banniere
 
  Nouvelles:
Le Staff est toujours à la recherche de nouvelles recrues pour différents projets, comme la Gazette ou la promotion du forum !

Pour plus d'informations, c'est par ici !

Liens utiles: Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Cacher les avatars

Le Grand Jeu - Forum RPG

Bad langage Discrimination Drugs Sex Violence Gambling

Bonjour et bienvenue.

Ce forum présente des oeuvres littéraires au caractère explicite et/ou sensible. Pour ces raisons, il s'adresse à un public averti et est déconseillé aux moins de 18 ans. En consultant ce site, vous certifiez ne pas être choqué par la nature de son contenu et vous assumez l'entière responsabilité de votre navigation.

Bonne visite ! :)

Pages: [1] 2
  Imprimer  
Auteur Sujet: Domptez la bête ? [Prince Andros Magganon]  (Lu 529 fois)
Natacha Landefeld
Créature
-

Messages: 52



Voir le profil
Fiche
Description
Lycanthrope grincheuse et violente, amatrice de rock.
« le: Janvier 05, 2018, 09:35:01 »

Natacha avait depuis longtemps perdu la notion du temps. Combien de mois s’étaient écoulés depuis son arrivée soudaine sur Terra ? La jeune femme n’en savait rien. Les jours se suivaient et se ressemblaient dans cette arène qui était devenu son univers au fil des combats successifs. Dormir, manger, se battre, dormir, manger, se battre, etc., sans jamais de changements véritables dans son quotidien si ce n’est les variations dans les spectateurs assis sur les gradins.
La lycanthrope a toujours cru au surnaturel, et même plus encore depuis sa transformation, mais elle n’aurait jamais cru échouer dans ce lieu. Des rumeurs sur des portails étranges lui étaient arrivées aux oreilles, parlant d’un univers parallèle et fantastique, probablement l’endroit d’où était venu la créature l’ayant mise dans cet état. Cela lui avait d’ailleurs paru une bonne idée d’en emprunter un.

Sauf que non, ça n’avait définitivement pas été une bonne chose. Natacha avait déboulé dans un univers rude et impitoyable, et ce même pour une créature comme elle, apte à se défendre contre bon nombre de menaces. Mais cela n’avait pas suffit. Des hommes s’étaient ligués, des esclavagistes payés et des armes dégainées, avant de la traquer impitoyablement face au ravage que sa lycanthropie avait causé.
Oh certes, il leur avait fallu des efforts pour la piéger, mais le marchand l’ayant acquise avait conclu une très mauvaise affaire à ce moment là. Trop violente, et trop incontrôlable, Natacha n’avait pas du tout fait une esclave convenable. La dernière personne ayant essayé de l’acquérir et de la violer, était entre la vie et la mort après avoir été charcuté par la bête que la jeune femme hébergeait en elle.

Son propriétaire l’avait trimballé de marché en marché, couverte d’une impressionnante quantité de chaines pour l’empêcher de briser ses attaches lors de sa transformation. Mais rien n’y faisait, personne ne voulait l’acheter après avoir entendu les ragots sur son compte. Finalement, un homme s’était porté acquéreur pour un prix cassé avec une idée bien précise dans la tête, afin de tirer parti de ses formidables capacités de combat.
Et ce fut une réussite pour son propriétaire qui l’introduisit dans l’arène de Raghos où elle y livrait quotidiennement deux à trois combats. Jamais Natacha ne subit la défaite, et fort heureusement pour elle, car il s’agissait toujours de combats à mort. Sa nature incontrôlable la rendant de toute manière, incapable de se retenir au premier sang versé. Au fil du temps, elle était parvenu à mieux contrôler sa métamorphose, n’utilisant qu’un ou deux bras transformés lorsque ce fut possible.

Aujourd’hui comme à l’accoutumé, son entrée dans l’arène déclencha une ovation tant sa réputation commençait à grandir. Son physique était trompeur pour ses adversaires qui n’imaginaient pas qu’une jeune femme blonde aux cheveux courts, peu musclée et vêtue de haillons déchirés, pouvait cacher une bête de férocité. Natacha sentait son sang bouillir comme d’habitude, le parfum de sang et de sable mélangé était un cocktail lui rappelant toute la violence qui se déroulait en ces lieux.
Son adversaire du jour était un colosse, un homme ayant parfait sa force dans les landes dévastés, venu relever le défi de cette arène. Equipé d’une armure de maille, surmonté d’un casque à tête de loup et d’un impressionnant marteau de guerre, celui-ci s’échauffait avec l’assurance du vainqueur. Quant à elle, Natacha se battait toujours à mains nues. La lycanthrope le regarda faire avec un air méprisant, des frissons d’impatience à l’approche du combat à venir. Cette attente était insupportable.

"Pas besoin de t’échauffer gros porc, je vais te charcuter en moins de deux !"

Le combat fut vite expédié. Trop lent et trop lourdement équipé, Natacha n’avait eu besoin que de son bras droit transformé pour l’affronter, esquivant souplement la trajectoire du marteau. Bien plus rapide qu’une humaine normale, son instinct animal repéra une ouverture dans la défense du géant, et son bras de lycanthrope avait aussitôt déchiré la fine protection de cuir entourant la gorge de l’homme. Celui-ci ne s’était pas effondré immédiatement, et la vue puis l’odeur du sang montant aux narines de la jeune fille, provoqua en elle une montée d’adrénaline. Elle se jeta alors sur le perdant, lui ouvrant la gorge d'où jailli un flot d'hémoglobine, faisant rugir la foule d'enthousiasme.

Natacha leva ses mains couvertes de sang pour répondre à l’acclamation de la foule. C’était ce qu’ils appréciaient le plus, la rage, le bain de sang et la violence soudaine, mais surtout la voir couverte de sang dans ses frusques déchirées qui révélaient une partie de ses formes. Elle fit le tour de l’arène circulaire pour saluer le public, jouant la carte du spectacle même si sourire était au-dessus de ces forces, tant elle détestait cette prison où on l'obligeait à déchainer sa violence.

"Acclamez-moi bande de connards !"

Son ratio de victoires s’allongeaient et pourtant, elle n’avait toujours pas perdu espoir de s’enfuir de cet endroit. Avec de la chance, elle finirait par trouver une ouverture pour s’évader, ou bien son propriétaire aurait assez d’argent pour lui offrir sa liberté. Mais au fond, la lycanthrope espérait simplement que ses geôliers relâchent leur vigilance, ne serait-ce que quelques instants.. Leur ouvrir le bide lui ferait tellement plaisir.
Journalisée
Prince Andros Magganon
Créature
-

Messages: 69



Voir le profil
Fiche
« Répondre #1 le: Janvier 06, 2018, 12:27:36 »

Les satyres adoraient les fêtes et s'amuser. Raghos possédait donc un amphithéâtre, de nombreux artistes de rue, une guilde de musiciens, d'acteurs et de danseurs... Et bien sur un Colisée et des gladiateurs. Pourquoi ? Parce que les dirigeants de Raghos avaient bien vite comprit que si il y avait quelque chose que le peuple aimait autant que critiquer ses gouvernants c'était une bonne exécution. Comme le jeux était aussi une part importante de la recettes pour éviter les contestations, les soulèvements et les révoltes, autant conjuguer les deux. Aussi depuis des siècle le peuple de Raghos pouvait se détendre en assistant aux combats entre volontaires et esclaves plu sou moins bien entrainés, plu sou moins bien équipés, plus ou moins féroces, qu'importe la foule avait toujours droit à sa dose de sang. L'engouement pour ces spectacles étaient tels que certains gladiateurs devenaient de véritables célébrités, des esclaves pouvaient s'affranchir et des volontaires devenir riches en quelques combats... A conditions qu'ils survivaient, et concernant les premiers du bon vouloir de leurs maitres.

