banniere
 
 
Liens utiles: Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Cacher les avatars

Le Grand Jeu - Forum RPG

Bad langage Discrimination Drugs Sex Violence Gambling

Bonjour et bienvenue.

Ce forum présente des oeuvres littéraires au caractère explicite et/ou sensible. Pour ces raisons, il s'adresse à un public averti et est déconseillé aux moins de 18 ans. En consultant ce site, vous certifiez ne pas être choqué par la nature de son contenu et vous assumez l'entière responsabilité de votre navigation.

Bonne visite ! :)

Pages: [1]
  Imprimer  
Auteur Sujet: Que s'est-il passé ici ?  (Lu 187 fois)
L'empire Sildurien
Legion
-

Messages: 84

avatar

L'empire Sildurien


Voir le profil
FicheChalant
Description
Ceci est une légion militaire.
« le: Septembre 19, 2017, 01:34:50 »

Cela devait être une mission tout à fait ordinaire, Yulia était de sortie pour cela ! Elle accompagnait une unité Mikasa vers un hôpital au sein d'une des planètes de l'empire. Yulia, c'est un clone d'elle-même, améliorée pour avoir une mémoire connectée, des bras et jambes robotisées pour plus d'endurance, mais le reste de son corps sont parfaitement ordinaires. Enfin son cerveau est un peu modifié, amélioré par des puces pour sa connexion à l'empire et sa synchronisation de mémoire. Mais hormis ces quelques bricoles, c'est une humaine normale. Quant à Mikasa, c'est un androïde d'accompagnement de fin de vie, mais aussi d'assistance de vie, même si dans le cas présent, elle emmène Yulia voir la personne sur laquelle elle devait veiller. Mikasa est une femme chat en apparence, de jolies oreilles, une queue de chat, le tout d'un naturel troublant. Pourtant sous sa peau et sa fourrure, ce n'est que de la mécanique et de l'électronique de pointe ! Cependant en tant que modèle relationnel, elle a une poitrine capable de produire du lait, un utérus capable de porter des enfants, et tout le nécessaire pour une vie sexuée normale. Le but étant pour son modèle de remplir la vie de son client, maitre, ou ami.

Et ici il s'agit de ce dernier cas, encore vierge l'unité Mikasa n'avait eut aucun besoin de ses fonctions sexuelles, son ami était un scientifique qui arrivant au terme de sa vie, souhaitait faire une révélation à l'empire. Un projet qui, selon lui, leur permettrait de progresser vers une nouvelle évolution. Autant dire qu'avec une information de cette importance, même si elle semblait peu fiable, il fallait faire le détour et allez écouter ces dernières paroles. C'est pourquoi elles traversaient en ce moment la ville, à pied, car l'hôpital était à côté du centre-ville, et l'homme n'allait pas mourir dans la journée non plus ! Les deux unités avançaient donc en silence, sans avoir à ne se méfier de rien sur une planète de l'empire. Sauf d'une chose, arriver en retard, c'était très mal vu dans un monde ou tout le monde à une horloge dans le cerveau ou presque. Mais bon, comme toute bonne histoire, rien ne se passa comme prévu !

En effet au détour d'une rue un flash de lumière se manifesta, brouillant un instant la vue de l'androïde, et aveuglant Yulia, la lumière avança vers eux, emportant aussi bien le sol, que les deux jeunes femmes. Après un moment de perturbation, d'inconscience aussi, les deux découvrir l'ampleur du problème. Déjà elles étaient en chute libre ! Et le sol semblait vachement loin tout de même ! Au loin des forêts, une jungle urbaine en fait ! Des immeubles entiers recouverts par mère nature, des vitres brisées, des traces d'un monde autrefois moderne... Et paf ! Le sol arrivait droit sur elle, de leur point de vue du moins. Mikasa serra dans ses bras l'unité Yulia et le choc fut un peu amorti par des plantes, mais pas assez. Mikasa s'écrasa tout à plat, Yulia fut écrasée contre sa collègue et toutes deux semblaient inconscientes.

