banniere
 
 
Liens utiles: Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Cacher les avatars

Le Grand Jeu - Forum RPG

Bad langage Discrimination Drugs Sex Violence Gambling

Bonjour et bienvenue.

Ce forum présente des oeuvres littéraires au caractère explicite et/ou sensible. Pour ces raisons, il s'adresse à un public averti et est déconseillé aux moins de 18 ans. En consultant ce site, vous certifiez ne pas être choqué par la nature de son contenu et vous assumez l'entière responsabilité de votre navigation.

Bonne visite ! :)

Pages: 1 [2]
  Imprimer  
Auteur Sujet: Rapt royal [PV]  (Lu 401 fois)
Yulia Vesselovski
Humain(e)
-

Messages: 663

avatar


Voir le profil
Fiche
« Répondre #15 le: Décembre 19, 2017, 01:40:52 »

Conrad leva l'un de ses sourcils, à la fois amusé et intrigué, quand Myranda lui énonça les raisons pour lesquelles il avait encore pleinement besoin d'elle. Des choses qu'il savait concrètement, Nillan était conquis, mais loin d'être pacifié, sinon Conrad n'aurait sans doute même pas pris la peine de chercher à se marier avec la reine et la princesse selon les traditions Nilloises. Il était toutefois surpris de constater un tel esprit d'analyse chez cette femme, et un sang-froid indéniable qui ne le laissa pas de marbre.

Une intéressante analyse, très juste...j'ai besoin de toi et de ta fille, tout comme vous avez désormais besoin de moi.

La raison en était très simple: les autres chefs de clans. Conrad se montrait finalement très magnianime vis à vis de Myranda et Tara, notamment en ayant accepté la demande de la reine qu'il ne touche pas à sa fille. N'importe quel autre barbare lui aurait ris au nez, l'aurait ensuite probablement battue, avant de violer sauvagement sa fille sous ses yeux. Mais pas Conrad. Ce n'était même pas une question de se montrer généreux envers les vaincues, mais il avait tout simplement espéré secrètement ce genre d'accord, car il préférait de loin coucher avec des femmes qui participaient à ses ébats. Il lui était déjà bien entendu arrivé de violer des filles de chefs qu'il avait vaincu, et qui refusaient de se soumettre à lui, mais le viol était pour lui d'avantage une tactique qu'un "réel" plaisir...une menace qui l'avait amené à obtenir de Myranda qu'elle s'offre à lui.
Myranda, après cette tirade, en vint toutefois enfin au fait, et demanda au chef de guerre par quoi il voulait commencer. Cette demande arracha un sourire amusé à Conrad, car il nota à quel point Tara, derrière, était gênée. Détournant le regard, la jeune femme allait toutefois devoir rester dans cette pièce durant tout le temps où Conrad allait sauter sa mère. Il répondit à la question de Myranda en posant fermement ses mains sur son délicieux cul, l'amenant à se plaquer contre lui, et il l'embrassa alors fougueusement pendant quelques secondes.

Je ne planifie pas à l'avance mes ébats, chère épouse...je me laisse porter par mes envies du moment, telles qu'elle viennent...et là, j'ai envie d'explorer ton corps.

Son regard se détourna alors brièvement de Myranda pour se poser sur Tara.

Tu devrais prendre tes aises dans un coin confortable Tara, ta mère et moi allons en avoir pour un certain temps...

Et sans attendre une réponse de l'une ou l'autre, il retourna embrasser sa belle femme. Ses puissantes mains malaxaient fermement son cul divin, le massant fort, au point que parfois le corps de la femme s'en trouvait soulevé. Collée ainsi contre lui, la reine pourrait aisément sentir sous le pagne de son barbare de mari une érection fort imposante. Conrad délaissa les lèvres de sa reine au bout d'un moment, pour descendre alors directement jusqu'à sa poitrine...ces seins qui le narguaient depuis maintenant des heures, il alla en embrasser un sans gêne, suçant audiblement le téton tout en ayant déplacé une de ses mains pour presser et masser l'autre. Son autre main quand à elle, continua à masser le cul de Myranda pendant un moment, avant qu'il ne s'en serve pour commencer à la déshabiller, lui ôtant au final tout, sauf ses beaux collants et ses brassards en tissu.
Il finit alors par se retirer, pour se déshabiller à son tour. Il retira son pagne d'un geste vif, et tout en se débarassant de ses bottes, se présentant effectivement nu, avec sa musculature impressionnante, et sa verge dressée qui l'était tout autant.

