banniere
 
  Nouvelles:
Le Staff est toujours à la recherche de nouvelles recrues pour différents projets, comme la Gazette ou la promotion du forum !

Pour plus d'informations, c'est par ici !

Liens utiles: Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Cacher les avatars

Le Grand Jeu - Forum RPG

Bad langage Discrimination Drugs Sex Violence Gambling

Bonjour et bienvenue.

Ce forum présente des oeuvres littéraires au caractère explicite et/ou sensible. Pour ces raisons, il s'adresse à un public averti et est déconseillé aux moins de 18 ans. En consultant ce site, vous certifiez ne pas être choqué par la nature de son contenu et vous assumez l'entière responsabilité de votre navigation.

Bonne visite ! :)

Pages: 1 ... 3 4 [5] 6 7 ... 10
  Imprimer  
Auteur Sujet: It's too late to run [Lucie Backerlord]  (Lu 2020 fois)
Alix Sable
Humain(e)
-

Messages: 178



Voir le profil
Fiche
Description
Contrebandière garçon manqué à la langue bien pendue et aux manières grossières.
« Répondre #60 le: Janvier 10, 2018, 05:06:17 »

Cette vision appétissante que m’offrait Lucie, ainsi étalée sur le lit, ses cheveux d’argent dessinant des motifs sur le matelas, lascive et totalement abandonnée, me fit monter le sang à la tête. Je me mordis les lèvres pour résister à l’envie de la pénétrer sans pitié et de la faire crier. Tout de même, l’idée n’était pas de lui faire mal.

« Oh j’vois, c’est une sorte de test. » Ma main libre continuait à masturber nos deux verges ensemble, mais même si ce geste était vraiment délicieux, il était de temps passer à la vitesse supérieure.
Seulement, il fallait vraiment que je ne sois pas trop prévisible, et pour ça, je devais légèrement revoir mes plans. Mon sexe était prêt à l’emploi, lubrifié par nos plaisirs conjoints mais contre toute attente, je ne m’en servis pas. Non, je devais vraiment surprendre Lucie ! Si elle s’attendait à ce que je la pénètre directement, il fallait que je la fasse mariner.

Ma résolution prise, je me penchai entre ses cuisses pour engloutir sa queue entièrement dans ma bouche un bref instant avant de la lâcher. Ma main vint aussitôt la remplacer pour la masturber pendant que j’aspirai ses bourses, les léchait avec gourmandise pour leur faire connaitre la chaleur de ma langue. Mais l’assaut n’était pas fini, oh que non, j’étais carrément trop affamée pour ça.
Mon poignet jouait de mouvements langoureux autour de sa tige, surtout au sommet, y récoltant tout ce qui y dégoulinait. Relevant un peu ses jambes pour avoir accès à ses fesses, ma langue abandonna pour brusquement ses bourses pour se glisser par surprise dans son petit trou. Ah, j’espérai qu’elle ne s’y attendait pas à ça ! Bon, évidemment, je n’avais pas l’opportunité de lui demander sur le moment.

Mais tant pis, ma langue était trop occupée à s’introduire dans ce conduit étroit que je lubrifiai à souhait sans pour autant laisser la paix à son membre. Celui-ci devait d’ailleurs, être horriblement sensible si bien que je m’occupai principalement de chatouiller son gland. Mon nez collé contre ses testicules, je laissai l’imagination de Lucie partir en vrille sur mes intentions tandis que ma langue se promenait langoureusement entre ses fesses.Continuant ainsi encore un petit moment, je me relevai brusquement pour la regarder bien en face.

« C’est l’heure de l’attraction principale… » A nouveau, je collai mon sexe contre le sien, utilisant ma main pour les tremper l’un à l’autre avec une idée bien précise en tête, qui d’ailleurs, devait se voir au sourire coquin que je lui adressai.
Sans la prévenir le moins du monde, je dirigeai ma queue vers ce joli cul pâle qui me faisait envie, et la pénétrait d’un coup sec. Et comme c’était mon objectif depuis le début, j’avais bien assez humidifié le passage et mon sexe pour qu’il puisse s’y aventurer de moitié.

« Hmm… Tu sais que ça m’faisait envie depuis au moins ce matin ?... » Ouais en fait, j’avais un peu fantasmé sur elle. Un peu beaucoup même. Je commençai à sodomiser Lucie lentement, très lentement, même trop. J’allais lui faire payer ce qu’elle m’avait infligé en inversant complètement les mouvements. C’était dans ce but là que je l’avais installé sur le dos, pour avoir un accès plus aisé à la totalité de son corps aux courbes délicieuses.
Je commençai par de langoureux mouvements de bassin, d’une lenteur exaspérante pour m’enfoncer progressivement en elle. Simultanément, ma main masturbait rapidement son sexe facilement accessible avec une frénésie tout particulière, ne lui laissant pas le moindre temps de repos. La voir ainsi, complètement offerte à moi, avait le don de me faire durcir plus encore, au moins autant que de m’être soumise comme précédemment.

Ma dernière main libre attrapa l’une de ses jambes pour la plaquer contre ma taille. Je lui adressai un clin d’œil, les joues rougies d’excitation. « Serre-moi bien fort, j’fais que commencer. »
Journalisée
Lucie Backerlord
Humain(e)
-

Messages: 134


Booty de calibre .338


Voir le profil
Fiche
Description
L'une des meilleures tireuses d'élite au monde. Accessoirement une sorcière. Regardez la dans les yeux, c'est préférable, même si elle en joue à fond.
« Répondre #61 le: Janvier 12, 2018, 08:29:28 »

Si elle comptait me faire partir en vrille en faisant exactement l'inverse de mes mouvements précédents, elle se trompait lourdement. J'avais une très bonne endurance, et surtout avec des mouvements longs. Si elle restait ainsi, elle allait bien vite se fatiguer avant moi. Mais c'était aussi l'occasion de tester sa propre endurance. J'avais une petite idée en tête, et cela n'allait pas changer le fait que je me laissais faire. Je restais totalement passive pour le moment, ses actions me tirant de petits gémissements. Même si mon entrejambe était plus que sensible, vu le traitement que je venais de lui réserver, je m'en sortais encore au niveau de mes cordes vocales.

