banniere
 
  Nouvelles:
Pour la promotion du forum, pensez à voter régulièrement pour nous si vous avez un peu de temps.
Merci ! ♥





Liens utiles: Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Cacher les avatars

Le Grand Jeu - Forum RPG

Bad langage Discrimination Drugs Sex Violence Gambling

Bonjour et bienvenue.

Ce forum présente des oeuvres littéraires au caractère explicite et/ou sensible. Pour ces raisons, il s'adresse à un public averti et est déconseillé aux moins de 18 ans. En consultant ce site, vous certifiez ne pas être choqué par la nature de son contenu et vous assumez l'entière responsabilité de votre navigation.

Bonne visite ! :)

Pages: [1]
  Imprimer  
Auteur Sujet: Sous la lumière de la lune. [validemonisee]-[Vanéalidée !]  (Lu 644 fois)
Natacha Landefeld
Créature
-

Messages: 67



Voir le profil
Fiche
Description
Lycanthrope grincheuse et violente, amatrice de rock.
« le: Décembre 20, 2017, 04:49:46 »

Identité : Natacha Landefeld.
Âge : 22 ans.
Sexe : Féminin.
Race : Créature.
Sexualité : Hétéro selon elle, et vierge.
Forme lycanthrope : Lycanthropie (SFW)
Bonus SFW : Bonus

Physique

La vingtaine, blonde avec les cheveux courts,  habillée souvent avec une veste en cuir d’où dépasse des pulls ou des t-shirt aux slogans de groupes de rock. Natacha opte bien souvent pour des jeans délavés faute de moyens, et des bottes montantes noires. Des piercings à moitié masqués par des cheveux courts, le plus souvent en bataille ou avec des coupes de cheveux parfois punk, parfois simplement bizarres. Un nez mutin piqueté de tâches de rousseur sur un nez en trompette, des lèvres très fines, deux piercing à l’oreille droite, une peau délicate et de magnifiques yeux bleus sur un visage mignon. Natacha cache pourtant un étrange pouvoir derrière ce physique svelte. La jeune femme porte parfois quelques bracelets, bagues de couleur métallique ou noir.

Un beau petit fessier malgré une poitrine qui est loin d’être exceptionnelle, elle ne semble pourtant pas pourvu d’une musculature très développé. Des tatouages géométriques décorent le fil de sa colonne vertébrale, et ses coudes, ainsi que quelques grains de beauté dispersés dans son dos. Elle n’est pas d’une carrure très impressionnante, atteignant seulement les un mètre soixante-sept. La blondeur de ses cheveux, le bleu de ses yeux et la pâleur de sa peau, malgré sa vie Seikusu, Natacha n’est clairement pas d’origine japonaise. Bien au contraire, on décèle facilement un accent étranger, et même une tournure slave dans sa manière de s’exprimer.

Caractère

Grandissant dans un environnement rude, isolé et surtout dépourvu d’autres enfants, Natacha a depuis toujours eu un comportement réservée, communiquant peu et demeurant à l’écart des écarts. Pourtant, tout en restant une fille modèle, sage et bonne élève. Un comportement exemplaire, de bonnes manières et des vêtements bien tenus, cela toujours avec une attitude distante et secrète. Au moins jusqu’à son adolescence. Exit la petite fille sage, en prenant une indépendance forcée, Natacha s’est changée en une jeune femme introvertie et peu sociable, même carrément misanthrope, grincheuse à souhait. Certes, elle communique plus facilement, mais ses manières n’ont plus rien de correctes, ni son comportement exemplaire.
Ecoutant toute sorte de musique rock à longueur de journée, elle est au sens propre comme au sens figuré, une bête sauvage grincheuse et hargneuse.

