banniere
 
 
Liens utiles: Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Cacher les avatars

Le Grand Jeu - Forum RPG

Bad langage Discrimination Drugs Sex Violence Gambling

Bonjour et bienvenue.

Ce forum présente des oeuvres littéraires au caractère explicite et/ou sensible. Pour ces raisons, il s'adresse à un public averti et est déconseillé aux moins de 18 ans. En consultant ce site, vous certifiez ne pas être choqué par la nature de son contenu et vous assumez l'entière responsabilité de votre navigation.

Bonne visite ! :)

Pages: [1] 2
  Imprimer  
Auteur Sujet: Holy Luxury Spirit [Marie Mori]  (Lu 337 fois)
Sarah Kerrigan
Créature
-

Messages: 568



Voir le profil
FicheChalant
« le: Octobre 30, 2017, 02:08:12 »

Thyzia était sur une proie des plus stimulantes. Un magnifique cadeau que la jeune Formienne comptait offrir à sa Reine, la toute-puissante Sarah Kerrigan.  Thyzia était la plus jeune des Filles de Kerrigan, une Cérébrate, terme désignant des Formiens dotés de capacités psioniques, dirigeant la Horde, mais en étant les lieutenants de l’Annexien. À ce titre, Thyzia prenait ses fonctions très à cœur, et son rôle était de trouver des proies pour sa Reine, pour en faire ses pondeuses et ses amantes. C’était une tâche très importante pour elle, qui, venant d’être récemment intronisée dans la grande famille de Sa Reine, devait naturellement faire ses preuves.
 
À l’origine, Thyzia était une humaine, une simple humaine de la Terre, avec des pouvoirs télépathiques latents, qui s’étaient développés au cours de l’adolescence, lui attirant de multiples problèmes. Sa route avait fini par croiser celle de Sarah Kerrigan. C’est comme ça que l’ancienne humaine était morte, et que Thyzia avait vu le jour. Mais Thyzia se souvenait encore de Seikusu, conservant en elle les traces de son ancienne vie. C’est pour ça qu’elle chassait à Seikusu, évitant soigneusement d’être trop visible, pistant et traquant, notamment les lycéennes de Mishima, qui faisaient toujours de bonnes pondeuses.
 
Mais, ce soir, Thyzia chassait une proie différente, dont elle avait perçu la trace. Dans ce domaine, elle était très douée, disposant d’antennes, de radars, et produisant des insectes qui lui permettaient d’avoir des yeux partout. Sa cible, plus précisément, se trouvait dans l’une des églises de Seikusu. Le christianisme n’avait jamais véritablement pris au Japon, mais, au lendemain de la Seconde Guerre Mondiale, quand Seikusu avait été occupée par les Américains, la religion avait connu un regain d’intérêt, un véritable second souffle.
 
*Et ma petite proie est là…*
 
C’était une sœur, une superbe religieuse. Thyzia l’avait trouvé par hasard en pistant une jeune nymphomane, qui allait à confesse. Initialement, elle pistait cette lycéenne, mais avait changé du tout au tout quand elle avait vu cette religieuse. Grâce à ses sens, elle avait perçu chez cette religieuse une absence de relations sexuelles. Grâce à sa Reine, Thyzia pouvait sentir ce genre de choses. Elle disposait d’un radar très performant en la matière, et cette nonne avait éclipsé tout le reste. Lentement, patiemment, Thyzia l’avait espionné, observant son rythme quotidien, ses tâches… Afin de déterminer quand frapper.
 
Et ce moment était justement arrivé ! Thyzia se tenait juchée sur le clocher de l’église, silhouette solitaire plongée dans la nuit, attendant que sa proie termine de faire le ménage. Elle sortirait par un petit cloître isolé, à l’arrière, une petite cour avec les poubelles. Elle finissait toujours en sortant les sacs-poubelles, et conservait sur elle sa bure de moine.
 
*Allez, allez, ma petite, ne fais pas attendre Maman… Maman a soif de ta chair !*
 
Très soif, même !
Journalisée

DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.

Marie Mori
Humain(e)
-

Messages: 22



Voir le profil
FicheChalant
Description
"Repent, sinner !"
« Répondre #1 le: Octobre 30, 2017, 12:38:50 »

La nuit allait tomber ! Il fallait qu’elle se dépèche… L’église principe de Seikusu n’avait pas à rougir de honte par rapport à des églises européennes, vu sa grandeur et sa fierté. Cette église, fruit de nombreux dons de la communauté étrangère qui vivait à Seikusu, avait permis l’édification d’une église grandiose. Elle était d’un magnifique style néo-gothique, chose plutôt rare pour un édifice du XXe siècle. Bref, elle était grande, magnifique, colossal… Et donc, une horreur à nettoyer. Et oui, il fallait bien se dire que c’était bien joli des églises grandes et colossales, mais il fallait bien les nettoyer ! Et avec le nombre de paroissiens motivés pour travailler, et bien, parfois, cela était difficile de pouvoir entretenir parfaitement ses monstres de pierres. Et encore, l’église de Seikusu était grande, mais certaines églises européennes, gigantesques, elles, avaient les mêmes soucis de monde… Donc, parfois, le nettoyage prenait de très long moments… Et avec de moins en moins de personnes...

Marie s’était portée volontaire pour aider… Ce n’était pas du tout la première fois qu’elle faisait ça. Elle avait passé l’après midi de son Dimanche à cela… En effet, Marie respectait des horaires très fixe. Le Dimanche, elle avait la Messe jusqu’à midi, puis elle mangeait, puis elle partait aider au nettoyage complet de l’église. Ainsi, elle travaillait d’arrache pied pour que tout soit parfait. Après tout, elle faisait ça pour Dieu ! Et Dieu était sans doute satisfait de ce qu’elle faisait… Alors je vous rassure, elle ne faisait pas non plus ça TOUT les dimanche. Grosso-modo, le nettoyage complet de l’église, elle le faisait une fois par mois. Il n’y avait pas besoin de plus, il faut bien l’avouer, une fois par mois, cela suffisait largement pour que tout soit nickel chrome. Les autres dimanches, et bien… Elle participait à des actions de charités, elle aidait les gens, etc. Bref, Marie se reposait que rarement. Elle profitait du fait que son travail de surveillante n’était pas non plus spécialement épuisant pour passer son temps libre à aider.

Ce soir là, malheureusement, elle avait l’impression qu’elle avait prit mal de retard… Ou bien était-ce car les nuits rallongeaint ? Bref, il était tard, et elle avait encore eu des choses à faire. Elle était finalement la dernière à être rester. Oh bien sur, quelques grands-mères avaient voulus rester pour aider, mais après d’âpres négociations, la fameuse Marie avait réussi à les convaincre de partir, et qu’elle pouvait achever ce qu’elle devait faire toute seule ! Elle ne voulait pas que ses pauvres dames, qui avaient toutes un certain âge quand même, se fatigue trop… C’était pas bien de la part d’une chrétienne ! Et elle voulait quand même aider… De toute façon, elle avait presque fini, étant donné qu’il ne lui restait plus grand-chose. Pour tout dire, enfaite, il ne restait plus que les poubelles maintenant à sortir. Heureusement, le local poubelle n’était pas loin. Elle avait pris les deux sacs poubelles, et était sortie pour pouvoir les mettre dans les grands bacs. Elle les posa quand soudainement, elle se figea, seule dans la nuit… Et déclara :

« Qui va là ? Je vous ai entendu. »

Quoi ? Marie avait des super-pouvoirs ou quoi ? Alors qu’elle venait de jeter les sacs poubelles dans le bac à ordure… Elle s’arrêta, et regardant vers l’horizon, elle fit ses déclarations… Alors là, on pouvait que dire « chapeau ». C’était un exploit de réussir à repéré qu’une personne étant entrain de l’observer… Car il est vrai que là, une personne était placée au niveau du clocher de l’église de Seikusu, et était entrain d’observer la fameuse jeune dame en tenue de bure, qui était entrain de terminer son travail. Donc, en toute logique, comme personne d’autres n’étaient autour de l’église à ce moment là, et bien, la seule personne qu’aurait pu remarquer Marie… C’était bel et bien Thysia… Mais par quel artifice avait-elle réussi à repérer une personne qui était pourtant loin, non pas dans son champ de vision, et en plus dans le noir ? Avait-elle cachée enfaite des pouvoirs ultra-sensoriel ? Un talent cachée ? Des prémonitions ? Dieu était-il intervenu pour protéger sa fidèle et ainsi la...

« Oh… C’était toi… Petit chenapan… T’es tellement mignon… »

Sauf que non. Enfaite, tout le paragraphe précédent venait de raconter n’importe quoi… Ce qu’elle avait entendu, c’était un chat. Une chatte pour être précise, étant donné que la minette était ce qu’on appelle une chatte calicot, ce qui expliquait que c’était forcément une chatte, étant donné que seuls les chattes pouvaient être calicot. C’est génétique. Bref… Elle s’approcha du chat, n’ayant pas DU TOUT, vous avez bien compris maintenant, vu la fameuse Thysia, et tenta de caresser le chat. Elle avait un faible pour les chats… Ils étaient vraiment trop mignon ! Il y avait pas plus mignon qu’un adorable petit chat, après tout ! Bref, elle tenta de caresser la fameuse petite chatte, mais elle fut récompensée par ce que faisait trop souvent les chats un peu sauvage… Elle fut griffée malheureusement, et elle déclara, assez mécontente, en direction du fameux félin qui avait décidé après son forfait de prendre la poudre d’escampette.

