banniere
 
  Nouvelles:
Le Staff est toujours à la recherche de nouvelles recrues pour différents projets, comme la Gazette ou la promotion du forum !

Pour plus d'informations, c'est par ici !

Liens utiles: Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Cacher les avatars

Le Grand Jeu - Forum RPG

Bad langage Discrimination Drugs Sex Violence Gambling

Bonjour et bienvenue.

Ce forum présente des oeuvres littéraires au caractère explicite et/ou sensible. Pour ces raisons, il s'adresse à un public averti et est déconseillé aux moins de 18 ans. En consultant ce site, vous certifiez ne pas être choqué par la nature de son contenu et vous assumez l'entière responsabilité de votre navigation.

Bonne visite ! :)

Pages: [1]
  Imprimer  
Auteur Sujet: Plus on est de fous plus on... Baise ?  (Lu 288 fois)
Momoko Hanna
Humain(e)
-

Messages: 10



Voir le profil
Fiche
« le: Décembre 08, 2017, 03:39:54 »

Momoko était une mère de famille très prise dans tous les sens du terme. D’abord le plus important pour elle était de s’occuper de son foyer, donc elle passait beaucoup de temps à faire le ménage dans sa maison que tout soit propre. Ensuite, c’était que son fils soit le plus heureux du monde, qu’il se sente bien, qu’il puisse avoir tout ce dont il a envie. Il devait être heureux quoi qu’il arrive ! C’est pour ça que Momoko lui faisait des bons petits plats et qu’elle travaillait dur pour avoir de l’argent pour lui offrir tout ce dont il avait envie. Car son fils Masuo voulait toujours être à la pointe de la mode, au niveau vestimentaire, électronique ou autre ! C’était un garçon très intelligent qui gérait le planning de sa maman.

Oui c’était la deuxième façon d’être prise. Masuo le fils chéri de Momoko vendait sa mère à des garçons de son lycée. Que ce soit des élèves, des profs ou d’autres employés du bâtiment, il n’en avait rien à faire ce qu’il voulait c’était de l’argent. Et bien sur lui pouvait profiter de sa maman s’en payer et Momoko prenait le plus grand soin de s’occuper de son chéri. Comme dit plus haut tout ce qu’il demandait il l’avait, il ne fallait donc pas chercher plus loin. Voilà, Masuo chaque jour venait voir sa mère pour lui expliquer tout ce qu’elle avait à faire dans la journée, qu’elle personne elle devait aller voir et pour qu’elle service. Momoko était vraiment très connue comme parent ! Même si elle avait 40 ans, elle restait une femme qui prenait soin d’elle et qui était plutôt jolie.

Aujourd’hui son fils Masuo était à l’université, il était environ 9heure du matin, le soleil montrait le bout de son nez, il faisait pas trop froid, Momoko décida d’aérer la maison ! Son fils lui avait dit ce matin, alors qu’elle était en train de le sucer sous la table comme tous les jours qu’aujourd’hui elle pouvait se reposer. Il n’y avait aucuns clients, elle pouvait donc profiter de sa journée comme elle le souhaitait à la maison. C’était très que Madame Hanna ne travail pas, mais cela lui faisait toujours le plus grand plaisir. Mine de rien c’était fatiguant de se faire prendre presque tous les jours par des gens… Il fallait garder le rythme quoi.

Avant de commencer le ménage, elle décida de profiter un peu. La femme c’était mise assise sur le canapé de son salon et avait allumé la télé pour regarder une émission sur des couples qui devaient réussir des missions pour gagner de l’argent. Mais, le plus souvent les couples étaient vraiment cons et faisaient n’importe quoi pour faire rire le public… Et cela marchait bien Madame Hanna rigolait jusqu’à en avoir les larmes aux yeux.

Les portes et les fenêtres de sa maison étaient grandes ouvertes, elle habitait dans un quartier relativement tranquille alors elle se permettait une fois par semaine de le faire. Elle était donc là assise sur son canapé en cuir noir, dans une petite robe bleue qui lui arrivait aux genoux et son tablier de bonne ménagère accroché devant. Ses cheveux étaient attachés avec un petit nœud. Une tasse de thé vert était posée sur le rebord du canapé, fumant encore alors qu’il avait été fait depuis plusieurs minutes.

« Ahhh ! »

Momoko poussa un petit soupire de satisfaction, sa journée commençait très très bien.
Journalisée

Okooko
Créature
-

Messages: 85

avatar


Voir le profil
Fiche
« Répondre #1 le: Décembre 11, 2017, 02:35:16 »

Le problème lorsque l’on est à la pointe de la mode avec toujours de nouveau habits de marques ou le  dernier téléphone fraîchement sorti à un prix exorbitant c’est que cela attire les convoitises et que les crapules du bahut ne se gênent pas pour tourmenter  ce genre de personne. Malheureusement pour Masuo, il était tombé contre le groupe d’élève le moins fréquentable du lycée, des montagnes de muscles et de violence qui avaient envoyer plusieurs profs et autres élèves à l’hôpital pour un simple regard de travers. Ce groupe d’une vingtaine d’élève était dirigé par Caleb, un grand gaillard aux cheveux blancs aussi vicieux que violent. Au départ leurs intentions étaient de casser la figure à ce pauvre garçon pour lui piquer ses fringues et son portable tout neuf mais alors que Caleb le tenait par la gorge il se rappela que c’était lui qui vendait sa mère comme la première des putes aux autres élèves et il le lâcha à condition de pouvoir le faire profiter lui et sa bande de sa chère mère gratuitement et de manière très brutale sans qu’elle soit au courant. Visiblement plus attaché à son intégrité physique qu’à celle de sa mère, le jeune homme avait accepté.

