banniere
 
  Nouvelles:
Une nouvelle édition de la Gazette LGJ est disponible !

Vous pouvez y accéder ici.



De nouvelles lois européennes rentrent en vigueur, informez vous ICI.

Liens utiles: Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Cacher les avatars

Le Grand Jeu - Forum RPG

Bad langage Discrimination Drugs Sex Violence Gambling

Bonjour et bienvenue.

Ce forum présente des oeuvres littéraires au caractère explicite et/ou sensible. Pour ces raisons, il s'adresse à un public averti et est déconseillé aux moins de 18 ans. En consultant ce site, vous certifiez ne pas être choqué par la nature de son contenu et vous assumez l'entière responsabilité de votre navigation.

Bonne visite ! :)

Pages: [1] 2
  Imprimer  
Auteur Sujet: Une course réelle, mais avant il faut apprendre. (PV Veronika McRaven)  (Lu 518 fois)
Clarence/Saijiro Unazuki
Humain(e)
-

Messages: 108



Voir le profil
FicheChalant
« le: Décembre 07, 2017, 11:42:34 »

Cela faisait un mois qu'un satané portail l'avait ramené sur Terre alors qu'il allait toucher au but pour retrouver sa mère. Les dieux avaient été contre lui sur ce coup là. Son retour se passa les deux première semaines à l’hôpital. Carences multiples, état de fatigue avancé,  légère désorientation spatiale et temporelle. Son irritabilité fus mit sur le compte de son échec et son état de santé. Durant et après son séjour Clarence dû faire face aux conséquences de sa transformation. Il lui avait fallu du temps pour remonter en selle et reprendre ses recherches pour sauver sa famille. La cadette Unazuki n'hésita pas à trainer dans les bas-fonds de la ville.

Le temps passa, de nombreuses choses se déroulèrent sur cette triste Terre, mais une réponse fini par arriver. Une rumeur sur quelque chose sur Terra, une sorte de course, l'Anonyme de M7 lui confirma certaines choses et lui conseilla un contact.
Son séjour sur Terre aura durée  au total un mois et dix-sept jours, mais lui aura permit de se préparer bien mieux. Clarence avait des rations et des vitamines pour ne pas trop souffrir d'un séjour prolongé. Pour se défendre un couteau de chasse, un tazer et un arc avec une vingtaines de flèches modernes, le tous obtenus discrètement. Le portail fut franchit, objectif: trouver la personne mentionné par son indic.




Présent
(Deux semaines après arrivée sur Terra)

Clarence arrivait enfin au bout de sa piste. Il faut dire que la miss ayant pour nom Veronika était assez connue, ce qui simplifiait grandement les recherches.
De son attirail il manquait beaucoup de choses. Son couteau et le tazer étaient toujours dans leurs étuis, son arc dans le dos mais inutile sans flèches et un quart des rations avaient été consommés.
Ses vêtements avaient légèrement été abimés et pleins de poussières, mais Clarence n'en avait pas achetés d'autres pour conserver un peu d'or.

L'humaine entra dans un bar où elle aurait peut-être des infos sur la personne qu'elle recherchait. Son apparence et sa question fit rire certains, mais un grand gaillard lui indiqua que Veronika se trouvait de l'autre côté de la ville actuellement, ce dernier eu droit à une pièce d'argent.


Clarence se dépêcha d'aller dans la direction indiquée et fini par tomber sur une personne qui correspondait à la description qui lui avait été faites. Voir une personne avec des membres cybernétiques en film était une chose, le voir en vrai cela fit quand même un petit choc à Clarence qui se reprit très vite de peur qu'elle ne parte.


-Excusez-moi, vous êtes mademoiselle Veronika ?

Si s'était bien la personne qu'elle recherchait alors c'était un bon début, bien que ses propres informations sur les courses étaient limitées, juste que s'était du réel et que cela comportait une part de risque, cependant l'argent et la renommée suffirait à lui déverrouiller des portes pour le moment closes et donc aider sa famille. Mais Clarence était bien loin de savoir dans quoi elle s’apprêtait à s'engager.
Journalisée
Veronika McRaven
Créature
-

Messages: 142


Chasseuse de prime.


Voir le profil WWW
FicheChalant
Description
J'ai une queue de chat qu'on ne voit pas.
« Répondre #1 le: Décembre 08, 2017, 11:33:17 »

S'éloigner de Tekhos était un bon plan pour le moment, même si elle adorait la ville, et la vie là bas, elle avait besoin de décompresser un peu. Après quelques mésaventures sur ses boulots de vol et infiltration, son choix se porta donc sur du repos digne de ce nom. Dès lors les contrées du chaos semblaient une bonne opportunité, c'était en grande partie vide, des landes dévastées remplies de plante sauvage dangereuse, des terres sauvages encore pires... Une dictature indigne qui pensait dominer le monde... Oui rien de tout ceci n'était resplendissant, ni rassurant, tout ou presque dans ce coin de Terra était dangereux. Que ce soir les habitant, la faune et la flore, ou encore les machines oubliées. Ça et toutes les carcasses de motos, voiture, avions et autres véhicules crashés par ici. Cet endroit est souvent comparé aux enfers terrestres, mais pourtant il en est très loin. Il fait plutôt bon vivre quand on évite les dangers, qu'on ne provoque pas de catastrophe et surtout... quand on se fait tout petit !

C'était le cas de Vérronika, petite, discrète, tout en faisant en sorte d'être joignable facilement. Elle était dans l'une des bidons vils qui survivaient dans cet endroit. Elle avait une chambre dans une espèce d'hôtel miteux, coupé de tout, sans connexion réseau haut débit. Faut pas rêver, ici on est loin de tout ! Mais surtout loin de la capitale de la technologie en fait ! Bref, encore une fois elle était au bar, payant en crédit numérique ces consommations. Car oui ici, personne ne payait plus en pièce, ou alors en pièce détachées... Le troc prévalait, mais on acceptait bien les crédits aussi, Clarence devait se souvenir de la tête du gars à qui elle avait filé une pièce d'argent, il avait fait de gros yeux... Mais bref, Vero siphonnait un étrange cylindre argenté avec un liquide fumant. Une personne était entrée dans la salle du bar, passant la double porte-façon Far West.

Se retournant alors sur le tabouret, Vero l'observe en silence, une humaine à priori, et pourtant quelque chose clochait. Impossible de savoir quoi tout de suite. Enfin des choses étaient évidentes, cette personne semblait avoir traversé un bon bout de désert vu sa tenue, une partie des terres désolées et puis voilà... Elle était ici, dans un état pas joli à voir. Mais bon, elle répondit simplement d'un hochement de tête. Puis elle tapote le tabouret d'à côté face au bar. Des tabourets hauts donnant sur un bar amateur construit de bric et de broc. Cela fait, le serveur demanda la commande de la jeune femme, tendis que Vero elle se tourne un peu vers elle son étrange peint en main gauche.