« Aie ! Mais ça fait mal petit chat... »

Ahlala… Pauvre, pauvre Marie. Elle avait juste voulue s’occuper de cette adorable et mingon petit chat, et voilà qu’elle s’était fait griffée… ainsi, elle fit soudain la plus grosse bêtise de sa vie, celle qui allait sans doute attirer sa perte. Ou du moins, le début d’une nouvelle vie. En effet, alors qu’elle était ainsi entrain de sortir les poubelles, et qu’elle aurait pu rapidement rentrer de nouveau dans la chapelle, pour ainsi récupéré une véritable « protection » contre ce qui pouvait arriver… et bien, elle resta dehors. Elle mit son doigt dans la bouche, et commença à le sucer. En effet, c’était au niveau du doigt qu’elle s’était fait griffée, et on avait même pu voir un peu de sang couler. Ce n’était pas grave du tout, hein, notre fameuse Marie en sortirait avec un peu de tristesse de s’être fait griffée, et c’est bien tout… Mais quand même ! Pauvre, pauvre Marie. Bref, elle était comme ça, sans défense… Mais en même temps, c’est ce qu’elle pensait… Qu’est-ce qui pourrait bien lui arriver ici ?
Journalisée

Ceci est un double compte de Cassandre Harmington. Si vous êtes intéressés pour un RP ou pour demander quelques choses par MP, veuillez l'envoyer sur le compte principal. Merci =D !
Sarah Kerrigan
Créature
-

Messages: 568



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #2 le: Novembre 01, 2017, 10:54:35 »

Il y a quelques temps, Mère avait pris le contrôle d’un couvent sur Terra. Des bonnes sœurs, des nonnes bien sous tout aspect. Elles vivaient dans un monastère reclus au large de Nexus, sur une île coloniale. Ce couvent avait été formé pour inciter les prostituées à revenir dans le droit chemin, et, concrètement, visait surtout à permettre aux familles d’assagir leurs filles, de leur enseigner la tempérance sexuelle, et de s’assurer qu’elles restent vierges jusqu’au mariage. Le couvent de Sainte-Rose, comme on l’appelait, du nom de Sainte-Rose, une nonne qui avait été canonisée en se sacrifiant pour défendre la vie. Kerrigan s’était rendue dans ce couvent reculé, et avait violé les nonnes, encore et encore, pendant des semaines. Elle avait transformé le couvent, et, sous ce dernier, il y avait une ruche formienne. À chaque fois qu’on ramenait de nouvelles candidates, elles rejoignaient la secte qui s’était formée dans le couvent. Depuis cette épisode, Kerrigan avait posé comme principe que les nonnes étaient d’excellentes pondeuses, ce qui expliquait pourquoi Thyzia était là, assise sur le clocher.

Marie ne pouvait la voir, mais le chat errant si. Il sentait les pulsions de Thyzia, et, grâce à sa vision diurne, à ses moustaches, ressentait sa présence, et réagissait instinctivement, les phéromones de Thyzia déclenchant sa colère. Mais ce ne fut pas la Cérébrate qui en fut la victime, mais la petite religieuse, qui, en sortant les poubelles, fut griffée par le chat. La Formienne, elle, se laissa petit à petit descendre, silhouette solitaire. Même si sa proie était retournée à l’intérieur de l’église, ça n’aurait rien changé.

*Parfaite, elle est parfaite !*

Thyzia était toute excitée, car c’était sa première proie ! Elle ne devait pas échouer. Mère serait si fière d’elle, si heureuse ! Rien qu’en y songeant, Thyzia était toute émoustillée ! La femme continua à descendre, adhérant à la paroi... Puis sauta brusquement, et atterrit en plein sur les poubelles, faisant sursauter la religieuse, qui tomba au sol.

« Coucou, ma chérie ! »

Jambes pliées sur les poubelles, Thyzia se redressa lentement, dominant la religieuse de toute sa hauteur, avec son look atypique, noir et rose. Elle arborait surtout un étonnant couvre-chef, fait de deux longues antennes qui semblaient remuer d’elles-mêmes, et sauta ensuite au sol, se tenant devant elle.

« Il est dangereux de rester seule si tard, ma petite pimprenelle... »

Thyzia sourit malicieusement, et l’une de ses antennes s’allongea alors démesurément, jusqu’à s’enrouler autour du doigt de Marie, et cicatrisa sa plaie en laissant un peu de sa bave. La Formienne fléchit ensuite les genoux, tout en libérant le doigt de la femme, qui semblait comme tétanisée sur place devant cette apparition incroyable.

« Tu es vraiment magnifique... Je m’appelle Thyzia, et je viens t’offrir de changer de religion, de servir, avec ta dévotion, une nouvelle divinité... Ma Mère ! »

Et, pour l’effrayer un peu, elle rajouta ensuite :

« Et tu lui feras don de ta précieuse virginité... »
Journalisée

DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.

Marie Mori
Humain(e)
-

Messages: 22



Voir le profil
FicheChalant
Description
"Repent, sinner !"
« Répondre #3 le: Novembre 03, 2017, 09:02:17 »

Le nuit était totalement tombée maintenant. Elle allait bientôt rentrer, elle suçait juste son doigt car bon sang... Il avait été méchant ce mignon petit chat ! Elle comprenait pas trop. D’habitude, elle avait plutôt du succès avec les animaux... Mais pas là ! Là, non, elle était tombée sur un chat visiblement hyper vénère. Elle pouvait pas encore comprendre pourquoi, mais cela n’allait pas tarder, étant donné que la cause de la colère du chat s’approchait... S’approchait de plus en plus... Quand soudainement, elle était arrivée. En effet, Elle s’était positionnée sur une poubelle... Comme ça, sans aucun soucis, en étant descendu du clochet... Heureusement que la fameuse Marie ne le savait pas, car elle aurait été choquée d’apprendre qu’une telle créature s’était installée pendant un moment sur le clocher... Mais bon, quoiqu’il en soit, celle-ci déclara quelques choses en direction de la fameuse religieuse...

« Coucou, ma chérie ! »

« AAAAAAAAH ! »

QU’EST-CE QUE PUTAIN DE QUOI ? Heureusement, elle l’avait pas dis, car les grossièretés, ce n’était pas très chrétien, et donc, ce n’était pas bien. Mais quand même ! Alors qu’elle était tranquillement entrain de sucer, son doigt, et bien, une femme... Enfin... Pouvait-on encore appeler cela une femme ? Venait d’arriver. Déjà, elle fut choquée par sa « tenue ». Si on pouvait encore appeler ça une tenue. Elle était provocatrice... Mais encore une fois, ce n’était pas tant la tenue qui était le plus choquant... Non, le plus terrible, le plus atroce, c’était bel et bien, et de loin, sa tête. C’était plus une tête insectoïde qu’humaine, aux yeux de la fameuse Marie. Alors, oui, elle exagérait. C’est vrai que la tête avait des antennes, mais quand même, elle était pas non plus si choquante que ça... Mais quand même ! Bref, elle regardait avec des yeux exorbitée la nouvelle interlocutrice, qui déclara :

« Il est dangereux de rester seule si tard, ma petite pimprenelle... »

« Je... »

Ok... alors, là, ça commençait à VRAIMENT faire peur. Pourquoi cela me diriez-vous ? Et bien, car maintenant, le soucis n’était pas seulement la tenue. Au fond, elle s’en fichait des tenues, même si c’était inacceptable d’entrer dans le périmètre d’une église, avec une telle tenue... Mais les antennes n’étaient pas que des membres de la tenue... Non, car en effet, celles-ci commencèrent à s’enrouler autour du doigt de la religieuse... Et... Et la soigna. Alors, premièrement, cela voulait dire que ses antennes étaient articulés et déplaçable, ce qui retirait le fait que c’était un costume... Mais en plus, les soins... Soit c’était un miracle, et son interlocutrice pouvait déjà remplir les papiers de sa futur canonisation... soit alors, c’était démoniaque. Et là, vu le look de son interlocutrice, et bien, c’était ouvertement une démone... D’ailleurs, les déclarations suivantes confirmaient les pensées de la fameuse nonne.

« Tu es vraiment magnifique... Je m’appelle Thyzia, et je viens t’offrir de changer de religion, de servir, avec ta dévotion, une nouvelle divinité... Ma Mère ! Et tu lui feras don de ta précieuse virginité... »

« PREND CA DEMON ! »

Elle jeta sa croix dans la face de son interlocutrice, tout en reculant vivement. Et beh ! On pouvait dire qu’elle était... Pas dans la subtilité ce soir. Bref, la croix fut littéralement projetée dans la face de son interlocutrice... C’était un démon. C’était sur et certains, elle avait affaire à un démon. Tout portait à croire que c’était un démon... Elle voulait dire, sérieusement... Entre le look, les pouvoirs... Et maintenant, le nom ? Tout sonnait démoniaque chez cette fameuse femme, et donc, tout montrait que c’était une horrible personne. De plus... « Offrir de changer de religion » ? Jamais ! « Sa mère » ? Elle était sans doute donc l’enfant d’un démon... Bref, une horreur ! Elle comptait bien empêcher cette horreur de rester sur la Terre des Chrétiens. Elle allait le chasser, grace aux enseignements de son père !

