banniere
 
  Nouvelles:
De nouvelles places sont ouvertes pour le poste de modérateurs, si vous êtes intéressés, merci de vous présenter ici.

Fin des postulats aujourd'hui, si vous êtes intéressés n'hésitez pas !

Liens utiles: Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Cacher les avatars

Le Grand Jeu - Forum RPG

Bad langage Discrimination Drugs Sex Violence Gambling

Bonjour et bienvenue.

Ce forum présente des oeuvres littéraires au caractère explicite et/ou sensible. Pour ces raisons, il s'adresse à un public averti et est déconseillé aux moins de 18 ans. En consultant ce site, vous certifiez ne pas être choqué par la nature de son contenu et vous assumez l'entière responsabilité de votre navigation.

Bonne visite ! :)

Pages: [1] 2 3
  Imprimer  
Auteur Sujet: Achat et soumission [PV Alice et Betty]  (Lu 457 fois)
Prince Andros Magganon
Créature
-

Messages: 67



Voir le profil
FicheChalant
« le: Janvier 04, 2018, 08:42:58 »

La journée était spéciale pour les habitants Raghos; les marchands d'esclaves étaient en ville ! Parce qu'il était un royaume assez enclavé et éloigné des grandes puissances et des principales routes commerciales qui passaient par Ashnard et Nexus,son peuple avait difficilement a de nombreux produits de luxe. Comme la soie et les esclaves de lointaines contrées. Donc, quand un marchand important venait présenter ses marchandises sur l'Agora des esclaves, il était assuré de s'attirer une vaste clientèle, au grand damn des commerçants locaux.

Et c'était là que se trouvait Andros, comme beaucoup de ses concitoyens pour assister à la vente et peut être acheter quelques esclaves., certes il était très heureux avec Aida et Alexa, mais davantage de maitresses ne pouvait pas aire de mal. Sans oublier que ça participait à son prestige. Finalement le marchand présenta une de ses dernières esclaves, une belle fury chienne au pelage noir. Elle était vraiment ravissante, certes elle manquait un peut de poitrine mais sa participait à son charme et au pire ce n'était pas comme si il n'y avait pas de moyens pour l'agrandir. Après quelques instants de réflexions Andros arrêta sur elle son choix.

-Les enchères commencent à 5000 mesdames et messieurs !
S'exclama le marchand.

-6000 !


-7000 !

- 10000 !

- 20000 ! Intervint Andros.

Il y eut quelques hésitations mais personne n'osa poursuivre. Tout le monde savait que le prince du royaume était plus riche que tout les nbles de la ville grâce à ses conquêtes, ses investissements et les terres qu'il possédait.

-Adjugé au seigneur Andros !

 Une fois l'argent passée de main, la fiche d'esclave échangée et les formalités administratives accomplies Andros se saisit de la laisse de la fury et la tira vers lui.

-Bien, tu m'appartiens désormais esclave. Sais tu qui je suis ?
Journalisée
Alice et Betty
Terranide
-

Messages: 25



Voir le profil
Fiche
« Répondre #1 le: Janvier 05, 2018, 12:45:42 »

Alice et Betty étaient en mission, comme souvent c'était périlleux, et surtout c'était nécessaire d'être prudente. Et pourtant, elles s'en doutaient depuis le début, allez dans les contrées du Chaos était un mauvais plan, du genre qui sent mauvais et n'apporte que des ennuis. Mais vu leurs statuts, rentrer bredouilles leur vaudra certainement une rétrogradation et des mains baladeuses... Donc le choix était vite fait ! Elles s'y rendirent, trouvèrent la cible et tout se passa... mal, très mal en fait. La cible les neutralisa avec du gaz, puis au lieu de les tuer il se contenta de les ligoter et les emporter au marché. Oh, les gens du marché n'étaient pas stupides au point d'acheter deux féroces femmes Tekhannes, loin de là... C'est ainsi que le marchand dépité se résigna à les emporter pour les vendre lui-même à l'extérieur du marché principal, là où personne n'aura peur d'acheter ces deux créatures ! Ainsi le vendeur fit sa route, s'enfonçant dans les contrées du Chaos avec ses proies attachées solidement, au milieu d'autre dans une remorque en bois. Bien sûr on les avait désarmées et on les présentait tout de même comme des esclaves formées au combat.