- Et vous ? Qu'est-ce qui vous envoie traverser le monde pour me trouver ?

Demande-t-elle laissant voir que sous ce manteau très long, se trouve un joli corps féminin, portant une tenue moulante en tissus synthétiques épais. Son petit short collait presque au corps, son haut lui était un petit soutif dévoilant une poitrine moyenne. Pour le reste on pouvait noter des oreilles de chat, en plus de celle d'humaine, mais également une queue de chat qui remontait de l'arrière de son bassin à ses cuisses. Elle pouvait aussi voir à chaque cuisse un holster avec une arme chacun. Pistolet lourd, tazzer, elle avait aussi des couteaux de combat à la ceinture. Et dans le poids de son manteau, on pouvait sentir des armes cachées. Normal pour une chasseuse de prime connue principalement pour cette activité de nos jours. Mais elle était aussi une coureuse, d'ailleurs à côté du bar se trouvait sa moto de course...
Journalisée

Clarence/Saijiro Unazuki
Humain(e)
-

Messages: 108



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #2 le: Décembre 09, 2017, 03:54:39 »

Clarence aurait crû à une mauvaise blague si les informations détenus ne pouvaient pas l'identité de la femme au bar. Il était rare de voir des personnes aussi peu vêtue sur Terra et elle-même portait des vêtements qui couvraient beaucoup. Une veste à manche longue mais fine de couleur bleu-cyan foncé (voir avatar), cachant une chemise de coton bleu foncé et visible là où des griffes avaient taillées le tissus, une sorte de jupe bleu foncé abimées et des bottes de randonnées déjà usées par endroits.

La jeune femme répondit à l'invitation en prenant place à l'endroit désignée, avec quelques difficulté vu sa petite taille et son manque d'expérience avec ce type de chaise. En commande elle demanda un verre moitié alcool, moitié eau, ayant déjà eu l'expérience de l'eau parfois malsaine pour l'organisme d'un terrien. L'alcool se chargerait de nettoyer certains microbes. Ce n'était plus le japon avec sa limite d'âge pour consommer, bien que sa petite taille pourrait lui jouer encore es tours. C'était maintenant que le plus dure était à faire, d'une part pour ne pas parler au masculin et aussi parce qu'une négociation allait commencer avec une personne qui avait sans doute nettement. Déjà elle garda un léger sourire malgré son corps qui lui faisait à présent payer la longue marche et les accrochages avec la faune locale, c'était essentiel dans les négociations de ce qu'elle avait apprit. 

-Je m'appelle Clarence Unazuki et vais être directe. J'ai besoin d'une instructrice pour m'apprendre ce qu'il faut savoir sur un type de course réputée dangereuse sur moto. Je souhaiterais négocier donc une sorte de contrat d'apprentissage pour pouvoir participer à au moins l'une d'elles. Votre nom m'a été indiqué car vous seriez une excellente concurrente et donc disposez des connaissances que je recherche.

Clarence avait donné le minimum d'information à savoir son but et la raison de cette rencontre, il n'était pas encore temps, selon elle, de parler des moyens de payement. En bourse elle avait réussie à réunir 109 pièces d'or en vendant des objets terriens et d'autres obtenus par échanges. L'humaine n'avait pas encore remarqué que ces pièces ne valaient rien ici, trop obnubilée par son envie de réussite.

Elle n'avait pas chercher à mentir, cela ne servirait à rien si l'étrange femme avait l'expérience nécessaire pour desceller le mensonge. Inutile de se tirer une balle  dans le pieds par un excès de prudence. Clarence espérait que la dénommée Veronika soit ouverte à cette proposition même si un refus ne ferais pas démordre l'humaine bien décidée à profiter de son enseignement coûte que coûte.
Journalisée
Veronika McRaven
Créature
-

Messages: 142


Chasseuse de prime.


Voir le profil WWW
FicheChalant
Description
J'ai une queue de chat qu'on ne voit pas.
« Répondre #3 le: Décembre 12, 2017, 02:31:16 »

Pour sur Vero ne craignait pas trop le froid, la faute à ses membres artificiels pour la plupart, et une partie de ses organes changés aux aussi par des machines. Mais bon, elle continua de boire tout en observant la petite humaine galérer comme pas deux à se mettre en place sur le tabouret du bar. Oui elle était petite, mais était-ce si difficile que cela de monter ? Véro sembla un poil circonspecte à cette vue, et préféra donc ne rien dire. Enfin la petite dame se mit à parler se présentant, puis allant droit au but, une très bonne chose dans ce monde dur et exigeant qu'était terra. En gros la petite voulait apprendre à conduire pour participer à une course mortelle et dangereuse qui avait déjà couté des membres à Véro ? Cela rappelait bien des souvenirs à Véronika, l'ancienne pilote et même championne dans certaines régions. Donc bon, oui c'était une chose qu'elle pouvait faire, elle savait qu'une course aurait lieu dans quelques mois, ce qui laissait largement le temps pour s'entrainer. Et d'ici la grande course, il y aura des petites courses régionales sur le territoire de Tekhos.

- Ça peut s'arranger en effet, j'imagine que tu as des crédits pour payer ta formation, et une moto d'entrainement ?

Oui, deux choses importantes, une moto que l'on peut abimer lors des entrainements, et des crédits pour payer sa professeure ! C'était la base ! Véro termina son verre, avant de se retourner face à sa future apprentie en croisant les jales l'une sur l'autre, sa veste ouverte laissant voir beaucoup de chairs. Mais elle n'en semblait pas gênée, après tout provoquée était sa nature, et puis... Il y avait sa queue de chatte qui bougeait lentement dans son dos, pendant sous le tabouret et s'agitant lentement se roulant parfois sur elle-même avant de revenir normale.

- Mais il va aussi falloir me dire la vérité, car quelque chose me perturbe dans votre allure, je n'arrive pas à savoir quoi, mais tant que je ne le saurais pas... Je n'arriverais pas à me le retirer de l'esprit.
Journalisée

Clarence/Saijiro Unazuki
Humain(e)
-

Messages: 108



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #4 le: Décembre 12, 2017, 09:38:18 »

La neko répondit favorablement, mais avec des conditions. Déjà il y avait un problème, ça commençait bien, mais l'humaine ne perdit pas son sourire. Celui-ci devait être conservé à moins d'être dos au mur. Clarence posait la bourse sur le comptoir, bien à la vue de celle qui serait peut-être son enseignante qui avait prit une pose qui fit un peu prendre ses moyens à Unazuki. Il ne fallait pas oublier que sa façon de penser était toujours celle d'un homme, mais c'était les négociation avaient déjà commencés.

