banniere
 
  Nouvelles:
Le Staff est toujours à la recherche de nouvelles recrues pour différents projets, comme la Gazette ou la promotion du forum !

Pour plus d'informations, c'est par ici !

Liens utiles: Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Cacher les avatars

Le Grand Jeu - Forum RPG

Bad langage Discrimination Drugs Sex Violence Gambling

Bonjour et bienvenue.

Ce forum présente des oeuvres littéraires au caractère explicite et/ou sensible. Pour ces raisons, il s'adresse à un public averti et est déconseillé aux moins de 18 ans. En consultant ce site, vous certifiez ne pas être choqué par la nature de son contenu et vous assumez l'entière responsabilité de votre navigation.

Bonne visite ! :)

Pages: 1 2 [3]
  Imprimer  
Auteur Sujet: Café du Triomphe [PV Alexandre Dowell]  (Lu 1052 fois)
Amara
Humain(e)
-

Messages: 52



Voir le profil
Fiche
Description
Née Ashnardienne, mais fille d'esclaves, Amara s'affranchit de son passé sous le nouveau nom de Terria. C'est une grande femme qui aspire au pouvoir par tous les moyens possibles sans se soucier d'un égo ou d'une conscience. Suivant son propre code, elle cherche à trouver de nouvelles proies ou partenaires d'affaires.
« Répondre #30 le: Juillet 21, 2018, 02:57:30 »

Le feu crépitait encore dans la chambre de la demeure de Dowell. Autour, des pas révélaient encore la présence de domestiques qui se faisaient pourtant discrets. Dans la chambre, les deux principaux intéressés participaient à un théâtre d'émotions fortes. Les secousses des affrontements et de la relation faisaient frapper le lit contre le mur. Le son rythmé au coups de bassins résonnaient dans la salle et dans la demeure. Les domestiques se doutaient bien de la force et de la véracité de leur maître.

Se trémoussant les hanches comme une danseuse du ventre, les plus grands pervers de la terre avaient tout à envier à Alexandre. Lui, grand homme puissant qui pouvait diriger un spectacle, une chorégraphie des plus oniriques.

L'ancienne esclave s'oubliait peu à peu à travers l'amour du sexe, abandonnant la liberté de son meilleur jugement au profit de la luxure et du plaisir viscéral. Les douces lacérations que traînèrent ses mains étaient comme une trace de son passage. À sa surprise, Alexandre se réjouissait de la douleur. Possiblement l'immortalité avait-elle un contre-coup au niveau des sens? Allez savoir si la sensibilité était un trait mortel qui s'assombrissait lorsque consommé par la bête noire ou encore s'il était là une fausse croyance.

- « Ohm! » Ne pu retenir Terria

Le vampire déployait son charme, son sexe et son pouvoir. Tout pour ravir la jeune femme. Elle avait traversé maintes fois le pavé menant vers l'extase, à chaque fois, Alexandre y était venu déposer un nouveau plaisir.

S’empalant sur son sexe, elle connaissait bien la routine et devinait dans le regard de son amant qu'il souhait lui prouver quelque chose. Profitant du moment présent, Terria se tortillait sous les sensations veineuses qui se glissaient dans son entre-jambes.

- « Alexandre,... ouf... tu es très chaud malgré ce que laisserait croire ta... nature. Ahhh... Parle-moi... ahh... de tes autres conquêtes... hmmm! Et de la maison Dowell... » Réussit-elle à demander

La danse se métamorphosa en quelque chose de plus frénétique, un mouvement répété qui rappelait la balance à dos de cheval. Une secousse qui faisait en sorte que le sexe du vampire s’engouffrait de plus en plus à l'intérieur, reprenant son trône et sa place de choix.

Devant cette nouvelle approche, Terria décela, sans dire un mot, une idée derrière le sourire du vampire. Quelque chose l'amenait à penser que celui-ci voulait retenir son orgasme. Ainsi, s'invita-t-elle à ce pari, adorant la façon dont se déroulait la partie.

À son insu, la joute débutait ainsi, à savoir qui d'entre eux, une désabusée du sexe et un vampire endurci allait se soumettre au luxe de la chair en premier. Tout cela, sous le couvert d'une conversation maintenue.

La chevelure de la belle était maintenant plus volumineuse due à la sueur qui s'était accumulée. Son teint roux n'était pas moins fané, car la rougeur de sa peau s'accouplait bien à la couleur de feu de son poil; ce qu'Alexandre avait pu confirmé une fois l'accès au jardin intime dévoilé.

Malgré tous leurs ébats, le vampire demeurait blanc, mais certaines de ses extrémités avaient empruntées le rose de la chair. Les yeux froids et le regard perçant d'Alexandre séduisaient Terria, qui adorait par dessus tout les hommes forts et vifs d'esprit. Elle vint y déposer un regard d'admiration et ses lèvres pour le goûter encore une fois.

- « Domestique! » Appela-t-elle

À peine eu-t-elle le temps d'interpeller que la porte se mit à cogner avant de s'ouvrir timidement. Le grincement suggérait l'hésitation de la personne.

Ce ne fut sans surprise que Terria vit une charmante dame; après tout Alexandre semblait savoir comment bien s'entourer. La domestique avait été contraint de porter des habits des plus suggestifs, sans toutefois paraître trop évidents pour la bonne forme. Ses cheveux, brun clairs, avaient été soigneusement brossés et attachés sous un bonnet de façon à laisser le moins de saleté corporelle dans la demeure exemplaire de l'ashnardien. Malgré son beau visage, celle-ci n'arrivait pas à la cheville de Terria pour la voluptuosité du corps. Ses traits fins en faisaient toutefois une ménagère hors pair pour récurer les endroits les plus étroits. C'était sans doute là son seul point fort, l'étroitesse de son entre-jambes.

Par respect, elle évitait de croiser le regard de son maître ou encore de l'invitée de ce dernier. De sa position, Terria souriait, mais arborait à l'intérieur d'elle-même un plaisir nouveau de sa nouvelle position. Elle laissa le temps couler un moment, faisait patienter la servante devant les plaisirs des amants. Une gêne fraîche venait éclairer le visage de la domestique et Terria se ravit de ce nouveau rapport. Était-ce le sang qui avait coulé dans son dos et pendait de sa lèvre ou encore l'odeur forte des rapprochements intimes des deux amants?

Elle échangea un regard complice avec Alexandre avant de donner son premier ordre.

- « Un grand verre d'eau, de la glace et du bon vin! »

Terria avait un jeu en tête et tout à offrir à Alexandre.
« Dernière édition: Juillet 21, 2018, 03:25:10 par Amara » Journalisée

Alexandre Dowell
Créature
-

Messages: 188



Voir le profil
Fiche
« Répondre #31 le: Juillet 22, 2018, 11:01:14 »

Alexandre était confortablement couché sous Terria, sentant cette dernière danser sur lui. Un spectacle inouï, tout simplement, une danse exquise qui faisait vibrer le vampire. Ses mains se serrèrent sur les hanches de la femme, et il la laissa encore agir. Après tout, il lui avait donné le rôle actif, et il adorait la voir ainsi, à jouer avec son corps, à se dandiner sur place. Des formes magnifiques, un corps onctueux et savoureux, cette femme était vraiment parfaite ! Alexandre n’était pas en train de tomber amoureux, loin s’en faut, mais il appréciait clairement ce moment, cette séance délicieuse avec Terria. L’ancienne esclave, devenue désormais sa concubine, un poste important, dansait donc sur lui, et en profita pour lui demander de lui parler du clan.

Le vampire lui sourit doucement, ses mains retournant palper l’agréable cul de Terria. Il malaxait ses fesses, et, malgré la forte excitation qu’il avait, et son sexe perdu dans les cuisses de la femme, lui répondit :

« Pendant qu’on baise, hum... Ce n’est pas très courtois de parler de mes autres conquêtes, Terria, hmm... Mais, en ce qui concerne mon clan... Nous sommes... Un clan ashnardien âgé, et très bien implanté... Et, si tu me contentes bien, peut-être que je te dévoilerai un secret... »

Alexandre ne perdait jamais le nord. Il était un homme redoutable, un négociateur avisé, capable aussi bien d’être cruel que malicieux et manipulateur. Si Terria pensait pouvoir obtenir de lui des confidences intimes sur le lit, elle se trompait lourdement. Le vampire avait appris à contrôler, autant que possible, ses pulsions sexuelles, en les acceptant, et en cessant de vouloir lutter contre elles. De fait, il n’hésitait pas à utiliser sa magie pour pouvoir mieux gérer sa circulation sanguine, le taux d’adrénaline, et donc, en définitive, le désir sexuel. Il parvenait ainsi à réguler le moment de la jouissance, pour mieux satisfaire ses amantes. Et ça, Terria dut sans doute le sentir. Elle soupirait plus fortement que lui, mais, même malgré son contrôle sanguin, des plaques rouges et de la sueur se formaient également sur son torse. Ses doigts devenaient plus tendus, plus crispés. Impossible de pouvoir se contrôler à 100% dans ce genre de situations, car la passion était faite ainsi.