Hors justement, une nouvelle étoile montait dans le cercle des gladiateurs de Raghos. On la surnommait "la louve écarlate" des rumeurs sur sa férocité et sa puissance était montée jusqu'aux oreilles d'Andros qui en bon civilisé appréciait assister à des spectacles, il avait donc décidé pour l'occasion de sortir avec ses esclaves favorites Aida et Alexa. Après avoir paillé une place honteusement chère pour sa place à la loge des membres de la Boulé il eut le déplaisir de s'assoir auprès d'Ammanèon. Un de ses opposants politiques les plus farouches, mais ici il fallait au moins garder une civilité de façade.

-Ah, notre jeune prodige. Vous vous décidez enfin à honorer l’arène de votre présence. Et dire que certains disaient que vous aviez l'âme trop délicate pour apprécier quelques petites effusions de sang.


Andros répondit à la provocation avec un sourire aussi hypocrite que celui de son interlocuteur, sachant très bien qui se cachait derrière ce "certains".

-Oh n'aillez crainte gerouste Ammanéon, c'est simplement que contrairement à ces "certains" je préfère observer le sang que je fais couler moi même. Je trouve ça plus gratifiant.

A la décharge du gerouste le sourire de celui-ci ne vcilla pas sous l'insulte mais son regard laçait des éclairs.

-Bien, quoi qu'il en soit je pense que vous allez apprécier le spectacle. Aujourd'hui on observe un duel au sommet. L'étoile montante la "Louve écarlate", une esclave lycanthrope toute récent, contre le "Marteau de la désolation" un redoutable vétéran. Un spectacle qui promet d'être à la hauteur.


Andros ne répondit en se contentant d'observer les combattants qui entraient dans l’arène. Un colosse armé d'un marteau de guerre à deux mains, cotte de maille et casque ridicule en forme de loup, contre une jeune femme sans armes ni armures.

-Il ne faut pas si fier à sa taille, cette petite est  redoutable une fois transformée mais d'un autre côté...


-La Louve va gagner.

Ammanéon observa quelques instants le prince en quêtant sa réaction. Il était de notoriété publique qu'il avait perdu sa mère, victime d'un lycanthrope lors d'une partie de chasse.

-Tient que diriez vous d'un petit paris mon prince ? Je paris 50 pièces d'or sur le Marteau.


-Si vous y tenez.

Le combat fut... décevant. Non par parce que les combattants étaient médiocres, mais parce qu'il avait été beaucoup trop rapide pour la foule; pas de suspens, pas de passes d'armes, juste un homme mis en pièce. Cependant, la foule acclama tout de même la championne.

Et pendant ce temps Andros tendant la main pour recevoir ses pièces d'or.

-Comment ?
Demanda Ammanéon rouge de colère.

-Les armes de ce type sont inutiles contre un loup garou. Beaucoup trop lente, un loup garou se déplace avec la vitesse et la rage d'un démon, inutile d'espérer le vaincre avec ça. Il vaut mieux privilégier les armes d'ast qui permettent de les tenir à distance... Ah et il faut qu'elles soient en argent ou magiques bien évidemment.

Finissant son verre de vin Andros se leva de sa place. Maintenant si vous voulez bien m'excuser gerouste, ce n'est pas que votre conversation m'ennuie mais j'ai à faire.

---------------------------------------

Enfermer dans sa cellule Natacha put finalement entendre des pas s'approcher. Sa porte s'ouvrit donc sur son maitre, et sur un satyre, habillé d'une élégante toge blanche, d'une cape rouge et d'une couronne de laurier sur la tête, entre ses cornes. Sa seul arme semblait être une épée qu'il portait à la hanche.

-C'est elle ?

-Ou... oui prince. Vous êtes sur de vouloir faire ça ?
Elle mord autant qu'elle aboie, même enchainée comme maintenant.

-Oui, oui n'ait crainte pour moi mon brave. Répondit Andros en lui lançant une petite bourse.

Andros dévisagea alors l'esclave plus profondément. Elle était belle, malgré la crasse et les privations; Mais il savait bien que cette apparence était trompeuse. les lycanthropes étaient redoutables.

-Alors c'est toi la "Louve écarlate" ? Sais-tu qui je suis ? Demanda-t-il pour la tester.
Journalisée
Natacha Landefeld
Créature
-

Messages: 52



Voir le profil
Fiche
Description
Lycanthrope grincheuse et violente, amatrice de rock.
« Répondre #2 le: Janvier 06, 2018, 01:37:59 »

Le spectacle étant terminé, il était temps de remettre la bête en cage. Seulement, avec Natacha, c’était plus facile à dire qu’à faire, mais toutefois, cela faisait aussi parti du spectacle. La lycanthrope couverte de sang pavanait le long des gradins, ses pieds nus foulant le sable si souvent gorgé de sang de l’arène, amplifiant l’ovation du public. Cela lui avait pris des mois de privations pour lui faire comprendre, mais son propriétaire avait exigé qu’elle se comporte comme tel.

Dans la foule, des blagues salaces fusaient sur son physique, mais les gens hurlaient surtout pour réclamer plus de tuerie. Un type brailla qu’il allait la retourner ce soir si Natacha ramenait son cul dans les gradins, mais elle se contenta de lui adresser son majeur. Les portes de l’arène s’ouvraient, laissant la place au personnel chargé de la reconduire en cage, et comme d’habitude, ils étaient particulièrement nerveux.
Le combat avait été trop court, et la foule scandait son surnom pour avoir une nouvelle effusion de sang. Et ces types armés de filets de capture savaient parfaitement ce qui les attendaient. Ils encerclèrent la lycanthrope qui ne s’était jamais montré coopérative au point que sa capture était aussi devenu une attraction. Tous les muscles bandés, la jeune fille était en alerte pour la suite.

"Douze types contre une pauvre fille, quelle bande de nazes."

Néanmoins, tout ça n’était qu’une façade, Natacha n’était pas autorisé à tuer les employés de l’arène sous peine de privations supplémentaires. Enfin, c’était la théorie, un coup de griffe était si vite parti… Un des hommes lança un filet sur la lycanthrope, qu’elle déchira sans peine de son bras transformé.
La jeune femme riposta en agrippant la perche d’un autre homme, le faisant basculer en avant pour lui mettre une droite bien sentie, lui faisant éclater la lèvre et voler plusieurs dents. Elle esquiva plusieurs perches, envoyant plusieurs autres hommes mordre la poussière, avant de blesser profondément à la cuisse l’un d’eux. Le sang avait coulé encore une fois, et le public rugissait, ravi de voir ce combat si inégal les garder en haleine.