Viens femme...
Journalisée
Princesse Alice Korvander
Serial-posteur
Modérateur
-
*****
Messages: 6433

avatar


Voir le profil
FicheChalant
Description
"Hear me Roar !"
« Répondre #16 le: Décembre 19, 2017, 11:05:51 »

Il était très difficile de savoir comment les Osbafiens réagissaient aux femmes. Myranda savait que leur culture n’était pas, en soi, sexiste. Ils appréciaient les femmes fortes, les Osbafiennes teigneuses et musclées... Mais Myranda n’était pas une Osbafienne. Et les Osbafiens voyaient avec dédain les Nillois. Conrad ne risquait-il pas de s’énerver si elle réagissait, et essayait d’imposer son rythme ? Après tout, elle avait réussi à épargner sa fille, mais quelque chose lui disait que le pire était encore à venir. Si on en croyait la réputation sexuelle des Osbafiens, Myranda n’était pas au bout des peines. Ce qu’elle redoutait le plus, même si cela lui semblait impossible, c’était qu’à force de se prendre au jeu, elle finisse par s’y mordre.

Pour l’heure, Conrad se rapprocha d’elle, et l’embrassa rapidement, tout en posant ses mains fermes sur son cul. Myranda frémit, et ferma les yeux, redoutant le pire. Les Osbafiens n’avaient aucune gêne en matière sexuelle, et elle... Eh bien, elle avait peur... Non pas tant de Conrad, mais d’elle-même. Myranda avait jadis été une femme très passionnée, qui faisait longuement l’amour avec son mari. Avec que ce dernier ne meure, elle était très gourmande, et très friande d’expériences sexuelles particulièrement intense. Son mari en avait été surpris, et Myranda avait toujours été une affamée du sexe. Mais là... Elle n’avait jamais refait l’amour depuis la mort de son défunt mari... Jusqu’à maintenant.

*Et j’ai toujours adoré qu’il me pétrisse les fesses, exactement comme il le fait...*

Avec horreur, Myranda sentit un très bref frisson d’excitation, qu’elle refoula tout aussi rapidement. Non, elle ne pouvait pas... Pas devant lui, pas devant sa fille ! Conrad l’embrassa longuement, puis la déshabilla ensuite, déchirant même sa robe, la faisant frissonner. Tara, sourcils froncés, s’était assise sur le fauteuil, et, comme par bravade, se forçait à les admirer, ce qui gêna encore plus Myranda. L’homme se pencha vers ses opulents seins, et elle détourna le regard, serrant les poings et pinçant les lèvres. Il s’y attaqua donc, suçant le téton, et Myranda réussit à ne pas gémir, en se mordillant les lèvres, ses tétons venant quand même se durcir, surtout que l’homme en profitait pour palper encore fermement ses fesses.

Plutôt belle, Myranda avait déjà reçu quantité de demandes d’épousailles après la mort de son mari, mais avait toujours refusé. Et maintenant... Maintenant, elle était mariée, vaincue devant son ennemi ! Il continua à palper son corps, et elle, elle frémissait en sentant, contre ses cuisses, le sexe tendu de l’homme, ce membre turgescent et assoiffé. Elle le vit ensuite retirer son pagne, et rougit encore, se pinçant les lèvres, mortifiée.

*Je n’ai jamais vu une queue aussi grosse...*

Un peu intimidée, Myranda obéit quand même, et se rapprocha. Elle fléchit alors les genoux, et se positionna devant le sexe de l’homme, puis commença à le caresser, préférant retarder au maximum le moment où il viendrait la pénétrer. En réalité, ce qui l’inquiétait, c’était de voir que Conrad ne se jetait pas sur elle comme un affamé. C’était le signe qu’il avait envie que les choses durent, ce qui n’était pas vraiment bon signe pour la femme.

