banniere
 
  Nouvelles:
La modération de LGJ accueille deux nouveaux membres dans son équipe !

A voir ICI même.

Liens utiles: Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Cacher les avatars

Le Grand Jeu - Forum RPG

Bad langage Discrimination Drugs Sex Violence Gambling

Bonjour et bienvenue.

Ce forum présente des oeuvres littéraires au caractère explicite et/ou sensible. Pour ces raisons, il s'adresse à un public averti et est déconseillé aux moins de 18 ans. En consultant ce site, vous certifiez ne pas être choqué par la nature de son contenu et vous assumez l'entière responsabilité de votre navigation.

Bonne visite ! :)

Pages: [1] 2 3
  Imprimer  
Auteur Sujet: La Malédiction de Kūkai [Lucie Backerlord]  (Lu 611 fois)
Bayonetta
Humain(e)
-

Messages: 70



Voir le profil
FicheChalant
« le: Décembre 18, 2017, 02:00:25 »


C’était un véritable décor de film d’horreur. Ce cimetière plongé dans la nuit, au milieu d’une immense et profonde forêt... Okuno-in était l’un des lieux les plus sacrés du Japon, un cimetière immense regroupant plus de 200 000 pierres tombales, abritant quantité de cadavres ayant appartenu à des personnages célèbres de l’archipel nippon : samouraïs, seigneurs, moines... Le cimetière avait été construit et développé à partir du mausolée de Kōbō-Daishi, aussi appelé Kūkai. Si ce nom ne disait rien à un Occidental, pour les Japonais, Kūkai aurait presque pu, au niveau de son rayonnement culturel, se comparer au Christ.. Si ce n’est que l’existence historique de Kūkai, elle, était avérée. Fondateur du Shingon, une école de pensée bouddhiste, Kūkai avait instauré le bouddhisme au Japon. La légende dit d’ailleurs de lui que Kūkai n’est pas mort, mais attendrait, dans son mausolée, l’avènement de Maitreya, un bouddha annoncé par des récits prophétiques.

Derrière ces histoires ésotériques et spirituelles, Kūkai avait surtout permis de lutter contre les yōkai qui avaient pendant longtemps envahi le Japon. Et Okuno-in, tout comme le mausolée de Kūkai, était un endroit fortement chargé en magie. Bayonetta le sentit dès qu’elle approcha du cimetière, et fronça les sourcils, ses sens magiques se hérissant devant la magie noire qu’elle percevait. Pour une fois, la sorcière ne traquait pas des créatures célestes, des Anges infernaux venant d’Alfheim, mais avait été envoyée ici par une communauté bouddhiste suivant les enseignements de Kūkai. Les bouddhistes avaient affirmé à Bayonetta que, derrière le folklore touristique, Okuno-in avait été soigneusement choisie par Kūkai, qui avait installé de multiples sortilèges et autres protections pour veiller à ce que les morts restent morts.

D’aucuns auraient pu s’étonner qu’un cimetière si vaste soit conçu dans un endroit respirant la magie noire, mais le sortilège de Kūkai visait justement à utiliser l’énergie des morts pour stabiliser l’ensemble, pour créer une saine harmonie entre les morts et les vivants.

*Et, visiblement, les sortilèges foutent le camp...*

Une sucette entre les lèvres, Bayonetta avançait le long d’un sentier, en voyant, ici et là, des lanternes qui étaient allumées comme par magie. Ses talons claquaient sur le sol, tandis qu’elle continuait à marcher, des ombres virevoltant autour d’elle. La femme longeait les successions de pierre tombale. Les bouddhistes avaient expliqué que plusieurs touristes avaient récemment été enlevés, et que le gouvernement lançait une enquête. Il n’était pas impossible que l’armée finisse par se mobiliser, le gouvernement prenant très au sérieux l’apparition de failles spatio-dimensionnelles.

Ici et là, Bayonetta commençait à voir des apparitions spectrales, et entendit des craquements près d’elle...

*Oh...*

La sorcière bondit soudain sur le côté, et évita une main tranchante qui racla le sol de ses doigts griffus. Elle s’appuya d’une main sur le sol, rebondissant dans les airs, et se réceptionna ensuite sur ses jambes, avant de pointer son arme vers la mystérieuse silhouette... Et grimaça en voyant sa sinistre apparence.

« Ma parole... J’ai rarement vu une créature aussi laide que toi, ma jolie... »

Le monstre poussa alors un cri inintelligible, et bondit brusquement vers la sorcière...
« Dernière édition: Décembre 18, 2017, 10:00:20 par Princesse Alice Korvander » Journalisée


DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
Lucie Backerlord
Humain(e)
-

Messages: 112


Booty de calibre .338


Voir le profil
FicheChalant
Description
L'une des meilleures tireuses d'élite au monde. Accessoirement une sorcière. Regardez la dans les yeux, c'est préférable, même si elle en joue à fond.
« Répondre #1 le: Décembre 18, 2017, 08:50:42 »

Pour une fois, j'avais un peu de temps libre devant moi. Alors pourquoi ne pas profiter de ce temps libre pour une petite promenade, en dehors des zones que je fréquentais habituellement. Il y avait un cimetière en pleine forêt qui m'avait toujours intrigué. Y aller pouvait être amusant, pour une fois. Qu'est-ce que je risquais après tout? Les morts reposaient éternellement, je n'allais pas vraiment les déranger si je ne faisais que passer. Tout de même, je gardais une arme sur moi, on ne savait jamais. Je restais armée en permanence lorsque je me rendais seule dans un lieu en pleine nuit.