Cependant, tout ça restait du spectacle, et Natacha se laissa submerger avec plus ou moins de facilités par les hommes qui l’embarquèrent sans ménagement vers les cellules. Personne ne l’appréciait ici, elle était trop difficile à contrôler et trop brutale, profitant de la moindre occasion pour causer de sévères blessures. On la jeta dans sa cellule habituelle pour l’attacher solidement aux murs avant de fermer la porte.
La cellule était sommaire, et on lui attachait toujours les bras et les jambes de peur qu’elle ne parvienne à tordre les barreaux de la porte. La jeune femme avait tout juste assez de marge de manœuvre pour accéder à la mauvaise soupe qu’on lui apportait. Son physique de lycanthrope était heureusement bien plus résistant que celui d'un humain, sans quoi cette alimentation médiocre l’aurait depuis longtemps fait flancher dans l’arène.

La jeune femme posa sa tête contre le mur avec un soupir. C’était bientôt l’heure de manger, et elle allait probablement passer son temps à somnoler afin de récupérer jusqu’au prochain combat. Cependant, ses sens aiguisés l’informèrent du caractère inhabituel d’une visite en entendant le bruit de plusieurs pas se dirigeant vers sa cellule. Elle haussa les sourcils en voyant arriver son propriétaire ainsi qu’un autre… homme ?

Natacha n’avait jamais vu de satyre de sa vie, et celui-ci était habillé comme un empereur romain que l’on voyait dans les manuels scolaires. Manifestement, il était venu pour lui rendre visite, et à en juger par la bourse jeté à son maitre, il était assez influent pour avoir l’autorisation de la voir de plus près. Personne n’avait encore pris le risque de venir la voir de près, même pas ses admirateurs les plus acharnés.

La lycanthrope adressa un sourire carnassier au satyre. Si il comptait l’amadouer avec son air noble et son beau parler, il allait être bien déçu. Elle semblait parfaitement calme, ainsi attachée au mur, mais tout le monde savait que le moindre instant d’inattention avec elle pouvait signer un arrêt de mort.

"Détache-moi et tu auras les réponses aux deux questions…"

La jeune fille était d’un calme olympien. La crasse et le sang séché qui noircissait sa peau par endroit ainsi que ses vêtements en lambeaux donnaient d’elle une image vulnérable. En apparence du moins, car tous ses sens étaient en éveil pour guetter la moindre occasion de mordre. Il n'était sans doute pas assez stupide pour la libérer, mais s'approcher...
« Dernière édition: Janvier 06, 2018, 02:01:24 par Natacha Landefeld » Journalisée
Prince Andros Magganon
Créature
-

Messages: 69



Voir le profil
Fiche
« Répondre #3 le: Janvier 06, 2018, 02:20:01 »

Andros sourit à la réponse de la jeune femme. On pouvait dire qu'il l'avait cherché celle-là.

-Malheureusement Je n'ai pas les clefs. Répondit-il avec un sourire tranquille.

En réalité une partie de lui voulait se mesurer à elle en la libérant, et lui inculquer sa force par la magie et l'épée... Mais il retint cette pensée stupide. Il avait déjà tué des loups garous, mais quand  il l'avait il était en armure et bien armé en conséquence d'armes en argent. Certes, il n'aurait pas été le premier à accomplir l'exploit de tuer avec une épée et la magie un lycanthrope, mais il avait de bonnes chances d'être tué dans l'opération. Ou au moins estropié. Cependant il s'approcha.

-Dit moi, sais tu au moins ce que tu es ? Qui tu...

La tentative de morsure fut rapide. Presque trop pour qu'il puisse réagir à temps, même en s'étant préparé. cependant il eut le temps de dégaine son épée et de porter un coup.

Natasha eut mal, plus mal qu'elle avait jamais eut en temps que lycanthrope. La lame lui avait infligé une blessure superficielle à l'épaule, mais terriblement douloureuse. Quand elle comprit ce qui lui était arrivé la pointe de l'épée de son interlocuteur était posé sur sa gorge. Elle put alors remarquer que la lame était étrangement brillante.

Une épée en argent.

-Tu me pensais aussi stupide que le reste des imbéciles que tu as tué jusqu'ici ? Demanda le satyre d'une voix dure. Il appuya légèrement la pointe de la lame sur la gorge de la jeune femme, juste assez pour faire couler une goutte de sang.

*Putain, c'était juste* Il parvint à garder un calme et un regard assuré et à empêché sa main de trembler, donnant l'impression d'être un roc de confiance. Intérieurement il l'était beaucoup moins.

-Je suis Andros Magganon, prince héritier de Raghos, la citée dans laquelle tu te trouves. Et j'ai déjà chasser t'es semblables lycanthrope, je sais comment vous tuer. Oh vous êtes des salopards coriaces, je te l'accorde mais vous êtes loin d'être increvables quand on sait comment s'y prendre. Refait moi un coup comme ça et je t'égorge dans cette cellule crasseuse. Je suis bien assez riche pour dédommager ton propriétaire.

Sur ses mots il rengaina sa lame et lui tourna le dos pour faire quelques pas dans la cellule en faisant mine de l'examiner. C'était autant une façon de se donner un air détaché que pour s 'éloigner  d'elle sans précipitation. Malgré son air assuré il n'était pas sur de pouvoir recommencé deux fois ce qu'il avait fait.

-Plutôt rustique comme comme appartements. Répond à mes questions Louve, sais tu qui tu es et ce que tu es ? Et as-tu envisager t'es opportunités de carrière ?

La dernière question n'en était pas vraiment une, mais il voulait qu'elle s'oblige à regarder la réalité en face si ce n'était pas déjà fait. Qu'elle se rende compte que sa seul issue ici c'était la mort.
Journalisée
Natacha Landefeld
Créature
-

Messages: 52



Voir le profil
Fiche
Description
Lycanthrope grincheuse et violente, amatrice de rock.
« Répondre #4 le: Janvier 06, 2018, 04:26:10 »

Les mois passés dans cette cellule, Natacha les avait mis à profit à sa manière. Triant peu à peu les plans d’évasions, elle avait fini par faire une croix sur bon nombre d’entre eux, y compris forcer les chaines de sa cellule. Son propriétaire était un homme malin, il avait remarqué qu’aussi solides puissent être les liens qui la retenaient, les maillons finissaient petit à petit par se déformer sous sa force. Régulièrement, il les faisait donc changer durant les combats.

Non, en fin de compte, elle avait déterminé qu’il lui restait deux solutions pour retrouver sa liberté. La première étant de forcer le passage sous sa forme animale en passant par les gradins, éliminant tout ce qui se trouvait sur son chemin. Un plan risqué qu’elle n’avait classé qu’en dernier recours. La seconde solution restait d’attendre que quelqu’un d’assez fou veuille la racheter pour un usage quelconque et trouver un moyen de s’échapper ensuite. Encore fallait-il que cette personne se présente.

A l’instant, Natacha se demandait réellement si ce satyre pouvait justement être cette personne, assez aventureuse pour acheter une lycanthrope incontrôlable. Évidemment, il n’était pas ahuri au point de la détacher, mais elle s’en était douté d'avance. Assise calmement au pied du mur, les poignets et les chevilles enchainés, la jeune femme n’avait l’air de rien d’autre qu’une prisonnière sale. En réalité, ses pupilles bleutées guettaient le moindre mouvement du satyre, et ses muscles étaient tendus, prêts à bondir.

Le voyant approcher, la lycanthrope sentit sa mâchoire se crisper alors que ses dents humaines se déformaient pour s’allonger en de redoutables crocs. Un des gardiens avait déjà fait les frais de cette surprise, ne s’attendant pas à ce que son joli visage puisse cacher une dentition capable de lui arracher une partie du visage. Le prince s’était approché définitivement trop près. La jeune femme bondit, tirant au maximum sur ses chaines pour viser le visage du satyre à une vitesse fulgurante.

