banniere
 
  Nouvelles:
Une nouvelle édition de la Gazette LGJ est disponible !

Vous pouvez y accéder ici.



De nouvelles lois européennes rentrent en vigueur, informez vous ICI.

Liens utiles: Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Cacher les avatars

Le Grand Jeu - Forum RPG

Bad langage Discrimination Drugs Sex Violence Gambling

Bonjour et bienvenue.

Ce forum présente des oeuvres littéraires au caractère explicite et/ou sensible. Pour ces raisons, il s'adresse à un public averti et est déconseillé aux moins de 18 ans. En consultant ce site, vous certifiez ne pas être choqué par la nature de son contenu et vous assumez l'entière responsabilité de votre navigation.

Bonne visite ! :)

Pages: 1 [2] 3 4 5
  Imprimer  
Auteur Sujet: Holy Luxury Spirit [Marie Mori]  (Lu 1680 fois)
Marie Mori
Humain(e)
-

Messages: 47



Voir le profil
FicheChalant
Description
"Repent, sinner !"
« Répondre #15 le: Décembre 15, 2017, 10:59:25 »

« D’autres personnes ? Tu veux que je jette mon dévolu sur d’autres ? Voilà qui n’est pas très chrétien, ma chérie. Je croyais pourtant que la Bible enseignait à ses fidèles le sens du sacrifice. Après tout, le Christ ne s’est-il pas sacrifié pour sauver les autres ? »

C’est vrai. Elle ne pouvait rien dire de plus. Cela la dégoûtait véritablement de penser ça… Mais elle ne pouvait que reconnaître que la fameuse Sarah, là, avait bien raison. Le Christ s’était sacrifié pour autrui… Mais non. Juste non. Là, elle déformait totalement la réalité ! Le Christ s’était sacrifié pour sauver les hommes du péchés, il avait rachetés les péchés. Jamais il ne s’était sacrifié pour le bon plaisir de ses tortionnaires, ni même pour sauver Barbaras, le bandit, tueur, tortionnaire, que les juifs avaient sauvés à sa place… ! Non, il s’était sacrifié pour l’humanité… Elle ne se sacrifiait pas pour l’humanité, elle était sacrifié pour… Pour ça… ! Une créature maléfique, qu’elle accusait d’être pire même qu’un démon ! Elle ne voulait pas, elle ne voulait vraiment pas finir ainsi… Elle ne pouvait pas finir ainsi ! Vraiment !

Et là, ce fut le choc. Et quand je parle de choc… Je parle de véritable choc… En effet, la tête de sa tortionnaire se tourna vers l’un de ses étranges murs qui commença à s’ouvrir. Dans un premier temps, Marie supposa que son interlocutrice tentait de la faire rager, bisquer, en montrant qu’elle pourrait tenter de s’enfuir… Mais non, pas du tout. C’était bien pire que ça… En effet apparu, soudainement… Un corps ! Elle cru pendant un moment que cette femme était morte… Mais non ! Elle était juste attachée, maintenant par des tentacules, tandis qu’une tentacule était dans sa bouche, et bougait légèrement. Ses seins n’étaient pas en reste, étant pompée, visiblement… Sans transparence, elle ne pouvait savoir s’ils recupéraient du lait… Mais c’était sa théorie, car la femme était enceinte, cela se voyait… Et enfin, il restait l’intimité, la précieuse intimité, qui était violentée sans arrêt…

« Elle, tu vois, c’était une effrontée, comme toi... Elle a voulu se suicider, mais je l’en ai empêché. Maintenant... Maintenant, elle n’est plus rien, plus rien d’autre qu’une pondeuse, un sac à foutre. Mes tentacules la bourrent sans relâche depuis plusieurs semaines, la nourrissant et l’entretenant à l’aide d’intraveineuses. Son esprit est totalement fracturé, dispersé en mille morceaux, et je le reconstruis progressivement. Et elle aussi, elle n’a rien fait... Une simple étudiante, une fille sans histoire. J’ai tellement adoré la baiser, si tu savais... Mais toi... Toi, je sens que ça va être exceptionnel ! »

« Je… »

Elle n’avait même pas les mots… Elle ne savait pas quoi dire… Tout l’horrifiait. Le fait qu’elle avait poussé une pauvre étudiante au suicide… Qu’elle ne lui avait même pas accorder le bénéfice de la mort…. Qu’elle faisait d’elle une « pondeuse », un « sac à foutre »… Qu’elle était nourrie, et entretenue… Que son cerveau était remodelé pour sans doute accepter son destin… Et enfin, que cela faisait plusieurs semaines que ça durait ! C’était une sorte d’escalade de l’horreur, que tout devenait de plus en plus horrible, au fur et à mesure qu’elle en parle… Elle ne voulait pas voir ça, et surtout… Elle ne voulait pas subir ça. Elle ne voulait pas finir ainsi… Pourtant, vu sa situation… Et bien, il ne semblait pas avoir trop d’autres possibilités de fins pour elle. Plus le temps passait, plus l’happy ending semblait loin, et plus elle sentait qu’elle allait pas pouvoir en sortir… D’ailleurs, comme disait Sarah :

« Allez, je t’ai assez fait languir... »

Sarah avait alors fait apparaître ce que craignait justement Marie… Un organe reproducteur masculin ! Ou une bite, si vous préférez, mais disons que « organe reproducteur masculin » était plus proche de ce que pensait la fameuse Marie là, en cette situation… Et comme si la situation n’était déjà pas assez inconfortable pour elle… Et bien, la fameuse Sarah décida de changer la position de sa victime. Maintenant, elle était dans une position allongée, offrant peut-être encore plus son corps à tout le monde… Enfin à Sarah. Elle savait ce qui allait arriver… Elle le savait, et en avait bien peur… Surtout quand les mots arrivèrent jusqu’à elle, mots qui n’étaient pas spécialement rassurant, mais il faut dire… Ils n’avaient nullement vocation de l’être !

« Un dernier mot, ma puce ? En temps normal, je drogue mes concubines, mais... Comme tu as été méchante envers ma fille, tu auras droit à un viol à sec ! »

« Non ! Cela n’entrera pas, c’est inutile, c’est… Trop gros ! »

Marie avait vraiment peur… En même temps, je doute fort qu’on pouvait lui en vouloir pour ça, après ce qu’elle avait vu, c’est vrai que cela faisait bien peur… Non ? Bref, elle était terrifiée par ce qui allait se passer. C’était la première fois déjà qu’elle voyait un phallus, et ses cours de science faisait qu’elle savait que ce n’était… Disons pas conventionnel de trouver une « femme », si on pouvait encore à ses yeux appeler Sarah « femme », mais passions, avec un phalluss. Mais alors là… Non, c’était très gros, beaucoup trop gros, cela allait la déchirer, la tuer, elle ne pouvait pas supporter ça ! Elle n’était qu’une petite femme ! Elle allait pas survivre à ça… Alors qu’elle savait que l’inévitable approchait, et bien, elle tenta une dernière fois de faire changer d’avis son interlocutrice, en tentant de se rappeler de ce qu’elle savait de ce qui allait se passer… Une tentative désespérées quoi.

« Je… Vous voulez une pondeuse ? Je serais une très mauvaise pondeuse ! Pensez à vos petits, vous avez besoin de femmes expérimentés, qui ont de… De… Bref, je suis pas bonne ! Nous… Nous pouvons tout deux être raisonnable ! »

Encore une fois, du pur et simple marchandage, une tentative désespérée de faire en sorte que la fameuse Sarah détourne son regard… A ce stade, quitte à la tuer, c’était pas si grave… Elle arriverait au Paradis… Mais là, elle avait moins peur de la mort, quand elle comprenait que son destin serait de ne PAS mourir, mais au contraire, vivre cela… Toute sa vie ! Et elle ne pouvait pas imaginer cela… Donc, elle présupposait qu’elle serait une très mauvaise pondeuse… Comment pouvait-elle le savoir ? Et bien, elle supposait que n’ayant jamais eu d’enfants, étant encore vierge et jeune, et bien, cela faisait qu’elle risquait plus de poser problèmes pour les précieux enfants de Sarah. Alors, bien entendus, on devinait que Marie en avait au fond totalement rien à foutre des enfants de Sarah, elle cherchait juste un moyen de s’échapper… Sauf que cela était sans doute inutile, vu la situation. Très certainement que Sarah n’allait pas s’intéresser aux réclamations de la fameuse religieuse !
Journalisée

Ceci est un double compte de Cassandre Harmington. Si vous êtes intéressés pour un RP ou pour demander quelques choses par MP, veuillez l'envoyer sur le compte principal. Merci =D !
Sarah Kerrigan
Créature
-

Messages: 615



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #16 le: Décembre 18, 2017, 01:59:21 »

Encore une fois, Marie tenta de la dissuader, sans visiblement réaliser qu’il était tard, bien trop tard pour ça. Sarah était furieusement excitée, et, pour s’en rendre compte, il suffisait de voir sa formidable érection. Sa queue était bien dressée, signe évident de son envie de la prendre. Pour la décourager, Marie assura qu’elle serait une très mauvaise pondeuse. En retour, la queue gonflée de Sarah caressa ses lèvres intimes. C’était une belle verge violette, bien grosse, un sacré calibre, qui commença à se glisser dans le corps de la femme. Sarah s’arrêta alors, et caressa les cuisses de la religieuse, en souriant encore.

