banniere
 
  Nouvelles:
LGJ inaugure un système de vote et nous vous parlons de l'avenir du forum ici.

Liens utiles: Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Cacher les avatars

Le Grand Jeu - Forum RPG

Bad langage Discrimination Drugs Sex Violence Gambling

Bonjour et bienvenue.

Ce forum présente des oeuvres littéraires au caractère explicite et/ou sensible. Pour ces raisons, il s'adresse à un public averti et est déconseillé aux moins de 18 ans. En consultant ce site, vous certifiez ne pas être choqué par la nature de son contenu et vous assumez l'entière responsabilité de votre navigation.

Bonne visite ! :)

Pages: [1]
  Imprimer  
Auteur Sujet: Hérésie, douce hérésie, pourquoi me fais-tu souffrir ? [Sha]  (Lu 333 fois)
Muramasa Akasha
Créature
-

Messages: 33


Tachi maudit de Muramasa


Voir le profil
Fiche
Description
Lame maudite capable de pactiser avec un "propriétaire" pour exploiter ses pleins pouvoirs.
« le: Décembre 23, 2017, 06:33:37 »

Je le ressentais. L’humain avec lequel j’ai pactisé arrivait à ses limites. Et comme d’habitude, j’avais du mal à me faire à cette idée. Cependant, j’avais réussi à profiter une dernière fois de lui avant qu’il ne s’éteigne, car il avait aussi accepté de me laisser un contrôle total sur son corps. Evidemment, je me suis servie de son énergie vitale jusqu’à la dernière dose, fusionnant temporairement avec lui afin de pouvoir voyager où je le souhaitais. Et cette fois-ci, ma destination ne fut autre qu’une planète nommée Terra, là où des créatures mythiques vivaient en masse. Pourquoi ici ? Je ne pouvais m’empêcher de me dire que j’avais bien plus de chances d’en apprendre sur Kusanagi auprès d’êtres puissants et influents. Sur le papier, ce n’était pas bête.

Je fus cependant obligée de quitter le corps de l’humain une fois arrivée à destination. La faille que j’avais laissée derrière moi se referma au même moment, alors que nous formions désormais deux entités distinctes et non une. L’humain, attristé de devoir m’abandonner si tôt, aurait soi-disant aimé m’aider à accomplir mon objectif. Pourquoi ? Je ne vous ai pas dit ? Cette fois-ci, je m’étais attaquée à quelqu’un de psychologiquement plus faible, un jeune qui manquait de confiance en lui, seul et délaissé de tous. J’ai prétendu l’aimer, je lui ai apporté tout l’amour – aussi factice soit-il – qu’il désirait et je lui avais même fait l’honneur de le dépuceler. Il s’était naturellement attaché à moi, comme si j’étais la femme de sa vie. Et c’était évidemment ce que je recherchais depuis le début, car un pactisant dépendant est un pactisant que je peux posséder à loisir.

Aussi ennuyée avais-je pu être en l’instant, j’assistai cependant aux derniers moments de mon propriétaire, dont le corps avait considérablement vieilli à cause de notre pacte. Je lui caressai la joue, le laissai se reposer sur mes genoux alors que nous étions en terre inconnue. Heureusement, nous nous trouvions à l’abri, à l’intérieur d’une caverne à priori accueillante. Ici, j’observai mon amant s’éteindre avec un pseudo air triste sur le visage. Il m’adressa son dernier “je t’aime” tout en s’éteignant définitivement. Quelques secondes plus tard, je pris son poul ; il était effectivement mort. Grand bien m’en fasse ! Je me relevai brusquement, laissant la tête du défunt s’écraser sur le sol rocheux sans prendre la moindre précaution. Oui, je comptai effectivement le laisser pourrir ici. J’osai espérer que personne ne connaisse ma signature, soit la marque en forme de lune laissée sur le buste du cadavre.

Peu après, me voilà déjà en train de vadrouiller dans ce nouveau paysage, quittant la caverne pour des étendues encore moins hospitalières. Je traversai un champ d’herbes bien plus hautes que moi, puis me retrouvai dans une forêt au milieu de laquelle je fus obligée de massacrer quelques animaux sauvages voulant me dévorer, pour enfin arriver près d’un lieu présentant des caractéristiques plus civilisées, à quelques détails près. J’aperçus au loin des créatures humanoïdes présentant également des aspects bestiaux, à savoir ceux d’un serpent, pour le coup. Ces créatures étaient grandes et longues, avaient un buste d’humaine généralement bien fourni et un long corps reptilien démuni de jambes. Je me rappelai alors que, dans le folklore légendaire, on appelait ça des “lamias”. Avais-je la possibilité de posséder l’une d’entre elles ? Après tout, elles devaient être dotée d’une longévité plus avancée que celle des humains. Si c’était le cas, je me ferais un plaisir d’y goûter.

