banniere
 
  Nouvelles:
De nouvelles places sont ouvertes pour le poste de modérateurs, si vous êtes intéressés, merci de vous présenter ici.

Liens utiles: Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Cacher les avatars

Le Grand Jeu - Forum RPG

Bad langage Discrimination Drugs Sex Violence Gambling

Bonjour et bienvenue.

Ce forum présente des oeuvres littéraires au caractère explicite et/ou sensible. Pour ces raisons, il s'adresse à un public averti et est déconseillé aux moins de 18 ans. En consultant ce site, vous certifiez ne pas être choqué par la nature de son contenu et vous assumez l'entière responsabilité de votre navigation.

Bonne visite ! :)

Pages: [1] 2
  Imprimer  
Auteur Sujet: Prophétie sanglante [PV Okooko]  (Lu 620 fois)
Ariman
Créature
-

Messages: 785



Voir le profil
FicheChalant
« le: Septembre 28, 2017, 12:41:45 »

Les pèlerins de Hayte est un culte de meurtrier apocalyptique qui sont connus pour leur méchanceté et leurs atrocités. La plupart des rumeurs de leur présence dans une zone particulière suffisent amplement à créer une panique proche de la population des territoires qu'ils comptent attaquer. Leur but est simple, détruire et tuer. Les enseignements et le recrutement des cultes se concentrent sur les éléments opprimés, marginalisés et criminels de la société nombre d'entre eux sont des créatures qui sont souvent pris comme esclaves comme les Terranide ou les anormaux qui n'ont guerre eu de chances car nés mutants. Leur croyance fondamentale est celle du nihilisme de l'esprit et du désespoir total, considérant l'humanité comme une créature aveuglante à la merci de la religion. Pour eux, la civilisation, la foi, la raison et l'amour sont tous des mensonges et des rêves concoctés par les puissants pour maintenir leur contrôle. Ainsi, les pèlerins cherchent à semer la destruction et la terreur pour détruire cette fausse réalité.

Les pèlerins de Hayte sont définis comme un cancer, ils s'infiltrent tranquillement et lentement dans les zones invisibles de la société en créant des cellules cachées qui poussent à l'intérieur, jusqu'à ce qu'elles deviennent trop répandues et puissantes pour s'opposer. Une fois fermement plantés, ils orchestreront une campagne de folie folle et de destruction. Ils utilisent souvent des attaques suicidaires et des actes terroristes. Ils cherchent avant tout à faire un maximum de carnage causant de gros dégâts dans une ville ou éradiquant un village ou une communauté trop éloigné pour avoir de l'aide. Une fois qu'un endroit a été amené à la ruine, ses barbares s'en vont emportant leur butin et leurs esclaves et recommence dans un autre endroit.

Pour Ariman ce culte n'était ni plus ni moins qu'un instrument à ses desseins. Généralement les pèlerins n'obéissait à leur prophètes les individus les plus fort et les plus vicieux de leur sectes mais généralement leurs allégeance allaient vers les démons et les entités démoniaques qui avaient besoins de leur service. Inutile de dire que même si Ariman n'était qu'un mortel le virus Obliterator le rendait à demi démoniaque en outre ses primitifs n'ont jamais eux affaire à un space marines du chaos de plus de trois mètres de haut et crachant du fer et du feu comme une véritable engeance infernale. Les sceptiques des pellerins l'ont d'ailleurs payer de leur vie quand l'Obliterator les as démembrés avec facilité.

Néanmoins l'objectif d'Ariman n'était pas pour la débauche de violence et de luxure quoique... Ariman avait un objectif récupérer un certains objet à un endroit bien protéger du moins pour un Démon. Il s'avère que le monastère que les pèlerins comptait attaquait contenait une relique qui l'intéressait et vu le tempérament de la secte à tout détruire sur son passage Ariman avait intérêt à contrôler la meute d'enragé sur le point de se ruer à l'assaut et être le premier à mettre la main sur l'artefact.

La tactique des pèlerins à installer des éléments de son culte dans l'enceinte même de l'ennemis était toutefois efficace. On ne pouvait accéder au monastère qu'en traversant un village fortifié et gardé et comme tout village qui se respecte il y as toujours un idiot ou individus contrefait et bossu qui servait de souffre douleurs aux habitants. Il était tellement facile d'attiser sa haine envers ceux qui le martyrise, tellement facile de lui faire des promesse pleine de miel pour qu'il ouvre les large porte fortifier et qu'il drogue de vin des gardes. Encore plus facile de l'inciter à faire une diversion et donner le signal de l'attaque en lançant une grenade incendiaire sur le premier bâtiment de fermier venus.

