banniere
 
 
Liens utiles: Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Cacher les avatars

Le Grand Jeu - Forum RPG

Bad langage Discrimination Drugs Sex Violence Gambling

Bonjour et bienvenue.

Ce forum présente des oeuvres littéraires au caractère explicite et/ou sensible. Pour ces raisons, il s'adresse à un public averti et est déconseillé aux moins de 18 ans. En consultant ce site, vous certifiez ne pas être choqué par la nature de son contenu et vous assumez l'entière responsabilité de votre navigation.

Bonne visite ! :)

Pages: [1]
  Imprimer  
Auteur Sujet: L'impopulaire VS la populaire [PV Mélinda Warren]  (Lu 403 fois)
Tomoko Kuroki
Humain(e)
-

Messages: 16



Voir le profil
Fiche
« le: Octobre 18, 2017, 06:59:01 »

Les journées étaient toutes les mêmes pour Tomoko, du matin au soir elle espérait deux choses, soit avoir le calme et la paix de sa chambre – à passer du temps sur ses consoles, sur le pc ou même regarder des animés – ou alors elle espérait une vie riche en rebondissement comme tout ses héros. Aux bras du beau prince charmant, ou pourquoi pas de sa meilleure amie avec qui soudainement elles se rapprocheraient. Ouais, elle n'était pas difficile en fait, elle avait tellement de mal à aborder les gens qu'elle pourrait tomber amoureuse de la première personne venue qui lui adresserait la parole. Même si aux premiers abords, elle pourrait trouver cette personne moche, débile ou immorale, si elle obtient un peu de son attention, sans que ce dernier le lui renvoie de façon néfaste, elle pouvait éprouver des sentiments.

Mais comme elle n'était pas chez elle, elle devait subir les cours, toujours à sa même place, au fond près de la fenêtre. Tomoko était l'élève invisible chez qui on ne remarque pas l'absence et qui, en évoquant son nom, on se demande bien qui elle est ? Pourtant, c'était celle qui était toujours discrète, avec des épis dans les cheveux, des yeux cernés de fatigue tant physique que moral. C'est que c'est dur de rester devant la console/le pc/la tv à faire ce qu'elle aime tant. Oh quand elle ne faisait rien de passionnant concernant ses passions, elle tentait de changer sa vie, de gagner un peu d'amour et de respect sur les divers forums qu'elle fréquentait ou bien elle cherchait à s'améliorer, elle et son statut au lycée. Ne pensez pas qu'elle fait exprès d'être ainsi, elle a déjà tenté de se faire belle. Oui, comme toutes ses biatch au lycée qui dandinaient du cul pour se faire remarquer. Elle n'a pas été aussi loin mais elle a déjà tenté de se maquillé, changer son image mais... elle n'a pas supporter de se voir comme ça devant le miroir. Ouais, difficile de se sentir belle quand son propre reflet lui avait donné des haut-le-cœur, véridique.

Tomoko pouvait toujours essayer de changer mais elle n'y arrivait pas. Elle espérait soudainement devenir la fille qui sortait de l'ombre pour une personne, pas forcément devenir l'élue du cœur d'une personne mais au moins avoir des amis pour sortir du trou qu'était la solitude mais... Elle n'arrivait pas à côtoyer les gens, garçon ou fille, sportif ou otaku, social ou asocial, elle n'arrivait pas à aligner trois mots sans avoir l'air louche. Et quand elle regardait ses filles dans sa classe ou ailleurs, jouer les dragueuses et biatchs, tss, elle rêvait de les voir crever. Quoi, elle jalouse de toutes ses filles de joie ?! Oui ! Non, non ! Jamais elle ne pourrait vouloir leur ressembler. La seule chose qu'elle jalouse de ses filles est leur facilité à approcher les gens. Toute façon elle s'en fichait, un jour, elle aura des amis, elle sera populaire, plus encore que cette pouf de Mélinda Warren ! Ouais, l'étrangère à tête de poupée qui attire tous les regards lorsqu'elle passe dans les couloirs. C'était le perso typique des animés, digne d'une caricature ! Étrangère, riche, idol de l'école, manque plus qu'elle soit une otaku en vrai et allez hop, elle était en réalité dans un animé, pas dans sa vie réelle !

Ouais, elle déteste toutes ses biatch, elle déteste tout ceux qui ne la regarde pas de toute façon... Personne ne fait attention à elle. Si elle file manger son bento dans un coin sombre d'un escalier peu utilisé, ce n'est pas pour fuir, c'est pour avoir la paix. Même en mangeant dans la classe, on ne la remarquait pas. Et subir les rires et les remarques débiles des gens – pas contre elle, personne ne la remarque – bah ça la gave. Au moins dans son coin, elle était tranquille, elle mangeait en paix et personne ou presque ne passait ici. Il y avait bien des gens à plaindre ici dans ce lycée mais pas Tomoko. Personne ne savait qu'elle existait ici et le peu de fois où on la remarque en cours ou dans le lycée, c'était pour avoir la honte de sa vie. Ne la prenez pas en pitié, personne ne peut la tirer du trou dans lequel elle s'était enfoncé peu à peu, sa seule chance d'en sortir la tête était son amie du collège qui n'a pas été dans le même lycée qu'elle, depuis, elle creuse de plus en plus, cherchant le bonheur au fond, sans même lever les yeux vers la sortie.
Journalisée

Mélinda Warren
Créature
-

Messages: 3230



Voir le profil
FicheChalant
Description
Petite vampire qui aime mordre des fesses <3
« Répondre #1 le: Octobre 18, 2017, 10:23:21 »

Dans le couloir, Mélinda embrassait longuement le beau Yoosung, attirant beaucoup de regards jaloux. Il y avait bien des personnes, à Mishima, qui n’aimaient pas Mélinda. On pouvait dire que la vampire ne laissait personne indifférente. Soit on l’adorait, soit on la détestait, bien évidemment par jalousie selon la vampire. Elle goûtait aux délicieuses lèvres de cet homme blond, qui était l’un des garçons les plus populaires du lycée. Intelligent, calme et posé, Yoosung était aussi très beau, et beaucoup de filles s’imaginaient bien l’avoir comme petit-ami. L’embrasser ainsi en public, c’était uniquement une manière gratuite d’humilier les femmes qui le convoitaient, et de leur rappeler combien Mélinda flottait dans une autre sphère. Elle seule avait pu percer les secrets du cœur de Yoosung, et découvrir que, sous ses airs calmes et poétiques, l’homme était très pervers. Pour le dire simplement, Yoosung était son esclave, mais se faisait passer pour son petit-ami, juste pour énerver les autres filles du lycée.

C’est en l’embrassant que Mélinda vit « la moche » passer à côté d’eux, tenant dans sa main son casse-croûte de ce midi. Tomoko Kuroki... Une jeune fille sans histoire, qui n’avait aucun ami. Mélinda savait qu’elle souffrait de la solitude, vivant au fond de la salle de cours, avec son air de zombie sur pattes. Elle n’était jamais invitée aux soirées, ne figurait sur presque aucun réseau social, et faisait parfois l’objet de railleries et de moqueries. Mélinda la regarda brièvement, et rompit le baiser avec Yoosung.

« Déjà, Maîtresse ?
 -  Tu embrasses vraiment très bien, Yoosung... Mais il est temps que je m’occupe de quelqu’un d’autre. »

Mélinda connaissait Tomoko depuis maintenant plusieurs jours. Elle s’était renseignée sur elle, assez intriguée. Tomoko était si impopulaire que même ses rivales au lycée ne voulaient pas d’elle. Elle avait entendu dire que Tomoko avait cherché à se rapprocher du club social de Seikusu, mais, quand les filles gérant le club l’avaient appris, elles avaient hurlé de rire, et rejeté d’entrée de jeu sa candidature. « Garçon-Manqué » ne les attirait pas.

