banniere
 
  Nouvelles:
Une nouvelle édition de la Gazette LGJ est disponible !

Vous pouvez y accéder ici.



De nouvelles lois européennes rentrent en vigueur, informez vous ICI.

Liens utiles: Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Cacher les avatars

Le Grand Jeu - Forum RPG

Bad langage Discrimination Drugs Sex Violence Gambling

Bonjour et bienvenue.

Ce forum présente des oeuvres littéraires au caractère explicite et/ou sensible. Pour ces raisons, il s'adresse à un public averti et est déconseillé aux moins de 18 ans. En consultant ce site, vous certifiez ne pas être choqué par la nature de son contenu et vous assumez l'entière responsabilité de votre navigation.

Bonne visite ! :)

Pages: [1]
  Imprimer  
Auteur Sujet: Une vie de chienne pas si inconfortable [Poupette]  (Lu 124 fois)
Ryiah Sylfenir
Créature
-

Messages: 8



Voir le profil
Fiche
« le: Décembre 11, 2017, 11:16:25 »

La vie en mer est une épopée toujours mouvementée, où il y a moyen rapide d’amasser des fortunes et des trésors pour le peu que l’on ne soit pas très regardant. C’est aussi un bon moyen de se fournir des denrées rares et autres bijoux rares pour le peu que l’on ait les bons contacts et surtout les bonnes voies de navigations. L’un des bons côtés de la vie sur mer, c’est que les témoins des méfaits sont encore plus rares que sur la terre ferme. Si il n’y a pas de navire dans les environs ? Changer de pavillon et le tour est jouer. Quand aux témoins, ils finissent bien souvent avec les poissons quand ils ne finissent pas en cage vendu à des esclavagistes d’un pays lointain. Le seul problème, c’est juste qu’un équipage et un navire nécessite un plus gros budget de départ que de commencer une vie de rapine avec une bande de pillards armée de quelques épées et équipés de quelques chevaux.

Jack Bryne l’a très bien compris mais possédant déjà un certain charisme suivi d’un certain bagout malgré ses airs de badboy et de vilains garçons, il a su se trouver des mécènes pas trop regardants pour ses petites escapades navales. Ce n’est que des comptes à rendre mais aussi bien que ses généreux donateurs fonctionnent sur un pied d’égalité sans chercher à entuber l’autre, l’entente est plutôt cordial voir même amicale. Qu’est ce qu’un petit collier en diamant quand on a réussi à faire échoué un galion rempli d’or et que l’on n’est le seul à connaître sa position ? Rien. Jack l’a très bien compris, avoir le rôle de capitaine n’est pas là que pour donner des ordres mais aussi pour brosser dans le sens du poil les relations avec ses patrons. Certains diront qu’ils brisent les règles de la piraterie, lui dira tout simplement que ce n’est qu’un contrat de corsaires revu au goût du jour et seulement aux services ni plus ni moins d’une caste de nobles.

Arrimé au port depuis une journée, Jack n’est pas venu seul voir l’une de ses plus généreuses donatrice, étant accompagné d’une de ses collègues ce soir pour le seconder, Ryiah Silfenir. Les deux font la paire, ont la même philosophie et sont proches, même si l’un préférait avoir une relation un peu plus sérieuse que de partager sa cabine là où la seconde trouve le lit bien plus confortable qu’un simple hamac. Dans un sens, Ryiah a une certaine prestance et fait bien moins pouilleuse que le reste de son équipage.

C’est donc un peu à part de la ville que Ryiah et Jack ont été reçu par une noble bien interessé à recevoir l’un de ses capitaine un peu plus tôt que prévu, bien au courant des méthodes gentleman du jeune homme qui, malgré qu’il ne soit que passage, ne s’amène jamais les mains vides et ce malgré que le soir soit bien avancé. Après tout, ne dit-on pas les visites tardives pleine de surprise.

Cela fait peu être une heure que Jack raconte ses péripéties à cette dame, toujours interessée à écouter une petite aventure avant que l’homme ne finisse son deuxième verre de vin. Ryiah de son côté, se tient à ses côtés, tente plus ou moins de participé à la conversation mais laisse faire son capitaine, n’étant pas trop habituée avec la noblesse. Puis vint le sujet principale.