Ce n'est qu'un jour de pluie, alors que l'eau commençait à inonder le sol et la crevasse crée par leurs corps d'androïde, que Yulia s'éveilla. Elle voyait mal, tout lui semblait flou et son système de vision améliorée lui indiquait nombre de problèmes. Heureusement ses organes étaient en bon état, et ses prothèses aussi, les soucis étaient surtout des coupures de communications, l'absence de géolocalisation, l'absence de signal d'urgence. Toute communication semblait hors services et pourtant ses diagnostics indiquaient que son module interne de communication allait bien. Elle peina dont à se redresser, regarda autour alors que sa robe prenait l'eau, elle et Mikasa étaient perdues ! D'ailleurs l'unité Mikasa semblait ne pas répondre, Yulia la souleva et l'emporta alors sur son dos, c'était lourd et pénible pour elle, mais elle ne pouvait laisser son amie finir noyée. Car oui, de toute évidence Mikasa peut se noyer malgré sa condition d'Android et le fait qu'elle sache pourtant nager !

Enfin, Yulia monta donc dans le hall d'entrée de ce qui devait autre fois être un immeuble d'habitation, il restait les armatures de meubles et encore certaines en bois maltraité par le temps. Elle fit un tour d'inspection, ce monde avait eu la télévision par câble, internet, et sans doute même des réseaux sans fil. Mais là, il n'en restait plus rien, la langue employée lui était inconnue, ce n'était donc pas un mode de l'empire, ni Terrien. Elle soupira, déjà trois synchronisations ratées, donc au moins trois jours en temps universel de l'empire, qu'elle était perdue ici. Elle regarda Mikasa, suivit la procédure pour la réveiller, fini même par se brancher à elle pour les diagnostiques, pas de dégâts trop importants, une torsion mineure de son endos-squelette, mais rien qui poserait soucis. Elle réveilla donc l'unité, Mikasa semblait avoir du mal à reprendre conscience, en fait, Yulia comprit alors que son module mémoire avait pris l'eau suite à une blessure dans la chute, et si les nanomachines avaient déjà réparer la peau, ainsi que le module. Le contenu de sa mémoire venait de se voir totalement effacé, il ne lui restait que sa mémoire de base, cette inhérente à sa programmation de servante. Yulia la laissa donc en veille, pour le moment il y avait d'autres priorités.

Par exemple voir si elles étaient seules dans ce monde, ce qui ne semblait pas être le cas. Il y avait des traces de vie, visiblement des gens vivaient dans ces ruines, cachées et sous forme de camps isolées. Yulia préféra donc ne pas les dérangeras, déjà à cause de la barrière de la langue, et puis à cause du choc culturel plus que probable. La politique de l'empire était toujours de préserver l'état naturel des choses. Les deux androïdes parcourent donc les ruines, seules, isolées, des proies faciles puisqu'aucune des deux n'était un modèle de combat. Et Yulia semblait subir la fatigue elle, Mikasa était... Comme inconsciente à cause de son activation latente.
Journalisée
Grayle le pérégrin
Humain(e)
-

Messages: 195



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #1 le: Septembre 20, 2017, 05:12:19 »

5 ans.

Voilà 5 ans que Grayle se trouvait sur ce monde. Le nom ? Tout le monde l'avait oublié. Les quelques réfugiés restants appelaient ce dernier, avec une ironie mordante, Arcadia, l'appellation d'une terre légendaire et paradisiaque elle aussi perdue dans les limbes du temps.

Grayle avait été accueilli avec suspicion au début. Mais rapidement, les rares habitants de ces terres désolés avaient appris à faire avec le pérégrin. Son éternelle jeunesse, sa capacité à aller quasiment partout, seul, et à revenir vivant, en forme et avec des matériaux précieux était respectée. Il devint rapidement une figure habituelle dans ce coin de planète dévasté, dont seules les ruines d'anciennes métropoles subsistaient comme signes d'une civilisation concrète avant la catastrophe.