« Tu... C’est ce que tu veux... ? »

Elle continuait à caresser son sexe avec ses mains, tout en se mordillant les lèvres, guettant sa réaction...
Journalisée


Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal, soit celui-ci.
Yulia Vesselovski
Humain(e)
-

Messages: 663

avatar


Voir le profil
Fiche
« Répondre #17 le: Décembre 20, 2017, 01:44:26 »

Conrad avait couché avec beaucoup de femmes dans sa vie, malgré le fait qu'il soit encore "jeune". Être chef de guerre et bâti comme il l'était, celà avait forcément attiré beaucoup d'Osbafiennes dans sa couche qui voyaient en lui un partenaire idéal. Il n'existait pas à proprement parler de mariage à Osbaf, et il n'était pas rare que les femmes de cette contrée choisissent elle même leur partenaire, surtout quand il s'agissait de concevoir un enfant, en fonction de sa force. Conrad avait sans doute beaucoup d'enfants dont il ne connaissait pas l'existence, mais ce n'était guère important, car la filliation avait encore une fois moins d'importance à Osbaf qu'à Nillan. Il savait toutefois que maintenant, il allait devoir faire une exception, car la filliation ici allait avoir une importance capitale. Les enfants qu'il aurait avec Myranda et Tara seraient ses héritiers, car ils seraient d'un point de vue Nillois les héritiers de ce royaume. Il s'agissait concrètement de la pierre angulaire de son projet d'unir Osbaf et Nillan sous sa bannière, le genre de plan qu'il aimait...car il impliquait d'engrosser deux belles femmes.
Il ne fit aucune remarque, mais Conrad "sentit" bien les frissons de plaisir que Myranda tâchait de retenir, ils furent d'ailleurs l'une des raisons pour laquelle le barbare ne se jeta pas directement sur elle. Initialement, Conrad pensait devoir se contenter de la baiser et de l'engrosser...mais la réaction de Myranda semblait montrer des potentielles failles, sur lesquelles l'homme réfléchissait pendant qu'il était en train de sucer ses seins.

*Elle n'est pas aussi frigide qu'elle veut le laisser paraître...peut-être même est-elle frustrée.*

La reine était restée durant des années célibataire après la mort de son mari, le père de Tara...se pouvait-il qu'elle n'aie également pas eu d'amants durant cette période ? Si tel était le cas...alors  Conrad n'aurait pas pu rêver mieux, car le corps humain avait ses besoins, et baiser était un désir naturel contre lequel il ne fallait pas lutter. Mais c'était peut-être bien la chance de Conrad, qui sourit lorsqu'il remarqua l'expression presque incrédule de Myranda face à son sexe. Il fallait dire que le chef de guerre barbare était particulièrement bien monté, même pour un Osbafien. Sa queue se tendit encore un peu plus quand sa femme, qui s'était mise à genoux devant lui, tendit ses mains pour commencer à délicatement le masturber, et il sourit encore quand elle lui demanda si c'était bien ça qu'il voulait.

C'est fort possible, après tout je ne t'ai pas indiqué le contraire n'est-ce pas ? Tu as décidé de prendre ma queue dans tes mains de ta propre initiative...elles sont très douces...

Ce n'était peut-être qu'une branlette, mais Conrad prenait son pied à sentir des mains si douces le masturber. Les Osbafiennes étant pour la plupart des guerrières qui pratiquaient autant les travaux manuels, elles n'avaient donc pour la plupart pas une poigne douce comme Myranda.

Hmmmm...je n'ai pas pu m'empêcher de noter ta réaction quand tu l'a vu...c'est la première fois que tu en vois et touche une aussi imposante n'est-ce pas ?