L’attaque ne dura qu’à peine quelques dixièmes de seconde. Ses crocs claquèrent à quelques centimètres du visage de son interlocuteur, qui fut probablement sauvé par ses réflexes de combattant, ripostant par un coup d’épée instinctif. Natacha poussa un grognement de douleur en sautant en arrière, se cognant contre le mur, le corps secoué de tremblements sous le choc. Elle serra les dents pour ne pas crier, foudroyant le satyre du regard.
Une simple estafilade n’aurait pas pu lui causer autant de mal, sauf si… La lame était incrustée d’argent, ce qui fut rapidement confirmé quand elle sentit le métal précieux contre sa gorge. Natacha se retint de crier en serrant les dents : il était hors de question de lui faire ce plaisir, quand bien même elle souffrait le martyre.

"T’as mis de l’argent, espèce de salopard…"

 La lycanthrope se tut rapidement quand l’épée fit saigner sa peau délicate. Le contact était déjà un avertissement suffisant, elle ne tenait pas à tenter sa chance plus loin. La jeune femme était parfaitement au courant des effets de l’argent sur sa race, elle s’était renseignée en long et en large sur sa condition il y a plusieurs années. Ce qui ne lui empêchait pas de soutenir le regard du satyre, lui répondant avec un sarcasme non dissimulé.

"Enchanté prince chasseur de loups. Ne m’appelez pas louve écarlate, je déteste ce surnom. Natacha ça ira bien."

Natacha le regarda s’éloigner, et surtout son arme avec un certain soulagement. Il était probablement soulagé lui aussi de mettre la distance entre eux, d’autant plus qu’elle aurait guetté la moindre occasion de lui rendre la monnaie de sa pièce. Le satyre semblait occupé à la déshabiller du regard, ce qui n’était nullement une première pour elle. Les crocs dans sa bouche avaient disparu, mais elle lui adressait un sourire haineux et ne le quittait pas des yeux, comme un prédateur surveillant sa proie.

"Je connais parfaitement ma nature, et qui je suis. Je sais lire et écrire moi, je viens d’un monde éduqué, pas comme ces ploucs qui braillent dans les gradins !"

Natacha serra les poings, exerçant une forte pression sur les chaines dont le métal gémit sous la contrainte. Elle détestait qu’on la prenne de haut, et sa respiration agitée témoignait de la rage qui l’habitait.

"Tu veux m’embaucher ? Essaye seulement, si t’en as dans le pantalon ! Sinon, t’inquiètes pas pour moi va, je saurais tailler mon chemin à coup de crocs s’il le faut."

La lycanthrope perdait un peu de vue son plan d’évasion, mais son caractère explosif l’empêchait de modérer ses propos. Elle voulait simplement défier ce type de manière irraisonnée, comme une bête l'aurait fait.
« Dernière édition: Janvier 12, 2018, 01:06:59 par Natacha Landefeld » Journalisée
Prince Andros Magganon
Créature
-

Messages: 69



Voir le profil
Fiche
« Répondre #5 le: Janvier 06, 2018, 10:31:49 »

Andros commençait à sérieusement remettre en cause son idée d'acheter la jeune louve. Au départ son idée avait été d'acheter la jeune femme pour ses capacités hors normes, avoir une lycanthrope à son service était terriblement utile, peut d'êtres pouvaient les vaincre en combat singulier et ils pouvaient faire des ravages dans les troupes ennemies. Andros avait à plusieurs reprise tenté de négocier avec des clans de loup garous sans succès. Donc acheter cette lycantrhope pour son service lui avait semblé être une occasion à ne pas manquer... Problème, le specimen en question n'était pas très coopératif et Andros était sur qu'elle tenterait de lui arracher à la gorge à la première occasion, sans même se transformer si besoin était. Une partie de lui lui conseillait de tout simplement la laisser là et la laisser mourir dans cette arène, mais d'un autre côté une telle opportunité ne se représenterai sans doute pas de si tôt.

Aussi il poussa un soupir et lui répondit du ton d'un professeur qui s'adressait à une élève idiote.

-Oui, oui, tu t'échappes et tu massacres tout dans un déluge de crocs et de griffes... Et après ? Tu cros que tu vas pouvoir survivre seul très longtemps ? Tu es dans les terres du chaos, dans une région plus civilisé et calme que la moyenne certes, mais tout de même remplit de bandits, esclavagistes et de monstres. Dont certains sont bien plus dangereux que toi. De plus tu restes législativement une esclave, donc le premier réflexe des forces de sécurités seront de te capturer, même si tu n'es as transformée. Le seul endroit à peut près civilisé où tu pourrais éventuellement te réfugier serait à Ashnard mais crois moi sur parole tu ne veux pas y aller. Tu trouves l'esclavage jusqu'à Raghos désagréable ? Tu n'as pas idée de ce qui t'attends là bas.

Il lui lança une seconde pour réfléchir à sa situation et comprendre le cul de sac dans lequel elle était.

-Ici tu vas mourir. Combien de temps crois tu pouvoir tenir avant qu'un adversaire sachant tuer les loups garous comme moi ne finisse par se pointer ? Ou tout simplement combien de temps resteras tu la chouchoute du publique jusqu'à ce qu'ils se lassent de toi et que ton maître  décide que tu ne vales plus les ennuis que tu lui cause ?

Il s'approcha de nouveau, au point qu'elle aurait put l'étreindre si elle le voulait. Et cette fois planta son regard dans le sien. Répondant à sa fureur par son assurance et sa détermination.

-Moi je t'offre un toit, le gite et le couvert. Je t'offre la possibilité de te battre et de d'avoir une vie meilleur que beaucoup de gens de ce monde. Je ne t'offre pas la liberté, mais la vie. C'est beaucoup plus que quiqu'onc ici est prêt à t'accorder.


Andros avait la main posée sur le pommeau de l'épée au cas où la lycantrhope voudrait tenter quelque chose de violent. Si elle devait lui arracher le visage ou la gorge il aurait au moins la satisfaction d'avoir le temps de lui planter son arme dans le ventre.

Journalisée
Natacha Landefeld
Créature
-

Messages: 52



Voir le profil
Fiche
Description
Lycanthrope grincheuse et violente, amatrice de rock.
« Répondre #6 le: Janvier 07, 2018, 04:30:15 »

Fusillant toujours le satyre du regard, Natacha luttait contre elle-même afin de se calmer et d’analyser la situation posément. Ce satyre cherchait à obtenir ses services ? Certes elle ne l’appréciait guère, d’ailleurs elle ne supportait personne, mais il s’agissait très certainement d’une proposition qui méritait réflexion. La lycanthrope n’était pas stupide quoiqu’on puisse en dire, et elle savait parfaitement ces plans d’évasions comportaient une énorme part de risques. Demeurer plus longtemps ici n'était pas non plus une solution à long terme, quand bien même sa résistance était exceptionnelle, elle n'était pas éternelle.