Les droïdes. C'est eux qui en étaient la cause. Enfin, eux... certains disaient elles. Il y a des décennies, des siècles de là, ils étaient venus. Rebelles contre des humains trop tyrannique, autre faction venue de l'espace ? Les théories se multipliaient, autant convergentes que divergentes. La seule chose sur laquelles elles s'entendaient, et vérifiée par la réalité, était l'apparence des droïdes. Ils ressemblaient tous, sans exception, à de jeunes filles, à l'apparence d'adolescentes ou de pré-ado. Innocentes et fragiles de loin, et, pour la plupart, bardées d'armes tranchantes ou explosives de près. Et malgré leur corps d'apparence humaine, elle n'avaient rien de biologique. Aucun organe, salive ou autre. De superbes et meurtrières copies. Mais des copies quand même.

Depuis l'apocalypse, les droïdes étaient moins nombreux qu'avant, mais toujours bien plus que les humains. Elles avaient arrêtées de les traquer aussi activement qu'avant, se contentant de les attaquer à vue.

Les survivants, tous regroupés sous le titre de "Résistance", n'avaient pas les armes pour lutter de manière égale. Ils en étaient réduits à se cacher et à utiliser des tactiques de guérilla. Parfois, ils arrivaient à détruire un droïde, mais jamais à en capturer à cause de leurs systèmes d'autodestruction. C'était une guerre longue, difficile et pesante, à laquelle Grayle participait, sans se sentir aussi concerné que les habitants de ce pauvre monde. Son séjour ici serait temporaire. Il le SAVAIT.

Vêtu de bottes solides, d'un pantalon de toile, d'un haut en lin et d'une veste de cuir, portant un revolver à sa hanche et des dizaines d'autres objets dans son sac à dos sans fond, Grayle se trouvait dans un immeuble vide. Explorateur il était. Depuis des semaines, il cadrillait la zone. Pas de signe de vie,  mécanique. Mais, perfectionniste, il fouillait chaque immeuble, une lampe torche en main. Il s'immobilisa lorsqu'il entendit un bruit, à l'étage supérieur. Un animal ? Peu de chance. Ils n'étaient pas nombreux. Il sortit son arme, avancant revolver et lampe-torche devant lui. Au loin, il devinait deux petites formes. Humains ? Droïdes ?

" Qui êtes vous ? " demanda t-il d'une voix autoritaire.

Lui, n'avait pas peur des droïdes. Il ne craignait pas la mort.
« Dernière édition: Octobre 06, 2017, 10:50:47 par Grayle le pérégrin » Journalisée
L'empire Sildurien
Legion
-

Messages: 84

avatar

L'empire Sildurien


Voir le profil
FicheChalant
Description
Ceci est une légion militaire.
« Répondre #2 le: Septembre 20, 2017, 05:29:52 »

Yulia et Mikasa étaient toujours perdues, qu'allait-il leur arriver, l'une en phase d'initialisation, l'autre vérifiant les alentours. Yulia était donc seule pour le moment, la seule des deux à se trouver debout, elle regardait encore les ruines, surprise de voir un monde dans cet état, mais ici pas de trace de l'empire. Ni d'autres androïdes, où alors elles employaient un système de communication inconnu de l'empire. Bref, elle entendit aussi les pas, intriguée elle appela Mikasa sans prononcer un mot, communication privée entre les androïdes. Rapidement Mikasa se ramena aussi, les deux observaient l'humain, ce qui semblait être un humain en tout cas ! Le premier signe d'une vie plus maligne que les autres.

- Ne craignez rien, je suis Yulia, et voici Mikasa, nous sommes là en paix, à vrai dire on est perdues...

Autant ne pas cacher la vérité, Yulia savait qu'elle était fichue si personne ne coopérait avec autrui. De fait elle montra ses mains désarmées, Mikasa fit de même, l'homme lui était armé encore, un revolver, une arme antique à poudre venue d'un temps révolu pour l'empire. Mais la question n'était pas là, Mikasa approcha un peu de l'homme, et s'inclina en avant, visiblement sa restauration était terminée, et la présence d'un être vivant avait sollicité son programme de mise à jour. Yulia les observa un peu expliquant :

- Désolée, cette unité a été endommagée, j'ai dû la réinitialiser, elle vous prendra surement pour son utilisateur final... Je vous prie de la pardonner.