Il la taquinait, et jetait régulièrement des coups d'oeil appuyés en direction de Tara. Cette dernière, dans ce qui était probablement un acte de fierté, se forçait à les regarder, et si celà semblait gêner sa mère...celà excitait au contraire d'avantage Conrad. Il ne lança toutefois pas de commentaires à l'attention de la jeune femme, bien décidé à tenir sa parole de ne pas chercher de "faille" à l'accord qu'il avait passé avec Myranda...mais cet accord ne l'incluait pas elle.

Je suis curieux de savoir femme...une beauté comme toi as du...hum...sans doute expérimenter bien des choses. Parles moi-en...dis moi ce que tu as eu l'occasion de faire, et branle mon sexe entre tes seins pendant ce temps.
Journalisée
Princesse Alice Korvander
Serial-posteur
Modérateur
-
*****
Messages: 6433

avatar


Voir le profil
FicheChalant
Description
"Hear me Roar !"
« Répondre #18 le: Décembre 20, 2017, 02:50:04 »

Myranda était piégée entre le marteau et l’enclume, piégée entre Conrad et ses propres pulsions. Il n’y a pas que le cœur qui a ses propres raisons, le corps l’avait aussi... Et, en ce moment, le corps de Myranda frémissait devant cet homme, devant sa musculature, son énergie, et sa volonté de la baiser magnifiquement. Myranda était divisée entre la honte, la colère, et un sentiment lancinant d’excitation, comme une bouffée d’oxygène qui remontait en elle. Myranda se pinça les lèvres, en voyant que Conrad lisait en elle comme dans un livre ouvert. Elle rougit en fermant les yeux, et entendit Conrad lui dire de masser sa queue avec ses seins... Mais lui ordonna surtout de parler de ses expériences sexuelles précédentes. Myranda la regarda en entrouvrant les lèvres, surprise, et même un peu paniquée... Mais constata rapidement, vu le regard de l’homme, qu’il était très sérieux.

Pinçant encore ses lèvres, Myranda se redressa, et fourra la queue de l’homme entre ses seins. C’était un membre long et dur, qui se redressa. Elle s’écrasa ainsi davantage contre le corps de Conrad, tout en remuant ses seins, frottant cette queue, ce qui n’était pas sans lui rappeler quelques souvenirs heureux. Son défunt mari avait toujours aimé ça, en vrai...

« Je... J’ai eu l’occasion de... De faire des choses avec... Avec mon mari... »

Elle déglutit, consciente qu’il allait en demander plus, et que, si elle refusait de le satisfaire, elle s’exposait au risque qu’il s’énerve, et ne s’en prenne à sa fille. Sa fille qui se mit à rougir, blême en observant cette scène, en entendant les bruits et les claquements spongieux du sexe de Conrad remuant contre les seins de la femme. Myranda se mordilla les lèvres, frissonnant encore en sentant la pointe de cette queue titiller son menton.

« Mon... Mon mari aimait beaucoup mes seins, m’embrasser, me les pincer. Il était doux et attentionné avec moi, me caressait, veillait à ce que je sois bien heureuse en me faisant l’amour... Je n’ai jamais eu à me plaindre de lui. »

Il s’agissait de messages implicites, destinés à Conrad, mais aussi à Tara. Elle ne voulait pas dire que son mari pouvait se montrer assez brutal, car c’était ce qu’elle lui demandait. Qu’il la prenne fort, généralement à quatre pattes, qu’il lui tire les cheveux, qu’il la fouette avec sa queue, répande sa semence sur son visage, tout en la sodomisant bien fort. Mais ça, Myranda ne pouvait pas l’admettre, tout simplement... Tout comme elle n’arrivait pas à dire qu’elle lui faisait régulièrement des cravates de notaire. Son défunt mari adorait jouir entre ses seins, et venait ensuite les lécher, partageant avec elle des baisers très humides.