La vampire ne tarda pas à la retrouver, seule dans la classe, comme toujours assise au fond de son bureau, triturant son plateau-repas avec ses baguettes. Mélinda se rapprocha d’elle en souriant légèrement. Il n’y avait personne d’autre, et elle était sûre que Tomoko était sur la défensive. S’agissait-il d’une arnaque ? D’un piège ? Mélinda lui sourit en se rapprochant.

« Coucou, Tomoko... »

Mélinda se rapprocha encore, mains jointes dans le dos, et pencha légèrement la tête sur le côté.

« Navrée de te déranger pendant ton repas, mais... Tu sais, je compte organiser une fête chez moi, et je t’ai mis une invitation dans ton casier. Mais tu n’y as pas encore répondu. Tu n’as pas envie de venir chez moi ? » demanda-t-elle alors, avec une petite mine boudeuse.

Qui pourrait bien ainsi se refuser à Mélinda Warren ?
Journalisée


DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
Tomoko Kuroki
Humain(e)
-

Messages: 16



Voir le profil
Fiche
« Répondre #2 le: Novembre 01, 2017, 10:10:26 »

Terminant son repas dans l'escalier, au calme, elle retourna à sa classe, retournant à sa place en venant picorer les derniers grains de riz de son bento avant de sûrement faire un tour sur son portable, son fidèle ami à l'école. Il devrait y avoir quelques news croustillantes sur de prochaines sorties de jeux vidéo, de nouveaux animés annoncé, des rumeurs sur le net, bref, de quoi passé le temps. La salle était plutôt calme puisqu'elle était seule. Ça arrivait parfois, les biatchs du coin allaient rejoindre un endroit plus calme pour se faire peloter ou jouer les saintes-nitouche devant leurs mecs sans assumer d'être de véritables putes. Une chance que personne ne lisait l'esprit de Tomoko, sinon, ils connaîtrait son amour pour dénoncer les autres filles comme ça. Populaire ou vulgaire, pour elle, c'était pareille, elle voyait mal les filles calme, gentille et innocente comme dans les animés. Même ici, celles qui s'en rapprochaient étaient de véritables biacth.

La vérité était qu'elle jalousait un peu, de leur popularité, du fait d'avoir tout les regards des autres sur eux alors qu'elle, même en agitant les bras devant des gens, on ne la verrait même pas. Non pas car elle n'est pas très grande, vraiment car elle était aussi invisible qu'un fantôme. Quand elle apercevait enfin cette fille se rapprochant d'elle, son regard semblait vraiment pâlir. Oui, son regard palissait. Son unique œil visible était bien grand ouvert, sa bouche l'était un peu moins mais la surprise était totale. D'autant plus qu'il n'y avait personne dans la salle, elle ne pouvait donc pas se tromper. Qu'est-ce que la fille la plus populaire du lycée pouvait lui vouloir à elle ? Un message à donner à quelqu'un peut-être ou un renseignement à prendre sur quelqu'un ? Allez savoir, mais son cerveau n'arrivait toujours pas à comprendre pourquoi cette fille lui adressait la parole. Elle l'aurait croisé dans le couloir, elle aurait eu droit au surnom de biatch, comme toutes ses filles au lycée.

Une invitation ? Quand ? Comment ? POURQUOI ?!!! Elle n'avait rien eut dans son casier donc soit elle l'avais mis ce matin et oui, elle n'avait encore rien vu, soit quelqu'un avait vue Mélinda le faire et voler ou cacher son invitation ailleurs mais jamais elle n'a eut la moindre lettre dans son casier ! Tout comme elle n'en avait jamais déposé, trop timide pour ça, autant que la peur de moquerie, ce serait pire qu'un simple refus. Quand on se traînait sa poisse légendaire, on pesait chaque acte pour interagir avec les autres. Cela dit, elle n'en croyait pas ses oreilles, elle n'avait pas rêvé ?! Mélinda Warren qui l'invitait ?! MAIS UN INSTANT ! C'était quoi cette embrouille ? Qu'est-ce que la fille la plus riche et populaire du lycée lui veut ? Elle n'avait rien qui pourrait lui donner envie d'être son amie ? Pas d'amie proche avec qui elle voudrait se rapprocher ? Pas d'objet super rare ou cool sur elle ? Même son portable était un truc ayant déjà au moins un an et elle, elle avait tout le fric du monde. Oh non, Tomoko était peut-être en mal de relation humaine mais elle n'était pas débile au point de tomber dans le piège !

Enfin, c'est ce qu'elle se dirait si elle ne serait pas stressée. La fin de sa phrase venait peut-être de tomber ou alors ça faisait déjà un moment qu'elle attendait une réponse, comment savoir ? Dans sa tête, Tomoko ne savait pas depuis combien de temps ses méninges l'empêchait de rêver calmement. Elle eut d'abord un petit rire de stress, un peu fort avant que son regard ne fuît ailleurs mais où ? Pourquoi elle venait ? Pourquoi il y avait personne ! Oh non, ce serait pire face à des gens ! Un professeur, la sonnerie, quelque chose pour la sortir de là. Sa main remonta nerveusement à sa joue qu'elle grattait du bout de l'index sans jamais regarder Mélinda Warren directement.

« Ah euh... bah... je sais pas... Je... j'ai, tu vois... p-pas eut ta lettre ou, enfin je savais pas, Wa-warren-san... »

Ses lèvres tremblaient, son regard tremblait, c'était un miracle qu'elle ne tremblait pas non plus. Tomoko avait cette timidité qui restait sa plus grande faiblesse, les seuls à y échapper était sa famille, que ce soit ses parents ou son frère, elle leur parlait normalement. Ha il y avait aussi son amie du collège mais elle était quand même un peu moins à l'aise qu'avec sa famille. Sa voix était sur certains pics plutôt fort et aigüe et parfois aussi bas qu'une fourmi qui chuchoterait, difficile de l'entendre et encore, la classe était vide. Même ses profs évitaient le plus souvent de lui demander de lire ou passer au tableau. Ça arrivait bien sur mais c'était si rare.

« Je.. J'en je vais... eh bien euh... en prendre n-nono-connaissance et... et je, euh... je j'y répondrais... bien euh au plus vite ? »

Lui répondre ? Comment ? L'écrit, l'oral ? L'écrit serait plus sûr, elle n'aurait pas à la regarder en face. Mais, elle comptait y aller au moins ? Lucide, elle flairait le piège et refuserait surement mais l'idée d'avoir une invitation quelque part pourrait la mettre sur un petit nuage autant que la stresser au point de s'en rendre malade. Tomoko était tout l'un ou tout l'autre. Au final, elle n'y avait toujours pas répondu à sa demande ?
Journalisée

Mélinda Warren
Créature
-

Messages: 3230



Voir le profil
FicheChalant
Description
Petite vampire qui aime mordre des fesses <3
« Répondre #3 le: Novembre 01, 2017, 11:54:33 »

Des timides, Mélinda en connaissait plein. Il y en avait beaucoup à Mishima, et même au-delà. Harmony, par exemple, était une demie-Ange d’une timidité maladive. Mélinda aimait beaucoup le sgens timides, mais, à leur grand malheur, plus ils étaient timides, et plus ils l’excitaient ! Vampire, elle sentait les battements sanguins rpécipités, formant comme une magnifique chanson, un couplet délicieux qui l’excitait. Et là, Mélinda venait visiblement de lâcher une bombe en proposant d’inviter Tomoko chez elle. Dans les faits, il n’y avait eu aucune invitation, car Mélinda n’organisait jamais de fêtes publiques, compte tenu de la particularité du manoir... Mais elle pouvait prétendre l’inverse. Tomoko en avait écarquillé les yeux, et bafouilla rapidement, n’arrivant visiblement pas à se dire qu’une fille comme Mélinda, coqueluche du lycée, pouvait être invitée. Mishima disposait de son propre Intranet local, avec une sorte de réseau social ressemblant à Facebook. On y organisait des concours de popularité, comme « la plus belle fille du lycée », et Mélinda était généralement en tête. Elle avait bien des détracteurs, mais elle était quand même très populaire, et ne cachait pas avoir plusieurs professeurs dans la poche (certains étant même ses esclaves). Les gens n’aimaient pas sa vantardise, mais n’arrivaient pas à lui trouver un défaut. Elle ne trichait pas à ses examens, et avait des notes incroyables. En cours, elle s’amusait parfois à humilier certains professeurs prétentieux, en se montrant plus cultivée qu’eux.