Le vampire retenait donc son souffle, toujours autant subjugué par la vision de ce corps qui dansait devant lui, de ces cheveux qui volaient au vent. Oh, quelle femme, quelle beauté ! Impressionnante, magistrale, toute en charisme ! Il la sentit s’abandonner finalement contre lui, et grogna longuement, fermant les yeux, sa verge recouverte de cette couche chaude de liquide... Le meilleur endroit au monde, indéniablement !

Terria reprit son souffle, et surprit alors Alexandre... En appelant d’une voix forte une domestique. Alexandre cligna doucement des yeux, avant que la porte ne s’ouvre. Il tourna la tête vers une jeune femme, Annabelle, qui rougit légèrement. Déguisée en bunny girl, Annabelle s’approcha lentement.

« Vous... Vous m’avez fait mander, Maître ? »

Alexandre observa Terria pendant quelques secondes, puis regarda encore Annabelle. Il était pris sur le fait, mais les serviteurs étaient habitués à ce que leur Maître soit en pleine action.

« Annabelle, je te présente Terria... Ma nouvelle concubine. Tu dois obéir à ses ordres comme s’ils émanaient de ma propre bouche.
 -  Bien, Maître... » s’inclina poliment Annabelle, en rougissant légèrement.

Terria demanda ensuite du vin, de l’eau, et de la glace. Annabelle acquiesça, et fila ensuite préparer tout ça, laissant les deux amants ensemble. Alexandre renversa alors Terria, et se lova contre elle, venant l’embrasser tendrement, sa queue trempée, mais toujours tendue, caressant le bas-ventre de la femme.

« Tu prends goût au fait de commander à mes servantes, hein ? Je me demande bien ce que tu me prépares, Terria... »

Le vampire l’embrassa encore, bien décidé à la laisser agir, et à voir ce qu’elle lui réservait...
Journalisée

DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
Amara
Humain(e)
-

Messages: 52



Voir le profil
Fiche
Description
Née Ashnardienne, mais fille d'esclaves, Amara s'affranchit de son passé sous le nouveau nom de Terria. C'est une grande femme qui aspire au pouvoir par tous les moyens possibles sans se soucier d'un égo ou d'une conscience. Suivant son propre code, elle cherche à trouver de nouvelles proies ou partenaires d'affaires.
« Répondre #32 le: Juillet 25, 2018, 11:08:25 »

Bien que Terria avait l'expérience des longues relations et de la passion continue, Alexandre avait un je-ne-sais-quoi qui la poussait plus loin, plus haut que tout autre. Cet envoûtement l'avait fait culminer encore une fois, soulevée d'une légèreté qu'elle ne pouvait expliquer. C'était comme si son amant pouvait faire d'elle ce qu'il désirait, c'était son pouvoir.

La dame était loin de se douter de la présence de la magie dans son sang, insufflée par son amant. C'était là un savoir qui ne se trouvait pas dans les ressources bibliothécaires de son ex-maître.

Ainsi se trouva-t-elle à perdre le pari qu'elle s'était gardé pour soi. À vrai dire, la défaite n'était pas si terrible. Délectant ce plaisir orgasmique jusqu'au dernier resserrement spontané de ses parois, Terria se surprit à être celle qui semblait prendre son pied plus que l'autre. Alexandre était encore au dessus de ses moyens et il s'affichait comme étant un excellent adversaire sexuel ou amant.

Elle reconnu qu'il était difficile de rivaliser contre un vampire et que ses meilleurs atouts se trouvaient dans la surprise et l'expérience qu'elle pouvait partager avec celui-ci.

Quelques moments après s'être excusé de la pièce, Annabelle revint, plateau d'argent en main. Terria pouvait distinguer le lustre de ce métal précieux et le reconnu à des remplacements qu'utilisaient certains nobles qui se targuaient d'être démesurément riches, mais qui n’exhibaient que leur avarice. Remarquant le pouce rouge de la servante, l'investigatrice de la demande compris que la servante avait également pris soin de redonner un dernier coup de lustre à ce plateau avant de le présenter. Son soucis pour l'apparence et la propreté valait cher aux yeux de Terria.

- « Voici pour madame » fit-elle de façon courtoise

Levant la tête légèrement vers le haut, elle fit comprendre à la servante de s'approcher. Annabelle s'avançant humblement, elle mit genoux au sol en signe de soumission. Ne sachant pas comment sa nouvelle maître souhaitait qu'elle dispose des items qu'elle avait apporté.

- « Ce sera Miss Terria » répondit-elle sans plus d'émotion

Il ne fallait pas mal la comprendre. Terria accordait ce qui était juste pour les servants et optait pour un détachement envers ceux qui n'étaient là que pour les bassesses. Par ailleurs, la proximité nouvelle d'Annabelle permit de déceler deux petites entailles au bas du cou de celle-ci. À en juger par la cicatrisation fraîche, Alexandre avait du s'en abreuver pas plus tôt que ce matin. Bien qu'il pouvait s'arracher aux limitations humaines, il n'en demeurait pas moins lié par le sang et soumis tout autant que ceux-ci à des nécessitées de la vie.

Levant le plateau, Annabelle offrit le luxe du choix à Terria. Une carafe arborant un parfum aromatique laissait entrevoir la richesse des tanins de la robe rouge à l'intérieur. Une note boisée marquait l'enrichissement de la substance à travers un séjour de longue durée dans un baril. Deux coupes étaient accouplées près du vin, suggérant que la servante avait également pensé à son maître. Au centre, une attention délicate de la part d'une domestique dévouée. Une rose jeune et rouge venait décorer l'ensemble. Sur sa tige, les épines n'avaient pas été prélevées, rappelant les canines du vampire. Dans ce que l'on pourrait qualifier d'un sucrier en argent, une aura froide se dégageait. Terria compris que celle-ci avait logé la glace à l'intérieur pour éviter une fonte prématurée. Une pince assemblée avait été déposée devant. Finalement, une dernière carafe d'eau venait compléter la présentation.

Sans plus attendre, Terria se servit. Tâchant de ne pas détourner complètement son attention d'Alexandre, elle resta en place pour qu'il puisse continuer de consommer ses courbes. Annabelle resta immobile et attendait le prochain signe. La nouvelle concubine saisit d'abord l'eau et la versa dans l'une des coupes. Sachant pertinemment remercier son hôte et son pourvoyeur, elle offrit d'abord ce rafraîchissement à Alexandre, puis pris la seconde coupe pour elle-même.

Voyant que l'eau avait été consommée, Annabelle se rendait compte que ses maître ne disposait plus de récipient intacte pour accueillir le vin demandé. Ceci ne dérangea pas Terria qui se délecta encore une fois de la surprise qu'elle semait. Replaçant les coupes sur le plateau que tenait toujours Annabelle, Terria s’emparera de l'élixir de l'ivresse et demanda à ce que la servante pose le plateau sur l'une des tables basses accolées au lit.

De facto, elle passa près de son maître et Terria, encore accolée au membre de son partenaire, sentit que appearance de la domestique aidait à la stimulation d'Alexandre. Sans vouloir toutefois qu'elle ne puisse prendre part à ce plaisir privilégier, dès son service terminé, Annabelle se retira de la chambre sous le silence de sa nouvelle maître.

- « Une belle décoration pour votre demeure. » fit-elle en guise de bon commentaire pour les goût et choix du maître de la maison

Carafe à la main, Terria laissait planner le mystère de ses intentions pendant l'ombre d'un moment.

- « Pour en revenir à la conversation, je m'intéresse à votre clan. Tout est à votre honneur d'avoir su conserver cette pureté Ashnardienne parmi les vôtres. J'imagine que par votre puissance notable, vous êtes également implantés auprès du conseil impérial? »

Le fond de conversation était plaisant, mais tissait une toile sous les réelles occupations des amants qui se définissait encore dans l'échange passionnel de la chair.

