banniere
 
  Nouvelles:
Une nouvelle édition de la Gazette LGJ est disponible !

Vous pouvez y accéder ici.



De nouvelles lois européennes rentrent en vigueur, informez vous ICI.

Liens utiles: Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Cacher les avatars

Le Grand Jeu - Forum RPG

Bad langage Discrimination Drugs Sex Violence Gambling

Bonjour et bienvenue.

Ce forum présente des oeuvres littéraires au caractère explicite et/ou sensible. Pour ces raisons, il s'adresse à un public averti et est déconseillé aux moins de 18 ans. En consultant ce site, vous certifiez ne pas être choqué par la nature de son contenu et vous assumez l'entière responsabilité de votre navigation.

Bonne visite ! :)

Pages: 1 2 3 [4]
  Imprimer  
Auteur Sujet: Deal [Alix Sable]  (Lu 915 fois)
Alix Sable
Humain(e)
-

Messages: 144



Voir le profil
Fiche
Description
Contrebandière garçon manqué à la langue bien pendue et aux manières grossières.
« Répondre #45 le: Avril 26, 2018, 03:12:56 »

Alix était absente. Elle était sur un petit nuage en train de se faire violemment bourrer le cul. Oui, c’était un peu ce que je ressentais en ce moment, c’est-à-dire le statut d’un objet servant simplement de réceptacle à l’épaisse queue de ma maitresse. D’ailleurs, le fait d’aboyer était un sacré signe, non ? Cela montrait combien j’avais perdu les pédales, et que tout ce plaisir me montait complètement à la tête, comme une drogue assiégeant mon esprit, le rendant totalement accro. Je venais d’obéir tout simplement parce qu’il était hors de question que cela s’arrête… Je voulais conserver cette queue juteuse dans mon cul, j’en avais besoin et même en désirais davantage !

« Mm…AHAN !... Oui… Ha… Maitresse ! J’adore que… HAN… Vous m’explosiez l’cul ! HA… Il est à vous !... » Peinai-je à articuler entre deux gifles m’arrachant de pathétiques couinements.

Doutzen avait d’ailleurs, parfaitement raison à propos de mon état. Je sentais une énorme barre entre mes jambes, d’où un peu de sperme transparent s’écoulait régulièrement, et même redoublait à chaque gifle. En fait, je découvrais même que la maltraitance m’excitait. Ce n’était ni la douleur des coups ou l’étranglement, mais simplement la situation d’être un bout de viande que ma belle maitresse usait et baisait à sa guise.

Sans même avoir le temps de repenser deux fois à ma situation, Doutzen me lâcha d’un coup, et je me retrouvai brusquement le nez dans le tapis une deuxième. La croupe en l’air, le cul dilatée par ce membre et totalement exposée, cette position m’excitait encore davantage que le reste. J’étais tellement dans un état, qu’elle aurait pu me marcher sur la tronche que ça ne m’aurait pas moins excitée. Je poussais un long gémissant en sentant ma maitresse toucher mon érection rougie et douloureuse, me faisant déjà un film à l’idée de ce qu’elle pourrait faire.

« Haaan… Maitresse, n’arrêtez pas pitié… » Marmonnai-je depuis le sol.

Aussitôt demandé, aussitôt fait. Je sentis ses mains m’écarter tout grand les fesses, et y prendre appui pour m’enculer à nouveau sèchement, me faisant émettre un long râle de plaisir.. Et c’est qu’elle s’y prenait bien ! Trop bien, au point que j’étais déjà au bord de l’orgasme à cause de cette posture qui lui permettait de s’enfoncer entièrement dans mon fondement. Des râles et des gémissements s’échappaient de ma bouche, mais je n’avais pas réellement que cela venait de moi dans la mesure où je n’arrivais pas à les retenir.

Merde quoi, c’était comme si je n’avais plus aucun contrôle sur mon corps. Je bavais sur le sol pendant les longues minutes où Doutzen continuait de m’élargir le derrière, et finalement, ça devait arriver… Cette queue qui entrait, ressortait… C’était trop. Mon sexe fut pris de tressautements, et je sentis un liquide chaud couler le long de mes cuisses. J’étais en train de jouir lentement, mais sûrement ! Evidemment, je gémissais tellement que ce n’était pas évident de saisir la différence par rapport à d’habitude.