Natacha écouta en silence le prince décrire un univers qu’elle ne connaissait absolument pas, et des noms qui ne lui disaient rien. Ce type la prenait vraiment pour une demeurée. Elle avait saisi depuis longtemps les difficultés dans lesquels elle se trouvait, et avait étudié en long, en large et en travers les solutions capables de la sortir de là. L’une des meilleurs étant de se montrer docile si un acheteur potentiel se montrait.
Ce satyre pompeux et arrogant pouvait-il être son ticket de sortie ? Natacha estima que cela valait la peine de tenter le coup, au pire, elle allait bien trouver une opportunité pour s’enfuir plus tard, même si ça lui prenait plusieurs mois. La lycanthrope gronda sourdement lorsque le prince s’approcha trop près d’elle à son goût : elle ne supportait pas ce genre de proximité, surtout depuis qu’on avait essayé à plusieurs reprises de la violer.

"Évite de me coller, j’ai horreur de ça…"

La tension était palpable mais, malgré la main du satyre posée sur son arme, Natacha ne baissa pas les yeux. Néanmoins, elle avait eu l’amplement l’occasion de réfléchir à cette proposition et, intérieurement, la jeune femme s’était déjà décidée. Sortir de cette prison était une trop bonne occasion pour la laisser filer, et elle aurait de toute manière, longuement l’occasion de trouver une échappatoire une fois à l’extérieur.

"D’accord le prince des boucs, mais il va falloir me dire clairement ce que t’attends de moi. Je te préviens, je ne sais pas me servir des épées ou quoi, j’ai juste fait des années de karaté."

La lycanthrope se calma bien que cette proximité rapprochée générait une tension permanente en elle, si bien qu’elle se tassa contre le mur pour mettre un minimum de distance entre eux. C’était ça, ou lui mettre un coup de tête pour lui faire comprendre qu’elle n’aimait pas ça. Son plan restait tout de même relativement simple : écouter la proposition, se montrer un minimum docile pour pouvoir prendre la poudre d’escampette à la moindre occasion. Une meilleure condition de vie, ça ne pouvait qu'être un bonus supplémentaire.

"Et tant qu’on y est, si tu veux m’embaucher, va falloir en discuter sur un pied d’égalité. Montre-moi que je peux te faire confiance et détache-moi. Je te jure que je ne ferai rien."

Il s’agissait bien évidemment d’un test plus qu’autre chose. Elle ne comptait pas se jeter sur lui, mais Natacha voulait savoir à quel point il pouvait être permissif et naïf, histoire de favoriser ses futurs plans d’évasion. Elle estimait qu’un homme prudent ne se risquerait jamais à la libérer, surtout après ce qu’il s’était passé auparavant.
Journalisée
Prince Andros Magganon
Créature
-

Messages: 69



Voir le profil
Fiche
« Répondre #7 le: Janvier 07, 2018, 06:18:30 »

Les choses semblaient aller dans le bon sens, la jeune femme commençait à comprendre son intérêt à au moins écouter sa proposition. Andros refusa de se décoller d'elle quand elle lui demandait, il fallait qu'il lui montre sa supériorité s'i voulait la mater quelque peut. Il se doutait que la jeune n'apprécierait pas, mais pour l'instant il s'en moquait. Il laissa poser ses question et fronça les sourcils quand elle lui parla de... karater ? Sans doute un art martiale utilisé sur terre, une chose qu'il avait apprit lors de ses brefs séjours sur terre était que les humains qui pratiquaient leurs arts martiaux dans leur club apprenaient des arts martiaux très épurés, destinés surtout à les défouler et bien qu'ils pouvaient se révéler utile face à une agression légère n'étaient pas efficaces dans un vrai combat face à un agresseur déterminé ou qaund on se battait jusqu'à la mort. Cette façon de faire était abhérrente pour le prince, tout les satyres qui apprenaient à se battre, que ce soit à l'armée ou avec des entraîneurs privés apprenaient vite cette réalité. "Dans un combat il n'y a aucune règle, les coups doivent être donnés pour blesser et tuer".

La dernière proposition de la jeune femme lui fit cligner les yeux de surprise.

-J'ai vraiment l'air stupide à ce point ?

Comme si il allait libérer comme ça une lycanthrope qui avait faillit lui arracher la forge quelque minutes plus tôt.

-Je ne te fais pas assez confiance pour ça, et j'imagine que c'est réciproque. Tu tenteras de me tuer ou de t'échapper dès la première occasion si je te détache, c'est pourquoi tu resteras avec un collier jusqu'à ce que je décide du contraire. Jusqu'à ce que je le décide tu resteras une esclave, avec toutes les implications qui en découle. Je ne t'engage pas, je te rachète, je suis ton maitre. Je te chargerai de missions pour moi et tu les accompliras. Si je suis satisfait, peut être finirais-je par t'affranchir.

Il ne plaisantait pas, il avait déjà accordé l'affranchissement à des hommes et des femmes qui avaient été ses esclaves, même à celles qui lui était soumis. Soit parce qu'il y voyait de l'intérêt, soit par reconnaissance de services rendus. On pouvait dire ce qu'on voulait d'Andros mais il était honnête sur ce point et il respectait la loi.

-Pour ce qui est de t'es tâches elles seront de tuer les cibles que je te désignerai, servir d'agent pour moi et mon armée. Pour ce qui est du combat je pense que ta forme lycanthropique sera suffisante la plupart du temps. Mais tu as raison, il se peut que tu ne puisses pas toujours y avoir recourt. Je t'apprendrai l'épée et le Pancras.

Andros avait finit pour le moment, il laissa la jeune femme assimiler tout ce qu'il lui avait dit.
« Dernière édition: Janvier 08, 2018, 12:54:48 par Prince Andros Magganon » Journalisée
Natacha Landefeld
Créature
-

Messages: 52



Voir le profil
Fiche
Description
Lycanthrope grincheuse et violente, amatrice de rock.
« Répondre #8 le: Janvier 07, 2018, 11:22:22 »

Cette proximité avec le satyre était de trop pour Natacha, et elle sentit ses dents s’allonger en crocs acérés une nouvelle fois, sans qu’elle puisse y faire quoi que ce soit. Finalement, le prince n’était ni un naïf, ni un imbécile, mais ce n’était pas vraiment une surprise à ses yeux et elle s’attendait bien entendu à un refus de la libérer. La lycanthrope fit grincer ses chaines en grondant, un sourire agressif garni de crocs se dessinant sur son visage.
Ce type l’agaçait au plus haut point. Elle ne supportait pas qu’on lui rappelle sa condition d’esclave dont elle avait hérité par accident, et encore moi qu’on lui fasse le coup ridicule du collier à chien. Elle n’était pas un foutu clébard ! Ni une de ces filles soumises stupides comme on en voyait dans les films ! Il était hors de question qu’elle accepte ses propositions.

Le tout était de parvenir à un compromis sans perdre de vue son plan de départ. Et surtout de garder son calme, mais pour une lycanthrope au sang chaud, c’était bien plus facile à dire qu’à faire. La manière du prince de se comporter en homme supérieur et tout permis, ne fit qu’empirer sa haine pour lui.

"Non mais qu’est-ce que tu crois ?! Que je suis un gentil toutou à qui on passe un collier ?! Dans tes rêves ! Tu veux mes services ? Va falloir y mettre les formes parce que je ne suis pas une putain d’esclave docile !"

Les crocs pointant dans sa bouche étaient une bonne illustration de sa colère actuelle. Natacha voulait réellement sortir de cet endroit mal famé, mais il n’était pas question d’être humiliée par ce type. Certes, elle tenait à sa liberté, mais sacrifier sa dignité n’était pas pour autant acceptable. Les attaches murales des chaines grincèrent à nouveau face à la fureur de la lycanthrope, mais on les avait changé récemment, et elles tinrent bon.