Imprudente et surtout désireuse d’en savoir plus, je m’aventurai dans le petit village de lamias. Comme si elles m’avaient sentie venir à des dizaines de mètres à la ronde, elles m’encerclèrent aussitôt que je dépassai le seuil invisible délimitant leur territoire du reste. Evidemment, je n’avais pas peur. J’étais immortelle. Je commis même l’affront de ne pas répondre à l’une d’entre elle qui réclama connaître mon identité. Cela n’eut pour résultat que d’énerver la tribu qui tenta évidemment de me maîtriser. À plusieurs dizaines contre une, je n’eus même pas le temps de matérialiser mon tachi et de découper l’une d’entre elles que tout mes membres étaient déjà prisonniers de constrictions qui ne m’infligèrent guère la moindre douleur, si bien que je n’eus pas de mal à redevenir une lame pour me sortir de ce pétrin. Je constatai alors de l’étonnement chez les lamias, si bien que l’une d’entre elles pensa à contacter leur “déesse”. Quoi ? Ces saloperies vénéraient quelque chose ? Je demande à voir la gueule du truc. Mais pour le moment, je repris forme humaine et profitai de la surprise générale pour enfin matérialiser mon arme dans le creux de ma main droite.

Je découpe la première qui s’approche. Ce serait dommage, puisque je suis venue ici pour pactiser. Ramenez-moi votre chef ou je ne sais quoi, dites lui que je peux lui accorder plus de pouvoirs que cette idole que vous vénérez.

Me mettre une divinité à dos ? Peu importe. J’étais une création divine et je n’avais, jusque là, pas la moindre once de peur en moi.
Journalisée
Sha
Dieu
-

Messages: 751



Voir le profil
Fiche
« Répondre #1 le: Décembre 25, 2017, 05:10:32 »

L’anniversaire de sa femme, Kiriko Hattori, approchait, et Sha était embêtée. Elle n’avait toujours pas trouvé de cadeau pour elle, ce qui, aux yeux de la Déesse, était un problème très important. Certes, Kiriko portait son enfant, et Sha portait aussi le sien (ainsi que celui d’Açoka, son autre femme), mais ceci ne la dispensait pas de lui offrir un cadeau. Et Sha avait une idée. Sa femme était une redoutable guerrière, maîtrisant l’épée à la perfection, mais son wakizashi commençait à s’user. Et l’épée devenait de moins en moins utile, car Kiriko maîtrisait de mieux en mieux ses pouvoirs magiques. Il lui fallait donc une épée enchantée. Sha aurait pu en forger une, mais elle s’était mise en tête de lui offrir une épée légendaire, un artefact précieux. Cependant, de telles épées étaient plutôt rares.

Récemment, elle avait rencontré Shaïra Elrunalan, une puissante Lamia qui avait fondé une tribu de Lamias. Shaïra avait pris sous son aile une autre Lamia, Tylissa, ainsi que le reste de sa tribu, et, sur les terres de Sha, elles avaient fondé un village. Une tribu perdue dans la forêt, où les Lamias s’amusaient avec les humains qui venaient et les sorcières, s’en servant comme pondeurs. Shaïra était fière d’avoir son propre village, et Sha s’était même demandée si la redoutable Lamia ne voulait pas que la Déesse l’engrosse. En ce moment, Sha était dans une phase très maternelle, avec une envie de développer sa famille, et d’avoir beaucoup d’enfants. Mais, pour autant, elle devait quand même trouver un cadeau.

Tandis que Sha y réfléchissait, elle perçut à nouveau l’aura de Shaïra, et se retourna. L’Ombre se trouvait dans l’un des halls de son immense château, récemment construit.

« Déjà de retour, Shaïra ?
 -  Shaïra... Shaïra a un présent pour Sha. Ses Lamias ont capturé une étonnante femme, dotée de pouvoirs magiques, et... Et d’une aura très particulière. »

Intriguée, Sha ferma les yeux, et porta son attention sur la tribu de Lamias. Un petit village rustique, sans clôtures, sans murs, mais avec quelques cases très longues et basses de plafond. Les Lamias vivaient en harmonie, de manière assez sauvage, et Sha perçut rapidement, dans une grotte à l’orée du village, la cible. Elle avait été attachée par des cordes contre une croix chrétienne en bois, bras et jambes bien maintenus. Mais Sha perçut surtout sa nature, et sentit rapidement un frisson la traverser.

*Non, ce n’est pas...*

Une vive magie émanait de cette femme, et elle sentit sa nature très particulière. Ce n’était pas une humaine, mais... Elle n’arrivait pas vraiment à la cerner. Shaïra lui expliqua que cette femme était très effrontée, et que les Lamias, en sentant la puissante magie émaner de son corps, l’avaient capturé.

« Je vais aller la voir... Je te remercie, Shaïra. »

Sha tendit sa main, et ouvrit un Portail magique menant droit au village, et le traversa. Shaïra, qui n’aimait pas spécialement la téléportation, la laissa partir. L’Ombre s’approcha rapidement de la grotte, saluant au passage les Lamias. Des Lamias guerriers surveillaient la grotte, et elle leur intima de la laisser seule avec la prisonnière. C’est ainsi que Sha s’avança vers la femme, la grotte étant éclairée par plusieurs torches accrochées le long des murs.