Ariman avait beau être un suppôt du chaos n'avait pas vraiment d'empathie avec cette secte mais ce n'était pas non plus un ingrat. Si le bossus survis il faudra penser à le récompenser. Ce fut sur cette pensée que l'Obliterator vis enfin le signal et que les pèlerins attaquèrent.
« Dernière édition: Septembre 28, 2017, 12:50:52 par Princesse Alice Korvander » Journalisée
Okooko
Créature
-

Messages: 83

avatar


Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #1 le: Septembre 28, 2017, 04:49:27 »

En ces terres, il y existe un nombres incalculable de cultes plus ou moins sérieux, plus ou moins puissant et dont les fondements reposent sur des choses plus ou moins tangible. Il y avait dans un coin reculé du monde, un couvent répondant au nom de « Maison des douze seigneurs », un culte vieux de plusieurs millénaire et dont l’existence bien que confidentielle était responsable de l’équilibre du monde.  En effet, bien que l’endroit ressemble à n’importe quel couvent de n’importe quel culte, il renfermait en son sein un antique artefact aux pouvoirs incommensurable, évidemment pour libérer sa puissance, il fallait la clef se trouvant dans un autre sanctuaire mais cette relique ne devait pas tomber entre de mauvaise main. Cet artefact ne payait pas de mine avec son apparence en forme d’horloge richement décorée, quoi de plus commun qu’une horloge, personne n’irait penser qu’une simple horloge était un objet magique mais son pouvoir était d’influer sur le temps comme bon nous semblait. Voyager dans le passé, accélérer l’arrivé du futur, figé le présent pour que le temps ne s’écoule plu ou même effacer purement et simplement l’histoire, tout cela était possible lorsque cet artefact était complété.

Mariella était l’une des sœur gardienne du sanctuaire intérieur du couvent, là où leur trésor était gardé, dissimulé dans une salle de prière tout à fait classique hormis le fait que seules les plus hautes gradés du culte avait le droit de s’y rendre, se relayant la garde, une gardienne par jour. Mariella était donc celle qui était chargée de surveiller les lieux ce jour là. Elle n’avait pas le droit de sortir ni d’avoir un quelconque contact avec l’extérieur jusqu’au lendemain lorsque son jour de garde serait terminé. Agenouillée au centre d’un immense cadran solaire, elle priait sous les regards inquisiteurs des statues des douze seigneurs.

Elle n’avait pas conscience de ce qu’il se passait à l’extérieur, aucun bruit ne pouvait pénétré ce lieu saint totalement hermétique. Elle était donc tranquillement en train de prier alors que ses sœurs se faisaient massacrer et que le couvent se faisait attaquer. Elles n’étaient pas des sœurs guerrières elles étaient donc totalement à la merci de l’envahisseur.

Journalisée
Ariman
Créature
-

Messages: 785



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #2 le: Septembre 28, 2017, 06:49:31 »

Ariman était rester en retrait lors de l'attaque. Il était inutile pour lui de se salir les mains vu que les Pèlerins de Haytes s'occupaient du sale travail. Ce fut au bout d'un certain temps et le retour d'un messager que Ariman se mis à bouger pour allez droit vers le monastère en traversant le village.

Le culte meurtrier n'avait pas fait dans la demi mesure. Les porte ayant été ouverte les Pèlerins ont commencer leur massacre avec une cruauté et une brutalité inimaginable massacrant en premier la milice abrutis par l'alcool drogué que l'agent du culte avait administré. Des incendie furent allumés et déjas plusieurs groupes des Pèlerins commençaient leur exactions sur les habitants en élevant des bucher ou des croix pour crucifier les malheureux encore en vie qui avaient oser leur résister.

Arriver à la porte du monastère Ariman vis qu'elle avaient été enfoncer et déjà plusieurs cadavres de religieuse vielles femmes sans intérêt jonchaient le sol. Sans faire attention aux cultistes qui mettaient à sac l'endroit et profanaient le lieux saint Ariman enclencha sa carte sur son ordinateur de poignet et eu une carte des lieux menant à son objectif. L'Obliterator fit alors appel à quelques volontaire pour l'accompagner car l'objet était assez volumineux il allait avoir besoin de plusieurs personnes pour transporter l'objet. Ariman aurait bien pus faire cela lui même mais comme il était le chef autant laisser la corvée à d'autres.

Ariman arriva finalement face à une massive porte constitué de dorure décorative montrant plusieurs saint mais pourtant lourde et massive. Vu la disposition de la pièce il était inutile de descendre un bélier pour penser à l'enfoncer. l'antichambre était trop étroite. L'architecte qui avait conçut cet endroit connaissait bien son affaire. Malheureusement pour lui Ariman était beaucoup plus avancer technologiquement.

