banniere
 
  Nouvelles:
De nouvelles places sont ouvertes pour le poste de modérateurs, si vous êtes intéressés, merci de vous présenter ici.

Fin des postulats aujourd'hui, si vous êtes intéressés n'hésitez pas !

Liens utiles: Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Cacher les avatars

Le Grand Jeu - Forum RPG

Bad langage Discrimination Drugs Sex Violence Gambling

Bonjour et bienvenue.

Ce forum présente des oeuvres littéraires au caractère explicite et/ou sensible. Pour ces raisons, il s'adresse à un public averti et est déconseillé aux moins de 18 ans. En consultant ce site, vous certifiez ne pas être choqué par la nature de son contenu et vous assumez l'entière responsabilité de votre navigation.

Bonne visite ! :)

Pages: [1]
  Imprimer  
Auteur Sujet: Halte commerciale [June Wier]  (Lu 185 fois)
Chengzu Dahu Zuidà
Terranide
-

Messages: 24


Libéré ! Délivré !


Voir le profil
FicheChalant
« le: Janvier 04, 2018, 06:57:11 »

Terra comprenait un nombre intarissable de petits hameaux isolés qui formaient un joyeux bordel mais aussi une occasion en or de pouvoir s'établir temporairement et de repartir plus tard, mieux équipé et mieux préparé. Après des journées entières de voyages et de caravanes particulièrement dangereuses dans les environs de Zon'Da, Chengzu s'arrêta dans un petit village au pieds des montagnes gelées, proche d'une petite rivière calme et apaisante. L'absence d'esclavagistes et surtout une sécurité modérée dût au froid intense qui isolait bon nombre de garnisons permettait à ce genre de petits endroits idylliques d'exister. On pouvait croiser autant de terranides que d'humains et tout un tas de races très variées. Négociant une petite place dans une rue commerciale, le gantier put installer sa roulotte et cette petite caravane allait devenir à la fois son lieu de repos, son lieu de vie, et son lieu de travail. Tout avait été étudié pour prendre le moins de place possible et même le lit était escamotable pour transformer la zone en un atelier équipé, les outils accrochés aux murs de bois et ses différents patrons disponibles au moindre instant.

*Plus qu'à me signaler en ville*


Chen déposa devant l'entrée de sa caravane un panneau de bois signalant son activité. Gantier. Un métier insolite pour certains mais une vocation pour d'autre. Les quelques fenêtres de la caravane donnait sur une vitrine pour que les passants puissent voir ses créations. Proche du petit poêle à bois, il commençait déjà une commande standard afin de proposer des articles plus accessibles et de tailles moyennes. Mais cette caravane avait aussi un autre côté, c'était un endroit visiblement chaleureux en ce temps d'hiver et les murs couverts de livres n'allaient sûrement pas cacher le fait qu'il était très cultivé et la plupart des tomes cachaient en réalité ses économies. Quand la petite cloche signifiant que quelqu'un entrait sonna, Chen lâcha son projet et replaça ses lunettes sur son nez, qu'il avait préalablement mit sur sa tête pour bien travailler. Un jeune homme androgyne venait d'entrer, visiblement frigorifié par le froid de dehors.

"Bonjour et bienvenue. Venez au chaud."

En bon commerçant, il versa une tasse de thé sur le comptoir séparant la chambre transformée en atelier et l'entrée qui servait principalement de petite cuisine. Il remarqua rapidement l'absence de gants du potentiel client.

"Oh, s'aventurer en ces terres froides sans gants... Vous êtes au bon endroit pour que vos mains restent au chaud et performantes ! Jetez un coup d'oeil à mes diverses créations, je suis certains qu'une paire vous plaira et conviendra à vos goûts."
Journalisée

June Wier
Humain(e)
-

Messages: 59



Voir le profil
Fiche
Description
Nécromancien androgyne et exterminateur de créatures occultes à plein temps.
« Répondre #1 le: Janvier 04, 2018, 09:44:47 »

La région que l’on nommait le royaume Terranide ne faisait pas spécialement parti des zones où June y vendait ses services de nécromancien. D’abord, car il n’était pas d’une résistance extraordinaire face à ce climat exigeant, et ensuite, car il était humain, tout simplement. Ce qui lui garantissait un voyage éprouvant, à subir les regards hostiles et à devoir ériger une vigilance de tous les instants. Cependant, le froid ambiant lui rendait bien service dans le sens où, emmitouflé dans des vêtements chauds, son apparence était beaucoup moins reconnaissable.