Puis Mikasa comme prévu se redressa souriante, un sourire chaleureux, humain, ses oreilles s'agitèrent un peu alors qu'elle lui tend les mains ouvertes :

- Bonjour monsieur, je suis Mikasa, unité d'accompagnement et de réconfort, je suis là pour agacer vos jours, si vous le voulez bien, si vous acceptez je vous appellerais selon se suffixe de votre choix !

Puis elle sourit encore, montrant des dents parfaitement blanches et presque brillantes, sa santé était visiblement irréprochable, ou alors... Peut-être qu'elle n'était pas tout à fait ce qu'elle semblait. Yulia en tout cas ne cachait pas ses prothèses, mais avait noté une chose importante tout de même.

- Au fait, vous êtes la première personne que nous croisons qui parle... notre langue, vous seriez-vous aussi fait envoyé ici d'une façon inconnue ?
Journalisée
Grayle le pérégrin
Humain(e)
-

Messages: 195



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #3 le: Octobre 06, 2017, 11:29:43 »

Grayle avait gardé son arme pointée vers les deux ... jeunes filles qui lui faisaient face. Minces, plutot petites (elles arrivaient tout juste à son épaule), elles étaient habillées d'une façon qui dénotait clairement avec les humains de cette planète, l'une en soubrette et l'autre en, en... il ne savait pas trop quoi. En goth ?

Perdues ? Elles se foutaient de lui ? Toujours méfiant, il continuait de les menacer de son arme, le canon de son épais revolver allant de l'une à l'autre, toujours muet. Il fronça les sourcils lorsque celle qui disait s’appeler Yulia montrait ses paumes vides de toute arme... et de toute chair. Des mains robotiques, métalliques, qui grinçaient à peine lors de leur motion, parcourues d'éclairs bleus. De la haute technologie.

* Droïdes... *

Cette Yulia en tout cas, ne cachait pas sa nature. Elle trahissait immédiatement leur nature de droide, désignant sa compagne, Mikasa, comme une unité endommagée. Grayle recula, l'arme pointée vers Mikasa, une adorable soubrette aux oreilles de chat et à la poitrine rebondie. Si elle était aussi une machine, sa chair avait l'air plus vraie que nature. Grayle sentit une poussée d'envie et de désir en lui. Dans ce monde secoué par les combats et l'aigreur de l'apocalypse, les plaisirs de la chair étaient quasiment inexistants. Seule la copulation entre les chefs de clan et les rares femmes survivantes était autorisée, afin de faire de puissants bébés pour continuer la lutte. Lui, malgré sa capacité à survivre, n'était qu'un jeune homme de gabarit moyen. Depuis combien de temps n'avait-il pas touché à une femme ?

Quoi qu'il en soit, celle qui avait réveillée ses désirs venait de s'incliner dans une douce révérence vers lui. Le suffixe de son choix ? Son regard brilla.

" Ce sera maître. Maître Grayle. Merci Mikasa. "

La droïde le regarda comme sans comprendre pendant un instant, avant que son attitude ne change legèrement, après avoir semble t-il enregistré l'information.

" Très bien, Maître Grayle. " dit-elle d'une voix douce et chantante. Grayle reporta son attention sur Yulia, qui semblait être la "tête pensante" du duo, et posait sa première question.

" Je parle toutes les langues. " dit-il, avant de se répéter dans une dizaine de langages différents, venants de la Terre, de Terra, et d'autres endroits même. " C'est vous qui parlez la langue du coin. " dit-il avec une voix accusatrice.

" Ce monde est en guerre. Les gens comme moi se font massacrer par des droïdes comme vous. Alors n'essaie pas de jouer la gentille avec moi. Mains sur la tête. "

Il voyait qu'elle hésitait, apparemment choquée de voir comment tournait la situation.

" TOUTE DE SUITE ! " hurla t-il d'un coup, sa voix devenant bien plus grave et rauque, trop pour un jeune homme. L'écho de son ordre se fit entendre dans l'immeuble pendant de longues secondes. Comme pour mieux se faire comprendre, il tira. La détonation, fut discrète, mais la balle fusa dans un bruit strident, frolant le visage de Yulia, avant de se perdre au loin. Rien de plus qu'un coup de semonce visant à faire comprendre à la droïde qu'il n'aurait aucun mal à l'aligner à cette distance. Il fit basculer son sac sur son bras gauche, l'ouvrit d'une main et en tira une corde épaisse, en fibres modernes, qu'il donna à Mikasa.