La perspicacité de Veronika fut rapidement un problème, elle avait sans doute deviné que on apparence n'était pas celle avec laquelle la jeune fille avait vécu. Cela lui fit pousser un soupire, même avec ses efforts il y avait toujours quelqu'un pour lui notifier une légère discordance dans sa façon 'être par rapport à son corps. Mais il était temps de répondre à tout cela.

-Pour les fonds je dispose de 109 pièces d'or, j'ignore si cela sera suffisant et dans le cas contraire je peux entendre des propositions de votre part. Le problème principale que je vois est la moto car là d'où je viens je suis trop jeune pour conduire même ce genre d'engins ou recevoir une formation à la conduite. Quand à ce qui peux vous déranger...


Bien que partit pour tout donner d'une traite il eu un temps d'arrêt. Ce n'était pas aussi facile à dire que ce que Clarence avait imaginé, mais cela devait être dis. Ce n'était pas les habits de toute évidence, vu la tenue de Veronika.

-J'ai été dupé par une entité qui m'a refourgué ce corps car je suis un homme à la base, cela est assez récent. Loin l'idée de vouloir mentir, mais certaines femmes sont particulièrement hostiles envers les hommes et je doute que ce genre d'excuse compte. Comprenez bien que je dois tout faire pour concourir et si je dois subir une hostilité de votre part à cause de ce point alors je la subirait.


L'humaine avait parlé avec franchise et si l'histoire pouvait en faire sourire certains lui cela ne le faisait pas marrer. Cependant cette épreuve lui avait appris beaucoup de choses et Clarence affichait une réelle détermination à être formée pour la course. L'humaine osa regarder son interlocutrice dans les yeux, quitte à s'exposer à un malentendu car sur Terre il y avait des cultures où faire cela était prit négativement.
« Dernière édition: Décembre 13, 2017, 06:26:51 par Clarence/Saijiro Unazuki » Journalisée
Veronika McRaven
Créature
-

Messages: 142


Chasseuse de prime.


Voir le profil WWW
FicheChalant
Description
J'ai une queue de chat qu'on ne voit pas.
« Répondre #5 le: Décembre 13, 2017, 08:48:12 »

Vero ne s'attendait pas à ce genre de réponse, de l'or ? Pour elle qui ne payait qu'en crédit l'or était une sorte de métal doré de grande valeur, mais pas... pour payer à Tekhos, et même ici on prenait les crédits. La cliente pouvait recevoir d'autre proposition, mais en attendant Vero sortit son téléphone portable comme pour vérifier une petite chose. En fait, elle vérifiait la cour de l'or, car ce genre de pièce a surement plus de valeur que la jeune fille ne le pense. Enfin elle entendit la révélation qui expliquait désormais la démarche masculine de la jeune femme, car oui, à part cela rien ne semblait anormal. Hochant finalement la tête elle répond :

- Bon, je vais prendre tes pièces, ça ne couvrira pas les frais d'une moto, mais pour ça... en tant que femme il y a pleins de moyens faciles de s'enrichir par ici.

Elle sourit un peu, homme ou femme, il avait un corps de femme et donc autant en user ! Et autant être claire aussi, à quoi bon le cacher, par ici le sexe est une monnaie comme une autre ? Bref, Vero finissait sa boisson, laissa le verre vide et puis répondit à Clarence.

- Bon, pour la moto, on va employer une des miennes pour t'entrainer, ma vielle moto de sport est assez proche des modèles que tu connais. Ensuite on ira vers un modèle plus... moderne.

Elle lui fit signe de la main de suivre, et sauta hors du tabouret avant de marcher vers la sortie disant au barman de mettre sur sa carte. Sa veste était fendue en deux à l'arrière pour laisser entrevoir sa queue passer de temps en temps quand elle marchait. Arrivée dehors elle va à côté du bar, puis sans télécommande fait démarrer une moto qui semblait se cacher dans les ombres depuis le début.

- Voilà Sleipnir, ma moto civile, monte avec moi, on va allez chez un vendeur de motos que je connais, et prépare toi mentalement, comme dit, faute d'avoir assez de crédits, tu paieras le reste en nature, mais il est sympa... Et au fait, ton or, ça vaut cent fois sa valeur en crédits, donc t'as dix mille neuf cents crédits déjà, mais pour une moto... faut compter dix à vingt milles pour débuter je dirais, sans les accessoires de courses...

Véro prit place sur sa moto, et semblait l'attendre.
Journalisée

Clarence/Saijiro Unazuki
Humain(e)
-

Messages: 108



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #6 le: Décembre 15, 2017, 10:43:13 »

L'apparition de l'appareil entre les mains de Veronika fut rassurant, il y avait donc bien de la technologie qui lui était connue dans ce monde qui avait été perçu comme trop différent du sien.
L'évocation d'un avantage d'être une femme ne fit pas vraiment plaisir à Saijiro, mais parce que mentalement ce corps était perçu comme étranger et plus comme un fardeau qu'autre chose. Cependant il était vrai qu'une femme pouvait obtenir bien plus d'opportunités, si elle n'était pas trop regardante sur des principes et qu'elle était prête pour les conséquences, cela ne pouvait malheureusement pas être nié. Clarence n'était pas stupide et avait aussi songé à payer en nature en couchant avec autrui, bien que cette option ne l'enchantait pas du tout.

Lorsque la neko vida son verre Clarence entreprit d'accélérer l’absorption du sien. L'alcool n'était pas agréable à boire, même dilué, cependant la prudence lui avait fait commander le mélange. Descendre du tabouret fut très aisé, même si la jeune humaine eu un léger vacillement car encore trop peu habitué à son nouveau centre de gravité.

Clarence ne put s'empêcher de se montrer curieuse quand l'engin se mit en marche et arriva comme guidée par une IA. Le look faisait un peu futuriste et elle nota le mot civile, il devait avoir des modèles non-civiles donc potentiellement armées. Elle ne connaissait pas encore Tekhos. Le fait de se voir rappeler qu'elle devrait comblé le manque de crédit lui tira un soupire, mais cela ne fut pas suffisant pour abattre sa détermination.

-Je pourrais me préparer autant que je veux, je n'ai pas d'expérience avec les autres mecs et rien avec ce corps, cependant je ferais ce qu'il faut. En tout cas enchanté Sleipnir.