« Exsurgat Deus et dissipentur inimici ejus : et fugiant qui oderunt eum a facie ejus. Sicut deficit fumus, deficiant ; sicut fluit cera a facie ignis, sic pereant peccatores a facie Dei ! »

Oh la vache ! Elle avait réussi à tout dire, sans aucun problème. Qu’est-ce que c’était ? Et bien, ce Psaume, début du Psaume 68, issu du second livre des Psaumes, et a été souvent considéré dans l’histoire comme le Psaume le plus important et le plus beau de ce livre, mais aussi un chant de guerre Protestant, vu que ses derniers l’eurent réutilisé durant les Guerres de Religions. Néanmoins,  depuis la fin du XIXe siècle, ce psaume est aussi utilisé pour les exorcismes, pour repousser le Diable et les Démons. Ainsi, notre fameuse Marie avait voulu l’utiliser pour tenter de chasser... Non, que dis-je, pour détruire la fameuse démone qui était en face d’elle. Oui, car comme dit précédemment, elle avait en face d’elle un démon. Ainsi, grâce au Pape Léon XIII, elle espérait que cette puissance contenue dans ce Psaume biblique allait chasser le démon, comme elle déclara à la fin, pleine d’espoir, et sûre que cela allait marcher.

« Bref, Vade Retro, suppôt de Satan ! »

Satan ne gagnera pas ! Elle avait une église pas loin d’elle, et de l’eau bénite à aller chercher... Elle comptait bien chasser cet être. Elle ne pouvait pas laisser un être démoniaque près de l’église de Seikusu, que dirait son père ? D’ailleurs, elle aurait aimé qu’il soit là, car s’il n’était pas l’exorciste qualifié pour cette partie de l’Archidioscèse de la région, il s’y connaissait un peu... Enfin, dans le sens, déjà plus qu’elle, qui n’y connaissait rien. Bref quoiqu’il en soit... Maintenant, elle attendait la réaction. Dans le meilleur des cas, la démone devrait commencer à se convulser, et ainsi, être progressivement détruite par la puissance biblique... Dans le pire des cas, cela n’allait rien faire... Et elle allait devoir courir très vite. Sauf que ce deuxième cas... Bah, c’était trop tard. Elle était toujours proche de son interlocutrice, et ainsi, capturable aisément...
Journalisée

Ceci est un double compte de Cassandre Harmington. Si vous êtes intéressés pour un RP ou pour demander quelques choses par MP, veuillez l'envoyer sur le compte principal. Merci =D !
Sarah Kerrigan
Créature
-

Messages: 568



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #4 le: Novembre 06, 2017, 01:33:08 »

Démon ? On avait qualifié Thyriza de beaucoup de choses, mais... Ça, c’était une première ! Interloquée, elle vit la jeune prêtresse se redresser brusquement en lui lançant sa croix chrétienne à la figure. Son crucifix heurta le visage de Thyriza, avant de tomber mollement au sol. La femme regarda brièvement l’objet en argent, la figure du Christ. La grande force de sa transformation en Formienne, c’est que Thyriza avait conservé tous ses anciens souvenirs. Elle savait donc ce qu’était l’Église, le catholicisme, la Bible... Et toutes ces idioties. Elle vit alors la prêtresse, non pas fuir, mais... Lui balancer un psaume en latin. Un léger moment de flottement passa après que Marie termina sa prière par un vague « Vade Retro »... Et Thyriza tomba brusquement à genoux, en posant ses mains sur sa tête, semblant se ratatiner sur place, avant de se mettre à hurler :

« Haaaa... Haaaaa... !! Non... Pas ça, pas... Pas ces mots, haaaa... Mon ultime faiblesse, nooooooooooonnn... !! Je reviendrais, je me vengeraaaaaaaaaaaaaisss, aaaaaaaaaaaaaaaaaahhh... !! »

Thyriza se tut brusquement avant de relever le visage, et de sourire malicieusement.

« C’était minable, non ? Désolée, je ne joue pas très bien la comédie, ma pimprenelle. Toi, en revanche... Quelle énergie, quelle motivation ! Mais assez joué... »

Marie vit alors, probablement avec horreur, non seulement Thyriza se relever, mais son ventre se mettre à remuer, à onduler sur place... Puis des tentacules en jaillirent brusquement, excroissances noirâtres et rosâtres, qui s’enroulèrent autour de la taille de Marie, et la soulevèrent, avant de se rétracter, et ainsi d’amener le corps de Marie à s’écraser contre celui de Thyriza. La Formienne pouvait maintenant passer aux choses sérieuses, certes, mais elle avait encore envie de profiter un peu de cette jeune femme, et, surtout, de la faire paniquer.

Son corps collé au sien, Thyriza posa une main sur ses cheveux, et lécha sa joue.

« On va jouer à un jeu, toi et moi... Si tu atteins la sacristie avant que je ne t’attrape, je t’épargnerai. Dans le cas contraire, je te mange, d’accord ? »

Et elle l’embrassa sur sa belle joue, avant de serrer fort les tentacules retenant la femme, manquant ainsi l’étouffer... Une simple démonstration, pour que la jeune religieuse comprenne que sa vie était entre les mains de Thyriza, qui relâcha ensuite la pression. Marie tomba à nouveau au sol. Thyriza se retourna alors, faisant claquer ses talons sur le sol, et ferma les yeux.

« Je compte jusqu’à dix, ma pimprenelle... Tu as intérêt à courir vite ! »

Comme pour la motiver, des tentacules jaillirent dans le dos de Thyriza, venant caresser le corps de Marie, mais ayant, à leur extrémité, des gueules édentées, prêts à la dévorer. Puis Thyriza se mit à compter...

« Un... Deux... Trois... »
Journalisée

DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.

Marie Mori
Humain(e)
-

Messages: 22



Voir le profil
FicheChalant
Description
"Repent, sinner !"
« Répondre #5 le: Novembre 09, 2017, 12:58:14 »

« Haaaa... Haaaaa... !! Non... Pas ça, pas... Pas ces mots, haaaa... Mon ultime faiblesse, nooooooooooonnn... !! Je reviendrais, je me vengeraaaaaaaaaaaaaisss, aaaaaaaaaaaaaaaaaahhh... !! »

FANFARE ! VICTOIRE ! Ahahah ! Elle avait gagnée, la religion était toujours la plus forte. Ce démon n’avait pas réussi à résister et maintenant, il était détruit par les mots de la foi. Elle était fière d’elle. Bon, d’accord, la mort du démon était un peu ridicule... Mais quand même ! Elle se disait que pour une première fois, elle s’était plutôt bien débrouillée ! Elle avait réussi à vaincre ce fameux démon, enfin, cette fameuse démone relativement simplement. Elle allait tout raconter à son père, il serait fière d’elle. Bref, elle décida de quand même être bien sur que le ratatinement de cette horrible démone se confirme avant de partir... Cela allait être une déception, alors, étant donné que au bout d’un moment, celle-ci se releva, comme si de rien n’était, et déclara, confirmant que cela n’avait été rien :

« C’était minable, non ? Désolée, je ne joue pas très bien la comédie, ma pimprenelle. Toi, en revanche... Quelle énergie, quelle motivation ! Mais assez joué... »

« Je... AAAAAAAAAAH ! »


La démone s’était non seulement relevée mais commençait à se métamorphosait partiellement... Et c’est ainsi que sortit de son arme -vision de l’enfer aux yeux de Marie-, de véritables tentacules. Le cri de Marie ne fut pas suffisant pour tenter de la sauver, et elle se fut attraper par les tentacules, qui la serra brusquement, et la rapprocha de son interlocutrice... Sa taille fut attrapée, et elle fut attirée vers cette dernière, sans aucune délicatesse, comme si tout cela n’était qu’un jeu, et Marie le jouet qu’elle pouvait allégrement prendre. Les deux femmes étaient maintenant collés, et la formienne s’amusait avec les cheveux blonds de la religieuse... Si le but de la dite-formienne était de faire paniquer Marie, c’était une franche réussite, car Marie paniquait complètement. Toute tentative pour s’enfuir était vaine, vu la situation, et elle avait extrêmement peur... Surtout quand la suite fut déclarée :

« On va jouer à un jeu, toi et moi... Si tu atteins la sacristie avant que je ne t’attrape, je t’épargnerai. Dans le cas contraire, je te mange, d’accord ? »

« Je... Aargh... »

Elle aurait voulu répondre. Prier, demander pitié... Mais elle ne put. Elle fut récompenser par l’Eros et le Thanatos. Dans un premier temps, elle fut embrassée, chose douce et gentille, que si cela pouvait parfois la gêner, la religieuse n’était pas contre... Enfin, si, dans cette situation, elle était complètement contre, mais là n’est pas la question... Puis, elle fut brusquement écrasée, serrée comme un citron trop mûr. Argh... Oubliant le petit jeu qu’avait proposé la fameuse formienne, Marie était entrain de se dire que ça y est, elle allait mourir. Elle allait mourir ainsi... Dieu... Elle demandait à Dieu de la protéger... Il fallait qu’il agisse... Et heureusement, celui-ci décida d’agir -enfin, plutôt son interlocutrice, mais on parle de la fameuse Marie, je vous rappelle-, et elle fut lâchée. Elle s’écroula par terre, et écouta les déclarations suivante de cette horrible démon qui était malheureusement toujours là.