Néanmoins, je ne restais tout de même pas statique. Je commençais à donner des petits coups de bassin, aussi lents que les siens. Cela donnait une atmosphère tellement lente à la chose que même un gastéropode sur une plaque de pétrole frais irait plus vite. Je savais très bien me contrôler à cette vitesse, et j'allais tenir très longtemps si aucune de nous deux ne changeait ses mouvements de vas et viens. Toutefois, j'appréciais tout de même ce genre de mouvements lents. Cela avait un charme qui n'était pas négligeable. Et je n'allais clairement pas me plaindre, alors qu'elle était en train de s'occuper de moi. Les mouvements de son poignet étaient cependant bien plus appréciables, ce qui n'enlevait rien au mérite de ses mouvements de bassin.

Ainsi installée, je donnais de plus grands coups de bassin, pour amplifier les siens. Je savais pertinemment ce que je faisais, et tôt ou tard, cela allait impacter la manière dont elle allait bouger. Néanmoins, je restais à sa merci, et elle pouvait tout simplement faire ce qu'elle voulait pour le moment. Par la suite, je venais l'entourer de mes jambes, ce qui plaqua mon bassin contre le sien. Et elle n'allait pouvoir ressortir de cette étreinte que quand je le jugerais nécessaire. Cela ne lui enlevait en aucun cas la capacité de mouvement de son bassin. Je gémissais, tout en accélérant quelque peu mes mouvements de bassin. Pour le moment, j'arrivais très bien à ne pas utiliser mes mains, mais je savais que cela n'allait pas durer longtemps.
Journalisée
Alix Sable
Humain(e)
-

Messages: 178



Voir le profil
Fiche
Description
Contrebandière garçon manqué à la langue bien pendue et aux manières grossières.
« Répondre #62 le: Janvier 13, 2018, 02:50:50 »

Cette partie de jambes en l’air venait de prendre une tournure légèrement moins pimentée que je l’escomptai. C’est un peu bizarre comme pensée mais, au rythme de mes coups de hanches, j’eus l’esprit que tout ceci devenait ennuyeux. Nous avions passé des journées à nous engueuler, et voilà qu’au lit, tout devenait brusquement plus calme. Bon, ce n’était pas non plus totalement mauvais, étant assez satisfaite de ma position actuelle, bien au chaud entre les fesses de Lucie, cependant…
Il manquait tout de même quelque chose. Peut-être une part de friction ? Même sous forme de jeu ? Au moins, ma partenaire réagissait en s’empalant volontairement sur moi, et gémissait à nouveau mais… Non, décidément, je voulais ajouter une touche de plus. Justement, j’avais trouvé Lucie bien avare de paroles, et je crois bien qu’il s’agit là du détail qui me frustrait un brin. Une idée commençait à germer dans mon esprit, ce qui fit encore ralentir mes mouvements.

Ouais, maintenant ça devenait assez clair dans ma tête : J’avais envie de la provoquer, et pas uniquement physiquement. Non, je voulais l’obliger à s’exprimer, briser cette façade un peu froide qu’elle gardait… Bref, la chieuse en moi refaisait surface. Je stoppai tout net mes mouvements et, sans piper mot, j’effectuai un grand coup de bassin pour enfoncer entièrement mon sexe dans ce joli cul blanc.
Je lui fis un clin d’œil avant d’arrêter brutalement les caresses sur sa verge. Et si elle n’avait pas complètement enserré ma taille, je me serai entièrement retirée pour accentuer mon plan. Est-ce que j’essayai de la frustrer ? C’est bien possible. Pour l’instant, je ne bougeai plus du tout, seul mon index caressait gentiment son gland ce qui devait être bien assez agaçant comme ça. Penchant la tête sur le côté, je lui fis un sourire particulièrement insolent. Une véritable merdeuse pur jus !

« J’ai plus envie de bouger d’un coup. J’crois que j’vais rester là, c’est confortable, et ça devenait trop monotone. »

Tout ce que j’espérai, c’était de lui faire griller un fusible en confisquant son plaisir. Elle en voulait davantage ? Je n’attendais que ça mais j’étais curieuse de voir quels moyens Lucie allait mettre en œuvre pour m’obliger à continuer. Le sexe classique, ça a tendance à m’ennuyer, mon but actuel était bien évidement de rendre cette situation un peu plus sportive.

« J’ai envie de t’emmerder en fait, prends ça comme une revanche pour m’avoir fait la leçon. Chiche de répliquer maintenant que j’suis dans ton petit cul. »

Sans doute allait-elle mijoter une bonne riposte, mais qu’importe, je la toisai avec un air de garce en aggravant mes provocations. De toute façon, notre relation avait commencée ainsi, il n’y avait aucune raison que ça ne continue pas.

« Tu vas faire quoi madame je-sais-tout pour m’obliger à continuer ? Me sors pas que tu t’en fiches, t’étais en train de gémir. J’te trouve trop molle pour une sorcière, pète un peu un câble qu’on s’amuse ! »
Journalisée
Lucie Backerlord
Humain(e)
-

Messages: 134


Booty de calibre .338


Voir le profil
Fiche
Description
L'une des meilleures tireuses d'élite au monde. Accessoirement une sorcière. Regardez la dans les yeux, c'est préférable, même si elle en joue à fond.
« Répondre #63 le: Janvier 13, 2018, 07:40:31 »

Elle voulait me provoquer. Je fis mine de ne rien faire pour le moment, à part faire une tête quelque peu abattue. J'avais plus d'un tour dans mon sac, et même si elle commençait à peine à me connaître, je pouvais être pleine de surprise, si je le voulais. Je la laissais donc s'attendre à tout un tas de choses, alors que je savais pertinemment ce que j'allais faire. Elle voulait que je monte sur mes grands chevaux? Elle allait être servie. Une sorcière ne devait jamais montrer ses cartes avant de jouer. Et si elle voulait que je joue, j'allais jouer. Je pestais intérieurement, mais je savais très bien comment j'allais réagir.