Elle demeure secrète, n’aimant pas que l’on se mêle de ses affaires ou même qu’on l’approche, ce à quoi elle répond vertement par un langage tout aussi brutal que son comportement. Et si le langage n’est pas suffisant pour éloigner l’importun, les poings prennent le relais. Natacha est de fait, plus prompt à la violence depuis plusieurs années. Le développement de ses pouvoirs, et l’influence qu’ils ont sur elle, font que la jeune femme est sujette aux coups de sang, à des accès de rage et de colère aussi soudains que brutaux. Vexez-la un tant soit peu, et elle risque de réagir de manière aussi violente que disproportionnée. Ni plus ni moins que le comportement hargneux d’une bête sauvage.

Histoire

Sibérie orientale, plusieurs années auparavant.

Des litres de sang. La puissante odeur d’hémoglobine submergeait les narines de Natacha, en même temps qu’un riche panel de parfums forestiers : l’humus frais, la senteur des pins et une foule d’autres fragrances. Mais celles-ci n’avaient guère d’importance quand la sanglante effluve dominait de loin les autres, comme une piste évanescente filtrant, invisible, à travers les taillis. Les troncs rugueux se mirent à défiler à la limite de son champ de vision et, dans le silence total de l’épaisse forêt, elle n’entendait plus que sa propre respiration, lourde et saccadée.
Natacha courait à perdre haleine. Nul bruissement de feuilles foulées par le fracas de ces pas, si ce n’est cet étrange chuintement qui l’accompagnait, le chuchotement subtil de multiples foulées sur le sol moussu. Hors, ce n’était pas les siens, cela elle en était persuadée. Quelqu’un ou quelque chose traversait le sous bois à sa place, ou bien derrière, ou bien devant, comment le savoir ?
Seule la vive odeur de sang la guidait, et le défilement infini des épicéas muets, le frôlement réguliers des branches, sans aucun autre but que la course. Le choc survint brutalement, comme cela arrive bien trop souvent dans un cauchemar. Natacha se vit chuter dans quelques creux du reliefs, un festival d’aiguilles mortes l’accompagnant, et là, parmi les souches et les branchages cassant, elle tomba nez à nez avec la chose hantant ses nuits. Deux yeux aux pupilles d’un jaune vif la fixaient dans une obscurité croissante, l’empêchant de voir la créature en totalité. Un grognement bestial, la lueur blafarde de la lune se reflétant sur des crocs immaculés…


Natacha se réveilla en sursaut. Sa chemise déchirée par endroits, celle qu’elle utilisait toujours pour dormir, lui collait à la peau là où d’abondantes auréoles de sueurs se dessinaient. Le souffle court, elle se redressa puis passa une main sur son front bouillant, dégageant au passage ses mèches blondes tout aussi collées que sa chemise, et resta immobile un long moment. Ce cauchemar la hantait depuis au moins quatre ans, autant qu’elle souvienne, depuis l’incident alors qu’elle en avait dix. Encore secoué des tremblements, la jeune femme se massa l’avant-bras machinalement. Selon son oncle, on l’avait retrouvé égarée, presque gelée et à moitié morte dans la section abandonnée du village qui jouxtait la forêt profonde. Aux dires du médecin, il s’en était fallu de peu que Natacha ne perde son bras droit, tant les impressionnantes déchirures avaient entamé la chair jusqu’à l’os. Mais de cela, ce qui l’avait conduit à cet endroit et l’auteur de l’attaque, elle n’en gardait aucun souvenir.

C’est à cette époque que ce cauchemar s’était immiscé dans ses nuits. Une ou deux fois par mois au début, mais toujours plus détaillé, plus sanglant et plus réaliste, mais invariablement le même. Désormais, il la visitait au moins plusieurs fois par semaine. Parfois tous les jours selon la période. Comme à chaque fois, Natacha se mit à bouillonner, prise de bouffées de chaleur, si bien qu’elle rejeta les couvertures en se forçant au calme et posa ses pieds nues sur le plancher vermoulu. Sa main tâtonna sur le chevet à côté de son lit, et s’empara du vieux baladeur à CD offert par Isao, le seul client japonais de toute la région. Son oncle ne s’occupait guère de lui faire des cadeaux. Tenir son bar au beau milieu de ce coin isolé de Sibérie était sa principale occupation et, à ses yeux, nourrir Natacha chaque jour était un cadeau en soi. Celle-ci chaussa rapidement les écouteurs avant d’appuyer sur lecture, entendant une énième fois l’unique CD, lui aussi offert par Isao, une musique américaine.