« Bonjour, toi... Je suis la Déesse Sha. Et toi, jeune femme ? On dit que tu as été particulièrement impertinente envers mes protégés... »

L’Ombre restait toujours aussi surprise.

Qui était donc cette créature ?
Journalisée

DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.

Muramasa Akasha
Créature
-

Messages: 33


Tachi maudit de Muramasa


Voir le profil
Fiche
Description
Lame maudite capable de pactiser avec un "propriétaire" pour exploiter ses pleins pouvoirs.
« Répondre #2 le: Décembre 28, 2017, 07:43:46 »

Heureusement pour moi, ces créatures semblaient me comprendre. Tant mieux ! Je n’avais pas envie de découper cinquante d’entre elles juste pour avoir à rencontrer leur chef. Celle-ci était d’ailleurs ravissante, je ne pouvais que l’avouer. Je me demandais cependant comment ce genre de créature était en mesure de se reproduire. Je mis bien vite cette question de côté en attaquant avec mes habituelles répliques. Je lui promis la puissance, l’accomplissement de soi, tout ce à quoi elle pouvait aspirer. Et qu’avais-je obtenu en réponse ? Un refus, un véritable. Je ne pouvais apparemment pas remplacer la déesse, selon elle. Et que faisais-je lorsque je me heurtais à un refus ? Je décapitais tout ce qui se trouve sur mon chemin. Seul problème : cette chef, en plus de posséder certains atouts physiques, était en mesure de se défendre par elle-même. Mon corps humain ne fit pas le poids face à elle, si bien que je me retrouvai paralysée, certainement par un poison, dans les secondes qui suivirent.

Je me faisais déplacer. Où ? Je ne savais pas trop, ça ressemblait à une caverne ou ce genre de trou à rats, en tout cas. Peu à peu, je récupérai enfin le contrôle sur mon corps. Celui-ci devait commencer à filtrer le poison. Je remerciai d’ailleurs cette étonnante capacité de régénération qui allait très certainement surprendre l’autre serpent une fois que je viendrai pour l’assassiner plus tôt que prévu. Mes plans furent cependant compromis par l’arrivée d’une nouvelle entité à l’aura perceptible et menaçante, le genre d’aura que je n’avais pas ressenti depuis ma création. C’était… divin ? Comme si j’étais oppressée, mon souffle se fit de plus en plus court alors qu’une ombre fut enfin perceptible de mon point de vue. Je me relevai difficilement, toujours engourdie par le poison, et levai les yeux en direction de cette silhouette qui m’était inconnue. Et même si sa puissance était sans doute démesurée, je n’avais pas peur. Je me réconfortai psychologiquement à l’idée que je ne souffrirai pas quoi qu’il arrive. Mon corps est fait comme ça, après tout, n’est-ce pas ? C’est cette assurance illusoire qui me permit de lui répondre avec ma force de caractère habituelle.

Et je serai aussi impertinente envers toi, qui que tu sois. D’ailleurs, ça ne sert à rien que je me présente, vu que tu vas probablement refuser mon offre, comme toutes ces femmes-serpent qui ne savent pas ce qu’elles ratent. J’ai l’impression que le cerveau d’un reptile est sacrément petit, par rapport à celui d’un humain.

C’était tout moi. J’abhorrais tout ce qui me disait non. Et en général, j’avais le temps de tuer ces personnes pour faire passer ma soif de sang soudaine. Dans le cas présent, je n’avais pas été satisfaite. Personne n’a succombé par ma lame et tout le monde s’en est sorti sans accrocs ; j’avais de quoi être sur les nerfs. Malheureusement, ma seule arme pour le moment, c’était ma langue. Je pouvais bouger mais cela n’aurait même pas été suffisant pour tuer un simple humain avec un tant soit peu de réflexes, alors une créature divine, n’en parlons même pas. Je me relevai cependant afin de ne pas faire part de mon état de faiblesse, même si je peinai à le dissimuler. Tout mon corps tremblait, à commencer par mes jambes qui devaient actuellement supporter le poids de tout le reste. J’avais cependant suffisamment d’énergie pour convoquer ma lame dans ma main droite, en gage de simple intimidation.

C’est dommage, j’aime pas trop découper ce qui n’a pas de valeur.
Journalisée
Sha
Dieu
-

Messages: 751



Voir le profil
Fiche
« Répondre #3 le: Janvier 03, 2018, 03:46:04 »

Maintenant qu’elle était proche de cette femme, Sha pouvait l’étudier, l’analyser, et voir de quoi elle était capable, et de quoi elle était faite. Et c’était… Très étonnant. Cette créature lui rappelait un peu les Slimes ou les Élémentaires magiques. Elle n’était pas naturelle, en ce sens que cette femme était composée de magie. Cette dernière suintait à travers tout son corps, comme pour illustrer sa nature profonde. Un léger sourire amusé éclaira les lèvres de Sha en entendant la saillie de la femme.

*Bien, bien, elle a du répondant… Elle plaira à Kiriko, elle !*

C’était incontestablement une arme magique, qui généra d’ailleurs son épée dans le creux de sa main. Sha claqua alors des doigts, et les liens retenant la femme se défirent, la faisant tomber au sol. Elle était désormais libre de ses mouvements.