« Vu comment tu as la langue bien pendue, ma belle, tu me donneras de magnifiques bébés. Maintenant, chut, tais-toi, et profite… Si tu savais le nombre de femmes qui rêveraient d’être à ta place… Perdre sa virginité entre les mains de la Reine des Lames, c’est un immense honneur ! »

Sans nul doute que Marie ne le verrait pas sous cet angle, mais Kerrigan était bien évidemment très sérieuse. Elle banda les muscles, et s’enfonça alors dans le corps de la femme, donnant un bon coup de reins. Un long frisson la traversa en sentant l’étroitesse de ce corps, les lèvres intimes de la religieuse crispant sur son membre. Nulle punition divine ne s’abattit, nul éclair ne vint repousser Sarah, ni barrière magique… Au lieu de ça, elle sentit juste l’hymen de Marie se percer, et le sang afflua le long de sa queue. Kerrigan ferma les yeux, et, sous l’effet d’une excitation subite, griffa involontairement les cuisses de la religieuse.

Oh, que c’était bon ! Sarah aimait le sexe, bien entendu, mais dépuceler une belle vierge, ça… Ça n’avait tout simplement pas de prix ! Elle remua alors, accélérant progressivement le rythme, sa queue bien grosse continuant à déchirer les entrailles de Marie. Elle peinait à s’enfoncer, tant le con de la religieuse était étroite. Encore une fois, Sarah aurait pu se simplifier la vie en utilisant un tentacule qui aurait permis de lubrifier son vagin, mais Sarah estimait que Marie méritait une leçon. Cette religieuse était tout simplement une effrontée qui méritait de se faire casser. Kerrigan voulait l’entendre hurler, et elle continua donc à la prendre.

Ses mains se crispèrent à nouveau sur ses cuisses, et elle continua à la prendre, accélérant de plus en plus le rythme, au fur et à mesure que, progressivement, les lèvres intimes de Marie s’écartaient. Pour l’aider quand même, les tentacules enroulés autour de ses chevilles écartaient ses jambes. Marie était également retenue par les poignets, et se trouvait donc couchée en l’air, le corps perpendiculaire à celui de Kerrigan, qui continuait à la bourrer, s’enfonçant sans ménagement en elle.

« Hmmm… Oh, Marie, haaaa… Tu es v-vraiment… Hmmm… Dé-Délicieuse, haaaaa… Ma salope !! »

Marie pouvait être fière… Elle venait de perdre sa virginité ! Une vie nouvelle, magnifique et pleine de joie, s’offrait à elle.

D’ici peu, Sarah en était sûre, Marie la remercierait pour tout ça…
Journalisée

DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.

Marie Mori
Humain(e)
-

Messages: 47



Voir le profil
FicheChalant
Description
"Repent, sinner !"
« Répondre #17 le: Décembre 20, 2017, 12:03:39 »

Elle regardait, presque hypnotisé, horrifiée, appeurée, inquiète, bref, tout les adjectifs possibles et imaginables, la queue de la fameuse Sarah. Celle-ci était bien loin de toutes les queues qu’avaient vu Marie. Diablerie me diriez-vous ?! Comment Marie pouvait-elle connaître cela ? Pure et chaste qu’elle est ! Et bien, elle avait déjà vu des phallus, ou plutôt des images et schémas de phallus pendant ses cours de biologie dans le secondaire ! Et ouais... Donc, elle savait ce à quoi ça ressemblait normalement... Et elle pouvait « confirmer », cela ne ressemblait PAS DU TOUT à ça normalement. Elle était violette... Enorme... Beaucoup, mais alors beaucoup trop grosse, et elle commençait à entrer en elle... Non, cela allait la briser, il ne fallait pas !

« Vu comment tu as la langue bien pendue, ma belle, tu me donneras de magnifiques bébés. Maintenant, chut, tais-toi, et profite… Si tu savais le nombre de femmes qui rêveraient d’être à ta place… Perdre sa virginité entre les mains de laReine des Lames, c’est un immense honneur ! »

« NON NON NON !!! »

Et c’était trop tard ! Elle ne pouvait que hurler, ce qu’elle faisait, L’inévitable était en cours, et rien ne semblait capable de l’arrêter. Tout les suppliques, demandes, prières... Seul la punition divine semblait pouvoir sauver Marie, mais celle-ci était muette. Son Dieu semblait vouloir qu’elle soit une martyr et violée, plutôt que la sauver. Quoiqu’il en soit, Dieu n’était pas là pour elle, et elle avait a peu près autant de chance de s’en sortir de cette situation, vu sa position, et les envies de son interlocutrice, qu’elle avait de chance de faire la distance Paris-New York en battant des fesses. Bref, en un mots comme en cent, elle allait se faire pénétrer... Et ce qui devait arriver arriva, car en effet :

« AAAAAAAAAAH ! »

Le sang vaginal coula, la virginité fut brisée... Et elle se fut pénétrer, sans aucune douceur. La violence était absolue, et Marie souffrait vraiment, c’était un viol sans lubrification. Et pour sa première fois, on pouvait dire que c’était sec, c’était méchant et sans amour. Elle se faisait même griffer au niveau de ses cuisses, bref, le phallus passait du fond à l’entrée de son intimité, sans absolument aucune considération pour celle qui se faisait violer. Sarah prenait son pied, ah, cela, il n’y avait aucun doute... Tandis que Marie, elle, ne prenait aucun plaisir. Elle était véritablement utilisée, et ne pouvait rien faire. Solidement attaché, il n’y avait guère de différence entre elle,e t un simple jouet sexuel qu’on utiliserait pour se défouler... Elle devait même écouter les railleries de sa tortionnaire :

« Hmmm… Oh, Marie, haaaa… Tu es v-vraiment… Hmmm… Dé-Délicieuse, haaaaa… Ma salope !! »

« Non... Je... Je ne suis pas une salope... Vous me violez... »

Elle gémissait et pleurait. Cela ne servait à rien de continuer de se faire mal à crier, elle souffrait déjà assez de ce qui lui arrivait. Elle n’était pas une salope... Elle n’était pas une salope, car elle ne voulait pas prendre du plaisir à cela. De même, elle n’était pas une pute, elle n’avait absolument pas voulu cela, elle se faisait violer... Quoiqu’il arrive, Sarah devait bien comprendre, au sens de Marie, qu’elle était la victime, et qu’elle n’avait jamais demandé cela. Marie voulait bien faire attention que cela soit clair, au moins... Jamais elle ne serait considéré comme consentante. Elle était une pauvre victime dans cette histoire, et elle souffrait. Elle souffrait énormément... Ou peut-être pas si énormément que ça, comme en témoigna légèrement les déclarations suivantes :

« Pitié, quelqu’un, n’importe qui... Dieu... Je suis votre servante, venez m’aider... Aaah... aaah... »

Elle gémissait comme... Et bien comme une salope. Elle ne prenait pas de plaisir, pas du tout, mais comment faire comprendre à son corps cela ? Elle souffrait mais il y avait aussi quelques réactions naturels qui la poussait à gémir ainsi... Et elle en avait honte. Il fallait que Dieu vienne la sauver, mais il n’arrivait toujours pas, il la laissait souffrir, exactement comme il avait laissé soufrir son fils sur la croix... Elle ne doutait point de Dieu, mais elle implorait qu’il intervienne, à un moment ou un autre... Elle continuait de pleurer et gémir, un mélange des deux... Qui devaient être absolument délicieux à entendre pour Sarah ! Que cela soit dans l’acte sexuel, ou bien dans les gémissements de la fameuse Sarah, on pouvait dire que l’ensemble était absolument charmant pour une personne comme Sarah, tandis que cela ressemblait plutôt à ce qu’imaginait notre chère Marie quand elle pensait à l’enfer...
Journalisée

Ceci est un double compte de Cassandre Harmington. Si vous êtes intéressés pour un RP ou pour demander quelques choses par MP, veuillez l'envoyer sur le compte principal. Merci =D !
Sarah Kerrigan
Créature
-

Messages: 615



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #18 le: Décembre 25, 2017, 05:25:03 »

Petite Marie, douce et petite religieuse... Elle se mit à hurler en sentant la verge de Sarah s’enfoncer en elle, et elle, la Reine des Lames, frémit en sentant l’hymen de la femme se percer sous le contact de sa verge. La douleur explosa dans le corps de la femme, terrible et incroyable. Sarah se pinça les lèvres en sentant combien l’intimité de la femme était sèche, aride et dure. Difficile de s’y glisser et de se mouvoir, car sa queue frottait contre les lèvres intimes de la femme, et peinait à les écarter. De fait, au début, Sarah ne parvenait tout simplement pas à s’enfoncer, bloquée par des considérations anatomiques fondamentales, à savoir une ouverture trop petite pour sa verge, et une absence de dilatation des parois internes de la femme. Marie hurla comme une folle, provoquant chez Sarah une série de frissons, ainsi qu’un sourire vicieux et pervers. Oui, tout ça l’excitait furieusement, ce sentiment de domination, de contrôle sur les autres... Il y avait un peu de méchanceté dans ce qu’elle faisait, mais tout était calculé. Sarah ne comptait pas détruire la religieuse, ni la faire souffrir, mais... Disons que c’était une petite leçon, une correction.

Dans de nouveaux soupirs entrecoupés de sanglots, Marie supplia de prendre quelqu’un d’autre. Encore une fois, Sarah gloussa, et un tentacule apparut soudain, venant fouetter le ventre de Marie.

« Allons, allons, Marie, hmmm, estime-toi... Heureuse ! Ta religion est le paradis des martyrs ! Grâce à moi, hmmm... Tu seras canonisée ! »

Encore une fois, Sarah était suffisamment cultivée pour savoir que le christianisme, à l’image de la religion de l’Ordre Immaculé sur Terra, accordait une grande importance au sacrifice. Tous les Saints que l’Église catholique avait canonisé n’avait pas pour point commun d’avoir accompli de grandes choses, à l’exception peut-être de Mère Teresa, mais d’avoir été des victimes. Après tout, l’image même de cette religion était un instrument de torture, une croix de crucifixion. Le christianisme, avant d’être une religion de compassion et d’empathie, était avant tout une religion reposant sur l’idée noire et dépressive que les humains étaient faits pour souffrir et pour être blessés sur Terre. Le reste n’était qu’une série de conséquences de ce postulat initial et intangible.