Alors certes, le nécromancien était bien capable de se défendre, mais il ne tenait pas à se battre envers d’autres vivants, car cela ne manquerait pas de créer des vagues. Non, il voulait rester discret, se charger de la tâche pour laquelle on l’appelait et repartir sans plus de cérémonie. Comme à l’accoutumée, il s’agissait d’une connaissance d’un client, cherchant à se débarrasser d’une manifestation occulte dans la demeure qu’il venait d’acquérir.
 
Les nécromanciens restent rares, peu de gens apprécient côtoyer la mort au quotidien, ou n’ont tout simplement pas les nerfs pour le faire, ce qui permettait à June d’avoir toujours un travail à accomplir. Et étrangement, il aimait cela, le jeune sorcier se sentant bien plus à l’aise à réanimer des cadavres qu’à évoluer en société. Son apparence androgyne avait toujours été un boulet qu’il s’était trainé toute sa vie, et il avait trouvé un peu de paix dans ce métier.

Seulement en ce moment, June se gelait copieusement malgré le lourd manteau d’hiver qu’il s’était payé avant d’entreprendre ce pénible voyage. Il estimait avoir pensé à tout : un manteau doublé avec une capuche, des bottes épaisses pour la neige, un pantalon chaud et une écharpe épaisse masquant son visage. Sauf, les gants. C’était le genre de vêtement qu’il n’utilisait jamais, et celui qui lui était complètement sorti de l’esprit.

*Quel idiot, il va falloir que je m’arrête quelque part pour en prendre avant de perdre mes doigts.*

C’était plus que vital, non seulement à cause du froid, mais aussi parce qu’il lui était impossible de tracer correctement des runes ou d’utiliser des ingrédients fragiles avec les doigts tremblants ou engourdis. June espérait juste pouvoir dégotter un tailleur assez rapidement, mais il ne se faisait pas beaucoup d’espoir en arrivant dans ce village isolé. Il y avait bien quelques commerces, mais le nécromancien doutait de pouvoir trouver quelqu’un capable de lui tailler des gants sur mesure.

Le regard attiré par une vitrine, June s’arrêta brusquement, se plantant net au beau milieu de la rue. Une boutique de gantier, c’était presque trop beau pour être vrai, il n’était même pas sûr d’avoir déjà entendu parler de ce métier. De toute manière, il estima qu’il n’avait guère le choix en observant ses ongles qui pâlissaient sous le froid. Le commerçant allait probablement le regarder avec des yeux ronds, peut-être même se moquer de ses mains fines, mais peu importe ! Il lui fallait des gants, sinon adieu son travail dans la région.

*Allez, ce sera vite fait. Un mauvais moment à passer et je repars aussitôt fait.*

June poussa la porte en prenant une longue inspiration. L’endroit lui paru chaleureux au premier coup d’œil, rempli effectivement de gants ce qui n’était pas pour le réconforter. En matière d’esthétique, il était une bille, et le choix allait probablement lui prendre plus longtemps que prévu. Le jeune homme retira sa capuche par politesse, s’attendant déjà à une remarque désobligeante, avant de se frotter les mains et de saluer le vendeur.

"Bonjour, il me faudrait des… gants."

Une entrée en matière des plus stupide, mais il n’avait pas su quoi dire sur le moment. Au moins le vendeur, un terranide, n’avait pas spécialement l’air agressif mais June avait l’habitude de rester méfiant. Le nécromancien jeta un coup d’œil circulaire à la boutique, mais la vérité était qu’il n’avait tout simplement pas de goûts. Son gros sac en bandoulière était d’une laideur affligeante, et il prenait toujours des vêtements qui n’allaient absolument pas ensemble.

"Il me faudrait quelque chose… Euh… Dans les tons noirs. Et chaud. Ah et, vous faites sur mesure ?"

Le noir c’était tout ce que June pouvait imaginer en l’instant, et quant à l’isolation des gants, c’était évident mais il n’était tout simplement pas doué pour s’exprimer. Il se gratta sa longue chevelure noire, déjà mal à l’aise dès le début, et déambula dans la roulotte pour observer les gants lui paraissant noirs.