" Mikasa, attache les mains de Yulia. "
« Dernière édition: Novembre 01, 2017, 12:39:01 par Grayle le pérégrin » Journalisée
L'empire Sildurien
Legion
-

Messages: 84

avatar

L'empire Sildurien


Voir le profil
FicheChalant
Description
Ceci est une légion militaire.
« Répondre #4 le: Octobre 06, 2017, 12:41:06 »

Yulia et Mikasa avaient du mal avec la langue locale, il leur faudra certainement plusieurs jours encore pour l'apprendre pour de bon. Mikasa en tout venait de s'activer, et l'homme prétendait parler toutes les langues. Voilà qui était surprenant, mais Mikasa elle n'y fit pas attention, Yulia elle réfléchit alors un peu, cet homme parlait une langue commune avec eux, et encore plus avec les langues terriennes. Mikasa attentive à l'homme l'écouta donc et hoche doucement, la tête à sa demande.

- Bien reçu Maître, ravie de vous servir.

Yulia elle, ne fut pas choquée de cela, les humains étaient connus pour ce genre de fantaisie, et pour le moment, elle s'en fichait. En tant que clone elle savait que tout ceci n'aurait de conséquences que si elle se synchronise avec ses doubles. Ce qui était peu probable dans ce trou perdu ! Elle attend donc, alors que la petite Mikasa semble attendre la suite. Yulia elle baille doucement, comportement étrange pour une machine, mais cela venait certainement de son esprit humain. Elle les écoute donc papoter, sait qu'il se trompe sur les androïdes, mais ne peut pas y faire grand-chose. Elle avait pourtant baissé les armes, elle écoute alors ce qui se raconte et lève les mains sur la tête. Que les humains étaient primitifs, elle n'eut même pas besoin de son hurlement pour le faire.

- Du calme, on n'est pas dangereuses.

Puis Mikasa se laissa attacher les mains par Yulia regardant l'homme :

- Ce n'est pas nécessaire vous savez, nous n'attaquons pas les humains.

Et puis à les regarder, elles étaient quand même bien frêles pour cela, mais lui semblaient se méfier encore de ces dernières. Cela terminé Yulia semble patienter, que faire de plus ? Elle pouvait communiquer avec Mikasa sans avoir à la regarder ou même que l'humain peut le savoir. Les deux androïdes entre elles le trouvaient donc étrange en termes de comportement, Mikasa le soupçonnait d'être atteint de trouble comportemental. Après tout Mikasa était une unité d'accompagnement pour des gens vieux ou ayant des soucis de santé, pour elle le comportement de l'humain s'expliquait donc de la sorte.

- Maitre, il est inutile de crier de la sorte, nous ne sommes pas de mauvais androïdes, loin de là.
Journalisée
Grayle le pérégrin
Humain(e)
-

Messages: 195



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #5 le: Octobre 18, 2017, 10:24:41 »

- Du calme, on n'est pas dangereuses.

- Pas assez bêtes pour annoncer être dangereuses en tout cas. répondit Grayle avec autorité. Il préférait ne prendre aucun risque avec les deux droïdes. Aussi mignonnes soient-elles. L'autre le rassura de sa voix douce, lui affirmant ne pas être de mauvaises androïdes. Il la regarda et son énervement s'évanoui peu à peu devant l'adorable frimousse et le corps attirant de la "jeune fille". Il n'avait... pas touché de femme depuis des mois, et l'arrivé de ces deux entités à l'apparence juvénile le rendait aussi nerveux qu'excité. Il prit une grande inspiration.

- Ok. Très bien. Bon, écoutez. Voilà ce qu'on va faire.

Il les regarda quelques instants. il avait oublié... ah, oui !

- Mikasa, prend fermement la corde de Yulia entre tes mains. Yulia, pas de gestes douteux, d'accord. Suivez moi maintenant.