Cela ne fut dès lors pas long, une fois Betty exposée avec un petit string noir se camouflant dans son pelage, la vente débuta, seins à l'air, on la fit tourner sur elle-même sous la menace d'une lance. Elle grogna bien sûr, furieuse, son amie Alice elle, était à l'arrière dans la réserve du vendeur. Il ne comptait pas tout vendre aujourd'hui ni au même endroit, histoire de faire plus de bénéfice possible. Les ventres séparément étaient bien plus profitables pour lui que de devoir en faire un lot ! Bref, Betty tout exposée ou presque était furieuse bien sûr, mais aussi effrayée, elle savait se battre, mais sans ses armes à feu, et sans même ses couteaux... Elle se sentait toute nue, et puis ils étaient nombreux quand même, et tout étranges à ses yeux. Surtout le satyre là, celui qui la fixait comme un pervers devant une petite fille ! Elle finit même par être vendue à cette bête, car oui, elle se voyait clairement plus civilisée que lui ! Mais une fois déposée devant lui, elle se sentit toute petite, minuscule en comparaison avec lui. Betty faisait dans le mètre soixante, donc près de trente centimètres de moins que son futur bourreau. Mais ce n'est pas la taille qui faisait peur, elle pratiquait les arts martiaux et était entrainée.

- Un foutu satyre, une bête sauvage des terres désolées, ça te va ? Et mon nom est Betty ! B-E-T-T-Y espèce de malappris !

Oh oui elle avait du caractère, comme sa partenaire, mais des deux c'était aussi la moins sage. Même avec des fers aux mains et pieds, elle gardait la tête haute. Et puis elle avait déjà subi ce genre de choses, et en gardait un souvenir... excitant, se faire humilier à longueur de journée, violée, devoir se promener remplie de sex-toys en public... Elle secoua un peu la tête, fronçant les sourcils, c'était excitant, mais elle voulait reprendre le boulot pour ne pas devoir subir cela au boulot à son retour !

- Laissez-moi rentrer chez moi, où toutes les forces de police de Tekhos se lanceront après vous !

Oh, ce n'était pas vraiment que du bluff, les femmes de Tekhos mettent un point d'honneur à soumettre les hommes et montrer leur supériorité. Surtout faces aux hybrides et autres boules de poils comme elle-même. Elle avait eu du caractère pour gagner son poste, et pour le garder encore plus, désormais elle comptait bien montrer que tout cela n'était pas en vain !
Journalisée
Prince Andros Magganon
Créature
-

Messages: 67



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #2 le: Janvier 05, 2018, 02:42:59 »

Andros devait bien l'avouer, il avait été surpris par les paroles de l'esclave. D'abord le fait de se faire traiter de bête sauvage, premièrement parce qu'en tant que prince de Raghos c'était excessivement rare qu'on ose lui parler comme ça et ensuite parce ce que venant d'une furry ce genre d'insulte était très ironique, après tout si il y en avait un des deux qui avait le plus de caractéristiques animales c'était surement elle. Par contre sa tirade sur les forces de police de Tekhos le fit éclater de rire tellement l'idée lui semblait ridicule. Comme si Tekhos allait dépêcher des troupes pour des esclaves !

La gifle partit avant que la tyrannide ne comprenne ce qui lui était arrivé. Elle l'avait fait rire, mais l'insubordination ne pouvait être toléré.

- Je suis Andros Magganon, prince de Raghos esclave et je te nommerai de la façon qui me plait. Pour l'instant ce sera chienne. Toi tu peux m'appeler maitre à partir de maintenant. Et si t'avises de me menacer encore une fois et de me raconter des sottises il t'en cuira.

Il fallait l'admettre, elle avait du caractère pour oser lui tenir tête alors qu'elle était enchainée et qu'elle faisait trente bons centimètres de moins que lui, tant mieux, elle n'en serait que meilleur à briser.

-Tu es une esclave, t'es seuls ambitions désormais doivent être de m'obéir et me plaire. Si tu t'avises de me désobéir ou de me tromper un châtiment en conséquence te sera affligé. Viens maintenant.

Et sans la laisser discuter il se retourna et tira sur la laisse pour la forcer à le suivre.