Faisant une incantation en murmurant, le temps commençait à se ralentir autour de moi, mais n'avais aucune emprise sur moi. J'agissais bien plus vite qu'elle, et même si elle avait dans l'idée de tenter de m'empêcher d'agir, elle irait beaucoup trop lentement par rapport à moi. Je dormais toujours avec une arme sous un oreiller. Un réflexe que j'avais gardé de mes classes. Je n'arrivais pas à me défaire de cette habitude. Et ce dernier était toujours chargé. Plongeant donc rapidement ma main sous mon oreiller, j'en tirais un simple colt anaconda.

Pressant le chien, je fis entrer le canon dans sa bouche au moment même où je rendais son cours naturel au temps. Le doigt près de la gâchette, je la regardais avec un air plus que déterminé. Dans un autre cas, je n'aurais pas hésité à presser la gâchette, mais la proximité atroce de mon doigt avec cette dernière lui indiquait que je ne déconnais pas non plus. Plongeant un peu plus le canon dans sa bouche, je gardais une grande proximité avec la gâchette. Il était évident que je n'allais pas tirer, mais il valait mieux pour elle, dans ce cas précis, qu'elle ne joue pas à la plus forte tête.

- Il me semble ne pas t'avoir dit d'arrêter. Je te conseille de te remettre au travail si tu ne veux pas avaler ce truc, de force.
Journalisée
Alix Sable
Humain(e)
-

Messages: 178



Voir le profil
Fiche
Description
Contrebandière garçon manqué à la langue bien pendue et aux manières grossières.
« Répondre #64 le: Janvier 14, 2018, 03:26:51 »

En faisant l’amour à une sorcière, il me semblait plutôt prévisible que des choses étonnantes se déroulent si je commençai à l’asticoter. Ce qui n’était pas pour me déplaire, après tout, je voulais la faire chier en la provoquant volontairement pour mieux apprendre à connaitre ses réactions et ce que l'on pouvait ressentir en étant ce genre de créature exotique. Sans comprendre le pourquoi du comment, je me retrouvai avec un pistolet pointé dans la bouche alors qu’à peine deux secondes auparavant, j’étais en train de toiser Lucie d’un air narquois, mes mouvements totalement au point mort.

« Hahin… On naime ‘a violenche hein ? » Pas facile de causer avec un canon pointé dans le museau, mais en même temps, je l’avais bien cherché.

Comment avait-elle fait son coup ? Je n’en savais rien, mais cela m’appris au moins qu’elle gardait certainement beaucoup de brutalité en elle. Et c’était reparti. Faute d’avoir le choix, je recommençai à donner de grands coups de reins, enfonçant mon sexe de toute sa longueur entre les fesses fermes de ma partenaire.
Elle appréciait un peu de violence ? Soit, je pouvais marcher comme ça aussi. J’empoignai sa queue à deux pour la masturber énergiquement, à la même vitesse rapide que mes coups de bassins. Nos chair frappaient l’une contre l’autre rapidement, vu que cette fois, je ne lui épargnai absolument rien : si Lucie voulait une sodomie énergique, elle allait y avoir droit.

En d’autres termes, la Alix du moment en était rendu au rythme d’un marteau piqueur. Hé quoi, je suis assez sportive pour tenir la cadence au moins quelques temps, j’ai des abdominaux quoiqu’en dise. D’une main, j’attrapai la sienne pour venir sucer ses doigts, les entourant de mes lèvres sans la quitter des yeux.

« L’impression que t’aimes le sexe brutal toi, mais t’as peur d’me faire mal ? » Ricanais-je sans cesser mes mouvements rapides.

C’était bien beau tout ça, mais même si j’avais un physique relativement sportif, je n’allais pas tenir des heures à ce rythme. Ce serait d’ailleurs, sûrement mon dernier round après ça. Mais avais-je réellement une alternative ? Non, et puis, c’était un brin excitant d’être obligé à continuer ainsi, que ce soit par l’étreinte des jambes de Lucie ou son geste menaçant. C’était con, mais cette manière de faire avait un côté excitant que je n’expliquai pas.

Honnêtement, ça me frustrait un brin que Lucie prenne des gants avec moi. C’était marrant de la provoquer, mais j’avais réellement envie de la voir s’extérioriser un peu. Quoi, elle a deux cent ans, non ? Quand on a cette âge, on doit avoir de la personnalité, des désirs à exprimer et de l’expérience à revendre. Mon coups de reins soutenus commençaient également à me faire de l’effet, autant sur mon souffle que sur mon plaisir montant, et je n’étais pas certaine de pouvoir continuer longtemps.

« J’sais pas pourquoi tu te retiens avec moi… Hann… C’est pas comme si j’étais en sucre… A ton âge, tu dois bien avoir dépassé le stade du sexe classique nan ? Exprime-toi ! »
Journalisée
Lucie Backerlord
Humain(e)
-

Messages: 134


Booty de calibre .338


Voir le profil
Fiche
Description
L'une des meilleures tireuses d'élite au monde. Accessoirement une sorcière. Regardez la dans les yeux, c'est préférable, même si elle en joue à fond.
« Répondre #65 le: Janvier 16, 2018, 04:45:39 »

Ainsi donc, elle voulait que je passe au niveau supérieur? Trop charmant. Je comptais y arriver, plus tard. Mais visiblement, la tournure des événements faisait que je devais revoir mes plans, le plus rapidement possible. Et par le plus rapidement possible je voulais bien sur entendre de suite. Mine de rien, je fis semblant de ne pas entendre ce qu'elle venait de dire, prenant même l'air de celle qui allait continuer sur sa lancée. Stratégie frustrante mais qui marchait toujours très bien, surtout lorsque cette dernière atteignait enfin le but recherché. Et j'allais l'atteindre, avant qu'elle ne pète un câble et trouve ça bien trop lent à son goût. Je donnais encore un peu de petits coups de bassin, avant de donner une grande impulsion, inversant totalement les rôles.