Il reprit son sac et commença à descendre les escaliers éventrés de l'immeuble. Mikasa suivait derrière lui, tirant doucement la corde de Yulia. Le rythme de Grayle était vif et rapide, mais de manière inconsciente, signe évident qu'il devait faire ca depuis des lustres et avait l'habitude de naviguer rapidement et efficacement en terrain difficile. Lorsqu'il vit que les deux androïdes avaient de la peine à le suivre, il ralentit le rythme. C'est une fois sorti de l'immeuble qu'il reprit la parole.

- Nous ne sommes pas très loin d'un camp de la résistance. Je devais aller là bas pour leur faire un rapport de la zone et leur vendre quelques petits trucs et faire mes provisions.

Il tapota son sac, qui se mit à résonner d'un bruit de ferraille.

- Bon, par contre... Yulia. Tu va devoir m'expliquer comment toi et Mikasa vous vous êtes "perdues". Pas d'embrouilles, ni de mensonges. Merci.

Yulia sembla hésiter quelques instants, puis raconta son histoire. Apparemment, Mikasa et elle avaient été happées par une sorte de flash lumineux qui les avaient amenées droit ici. Grayle se mit à trembler, contenant mal son excitation. Il reconnaissait ce dont Yulia parlait, rien qu'à la description et les sensations décrites.

Un portail.

Si elles étaient arrivées ici par portail, il n'y avait aucune raison pour qu'il ne puisse pas sortir par portail. Des années qu'il était coincé ici, sur ce monde de fou, dangereux, impitoyable et frustrant. Ces deux filles étaient sa seule porte de sortie. Il était hors de question qu'il loupe cette occasion... Il resta ainsi silencieux, plongé dans ses pensées, le regard vide pendant de longs instants.

Depuis que son séjour sur ce monde se prolongeait, ses "absences" étaient de plus en plus fréquentes.

- Le camp est tenu par un seigneur de guerre de la Résistance. C'est le seul notable à des centaines de kilomètres à la ronde. Ils vous tireraient dessus à vue...mais je devrais pouvoir négocier qu'on vous laisse... qu'on nous laisse tranquille, si vous êtes prêtes à m'obéir. D'accord ?

Il vit le regard soupconneux de Yulia.

- Le camp garde l'accès à une immense tour radio, qui possède toutes les données du monde d'avant, mais elles sont indéchiffrables pour nous. Si vous êtes androïdes, vous devriez pouvoir les décrypter. Si vous cherchez une solution pour rentrer... on a plus de chance de les trouver ici que sur le reste de la planète.

Il croisa les bras.

- Alors, vous en dites quoi ?

Yulia semblait réfléchir, sans toutefois se concerter avec Mikasa. Puis, après un instant de réflexion, donna son accord.

- Hmm, et bien dans ce cas nous n'avons pas beaucoup de choix. Mikasa vous suivra, je vais donc en faire autant et obéir pour le moment.

- Parfait. Alors reprenons notre marche. Nous ne sommes pas à l'abri ici.

Ils continuèrent ainsi pendant de longues heures, Yulia ayant toujours les mains attachées, sa corde parfois tenue par Mikasa, parfois par Grayle, qui les fit escalader quelques murs, monter sur d'immenses arbres abbatus. Il aidait régulièrement Mikasa, La ville était envahie par la végétation, et les grandes tour d'habitations, vides, semblaient vomir lianes, arbres colossaux et plantes. Sans être particulièrement silencieux, Grayle n'était pas non plus très bavard. Il répondait aux questions lancées de temps en temps par les droïdes, et leur expliquait également tel ou tel lieu, les familiarisant peu à peu au monde qu'elles parcouraient. Ils se trouvaient actuellement dans un ancien centre d'habitation, encore non exploré par la Résistance, à par Grayle et quelques éclaireurs, et même si aucun signe de droïde n'avait été observé... mieux vallait être prudent.

