de cette cellule, afin de se venger des traîtres ayant massacré sa famille en l’accusant à leur place. Mais il avait fini par réaliser qu’Eternum était sans issue. Corrompre le personnel ? La chose ne serait pas si simple, car les gardes étaient indiscernables les uns des autres, portant de lourdes armures. Quand on allait à l’infirmerie, c’était toujours avec un masque. Les Tekhanes minimisaient autant que possible les rencontres entre le personnel et les détenus, automatisant autant que possible, bien conscientes de la nocivité et de la dangerosité des pensionnaires ici. Cette prison avait été conçue pour être inviolable.

Elle était le résultat d’une union commune entre les grandes nations de Terra, et, pour s’assurer de son efficacité, ils avaient utilisé des prototypes, en y enfermant des spécialités de l’évasion, recueillant ensuite leurs observations pour perfectionner le système. Eternum était un mélange sophistiqué et étouffant de dispositifs magiques et technologiques, avec, pour seule finalité, le contrôle absolu des prisonniers.

« Mon secret ? J’ai un beau sourire... Et j’évite de me retrouver dans des guerres de gangs. »

Ce D-Joe était assez particulier. Il ne ressemblait pas aux habituels cinglés qu’on balançait ici, à ces gens malades mentaux et psychotiques qui étaient submergés par leurs pulsions, par leurs énergies magiques, ou qui étaient tout simplement des déments. Il y avait chez lui un certain contrôle, un calme placide et lucide. Instinctivement, Marius, qui avait jadis été un officier ashnardien, et donc un homme discipliné et entraîné, voyait peut-être quelque chose en ce D-Joe qui lui ressemblait.

En se faisant cette réflexion, Marius se décida à donner un conseil à D-Joe.

« Tu m’as l’air de savoir te battre, alors... Si tu veux faire autre chose que travailler dans les mines, la direction organise des combats dans des arènes, et... »

Un son strident se fit alors entendre. Marius se tut alors, tandis que les différents prisonniers se redressaient.

« C’est l’heure d’aller bosser. »

Faire sa forte tête n’apporterait rien de bon, si ce n’est de recevoir des électrochocs. Marius et D-Joe avaient fort heureusement été assignés à la même section des mines. Les prisonniers traversèrent une série de couloirs et d’escaliers, jusqu’à rejoindre une partie plus naturelle de la prison, plus rocailleuse. Des outils de mineurs se trouvaient là : chariots, pelles, truelles, piolets... Il y avait plusieurs établis permettant de récupérer cet équipement dangereux, même si, à l’entrée des mines, des vortex détectaient les objets métalliques, empêchant ainsi de pouvoir les faire sortir des mines.

Des tapis roulants automatiques permettaient de déplacer les minerais récupérés. Chaque section se devait de produire chaque jour une certaine quantité de minerais sous peine de nouvelles sanctions. Marius s’avança à travers une galerie, tenant une pioche dans la main, et commença à tailler dans la pierre.

Le train-train habituel et quotidien des prisonniers de la Prison Eternum...
Journalisée


DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
Joe Dredd
Humain(e)
-

Messages: 9


Je suis la Loi.


Voir le profil
Fiche
Description
Joe Dredd a été piégé sur Terra en attirant les Formiens hors de Mega City One. Arrêté par les Tekhanes, il cherche à prouver son innocence et à rentrer chez lui.
« Répondre #8 le: Octobre 04, 2018, 12:21:20 »

   Dredd se plia au règlement. Il accompagna tout le monde vers le puits de mine, entrant dans les rouages de la machine pénitentiaire. Les explications de Marius lui permettaient de comprendre comment les choses fonctionnaient. Alors, il s’empara d’un kit de mineur d’allure archaïque et se mit au travail. Il n’y avait pas lieu de discuter plus avant de cette histoire de combats d’arène. Il n’était pas enthousiaste à l’idée d’aller se battre contre des prisonniers sans avoir goûté à l’envers du décor ; et celui-ci lui faisaient vraiment penser à Titan, à sa prison à ciel ouvert où les Juges punis étaient mutilé, équipés d’un respirateur greffé à leur propre crâne et laissés responsables de rapporter leur quota général de minerais. Eternum devait avoir conçue par le même genre de malade ; mais dans des souterrains respirables, ou à peine, au moins. Joe considérait la situation presque avec humour, leur affreuse prison ultime se révélant en fait moins difficile à vivre, dans le fond, que celle que le Juge connaissait personnellement.