« Je sens ta colère, ta fureur, lame… Tu as envie de sang, envie de t’abreuver de la vie des victimes que ta lame fauchera. Oui, tu seras vraiment parfaite pour ce que je te destine… »

Tout cela devait encore être bien mystérieux pour la lame. Sha s’avança un peu. Là, comme ça, emmitouflée dans son long manteau, l’Ombre n’était pas très impressionnante. Pourtant, à bien la regarder, on pouvait constater qu’il y avait, dans ce dédain, quelque chose d’anormal. Sous son manteau, la femme était nue, et ce dernier était ouvert, dévoilant ainsi son nombril, une partie de ses seins, et son sexe. Sha avait fait sortir son phallus masculin, et sa queue se dressait, comme un signe avant-coureur de ce qui allait arriver.

Elle sentait avec ses pouvoirs télépathiques la soif de combat de la petite femme brune aux mèches rouges.

« Tu es une épée magique, n’est-ce pas ? Je te veux à mon service, pour t’offrir à ma femme, la guerrière Kiriko. Tu la serviras fidèlement avec amour, et tu tueras sans hésitation ceux qu’elle voudra supprimer. »

Avait-elle le choix ? Sha sentait sa fierté, et, sans même entendre la proposition que la lame aurait pu faire, envoya la sienne :

« Je te mets au défi, jeune femme. Si tu parviens à me battre, tu seras libre. Si tu échoues, tu me serviras, comme la lame dévouée que tu es. »

Sha ne s’était pas encore présentée, mais, étant la Déesse de la Magie, il n’était pas impossible que cette créature, purement magique, puisse sentir quelque chose d’inhabituel chez elle. Les mains de l’Ombre se mirent à crépiter, et elle sourit légèrement, décidant d’enfoncer le clou, pour convaincre la femme de répondre à son défi :

« À moins que tu aies peur de m’affronter, fillette ? »
Journalisée

DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.

Muramasa Akasha
Créature
-

Messages: 33


Tachi maudit de Muramasa


Voir le profil
Fiche
Description
Lame maudite capable de pactiser avec un "propriétaire" pour exploiter ses pleins pouvoirs.
« Répondre #4 le: Janvier 13, 2018, 07:08:38 »

Furieuse mais toujours aussi méfiante, je ne fis pas le moindre pas malgré le fait que je sois armée, pas même lorsque l'ombre décida de me libérer de mes entraves. J'étais toujours engourdie et ne savais pas de quoi elle était capable ; comment pourrais-je courir le risque de finir paralysée pour un long moment ? Quelques minutes voire heures, c'était déjà bien suffisant ! Je ne voulais certainement pas en avoir pour des jours. Je me contentai donc de l'analyser en détail, constatant qu'elle possédait à la fois une poitrine faisait gage de sa potentielle appartenance au genre féminin mais qu'elle était également dotée d'un appareil génital masculin. Avant de même de me demander pourquoi, je me fis la réflexion que si j'arrivais à coucher avec cette chose, je serais en mesure de pactiser avec et de lui voler tous ses secrets mais aussi sa vie.

Pour le moment, l'inconnue me fit part de ses desseins à mon encontre. Moi, être offerte à sa femme ? Et puis quoi encore ? On ne m'offrait pas, on s'offrait à moi. Ensuite daignais-je potentiellement pactiser avec mon amant. On ne m'utilisait pas comme un objet, certainement pas moi. Et évidemment, le fait que cette créature hermaphrodite me considère comme une simple arme me hérissa le poil. Je grinçai des dents, m'apprêtant à cracher tout mon venin sur elle avant qu'elle n'en rajoute une couche, s'en prenant directement à mon courage. Moi, peur ? Je n'avais qu'une seule envie, lui dire d'aller se faire foutre alors que je l'empalai lentement de ma lame, suffisamment lentement pour qu'elle souffre et regrette le moindre de ses mots. D'ailleurs, qu'est-ce qui m'empêchait de le faire ? Elle venait de me défier et semblait avoir confiance en ses capacités. De mon côté, même si je n'avais pas accès à tous mes pouvoirs à cause du fait que je n'aie pas de pactisant pour le moment, je m'estimai comme suffisamment en forme pour lui tenir tête. Enfin, pas tout à fait. Je voulais juste tant la décapiter que j'en perdais la raison.

Je fis le premier pas vers elle, bien que chancelante, et la défiai du regard tout en tendant ma lame dans sa direction. Quelques secondes de tension plus tard, je m'avançai bien plus rapidement – bien que j'étais encore très lente par rapport à ce que je pouvais faire – et plaçai le tranchant de la lame vers l'extérieur alors que je balayai latéralement l'espace devant moi, espérant trancher cette mystérieuse imprudente avant qu'elle n'ait le temps de regretter ses paroles. Et étrangement, je me doutai que cela n'allait certainement pas être suffisamment pour la blesser voire l'atteindre. Je préparai donc un deuxième coup, faisant pivoter la lame dans ma main pour que le tranchant soit replacé de l'autre côté, et fis le même balayage en sens inverse. Le poids de mon tachi m'entraîna cependant vers l'avant sans que je ne le prévoie. Mes frappes avaient été effectivement fébriles en raison de mon engourdissement, si bien que j'en eus à peine la force de retenir l'élan généré par mon propre assaut. J'étais encore faible, mais toujours empreinte de hargne à l'encontre de cette personne.