D’ailleurs, Doutzen ne semblait pas se rendre compte que son traitement venait de me mener à un orgasme bien plus long que les précédents. Mes cuisses étaient totalement inondées de foutre, et pourtant, je ressentais encore un immense plaisir à me faire prendre sauvagement. En tout cas, je ne devais pas être la seule puisque j’entendis ma maitresse adorée pousser un cri et suspendre brièvement ses coups… Alors qu’un liquide chaud remplit délicieusement mon cul aussitôt après. Enfin, ma maitresse me récompensait ! J’avais l’impression d’être complète quelque part en sentant la queue de la jolie blonde tressauter et se vider à l’intérieur de moi.

« Haaaa… Merci maitresse… » Chuchotai-je en la sentant boucher mon cul avec un plug fantaisie, et se retirer, avec tout de même un brin déception.

Mais elle était sérieuse ? Évidemment que j’avais déjà longuement jouie à cause d’elle, et j’étais incapable de me maintenir droite sans le soutien de Doutzen. Sitôt que celle-ci me lâcha, je m’effondrai sur le côté, au sol et le souffle court, une fine couche de transpiration sur ma peau… Et forcément, impossible de manquer mes cuisses complètement souillées par mon sexe redevenu flasque pour le coup. Avec ce qu’elle m’avait mis dans le cul, c’était à prévoir que je ne serai pas en état de faire quoi que ce soit. Tâchant de calmer ma respiration, je roulai un peu sur le côté, ce qui appuya sur le plug fermant mon derrière bien rempli et me fit pousser un couinement.

« J’suis désolé… Maitresse… J’peux plus, besoin d’une pause… Pfiou… »

Eh quoi, j’avais les jambes prises de tremblement et à bout de souffle, alors me relever pour la sodomiser… Pour l’instant, ça me semblait pas dans l’ordre du possible, et tant pis pour les conséquences !
Journalisée
Doutzen Kroes
Humain(e)
-

Messages: 310



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #46 le: Avril 30, 2018, 12:52:26 »

Doutzen n’avait effectivement pas réalisé, sur le coup, qu’Alix avait joui. Sans doute était-elle elle-même bien trop emportée dans son élan pour en prendre conscience au début. Enfin, quand elle se retira d’elle, elle sourit en voyant une belle flaque sous le corps d’Alix, et, quand sa soumise se coucha sur le sol, lui montrant son ventre, Doutzen vit plusieurs traînées blanches dessus. Alix avait joui, et même bien joui. Comme elle l’indiqua rapidement, impossible qu’elle serve, maintenant. Elle était comme écrasée par le plaisir qu’elle avait ressenti, ce qui fit doucement sourire Doutzen. Sa belle queue avait perdu de sa superbe, et la jeune femme se concentra. Fermant les yeux, elle rétracta sa verge, se retrouvant ainsi avec une belle féminité à la place. Une preuve de la redoutable utilisation de la magie rose.

Silencieuse au début, Doutzen pencha la tête sur le côté, et fléchit les genoux, se retrouvant entre les jambes d’Alix.

« Tu as bien juté sur le salope, petite salope... Ce faisant, tu m’as privé de ton délicieux sperme en moi. Tous ces spermatozoïdes perdus... »

Une réelle frustration ! Doutzen se releva ensuite, et récupéra un autre objet.

« Tu sais, les Japonais ont vraiment une imagination folle, Alix... Tu vas te reposer, oui, mais n’espère pas que je te laisse dormir tranquillement comme une vieille grand-mère qui s’essoufflerait vite. »

La jeune femme était loin d’être au bout de ses surprises avec Doutzen ! La belle blonde semblait être aussi séduisante qu perverse, et se retourna. Elle tenait dans le creux de sa main un mystérieux harnais noir en latex, avec un gros gode qui pendouillait au sol. Se rapprochant encore, elle se mit à genoux à hauteur du visage d’Alix. Même si la jeune femme voulait lui résister, elle était trop fatiguée pour faire autrement, mais, pour éviter tout risque, Doutzen prit la précaution d’attacher ses poignets. La tâche n’était pas difficile, car la pièce comprenait déjà des sangles reliées à des liens. Elle les mit donc autour des poignets de la femme, puis appuya sur un bouton, de manière à rétracter les liens, et ainsi à éviter qu’Alix ne puisse remuer ses bras. Concrètement, elle se retrouva attachée au sol, les bras écartées, retenus à hauteur des poignets.