   Quoi qu’il en soit, il cherchait une sortie potentielle. Il y avait quantité de protocoles pour répondre à chaque situation. En cas de capture, il se devait de trouver des moyens de résister à la pression et de s’occuper à préparer son évasion. Malheureusement, il pouvait confirmer que les souterrains ne donneraient probablement nulle part. S’il y avait ne serait-ce que la moindre possibilité qu’un prisonnier dangereux puisse s’enfuir par les mines, des dispositifs auraient été mis en place pour les empêcher de s’y enfoncer sans surveillance. Les Tekhanes n’avaient pas installé le moindre dispositif de surveillance, et aucune n’était visible sur les lieux du travail. Elles comptaient sur la pression des quotas pour forcer les prisonniers à travailler sans lambiner et discuter, et ne voyaient pas l’intérêt d’empêcher un éventuel fuyard de disparaître.

Piège à cons.

   Le travail lui-même était extrêmement difficile. Bien qu’il ne faiblisse pas pendant les longues heures passées à charrier roc et métal hors des profondeurs de Terra avec les autres prisonniers de sa section, il remerciait intérieurement ceux qui l’avaient poussé à accepter le traitement de rajeunissement. S’il avait eu son âge réel physiquement, il n’aurait probablement pas survécu à sa première journée de travail.

Je ne serais sans doute pas arrivé jusqu’ici en premier lieu.

   Il regrettait presque de ne pas avoir étendu le traitement à ses os, à présent ; presque. Chaque douleur issue d’une vieille fracture ou de cartilages usés renfermait un souvenir, un rappel qui faisait de lui celui qu’il était aujourd’hui.

   A la fin de leur journée de travail, les prisonniers regagnèrent les niveaux supérieurs. Ils présentèrent leurs quotas remplis, déposèrent leurs outils, subirent un contrôle à la sortie des mines, et se retrouvèrent bientôt dans leurs blocs. L’ambiance avait radicalement changé comparativement à ce qu’elle était auparavant. La plupart des détenus s’écroulaient à droite et à gauche et l’agitation régnant auparavant avait laissé la place à une tranquille lassitude. Avec une poignée d’autres, Marius et Joe restaient alertes ; fourbus, mais alertes. Dredd essaya de prendre un peu d’eau sur un robinet, mais ce fut peine perdue : l’eau n’était allumée qu’aux heures prévues.

« Pas de passage par les mines. Il faudra trouver un autre moyen, » dit l’ancien Juge sous le regard curieux de l’ancien militaire ashnardien. « Ces combats dont tu parles : explique-moi comment ça marche et comment on entre. »

   Il n’allait pas continuer à trimer dans les mines, à attendre qu’un perp décide de lui coller une pioche dans l’occipital ou qu’une mauvaise journée lui vaille une punition mortelle. Il avait tout intérêt à jouer sur ses forces, d’autant qu’il était maintenant certain que les mines n’étaient pas une sortie.
Journalisée

DC _ Lamnard Kystrejfter

Judge Dredd et les contenus associés sont la propriété de 2000AD Comics, société basée au Royaume-Uni.

The Suicider
Humain(e)
-

Messages: 31



Voir le profil
Fiche
« Répondre #9 le: Octobre 08, 2018, 01:08:33 »

Il n’y avait pas besoin de gardes, et il aurait été dangereux d’inclure des Tekhanes là-dedans. Outre les risques à leur sécurité, les gardes étaient toujours le relais entre la prison et le monde extérieur. Le constat était simple : sans gardes et sans visites, il n’y avait aucun moyen que les prisonniers obtiennent des éléments de contrebande venant de l’extérieur de la prison. Il arrivait parfois que, lors de contrôles, les contremaîtres trouvent des objets de contrebande. Ces évènements donnaient lieu à des enquêtes drastiques, car toute faille, même minime, était une brèche dans la réputation d’inviolabilité de la Prison Eternum. En ce qui concernait le travail forcé, Eternum appliquait une politique stakhanoviste. Du moins, c’est ce que Marius aurait pu dire s’il avait connu la Terre.

La logique était simple : forcer les mineurs à travailler, et à remplir leurs quotas de production. Pour ça, les surveillants faisaient une moyenne de production entre les différents blocs, et, à la fin de chaque semaine, les blocs les moins productifs étaient sanctionnés. Il était impossible de s’assurer de la fiabilité des chiffres annoncés, car aucun bloc ne communiquait entre eux. Il était donc possible que les chiffres soient gonflés sur certains blocs. Le système marchait plutôt bien, car les punitions, comme Dredd le découvrit, portaient sur des restrictions de nourriture ou d’alimentation en eau. Comme quoi, même face à des gens qui n’avaient plus rien, il était toujours possible de les priver davantage. C’était donc un système redoutable d’autocontrôle qui ne pourrait se vriller que si chaque bloc refusait de travailler. Une grève générale. Certains prisonniers affirmaient qu’il y avait déjà eu des grèves générales, des révoltes. Marius ne pouvait qu’observer qu’elles n’avaient jamais pu débouter sur quelque chose de concret.