Attends un peu, je vais te crever ! Quoi que tu sois, je vais te découper balancer ton cadavre au cœur du village de tes protégés ! Et même si j'y arrive pas, tu crèveras de fatigue alors que je te regarderai clamser depuis mon trône d'immortalité. Jamais je te servirai, pimbêche.
Journalisée
Sha
Dieu
-

Messages: 751



Voir le profil
Fiche
« Répondre #5 le: Janvier 15, 2018, 01:54:23 »

Sha ne s’attendait pas à ce que cette créature magique obéisse docilement. Furieuse d’être ainsi traitée, la lame magique se rua ainsi vers la Déesse. Son premier coup la manqua, et, pour le second, Sha n’eut qu’à se téléporter, comme pour la première fois. Au lieu de fendiller sa chair, l’épée magique trancha des nuages d’ombre, emportant la captive dans son élan .Celle-ci manqua même de tomber au sol, et se retourna vers Sha. L’Ombre s’était téléportée dans une autre partie de la grotte, et avais les bras croisés, observant son adversaire.

*Quelle énergie, quel caractère ! Elle sera parfaite pour ma petite Kiriko !*

La lame jura de la tuer, et Sha se laissa aller à glousser pendant quelques secondes.

« Ton ‘‘trône d’immortaité’’ ? Tu es très amusante, ma chérie… Et, comme ma femme, le rouge te va très bien au teint ! »

Surtout avec sa longue chevelure rouge ! Enfin, quoi qu’il en soit, Sha sentait bien que la lame était fatiguée, et elle ne voulait pas qu’on l’accuse d’avoir triché par la suite. Sa main se leva donc brusquement, et la magie afflua brusquement dans la poitrine de Muramasa. Cette dernière sentit alors ses forces revenir, la fatigue musculaire disparaître. Muramasa devint en pleine forme en quelques secondes, dans le meilleur état qu’elle ne puisse imaginer.

« Il ne serait pas juste que je te corrige dans ton état de fatigue, tu m’accuserais de tricher… Allez, mon bébé, viens. »

Sha la traitait avec suffisance et arrogance, sûre de sa puissance. Elle laissait la lame magique se ruer sur elle, et, pour la tester, se téléporta encore. Comme elle s’y attendait, cette fois, son adversaire fut plus rapide, et, dès que Sha se rematérialisa, elle vit la femme bondir vers elle, abattant son épée vers elle. Inutile de vouloir se téléporter encore, la lame filait droit vers sa tête, épée brandie. Sha se protégea alors en levant le bras, et généra un puissant bouclier magique. Quand la lame de sa belle adversaire s’y heurta, le bouclier se mit à briller en surbrillance, tout en frémissant sur place. Son adversaire ne s’arrêta pas là, et confirma sa dangerosité en tapant dans le bouclier une seconde fois, le faisant éclater.

L’Ombre réagit alors, et tendit encore sa main, envoyant une onde d’Air, qui repoussa la jeune femme comme un épi de blé secoué par le vent. Elle s’étala sur le sol, roulant à plusieurs reprises.

« Pas mal, tu es rapide, et résistante aux assauts magiques. Tu seras magnifique pour ma Kiriko… Allez, ma beauté, montre-moi ce que tu as dans le ventre, je suis sûre que tu peux faire mieux que ça ! »

Muramasa n’était pas au bout de ses peines avec elle !
Journalisée

DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.

Muramasa Akasha
Créature
-

Messages: 33


Tachi maudit de Muramasa


Voir le profil
Fiche
Description
Lame maudite capable de pactiser avec un "propriétaire" pour exploiter ses pleins pouvoirs.
« Répondre #6 le: Janvier 22, 2018, 10:32:39 »

Je ne pouvais m'empêcher de prendre le moindre des mots de cette entité comme une provocation directe et volontaire. Peut-être était-ce le cas, tout comme ça pouvait ne pas l'être. Néanmoins, avec cette idée en tête, je n'avais qu'une seule envie, soit de la trucider. Tant pis pour les questions sur ce qu'elle était, elle n'aurait pas dû commettre cet énième affront à mon honneur en me rendant l'intégralité de mes forces. Et même si je n'avais pas de pactisant à disposition, je m'estimai bien capable de lui rendre la vie dure voire de l'handicaper à jamais ou de la tuer. Il fut tout naturel que je lui fonce dessus, ignorant ses dernières remarques pour me concentrer sur mon découpage. À vrai dire, les seules choses capables de distraire mon esprit, c'étaient mes réflexions sur la présentation du plat de sushis dont son corps sera la vedette.

