banniere
 
 
Liens utiles: Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Cacher les avatars

Le Grand Jeu - Forum RPG

Bad langage Discrimination Drugs Sex Violence Gambling

Bonjour et bienvenue.

Ce forum présente des oeuvres littéraires au caractère explicite et/ou sensible. Pour ces raisons, il s'adresse à un public averti et est déconseillé aux moins de 18 ans. En consultant ce site, vous certifiez ne pas être choqué par la nature de son contenu et vous assumez l'entière responsabilité de votre navigation.

Bonne visite ! :)

Pages: [1]
  Imprimer  
Auteur Sujet: Halte commerciale [June Wier]  (Lu 54 fois)
Chengzu Dahu Zuidà
Créature
-

Messages: 5


Libéré ! Délivré !


Voir le profil
FicheChalant
« le: Janvier 04, 2018, 06:57:11 »

Terra comprenait un nombre intarissable de petits hameaux isolés qui formaient un joyeux bordel mais aussi une occasion en or de pouvoir s'établir temporairement et de repartir plus tard, mieux équipé et mieux préparé. Après des journées entières de voyages et de caravanes particulièrement dangereuses dans les environs de Zon'Da, Chengzu s'arrêta dans un petit village au pieds des montagnes gelées, proche d'une petite rivière calme et apaisante. L'absence d'esclavagistes et surtout une sécurité modérée dût au froid intense qui isolait bon nombre de garnisons permettait à ce genre de petits endroits idylliques d'exister. On pouvait croiser autant de terranides que d'humains et tout un tas de races très variées. Négociant une petite place dans une rue commerciale, le gantier put installer sa roulotte et cette petite caravane allait devenir à la fois son lieu de repos, son lieu de vie, et son lieu de travail. Tout avait été étudié pour prendre le moins de place possible et même le lit était escamotable pour transformer la zone en un atelier équipé, les outils accrochés aux murs de bois et ses différents patrons disponibles au moindre instant.

*Plus qu'à me signaler en ville*


Chen déposa devant l'entrée de sa caravane un panneau de bois signalant son activité. Gantier. Un métier insolite pour certains mais une vocation pour d'autre. Les quelques fenêtres de la caravane donnait sur une vitrine pour que les passants puissent voir ses créations. Proche du petit poêle à bois, il commençait déjà une commande standard afin de proposer des articles plus accessibles et de tailles moyennes. Mais cette caravane avait aussi un autre côté, c'était un endroit visiblement chaleureux en ce temps d'hiver et les murs couverts de livres n'allaient sûrement pas cacher le fait qu'il était très cultivé et la plupart des tomes cachaient en réalité ses économies. Quand la petite cloche signifiant que quelqu'un entrait sonna, Chen lâcha son projet et replaça ses lunettes sur son nez, qu'il avait préalablement mit sur sa tête pour bien travailler. Un jeune homme androgyne venait d'entrer, visiblement frigorifié par le froid de dehors.

"Bonjour et bienvenue. Venez au chaud."

En bon commerçant, il versa une tasse de thé sur le comptoir séparant la chambre transformée en atelier et l'entrée qui servait principalement de petite cuisine. Il remarqua rapidement l'absence de gants du potentiel client.

"Oh, s'aventurer en ces terres froides sans gants... Vous êtes au bon endroit pour que vos mains restent au chaud et performantes ! Jetez un coup d'oeil à mes diverses créations, je suis certains qu'une paire vous plaira et conviendra à vos goûts."
Journalisée

June Wier
Humain(e)
-

Messages: 24



Voir le profil
Fiche
Description
Nécromancien androgyne et exterminateur de créatures occultes à plein temps.
« Répondre #1 le: Janvier 04, 2018, 09:44:47 »

La région que l’on nommait le royaume Terranide ne faisait pas spécialement parti des zones où June y vendait ses services de nécromancien. D’abord, car il n’était pas d’une résistance extraordinaire face à ce climat exigeant, et ensuite, car il était humain, tout simplement. Ce qui lui garantissait un voyage éprouvant, à subir les regards hostiles et à devoir ériger une vigilance de tous les instants. Cependant, le froid ambiant lui rendait bien service dans le sens où, emmitouflé dans des vêtements chauds, son apparence était beaucoup moins reconnaissable.

Alors certes, le nécromancien était bien capable de se défendre, mais il ne tenait pas à se battre envers d’autres vivants, car cela ne manquerait pas de créer des vagues. Non, il voulait rester discret, se charger de la tâche pour laquelle on l’appelait et repartir sans plus de cérémonie. Comme à l’accoutumée, il s’agissait d’une connaissance d’un client, cherchant à se débarrasser d’une manifestation occulte dans la demeure qu’il venait d’acquérir.
 
Les nécromanciens restent rares, peu de gens apprécient côtoyer la mort au quotidien, ou n’ont tout simplement pas les nerfs pour le faire, ce qui permettait à June d’avoir toujours un travail à accomplir. Et étrangement, il aimait cela, le jeune sorcier se sentant bien plus à l’aise à réanimer des cadavres qu’à évoluer en société. Son apparence androgyne avait toujours été un boulet qu’il s’était trainé toute sa vie, et il avait trouvé un peu de paix dans ce métier.