En marchand dans les rues de Raghos la jeune femme pour se rendre compte qu'au niveau des terres sauvages, la ville était une véritable métropole. La population dans les rues était nombreuses, la ville était organisée en quartiers, les rues étaient propres et des miliciens patrouillaient pour faire respecter l'ordre. Elle pouvait constater aussi que si la principale race de la ville était les satyres il y avait aussi des humains, surtout des femmes, qui marchaient dans les rues; certaines portaient un collier d'esclave, mais pas toutes. Les gens se faisaient souvent l'image des satyres violent et libidineux qui ne savaient que violer et prendre de forces les femmes. Ce qui avouons le, était parfois vrai. Mais les satyres pouvaient aussi se révéler être doux, délicats et cultivés, c'est pourquoi beaucoup parvenaient à séduire des humaines de passage à Raghos, ou membres de peuples vassaux et alliés pour les épouser. Malheureusement pour Betty elle risquait bien de ne jamais voir cette facette des satyres. Bien sur la cité comptait aussi son lot d'émissaires, de marchands, migrants et aventuriers, ce qui expliquait en partie aussi cette diversité.

Ils finirent par arriver à la villa du prince de Raghos, une gigantesque villa selon les standards de la ville,  Andros l'avait construire il y a 5 ans après sa victoire sur le royaume de Thébia, finançant sa villa avec sa part des pillages et de ses revenus. Et il fallait le dire, il ne le regrettait pas.

Spoiler  

Une orc armée d'une épée et d'un bouclier, visiblement une garde le salua quand il entra.

-Bonjour seigneur Andros.

Elle portait elle aussi un collier d'esclave. Andros sourit et la salua.

-Bonjour Raksana. Rien à signaler ?

-Rien sire. Je continue à veiller sur vos bien.

-Je te fais confiance Raksana, continue comme cela.

Andros lâcha la laisse de Betty.

-Voici la demeure où j'habite, c'est désormais la tienne. Tu y ocupperas les postes que je te donnerai et accomplira les taches dont je te chargerais. Est-ce clair ?

Journalisée
Alice et Betty
Terranide
-

Messages: 25



Voir le profil
Fiche
« Répondre #3 le: Janvier 05, 2018, 05:55:23 »

Tekhos n'allait surement pas venir pour sauver des esclaves, c'est vrai, sauf si derniers sont des membres de leurs forces de police, surtout la police militaire de Tekhos ! Mais ça il l'apprendra surement tôt ou tard à son plus grand regret, du moins elle l'espérait au fond d'elle. Prenant une gifle, elle le fixe durement, elle était habituée à pire et ce n'était pas une toute petite gifle qui allait lui faire peur. Surtout quand on sait qu'elle a dû endurer des gangs-bangs par des furies dix fois plus fort que le satyre ne le serait jamais. Elle l'observe donc écoutant en serrant les crocs d'énervement, si elle n'était pas attachée il aurait déjà son poing dans la figure ! Enfin... non, car elle doit se tenir au règlement et donc ne peut rien lui faire pour le moment. En plus ils sont loin de Tekhos et elle ne peut donc faire régner la loi, encore moins la loi martiale ! Elle soupire un peu, puis à sa demande le suit tenu en laisse. Une chose inutile au possible, elle pouvait mordre et mâchouiller la laisse pour s'en défaire si l'envie lui prenait.

Elle arriva donc à la grande demeure, pleins de murs, de couloirs et de petite fenêtre, ce n'était pas si grand en hauteur, mais ça avait son charme il faut le dire. Et l'idée d'y passer des vacances lui plaisait assez à vrai dire, pourquoi ne pas profiter un peu de ce moment pour faire une pause dans sa difficile carrière ? Elle regarde le roc, puis entre avec son "maitre" pourquoi ne pas jouer la comédie d'ailleurs ? L'endroit ne semblait pas si ma çà vivre.

- Oui oui connard, c'est clair, crois-moi quand mes amies arriverons tu feras moins le fier avec ton épée et bouclier !

Elle le fusilla du regard, mais dans le fond elle s'amusait presque à le provoquer, ça avait quelque chose de tentant, pour voir comme il réagira...
Journalisée
Prince Andros Magganon
Créature
-

Messages: 67



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #4 le: Janvier 05, 2018, 07:51:54 »

L'esclave refusait visiblement de s'incliner. Andros répondit à sa bravade avec un sourire amusé.

-Intéressant. Peut être les ajouterais-je à mon harem, tu ne seras pas trop dépaysé comme ça.