- Reculez ! Ordonna Ariman qui généra une arme et la braqua sur ce coffre fort médiéval.

Derrière la porte inconsciente de ce qui ce passe la gardienne priait quand soudainement un bruit énorme se fit entendre alors que les murs eux même se mirent à trembler. Une épaisse fumée et un nuage de poussière entrèrent dans la salle. La gardiène vis que la porte pourtant inviolable de l'ordre avait disparus. Des débris fumant ou en train de bruler jonchait le sol mais ce qui attira l'attention de la gardienne c'était la silhouette de cauchemar qui passa par l'ouverture tout de chair et de métal d'aspect le monstre faisait plus de trois mètre de haut. Derrière lui des cris se firent entendre tandis que son regard glacial derrière un masque qui semblait fusionné à son crâne tomba sur la religieuse.


Journalisée
Okooko
Créature
-

Messages: 83

avatar


Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #3 le: Septembre 29, 2017, 01:24:35 »

Le sanctuaire intérieur était un ingénieux travail architectural visant à le dissimulé, bien que pourtant très imposant et se trouvant au centre du couvent, la façon dont tout était agencé ne permettait pas de penser qu’il y avait une pièce ici, même la porte qui en condamnait l’entrée passait inaperçu, parfaitement incrustée dans le mur, les non-initiés ne voyait là qu’une gravure ancienne montrant les saints que priaient les prêcheuses des lieux. Les anciens faisaient parfois preuve de bien plus d’ingéniosité que les hommes d’aujourd’hui qui même avec leur technologie bien plus évoluée seraient incapable de reproduire certains chef-d’œuvre.

Mariella était donc là en train de prier, à genoux, cette sœur était une magnifique jeune femme qui avait sans doute envoyer en dépression tout ses courtisans lorsqu’elle était rentrer dans les ordres, ses long cheveux roses dissimulés sous son voile et sa généreuse et voluptueuse poitrine qui se retrouvait parfaitement moulée dans sa robe de prière. Un visage doux qui ne laissa même pas transparaître la peur lorsque la porte du sanctuaire sauta pour laisser entrer le monstre qui l’avait détruite.

Un mastodonte, de deux fois la taille d’un homme et pourtant Mariella le regardait tranquillement ne laissant transparaître aucun sentiment, personne ne pourrait dire si c’était vraiment de l’impassibilité ou que le surplus de peut l’avait figé complètement. Après tout elle n’aurait rien pu faire contre un agresseur normal alors une créature comme celle-ci, elle n’était clairement pas de taille. Elle savait ce qu’ils cherchaient mais eux le savait-il vraiment, les mots sont parfois trompeurs et les secrets peuvent disparaître avec ses gardiens. Elle ne disait donc rien, elle ne se leva pas non plus, elle était prête à mourir ici et même s’ils trouvaient ce qu’ils cherchaient, elle ne serait plus là pour le dévoiler. Il y avait une raison pour laquelle aucune entité n’était parvenu à arracher l’artefact du couvent malgré plusieurs millénaire d’essai. 
Journalisée
Ariman
Créature
-

Messages: 785



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #4 le: Septembre 29, 2017, 09:50:14 »

- Enfin ! Dit Ariman tandis que les hommes du culte entrèrent à leur tour timidement au début à cause de l'explosion du à l'arme que Ariman avait du employer pour faire sauter la porte mais en voyant la gardienne il reprirent leurs mauvaises habitude.

Cette fois cette prêtresse n'avait rien à voir avec les vielles bigote que les Pèlerins avaient tuer. La fille était jeune et plus gironde. Exiter par le besoin de tuer et certainement sous l'emprise de la rage de Khorne l'un des cultiste un mutants au facies hideux et couturés de cicatrices brandis un casse tête pour fendre le crâne de la novice mais avant qu'il ai pus faire trois pas le poing massif de l'Obliterator s'écrasa sur son crâne. Inutile de dire que le crânes du cultiste ne résista pas au traitement sa cervelle en bouillie et son sang se répandit sur le sol.


- Non ! Celle là on ne la tue pas. Elle as certainement des information à livrer au sujet de l'horloge. Grinça t'il en frottant sa main ensanglanté à une tapisserie du sanctuaire avant de se pencher vers la prêtresse. Le casque disparaît résorbé par la chair montrant un visage déformé mais humain aux yeux noirs comme les ténèbres et une peau pales aussi grise que le métal. Il esquissa un sourire carnacier montrant une dentition métallique et chromé.