« Ma dame, j’ai profité de mon retour un peu plus tôt que prévu pour vous faire un petit don digne de votre valeur. J’espère que ce cadeau rendra certaines femmes jalouses pendant vos galas. »

Ryiah, malgré un certain manque d’étiquette, sait comment se comporter. Elle se leva pour fouiller dans son sac et en sortir un coffret noir qu’elle présenta à la dame. Laissant celle-ci retirer les encoches, c’est malgré tout Ryiah qui ouvrit le couvercle pour présenter un diadème en diamant. Chose assez rare, la pierre au centre, certes petite, n’est rien d’autres qu’un diamant rouge. Plus les choses sont rares, plus les femmes en raffole.

A parler, Ryiah regarde brièvement l’exterieur à partir de la fenêtre du balcon. Un peu tard pour rentrer. Si cette femme sait recevoir ses invités, il y a des chances qu’elle les invite à rester ici pour cette nuit. Dans un sens, ça ne dérangera pas Ryiah qui préfère dormir sur le plancher des vaches que sur un navire. Non pas qu’elle ait le mal de mer mais si c’est à choisir, elle préfère un bon matelas bien moelleux, surtout quand celui ci vient de la haute noblesse.
Journalisée
Poupette
Terranide
-

Messages: 6



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #1 le: Avril 02, 2018, 09:13:36 »

Poupette aidait à la cuisine ce soir-là, comme elle le pouvait. Elle n'avait pas le droit de se montrer si elle n'était pas invitée à le faire par sa Maîtresse. Chose qu'elle avait très bien compris, de toute façon Poupette était une petite chienne toute docile. Donc elle aidait ce soir-là à faire la vaisselle, éplucher des légumes etc. Des trucs simples à faire pour rendre service aux différents cuisiniers. C'est un petit commis. Et pendant ce moment sa Maîtresse traitait avec les invités du soir.

Entre ses mains un magnifique diadème en diamant avec au centre une pierre rouge. Vraiment magnifique. Sur le coup, la dame de maison ne dit rien, analysant le bijou qu'elle avait devant elle. Elle l'approcha de son visage pour mieux inspecter, ses doigts passaient doucement sur les pierres, ne sentant pas la moindre rayure. Lisse parfaitement lisse. Très bien traité. Un travail hors du commun.

"Je peux vous le garantir... Je serais vraiment la plus belle pendant les galas de la Haute ! Toutes ces petites gourgandines ne pourront rien dire devant ma beauté, elles seront jalouses et devront se ruiner pour arriver à ma cheville !"

Et qui dit se ruiner... Dit perdre tous ces biens et quitter la Haute ! La noblesse était en endroit où les plus petits poissons se faisaient manger par les plus gros s'ils n'arrivaient pas à s'affirmer assez. La dame de ce soir avait su faire sa place, mais il fallait quand même faire attention par les petites jeunes qui essayaient de la faire tomber et de prendre sa place et ses richesses. Toujours bien s'entourer était la moindre des choses.

"Pour vous remercier de ce présent ! Vous me ferrez un honneur de passer la soirée dans ma demeure. Reposez-vous un peu dans un bon lit, mangez à votre faim demain et je vous laisse même ma Terranide pour ce soir !"

La femme se leva attrapa une petite clochette et la secoua. Le signal que Poupette devait se présenter, elle lâcha donc ce qu'elle faisait dans la cuisine et en moins de 5 secondes, elle se posta aux côtés de sa Maîtresse. Oreilles légèrement dressées sur la tête, un large sourire aux lèvres. Elle portait une magnifique robe blanche avec de la dentelle sur le devant et le bas. Autour de son cou un petit noeud rose. La simplicité, la pureté à l'état pur !

"Poupette ! Tu seras avec nos hôtes toute la soirée, je veux que tu les considères comme t'es propre Maîtres, c'est eux qui vont s'occuper de toi ce soir, tu feras tout ce qu'ils te demandent."

"Waf ! Bien Maîtresse !"

Sa petite queue remuait dans le bas de son dos, contente de changer de Maître pour la soirée.

"Je vous laisse donc Poupette, elle est très docile vous n'avez rien à craindre. Le seul souci c'est qu'elle a encore un peu de mal à parler et à comprendre ce qu'on lui dit alors n'hésitez pas à lui répéter les choses."

La dame de maison attendit un peu, elle voulait avoir confirmation de ces hôtes que tout était en ordre pour la soirée. Elle avait qu'une envie, partir dans sa chambre pour essayer ce magnifique diadème et voir avec qu'elle robe il pouvait aller.
Journalisée

Tags:
Pages: [1]
  Imprimer  
 
Aller à:  

Powered by SMF 1.1.20 | SMF © 2006-2007, Simple Machines
Awake and Dreaming - Le Grand Jeu
ChatBox