Andros fit mine de réfléchir quelques instants avant d'ajouter.

-Je crois que tu es encore trop indisciplinée pour faire une bonne esclave. Je pense que je vais devoir changer ça. Raksana !

-Oui maitre ?
Demanda l'orc en s'approchant.

-Va l'attacher dans la salle de dressage je te prie.

-A vos ordres.


Raksana prit la furry par la laisse et la força à la suivre à travers la maison jusqu'à arriver dans une pièce froide et assez sombre remplit de cages, de pilori et autres joyeusetés.

-Tu n'auras plus besoin de ça
. Dit-elle en arrachant son string.

-Entre là dedans.
Raksana força la furry à rentrer dans une cage trop petite pour qu'elle puisse y tenir debout. Elle était obligée de se tenir à genoux, la tête baissée. le but était de créer un inconfort tout en l'obligeant à s'habituer à une position de soumise.

Andros prit son temps pour se préparer. Il arriva une heure plus tard dans la salle torse nue, avec un chat à neuf queue dans la main, et une petite valise qu'il posa sur un siège. Le chat à neuf queue s'il semblait ordinaire était en réalité imprégné de magie rose pour qu'à chaque coup de fouet du plaisir se mélange à la douleur. Il déverrouilla la porte de la cage et dit :

- Nous allons commencer par les bases. Sort et met toi à genoux devant moi pour me saluer. 

Journalisée
Alice et Betty
Terranide
-

Messages: 25



Voir le profil
Fiche
« Répondre #5 le: Janvier 07, 2018, 01:14:14 »

Elle aura au moins essayé de jouer les dures, après tout, il fallait se montrer forte en tant que femme de Thekos ! Elle savait pourtant que ça n'était pas bon de faire ça, mais dans le fond... Elle ne pouvait se résigner à jouer la comédie pour toujours, encore moins à faire semblant d'être faible. Car oui, elle ne l'était pas, elle l'écouta encore parler de Harem, d'y mettre ses amies... Elle commençait alors à le cerner, narcissique, imbue de sa personne et surtout, convaincue à tort de son pouvoir en ces lieux. Enfin, si, ici il avait du pouvoir, comme un petit chef de gang dans une ruelle quoi ! Il devait ignorer ce qu'était le monde en dehors de ses frontières, c'était la seule explication possible. Elle regarda donc l'orc, puis voyant l'énorme bête verte musculeuse ne tente pas vraiment de lui résister. Après tout ces monstres pouvaient briser des os à main nue ! Et elle n'avait pas un squelette renforcé pour sa part ! Elle marcha donc dans la demeure, admirant la collection de peau et de cailloux taillés du propriétaire des lieux. Continua vers une pièce froide, sombre et remplie d'outils en bois utilisé sans doute pour torturer des gens.

Elle n'allait pas les traiter de primitifs sur ce point-là, en bois ou en métal, un cheval de torture reste un chevalet de torture. Et une menotte en bois était bien assez solide pour retenir quelqu'un ! Elle sentit alors une main caresser furtivement son ventre, descendre vers le string et le chopper avec de gros doigts libidineux. Le ridicule bout de tissus se déchira et tomba au sol, d'ailleurs il y en avait d'autres su rle sol, des restes... Sans doute des brassières en tissus, par là des morceaux de manches de chemise ou de t-shirt... Elle écoute alors l'ordre, puis grogne un peu et va dans la cage y rentrant à quatre pattes et finissant à genoux. Elle n'avait pas beaucoup de place, mais sa souplesse l'aidait, après tout les chiennes étaient connues pour leur souplesse et leur endurance. Elle finit par rester à quatre pattes, une position presque naturelle pour elle quand on la regarde de loin où était la différence entre le chien et l'humaine chez elle ? Presque aucune, elle attendait donc, dix minutes, puis trente, enfin une porte s'ouvrit. La satire était de retour, un petit outil à lanières courtes en main, sans doute pour le dressage dont il avait parlé.