En une journée, Joe Dredd comprit toutefois le piège que constituait une fuite par les grottes. Les mines étaient un réseau très complexe, avec des galeries éclairées et consolidées. Il existait toutefois de multiples couloirs détournés, des chemins plus sinueux, l’ensemble formant un véritable labyrinthe. Seul un fou oserait s’aventurer là-dedans. Cette journée de minage fut du reste plutôt calme, puisqu’aucun monstre nécrophage ne vint les attaquer. Marius utilisait sa pioche, découpant des morceaux de roches, les évacuant ensuite sur des chariots, à la recherche de précieux minerais. Une vie de labeur, répétitive et abrutissante, qui se termina quand une alarme rouge résonna.

Marius rendit ensuite son matériel, et passa dans l’un des sas permettant de quitter le complexe minier. Ils avaient une demi-heure à compter de la sonnerie pour sortir. Au-delà de ce délai, les sas se verrouillaient automatiquement. C’était là que les gens tentaient de fuir, attendant la sonnerie. Toutes les lumières se coupaient, ainsi que les caméras de surveillance, et ils pouvaient alors tenter la grande aventure. Pour les plus heureux, des mineurs retrouvaient leurs cadavres lors de nouvelles excavations.

« Il faut trouver un accès à l’Outremonde, répétait sans cesse un prisonnier drow, enfermé ici après avoir empoisonné un banquet royal, provoquant de multiples décès. Plus nous creuserons en profondeur, et plus nous avons de chance de trouver un accès. Une fois là, mes frères nous aideront.
 -  Tu délires ! répliquait alors un autre prisonnier, un nain sanguinaire et psychotique qui, armé d’une hache, avait massacré une auberge. Ces mines que nous creusons ne sont pas des mines naines. Et, si les nains n’ont pas creusé ici malgré les minerais, c’est la preuve que l’endroit est dangereux. Si nous creusons jusqu’à l’Outremonde, on tombera surtout sur un nid de monstres !
 -  Il faut remonter lors des inondations, avançait plutôt un ingénieur humain, qui avait construit un aqueduc, et s’était retrouvé à Eternum pour avoir volontairement trompé le maître d’ouvrage, installant du matériel défectueux et instable, ce qui avait provoqué l’effondrement de l’aqueduc, et la destruction d’un village entier, englouti sous les eaux et le béton. En suivant les mouvements de l’eau, nous pouvons voir d’où l’eau vient, et ainsi trouver une brèche potentielle. »

Marius avait pour habitude de les laisser parler. Sale et noirci par la suie et le soufre, il s’était lavé sobrement. Il y avait des douches communes, que les prisonniers utilisaient, avec de l’eau qui venait automatiquement. Désormais propre, l’ancien Ashnardien s’était assis sur une table dans un coin de la cour, et sortit de ses pensées quand Dredd s’approcha de lui.

Rapidement, l’homme avait exclu l’idée des mines, et Marius sourit doucement.

« Tu penses encore à t’évader ? Bah, ce n’est que le premier jour, après tout, je peux comprendre cela. »

Lui aussi avait fonctionné comme ça, après tout.

« Tu vois, aux yeux du monde, nous sommes tous morts. Tu sais ce qu’on dit ? On offre le choix au condamné à mort : soit la pendaison, soit une incarcération à Eternum. Neuf fois sur dix, on choisit la corde, et on nous envoie ici. Tu n’as encore rien vu des surprises de cette prison, crois-moi. Mais bon, pour te répondre... »

Marius soupira brièvement, se massant l’arrière du crâne, avant de poursuivre :

« Comme nous ne servons à rien, nos geôlières ont eu la bonne idée d’organiser des jeux télévisés mortels. Il y en a de différents types, mais, en ce moment, ce qui cartonne, ce sont des combats à mort dans des arènes. Si tu veux y participer, il n’y a pas cinquante solutions. Montre que tu es un cogneur. Tu as déjà bien commencé ce midi, hein... Il y a des tournois clandestins, des arènes de combat. Nos geôlières sont au courant, et recrutent parmi les pugilistes. »

Pour le reste, Marius ne savait pas grand-chose des critères précis. On ne les lui avait pas demandés, il avait juste reçu la proposition, et, comme tout un chacun enfermé à Eternum, l’avait évidemment accepté. Qu’avait-il à perdre ? Un changement dans une routine cadenassée et verrouillée, c’était une véritable bouchée d’oxygène. C’était à Eternum, ou plus généralement dans toute prison, qu’on réalisait toute la sagesse de ce vieux dicton populaire...

...L’Enfer, c’est la répétition.
Journalisée


DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.

Tags:
Pages: [1]
  Imprimer  
 
Aller à:  

Powered by SMF 1.1.20 | SMF © 2006-2007, Simple Machines
Awake and Dreaming - Le Grand Jeu
ChatBox