Elle se retrouvait donc sur le dos, et moi, sur elle, à califourchon. Bien évidemment, j'étais toujours empalée sur elle, pour ne pas changer cet état de fait. Ainsi, j'allais pouvoir faire absolument ce que je veux, vu que j'étais maintenant dans la position de force. Tout un panel de mouvements s'ouvrait à moi. Et ces derniers changèrent radicalement de vitesse. J'adoptais des mouvements de bassin extrêmement rapides, et à grande puissance. Si elle voulait quelque chose qui change, elle allait être servi. Ils étaient bien plus rapides et puissants que lorsque j'étais en elle. Plaquant mes mains sur son ventre, la plaquant de ce fait contre le matelas, je faisais d'elle ce que je voulais à présent. Rien que le bruit de son bassin contre le mien était bien plus important que précédemment.

A chaque mouvement, j'enfonçais son membre de plus en plus loin en moi. Jusqu'à l'englober entièrement. J'étais habituée à cette pratique, donc je pouvais me permettre tout ce que je faisais. Ce qui n'était évidemment pas du tout conseillé aux débutants, loin de là. Mais plus je donnais de violents mouvements de bassin, plus mes gémissements grimpaient en hauteur. Et plus je gémissais, plus je donnais de plus grands coups de bassin. Ici, il s'agissait d'endurance. J'allais voir qui allait claquer en premier.

- Pour la peine, tu prendras une deuxième couche.
Journalisée
Alix Sable
Humain(e)
-

Messages: 178



Voir le profil
Fiche
Description
Contrebandière garçon manqué à la langue bien pendue et aux manières grossières.
« Répondre #66 le: Janvier 17, 2018, 10:08:27 »

Mais merde quoi, cette femme était un rempart de glace comme on en parlait dans je ne sais quel bouquin… J’essaye toujours de la narguer, je la pénètre avec toute la célérité possible, mais non, ça reste impassible. En fait, c’était peut-être une stratégie ? Apparemment oui, vu qu’elle se redressa d’un coup pour me repousser sur le lit sans que je n’ai le temps de réagir et surtout de préserver ma queue de cette gymnastique.

« Ow, ow, ow… ! »

Ce sont les petits cris de surprise que je poussai en nous sentant basculer et mon sexe suivre tant bien que mal le mouvement à l’intérieur de ses fesses chaudes, mais un brin inconfortables sur le moment. Et Lucie se retrouvait sur moi. Oh oui, ça commençait à bien me plaire ça ! Remise de l’acrobatie, je m’occupai les moments en lui pinçant les tétons, d’humour assez taquine comme elle avait pu le constater.
En vrai, j’étais à deux doigts de l’explosion et mes yeux ne pouvaient pas quitter la jointure de nos corps, là où mon sexe disparait dans son pâle et séduisant fessier. Rien que le bruit pervers que cela produisait me faisait délirer. Je lui mis une petite claque sur son phallus qui était exposé et gigotait dans tous les sens, répandant son liquide transparent sur mon ventre. Non, ce n’était pas possible de tenir à ce rythme, quand j’étais prise dans cet étroit petit cul qui remuait à toute vitesse.

« Enfin tu me maltraites un peu !... Tu vas me repeindre après ça ? Hmm… Et si j’te fais chier davantage, tu m’agrandis encore le derrière ? »

Et rien que pour la faire chier, je recommençai à donner de petits claques sur le bout de son gland, le chatouillant parfois entre mes doigts, mais le faisant surtout danser de droite à gauche. Ce devait horriblement agaçant. Bon, c’était bien beau tout ça, mais j’avais beau un air de parfaite petite peste, mon visage était rouge tomate et des gémissements s’échappaient de ma bouche. C'était prévisible, je sentis une brusque tension dans mon bas ventre en expulsant le sperme de mon orgasme dans le joli petit cul de Lucie.
Ma bouche s’agrandit en un cri crispé, les dents serrés pendant que je me vidais dans ma partenaire qui n’avait pas l’air pressée d’arrêter sa petite torture. Mon sexe butait au fond de son postérieur, et ça avait un peu tendance à calmer ses pulsations de jouissance, même si je sentis le liquide déborder pour dégouliner le long de ma hampe de chair. Je retombai en arrière, les bras en croix et la poitrine soulevée par le choc. Dès que l’on commençait à être un peu plus rude avec moi, je partais en vrille, c’était plus fort que moi.

« Oh putain… Tu m’violentes et ça y est… J’ai l’orgasme du siècle… T'as gagné !» Hoquetai-je en riant bêtement, les cheveux étalés sur le matelas.

Néanmoins, je fis l’effort de me redresser pour m’emparer à deux mains du pénis de Lucie qui avait bien besoin de mes soins. Je débutai aussitôt une masturbation en règle, histoire de la faire jouir à son tour avant que je ne dégonfle totalement, n’estimant pas avoir l’endurance suffisante pour retrouver une érection de sitôt. A moins bien sûr, qu’elle ne me réserve une surprise, ce qui ne serait pas si étonnant de sa part.
Journalisée
Lucie Backerlord
Humain(e)
-

Messages: 134


Booty de calibre .338


Voir le profil
Fiche
Description
L'une des meilleures tireuses d'élite au monde. Accessoirement une sorcière. Regardez la dans les yeux, c'est préférable, même si elle en joue à fond.
« Répondre #67 le: Janvier 20, 2018, 08:02:18 »

Il était évident que je n'allais pas tenir 100 ans à ce rythme. Et comme je m'y attendais clairement, elle perdit pied bien avant moi. J'allais sûrement la prendre en main dans ce domaine. Si je pouvais en faire une machine de guerre, autant le faire. Tout serait bénéfique, à la fois pour moi si une telle chose devait recommencer, mais également pour elle dans le futur. Je commençais à me rendre compte que j'imaginais tout un tas de choses à son sujet, et je voulais mettre ces choses à exécution. Ma bonté allait me perdre un jour.