Cette précaution faite, Doutzen posa donc sur son visage un harnais, lui ordonnant de se redresser. Elle veilla à ce que les cheveux ne coincent pas, et attacha la boucle derrière sa nuque. Un curieux objet était posé sur le nez d’Alix, mais ses lèvres étaient encore accessibles, de sorte qu’elle pouvait parler. Doutzen se redressa ensuite au-dessus d’elle, jambes à gauche et à droite de sa tête, et se masturba sous ses yeux, faisant tomber quelques gouttes de cyprine sur elle.

« Les pilules d’hermaphrodisme ont cet impressionnant effet secondaire de doubler ma libido, tu sais... Enfin, c’est comme ça pour toutes les femmes. »

Alix portait un harnais sur le visage surmonté d’un gros gode. Elle put ainsi voir l’intimité de Doutzen se rapprocher lentement de son visage, un gouffre rose de plaisir imbibé de mouille, puis la femme s’empala sur ce gode, écrasant doucement son corps sur le visage d’Alix, étouffant la jeune femme sous les cuisses de la femme, sous sa peau trempée, et sous la mouille qui arriva, affluant le long du gode, et tombant sur son visage, au fur et à mesure que Doutzen se déhanchait sur elle.

« Haaaa... Hmmmm... A-Alix, hmmmm... !! »
Journalisée

DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
Alix Sable
Humain(e)
-

Messages: 144



Voir le profil
Fiche
Description
Contrebandière garçon manqué à la langue bien pendue et aux manières grossières.
« Répondre #47 le: Mai 08, 2018, 01:53:32 »

C’était plus ou moins le moment où j’abandonnais la partie. Mon corps avait besoin d’une pause, de récupérer un minimum de souffle, et niveau mental, j’avais également besoin de remettre mes idées en place. En tout cas, si une de nous conservait toutes ces idées, c’était bien Doutzen. Ma maitresse, un terme auquel je n’arrivais toujours à m’habituer malgré tout ce que je venais de prendre dans le derrière. Quoiqu’il en soit, je m’attendais à une punition. Car, il me semblait bien que ça fonctionnait ainsi, ce type de jeu, non ?

M’appuyant sur le bas du lit, le souffle court, je m’aperçus que Doutzen avait rangé son matériel. Si l’on pouvait parler ainsi de sa grosse queue qui semblait pouvoir pousser et repousser comme un champignon. Je me rendis compte par la même occasion que mon corps était recouvert de sueur, entre autre chose, sans parler de la substance poisseuse et nettement plus collante. J’étais assommée. Mes bras et mes jambes étaient devenus de la guimauve, la seule perspective de me redresser me semblait totalement impensable.

« Je m’essouffle pas vite d’abord, j’ai juste besoin de me poser… J’ai la bite qui me brûle, et j’peux pas la retirer, moi. » Lançai-je avec une délicatesse et une classe remarquable.

Qu’est-ce qu’elle manigançait ? Je la laissai m’attacher les poignets avec un léger brin d’excitation je dois dire, et de toute manière j’étais trop épuisée pour bouger, mon regard se fixant immédiatement sur son nouvel accessoire. Difficile à identifier dans la mesure où j’étais collée au sol, et que Doutzen était en train de le tripoter dans tous les sens pour finalement se pencher vers moi, voulant m’équiper avec. Une sorte de masque apparemment, et je commençai à être curieuse de sa fonction bien qu’un peu inquiète au vu des idées perverses de la demoiselle.

« Euh d’accord… Mais c’est quoi ton truc ? Hé… »

C’est qu’elle me gouttait dessus ! Je comprenais qu’elle veuille évacuer une partie de son excitation mais ce truc sur ma tronche couplé à son caractère de dominatrice m’inquiétait vraiment pour le coup. D’ailleurs, c’était moins évident de respirer, j’avais l’impression d’avoir un poids qui faisait plier mon nez et je soufflai à moitié par la bouche. Pour finir par respirer totalement par cette dernière quand Doutzen vint s’asseoir totalement sur ma tronche, et là, je compris. Cette perverse devait avoir fixé une queue factice sur ce foutu masque, c’était sûr la manière dont elle se déhanchait sur mon visage !