Une fois sur place, quelque chose me frappa directement. Ce lieu puait la magie noire. Un être humain lambda ne serait pas capable de ressentir quelque chose comme ça. Mais j'étais une sorcière, liée à tout ce qui était magique, noir comme blanc. Pourquoi avoir construit un lieu comme celui-ci sur un terrain si imprégné de magie noire? Une dualité se posa dans mon esprit. Mon affection envers la magie noire commençait à pointer le bout de son nez, mais une partie de moi-même affectionnait tout de même la magie blanche. Que faire. Je ne me posais pas vraiment de questions et pénétrait dans ce lieu sans regarder derrière moi.

Esthétiquement, j'aimais beaucoup ce lieu. Il dégageait quelque chose de terrifiant mais cependant magnifique. Néanmoins, il y avait quelque chose qui me rendait perplexe. Il y avait quelque chose qui n'était pas naturel ici. Pas naturel pour un être humain standard, mais hautement compréhensible pour une sorcière comme moi. Il y avait vraiment quelque chose qui ne tournait pas rond, et cela me rendait extrêmement curieuse. Je devais savoir ce qui se passait ici. Mais ce qui me frappa le plus, c'est qu'il n'y avait pas seulement la présence de magie noire ici. Il y avait une autre sorcière. Je le sentais. Il y avait une autre sorcière dans ce cimetière. Qu'est-ce qu'elle pouvait bien faire ici?

Prenant tout de même mon temps afin de me diriger vers cette source magique, je sentais qu'il y avait vraiment quelque chose qui ne tournait pas rond. Prenant mon 500 en main, je le chargeais tout en marchant. Même si j'adorais la magie noire, quelque chose ne me rendait pas sereine. Je devais savoir ce qui se passait, mais il était hors de question que j'y aille sans défense. J'étais une sorcière, je devais bien savoir que quand quelque chose ne me rendait pas sereine, c'est qu'il y avait quelque chose qui ne tournait vraiment pas rond.

Plus j'approchais, plus je sentais qu'il y avait autre chose que moi et cette autre sorcière. Il y avait une sorte d'entité de présente. Je ne savais pas ce qu'elle était, je ne savais pas d'où elle venait, ni ce qu'elle voulait. Tout ce que je ressentais, c'était qu'elle n'était visiblement pas là pour jouer aux cartes. Pressant le chien, restant sur mes gardes, je pressais le pas pour me rapprocher de plus en plus. Avant de tomber sur quelque chose d'absolument répugnant. Je ne savais pas ce que cela pouvait être, mais une chose était sûre, cette saloperie n'allait pas vivre bien longtemps. Avançant comme si de rien n'était, je sautais en l'air avant de lui loger une balle en pleine tête.

Un peu d'action ne pouvait pas me faire de mal. Cependant, ce n'était pas comme ça que j'allais pouvoir obtenir des réponses. Je n'eus pas longtemps à marcher avant de tomber sur celle que je cherchais. Sans chercher à comprendre, je logeais une balle en plein arrière du crâne de la saloperie qui lui sauta dessus. J'avais plusieurs balles sur moi, donc je n'allais pas en manquer.
Journalisée
Bayonetta
Humain(e)
-

Messages: 70



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #2 le: Décembre 25, 2017, 05:29:31 »

Une espèce d’étrange créature arachnéenne venait de bondir de l’arbre, et poussa un hurlement inaudible en réponse aux provocations de Bayonetta. À son corps défendant, Bayonetta avait davantage l’habitude d’affronter les créatures angéliques venant d’Alfheim que les yōkai. Celle-ci était visiblement une femme morte, probablement suicidée, dont le cadavre avait été pris sous le contrôle d’un yōkai. La sorcière fronça soudain les sourcils en percevant une signature magique qui se rapprochait.

*Je crois que les choses vont se compliquer...*

La magie était une notion complexe, mais qui obéissait à des règles précises. Et les yōkai se nourrissaient de magie. Paradoxalement donc, en venant chasser les monstres de ce sanctuaire, Bayonetta était aussi en train de les renforcer, au moins avant de les bannir. Elle devait comprendre ce qui avait rompu les sceaux et les glyphes de protection ici. Était-ce ce sorcier qui se rapprochait ? En voyant la fine silhouette aux formes plantureuses, Bayonetta crut même, à un moment, voir Jeanne, une autre sorcière... Mais constata qu’il devait s’agir d’une jumelle cachée.

En tout cas, la femme se manifesta en tirant sur la tête du monstre. Du sang noir s’échappa alors de son crâne en petites quantités, confirmant l’hypothèse de la sorcière, puisque ce sang était déjà coagulé. Furieuse, la yōkai se retourna vers cette sorcière providentielle, et bondit en arrière, prenant appui sur ses pattes, et cracha alors depuis sa gueule un jet noir, qui fila vers la femme. Bayonetta intervint alors, se déplaçant rapidement, à tel point que le temps sembla se figer autour d’elle, une auréole violette recouvrant son corps. Elle se rapprocha ainsi de la sorcière, et l’écarta des jets d’acide noirs, qui heurtèrent un tronc d’arbre, le faisant fondre. La jeune femme entendit l’arbre craquer, le tronc coupé en deux, la partie supérieure venant leur tomber droit dessus.

« Salut, toi. Tu ressembles beaucoup à l’une de mes amies... Mais la dernière fois que je l’ai vu, elle a tenté de me tuer à plusieurs reprises. »

Leurs corps étaient pressés l’un contre l’autre, et leurs combinaisons crissèrent même pendant quelques secondes, avant que Bayonetta, toujours chargée de sensualité, ne s’écarte légèrement d’elle. La yōkai avait profité de l’abattage de l’arbre pour se dissimuler, et, malheureusement, Bayonetta avait du mal à sentir sa présence magique.