Alors qu'elle venait tout juste de se vider en moi, je ralentissais quelque peu mes mouvements de bassin. Et en la sentant prendre mon entrejambe en main, je savais très bien ce qu'elle avait en tête. Et à vrai dire, dès le départ, je savais que je n'allais pas être déçue. A la vitesse à laquelle elle allait, je savais très bien comment tout cela allait finir. Et à vrai dire, j'en avais très envie. Mes gémissements devenaient de plus en plus puissants, et combinés à mes mouvements de bassin, je commençais réellement à serrer les poings pour garder un semblant d'endurance.

Je pouvais très bien être une espèce de garce et ralentir le temps à l'extrême pour tricher, mais cela ne servirait absolument à rien, et ce n'était clairement pas le but recherché. Je gémissais donc de plus en plus, via ses coups de poignet, allant même jusqu'à cambrer à l'extrême mon bassin. Je gémissais, encore et encore, me demandant intérieurement quand j'allais atteindre ce point de non retour. Et finalement, alors que j'atteignais une note assez haute avec ma voix, s'ensuivit un grand silence. Symptomatique d'une chose très simple. J'avais un orgasme? Je ne faisais aucun bruit.

Et vu la position dans laquelle j'étais, tout se répandit sur elle. Me vidant donc sur elle, je poussais une fois encore un long soupir de bien-être. Par moments, la façon avec laquelle j'étais réglée comme une horloge me faisait parfois peur, je devais bien l'avouer. Reprenant lentement ma respiration, je finis par m'affaler sur elle, néanmoins pas comme une espèce de bourrine. Et accessoirement, comme je m'affalais sur elle, je m'affalais également sur ce que je venais de répandre sur elle. Mais cette notion ne me dérangeait absolument pas.

- Brave petite. Finalement, j'vais peut-être pouvoir tirer quelque chose de positif de toi. Je disais ça en souriant.
Journalisée
Alix Sable
Humain(e)
-

Messages: 178



Voir le profil
Fiche
Description
Contrebandière garçon manqué à la langue bien pendue et aux manières grossières.
« Répondre #68 le: Janvier 20, 2018, 09:18:06 »

Mes mains serraient la verge de Lucie dans un étau ferme à souhait, pendant que je l’astiquai comme une hystérique. Le but était simple, la faire craquer avant que je sois à bout de souffle vu le rythme imposé. C’est vrai quoi, je n’avais pas tout un tas de tours de magie dans la poche, contrairement à ma ravissante partenaire. Au vu de l’évolution de notre relation, je m’interrogeai sur ce que ça allait donner dans le futur, et surtout au niveau professionnel.
En fait, je ne suis pas du tout le style à vouloir absolument séparer le boulot de l’intime, alors imaginer mélanger les choses ne me dérangeait pas plus que ça. Bien au contraire d’ailleurs, ça pourrait donner des choses intéressantes, par exemple sous le bureau... Et voilà, j’ai l’imagination qui part en vrille ! Bon, c’est pas tout ça, mais mes bras commençaient légèrement à fatiguer à force d’agiter cette trique dans tous les sens.

Au moment où justement, j’allais encore l’ouvrir pour l’asticoter une nouvelle fois, Lucie coupa net ses gémissements. Par habitude, il devenait très simple pour moi de comprendre ce que ça voulait dire. Pas manqué, je sentis son sexe pulser pour arroser mon ventre et ma poitrine d’épais jets de sperme chaud comme je m’y attendais. La regardant avec envie, empalée sur moi et le corps secoué par l’orgasme, j’adressai un large sourire à mon amante.

« Un peu approximatif ce tir pour une tireuse d’élite, même pas visé le visage. »

C’était con, mais impossible de m’empêcher de sortir une vieille vanne malgré la situation. En tout cas, ça me fit le plus grand bien de reposer mes poignets un bon coup, lorsque Lucie s’allongea sur moi, je ne me fis pas prier pour l’enlacer. C’était tendre comme geste, un peu humide ma foi, mais bien agréable après le sport en commun. Je sortis enfin mon sexe de son derrière avec un petit soupir de soulagement, et caressait la belle chevelure argenté d’une main.

« Quand j’veux, j’peux être bonne élève tant qu’on me gueule pas dessus ou qu’on me fait pas la morale hein. Et j’parlai pas uniquement au niveau professionnel. »

Dans un sens, ça me faisait un brin rêver les perspectives d’avenir que toute cette histoire pouvait m’ouvrir, vu qu’un peu de légalité et de stabilité ne pouvait pas faire de mal. Et puis Lucie me semblait être une bonne patronne, un peu froide et rigide parfois, mais plutôt sympathique maintenant que je m’en rends compte. Sans parler que je peux parfaitement être attentive et attentionnée à la fois.
Ce dont je fis la démonstration fissa en aidant ma jolie Lucie à basculer sur le côté, l’allongeant gentiment sur le dos et exposant son ventre luisant d’amour. M’installant à genoux entre ses jambes, j’embrassai ce ventre appétissant avant de recommencer à sucer ma belle, nettoyant avec application sa queue encore sensible.