Comment était-elle supposée dire ça à son tortionnaire, et devant sa fille ? Mais est-ce que cela allait suffire à convaincre Conrad ? Myranda en doutait...
Journalisée


Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal, soit celui-ci.
Yulia Vesselovski
Humain(e)
-

Messages: 663

avatar


Voir le profil
Fiche
« Répondre #19 le: Décembre 21, 2017, 01:29:14 »

Conrad s'était plus ou moins attendu à pareille réaction de la partde Myranda, qu'elle accepte de rentrer dans les détails de ses expériences sexuelles passées l'aurait surpris, même si agréablement surpris...toutefois il se passa ce que Conrad avait prévu...elle mentit. Certes, il s'agissait d'un mensonge par omission, mais le fait était que Myranda refusait sciemment de complètement obéir à son ordre, en espérant vainement qu'il n'y voie que du feu. Certes, la sensation de son sexe fourré entre les seins de la femme était délicieuse, et sans doute bien des hommes auraient eu l'esprit trop occupé à se focaliser là dessus pour s'en rendre compte...mais Conrad était autant dans l'optique de coucher avec Myranda que dans celle de la dresser. Il ne se faisait en effet aucune illusion, ce n'était pas parce que Myranda avait passé un marché avec lui qu'elle lui serait immédiatement "soumise" comme il le souhaitait, et en vérité, il venait de se trouver un prétexte pour réaffirmer la réalité de leur rapport de force. La reine avait joué avec le feu en souhaitant "imposer" des conditions à Conrad, et ce dernier rentrait dans son jeu uniquement dans le but de d'avantage la rabaisser. Si il ne souhaitait pas en faire une pute décérébrée tout juste bonne à se faire fourrer, il devait en revanche briser cette défiance à son égard.

Pour une femme qui a réussi à maintenir son cul sur ce trône pendant autant d'années, tu mens très mal...

Nul doute qu'un lourd silence ne manquerait pas de peser sur la chambre pendant une poignée de secondes, oui, Conrad avait bien vu clair dans sa misérable tentative de ne pas répondre à son ordre "exactement" comme il le voulait. Conrad saisit alors Myranda par les cheveux pour la redresser, aussi facilement que si elle était une poupée de chiffon. Tara se leva alors, mais il suffit à Conrad de lui lancer un regard assassin pour que la jeune femme comprenne...qu'elle approche, et sa mère en souffrirait grandement. En effet, si Conrad, malgré son attitude de barbare conquérant, avait été plutot magnianime avec ses captives, il semblait bien que cette fois sa patience était testée.

Un mensonge par omission reste un mensonge ma reine...tu cherches des failles dans notre accord, alors que je e suis moi même engagé à ne rien faire de tel...je suis déçu qu'après tout ce qui s'est passé, tu me prenne encore pour un vulgaire barbare décérébré. Tu va le payer...

Nulle ironie, nul amusement dans le ton de sa voix...c'était une menace claire et nette, qui émanait d'une colosse de muscles, contre lequel les deux femmes ne pouvaient espérer faire quoi que ce soit. Le duel entre lui et Tara avait duré parce que Conrad l'avait voulu ainsi, mais la réalité était qu'il pouvait aisément maîtriser la jeune guerrière, et encore plus aisément sa mère. Il fit faire à Myranda un tour sur elle même, puis se plaqua dans son dos, posant une main sur son cou, mimant un début d'étranglement sans pour autant vraiment serrer, de façon à ce qu'elle fasse face à sa chère et tendre fille.

Quels avait été les termes de notre accord ? Ah oui, que si tu ne m'apportais pas satisfaction, alors je me tournerais vers ta fille...je pensais que tu mettais la protection de sa précieuse virginité avant ton petit orgeuil, on dirait que je me suis trompé.

A ce stade, il ne fallait vraiment pas être un génie pour comprendre pourquoi Myranda tenait à ce point à ce que sa fille soit épargnée. Mais en voyant l'air terrorisé des deux femmes à ses mots, Conrad eut définitivement la confirmation que son intuition avait été la bonne. Ce serait si facile pour lui d'attacher la mère à un endroit de la chambre, et d'ensuite maîtriser Tara...il le savait, et elles aussi devaient en être conscientes. A ce moment précis, Conrad se trouvait dans la position qu'il voulait, une position de force.
Le barbare approcha alors un peu plus ses lèvres de l'oreille de sa femme, tandis qu'il reua un peu son bassin pour fourrer sa trique entre les fesses de Myranda, remuant pour se masturber contre sa croupe.