L'humaine posa une main affectueuse sur la machine qui lui rappelait Paimon, raison pour laquelle elle avait salué la machine. Puis elle s'installa comme demandé, entourant doucement Veronika à la taille comme il avait vu en ville, et en profita pour poser deux questions.

-Les crédits sont convertibles en devise terranes et les courses sont réputées dangereuses, est-ce là-bas que vous avez été blessée ? Pardon si ma dernière question est indiscrète, mais plus j'en sais mieux je pourrais me préparer.


L'information sur le valeur de l'or ne lui avait pas échappé et l'argent était le nerf de la guerre, surtout pour obtenir des informations, des mercenaires et tout ce qui pourrait être nécessaire au sauvetage de sa famille.
Si Veronika confirmait alors cela voudra dire qu'il lui faudra se préparer du mieux possible à y laisser des morceaux pour gagner. Cela lui fera évidement peur, cependant la peur qu'il soit trop tard ou de les voir brisées était pire à ses yeux. Clarence était encore loin de la réalité.
Journalisée
Veronika McRaven
Créature
-

Messages: 142


Chasseuse de prime.


Voir le profil WWW
FicheChalant
Description
J'ai une queue de chat qu'on ne voit pas.
« Répondre #7 le: Décembre 16, 2017, 03:45:42 »

Hommes, à Tekhos ? Oh oui il y en avait, mais ils étaient plutôt... soumis, écrasés, usé comme sex-toys par les femmes. Il était donc étonnant d'entendre une femme parler d'expérience avec un homme dans cette ville. Enfin, après tout cette Clarence prétendait être un homme, et son comportement expliquait en effet deux trois choses, sa démarche, son mal aise. Vero continue donc de piloter sa moto, l'engin n'avait rien de magique ni de mystérieux, c'était une moto avec un GPS et assez de puces dedans pour suivre le signal de sa porteuse. Tout en répondant, penchée sur sa moto, elle conduisait, roulant à vitesse réduite se doutant que sa passagère n'avait pas autant d'audition qu'elle.

- Hmm, disons que je préfère ne pas trop en parler, mais ce n'était pas des accidents de courses, et pour mes bras ce n'est en rien dû à un accident.

Elle n'aimait pas trop se rappeler de cela, finir les bras pressés dans une presse hydraulique et les sentir broyer millimètre par millimètre n'était en rien de bon souvenir. D'ailleurs ce n'était pas mieux pour les jambes, coincées dans une porte blindée qui les broya sous son poids en descendant durant une mission... Brève, longue histoire qu'elle préféra donc éluder pour éviter des souvenirs douloureux.

- Et ce n'est pas que mes jambes, la plupart de mes muscles et organes sont artificiels, mais bon ça ne remonte à... aucune idée, longtemps, je pense.

C'est vrai, elle ne se souvenait plus des dates, son corps dans cet état pourrait bien vivre des siècles, elle ne le verrait probablement pas passer. Elle faisait vingt ans, mais il était évident qu'elle en avait bien plus que ça, sa carrière dans les courses avait déjà une dizaine d'années. Et ses missions contre les corporations, au moins trente ans qu'elle en fait...

- Bref, il y a quand même un risque de perdre des membres, j'ai déjà perdu une partie de mes membres actuels durant des courses. Ou dans des crashs, les courses se font armée, mais les armes à projectile perforant sont interdite, de même il est interdit de tirer directement sur un conçurent, il faut viser la machine.

Elle accéléra alors entrant dans le no man's land. Direction la capitale Tekhos qu'on apercevait au loin comme une tache sombre et lumineuse dans le crépuscule qui s'offrait à elles. La route allait être longue, elle comptait la faire d'une traite :

- Si tu t'endors assure-toi d'être accrochée, je vais rouler toute la nuit, n'aie crainte, je vois dans le noir.

Elle sourit un peu, éteignit les phares pour ne pas attirer tout le bestiaire du coin, quitta le macadam à priori sûr de la route, puis continua de rouler à travers le sable, le gravier, la poussière aride.

- Et pour ton information à Thekos les hommes n'ont comme place que celle que laisse les femmes, donc si tu te prostitues, la plus des clients seront des femmes. Puis les hommes, ça paie moins bien aussi du coup... Ça n'en vaut pas vraiment la peine, sauf si t'es en manque de queue.

Elle disait cela en référence à elle-même, son côté chat et ses chaleurs de temps en temps... Enfin, beaucoup moins ces dernières années avec tout le côté machinent de son corps. Il y avait plein de choses à penser pour la route, si Veronika pouvait perdre ses membres actuels, nul doute que Clarence pourrait encore plus facilement en perdre. Mais d'un autre côté, elle sera entrainée par une championne dans ce domaine.

- J'ai une planque sur le chemin, on s'y stoppera vers 1h10 du matin, il y aura de la bouffe et des armes, et j'ai un petit garage avec surement une vielle moto de sport.
Journalisée

Clarence/Saijiro Unazuki
Humain(e)
-

Messages: 108



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #8 le: Décembre 17, 2017, 03:42:58 »

Clarence avait noté qu'il y avait eu une maladresse de sa propre part et nota qu’il ne faudrait pas trop chercher à connaitre son passé. Si la miss avait eu ses membres autrement que lors des courses c'était soit qu'elle avait été particulièrement malchanceuse, soit qu'elle était mêlée à des affaire pas très net. Prudence était mère de sureté comme on disait à l'étranger.
L'humaine nota les points sur la course et, sans doute à cause de sa vulnérabilité en temps que terrienne, imagina déjà une dizaine de cas de figure menant à la mort indirectement. Les projectiles perforants étant bannis cela ne voulait pas ire que le reste était moins dangereux. Sur M7 un joueur nommé Woodpecker utilisait un mini canon magnétique, nommé aussi canon gauss, projetant des gros dés de métal classé en arme contondante projetée. Si cela ne pouvait pas perforer il y avait l'impact qui, lui, était suffisant pour projeter la moto hors de la route, si uniquement la moto était visé.

Clarence faisait attention à ce que Veronika disait sur Tekhos, mieux valait être une femme en effet. Quand à coucher avec des hommes cela ne serait que si cela est nécessaire. Homme elle avait été hétéro et comptait bien continuer à n'avoir que des compagnes, cependant elle savait qu'elle devra faire des concessions pour arriver à son objectif et après espérer reprendre une vie la plus normale possible. Elle se préparait à bien des choses. Si elle venait à perdre un membre que devra t-elle faire pour en obtenir un autre et pourra t-elle toujours travailler avec une prothèse ? Si elle n'arrivait pas à un niveau suffisant que pourra t-elle faire ?