"Pas trop épais de préférence, ce serait pour un travail précis, c’est possible ?"

June ne tenait pas du tout à mentionner son métier. Son apparence et sa timidité lui portaient déjà bien assez préjudice pour qu’il en rajoute une couche avec la nécromancie. Il fourra à nouveau ses mains dans ses poches pour observer les créations du vendeur, dont il évitait le regard jusqu’à présent.
Journalisée
Chengzu Dahu Zuidà
Terranide
-

Messages: 24


Libéré ! Délivré !


Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #2 le: Janvier 10, 2018, 03:19:56 »

Chen voyait bien la détresse de son client qui était un peu perdu dans ses choix et les possibilités qui s'offraient à lui. Ce n'était pas la première fois qu'il faisait affaire avec des personnes qui ne savaient pas foncièrement ce qu'ils désiraient. C'est pourquoi il se redressa pour passer derrière le comptoir avec plusieurs modèles correspondant aux souhaits de client. Il avait émis le désir d'avoir des gants noirs et suffisamment souples et fins pour permettre des travaux manuel. En prime il désirait que cela soit fait sur mesure. S'approchant de son client, il redressa un peu ses manches, montrant qu'il possédait deux paires de gants sur lui. Une paire noire souple et fine et une paire de mitaine bleue par dessus, formant un triangle élégant sur le dessus de la main. Son avant bras possédait un étrange bracelet runique et une orbe imposante sur son sommet qui afficha alors devant eux une paire de gants pivotant dans les airs.

"Ceci est une virtualisation du type de gant que vous recherchez sûrement. Ce sont des gants de ville, très classieux. Je les ferais en cuir souple comme l'agneau afin de vous permettre de bouger sans mal et ils vous tiendrons chaud. Je les ferais sur-mesure avec une double couture très résistante. J'ai tout ce qu'il me faut pour les faire et vous les aurez sans mal ce soir."

Comme son client ne semblait pas lui-même savoir ce qu'il désirait, Chen prit les devant et commença à prendre des mesures exactes des mains de ce dernier. Des gabarits existaient pour les doigts et la profondeur des paumes. En vrai professionnel, il put prendre toutes les informations nécessaires pour son travail avant de commencer à chiffrer le nombre d'heures et les matériaux utilisés. Calculant tout cela sur son ordinateur de poignet, il finit pour éditer la facture finale sur papier en recopiant fidèlement les informations.

"Voila, une paire de gants de ville, sur-mesure, en cuir d'agneau. Cela nous feras un total de 125 pièces d'argent ou une pièce d'or et 25 d'argent, 50% au début de la commande et le reste à la livraison. Vous pouvez rester ici autant de temps que vous le voulez pendant mon travail et profiter de votre thé avant qu'il ne refroidisse. Mes différents livres peuvent être consultés pendant mon travail. Cela vous convient-il ?"

Chen ne perdait pas le sens des affaires. On ne gagnait pas sa vie par charité et un service se payait, voila tout.

"Et vos gants sont garantis 20 ans dans les limites d'un usage correspondant. Cela inclus les coutures que je vous referais gratuitement en cas de problème."
Journalisée

June Wier
Humain(e)
-

Messages: 59



Voir le profil
Fiche
Description
Nécromancien androgyne et exterminateur de créatures occultes à plein temps.
« Répondre #3 le: Janvier 11, 2018, 03:25:07 »

June se mordilla l’ongle du pouce en observant les rayonnages de la boutique. Un geste compulsif qui illustrait clairement sa confusion actuelle : il concevait les gants comme un simple objet d’usage quotidien, et non quelque chose qui puisse prendre autant de formes variées. Si bien qu’il n’avait aucune idée duquel choisir, ni quoi demander, mis à part une paire suffisamment chaude et souple pour qu’il puisse s’en servir durant son travail.
Même devant le choix réduit que lui proposa le gantier, il hésitait. Non pas qu’il fut radin sur le prix des gants, mais seul le confort l’intéressait, moins le côté esthétique. De plus, June était pressé d’en finir, et fut donc soulagé que le vendeur prenne les devants à sa place. Lorgnant sur l’orbe magique avec un intérêt tout scientifique, il fit un effort pour se concentrer sur le modèle qu’on lui proposait bien que de son point de vue, la différence lui semblait minime avec le reste.