Je te laisse une dernière chance femme...et j'insiste sur ce terme de dernière. Essaye encore de me tromper de la sorte, ou de me résister, et je t'attache à ce lit pour que tu me regardes m'occuper de ta fille. Je la plaquerais au sol, et la baiserais par tous les trous jusqu'à l'aube, et je te fais la promesse que toutes vos supplications n'y changeront rien...me suis-je bien fait comprendre ?
Maintenant, reprenons...je veux que tu me racontes dans le détail, ce que toi et ton mari faisiez quand vous baisiez.


Maintenant toujours son emprise sur la gorge de la femme, Conrad glissa sa deuxième main le long du ventre plat de Myranda, jusqu'à se fourrer entre ses cuisses. Il trouva sans grandes difficultés son clitoris qu'il commença à caresser avec...une dextérité étonnante de la part d'un Osbafien.
Journalisée
Princesse Alice Korvander
Serial-posteur
Modérateur
-
*****
Messages: 6433

avatar


Voir le profil
FicheChalant
Description
"Hear me Roar !"
« Répondre #20 le: Décembre 21, 2017, 10:14:54 »

Pour son malheur, Conrad n’avait vraiment rien de commun avec l’idée qu’on se faisait traditionnellement des Osbafiens. Il était loin d’être guidé par ses sens. Normalement, Myranda s’était attendue à ce que le plaisir le submerge, mais il n’avait pas oublié sa question initiale, et, quand il constata que la jeune Reine essayait, tant bien que mal, d’éviter la question, il s’énerva, et la fit hurler en lui tirant sur les cheveux. Tara, nerveuse, réagit instantanément, et Myranda leva également la main vers elle, lui intimant de ne pas se déplacer.

« N-Non... Non, Tara... ! »

Elle n’allait malheureusement pas pouvoir y échapper. Conrad semblait lire dans son esprit. Comment diable un tel homme pouvait exister ? Myranda n’arrivait pas à croire qu’un Osbafien puisse être aussi maître de lui-même. Comment était-ce possible ? Elle n’arrivait pas à y croire, et, tandis qu’elle essayait de comprendre ce qui se passait, Conrad frotta son massif sexe contre ses fesses. La jeune Reine, à l’idée de sentir une aussi grosse bite dans son cul, rougit en se mordillant les lèvres, et, quand les doigts de l’homme s’enfoncèrent dans son sexe, elle ne put plus se retenir.

« Haaaa... Nnnnnn... »

Myranda couina donc, poussant un léger cri de plaisir, et rouvrit les yeux, terriblement gênée en voyant sa fille devant elle. Elle était debout, nerveuse, et serra les poings, en voyant sa mère se faire pénétrer par ce Barbare colossal, qui s’écrasait sur elle. Myranda se pinça encore les lèvres, mais ne pouvait pas empêcher de fines gouttes de cyprine de s’échapper de son sexe, glissant sur ses doigts, pour tomber sur le sol. Elle soupira encore, son corps semblant s’alléger sur place.

Elle ne pouvait pas fuir, pas mentir. Prisonnière, piégée, elle gémit encore, et reprit :

« Je... Hnnnn... Je... »

Difficile de parler, mais elle savait que Conrad pouvait passer d’un extrême à l’autre, et, surtout, son corps était assoiffé... Et sentir cette queue contre elle, ohlàlà... Mais il y avait sa fille devant elle, sa fille ! Myranda gémit donc, et serra les poings :

« Je... N-Noooonnn, haaaaa... »

Les doigts vinrent davantage se presser sur son bouton de plaisir, et elle couina encore, tout son corps se mettant à frissonner, à frémir sur place. Sa fille, sa fille... Et son corps, cette queue qui se pressait contre elle... Les souvenirs affluaient en elle, et, dans un énième soupir, Myranda se lâcha brusquement, en hurlant :

« MON MARI ADORAIT M’ENCULER TOUS LES SOIRS COMME UNE GROSSE CHIENNE !! »

Et elle se mit presque instantanément à pleurer, n’osant plus regarder sa fille, et fermant les yeux, terriblement choquée par ce qu’elle venait de dire.