Je m'acharnai, finissant par briser l'espèce de bouclier d'énergie avec lequel elle se protégea. Ce n'était certainement pas assez pour me retenir, monstre. Il te faudra faire plus que ça. Je l'avais donc à portée de lame et m'apprêtai à lui asséner un coup fatal quand, depuis sa main, une sorte d'onde de choc indicible qui me repoussa avec aisance et m'envoya rouler sur le sol à de multiples reprises. Je me relevai avec une étrange peine, constatant quelque chose d'anormal en moi ; un picotement au point de l'impact. C'était comme si... j'avais ressenti quelque chose ? Non, impossible. Cela ne devait être que le fruit de mon imagination, ou encore ma soif de sang grandissante qui me jouait des tours. Je grognai, lasse, et m'élançai à nouveau contre la chose, cette fois-ci avec plus de rapidité. Mon objectif était évidemment de la surprendre en changeant la trajectoire de mes coups au dernier moment. Et, pour ne pas me refaire avoir par sa barrière d'énergie, j'empoignai mon tachi avec plus de vigueur pour être sûre de passer la protection au premier impact.

Comme prévu, alors que mon pseudo premier coup allait être porté à niveau de son buste, je fis dévier la lame vers le bas et effectuai un puissant fauchage, tranchant vers l'extérieur, dans l'espoir de lui trancher les deux jambes. Cela ne fut évidemment pas suffisant, à cause de je ne sais quel autre maléfice. Qu'est-ce que cette chose me réservait ? Peu importe. Je perdis progressivement le peu de patience qu'il me restait. Et, avec ça, je fus également démunie de ma capacité à réfléchir puisqu'au lieu de viser des emplacements stratégiques, je m'acharnai désormais bêtement, avec barbarisme, sur l'entité ombrageuse dans son ensemble. Au moins, j'avais pu redoubler d'efforts grâce à cela. Je fus cependant irritée par le simple fait que si j'avais eu un pactisant à disposition, toute teinte proche du noir arborée par la chose aurait été pour moi aussi résistant qu'une brindille. Ce manque de moyens ne m'enragea que davantage.

Crève, crève, crève !

Je perdis toute organisation ou même notion d'harmonie dans mes gestes. Chaque échec me poussa à mettre toujours plus de force dans mes coups, à épuiser cette enveloppe humaine jusqu'à ce que ses mains soient en sang, que sa vision se trouble ou que ses muscles fatiguent tout simplement. Comme d'habitude, ces effets négatifs ne m'apportèrent aucune douleur, si bien que mes coups ne perdirent jamais en vigueur. Et pourtant, j'usai bel et bien stupidement mon corps, ralentissant au passage sa régénération passive. D'un point de vue extérieur, certains initiés auraient pu me confondre avec un berserker, si ce n'est qu'il me manquait la masse musculaire. Je devenais clairement incontrôlable, si bien que la moindre entité mortelle passant malencontreusement par ici serait empalée par ma lame, dans l'unique but d'étancher ma soif de sang constamment insatisfaite de ne pas pouvoir réellement atteindre mon adversaire.

J'vais te faire bouffer mon épée, approche et souffre, garce !
Journalisée
Sha
Dieu
-

Messages: 751



Voir le profil
Fiche
« Répondre #7 le: Janvier 29, 2018, 02:02:41 »

Une vraie petite diablesse ! Sha fanfaronnait, mais elle devait quand même faire attention... Même avec ses pouvoirs divins, cette jeune femme était capable de lui faire très mal ! Mais, peu à peu, Muramasa perdait le contrôle, se montrant extrêmement agressive, sans même suivre une stratégie bien organisée. Elle continua à l’attaquer, lui hurlant dessus... Et Sha continua à battre en retraite. Son adversaire la harcelait tellement qu’elle peinait à générer des sorts, ce qui l’amena finalement à bondir en arrière, évitant de justesse la lame, qui trancha quelques mèches de cheveux, et entailla sa joue. Sha grimaça en sentant des flammes noires jaillir à hauteur de la plaie, et vit son adversaire s’élancer vers elle. Une boule magique se forma alors dans la paume de Sha, et elle la posa au sol, générant un dôme temporel autour d’elle. Son ennemie se retrouva prise dedans, et son corps ralentit considérablement.

Sha soupira alors.

« Tu es une vraie diablesse, ma chérie... Mais, dans le fond, je pense savoir ce que tu as, ma beauté... »

Sa main remonta alors, et caressa doucement l’une des cuisses de la femme. Muramasa pouvait encore se déplacer, mais à un rythme très lent. Ceci dit, le dôme temporel n’allait pas tenir éternellement, et on pouvait déjà observer qu’il commençait à se fissurer de part en part. Sha sourit à nouveau, et griffa alors la belle cuisse de la femme, puis s’approcha d’elle, et déposa un baiser dessus.