La belle chienne l'écoute alors, soupire doucement et sort de là, en silence cette fois. Elle n'avait pas vraiment envie de se faire châtier pour le moment. Elle s'agenouille donc après avoir marché à quatre pattes et le regarde alors, les genoux l'un contre l'autre, sa fourrure cachant astucieusement tout ce qu'il y avait à voir de toute façon. Elle ne pouvait sentir la magie, après tout elle n'était pas magicienne, ni rien du genre. Elle n'avait vu que peu de magie dans sa vie, et c'était toujours spectaculaire, il était cependant peu probable qu'une magie opère sur une ignorante à ce domaine.
Journalisée
Prince Andros Magganon
Créature
-

Messages: 67



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #6 le: Janvier 07, 2018, 07:01:55 »

La furry sortit de la cage sans faire d'histoires. Bien, elle se mit à genoux devant lui mais au lieux de garder la tête baissée elle le regarda droit dans les yeux et ne prononça pas un mot. Pas terribles comme salutations. Andros marcha alors tranquillement autour d'elle pour se placer derrière elle, et avant qu'elle ne puisse dire quoi que ce soit abattit avec précision le chat à neuf queue sur ses fesses. Une vive douleur se répandit dans le corps de la jeune femme mais aussi une pointe de plaisir.

-Tu dois baisser la tête quand tu me salue et ne la relever que quand je t'en donne l'ordre.
Expliqua Andros du ton qu'utiliserait un professeur sur un élève récalcitrant.

Et avant que Betty ne puisse répondre quoi que ce soit, une nouveau coup s'abatis sur elle.

-Et je t'ai dit de me saluer, aurais tu perdu ta langue chienne ?

Il cessa d’abattre le fouet, d'abord car elle n'avait fait aucun autre faut pas mais aussi parce qu'il voulait laisser le temps aux effets du fouet de bien se propager. Beaucoup considéraient la magie rose comme inoffensive ou utile uniquement pour pimenter ses relations sexuels, mais elle pouvait se montrer très vicieuse dans ce genre de situation. Créant de la douleur en même temps que du plaisir elle permettait de troubler l'esclave visée, de lui faire perdre conscience de ses sentiments et de ses propres désirs en lui faisant confondre douleur et plaisir.

Et Andros comptait bien l'utiliser pour soumettre cette petite furry rebelle. A la fin elle serait totalement soumise et dévouée à lui.
Journalisée
Alice et Betty
Terranide
-

Messages: 25



Voir le profil
Fiche
« Répondre #7 le: Janvier 09, 2018, 01:27:22 »

Le chat mordit, heureusement sa fourrure absorba une petite partie, elle gémit quand même sous le coup, puis l'écoute et baisse le regarde. Jouer le jeu, jouer le jeu... se répéta-t-elle dans sa tête pour rester calme ? Puis elle sentit encore un coup et couina de douleur, il était fou ? Elle serre les dents, puis quand ça se calma elle finit par dire :

- Désolée maitre, bonjour à vous...

Rien de plus à ajouter, elle se plongeait dans le silence à nouveau, n'ayant pas d'autres ordres elle resta à genoux bien placée sur le sol sa queue baissée et ses oreilles également.
Journalisée
Prince Andros Magganon
Créature
-

Messages: 67



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #8 le: Janvier 12, 2018, 05:05:43 »

Andros hocha la tête en voyant la furry lui obéir. En ce moment ça devait être le trouble dans sa tête, elle sentait la douleur mais aussi le plaisir à chaque coup du chat à neuf queue. Cette objet avait couté assez chère à fabriquer à Andros mais il ne regrettait pas son investissement.

-Bien, je vois que tu commences à comprendre. Poursuivons, met toi à quatre pattes. je vais t'ordonner de te mettre dans diverses positions et à chaque fois tu me saluera et me remerciera pour t'apprendre où est ta place.

Et le dressage continua ainsi pendant près d'une heure, Andros ordonna à la furry de se mettre à quatre pattes, à genoux ou allongée. A chaque fois ces poses devaient plus humiliantes, la terranide devant lui exposer ses organes génitaux de façon suggestive. A chaque refus ou chaque tentative de discussion, le chat s'abbatait, provocant son mélange de douleur et de plaisir chez la jeune femme.

Une heure de ce traitement passé Andros pointa une chaise en métal du doigt.

-Assis toi sur cette chaise esclave.