- Tu n'as pas peur ? Tu devrais. Tu doit certainement t'attendre à une mort rapide. Mais comme ses imbécile mettent trop d'entrains à tuer. J'ai bien peur que ton sort soit des plus compliqué à moins que tu veuille répondre à mes questions cela nous simplifiera la tache à tout les deux et tu sera récompensé. Dit Ariman qui ne s'attendait pas à une réponse positive de sa part mais cela n'était pas faute d'essayer. L'Obliterator malgré son coté maléfique avait son étrange sens de l'honneur bien à lui. Il laissait toujours une chance à ceux qui passait en son pouvoir de survivre en échange de ce qu'il voulait en l'occurrence des informations pour cette femme vu que l'artefact était sous son contrôle maintenant.

Suite à la mort des leurs les Pèlerins restèrent figer effrayer par l'Obliterator mais on ressentait une grosse tentions et plusieurs regard lubrique tombèrent sur la fille.
Journalisée
Okooko
Créature
-

Messages: 83

avatar


Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #5 le: Octobre 02, 2017, 05:13:55 »

Mariella regardait le géant qui était entré dans le sanctuaire et elle l’avait vu écraser l’un des hommes qui n’avait pas hésité une seconde à se ruer sur elle pour essayer de la tuer. Pour le monstre, elle était encore utile vivante, il cherchait l’horloge, il voulait s’emparer de l’artefact du couvent, elle ne savait pas pourquoi mais ce n’était sans doute pas pour faire de bonnes actions. Mais il avait raison, elle pouvait livrer beaucoup d’information concernant où chercher ce qu’il cherchait, c’était en effet dans ce petit sanctuaire mais où. De plus, le moindre faux pas du géant ou de ses hommes pouvait potentiellement détruire toute chance de pouvoir utiliser l’horloge mais le point le plus important qu’elle n’avait c’est s’il voulait l’horloge car il avait connaissance de son pouvoir ou s’il voulait l’activer car il avait déjà le mécanisme pour l’activer qui se trouvait dans un autre couvent à l’autre bout du monde. Dans le premier cas, elle pouvait bien lui dire où ce trouvait l’artefact, dans le deuxième ce serait très dangereux.

Elle respirait doucement et regardait le groupe qui lui faisait face, l’abomination qui lui avait parler ne semblait pas être la principale menace, il voulait trouver ce qu’il cherchait mais les autres semblaient beaucoup plus instable et ne se tenaient pour l’instant tranquille qu’à causse de ce qui était arriver à celui un peu trop rapide au goût de l’homme-machine. Ele le regarda dans les yeux, soutenant son regard pour répondre :

« Le problème ce n’est pas tant de trouver ce que que vous chercher mais de canaliser vos troupes pour qu’ils ne détruise pas tout y compris l’objet de votre venu ici. »

Cela n’en disait pas beaucoup mais au mois ça mettait en garde le chef du groupe que si l’horloge venait à se faire abîmer, aussi magique puisse-t-elle être, elle serait inutilisable. Elle n’avait pas peur de ce qu’on pourrait lui faire, en tant que gardienne elle c’était préparer à de nombreuses choses y compris le viol, la torture et la mort et elle était plutôt résignée :

« A quoi vous servirait donc d’utiliser l’horloge ? Je doute qu’une créature de votre sorte ait un quelconque besoin de ses pouvoirs pour arriver à ses fins. »

Journalisée
Ariman
Créature
-

Messages: 785



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #6 le: Octobre 02, 2017, 08:56:31 »

Le sourire d'Ariman s'agrandit.

- Bien au contraire. La chronokinésie, les voyages temporel est un pouvoir qui me passionne. Avoir la capacité de contrôler le temps est un pouvoir qui se rapproche assez de la divinité. Il est fort dommage que vous les religieux vous vous cantonnez à votre idéologie étriquée. Vous disposez d'un formidable instrument ou artefact et pourtant vous répugnez à l'employer excepter pour quelques broutilles religieuse ou vous les oubliez dans les recoins d'une bibliothèque ou une crypte. Dit Ariman qui tourna autour de la jeune femme avant de ce pencher face à elle en articulant chaque mot.

- C'est tellement stupide. Grinça t'il son sourire étant tomber avant de ce redresser et se dirigea vers l'emplacement ou ce trouvait l'horloge.

- Voilà donc l'artefact. Hum ! Je la voyait moins grosse. Très embêtant par chance je n'ai pas besoin de toute l'horloge l'étudier à vue me suffira pour en reproduire ses fonctions et une seule de ses pièces m'intéresse pour compléter mon projet. Néanmoins j'ai besoin de votre aide pour ouvrir l'horloge afin de récupérer cette fameuse pièce. J'ai déjà clef ne manque plus qu'à trouver la bonne serrure.
Dit Ariman qui regarda l'énorme et fragile artefact avant de tourner la tête vers la prêtresse.