Ce matin était donc un bon matin pour Caleb et sa bande, c’était le jour qu’ils avaient convenu pour venir faire un petit coucou à Momoko, la mère de leur nouveau copain. Les vingts gaillards étaient tous muni de corde et de battes de baseball et des bandana pour couvrir le bas de leur visage. A cette heure il n’y avait personne dans le quartier et ils approchèrent de la maison sans se faire arrêter, quand ils arrivèrent, ils furent surpris de voir la porte grande ouverte, ça enlevait un peu de charme à la chose mais ce n’était pas non plus pour leur déplaire. Caleb frappa fortement à la porte quand même pour indiquer leur présence et entra directement jusqu’au salon :

« Toc toc toc ! Maman je suis rentré et j’ai bien envie de me faire sucer. »

Il avait parler assez fort pendant qu’il entrait pour être sûr que la mère de Matsuo l’entende où qu’elle soit dans la maison. A sa suite, sa bande ferma la porte et sans perdre une minute ils fermèrent les vitres en arrivant au salon sans faire attention à la femme qui était tranquillement installé dans son canapé.

Caleb pensait que cette milf n’était rien d’autre qu’une bonne grosse salope qui serait ravie de voir autant de mec débouler chez elle mais il n’était pas là pour lui faire passer du bon temps. Ils étaient là pour la démonter et la violer comme il fallait alors il n’attendit pas pour l’attraper par les cheveux et la jeter sur la table du salon avant même qu’elle réagisse :

« Momoko, c’est ça ? Momoko, on va tellement te souiller que ton fils se sentira sale lui aussi en te regardant. »

Il ricana en la giflant, il avait prévu tout un jeu avec elle et elle s’en souviendrait.
Journalisée
Momoko Hanna
Humain(e)
-

Messages: 10



Voir le profil
Fiche
« Répondre #2 le: Avril 02, 2018, 09:06:12 »

La mère de foyer se reposait tranquillement, quand quelqu'un frappa fortement à la porte, la faisant sursauter. Qui pouvait bien venir la voir aujourd'hui à cette heure surtout ? Et c'est la qu'elle entendit la voix d'un homme, lui disant Maman. Mais ce n’était pas possible que ce soit son fils, son cher Masuo, ce n'était pas du tout sa voix... Elle pouvait reconnaître sa voix entre mille ! Et là ce n'était pas lui, elle se retourna alors brusquement faisant tomber sa tasse remplit de thé fumant sur le tapis qui absorba rapidement le contenu. Assise sur le canapé, elle regarda toute cette troupe dans sa maison.

"Mais... Mais..."

Momoko, ne savait pas quoi faire, pas quoi dire. Elle regardait tous ces hommes marcher dans sa maison armée de battes de baseball marcher dans sa maison, fermer les volets, la porte à double tour.

"Vous... Vous... Sortez de ma maison, vous n'avez pas le droit d'être ici !"

Mais alors qu'elle allait se lever pour plutôt se mettre en sécurité que de les défier, l'homme aux cheveux blancs lui attrapa les cheveux.

"AHHHHHH-HHH !

La maman poussa un long cri de surprise et de douleur avant de s'écraser sur la table du salon. Elle se laisse ensuite glisser sur le sol, se tenant la joue alors qu'elle venait de se faire gifler.

"Non... Non... Laissez-moi... Vous ne pouvez pas être ici ! Masuo ne voudrait pas qu'on fasse du mal à sa maman !"

Momoko se trainait par terre à quatre pattes essayant de prendre de la distance entre elle et ses hommes.
Journalisée

Okooko
Créature
-

Messages: 85

avatar


Voir le profil
Fiche
« Répondre #3 le: Avril 03, 2018, 05:49:43 »

Caleb regardait la femme essayer de fuir à quatre pattes alors qu’il n’y avait nul part où aller surtout qu’elle était entourer de gaillards plus musclés les un que les autres qui se faisaient à malin plaisir à boucher le moindre chemin de fuite alors qu’ils l’encerclaient :

«Voyons maman, il suffit d’un peu de négociation et on peut avoir tout ce qu’on veut. Et je te promet, tu vas crier aujourd’hui. »