« Ah-Aah ! Doucement.. Aie ! Oh-Ah ! » Cette position n’était vraiment pas évidente de mon point de vue.

Et ces liens m’empêchaient totalement de bouger ! Comme une sensation de soumission totale, j’étais obligée de subir le poids et les mouvements de ma maitresse utilisant mon visage pour se faire jouir. Une mouille abondante coulait sur mon menton, et j’avais un peu peur de suffoquer vu mon nez était écrasé sous le masque. Mais ça passait. Et je dois avouer que c’était un brin excitant comme position. De temps en temps, quand je pouvais sans risquer d’étouffer, ma langue sortait pour récolter un peu de délicieuse cyprine. En fin de compte, il ne restait plus qu’à subir et espérer que Doutzen jouisse rapidement.
Journalisée
Doutzen Kroes
Humain(e)
-

Messages: 310



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #48 le: Mai 13, 2018, 09:06:58 »

Jouer avec Doutzen était toujours dangereux, car la jeune femme avait une imagination débordante en matière sexuelle. Elle était bien plus redoutable que ce que son joli minois laissait envisager. Très clairement, il n’y avait plus une goutte d’innocence en elle. Doutzen avait parfaitement réussi son intégration au sein du lycée Mishima, et son éducation auprès d’une mafia russe voulant l’utiliser comme prostituée et espionne de luxe. Dès qu’elle était entrée dans son antre, Alix, avec ses pulsions masochistes, n’avait eu aucune chance. Certes, elle avait tenté de prendre le dessus au début, mais pour finir par s’effondrer, explosant en plein vol comme un ballon d’hélium trop gonflé. Elle était maintenant entre les mains de Doutzen, ou, plutôt, entre ses cuisses. Celle-ci venait de monter d’un cran dans la provocation et la domination en lui mettant ce sex toy sur le visage. Elle se glissa ainsi dessus, et soupira longuement, entendant les inquiétudes d’Alix, et sourit malicieusement. Ses jambes s’étaient pliées à droite et à gauche de la tête d’Alix, et elle s’appuyait sur ses cuisses.

« Hihi... Tu ne fais pas confiance à ta Maîtresse, Alix ? » la nargua-t-elle.

Elle savait qu’elle ne devait pas trop s’enfoncer, et, d’ailleurs, elle ne pouvait pas vraiment le faire. Le gode était trop long, de sorte qu’il restait, même en s’appuyant fermement dessus, quelques centimètres d’espace entre ses cuisses et le visage de la personne prisonnière dessous. Elle soupira longuement, et se redressa, puis descendit encore. Elle s’appuya sur sa cuisse avec l’une de ses mains, et poussa un long soupir en sentant ce vibromasseur s’enfoncer lourdement en elle.

« Hoooo... Hmmmm... !! »

C’était délicieux ! Le fait est que Doutzen n’avait pas forcément l’habitude de recourir à ça, mais il fallait croire qu’elle allait généraliser le processus ! Sa cyprine dégoulinait le long du gode, et tombait sur le visage d’Alix, s’approchant de ses lèvres. Et, quand la jeune fille sentit la langue de sa soumise s’approcher pour caresser ses lèvres intimes lorsqu’elle s’enfonçait profondément, elle se redressait ensuite, et descendit encore. Doutz’ esquissa un long soupir, et tendit sa main vers la queue d’Alix, venant l’empoigner. Son sexe avait bien dégrossi, mais Doutzen ne comptait clairement pas laisser Alix se reposer. Elle commença ainsi à la masturber, remuant sa main énergiquement dessus, sentant la jeune femme se tendre sous elle, ses muscles se crispant.

Doutzen gémit une nouvelle fois, tout son corps en sueur. Elle se crispa encore plus, son corps se relâchant, le plaisir affluant fortement en elle. La jeune blonde n’avait pas encore joui, car elle continuait à prendre son temps, à coucher délicieusement avec cette femme. Alix était une partenaire très agréable, au corps magnifique, et elle ne pouvait rien faire contre les fantasmes de Doutzen, qui continuait à gémir.

