banniere
 
  Nouvelles:
Pour participer à l'évolution du forum et faire entendre votre voix, n'oubliez pas de vous inscrire sur la liste des électeurs ! Vous aurez ainsi accès aux sujets sur lesquels le Staff consultera les membres. Plus d'informations ici !

Liens utiles: Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Cacher les avatars

Le Grand Jeu - Forum RPG

Bad langage Discrimination Drugs Sex Violence Gambling

Bonjour et bienvenue.

Ce forum présente des oeuvres littéraires au caractère explicite et/ou sensible. Pour ces raisons, il s'adresse à un public averti et est déconseillé aux moins de 18 ans. En consultant ce site, vous certifiez ne pas être choqué par la nature de son contenu et vous assumez l'entière responsabilité de votre navigation.

Bonne visite ! :)

Pages: 1 [2]
  Imprimer  
Auteur Sujet: A toute défaite sa victoire [Lamnard & Véra]  (Lu 559 fois)
Véra
Avatar
-

Messages: 41



Voir le profil
Fiche
« Répondre #15 le: Juillet 23, 2018, 09:56:15 »

Véra avait offert à Lamnard une solution de rêve, a priori, pour se sauver, lui, et son équipage. S’envoyer en l’air avec elle. Une « punition » qui ressemblait à une bénédiction, vu la beauté redoutable de la Marquise. Cependant, Lamnard allait vite découvrir que, sous ses airs affriolants, Véra n’était pas une simple bourgeoise en manque qu’on pouvait rapidement satisfaire. Il la besognait dans son dos, et ne tarda pas à jouir. Elle soupira en sentant son sperme en elle, et, tandis que l’homme se vidait, les yeux de Véra s’illuminèrent de rose pendant quelques secondes. Un sourire perlait malicieusement sur le coin de ses lèvres, et elle sentit les mains fermes de Lamnard la retourner, et soulever ses jambes. Véra était fort heureusement très souple, et sentit son corps partir vers le haut, avant que ses jambes ne partent vers le sol. Son corps décrivit donc un arc à hauteur de son bassin, mettant en valeur son bassin, et elle sourit devant l’homme.

« Oh, j’ai de nombreux amants très talentueux, Lamnard, ainsi que des amantes... Mais je crois trouver chez toi une authenticité touchante... Même si tu as l’air de manquer d’expérience avec le beau sexe. »

Vu la vitesse à laquelle il avait joui, il devait davantage passer son temps à manipuler son drakkar plutôt qu’à coucher avec des femmes. Un tel gâchis ! Véra était bien le genre de femme à redonner au sexe toute son importance. Elle sentit le sexe de l’homme revenir, et ses pupilles s’illuminèrent à nouveau. Ses doigts remuèrent alors, des particules violettes dansant au bout de ses ongles, et une lueur violette entoura alors la verge de Lamnard, la gonflant, la durcissant, et lui arrachant des soupirs.

« Tu as joui en moi... Ton délicieux foutre est dans mon ventre. Tes pulsions m’appartiennent donc. Tu sais, j’ai découvert que les humains pouvaient se montrer très énergiques, sexuellement parlant... Mais nos pulsions sont inconsciemment brimées par notre corps. Mais pas question de te brimer ce soir, mon Barbare. Laisse-moi te donner un coup de pouce... »

Pour l’heure, Véra était dans une position humiliante, mais, dans les faits, c’était elle qui menait la danse. Elle hurla alors en sentant la verge de l’homme, s’accompagnant de doigts qui s’enfoncèrent dans son fondement. La Marquise soupira encore, se pinçant les lèvres, et se tortilla sur place.

« O-Ouuuui, haaaa... Vas-y, hmmm... Montre-moi la sauvagerie des barbares, haaaa... !! BAISE-MOI, ALLEZ !! » hurla-t-elle.

La Marquise était clairement en train de prendre son pied, et, tout ce qu’elle espérait, c’est qu’il allait continuer comme ça, car, même si elle lui donnait un coup de pouce, c’était avant tout à lui d’être suffisamment excité par elle, et suffisamment enduré, pour pouvoir s’occuper d’elle comme elle le voulait.
Journalisée


DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
Lamnard Kystrejfter
Humain(e)
-

Messages: 320


Chegnar Guevaring


Voir le profil
Fiche
Description
Ancien esclave nexusien, c'est un orateur et un mystique, fort et agile, qui a pris les armes contre ses maîtres et suit depuis la voie d'un homme libre.
Un temps résident de Son'Da, il a quitté la ville pour mener sa lutte personnelle contre les esclavagistes, écumant côtes et cours d'eau par bâteau.
« Répondre #16 le: Juillet 24, 2018, 07:24:48 »