Quoi qu’il en soit, Tomoko ne savait visiblement même plus quoi dire, et Mélinda rigola un peu, avant de la troubler davantage. Elle se déplaça en effet, et s’assit sur le rebord du bureau de Tomoko, proche d’elle, croisant élégamment les jambes, relevant ainsi sa minijupe pour dévoiler ses formidables cuisses.

« Au plus vite, tu dis ? Eh bien, tu n’as qu’à y répondre maintenant, puisque je suis là ! »

Y répondre « maintenant » ? De quoi faire paniquer à fond Tomoko ! Mélinda se pencha un peu plus vers elle, et lui sourit à nouveau, révélant ses belles dents cristallines.

« Je sais ce que les jalouses et les médisantes disent sur moi, Tomoko. Que, parce que je suis très belle, et immensément riche, je suis forcément une dinde idiote et superficielle. Alors, c’est vrai que j’aime être belle, et que j’entretiens mon corps, mais, tu vois, je crois surtout que les humains n’aiment pas l’idée de perfection, et veulent toujours trouver un défaut chez les autres. Mais le fait est que je suis aussi intelligente que belle. D’aucuns appellent ça de la vantardise, mais moi, Tomoko, je crois qu’il faut aussi savoir reconnaître quels sont nos points forts, et nos points faibles. »

Le problème était que Mélinda avait bien du mal à se trouver un point faible ! Enfin, elle en avait, assurément sa trop grande confiance en elle, et, au-delà de ça, ses faiblesses magiques.

« Bref, si je te dis ça, c’est parce que je t’observe depuis quelque temps, Tomoko... Et je me demande pourquoi tu es si reculée, si discrète. Tu es la seule fille de la classe qui s’habille comme un garçon, et ça te va plutôt bien. Tu vois, je suis curieuse de savoir pourquoi une fille comme toi ne veut pas se faire d’amis. Est-ce que parce que tu n’as rien d’intéressant à dire ? Ou parce que tu t’estimes supérieure à nous ? Tu vois, il faut que je brise la glace, que je découvre les secrets de la petite Tomoko ! »

Mélinda se pencha alors vers elle, et sourit à nouveau :

« Parce que, tu vois, je suis sûre que tu es une jeune fille passionnante ! Tu n’es pas d’accord ? »
Journalisée


DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
Tomoko Kuroki
Humain(e)
-

Messages: 16



Voir le profil
Fiche
« Répondre #4 le: Novembre 23, 2017, 09:46:17 »

Maintenant en ouvrant un dictionnaire, à côté du mot « Folie », on pourra y voir le portrait de Mélinda avec dans l'exemple de définition, venir perturber une fille comme Tomoko pour qui, ne serait-ce que déjà lui faire face révélait d'une énorme dose de courage pour ne pas fuir la classe à toute vitesse. Elle avait déjà séché des cours, que ce soit en étant loin de la classe ou simplement à l'infirmerie mais il n'y avait pas mort d'homme pour le moment même si la limite n'était pas loin. Juste le fait de demander la réponse maintenant. Elle avait plus de chance de trouver le code pour lancer la bombe nucléaire sans tout faire sauter que d'obtenir une réponse de Tomoko. Demandait-elle ça sincèrement ou elle la taquinait ? Le mystère restait entier, tout comme le niveau de stress de la jeune lycéenne qui s'amusait à battre des records d'altitude.

Mise à part sa bouche qui remuait, aucun son ne sortait donc aucune réponse pour l'idole du lycée. Mélinda avait beau tourner autour du pot, évoquant les rumeurs à son sujet, sa perfection même si elle disait avoir des défauts – mais pas lesquels. Point fort et point faible mais quels points faibles ? Si Mélinda semblait presque dire n'en avoir aucun, Tomoko était tout le contraire, des tas de défauts et un point fort alors ? Ha oui, celui d'être meilleure qu'une kunoichi pour passer inapeçut en pleine foule, ça, elle sait faire. Mais elle revenait sur le principal, elle évoquait le fait qu'elle s'habille comme un garçon... Quoi ? Elle portait l'uniforme du lycée sinon... Oh ? Elle l'aurait vu lors d'une de ses rares sorties ? Ok elle se faisait petite en sortant mais elle ne tentait pas d'éviter le regard des gens pour autant, elle l'aurait vue ? Cette honte ! En public, elle ne fait pas le moindre effort et prend ce qui lui tombe sous la main et se coiffe à peine... un peu comme au lycée donc ? Mais Mélinda avait tout bon et tout faux à la fois. Elle se taisait car elle n'avait rien à dire et le peu qu'elle tentait de dire en public pour se rapprocher tomberait au fond d'un trou n'était jamais déterrer, point final. Donc, non, elle ne se sent pas supérieure... ou peut-être juste plus supérieure que ses bitch qui allument les mecs, elle, elle vaut mieux que ça.

Mais une fois encore, Mélinda se trompait et sa confiance était bien son point faible car elle pensait tout contrôler. Mais pas Tomoko. Du moins, pas son estomac. Le stress de la voir si près d'elle – non pas à cause de ses cuisses, son regard restait bloqué sur elle mais pas plus bas que son menton – donc le stress plus la panique plus le stress plus la panique lui avait fait ouvrir la bouche pour dire quelque chose ? Hurler ? Aucune idée, elle se leva brusquement, lâchant un mélange de pardon et de panique avant de quitter la salle à toute vitesse. Mélinda avait déjà vécu ça avant Tomoko ? Bonne question. Mais fait moins amusant, c'est que Tomoko avait couru jusqu'aux toilettes pour y vomir son bento. Il y avait plus sexy comme façon d'éviter Mélinda mais la pauvre était bien paniqué et Mélinda ne lui arrangeait pas son cas. Mélinda allait devoir redoubler de persévérance et d'astuce pour faire face à Tomoko car une fois terminé, elle se rinçait le visage en même temps que la bouche en réfléchissant à tout cela.

Que lui voulait Mélinda ? Que pouvait-elle dire de bien sûr elle ? À part s'inventer une vie, que pouvait-elle dire de bien pour se mettre en valeur ? Que pouvait-elle dire de bien sûr elle ? Elle pourrait parler de son incroyable don à passer ses journées chez elle, dans sa chambre à jouer aux jeux vidéo, regarder la télé ou aller sur le net ? Ouah, ça c'est une vie. Bon au moins en retournant dans la classe, elle pourrait dire avoir une envie pressante, ce n'est pas très classe mais c'est toujours que dire que ton son bento n'a pas été digérer mais à déjà rejoint les toilettes. Au moins elle avait toujours son portable, ça aurait été chiant qu'elle le lui garde et qu'elle doive aller vers elle pour le récupérer. Mais au moment de quitter les toilettes... C'était si urgent ? SI elle attendait la sonnerie, elle aurait la certitude que Mélinda aura regagner sa classe et donc avoir un peu de répit jusqu'à la prochaine fois ? Oui mais si elle vient ici ? Oh... ça elle n'y avait pas pensé... C'est mieux d'attendre là ou dans un des wc pour se « cacher » ? Même ça, ça devenait difficile à répondre. Soit elle attend ici qu'elle arrive et ici ou dans une cabine, elle sera prise au piège. Elle fuit alors ? Pour aller où ? Ça serait encore plus suspect de ne pas être là ou à sa place... Quelle poisse ! Le simple fait de chercher la solution était déjà un problème pour elle.
Journalisée

Mélinda Warren
Créature
-

Messages: 3230



Voir le profil
FicheChalant
Description
Petite vampire qui aime mordre des fesses <3
« Répondre #5 le: Novembre 24, 2017, 02:11:10 »

De manière surprenante, Tomoko se mit à détaler. Surprise, Mélinda la vit s’enfuir à toute allure, avec son sang qui rebondissait dans son corps.