Le doute sur ses capacités resta caché, Clarence se contentait de se étendre physiquement alors que la nuit l'empêchait de voir. Le bruit du moteur, les vibrations, le vent. Tout cela la fit dormir à moitié sans qu'elle ne s'en rende compte, après tout elle avait accumulée beaucoup de fatigue dans ça quête qui semblait impossible. Elle avait prit la précaution de mieux s'accrocher, si bien que la conductrice pouvait continuer sans risque.

Ce ne fut que lorsque Veronika interpella Unazuki qu'elle se réveillé de son semi état de torpeur, qui ne lui avait pas épargné une réflexion sur tout ce qu'elle faisait pour retrouver ses proches.
Journalisée
Veronika McRaven
Créature
-

Messages: 142


Chasseuse de prime.


Voir le profil WWW
FicheChalant
Description
J'ai une queue de chat qu'on ne voit pas.
« Répondre #9 le: Décembre 19, 2017, 11:54:00 »

Arrivée à la planque, à l'heure prévue, elle se stoppa réveillant sur le coup sa passagère. Elle lui sourit un peu puis la l'invite à la suivre. Elle avait garé la moto entre des rochers, et continua vers une porte à flanc de falaise. L'entrée de ce qui devait être une ancienne mine, aujourd'hui c'était un lieu abandonné. Elle y pénétra donc doucement, alluma les lumières électriques et puis arriva à une autre porte. Tout cela n'était qu'une façade, la nouvelle porte était l'entrée d'un abri antiatomique venu d'un temps oublié. Elle fit un code sur la porte et rentra, il faisait bien plus chaud dans l'abri en tout cas ! Elle alla donc vers la petite chambre de son abri, déposa sa veste et revint dans la pièce principale, ici juste trois petites pièces, enfin quatre avec la réserve creusée dans un mur. Une douche, fonctionnelle, un salon et pour finir une chambre. Le strict minimum, elle laissa le lit à son invitée pour le moment, et alla sur le canapé pour se reposer quelques heures.

Ce n'est qu'aux aurores qu'elle s'éveilla, cligna des yeux et puis alla se faire un café, et une fois vidé elle alla voir sa compagne. Pour la réveiller aussi, il était temps de se préparer. Elle partit ensuite dans la planque, ramassa des crédits qui trainaient, et fit quelques comptes.

- OK, j'vais déjà prendre ton or et te filer des crédits.

Elle chargeait donc une carte avec la valeur de l'or en crédits, puis procéda à l'échange lui laissant la carte avec dessus dix-neuf mille crédits. Cela fini elle sortit quelques armes automatiques, et lui lança un pistolet léger dans les mains.

- Tiens, ça sert toujours par ici.

Puis sans penser des instructions nécessaires elle lui propose de déjeuner terminant par expliquer qu'aujourd'hui c'est la fin du trajet, puis faudra trouver un moyen de gagner des crédits.

- Cela dit, une dizaine de passes bien faites, et tu pourrais te payer ta moto, j'connais un bar à mâle sympa. Ça ne paie pas des masses, mais on ne risque pas de nous enquêter dessus.
Journalisée

Clarence/Saijiro Unazuki
Humain(e)
-

Messages: 108



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #10 le: Décembre 19, 2017, 04:02:35 »

En descendant de la moto Clarence se mit de légère claque pour se réveiller plus surement. Dans un coin pareil le danger pouvait surgir à tout moment, même si la planque devait être sûre. ON se serait crû dans un film post-apocalyptique où les vieilles mine devenaient des abri de fortune, jusqu'à ce que les zombis et aux créature débarquaient, L'humaine espérait que cela ne serait pas le cas. Lorsque le code allait être entré Unazuki regarda autre part, part automatisme.

La douce chaleur des lieux lui fit plaisir, cela changeait des nuits glaciales dans le désert. Étonnement il y avait ce qu'il fallait pour y vivre tranquillement, elle qui n'avait connu que le côté moyenâgeux de Terra et avait prit des risque sen emmenant des armes de la Terre avec elle.
Le lit fut accepté avec joie, cela faisait des jours qu'elle avait dû se contenter au mieux d'une paillasse, le repos sur la moto n'avait pas été suffisant et elle n'eut même pas la force d'ôter sa veste. Le sommeil arriva très rapidement et quelques minutes à peine avait suffit pour que Clarence arrive au pays des songes.

Son sommeil fut légèrement agité, la raison était une manifestation onirique d'une culpabilité mal placée. Cependant la seconde partie de ses songes fut plus douce, mais étrange. À son réveil, qui fut difficile, le jeune fille eu l'impression d'avoir oublié un truc, mais il lui fut impossible de savoir quoi.

Clarence donna son or et reçu la carte. La réception de l'arme fut un brin maladroit, en même temps elle avait entre les mains une arme potentiellement létale. Lors de son approvisionnement auprès de personnes des bas-fond de Seikusu elle avait eu la théorie sur ce genre d'armes. La sécurité allait rester mise, sauf en cas de nécessité.

La discrétion allait être un bon point, si on savait qu'elle recherchait certaines personnes cela pourrait réduire fortement ses propres recherches.

-Comme dit hier je ferais ce qu'il faut pour concourir. Je dois avouer que coucher avec des hommes ne me plait guère car zéro expérience, mais si je dois passer par là alors je le ferais. Sinon je dois te prévenir, je n'ai jamais tiré avec une arme à feu et jamais tué autre chose que du gibier ou des prédateurs. Je préfère te prévenir si jamais il a un soucis car je ne sais pas comment je réagirais.

Si Clarence disait cela assez calmement l'idée d'abattre quelqu'un lui faisait peur. De même elle avait peur de faire  cela avec des hommes car il y avait un risque que cela tourne mal.

-De toute façon je devrais changer de vêtement car arriver avec des fringues abimés et entaillés par endroit cela n'est pas top pour se balader ou voir des clients.

La jeune fille avait conscience que cela rallongerait sans doute la durée de travail, mais cela lui donnerait un air trop suspicieux et elle voulait se faire relativement discrète.
Journalisée
Veronika McRaven
Créature
-

Messages: 142


Chasseuse de prime.