Sans oublier ce qu'elle avait entre les mains, Terria jugea qu'il était temps de servir. Empoignant un bras pour soulever sa poitrine, elle créa un bassin provisoire où elle vint verser une partie de son offrande. Il ne tenait qu'à Alexandre de décider s'il souhaitait venir boire dans son intimité ou encore s'il souhaitait plutôt que son amante s'avance un peu pour cascader doucement le tout sur les lèvres du vampire.

Et la glace? Cela allait venir pour ceux qui pouvaient contenir leur hâte et apprécier la surprise.
Journalisée

Alexandre Dowell
Créature
-

Messages: 188



Voir le profil
Fiche
« Répondre #33 le: Août 02, 2018, 10:46:42 »

Toujours allongé sous Terria, Alexandre était probablement au meilleur endroit du monde : sous le corps d’une belle femme, la verge nichée en elle. Il récitait mentalement ses contrôles. Pour réussir à maîtriser ses pulsions, Alexandre s’était entouré de spécialistes en la matière. Sur Terra, ils étaient plutôt nombreux, et il s’était rapproché du culte de Lust, la Déesse de la Luxure. Des prêtresses avaient formé l’homme, le maintenant en état d’érection pendant des heures, lui demandant de faire des parties d’échecs avec elles pendant qu’une femme le suçait. Une longue formation, éreintante, dont le but avait été de contrôler et de canaliser ses pulsions, en sachant bien qu’il n’avait aucun moyen de les éteindre. Il avait donc appris, et tout cela se concrétisait avec des femmes comme Terria. Clairement, la femme aurait du mal à le prendre en défaut, même s’il ne pouvait que reconnaître son talent.

Pour le dire simplement, il avait appris auprès des prêtresses de Lust à voir l’érection comme une fin en soi, et non comme un moyen. Dans l’acte sexuel, on cherchait toujours l’orgasme, ce moment libérateur où le sexe expulsait sous une forme liquide un plaisir incandescent et inouï. L’érection était donc vue comme une étape transitoire. Au sein du culte de Lust, on avait appris à Alexandre à aimer cette situation. Évidemment, la tâche n’était pas facile, car une érection était douloureuse. Ce n’était pas, à la base, du plaisir, mais une frustration, une frustration qui, plus elle durait, rendait le plaisir final intense et fort. Alexandre avait tout simplement appris à éprouver du plaisir dans cette douleur, ce qui était facilité par le fait qu’il était un vampire, et donc apte à aimer la douleur.

Restant sous le corps de Terria, il la laissa s’amuser avec Annabelle. La jeune servante n’avait rien à voir avec le profil de ses concubines. Celles-ci étaient des femmes fortes, autoritaires, disposant d’un indéniable talent. Annabelle, inversement, était une humaine loyale, qui avait grandi dans les villes sous sa protection. Elle était entrée à son service lors de son mariage. Alexandre avait demandé à exercer sur elle le droit de cuissage, et en avait profité pour l’embaucher ensuite. Loyale et dévouée, elle le vénérait, et adorait quand il la mordait. Elle avait déjà eu deux enfants, et était suffisamment intelligente pour qu’Alexandre daigne s’attacher ses services.

Terria congédia Annabelle après avoir récupéré l’alcool, et celle-ci s’inclina poliment avant de partir… Non sans qu’Alexandre ne se concentre un peu, observant ses cuisses… Et usa de sa magie rouge pour modifier le flux sanguin en elle. Annabelle sursauta discrètement, retenant à grand peine un soupir en sentant le désir éclater en elle. Alexandre reporta ensuite son attention sur Terria, un demi-sourire sur les lèvres.

« Tu aimes te faire obéir, hein ? »

Il remua très légèrement, et la vit approcher la carafe de ses seins. Elle lui demanda alors des informations complémentaires sur son clan, et sur les liens entre le clan et le Conseil Impérial, tandis qu’Alexandre observait, comme fasciné, la pointe de sa généreuse poitrine. Cette femme était vraiment très belle, et elle put sentir une bosse remonter en elle, la queue du vampire retournant se loger dans son intimité, une délicieuse érection pointant en elle.

De fait, ses mains se mirent à pincer les hanches de la femme, tandis qu’un long soupir traversait le corps du vampire.

« Et bien… Je confesse qu’aucun membre du clan Dowell n’a encore été Empereur, mais ma maison a régulièrement pu avoir des Conseillers Impériaux… Hmmm… L’un d’eux va justement partir d’ici quelques mois à la retraite, et j’espère bien pouvoir le remplacer. J’ai d’ailleurs de bons soutiens sur place. »

C’était aussi pour ça, d’ailleurs, qu’il venait fréquemment au sein de la capitale. Malgré toutes ses compétences personnelles, il était impossible de rejoindre le Conseil Impérial, plus haute institution politique impériale, sans avoir des soutiens actifs au sein du gouvernement.

Le vin commença alors à glisser entre les seins de la femme, et Alexandre, plantant son regard sur elle, releva la tête, et sortit sa langue, venant lécher sa peau, avalant le vin, remontant entre ses seins, glissant encore jusqu’à son cou, puis se retira, et alla embrasser chacun des seins, mordillant les tétons.

« Mon clan a jadis abrité des armées de Lycans, mais ceux-ci se sont révoltés. Depuis lors, nous avons pu récupérer bon nombre des forteresses que nous avons perdu, hmm… Mais certaines sont encore habitées par des monstres, hmmm… »

Il suçait ses seins, et avalait encore du vin, avant de le retenir dans sa bouche, partageant avec elle un baiser fruité, relâchant le vin dans les lèvres de la femme.

« Je dispose de soldats humains, mais aussi de goules, de quelques bataillons de Lycans, et de multiples vampires et Dhampirs, ainsi que d’autres monstres. Bien sûr, ça ne vaut pas les dragons de Sylvandell, mais… C’est tout de même impressionnant, sans parler de mes villes, hmm… De mes champs, de mes fermes… »

Le vampire retourna l’embrasser, mordillant ses lèvres.

« En quoi tout cela t’intéresse, ma belle ? »
Journalisée

DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
Amara
Humain(e)
-

Messages: 52



Voir le profil
Fiche
Description
Née Ashnardienne, mais fille d'esclaves, Amara s'affranchit de son passé sous le nouveau nom de Terria. C'est une grande femme qui aspire au pouvoir par tous les moyens possibles sans se soucier d'un égo ou d'une conscience. Suivant son propre code, elle cherche à trouver de nouvelles proies ou partenaires d'affaires.
« Répondre #34 le: Août 15, 2018, 10:38:09 »

- « Si toutes tes servantes sont aussi compétentes que celle-ci, c'est avec joie que je les mettrai à service. »

Alexandre était fort et sa conscience était droite comme sa verge. Il savait faire la conversation tout en donnant l'effort et cela, sans même daigner avoir à reprendre son souffle. Celui-ci avait remarqué le plaisir que l'ancienne esclave avait pris à ordonner à sa domestique. Terria ne pu retenir un petit sourire complique en coin.

« Et bien… Je confesse qu’aucun membre du clan Dowell n’a encore été Empereur, mais ma maison a régulièrement pu avoir des Conseillers Impériaux… Hmmm… L’un d’eux va justement partir d’ici quelques mois à la retraite, et j’espère bien pouvoir le remplacer. J’ai d’ailleurs de bons soutiens sur place. »

- « Tu auras besoin de faire campagne? Je pourrai toujours aller susurrer ton nom auprès des grands influenceurs si tu vois ce que je veux dire. »

Venant s'abreuver à sa poitrine, Alexandre en profitait pour délecter les arômes infusées du vin sur le corps humain. Il fallait noter que les plus grands cépages avaient une note différente selon le contenant depuis lequel ils étaient consommés. La grande coutume était de boire avec le verre, car celui-ci se substituait généralement bien contrairement à une coupe de bois où l'essence de la souche se mélangeait également aux tanins du liquide. Les plus grand connaisseurs vous diront que le crystal revoit toute son élégance à cette potion magique, mais que le meilleur est dans la forme du réceptacle. Cela dit, la forme aérée de la coupe qui dessinait la poitrine de Terria mettait en valeur et équilibrait l’acidité plus élevée ainsi que le fruit du breuvage.