- Surtout que vous ne semblez pas très armées pour un combat frontal. dit-il en mangeant un morceau de biscuit sec. La nuit était tombée et ils avaient bien progressés, marchant de presque 30 km en une demi-journée. Si Mikasa ne semblait pas très fatiguée (mais avait sa robe abîmée), Yulia semblait un peu plus affectée par la marche constante, et il avait décidé de faire étape ici pour aujourd'hui. Ils s'étaient réfugiés dans la cave d'un ancien immeuble, avec une seule entrée et sortie, cachée derrière une grande plaque de métal. Il faudrait une malchance énorme pour qu'un droïde tombe dessus.

L'électricité n'était bien sûr, pas fonctionnelle, et il faisait relativement frais dans cette sombre cave, ou seule une lampe solaire (fonctionnant sur sa batterie) apportait un peu d'éclairage. Il avait proposé un peu de sa nourriture aux deux jeunes filles, même si les portions n'étaient pas aussi grandes que la sienne. Il mangeait lentement, machant bien chaque morceau, son regard majoritairement fixé sur le corps de Mikasa.

- Demain, on se réveillera tôt, afin d'arriver au plus vite au camp. Sinon, on aura encore deux nuits en plein air. Facon de parler, bien sûr, dit-il.

Subrepticement, il glissa une de ses mains contre le bas du dos de la droïde Neko, avant de se pencher vers elle, sa voix devenue plus chaude, l'autre main caressant le vente de la droïde, qui tourna sa tête vers lui et le regarda d'un air adorable.

- Dit moi Mikasa... es tu prête à rendre un service à ton maître cette nuit...

La présence de Yulia juste devant eux ne semblait pas le gêner le moins du monde.
« Dernière édition: Novembre 01, 2017, 12:43:17 par Grayle le pérégrin » Journalisée
L'empire Sildurien
Legion
-

Messages: 84

avatar

L'empire Sildurien


Voir le profil
FicheChalant
Description
Ceci est une légion militaire.
« Répondre #6 le: Octobre 20, 2017, 04:11:44 »

Décidément cet humain était étrange, bien trop méfiant envers elle, Yulia n'aimait pas trop cela, mais pour le moment le mieux restait de coopérer, histoire que tout le monde s'entende sans s'entre-tuer. Enfin les androïdes avaient surement un certain avantage, encore que ce gars était surement costaud. Yulia laissa donc les choses se faire, suivit le mouvement à côté de Mikasa qui la tenait par la corde sans broncher aux ordres de son maitre. Tout le monde descendit donc les ruines par un vieil escalier en béton. Les androïdes n'avaient pas de mal à suivre du tout, elles marchaient juste plus lentement qu'un homme comme lui, aucune ne semblait se presser non plus. À sa demande Yulia lui explique l'histoire de cette lumière qui s'était ouverte sur leur chemin et les avait avalés, mais elle n'avait pas plus de détails pour le moment. Il faut dire que les trucs magiques et les androïdes, ça n'allait pas ensemble.

Cela fait elle continuent le chemin avec lui, tout semble bien se passer, l'endroit était mort. Il y avait bien des signes de vie, mais ça devait être ce camp de survivant. D'ailleurs l'homme en parait, le camp et celui qui le tenait. Au moins le bon côté était le fait qu'il n'y ait qu'un seul camp ici, ce que les androïdes avaient déjà noté pour leur part. Enfin son annone d'obéissance en disait long, Yulia l'observa méfiante, alors que Mikasa souriait ravie et hocha la tête assurant qu'elle sera parfaitement obéissante... Ce qui ne faisait aucun doute vu son programme d'obéissance plus haut niveau que son instinct de survie. Yullia ne répondit pas pour le moment, écoutant la suite, la radio était un bon plan, elle pourrait s'y brancher et s'en servir pour un tas de choses. Mais ce plan reposant sur trop d'inconnue, après tout la tour fonctionnait-elle encore ? Si oui, pourquoi aucune émission n'était-elle reçue par les androïdes ? Si non, quel souci technique a-t-elle qui l'empêchent de marcher, panne d'alimentation ou plus grave ?

- Je ne suis pas une androïde, je ne peux pas simplement pirater le système de communication comme ça... Et Mikasa n'est pas assez spécialisée pour cela.