Il fit signe à un de ses camarade, un roux, et ce dernier enjamba la pauvre femme pour se retrouver au dessus au dessus d’elle. Il avait une corde dans les mains et il la passa au cou de la quarantenaire en serrant assez pour qu’elle sente la pression sur sa gorge :

« T’es notre petite chienne et voici ta laisse, j’espère qu’elle est pas trop serrée. »

Il ricana en tirant sur le restant de la corde pour lui faire relever la tête. Et marche un peu dans le salon en la forçant à la suivre si elle ne voulait pas étouffer si la corde se retrouvait trop tendue :

« Elle vous plaît cette salope hein ? Eh bien qu’est-ce que vous attendez pour la baiser ? »

Le roux gloussa alors qu’un autre garçon s’approcha pour relever la robe et dévoiler les fesses de la milf et il lui décrocha une fessée puissante avant de lui arracher la culotte. Mais ce n’était pas son entrejambe qui l’intéressait et le lui montra en allant directement lui enfoncer le pouce dans l’anus :

« Oh, pour une pute t’es toute serrée. T’inquiète pas on a prévu de quoi t’élargir. »

Il tendit la main pour qu’un de ses pote lui donne une batte de baseball et il retira son pouce pour poser le bout du manche sur sa rondelle et pousse d’un coup sec pour lui enfoncer dans le cul sans aucune douceur. Ce n’était que le début mais ils lui montraient quel genre de sexe ils allaient avoir avec elle, son plaisir n’entrait pas en ligne de compte et elle allait se faire agrandir les orifices de biens des manières,

Les autres garçons avaient fait tomber le pantalon  et Caleb en premier présentait son sexe au visage de la mère de son camarade de lycée alors que deux autres se présentaient pour se faire branler :

« Occupe toi bien de nous et tu pourras peut être penser à pouvoir encore ramper à la fin de la journée à défaut de marcher. »
Journalisée
Momoko Hanna
Humain(e)
-

Messages: 10



Voir le profil
Fiche
« Répondre #4 le: Septembre 19, 2018, 06:23:21 »

Momoko voulait s'enfuir, elle essayait de se relever mais sous la panique, la femme retombait à chaque fois au sol. Un des garçons arrive juste au-dessus d'elle et passa une corde autour de son cou. La mère de famille se laissa tomber en arrière et mit voulu mettre ses doigts entre la corde et son cou pour éviter de se faire étouffer, mais c'était trop tard. Pas assez rapide...

"Ah... Argh..." Momoko poussa des petits bruits quand l'homme tira sur la corde pour lui faire relever la tête. Puis les deux marchaient dans le salon, à la vue de tout le monde. La femme baissait la tête honteuse de cette situation.

"Vous pouvez encore arrêter vous le savez... Je ne dirais rien à personne, même pas à mon propre fils. Laissez-moi..."

Les garçons n'entendaient rien du tout, il voulait simplement la baiser quoi qu'il arrive. Un autre homme arriva derrière elle pour relever sa robe. Il tira sur sa culotte pour la déchiré. Le tissu avait bien du mal à lâcher, s'enfonçant dans sa chatte l'écartant en deux...

"Hmmmmm..." Le tissu continuait de séparer ses lèvres intimes, décrasser son clito. Et d'un coup sa culotte lâcha prise, mais le tissu était toujours aussi bien enfoncé dans sa chatte. Restant très dérangeant et douloureux. Et ce n'était pas finit quand l'homme enfonça sans prévenir un de ses doigts dans le cul de la mère. Momoko se laissa tomber au sol croupe tendu dans les aires.

"Stop... STOPPP !" Momoko se mit à hurler de terreur, quand elle vit la batte de baseball passer. "Non pas... AHHHHHHH !!"

Un long cri de douleur sortie de sa bouche... Sans préparation, sans rien il venait de forcer son anus. L'écartant pour faire passer avec force le manche de la batte, la plantant dans son postérieur. Des larmes se mirent à ruisseler sur le visage de la femme. Que c'était douloureux. Le chef du groupe présenta ensuite sa queue juste devant son visage...

Momoko n'en n'avait pas envie... Non... Mais comme il venait de le dire, si elle obéissait, elle allait pouvoir ramper à la fin de la journée... Si elle refusait. La mère n'osait même pas y penser. Momoko enfourna alors la queue de l'homme dans sa bouche pour commencer à le sucer, bougeant ses lèvres sur ce long membre de chair. Puis elle attrapa les deux autres verges pour les masturber. Sa position était désagréable et dure à tenir. Elle devait essayer de ne pas basculer en avant pour pas s'empaler sur la verge qui se trouvait dans sa bouche. Et ne pas trop reculer en arrière sous peine de sentir la batte de baseball s'enfoncer dans son cul et la transpercer.

A chaque faux mouvement, Momoko poussait des gémissements soit de douleur, soit d'étranglement.
Journalisée


Tags:
Pages: [1]
  Imprimer  
 
Aller à:  

Powered by SMF 1.1.20 | SMF © 2006-2007, Simple Machines
Awake and Dreaming - Le Grand Jeu
ChatBox