« Raconte-moi les projets que tu as pendant que j’te fais un bon nettoyage. » Déclarai-je, marquant une pause avec de retourner à ma tendre fellation.
Journalisée
Lucie Backerlord
Humain(e)
-

Messages: 134


Booty de calibre .338


Voir le profil
Fiche
Description
L'une des meilleures tireuses d'élite au monde. Accessoirement une sorcière. Regardez la dans les yeux, c'est préférable, même si elle en joue à fond.
« Répondre #69 le: Janvier 23, 2018, 08:05:10 »

Face à sa remarque sur mon manque de visée, je ricanais tout en sortant un petit doigt d'honneur. Rien de méchant, puisque mon ricanement prouvait à lui seul que j'avais de l'ironie. La mienne pouvait parfois être quelque peu étrange, et je l'admettais volontiers. Mais je ne pouvais pas y faire grand chose pour le moment. Il me fallait un long travail sur moi-même pour changer mon humour et mon ironie, et pour le moment, je n'avais pas vraiment le temps pour ça. J'étais plutôt occupée à d'autres choses bien plus intéressantes et importantes. Bien plus importantes que de changer une parcelle de ma personnalité, avec laquelle je vivais très bien depuis toutes ces années.

Soupirant une nouvelle fois, je venais tout juste de retrouver un rythme cardiaque et respiratoire normal. Je pouvais très bien repartir pour une session de plus, qui serait évidemment moins physique que la première, car même si j'avais une endurance supérieure à la moyenne, je ne pouvais pas non plus tout supporter pendant des heures. J'avais bien évidemment mes limites, et j'en était totalement consciente. Et comme si tout ne suffisait pas, j'étais à présent sur le ventre, avec Alix entre les cuisses. Il fallait vraiment qu'un jour, je lui apprenne ce qu'est la patience. Mais après tout, ce n'était pas quelque chose qui me gênait dans cette situation.

- Dans la vie, faut savoir faire preuve de patience, ma petite. Je ricanais une nouvelle fois. - Ce que j'ai comme projet? Oh, deux fois rien. Te permettre de pouvoir te défendre sans forcément m'avoir derrière ton cul en permanence. Et en parlant de cette même chose, m'en occuper de temps à autre. Puisque je suis partie pour t'avoir chez moi pendant un certain temps, autant ne pas s'en priver. De toute manière, on y trouvera toutes les deux notre compte. Après tout ça, je pense que tu ne regretteras pas la décision que j'ai prise ce matin.
Journalisée
Alix Sable
Humain(e)
-

Messages: 178



Voir le profil
Fiche
Description
Contrebandière garçon manqué à la langue bien pendue et aux manières grossières.
« Répondre #70 le: Janvier 25, 2018, 10:59:35 »

En fin de compte, je m’habituai plutôt bien à cette nouvelle vie, même si je n’avais pas prévu au départ de coucher avec ma patronne. M’enfin, ce n’était pas non plus désagréable d’être sur un petit nuage après une bonne partie de baise. Lucie s’apaisait déjà, et sa poitrine se soulevait moins vite, un signe de récupération pour le moins impressionnant après toute cette activité. D’ailleurs, la fellation dans laquelle je m’étais lancée n’avait pas réellement pour but de relancer la machine mais plutôt de procurer un petit instant tendresse.

Moi qui étais adepte de la sauvagerie, voilà que je prenais le temps de sucer délicatement et tendrement madame. Ma bouche astiquait de près cette verge encore tendu et humide de nos précédents ébats tout en l’écoutant parler avenir. Je retenais deux choses : Lucie allait être un mentor pour m’apprendre à me défendre, et s’occuper de mon petit cul de temps en temps. Que demander de plus franchement ?

« Carrément que je ne regrette rien ! » Lançai-je entre deux coups de langues.

Caressant ses cuisses gentiment avec un air enthousiasme, je recommençai à pomper son gland par simple jeu. Avec un traitement pareil, je doutais qu’elle puisse dégonfler de suite. Ce qui en fait, était plutôt marrant à envisager puisque ce serait sans doute un nouveau moyen de l’asticoter. Quand on est une chieuse au plus profond de soi, on ne se refait pas ! Je n’utilisai même pas mes mains pour prendre soin de sa tige, ce qui la fit briller rapidement de salive.

« Donc, j’reste chez toi ? Au fait, à part le flingue, on va apprendre des techniques de combat ? Genre comme dans les films. »

Je continuai bien évidemment mes soins buccaux. Sa verge rentrait et sortait d’entre mes lèvres, et je ne la lâchai pas du regard en faisant cela. Papoter en toute banalité en pleine activité sexuelle était le genre de petite perversion que j’appréciai. Il ne me manquait plus qu’à faire la même chose sous son bureau au boulot, et le tout y était. Malicieusement, mes petites attentions portaient leur fruit à mesure que son engin ne dégonflait pas, et restait même rigide. Pile le moment où je me relevai bien entendu.

« Bon ben, j’te laisse, j’vais aller prendre une douche. J’en ai un peu partout donc bon, c’serait temps. »

Prenant appui sur mes coudes, j’abandonnai Lucie et me redressait pour sauter hors du lit. Je lui souris en étirant mon corps sculpté et peu luisant lui aussi, la trouvant toujours aussi sexy au passage. Après avoir récupéré mes fringues, je me pris le chemin de la salle de bain histoire de me décrasser un peu, et de décompresser sous l’eau chaude.
Journalisée
Lucie Backerlord
Humain(e)
-

Messages: 134


Booty de calibre .338


Voir le profil
Fiche
Description
L'une des meilleures tireuses d'élite au monde. Accessoirement une sorcière. Regardez la dans les yeux, c'est préférable, même si elle en joue à fond.
« Répondre #71 le: Janvier 27, 2018, 07:29:41 »

Sa réponse me satisfaisait totalement. Si je devais cohabiter avec elle pendant un temps certain, autant prendre les devants et s'amuser de temps en temps. Si je ne mourrais pas au combat demain matin, j'avais encore quelques siècles devant moi à vivre. J'avais de la patience, c'était un fait évident, mais quand j'avais une occasion de m'occuper à la fois de moi et de quelqu'un d'autre, ne pas saisir cette opportunité me semblait être un crime. Et je détestais ce genre de choses. Je me sentais vraiment débile quand je ne prenais pas une opportunité au vol. Et ce fut le cas dans le passé. Et à chaque fois, j'éprouvais des regrets. Des regrets que je n'avais vraiment envie d'éprouver une nouvelle fois.