Le japonais était à peu près la seule compagnie dont elle pouvait se gratifier. Le climat rude n’offrait que des gens rudes, au caractère similaire, et l’école était trop loin pour que Natacha puisse avoir le temps de fréquenter d’autres adolescents en dehors des cours. Jamais son oncle ne lui aurait donné une telle musique, et Isao s’était bien gardé d’en faire mention, malicieux malgré son alcoolisme avéré. Celle-ci avait toujours eu, malgré son écoute à répétition, un effet délicieusement apaisant contre ses angoisses nocturnes. Les visites du japonais étaient une véritable attraction pour Natacha, et chaque fois, il ne manquait pas de lui apprendre quelques rudiments de sa langue maternelle. De son passé, il ne disait mot, et la jeune femme n’était pas le genre de créature à la curiosité pressante. Son quotidien n’était fait que de devoirs, de longs voyages vers l’école, et de soirées à faire la vaisselle ou à aider son oncle au service. Dans un mutisme presque total, et un comportement modèle, ne bronchant jamais aux directives de ce dernier, elle ignorait complètement le reste du monde, et la vie plus joyeuse, normalement destinée à une adolescente.

La musique rassurante en tête, Natacha se leva vivement avec un grognement encore teinté d’angoisse, s’obligeant à chasser les derniers lambeaux de son cauchemar, et se hâta dans la salle de bain rudimentaire. La soirée du dimanche était toujours bien remplie. De nombreux clients se presseraient sur les tabourets, aux tables et aux jeux de fléchettes, dans une ambiance lourde et grasse. Son oncle allait la réclamer pour distribuer soupes et vodka, et mieux valait un peu de travail que se morfondre sur ses cauchemars. Quant à Isao, il ne viendrait pas, comme toujours un dimanche sans qu’elle ne comprenne pourquoi.
Peut-être était-ce l’attraction de la soirée, pensa-t-elle en se brossant les dents, changeante souvent mais toujours avec du succès. Cette fois, il s’agirait de combats entre amateurs, son oncle le lui avait glissé avec un sourire très fier, malgré ses dents manquantes. Le vieux russe était une vieille souche : rude, traditionnel, croyant et pratiquant, aussi inamovible que la neige sur cette région, mais il n’était pourtant pas dépourvu de bienveillance. La jeune femme éprouvait un certain attachement pour lui, mais guère plus : il était là pour l’héberger, et elle lui était reconnaissante, rien de plus.

De ses parents, Natacha n’en gardait pas le souvenir. Dans la famille, on ne parlait guère de ce genre de passé, surtout quand elle portait un nom allemand et que les blessures de la guerre faisaient parties du patrimoine familial. L’adolescente termina sa toilette en quatrième vitesse, et veilla à s’habiller amplement. Après tout, elle venait d’avoir quatorze ans et, dans cet univers masculin, elle avait bien noté les regards appuyés qu’on lui lançait lorsque l’heure était avancée et les chopes vidées. Lorsque Natacha descendit quatre à quatre l’étroit escalier en colimaçon, fila le long de l’obscur couloir aux murs décorés d’icones sales de saints inconnus, et émergea finalement au niveau du bar, l’atmosphère de salle était déjà empoissée. Elle réalisa avec un soupir de mauvaise humeur, qu’elle avait dormi une bonne partie de l’après-midi. Les dernières nuits agitées ne lui avaient procuré qu’un repos très relatif, et il lui arrivaient bien trop souvent de s’endormir longtemps au cœur de la journée.