Elle ne l’avait quand même pas dit si fort, si ?
Journalisée


Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal, soit celui-ci.
Yulia Vesselovski
Humain(e)
-

Messages: 663

avatar


Voir le profil
Fiche
« Répondre #21 le: Décembre 22, 2017, 01:39:40 »

Myranda était tellement frustrée qu'elle n'avait véritablement aucune chance de gagner contre Conrad qui, au contraire d'elle, était parfaitement en accord avec sa sexualité. C'était une nette différence qui existait entre Osbafiens et Nillois, les premiers avaient un rapport au sexe qui était bien moins sacralisé que chez les seconds, et bien plus accepté comme étant quelque chose de naturel, dont il ne fallait pas avoir honte. Si Conrad avait eu encore besoin d'une preuve pour constater que sa femme avait négligée sa sexualité durant ces dernièreq années, il l'eut quand il sentit ses doigts rapidement se couvrir de cyprine. Quelques caresses bien ciblées sur son clitoris suffisaient à lui faire perdre les pédales, elle essayait de se retenir bien sûr...mais Conrad avait un doigté bien trop agile pour laisser une quelconque chance à cette femme. Myranda mit du temps avant de vraiment répondre à la question de Conrad, mais cette fois il ne s'en formalisa pas, car elle était tout simplement en train de craquer. L'homme pouvait sentir l'effet qu'il lui faisait, que sentir ses pectoraux dans son dos, et surtout sa grosse queue glisser entre ses fesses, était en train de réveiller un désir qu'elle avait bien trop longtemps enfoui...celui de se faire baiser, celui de jouir.

Myranda finit toutefois pas enfin répondre...et d'une façon à laquelle même Conrad ne s'était pas attendu. Elle hurla, elle hurla fort que son mari adorait la prendre par le cul, "comme une chienne".

Et bien ma chère épouse...voilà un aveu qui te pesait lourd, pour avoir à le faire sortir avec autant d'éclat.

Il continua à lui caresser l'entrejambe pendant quelques instants, avant qu'il ne retire sa main, et ne la présente juste devant le visage de Myranda. C'était évident, vu les bruits de succion que ses caresses avaient provoqué entre ses cuisses, mais Myranda comme Tara purent voir de leurs propres yeux que les doigts de Conrad étaient couverts de la cyprine de la reine. Il les porta alors à la bouche de la femme, lui intimant de les sucer, tandis qu'il pressait l'un de ses seins avec son autre main.

Tu es une femme remplie de frustrations ma reine, tu t'es occupée de ta fille et de ton royaume durant toutes ces années, en négligeant tes propres besoins.

Il la retourna alors vivement, pour qu'elle lui fasse de nouveau face. Conrad retourna l'embrasser, fermement cette fois, tout en posant ses deux mains sur son magnifique cul, rebondi, ferme, tandis que sa queue frottait contre son ventre, si dure, si grosse.

Mais ne t'en fait pas...je vais te faire rattraper le retard que tu as pris.

C'est avec un sourire malicieux qu'il saisit sa femme par les hanches, la soulève pour la poser contre le rebord d'une table proche. Balayant d'un geste vif de sa main tout ce qui pouvait se trouver dessus, il fit alors s'allonger Myranda dessus, et usa de ses mains pour écarter ses jambes. Le barbare s'approcha alors, le souffle lourd, son sexe comme aimanté par cette chatte rasée, dotn les lèvres vaginales suintaient de cyprine. Il rapprocha son bassin, et en saisissant son sexe d'une main, le guida vers l'entrée de cette antre qu'il était désormais pressé d'aller explorer. Il en frotta le bout contre cette entrée pendant quelques secondes, appréçiant la sensation de la cyprine chaude le recouvrant, puis il commença à s'avancer, doucement...avant de finalement se fourrer d'un coup sec en elle, en sentant que sa chatte était bien lubrifiée.

