banniere
 
  Nouvelles:
LGJ inaugure un système de vote et nous vous parlons de l'avenir du forum ici.

Liens utiles: Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Cacher les avatars

Le Grand Jeu - Forum RPG

Bad langage Discrimination Drugs Sex Violence Gambling

Bonjour et bienvenue.

Ce forum présente des oeuvres littéraires au caractère explicite et/ou sensible. Pour ces raisons, il s'adresse à un public averti et est déconseillé aux moins de 18 ans. En consultant ce site, vous certifiez ne pas être choqué par la nature de son contenu et vous assumez l'entière responsabilité de votre navigation.

Bonne visite ! :)

Pages: [1]
  Imprimer  
Auteur Sujet: Pas de Noël pour les enfants méchants [PV]  (Lu 183 fois)
Saetta
Terranide
-

Messages: 17


Christmas is Coming


Voir le profil
Fiche
« le: Décembre 08, 2017, 02:31:52 »

"Noëllllllllll ! Joyeux Noël !!!!"

Je chantais dans ma maison, c'était le grand jour Noël, le meilleur jour de toute l'année ! J'adorais ! Mon papa était déjà parti commencer sa tournée pour livrer les cadeaux accompagnés de la maman et des petits lutins. A plusieurs le travail va beaucoup plus vite surtout qu'il faut s'occuper de 2 mondes : Terre et Terra. Moi j'étais encore dans mon bain, ma tournée un peu spéciale allait bientôt commencer aussi.

Cette année, je n'allais pas commencer par les habitués, je me disais que j'allais déjà rendre visite à des inconnus voir s'ils voulaient de mes services et ensuite j'irais voir les personnes que je connais déjà et qui m'attend comme chaque année.

Je sortais alors de mon bain, attrapa un peignoir bien chaud. Alors que je séchais, je me dirigeais vers mon armoire pour choisir les vêtements que j'allais porter pour le grand soir. Ma penderie était remplie à raz-bord, on pouvait trouver tout et n'importe quoi. Des vêtements amples, des fourrures, des tenues de latex... Vraiment de tout. J'avais sortie quelques tenues pour les disposer sur mon lit, les observant pour voir ce que j'allais porter. Après plusieurs minutes de grandes réflexions j'avais enfin trouvé ce que j'allais mettre.

Je finis ma préparation pour ce soir rapidement je ne devais pas prendre de retard. Une fois finis je me rendis vers le portail derrière chez moi. Une dernière vérification de ma tenue... Je portais des grandes boucles d'oreilles dorées qui descendaient vers ma nuque. Je portais un petit soutien-gorge rouge avec de la fourrure blanche sur les côtés, il tenait avec un énorme nœud rouge. Pour le bas j'avais une petite jupe assortie au haut, elle m'arrivait à mi-cuisse. Et pour finir un porte jarretelle blanche avec des chaussures hauts talons vernies rouges. J'avais quelques décorations dorées dans mes cheveux, comme des barrettes et des petits noeuds. Des bracelets dorés faisaient du bruit autour de mes poignets. Et pour finir, ma petite clochette dorée autour de mon cou que je ne quittais jamais.

Je m'approchais alors du portail pour passer à travers, je me déplaçais comme ça quand je souhaitais aller dans un endroit que je ne connaissais pas. C'était random, la magie ! Après quelques secondes à tourner dans tous les sens dans un espèces de vortex, je fus crachée dans un lieu assez sombre. Je sentais de nombreuses présences aux alentours. J'avançais doucement dans un long tunnel, il n'y avait pas grand-chose... En faite il n’y avait rien du tout. J'arrivais alors devant une énorme porte, j'appuyais mes mains dessus pour la pousser, c'était super lourd... Qui pouvait bien habiter ici, quelqu'un qui voulait se faire les muscles en tout cas. Avec du mal la porte s'ouvrit assez pour que je puisse passer, j'arrivais derrière un immense trône ou je pouvais voir quelqu'un assit dessus. La porte se referma alors toute seule une fois l'avoir lâché.

"JOYEUX NOËL ! VOICI LES CADEAUX !"

Ouais, ouais... C'était une approche quelque peu étrange, crier comme ça dans un lieu inconnu, derrière un inconnu qui ne devait peut-être pas s'attendre à sa présence à moins qu'il l'ai ressentie.

Je m'approchais derrière le trône, toute souriante, joyeuse quand une horrible odeur arriva à mon nez. C'était l'odeur des enfants pas sages. Mais cette odeur était largement plus prononcée que celle que j'avais pu sentir jusqu'à présent. Mon cadeau de Noël était seulement réservé pour les gentils enfants, quelqu'un d'aussi méchant n'y avait pas le droit.