Sarah, de son côté, continuait à être embêtée par la difficulté qu’elle avait à pénétrer comme il faut Marie... Et peut-être bien que, inconsciemment aussi, elle ressentait un peu d’empathie pour cette religieuse. Ou alors, elle se disait que lui faire ressentir du plaisir à ce viol serait, en définitive, la pire des humiliations. Elle pouvait en effet sentir une ombrelle, très légère, d’excitation émanant du corps de Marie, comme si, au fin fond d’elle-même, le corps de la religieuse commençait à trahir. Kerrigan commença donc à exploiter cette idée, et généra un nouveau tentacule, dont la pointe était en forme de seringue.

« Tu vas voir, Marie, hmmm... On va bien s’amuser, toutes les deux... »

Les yeux empreints de malice, Sarah continua à guider le tentacule, qui se planta dans le creux du cou de la femme. Un liquide aphrodisiaque se déversa alors dans le corps de la femme, et Sarah sourit donc. Marie allait-elle pouvoir lutter contre ça ? Le corps humain fonctionnait sur des réactions chimiques et purement physiques. Et, dans ce domaine, les Formiens connaissaient le corps humain à la perfection. Marie n’allait pas pouvoir lutter.

« Là, voilà... Laisse le plaisir t’inonder, Marie. Constate à quel point tu aimes le péché, et sombrer dans la luxure, ma petite pute... »
Journalisée

DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.

Marie Mori
Humain(e)
-

Messages: 47



Voir le profil
FicheChalant
Description
"Repent, sinner !"
« Répondre #19 le: Décembre 27, 2017, 11:56:40 »

Son corps la trahissait légèrement, il fallait bien avouer… Mais, c’était que très très TRES légèrement. Dans les faits, elle souffrait, vraiment. Le plaisir était une infime, quasi infime réaction de son corps… Il fallait le dire, pour le moment, il n’y avait absolument aucune tentation de la part de celle qui la baisait, d’être douce… C’était quand même la première fois de le religieuse, et celle-ci ne s’était jamais préparé pour le sexe. Au contraire, son corps entier était en position de défense, et elle se faisait violer, littéralement, ne pouvant rien faire pour tenter de lutter, à part se contracter, ce qui ne faisait que la faire souffrir davantage… Mais dans un sens, elle avait « envie » de souffrir. Pour bien faire comprendre à celle qui la faisait souffrir que jamais elle n’apprécierait. Elle ne deviendrait jamais comme cette pauvre lycéenne, qui avait été réduite à n’être qu’un ventre pour la fameuse Sarah...

« Allons, allons, Marie, hmmm, estime-toi... Heureuse ! Ta religion est le paradis des martyrs ! Grâce à moi, hmmm... Tu seras canonisée ! »

Ce… Ce n’est pas comme ça que ça marche ! Ce n’était pas comme ça que ça marche ! Elle était une servante de sa religion… Mais elle ne voulait pas être une martyr ! Les martyrs ne voulaient pas mourir en martyr… Bon d’accord, certains si, c’était le cas… Mais c’était plus complexe que cela, il fallait bien le comprendre… Et puis, elle savait bien qu’il était peu probable que les autorités ecclésiastique ne risquait de pas de s’intéresser à elle… Tout ce qu’elle pouvait dire, c’est qu’elle allait très certainement mourir ici, dès qu’elle pourrait, et qu’au moins, elle rejoindrait son Dieu… Malheureusement, elle n’était pas dupe. Elle avait bien compris que si le but de son interlocutrice, c’était donc de faire d’elle une « pondeuse », et bien… Elle n’allait pas pouvoir mourir de si tôt… Mais au moins, elle souffrirait. Elle ferait comprendre qu’elle ne se laisserait pas briser… Ah ! Plus facile à dire qu’à faire !

« Tu vas voir, Marie, hmmm... On va bien s’amuser, toutes les deux... »

« Non… non… Pas encore... »


Que… Qu’allait-il se passer ? Il fallait bien comprendre… Une nouvelle tentacule venait de se rajouter aux trop nombreuses tentacules déjà présentes… Sauf qu’elle était différente. Elle n’était pas là pour pénétrer l’un de ces orifices visiblement -de toute façon, n’y connaissant rien en sexe, elle ne serait pas du genre à imaginer que son anus ou bien sa bouche pourrait être pénétrer par un phallus, il faut bien le dire… Bref, son bout… Son bout ressemblait à une seringue, qui s’approchait de plus en plus dangereusement d’elle… Oh… Oh mon dieu non, pensait-elle… Non, non, tout sauf ça… Qu’allait-elle faire ? Sauf que c’était inutile. Ne pouvant absolument pas bouger, elle ne put rien faire quand l’aiguille commença à s’injecter en elle, libérant quelques chose, quelques chose qu’elle ne connaissait pas…

« Là, voilà... Laisse le plaisir t’inonder, Marie. Constate à quel point tu aimes le péché, et sombrer dans la luxure, ma petite pute... »

« Je… Je ne céderai pas… Je souffre... »


Là, son corps commençait vraiment à la trahir… En effet, la douleur commençait à partir ;.. Et vraiment, mais je dis bien vraiment, elle le regrettait. Car elle savait que la douleur était ce qui l’avait sauvée de justement commencer à apprécier cela. Elle connaissait suffisamment le corps humain -elle l’avait étudié en science naturel, quand elle était en Italie puis au Japon, pour savoir que les relations sexuelles faisaient réagir certaines glandes du cerveau, qui agissait sur la notion de plaisir… D’où le fait que s’il ne fallait pas en abuser, Marie n’était pas non plus complètement contre la nation de prendre du plaisir, et elle savait que Dieu avait fait l’être humain pour qu’il prenne du plaisir en faisant l’amour… Mais en faisant l’amour, pas en violant… Et à cause de cette horrible création diabolique, et bien, elle commençait à ressentir ce fameux plaisir, ce qui était catastrophique pour elle… Véritablement, extrêmement, et terriblement… Catastrophique. Elle déclara à propos :

« Aaah… C’est si horrible, pourquoi je me sens ainsi... »

Si… Si… Elle n’arrivait même pas à trouver les termes… Et ouais ! Ce n’était pas simple de décrire son corps dans ce genre de situation ! Bref, si son corps commençait à craquer, ce n’était pas exactement la même chose que son esprit. Non, son esprit restait fort, elle devait tenir. Si son corps la trahissait, et bien… Et bien c’était à son esprit de tenir ! Malheureusement, c’était difficile… Diablerie ! Elle se faisait littéralement violer, mais elle commençait à ressentir du plaisir. Auparavant, avant que ce produit s’injecte en elle, et bien, chaque coup de rein la faisait souffrir un peu plus… Maintenant, chaque coup de rein lui faisait disparaître peu à peu la douleur, la changeant en plaisir… Même à l’oeil, à la vue, son corps commençait à la trahir. Ses tétons étaient devenue maintenant dure, elle commençait à mouiller, et sa langue commençait à s’échapper de sa bouche, tandis qu’elle gémissait de plus en plus… Mon dieu… C’était pour son esprit, encore pire que ce qui s’était passé précédemment… Elle sentait qu’elle ne contrôlait plus rien… Qu’est-ce qui allait se passer… ?
Journalisée

Ceci est un double compte de Cassandre Harmington. Si vous êtes intéressés pour un RP ou pour demander quelques choses par MP, veuillez l'envoyer sur le compte principal. Merci =D !
Sarah Kerrigan
Créature
-

Messages: 615



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #20 le: Janvier 03, 2018, 03:47:17 »

Même Kerrigan, avec ses puissants pouvoirs de télépathe, n’avait pas le pouvoir de créer ex nihilo le désir. Le désir ne pouvait qu’être modifié, amélioré, accru, ou diminué. Si le tentacule amplifiait les émotions de Marie, il fallait encore que ces émotions soient là, même à l’état de braise. Autrement dit, Marie était en train de succomber. La belle et têtue religieuse était en train de s’effondrer, et, avec son caractère, Sarah s’attendait à ce qu’elle soit très productive, et produise beaucoup de bébés ! Pour la jeune Marie, il n’y avait tout simplement aucune autre option ! Elle servirait la Reine des Lames, et cette dernière l’engrosserait. Elle n’avait plus qu’à renier ses anciens préceptes, car elle n’aurait plus jamais l’occasion de servir le Christ. Désormais, elle servait un Dieu bien plus généreux, bien plus sensuel, et qui tenait bien plus à ses servants que le Saint-Esprit : le dieu Sexe. Elle était au sein de la Fourmilière, esclave sexuelle de Sarah Kerrigan, pondeuse de la Nuée !

Sarah la pénétrait donc, et sentit rapidement la mouille filer autour de sa queue. Oh, elle sentait encore l’esprit de Marie résister à cela, tenter de lutter contre l’impossible, tel un radeau cherchant à aller à contre-courant.

« Ma pauvre petite... Tu luttes contre l’impossible, hmmmm... Laisse ta Reine t’aider ! »

Les seins de Marie semblaient bien tendus, et devaient être très douloureux, en ce moment, pour Marie. Des tentacules s’approchèrent alors, non pas avec une pointe phallique, mais avec une ouverture, une sorte de bouche. Les deux tentacules se posèrent alors respectivement sur chacun des seins de la femme, et leurs bouches se refermèrent dessus. De multiples langues vinrent alors lécher le téton de Marie, tirant dessus, compressant le téton, et caressant également le pourtour, la peau du sein. Comment résister à ça ? Sarah sentait la résistance du corps de Marie fondre, ses muscles se détendant, ce qui lui permettait de la pénétrer plus facilement.

Et, tout en le faisant, la Reine des Lames commençait à user de ses pouvoirs télépathiques, rentrant dans la tête de Marie, envoyant en elle des messages télépathiques.