Voir le profil WWW
FicheChalant
Description
J'ai une queue de chat qu'on ne voit pas.
« Répondre #11 le: Décembre 20, 2017, 02:01:26 »

Une dizaine de passes, soit se prendre une dizaine de bites dans les orifices, en plusieurs fois heureusement. En plus la jeune femme devait être en forme, elle avait très bien dormi la nuit dernière, Vero l'avait vue s'endormir comme une masse. Elle la regarda donc observer l'arme, la jeune fille donnait l'impression d'en avoir une en main pour la première fois. Pour Vero c'était choquant, elle avait presque grandi entourée d'armes à feu. Alors voit quelqu'un avoir du mal avec était surprenant. Vero dans le doute l'approcha pour lui expliquer le fonctionnement d'une arme semi-automatique :

- Bien, avant que tu ne fasses une bêtise, il te faudra la tenir comme ça, tu vises avec les trois points fluorescents, et surtout tu gardes les muscles bandés, sinon tu vas te prendre le recul dans la face.

Tout en disant cela, elle la mit en position, se collant à elle le temps de montrer comment tenir les bras tendus, prendre un bon appui également. Enfin Vero après cette leçon sommaire, la laissa repdnre parole écoutant l'histoire, coucher avec les hommes c'était niais, du moins de plein coeur. Vero pour sa part n'avait plus d'appriori sur ces choses, trop habituée à ne pas toujours avoir le choix. Au moins Clarence semblait accepter son sort et l'idée de devoir le faire ave des hommes. D'ailleurs elle chaussait avec quoi pour ne pas savoir tirer avec une arme à feu ? Vero lui avait aussi expliqué que l'arme qu'elle avait en main était semi-automatique, et il fallait donc appuyer une fois sur la gâchette pour chaque tir.

- Tu chassais à l'arc ? Le truc courbé en fibre de carbone renforcée et qui est silencieux ?

Visiblement ce n'était pas une arme courante pour Vero. Elle réfléchit un peu puis laisse Clarence reprendre ses histoires, l'écoutant parler de se changer de vêtement. Cela allait couter des sous également, il faudra trouver une boutique correcte sur le chemin. Elle hoche donc la tête et puis va vers la douche, elle se déshabille rapidement et se lave ensuite sans fermer la porte ni rien. Pas bien pudique elle continua la discussion à travers la vitre mince de la douche. Vero était parfaitement rasée une poitrine modeste, un corps sans marque de blessure, ni de torture, mais il y avait fort à parier qu'une grande partie de son corps n'avait plus rien d'humain. Par contre elle pouvait voir que sa queue et ses oreilles étaient réelles, bien vivantes et attachées à son corps.

- Pour tes fringues on ira en ville, je finis ma douche et te laisse la place, on partira après la douche et on mangera une fois en ville, doit y avoir deux heures de route.
Journalisée

Clarence/Saijiro Unazuki
Humain(e)
-

Messages: 108



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #12 le: Décembre 20, 2017, 03:42:36 »

Clarence prit la leçon très au sérieux, notant la position de son corps, les conseils de Veronika. Avoir son enseignant au contact était une chose qu'elle avait vécu avec son professeur de Kendo quand elle était un homme. Cela ne l'empêcha pas d'être très légèrement troublée.
L'étonnement de la femme et la description faite de l'arc provoqua une surprise visible sur le visage de Clarence qui pensait que cet objet serait assez répandu sur Terra, même dans une civilisation avancée, au vu de ses avantages.

-Je chassais à l'arc en effet, là d'où je viens c'est nettement plus simple de ce le procurer avant ses vingt et un ans qui est notre majorité et puis l'interdiction d'armes à feu à Nexus m'aurait fait tué si j'avais eu une arme de cette catégorie.

L'humaine suivit du regard son instructrice et détourna le regard le temps qu'elle se déshabille, pensant que la porte serait fermé après tout. Clarence entendit bien un petit bruit de porte et pensa qu'elle pourrait regarder en direction de la douche. Ce fut une petite erreur, bien que la vue était agréable il fallait l'avouer. Veronika manquait de pudeur, selon certains standards, mais Unazuki avait conscience que ce n'était pas elle qui allait avoir quelque chose à redire car elle était en terre inconnu. Il était sans doute normal dans le coin de ne pas se cacher, bref trop de questions vinrent.

-D'accord, vu que tu es la personne qui connait un peu plus la ville que moi j'aimerais un coup de main une fois dans les magasins en terme de choix de tenue. On a un look sans doute bien différents et je ne connais rien aux standard dans les villes plus poussées technologiquement sur Terra. De même la clientèle du bar a sans doute des préférences, autant mettre le plus de chance de mon côté.

Clarence laissa la neko finir sa douche entra dans la pièce. Le fait d'avoir un nouveau corps récemment provoqua une gêne qui lui fit changer son idée de départ. Ce fut de nouvelle questions qui naquirent de cet embarra, dont une qui fut posée.

-Cela gêne si je pousse la porte, je pourrais entendre, mais...enfin tu vois je pense.

Faire des séance photos était bien différent que se retrouver nue face à une inconnue. Clarence avait pensé que cela serait aisé, mais elle se rendait compte que cela serait plus difficile que ce qu'elle pensait. La honte d'être devenue une femme, de ce corps si faible par rapport à beaucoup, d'avoir perdu le fruit de ses efforts. La gêne de ce corps qui était plus prompt à la trahir par certaines douleurs notamment. En bref elle ne considérait pas ce corps comme réellement le sien malgré le temps passé dedans. Cela expliquait aussi pourquoi elle portait des vêtements qui ne le mettait pas en valeur. Clarence se doutait que faire des passes allait être difficile, mais tant pis si elle était intimidée, honteuse face aux clients, du moins c'est ce qu'elle pensait, ne sachant pas d'avance comment elle réagirait. Elle ignorait encore comment elle serait habillé une fois les achats fais et combien de passes cela pourrait rajouter.

Si Veronika refusait alors Clarence ferait avec, non sans rougir, sinon elle pousserait la porte juste un peu pour se cacher un peu. Sans savoir si cette faible protection visuelle n'allait pas bouger d'elle-même si les gonds étaient mal mis. Dans tout les cas une douche lui fera du bien, l'eau chaude était un luxe sur Terra et cela la décrasserait bien.

Son corps avait quelques légères blessures çà et là, sa petite taille lui avait permis d’esquiver plus facilement et des décoctions utilisées avais cicatrisés rapidement les plaies. Sans autre choses il lui faudrait une bonne semaine pour que ses marques deviennent presque invisibles.
Journalisée
Veronika McRaven
Créature
-

Messages: 142


Chasseuse de prime.