Ce n'était pas tant que Lamnard manquait de pratique ; au contraire, même. Véra aurait sûrement été trop contente de savoir qu'elle l'excitait simplement à l'excès. Pour une étrange raison, haine et amour étaient des émotions partageant beaucoup dans leurs effets, et la haine du pirate pour la Marquise valait bien l'amour entre deux âmes sœurs. Sans vouloir son bien, il la prenait avec une ferveur qu'un amant dévoué aurait bien donnée ; mais sa ferveur était dans la violence et l'usage de son corps, pas dans la recherche du bonheur et de l'accomplissement. Il la prenait ainsi parce que, dans le cas contraire, il aurait bien pu la tuer.

Étonnamment, malgré son départ très direct, qui pouvait laisser craindre une surchauffe précoce, il se sentait encore battant et plein d'énergie. Dans la position actuelle, il ne pouvait pas voir les lueurs roses dans les yeux de la fausse soumise, mais qu'aurait-il pensé s'il avait su qu'elle le boostait pour cumuler de la magie rose ? Probablement rien, ou sinon il aurait apprécié cette occasion de se défouler davantage en elle. Il l’aurait volontiers nourrie jusqu’à ce que l’envie lui passe s’il pouvait se défouler encore plus sur elle, et épuiser jusqu’à son désir de la combattre.

Il éjacula une deuxième fois dans sa chatte après, cette fois, un temps très appréciable. Ce faisant, il sortit de ses deux trous et la laissa un instant dans le doute. Avait-il terminé ? Est-ce qu’il allait sauver si peu de ses hommes ? Non. Il passa sa main sur son sexe couvert de fluides intimes et les répandit sur son anus, plongea deux doigts pour la lubrifier quelque peu. Ce n’était pas qu’il pensait à son confort à elle, il préférait largement que ça glisse un peu plutôt que ce soit râpeux.

Comme elle pouvait le deviner, il passa donc cette fois sa verge dans son derrière, l’enfonçant en quelques coups, forçant les parois à s’écarter sur son passage comme s’il enfonçait les portes d’un bastion ennemi avec un bélier. Elle ne tarda pas à sentir ses couilles contre son entrejambe. Il s’était complètement enfoncé en elle et, sans la laisser respirer et en poussant des grognements de plaisir, il reprit sa besogne dans ce trou comme il l’aurait fait dans l’autre. Il lui arrachait des cris de plaisir et enfonça quelques doigts dans sa chatte pour la doigter énergiquement, répandant sa cyprine sans lui donner l’occasion de laissé ce trou déjà bien écarté se refaire une santé.

« Est-ce que les Ashnardiens ont des jouets pour adultes, ou est-ce que vous vous contentez de ce genre de simplicités ? »

Il se doutait bien qu’elle possédait toute une collection d’objets dédiés à son plaisir, et il voulait y avoir accès pour poursuivre. Il lui en fallait plus, et elle ne pouvait pas refuser l’opportunité offerte par un partenaire joueur.
Journalisée

Véra
Avatar
-

Messages: 41



Voir le profil
Fiche
« Répondre #17 le: Août 02, 2018, 10:34:26 »

L’homme avait une certaine maîtrise, Véra put rapidement le sentir. La manière dont il maniait sa verge, la façon dont il la pénétrait... Tout ça témoignait d’une vigueur et d’une expérience certaine. Il était tout simplement impossible de réussir de tels gestes, d’avoir une telle maîtrise de soi en la matière, sans avoir pratiqué un minimum. Tout ça excitait davantage la Marquise, qui était effectivement très heureuse de tomber sur un amant qui puisse être à même de satisfaire ses fortes pulsions sexuelles. L’homme se déchargea à nouveau en elle, et elle soupira longuement. Las, l’homme la priva de peu de son orgasme, ou, plutôt, le retarda. Véra mouillait en effet férocement, et, quand Lamnard glissa son membre dans son cul, la Marquise poussa un hurlement, sentant qu’elle allait jouir ainsi. Elle aurait pu tricher, recourir à la magie rose pour tenter de ralentir, mais, après tout, Lamnard avait beaucoup d’hommes à sauver, et leurs vies étaient suspendues aux orgasmes de la puissante Marquise.