*Eh ben ça alors !*

Mélinda en resta assez pantoise. Qu’est-ce que cela voulait dire ? Pourquoi cette fuite précipitée et totalement imprévue ? Mélinda se pinça doucement les lèvres, avant d’y réfléchir. Tomoko était... Incroyablement timide. Au point où ça en devenait pathologique, en fait. Et la vampire le pensait en connaissance de cause, car elle connaissait bien des timides. Pour l’heure, Harmony tenait la dragée haute, mais, manifestement, Tomoko la dépassait largement sur ce point. Mélinda se redressa en voyant que la fille ne revenait pas, et sortit finalement de la salle, puis s’éloigna des toilettes. Avait-elle lâché l’affaire ? Ce serait très mal connaître Mélinda que de le penser ! Elle était en réalité plus habile que ça, et allait en faire la démonstration.

Plus tard, les élèves revinrent en masse dans la salle de cours, formant un léger brouhaha. Comme toujours au Japon, les élèves arrivaient en salle avant le professeur, qui n’avait pas à aller les chercher, ni à ouvrir la porte en laissant ces derniers attendre dans le couloir. On parlait jeux vidéos, cosplays, mangas, on parlait des uns, des autres, de la prochaine fête organisée au manoir Morimoto, par exemple. Tout le monde ignorait Tomoko, qui était de nouveau assise dans son coin. Le plus étonnant, c’est qu’on ne voyait pas Mélinda. Il y avait bien ses amies, comme Shii, mais aucune trace de la femme aux cheveux bouclés, tandis que l’heure approchait.

Le cours était assuré par Sochiya-senseï, qui était très belle, mais qui, secrètement, dissimulait le fait qu’elle était une esclave de Mélinda. Rien de bien exceptionnel en soi, d’autres professeurs étaient, eux, membres du club Morimoto. Comme quoi, Mélinda n’avait vraiment rien laissé au hasard, et, quand les élèves commencèrent à s’asseoir, une femme apparut brusquement à côté de Tomoko... Et s’assit juste à côté d’elle !

« Re-Bonjour, Tomoko ! » s’exclama Mélinda sur un ton enjoué, une à deux secondes avant que Sochiya-senseï n’entre.

Immédiatement, les élèves se levèrent d’un bloc pour la saluer. Mélinda souriait encore, et se retourna vers Tomoko, qui semblait au bord de l’apoplexie.

« Tu as décampé tellement vite, tout à l’heure, que je ne sais pas si tu comptes venir... Tu n’as rien de mal, au moins ?
 -  C’est bon, vous pouvez vous asseoir ! » s’exclama Sochiya-senseï.

Mélinda s’assit, et sourit à nouveau à Tomoko.

« Je ne te fais pas peur, au moins ? » s’enquit alors brusquement la vampire.
Journalisée


DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
Tomoko Kuroki
Humain(e)
-

Messages: 16



Voir le profil
Fiche
« Répondre #6 le: Décembre 11, 2017, 01:25:23 »

C'était quoi ce truc de fou ?! Depuis quand Mélinda s'intéressait à elle ?! Tomoko n'était pas du genre à se méfier du danger quand il était devant elle, elle y pensera plus tard, pas maintenant surtout qu'elle voyait dans son approche une façon d'être visible, de ne plus devenir cet être invisible au fond de la classe qui n'intéresse personne et pour qui l'absence ne changerais pas vraiment le quotidien de ses camarades. Mais il y a une différence entre le fantasme et la réalité, elle se voit mis en valeurs auprès de Mélinda Warren, de soudainement devenir si populaire dans le lycée mais tendez-lui la main et elle paniquera. Que Mélinda ai envie de l'aider ou de se moquer d'elle, Tomoko reste cet animal sauvage que l'on voit au loin mais qui, si elle vous remarque se mettra à fuir pour se mettre en sécurité, loin de tout. Que Mélinda ait eut la bonne idée de l'approcher directement est une chose mais trop en faire – pour Tomoko – ne pouvait pas l'aider car elle avait paniqué au point où son bento n'avait pas encaisser cette pression.

Elle allait passer le reste de l'après-midi avec l'estomac vide mais c'était mieux ça que d'affronter Mélinda en face-à-face. Pourquoi ce revirement tout d'un coup ? Tomoko a passé sa vie de lycéenne à être un vrai fantôme loin de tout et tout d'un coup, son opposé vient à elle en lui proposant son amitié ? Mouais, ça cachait un truc pas net... Ou alors Mélinda disait la vérité et voulait la sortir hors de son trou ? Elle ne savait pas mais après avoir longuement hésité devant la poignet de porte, elle avait regagné la classe en vrai espion, rasant les murs même si d'habitude elle n'avait pas besoin de ça pour passer inaperçu et fut plutôt rassuré de voir des gens dans la classe et aucune trace de Mélinda Warren. C'est avec un poids en moins sur les épaules qu'elle regagnait sa place, pianotant rapidement sur son téléphone avant que le cours ne commence. 

À l'arrivée de son professeur, elle se leva simplement comme tout le monde avant que la voix de Mélinda ne tombe comme un jumpscare dans un film. Son œil visible se tourna doucement sur le côté, suivit par son visage pour voir Mélinda, ici, près d'elle. Ce n'est pas possible, ça ne peut pas être vrai ! Qu'elle se réveille en hurlant, en sueur dans son lit mais qu'elle se réveille ! Son visage était certes étonné face à Mélinda, mais dans sa tête le chaos était pire encore que si une bombe atomique visage Seikusu, la logique n'avait plus sa place, la folie régnait et c'était même un miracle qu'elle n'ai pas, ne serait-ce que pousser un petit cri de surprise ? Même au moment de s'asseoir, elle fut la dernière à le faire, heureusement sans attirer l'attention sur elle. 

« N-n-no-non, ç-ç-ç-ççaaaaaa v-v-v-v-va... »

Que dieu vienne la sauver, qu'on l'appelle vers le proviseur, l'infirmerie, ailleurs, qu'on la fasse quitter la classe pour n'importe quelle raison ! Quand elle vint à poser sa question toute simple, à savoir si elle lui faisait peur, le temps s'était figé en elle. Bien sûr qu'elle avait peur ! Elle était la riche fille de bonne famille tellement en blanc qu'elle brillait quand elle était la pauvre fille des rues assise dans la boue. Elle était la fille si populaire qu'elle pourrait claque des doigts pour qu'un groupe d'élève fille et garçon ne viennent jouer le rôle d'un trône de chair sur laquelle elle poserait ses divines fesses tandis qu'elle pourrait hurler pour se faire remarquer qu'elle serait aussi efficace qu'une mouche qui vole et au mieux, on la regarderait trois secondes avant de regarder ailleurs. Mais outre ses belles images où Mélinda était en valeur, elle était aussi cette fille vulgaire qui jouait sûrement comme toute les autre bitch à sortir avec X gars en même temps et en jouant les bimbos en allant au karaoké avec eux ou dieu sait encore où pendant que tous ses efforts étaient voué en une succession d'échecs. Elle admirait autant Mélinda qu'elle la détestait. 