« Ah-euh… D’accord, tant mieux alors. » Apprendre que sa commande serait rapidement disponible fut un soulagement non négligeable pour lui, et il hocha la tête pour approuver les dires du vendeur.

June laissa l’artisan mesurer ses mains fines, puisque son intérêt était davantage situé envers cet orbe étrange qui l’intriguait visiblement. Néanmoins, par politesse, il ne fit aucun commentaire dessus.

« Ah oui, d’accord… Je ne pensais pas que ce serait fait si tôt, je vais… Je vais attendre alors. » June opina timidement en fourrant ses mains dans ses poches. « Et qu’est-ce que ça comprend un… usage correspondant ? »

Le jeune homme doutait que le vendeur considère la nécromancien et tout les rituels salissants à base de sang, de craie, d’encre, etc., comme un usage normal pour des gants. Mais il préféra taire son opinion en déambulant dans les rayonnages des livres, parcourant les tranches des ouvrages d’un regard rapide d’habitué. Venant d’un magasin ouvert au public, il se serait davantage attendu à des ouvrages visant un cœur de cible peu cultivé, comme des histoires drôles ou des romans à succès mais ce ne fut pas le cas.
Au contraire, June fut surpris de sélectionner un ouvrage relativement imposant, en l’occurrence un traité sur l’histoire des pratiques magiques. Oubliant presque la présence du vendeur, il déposa le livre à côté du thé offert, dont il avait également presque oublié l’existence, obnubilé par sa trouvaille. En bon rat de bibliothèque, le nécromancien feuilleta avec un intérêt les pages, revenant aux passages qui l’intéressait.

« Je ne savais pas qu’on mettait ce genre de livres dans les boutiques… Enfin, sans vouloir vous vexer… » Dit-il sans relever tellement le nez du livre.
June ne voulait pas réellement sous-entendre que les gens ne s’intéressaient guère à ce genre de lectures pour ne pas être malpoli ou condescendent. Levant brièvement la tête pour lorgner sur les étagères, se demandant s’il s’y trouvait également un ouvrage de nécromancie, même si la probabilité était faible.
Journalisée
Chengzu Dahu Zuidà
Terranide
-

Messages: 24


Libéré ! Délivré !


Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #4 le: Janvier 23, 2018, 07:03:54 »

Alors que Chen se mettait tranquillement à travailler, il répondit à son client qui lui demanda ce que signifiait un usage correspondant. Alors qu'ils prenait ses rouleaux de cuir pour découper soigneusement les pièces qu'il allait tracer, sa voix commença.

"Et bien étant donné qu'il s'agit de gants pour l'extérieur et le froid, il est bien entendu convenu qu'ils serviront avant tout à cela. Ils ne sont pas fait pour des travaux manuels pénibles comme la manutention ou la mécanique. Ils ne servent pas non plus de gant de cuisson ou de gants de baseball... Oui ça peut prêter à sourire mais croyez-moi, j'en ai vu de toutes sortes déjà..."

Il traça son gabarit en reprenant les exactes mesures des mains de son clients, commençant sa découpe à l'aide de grand ciseaux de métal au tranchant efficace. Le cuir se cisaillait sans mal et rythmait un peu l'endroit silencieux. Finalement il entendit un commentaire de son client qui venait de s'intéresser aux ouvrages présents dans la roulotte de Chen. Ce dernier se demandait bien pourquoi de tels ouvrages étaient présents dans une boutique. Certes, le terranide avait travaillé sur l'esthétique de sa boutique mais ils ne servaient pas juste à faire beau. Il vivait ici.

"Oh c'est ma bibliothèque personnelle. Je suis toujours en déplacement et j'habite ici. Je m'intéresse à tout, je suis curieux de nature. Même ce qui ne m'intéresse pas suscite assez de curiosité chez moi pour que j'en ai un ouvrage. Si en plus ça me permet de travailler tranquillement sur mes gants, alors je suis le plus heureux des terranides. J'ai pratiqué la magie, l'ésotérisme, autant la blanche que la noire, mais encore qu'en simple novice. Je ne m'attarde pas sur les natures bienveillantes ou malveillantes des formes de charmes. Je suis un esprit libre et je me fais ma propre opinion de tel ou tel usage d'un rite ou d'une science."