Hmmmmm !!!! Oh oui putain...oh tu as une telle chatte...je vais te baiser ma chienne, te BAISER !!!

Il saisit alors la femme par les hanches. Lui, debout au rebord de la table, et elle allongée, les cuisses ouvertes, acceuillant ce chibre gigantesque en elle. Conrad se mit rapidement à remuer en elle, donnant de puissants coups de rein qui faisaient rebondir la table, le claquement de leurs chairs résonna dans la pièce, accompagné par les bruits de succion de la pénétration dans cette chatte chaude et humide.
Journalisée
Princesse Alice Korvander
Serial-posteur
Modérateur
-
*****
Messages: 6433

avatar


Voir le profil
FicheChalant
Description
"Hear me Roar !"
« Répondre #22 le: Décembre 22, 2017, 09:13:57 »

Elle avait honte, tellement honte... Oh, sa fille devait la haïr, maintenant ! Elle l’avait dit, elle l’avait avoué... Sa passion inavouable pour la sodomie... Elle se rappelait de leurs folles nuits où son mari jouissait entre ses seins, et, tout en lui ordonnant de garder son sperme sur elle, la sodomisait en levrette. Parfois, il léchait les seins de Myranda, avalant son propre sperme. Son mari avait été un amant incroyable. Myranda n’avait jamais pu aimer quelqu’un d’autre, et pour bien des raisons. Sa gentillesse, son héroïsme, ses performances sexuelles... C’était suite à ça qu’elle avait continué à s’épiler, car son mari aimait lécher ses lèvres intimes imberbes, sentir la douceur infinie de sa peau. Myranda s’était donc efforcée de bien prendre soin de son corps, et, même après des années, elle était toujours aussi belle.

Et là, face à elle, il y avait Conrad, ce maudit Osbafien, qui la força à voir ses doigts recouverts de mouille. Il la souleva ensuite, et l’amena près d’une table, la narguant encore. Conrad renversa de la main un vase comprenant des fleurs, le brisant sur le sol, puis écarta ses jambes. Myranda se pinça les lèvres, en regardant autour d’elle, et observa brièvement Tara. Elle était gênée, et Tara, elle, restait silencieuse, blême... Puis Myranda sentit la queue de l’homme taper contre ses cuisses.

« Co... Conrad... » gémit-elle.

Elle avait senti sa queue, sa verge énorme. Un membre turgescent que Conrad manœuvra ensuite, tout en écartant ses cuisses, et s’enfonça alors en elle. Les yeux de Myranda s’écarquillèrent, et elle sentit comme une épée la transpercer, coupant tout cri en elle pendant quelques secondes. Ses yeux s’écarquillèrent, et elle releva la tête, gémissant silencieusement pendant quelques secondes... Puis poussa un brusque hurlement quand la douleur remonta d’un coup, s’accompagnant d’une incroyable dose de plaisir.

« HAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAANNNNNNNNN... !! »

Un puissant hurlement s’échappa de ses lèvres au contact de la queue monstrueuse de Conrad. Un frisson la traversa encore, et l’homme commença à remuer en elle. Myranda gémit encore, et rougit furieusement, crispant ses doigts sur le rebord de la table, sentant cette dernière se soulever et s’abaisser. Elle gémit à nouveau, et essaya de lutter, de lutter autant que possible... Mais, plus cette queue s’enfonçait, et plus ses doutes s’envolaient, se distillant au loin.

« Hmmmmmmmmm... Hnnnnnnnnnnnnnnnn... Haaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa... !! »

Son corps était tout simplement en pleine extase, et elle se mit à gémir longuement, se pinçant les lèvres, sentant un plaisir immense la traverser. Un long frisson... Tandis que sa mouille affluait le long de la verge de l’homme.

Oh, oh, que c’était bon !
Journalisée


Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal, soit celui-ci.

Tags:
Pages: 1 [2]
  Imprimer  
 
Aller à:  

Powered by SMF 1.1.20 | SMF © 2006-2007, Simple Machines
Awake and Dreaming - Le Grand Jeu
ChatBox