"Et arrête de te coller à moi ! C’est pas parce que tu bombes le torse pour faire ton fier que je vais être impressionnée ! Tu crois quand même pas que tu vas me faire aboyer ?!"

Natacha prit une inspiration pour calmer la rage qui l’habitait, la poitrine secouée par une respiration agitée. Ce n’était véritablement pas chose facile, mais elle fit un énorme effort sur elle-même pour maitriser la bête en elle. Ce n’était pas en hurlant sur le satyre qu’elle parviendrait à trouver un compromis. ; l’idée étant de négocier en faisant miroiter sa valeur supplémentaire.

"T’es peut-être habitué à des esclaves pouilleuses qui lèvent la croupe sur ton ordre, mais ce sera pas mon cas. J’ai plus de valeur que tu le crois ! Je suis bien plus cultivé que tes soldats de base et je peux être bien plus qu’un simple agent. Réfléchis un peu ! Je peux espionner, et faire des missions plus complexes que l’élimination."

De ce fait, la lycanthrope espérait bien tasser la situation pour obtenir un statut spécial. De toute manière, ce n’était pas envisageable d’être une esclave tenue en laisse, et elle désirait bien lui faire comprendre, que le satyre s’exposait à un refus en essayant de la dompter. Natacha planta son regard insolent dans celui du prince, bien trop fière pour s’abaisser à la soumission quand bien même elle n'était pas en position favorable.
Journalisée
Prince Andros Magganon
Créature
-

Messages: 69



Voir le profil
Fiche
« Répondre #9 le: Janvier 10, 2018, 04:38:14 »

Andros consentit finalement à reculer de quelques pas pour laisser plus d'espaces à la jeune femme, il laissa déverser sa bile sans répondre. Qu'elle s'énerve si elle voulait, cela ne changeait rien à la situation. Elle refusait de réaliser sa situation et Andros le soupçonnait, ses capacités pour la résoudre. Il écouta sa proposition sans manifester de réaction enthousiaste. Comme il le pensait elle surestimait ses capacités et son utilité pour le moment.

-J'y ai déjà pensé figure toi. Et je pense au contraire que tu n'es pas vraiment taillée pour l'espionnage. Tu dis que tu es cultivé mais à quel point ? Je ne sais pas d'où tu viens mais de ce que je sais sur toi tu ne sais rien des sociétés de ce monde. Je ne ne suis même pas sur que tu saches à quoi correspond Nexus et Ashnard, et encore moins qui sont les personnes à leurs têtes. Tu es peut être cultivée là où tu viens, mais ici ce savoir ne te sert à rien.

Sa langue avait claquée comme un fouet, sec et impitoyable. Il lui expliquait froidement la réalité de sa situation pour qu'elle comprenne à qu'elle point elle était désarmée et faible dans le monde qui l'entourait.

-Tu sais lire et écrire ? La belle affaire. C'est appréciable pour une esclave et une agente mais loin de compenser t'es défauts. Tu es violente, impulsive et le sang chaud. Non, tu ferais tout sauf une bonne espionnes, et beaucoup penseraient aussi que tu te ferais une mauvaise esclave. C'est pourquoi tu as été envoyée amuser les foules ici jusqu'à ce que tu meurs. Je peux te faire sortir de là, mais ce sera selon mes conditions et mes règles.

 Andros ne comptait prendre de gants ou faire de compromis. Il comptait utiliser cette lycanthrope pour atteindre certains objectifs qu'il s'était fixés. Certes, elle était belle, mais il n'avait pas l'intention de l'acheter uniquement pour ça, telle qu'il voyait les choses l'utiliser comme esclave de plaisir ou domestique, même après l'avoir dressée aurait été un gâchis de ses talents. Avoir une lycanthrope à son service présentait bien d'autres avantages pour des tâches plus violentes. Mais cette emploi serait dans une relation de maitre à esclave, tout d'abord car si il l'affranchissait dès à présent il y avait des chances qu'elles partent sans exécuter les missions qu'il lui confie et ensuite parce que Aandros ne voyait pas l'intérêt de le faire pour le moment. Autant lui faire miroiter la liberté comme une possibilité qu'elle pourra atteindre à son service, de toute façon personne d'autre ne la lui accorderait ici.


PS : Désolé pour le temps de réponse, pas mal de problèmes et de manque d'inspiration ces derniers temps.
Journalisée
Natacha Landefeld
Créature
-

Messages: 52



Voir le profil
Fiche
Description
Lycanthrope grincheuse et violente, amatrice de rock.
« Répondre #10 le: Janvier 10, 2018, 10:50:15 »

Natacha serrait les dents au fur et à mesure du discours de son interlocuteur, à s’en faire briser les mâchoires. Elle enrageait pour la simple et bonne raison que, selon ses pires craintes, il ne lui restait d’autres choix que d’accepter la proposition du satyre. Ce dernier avait entièrement raison : elle ne connaissait rien de ce monde, même pas l’endroit où on l’avait enfermé. La lycanthrope n’était nullement stupide, ni aveugle sur ses capacités si bien qu’elle avait déjà envisagé un refus.

Son argumentation n’était en rien une proposition réaliste, d’ailleurs l’espionnage n’était ni son fort, ni son intérêt, mais simplement une tentative pour duper le satyre. Elle avait besoin de marge de manœuvre pour s’évader, ce qui lui était actuellement refusé. Dans cette optique, Natacha avait moins beaucoup de possibilités pour filer en douce, ce qui compromettait gravement ses plans. Pire encore, elle allait devoir ravaler sa fierté et se comporter en esclave, ce qu’elle ne supportait pas.

« Très bien… J’accepte. » Natacha venait de prononcer ces deux simples mots avec une énorme boule dans la gorge.

Le jeune femme ruminait sans quitter des yeux le satyre. Elle faisait un effort absolument titanesque pour ne pas lui hurler sa rage à la figure, et jouer le jeu de l’esclave s’avouant vaincu. Loin de là, elle n’avait pas le moins du monde abandonné ses désirs de liberté ni rendu les armes.

« Mais je te préviens. Si tu essayes de m’humilier, de me rabaisser ou de te moquer de moi, je te jure que je me vengerai. Même si ça me prendra du temps, je te ferai payer la moindre humiliation au centuple. »

Il résidait tout de même une grande part de fierté en elle, et il était hors de question de se montrer docile comme une esclave de base. Bien au contraire, le prince avait intérêt à se montrer extrêmement prudent car à la moindre occasion, la lycanthrope s’était jurée de le mettre en pièces. Quand bien même elle venait d’accepter d’être à son service, Natacha était incapable d’intégrer la notion de servilité et cela semblait complètement évident.