- « Hmmm! »

Le grand cru ruisselait sur les grands rocks soulevées. Alexandre consommait habilement la cuvée et remontait les rapides jusqu'au cou de la belle. Terria ne pu s'empêcher de ressentir une vague à l'intérieur d'elle-même. Son corps réagissait presque instinctivement aux touchés et baisers du vampire. Jamais elle n'avait eu cette état de symbiose avec quelqu'un, mais elle était loin de se douter que l'arrimage était en partie faute du vampire et de ses arts magiques. C'est ainsi à son insu que Terria se laissait charmer par la créature portant le doux visage du noble.

Alors que sa tête valsait vers l'arrière pour se donner complètement à la vue, Terria remarqua un élément qu'elle avait observé plus tôt. Le plateau qu'Annabelle avait apporté revoyait un éclat subtilement différent de l'argent communément utilisé dans les maisons bourgeoises. Était-ce un élément à prendre en considération de la nature du maître ou encore un choix esthétique. À vrai dire, Terria n'était pas versée dans la connaissance vampirique ainsi que les principaux désagréments de l'immortalité. Pour l'instant, elle goûtait aux plaisirs que lui offrait encore et encore la force surhumaine de son hôte sachant qu'en ayant touché le sommet, tous les autres prétendants n'allaient jamais pouvoir l'égaler.

- « Ohmg...! »

Reprenant ses esprits, Terria était décidée à faire la conversation sous le couvert des draps. Elle souhaitait en apprendre plus sur son nouveau partenaire, ses aspirations et ses projets. Elle était une femme d'action et d'aspiration. Plutôt que d'en discuter longuement, aussi bien mettre à profit ce temps et bénéficier de la passion.

- « Bien qu'il me ferait plaisir de t'accueillir en tes forteresses, je ne te serai d'aucune utilisé pour la bataille que tu dois mener. Seulement, si jamais tu prends la victoire qui t'es dû, je saurai concevoir une célébration qui sera digne de ton succès. »

- « En quoi tout cela t’intéresse, ma belle ? »

- « Une belle curiosité que voilà. » Dit-elle pour complimenter son amant.

Alexandre avait reprit les mouvement et maintenant son regard avec celui de Terria.

« Simplement pour... »

Terria devait se concentrer devant le plaisir qui remontait en elle

« connaître tes aspirations. En tant que ta nouvelle concubine, je serai là pour tes désirs, mais tu le sais bien, je veux être à tes côtés pour ton ascension. Il sera de mon devoir de te connaître et reconnaître tes envies. Sans quoi, je ne pourrai te surprendre ou pimenter ta vie. Mais avant tout, être une alliée et d'une utilité dans tes projets. »

Tendant sa main au loin, derrière le dos d'Alexandre, elle vint chercher la rose qu'Annabelle avait pris soin de décorer. Elle l’emmena à sa bouche et la pinça entre ses dents, serrant pour combattre la passion névralgique.

- « Nhg! »

Le corps de Terria remua de spasmes qu'elle connaissait bien. Électrisants. Pulsations. Elle prit une bonne inspiration et demanda

- « Alors, comment te ferons-nous monter au sommet ? »
Journalisée

Alexandre Dowell
Créature
-

Messages: 188



Voir le profil
Fiche
« Répondre #35 le: Août 19, 2018, 10:08:49 »

Indéniablement, cette lectrice avérée était une amante et une femme redoutable. Alexandre devait même admettre en son for intérieur être assez surpris. Il ne s’était pas attendu à ce que Terria se montre si entreprenante, surtout qu’il la connaissait depuis moins d’une journée. Or, en moins d’une journée, il lui avait déjà avoué son plus grand désir, celui d’être un Conseiller Impérial. Réaliste, Alexandre savait qu’il n’avait aucune chance d’être Empereur, mais briguer un siège au Conseil Impérial n’était pas pour lui déplaire. Il en avait la carrure et l’expérience, et c’était quelque chose qu’il convoitait depuis des années. La prudence étant mère de sûreté, il ne comptait toutefois pas se servir de Terria avant d’avoir réalisé une enquête sur elle. Il devait découvrir d’où elle venait, afin de s’assurer qu’elle n’était pas une espionne envoyée chez lui pour le séduire et le tromper. Sans doute était-il paranoïaque, mais c’était là la rançon du pouvoir. En attendant, il avait joué avec les seins de la femme, léchant le vin glissant dessus, une liqueur qui donnait à sa peau une lueur cuivrée et un goût qui, effectivement, était délicieux.

*Au moins, elle est une compagne exceptionnelle au lit...*

Avait-il des raisons de la soupçonner de duplicité ? En soi, non... Et c’était bien là le problème. Une femme inconnue, belle à se damner et cultivée, qui le rejoignait si spontanément, lui, un vampire ashnardien... Tout ça semblait presque trop beau pour être vrai, comme si Terria était un diamant sans la moindre aspérité, sans le moindre défaut, un cristal pur et magnifique... Un joyau qui devait donc nécessiter, forcément, une forte prudence... Prudence qu’il était pour le moment incapable de faire. Quel homme pouvait se prétendre prudent quand il avait son chibre planté dans les cuisses d’une femme comme elle, et frottait son visage contre ses seins ?

La femme resta encore juchée sur lui, tout en manifestant encore sa curiosité, et récupéra une rose, la glissant entre ses dents. Un geste innocent, presque puéril, mais qui agit comme un petit coup de fouet sur le sexe d’Alexandre, provoquant un frisson qui le fit doucement trembler. Elle contenait son orgasme, et Alexandre y vit une faille. Ses mains saisirent la femme à la taille, et il la renversa, inversant les rôles.

L’homme retourna au-dessus d’elle, le visage de Terria s’écrasant sur l’oreiller, et le vampire alla longuement l’embrasser, rose ou pas. Ses lèvres se collèrent à la sienne, et, tout en l’embrassant, ses dents cassèrent la rose en deux, permettant à sa langue de filer dans la bouche de la femme, tandis que leurs mains se serraient les uns contre les autres, et qu’il se mouvait en elle, remuant longuement. Malgré la question qu’elle venait de lui poser, le vampire commença par assouvir ses pulsions, et la pénétra longuement, déplaçant sa main pour jouer avec les seins de la femme. Pendant un moment, Alexandre ne pensa à rien d’autre qu’au sexe, forniquant furieusement avec cette femme. Il ne la relâcha que quand les deux amants s’éprirent l’un de l’autre, et jouirent de leur plaisir, se répandant l’un en l’autre. Un superbe orgasme traversa le corps du vampire, qui se détendit ensuite à côté d’elle.

C’était comme si le temps n’avait plus aucune emprise sur lui. Il se retrouva allongé sur le flanc, à côté d’elle, ses jambes se frottant aux siennes, et, tout en caressant son visage, se décida à lui en dire davantage :

« Le Conseil Impérial est la plus puissante institution de l’Empire, Terria. C’est une structure suprême, qu’il n’est pas facile d’y rejoindre. Les candidats sont nombreux, et le Conseil est presque entièrement phagocyté par le plus influent d’entre eux... Emhyr var Emreis. »

Un simple humain, mais qui, grâce à son frère, le Maréchal Coehoorn var Emreis, un génie militaire sans précédent, bénéficiait du soutien indéfectible de l’armée.

« La Flamme Blanche, comme on l’appelle, est l’homme le plus proche de l’Empereur Mordret. Il est d’ailleurs appelé à devenir l’Empereur. Les var Emreis et les Dowell ne sont pas des amis intimes. Pour devenir Conseiller Impérial, il faut obtenir le soutien d’Emhyr. »

Et la chose n’était pas facile, car l’esprit d’Emhyr n’était pas facile à sonder. Il avait reçu de nombreux instructeurs pour protéger son esprit, et même pour se prémunir des vampires en masquant ses pulsions sanguines à l’aide de techniques de relaxation et de concentration, ainsi que d’élixirs très puissants, développés par l’Archimage Samara, qui gravitait autour d’Emhyr.

Perdu dans ses pensées, Alexandre se coucha sur le dos, observant le plafond, avant de poursuivre :

« L’Empire a changé en quelques siècles. Les simples exploits militaires sont maintenant insuffisants, il faut savoir courtiser, séduire, parler bien... Faire de la politique, ce dont j’ai une sainte horreur. »

Pour toutes ces raisons, le vampire n’était pas totalement assuré de rejoindre un jour le Conseil Impérial. Mais qui sait ? Il se retourna vers elle, et l’embrassa brièvement.