"Je suis désolé ! Mais je vais devoir partir finalement, pas de Noël pour les enfants méchants !"

Rien de plus, j'expliquais la raison de mon départ, c'était rapide. Je me dirigeais de nouveau vers cette énorme porte me tenant à la poignée pour l'ouvrir toujours aussi dure.

"Si vous pouvez venir m'aider..."

Mes bras de crevette avaient bien du mal et je pense qu'avec l'aide de cet inconnu ça irait beaucoup plus vite.
Journalisée
Stephen Connor
Poupaw de son fichtonw
Administrateur
-
*****
Messages: 2679



Voir le profil
Fiche
Description
Colosse d'un mètre et quatre-vingt quinze centimètres, de près de cent cinquante kilos, aux yeux rouges et à la peau cuivrée. 

Champion de Lucifer, Grand Duc du plan Infernal. A la tête de cent Légions de démons.

Prétendant au trône d'Ashnard, sur le point de réaliser un coup d'état.

PS : Préfère les gros culs D:
« Répondre #1 le: Décembre 08, 2017, 11:28:48 »

A défaut de vidéoconférences, Helel tenait des assemblées dans la pièce la plus sécurisée de son Palais, communiquant via magie avec d’autres Nobles Infernaux. Sa pièce, dédiée à ce genre de conversations, était sobrement décorée, seul le trône du beau diable faisant office de note extravagante. De la fumée s’élevait du sol, formant une table et des chaises.

Puis, des formes s’animaient sur les chaises ternes, se colorant jusqu’à devenir des volutes précises, qui représentaient des êtres éthérés, faisant office d’avatars dans cette conférence. Le beau diable venait de finir une importante réunion, et s’apprêtait à aller prendre un peu de bon temps auprès de ses concubines, pour se relaxer, pour se détendre.

Ce fut au moment où il allait quitter son trône, qu’un bruit de porte se fit entendre. Il tourna rapidement la tête vers l’origine de ce son, éberlué à la vue d’une jeune femme vêtue comme un genre de… Mère Noël perverse ? C’était la période de l’année sur Terre, mais il restait particulièrement perplexe, quoi que la surprise lui coupe plutôt le fil de la réflexion.

« Pardon ? » Murmura-t-il, incapable de contenir sa surprise. Elle ne sentait pas la succube. Pire encore, il ne savait même pas à quoi comparer son odeur. Etait-ce un piège ? Comment avait-elle put se rendre dans l’endroit le plus lourdement gardé par la magie du démon ? Et voilà que, sans même réaliser l’impossibilité de son intrusion, Saetta s’apprêtait à partir. « Non. »

Helel avait vite repris ses esprits. Pour plus de raisons qu’il n’avait le courage d’expliquer, il ne comptait pas laisser la petite biche s’en aller. Avec force et maintient, il lui saisit une corne, l’éloignant de la porte, qui était décidemment plus difficile à tirer qu’à pousser. Il ajusta la jeune femme de sorte à ce qu’elle se retrouve en face de lui, à moins d’un mètre de distance.

Sa main ne quitta pas la corne, la maintenant fermement comme une menace silencieuse. Le regard du démon avait perdu toute trace de surprise, habité seulement par une once de curiosité et une avalanche de colère. De sa paluche libre, il vint gifler l’adorable visage de Saetta. Il n’y avait pas trop de violence dans ce geste, plus une volonté de la maîtriser, qu’elle comprenne une chose : elle ne s’enfuirait pas.

« Mhhh, joli cadeau. L’emballage ne laisse pas beaucoup de place à la surprise, cependant. » S’amusa-t-il en attrapant un sein à travers le sous-vêtement, le malaxant avec habileté et puissance. Il agrippa le tissu fin où il devina un mamelon gourmand, et se mit à pincer puis tirer, se léchant les lèvres. « Petite biche, il est très impoli de promettre un cadeau et de revenir sur sa décision. »

A ces mots, il délaissa le corps de Saetta pour venir saisir son autre corne, l’agrippant des deux extrémités comme un guidon, et la guidant avec fermeté au sol, sur ses genoux. Pas possible de croire qu’avec une tenue pareille, la petite biche était autre chose qu’une véritable salope. Les cadeaux importaient peu au démon, il voulait se faire laver la queue par cette petite salope, que ce soit son présent ou pas.