Quelques tables avaient déjà été tirées pour dégager un vaste espace rond, une sorte d’arène au milieu du plancher lissé par l’âge. Le bar du coin ne brillait guère par son luxe. Les murs en étaient jaunis, parfois noircis par un mélange de fumée, de graisse et de poussière, là où les décorations champêtres d’outils agricoles et de souvenirs militaires rouillaient en silence. Son oncle n’était pas non plus un grand décorateur, et le mobilier se résumait souvent au plus stricte utilitaire. Natacha s’empara finalement d’un tablier et, sur un signe du menton de son oncle déjà affairé au comptoir, elle commença à distribuer les commandes déjà prêtes. Ni l’homme, ni sa protégée n’était très bavards, la communication se traduisant en hochement de tête et phrases brèves. Entre larges assiettes et plateaux de verres d’alcool, rires gras et bravades sonores, la jeune femme ne pensait plus à rien, et surtout pas à ce terrifiant rêve, rythmant seulement son service de bâillements interminables.

Deux ans plus tard, même lieu.

Les bottes usées de Natacha pataugeait dans le sang. Comme en plein cauchemar, ces pas étaient lourds, mouvoir ses pieds devenait une épreuve, mais ce n’était plus ni moins que la réalité cette fois-ci. La grande salle désormais désertée du bar, dont les tables et les chaises avaient été empilées sur les côtés, laissant ainsi un vaste espace où s’accumulait la poussière, tout ceci était peint d’une couleur sanguine. D’un rouge sombre, presque noir. Ivan, et ses trois ordures d’amis, gisaient là devant elle, ou du moins ce qu’il en restait. Le plancher se gorgeait du sang noirâtre que déversait les morceaux de boyaux, organes et autres fragments d’os où s’accrochaient encore de la chair lacérée. Natacha leva sa main devant ses yeux, fixant ses doigts horriblement déformés par des griffes impressionnantes et sa frêle paume où se distinguait d’épais muscles.

A quel moment toute sa vie avait-elle dégénéré ainsi ? Son oncle disparu, un jour plein de vie, et puis brusquement emporté en quelques semaines par une toux que même le médecin n’avait pu guérir. Isao volatilisé sans que personne ne sache ce qu’il était devenu, dernier ami de la jeune femme. De nouvelles relations, elles s’en étaient faites pour ainsi dire. Dans un village aussi isolé, le bar du coin représentait une manne d’argent prometteuse et attirante pour les caïds en devenir. Et que le commerce advienne légalement en héritage à une jeune femme de seize ans, cela ne gêna nullement Ivan et sa clique. Au contraire. Si les refus successifs de Natacha s’étaient vu gratifiés de simples menaces, cette soirée là avait marqué un tournant dans la violence alors que les hommes avaient déboulé dans le bar clos à l’improviste. Le tableau avait été désespérément prévisible.

Les menaces employées, le ton était de nouveau monté, exigeant que Natacha abandonne enfin ce bar florissant qu’elle n’ouvrait plus, à leur profit. Lequel d’entre eux l’avait frappé en premier ? Elle ne s’en souvenait plus, seulement du goût du sang, le sien lorsque sa lèvre avait été coupé sous le choc du poing. Puis la colère l’avait submergé, une rage folle contre eux, contre sa solitude et sa malchance, contre ce patelin qu’elle détestait en finalité. Le choc passé, les souvenirs revenaient par fragments. Natacha se revoyait bondir en avant pour se précipiter sur Ivan à une vitesse folle, lui collant son poing dans sa figure barbue au point de l’envoyer au tapis plus loin. Une douleur fulgurante coula le long de son échine à ce moment là, comme si une force intraitable déformait sa chair. Dans un grognement bestial, son bras avait fusé vers le visage d’un autre homme, lui déchirant la moitié de la mâchoire, avant qu’elle ne se jette sur un autre.