« Je compte jusqu’à dix, ma pimprenelle... Tu as intérêt à courir vite ! Un... Deux... Trois... »

Elle s’était retournée ! La démone, hein, pas Marie. Marie, elle, était toujours à terre pour reprendre son souffle. Evidemment, après ce qui venait de se passer à cause des tentacules, la fameuse religieuse était encore un petit peu sonnée, donc, elle n’était pas de suite capable de reprendre un effort physique... Néanmoins, avec la formienne retournée, elle avait peut-être une chance de s’en sortir ! C’était son unique chance, car elle avait vu qu’elle n’était pas assez puissante pour réussir à faire un exorcisme, et chasser ce demon... Oui, elle regardait la démone, et se disait que cela devait faire partie des pires créatures que les enfers avaient... quel horreur... Elle ne pouvait rien faire à part prier que Dieu lui vienne en aide contre cette créature, car... Car elle était là, par terre... Avec ce décompte qui... Ce décompte qui... OH MON DIEU CE DECOMPTE !

Quatre, cinq...

IIIK ! Mais qu’est-ce qu’elle faisait ! Elle devait aller vite ! Elle perdait du temps là ! Elle se releva avec quelques difficultés, tituba, et manqua de tomber à nouveau, à cause d’un manque d’équilibre, et du fait qu’elle était un peu sonnée... Mais elle n’avait pas de temps à perdre. Elle regarda alors la fameuse porte de la sacristie... Elle n’était pas loin, elle avait une chance ! Elle n’avait jamais fait de sport véritablement dans sa vie... Même au collège en Italie, ou au Lycée au Japon, elle n’avait jamais brillé par ses notes en sport, et avait toujours trouvée le sport comme quelque chose d’assez inutile. Maintenant, elle le regrettait, et sentait la punition de Dieu pour avoir reniée cela, étant donné que sa vie en dépendait. Elle avait commencer à courir et se dirigeait vers la porte de la sacristie. Elle devait y arriver. Elle n’avait pas le choix. Si elle n’y arrivait pas... Elle se ferait dévorer vivante...

Six... Sept... Huit... Neuf...

Elle comptait dans sa tête, oubliant complètement la démone, et tentant de prier pour qu’elle puisse arriver à temps. Ce n’était pas possible. Elle n’allait pas y arriver. Ou pas. Ou peut-être que si. Ou peut-être que non. Elle n’en n’avait aucune idée. Son sang battait dans sa tempe, son souffle s’amenuisait, son coeur s’emballait... Elle avait jamais couru aussi vite de sa vie... Elle pouvait le faire. Plus les chiffres avançaient dans son esprit, et très certainement dans la bouche de la démone, puis elle sentait qu’elle pouvait le faire. Elle allait être juste, mais elle allait y arriver. Pourquoi ? Et bien, car elle pensait qu’elle aurait plus de dix secondes. Dans les faits, elle allait être tout juste, un tout petit peu en retard... Mais elle allait y arriver. Pourquoi ? Car il faudrait quelques secondes à la Formienne pour se retourner. Donc, ainsi, elle serait entrer dans la sacristie, et aurait fermer la porte. Ainsi, elle serait à l’abri, proche de Dieu, et si la démone entre dans le sanctuaire du Père, au nom du fils elle serait détruite...

DIX !

Sa main passa le seuil de la sacristie... Elle soufflait fortement. Il ne lui fallait que quelques secondes de plus... Quel... ques... secondes...
Journalisée

Ceci est un double compte de Cassandre Harmington. Si vous êtes intéressés pour un RP ou pour demander quelques choses par MP, veuillez l'envoyer sur le compte principal. Merci =D !
Sarah Kerrigan
Créature
-

Messages: 568



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #6 le: Novembre 13, 2017, 01:34:22 »

La petite spécialité dans le dilemme de Thyriza, c’est qu’elle n’avait jamais eu l’intention de manger Marie. La manger, quelle idée ! Elle se damnerait plutôt que d’arracher une seule partie de ce corps parfait, de ce cadeau précieux qu’elle destinait à sa Reine ! Mais, avant ça, elle voulait quand même jouer un peu. Quoi de surprenant là-dedans ? Techniquement, Thyriza était encore un bébé, vu le peu de temps depuis qu’elle avait été transformée en Cérébrate. Elle voulait jouer avec sa proie, mais aussi assouvir quelques fantasmes. Tétanisée, Marie mit du temps à réagir, tant et si bien que Thyriza, qui lui tournait le dos, chercha une stratégie pour l’amener à la sacristie... Mais la religieuse finit par cesser de croire en un sauvetage divin, et se mit à filer à toute allure... À tel point qu’elle heurta du pied sa robe, trébucha, avant, de reprendre.

Elle fila dans l’église, et dévala un couloir, menant à une porte latérale qui ouvrait sur la sacristie, le cœur de l’église, avec la nef. L’église était maintenant fermée au public, mais il restait encore, le long de la sacristie, autour de l’autel, quelques bougies qui avaient été allumées pour la nuit, et qui éclairaient la croix du Christ. Un endroit sacré, une ambiance solennelle... La petite religieuse verrouilla la porte derrière elle, et se rapprocha de la seule zone éclairée de l’église, la sacristie. Elle était là, seule, paniquée, si fragile, ne pouvant trouver refuge que dans un Dieu aveugle et absent. Elle regardait nerveusement autour d’elle, sans entendre aucun bruit de pas... Puis un soupir se fit entendre, suivi... D’un gloussement.

« Piiiimpreeeeeneeeeeeeeeeellleeeeee... Oùùùùùùùùù eeeesss-tuuuuuuuuuu, piiimpreneeeeeeelleeee ??! »

Une voix d’outre-tombe remontait dans l’église, comme si elle venait de très loin, s’accompagnant de nouveaux gloussements moqueurs et sarcastiques. Mais impossible d’identifier l’origine de la voix, sa provenance... Puis Marie sentit autour d’elle de brusques courants d’air, ainsi que l’écho de bruits de pas, comme dans un film d’horreur... Et, brusquement, la croix du Christ se mit à vaciller sur place, comme si elle était sur le point de se rompre, contraignant Marie à se retourner vers elle.

Et un nouveau courant d’air résonna dans son dos... Puis des mains se posèrent alors sur ses épaules, lui faisant probablement manquer une crise cardiaque. Thyriza lécha alors son cou, tout en souriant.

« Bravo, ma chérie, tu as gagné ! »

Ses mains étaient très fermes, une véritable poigne d’acier qui s’abattait sur les doucereuses épaules de la religieuse.

« Et ta récompense, boucle d’or, c’est... Moi ! Petite veinarde, va ! »

Elle gloussa encore, et déposa un tendre baiser sur sa joue.
Journalisée

DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.

Marie Mori
Humain(e)
-

Messages: 22



Voir le profil
FicheChalant
Description
"Repent, sinner !"
« Répondre #7 le: Novembre 15, 2017, 05:54:53 »

Marie n’arrivait même pas à croire ce qu’elle avait fait... Elle avait sans doute jamais couru aussi vite de sa vie. Elle avait traversé tout, sans regarder par où elle était passé, pour arriver à son précieux Sésame. L’endroit où elle était à l’abri. Elle avait tout fait pour qu’elle ne puisse pas être poursuivie. Elle avait même réussi à faire fermer à clef la porte, sans se vautrer ! C’était quand même un putain d’exploit, surtout vu le sprint qu’elle avait du faire ! Mais elle avait réussi ! Elle l’avait fait ! Bon sang, elle en pouvait plus. Son souffle était coupé... Elle avait fermé à clef, évidemment, car elle ne croyait pas le démon... Elle savait qu’elle était sans doute là, qu’elle allait approcher... Mais elle n’avait pas la clef. Donc, elle était à l’abri, le temps de prier... Elle devait prier le plus possible, si elle ne voulait pas se faire dévorer...

« Piiiimpreeeeeneeeeeeeeeeellleeeeee... Oùùùùùùùùù eeeesss-tuuuuuuuuuu, piiimpreneeeeeeelleeee ??! »

Elle... Elle était là... Elle était dans l’église... Elle était dans l’église... Mais le pire... C’est qu’elle n’avait aucune idée d’où elle était... l’écho brouillait tout. Elle savait que c’était traditionnel d’avoir de l’écho dans une église, ce qui faisait que bien souvent, on ne savait pas trop d’où venait les sons, les personnes etc... Mais là, c’était quand même très troublant. Elle se perdait complètement, et c’était atroce pour tenter de repérer une menace... Elle faisait ce qu’elle pouvait faire... C’est à dire. Prier, prier, et encore prier... Elle priait le plus possible... Il fallait que Dieu lui vienne en aide ! Elle était une bonne fille, elle allait à la messe... Que Dieu vienne la sauver ! Elle vit alors la croix commencer à vaciller... Elle devait approcher. Elle tenta de prier encore plus fort, fermant les yeux... Malheureusement, ses prières semblaient littéralement tomber dans l’oreille d’un sourd, étant donné que...