*[MT] Tu ne peux pas lutter, Marie... Ton corps ne ment pas, lui. Pourquoi résister ? Laisse-toi aller. Au fond de toi, tu rêves d’être traitée comme ça, d’être baisée dans tous les sens, d’être ma petite pute ! [/MT]*

Sarah, en tout cas, prenait son pied. Très clairement. Elle n’avait pas fini de s’occuper ainsi de sa petite religieuse, et continuait à la prendre avec générosité et énergie !
Journalisée

DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.

Marie Mori
Humain(e)
-

Messages: 47



Voir le profil
FicheChalant
Description
"Repent, sinner !"
« Répondre #21 le: Janvier 05, 2018, 10:01:31 »

« Rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme ». Voilà ce que disait le chimiste française Lavoisier (magnifique peint par Jacques-Louis David) à propos de ces études en chimie. Et bien, cela pouvait se transposer à de nombreux principes… Egalement à ce qui arrivait à notre fameuse Marie. Comme excellemment dit précédemment, et bien… Ce qui arrivait à Marie… Niveau plaisir, ne pouvait pas être amputé à la fameuse Sarah. Cela serait trop facile, n’est-ce pas ? Dire qu’elle a fait naître le plaisir dans Marie, pour la forcer à accepter ce qui était entrain de lui arriver. Ainsi, cela dédouanerait la pauvre religieuse de toute responsabilités. Et… Et bien, la réalité n’était pas aussi rose et simple. Dans les faits, tout débutait de la fameuse Marie… Tout commençait, et tout finissait avec elle. Qu’elle le veuille ou non, il fallait qu’elle le reconnaisse… D’ailleurs, comme disait Sarah.

« Ma pauvre petite... Tu luttes contre l’impossible, hmmmm... Laisse ta Reine t’aider ! »

« Ja… Jamais !!! »


Mais elle s’accrochait. Encore et toujours, elle s’accrochait, car elle ne voulait pas céder. C’était toute sa vie, la foi en le Christ, en cette force supérieur, cette moralité extrême, qui, elle en avait bien conscience, la privait de bien des plaisirs « charnelles », ou pêcheurs, qui existaient dans ce bas monde, où les tentations par le Diable était toujours bien présentes… Elle connaissait tout ça, elle savait bien que cela existait… Et… Et elle n’avait pas envie de céder à ses sirènes tentatrices, qui avaient pour objectif de l’utiliser, de l’objectifier, de ne faire qu’un ventre pour produire des bébés pour cette créature… Et pourtant, c’était extrêmement difficile. Depuis que ce produit avait été injecté au niveau de son cou, elle avait l’impression que c’était quasi impossible de résister à ses tentations… Elle sentait juste assez de force pour tenir… Mais malheureusement, Sarah avait plus d’un tour dans son sac…

En effet, deux tentacules de plus venaient pour entrer dans le cirque de luxure qui était présent… Etaient-ils là pour lui injecter encore plus d’aphrodisiaque ? Non, elle en avait eu assez… C’était pour autre chose qu’elles étaient là… Et elles s’attaquèrent à ses seins… Que ?! Avait-elle déjà commencer à produire du lait, pour que ses tentacules soient si avide de capturer ses tétons ? Malheureusement pour elle, c’était bien pire que simplement une « traite ». Non, les tentacules ici présentes s’amusaient de ses tétons, de ses seins, des auréoles autour du tétons… Bref, lui donnant encore plus de plaisir, la faisant de plus en plus mouiller, rendant la pénétration plus facile pour Sarah, et plus agréable pour Marie… Qui tombait dans ce cercle vicieux du plaisir, étant donné que plus elle se laissait aller, plus cela lui donnait du plaisir, la poussant à briser ses protections… Seul son mental pouvait tenter de résister… Mais pour combien de temps ?

*[MT] Tu ne peux pas lutter, Marie... Ton corps ne ment pas, lui. Pourquoi résister ? Laisse-toi aller. Au fond de toi, tu rêves d’être traitée comme ça, d’être baisée dans tous les sens, d’être ma petite pute ! [/MT]*

« Non… C’est… Ah... »

Que… Ne connaissant pas les capacités télépathiques de son interlocutrice, et bien, elle cru littéralement que c’était son corps qui lui parlait. Non, ce qu’elle entendait… Ce n’était pas possible. Elle ne pouvait pas être comme ça. Toute sa vie, elle avait rêvée d’être une fille modèle de l’Église, qu’elle soit acceptée, et qu’elle devienne une femme de foi parfaite… Et bien, voilà que peu à peu son corps faisait croire des choses qu’elle n’avait jamais accepté… Mais comment être en totale désaccords ?! Ce n’était pas possible, son corps était son corps… Etait-ce vrai ? Elle refusait de le croire, mais avec le plaisir qui électrisait entièrement son corps… Et si c’était vrai, qu’elle rêvait au fond d’être traitée ainsi ? Qu’elle rêvait d’être baisée dans tout les sens, et enfin, de devenir rien de plus qu’une petite pute ? Non, elle ne voulait pas… Mais même ses mots commençaient à la trahir…

« C’est si bon… C’est… Je n’ai… J’ai jamais goûté à ça… Mmmmh… ! »

Si son esprit n’était pas totalement craquée, son corps lui avait totalement abandonnée. Elle ne ressentait plus de douleur, vraiment, la douleur était anesthésiée véritablement par le plaisir… Plaisir qui était véritablement amplifié, par le fait qu’elle découvrait tout ! Mais alors, je dis bien tout, étant donné qu’auparavant… Ses connaissances en sexe se résumait à… Rien, vu qu’elle avait jamais baisée. Et voilà que plus que le temps passait, plus son corps était baisée, et elle ressentait véritablement du plaisir. D’un côté, son vagin continuait d’être labouré, ainsi, et ses seins eux étaient traités avec un grand plaisir… Son corps, enfin, arriva à la jouissance, la trahison ultime. En effet, d’un coup, le plaisir devint trop fort pour que son corps résiste plus, et elle arriva à la jouissance… Que faire dans ce genre de situation ? Elle était prisonnière de Sarah… Mais même son corps, maintenant, la tenait en otage, et offrait du plaisir, rendant même son esprit flou… Non… Tout sauf ça… Tout sauf le plaisir…
Journalisée

Ceci est un double compte de Cassandre Harmington. Si vous êtes intéressés pour un RP ou pour demander quelques choses par MP, veuillez l'envoyer sur le compte principal. Merci =D !
Sarah Kerrigan
Créature
-

Messages: 615



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #22 le: Janvier 07, 2018, 01:29:23 »

*[MT] Tu es suffisamment intelligente pour savoir que l’Église est un mensonge, que la religion catholique entretient une vision perverse avec le désir sexuel... Tu crois vraiment que la Conception Immaculée peut exister ? Qu’une vierge peut donner naissance à un enfant ? Le christianisme méprise les femmes, il les force à voir le sexe comme un acte dégoûtant... En justifiant cela par des préceptes moraux hypocrites ! La réalité, ma chérie, c’est qu’il n’y a rien de plus bon en ce bas-monde que le sexe ! Pourquoi vouloir lutter contre ce que ton propre corps ressent, amour ? Ça n’a pas de sens... Accepte, accepte le fait d’être une chienne, et d’avoir envie de te faire baiser comme ce que tu es au fond de toi... Une SALOPE ! [/MT]*

Comment résister ? Comment lutter ? Sarah ne cessait de presser le corps et l’esprit de Marie, l’assaillant de doutes, et de sensations exquises. L’aphrodisiaque se répandait dans les veines de la jeune Marie, l’empêchant de réfléchir, ne l’amenant qu’à penser à une seule chose : le plaisir qui se déversait dans son corps. Intense, immense. Les tentacules grouillaient sur elle, frappant ses seins, pompant ses tétons, l’achevant petit à petit, distillant en elle un feu ardent et irrésistible. Elle ne pouvait tout simplement pas lutter, et Sarah le sentait.

Entre plusieurs couinements et gémissements, Marie avoua comme tout ça était bon, ce qui ne manqua pas de faire sourire la Reine des Lames. Un sourire malicieux et pervers, qui l’amena à amplifier ses coups de reins, la faisant gémir encore. Marie ne pouvait plus lutter, toute petite vierge qu’elle était. En souriant, Sarah la sentit jouir avec appétit devant elle, répandant sa mouille sur sa queue.

« Hmmm... Oui, ma chérie, voilà... Jouis, ma belle, jouis !! Laisse le plaisir éclater en toi ! »

Y avait-il un piège à ce qu’elle jouisse ? Pas vraiment. Marie était déjà l’esclave de Sarah. Les pouvoirs télépathiques de l’Annexienne étaient particulièrement élevés. Avant d’être transformée en Formienne, elle était déjà une Spectre, c’est-à-dire une guerrière tekhane améliorée, disposant de pouvoirs psioniques et psychiques très importants. Et, suite à sa métamorphose, ses pouvoirs s’étaient considérablement amplifiés. De plus, elle était chez elle, au summum de son pouvoir. Elle aurait pu briser l’esprit de Marie, réécrire ses souvenirs, la détruire totalement... Mais l’expérience lui avait montré qu’on ne jouait pas si facilement que ça avec le cerveau humain. Le cerveau résistait, tout simplement. Et elle ne voulait pas d’une loque humaine décérébrée, qui faisait une médiocre pondeuse.

Et puis, au-delà de toutes ces considérations, c’était tout simplement exquis de baiser une religieuse !

« Tu le sens, Marie ? Ce plaisir ? »

Sarah retira sa queue, toujours aussi dure. Elle n’avait pas encore joui, mais un tentacule se déplaça, et caressa les cuisses de Marie, recueillant sa mouille, puis s’approcha ensuite de ses lèvres.