Calmement, il débuta sa couture, prenant des fils résistants qu'il commença à lier au cuir en des points serrées et rapprochés. Pour l'instant cela ne payait pas de mine, mais les gants étaient actuellement retournés. Ils ne serait remit à l'endroit qu'à la toute fin pour cacher les coutures au maximum. Chen connaissait bien son métier et il voyait bien que son client ne recherchait pas les fioritures ou les armoiries brodés sur les revers. Cette paire serait plus simple, mais sur mesure et durable.

"J'aime beaucoup la compagnie des clients cultivés qui savent reconnaître un bon ouvrage. Je vous conseil la Bible Nécrotique de Sir Sebastian, ce même seigneur noir qui chercha à ranimer des squelettes sans l'usage de la chair. Ses travaux sont fascinants, mais il ne parvint jamais à lier totalement l'essence de la mana à un squelette défunt. Il a été tué par ses disciples mais son ouvrage a persisté. Ce n'est pas un authentique cependant mais une copie manuscrite avec des illustrations de mon cru selon ses explications. Je travail encore sur les enluminures. Etagère de droite, quatrième niveau. Celui à la couverture carmin."
Journalisée

June Wier
Humain(e)
-

Messages: 59



Voir le profil
Fiche
Description
Nécromancien androgyne et exterminateur de créatures occultes à plein temps.
« Répondre #5 le: Janvier 25, 2018, 10:26:43 »

Tournant rapidement les pages de l’ouvrage, June s’aperçu bien vite au fil de sa lecture que le sujet lui était familier, et pour cause, il avait déjà lu ce tome. Il reposa le livre en soupirant discrètement. En lecteur assidu et rat de bibliothèque, ce genre de situation lui arrivait fatalement très souvent, à son plus grand regret. Il repartit donc en quête d’une perle rare, un livre qu’il n’aurait pas encore lu, déchiffrant en diagonale le dos des ouvrages impeccablement classés dans la bibliothèque. Son manteau déposé dans le siège le plus proche, le petit rat de bibliothèque récupéra sa tasse de thé avant qu’elle ne refroidisse davantage.

June en avait quelque peu oublié le pourquoi de sa visite tant une bibliothèque bien remplie accaparait toujours son attention. Sa tasse de thé fut vidée avant même qu’il ne puisse réellement en savourer le parfum, trop occupé à lire tout bas le dos des livres qui se présentaient à ses yeux. Obnubilé par la recherche de l’ouvrage intéressant et inconnu de ses lectures, le jeune homme ne répondait qu’évasivement au propriétaire de la boutique.

« Ahin… C’est bien d’être curieux… Oui. » Marmonna-t-il, mordillant pensivement son pouce, un signe de concentration chez lui.

Cependant, June dressait forcément l’oreille lorsque la nécromancie s’invitait dans la discussion, et il chercha aussi du doigt la couverture du livre correspondant. Hochant silencieusement la tête en retirant l’ouvrage de l’étagère, il parcourut les pages en diagonale. Certes, le nécromancien avait déjà lu un exemplaire, concernant sa profession après tout, mais il eut la curiosité de regarder les illustrations originales.

« Oui je l’ai déjà lu… Je suis, ehm, nécromancien alors… J’ai lu une bonne quantité de choses sur le sujet chez mon mentor. Il avait une bibliothèque bien pleine lui aussi. »

Le jeune homme se rassit, parcourant avec un plaisir évident les pages illustrés. Il avait fait cette lecture voilà bien longtemps, et tout cela fit remonter une certaine nostalgie. Son ancien laboratoire, son maitre, et son quotidien d’élève lui manquait parfois. Par nervosité et un brin de chagrin, il recommença à se mordiller l’ongle du pouce. Les souvenirs étaient encore récents, et remontaient de temps à autre lorsque June affrontait une situation difficile ou un isolement excessif comme dans ce royaume de glace.

« C’est joli, bien… illustré. Mon maitre aimait bien passer le temps en faisant quelques copies lui aussi. C’est un peu hors de propos… Désolé. »

Le nécromancien reposa bien vite le livre à sa place avant de se rasseoir confortablement, de peur que davantage d’émotions ne remontent. Il chassa un peu ses idées noires en reprenant son exploration de la bibliothèque, jetant un œil nonchalant sur les rayonnages tout en jouant nerveusement avec ses mèches noires.. Mieux valait qu’il ne se plonge pas dans l’épluchage de la totalité du contenue, sans quoi June allait rester plus de temps que nécessaire.