- Où est elle ? Demanda t'il et à sa voie cela ressemblait plus à un ordre qu'à une demande.
Journalisée
Okooko
Créature
-

Messages: 83

avatar


Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #7 le: Octobre 03, 2017, 12:53:13 »

Elle le regardait se diriger vers la grande horloge qui se trouvait sur un piédestal un peu plus loin dans le sanctuaire et ça la fit sourire un peu, le couvent abritait de nombreuses horloges de toutes sortes pour tromper les intrus venu pour s’emparer de l’artefact, ce n’était pas une horloge mécanique qu’il cherchait mais elle n’allait pas lui dire. Aucun des intrus n’avaient remarqué l’agencement particulier du cercles de statues des douze saints du couvent, l’artefact magique qu’il cherchait c’était le cadran solaire géant sur lequel se trouvait Marielle, agenouillée en son centre.

Le géant inconnu prétendait avoir la clef qui permettait de faire fonctionner l’artefact mais elle avait du mal à y croire, si le prisme était en sa position il aurait déjà du ce demander à quoi pouvait bien servir ce genre d’objet dans une horloge mécanique à moins qu’il la test en s’intéressant à une horloge qu’il savait inutile. Elle ne savait pas quoi faire, soit elle lui faisait croire que c’était effectivement l’horloge à laquelle il s’intéressait qui se révélait être l’artefact qu’il convoitait soit c’était un piège et si elel faisait ça ça pourrait mal se passer.

En y réfléchissant, que quelqu’un se serve de son trésor lui importait peu. Elle soupira avant de le regarder de nouveau :

« L’horloge ne peut être reproduite, il faut l’originale et dans un état parfaitement intact pour la faire fonctionner. Quand à comment utiliser la clef, si vous la possédez comme vous sembler le faire croire, il est assez facile de savoir comment l’utiliser quand on sait ce qu’on cherche. »

Il y avait en effet plusieurs prismes dans l’autre couvent qui cachait la clef mais un seul et unique permettait d’absorber les rayon de lumière et de les rediriger dans douze direction en même temps. C’était ça le secret pour activer l’horloge, que les douze statues soit baignées dans la lumière en même temps grâce au prisme. Ensuite, il suffisait de se trouvait sur le cadran, la suite elle ne la connaissait pas, elle n’avait jamais utiliser l’horloge, elle n’avait pas été utiliser depuis mille ans, son fonctionnement lorsqu’elle était active était donc une surprise.
Journalisée
Ariman
Créature
-

Messages: 785



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #8 le: Octobre 03, 2017, 01:56:00 »

Ariman leva la main. Au niveau de sa peaume le métal sembla bouillonner et soudain un objet s'extrayait du métal liquide qui redevins solide. La prêtresse vis avec horreur que Ariman détenait le prisme et l'Obliterator vis vite à son visage qu'il avait la bonne clef bien qu'il avait des doute que l'horloge qui lui faisait face était l'artefact. L'Obliterator sentait bel et bien l'énergie de l'artefact. Le problème c'est qu'il était incapable de savoir ou précisément car le trop plein d'énergie l'empêchait de faire un relevé précis. Il était néanmoins au bon endroit.

- Il m'en as fallut du temps et 6 couvents comme le votre pour mettre la main sur la bonne clef. Les autres était des contrefaçons. C'était intelligent malheureusement même si votre moyen de protection était ingénieux il y as quand même une différence notable et l'original. Par le passé l'artefact as été employer. Je ne vais pas vous faire tout un cours sur les voyages temporel mais les artefact laisse une énergie particulière que je sait capter. Dit Ariman qui contempla le prisme avant que son regard descendit à nouveau vers la prêtresse et cette fois ce regard en disait long.

- Ne tournons plus autour du pot. Malgré votre air coopératif j'ai le sentiment que vous essayer de m'amener sur de fausses piste l'horloge est là car je sent l'énergie qu'elle dégage mais ce n'est pas celle que je contemplait. Elle est quelques part ici caché dans cette salle. Dit Ariman d'une voie grinçante et regardant les micro expression de la fille.

- J'ai le sentiment qu'il existe une méthode particulière pour trouver l'horloge et la faire fonctionner non ? Mais j'ai le sentiment que vous allez rien me dire quoique maintenant j'ai le sentiment qu'il faut laisser cette pièce en état. Il va falloir prend des mesures pour que vous parliez. Dit Ariman qui fit un geste de menton envers les Pèlerins qui attendaient.