« C’est ta mouille, petite catin... Tu as joui en étant baisée par un monstre aux ongles griffus, et en étant serrée par de multiples tentacules. Tu vois, Marie ? Tu as succombé, petite religieuse. Et c’est bon, hein ? Le fruit du péché, l’appel de la Luxure... Délicieux, non ? Je suis sûre que ton corps n’est pas encore rassasié, qu’il en redemande... »

Sarah gloussa encore.

« Reprenons... »

Elle approcha à nouveau sa queue, et la pénétra encore. Comme elle s’y attendait, Marie était encore bien fertile, mais, cette fois, Sarah allait apporter une petite subtilité. Un nouveau tentacule vint planter un venin en elle.

« Bien... Tu te demandes... Hmmmm, petite salope... Tu te demandes ce qui se passe, hein ? Ce venin qui se dilue dans tes veines... Il ne va pas court-circuiter le plaisir, mais... Il va t’empêcher de jouir, sale pute ! Tu ne pourras pas jouir, sauf si je t’injecte un antidote, HAHA ! »

Ça, c’était un rire maléfique... Il fallait bien que Sarah se donne à fond dans son rôle !

« Antidote, hmmm... T’es vraiment bonne, ma chienne... Antidote, donc, que je ne te donnerai... Que si tu me supplies ! Si tu me pries, moi, ta Déesse !! »

Qui sait combien de temps la petite religieuse insolente allait pouvoir tenir sous ce rythme ? Car Sarah avait, elle, une endurance phénoménale, et continuait d’ailleurs à la bourrer bien fort, tout en griffant ses cuisses...
Journalisée

DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.

Marie Mori
Humain(e)
-

Messages: 47



Voir le profil
FicheChalant
Description
"Repent, sinner !"
« Répondre #23 le: Janvier 12, 2018, 12:04:42 »

La voix dans sa tête... La voix dans sa tête... C’était le pire... Bien le pire... Elle savait que certaines choses de la voix était pas faux. Après tout, c’était vrai que pendant longtemps, la religion chrétienne avait été une religion qui avait opprimé les femmes. C’est vrai... Mais non, elle pouvait dire ce qu’elle voulait, elle n’était pas une salope ! Elle n’était pas une chienne. Oui, son corps ressentait du plaisir... Mais... Mais c’était justement le fait qu’elle était une humaine qui faisait qu’elle pouvait décider d’être autre chose qu’une salope ! Cependant... Ce plaisir... Ce plaisir qui littéralement la prenait toute entière. Elle tentait d’y resister, mais comment ? C’était trop de plaisir pour elle, elle qui n’en n’avait jamais eu... La preuve, finalement, elle avait jouit, pour la première fois de sa vie...

« Hmmm... Oui, ma chérie, voilà... Jouis, ma belle, jouis !! Laisse le plaisir éclater en toi ! »

« Noooooooon ! »

Non, elle ne voulait pas ! Elle ne voulait pas que la fameuse... Elle ne savait même plus comment décrire cette fameuse Sarah ! Etait-ce un démon, une alien, une créature tout autre... Ou tout ça à la fois ? Elle n’en savait strictement rien. Tout ce qu’elle savait, c’est qu’elles souffrait, et qu’elle ne rêvait que d’une seule et unique chose, que Dieu la foudroie, là, maintenant... Cependant, la divinité suprème des Chrétiens semblaient soit d’humeur taquine, ou d’humeur flemmarde, au choix, et ne s’intéressait vraiment pas au malheur de Marie... Heureusement pour la fameuse religieuse, l’heure de ne devenir qu’un ventre, littéralement au service de sa majesté ne semblait pas encore être arrivée, car en effet... La pénétration prit fin... Sarah avait d’autres choses... A faire, disons...

« Tu le sens, Marie ? Ce plaisir ? »

Oui... Que trop bien même... Elle sentait, à cause de cette tentacule, son plaisir, son immonde plaisir à ce qui lui était arrivé...

« C’est ta mouille, petite catin... Tu as joui en étant baisée par un monstre aux ongles griffus, et en étant serrée par de multiples tentacules. Tu vois, Marie ? Tu as succombé, petite religieuse. Et c’est bon, hein ? Le fruit du péché, l’appel de la Luxure... Délicieux, non ? Je suis sûre que ton corps n’est pas encore rassasié, qu’il en redemande... »

« Non... Vous m’avez forcé... »

Elle n’avait pas succombé... Oui, c’était de la mouille, mais on l’avait forcée à ressentir cela. Oh oui, elle allait continuer à le dire, car elle le pensait. Elle le pensait vraiment, elle n’avait pas eu le choix. Se dire cela, le répéter, encore et toujours, c’était le seul moyen qu’elle avait pour se confirmer qu’elle ne prenait pas de plaisir volontairement. Qu’on lui forçait à prendre du plaisir... Elle ne comptait pas céder aussi facilement, même si elle savait au fond d’elle, qu’elle ressentait ce plaisir... Et qu’elle ne faisait pas que le ressentir, elle... Elle aimait ça !

« Reprenons... »

Et elle se fit repênétrée. Elle s’y « attendait », bien que cela la prit d’un coup, quand même ! Elle constata avec horreur qu’elle n’eut pas de douleur sur cette seconde pénétration... Bon sang, elle était si mouillée que ça ? Et ouais ma cochonne ! Elle mouillait maintenant énormément... Mais le pire était encore à venir, et cela, elle ne le savait pas... enfin, si, étant donné que cela arriva soudainement. Une nouvelle tentacule, relativement similaire à la précédente, vint lui piquer de nouveau dans le cou... Encore ? Elle ressentait déjà assez de plaisir, elle doutait fortement qu’elle puisse en ressentir encore plus... Elle n’imaginait pas à quel point elle avait tord d’imaginer que Sarah ferait deux fois la même chose... Heureusement, son interlocutrice décida de ne pas jouer le jeu de la surprise, mais révéla ce qu’elle avait fait... En ponctuant même son discours d’un magnifique rire !

« Bien... Tu te demandes... Hmmmm, petite salope... Tu te demandes ce qui se passe, hein ? Ce venin qui se dilue dans tes veines... Il ne va pas court-circuiter le plaisir, mais... Il va t’empêcher de jouir, sale pute ! Tu ne pourras pas jouir, sauf si je t’injecte un antidote, HAHA ! Antidote, hmmm... T’es vraiment bonne, ma chienne... Antidote, donc, que je ne te donnerai... Que si tu me supplies ! Si tu me pries, moi, ta Déesse !! »

« Ja... Jamais... »

Elle ne comprenait pas... Et bien, tant mieux ! Elle ne jouirait pas, elle prouverait ainsi que plus aisément qu’elle souffrait, et que ce qu’elle faisait... Et bien, ce n’était que des réactions incontrôlable de son corps, et nullement quelques choses qui touchait vraiment elle, dans son esprit, dans sa volonté, dans ce qu’elle voulait faire... Après tout, elle ne contrôlait pas son corps, c’était vrai... Mais en quoi cela prouvait qu’elle voulait cela ? Et bien, ouais, en quoi cela faisait qu’elle était une « salope » ? Elle ne contrôlait pas son corps, elle ne voulait pas vivre cela... Sauf que les vas et viens continuaient, continuaient encore et toujours, sans faire de pause, sans même ne serait-ce que ralentir le rythme... Et ouais, tout allait de plus en plus vite, lui donnant toujours plus de plaisir... Ce qui faisait...

« Aaah... C’est trop bon... Non... Pourquoi ça s’arrête ainsi... Aaah... Aaaahh... »

La réalité était bien cruelle n’est-ce pas ? Alors qu’elle se pensait forte, et qu’elle estimait que le fait qu’elle n’allait pas jouir allait être la preuve qu’elle ne voulait pas vivre cela, c’était exactement le contraire qui arriva... En effet, le plaisir était toujours là, elle ressentait toujours ce plaisir, c’était si bon, elle ne pouvait pas le nier... Mais quand elle sentait que ça y est, le plus satisfaisant arrivait... Et bien, rien ! Rien du tout ! C’était... C’était une souffrance terrible... Bon sang, qu’est-ce qui se passait ? Ce n’était pas possible... Elle... Elle ne pouvait pas se retrouver dans une telle situation... ? Mais si, c’était malheureusement pour elle bien le cas, elle était littéralement entrain de tenter de quémander le droit de plaisir... Le droit de jouir... D’une façon pitoyable, elle commença alors à déclarer...

« C’est... par pitié... Arrêtez ça, ou laisser moi jouir... C’est... Je... Je ne peux... Cette privation... Pitié... Faites quelques chose... »

Elle suppliait... Mais quoi ? Et bien, qu’il se passe quelques chose. N’importe, qu’on lui donne du plaisir, et que ça s’arrête... Mais quelques choses ! Elle n’en pouvait plus de cette entre deux, elle voulait jouir, où elle voulait que cela s’arrête à jamais, et qu’elle retrouve sa liberté et la vie pure qu’elle avait vécu autrefois...  Mais il fallait qu’il se passe quelques choses ! Là, elle sentait le vas et viens, elle sentait le plaisir... Mais bon sang, aucune conclusion ! Rien, rien vraiment rien ! Cela renforçait une frustration infinie... Que quelques choses se passe ! Elle se haïssait, mais elle se sentait faible... Oui, elle avait cédée aussi rapidement, mais ce n’était pas sa faute... la drogue était l’unique et ultime responsable... Bon sang, cette frustration... Mais que quelqu’un fasse quelques chose, par pitié !
Journalisée

Ceci est un double compte de Cassandre Harmington. Si vous êtes intéressés pour un RP ou pour demander quelques choses par MP, veuillez l'envoyer sur le compte principal. Merci =D !
Sarah Kerrigan
Créature
-

Messages: 615



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #24 le: Janvier 15, 2018, 01:51:38 »

Face à Sarah, Marie était comme un deux face à un flush royal. Rien à faire, rien à tenter, sa main était perdante dès le départ. Le tsunami rose la balayait sur place, et Kerrigan ne comptait rien faire pour arranger la situation, bien au contraire ! Elle aurait pu user de sa magie, de ses pouvoirs télépathes, pour faciliter le plaisir de Marie, ou sa soumission, mais… Eh bien, peut-être qu’il restait encore, en Sarah, un peu d’humanité, ce fond ‘humanité qui aimait dominer les autres, jouer avec ses partenaires, les humilier, les briser, se régaler de ce sentiment de contrôle et de domination. L’Overmind avait fait de Sarah Kerrigan un prototype, mi-humaine, mi-Formienne, laissant en elle suffisamment d’humanité pour qu’elle puisse faire preuve de cette initiative surprenante si propre à l’espèce humaine. Et là, le petit plaisir de Sarah, c’était de dominer cette femme, de l’humilier, de la pousser face à ses propres convictions. Sarah avait toujours aimé les religieuses, et elle était une vraie sainte, une pure nonne, qui était en train de lutter contre l’impossible !