Seulement en ce moment, June se gelait copieusement malgré le lourd manteau d’hiver qu’il s’était payé avant d’entreprendre ce pénible voyage. Il estimait avoir pensé à tout : un manteau doublé avec une capuche, des bottes épaisses pour la neige, un pantalon chaud et une écharpe épaisse masquant son visage. Sauf, les gants. C’était le genre de vêtement qu’il n’utilisait jamais, et celui qui lui était complètement sorti de l’esprit.

*Quel idiot, il va falloir que je m’arrête quelque part pour en prendre avant de perdre mes doigts.*

C’était plus que vital, non seulement à cause du froid, mais aussi parce qu’il lui était impossible de tracer correctement des runes ou d’utiliser des ingrédients fragiles avec les doigts tremblants ou engourdis. June espérait juste pouvoir dégotter un tailleur assez rapidement, mais il ne se faisait pas beaucoup d’espoir en arrivant dans ce village isolé. Il y avait bien quelques commerces, mais le nécromancien doutait de pouvoir trouver quelqu’un capable de lui tailler des gants sur mesure.

Le regard attiré par une vitrine, June s’arrêta brusquement, se plantant net au beau milieu de la rue. Une boutique de gantier, c’était presque trop beau pour être vrai, il n’était même pas sûr d’avoir déjà entendu parler de ce métier. De toute manière, il estima qu’il n’avait guère le choix en observant ses ongles qui pâlissaient sous le froid. Le commerçant allait probablement le regarder avec des yeux ronds, peut-être même se moquer de ses mains fines, mais peu importe ! Il lui fallait des gants, sinon adieu son travail dans la région.

*Allez, ce sera vite fait. Un mauvais moment à passer et je repars aussitôt fait.*

June poussa la porte en prenant une longue inspiration. L’endroit lui paru chaleureux au premier coup d’œil, rempli effectivement de gants ce qui n’était pas pour le réconforter. En matière d’esthétique, il était une bille, et le choix allait probablement lui prendre plus longtemps que prévu. Le jeune homme retira sa capuche par politesse, s’attendant déjà à une remarque désobligeante, avant de se frotter les mains et de saluer le vendeur.

"Bonjour, il me faudrait des… gants."

Une entrée en matière des plus stupide, mais il n’avait pas su quoi dire sur le moment. Au moins le vendeur, un terranide, n’avait pas spécialement l’air agressif mais June avait l’habitude de rester méfiant. Le nécromancien jeta un coup d’œil circulaire à la boutique, mais la vérité était qu’il n’avait tout simplement pas de goûts. Son gros sac en bandoulière était d’une laideur affligeante, et il prenait toujours des vêtements qui n’allaient absolument pas ensemble.

"Il me faudrait quelque chose… Euh… Dans les tons noirs. Et chaud. Ah et, vous faites sur mesure ?"

Le noir c’était tout ce que June pouvait imaginer en l’instant, et quant à l’isolation des gants, c’était évident mais il n’était tout simplement pas doué pour s’exprimer. Il se gratta sa longue chevelure noire, déjà mal à l’aise dès le début, et déambula dans la roulotte pour observer les gants lui paraissant noirs.

"Pas trop épais de préférence, ce serait pour un travail précis, c’est possible ?"

June ne tenait pas du tout à mentionner son métier. Son apparence et sa timidité lui portaient déjà bien assez préjudice pour qu’il en rajoute une couche avec la nécromancie. Il fourra à nouveau ses mains dans ses poches pour observer les créations du vendeur, dont il évitait le regard jusqu’à présent.
Journalisée
Chengzu Dahu Zuidà
Créature
-

Messages: 5


Libéré ! Délivré !


Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #2 le: Janvier 10, 2018, 03:19:56 »

Chen voyait bien la détresse de son client qui était un peu perdu dans ses choix et les possibilités qui s'offraient à lui. Ce n'était pas la première fois qu'il faisait affaire avec des personnes qui ne savaient pas foncièrement ce qu'ils désiraient. C'est pourquoi il se redressa pour passer derrière le comptoir avec plusieurs modèles correspondant aux souhaits de client. Il avait émis le désir d'avoir des gants noirs et suffisamment souples et fins pour permettre des travaux manuel. En prime il désirait que cela soit fait sur mesure. S'approchant de son client, il redressa un peu ses manches, montrant qu'il possédait deux paires de gants sur lui. Une paire noire souple et fine et une paire de mitaine bleue par dessus, formant un triangle élégant sur le dessus de la main. Son avant bras possédait un étrange bracelet runique et une orbe imposante sur son sommet qui afficha alors devant eux une paire de gants pivotant dans les airs.