« Toute aide est la bienvenue, Terria, mais ne crois pas que tes cuisses, aussi ravissantes soient-elles, suffiront à convaincre la Flamme Blanche. Les var Emreis ont le cœur dur, crois-moi. »
Journalisée

DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
Amara
Humain(e)
-

Messages: 52



Voir le profil
Fiche
Description
Née Ashnardienne, mais fille d'esclaves, Amara s'affranchit de son passé sous le nouveau nom de Terria. C'est une grande femme qui aspire au pouvoir par tous les moyens possibles sans se soucier d'un égo ou d'une conscience. Suivant son propre code, elle cherche à trouver de nouvelles proies ou partenaires d'affaires.
« Répondre #36 le: Août 23, 2018, 03:55:44 »

« Toute aide est la bienvenue, Terria, mais ne crois pas que tes cuisses, aussi ravissantes soient-elles, suffiront à convaincre la Flamme Blanche. Les var Emreis ont le cœur dur, crois-moi. »

- « Je n'en doute pas un instant. » lui avoua-t-elle

Le défi qui se dessinait devait eux était une tâche immense. Une mission difficile, mais pas impossible puisque nécessairement, la vie étant passagère pour les mortels, le conseil se devait de se renouveler et de tirer le prochain venu directement de l'élite; qu'elle soit militaire ou noble. Pour l'instant, il était question seulement de se dessiner un objectif clair. L'idée d'être concubine et d'accéder au pouvoir à travers Alexandre ravissait énormément Terria, qui plus est, ravivait sa passion.

Terria était avant tout une femme qui adorait séduire, mais qui était charmée par le pouvoir. L'idée d'avoir dans son cercle rapproché des personnes de grande influence stimulait quelque chose en elle de plus fort, une attraction mystique. Elle désirait tout connaître de ces personnes, démystifier leur influence et leur force. Possiblement était-ce ses méninges qui travaillaient trop, bien qu'elle n'avait pas eu la réputation, il s'agissait d'une redoutable joueuse d'échec. Tout comme la vengeance qu'elle avait tirée avec le péril de celui qu'elle appelait auparavant maître, elle savait se montrer des plus disciplinées pour l'exécution d'un projet.

Cela dit, elle était encore nouvelle dans la haute sphère et la vie lui avait appris à la dure que la connaissance était synonyme de pouvoir. S'étant abreuvé de la bibliothèque complète qu'elle avait à disposition jadis, il lui fallait maintenant se mettre à jour et élargir son savoir afin de pouvoir agrandir son répertoire afin d'en augmenter son potentiel. Alexandre, de par ce qu'elle avait pu observer, semblait avoir accès à ce qu'elle avait besoin pour débuter les premiers pas. Il lui avait démontré dans le café littéraire qu'il avait également accès à nombre d'oeuvres. Celles-ce ne devaient pas être la limitation même de cet homme affluent.

Certainement qu'une demeure secondaire comme celle-ci doit disposer d'une bibliothèque. Et sans dire de la demeure principale.

Bien qu'elle entrevoyait déjà le défi, la jeune intrépide n'était pas dupe et de ceux qui se lançaient immédiatement dans l'action. Le tout devait avant tout macérer longuement dans son esprit. Le tout allait inévitablement l'amener à fréquenter Alexandre plus souvent qu'elle ne le pensait, à son bonheur.

- « Mais les var Emreis n'ont pas besoin d'être la cible... » fit-elle pour intéresser son interlocuteur

- « Si l'on ne peut atteindre la Flamme Blanche alors soit. Nous pourrons toujours jouer la dame de coeur. Le mieux est de se faire remarquer par ceux qu'il tient près ou en estime.

Malgré ma mince connaissance de l'histoire, je peux vous confirmer que tous les hommes ont cette porte, ce désir ancré aussi profond de leur âme, l'attrait pour l'autre. Ceux au pouvoir, comme la Flamme Blanche, qui sont constamment courtisés par les autres enverront du revert de la main une tentative de s'en rapprocher. C'est pourquoi, le travail sera plutôt différent; gagner la confiance de ceux en qui la Flamme Blanche croit et aime.

Bien que je juge qu'un homme de ce statut ne puisse être dupé, ceci permettra une approche plus douce dans la sphère rapprochée.
»

Possiblement Terria représentait-elle une nouvelle pièce du puzzle pour l'ascension d'Alexandre ou encore un vent renouveau. Pour cette habile séductrice, le coeur n'avait pas de secrets. Voyant Alexandre prendre intérêt, mais précaution dans son approche, Terria revient à de plus importantes préoccupations.

- « Emhyr...? n'aurait-il pas un frère, une soeur ? Que pouvez-vous me raconter de celui-ci? »

Ne souhaitant pas ennuyer son amant, Terria se placant en position de sphynx sur le lit, aux pieds du vampire et approcha ses lèvres douces, mais encore humide du sang. Elle embrassa d'abord longuement la verge de ce dernier pour lui donner l'attention qu'elle méritait. Elle était loin de penser que le vampire connaissait tout d'Emphyr, mais c'était là un début pour tâter le terrain.

Emhyr var Emreis. C'était le nom bien convoité de tous ceux qui aspiraient à un futur dans la haute sphère de la société. On disait qu’il appartenait à l’une des plus vieilles familles d’Ashnard, une famille si lointainement figée dans l'histoire d'Ashnard qu'elle aurait fait partie des familles pionnières. De ce qu'elle connaissait, l’influence des Emreis a connu une fluctuation et avait pris un coup lors de la guerre.

Le coeur à la tâche, le nouvelle concubine tenta de remonter le moral d'Alexandre et de sa passion. Elle le laissait parler longuement sans l'interrompe et se nourrissait de ce qu'il pouvait apporter comme information. Ses lèvres avaient pris l'intrépide démarche de dévaler le long de la verge de l'immortel, entraînant ainsi une suction particulière à la montée qui fut accompagnée par une langue douce, mais taquine. Terria pris un moment de pause calculée pour tenir le plaisir et le vampire en halène. Ceci avait pour effet de gonfler l'envie et les nervures de la proéminence.

- « La chance, vous avez le temps devant vous. »

Puis elle retourna s'occuper attentivement de son amant. Ses cheveux roux, maintenant trempées de sueurs, s'attachaient sur ses épaules et sur les cuisses d'Alexandre. Bien que son regard était toujours bleu et froid, ses pommettes trahissait son plaisir et les échanges hauts en couleur qu'elle venait d'avoir. Ses mains massaient les cuisses pour répandre ce sentiment de bien-être et sa langue furtive descendait également jusqu'aux jumeaux pour stimuler la production de semence. De la salive s'attachait entre le sexe et ses lèvres, pendant suavement alors qu'elle retournait plonger à plein essors.


Journalisée

Alexandre Dowell
Créature
-

Messages: 188



Voir le profil
Fiche
« Répondre #37 le: Août 27, 2018, 12:54:52 »

« Oh, bien sûr, Emhyr a de la famille... L’arbre généalogique des Emreis plonge ses racines dans les profondeurs de l’Empire. C’est l’une des familles fondatrices, et j’ai moi-même embauché quelques généalogistes pour essayer de retrouver leurs racines profondes. »

Terria semblait se plaire à cette idée, celle de séduire Emhyr. Mais pensait-elle vraiment qu’Alexandre allait l’envoyer si rapidement dans la cour des grands ? Elle était sa concubine, mais serait aussi sa prisonnière, tant qu’il n’aurait pas la certitude de ses intentions. Pour l’heure, en tout cas, il profitait pleinement, et, tandis que la jeune femme lui avait posé des questions, elle alla se glisser entre ses cuisses, le long de son corps, approchant ses lèvres de son sexe. Le vampire avait déjà joui, mais, face à une telle femme, la gourmandise était la bienvenue. Frissonnant doucement, l’homme la regarda faire, embrassant son membre, le léchant, s’y frottant doucement, tout en lui demandant davantage d’informations.