-Je pourrais t'apprendre à te battre si t'es sage. Je suis certes meilleure en tant que tireuse d'élite qu'en tant que combattante à mains nues, mais je sais me débrouiller. Si t'es sage et patiente, t'auras le droit à ça.

Je savais pertinemment qu'elle n'allait pas finir, et pile au moment où je me disais cela, elle partait prendre une douche. Frustrante jusqu'au bout. Mais mine de rien, je commençais à l'apprécier pour cela. Je ne savais pas vraiment pourquoi, mais c'était un fait que je ne pouvais pas vraiment nier. Si je commençais à nier une chose aussi évidente, il fallait que je mette à nier d'autres choses, et je n'en avais pas vraiment envie. Soufflant pour la forme, je la laissais donc aller prendre une douche. Je n'avais pas réellement d'autre choix de toute manière. Je restais là donc mon lit, mais il fallait impérativement que je me finisse. Pour ne pas rester sur une frustration latente. Armée de mon poignet, d'une grande volonté, et d'une endurance en berne après toute cette folie, j'entamais un mouvement de masturbation assez rapide. J'étais chez moi après tout. Et même si je n'avais pas été chez moi, je l'aurais fait de toute manière. Je ne savais réellement pas ce que le mot pudeur signifiait.

Ayant un mouvement de poignet relativement rapide, et armée de la meilleure volonté du monde, avec une endurance qui descendait en flèche, je ne mis que peu de temps avant d'atteindre le point de non-retour, poussant encore une fois un soupir de bien-être, alors que je venais de tout répandre sur moi-même. Et enfin je perdais ma vigueur. Je pouvais souffler un moment. Je ne savais pas vraiment combien de temps j'allais pouvoir souffler, mais un temps certain.
Journalisée
Alix Sable
Humain(e)
-

Messages: 178



Voir le profil
Fiche
Description
Contrebandière garçon manqué à la langue bien pendue et aux manières grossières.
« Répondre #72 le: Janvier 29, 2018, 10:35:42 »

Gagnant tranquillement la salle de bain, désireuse de me débarrasser de la couche de sueur et de foutre que nos ébats avaient répandu sur moi, j’essayai mentalement de poser un bilan sur cette journée riche en nouveauté. Nouveau job, nouvelle amante, nouvelle baraque ; tout cela s’avérait plutôt positif, mais je devais tâcher de ne pas me laisser emporter par l’enthousiasme. Le boulot allait s’avérer un brin dangereux, et je n’étais pas au bout de mes peines avant d’être indépendante.

De plus, Lucie était sympa, mais en même temps, je n’étais pas définitivement certaine que ça cela puisse coller entre nous. Haussant les épaules, j’entrai dans la salle de bain, attrapant le savon au passage avant de régler l’eau chaude. L’avenir n’était pas tout tracé après tout, inutile de s’en faire dès maintenant. La douche me fit un bien fou, délassant mes muscles quelques peu fatigués par toute cette activité sexuelle, et je me savonnai vigoureusement, histoire d’être propre et le corps bien lisse quand Lucie me rejoindrait.

*Elle fout quoi d’ailleurs ?* L’idée était justement qu’elle vienne me rejoindre sous la douche, mais visiblement, elle ne m’avait pas suivi du tout.
Comment je devrais interpréter cette absence ? Soit je n’avais pas été assez clair, soit elle se vengeait pour la fellation laissée en suspens. Soufflant une bulle de savon, j’espérai intérieurement que ce soit la seconde solution, sinon ce serait un peu trop vexant à mon goût. Profitant d’avoir la cabine pour moi toute seule, je me fis un bon shampoing avant de couper l’eau, attrapant une serviette pour l’enrouler autour de mon corps propre.

Rafraichie et presque sèche, je gagnai le couloir afin de vérifier ce que pouvait bien fabriquer Lucie, et accessoirement récupérer la brosse à dents de rechange achetée cette après-midi. A se demander s’il ne faudrait pas établir un code de communication si elle ne pigeait pas mes allusions. Ce qui semblait être le cas puisqu’à peine rentrée à nouveau dans la chambre, je la découvre à la même place, étalée sur le lit. Le sexe en berne, un filet de sperme sur son nombril et la poitrine encore agitée d’une respiration chaotique, je n’eus pas besoin de chercher très loin pour comprendre ce qu’elle venait de faire.

« Dis donc. Quand j’dis que j’vais prendre une douche, ça veut dire viens me rejoindre pour me baiser. Pas te finir toi-même dans ton coin. » Râlai-je en m’accoudant à l’encadrement de la porte.

Là pour le coup, j’étais vexée. Croisant les bras sous ma poitrine et gonflant les joues, je secouai la tête, totalement dépitée. Moi qui l’avait chauffée et préparée pour passer un moment intime sous la douche, tout était foutu.

« J’trouvai que c’était sympa de terminer tendrement sous la douche, mais bon, tant pis… J’vais m’brosser les dents en attendant. Et la salle de bain est libre… » Bougonnai-je en tournant les talons pour aller chercher mon sac de vêtements.
Journalisée
Lucie Backerlord
Humain(e)
-

Messages: 134


Booty de calibre .338


Voir le profil
Fiche
Description
L'une des meilleures tireuses d'élite au monde. Accessoirement une sorcière. Regardez la dans les yeux, c'est préférable, même si elle en joue à fond.
« Répondre #73 le: Janvier 30, 2018, 03:31:00 »

Sa réaction ne me surprenait guère. Mais si je commençais à lui expliquer la véritable raison, je n'étais même pas sûre qu'elle me croie. Elle pourrait très bien se foutre de ma gueule, me considérer comme une personne faible, voire même pire que ça. Mais il fallait bien que je lui donne une raison, ne serait-ce que pour désamorcer la situation. Je me retrouvais donc dans une certaine mauvaise posture. Et je n'aimais vraiment pas ça. Pendant un moment, je restais silencieuse, ne sachant pas trop quoi dire. Il fallait bien que je me lance à un moment donné, et, la suivant dans la salle de bain, j'ouvrais la bouche, parlant avec un ton extrêmement calme mais plein de sincérité.