« Les balles ne sont pas très efficaces contre elle, énonça-t-elle alors, ce qui était une évidence après ce qui venait de se passer. C’est un corps possédé, seule la magie permettra de chasser le yōkai à l’intérieur... »

Réalisant soudain quelque chose, elle se retourna vers la femme, et lui sourit doucement :

« Au fait... Je m’appelle Bayonetta. »
Journalisée


DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
Lucie Backerlord
Humain(e)
-

Messages: 112


Booty de calibre .338


Voir le profil
FicheChalant
Description
L'une des meilleures tireuses d'élite au monde. Accessoirement une sorcière. Regardez la dans les yeux, c'est préférable, même si elle en joue à fond.
« Répondre #3 le: Décembre 25, 2017, 11:53:21 »

Alors que je pensais avoir bien fait, celle qui était en face de moi venait de ralentir le temps. Un point commun entre nous. Un autre point commun, elle portait visiblement du cuir. Mais pourquoi diable devait-je réellement m'attarder sur des détails comme ça? Cela n'avait aucun foutu sens, et je trouvais ça quasiment normal... Je devais vraiment changer ma façon de voir les choses. La position dans laquelle nous étions était plus que suggestive. Typique du fantasme d'adolescent devant un film de cul lesbien. J'étais à côté d'une sorcière, en tant que sorcière, et je trouvais cela relativement normal. J'avais vu bien pire, et surtout, j'avais fait bien pire.

- Tu m'en diras tant. Et je fais comment si je ne peux que ralentir le temps, et lire dans l'esprit des gens. Je te laisse faire le boulot toute seule en jouant avec mon gros pistolet? Gardant mon arme contre moi, je souriais. - Lucie. C'est bizarre, mais tu me rappelles une amie, ça doit être les lunettes. Mais la pauvre est morte."

Je murmurais quelque chose en Enochien, et me retournait vers cette foutue créature, me demandant bien ce que j'allais pouvoir faire. Alors qu'elle s'apprêtait à me sauter dessus, je fermais les poings et les yeux, et une fois concentrée, je les rouvrais, et constatait qu'elle était déjà en l'air. Plus qu'une seule solution maintenant.

- ZAL ALMADAR

Le temps suspendait quasiment son fil, et tandis qu'elle était encore en l'air, je lui envoyais un coup de pied circulaire directement dans la tête, avant de prendre sa tête entre mes pieds, pour terminer par l'écraser au sol. C'est à ce moment que le temps reprit son cours. Je n'étais pas si mauvaise en combat rapproché, et pour une fois que je pouvais le pratiquer, je n'allais pas m'en priver. Cela m'amusait de le pratiquer. Même si cela n'allait pas avoir un grand impact, tant que je prenais mon pied, le reste n'avait pas vraiment d'importance. Si je ne prenais pas du temps pour m'amuser, je n'irais pas vraiment loin. Et j'en avais l'occasion pour une fois.

Je jouais tout de même avec ses bandeaux, qu'elle avait dans les cheveux. De l'Enochien. Si elle en avait dans les cheveux, c'est qu'elle devait le comprendre. Autre point commun. Je n'avais que ça à faire, bien entendu, et je l'assumais totalement.

- Dis donc, c'est coquet tout ça. Mais dis moi, c'est pas fait pour les mortes, ça, à la base?


[HRP] Tout ce qui sera écrit en violet sera de l'Enochien ^^ [/HRP]
Journalisée
Bayonetta
Humain(e)
-

Messages: 70



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #4 le: Décembre 26, 2017, 09:06:25 »

La ressemblance avec Jeanne, chez cette femme, était des plus troublantes, si ce n’est que, contrairement à Jeanne, Lucie ne cherchait manifestement pas à la tuer. Comme Bayonetta, elle pratiquait une magie assez particulière, mélange de magie pure et d’arts martiaux. Un style qui tordait le cou aux idées reçues sur le fait que les sorciers ne se battaient qu’à distance. Bayonetta vit ainsi la femme parler en utilisant la langue d’Enoch, en hommage au Livre d’Hénoch, qui aurait été l’arrière-grand-père de Noé. Un livre qui avait été rejeté des canons officiels, et considéré comme apocryphe, mais qui avait été la base d’une discipline magique très particulière, appelée, d’ailleurs, « magie énochienne ». La magie énochienne visait à permettre aux simples humains de pouvoir recourir à la magie angélique. La langue énochienne était donc assez complexe, mélange de dialectes ancestraux et angéliques. Bayonetta vit en tout cas le temps se suspendre suite à la formule de sa consœur, qui s’en prit à la tête du yōkai, malmenant cette dernière.

« Pas mal, tu es plutôt sexy quand tu te bats, Lucie. »

Des femmes en tenue moulante en cuir qui tapaient sur des monstres... À bien y réfléchir, tout ça ressemblait effectivement à un fantasme d’adolescents, mais Bayonetta n’allait pas se plaindre de la vue. Elle nota notamment que la combinaison en cuir moulait très bien els fesses de cette étrange sorcière énochienne. Elle avait en tout cas malmené leur ennemi, qui tenta de se replier. Bayonetta intervint alors, et généra dans sa main l’une de ses armes magiques, le fouet Kulshedra. Kulshedra en main, Bayonetta le leva, et l’abattit sur le yōkai, s’enroulant autour de sa nuque. Le monstre vociféra rageusement, en cherchant à se libérer.

Bayonetta n’avait pas rebondi sur la remarque de Lucie concernant les mortes et ses bandeaux, préférant en effet se concentrer sur la cible.

« On parle bigoudis plus tard, mon cœur... Pour l’heure, si ça ne te fait rien, pratique un exorcisme pour faire partir le démon. »

Puisqu’elle était une adepte de la magie énochienne, Lucie devait forcément maîtriser les exorcistes, qui étaient l’un des piliers de cette discipline magique. Bien sûr, elles auraient aussi pu décapiter le corps, mais ça n’aurait pas vaincu le yōkai, qui aurait juste eu à prendre possession d’un autre cadavre. Il fallait le sceller, le renvoyer d’où il venait, puis découvrir ensuite ce qui avait permis à ce yōkai de s’échapper.