Mais, finalement, qu’est-ce qu’Alexandre savait de la famille d’Emhyr ? Il avait déjà pris de gros risques en dévoilant à la jeune femme tout ce qu’il savait, en lui dévoilant ses intentions et ses ambitions. Si Emhyr l’apprenait... Et, même s’il comptait enquêter sur elle, son instinct lui soufflait que Terria était sincère. C’était peut-être une réaction puérile, mais le vampire avait appris à se fier à ses premières impressions. Il sentait chez cette sensuelle jeune femme de l’ambition, l’envie d’aller plus loin, de s’imposer, d’améliorer sa position, d’asseoir son influence. Et, si elle disait vrai, elle aurait pour elle l’indéniable avantage de ne pas être connue des réseaux d’espionnage. La soupçonner en deviendrait donc d’autant plus difficile.

« Emhyr... Emhyr a un frère, Coehoorn var Emreis. Un jeune Maréchal prodigieux... Emhyr a réussi à redresser la maison Emreis grâce à lui, grâce à ses campagnes militaires. Tu vois, avoir le soutien de l’armée au sein de l’Empire est un gage d’efficacité et de puissance. Coehoorn... Hm... Il est très apprécié des militaires. »

Le Maréchal était véritablement un génie, un homme qui avait réussi avec brio ses classes militaires, et n’avait pas à en rougir. Pendant ce temps, la jeune femme venait à prendre sa virilité en bouche, ses fins et délicats doigts glissant sur ses testicules, le caressant tendrement, sensuellement, arrachant au corps d’Alexandre une multitude de frissons. La sensation était délectable, toujours aussi agréable, d’autant qu’il sentait la passion dans le corps de cette femme.

Mais, si la Flamme Blanche était redoutable, on pouvait en dire autant de son frère, qui était aussi dur que lui, et encore plus incorruptible. Fort heureusement, Alexandre connaissait une brèche éventuelle.

« Ma sœur... Ma sœur connaît l’une des sœurs d’Emhyr. Et on dit qu’elle aime bien visiter les maisons closes, et qu’elle est plutôt proche d’Emhyr. Hmmm... Mais... Crois bien que les Emreis ne se laissent pas approcher si facilement, ma belle. »

Tout en parlant, Alexandre serra les cheveux de la femme, accompagnant par ce biais ses mouvements sur sa queue.

« Ah, tu es douée, en tout cas, bon sang... »

Ça, il ne pouvait clairement pas dire l’inverse !
Journalisée

DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
Amara
Humain(e)
-

Messages: 52



Voir le profil
Fiche
Description
Née Ashnardienne, mais fille d'esclaves, Amara s'affranchit de son passé sous le nouveau nom de Terria. C'est une grande femme qui aspire au pouvoir par tous les moyens possibles sans se soucier d'un égo ou d'une conscience. Suivant son propre code, elle cherche à trouver de nouvelles proies ou partenaires d'affaires.
« Répondre #38 le: Octobre 29, 2018, 02:19:34 »

Terria se délectait de l'ardeur du vampire et avala chaque goutte de plaisir que lui offrait Alexandre. On pouvait sentir son contrôle magnifique sur ses gestes et le désir. Quant à elle, Terria se laissait valser par les pulsions et menée par ce je-ne-sais-quoi qu'Alexandre exerçait sur elle. Flatté, elle appréciait grandement les compliments qui lui étaient adressés.

Hmmm, une soeur ? C'est un très bon point à ton avantage. »

La concubine repensait à ce qu'Alexandre lui avait dit. Oui, les liens familiaux étaient importants pour nous les mortels. Ils nous donnaient un attachement, un sens autre, une partie de nous qui transcendait notre être et qui s'était niché dans un autre corps. Ces liens de sang, mais surtout, construit par la moralité d'une expérience commune offrait une et multitudes de connexions. Il n'était pas possible, en tant qu'être, de se distancer de la nature profondément social de l'Homme. Tous les plus grand penseurs vous l'auraient confirmé.

La noirceur avait envahit les fenêtres. À ce temps de l'année, il était juste de penser que l'horloge affichait dans les 9 heures. Par ailleurs, neuf coups retentirent dans l'immense demeure de Dowell et le feu du foyer était à sa fin. Au delà des murs de pierre, des lueurs, lumières de chambre, oscillaient à l'horizon.

Alexandre, notre rencontre et nouvelle entente me laisse sur ma faim... J'adorerais poursuivre davantage, mais je crois que ceci devra suffire. Du moins, jusqu'à ce que je puisse faire le plein et m'accoutumer à ta vitalité luxuriante.

Pour le moment, je devrai faire oeuvre de ma mortalité et me nourrir d'autre chose que du plaisir que tu m'offres.
» répondit Terria mettant la main sur son ventre.

Alexandre semblait bien connaître les portes de son plan. Pour ce qu'apportait la soirée, Terria avait été bien agité et se retrouvait maintenant en situation un peu particulière. Malgré les délicieux avenues que lui avait fournit son nouvel amant, la jeune femme avait maintenant faim. Il était aussi particulier que d'exprimer ce besoin en présence d'un vampire; être pour lequel le sang était la seule source d’approvisionnement. Ou du moins, c'est ce que savait Terria.

Une toilette était également de mise, Terria se devait de se refaire une beauté. Si les domestiques étaient à leur affaire, elles auraient tôt fait de préparer un repas pour leur maître et nouvelle invitée. Par coutume, Terria laissait Alexandre la tenir informée de la suite de la soirée. À peine nouvelle concubine, elle vouait un attachement profond à la tradition et ne souhaitait pas empiéter sur les formalités ni les titres d'Alexandre. Après tout, un homme distingué et de bonne coutume s'attardait également à ses invitées après l'événement principal.

Qui plus est, Terria voulait visiter la bibliothèque d'Alexandre, découvrir les songes et la connaissance que celui-ci possédait. Possiblement plus tard et ce, après avoir pris un bon bain chaud. La nouvelle concubine se réjouissait de pouvoir passer la nuit dans des draps soyeux. La sécurité que lui apportait Alexandre était égale à ses ambitions.

Quelque chose dans le regard de son interlocuteur lui révélait un certain inconfort à vouloir parler davantage de politique et plans. Compréhensive, Terria apporta une réserve et n'y alla puiser plus qu'elle ne l'avait déjà fait. Une relation, plus que de chair, devait se bâtir. Le temps, mais surtout les résultats seraient garants d'un bon rapport.
Journalisée

Alexandre Dowell
Créature
-

Messages: 188



Voir le profil
Fiche
« Répondre #39 le: Novembre 05, 2018, 01:42:14 »

S’était-il trouvé une nouvelle alliée ? Alexandre aimait à le croire, même s’il ne savait pas jusqu’à quel point cette alliée lui serait fidèle. Mais il avait envie de lui accorder sa confiance. Le vampire avait un bon feeling envers elle, et, même s’il pouvait se trouver, il avait sincèrement envie de lui offrir sa chance. Peut-être le regretterait-il par la suite, mais peut-être y verrait-il aussi une aubaine toute particulière... En tout cas, les deux amants en avaient fini l’un l’autre, et Terria manifesta son désir de... Manger. Allongé sous elle, Alexandre avait répandu sa chaude semence en elle, jouissant copieusement, avec cette vigueur propre aux vampires. Son corps était en sueur, ses longs cheveux plaqués contre son visage et contre ses épaules. Il lui offrit un léger sourire, et caressa doucement ses hanches, glissant sur son corps, avant de se redresser, s’extirpant finalement de la douceur et de la chaleur de son corps.

Alexandre sourit brièvement, et embrassa une dernière fois la jeune femme, puis se releva.

« Fort bien, Terria. Tu es la voix de la raison, car je serais bien resté à saillir encore ton corps, mais... Nous louperions l’heure du dîner. »

Le vampire récupéra une longue robe de chambre en soie. Il serra la ceinture de la orbe de chambre, puis embrassa à nouveau Terria, avant de lui dire où se trouvait la salle de bains. Pour une maison médiévale, Alexandre disposait d’un système de tuyauterie très avancé, qui permettait d’avoir cette pièce de luxe, dans l’aristocratie impériale, qu’était une salle de bains. Il avait également accès à une bibliothèque, mais elle se trouvait au manoir familial. Il s’agissait ici d’un hôtel particulier, qu’Alexandre utilisait quand il se rendait à la capitale. Il était impensable qu’il laisse ici des ouvrages précieux, et il n’y avait donc que des recueils sans grand intérêt sur les quelques bibliothèques et étagères présentes.