Sans attendre les cultistes dépenaillé et à demi mutantes se saisirent sans ménagement de la fille et la trainèrent hors du sanctuaire suivis d'Ariman qui ordonna à deux d'entre eux de garder l'endroit sans rien casser si il ne voulaient pas subir sa colère. Ils traversèrent le monastère dévasté et vandalisé pour arriver finalement à l'extérieur dans les jardins dévastés du temple ou attendaient de très nombreux cultistes encore occuper à tout dévaster après avoir tuer tout le monde. Ils cessèrent toute activité quand la fille fut jeté sur le sol boueux et l'encerclaient mais n'osèrent faire un geste quand Ariman émergea à son tour du temple.
Journalisée
Okooko
Créature
-

Messages: 83

avatar


Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #9 le: Octobre 24, 2017, 11:17:09 »

La religieuse regardait la créature dévoiler l’objet qu’il possédait, c’était bel et bien la clef qui permettait de faire fonctionner l’horloge et elle ne pu cacher son étonnement emprunt d’horreur. Il détenait donc la moitié du mécanisme qui lui permettrait d’utiliser l’horloge mais il lui fallait la deuxième, l’horloge elle-même. Mariella n’avait guère de considération pour la vie et cela ne l’embêtait aucunement de donner des indices au monstre qui était venu détruire son couvent mais en temps que gardienne, elle ne pouvait pas non plus se permettre de vendre la mèche directement.

Le géant en armure finit tout de même par perdre patience et il finit par ordonner à ses sbires de s’occuper d’elle. Elle ne broncha pas lorsque les hommes l’attrapèrent pour la tirer hors de la salle, elle regarda la désolation du couvent détruit sans rien dire non plus. Elle ne semblait pas avoir d’émotion, pas plus que lorsque le géant était entrée dans le sanctuaire en force. Elle se faisait traîner jusqu’au jardin où la plupart des assaillants étaient attroupés et elle atterrie face contre terre lorsqu’on la jeta au centre de tous ces hommes.

Elle les regarda en se demandant si certains étaient bien humains en voyant leurs visages, elle savait très bien ce qui allait se passer, elle était une femme qu’il fallait faire parler et il y avait un très grand nombre d’homme qui n’attendait que ce genre de chose. Acceptant son sort, elle n’attendit pas que le géant donne l’ordre à ses sbire, elle commença à se déshabiller elle même, retirant son voile, puis son habit pour se retrouver totalement nue, ses deux énormes seins étaient semblable à des ballons bien gonflés et le vent froid les caressait à en faire pointer ses tétons. Elle était encore vierge mais elle s’était déjà préparée à subir ce genre de traitement, elle n’avait donc pas peur. 
Journalisée
Ariman
Créature
-

Messages: 785



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #10 le: Octobre 25, 2017, 12:57:39 »

Ariman s'attendait à ce que après qu'elle soit amené auprés des Pèlerins et après ce qu'ils comptait lui faire la fille cracherait le morceau mais l'Obliterator fut lui même si sidéré par son comportement qu'il en oublia lui même les ordres qu'il comptait donner à ses sbires lui aussi interdis mais aussi ravis par le spectacle. L'Obliterator compris alors qu'il n'aura pas la tache facile avec cette religieuse si il voulait obtenir ses informations.

Avec une résignation forcé la femme se déshabilla d'elle même prête à recevoir les derniers outrages. Il fallait avouer qu'elle ne manquait pas de cran en plus d'être une beauté à provoquer une belle érection parmi les cultiste la regardant de prés et l'encerclant.

Le pèlerins affamé de luxure regardèrent Ariman qui croisa le bras et donna un léger signe tête pour donner son assentiment tout en restant un observateur.


- Ne l'abimer pas trop !
Grinça t'il tout en réfléchissant.

" On verra bien quel sera la limite de sa résistance ou sa perversité car cela c'est du jamais vu. " Pensa t'il alors que les queutard en rut s'approchèrent de la religieuse.

Quand ils s'approchèrent la fille vis bien vite que si les brute était composé d'individus à peine humains dont une vie violente les avaient rendus pareil à des bêtes d'autres étaient de véritable monstres affichant des mutation clairement visible. Leur puanteur étaient infecte mélange de crasse, de pisse et mauvais vins. L'un d'entre eux une brute gigantesque albinos, les dent taillés en pointes et portant une armure composé de bout de ferrailles et de morceaux de bois maintenus par des sangles en cuir se montra plus hardi que les autres. Il enleva ses haut de chausses montrant à la religieuse un sexe gigantesque à la peau bosselé et puant.