Pour l’heure, c’était sa priorité.
Journalisée


DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
Lucie Backerlord
Humain(e)
-

Messages: 112


Booty de calibre .338


Voir le profil
FicheChalant
Description
L'une des meilleures tireuses d'élite au monde. Accessoirement une sorcière. Regardez la dans les yeux, c'est préférable, même si elle en joue à fond.
« Répondre #5 le: Décembre 26, 2017, 08:22:29 »

Lorsqu'elle me demanda de pratiquer un exorcisme, tout s'effondra autour de moi. Cela faisait tellement longtemps que je n'en avais pas pratiqué, je devais absolument gagner du temps pour me souvenir. Je ralentissais une nouvelle fois le temps pour m'en donner afin de rassembler mes souvenirs. Je savais très bien que je n'allais pas ressortir en pleine forme de tout ce merdier, mais je devais le faire, pour ne pas perdre la face. Alors que les secondes s'écoulaient, me rapprochant rapidement du retour au temps normal, je tentais tant bien que mal de me souvenir de quelque chose. Je triturais mon esprit dans tous les sens, avant d'avoir un éclair de lucidité et de me souvenir de quelque chose que ma mère m'avait appris il y a très longtemps. Me mettant à genoux, j'entamais une très longue incantation en Enochien.

La répétant plusieurs fois pour qu'elle ai bien plus d'impact, je faisais ce qu'elle me demandait. Ma voix changeait à chaque fois que je parlais en Enochien. Je ne savais pas pourquoi, mais c'était un fait que je devais accepter. Continuant mon incantation, je voyais qu'elle commençait à faire effet. Je n'avais qu'à continuer jusqu'à la fin. Cela allait prendre un certain temps, mais c'était plus que nécessaire. Fermant les yeux, je me concentrais de plus en plus, afin d'amplifier l'effet. Je ne prêtais pas attention à l'environnement alentour. J'avais un objectif, je devais y parvenir, le reste n'était pas si important. Parvenant enfin à mes fins, je rouvrais les yeux. Je savais très bien que j'allais bien me fatiguer, mais je devais faire abstraction. Même si j'étais une sorcière, il y avait des choses que je ne pouvais pas faire en permanence, notamment ralentir le temps.

- Cela convient-il à sa très chère sainteté? Je souriais, bien évidemment. - Voyons, y'a des choses bien plus sexy que voir une sorcière dans du cuir/latex rouge se battre. La même sorcière faisant autre chose, c'est bien plus intéressant. Je ne savais pas pourquoi, mais tout ce qui sortait de ma bouche depuis mon arrivée était tendancieux. Est-ce que c'était prévu? Est-ce que j'agissais ainsi inconsciemment? Je n'en savais strictement rien. Mais cela ne me dérangeait absolument pas, au final.

J'enlevais la poussière de mes genoux. Hors de question que cette saloperie ne vienne salir ma combinaison.
Journalisée
Bayonetta
Humain(e)
-

Messages: 70



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #6 le: Décembre 27, 2017, 08:30:05 »

À défaut, Bayonetta aurait pu recourir à sa propre magie, en invoquant l’un des démons avec lesquels elle s’était liée, de manière à ce que ce démon brise le yōkai, mais, dans l’absolu, elle préférait un exorcisme. L’endroit étant infesté par la magie noire, invoquer un démon ici risquait d’avoir des conséquences plus négatives qu’autre chose. Lucie s’accorda le temps de la réflexion, et, pendant ce temps, le yōkai continuait à se débattre. Bayonetta raffermit sa prise avec Kulshedra, et utilisa sa main libre pour récupérer l’une de ses Scarborough, et tira sur l’ennemi. Ses pistolets roses étaient très particuliers, puisqu’ils tiraient des balles magiques. Les munitions que les Scarborough Fair utilisaient étaient donc très particuliers, et ne se trouvaient pas dans une simple armurerie.

*Quand tu veux, ma belle !* songea Bayonetta.

Puis une lueur blanche émana du corps de Lucie, qui se mit alors à parler précipitamment dans la langue enochienne, et commença à lancer le sortilège d’exorcisme. Un sceau blanc se forma sur le sol, sous les pattes du yōkai, qui se mit à hurler rageusement, cherchant à se débattre plus vivement encore. Bayonetta, pour le retenir, avait enflammé Kulshedra, et empoigna à nouveau le fouet, tirant à nouveau pour atteindre les pattes du monstre, de manière à l’immobiliser... Jusqu’à ce que des murs invisibles ne se forment le long du glyphe. Bayonetta relâcha alors sa prise, et le yōkai, furieux, bondit alors, heurtant les parois invisibles du sceau d’exorcisme, cherchant à les briser.

Quand il constata l’inutilité de ses coups, le yōkai hurla rageusement, et continua à se débattre. Puis son corps se mit à irradier d’une vive lueur blanche, très intense, qui éblouit même Bayonetta. La sorcière mit une main devant son visage, protégeant ainsi ses yeux. Tout se termina par une intense explosion lumineuse, et, après cela, il ne restait plus que le cadavre poussiéreux d’une femme. Le yōkai était parti, ramené pour l’heure dans l’autre monde.

Un léger moment de silence flotta dans l’air, que Lucie rompit alors, en revenant à elle. Elle s’épousseta les cuisses, tout en se permettant une remarque qui fit sourire Bayonetta.

« Autre chose... Je ne sais pas pourquoi, mais je ne crois pas que tu penses à ton brillant exorcisme en disant ça... »

La sorcière se rapprocha d’elle. La ressemblance physique entre Lucie et Jeanne était vraiment très frappante.