Alexandre laissa donc la jeune femme se dégourdir, et en profita pour s’installer à son bureau. Cette séance avec Terria l’avait légitimement éloigné de ses obligations, et il s’y replongea donc, inspectant ses courriers, à la faveur d’une chandelle. Finalement, l’homme descendit ensuite. Il disposait d’une grande salle à manger, dans un style très gothique, avec des candélabres, une longue table en bois avec des chaises présentant de hauts dossiers, et une cheminée crépitant à l’arrière. L’hôtel particulier comprenait de ravissantes servantes et domestiques, comme Terria avait eu l’occasion de le voir, et il chargea l’une de ces femmes de guider Terria à la garde-robes de l’hôtel, afin qu’elle choisisse une tenue appropriée pour ce soir.

Lui-même se délesta de sa robe de chambre pour enfiler une tenue plus propre, plus habillée, comprenant une fine chemise marron avec de la broderie dorée et un dessus en fourrure (la tenue de l’avatar, en somme).

Ainsi habillé, l’élégant vampire n’avait plus qu’à attendre l’arrivée de sa dulcinée pour le souper...
Journalisée

DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
Amara
Humain(e)
-

Messages: 52



Voir le profil
Fiche
Description
Née Ashnardienne, mais fille d'esclaves, Amara s'affranchit de son passé sous le nouveau nom de Terria. C'est une grande femme qui aspire au pouvoir par tous les moyens possibles sans se soucier d'un égo ou d'une conscience. Suivant son propre code, elle cherche à trouver de nouvelles proies ou partenaires d'affaires.
« Répondre #40 le: Novembre 08, 2018, 04:13:46 »

Ne pouvant échapper à un dernier baiser avant de se retirer, Terria sentit son corps frissonner, instinctivement, de l'échine jusqu'au contact de ses lèvres avec celles de son nouveau partenaire. Alexandre lui avait indiqué où elle pouvait trouver une salle de bains, pièce complètement dédiée à l'hygiène et la préparation approvisionnée d'eau courante. Cette pièce serait équipée d’une baignoire et d’une installation sanitaire, avait-il mentionné. La demeure de l'ancien maître avait effectivement une salle d'eau très coquette, mais n'avait pas été dotée de ce luxe. Ainsi la jeune dame se demandait bien quel engin était derrière cette tuyauterie.

Merci » Répondit-elle aux indications du vampire

La chambre démontrait avec ostentation toutes les qualités d'un champ de bataille. Jonchés sur le sol traînaient les épaves qui leur avait servi de vêtements. La pièce de résistance, le lit, témoignait de l'agitation forte et des échanges hauts en couleur de par les multiples traces humides qui tachaient les draps, canevas de la passion. La glace qui lui avait été servie plus tôt avait maintenant laissé place à une eau bien fraîche que Terria ne put se refuser après ces efforts.

À très bientôt » fit-elle avant de partir

Laissant Alexandre se préparer, elle revêtit son petit manteau de sorte à faire l'exercice de la pudeur à l'extérieur de la chambre. Toutefois, elle se doutait bien que les domestiques avaient coutume de cette parade à en juger par le caractère singulièrement sensuel de Dowell. Son habit d'extérieur était léger et arrivait au milieu des cuisses. Celui-ci était orné de deux boutons travaillés au milieu de l'ouverture, suffisant pour dissimuler modérément son intimité.

Ça ira se dit-elle

Lorsque Terria se tint prête, elle n'eut à faire qu'un pas devant la grande porte en bois massif de la chambre et celle-ci s'ouvrit. À sa surprise, sa main qui avait cherché à saisir la poignée de porte se reposa aussitôt le long de son corps. Fidèle au poste, c'est Annabelle qui se tenait droite et attendait dans le couloir à l'extérieur de la chambre. Sans surprise, la servante ne fit aucun geste voulant tromper la mascarade de sa maîtresse ni la dévisager. Respect était plus qu'une qualité chez le personnel de maison, c'était une nécessité pensa Terria. La domestique avait ouvert la porte à sa nouvelle maîtresse, elle s'occupa d'abord de l'escorter jusqu'à la fameuse salle de bain, pour ensuite revenir chercher les effets personnels de la dame ainsi que desservir le plateau apporté plus tôt.

Si madame veut bien me suivre » fit Anabelle

Ce à quoi Terria ne put s'empêcher d’acquiescer, acceptant son rôle dans cette nouvelle dualité.

Annabelle la guida à ce que l'on pouvait qualifier d'un sanctuaire sanitaire, il s'agissait d'une pièce grande et large où trônait une baignoire en portafaux. Sur le côté, un meuble où une vasque avait été fixée au comptoir affichait un reflet propre au marbre. Un tuyau ouvragé et stylisé surplombait à la fois la vasque et la baignoire. Heureusement pour elle, la domestique se chargea d'ouvrir l'eau courante et de faire couler le bain pendant que Terria se déshabillait encore une fois. Il n'était pas faux de dire que cette dernière était étonnée de la salle de bain. Elle représentait un raffinement digne de sa nouvelle alliance, mais elle marquait également l'étendue du pouvoir et des ressources d'Alexandre.

Discrètement, Annabelle sortit de la salle pour laisser Terria à elle seule. Des huiles essentielles aromatiques avaient été disposées tout près pour parfumer le corps de la douce. Bouquets d'épices ou floraux, ces huiles étaient aussi un produit distinct de la noblesse. Le parfum étant accessible pour les bourgeois, l'huile, par son processus plus compliqué, créait une rareté qui avait comme incidence de restreindre la portée du produit à une élite. La confection de ces huiles parfumées demandait temps, car l'essence devait maturer et la recette nécessitait une bonne quantité de ces ingrédients.

Sels virent également agrémenter l'expérience du bain au savon doux de chèvre mis à sa disposition. Mouillant sa chevelure entière, les mèches de cheveux se libérèrent et remplirent la cuve de leur rouge distinctif. Terria ferma les yeux et aspira profondément, gonflant son être du bonheur qu'elle vivant en cet instant. Son dos, chaud de ses nouvelles plaies, émanait une faible nuée rouge dans l'eau, la peau avait à peine débuté son processus de cicatrisation. Cependant, ce n'était suffisant pour ternir le parage.

***

D'un pas sûr et délicat, Terria fit son entrée dans la salle à manger, dévoilant ainsi la tenue retenue pour le repas. Les costumes que possédait l'hôtel d'Alexandre se rapprochaient des apparats de la haute sphère étant plus sophistiqués, les différences se trouvaient jusque dans les plus fins détails. Des trois choix qui lui avaient été présentés, la robe sur laquelle la dame avait jeté son dévolu donnait du volume et du lousse au niveau des épaules pour ensuite, dans un second pli, affiner les bras menus. Celle-ci était une composition de tissus différents, ceci avait permis à l'artisan de créer des lignes et une coupe sur deux tons. Encore bien loin de l'étoffe des dirigeants, l'habit n'était pas modeste. Par ailleurs, l'élément central, les broderies, couvraient la partie supérieure jusqu'à l'orée de la poitrine.

Encore mouillées, Terria avait pris soin de placer ses cheveux en hauteur attachés avec soin, une coiffe qui dégageait amplement le regard de sa nuque. Seule une mèche retenue derrière l'oreille avait échappé à cette dictature de l'ordre.

La table avait déjà commencé à se remplir par un premier service de fruits frais et du vin où Alexandre, y étant déjà, l'attendait dans sa chaise capitaine. Jetant un sourire de satisfaction à son hôte, Terria s’avança pour prendre place au repas.

Navrée de vous avoir fait attendre milord. Votre costumier offre de beau habits, la vue vous plaît? » demanda-t-elle à l'égard de sa tenue.

Déjà, l'une des ravissantes servantes la fit asseoir et lui posa la serviette.
« Dernière édition: Novembre 08, 2018, 04:37:13 par Amara » Journalisée

Alexandre Dowell
Créature
-

Messages: 188



Voir le profil
Fiche
« Répondre #41 le: Novembre 13, 2018, 02:26:22 »

Qu’allait-il bien pouvoir faire de cette femme ? Beaucoup de choses, en réalité. Terria réalisait-elle sa valeur ? Une femme belle, éduquée, intelligente, sensuelle et sûre d’elle, et dans le même temps sans passé, sans nom… Elle faisait aux yeux du vampire une parfaite espionne, magnifique dans son genre, et le vampire aurait été idiot de se priver de ses talents et de ses services. Il devait juste réfléchir à comment l’utiliser. Alexandre comptait bien sûr l’avoir comme concubine, mais Terria avait bien compris que, si le vampire lui offrait de l’argent, du confort, de la chaleur, un lit propre, des vêtements flamboyants, ce n’était pas par oisiveté, ni par souci d’empiler autour de lui les conquêtes féminines. Il attendait d’elle qu’elle soit compétente, qu’elle agisse pour lui. Et ça, Terria en avait bien conscience.
 