Pour Mélinda, il y avait eu sûrement un blanc de quelques secondes peut-être mais pour Tomoko, combien d'année elle avait passé dans son subconscient ? Au moment de répondre, elle grimaçait un sourire assez discret, loin d'être naturel sans pour autant être moqueur. Ce sourire était crispé, tendu, sans parler de son regard qui était, pour le peu qu'il était visible comparable à celui d'une dingue. Elle avait presque lâché un petit rire en répondant.

« Héhé.... N-n-Non ! Je v-v-v-vooois p... P-p-p-pas p-p-poupoupourquoi ? »

Suite à cela, elle tournait son visage près de la fenêtre, observant le ciel ? Non, son regard était figé, elle se mordait la lèvre inférieure si fort que c'était un miracle qu'elle n'en saignait pas. La pauvre, bloquée au moins une heure comme ça et il s'était écoulé combien de temps ? Dix secondes ? Qu'à t-elle fait au bon dieu pour s'attirer autant ses foudres ?
Journalisée

Mélinda Warren
Créature
-

Messages: 3230



Voir le profil
FicheChalant
Description
Petite vampire qui aime mordre des fesses <3
« Répondre #7 le: Décembre 11, 2017, 02:33:49 »

Tomoko n’était pas juste timide, non. Elle était super-timide ! Oui, à ce stade, on pouvait presque parler d’un superpouvoir, tant Tomoko paniquait sur place. Un niveau de stress surélevé, qui interpella un peu Mélinda. Certes, elle la taquinait, amis là, elle avait le sentiment que Tomoko était au bord de l’apoplexie, incapable de se retenir, incapable de se contrôler. Elle hyperventilait sur place, paniquant à toute allure, les yeux papillonnant rapidement dans ses orbites, et finit, laborieusement, par lui assurer que tout allait bien, le tout en bégayant terriblement... À tel point que Mélinda se mit même à craindre qu’elle n’arrive pas à terminer sa phrase. Paniquant sur place, Tomoko observa ensuite un point inconnu par la fenêtre, et Mélinda sourit légèrement, en profitant pour l’observer.

Elle avait vraiment un style de garçon manqué, et était quand même un peu crasseuse, avec sa longue chevelure noire mal coiffée. Mélinda resta silencieuse, et Sochiya-senseï commença alors son cours. C’était un cours de géographie, et, comme à chaque cours, Sochiya-senseï commençait par un petit interrogatoire oral. Mélinda regarda brièvement la femme, et hocha la tête imperceptiblement. Si Tomoko pensait que Mélinda allait la lâcher si facilement... Mais, comme il était inutile d’insister davantage, au vu de la forte nervosité de Tomoko, la vampire appliquait un autre plan.

« Bon... Kuroki-san ! »

Tomoko sembla avoir du mal à réagir, mais finit par tourner le regard.

« C’est à ton tour, j’espère que tu as bien appris ta leçon ! »

Lors de la dernière séance, Sochiya-senseï leur avait parlé des organisations régionales internationales. Tomoko n’avait pas d’autres options, et Mélinda lui sourit brièvement, avant de l’encourager :

« Vas-y, Tomoko, tu vas gérer ! »

Cette simple petite phrase provoquerait sûrement un nouveau vent de panique chez la jeune femme. Mélinda s’amusait beaucoup en ce moment, tout en ayant conscience qu’elle allait devoir agir différemment d’avec Shii. Comme Tomoko, Shii était une grande nerveuse quand Mélinda l’avait rencontré, mais, contrairement à Shii, Tomoko était bien plus nerveuse. La jeune lycéenne se retrouva donc au tableau, et Sochiya-senseï, en lui souriant tendrement, s’assit sur le rebord du bureau, et commença son interrogatoire :

« Alors, Kuroki-san, quels sont les deux traités ayant permis de transformer la Communauté Économique Européenne (CEE) en Union Européenne (UE) ? »

La question était plutôt facile ; il s’agissait de l’Acte Unique Européen (AUE) de 1986, qui avait transformé la philosophie de l’organisation régionale européenne, le second traité étant le Traité de Maastricht de 1992, qui avait formalisé et concrétisé les changements prévus dans l’AUE. Mais est-ce que, dans son état de stress, Tomoko arriverait à répondre correctement aux questions de Sochiya-senseï ? La situation serait d’autant plus difficile que Mélinda la regardait en lui souriant tendrement, continuant à se montrer affectueuse et chaleureuse...

De quoi continuer à la troubler !
Journalisée


DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
Tomoko Kuroki
Humain(e)
-

Messages: 16



Voir le profil
Fiche
« Répondre #8 le: Décembre 29, 2017, 05:26:57 »

L'enfer avait un visage et ce visage avait un doux sourire, celui de Mélinda Warren. Depuis que la jeune femme l'avait approché, elle avait l'impression d'avoir une poisse pas possible, plus que de routine. Le stress avait atteint des sommets au point d'en recracher son bento, la voilà maintenant à ses côtés et le pire restait encore à venir car elle ne savait pas ce qui se mijotait dans son dos. D'entendre être interpellé était bizarre déjà. Si encore elle serait en train de piquer du nez comme parfois, d'accord mais là, elle n'avait rien fait ! Strictement rien fait ! Alors quand elle fut appelée, son regard se tourna vers son professeur avait une certaine crainte. Interroger ? Elle ?! La majorité de ses professeurs savaient que l’interpeller n'était pas la meilleure idée, très souvent nerveuse, elle avait parfois la bonne réponse mais cela la mettait dans un tel état de panique que d'en tirer une réponse n'était pas si simple...

Alors là... interroger et venir au tableau ? Voilà qui allait faire apprendre quelque chose à ses camarades, qu'elle existe. Face à son professeur mais surtout la classe, elle paniquait. Même les encouragements de Mélinda, pour le coup, elle n'avait rien entendu tant la panique battait comme un solo de batterie dans son crâne. Ses camarades étaient sûrement pour la plupart neutre, l'observant juste en connaissant ou non la réponse mais dans sa tête, elle entendait les messes basses, les moqueries ou autres. Elle avait heureusement la question même si là, elle n'en avait aucune idée ! Seule face à sa copie, elle aurait peut-être trouvé une ou deux réponses – elle n'était pas bête mais elle n'était pas intelligente pour autant, plutôt dans la moyenne. Mais là, trouver la bonne réponse ? Il y avait plus de chance qu'elle réussie à dresser des fourmis pour soulever la tour de Tokyo plutôt que la voir répondre calmement en donnant les bonnes réponses !

« Ha euh... »

La réponse ? C'était quoi ses deux traitées à la noix ? Hier, c'était pas si vieux, de quoi elle se souvenait d'hier ? Que Hiro a encore raté son rencard dans son drama ? Non, pas ça. Qu'elle a aidé un joueur qui était bloqué dans un jeu en lui donnant une astuce sur un forum ? Non plus !!! Comme avec Mélinda qui lui parlait seule à seule, elle avait l'impression qu'une seconde égalait une heure, autant dire qu'elle avait l'impression d'avoir déjà vingt-cinq ans ! Relevant les yeux. Même les encouragements de Mélinda, pour le coup, elle n'avait rien entendu tant la panique battait comme un solo de batterie dans son crâne. elle ouvrait la bouche, sortant enfin quelque chose. Mais cela ne sera pas la bonne réponse. Elle va déjà y répondre, c'est déjà pas mal de sa part. Les lèvres aussi tremblantes que sa pupille qui observait son professeur, elle esquissait un sourire nerveux, croisant les doigts pour avoir la bonne réponse, que dieu lui vienne en aide !!!