Andros allait passer à la seconde phase de dressage concernant Bettty, mais pour cela il avait besoin qu'elle ne bouge pas trop et sois obéissante. C'était aussi pour cela qu'il avait prit une heure à lui inculquer l'obéissance avant de passer à cette partie.
Journalisée
Alice et Betty
Terranide
-

Messages: 25



Voir le profil
Fiche
« Répondre #9 le: Janvier 14, 2018, 04:04:21 »

Elle n'aimait clairement pas cette situation elle reçue des coups durant une période longue, douloureuse, qu'elle aurait préféré éviter ! La douleur la cloua sur place, encore et encore les coups plurent alors qu'elle n'avait rien fait pour mériter cela. Au contraire même, elle s'était mise à genoux, l'avait appelée "maitre" comme il semblait le désirer ! Cet homme était donc fou, à quoi bon obéir si l'on reçoit quand même les coups ? Betty ne grogna pas, gémit à peine de douleur son entrainement mental reprenant le dessus. Compter les coups, ne pas perdre le nord et rester concentré sur la même chose. Surtout, ne pas se laisser distraire, elle se mit à quatre pattes, puis à genoux, allongée sur le dos, le ventre, faire la balle ou encore a quatre pattes la queue bien relevée. Il tenait encore et par tout les moyens de l'humilier, l'asseoir au sol cuisses bien ouvertes les pattes ouvrant sa chatte en grand, ou encore poser de façon très osée pour lui. Elle le fit, sentant les coups continuer, elle en comptait presque une cinquantaine, et en avait surement oublié.

Aucun plaisir pourtant, la honte quelque peu, mais plus il insistait, plus l'esprit de sa victime se renforçait et se refermait. Elle obéissait pourtant, alla vers la chaise, puis avec un peu de mal y posa son postérieur endolori par les coups répétés. Elle ne bougeait pas trop, son corps tremblait un peu des coups précédents, et évidement elle n'était pas excitée le moins du monde, elle n'était pas vraiment masochiste dans l'âme. Son seul moment de plaisir fut dans l'exposition, mais c'était déjà derrière-elle, posée et calme elle attend donc la suite en silence. Difficile de dire si elle obéit pour un plaisir, ou pour du soulagement, ou peut-être juste de façon machinale...
Journalisée
Prince Andros Magganon
Créature
-

Messages: 67



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #10 le: Janvier 17, 2018, 06:00:17 »

Andros observa l'esclave lui obéir tout en se tenant prêt à un éventuel coup fourré, elle avait peut être l'air soumise pour le moment mais Andros savait qu'il était rare que la volonté d'une esclave soit brisée aussi tôt, on n'était jamais à l’abri d'une mauvaise surprise à ce stade du dressage. Mais bon, cela faisait partie du jeux en quelque sorte.

Une fois assise, il prit deux menottes et s'en servit pour attacher la tyranide à la chaise.

-Bien, maintenant tu ne bouge pas et tu ne parles pas avant que je t'en donne la permission.

Il s'empara ensuite de la petite valise et en sortit une petite seringue. Il en possédait une dizaine, ces choses venaient de nexus, il les avaient achetés une petite fortune il y avait quelques années auprès d'une commerçante de Tekhos de passage. Même si il gardait un plaisant souvenir de sa nuit avec elle. Le contenu de ces petites seringues étaient un produit qui permettait de modifier le corps du sujet. Bon plus précisément de modifier le corps d'une femme en la faisant produire du lait. Le procédé visait à reproduire le procédé physiologique des Ushis, les terranides vaches. Utilisé ce procédé sur une esclave récalcitrante était porteur d'un message simple. "Ton corps m'appartient désormais, tu n'en a plus la propriété".

-Bon, il est temps de te modifier un peut. Tu es un peut plate, nous allons essayer de résoudre ce problème.

Le satyre planta la seringue dans le premier sein de la furry et y injecta une moitié de liquide et vida le reste dans le second. Bien, ils ne restait plus qu'à attendre que le produit face effet, les seins de la furry gonfleraient à cause ed la production de lait pour lui donner une poitrine plus proche de celle de son amie Alice. De ce que la tekhane avait dit à Andros après leur nuit suivant l'achat, il existait des antidotes contre ce produit, mais Andros
n'avait alors pas vu l'intérêt d'en acheter.

En attendant que le produit face effet, Andros retira le collier en cuir de Betty pour le remplacer par un collier en fer, léger mais résistant marqué de ses initiales, A.M. Puis il y accrocha une laisse en maillons d'acier. Une bien meilleur parure pour son esclave.

Une fois le collier fixé il se déplaça pour la voir de face et voir l'effet du produit sur la poitrine de Betty avec un sourire satisfait.