La femme vint le rejoindre dans la salle à manger. Il se leva à son approche, homme élégant, et laissa une servante écarter le fauteuil pour qu’elle s’installe. Terria avait opté pour une robe sombre, mettant ses bras à nu, rehaussant légèrement ses épaules. Elle avait serré ses cheveux, à l’exception d’une mèche rebelle, donnant à son apparence une apparence de femme sûre d’elle, belle et assurée.
 
« Une pure Ashnardienne, Milady », commenta-t-il sobrement.
 
Le long de la table, des bougies étaient allumées à droite et à gauche, éclairant le duo. Alexandre avait choisi un salon avec une table assez petite, intimiste, ce qui lui permit rapidement d’avancer ses mains, et de saisir celles de la femme. Elles étaient encore fraîches, légèrement humides. La femme avait dû passer du temps dans son bain, réalisant avec insouciance ce bonheur infini que constitue le fait de pouvoir se baigner dans de l’eau chaude.
 
Alexandre laissa passer quelques instants, le temps d’admirer la beauté de cette femme, puis relâcha ses mains. Une servante amena alors les premiers plats, avec une bouteille d’alcool. C’était un véritable repas gastronomique, avec une entrée alléchante, à base de fruits de mer. Les servantes, quant à elles, étaient toutes très belles, portant d’agréables tenues de maids, semblant confirmer un certain penchant pour Alexandre.
 
« Alors, ma chère, dites-moi un peu… Que vais-je bien pouvoir faire d’une sublime créature comme vous ? Quel rôle aimeriez-vous vous voir confiée dans mon clan ? »
Journalisée

DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
Amara
Humain(e)
-

Messages: 52



Voir le profil
Fiche
Description
Née Ashnardienne, mais fille d'esclaves, Amara s'affranchit de son passé sous le nouveau nom de Terria. C'est une grande femme qui aspire au pouvoir par tous les moyens possibles sans se soucier d'un égo ou d'une conscience. Suivant son propre code, elle cherche à trouver de nouvelles proies ou partenaires d'affaires.
« Répondre #42 le: Décembre 05, 2018, 10:58:38 »

Après sa courte détente, la proximité avec le Vampire fut renouvelée; les deux partenaires étaient attablés de sorte à permettre à tous deux de caresser l'intimité de leurs conversations. La salle affichait les traits du caractère gothique d'Alexandre, possiblement un goût qu'il avait développé avec ses semblables et à travers les âges. La lueur des chandeliers disposés était suffisante pour teinter la pièce, même la peau pâle du maître des lieux semblait prendre vie sous la danse des flammes.

Les deux amants se firent servir et débutèrent l'expérience gastronomique. Contrairement à ses premières impressions, Terria fut surprise de savoir que la gent vampirique se commettait toujours à l'acte de s'alimenter et laissait entrevoir sa curiosité, sans que cela ne vienne déranger son hôte.

Mon cher, je ne doute pas un instant que votre noble esprit ait mis de côté cette réflexion. Je suis étonnée que vous me laissiez déjà cette latitude. » Exprima Terria

Il était convenable de penser que si un homme de la stature d'Alexandre lui avait ouvert ses portes, s'est qu'il avait un avantage à tirer de la participation de Terria. Voir, il avait déjà fait l'analyse de sa situation et possiblement dressé deux ou trois scénarios bénéfiques où il pourrait attitrer cette esclave affranchie. Tout comme un vampire, un clan de ce sang devait tirer ses racines dans le temps et les relations à long terme. Ainsi, il n'était pas convenable d'anticiper une position publique. Non, le passé méprisable de celle-ci tirait tout son avantage dans son mystérieux anonymat et les atouts qu'elle pouvait déployer. 

Si je dois me lancer dans une candidature spontanée, je me proposerais comme agente de liaison, mais j'aime tout autant participer à la planification stratégique. » renchérit-elle

Le goûter était disposé devant eux à la façon de repas principaux accompagnés de plusieurs sauces et agréments. Faussant l'étiquette consciencieusement, Terria mit le doigt pour goûter la sauce rouge qui trônait entre elle et Alexandre. L'apportant à ses lèvres, elle fut saisie d'abord par le parfum fruité et boisé que dégageait la garniture, mais ensuite par les tonalités d'agrume qui se sculptaient sur sa langue. Elle n'hésita pas à napper avec délicatesse son assiette.

Quelles missions vous sentez-vous à l'aise de me confier ? » demanda-t-elle

Par ailleurs, Terria était méconnaissance de l'étendue du clan de Dowell et elle ignorait encore le nom de la puissante famille Warren. Alexandre s'ouvrait peu à peu et elle pour lui permettre de jouer sa part. Tout en respectant la courtoisie et donnant l'impression du choix, il s'assurait que Terria puisse lui servir tout comme l'accès à son clan pouvait également profiter à la belle. Il n'y avait là point de malice, mais un réel désir de profiter l'un de l'autre.
Journalisée

Alexandre Dowell
Créature
-

Messages: 188



Voir le profil
Fiche
« Répondre #43 le: Décembre 11, 2018, 02:00:23 »

Alexandre esquissa un léger sourire devant les propositions de Terria. « Agente de liaison », ou participer à la « planification stratégique »... Alexandre imaginait pourtant mal son amante se transformer en une stratège de guerre, d’autant que son clan n’était actuellement pas en guerre. Agente de liaison, en revanche... Il fallait voir ce que Terria entendait par là, car le terme était peu clair. Toutefois, elle-même ne tarda pas à demander ce que le vampire envisageait pour elle.

« Hm... Tu dois comprendre que le clan Dowell est un clan vampirique assez ancien, Terria. Mon clan existe au sein de l’Empire depuis des millénaires. Nous contrôlons des forts, des régiments, des villes entières... C’est un puissant clan, ce qui suscite beaucoup de convoitises. Les intrigues politiques sont récurrentes au sein d’un clan vampirique. »

Le vampire aurait pu discourir pendant des heures sur les multiples querelles entre son clan et les autres clans, ou même les luttes intestinales. Le vampire avait souvent dû tuer ses propres frères quand ceux-ci tentaient de le renverser. Progressivement, Alexandre, qui était somme toute plutôt jeune pour être le Patriarche du clan, avait réussi à imposer son autorité et son style. Des femmes comme Terria étaient destinées à une seule chose : être avec lui pour le soutenir, au plus proche de lui.

Il se racla doucement la gorge avant de reprendre :

« J’aimerai faire de toi une vampire, Terria, que tu fasses tes preuves au sein du clan pour avoir le droit de devenir ma sœur de sang. Une fois ceci fait, tu siégeras au Conclave. »

Au sein du clan, le Conclave était l’institution suprême, celle qui prenait toutes les décisions d’importance pour le clan, y compris l’admission des nouveaux membres du Conclave. D’ailleurs, seul le Conclave était en mesure de destituer le Patriarche... Sauf à tuer discrètement le Patriarche ou la Matriarche en place. En tout cas, Alexandre voulait renforcer son influence sur le Conclave, et expliqua à Terria qu’il existait, au sein du clan, un processus d’admission pour les initiés. Afin de devenir vampire, l’initié devait remplir un certain nombre de missions, et pouvait ainsi grimper de rang. Tout individu commençait comme novice, et ce n’était qu’au grade d’initié qu’on pouvait être éligible à la vampirisation.

Rejoindre le Conclave ne se ferait pas un claquement de doigts.

« Les missions sont diverses et variées, Terria. Je peux te confier un petit domaine à administrer, une mission à superviser... Ou même de l’espionnage, si tant est qu’offrir ton corps ne te dérange pas. »

Alexandre envisageait toutes les possibilités utiles pour elle, en fonction de ce qu’elle voulait.
Journalisée

DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.

Tags:
Pages: 1 2 [3]
  Imprimer  
 
Aller à:  

Powered by SMF 1.1.20 | SMF © 2006-2007, Simple Machines
Awake and Dreaming - Le Grand Jeu
ChatBox