Voir le profil WWW
FicheChalant
Description
J'ai une queue de chat qu'on ne voit pas.
« Répondre #13 le: Décembre 22, 2017, 12:40:56 »

Pour Vero l'arc était obsolète, inutile, même son silence ne faisait pas le poids face à une arme à laser. Mais bon, effectivement c'est tellement basique que n'importe qui doit pouvoir en fabriquer. Et elle avait déjà vu des prototypes d'arc modernisé, mais parfois ils n'avaient plus grand-chose à voir avec les bouts de bois d'antan. Ainsi qui qu'il est il avait vécu à Nexus, un lieu que Vero évitait comme la peste, faut dire c'est une terre d'esclavage et de sauvages ! Elle réfléchit donc à tout cela pendant sa douche, toste écoutant la suite à travers le coulis de l'eau chaude sur son corps de cyborg. Quant à l'idée de l'aider pour s'habiller, voilà une chose étrange, Vero portait la même tenue depuis des lustres, parfois elle se promenait simplement dessous et en veste... Non en fait elle faisait cela tout le temps, comme si le froid ne gênait pas le moins du monde, ce qui était vrai au final ! Sortant donc de la douche elle se sécha et se rhabilla vite fait.

- Du tout, fait comme chez toi.

Dit-elle, alors qu'elle ne portait encore qu'une culotte et rien de plus, puis elle alla dans la pièce centrale retrouver sa veste et son soutien-gorge. Elle ramassa également une seconde veste dans la penderie, une veste comme la sienne, longue, en cuir lourd. Elle la jeta sur le canapé et puis alla terminer de s'organiser pour le départ embarquant quelques crédits supplémentaires sous forme de pièces de machines désossées. Elle attendit donc sa partenaire de courses, ou plutôt son apprentie à l'heure actuelle, s'assaillant sur le fauteuil une tablette entre les doigts. Elle fouillait l'équivalent d'une vente aux enchères, mais sur le marché noir. Des pièces volées ou recyclées à bas prix, l'idéal pour faire sa moto de A à Z soit même. Après tout une moto de série n’était équipée pour la ville, pas pour les champs de bataille motorisée que parcourait la mercenaire. Quand elle la vit sortir de la douche, elle sourit, lui jette la veste puis propose de se mettre en route sans perdre de temps.

Elle ressort donc dehors la veste coupant efficacement le vent, mais pas que... Cette veste était diablement lourde, et pour cause, on pouvait sentir des plaques de métal au niveau du coeur, des reins, dans le dos. Entre ça et les fibres renforcées, tout était fait pour protéger le porteur de cet habit. Le côté inquiétant restait quand même l'idée que ça semble normal pour Véro de porter une veste blindée à tout moment de la journée.

- Allez, dernière partie à moto, ensuite tu auras ta moto.

Elle monta sur son gros engin mécanique, puis elle le mit en route, et une nouvelle journée de voyage à travers les terres désolées se fit. Heureusement il ne restait que quatre heures de route, autant dire qu'il était l'heure du déjeuner quand Veronika et sa passagère passèrent sous le bouclier de la grande métropole... Une ville incroyable, des immeubles si hauts qu'on n'en voyait pas le sommet, des véhicules volants dans les airs, flottant sur le sol. C'était comme un Tokyo du futur, noir de monde, et illuminé comme le ciel du Quatorze Juillet ! Elle dut alors ralentir pour suivre les limitations dues surtout, aux embouteillages ! La petite pouvait regarder partout pendant ce temps, la traversée d'une toute petite section de la ville était déjà impressionnante, mais s'arrêter près du bouclier l'était encore plus.

Parké en face d'un mur, lui même derrière un champ de force que l'on pouvait presque sentir. Ici c'est comme si l'on se trouvait à côté d'un gigantesque transformateur haute tension, bruit parasite dans l'air, les poils qui se dressent... Vero descendit donc, puis observe sa passagère, il faisait beaucoup plus frais ici qu'en dehors de la ville. Et un premier constat était évident, des femmes, des femmes partout... De temps en temps un homme, mais avec de base deux chances sur dix d'en croiser... C'était très peu pour les standards terrestres ou encore des autres contrées de cette planète-ci.

- Allez, en route, à pied maintenant, la boutique n'est pas loin, quand on saura le prix de ta bécane, on saura combien de passe faudra faire.

Rassurante ? Non pas vraiment, posée et calculatrice était une meilleure définition de Véronika. La marche duradonc un bon quart d'heure, bombardée par les pubs lumineuses, les hologrammes, les projecteurs lasers ou encore les musiques de chaque affiche. Ce monde était pire que le futur imaginé sur Terre dans de nombreux films, ici c'était devenu une réalité. Enfin elle se stoppa devant une échoppe de moto, un garage spécialisé dans les motos en fait, on pouvait déjà y voir toutes sortes de modèle, courses, sportive, long trajet, etc. Véro y pénétra dons sans perdre de temps, ça sentait bon la gomme de pneu et le cuir par ici !

- Yo Benny, t'es là ? J'ai une cliente pour toi !

Benny était le surnom qu'elle donnait à Benedicte, et qui était aussi le nom sur la façade. Pourquoi un nom masculin ? Car ça permettait de repousser les hypocrites et les idiots, ceux qui pensaient que Benny était un homme, ne venaient pas lui acheter de moto. Mais ceux qui venaient, eux... étaient presque tous du milieu des courses illégales, dangereuses ou non. Benny arriva alors, blonde, des cheveux un peu en pagaille, attachés dans le dos, une salopette orange et noir. Elle salue alors Véro lui disant que c'est encore pour des réparations elle peut allez se faire voir ! Le bon contact entre la marchande et son acheteuse ne faisait ici plus aucun doute !

- Nope, c'est pour la gamine, elle va faire une ou deux courses avec moi, dans un futur qu'on espère proche, il huit faudrait une moto pour débutante, un cadre robuste, et surtout maniable...

Benny observe alors la débutante, puis se penche sur elle et hoche la tête, avant de la mesurer pour jauger sa hauteur. Benny hoche la tête, sourit et se frotte la main gantée sur la salopette avant de lui tendre la main amicalement :

- Enchantée miss, moi c'est Benny, on va voir ce qu'on peut faire pour toi ! Vient par ici ma grande !

Elle la traitait un peu comme une petite fille, en même temps Benny avait passé la quarantaine déjà, elle semblait encore jeune, mais tout le monde était petit pour elle. Faut dire, c'est une belle blonde faisant un mètre septante-six quand même. Elle présente alors quelques motos, commençant par un modèle de courses vu et revu, à tel point que sur Terre il avait déjà inspiré plus d'une personne :

- Akai dragon, un modèle idéal pour les courses, un peu simple peut-être.