Journalisée
Alice et Betty
Terranide
-

Messages: 25



Voir le profil
Fiche
« Répondre #11 le: Janvier 18, 2018, 08:10:13 »

Betty n'avait pas encore prévu de coup fourré pour le moment, elle cherchait simplement un moyen de reprendre ses esprits déjà. Chose difficile quand on esprit est embrumé par magie et perversité. Assise pour le moment sur la chaise, elle reste silencieuse, pas un mot ne sortit. Attachée par une paire de menottes, les mains dans le dos, elle était coincée. Elle ne résista pourtant pas, et les mains coincées risquaient encore moins de le faire. Elle l'observa un peu, le regard pourtant vide, elle semblait un peu au bout du rouleau après tous ces coups et blessures sur sa peau. Elle répondant pas à sa demande, elle ne bouge cependant pas non plus, le regarde faire dans un coin, sortir de la valise une seringue. Oh, maintenant il voulait la droguer pour la rendre accroc à ça bite, ou bien à la douleur peut-être ? Elle n'en savait trop rien, et franchement n'était plus à même d'y penser correctement. Son esprit n'arrivait pas encore à se relever de la douleur, son corps non plus. Ce satyre était malade, croire qu'une personne peut être dressée comme un animal... Et en parlant d'animal son délire était visiblement de faire d'elle une vache à lait.

Elle sentit donc la seringue et l'aiguille surtout, elle grimaça à peine sous la douleur pourtant bien présente, l'écoutant alors parler d'être plate... Ce qui pourtant n'était pas vraiment le cas, sans être au niveau d'Alice, elle avait tout de même assez de poitrine pour se plaire avec. Elle sentit donc le produit couler en elle, une sensation de chaud, de picotement traversant tout son sein. Puis de même avec le suivant, le collier retirer ses yeux semblait revenir un peu à eux. Elle sentit alors un autre collier et agita les oreilles et la queue... Puis elle le regarde attacher une laisse, et le laisse regarder sa poitrine qui avait déjà pris un bonnet tandis que ses tétons éjectaient d'eux-mêmes du lait. Heureusement qu'elle n'avait pas six ou huit tétons hein, ça serait une catastrophe innommable. Elle le regarda alors serrant les dents sous une certaine douleur dans sa poitrine, c'était bien trop rapide. Deux bonnets de plus, et encore du lait qui jutait en dehors sans demander l'avis de la propriétaire de la poitrine.

- Ahhnn... non-pitié... ça brule... arrêtez ça...

Elle s'agita sur la chaise, impossible de penser à obéir face à une telle douleur, ses cellules se multipliaient, sa poitrine gonflait de l'intérieur et cela ne semblait pas vouloir se stopper. Le produit était-il adapté aux métabolismes des Furrys ? Allez savoir, mais pour le moment elle gémissait de plus en plus douloureusement, de longues minutes durant l'effet principal du produit. Puis cela sembla se calmer, la laissant le souffle court, son clitoris tout excité, sa queue battant l'air doucement, sa gueule bavante ouverte, et sa poitrine aussi grosse que celle de sa collègue Alice...
Journalisée
Prince Andros Magganon
Créature
-

Messages: 67



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #12 le: Janvier 21, 2018, 11:11:25 »

Andros observa l'effet du sérum sur la furry avec une pointe d'inquiétude. Cela avait l'air de la faire souffrir, même si ça semblait efficace. le satyre essaya de se rappeler ce que lui avait dit la marchande avant qu'elle parte. Elle lui avait bien dit que ce produit serait efficace sur les humaines mais qu'avait-elle dit sur les terranides et les furry ? Rien, elle n'avait pas fait de commentaires particuliers. Est-ce qu'elle avait omit d'en faire ? Ce serait plutôt embêtant pour le satyre, il voulait dresser son esclave, pas la tuer ou l'estropier.

En attendant la furry suppliait son maitre de faire cesser ses souffrances mais ce dernier ne pouvait pas faire grand chose, il n'avait pas d'antidotes et de toutes façon rien ne garantissait qu'il l'aurait utilisé. Aussi ne fit-il qu'observer les effets du produit sur la jeune femme, et quoi qu'on en dise l'effet prévu semblait s'opérer, le bonnet de la belle grossissait et du lait en sortait. D'après ce que la vendeuse avait dit au satyre cela pouvait arriver juste après l'injonction. Après l'écoulement de lait pouvait être incontrôlé mais une fois le corps habitué, cela devenait contrôlable à condition de traire le trop plein de temps en temps. Andros observa aussi que la furry rentrait dans un état d'excitation perceptible.