- Je vais t'expliquer pourquoi je ne suis pas venue avec toi. Tu vas très certainement te foutre de ma gueule, mais au moins, j'assume ce fait. Je t'ai dis que j'avais plus de 300 ans, c'est un fait. Mais là n'est pas la question. Quand j'étais bien plus jeune, je suis sortie avec un homme, pour qui j'avais beaucoup de considération. Tout allait bien entre nous, absolument tout. Il n'y a qu'une fois où les choses ont dérapé. Alors que je prenais une douche avec lui, comme toujours, il a commencé à faire certaines choses. Au départ, j'étais réellement consentante. Sauf pour ce qu'il a fait ensuite. Et je n'ai rien dit. Je n'ai absolument rien dit et je l'ai regretté par la suite. J'ai mis un mois pour me débarrasser de lui. Alors oui, c'est certes une petite chose pour certains, mais j'étais vraiment pas bien ce jour-là. Et ça a développé quelque chose en moi qui fait que je n'arrive plus à refaire ce genre de choses dans ce genre de lieux. Si tu voulais une explication de ma volonté maladive d'avoir le contrôle sur tout, c'est une des multiples explications. Je marquais une assez longue pause avant de terminer. - J'aurais dû te le dire dès le départ, mais je m'attendais pas à ce que tu proposes quelque chose comme ça. Je suis vraiment désolée d'avoir caché quelque chose comme ça. Tu peux m'en vouloir si tu veux, me juger, ça n'a pas d'importance. J'aurais dû être honnête avec toi. Alors oui, je suis désolée de ne pas te l'avoir dit.

Je n'allais pas mentir sur ce genre de choses. Maintenant que la messe était dite, le reste n'allait dépendre que d'elle. Je ne savais vraiment pas quoi faire, ni où me mettre. Je détestais avoir des faiblesses comme celle-ci, mais je ne pouvais pas être une machine sans cœur.
Journalisée
Alix Sable
Humain(e)
-

Messages: 178



Voir le profil
Fiche
Description
Contrebandière garçon manqué à la langue bien pendue et aux manières grossières.
« Répondre #74 le: Février 01, 2018, 08:29:06 »

Bougonnant en resserrant la serviette autour de mon corps, j’ouvris la porte de la salle de bain à la volée, y retrouvant mon tas de vêtements propres et pliés en ordre. Cet épisode fâcheux avec Lucie m’avait un peu vexé, mais je n’étais pas en colère non plus pour une simple méprise, presque une broutille. Après tout, mon sale caractère me rendait parfois excessive dans mes réactions, et je commençai à me dire que je venais encore d’exagérer un brin.

Mes sous-vêtements enfilés, j’entendis la porte s’ouvrir dans mon dos et haussait un sourcil en voyant Lucie apparaitre. Toujours nue, luisante de nos ébats et vraiment très sexy, impossible pour moi de ne pas avoir le regard baladeur. Qu’est-ce qu’elle voulait maintenant ? C’était un peu tard pour prendre une douche à deux maintenant que je me rhabillai.

« Hum ? S’passe quoi ? » Ronchonnai-je en me tournant vers elle.

En vrai, son ton me surprit carrément, et je ne m’attendais pas du tout à une explication aussi profonde. A la base, je pensais qu’elle n’avait simplement pas saisi mon invitation à prendre une douche à deux, mais ça… Une phobie ? Si l’on pouvait être phobique d’une cabine de douche, c’était un peu inattendu, surtout venant d’elle. Je croisai les bras en silence, la laissant terminer sa longue tirade sans rien ajouter, ni me moquer.

Pourquoi imaginait-elle que j’allais me foutre de sa gueule au juste ? Ce n’est pas comme si je l’imaginai comme un être parfait, intraitable et sans aucune faiblesse. Ça me paraissait parfaitement normal d’avoir des failles, et j’étais encore davantage sidérée qu’elle soit dans cet état pour ça. Il y avait quand même beaucoup de méprise dans cette histoire. Sa déclaration terminée, je secouai la tête en la regardant d’un air dépité.

« Pourquoi tu t’mets dans un état pareil pour si peu ? T’aimes pas la douche à deux, tant pis, t’as le droit d’avoir des trucs que tu ne peux pas blairer. Moi à la base, j’pensais juste que t’avais pas pigé mon invitation, mais là, j’vais pas t’en vouloir pour ça. »

Je fis un pas dans sa direction, passant ma main dans ses cheveux pour la regarder dans les yeux et lui sourire sincèrement. Tout le monde a ses merdes, je n’avais aucune raison de lui pourrir la vie avec les siennes. Je déposai un baiser sur ses lèvres sans insister.

« J’sais pas nager moi, donc tu vois. Va te laver plutôt, et on se fait une bouffe après, ok ? Et fais pas ton air triste, ça va me donner envie de te sucer encore une fois. »

Riant bêtement à son attention, je ramassai mon paquet de vêtement pour lui laisser la salle de bain en toute intimité. Ma main lui claqua une fesse au passage, et je sortis de la pièce pour m’habiller plus loin en attendant qu’elle termine tranquillement de se nettoyer.
Journalisée

Tags:
Pages: 1 ... 3 4 [5] 6 7 ... 10
  Imprimer  
 
Aller à:  

Powered by SMF 1.1.20 | SMF © 2006-2007, Simple Machines
Awake and Dreaming - Le Grand Jeu
ChatBox