Le carnage avait continué comme si Natacha n’était plus elle-même, mais autre chose. Un reste de femme aux griffes monstrueuses, un corps à moitié transformé en monstre à la force surhumaine qui bondissait pour massacrer les hommes terrorisés. Elle les avait mis en pièce, tandis que son esprit n’était plus qu’un magma épais d’émotions violentes et bestiales sans conscience humaine. Ses pieds pataugeaient dans des litres de sang et d’intestins tailladés, tandis que ses vêtements étaient eux-mêmes imbibés d’hémoglobine. Un rire hystérique la traversa. Différents sentiments d’angoisses s’emparèrent d’elle, à mesure que la peur de ce qu’elle était, de ses pouvoirs, de sa puissance incontrôlable, lui revint en pleine face. Natacha s’essuya le visage d’un revers de manche pour balayer le mélange de sang et de larmes sur ses joues, tandis que ses mains reprenaient peu à peu leur aspect humain. La jeune femme commença à trembler comme lors qu’elle rêvait de monstres, il y a des années de cela.

Mais cette fois, le cauchemar était devenu réalité, et on allait la traquer pour ça. Dans un état second, Natacha courut à l’étage pour se laver, rassembler ses maigres affaires à toute vitesse, et laisser finalement ce bar abandonné derrière elle. C’était la seule solution qui lui semblait envisageable. Elle retrouverait Isao, elle le devait, et le japonais l’aiderait à changer de pays, sans doute. Mais rien n’était complètement impossible lorsqu’on était un monstre, n’est-ce pas ? Elle essaya de s’en persuader en laissant derrière elle le tas de cadavres, avançant d’un pas tremblant à travers la ruelle enneigée.

Pouvoir

- Natacha est donc une lycanthrope, cf. l’image posté plus haut, à mi-chemin entre la mutation et la malédiction.
- Ses réflexes, ses sens, sa force et son endurance physique sont de base, supérieurs aux humains, et la puissante va croissante selon l’ampleur de la transformation.
- Ce pouvoir peut se matérialiser partiellement, c’est-à-dire qu’elle peut parvenir à transformer un ou plusieurs membres : un bras, une main, des yeux, une crinière, tout en restant à moitié humaine.
- Elle contrôle encore très mal ce pouvoir, et il devient plus instable selon certains éléments : la pleine lune, les émotions violentes ressenties (colère, peur, etc.), l’odeur de sang.
- Plus la métamorphose est importante, plus elle est difficile à maitriser. Totalement transformée, il lui est presque impossible de se contrôler.

Je reconnais avoir pris connaissance du contenu du topic sur le traitement automatisé des données personnelles qui est fait par l'hébergeur de LGJ.
« Dernière édition: Novembre 08, 2018, 03:14:26 par Anéa » Journalisée
Stephen Connor
Poupaw de son fichtonw
Administrateur
-
*****
Messages: 2758



Voir le profil
Fiche
Description
Colosse d'un mètre et quatre-vingt quinze centimètres, de près de cent cinquante kilos, aux yeux rouges et à la peau cuivrée. 

Champion de Lucifer, Grand Duc du plan Infernal. A la tête de cent Légions de démons.

Prétendant au trône d'Ashnard, sur le point de réaliser un coup d'état.

PS : Préfère les gros culs D:
« Répondre #1 le: Décembre 20, 2017, 05:02:51 »

** nyuf.
Journalisée

(´・ω・`)
Cassidy Green
Avatar
-

Messages: 2927


Une femme, un homme ? Ou bien les deux ?


Voir le profil
Fiche
« Répondre #2 le: Décembre 20, 2017, 05:15:54 »

Bienvenue Grimaçant
Journalisée

Voici mon topic pour découvrir mes autres comptes. Veuillez aussi me contacter sous ce compte pour mes autres personnages, vu que je suis plus souvent connecter avec Cassidy Green qu'avec les autre Grimaçant
Jésus Christ
Avatar
-

Messages: 7



Voir le profil
Fiche
« Répondre #3 le: Décembre 20, 2017, 05:47:12 »

Bienvenue !
Journalisée
Alex Stark
Créature
-

Messages: 49



Voir le profil
Fiche
Description
Descendant direct du célèbre Tony Stark, créateur et premier pilote d'Iron Man.