« Bravo, ma chérie, tu as gagné ! »

« AAAH ! »


ELLE ETAIT LA ! Tel un jumpscare de film d’horreur, elle venait littéralement de sentir « apparaître » cette démone ! Elle s’était retournée, car elle avait eu l’impression que la fameuse démone était arrivé, et qu’elle préférait la voir... Sauf que ce ne fut pas devant elle, que cette démone apparu... Mais pire : derrière elle ! Elle ne pouvait même pas voir ce qu’elle allait faire... Elle sentait juste les mains de cette dernière sur ses épaules... Elle était tenue, et d’une poigne qui montrait bien que si elle tentait la lutte... Physique, direct, et bien... Et bien, elle n’avait littéralement aucune chance. Elle s’en doutait déjà, elle n’avait jamais eu confiance en sa force ou en son physique... Mais là, elle se disait qu’elle ferait mieux de peut-être abandonner directement. Cela serait moins pitoyable... néanmoins, la chance (ou peut-être pas), enfin, arriva à lui sourire, quand son interlocutrice déclara :

« Et ta récompense, boucle d’or, c’est... Moi ! Petite veinarde, va ! »

« Je... ? J’ai gagné, non, vous n’allez pas me manger... ? »

Elle venait de se faire embrasser sur la joue... Bon, qu’on soit clair... Elle n’avait PAS DU TOUT confiance. Bon, d’accord, c’est vrai que l’habit ne faisait pas le moine... Sinon, elle serait une nonne (ahah), mais quand même ! Là, c’était clairement un habit qui faisait qu’elle ne devait PAS avoir confiance. Cela se voyait totalement ! Elle devait pas juger sur le physique, mais cela se voyait que son interlocutrice... Etait une créature démoniaque... Et qu’elle tentait de trouver un moyen sans doute de plus la manger... Enfin, plus vite, autrement... Elle ne savait pas trop... Mais bref, elle ne voulait pas tenter... Sachant que dans cette fameuse situation... Et bien, elle ne pouvait rien, faire elle décida de tenter le tout pour le tout...

« Je... On peut... Discuter paisiblement, non... ? Je... Je peux vous enseigner les Écritures, ou un peu d’Italien... »

Elle tremblait, son interlocutrice pouvait le sentir. Elle ne l’avait même pas en face d’elle, et donc, elle savait pas quoi faire. Elle regardait, discrètement, ce qu’il y avait autour. Bien entendu, elle tentait de gagner le plus de temps possible. Elle savait que son interlocutrice n’était PAS là pour avoir un enseignement sur les écritures, aucunement. Non qu’elle n’avait pas envie, mais car elle savait que son interlocutrice n’était pas là pour un cours sur cela. Ni sur l’Italien, qui était pourtant une très belle langue... Bref, elle tremblait de tout son corps... Quand elle arriva à apercevoir... Son salut ! Un couteau ! Dieu l’avait écouté. Elle pouvait tenter de se défendre. Cependant, il était un peu loin, et elle devait approcher sa main discrètement. Elle posa alors sa main sur la table sur laquelle était le fameux couteau, et continua de parler, dans l’espoir que ses paroles puissent détourner l’attention de son interlocutrice.

« c’est... C’est très joli l’Italie. »

Elle tentait de gagner du temps... Elle espérait surtout attirer l’attention de la fameuse démone ailleurs... Avec un peu de chance, elle arriverait à attraper le couteau, et le planter dans cette terrible Démone. Elle espérait cela lui permettrait de prendre la fuite après. Là, elle devait finalement quitter la sacristie. C’était un piège, et elle ne pouvait attendre de l’aide de personne, dans ce lieu. Mais si elle allait ailleurs et bien... Et bien, peut-être qu’elle aurait une chance... Mais le soucis... C’est qu’elle avait besoin de ce fameux couteau, et tant qu’elle ne l’avait pas attrapé, et bien... Elle était vraiment vulnérable. Mais avec ce couteau... Elle avait peut-être une infime chance... Sa main s’approcha de la lame, et tenta de l’attraper... Mais échec critique, elle fit tomber la lame, sur le sol, qui raisonna sur sol de pierre... On pouvait dire ça, c’était de l’échec de qualité.
Journalisée

Ceci est un double compte de Cassandre Harmington. Si vous êtes intéressés pour un RP ou pour demander quelques choses par MP, veuillez l'envoyer sur le compte principal. Merci =D !
Sarah Kerrigan
Créature
-

Messages: 568



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #8 le: Novembre 19, 2017, 10:46:08 »

« Te manger ? Bien sûr que non, ma pimprenelle, je n’aime pas le ragoût d’humain... Et j’ai d’autres projets pour toi. »

Thyzia lui sourit tendrement, continuant à caresser ses épaules, à sentir ce corps contre le sien, et pencha son visage vers elle, venant l’embrasser dans le creux du cou. Paniquée, Marie lui demanda si Thyzia voulait qu’elle lui parle de l’Italie, oud es Saintes Écritures. Sans en tenir compte, la Cérébrate, elle, continuait à embrasser et à lécher sa joue, ses mains descendant des épaules de la femme pour caresser ses hanches, la coinçant contre la sacristie. Il était de plus en plus facile de comprendre ce que Thyzia voulait, et elle s’étonnait que la prêtresse ne cherche pas à la repousser, évoquant encore l’Italie... Dont Thyzia n’avait pas grand-chose à faire. Elle, elle continuait à l’embrasser, à coller son corps contre le sien, et ses mains continuaient à descendre le long de ses côtes, jusqu’à s’approcher de son bassin.

Concentrée dans ses gestes, Thyzia n’avait évidemment pas vu la main de Marie se rapprocher du couteau, et, alors que la prêtresse allait le saisir, Thyzia mordilla légèrement son cou, à travers sa tenue de prêtresse. Marie sursauta alors... Et Thyzia entendit un choc sourd et froid sur le sol. Tournant la tête, elle aperçut alors le côté tranchant et luisant d’un couteau. Elle l’observa pendant quelques secondes en fronçant les sourcils, puis regarda à nouveau Marie, une lueur de colère perlant dans ses yeux.

« Eh bien, eh bien... Voilà qui n’est pas très chrétien, Marie ! Que dit ton Christ sur le fait de tendre l’autre joue, pourtant ?! Peut-être bien que je vais te manger, finalement... »

Voilà en tout cas qui expliquait pourquoi Marie ne l’avait pas repoussé. Elle avait cherché à s’emparer d’un couteau pour la planter, la petite vicieuse ! Thyzia était plutôt impressionnée, car elle s’était attendue à ce que Marie perde son sang-froid. Mais, au lieu de ça, elle avait choisi une autre approche. La Cérébrate se pinça alors les lèvres, et se rapprocha de Marie.

« Ou alors... Voyons voir. »

Thyzia l’embrassa brusquement, posant une main sur sa tête, et colla son corps au sien, donnant un coup de reins. Son autre main agrippa l’une des cuisses de Marie, et elle la souleva, la contraignant ainsi à s’asseoir sur le rebord de la sacristie, soulevant légèrement sa bure pour dévoiler ses longues cuisses fuselées. La main de Thyzia se posa ainsi directement sur la peau nue de la femme, et elle continua de l’embrasser, sans relâche, pendant de nombreuses secondes.

« Pourquoi tu ne me réciterais pas les saintes Écritures pendant que je m’occupe de ton corps, hum ? Parle-moi de l’amour pour le prochain, tiens, c’est un sujet intéressant... Du sacrifice pour les autres. Montre-moi que tu es une bonne petite chrétienne, et peut-être que je ne te mangerais pas... »
Journalisée

DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.

Marie Mori
Humain(e)
-

Messages: 22



Voir le profil
FicheChalant
Description
"Repent, sinner !"
« Répondre #9 le: Novembre 22, 2017, 01:30:55 »

Le couteau, cela n’avait pas fonctionné... Quel malchance ! Elle avait presque réussi ! Et visiblement, son interlocutrice n’avait même pas remarquée au début qu’elle allait se faire planter par le couteau de la religieuse... Si elle avait été juste un peu plus adroite, elle aurait pu se sauver... Mais malheureusement, et bien... Elle avait tentée, et elle avait échouée... Oh ce n’est pas si grave Marie, remet toi ! Plein des gens ont échoués dans ce qu’ils comptaient faire, durant leur vie... Ce n’était pas une raison de perdre confiance en toi et... Oui, bon d’accord. Vous allez me dire que l’échec, dans ce genre de cas, ne signifiait pas forcément se faire capturer et réduite en esclavage à pondre des œufs... Mais chut ! Cela, pour le moment, Marie ne le savait pas. Elle ne savait rien de ce qui l’attendait, s’attendant surtout à se faire manger... D’ailleurs...

« Eh bien, eh bien... Voilà qui n’est pas très chrétien, Marie ! Que dit ton Christ sur le fait de tendre l’autre joue, pourtant ?! Peut-être bien que je vais te manger, finalement... »

Comment osait-elle... Le Christ n’avait pas dit qu’il fallait tendre l’autre joue pour se faire dévorer ! Et encore moins qu’il fallait se laisser maltraiter... Tendre l’autre joue ne voulait pas dire qu’il fallait rester passif face à l’agression... Bon, c’est vrai que le Christ déconseillait la violence. Là, la démone gagnait un point... Mais elle ne voulait pas non plus se faire tuer par cette démone. Elle priait Saint-Michel... Lui avait combattu les démons, il comprenait la situation. Après tout, Saint Michel comprendrait sa situation... Elle avait besoin d’une intervention de l’Ange guerrier, là, maintenant. Qu’il puisse vaincre cette démone, la chasser... Lui permettre de survivre, n’importe quoi... Malheureusement, l’Ange guerrier de Dieu semblait d’humeur flemmarde, car vint pour aider la jeune religieuse, qui au contraire, semblait toujours à la merci de son interlocutrice, qui s’amusait beaucoup de la situation.