« Maintenant détache-moi ! Tu as ce que tu veux, je ferai tes fichues missions… Tu as ma parole que je ne ferai rien contre toi. »

Pour l’instant, pensa-t-elle. Dès le début, Natacha n’avait absolument rien d’une esclave résignée à une vie de servitude, et son sale caractère était très loin d’être dompté. La lycanthrope serrait les poings avec force, faisant grincer les chaines continuellement, les yeux brillants d'une colère contenue, complètement à l'opposé d'un regard soumis. Malgré tout cela, elle était sincère et prête à jouer le jeu du satyre. Au moins pour un temps.
Journalisée
Prince Andros Magganon
Créature
-

Messages: 69



Voir le profil
Fiche
« Répondre #11 le: Janvier 13, 2018, 04:00:02 »

Andros hocha la tête, il avait réussit à convaincre la jeune esclave et elle lui avait donné sa parole visiblement à contre coeur. Andros ne pensait pas qu'elle était vraiment sincère mais bon, au moins il ne s'était pas opposé à un refus nette. Cependant cela ne voulait pas dire qu'il allait lui faire confiance juste avec cette accord.

-Je te traiterais comme je l'entendrai esclave, que ce soit en bien ou en mal dépendra de toi ou de ton comportement
. Dit-il d'une voix ferme mais pas insultante pour autant.

Il se retourna alors pour se diriger vers la porte de sortie.

-Je reviens aussi tôt que possible, il faut que je face la procédure d'achat et que je règle un détail.

La porte refermée Andros alla voir le propriétaire de Natacha pour négocier son rachat. Ce dernier fut particulièrement surpris quelqu'un veuille acheter sa furie, surtout après que ce quelqu'un ait discuté avec elle. Andros qui s'attendait à devoir à engager des négociations, au moins pour la forme, fut très surpris de voir le laniste* lui proposer dès le départ un prix risiblement bas. Normalement les gladiateurs se vendaient chères, mais ce prix était à peine celui d'un esclave de travaille. L'empressement de l'homme à se débarrasser d'elle était perceptible.

Une fois le prix payé Andros se dirigea vers la sortie.

-Mais sire... Et votre acquisition ?

-Ne vous en faites pas, je dois juste régler quelque chose. Je viens vous en débarrasser juste après.

Andros partit au quartier des forgerons pour passer une commande spéciale.

-Il doit être en argent pure le collier ?
Demanda Hephaisten, le forgeron Satyre.

-Non, je veux pouvoir contrôler sa transformation, pas l'annuler complètement. De plus de l'argent pure la ferait terriblement souffrir au quotidien. Je veux la maîtriser, pas la torturer.


Hephaisten réfléchit quelques secondes.

-Cela devrait se faire prince.
Mais ce ne sera pas gratuit.

Andros haussa un sourcil en voyant la note. Ce collier lui coûtait beaucoup plus chère que l'esclave en elle même.

Deux heures après sa discussion avec le prince, la porte de la cellule de Natacha s'ouvrit à nouveau, cette fois ce fut une dizaine d'hommes qui entrèrent dans la cellule, armés d'épées en argent, de gourdins et de perches. Andros et le propriétaire entrèrent à leur suite.

-Commencez à la détacher
. Déclara le gros bonhomme ruisselant de sueurs. Visiblement cette situation ne le mettait pas très à l'aise.

Les gardes, tout en s'assurant de tenir Natacha en joue avec leurs perches et leurs épées commencèrent par lui retirer les fers qu'elles portait autour du cou, avant de le remplacer par un collier finement travaillé. Natacha pouvait ressentir une petite gêne en le portant mais rien de particulier. Ah si, une chose. Quand elle tenta de se transformer en loup garou, elle en fut incapable.

-Merci pour votre achat seigneur, bonne chance avec votre nouvelle acquisition.
Dit le marchand, une fois Natacha libérée de ses entraves, visiblement soulagé que tout se soit bien passé.

-Oui, oui, merci. Suis moi Natacha.
Il fit signe à sa nouvelle esclave de le suivre.

--------------
* le laniste est dans la Rome antique un marchand, entraîneur et propriétaire de gladiateurs.
Journalisée
Natacha Landefeld
Créature
-

Messages: 52



Voir le profil
Fiche
Description
Lycanthrope grincheuse et violente, amatrice de rock.
« Répondre #12 le: Janvier 13, 2018, 10:05:49 »

La lycanthrope ruminait en silence, à présent en tête à tête avec elle-même dans cette cellule peu ragoutante, ayant la désagréable impression d’avoir rendu les armes. Comme un goût amer de défaite sur la langue, mais avait-elle réellement le choix ? Elle tentait de s’en persuader tandis que son acheteur s’était absenté, pour conclure l’affaire supposait-elle.
Comme cela lui arrivait souvent après avoir trop sollicité sa métamorphose, Natacha commençait à avoir particulièrement faim. Non pas qu’il s’agissait d’une nouveauté, étant régulièrement mal nourri durant sa captivité, mais le satyre l’avait particulièrement agacé et venait de réveiller son appétit. Son ventre se mit à gargouiller sourdement dans le silence de la prison.

Les bons gros pavés de viande de la Terre lui manquaient sérieusement, et cela lui redonna un regain de motivation : elle était forte, et il était hors de question de se laisser abattre quelque soit les difficultés qui l’attendaient. Natacha s’attendait à devoir essuyer des humiliations, mais ça n’allait définitivement pas stopper sa volonté de s’en sortir. Elle tourna et retourna ses pensées durant les deux heures suivants le départ de son nouveau propriétaire.
Natacha releva la tête aux bruits des pas, observant la cohorte d’hommes armés ouvrir la porte de sa cellule. Il eut un sourire narquois envers son ancien propriétaire, celui-ci ayant toujours une peur bleue de la lycanthrope. L’homme suait et puait la terreur par tous les pores de sa peau. Rapidement, on l’immobilisa de toute part, et elle ne fit pas un geste pour se défendre, arborant un sourire amusé.

« Eh bah, vous avez sorti les grands moyens pour moi. Vous êtes sûrs d’être assez nombreux, les gars ? »

Elle ne pouvait s’empêcher d’adopter un ton moqueur face à la débauche d’armes que ces types avaient déployés. Et d’un coup, cela la flattait. Les hommes lui enfilèrent un collier, probablement incrusté d’argent au contact qu’elle ressenti, mais encore une fois, elle ne protesta pas. La lycanthrope soupira longuement, agacée par cette méthode mais sa parole avait été donnée, et elle ne reviendrait pas sur sa décision.
Le contact du collier était désagréable, et elle comprit rapidement que son but n’était autre que de la maitriser, voire d'empêcher totalement sa transformation. Ce prince n’était pas assez idiot pour emmener une créature incontrôlable avec lui, et elle poussa un soupir de lassitude. Cela ne serait pas de la tarte de gagner sa confiance, mais elle ne perdait pas espoir de s’échapper à la moindre occasion.

« Hum, ça fait du bien. » Dit-elle en se frottant les poignets, une fois détachée. Tous les gardes la regardaient avec un air méfiant, prêts à servir de leurs armes pointées vers elle.

Ce qu’elle estima particulièrement amusant, ne s’étant même pas donné la peine de les avertir de ses intentions pacifiques ni même d’avoir donné sa parole au prince de demeurer inoffensive. Natacha respectait au moins sa parole, mais ces types-là n’avaient pas besoin de le savoir, non ? Ce serait moins drôle sinon.

« Bouh. » La jeune femme ne put se retenir de ce petit écart lorsqu’elle passa devant son ancien propriétaire, suivant les pas du prince. L’homme eut d’ailleurs, un petit sursaut satisfaisant.

Natacha suivit Andros à l’extérieur de l’arène, sortant pour la première fois du bâtiment et plissant les yeux sous la lumière extérieur. Son estomac gargouillait et elle se massait le coup, trouvant la présence du collier relativement désagréable. Toutefois, être sorti de sa cellule était une petite joie en soi, et elle ne put s’empêcher de sourire en sentant l’air extérieur, sans odeur de sang.