Et, toujours, toujours, dans sa tête, la voix de Sarah, pernicieuse, joueuse, cruelle, revenait la titiller, alors que le plaisir explosait encore dans le corps de Marie, donnant ensuite libre cours à la terrible frustration :

*[MT] Tu n’en peux plus, Marie, parce que ton corps est fait ainsi. Le plaisir ne vient pas du Malin, il vient de tes réactions chimiques, biologiques, du fonctionnement de ton organisme. Si l’Homme n’était pas fait pour le sexe, si le sexe ne devrait être que souffrance et torture, pourquoi Dieu a-t-il donné à ses ouailles un plaisir si intense ? Tu ne sers pas ton Dieu, ma chérie, la religion que tu adules est mensongère, fondée sur la souffrance, sur la haine du corps humain… Fondée sur cette volonté absurde de dissocier l’esprit du corps, de vouloir nier les plaisirs de la chair au profit de l’esprit… Mais tu ne peux pas lutter contre ta nature même, Marie. L’Homem est fait pour aimer le sexe, tu es née pour aimer te faire baiser dans tous les sens… [/MT]*

Rien ne pourrait taire cette voix, puisqu’elle s’incrustait directement dans l’esprit de la jeune femme. Mais Marie allait-elle être en mesure de pouvoir l’écouter ? Plus le temps passait, et plus son corps approchait de l’orgasme. En fait, ce second orgasme vint même assez vite, compte tenu de sa faible expérience sexuelle, des aphrodisiaques dans son corps, et de l’intensité des coups de reins. Sarah la baisait énergiquement. La Reine des Lames n’avait pas encore joui, et ce uniquement par perversité. En fait, elle aurait normalement dû jouir plus rapidement, quitte à se forcer, vu que son objectif était quand même d’engrosser cette femme… Du moins, son objectif formien. En ce moment, Sarah prenait surtout son pied à la torturer. D’ailleurs, le seul fait de l’empêcher de jouir était contraire à la philosophie formienne.

Marie ne tarda pas à sentir le plaisir atteindre le point quasi-suprême… Mais l’orgasme se refusa à elle. Une situation horrible, face à laquelle rien ne l’avait préparé, et qui l’amena rapidement à hurler, à gémir, à se tortiller sur place, implorant la femme. Un sourire malicieux éclaira les lèvres de Sarah, qui continuait à la prendre… Puis s’arrêta brusquement, maintenant sa queue bien enfoncée dans le vagin de la femme. Son membre était fièrement planté en elle, dard sur le point de cracher son venin. Sarah ferma alors les yeux, et soupira de plaisir.

« Moi aussi, je me retiens de jouir… Cette sensation… Tous tes muscles qui sont stimulés, ton corps qui vibre intégralement… Ohhh, joyeuse sensation ! Mais n’espère pas t’en sortir aussi facilement, petite pute… Tu supplies, tu quémandes, mais tu ne m’appelles pas comme il faut… »

Et, sur ce, après cette pause de plusieurs secondes, Kerrigan recommença ses coups de reins, encore, encore et encore ! Et, bien évidemment, les tentacules sur les seins de Marie continuaient à agir, tirant sur ces derniers, ponctionnant ses tétons, stimulant sa poitrine. La partie était d’autant plus difficile pour Marie qu’un autre tentacule s’approcha sous elle, et se releva, fouettant ses fesses régulièrement. Les tentacules retenant ses jambes s’amusaient également à les écarter l’une de l’autre, avant de les rapprocher, et de les écarter encore, remuant en harmonie avec les coups de reins de leur Maîtresse.

« Maîtresse… ! Déesse… Je suis ta Maîtresse, je suis ta Déesse ! Implore-moi comme ça, sale catin ! OBÉIS ! OBÉIS SI TU VEUX JOUIR, SALE PUTE !! MAÎTRESSE ! DÉESSE !! C’est ce que je suis à tes yeux, SALOPE !! »

Sarah hurlait, maintenant, tant elle-même était excitée ! Mais elle se refusait à soulager la pauvre religieuse, qui était une véritable poupée désarticulée entre ses mains…
Journalisée

DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.

Marie Mori
Humain(e)
-

Messages: 47



Voir le profil
FicheChalant
Description
"Repent, sinner !"
« Répondre #25 le: Janvier 18, 2018, 12:17:52 »

Elle n’en pouvait plus. Elle n’avait pas la force, et encore moins la résistance de tenir… En effet, son corps était en pleine capitulation, et ne voulait qu’une chose… C’était jouir ! Et c’est bête, car justement, plus le temps passait, plus… Et bien, rien n’arrivait ! Rien, et la voix, elle… Et bien, elle continuait, encore et toujours, à venir dans sa tête, à tenter de la corrompre… En temps normal, elle ferait tout pour lutter, et montrer qu’elle pouvait résister… Mais là, cela devenait trop dur, trop difficile, elle en souffrait trop de cette résistance. Elle voulait juste que cela cesse… D’accord, soit en la faisant jouir, soit en la libérant, mais elle devinait que cette seconde option… Et bien, il était très peu probable qu’elle se réalise. Donc, on pouvait mettre une croix dessus… Une croix, c’est bien le cas de le dire !

« Moi aussi, je me retiens de jouir… Cette sensation… Tous tes muscles qui sont stimulés, ton corps qui vibre intégralement… Ohhh, joyeuse sensation ! Mais n’espère pas t’en sortir aussi facilement, petite pute… Tu supplies, tu quémandes, mais tu ne m’appelles pas comme il faut… »

« Pitié... »


Elle faisait quoi ? Qu’est-ce qu’elle faisait de mal ? Elle faisait pourtant tout ce que demandait la fameuse Sarah ! Elle voulait jouir, mais rien, toujours rien. Elle avait l’impression d’être assoiffée devant une gourde, une gourde qui à peine quelques gouttes venaient couler à côté de sa bouche, pour lui donner juste un petit fantôme du plaisir… Bon sang, elle en pouvait plus, et elle allait finir par en devenir complètement folle, c’était atroce et horrible. Donc… Que voulait-elle de plus ? Qu’elle supplie encore plus ? Qu’elle fasse autre chose ? Il fallait lui dire, n’importe quoi, elle comptait bien le faire, mais il fallait juste lui dire, c’était insupportable ! Et bien, heureusement pour elle, la réponse à ses supplications finirent par venir, et en effet, il manquait bien quelques choses… Quelques chose de très important.

« Maîtresse… ! Déesse… Je suis ta Maîtresse, je suis ta Déesse ! Implore-moi comme ça, sale catin ! OBÉIS ! OBÉIS SI TU VEUX JOUIR, SALE PUTE !! MAÎTRESSE ! DÉESSE !! C’est ce que je suis à tes yeux, SALOPE !! »

« Il… Il n’y qu’un Dieu… Pitié Dieu... »

Elle tentait de convaincre qui là ? Oui, la question se posait véritablement ! Mais véritablement, on sentait qu’elle disait cela autant pour elle-même qu’en destination de la fameuse Sarah, qui sans doute, n’allait pas tout d’un coup reconnaître qu’en effet, il n’y avait qu’un seul Dieu. Bref, vous avez compris… Elle commençait elle-même à en douter… Car comment croire encore en la bonté de Dieu quand on vivait cela ? Franchement, c’était très difficile… Je voulais dire, Marie connaissait bien le concept des martyrs, beaucoup d’hommes et de femmes avaient vécu cela… Mais Dieu avait aidé les martyrs, et ceux-ci étaient parfois mort au moins dans la dignité… Là, elle n’avait rien, ni dignité, ni aide, ni quoique ce soit… Ce qui fti qu’elle commençait à vraiment en réclamer, en implorant :

« Répondez-moi… Répondez moi !!! »

C’est là que la pente commençait à devenir terrible. Elle était arrivée au stade où elle ne demandait pas que Dieu vienne l’aider, vienne la sauver, vienne la venger… Mais juste qu’il daigne au moins… Le minimum… Juste lui répondre. Juste dire un mot, se montrer, faire quelques choses pour montrer qu’elle n’était pas la seule dans l’adversité… Sauf qu’il n’y avait aucun espoir. Elle était complètement et desespérément seul dans l’adversité. Personne n’était là pour l’aider, personne n’avait le moindre scrupule… Et c’était surtout pas Dieu. Non, elle continuait de se faire bourrer, elle se faisait manipuler, utiliser, le tout sans aucune hésitation, sans le moindre repos. Non, elle continuait à ressentir se plaisir, sans discontinu, mais sans atteindre le pinacle, la laissant toujours dans cette frustration qui la rendait folle… Elle gémissait extrêmement fort, et finit par déclarer, d’une voix cassée :

« Pitié, maîtresse, ma déesse, Il m’a abandonné… J’accepte de vous servir, mais libérez moi, c’est trop, j’en peut plus, je veux jouir… Maîtresse, je veux jouir, laissez moi être une pute et jouir... »