« La nécromancien vous intéresse aussi ? D’habitude c’est plutôt… Un sujet délicat. »
Journalisée
Chengzu Dahu Zuidà
Terranide
-

Messages: 24


Libéré ! Délivré !


Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #6 le: Février 03, 2018, 01:06:41 »

Chen répondit simplement par un sourire aux commentaires de June sur sa copie manuscrite. Comme la plupart de ses oeuvres ici présentes, il s'agissaient de livres dont le sujet avait été copié à partir d'une méditation l'amenant à entrevoir cet ouvrage, à en appréhender le contenu. Peut être avait-il eut des pensées un peu sombres pour en arriver à entrevoir un livre de nécromancie, mais cela lui avait prit des mois pour retranscrire les pages dans un état de transe. Finalement le résultat avait été assez agréable à regarder pour qu'il le garde avec lui dans ses voyages. En douceur, il commença à coudre efficacement les différentes parties du gant, prenant le temps de bien espacer les points de couture de façon régulière avant de répondre à l'interrogation de son client, ne quittant pas des yeux son travail et gardant la même dextérité.

"Tout m'intéresse, même ce qui ne m'intéresse pas. Je dois dire que le domaine de la magie noire est un domaine très intéressant et très riche. La magie blanche contient bien plus de banalité et c'est fort dommage. On dirait qu'il y a une certaine honte à aborder ces magies plus sombres... Mais la mort fait partit de la vie. Je n'y vois absolument rien de mauvais."

Il continua tranquillement son travail, faisant des coutures serrées et efficaces. Cela permettrait de garder une souplesse et une efficacité de mouvement tout en les rendant solides et résistants. C'est sûr, son client allait adorer cette paire de gant ! Il fallait juste qu'il continu ses coutures avec la même régularité.


"Vous savez, mon clan aime le savoir. Nous ne limitons notre savoir à aucune éthique ou moralité quelconque. Le savoir c'est le savoir. Priver les gens de savoir est un crime, peu importe les raisons. Le choix d'utiliser telle ou telle magie n'appartient pas au savoir lui-même qui en est impartial, c'est notre code moral. Les clercs utilisent la magie blanche parce que c'est leur nature profonde. Les nécromanciens utilisent la magie noire parce que c'est la plus efficace pour eux. Pour autant, ils servent le même dessein... Leurs regards sont donc similaires mais la méthode est différente."

Il se tourna vers son client, haussant les sourcils, ce qui fit tomber ses lunettes sur son nez, lui permettant de le voir beaucoup mieux. Il y eu un tout petit silence et il souriait doucement. Vu le sursaut de son client à l'évocation des nécromanciens, le fait qu'il ait déjà lu ce livre, qu'il parle de maître... Les indices étaient rassemblés, il tenta une approche.

"Vous êtes nécromancien, n'est-ce pas ? Votre commande sera parfaite, vous verrez. Ni l'odeur ni le sang ne restera sur ce cuir. Vous m'en direz des nouvelles, vous pouvez me faire confiance. Et vous pouvez vous tranquilliser, je vous l'ai dit : je suis totalement neutre et n'ai aucune animosité envers votre profession. Au contraire, c'est fort intéressant !"
Journalisée

June Wier
Humain(e)
-

Messages: 59



Voir le profil
Fiche
Description
Nécromancien androgyne et exterminateur de créatures occultes à plein temps.
« Répondre #7 le: Février 03, 2018, 04:01:06 »

Reposant sa tasse de thé vide sur le comptoir, le jeune nécromancien détourna enfin ses yeux de la bibliothèque bien pourvue pour chercher un passe-temps. June avait toujours eu besoin de s’occuper les mains en tout circonstance, comme un tic nerveux dont il ne parvenait pas à se débarrasser. Sortant son carnet de notes et un crayon de son sac, il se met à y jeter quelques notes sur sa prochaine mission, listant les ingrédients nécessaire à son expédition.

Quand bien même le gantier était d’un naturel loquace, le jeune homme resta plutôt silencieux sur ses opinions personnelles. Il n’aimait pas réellement partager son avis, sauf jadis avec son maitre, car cela ne correspondait que rarement à la norme et June détestait prendre part à des débats agités. Il fronça les sourcils sans lever les yeux vers son interlocuteur, estimant en avoir beaucoup trop dit.