« Bon, et maintenant ? C’est quoi la suite ? A vrai dire, j’ai une faim de loup et je me décrasserai bien aussi. »
Journalisée
Prince Andros Magganon
Créature
-

Messages: 69



Voir le profil
Fiche
« Répondre #13 le: Janvier 19, 2018, 06:16:14 »

Andros ne parvint pas à cacher un petit sourire devant la réaction du laniste qui recula en sursautant pitoyablement devant le "bouh" de la jeune femme. Normalement il aurait dû lui dire de respecter les autres hommes libres mais lui même n’appréciait ps vraiment le personnage et il laissa donc l'affront couler.

Une fois sortit il put entendre l'estomac de la louve grogner ce qui lui fit froncer les sourcils. Normalement les gladiateurs étaient plutôt bien nourris pour pouvoirs donner un meilleur spectacle lors de leurs combats. Soit aitre avait été un piètre laniste, soit elle lui faisait tellement peur qu'il préférait la garder affaiblie. Quand elle lui demanda qu'elle était le programme et mentionna sa fin et son envie de se décrasser le satyre sourit.

-Les deux sont prévus. Nous discuterons de ce que j’attends de toi plus tard. Nous allons aller à ma villa, là bas tu y mangera et y feras un brin de toilette, on te fournira aussi des vêtements neuf.
Il jeta un regard sur les loques qui vétissaient la jeune femme.

-Mes esclaves ont un certains standing à respecter.  

En marchand dans les rues de Raghos la jeune femme pour se rendre compte qu'au niveau des terres sauvages, la ville était une véritable métropole. La population dans les rues était nombreuses, la ville était organisée en quartiers, les rues étaient propres et des miliciens patrouillaient pour faire respecter l'ordre. Elle pouvait constater aussi que si la principale race de la ville était les satyres il y avait aussi des humains, surtout des femmes, qui marchaient dans les rues; certaines portaient un collier d'esclave, mais pas toutes. Bien sur la cité comptait aussi son lot d'émissaires, de marchands, migrants et aventuriers, ce qui expliquait en partie aussi cette diversité.

Ils arrivèrent alors à la villa du prince, très grande selon le standards de la ville.  Ils furent accueillit à l'entrée par une grande femme à la peau verte qui faisait la même taille qu'Andros, mais musclée, elle ne manquait pas de charme malgré ce que les gens pensaient généralement des orcs. Elle portait comme Natacha un collier d'esclave mais plus décorée. Elle les salua avec un sourire.

-Bonjour seigneur Andros.

-Salutation Raksana. Rien à signaler ?

-Un voleur seigneur, je suis contenté de lui briser le poignet avant de le laisser filer, histoire qu'il serve de leçon pour ses copains.

-Bonne initiative.
Commenta Andros avec un sourire.

Il se tourna ensuite vers Natacha.

-Voici la demeure où j'habite, c'est désormais la tienne. Tu y occuperas les postes que je te donnerai et accomplira les taches dont je te chargerais. En attendant allons manger.

Andros accompagna Natacha dans la salle à manger de la villa, une grande pièce avec des nombreuses tables. Le propriétaire lui fit signe de s'assoir et quelques minutes plus tard deux esclaves apportaient à Natacha de quoi se sustenter. De la viande de cerf rôtie accompagnée de légumes, du pain et un d'eau. Pas un plat exceptionnel, mais c'était bien supérieur que ce à quoi avaient droit de nombreux esclaves. Sans parler de ce qu'on avait servit à Natacha.


« Dernière édition: Janvier 21, 2018, 09:46:44 par Prince Andros Magganon » Journalisée
Natacha Landefeld
Créature
-

Messages: 52



Voir le profil
Fiche
Description
Lycanthrope grincheuse et violente, amatrice de rock.
« Répondre #14 le: Janvier 20, 2018, 02:48:27 »

Marchant placidement derrière le satyre, Natacha observait pourtant avec attention l’architecture de la ville, et la population peuplant ses ruelles. Elle n’avait pas perdu de vue son but premier, celui de prendre la fuite dans un futur plus ou moins proche, et tout repérage des lieux était bon à prendre. La ville lui semblait bien plus riche et prospère qu’elle n’aurait pu l’imaginer, surtout en comparaison des terres désolées qu’elle avait parcouru avant d’arriver ici, mais elle ne montra guère de signe d’admiration.
La jeune femme se gratta nerveusement son cou encerclé par ce collier qui la démangeait. En y réfléchissant, cet objet allait bien être le plus gros de ses problèmes si elle voulait partir, mais Natacha n’était pas si inquiète à son propos. Après tout, si le prince devait lui confier des missions, l’empêcher de se transformer n’était pas une solution acceptable à long terme, et le moment viendrait où il devrait certainement le lui retirer. La patience était, en fin de compte, la clé de sa liberté.

Leur arrivée à la villa fut un net soulagement pour la lycanthrope impatiente de se restaurer, mais surtout de pouvoir se décrasser de fond en comble. Elle n’appréciait pas non plus déambuler dans les lieux publics, habillée de frusques qui ne cachaient pas suffisamment ses courbes à son goût. Suivant le prince, elle leva la main pour saluer Raksana familièrement.

« Salut la grande. » Lui lança-t-elle en suivant Andros à l’intérieur de la luxueuse villa, l’estomac grognant d’impatience.

A la vue du luxe étalé et des diverses esclaves, Natacha comprit bien vite que son nouveau maitre était richissime, mais prit également le temps de noter la disposition des lieux. Cette richesse n’était pas pour lui déplaire : tout confort supplémentaire par rapport à sa cellule était le bienvenue, quelque soit les circonstances.

« C’est sympa comme piaule en tout cas. Je vois qu’on aime pas mal les femmes-esclaves et les banquets hein… » Natacha retint mal un ricanement en s’installant à une des tables, ayant désormais l’impression de participer à un genre de péplum comme on en voyait les films.

Les quelques minutes d’attente était bien trop longues pour elle, tant son estomac criait famine, et la jeune femme ne put s’empêcher de fixer d’un air affamé les plats qu’on lui apportait. Bien que ce n’était pas l’envie qui lui manquait, Natacha eut assez d’éducation et de présence d’esprit pour ne pas se jeter sur la nourriture en la dévorant à pleine mains. Néanmoins, son assiette se vida tout de même à une vitesse spectaculaire et, même si elle reprit à plusieurs reprises des morceaux supplémentaires, il n’en resta pas même une miette.

« Ouf. Merci, j’avais besoin de m’en faire péter le bide après la bouffe qu’on sert à l’arène. »

Natacha se laissa tomber au fond de son siège, un sourire satisfait sur le visage et le ventre repu après ce qui lui semblait un festin. Décoinçant un bout de viande d’entre ses dents avec son ongle, elle croisa les jambes sous la table, désormais peu motivée pour se lever.

« Et les bains, c’est par où ? Je suppose qu’il doit y avoir des sortes de thermes pour se décrasser puisqu’il y a un standing à respecter. »
Journalisée

Tags:
Pages: [1] 2
  Imprimer  
 
Aller à:  

Powered by SMF 1.1.20 | SMF © 2006-2007, Simple Machines
Awake and Dreaming - Le Grand Jeu
ChatBox