Il lui cracha au visage, une fois, puis deux. La manipulant sans difficulté, il lui faisait glisser le visage de droite à gauche puis de gauche à droite sur le cuir de son pantalon, au niveau de son entrejambe. Elle ne voulait pas de « mauvais garçon » ? Elle allait être servie. Un dernier crachat à la gueule, avant que le beau diable ne se décide à reprendre les moqueries, hautain et sadique.

« Tu crois que tu es une bonne fille ? Alors prouve-le. Sois sage et fais ton travail. » Dit-il alors que son gros sucre d’orge grossissait dans son boxer moulant. « Autrement, je sais punir les vilaines petites pétasses. C’est mon travail, à vrai dire. » Dit-il en étouffant Saetta contre son pantalon.
Journalisée

Saetta
Terranide
-

Messages: 17


Christmas is Coming


Voir le profil
Fiche
« Répondre #2 le: Avril 02, 2018, 09:20:19 »

"Si si je dois partir..."

Alors que j'essayais de pousser cette porte qui se trouvait devant moi, l'homme s'empressa de me tirer par une de mes cornes pour m'éloigner de la porte de sortie et me poster devant lui. Sans pour autant me lâcher.

"Arrête ça toute suite..."

Malgré cela j'essayais de tirer pour me libérer. Mais, comment dire... Tirer alors qu'il me tenait par une de mes cornes qui se trouvait sur ma tête cela était quand même assez douloureux. En plus de ça l'homme me colla une petite gifle sur le visage voulant me calmer et me dire que je ne pourrais pas m'échapper. Comment dire ce n'était pas une des meilleures solutions. Je poussais un petit couinement quand même, ne m'attendant pas à cela. Vraiment, c'était un enfant méchant qui ne méritait rien pendant les fêtes de Noël.

Je posais mes mains sur la lourde poigne de l'inconnu, essayant de défaire son emprise de ma tête. Alors qu'il en profitait pour venir toucher ma poitrine.

"Tu n'as pas le droit !  Si tu étais plus gentil tu aurais eu le droit à ton cadeau là... C'est... Non !!"

L'homme n'hésitait pas à venir tirer mon téton, le pinçant aussi.

"Arrête !!"


Je pensais avoir réussi à la convaincre quand il arrêta de me toucher les seins. C'était évidemment pas le cas, car il attrapa mon autre corne pour me guider vers le sol. Vu ma taille par rapport à la sienne, la différence de force était sûr. Je résistais un peu avant de me retrouver les deux genoux à terre devant lui, alors que je poussais des gémissements alors que je tentais de résister.

Je me pris des crachas au visage... Quel manque de politesse, de charisme. C'était juste un homme qui ne savait pas retenir ses pulsions devant une aussi belle femme que j'étais. Il me planqua la tête contre son entrejambe, me frottant contre.

"Mais... Arrête..."

A chaque fois que je pouvais parler, que ma bouche n’était pas plaquée contre le cuir, je criais pour lui demander d'arrêter. Mais, il en avait pas envie. Non il me dit que je devais faire mon travail comme une bonne fille, sinon j'allais être puni. Non le rôle de la fille du Père Noël était clair, je devais offrir mes services qu’aux personnes qui le méritait. Et de base cet inconnu n'avait pas le droit à mes faveurs et encore moi maintenant en me maltraitant ainsi.

Quand je pus de nouveau respirer, que ma bouche fut libre, je repris la parole, toujours en criant mon mécontentement.

"Je ne ferais pas mon travail avec toi ! Tu ne le mérite pas !"

J'aurais pu l'insulter comme il venait de le faire avec moi, mais ce n'était pas dans mes habitudes de le faire. Et surtout ce n'était pas des mots qui devait sortir de ma bouche, voilà une des leçons qu'on apprend au Pôle Nord ! Une autre leçon était de pas frapper, pourtant je donnais des coups de poing sur les genoux de mon bourreau, frappant de toutes mes forces. C'est à dire -10 de force... D'une main je visais les genoux, de l'autre les mains c'était ces mains qui retenait mes cornes.

"Tu m'y as forcé... C'est très méchant, mais je n'ai pas le choix..."

Le point sensible de tout homme... L'entre-jambe. J'abattis ma main sur son entre-jambe. Est-ce que je vais de m'offrir ma porte de sortie ? Ou simplement les portes de l'Enfer ? J'allais bien sur le deviner très rapidement...
Journalisée

Tags:
Pages: [1]
  Imprimer  
 
Aller à:  

Powered by SMF 1.1.20 | SMF © 2006-2007, Simple Machines
Awake and Dreaming - Le Grand Jeu
ChatBox