« Tu es sûre que tu n’as pas de la famille ? Tu me rappelles une ancienne connaissance... »

Bayonetta caressa avec sa main la joue de la femme, et l’embrassa alors sur les lèvres. Un baiser bref, probablement surprenant pour Lucie... Ou pas.

« Non... Tes lèvres n’ont pas le même goût, mais... Elles sont très agréables. »

La sorcière lui sourit à nouveau, et l’embrassa une nouvelle fois. Leur tâche n’était toujours pas finie ici, bien sûr. Vaincre le yōkai n’avait nullement permis de sceller le Portail qui avait permis à ce monstre de sortir, mais... Disons que Byaonetta s’offrait une petite pause avant de continuer ses explorations !
Journalisée


DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
Lucie Backerlord
Humain(e)
-

Messages: 112


Booty de calibre .338


Voir le profil
FicheChalant
Description
L'une des meilleures tireuses d'élite au monde. Accessoirement une sorcière. Regardez la dans les yeux, c'est préférable, même si elle en joue à fond.
« Répondre #7 le: Décembre 27, 2017, 07:32:28 »

- Je suis sûre que tu as une très grande imagination, et que tu dois savoir de quoi je veux parler en disant quelque chose comme ça.

Elle voyait en moi quelqu'un qu'elle connaissait. Mais je n'avais personne dans ma famille qui me ressemblait à ce point. A vrai dire, j'étais la seule à posséder des cheveux de cette couleur. La nature faisait parfois bien les choses, et ressembler comme deux gouttes d'eau à quelqu'un qu'on ne connaissait pas ne me choquait pas plus que ça, à vrai dire. Et sa réaction ne me choquait pas plus que ça. Alors que la quasi totalité des phrases prononcées depuis le début avaient un caractère plus que suggestif, cela semblait être la suite logique des choses. Peut-être que je m'imaginais des choses ou quoi que ce soit, mais je me laissais faire, sans dire un mot. Faisant ensuite craquer mes doigts par la suite, je restais un moment silencieuse, avant de reprendre la parole.

- Cette dernière a tenté plusieurs fois de te tuer, mais tu réagirais comme ça avec elle? Charmant. J'ai tout plein d'images qui me viennent en tête maintenant. La manière que j'avais de dire une chose pareille stipulait que cela ne me dérangeait clairement pas. J'avais eu des choses bien plus obscènes à l'esprit, et je l'assumais totalement. J'avais un esprit relativement tordu pour la plupart des gens, voire même obscène. Mais je n'avais jamais prétendu être pure ou quoi que ce soit de ce style. C'était bien tout le contraire. Je m'étais forgée une réputation auprès de certaines personnes avec ma façon d'agir, et à vrai dire, je l'acceptais sans même broncher. Je faisais ce que bon me semblait, et n'avait aucune remarque à me prendre de la part d'autrui. J'étais majeure, je pouvais donc faire ce que je voulais.

Je m'amusais toujours avec ses bandeaux dans les cheveux, comme une espèce de gosse en fin de compte. Par moments, j'avais vraiment quatre ans d'âge mental. Mais rester sérieuse 100% du temps m'était impossible, même si ma façon d'agir, souvent très professionnelle, montrait le contraire. Mais là, nous n'étions que deux, alors, à quoi bon faire preuve de faux-semblants? J'allais sans doute reprendre tout mon sérieux si quelque chose d'important allait se dérouler. Comme à mon habitude.
Journalisée
Bayonetta
Humain(e)
-

Messages: 70



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #8 le: Janvier 03, 2018, 03:48:51 »

Tandis que Bayonetta goûtait à ses lèvres, Lucie, elle, avait posé ses mains sur la tête de la sorcière, et jouait avec ses bandeaux, les caressant, tirant doucement dessus, les frottant. Leurs corps se collaient l’un à l’autre,  les combinaisons caressaient l’une contre l’autre, et Bayonetta esquissa un léger sourire devant la réponse de la femme. Ses mains se posèrent instinctivement sur les délicieuses hanches de la femme. La sorcière avait beau avoir conscience de l’urgence de la situation, elle n’en était pas moins une sorcière, qui aimait succomber au vice.

« Jeanne a toujours été plus raisonnable que moi, en fait... Mais on n’est pas là pour parler d’elle, après tout. »

Bien au contraire, même ! Lucie pourrait d’ailleurs se sentir vexée que la belle sorcière ne cesse de la comparer à une parfaite inconnue. N’écoutant que son instinct, Bayonetta aventura ses mains plus en avant encore, et les posa sur les fesses de la femme. Elle serra alors ses doigts sur la combinaison, sentant le crissement de la texture, et sourit encore, en retournant l’embrasser. La première fois avait été faite par curiosité, comme pour se convaincre qu’elle n’était pas victime d’une hallucination. La seconde fois, ce fut par plaisir, tout simplement.

Un délicieux plaisir, même, ses lèvres se collant à celles de sa consœur pendant plusieurs longues et délectables secondes.

« Tes lèvres ont un délicieux goût de fraise, tu sais... J’espère que les images que tu as en tête correspondent un peu à ce qui se passe. »

Elle allait repartir pour un troisième tour de piste, lorsque des branches se mirent à craquer au loin. La sorcière releva soudain le visage, et s’écarta, à regret, du sensuel et voluptueux corps de sa comparse.