A conçu, de A à Z, lui même l'armure Iron Man qu'il pilote. Gràce à son réacteur ARC, implanté dans son torse, manie quelques sorts de magie de lumière.

Aurait dû arrivé à Seikusu, mais s'est retrouvé catapulté sur Terra, où il s'est vu transformé en lycan.
« Répondre #4 le: Décembre 20, 2017, 07:07:04 »

Heu... Hôte-moi d'un doute, mais si tu te transforme en louve-garou, tu serais pas une créature, plutôt qu'une humaine ? ôo (Certes toi, tu te transforme lorsque c'est la pleine lune, alors que moi, je contrôle (à peu près) mes transformations, mais bon.)

Bref, bienvenue. ^^
Journalisée


Couleur Alex : Azur ; Pensées entre *
Couleur Iron Man : Bleu marine
Couleur JARVIS : Turquoise

Pour la liste de mes perso : ici
Alix et Nox
Dieu
-

Messages: 46



Voir le profil
Fiche
« Répondre #5 le: Décembre 20, 2017, 07:32:37 »

Chouette fiche, chouette musique !   Sourire

Bienvenue !
Journalisée

Natacha Landefeld
Créature
-

Messages: 67



Voir le profil
Fiche
Description
Lycanthrope grincheuse et violente, amatrice de rock.
« Répondre #6 le: Décembre 20, 2017, 08:45:55 »

A vrai dire, j'ai hésité sur la race aussi. Comme à la base, c'est une humaine, mais qu'elle est devenu une créature... Bref, Connor a tranché donc ce sera créature.  Grimaçant

Et merci pour les rebienvenues !
Journalisée
Grayle le pérégrin
Humain(e)
-

Messages: 294



Voir le profil
Fiche
« Répondre #7 le: Décembre 20, 2017, 09:43:01 »

Je plussoie la musique ! super agréable !
Journalisée
Natacha Landefeld
Créature
-

Messages: 67



Voir le profil
Fiche
Description
Lycanthrope grincheuse et violente, amatrice de rock.
« Répondre #8 le: Décembre 20, 2017, 11:05:10 »

Les musiques dont le nom contient "Moon" sont dans "An american werewolf in London". Que je ne peux que conseiller si vous aimez les films d'horreurs avec humour british !
Journalisée
Natacha Landefeld
Créature
-

Messages: 67



Voir le profil
Fiche
Description
Lycanthrope grincheuse et violente, amatrice de rock.
« Répondre #9 le: Novembre 07, 2018, 10:45:30 »

Nouvel avatar, refonte importante de la fiche (même si le personnage reste le même), j'invoque donc une nouvelle validation, siouplé.
Journalisée
Anéa
Cap'taine Jmeféchié \o
Modérateur
-
*****
Messages: 3217



Voir le profil
Fiche
Description
Ancienne archange, devenue à moitié démone.
Adore le sang et faire sauter des têtes.
« Répondre #10 le: Novembre 08, 2018, 03:10:12 »

C'est toujours good pour moi.
Tu peux retourner jouer ! o/
Journalisée

~~  Fiche  //  Demande de rps  ~~
Natacha Landefeld
Créature
-

Messages: 67



Voir le profil
Fiche
Description
Lycanthrope grincheuse et violente, amatrice de rock.
« Répondre #11 le: Novembre 08, 2018, 03:20:29 »

Merci m'dame.
Journalisée

Tags:
Pages: [1]
  Imprimer  
 
Aller à:  

Powered by SMF 1.1.20 | SMF © 2006-2007, Simple Machines
Awake and Dreaming - Le Grand Jeu
ChatBox