« Ou alors... Voyons voir. »

Sans qu’elle puisse rien faire, totalement soumise au caprice de celle qui la contrôlait, elle se fit embrassée par Thyzia... Marie avait une certaine force mentale, il fallait bien le dire, mais comment son simple mental pourrait l’aider dans cette situation. Face au baiser forcé, elle tenta de résister, fermant ses lèvres, mais cela ne servait pas à grand chose. Avec une facilité déconcertante, toujours, elle fut légèrement soulevée, mise sur la sacristie. Elle était maintenant collée avec la fameuse Thyzai, et ne pouvait rien faire, la main commençait même à soulever sa robe de bure. Avec l’une de ses mains, elle tenta alors d’empêcher celle-ci de remonter trop haut, et de révéler certaines choses quelle n’avait pas envie qu’on voit... Bref, le baiser fut heureusement rompu au bout d’un moment, pour laisser l’interlocutrice parler :

« Pourquoi tu ne me réciterais pas les saintes Écritures pendant que je m’occupe de ton corps, hum ? Parle-moi de l’amour pour le prochain, tiens, c’est un sujet intéressant... Du sacrifice pour les autres. Montre-moi que tu es une bonne petite chrétienne, et peut-être que je ne te mangerais pas... »

« Vous voulez plaisantez ? »

Elle déclara cela visiblement énervée... Les saintes Écritures n’étaient pas un jeu, c’était pas quelques choses qu’on déclamait comme ça... Surtout que c’était évident, là, qu’elle utilisait les Saintes Écritures en les détournant complètement... Le sacrifice pour les autres, l’amour pour le prochain... Ce n’était pas ce qu’elle pensait, cette fameuse démone ! On parlait d’un texte sacrée, qui parlait de la Révélation, pas d’un texte qui pourrait être utiliser pour amuser les délires coquin d’un monde... C’était inacceptable d’avoir un tel manque de respect... On ne touchait pas à la Bible ainsi ! C’est un texte sacré, c’était Le Texte ! Donc, elle ne voulait pas jouer à ce petit jeu, même si c’était pour sa vie et...

« Vous êtes un démon, une horrible créature, et vous me forcez ! Vous ne méritez ni saintes Écritures, ni pardon à moins que vous vous confessiez, et que vous arrêtiez de m’agresser ! »

En plus ! Après tout, c’était une démone ! Oui, notre fameuse Marie n’avait toujours pas quittée cette idée. Pour elle, elle était entrain de parler à un démon, et basta. Ce n’était pas le cas, mais bon, que voulez-vous ! Quand Marie avait quelques choses en tête, elle n’était pas du genre à l’abandonner. Au contraire, elle était du genre à y croire pendant beaucoup trop de temps, et ainsi, esitmer qu’elle était dans l’entière et totale raison... Vous voyez la situation complexe... ? Bref, quoiqu’il en soit, la jeune religieuse donnait une dernière chance à la démone... Elle devait se confesser, admettre ses péchés, et décider de revenir dans le droit chemin. Arrêtez d’être une démone, arrêter de faire du mal, de faire peurs aux pauvres religieuses qui avaient rien demander, et faire des attouchements à des femmes, qui ne l’avaient pas demander non plus ! Ainsi, son regard croisa celui de son interlocutrice et... Et...

« Enfin... Je... S’il... S’il vous plait... ? »

Tel un ballon, elle s’était dégonflée. Oui... Car en croisant le regard de la fameuse interlocutrice, et bien... Elle se rappela dans quelle situation elle était. Et ouais, c’est bien beau de faire la belle et la farouche... Sauf que là, elle se rappelait qu’elle risquait quand même gros. Donc, après avoir été gonflée à bloc, elle se dégonflait. Cela se voyait même visuellement, étant donné que son corps se détendait, et elle tremblait de nouveau de peur... bon sang !!!! Pourquoi elle avait dit ça ?! Elle aurait du accepter ! Elle n’avait vraiment pas envie de se faire manger, et elle avait fait des grosses bêtises là ! Bon sang quelle idiote... Et elle pouvait rien faire, car tout ce qu’elle avait dit... Et bien, c’était dit, c’était trop tard. Elle pouvait pas trop être en mode : « Oh enfaite, je blaguais, tu ne me manges pas s’il te plait ? » Finalement... Peut-être qu’elle aurait dut accepter... ? Elle se recroquevillait, assise sur la sacristie... Bon sang, bon sang... Dieu, viens me protéger, pensait-elle. Là, elle n’avait plus aucune chance. Sauf intervention Divine, auquel elle croyait toujours...
Journalisée

Ceci est un double compte de Cassandre Harmington. Si vous êtes intéressés pour un RP ou pour demander quelques choses par MP, veuillez l'envoyer sur le compte principal. Merci =D !
Sarah Kerrigan
Créature
-

Messages: 568



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #10 le: Novembre 27, 2017, 02:17:48 »

Thyzia se mit à sourire lentement devant la résistance de Marie. Aussi paniquée soit-elle, la petite religieuse était suffisamment pieuse pour refuser, de prime abord, de se livrer à ce jeu avec elle. La Cérébrate sourit donc malicieusement, et se pencha à nouveau vers elle, l’embrassant sur la joue. Ses mains caressèrent tendrement ses cuisses, griffant délicatement sa peau. Elle avait senti les petites mains de Marie se crisper sur les pans de sa bure, afin de dissimuler son intimité. La Cérébrate gloussa légèrement, en voyant la confiance de Marie redescendre progressivement, devant le risque de courroucer la puissante Cérébrate.

« Tu es une petite teigneuse, toi... »

Thyzia l’embrassa à nouveau, sur la commissure des lèvres. Ses mains remontèrent pour se poser sur les hanches de Marie, et des tentacules jaillirent alors de son corps, s’enroulant à leur tour autour des cuisses de la femme, serrant la robe. Marie put ainsi sentir le contact froid et gluant des tentacules. Lui souriant à nouveau, Thyzia se montra doucereuse, mais on pouvait clairement sentir que quelque chose sonnait faux dans cette tendresse inattendue... Comme le fait qu’elle restait collée à sa proie, l’empêchant de partir, et faisait preuve d’un comportement totalement différent de celui qu’elle avait adopté initialement. Qu’est-ce que tout cela cachait ?

Souriant encore, Thyzia reprit finalement :

« Mais soit, confessons-nous... Je confesse donc, Marie, t’avoir menti en menaçant de te manger. Enfin... Je suppose que ça dépend du sens qu’on donne à ce mot. »

Un début rassurant, mais une fin plus alarmante. Qu’est-ce que Thyzia voulait dire par là ? Elle lécha à nouveau les lèvres de la femme, et poursuivit :

« Car je compte bien te dévorer, ma chérie. Je confesse être venue te voir pour t’offrir à ma Mère, qui sera pour toi ta nouvelle religion, ta nouvelle Déité. Tu lui offriras ta virginité. Je confesse donc que je vais te capturer, te détourner de ta fausse idole qui ne te protège en rien, et que je vais faire de toi, pour le dire familièrement... La Reine des Putes ! »

Il semblait difficile, en réalité, de faire plus clair.

« Car ton Dieu est faux, Marie. Regarde... »

Un tentacule s’éleva alors, et attrapa la croix chrétienne qui décorait les lieux, avant de l’araracher d’un coup sec. La cxroix tomba au sol, et se fracassa en deux morceaux.

« Tu vois ? Rien, absolument rien. Où est donc la foudre divine qui va me terrasser pour mes blasphèmes ? Ton Dieu est une vieille pute acariâtre, ma chérie. Tu perds ton temps et tu gâches ta beauté à le servir. Je ne peux tolérer ça, alors... Tu serviras désormais une vraie déité. »

Et, bien sûr, Marie n’avait absolument aucune option en la matière !
Journalisée

DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.

Marie Mori
Humain(e)
-

Messages: 22



Voir le profil
FicheChalant
Description
"Repent, sinner !"
« Répondre #11 le: Novembre 28, 2017, 11:16:42 »

« Tu es une petite teigneuse, toi... »

Non. Elle ne l’était pas. Il faut bien le dire. Elle tentait de se donner des airs, mais elle avait quand même foutrement peur. Pas assez ainsi pour que cela rende totalement paralysée, sans qu’elle puisse rien à faire... Mais suffisamment pour qu’elle ne sache pas comment faire, comment bien parler... Bref, elle était pas résigné, elle tentait de montrer qu’elle avait quand même de la force... Mais elle était pas une teigneuse, elle avait trop peur pour ça... Après, maintenant, que faire dans ce genre de situation ? Et bien, pas grand chose, à part se faire embrasser. Encore une fois, Marie ne voulait pas. Elle n’avait pas envie de se faire embrasser par cette fameuse démone... Mais elle ne pouvait rien faire pour l’en empêcher. Non, elle était à sa mercie... Et elle allait très certainement donc se faire manger, comme c’était prévu... Sauf que...

« Mais soit, confessons-nous... Je confesse donc, Marie, t’avoir menti en menaçant de te manger. Enfin... Je suppose que ça dépend du sens qu’on donne à ce mot. »

Elle n’allait pas se faire manger ! Et en plus, la fameuse Thyzia était entrain de se confesser... Même elle n’y croyait pas... Ce qu’elle avait dit avait-il eu une influence suffisante, pour qu’elle regrette ce qu’elle avait fait... ? C’était impossible, même elle, elle trouverait cela trop gros... Pourtant, visiblement, l’envie de la manger... Ce n’était qu’une mauvaise blague. Une très mauvaise blague... C’est ce qu’elle pensa dans un premier temps. Malheureusement, ce « premier temps » ne fut pas d’une si longue durée, étant donné que bien vite, elle eut enfin la présence d’esprit de se rappeler qu’elle ne s’était pas contenté de dire qu’elle n’allait pas la dévorer... Non, elle avait dit un peu plus... Et ce un peu plus avait de l’importance... La preuve ?