-Et bien tu vois, c'était juste un mauvais moment à passer. Il semblerait que finalement tu apprécies mon cadeaux.

Finalement l'effet sembla se terminer, la poitrine cessa de gonfler, le lait de s'écouler, et l'esclave se retrouvait le souffle court, la gueule bavante grande ouvert et un clitoris gonflé et excité émergeant de la fourrure. Andros eut alors un petit sourire. Voyons si la jeune femme était aussi excitée qu'elle semblait l'être. Il enfonça alors deux doigts dans sa intimités et se mit alors à la masturber énergiquement, son pouce lui titillait son clitoris pou n'oublier aucune partie sensible, alors que son autre main malaxait la nouvelle poitrine de la terranide.
Journalisée
Alice et Betty
Terranide
-

Messages: 25



Voir le profil
Fiche
« Répondre #13 le: Janvier 22, 2018, 12:59:01 »

Une nouvelle poitrine, plus grosse que jamais, une fourrure trempée par du lait encore tiède et un peu de bave, elle ne semblait pas tenir le coup. Elle était trop excitée par le produit de l'injection, sa chatte en feu, son clitoris au bord de l'explosion. Elle le sentit alors la masturber, rapassent au ralenti sa phrase sur l'excitation. Elle bava encore joyeusement, gémit fortement de plaisir et sans arriver à se retenir ne tarda pas à mouiller deux fois plus sur ses doigts. Le plaisir était trop fulgurant, le produit n'y était pas pour rien. Une simple pression sur sa poitrine faisait jaillir du lait dans tout les sens, suivit de longs gémissements de plaisir quand il agitait ses doigts dans sa chatte. Heureusement elle était détrempée et facile à pénétrer gémissant comme une folle au bord de la jouissance.

- Ahnn, encore, encore, je jouis putain !
Journalisée
Prince Andros Magganon
Créature
-

Messages: 67



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #14 le: Janvier 23, 2018, 07:27:10 »

Le satyre sourit en voyant son effet, la jeune femme était complètement dévorée par le plaisir, elle se mit à hurler pour qu'il lui accorde la jouissance.

-Mais avec plaisir. Répondit Andros.

Sur ces mots il inséra un troisième doigt dans la chatte et se mit à la masturber avec plus de force tout en continuant à lui malaxer les seins. Une fois que la jeune femme eut jouis, répandent bave, lait et mouille, le satyre prit un sceau et s'assura de lui vider ce qui restait de lait dans ses seins dedans.

-Et bien tu vois, ce n'était ps si terrible.
Dit il avec un sourire et une voix rassurante une fois qu'il eut finit son œuvre.

-Mais maintenant tu n'es plus très présentable. Allons te laver petite chienne.

Sur ce, il détacha les mains de la furry et s'emparant de la chainette qui servait de laisse la força à le suivre à quatre pattes comme un chien. Il la balada alors dans la villa, en passant par les cuisines et autres lieux où à cette heure les esclaves et domestiques  étaient les plus nombreux. Ainsi exposée, il balada la furry une bonne heure avant de se diriger vers l'atrium. Une grande pièce dans laquelle se trouvait une grande bassine d'eau qui recouvrait un moitié de la pièce. La dite pièce était écorée de fresque murales montrant des satyres pratiquants leurs ablutions, mais aussi aux "arts de l'amour".

Une fois arrivé il détacha la jeune femme avant de lui ordonner.

-Baigne toi et nettoie toi de t'es fluides, les esclaves de ma maisonnées doivent êtres propres.

Une fois qu'elle se fut entrée dans l'eau le satyre enleva son habit pou rentrer lui même dans l'eau chaude.

-Une fois que tu auras finit tu me nettoieras. Dit-il en s'asseyant sur une des marches de la grande étendue d'eau.
Journalisée

Tags:
Pages: [1] 2 3
  Imprimer  
 
Aller à:  

Powered by SMF 1.1.20 | SMF © 2006-2007, Simple Machines
Awake and Dreaming - Le Grand Jeu
ChatBox