« La... Euh... C-COnvention d-d-de Genève ? Et euh... Ma-maaaaa.... Madrid ? »

Presque, le pire étant que sans le stress elle aurait au moins trouvé le traitée de Mastrich sur sa copie mais là, devant son professeur et ses camarades, elle ne pouvait pas savoir les réponses et les dire de vive voix. Même en l'inscrivant au tableau, elle aurait eu du mal à trouver la bonne réponse, que voulez-vous, on ne peut pas briller partout ! Par chance, elle avait évité de regarder Mélinda – du moins son stress était si haut devant la classe qu'elle ne pensait plus à son second et prioritaire problème, Warren. Elle avait le sentiment de ne pas avoir trouvé la bonne réponse même si elle ne s'en était un peu rapprochée mine de rien ? C'était de sa faute si l'Europe avait des noms bizarre à retenir ? Pourquoi vouloir faire des miracles, Tomoko ne vaincra pas sa timidité comme ça en un claquement de doigts. Elle réussira peut-être un jour... mais c'est pas demain la veille ! 
Journalisée

Mélinda Warren
Créature
-

Messages: 3230



Voir le profil
FicheChalant
Description
Petite vampire qui aime mordre des fesses <3
« Répondre #9 le: Décembre 30, 2017, 01:21:26 »

Tomoko était comme Frodon Sacquet, pris dans l’œil d’une Mélinda Warren qui devait exercer sur elle l’influence maléfique de Sauron. Totalement paniquée, elle se rendit au tableau. La timidité incroyable de cette femme continuait à interpeller Mélinda, qui en était à se demander s’il n’y avait pas, derrière ça, un problème psychologique. Tomoko était assurément agoraphobe, mais, pour paniquer à ce point... Elle regardait sa professeur, sans savoir quoi répondre, et finit par baragouiner une fausse réponse.

« Allons, Kuroki-san, nous l’avons vu hier ! »

Pour Mélinda, ce fut le signe attendu, et elle se releva brusquement.

« Senseï, il s’agit de l’AUE et du traitée de Maastricht, le premier ayant...
 -  Warren-san ! s’exclama Sochiya-senseï en se retournant vers elle. Ce n’est pas vous que j’ai interrogé, mais Kuroki-san !
 -  Mais je voulais juste l’aider, Senseï ! »

Les autres élèves regardèrent Mélinda. Tous savaient combien la femme aimait se montrer impertinente en cours. Elle était provocatrice, et, parfois, on se demandait si elle n’était pas comme Urumi Kanzaki, cette élève du manga GTO qui avait un QI très élevé, et s’en servait pour martyriser les professeurs de sa classe. Mais là, Mélinda ne visait pas à torturer Sochiya-senseï. C’était tout le contraire. Tomoko était comme une petite mouche engluée dans une toile, et, plus elle essayait de s’en défaire, et plus l’emprise de la toile se refermait sur elle. Mélinda n’avait pour autant aucune raison particulière de s’attaquer à ce point à elle, elle était juste curieuse, et voulait en savoir plus sur Tomoko.

Et, au fond d’elle-même, Mélinda se disait aussi que, plus tard, Tomoko la remercierait pour ce qu’elle avait fait pour elle.

« Oui, eh bien, en faisant ça, tu contestes encore mon autorité ! Kuroki-san n’a manifesté pas révisé la leçon d’hier ! Donc, puisque tu te sens si solidaire, Warren-san, vous serez toutes les deux de retenue ce soir, pour une heure après les cours ! »

Qu’est-ce qui serait le pire pour Tomoko ? Savoir qu’elle avait une heure de colle, ou qu’elle la ferait avec Mélinda ? Mélinda se rassit sans rien dire, mais il suffisait de voir son visage pour y voir une absence de colère ou de ressentiment, comme ce que tout élève ressentait face à une injustice. En réalité, cette heure de retenue était précisément ce que Mélinda voulait, car tout motif était bon pour passer du temps avec Tomoko !

La petite Tomoko retourna donc s’asseoir, et Mélinda, comme à son habitude, s’empressa de la rassurer :

« Désolée, je crois que je t’ai un peu perturbé... Mais je crois qu’on devrait rester ensemble pour le reste de la journée, tu ne crois pas ? En retenue, on risque d’être côte à côte, et il ne faudrait pas que tu paniques à nouveau... »

Il allait sûrement falloir que Mélinda affine sa stratégie pour rassurer Tomoko, mais, pour l’heure, il fallait bien reconnaître que l’impossibilité de lui glisser un seul mot n’était pas aisé... Enfin, Mélinda avait connu pire ! Et elle n’allait pas passer à l’occasion d’avoir une nouvelle élève qui lui embrasserait les pieds à terme...
Journalisée


DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
Tomoko Kuroki
Humain(e)
-

Messages: 16



Voir le profil
Fiche
« Répondre #10 le: Janvier 16, 2018, 02:18:31 »

Pourquoi aujourd'hui, c'était une journée aussi pourrie ? Au réveil, c'était comme d'habitude ? Elle a pas marché dans une crotte de chien en arrivant ou affronter une situation qu'elle détesterait comme devoir dégager des gens de son chemin pour continuer sa route. Alors pourquoi depuis midi, c'était un vrai cauchemar ? La Warren qui vient lui parler et pire encore, qui continue de lui parler malgré la panique ! Elle en avait même recraché son bento... Et ensuite la même qui vient se placer à côté d'elle et maintenant ça ? Quel dieu elle a contrarié ses derniers jours pour vivre une telle épreuve ? Mêmes d'habitude, les professeurs les plus exigeants finissent par comprendre que poser une question à Tomoko était une mauvaise idée, pire encore de la faire venir au tableau ! Alors pourquoi elle se croit plus forte que les autres celle-là ?! Ce n'était pas la peine de lui mettre la pression, la réponse aurait pu être dite il y a dix secondes qu'elle aurait du mal à la sortir ! D'autant plus qu'il y a dix secondes, elle fumait des oreilles en sachant Mélinda à ses côtés.

Mais pour le coup, l'intervention de Mélinda aurait pu la soulager, la réponse donnée, elle pourrait être libre ! Ou recevoir une autre question pour continuer à se maudire. Pour le coup, si la prof l'aurait laissé retournée à sa place, elle aurait pu voir Mélinda un peu mieux qu'une simple bitch populaire qui semblait vouloir améliorer son image en lui parlant.Mais ce fut pire que ça, oooooooh oui ! Car une retenue lui tombait dessus et pas n'importe laquelle puisque en plus, elle était avec Mélinda ! Avait-elle le droit de tomber dans les pommes ? Déjà qu'une retenue est saoulante même si parfois, il suffit juste d'attendre en faisant semblant de réviser, elle avait pas que ça à foutre ! Elle préférait rester dans sa chambre ou même se balader rapidement en ville plutôt que devoir rester ici à rien faire. Si elle n'a aucun club, c'est aussi pour avoir la paix alors pourquoi cette torture ? En retenue avec elle, la Warren semblait bien partie pour tenter de bavarder et lui tirer les vers du nez. Foutue madame-je-vaut-mieux-que-les-autres !

Si seulement elle avait le courage de les envoyés chier et de dire ce qui n'allait pas, autant à cette fille qu'à cette prof ! C'est pas qu'elle a pas révisé – bon si, c'est vrai mais quand même – elle lui aurait dit de pas la forcer à se mettre en avant devant la classe, et à cette bitch de savoir ce qu'elle manigançait ? Elle a toujours été invisible aux yeux des autres et les peu de fois où on la remarquait, il y avait un grand silence et des chuchotements une fois qu'elle était passé. Pourquoi ça changerais ?! Et le pire, c'est que Mélinda Warren voulait sa mort. Rester avec elle aujourd'hui ? La retenue ne lui suffit pas ? Qu'est-ce qu'elle cherche celle-là ?! Une chance qu'elle n'avait rien entre ses mains sinon elle aurait brisé son stylo sous la panique. Le regard sur sa table, en temps normal elle serait juste stressé mais avec ce qui s'était produit – elle aurait sûrement gagné la retenue – mais devoir passé une heure avec elle ?! Non mais pourquoi on ne l'achève pas maintenant ? Il ne peut pas y avoir un contrat sur sa tête qu'elle en termine avec cette journée de merde ?!