« Hmmm... Oh oui, haaa... C’est si bon, Alix, hmmm... »

De nouveaux soupirs fusèrent de ses lèvres, tandis qu’elle continuait à la prendre, à danser sur son corps, mouillant furieusement. Elle se pencha finalement en avant, et approcha sa bouche de la queue d’Alix, la léchant, tout en continuant à légèrement remuer des hanches. Néanmoins, du fait de sa position, elle continuait à « écraser » Alix sous ses cuisses, mouillant encore sur son visage, lui offrant la vue exquise de son bassin en chaleur...
Journalisée

DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
Alix Sable
Humain(e)
-

Messages: 144



Voir le profil
Fiche
Description
Contrebandière garçon manqué à la langue bien pendue et aux manières grossières.
« Répondre #49 le: Mai 27, 2018, 01:42:43 »

Cette nana aurait ma peau ! Je m’étais complètement faite avoir en fin de compte, avec son air angélique et ses petites manières, je le constatais bien alors que je me retrouvais aux prises avec une véritable furie de perversion. Au moins, je pouvais m’estimer satisfaite que Doutzen fasse attention à ne pas me briser la nuque ou à m’étouffer en s’excitant complètement sur le vibromasseur posé sur ma tronche. Tout ce qu’il me restait à faire, c’était apprécier… Lécher, mais surtout apprécier.

« Hmm… Aaah… Hmm… Aaah… Hmm… »

C’était en définitive, tout ce que je pouvais émettre à ce moment-là. La faute aux mouvements de bassin de la jolie blonde, m’empêchant de m’exprimer plus clairement qu’à travers des soupirs et des petits couinements. Quant à ma langue, elle avait trouvé un meilleur usage que la parole. Une position qui n’était certes, pas évidente à tenir, et je devais contorsionner ma langue pour atteindre le fruit délicieux de Doutzen mais… Quel pied !

Mon corps réagissait de lui-même, comme sous hypnose, se tendait et se crispait à chaque fois que ma maitresse s’empalait sur le jouet fixé sur mon visage. C’était étrange. Je ne ressentais rien de direct, ce n’était qu’un gode en plastique, mais pourtant, ça m’excitait au-delà de la raison. Doutzen n’avait-elle pas déclenché quelque chose au fond de moi ? Une dimension supplémentaire dans mon fantasme ? L’entendre et la voir se servir de moi comme un jouet sexuel me faisait partir en vrille.

« HMM ! » Hurlai-je, bien qu’étouffée par le masque.

Doutzen venait de s’attaquer à ma queue ! Celle-ci était si tendue, si brûlante et me faisait si mal que je venais de me cambrer en criant de toute mes forces sous le contact. Avec ces orgasmes à répétitions, j’étais après tout, plus que sensible à ce niveau-là, et cette position l’avait fait se tendre à l’extrême depuis un moment. Je gratifiais ma maitresse d’une sacrée érection, impossible à réprimer, et celle-ci semblait tout à fait s’en satisfaire.
Je secouai mes liens en signe de protestation, mais il n’y avait pas grand-chose à faire de mon point de vue. Doutzen était libre de faire ce qu’elle voulait de mon corps en sueur, et je sentis malgré moi, ma verge s’humidifier de plus en plus.

« Maitresse… Aah… » Parvenais-je à articuler. « Libérez… Aaah… Moi… J’pourrais… Vous prendre… Aaah. »

Ouais. Là dans l’instant, si Doutzen avait besoin de se soulager entre les jambes, c’était aussi mon cas. Alors si elle pouvait me fournir un endroit où fourrer ma bite, c’était tout bénéfice pour nous deux, non ? Je remuais furieusement ma langue pour essayer de lui faire payer le supplice qu’elle m’infligeait mais sans grand résultat, ses mouvements m’empêchant d’y aller franchement.
Par dépit, je tentais d’onduler des hanches, histoire de me soulager un minimum en glissant mon sexe plus loin entre les lèvres de ma maitresse. Je trépignais de frustration, et c’était probablement ce qu’elle cherchait à faire. Si seulement, Doutzen me laissait juste un peu plus faire, juste un peu… Quelque chose me disait pourtant que tout n’allait pas se passer comme je le désirai réellement.
Journalisée
Doutzen Kroes
Humain(e)
-

Messages: 310



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #50 le: Mai 28, 2018, 08:22:43 »