"Ceci est une virtualisation du type de gant que vous recherchez sûrement. Ce sont des gants de ville, très classieux. Je les ferais en cuir souple comme l'agneau afin de vous permettre de bouger sans mal et ils vous tiendrons chaud. Je les ferais sur-mesure avec une double couture très résistante. J'ai tout ce qu'il me faut pour les faire et vous les aurez sans mal ce soir."

Comme son client ne semblait pas lui-même savoir ce qu'il désirait, Chen prit les devant et commença à prendre des mesures exactes des mains de ce dernier. Des gabarits existaient pour les doigts et la profondeur des paumes. En vrai professionnel, il put prendre toutes les informations nécessaires pour son travail avant de commencer à chiffrer le nombre d'heures et les matériaux utilisés. Calculant tout cela sur son ordinateur de poignet, il finit pour éditer la facture finale sur papier en recopiant fidèlement les informations.

"Voila, une paire de gants de ville, sur-mesure, en cuir d'agneau. Cela nous feras un total de 125 pièces d'argent ou une pièce d'or et 25 d'argent, 50% au début de la commande et le reste à la livraison. Vous pouvez rester ici autant de temps que vous le voulez pendant mon travail et profiter de votre thé avant qu'il ne refroidisse. Mes différents livres peuvent être consultés pendant mon travail. Cela vous convient-il ?"

Chen ne perdait pas le sens des affaires. On ne gagnait pas sa vie par charité et un service se payait, voila tout.

"Et vos gants sont garantis 20 ans dans les limites d'un usage correspondant. Cela inclus les coutures que je vous referais gratuitement en cas de problème."
Journalisée

June Wier
Humain(e)
-

Messages: 24



Voir le profil
Fiche
Description
Nécromancien androgyne et exterminateur de créatures occultes à plein temps.
« Répondre #3 le: Janvier 11, 2018, 03:25:07 »

June se mordilla l’ongle du pouce en observant les rayonnages de la boutique. Un geste compulsif qui illustrait clairement sa confusion actuelle : il concevait les gants comme un simple objet d’usage quotidien, et non quelque chose qui puisse prendre autant de formes variées. Si bien qu’il n’avait aucune idée duquel choisir, ni quoi demander, mis à part une paire suffisamment chaude et souple pour qu’il puisse s’en servir durant son travail.
Même devant le choix réduit que lui proposa le gantier, il hésitait. Non pas qu’il fut radin sur le prix des gants, mais seul le confort l’intéressait, moins le côté esthétique. De plus, June était pressé d’en finir, et fut donc soulagé que le vendeur prenne les devants à sa place. Lorgnant sur l’orbe magique avec un intérêt tout scientifique, il fit un effort pour se concentrer sur le modèle qu’on lui proposait bien que de son point de vue, la différence lui semblait minime avec le reste.

« Ah-euh… D’accord, tant mieux alors. » Apprendre que sa commande serait rapidement disponible fut un soulagement non négligeable pour lui, et il hocha la tête pour approuver les dires du vendeur.

June laissa l’artisan mesurer ses mains fines, puisque son intérêt était davantage situé envers cet orbe étrange qui l’intriguait visiblement. Néanmoins, par politesse, il ne fit aucun commentaire dessus.

« Ah oui, d’accord… Je ne pensais pas que ce serait fait si tôt, je vais… Je vais attendre alors. » June opina timidement en fourrant ses mains dans ses poches. « Et qu’est-ce que ça comprend un… usage correspondant ? »

Le jeune homme doutait que le vendeur considère la nécromancien et tout les rituels salissants à base de sang, de craie, d’encre, etc., comme un usage normal pour des gants. Mais il préféra taire son opinion en déambulant dans les rayonnages des livres, parcourant les tranches des ouvrages d’un regard rapide d’habitué. Venant d’un magasin ouvert au public, il se serait davantage attendu à des ouvrages visant un cœur de cible peu cultivé, comme des histoires drôles ou des romans à succès mais ce ne fut pas le cas.
Au contraire, June fut surpris de sélectionner un ouvrage relativement imposant, en l’occurrence un traité sur l’histoire des pratiques magiques. Oubliant presque la présence du vendeur, il déposa le livre à côté du thé offert, dont il avait également presque oublié l’existence, obnubilé par sa trouvaille. En bon rat de bibliothèque, le nécromancien feuilleta avec un intérêt les pages, revenant aux passages qui l’intéressait.

« Je ne savais pas qu’on mettait ce genre de livres dans les boutiques… Enfin, sans vouloir vous vexer… » Dit-il sans relever tellement le nez du livre.
June ne voulait pas réellement sous-entendre que les gens ne s’intéressaient guère à ce genre de lectures pour ne pas être malpoli ou condescendent. Levant brièvement la tête pour lorgner sur les étagères, se demandant s’il s’y trouvait également un ouvrage de nécromancie, même si la probabilité était faible.
Journalisée

Tags:
Pages: [1]
  Imprimer  
 
Aller à:  

Powered by SMF 1.1.20 | SMF © 2006-2007, Simple Machines
Awake and Dreaming - Le Grand Jeu
ChatBox