« La... Lamnard, haaaa... Hmmmm... !! »

Il était impossible de simuler une telle fougue, une telle énergie, impossible de croire qu’il puisse être forcé. Il avait envie du corps somptueux de la Marquise. Une envie furieuse qui l’amena à explorer son autre trou, déjà visité par ses doigts. Véra soupira à ce contact. Lamnard allait vite réaliser que Véra avait toujours eu un petit faible pour la sodomie, et son cul était des plus agréables. Le membre du Barbare s’y enfonça donc, et la Marquise frémit sur place, avant de sentir des doigts s’enfoncer dans son intimité ruisselante.

Véra couina encore, gémissant longuement. Ses mains se crispèrent sur le sol, et elle ne répondit pas immédiatement aux questions de Lamnard. Au lieu de ça, l’une des lanières en cuir circulant sur son corps se déplaça d’elle-même, aimantée par la magie de la femme, et s’enroula autour de la taille de l’homme, avant de revenir s’attacher à une autre lanière. Et cette ceinture improvisée se mettrait à serrer si jamais Lamnard faisait mine de se retirer. Il était ainsi condamné à la sodomiser, et à jouir en elle une troisième fois.

« Lààà, lààà... »

La Marquise se pinça les lèvres, et eut son orgasme. Et une vague de magie rose jaillit de son corps, frappant Lamnard, le faisant jouir à son tour. C’était aussi comme ça que ça marchait. Chaque fois que Véra jouissait, la magie rose jaillissait d’elle-même. Le Barbare se relâcha donc une troisième fois, et la lanière l’immobilisant se retira. Véra se redressa ensuite, un sourire sur le coin des lèvres, ses cuisses trempées, sperme et mouille dégoulinant sur le sol.

Sa main caressa le visage en sueur du Barbare, et elle l’embrassa tendrement sur les lèvres.

« Tu viens de sauver la vie d’un de tes camarades, Lamnard.... »

Véra claqua ensuite des doigts, et un miroir s’illumina brusquement, se transformant en un Portail, donnant sur une grande pièce sombre. Des bougies s’allumèrent à l’intérieur, montrant des murs froids, et divers instruments sexuels variés : chevalet, croix de Saint-André, chaînes...

« Voilà mon donjon personnel. »

La Marquise traversa le portail, se retrouvant de l’autre côté. Il y flottait une doucereuse odeur de sexe, car, même si Véra faisait fréquemment le ménage, l’endroit était très renfermé, de sorte que les amants venant ici laissaient encore leur odeur pendant un certain temps.

« Je suis disposée à te laisser encore diriger les choses, Lamnard... Montre-moi de quoi tu es capable, fais parler ton imagination. Après tout, tu as encore beaucoup de tes hommes à sauver. »
Journalisée


DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
Lamnard Kystrejfter
Humain(e)
-

Messages: 320


Chegnar Guevaring


Voir le profil
Fiche
Description
Ancien esclave nexusien, c'est un orateur et un mystique, fort et agile, qui a pris les armes contre ses maîtres et suit depuis la voie d'un homme libre.
Un temps résident de Son'Da, il a quitté la ville pour mener sa lutte personnelle contre les esclavagistes, écumant côtes et cours d'eau par bâteau.
« Répondre #18 le: Août 07, 2018, 01:21:35 »

Quelque chose l'avait inondé quand elle avait joui. Non, ce n'était pas le lubrifiant délicieusement dosé dont elle gratifiait son organe conquérant, c'était quelque chose d'autre. Pendant un instant, une vague de puissance, comme celle qu'on ressent en passant trop près d'un éclair, avait pris son contrôle, insuflé en lui une nouvelle énergie. Il avait joui en elle comme il avait rarement joui, et de façon inattendue en considérant le temps déjà passé à la travailler. Ce n'était pas l'excitation subtile née des jeux pervers de la Marquise. Il soupçonnait fortement une magie qu'il n'avait jamais rencontré. Il lui avait bien semblé sentir une force tierce derrière la fureur de ses pulsions, et il était presque sûr d'en sentir les effets, encore, aussi sûr qu'il sentait la morsure du cuir là où la lanière avait pris possession de son corps.