Puis elle lui présenta le ADB-900, un modèle orienté courses de combat, avec monture d'arme à l'avant, roue pleine de séries, réservoir renforcé. Vero semblait bien aimer ce modèle, mais n'était pas convaincue encore. La visite se poursuivit donc sur un modèle renforcé, mais plus lège déjà, et donc plus facile à piloter. La C-ber 50. Cela continua sur des sportives intéressantes, comme la Folie noire ou encore la folie rouge sanguine qui n'était qu'une variante de l'autre folie. Et pourtant les deux semblaient des bijoux de conception, la dernière était particulièrement intéressante, avec de quoi protéger son pilote durant la course. Véro demanda même si l'ont pouvait changé la vitre en carbone par un blindage en métal hybride, ce qui fut confirmé par la vendeuse. Vero semblait aussi hésiter sur certaines motos, toutes étaient correctes et facilement équitables en arme légère.

- À toi de voir Clarence, tu peux choisir au sentiment, de toues façons on pourra changer toutes les plaques en fibre de carbone par du blindage si besoin, ajouter des armes et même t'installer une assistance au pilotage.

Enfin la liste des prix fut apportée... rien de surprenant, Vero avait donné le budget au début de la rencontre et tout était dans le budget de la petite, on n'était très loin du prix de la moto actuelle de Véronika, mais débuter cela restait des modèles compétitifs, surtout dans une course ou la vitesse n'est pas toujours le meilleur argument. Et si les derniers modèles étaient moins adaptés à des courses d'obstacles, elles étaient l'assurance d'une grande vitesse et maniabilité pour quirat prend à les manipuler correctement.

- T'en vois une qui te parle Clarence ? Tu peux choisir à la tête aussi, quand t'auras trouvée la bonne, on regardera le prix des modifications utiles pour les courses sauvages... Surtout du blindage je pense, mais vu que Benny est sympa elle nous fera un prix, pas vrai ?

Elle éleva la voix sur la fin pour que Benny entende bien, puis Benny rit un peu et lui dit que ça dépendra de pas mal de choses, dont la date de la prochaine fois qu'elle passera sous son bureau ! L'ambiance était bonne pour sur, décomplexée à souhait surtout.

Citation
Akai draâgon - 15k
ADB-900 - 9k
C-ber 50 - 12.5k
Folie noire - 15k
folie rouge sanguine - 21k
Journalisée

Clarence/Saijiro Unazuki
Humain(e)
-

Messages: 108



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #14 le: Janvier 04, 2018, 12:54:58 »

Clarence, rassurée, prit rapidement la douche en étant économe sur l'eau chaude qui était une chose assez rare à Nexus. Son précédent séjour sur Terra lui avait apprit pas mal de choses. L'humaine se perdit légèrement dans ses pensées avant de mettre fin au moment du nettoyage.
Ses vêtements faisaient grise mine, mais elle s'en achèterait d'autres pour être présentable.

À la sortie de la pièce le manteau lancé, qui paraissait plus léger de part l'aisance de Veronika à lui envoyer, surprit Clarence qui fut déstabilisé légèrement par le poids réel de l'objet. Le manteau était très lourd sur les épaules d'Unazuki, la plaque au niveau du coeur était visible de part la différence de taille de poitrine. Ce manteau risquait de la fatiguer si elle devait marcher un moment et avait un côté flippant, mais elle ne dit rien car elle devait tout faire pour finir l'apprentissage.

Elle monta sur la moto et se laissa emmener, en profitant pour observer la ville qui approchait. C'était un lieu qui émerveilla malgré elle Clarence tant il dépassait les oeuvres de fiction qu'elle avait lu auparavant. Dire qu'elles n'étaient pas encore dans la ville. Le bouclier fit hésiter Clarence qui se retrouvait face à une technologie inconnue, elle le franchit en espérant que tout se passe bien et ce fut le cas.

La proportion de femme fut perturbant et peu rassurant. Savoir que les hommes n'ont pas une grande place dans cette société était une chose, constater en plus une flagrante infériorité numérique en était une autre. Clarence se jura de tout faire pour cacher qu'elle avait été un homme avant car elle ne savait pas le sort qui lui serait réservé dans ce cas. Tekhos lui faisait penser au mythe des Amazones lu il y a longtemps.

La marche fut longue avec le manteau, mais Clarence ne se laissa pas distancer et ne montra pas de signes de fatigue. Le décors captiva aussi l'humaine, elle se serait crû dans un rêve mais c'était la réalité. La bonne surprise au garage, si on peut considérer cela comme une bonne, fut de voir que Benny était une femme. Son mentor et la garagiste semblaient bien s'entendre. Il ne fallut pas longtemps pour que des modèles soient présentés et après cela Clarence prit le temps de vadrouiller parmi les autres motos avant de s’arrêter net.

Son regard s'était posé sur une silhouette familière, ici elle portait le nom de "Savage X00" et à sa droite trônait son petit frère aux mêmes traits mais noir. Clarence s'approcha pour voir si elle ne rêvait pas. Tout était pareil, poids, dispositifs, tout. Son intérêt était aussi visible que les spots publicitaires dehors.

-Excusez-moi j'aimerais des infos sur ce modèle.

Le "Savage X00" était le premier modèle de la série "Savage X". Son prix était faible pour divers raisons, dont la sale réputation qu'elle avait.
En effet cette moto était très capricieuse et beaucoup de pilotes avaient fini aux urgences après avoir manqués de vigilance, certains disaient qu'elle choisissait son pilote, mais rien ne prouve ce dernier point.
Le "Savage X00" entrait dans la catégorie des motos polyvalentes. Son moteur était largement suffisant pour adapter un blindage et des armes sans perdre trop d'accélération. La tolérance aux autres pièces permettait une réparation et une customisation assez aisée.  Cependant le pilote était assez exposé en cas d'une conduite non allongée. La hauteur de l'engin était un peu plus importante que les modèles proposés, mais cela n'était pas un problème insurmontable dans l'esprit de Clarence.

Le prix pour la machine était de 24k, réduction incluse et hors options. Elle avait une IA embarquée et était neuve, ce qui faisait beaucoup relativiser le budget .

Clarence se doutait qu'elle allait devoir plus travailler, mais elle souhaitait cette machine. La coïncidence était tout simplement trop grosse pour que cela soit le cas. On avait voulu qu'elle trouve la moto et elle n'allait pas tourner le dos à la monture.
Journalisée

Tags:
Pages: [1] 2
  Imprimer  
 
Aller à:  

Powered by SMF 1.1.20 | SMF © 2006-2007, Simple Machines
Awake and Dreaming - Le Grand Jeu
ChatBox