« Il y en a d’autres. Une Porte dimensionnelle est située ici. Les sceaux qui la retiennent se sont affaiblis, sans que je ne comprenne pourquoi. C’est un mystère qu’il nous faut élucider... Avant de songer à de plus amples festivités. »

Et, tout en disant ça, le visage de Bayonetta vint à se fendre d’un léger sourire.
Journalisée


DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
Lucie Backerlord
Humain(e)
-

Messages: 112


Booty de calibre .338


Voir le profil
FicheChalant
Description
L'une des meilleures tireuses d'élite au monde. Accessoirement une sorcière. Regardez la dans les yeux, c'est préférable, même si elle en joue à fond.
« Répondre #9 le: Janvier 07, 2018, 01:27:49 »

Il était bien évidemment que je me laissais faire à chaque fois. Il y avait clairement plus dérangeant. Ouais, clairement plus dérangeant. Et ce genre de choses ne me dérangeaient absolument pas. Bien au contraire même. A chacune de ses avances, j'y répondais à ma manière. Cependant, il fallait bien que les bonnes choses aient une fin. Alors que je finissais tout juste de reprendre mon souffle, il fallait caracoler vers le nouveau danger. Je l'avais oublié, mais c'était aussi ça, le boulot d'une sorcière. Je ricanais tout de même en l'entendant parler de la sorte. Elle devait donc avoir l'imagination fertile. Et j'aimais ça.

- Si on ne peut même plus parler autour d'une tasse de thé, tout en parlant bigoudis, ce monde part en sucette.

Chargeant entièrement mon arme, par pure habitude, je passais devant. Je n'eus le temps que de faire quelques mètres avant qu'un grand cri ne se fasse entendre, puis une ombre sauta vers moi. Je n'eus que le temps de me baisser façon Matrix, avant de lui asséner un grand coup de pied dans le ventre au bon moment. Encore un peu d'action. Cette saloperie se relevant, je décidais d'y aller à mains nues. Ou plutôt avec mes pieds. Je me battais clairement mieux avec mes pieds qu'avec mes mains. Je me battais souvent avec une technique issue d'une sorte de fusion de taekwondo et de capoeira. Mais contrairement à la capoeira, je portais réellement mes coups.

Une série de coups de pieds retournés en plein visage plus tard, je pris une nouvelle fois son visage entre mes jambes, et l'envoya derrière moi, le faisant s'écraser par terre. Mais cette fois, je laissais à ma très chère collègue le privilège d'achever cette abomination génétique.
Journalisée
Bayonetta
Humain(e)
-

Messages: 70



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #10 le: Janvier 07, 2018, 01:29:40 »

Deux belles sorcières en latex qui étaient à moins d’un mètre l’une de l’autre... Il y avait toutes les chances pour que ça finisse mal ! Bayonetta dut faire appel à son self-control pour s’éloigner des lèvres sucrées de ce clone sexy de Jeanne. Elle ignorait qui était cette Lucie, qui l’envoyait. Était-elle une free-lance, comme elle ? Ou travaillait-elle pour une quelconque organisation ? En tout cas, elle était sûre que cette femme n’était pas responsable de ce qui se passait ici. Il y avait nécessairement quelqu’un qui avait affaibli les sceaux défensifs de Kūkai, mais ce n’était pas elle... Et Bayonetta n’était pas contre l’idée de se battre avec une alliée, même si elle avait l’habitude d’agir seule. Au moins, ce n’était pas un chouinard incompétent, et elle y voyait là l’occasion de l’impressionner un peu, et de finir la soirée dans son lit.

Lucie marcha la première, mais, rapidement, Bayonetta perçut une autre menace. Une créature hurla dans les bois, et, le temps que Bayonetta sorte ses Scarbourough, des pistolets roses qui fonctionnaient grâce à la magie, un être infernal jaillit entre deux tombes, tendant une main marron et griffue vers Lucie. Son corps était enrobé d’une sorte de manteau fripé et usagé ressemblant à une vieille robe. Lucie, qui avait de bons réflexes, l’accueillit d’un coup de pied retourné, et combattit ensuite l’apparition, frappant cette dernière à plusieurs reprises. Bayonetta, qui tenait entre ses mains ses pistolets, pencha légèrement la tête sur le côté. Difficile d’avoir un angle dégagé, car elle risquait d’atteindre Lucie... Et elle en profitait surtout pour mater un peu.

*Damn ! Je crois que je n’ai pas fait l’amour depuis bien trop longtemps, je commence à être frustrée...*

Sa dernière fois remontait à deux jours... Soit une éternité, pour une sorcière ! Elle revint à des considérations plus sérieuses quand Lucie repoussa d’un superbe coup de pied retourné le yōkai, l’envoyant heurter une tombe. Byaonetta pointa alors son pistolet vers sa tempe, et fit feu. Les balles transpercèrent la tête du monstre, qui poussa un hurlement inhumain, qui fit grincer des dents Bayonetta, lui donnant l’impression qu’on faisait crisser du verre. La créature s’effondra sur le sol, mais, rapidement, Bayonetta sentit d’autres émanations magiques.

Jaillissant depuis les arbres, des tentacules fusèrent vers les deux femmes. Des tentacules noirs et gluants.

*Beurk, des tentacules ! Je hais les tentacules !*

Bayonetta fit alors feu, atteignant les tentacules. Ils étaient générés par de la pure magie noire, et ses balles les transpercèrent.

« Il ne va pas être facile d’avancer dans le cimetière, Lucie, les démons se réveillent ! »

Et puis, il fallait encore exorciser chaque corps. Le yōkai que Bayonetta venait d’abattre, par exemple, risquait à tout moment de reprendre forme. Mais, pour l’heure, Bayonetta avait d’autres soucis, et se mit à courir, évitant d’autres tentacules, puis rangea ses Scarborough, et généra Shuraba, une épée démoniaque ayant la forme d’un wakizashi, pour trancher les tentacules qui la suivaient.