Le miroir de transport, c'était quelque chose qu'il avait déjà vu. C'était un gadget très populaire chez les ultrariches, et les mages les préféraient à des sorts complexes pour leurs trajets courants. Nul doute que le trajet qu'offrait celui-ci était couramment emprunté par Véra. Les marchands et esclavagistes pouvaient s'en servir pour dissimuler le gros de leur fortune, et Kystrejfter s'était senti las de n'avoir jamais réussi à deviner la manipulation unique requise pour activer le mécanisme et choisir la destination. Il voyait ici un miroir en action pour de vrai, mais, bien sûr, Véra avait usé d'un sort pour l'activer sans que le captif puisse deviner le code. Quoi qu'il arrive, elle ne se laissait pas dépasser. Comme toujours, Lamnard se sentait frustré et respectueux face à elle. A moins d'être réellement de mauvaise foi, il était bien impossible de ne pas admirer sa force. C'était assurément un adversaire formidable, par ses sorts, son endurance et son intelligence.

L'arrivée dans le donjon personnel de Sa Grâce Véra fut une expérience assez troublante. Il pensait bien savoir ce qu'était un donjon, mais la description ne collait pas vraiment avec ce qu'il découvrait ici. Il fit connaissance avec l'endroit tandis que Véra lui faisait faire le tour du propriétaire. Il considérait chacun des objets en cherchant leur utilité en matière de sexe. Il reconnaissait des jouets répandus, mais d'autres étaient plutôt proches des instruments de torture avec lesquels les esclaves ashnardiens avaient un passif intimiste. Lamnard avait eu la chance de ne pas en souffrir, les Nexusiens se contentant du fouet. Il avait entendu les histoires de certains à son bord, cela dit. Le souvenir lui causa un frisson. Il avait remis en question certains récits, mais, maintenant, il comprenait.

" C'est vrai, j'ai beaucoup d'hommes à secourir. Il vaudrait mieux que je ne t'ennuie pas. "

Ce n'était pas une blague cynique ou une remarque acerbe, simplement un fait. Le Nordique n'avait pas le droit de la décevoir. La servir aujourd'hui était sa mission.

Tandis qu'il finissait ces mots, d'ailleurs, il lui prit le poignet, la tirant sans violence, mais avec autorité, vers un espace vide où pendaient des chaînes. Il apprécia la lueur de défi et d'excitation dans les yeux de la sorcière quand il lui intima sans un mot d'obéir. Elle aimait commander, dicter ses conditions, mais, à ne pas s'y tromper, elle aimait parfois être dominée. Il n'osait espérer que ce serait le cas jusqu'à la fin, cela dit. Viendrait un moment où elle voudrait reprendre ses droits et réaffirmer sa position. Mais en attendant, elle voulait se faire rappeler certains plaisirs simples.

Le grand blond lui menotta les poignets aux chaînes du plafond. Au sol, il tira d'autres chaînes qui vinrent se refermer sur les chevilles de la maîtresse des lieux. Il trouva facilement le fonctionnement élémentaire de l'outillage, la soulevant bras et jambes écartés à quelques centimètres du sol tel un homme de Vitruve. Il y eut le silence un instant, et le viking se pencha sur la collection de jouets de Véra, n'émettant pas un son et restant dans son dos pour la laisser anticiper d'après les bruits qu'elle entendait.
Journalisée

Véra
Avatar
-

Messages: 41



Voir le profil
Fiche
« Répondre #19 le: Août 08, 2018, 05:57:24 »

Lamnard pouvait se sentir chanceux, et même, dans une certaine mesure, élu. Après tout, il était rare que Véra invite dès le premier soir un amant dans son donjon, et encore plus rare qu’elle invite quelqu’un sans l’attacher. Il était libre, preuve que la Marquise voulait encore jouer avec lui. Évidemment, l’homme ne pouvait rien lui faire ici que ce qu’elle ne voudrait pas. La magie de Véra était très présente en ces lieux. Elle n’avait qu’un claquement de doigts à faire, et des chaînes viendraient se saisir du guerrier. Mais Lamnard allait avoir l’occasion de découvrir que la puissante Ashnardienne avait une tolérance et une acception de la douleur particulièrement élevées.

Tandis qu’il se déplaçait, Véra se demandait s’il pouvait entendre les autres. La pièce était plutôt grande, et, avec l’obscurité ambiante, certains coins de la pièce n’étaient pas visibles, notamment d’étonnants murs « vivants ». Des peintures murales faites de latex, formant un épais quadrilatère noir où des formes remuaient à l’intérieur. Des corps piégés à l’intérieur, moulés dans le latex, qui se tortillaient sur place, gémissant lentement, leurs cris et leurs soupirs étouffés par le latex qui les recouvrait. Véra avait agencé l’ensemble de la plus redoutable des façons. La pièce était haute de plafond, avec de multiples cages de gibet et autres instruments en hauteur. Si Lamnard en abaissait certaines, il verrait ainsi des femmes sur des roues en bois suspendues en hauteur, attachées, ou dans les cages à gibet, avec des combinaisons intégrales en latex, et des vibromasseurs dans le corps. Ces femmes étaient les esclaves et les amantes de la Marquise, nourries sur place par les serviteurs spéciaux de Véra.