Elle abandonnait, elle voulait juste que cela finisse… Elle était « brisée », c’était arrivé. Peut-être pas complètement brisée, peut-être qu’il resterait une once d’espoir en elle, mais là, elle était quand même bien amochée, bien touchée, bien brisée… « Il » étant bien entendu Dieu, elle s’était fait abandonnée, et maintenant… Et bien, elle n’avait pas d’autres choix qu’effectivement, réclamer qu’on l’aide… Réclamer que celle qui était sa tortionnaire, devienne aussi sa Déesse… Oui, c’était sa défaite, et ainsi, elle abandonnait, elle demandait qu’on lui donne le droit à la Jouissance… Tout en appelant celle qui avait provoquée tout cela sa « déesse ». Oui, c’était fait. C’était sa déesse, si elle lui donnait le droit dans cette situation de jouir… Elle acceptait de l’appeler « déesse », « maîtresse », ou n’importe quoi. Tout ce qu’elle demandait maintenant… C’était d’être enfin capable de jouir. Elle l’implorait à elle, Sarah… Sa déesse.
Journalisée

Ceci est un double compte de Cassandre Harmington. Si vous êtes intéressés pour un RP ou pour demander quelques choses par MP, veuillez l'envoyer sur le compte principal. Merci =D !
Sarah Kerrigan
Créature
-

Messages: 615



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #26 le: Janvier 22, 2018, 12:13:37 »

*[MT]Sexe ! Sexe ! Sexe ! Obéis à ta Déesse, et tu auras du sexe ! Sexe ! Sexe ! SEXE !![/MT]*

Marie ne pouvait plus lutter, tout son corps hurlait. Le christianisme reposait sur l’idée que l’Esprit dominait le Corps, que les plaisirs corporels étaient par nature violents et mauvais, inférieurs au plaisir intellectuel, spirituel. C’était la fameuse dualité entre les Anges, asexués, et les Démons, pervers et tentateurs. Marie avait cru pouvoir lutter contre ça, contre la Tentation... Et elle s’écroulait désormais sur place, fondant devant la queue de Sarah, devant les tentacules caressant son corps, devant les coups de reins de la Reine des Lames, devant l’aphrodisiaque qui se diluait dans ses veines. Elle ne pouvait plus résister, et elle ne le fit d’ailleurs pas, s‘avouant vaincue, suppliant sa Reine, sa « Maîtresse », sa « Déesse », de venir la soulager de cette souffrance, de cette torpeur qui brûlait en elle.

« Hmmmm... Ma pauvre chérie, aaaah, comme ce doit être horrible... »

Sarah aurait pu la libérer... Mais elle s’y refusa encore, cruelle et perverse jusqu’au bout. Il était nécessaire que la jeune rebelle souffre, qu’elle regrette son impertinence, son impolitesse. Sarah se mit alors à rire de nouveau, un rire cruel et sévère, pendant qu’elle reprit ses coups de reins, et fit connaître à Marie la souffrance terrible... En jouissant dans son corps ! Son foutre jaillit, et vint inonder pendant de longues secondes le ventre de Marie, qui continuait à se tortiller sur place, perdant peu à peu la raison. La frustration, en réalité, était une chose terrible, un sentiment des plus redoutables, qui vous prenait jusqu’aux tripes, et vous laissait pantois. Face à lui, on ne pouvait rien faire, et, plus la frustration s’installait, et plus elle était terrible ! Sarah était bien placée pour le savoir, et elle se régalait de ce genre de moments.

Venant de jouir dans le corps de Marie, elle continua à lui inonder le ventre, avant de se retirer... Et, alors que le ventre de la belle Marie était bien rebondi, mais que le plaisir suprême se refusait à venir, un tentacule phallique jaillit alors, et s’enfonça brusquement dans son con. Sarah se décala alors sur le côté, et caressa le ventre arrondi de Marie.

« Tu n’en peux plus, hein, ma chérie ? Je le sens en toi... Jouir est un plaisir si bon, si intense... Tout ça doit te rendre folle... »

Sarah gloussa encore, et sourit lentement, avant de se pincer les lèvres. Sa main caressa son ventre, qui remuait, et provoquait des petits claquements spongieux supplémentaires. En effet, le sperme de Sarah se trouvait là, et, avec les coups que les tentacules infligeaient à la femme, tout ce foutre remuait joyeusement en elle. Quand donc Sarah allait-elle la libérer ? La question méritait d’être posée, car la Reine des Lames ne faisait rien pour faciliter les souffrances de la jeune femme...

Puis Sarah se redressa brusquement, en souriant toujours doucement... Et libéra enfin la pauvre Marie.

Et la jouissance ultime éclata en elle...
Journalisée

DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.

Marie Mori
Humain(e)
-

Messages: 47



Voir le profil
FicheChalant
Description
"Repent, sinner !"
« Répondre #27 le: Janvier 25, 2018, 04:46:58 »

Elle avait craquée. Elle avait honte, elle demanderait, si possible un jour, peut-être, pardon à Dieu... Mais elle avait craqué. Elle avait rompu l’un des Dix Commandements, et même, l’un des plus importants... Le premier quand même du Décalogue... Tu n’aimeras d’autres Dieux que moi... Cela voulait tout dire ! Et bien... Elle l’avait violée, comme elle se faisait violer. Etait-ce une sorte de punition par anticipation ? Impossible de savoir, mais... Là, franchement, elle n’était pas en état. Tout ce qu’elle voulait, c’était de pouvoir jouir, de pouvoir vraiment jouir, et ainsi, être libérée de cette horrible souffrance. Une souffrance pire que celle qu’avait vécu le Christ sur la Croix, cela, il n’y en n’avait nulle doute... Quoiqu’il en soit, elle écouta avec fureur, désespoir, et tant d’autres sentiments, les déclarations moqueuse de Sarah ! 

« Hmmmm... Ma pauvre chérie, aaaah, comme ce doit être horrible... »

En effet ! Qu’attendez-t-elle ?! C’était atroce, elle en pouvait plus. Le besoin de jouir, elle le sentait dans ses vaines, son cerveau, son intimité... partout quoi ! Quoiqu’elle fasse, quoiqu’elle pense, elle avait l’impression que son cerveau ramenait à son manque de plaisir. Etait-ce cela que les droguées ressentaient ? Elle n’en n’avait aucune idée, et qu’on soit clair, elle n’avait pas les idées assez clair pour réussir à ressentir cela. Bon sang, elle allait devenir effectivement complètement folle... Soudain, elle commença à sentir quelques choses... Et ce quelques chose ne fut rien d’autres qu’une véritable jouissance... Mais en elle, et pas d’elle. Vous comprenez la nuance ? En effet, c’était Sarah, qui allait jouir en elle... Et qui, quand elle jouissait, elle ne faisait pas semblant... Car en effet...

« Tu n’en peux plus, hein, ma chérie ? Je le sens en toi... Jouir est un plaisir si bon, si intense... Tout ça doit te rendre folle... »

« Vous... Vous avez menti... Judas ! Vous êtes pîre que Judas... »

Elle avait menti ! Elle avait tellement menti... Son ventre était dilaté par tout le sperme qui venait de jouir en elle... Elle était horrible et... Bon sang, ce manque ! Ce manque de jouissance, qui continuait à la rendre mais complètement folle ! C’était absolument une torture excellente, on pouvait bien le dire ! Elle pensait à la femme, l’étudiant qu’elle avait vu tout à l’heure... Elle allait donc finir ainsi... ? Ainsi, aux yeux de Marie, maintenant, Sarah était même pire que Judas, celui qui avait trahis le Christ... Alors qu’on soit clair, les deux situations sont absolument pas approchable, mais bon... Quoiqu’il en soit, elle se sentait véritablement trahis, elle n’avait jamais souffert autant de sa vie, d’une telle trahison, ce qui faisait qu’elle déclara, elle qui pourtant préférait largement l’amour à la haine...

« Je vous déteste, je vous hais, vous êtes.... AAAAAAAAAAAAAAAH ! »

Oh oui... Elle la détestait... Mais pour combien de temps ? Et bien visiblement... Plus beaucoup de temps, si vous voulez mon avis ! En effet, magnanime... Après un moment, quand même, pour bien punir la religieuse, elle eut enfin le droit de jouir... Et telle un bouchon qu’on titille, pour finalement laisser sortir... Cela explosa, d’un seul coup. Une jouissance qui fit convulser son corps, presque tourner ses yeux, et qui dura presque plusieurs minutes, tellement il fut puissant et long. Elle en perdit la raison, même, pendant un moment, plus capable de ne serait-ce que penser, le tout étant blanc et jouissance dans sa tête. Après un long moment, son esprit commença à légèrement, très légèrement se reprendre, lui permettant de déclarer faiblement :

« Aaaah... merci... merci ma déesse... Ma précieuse déesse... Enfin... Aaaah... »

Et on changeait du tout au tout... Bon sang, que sa jouissance était puissance, après une jouissance aussi explosive, son corps était totalement... Lâche, il n’avait plus aucune force, elle avait expérimenté le second ou troisième orgasme de sa vie, et c’était sans aucune hésitation le plus puissant qu’elle aura jamais dans toute sa vie. Cela, cela ne faisait aucun doute... Imaginez alors dans quel était elle se trouvait, elle qui n’avait quasiment jamais joui de sa vie ? Et ouais, vous avez bien compris... Elle avait eu une jouissance extrêmement forte, extrêmement puissante, et n’avait quasiment jamais vécu cela... Donc, c’était sans doute extrêmement peu probable qu’elle revive cela de si tôt... Mais pour le moment, de toute façon, elle était bien trop... Claquée. Qu’allait faire Sarah d’elle, maintenant ? Son ventre, si gonflée, allait-il avoir une influence ? Elle n’en savait rien, et n’avait pas les idées en place pour réfléchir.
Journalisée

Ceci est un double compte de Cassandre Harmington. Si vous êtes intéressés pour un RP ou pour demander quelques choses par MP, veuillez l'envoyer sur le compte principal. Merci =D !
Sarah Kerrigan
Créature
-

Messages: 615



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #28 le: Janvier 29, 2018, 02:10:13 »

Marie était furieuse ! La frustration donnait lieu à la colère, et Sarah s’en amusa, avant de finalement la libérer. Le plaisir éclata dans tout le corps de la femme. Un superbe orgasme, sa mouille fusant le long de ses cuisses, arrosant copieusement le sol. La petite religieuse hurla brièvement, avant de laisser le plaisir la traverser, la transcender, l’aliéner. Sarah n’en perdit pas une miette, se délectant de ce spectacle magnifique, de ce corps qui se tortillait sur place, retenu par les tentacules, et exprimant tout son plaisir. Sarah la laissa jouir sans jamais l’interrompre, elle laissa le plaisir l’envahir, son bonheur, puis Marie se relâcha ensuite. Soulagée, elle remercia d’une faible voix sa Déesse, qui lui sourit en retour, et caressa lentement son gros ventre de sa main.