Rouge autant de colère que de stress, elle tentait de parler sans réussir quoi que ce soit, tournant juste son visage vers la fenêtre, désirant être un oiseau, même un insecte, pour quitter cette classe débile et être libre loin de cette école de merde. Pourquoi elle ne peut pas... Le temps filait doucement, elle se calmait un peu, ignorant Mélinda, elle en oubliait presque sa présence quand elle ne l'avait pas dans son champ de vision. Mais au fil des minutes et des heures, elle tentait d'être à l'écoute pour éviter les remarques mais elle fatiguait un peu. C'est que le stress passé, elle avait faim... Faute d'avoir gardé son bento dans son estomac. Sans pour autant avoir des gargouillis – heureusement – elle avait du mal à paraître concentré, ne serait-ce que pour faire semblant. Elle veut en finir avec cette maudite journée, acheter tout les talisman et faire toutes les prière possible au monde pour retirer cette poisse qui lui collait à la peau, ne serait-ce qu'aujourd'hui... Chaque fois qu'elle tentait de jeter un œil vers Mélinda, la panique la reprenait et elle n'y arrivait pas, comment elle pourrait passer une heure avec elle, à trois dans une classe en comptant la prof ? Ce n'est pas possible, elle va mourir...
Journalisée

Mélinda Warren
Créature
-

Messages: 3230



Voir le profil
FicheChalant
Description
Petite vampire qui aime mordre des fesses <3
« Répondre #11 le: Janvier 16, 2018, 02:57:09 »

L’heure de retenue, l’excuse parfaite pour une femme comme Mélinda ! Joueuse, la vampire sentait qu’elle allait se faire bien plaisir avec la nerveuse Tomoko. Le reste de la journée fut un véritable supplice pour sa voisine, qui s’efforçait de ne pas l regarder, fixant parfois longuement la fenêtre. Malheureusement, c’était mal connaître Mélinda que de croire que les choses se passeraient aussi simplement pour elle ! Mélinda avait en effet tout prévu, et prétexta notamment avoir oublié son livre !

« Kuroki-san, partage ton livre avec Warren-san, et lis-nous cet article... »

Pourquoi s’acharner autant sur elle ? Tomoko ne pouvait évidemment pas se douter que tout cela n’était qu’une conspiration, un piège, un jeu de Mélinda pour la faire craquer. Au bord de l’apoplexie, elle avait toutefois déjà eu une heure de retenue, et devait faire de son mieux. Ainsi, tandis qu’elle reprenait ses forces, Mélinda l’acheva en murmurant près d’elle, et en posant brièvement sa main sur la sienne, pendant quelques instants, juste le temps de glisser :

« Courage ! »

Pile le mot à ne pas dire ! Tomoko se ratatina sur place, et le reste de l’après-midi fut du même tenant. Mélinda venait régulièrement l’embêter, caressant parfois ses cheveux en lui disant qu’elle avait une belle chevelure, ou lui proposant de faire un morpion pendant un cours particulièrement ennuyeux, toujours de sa voix douce et chaleureuse, et toujours en lui souriant. Comment résister à la jeune femme ? Tomoko était acculée, totalement piégée. La journée se termina ensuite, mais, avant d’aller faire leur retenue, Mélinda et Tomoko eurent toutes deux pour tâche de nettoyer la salle de classe.

« Vous me retrouverez ensuite dans mon bureau, je vous donne l’autorisation de filer dans la section administrative du lycée. »

Le sōji, terme japonais désignant le nettoyage de la salle de cours, était une étape indispensable dans la vie des lycéens, et, comme Mélinda et Tomoko étaient toutes les deux punies, il allait donc de soi qu’elles le feraient ensemble. Mélinda récupéra la clef de l’armoire au fond de la classe, abritant les ustensiles de cuisine, et les sortit, avant de se retourner vers Tomoko, en lui souriant une nouvelle fois.

« Tu as l’air pâle, Tomoko... Si tu veux, on peut partager mon goûter, j’ai un grand sandwich ! »
Journalisée


DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
Tomoko Kuroki
Humain(e)
-

Messages: 16



Voir le profil
Fiche
« Répondre #12 le: Février 07, 2018, 01:50:33 »

Pourquoi l'enfer lui en faisait baver aujourd'hui ? Pourquoi elle avait tout ce qu'elle détestait aujourd'hui, en si peu de temps ? Elle ne savait pas quoi répondre à cela, mais Tomoko espérait que malgré cet enfer, la barre allait se redresser ou bien alors, que les prochains jours lui soit favorable. Pas de Mélinda, pas de question, rien, elle retrouverait sa petite bulle de confort. Seule, mais sans-souci apparent. Pas de stress, rien. Venant presque retrouver un semblant de confort mentale en évitant de croiser Mélinda, ne serait-ce que l'avoir dans son champ de vision, mais l'univers avait décider la faire chier aujourd'hui. Partager son livre avec Mélinda, une tâche aussi simple que basique pour le commun des mortels et en temps normal, elle l'aurait fait sans soucis du moment qu'on la laissait tranquille et qu'on l'ignore, mais là... Là, elle était à côté d'elle bon sang ! Par-dessus le marché, elle devait lire devant toute la classe ? Bon, c'est décidé, elle déteste cette prof et dés ce soir, elle cherche sur le net une façon vaudou, extraterrestre ou idiote pour que cette sale prof a quelque chose qui la cloue au lit demain matin !

Et pour en rajouter une couche, encore une, Mélinda posa sa main sur la sienne... RHAAAAAA !!!! Déjà entendre ses encouragements était à la fois merveilleux et aussi désagréable que des griffes sur un tableau – en temps normal, loin d'elle, ça pourrait être que joie mais vu tout ce qu'elle endure aujourd'hui, le plaisir n'était pas au rendez-vous – alors si en plus elle la touche ?! Elle s'est retenue de ne pas virer sa main, d'autant plus qu'avec le stress sa main était moite ? Rha et si ça se trouve demain cette maudite face de poupée va raconter à tout le monde qu'elle transpire, qu'elle est bizarre et qu'elle pue ?! Oui, bah, elle stresse à cause d'une certaine personne alors il ne faut pas se plaindre !!! En réalité Tomoko ne sentait pas la sueur, pas plus qu'une autre élève de la classe mais quand on est parano, on l'est jusqu'au bout hein.

Ce fut laborieux mais Tomoko avait réussi à aligner assez de mots pour qu'on lui fiche la paix, trouvant dommage de ne pas avoir sa précieuse place unique pour s'étaler comme un vieux flan fondue au soleil, elle voulait mourir... Quitté cette école, dormir à l'infirmerie, un exercice d'incendie mais qu'on lui fasse quitter cette maudite place et que Mélinda retrouve sa place d'origine... Elle avait faim, elle était épuisée, fatiguée, pourquoi le monde lui en veut autant ? Ne pouvant ruminer sa mauvaise humeur, Tomoko avait souvent des pics de stress en sentant Mélinda poser sa main sur ses pointes rebelles qui lui donnait cet air d'épouvantail, proposant des petits jeux ou d'échanger simplement quelques mots. Pourquoi dieu, pourquoi lui faire subir un tel enfer ? Qu'à-t-elle fait pour mériter une telle chose ? Chaque réponse de Tomoko était constituée d'un sourire qui ne savait pas rester fixe, de cet œil visible et aussi agile qu'une mouche en plein vol, ne sachant pas regarder Mélinda et quand elle y arrivait, c'était à la fois hypnotique et effrayant de la voir aussi près, suivie d'une très longue et courte réponse bégayante, parfois dans le murmure que dans l'aigue.