Mais, pour l’heure, la Marquise se concentrait surtout sur l’homme.

« Il vaudrait mieux, en effet... Mais, dans mon temple, tu as de quoi me tenir en haleine. Sauf à ce que je t’interrompe, ta seule limite est ici ton imagination. »

Preuve des perversions sexuelles de Véra suite à son séjour en Enfer, ce donjon était un véritable temple au sadomasochisme et au sexe sauvage. Le barbare finit par l’attraper, et la rapprocha d’un ensemble de chaînes avec des menottes reliées à un treuil en hauteur. Véra laissa l’homme lui attacher les poignets, puis les chevilles, avant de se déplacer vers la manivelle à proximité. Il la tourna, et les chaînes métalliques cliquetèrent en se tendant.

« Hmmm... »

Véra soupira doucement en se relevant, et les chaînes s’écartèrent ensuite, tirant sur ses poignets et sur ses chevilles. Silencieuse, elle aurait pu user de sa magie pour voir ce que Lamnard faisait... Mais elle le laissa faire, serrant les poings, attendant de voir jusqu’où l’homme serait capable d’aller.

Et elle devait bien admettre que cette scène l’émoustillait tout particulièrement...
Journalisée


DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
Lamnard Kystrejfter
Humain(e)
-

Messages: 320


Chegnar Guevaring


Voir le profil
Fiche
Description
Ancien esclave nexusien, c'est un orateur et un mystique, fort et agile, qui a pris les armes contre ses maîtres et suit depuis la voie d'un homme libre.
Un temps résident de Son'Da, il a quitté la ville pour mener sa lutte personnelle contre les esclavagistes, écumant côtes et cours d'eau par bâteau.
« Répondre #20 le: Août 10, 2018, 07:01:25 »

Lamnard avait apporté avec lui quelques jouets. Sur une petite table portée près de la scène, il avait disposé certains effets qui ne manqueraient pas de séduire la Marquise. Ses yeux s'habituant progressivement à l'obscurité, il devinait davantage l'agencement général des lieux. Sans pouvoir en voir beaucoup, il devinait la profondeur de l'endroit, les mouvements suspects dans le noir, le cages et les instruments de torture suspendus. Il était horrifié par ce sadisme fantasque, sidéré par l'ampleur de l'insanité de Véra, et pourtant, en ces lieux, il ne songeait lui aussi qu'à tirer du plaisir de son mal. C'était comme si l'endroit était chargé d'une puissance tirant les instincts vicieux des tréfonds de l'âme de ses visiteurs. Etait-ce pour cela qu'elle l'avait mené ici ? Parce qu'elle avait capté quelque chose en lui ? Lamnard avait toujours su qu'une cause difficile, qu'une révolution nécessitait des actes discutables. Kystrejfter était un avatar de sa révolution, c'était ce qu'il se disait. Pourtant, il était peut-être aussi une part de lui s'exprimant par le meurtre et la destruction ?

Il ne voulait pas penser. Il voulait s'évader. Instinctivement, il avait saisi un fouet à plusieurs lanières, relativement fines, rien de bien douloureux à priori. Véra avait forcément reçu pire châtiment dans sa vie, mais il ne s'agissait pas là de la maltraiter seulement pour la maltraiter. Il fallait la stimuler, la préparer. Le blond fit tourner quelques fois les lanières de cuir avant de les faire claquer de bas en haut contre les fesses de la Marquise, une fois seulement. Il la laissa couiner de surprise, la laissa se trémousser en cherchant à savoir quand viendrait la suite. Il jouait avec elle et ne la laissa pas attendre trop longtemps. Les lanières tournèrent à nouveau, revinrent flageller ses cuisses et ses fesses, cette fois sans arrêter, et de plus en plus vite. Le claquement d'abord finaud et gentil accéléra jusqu'à ce que le cuir siffle entre chaque coup et que les gifles claquent sa peau avec intensité.