« Tu as juste besoin de te faire sauter... »

Le dôme continua à se fissurer, un sifflement suraigu se faisant entendre... Puis le dôme se volatilisa. Muramasa se retrouva au sol, et, le temps qu’elle se retourne vers Sha, l’Ombre tendit sa main, et sa paume s’ouvrit sur une gueule noirâtre édentée, qui vomit des tentacules sombres, qui s’enroulèrent autour du cou de la femme, et serrèrent, tout en la clouant au sol.  Sha serra fort, et, le long des tentacules, des ronces jaillirent, épines dangereuses qui s’enfoncèrent dans la chair de la femme, et la clouèrent au sol

Sha relâcha ensuite le tentacule, et, le temps que Muramasa se relève, l’épéiste put voir un singulier spectacle, obscène et provoquant. Le manteau de Sha s’était ouvert, et révélait un énorme mandrin, bien tendu. Ce sexe dressé et propre, ce phallus assoiffé, Sha l’exhibait sans hésitation, et sourit malicieusement.

« C’est de ça que tu as envie, ma petite... »

Muramasa l’attaqua encore, toujours aussi déchaînée, et Sha tendit la main, envoyant une nouvelle onde d’Air qui la repoussa violemment... Et, quand Muramasa se trouva au sol, des liens jaillirent brusquement, et s’enroulèrent autour de ses poignets et de ses chevilles, comme des sortes de ronces noirâtres. Ils se dressèrent, et s’immobilisèrent autour de ses membres, coinçant la femme sur le sol. Sha gloussa alors, en se rapprochant lentement.

« Je vais te soumettre, ma chérie... Tu seras mienne ! »
Journalisée

DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.

Muramasa Akasha
Créature
-

Messages: 33


Tachi maudit de Muramasa


Voir le profil
Fiche
Description
Lame maudite capable de pactiser avec un "propriétaire" pour exploiter ses pleins pouvoirs.
« Répondre #8 le: Février 19, 2018, 12:39:17 »

J’en ai marre, marre et re-marre ! Pourquoi mon adversaire se cachait derrière des artifices magiques aussi chronophages ? Je n’en savais rien. Tout ce dont j’étais sûre, c’est que ça mettait ma patience à rude épreuve. Et grands dieux, ce que je n’étais pas du tout patiente une fois dans cet état ! Autant dire que voir tout mon environnement s’accélérer soudainement comme si j’étais devenue extrêmement lente fut horriblement frustrant. La chose en profita pour s’approcher de moi alors que mes gestes, vraisemblablement ralentis à l’extrême, n’étaient guère suffisants pour m’apporter la moindre des défenses. Nous étions en plein combat et pourtant, cette entité se permit de m’adresser quelques attentions totalement hors contexte. Je vais la buter, je vais la buter…

Finalement, la chose dans laquelle j’étais enfermée commença à se craqueler, cédant doucement sous le poids de ma volonté, à moins que ce ne soit que l’artifice du temps. Peu importe ! La première chose que je ferai en sortant d’ici, c’est décapiter cette garce ! Elle n’a que trop attendu de se faire remettre à sa place !

Les choses ne se passaient cependant pas comme on les avait prévues, sauf dans de très rares cas. En l’occurrence, l’onde de choc générée par l’explosion du dôme étrange fut assez conséquente pour soulever mon petit corps et lui faire rencontrer le sol dans la même seconde. J’y fus maintenue durant de longue seconde par un tentacule obscur s’enroulant autour de ma gorge et la transperçant de part en part suite à la naissance de curieuses épines. Comme la dernière fois, je fus empreinte d’une vive douleur qui m’était parfaitement inconnue. Bordel, ça fait mal ! Comment cela était-ce possible ? Je ne me rappelle pas avoir été blessée par quelqu’un à un quelconque moment de ma vie. Alors pourquoi ? Pourquoi elle, elle y parvenait ?

Le sang de mon enveloppe humaine s’écoulait doucement et sinueusement, recouvrant lentement le tentacule qui me strangulait. Je m’en saisis aussitôt d’une poigne fébrile et alarme, cherchant évidemment à m’en défaire. Ce fut finalement ma tortionnaire qui me libéra, relâchant son emprise sur le membre flexible pour m’en faire découvrir un tout autre, cette fois-ci bien plus rigide. Mes yeux se posèrent instinctivement dessus alors que j’en détaillai maintenant les coutures. Dans un autre contexte, j’aurais été ravie de l’étudier et de m’en servir. Mais pour l’heure, je me relevai difficilement et vociférai mes provocations entre deux gerbes de sang. Heureusement, mon corps se régénérait déjà.

J’vais surtout le charcuter, au même titre que ta gueule !

Une nouvelle fois, je m’élançai à son encontre, cependant plus faiblement qu’auparavant. Elle eût largement le temps de réagir, me renvoyant de nouveau dans la direction opposée à l’aide d’un de ces souffles mystérieux. Encore une fois, j’eus l’impression de recevoir un impact de plein fouet, et celui-ci ne m’en laissa pas de marbre. J’émis un cri, chose inhabituelle chez fois, puisque j’étais loin d’être habituée à la douleur. Je retombai alors au sol et y fus aussitôt clouée par l’apparition de nouveau tentacules à épines. La sensation horrible de la chair qui se fait transpercer, le sang qui coule le long de mon corps… Voilà donc ce que ressentaient les faibles que j’exterminais ? J’avais soudain bien plus de compassion pour mes victimes. Néanmoins, ce n’était pas cette compassion qui allait me sortir de ce pétrin.