« Je ne suis pas très… adepte des concepts manichéens en fait… » Lâcha-t-il nerveusement, n’ayant aucunement l’envie de se lancer dans un débat sur la moralité.

June se concentra à nouveau sur ses notes, rédigeant de son écriture fine une liste très complète et maniaque de ses futurs préparatifs. Ses jambes remuaient nerveusement tant il était déjà pressé de partir. Toutefois, le nécromancien se figea à la seule mention de sa profession. Certes, il ne s’en cachait jamais réellement, mais un tel sujet était toujours délicat à évoquer avec un profane.

« Oui, je suis nécromancien. On m’a engagé pour faire un travail d’exorcisme dans la région… Mmh. C’est juste que… Je n’aime trop me lancer dans les débats sur l’éthique de la magie… Tout est si souvent sujet à discorde. »

Renfermant son carnet pour le ranger précieusement dans son sac, le garçon jeta un coup d’œil timide vers le vendeur. Que ce soit l’ambiance confortable du lieu, ou bien l’air aimable du gantier, June avait au moins l’impression de ne pas être mal à l’aise. Il pinça les lèvres, réfléchissant soigneusement à ses mots, ne voulant pas paraitre complètement impoli en ignorant la discussion.

« En fait… Je considère la magie comme un outil, que l’on choisit selon ses préférences mais… Tout le reste me semble être davantage un point de vue auquel on ajoute hypocritement des valeurs très humaine. Au final, nos pratiques sont à l’image de ce que l’on veut en faire. »

Une longue inspiration plus tard, June eut l’impression de rougir. Ce n’était pas dans ses habitudes de partager une opinion avec une personne autre que son maitre, mais une fois n’était pas coutume et il avait décidé de se lancer. N’importe qui pouvait s’apercevoir que le nécromancien n’était absolument pas à l’aise pour tenir une conversation.

« Et vous, vous êtes… Un clan de… magiciens ? En étant gantiers ? » Hasarda-t-il, en levant les yeux vers l’artisan.
Journalisée
Chengzu Dahu Zuidà
Terranide
-

Messages: 24


Libéré ! Délivré !


Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #8 le: Février 23, 2018, 11:09:38 »

Chengzu continua ses coutures avec une régularité exemplaire. Il conservait ses espacements pour ne pas perdre le fil ou rater un point. C'est quand June lui demanda des informations sur son clan que le jeune Hitsuji releva un peu le nez de son gant pour aller chercher un livre dans la bibliothèque qu'il tendit calmement à son hôte. C'était un manuscrit avec une couverture en cuir gravé de plusieurs symboles montrant les bêtes à cornes, les béliers et autres animaux des montagnes. En s'installant calmement à son atelier, il reprit sa conversation.

"Notre dieu totem se nomme Khnounm, c'est le dieux bélier, au savoir infini. On dit que ses cornes sont nombreuses, reliées aux courants énergétiques de ce monde et qu'il est connecté à l'univers et à son savoir. on pelage d'éther est comme une toile interconnectée, des nœuds d'informations qui se permutent et se rejoignent en une multitude de liens. Ce dieu nébulaire n'est accessible que par des méditations profondes que mon peuple a apprit a maîtriser. Nous entrons dans un état de symbiose avec cette vibration particulière que fait le monde qui nous entours et on peut voir Khnounm..."

Le gantier pouvait se remémorer avec aisance de sa première rencontre avec ce dieu. Mais le Bélier Aux Milles Savoirs ne s'était pas pour autant préoccupé de sa présence. Au lieu de ça il avait put effleurer ce pelage fait d'informations pures et commença à glaner des informations brutes, inachevées et trop épisodiques. Ce n'est que des années plus tard qu'il put commencer à sortir des informations bien plus précise et moins fragmentaires.

"Quand on se connecte avec Khnounm, nous pouvons prendre des savoirs, des tomes entiers de livres. Notre corps devient un réceptacle temporaire pour de savoir qui, avant qu'il ne nous quitte, se met sur papier par notre main. La plupart des livres manuscrit de cette bibliothèque sont de moi, dans mes années où j'étudiais au temple de mes ancêtres. Le lien bleu sur ma corne droite symbolise mon rang. Je suis capable de recopier un livre mais je ne peux en appréhender le contenu qu'en le lisant après coup. De plus je ne sais pas précisément ce que je retire au moment de l'écriture."