Doutzen était en train de joyeusement s’amuser avec Alix. Si l’intéressée pouvait s’en sortir aussi facilement, elle se trompait lourdement ! Après tout, Alix s’était moquée d’elle, elle avait cru pouvoir la dominer, avant que Doutzen ne prenne finalement le dessus. Une telle insubordination méritait d’être sévèrement corrigée, et, en l’état, Doutzen comptait bien se montrer inflexible. Et là, elle allait se venger, montrer à Alix de quoi elle était capable ! C’est qu’à force, le sexe n’avait plus vraiment de secrets pour Doutzen. La belle Russe avait sucé et masturbé bien des queues, et Reto l’avait confié entre les mains d’une éducatrice sexuelle, une femme qui lui avait appris à contrôler le désir sexuel masculin. En alternant entre caresses, pause, elle jouait avec le désir et la frustration de son partenaire, pouvant ainsi retenir autant que possible l’orgasme de son partenaire. C’était très précisément à ce genre de situation qu’Alix avait droit. Se penchant vers la queue d’Alix, Doutzen soupira, continuant à mouiller sur le visage de sa proie, recouvrant sa figure de sa délicieuse cyprine. Très excitée, Doutzen mouillait beaucoup, gémissant encore. Elle se mordilla les lèvres, et se pencha encore, écartant la queue de la femme pour s’attaquer à ses bourses.

« Hihi… Tu crois pouvoir me dire quoi faire, petite chienne ? Tu crois que je ne prends pas mon pied, là ? Ce qui tombe sur ton visage, haaaa… Ce n’est pas de la sueur ! »

La jeune femme n’était pas dupe. Elle savait surtout qu’Alix devait commencer à avoir mal au sexe. Rien de bien surprenant, en soi, vu la taille de sa queue, et cette magnifique érection. Doutzen s’amusait donc. Chacune de ses mains caressait tendrement ses testicules, remuant doucement dessus. Elle savait la zone sensible, et évitait donc de les écraser, les caressant au contraire délicatement, tout en frottant son visage contre son sexe, lui octroyant plusieurs baisers, léchant ensuite son beau membre. Des baisers le long de la surface, avant qu’elle ne se penche encore, écrasant alors son bassin contre la tête d’Alix, manquant l’étouffer, léchant ses testicules avec.

Prenant tout son temps, Doutzen se redressa finalement, et continua à danser sur le visage d’Alix. C’était une position très particulière, mais conforme à ce que Doutzen avait l’habitude de faire. Quand on était déléguée de classe à Mishima, on avait souvent droit à des séances exceptionnelles lors de la réunion des délégués… Sans parler de tout ce qu’elle faisait pour le compte de Reto. Alix était sa délicieuse proie, et Doutzen n’allait pas la lâcher si facilement.

Elle recommença donc à danser sur elle, délaissant cruellement sa queue, qui remuait d’avant en arrière.

« Hmmm… Haaaa… Mon beau coussin, hmmm… »

Le visage d’Alix était écrasé sous les cuisses de Doutzen, qui continua ainsi, jusqu’à sentir le plaisir atteindre le point culminant. Elle se pinça alors fortement les lèvres, ferma les yeux… Et contracta un magnifique orgasme. Tout son corps se relâcha sous l’effet d’un plaisir fort et puissant. Le visage d’Alix était maculé de mouille, et Doutzen reprit lentement son souffle. Elle se redressa alors, et libéra le visage de sa partenaire, puis se déplaça ensuite, et s’assit sur le lit, lui faisant face, un sourire moqueur sur les lèvres.

« Allez, ta Maîtresse est gentille, Alix… Mais, comme je viens de jouir, tu vas devoir satisfaire mon autre trou… »

Et, joignant le geste à la parole, elle se retourna, et se cambra rapidement, à quatre pattes, présentant à son partenaire son magnifique cul. Toujours aussi perverse, elle avança sa main, et enfonça son doigt dans son fondement, soupirant sur place. Doutzen se mordilla les lèvres, et reprit ensuite :

« Allez… Viens me défoncer le cul, ma chienne ! »
Journalisée

DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.

Tags:
Pages: 1 2 3 [4]
  Imprimer  
 
Aller à:  

Powered by SMF 1.1.20 | SMF © 2006-2007, Simple Machines
Awake and Dreaming - Le Grand Jeu
ChatBox