Elle prit ensuite appui sur une tombe, et se catapulta dans les airs, atterrissant sur une branche d’air, puis bondit encore, faisant une roulade dans les airs, tout en remplaçant son sabre par ses pistolets, et tira sur une massive créature noirâtre qui se trouvait entre plusieurs arbres. Elle frémit en voyant un dangereux Xylomid, créature probablement créée par un yōkai, qui se tenait face à elle. Il générait des tentacules depuis la partie inférieure de son corps et sa gueule abyssale, et, depuis la partie supérieure, cracha depuis ses trompes, des jets d’acide.

Bayonetta évita les jets, et continua à faire feu, avant de sentir quelque chose s’enrouler autour de sa cheville, et qui la jeta à terre.

« Merde ! » grogna-t-elle.

Le Xylomid avait laissé sur le sol plusieurs tentacules, les camouflant en leur donnant la forme de racines, et en avait utilisé une pour piéger Bayonetta, la traînant rapidement vers le sol en direction de sa gueule immonde...
Journalisée


DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
Lucie Backerlord
Humain(e)
-

Messages: 112


Booty de calibre .338


Voir le profil
FicheChalant
Description
L'une des meilleures tireuses d'élite au monde. Accessoirement une sorcière. Regardez la dans les yeux, c'est préférable, même si elle en joue à fond.
« Répondre #11 le: Janvier 09, 2018, 10:12:50 »

Des tentacules. De mieux en mieux. Après le pur cliché de film de cul lesbien, voilà que nous passions dans un autre pur cliché. Un hentai désormais. Cette forêt puait la magie noire, c'était un fait évident, n'importe quelle sorcière, même la plus incompétente, pourrait le sentir. Mais je commençais réellement à croire que la personne qui était derrière tout ça était une sorte d'adolescent un peu à part qui faisait mumuse avec ses pouvoirs magiques. Et si tel était le cas, il devait être sacrément précoce pour un gamin. Ou alors, tout ceci n'était que dans ma tête, et je me faisais des films. Parce que si une magie noire de cette puissance était générée par un gosse qui aimait les films de boules lesbiens et les hentai, j'avais de lourdes questions à me poser sur mes pouvoirs.

Cependant, je ne m'attendais clairement pas à entendre le bruit d'un corps qui tombe par terre. Me retournant, je voyais donc ma compagne du jour qui se faisait traîner au sol, vers une saloperie qui ne ressemblait strictement à rien. Dans ce genre de cas, il n'y avait aucune question à se poser. Ce genre de bestioles n'était pas impactée par mes balles, qui n'avaient rien de magique? Le soucis n'était pas là. Une balle de 500 dans un tentacule faisait des dégâts. Si une boîte crânienne explosait avec une telle balle, il n'y avait aucune raison pour que quelque chose de flasque la supporte. Tendant le bras, je visais une partie de cette tentacule en amont de sa cheville, et je tirais. Une telle arme faisait un boucan monstrueux, surtout en pleine forêt.

Néanmoins, ce foutu tentacule ne résista pas, même à quelque chose qui n'était pas magique. Si un truc aussi flasque résistait à une balle de cet acabit, il y avait des questions à se poser. Ni une ni deux, je vidais mon barillet sur ce truc. Cinq balles de 500 dans la tête, même lorsque l'on est une bestiole magique, ça fait mal. Le canon était bouillant, normal. Je n'étais pas censée tirer six balles en moins de cinq secondes. Je tendais ma main à ma sœur d'infortune, à terre. En tant que sorcière, je considérais toutes les autres sorcières comme mes "sœurs". Je connaissais certaines sorcières qui faisaient la même chose, et à mes yeux, ceci était légitime car nous partagions toutes une sorte de savoir commun.

- On tombe devant sa sœur, maintenant? Pauvre petite chose.

Je balayais la poussière de sa combinaison. A certains moments, il fallait que j'arrête d'agir comme si j'étais la mère de n'importe qui.
Journalisée
Bayonetta
Humain(e)
-

Messages: 70



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #12 le: Janvier 10, 2018, 08:29:30 »

Comme quoi, même les plus grandes pouvaient tomber dans ce genre de pièges ! Enfin... Bayonetta aurait trouvé un moyen de retourner ça à son avantage, bien sûr, ou elle se serait transformée en chauve-souris pour se libérer. Le plus important, ce fut que Lucie intervint à temps, parvenant à découper le tentacule avant que des ronces empoisonnées n’en jaillissent. Bayonetta sentit la colère du Xylomid, et vit Lucie tendre sa main vers elle, l’aidant à se relever, tout en la narguant pour sa gamelle.

« J’ai été prise par surprise... »

Elles n’avaient guère le temps de discuter, toutefois, car le Xylomid les attaqua encore, tandis que le tentacule coupé se mettait à repousser. Des jets de poison jaillirent, et Bayonetta en frappa un avec son pied. Un geste suicidaire ? Pas exactement, car, quand elle fit ça, un sceau magique jaillit à hauteur de son pied, repoussant les jets toxiques. Elle tira ensuite sur le monstre à distance, qui vomit alors des œufs au sol.

« Beurk !! »

Tout ça les éloignait quand même du hentai... Ce n’était pas une délicieuse Alraune vénéneuse, mais un gros monstre baveux qui crachait de l’acide... Et, quand l’œuf craqua, Bayonetta vit des corps en émerger, des espèces d’hommes-boues verdâtres gluants et gélatineux, avec de gros yeux globuleux. Le pire étant que ces monstres puaient atrocement, ce qui fit grincer Bayonetta.

« Eh ben...  Je vais avoir besoin de t’embrasser longuement de fois après ça, ma belle... »

Ces monstres étaient vraiment laids ! L’un d’eux tendit alors sa main, et son bras s’allongea démesurément. La femme l’évita, et lui tira dessus. Son tir explosa sa tête, qui se reforma rapidement. Elle comprit alors que le Xylomid amélioré avait vomi des espèces de semis-Slimes. Bayonetta généra son fouet, et Kulshedra frappa encore le Xylomid, qui continuait à se battre, déployant d’autres tentacules, qui agirent comme des fouets, amenant la sorcière à les éviter, et à les frapper au chemin, les sectionnant toujours plus.