Ce pouvoir avait des règles et des faiblesses, comme tout pouvoir. Mais le peuple de Chen, les Hitsuji, avait passé des siècle à le maîtriser. Pas la peine d'imaginer les capacités des maîtres dans cette technique de méditation, capable de se synchroniser avec le savoir éternel, de glaner toutes les informations à loisir et le monde n'aura aucun secret pour eux, presque en temps réel. Mais la contrepartie était de rester confiné dans les montagnes. Et ça, Chen ne l'avait pas accepté et était partit...

"Je n'écris plus vraiment cela dit, je stock désormais mon savoir dans ce bracelet. Sa mémoire est limité, je dois donc toujours trier ce que je veux ou ne veux pas garder. Le reste je dois le mémoriser. Mais ma société m'a permit de trouver ma passion, celle de faire des gants. Je voyage, j'applique mes savoirs glanés, et je finance tout cela en faisant mes paires de gants."
Journalisée

June Wier
Humain(e)
-

Messages: 59



Voir le profil
Fiche
Description
Nécromancien androgyne et exterminateur de créatures occultes à plein temps.
« Répondre #9 le: Février 23, 2018, 10:12:00 »

Par habitude, June se mit à feuiller le livre que le gantier lui avait confié, tâchant d’écouter attentivement son récit malgré une envie évidente de se consacrer à la lecture. Il n’était pas spécialement connaisseur des us et coutumes terradines, ou encore des différents clans et cultures de ce peuple mais ce n’était pas une raison pour ne pas approfondir ces connaissances dans ce domaine. D’autant plus que cela entretenait une agréable conversation avec le commerçant somme toute, plutôt sympathique.

En tout cas, cela lui rappelait les débats et les longues discussions culturels qu’il avait pu avoir avec son maitre autrefois, lorsque le nécromancien était encore apprenti. June ne résista pas à lire quelques passages du livre, avide de savoir comme il l’a toujours été, levant tout de même de temps en temps la tête pour ne pas paraitre inattentif. Le concept de communion avec des entités d’autres plans, voire des divinités lui parlait, après tout, certaines pratiques de nécromancie utilisaient ce genre de principe.

« Ce n’est pas un peu dangereux de s’aventurer dans ce genre de domaine divin ? Je veux dire, en nécromancie, se plonger au cœur des royaumes obscures pour en retirer des savoirs ou bien attirer les faveurs des créatures qui s’y trouvent… C’est très risqué. »

Malgré sa grande timidité, le fait de partager une discussion intéressante et culturelle, permettait à June de se sentir à l’aise, et de parler bien plus librement qu’à l’accoutumée. L’utilisation de la magie empruntait de très nombreuses formes mais au final, il s’agissait souvent de principes similaires. Y compris la communication avec des plans différents de celui des humains, comme lors de certains rituels.

« Je vois le principe, oui. C’est en fait s’introduire dans le plan divin pour ramasser un maximum de gains et les interpréter ensuite. Ça a l’air intéressant à faire… J’ai appris à le faire également, mais d’une manière plus… Je veux dire en utilisant des rituels, et des formules précises pour ouvrir des sortes de canaux de communication. »

June ne comptait bien évidemment pas expliquer en détail les principes qui régissaient la communication avec d’autres entités, d’autant que cela comprenait toujours une part de risque quand on filtrait avec d’autres plans. Cependant, le commerçant l’avait rendu curieux, le laissant songeur devant la possibilité d’appliquer ce genre de méthode de méditation pour d’autres pratiques magiques. Même si cela lui semblait un peu hasardeux sans les nombreuses protections dont il s’entourait. Le nécromancien feuilleta encore le livre entre ses mains, rejetant de temps en temps une mèche noire derrière ses oreilles avant de risquer une question plus personnelle.

« Et… Sans vouloir être trop curieux, pourquoi vous êtes parti ? Ça a l’air plutôt intéressant comme vie, en tout cas… Moi je trouverai ça passionnant de consacrer sa vie à l’étude. »
Journalisée

Tags:
Pages: [1]
  Imprimer  
 
Aller à:  

Powered by SMF 1.1.20 | SMF © 2006-2007, Simple Machines
Awake and Dreaming - Le Grand Jeu
ChatBox