« Car je compte bien te dévorer, ma chérie. Je confesse être venue te voir pour t’offrir à ma Mère, qui sera pour toi ta nouvelle religion, ta nouvelle Déité. Tu lui offriras ta virginité. Je confesse donc que je vais te capturer, te détourner de ta fausse idole qui ne te protège en rien, et que je vais faire de toi, pour le dire familièrement... La Reine des Putes ! Car ton Dieu est faux, Marie. Regarde... »

C’est alors que la fameuse démone, enfin, toujours avec ce que pensait notre fameuse Marie, usa de l’une de ses tentacules pour briser la croix. Celle-ci ne fit rien, et se fit détruire, avant de tomber misérablement par terre. Aucune intervention divine. Ni foudre, ni colère, ni voix divine disant : « PUTAIN GIRL C’EST LA CROIX DE MON FILS » Non. Rien. Juste le bruit qui raisonna dans la sacristie vide... Bref, un blanc totale... La fameuse Marie tremblait, pensant à ce qui venait de se passer, et ce qu’elle avait dit... C’était ça... C’était ça que la démone voulait ? Sa virginité ? Elle allait se faire violer ? Non pire, elle allait se faire violer et prostituer, comme ça ? C’était un destin... Elle allait se faire capturer et violer. Et voilà qu’elle était devant celle qui comptait faire cela... Personne ne pouvait la voir ni l’entendre, donc, elle n’avait rien à craindre, cette fameuse Thyzia... D’ailleurs, qui enfonçait le clou....

« Tu vois ? Rien, absolument rien. Où est donc la foudre divine qui va me terrasser pour mes blasphèmes ? Ton Dieu est une vieille pute acariâtre, ma chérie. Tu perds ton temps et tu gâches ta beauté à le servir. Je ne peux tolérer ça, alors... Tu serviras désormais une vraie déité. »

« Soit… Je… Je n’ai donc aucune chance… C’est ça… ? »

Elle déclara ça en tournant la tête... Visiblement, c’était le cas. « Père, pourquoi m’as tu abandonné » aurait dit le Christ sur la Croix... C’était un peu ce qu’elle était entrain de penser. Allait-elle devenir une martyr des temps moderne ? Devant cette horrible créature... ? Elle déclara, alors, tentant de prendre un air assuré :

« Et… Et bien, peut-être que… Vous… Vous n’êtes pas assez importante pour que Dieu intervienne… ? »

BAM ! Elle avait sortit ça, comme ça ! Sans aucune hésitation... On sentait qu’elle avait un peu abandonnée la chance d’être sauvée par Dieu... Donc, elle en profitait ! Elle en profitait pour dire le peu d’estime qu’elle avait pour ce fameux monstre ! Car c’était une monstre, elle n’avait aucun doute. Elle tentait d’écrémer ce qu’elle faisait avec des pseudo-gestes d’affection, mais dans les faits, elle était une horrible créature ! La transformer en pute... ! Elle ne voulait pas ! Qui ne voudrait de toute façon, pensait-elle. Il était néanmoins aisé de voir ce qu’elle évoquait implicitement, sans trop le remarquer... Si en effet, Thyzia n’était pas digne que Dieu s’occupe d’elle... Et bien cela voulait dire que Marie n’était pas digne non plus qu’on s’occupe d’elle, et qu’on daigne la sauver... Et ouais, c’était dans les deux sens ma cocotte ! Mais elle semblait pas remarquer cela, étant donné qu’elle déclara :

« Je mourrai en martyr s’il faut, votre « vraie » déité pourra me tuer, je serais comme Lucie ou Cécile, je suis prête à mou… Mou… »

Sainte Cécile et Sainte Lucie... Deux choix assez cohérent vu sa situation étant donné que la fameuse Marie avait choisie deux Saintes Vierges, qui tout deux avaient eu des problèmes, et des tentatives de faire perdre leur virginité... D’ailleurs, pour l’anecdote, le choix de Lucie était parfaitement conscient de la part de notre fameuse Marie, celle-ci ayant failli finir dans un Lupanar où elle aurait été abusé par des hommes... Le Saint-Esprit est alors intervenu pour la protéger, la rendant complètement immobile et inbougeable... Jusqu’à ce qu’elle meurt. Et là, ouais, vous voyez justement que la fameuse Marie faisait moins la fine... Elle avait vraiment pas envie de mourir. Elle ne voulait pas succomber, et ainsi, elle regardait Thyzia avec des yeux effrayés. Au fond d’elle, même si cela l’horrifiait de penser cela, et bien... Et bien elle se disait que mieux valait finir comme une pute que comme une morte... Elle n’avait pas envie de finir en martyr. Vraiment pas. La mort, ça fait toujours peur...
Journalisée

Ceci est un double compte de Cassandre Harmington. Si vous êtes intéressés pour un RP ou pour demander quelques choses par MP, veuillez l'envoyer sur le compte principal. Merci =D !
Sarah Kerrigan
Créature
-

Messages: 568



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #12 le: Décembre 04, 2017, 02:01:42 »

Diable, que ces religieuses pouvaient être têtues ! Marie en était presque fatigante, typiquement le genre de personnes qui voulaient toujours avoir le dernier mot, et qui mettaient à rude épreuve la patience de Thyzia. La jeune Formienne commençait en effet à passer de l’amusement à l’irritation. Elle avait des instructions très claires sur les proies qu’elle ramenait, mais quelque chose lui disait qu’elle devait montrer à Marie qu’elle était plutôt sérieuse, qu’elle n’était pas là pour rigoler. Quand cette dernière commença à la narguer, et à annoncer qu’elle voulait mourir, Thyzia décida qu’elle avait épuisé son capital patience.

Sa main fusa, et elle gifla sèchement Marie au visage, la renversant au sol. Un coup puissant, qui témoignait de sa force surréaliste.

« Allez, fini de jouer ! » s’exclama alors Thyzia.

Marie s’était couchée sur le ventre, sonnée par cette puissante gifle. Sa bure dévoilait l’une de ses longues jambes fuselées, et Thyzia se rapprocha encore d’elle, et posa une main sur son visage, un sourire maléfique sur les lèvres. Elle serra alors, obscurcissant la vision de la religieuse, l’étouffant progressivement... Jusqu’à la faire sombrer dans l’inconscience. Parfois, comme le disait le vieux proverbe, les discours les plus courts étaient les meilleurs.



Ce fut un coup de fouet sur ses fesses qui réveilla Marie.

Tout autour d’elle, on pouvait entendre des grouillements, des bruits de reptation et de frottement. Elle était suspendue en l’air, maintenue au-dessus d’un sol spongieux et violâtre par des liens à hauteur des poignets et des chevilles. Elle n’avait plus sa bure de religieuse, mais portait encore, sur son cou, un collier doré avec, à la pointe, une croix chrétienne, qui reposait sous ses seins. Nue, Marie était retenue par des tentacules, et le tentacule qui avait fouetté ses fesses se mit à caresser le creux de son dos, répandant derrière lui une traînée liquide gluante et très froide, faisant frissonner la femme.

Où se trouvait-elle donc ? Ça n’avait rien à voir avec l’église ! La lumière émanait de cristaux violets lumineux, et elle avait l’impression d’être dans une sorte de grotte gélatineuse. En fait, on aurait pu croire que c’était là l’intérieur d’un estomac géant, vu la manière dont les murs bougeaient, ondulant sur place. Curieusement, Marie portait encore son foulard de nonne.

« Alors, voilà donc la petite insolente... »

Une voix amusée émanait de l’obscurité, et, rapidement, des bruits de pas se firent entendre. Marie put alors voir une silhouette violette, et une série de pattes arachnéennes, dont l’une se rapprocha d’elle, frottant son visage. Une sorte de vision cauchemardesque avant que des yeux ne luisent dans l’obscurité, et qu’une main griffue ne s’approche de l’un de ses seins, le caressant. Un cristal s’illumina alors, et éclaira le corps monstrueux et magnifique de Sarah Kerrigan !

La Reine des Lames se tenait en personne devant la jeune femme !

« Je vais m’occuper de te dresser comme il faut, ma chérie. Je suis Sarah Kerrigan. Et tu es désormais à moi... »
Journalisée

DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.

Marie Mori
Humain(e)
-

Messages: 22



Voir le profil
FicheChalant
Description
"Repent, sinner !"
« Répondre #13 le: Décembre 07, 2017, 01:44:11 »

Elle n’avait plus que ça : sa fierté. On tentait de lui faire croire que la puissance du Père n’était pas présente, mais elle y croyait. Dieu lui envoyait une épreuve, et elle la terraserait. Même... Même si elle avait peur. Bien sur, elle était insolente, mais elle tentait de faire de son mieux pour ne pas craquer. La notion de la mort lui avait fait peur, mais elle devait tenir bon. Peut-être que Thyzia elle-même faisait partie de l’épreuve... ? Peut-être que tout cela n’était que pour renforcer sa foi ! Elle espérait... Malheureusement, l’espoir fait vivre, dit-on, mais se reposer uniquement sur cet espoir est une mauvaise idée... Une très mauvaise idée même, et disons qu’il est parfois bien plus sage de faire autres choses, de réfléchir, et de tenter de s’en sortir... Car là, une énorme gifle fit tomber à terre la femme, qui ne put rien faire à part regarder celle qui était non seulement son interlocutrice, mais aussi son agresseuse...