Je levai les yeux vers la chose qui se rapprochait de moi, alors que je ne pouvais vraisemblablement rien faire. L’horrible douleur me poussa à lâcher mon tachi qui se dématérialisa aussitôt. Je serrai les dents et jurai, comme à mon habitude. Pourtant, la voir se rapprocher ainsi en exhibant son membre fièrement dressé réveilla en moi un sentiment inavoué de soumission, lequel se mêla à ma peur de la douleur qui m’était si inconnue pour créer un mélange que je trouvais des plus surprenants. Bien vite, je me surpris à désirer qu’elle me possède, qu’elle me ravage et profite de son étrange habileté à pouvoir me faire mal pour me forcer à obéir. Je secouai vivement la tête, tentant de chasser ces idées superflues et inconvenues de mon esprit. Non, je ne devais pas me soumettre ! Je n’avais jamais perdu, jamais… Je ne voulais pas que ça commence aujourd’hui ! Et pourtant, sous la douleur, je fus prise d’étranges mécanismes un peu trop humains à mon goût et me contredisais à chaque fois que je parlais.

Arrête ça, sale pute ! T’approche pas de moi ! Non, non et non ! Laisse-moi, pitié !
Journalisée
Sha
Dieu
-

Messages: 751



Voir le profil
Fiche
« Répondre #9 le: Février 26, 2018, 01:39:16 »

Cette jeune femme était indéniablement une vraie teigneuse. Elle ne lâchait rien, se battait avec acharnement et avec rage, mais sans aucune stratégie, uniquement motivée par la colère. Puissante, elle l’était, mais elle était aussi aveuglée par la fureur. Face à un magicien, un guerrier devait toujours adapter sa stratégie et son comportement. Se ruer bêtement sur son adversaire était un signe de bêtise évidente, surtout face à un magicien. Sha usa donc encore de sa magie d’Air, narguant la guerrière avec son chibre dressé en plein combat. Le souffle repoussa encore la femme, et l’Ombre généra des tentacules supplémentaires, immobilisant les membres de la femme. Muramasa se débattit encore, avec cet acharnement significatif, mais sans pouvoir sérieusement pouvoir prétendre lutter. Elle était entre les griffes de Sha, qui se rapprocha lentement.
 
Pour ne rien arranger, les tentacules qui l’immobilisaient étaient, non seulement générés par la magie noire, mais aussi par la magie rose. Légèrement gluants, ils avaient aussi des épines très fines, comprenant un poison fait de magie rose. Ils découpaient superficiellement Muramasa, diffusant surtout sur elle une aura propice à l’éveil du désir sexuel. Rien qui ne soit susceptible de calmer la rage de la tachi, bien au contraire, mais qui confirmait surtout que son comportement était motivé par la frustration sexuelle qu’elle ressentait. Sha se rapprocha donc, et sourit quand Muramasa, paniquée, lui demanda de partir, allant jusqu’à la supplier. Un « pitié » qui fit glousser la sombre Déesse, qui se dressa au-dessus de la femme, jambe à gauche et à droite de son corps. Son sexe se dressait fièrement au-dessus, une belle tige de chair, membrane tendue et assoiffée qui obstruait la vision de la jeune brune aux mèches rouges.
 
« Pitié ? Mais, ma chérie, c’est justement par pitié que je vais faire ça… »
 
Sha fléchit ensuite les genoux, et s’assit rapidement à califourchon sur le corps de la femme, son sexe heurtant le tendre ventre de la femme. Tendue comme une corde de violon, Muramasa n’en menait pas large, partagée entre des pulsions contradictoires. Assise sur elle, Sha déplaça ses mains, et caressa les épaules de la femme, glissant jusqu’à l’ourlet de ses seins, une bien généreuse poitrine qui attendait patiemment la femme.
 
« Tu es très nerveuse, ma chérie… »
 
Les mains de Sha caressèrent alors ses seins, les massant à travers le tissu de sa robe, puis elle se pencha en avant, s’étalant ainsi progressivement le long du corps de Muramasa, jusqu’à ce que son membre ne heurte sa ceinture, tapant sur le joyau noir qui pulsait en son centre. Déplaçant sa main, Sha tira d’un coup sec sur la ceinture, et la jeta au sol, puis glissa ses doigts entre les cuisses de sa proie, venant la caresser intimement.
 
« Là, ma belle, tu sais ce que tu es ? Tu n’es pas une guerrière, Muramasa… »
 
Mettant sa phrase en suspens, l’Ombre approcha ses lèvres du visage de la femme, et embrassa sa joue, léchant sa peau, gloussant ensuite contre elle, puis renchérit :
 
« Tu n’es qu’une grosse salope en manque de bite à te fourrer dans la chatte ! »
Journalisée

DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.


Tags:
Pages: [1]
  Imprimer  
 
Aller à:  

Powered by SMF 1.1.20 | SMF © 2006-2007, Simple Machines
Awake and Dreaming - Le Grand Jeu
ChatBox