Il s'arrêta avant que le jeu devienne ennuyeux ou vraiment douloureux, mais ne la lâcha pas pour autant. Il vint se coller derrière elle, passant un bras autour de son corps pour la saisir par la gorge et la tirer vers lui. Bien que surélevée, la petite Marquise restait à bonne hauteur pour que son amant puisse en profiter. Elle pouvait sentir sa verge gorgée d'excitation presser entre ses fesses, frôler son anus, glisser entre ses cuisses et venir taquiner sa petite chatte humide. Il lui mordit l'oreille, lui lécha la nuque, prit une voix chaude et intense.

" Patience. Tu vas prendre ton pied. Je m'échauffe seulement. "

Se faisant, il la relâcha et elle put sentir le toucher frais et familier du bout d'une cravache caresser ses cuisses et s'aventurer entre ses jambes, tapotant, pressant ses lèvres, glissant vers sa croupe en n'oubliant pas de câliner les deux orifices. A peine le dos atteint, elle siffla, s'abattit sur sa chute de reins dans un claquement sec et sonore. Elle se reprenait à peine du premier coup qu'un deuxième s'abattit sur le côté d'une fesse, puis rebelotte sur la suivante. Il frappa ainsi en cadence, changeant chaque fois d'angle, frappant sans annoncer l'endroit. Il étendit ses frappes à ses cuisses et à son dos. Il voyait rouge, comme en pleine bataille, comme quand il faisait couler le sang de l'ennemi, et tirait un plaisir sadique à le faire. Et ses cris de plaisir l'encourageaient à poursuivre son ouvrage.
Journalisée

Véra
Avatar
-

Messages: 41



Voir le profil
Fiche
« Répondre #21 le: Août 13, 2018, 12:59:37 »

Peut-être était-ce une conséquence résultant de son séjour en Enfer ? Côtoyer tant de démons pouvait faire tourner la tête, et la Marquise, quand elle était revenue sur Terra, et quand elle avait pris le contrôle de ce marquisat, y avait vu l’occasion de satisfaire ses plus inavouables penchants. Ashnard avait au moins l’avantage de vous permettre de vivre pleinement votre sexualité, et la Marquise ne cessait jamais de s’afficher ainsi, ne dissimulant jamais ses véritables formes, les mettant au contraire en valeur. Elle était une beauté redoutable, magnifique, pulpeuse, qui aimait s’afficher ainsi, et faire tourner les têtes. Sentir les érections de ses subordonnés lors de conseils de guerre était toujours un grand plaisir pour elle. Lamnard arriverait-il à être à la hauteur ? Ainsi attachée, Véra savait qu’elle allait bientôt le savoir… Et sentit le tranchant du fouet s’abattre sur son corps.

« Haaa ! »

Un cri s’échappa de ses lèvres. Gémissement de douleur et de plaisir, qui se dupliqua quand le fouet fendilla l’air à nouveau, et s’abattit encore sur elle. D’onctueux claquements, s’accompagnant de frissons de douleur. Le barbare avait une main ferme, une poigne assurée, des muscles solides, ce qui lui permettait de battre la femme sans difficulté, de la fouetter à plusieurs reprises. Véra soupirait longuement, sentant le fouet venir encore, s’abattant régulièrement. Cherchant à éviter la routine, Lamnard s’arrêtait parfois, avant de reprendre. Elle l’entendait grogner, et elle-même ne se privait pas de hurler. Comme elle le lui avait dit à plusieurs occasions, la douleur ne l’effrayait pas. Bien au contraire. La douleur était exquise, savoureuse, et, plus elle avait mal, plus elle était vivante. En Enfer, elle avait souffert, tant et si bien qu’elle avait souvent frôlé la mort, et, dans ce genre de cas, la douleur elle-même partait. Quand la douleur revenait, Véra se sentait revivre. De cette manière, l’ancienne esclave avait appris de la main du démon l’ayant formé à devenir une démone, à apprécier la douleur pour ce qu’elle était.

Lamnard la fouetta donc pendant un moment, avant de se rapprocher d’elle. Le corps en sueur, Véra sourit en sentant son érection, son corps se collant au sien. Sa queue caressait ses fesses, s’approchant de son intimité, un contact qui faisait frémir la Marquise, l’amenant à se mordiller doucement les lèvres. Elle tourna lentement la tête vers son amant, souriant toujours malicieusement.

« C’est un bon début, tu as une bonne poigne, Lamnard… Mais j’ai été battue en Enfer par des fouets enflammés, mordue par des serpents… Tu n’as aucune idée de ce que j’ai pu traverser, mon beau. Tes réjouissances sont agréables, toutefois… »

Elle le narguait, mais elle était aussi sincère. Elle avait jadis été une esclave innocente, sacrifiée sur le bûcher, et transformée en démone. Le démon ayant veillé sur elle avait remodelé son esprit, mais aussi son corps, en meurtrissant sa chair. Véra avait eu l’occasion de souffrir énormément. Elle sentit ensuite une cravache s’abattre sur elle, lui arrachant quelques cris supplémentaires.