« Allez, fini de jouer ! » 

Maintenant couchée sur le ventre, elle ne pouvait rien faire, rien faire du tout. Elle était donc bien piégée, elle pouvait rien faire... Et elle allait mourir. Oui, elle allait bien mourir. Elle ne pouvait rien faire, étant donné que la fameuse Thyzia commençait... A l’étrangler. Elle allait mourir, ainsi, sans rien pouvoir faire pour tenter de s’échapper... Non, elle ne voulait pas mourir... Mais bon, au moins, elle ne finirait pas « Reine des Putes », elle allait disparaître tout simplement, et rejoindre son père. Elle allait mourir en martyr, comme tant de femmes, avant elle, et Dieu la récompenserait... Au... Au revoir... Elle sentait sa conscience s’évanouir... C’était bel et bien la fin... Elle n’aurait jamais pensé que sa vie finirait ainsi... Son père... Ses amis... Tout cela allait lui manquer, mais c’était la fin... Au revoir tout le monde...

***
Ce fut un coup de fouët qui fit sortir du monde de Morphée la pauvre Marie. On pouvait dire que c’était un réveil violent ! Elle émergea alors... Et la première chose qu’elle remarqua, c’était qu’elle était quasiment nue... Ses seins, son intimité, ses fesses... Tout ! Il ne lui restait plus que mystérieusement... Sa capuche, et une croix, la croix chrétienne, qui reposait encore sur sa peau nue... Cela la rassurait un peu... Mais la vue du cadre où elle était... Qu’est-ce que cet enfer ? Tout semblait vivant, horriblement vivant, tout bougeais, cela grouillait... C’était horrible ! Qu’est-ce qu’elle fichait ici ?! Elle voulait partir le plus rapidement possible... Mais c’était impossible, étant donné qu’elle était attachée. Ses bras comme ses jambes étaient immobilisées... Quel horreurs, elle était offertes, ainsi, Elle frisonnait alors que toutes cette matière organique jouait avec elle, c’était atroce... Elle voulait partir...

« Alors, voilà donc la petite insolente... »

« Que je quoi... ? »

Ouh là ! Les mots, les idées, tout se mélangeait dans la pauvre tête de Marie... Il faut dire qu’elle n’était toujours pas habitué au cadre, qu’elle venait de rencontrer donc la personne qui avait sans doute fouétée sa fesse... Enfin... C’était la théorie. Marie se serait donc attendu à Thyzia... Cela aurait été logique n’est-ce pas ? Sauf que non. Marie avait visiblement le droit au mieux... Et ouais, la Reine elle-même ! Enfin, cela, Marie ne le savait pas... Tout ce qu’elle savait... De toutes les créatures des Enfers, et bien, celle-ci était sans doute la pire... Touchant sa peau nue, et bien... Des pattes digne d’une araignées... Une lueur violette inquiétante... Tout du monstre... Mais... Mais ce n’était pas l’apparence qui fut le plus effrayant. Non, si l’apparence était tant effrayante... Et bien, elle n’était en comparaison rien avec cette voix... Cette voix qui faisait hérisser son poil, et qui ainsi expliqua ce qui arrivait...

« Je vais m’occuper de te dresser comme il faut, ma chérie. Je suis Sarah Kerrigan. Et tu es désormais à moi... »

« Je... Non ! »


Elle ne voulait pas... ! Elle avait peur. Cela se voyait à son corps, qui grelottait et frissonnait aussi bien à cause du froid que de la peur... Cela se voyait à sa façon de parler, hésitante, tremblotant, etc... Mais cela se voyait surtout à ses yeux, ses bons reflets de l’âme, qui ici, reflétait toute la peur et toute l’hésitation qu’avait la fameuse Marie. Elle doutait fort peur que si elle était nue, là, c’était pour se faire violer... Puis, Thyzia avait dit qu’elle voulait faire d’elle « La Reine des Putes ». Mais pourquoi ? Pourquoi vouloir faire ça ? Personne n’y gagnerait, et tout le monde souffrirait. Elle n’était pas faites pour le sexe, et cela se voyait ! Pourquoi ne pouvait-on pas la laisser tranquille ? Elle déclara alors :

« S’il vous plait non, pour l’amour de Dieu... Je veux pas... Je suis sur que beaucoup d’autres femmes aimeraient ça... Ne me faites pas de mal... »

Oh, ce n’est pas très chrétien ça, Marie ! Mais oui, elle était bien entrain de tenter d’échanger sa place avec d’autres femmes, en espérant se sauver... Encore une fois, je répète, ce n’est pas chrétien, c’est pas terrible comme comportement ça. Mais c’était bel et bien humain. Elle avait peur, cela se sentait, comme dit précédemment... Maintenant, il fallait voir ce que Sarah Kerrigan allait faire d’elle. Après tout, elle semblait bien incapable de faire quoique ce soit dans cette situation, la fameuse religieuse. Elle ne pouvait qu’à peine prier, et elle avait vraiment trop peur, même, pour se contenter de pleurer ou prier... Non, elle regardait Sarah, en tremblant. Pourvu qu’elle la prenne en pitié... Après tout, elle n’était qu’une femme, une femme qui n’avait rien fait... Elle ne méritait pas cela ! Par pitié !
Journalisée

Ceci est un double compte de Cassandre Harmington. Si vous êtes intéressés pour un RP ou pour demander quelques choses par MP, veuillez l'envoyer sur le compte principal. Merci =D !
Sarah Kerrigan
Créature
-

Messages: 568



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #14 le: Décembre 09, 2017, 03:31:50 »

Sarah se pinça doucement les lèvres devant ce morceau. Une belle religieuse, aussi vierge et aussi chaste qu’au jour de sa naissance ! Thyzia avait été toute fière de la lui présenter, tout en lui disant que cette religieuse était une vilaine effrontée, une petite rebelle. Une raison supplémentaire pour exciter Kerrigan, qui était bien décidée à s’occuper longuement d’elle. Paniquée, elle assura qu’il y avait sûrement d’autres personnes qui aimaient ça, mais pas elle ! À cette phrase, Sarah se mit à rire.

« D’autres personnes ? Tu veux que je jette mon dévolu sur d’autres ? Voilà qui n’est pas très chrétien, ma chérie. Je croyais pourtant que la Bible enseignait à ses fidèles le sens du sacrifice. Après tout, le Christ ne s’est-il pas sacrifié pour sauver les autres ? »

Kerrigan était une femme cultivée, redoutablement cultivée, et qui continuait à narguer Marie. Elle tourna alors sa tête vers un mur, et ce dernier s’ouvrit brusquement. C’était comme si le mur était composé d’une série de couches, superposées les unes sur les autres, et qui se retirèrent progressivement, jusqu’à révéler... Un corps. Un corps recouvert d’une substance blanchâtre crémeuse, et dont une bonne partie du corps disparaissait dans un amoncellement de tentacules, un enchevêtrement gluant qui s’abattait sur elle. Un tentacule était plantée dans sa bouche, deux autres pompaient ses seins, et d’autres s’enfonçaient dans ses trous. Un gros tentacule phallique la pénétrait, et, tandis que tout ça se faisait, Marie put voir que le ventre de la femme était très gros, très arrondi, comme si elle semblait sur le point d’accoucher.

Qui était donc cette pauvre créature ? Les questions devaient se multiplier dans l’esprit de la jeune Marie. Sarah se rapprocha de la femme, dont les yeux étaient recouverts par un autre tentacule gluant.

« Elle, tu vois, c’était une effrontée, comme toi... Elle a voulu se suicider, mais je l’en ai empêché. Maintenant... Maintenant, elle n’est plus rien, plus rien d’autre qu’une pondeuse, un sac à foutre. Mes tentacules la bourrent sans relâche depuis plusieurs semaines, la nourrissant et l’entretenant à l’aide d’intraveineuses. Son esprit est totalement fracturé, dispersé en mille morceaux, et je le reconstruis progressivement. Et elle aussi, elle n’a rien fait... Une simple étudiante, une fille sans histoire. J’ai tellement adoré la baiser, si tu savais... Mais toi... Toi, je sens que ça va être exceptionnel ! »

Aucune piste de sortie pour Marie ! Cette dernière vit avec horreur le corps de la prisonnière retourner s’enfouir dans les tentacules, disparaissant à nouveau. Un sourire moqueur et vicieux éclairait alors les lèvres de Sarah, qui se retourna vers la femme. Ses plaques de chitine s’écartèrent alors à hauteur de son sexe, et, effrayée probablement, Marie vit une verge jaillir brusquement, se dressant fièrement devant Sarah, qui soupira de plaisir.

« Allez, je t’ai assez fait languir... »

Les tentacules retournèrent alors Marie, la couchant en l’air, sur le dos, et écartèrent ses jambes, révélant ainsi l’accès à son intimité. Lentement, les mains de Sarah remontèrent le long des jambes de Marie, griffant sa peau, jusqu’à ce que sa queue ne vienne heurter son bassin.

« Un dernier mot, ma puce ? En temps normal, je drogue mes concubines, mais... Comme tu as été méchante envers ma fille, tu auras droit à un viol à sec ! »

Méchante... Sarah avait le sens de l’ironie ! Après tout, c’était sa fille qui était venue capturer Marie. Mais, dans l’esprit de Sarah, elles ne faisaient qu’offrir à Marie une vie qui avait du sens. Une vie où Marie vivrait dans la jouissance perpétuelle.

Somme toute, n’était-ce pas là une définition du bonheur ?
Journalisée

DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.


Tags:
Pages: [1] 2
  Imprimer  
 
Aller à:  

Powered by SMF 1.1.20 | SMF © 2006-2007, Simple Machines
Awake and Dreaming - Le Grand Jeu
ChatBox