« Il faut l’empêcher de se régénérer, ma sœur ! »

Pour ça, il fallait le faire saigner de partout, tout simplement !
Journalisée


DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
Lucie Backerlord
Humain(e)
-

Messages: 112


Booty de calibre .338


Voir le profil
FicheChalant
Description
L'une des meilleures tireuses d'élite au monde. Accessoirement une sorcière. Regardez la dans les yeux, c'est préférable, même si elle en joue à fond.
« Répondre #13 le: Janvier 11, 2018, 12:29:15 »

Je rechargeais tout de même rapidement mon arme. Réflexe que je gardais toujours, qui pouvait me sauver la vie, et qui pouvait aussi sauver la vie de mes hommes. Avoir une arme déchargée était la pire erreur que je pouvais faire. Le genre d'erreur qu'on ne faisait qu'une fois, et qu'on ne regrettait jamais très longtemps. Et j'avais bien fait de garder ce réflexe puisque visiblement, je ne pouvais toujours pas parler bigoudis entre filles. C'était honteux. Ne pas pouvoir parler de choses totalement superficielles entre filles en pleine forêt, c'était tout simplement du foutage de gueule. Mon barillet plein, je le faisais tourner, avec amusement.

- Oh mais que vois-je. Encore une beauté qui veut se faire lifter.

Et une fois de plus, je lui vidais le barillet dans la tête. Dans ce barillet, il y avait de quoi faire éclater six boîtes crâniennes, et par conséquent, repeindre une pièce complète dans une couleur d'absolu mauvais goût. Le genre de couleur qui n'irait pas très bien dans ma décoration intérieure. Le canon toujours bouillant, j'admirais avec grand intérêt les multiples trous que je venais de lui faire dans la tête. Et je ne trouvais rien de mieux à faire, bien évidemment, que de lui cracher dessus. Parce que je n'avais tout simplement rien d'autre à faire, c'était évident. Par moments, j'étais pleine de surprise, il ne fallait clairement pas m'en vouloir.

- Bon très chère, j'ai très, mais alors trèèèèèèès envie de papoter avec toi autour d'une tasse de thé avec de jolis bigoudis dans les cheveux. Mais ça sonne beaucoup moins fun que de buter des trucs comme ça avec du latex.
Journalisée
Bayonetta
Humain(e)
-

Messages: 70



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #14 le: Janvier 15, 2018, 01:52:09 »

L’affrontement contre le Xylomid tendait à devenir de plus en plus harassant. De base, le Xylomid était un rare monstre présent sur Terra, et réputé pour sa dangerosité. Mais celui-ci, hanté par l’esprit d’un yōkai, était encore plus dangereux ! Lucie la soutenait, mais Bayonetta commençait à en avoir assez, et sentait surtout en elle, à force de se battre, un afflux de magie.

« Cette fois, ma belle, c’est à moi d’intervenir... »

Le Xylomid était bien placé, et Bayonetta tendit soudain son pied, générant un Portail à côté d’elle. La majorité de sa tenue disparut alors, et Lucie put voir un énorme pied émerger du Portail, un pied noirâtre et spectral qui frappa plusieurs des hommes-boues, les explosant, avant d’atteindre le Xylomid. Bayonetta traça ensuite sur le sol un glyphe du bout du pied, et se mit à remuer dessus, avant d’hurler une formule dans une langue démoniaque que les sorcières utilisaient. La magie brilla alors tout autour d’elle, et, à nouveau, sa combinaison s’envola, semblant former au-dessus de sa tête un long chignon noir et touffu.

Au bout de ce chignon, on put alors voir une tête édentée apparaître, ressemblant à la gueule d’un dinosaure. Le sceau scintilla encore d’une lueur violette, et un terrible rugissement s’échappa de la bête, qui continua à grandir, à grossir... Jusqu’à ce que Gamorrah n’émerge ! Le puissant T-rex démoniaque, dominant les arbres, hurla rageusement, et cracha depuis sa gueule une longue langue de feu, qui enflamma les derniers hommes-boues du Xylomid, avant de brusquement le charger, et de mordre dans sa chair, arrachant un morceau de son corps, puis hurla encore, le frappant au corps, retournant le monstre. Un spectacle assez grotesque, mais qui permit à Gamorrah de le dévorer encore, mordant violemment à chaque coup.

Bayonetta restait immobile, maintenant l’invocation, jusqu’à ce que le Xylomid n’explose, et que Gamorrah ne plante ses dents dans une espèce de forme spectrale, attrapant avec lui le yōkai, et disparut ensuite. La combinaison magique de Bayonetta reprit alors sa forme normale, et cette dernière soupira, légèrement déstabilisée, subissant le contrecoup de cette invocation.

« Hum. Aux grands maux, les grands remèdes, comme on dit. »

Elle sortit alors d’entre ses seins une petite sucette rose, et la fourra dans sa bouche.

« Voilà qui fait du bien ! Cet endroit est plus contaminé que ce que je ne pensais... Ou peut-être que c’est notre présence qui les réveille. Pour eux, toi et moi, on doit être un sacré buffet magique ! »
« Dernière édition: Janvier 19, 2018, 01:21:08 par Princesse Alice Korvander » Journalisée


DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.

Tags:
Pages: [1] 2 3
  Imprimer  
 
Aller à:  

Powered by SMF 1.1.20 | SMF © 2006-2007, Simple Machines
Awake and Dreaming - Le Grand Jeu
ChatBox