« Ce n’est rien, ma dévote... Adule-moi, moi ta Déesse, et je te récompenserai en conséquence. »

Sarah doutait que l’esprit chrétien de Marie puisse être vaincu aussi facilement, toutefois. Il ne s’agissait que d’une faiblesse passagère, mais, si Marie croyait qu’elle allait s’en sortir si facilement, la jeune femme était vraiment très naïve. La main griffue de Kerrigan caressait donc son ventre, sentant ce mélange de sperme et de mouille là-dedans, et sourit encore, plus malicieusement. Elle laissa à Marie le temps de reprendre davantage ses esprits, tout en sentant que la petite beauté était surtout en train de s’endormir.

« Mes œufs sont plantés en toi, et, avec tout ce sperme et ta mouille, ils vont se fertiliser rapidement. Je vais te laisser te reposer pendant plusieurs heures, le temps que tu puisses donner la vie à mes beaux bébés... »

Autrement dit, son ventre n’allait pas dégrossir rapidement, et, très rapidement, Marie fut emmenée. Le mur s’ouvrit derrière elle, révélant un gros tentacule, qui s’ouvrit, et s’abattit sur son visage, la plongeant dans l’obscurité, permettant de la déplacer plus facilement. Son corps fut trainé à travers une série de conduits et de canaux, jusqu’à ce qu’elle rejoigne l’un des vastes nids de Sarah. Une grande pièce comprenant de multiples incubateurs, et où les pondeuses de Kerrigan se tortillaient sur place, donnant régulièrement naissance à des flopées de Formiens supplémentaires.

Marie fut posée dans une sorte d’énorme œuf gluant, où son corps disparut à l’intérieur. Seules ses jambes ressortaient, plaquées le long de la surface de l’œuf, et, pour éviter que trop de sperme ou de cyprine ne sortent, et pour veiller à son bonheur, un tentacule jaillit de l’œuf, et la pénétra à hauteur du vagin. Pour le reste de son corps, Marie disparaissait dans une sorte de mur gluant et liquide. Elle ne pouvait pas bouger, ni même ouvrir les yeux, mais pouvait respirer, flottant dans une sorte de liquide amniotique au centre de ce cocon chaud et confortable, pendant qu’elle se faisait prendre par l’arrière. Cette fois, toutefois, plus aucune restriction quant à ses orgasmes, qu’elle était libre d’avoir, pendant que, à l’intérieur de son gros ventre, les œufs plantées par Sarah continuaient à grossir et à se nourrir.

(Image d’illustration de la situation de Marie) !

Elle en avait pour plusieurs heures à subir ce délicieux traitement... Et, le plus horrible, c’est que, pendant qu’elle se faisait baiser, son corps se reposait effectivement, car le liquide amniotique autour d’elle détendait son corps, relâchait ses muscles, et se chargeait de la nettoyer. Elle pouvait même éventuellement dormir, ou, à tout le moins, divaguer dans un état semi-comateux... Jusqu’à donner naissance aux bébés de sa Déesse...
Journalisée

DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.

Marie Mori
Humain(e)
-

Messages: 47



Voir le profil
FicheChalant
Description
"Repent, sinner !"
« Répondre #29 le: Janvier 31, 2018, 11:45:34 »

Jouir... Jouir... Bon sang, la fameuse dévote n’avait jamais cru qu’elle aurait eu autant envie de jouir de sa vie... Non, ce n’était même pas avoir envie de jouir... C’était avoir besoin de jouir. Elle n’aurait jamais cru qu’elle aurait besoin de jouir de sa vie. Mais là... Là, elle avait eu besoin de jouir. Pour tout dire, c’était un besoin qu’elle avait ressenti, comme si elle avait rien eu besoin d’autres. Comme si c’était la seule et unique chose qui comptait pour sa vie... Et finalement après un long, bien trop long moment, sa déesse lui avait donné l’autorisation d’enfin jouir. D’enfin atteindre le niveau de plaisir ultime, le septième ciel, comme on disait. Elle avait enfin pu entrappercevoir le ciel, le paradis, mais celui-ci avait été bien loin du paradis comme elle l’avait toujours imaginé...

« Ce n’est rien, ma dévote... Adule-moi, moi ta Déesse, et je te récompenserai en conséquence. »

« Ou... Oui... »


En effet, ce paradis, ce si beau paradis n’était plus aussi pur qu’il avait pu être par le passé... Au contraire, il avait été perverti, envahis par une créature qui se prenait donc pour le dieu de cette endroit, et qui avait la puissance pour. Pendant un long moment, elle avait été telle Noé appercevant la Terre Promise, mais ne pouvant y aller. Mais tout le contraire de Moïse, c’est le refus d’idolatrer une idole païenne qui avait pendant un si long moment empêché la fameuse Marie d’y accéder, à ce fameux paradis. Maintenant, elle était obligée, si elle voulait pouvoir atteindre le paradis, d’obéir et d’aduler cette déesse machiavélique et démoniaque... Cependant, son esprit, éducation, et morale n’avait pas dis leur dernier mots, et sans doute qu’elle allait tenter des choses, dans le futur... Mais pour le moment...

« Mes œufs sont plantés en toi, et, avec tout ce sperme et ta mouille, ils vont se fertiliser rapidement. Je vais te laisser te reposer pendant plusieurs heures, le temps que tu puisses donner la vie à mes beaux bébés... »

« Je... Non... D’accord... »

Elle était encore trop faible pour vraiment tenter de faire quoiques ce soit, aussi bien physiquement que mentalement... Et ainsi, ne put luter sur ce qui lui arriva. Son visage fut englouti littéralement par une tentacule, puis, elle sentit transporter... Elle ne savait pas où elle était amenée, et pouvait pas le savoir... Tout ce qu’elle pouvait supposer, c’est qu’elle allait finir comme l’étudiante, qu’elle avait vu auparavant... Après tout, c’était ça son destin ? Elle arriva finalement jusqu’à un endroit, où elle fut de nouveau englobé. Seuls ses jambes, son intimité comme son anus, étaient encore disponible pour autrui, rendant la situation extrêmement inconfortable... Sauf que non, la situation n’était pas inconfortable, mais chut, on va développer ça plus tard.

Quoiqu’il en soit, elle était toujours autant remplis... Et oui, il y avait les oeufs en elle... De nombreux oeufs... Elle était devenue une mère porteuse pour une alien, quelle horreur... Allait-elle finir ainsi... ? Elle n’en savait rien, mais en tout cas, son ventre était maintenant gros et bien remplis, une véritable horreur... Et elle ne pouvait rien faire. Une fois installée ainsi, une tentacule vint presque comme pour boucher ses orifices. Comme si on voulait bien faire attention que rien ne sort, et que tout soit prêt pour qu’elle soit la meilleure porteuse du lot... Au fond, elle espérait le contraire, qu’elle serait une très mauvaise mère, et qu’ainsi, la fameuse reine des lames accepte aux mieux de la faire partir, et dans le pire des cas... la tuerait. Ce pire des cas serait cependant préférable à rester ici.

Elle se faisait violer. Elle se faisait encore violer, comme toujours. Néanmoins... Elle aimerait ressentir cela comme un viol. Il n’y avait plus de limite, maintenant, et elle pouvait jouir librement. C’était formidable... Mais elle ne voulait pas que cela soit formidable. Mais non seulement, d’un côté, elle prenait du plaisir, rendant la situation inacceptable, étant donné qu’elle était entrain de se faire violer, et qu’elle devrait souffrir, mais en plus... Et bien, elle se reposait. OUI ! Vriament, elle se repsnait, elle se sentait de mieux en mieux... Elle avait presque l’impression qu’alors qu’elle se faisait littéralement baiser, prendre par derrière, et bien, elle pouvait dormir... C’est ça, elle divaguait littéralement dans un état semi-comateux, mélangeant plaisir, honte, angoisse et calme... Une situation extrêmement étrange que Marie ne comprenait pas. Etait-ce cela de devenir une pondeuse... Non mais non ! Elle ne voulait pas ! Elle ne voulait pas devenir une pondeuse, elle voulait pas rester ici ! Mais que pouvait-elle faire ? Là, rien, elle était coincée... Bel et bien coincée...
Journalisée

Ceci est un double compte de Cassandre Harmington. Si vous êtes intéressés pour un RP ou pour demander quelques choses par MP, veuillez l'envoyer sur le compte principal. Merci =D !

Tags:
Pages: 1 [2] 3 4 5
  Imprimer  
 
Aller à:  

Powered by SMF 1.1.20 | SMF © 2006-2007, Simple Machines
Awake and Dreaming - Le Grand Jeu
ChatBox