« Haaaa… La… Lamnard, haaaa… !! Hmmmm… !! »

Les provocations de Véra avaient visiblement eu l’effet escompté, amenant l’homme à la battre plus sèchement. Les hurlements de Véra formaient une délicieuse symphonie, une série de cris jouissifs et onctueux qui emplissaient l’air, et les transportaient tous les deux dans les profondeurs de cette séance de sexe sauvage et débridé.
Journalisée


DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
Lamnard Kystrejfter
Humain(e)
-

Messages: 320


Chegnar Guevaring


Voir le profil
Fiche
Description
Ancien esclave nexusien, c'est un orateur et un mystique, fort et agile, qui a pris les armes contre ses maîtres et suit depuis la voie d'un homme libre.
Un temps résident de Son'Da, il a quitté la ville pour mener sa lutte personnelle contre les esclavagistes, écumant côtes et cours d'eau par bâteau.
« Répondre #22 le: Août 13, 2018, 03:06:37 »

   Les cris de la Marquise étaient un régal aux oreilles de cet être caché derrière le personnage moral et exemplaire de Lamnard. Kystrejfter était cet avatar redoutable et inquiétant créé pour inspirer le respect et la crainte des esclavagistes et de leurs serviteurs armés. Vaincu ce jour, il n’en gagnait pas moins une nouvelle dimension. A un moment indéterminé et de manière insoupçonnable, Kyst avait commencé à gagner du terrain sur la réalité et dans l’esprit du capitaine. Cette réalisation le ferait trembler et douter quand il le réaliserait, plus tard, et commencerait à y résister, mais à ce moment la passion dévorante déchaînée par ce double sadique était le carburant inépuisable pour parvenir au sauvetage de l’équipage entier. Il martyrisa un temps encore Véra, et bien que son corps ne porte nulle marque des sévices prétendument vécues dans le passé, force était de constater qu’elle supportait la torture avec plus de vigueur et de mordant que n’importe quel homme, et qu’elle en tirait même une puissance nouvelle.

   Kystrejfter était excité par cette énergie coulant en elle. Il la canalisa en elle tandis que sa trique se maintenait, intense et maximale, désireuse de savourer une fois de plus les plaisirs des orifices de la démone enchaînée. Quand vint le moment, elle put l’entendre jeter la cravache et approcher d’un pas rapide et enragé. Revenant derrière elle comme précédemment, il la prit cette fois dans ses bras comme un étau, comme un énorme piège destiné à l’empêcher de bouger, à éviter tout mouvement qui réprime la violence spontanée de l’instant. Il la saisit sous les cotes et autour des épaules, la ceintura littéralement, tandis que sa verge dure et droite forçait brutalement son passage entre ses fesses meurtries et dans son anus, entrant en elle sans à-coups ni pause. Il la tirait littéralement contre lui tandis que lui-même se portait contre elle avec puissance, forçant ses parois à s’écarter sur son passage, enfonçant le barrage comme un bélier enfonce une porte. Il rugit de plaisir en libérant l’instinct furieux de son double guerrier.

« Ne crie pas ta douleur, sorcière, et crie ton plaisir ! Je n’en ai pas fini avec toi ! »

   Et tandis qu’il prononçait ces quelques mots entre des dents serrées, il dévoila à ses sens volontairement restreints la présence d’un jouet qu’il ne lui avait pas encore révélé. Tandis qu’il s’installait dans son fondement en sifflant de plaisir, il relâcha un de ses bras pour glisser devant elle une sorte de matraque courbe à la garde ronde ; moins instrument de plaisir qu’outil d’abus, le godemiché brillant d’un lubrifiant naturel précieusement gardé par la Marquise trouva le chemin de son autre orifice, vint se faire un chemin dans son vagin trempé en frottant la queue du pillard en elle tout en appliquant quantité de caresses à ses parois, car l’objet n’avait ni la surface d’une verge ni celle d’une matraque, mais un complexe réseau de reliefs destinés au plaisir de la femme. Véra, immobilisée par les chaînes et une main agrippée à ses cheveux bruns, se fit ainsi assaillir par deux endroits à la fois avec brutalité et acharnement, le gode astiqué dans sa chatte brûlante pendant que le prisonnier profitait de l’étroitesse de son cul pour prendre un plaisir débridé et grogner.