- En voilà une chienne entreprenante. J'suis certain qu'elle n'as jamais fait la chose et elle n'demande que c'la. C'là fait un bout d'temps qu'on s'est pas décrasser la queue t'va avoir du travail ma salope et après qu'on en aura terminer avec toi t'en r'demandera. Allez suce moi ! Ordonna t'il en pressant son abominable engin contre la joue de la fille tandis que d'autres exhibèrent leur sexe à leur tour.
Journalisée
Okooko
Créature
-

Messages: 83

avatar


Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #11 le: Novembre 20, 2017, 02:53:16 »

Mariella se doutait bien qu’elle n’avait pas agit comme la raison aurait voulu qu’elle agisse mais elle était à un stade extrêmement avancé dans la résignation et se retrouver nue au milieu de tant d’homme l’excitait. Elle se sentait d’ailleurs coupable de ressentir de l’excitation dans le fait qu’elle allait se faire souiller par toutes ces créatures plus hideuses les unes que les autres mais elle avait bien envie de savoir ce que ça faisait de s’abandonner au sexe au moins une fois dans sa vie, ce serait sûrement la dernière fois d’ailleurs alors autant en profiter même si les conditions ne semblait pas correspondre à ce genre de pensées.

Elle regardait tous les hommes qui se trouvait autour d’elle en attendant de voir lequel d’entre eux ferait le premier pas et cela ne tarda pas. Elle écarquilla grand les yeux en voyant l’imposant sexe qui lui était proposé, il était plutôt fin mais compensait cela par une longueur inouïe, une bonne cinquantaine de centimètre. Elle déglutit un peu, si elle devait le prendre entièrement dans sa bouche, ça lui descendrait jusqu’à l’estomac.

Elle ne perdu pas de temps et se pencha pour prendre ce sexe en bouche et commença à le sucer. Puisque d’autres avaient sortie leur sexe, elle tendit les mains pour en attraper et commencer à les branler. Le fait qu’elle se soit pencher rendait bien accessible son intimité encore vierge à ceux qui se trouvaient derrière elle.
Journalisée
Ariman
Créature
-

Messages: 785



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #12 le: Novembre 20, 2017, 03:12:44 »

Il fallait admettre que la none avait une certaine perversité car elle obéissait sans résistance se mettant à sucer le sexe du Pèlerin malgré son odeur et allant chercher de ses mains les autres queue à proximité d'elle pour mettre en condition ceux qui attendaient. La fille manquait quand même de pratique ou du moins elle n'avait jamais pratiquer le sexe car ses gestes étaient maladroit et mal assuré mais il était clair qu'elle s'abandonnait à la luxure ce qui n'était pas pour déplaire aux bêtes humaines en rut qui l'entourèrent et se pressèrent autour d'elle.

plusieurs sexe et de mains avides se pressèrent contre sa peau se glissèrent sous les aisselle de ses bras se mêlèrent à ses long cheveux et souillèrent son corps d'un liquide poisseux. Elle surssauta même en sentant une main carresser son vagin et un doigt vicieux rentrer dans son anus.

Passablement excité le violeur à qui elle faisait une fellation força un peu plus sa bouche pour pénétrer son sexe plus en profondeur et fit des va et viens dedans.


- Aaaah y as pas à dire cette fille est une vrais cochonne. Sa bouche et du vrais velours. Dit il.

- Hey cette vierge est en train de mouiller. J'ai la main trempée. Dit une voie.

- On devrait l'offrir en sacrifice à notre seigneur d'acier. Cela lui fera plaisir de la déflorer lui même.
En dit une troisième.

- Ouais son cul devrait suffire à nous satisfaire il est bien étroit et c'est bien resserrer quand j'ai mis le doigt dedans. J'vais m'as faire.
Dit une quatrième voie alors que la brute retira son sexe de la bouche de la none.

Mariella sentis que quelqu'un lui écartait les fesse et soudainement elle sentis quelque chose de gros et de bien dur lui forcer l'anus douloureusement. Elle était en train d'être sodomisé sans préliminaire et assez brutalement.
Journalisée
Okooko
Créature
-

Messages: 83

avatar


Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #13 le: Novembre 21, 2017, 04:18:24 »

Quitte à être obliger de le faire de toute façon, Mariella préférait prendre un maximum de plaisir dans cela. Elle pouvait enfin goûter à ce qui lui avait été interdit depuis tout ce temps et même si ce n’était pas forcément dans la meilleure des situation ça lui plaisait plutôt bien. Elle ne sentait pas trop leur odeur et elle s’était bien vite accommodé au goût du sexe qu’elle avait prit en bouche et qui avait directement commencer à aller et venir en profondeur dedans. Alors que les mains la parcouraient, elle préférait se concentrer dans ce qu’elle avait dans la bouche, il s’enfonçait  chaque va et vient et cela lui donnait presque des haut-le-cœur mais elle commençait à s’y faire.