Vint la fin de journée où leur punition se résuma à remplacer ceux de corvée de nettoyage, bon, elle s'attendait à pire donc ça allait même si cette visite ailleurs ensuite lui laissait présager le pire... une tonne de devoir, de leçon de morale ou autre débilité ? Enfin, au moins elle ira nettoyer un coin de la salle et Mélinda la laissera tranquille hein ? Pas si sûre mais pourtant, cette dernière venait proposer quelque chose que Tomoko aurait du mal à refuser pour le coup. Certes, elle trouvait bizarre qu'une fille comme Mélinda ait un sandwich mais pourquoi pas ? Elle était le genre de fille riche mais son nom et son visage ne faisait pas japonais donc ailleurs, c'est peut-être normal d'avoir un sandwich dans son sac pour la fin de journée ? Elle était habituée au bento, comme tout bon Japonais, même si le sien à finir dans les toilettes avant d'être digérer mais si encore elle avait un sachet de biscuit ou autre friandise, ce serait plus logique pour elle ? Peut-être que pour ajouter la liste de ses « défauts » Mélinda avait en plus cette curieuse maladie que certaines personnes ont et qui peuvent manger comme trente sans prendre un gramme, contraiment à d'autre qui mangent normalement et prennent plus de poids ?

Mais face à son ventre qui lui suppliait de dire oui, elle se demandait si cela ne cachait pas un piège ? Quoi ? Depuis le début elle voulait la faire vomir pour lui donner faim et lui proposer une part de son sandwich pour paraître angélique aux yeux des autres ? Ha oui la belle Mélinda qui aide la pauvre Tomoko isolée dans son coin ? Ou alors elle était simplement sympa ? Comment une bitch qui fait partie de ce genre de fille pas farouche selon les rumeurs peut se montrer si gentille avec elle ? Certes, elle a déjà croiser des filles perdue au milieu de ce groupe de fille qui semblait ne pas la montrer du doigt et ne pas se moquer mais Mélinda semblait pas avoir ce rôle ? Plutôt celui de leader ? Oui, les apparences sont parfois trompeuse mais elle avait du mal à croire qu'elle se trompait ? Tomoko se trompait depuis le début ou son estomac fausse son jugement ? 

Combien de temps s'était écoulé entre sa proposition et le blanc lâché par Tomoko ? Trois secondes ? Trente minutes ? Elle avait honte d'accepter, mais refuser et elle n'allait pas finir la journée debout. Déjà qu'elle n'était pas épaisse, sans pour autant se privé côté nourriture, avoir recraché son repas et donc, n'avoir rien dans l'estomac que ce qu'elle a avaler en se réveillant, c'était dur de continuer, même si dans une heure elle sera chez elle.

« O-o-oui, je.... je veux b-b-b-ien... Me-m-m-m-mmer...ci... »

Quelle sotte ! Et si elle n'aime pas ? Elle ne pourra pas le recracher ou le lui rendre ! Bah, vu sa faim, elle ne fera sûrement pas la fine bouche. Cela dit maintenant, elle va risquer de se sentir redevable envers Mélinda... Elle va devoir partager son bento demain ? Lui en faire un ? Bordel, elle n'a jamais été douée en cuisine ! Voilà, se montrer polie, elle gagnait une dose de stress en plus. SI elle ne gagnait pas un ulcére à l'estomac avant la fin de la journée, elle aura été chanceuse !
Journalisée

Mélinda Warren
Créature
-

Messages: 3230



Voir le profil
FicheChalant
Description
Petite vampire qui aime mordre des fesses <3
« Répondre #13 le: Février 09, 2018, 01:43:58 »

Tomoko était une boule de nerfs sur pattes. Mélinda avait rarement vu une fille si nerveuse, à tel point qu’elle en estimait que ça devenait clinique ! On n’était même plus dans le cas d’Harmony, qui se transformait en turbine à chaque fois que Mélinda disait une grossièreté devant elle. Là, le simple fait de parler amenait Tomoko à se décomposer sur place. Mélinda aurait-elle al patience de faire quoi que ce soit avec elle ? Les bégaiements interminables de Tomoko, ses atermoiements, sa manie de toujours revenir sur ce qu’elle faisait... Tout ça était des plus troublants pour la vampire. En fait, il n’était pas faux de dire que Tomoko faussait un peu ses plans et ses projets initiaux. Que faire avec elle ? Elle ne savait pas où donner de la tête, comment agir, ou comment réagir. Cherchant un compromis, et se doutant bien que la femme était paniquée, Mélinda lui proposa donc un sandwich. Ce n’était pas un bentō, en effet, mais cela avait-il vraiment une importance ?

Elle donna à Tomoko le sandwich entouré de cellophane. Il aurait pu y avoir à l’intérieur des pilules pour droguer Tomoko, mais c’était un simple sandwich. Quelques tranches de jambon, des légumes, du beurre... Rien d’extraordinaire. Mélinda aussi avait besoin de manger ! Et un sandwich se mangeait tout de même plus rapidement qu’un bentō, il suffisait juste de croquer. L’appel du ventre convainquit donc Tomoko, et Mélinda lui remit le sandwich, puis s’écarta, avant d’attraper du produit d’entretien, et s’approcha des vitres, aspergeant le contenu dessus.

*Moi, la Maîtresse, dirigeante d’un clan vampirique, en train de laver les carreaux... Qui l’aurait cru ?*

Au stade où elle en était, Mélinda ne savait plus trop quoi faire de Tomoko, sincèrement. Les timides étaient très populaires dans son manoir, car ses esclaves adoraient les embêter, les soumettre face à des scènes extrêmement perverses, mais, si c’était pour que Tomoko vomisse à chaque fois... Mélinda ne perdait pour autant pas encore totalement espoir, car certaines filles très nerveuses avaient déjà pu redresser la barre. Shii, par exemple, avait manqué défaillir au début.

Optant pour une nouvelle stratégie, et pendant que la fille mangeait son sandwich, Mélinda misa sur la culpabilité :

« Tu sais, Tomoko, je ne te veux pas de mal... Je sais que je suis populaire, et que certains me crachent dessus parce que j’ai eu le malheur de naître dans une famille riche, mais j’ai toujours été seule, tu sais... Enfin, avant d’arriver ici, de me faire des amis. Je vois très rarement ma famille, jamais mes parents, et les amis que j’ai eu, au début, n’étaient que des opportunistes et des arrivistes voulant profiter de ma fortune pour me piéger et user de moi. »

C’était un mensonge, mais qui contenait quand même des pointes de vérité. Le parfait mensonge, c’était celui qui faisait le plus vrai possible, car c’était celui qu’on pouvait assumer, sans risque, par la suite, de trop se contredire. Continuant le nettoyage des vitres, elle reprit donc :

« Toi, tu es toute seule aussi, alors je me suis dit qu’on pouvait sympathiser... Mais bon, je ne vais pas insister davantage, je vois bien que tu n’en as aucune envie. Donc, on va nettoyer la salle ensemble, et je te laisserai tranquille ensuite. »

Elle la prenait par les sentiments, mais sans en faire des tonnes non plus, craignant que Tomoko ne recrache son sandwich ensuite.
Journalisée


DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.

Tags:
Pages: [1]
  Imprimer  
 
Aller à:  

Powered by SMF 1.1.20 | SMF © 2006-2007, Simple Machines
Awake and Dreaming - Le Grand Jeu
ChatBox