« Je vais t’arracher jusqu’à la dernière goutte de ce maléfice avec lequel tu me tiens ! »
Journalisée

Véra
Avatar
-

Messages: 41



Voir le profil
Fiche
« Répondre #23 le: Août 19, 2018, 10:02:11 »

Qu’avait-elle senti en lui, initialement, pour prendre le risque de lui offrir les rênes de leur jeu ? Elle avait été attirée par son charme physique, par cette lueur d’intelligence qu’elle avait vu en lui, et par son charme exotique. Un beau Barbare rien que pour elle, un homme qu’elle poussait dans ses retranchements, mettant sa loyauté à l’épreuve, au profit de sa répulsion et de l’inacceptable attirance qu’il ressentait pour elle. Tout ça, la Marquise le sentait, et, naturellement, elle en jouait beaucoup. Se tortillant doucement sur place, elle soupirait en sentant son corps être mis à rude épreuve par les coups de cravache. Comme possédé par un démon, Lamnard la rouait littéralement de coups, faisant rougir le dos de Véra, ainsi que ses magnifiques fesses, jusqu’à ce que le Barbare ne se calme. Elle sentait sa soif, son énergie, et, quand il se blottit contre elle, perçut également sa sueur, ainsi que sa superbe érection. Ici, dans ce temple de désir, ce sanctuaire du stupre, la fatigue avait tendance à disparaître, à s’amenuiser au profit du désir sexuel, un désir fort et intense qui ne demandait qu’à se libérer, et qu’à s’exprimer.

« Hooo, Lamnard... »

La Marquise se pinça les lèvres en sentant le sexe de l’homme caresser ses fesses, et elle remua doucement sur place, afin de l’aider à aligner sa queue avec son cul. Ses mains serraient sa taille, sous les épaules, l’écrasant, et elle se pinça plus fortement les lèvres en sentant la pointe de la lance heurter sa chair. Un frisson la traversa ensuite, puis Véra ferma les yeux, et poussa un léger cri, s’accompagnant ensuite d’un hurlement diffus. Son corps se mit à trembler sur place, et elle couina une nouvelle fois, essayant de se contrôler, avant de sentir l’homme donner un solide coup de reins, ce qui lui arracha un hurlement supplémentaire. Véra se crispa sur place, des gouttes de sueur venant glisser le long de son front, et banda les muscles, avant de sentir la queue de Lamnard se glisser encore progressivement un chemin, s’instillant en elle, forçant le passage, lui arrachant des soupirs et des cris supplémentaires.

Dans son dos, Lamnard lui intima de ne crier que de plaisir. Las, c’était là une tâche impossible, contraire à l’essence même du sexe, car le sexe était un mélange de douleur et de plaisir. Les deux sensations se mélangeaient ensemble, comme deux couleurs pour former une couleur unique et magnifique. Véra hurlait donc, crachant parfois sa salive en sentant le mandrin de Lamnard la perforer, remontant durement en elle. Elle papillonna des yeux, reprenant son souffle, répandant encore ses hurlements, remplissant le temple de ses sons :

« HAAAAAAAAAAAAAAAANNN... !! HAAAAAAAAAAAA... !! » hurla-t-elle, s’époumonant sur place.

Sa situation n’allait toutefois pas s’améliorer, car Lamnard utilisa un autre objet, une sorte de gros vibromasseur en forme de matraque, et le planta dans son corps. Véra hurla une nouvelle fois, faisant cliqueter les chaînes, et se mit à mouiller furieusement le long de l’appareil phallique, sentant Lamnard, dans son dos, se crisper sur place, bandant ses muscles pour pouvoir mieux la prendre dans tous les sens.

« La-LAMNARD, HMMMMMMM... !! Encore, haaaaa... !! Ouuui, hmmm... »

Véra se pinça les lèvres, gémissant longuement, soupirant encore. Oh, oh, comme c’était bon ! Lamnard y allait franchement, comme elle le voulait. C’était tout ce qu’elle attendait de lui, qu’il se lâche, qu’il la roue de sexe, qu’il la noie sous la luxure et le vice ! Et tout ça était indéniablement bon !
Journalisée


DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.

Tags:
Pages: 1 [2]
  Imprimer  
 
Aller à:  

Powered by SMF 1.1.20 | SMF © 2006-2007, Simple Machines
Awake and Dreaming - Le Grand Jeu
ChatBox