Elle ne bougeait pas le reste du corps et se laissait donc totalement faire quand d’autres lui caressaient la vulve ou les fesses, elle eut cependant un peu peur lorsqu’ils se mirent d’accord pour laisser le géant prendre sa virginité, vu sa taille elle n’osait pas imaginer la taille de son engin. Alors qu’elle commençait à manquer d’air, celui qui s’occupait de sa bouche décida de se retirer un peu, elle en profita pour reprendre son souffle. A peine récupérer, son souffle fut instantanément coupé lorsqu’elle sentit son anus se faire ouvrir sèchement, ce fut si brusque et rapide que la douleur n’eut même pas eut le temps de se faire sentir. Elle sentait juste quelque chose cogner contre son ventre depuis l’intérieur, c’était le sexe qui venait de la pourfendre, tout ces monstres possédaient-ils des sexes aussi imposant ?

Elle aurait bien voulu gémit mais, le coup qui avait permit à l’individu de la rentrer dans son anus avait été si violent qu’elle avait eut un brutal réflexe de lancer son corps en avant et ce faisant, elle s’était empalé la gueule sur le long sexe du monstre qui se trouvait toujours en face d’elle jusqu’à plus de la moitié. Elle ne bougeait pas d’elle même le sexe dans sa bouche ne bougeait pas non plus mais c’était les violent coup de butoir la sodomisant qui la faisait de plus en plus avancer et s’empaler en gorge très très profonde. Elle avait littéralement quitter terre et était suspendu en étant soutenu seulement par la force des long pieu de chair qui la parcourait, un s’enfonçant jusqu’à dans son ventre depuis son anus tandis que l’autre gagnait encore du terrain alors qu’il était déjà enfoncer jusqu’à trente centimètre dans sa gorge.
Journalisée
Ariman
Créature
-

Messages: 785



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #14 le: Novembre 27, 2017, 01:30:50 »

Les va et viens furent sauvage brutaux et même si la none ne voyait pas le fouteur qui la sodomisait par derrière il avait surement une très grosse queue car elle eu l'impression que son anus était sur le point de se déchirer.

Soudainement celui auquel elle faisait une fellation poussa un grognement tandis que sa bite enfoncé dans la gorge de Mariella palpita. La jeune femme sentis alors un liquide gluant se déverser en elle jusque dans son estomac mais il y en avait tellement que le sperme inonda sa bouche et son nez douloureusement et ce fut d'autant plus douloureux quand la brute eu un spasme de plaisir et enfonça sa queue jusqu'à la garde dans la bouche de la jeune femme se servant d'elle comme un urinoir à sperme. L'autre fouteur ne tarda pas à jouir aussi car dans la douleur le cul de la prêtresse souillée se resserra autour de sa queue.

Ce fut au bout de plusieurs longues secondes que les deux brute se retirèrent et laissa quelques répits à la jeune femme pour respirer tousser et cracher de la glaire blanchâtre.


- Hey crache pas ! Avale tout sac à viande !
Dit il une voie dans la foule alors que d'autres queues se présentèrent et on lui tins les poignets.

Soudainement Mariella vis que le prochain queutard était plus inquietant que les autres. Il était revêtus de capes noire en haillon avec un ceinturon remplis d'outils chirurgicaux rouillés pendant à sa ceinture et un masque au long nez qui lui rappelait les médecins de la peste. Mais le plus inquiétants c'est que non seulement il bandait comme un âne comme les autres mais qu'il tennait entre les mains deux seringue en cuivre dont les niveau en verre étaient remplis d'un liquide verdâtre. Profitant du faite que la fille avait les poignet pris le médecin de la peste piqua Mariella avec ses deux seringues au niveau de ses seins.


- Hey ! Qu'es que tu lui as injecté !
Demanda quelqu'un.

- Hinhin ! Une invention de ma composition à base de malepierre. Elle as déjà les seins très gros une vrais vache. J'ai bien envie qu'elle donne du lait. Dit il alors que Mariella commença à sentir les effets de la drogue car ses seins commencèrent à grossir et devenir très sensible.
Journalisée

Tags:
Pages: [1] 2
  Imprimer  
 
Aller à:  

Powered by SMF 1.1.20 | SMF © 2006-2007, Simple Machines
Awake and Dreaming - Le Grand Jeu
ChatBox