Cela posait plusieurs soucis, elle semble y réfléchir, puis lève les yeux et commence à recenser les programmes qu'elle a en mémoire, ainsi que les données en attente de transfert. Elle avait le minimum pour les communications, et assez de connaissance pour réparer la plupart des appareils courant de ce monde.

- OK, j'ai encore en mémoire suffisamment de données sur les communications radio.

Puis elle hoche la tête, Mikassa allait certainement suivre le mouvement, aucun ne doute là dessus. Les deux reprirent alors la marche, mais de quelle menace parlait-il au juste ? Yulia en tout cas n'avait pas de gros souci à se déplacer, Mikasa elle semblait de temps en temps avoir de petit souci technique. Il faut dire que la chute fut rude, et Yulia n'était pas spécialiste en réparation d'androïdes. Enfin, il restait à espérer que les défaillances soient mineures et ne posent pas de plus gros soucis à l'avenir. La soirée se pointa donc doucement, Mikasa elle soupira un peu, ce marché n'était pas spécialement fatigante vu ses prothèses, mais elle n'aimait Paz se fatiguer. Mikasa, elle était parfaitement fraiche et souriante à tout moment. Finalement posées dans une cave, elles le regardaient attendant la suite. Yulia soupira un peu, toujours attachée. Une lampe éclairait la petite pièce, Mikasa le regarda manger Yulia aussi, mais aucune ne semblait avoir particulièrement faim.

- Bien sûr maitre, tout ce que vous désirez ! Une fellation ? Ou souhaitez-vous me baiser, m'enculer peut-être ?

Mikasa était faite pour cela aussi, et elle lui caressa le visage, et son autre main alla vers les cuisses de l'homme. Yulia soupira un peu, avant de bailler et se coucha dos à eux pour le moment.
Journalisée
Grayle le pérégrin
Humain(e)
-

Messages: 195



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #7 le: Novembre 01, 2017, 04:42:13 »

La réponse crue, directe, presque insensible de Mikasa, et qui tranchait complètement avec son air innocent et mignon, refit prendre conscience à Grayle à qui, ou quoi il s'adressait. Une machine. Très bien faite, certes, mais une machine. Pendant un bref instant, il hésita. Puis, il se remémora ses expériences passées, parfois avec des créatures tout sauf humaine. Non, il n'avait pas à culpabiliser. Il en avait le droit. Il le méritait. Cela faisait tellement longtemps... qui était placé pour le juger ?

Personne. Et surtout pas les hommes de cette planète. Il ferma les yeux en sentant le contact de la main (extrêmement douce) de Mikasa sur sa joue, tremblant déjà d'envie en sentant l'autre contre ses cuisses. Ses gestes comme seule répondre, il lui agrippa fermement sa courte chevelure et l'attira contre lui, l'embrassant avec l'ardeur du frustré, arrachant un petit gémissement surpris à la droïde, qui se retrouva plaquée contre le sol par l'humain, dont la respiration était devenue puissante et chaotique. Les langues jouèrent ensemble un long moment, avant qu'il ne mette fin au baiser, caressant sa peau, léchant sa joue comme pour y gouter. Il se frottait contre Mikasa comme un chien, salissant encore plus la robe contre ses vêtements.

- Haan....

Les mains de Grayle devinrent baladeuses, remontant avec peine et maladresse la robe de la jeune fille pour caresser ses jambes. Il tira - et déchira un peu - son haut, dévoilant une poitrine rebondie, laiteuse et douce, qu'il malaxa avec insistance, avant de la sucer. La droïde était assaillie par un homme qui était clairement en manque, submergée par d'incessantes caresses, frottements et léchouilles. Il tira sur les lacets, défaisant un peu la robe, qui n'était désormais plus qu'un vague tissu ne protégeant guère le corps de la neko, qui serait quasi parfait, si quelques éraflures ici et à ne gâchaient pas l'uniformité de son corps.

Le visage de Grayle descendit légèrement, laissant temporairement la poitrine devenue rouge de Mikasa. Il écarta ses jambes, et Yulia, qui leur tournait le dos, pu entendre le bruit distinct et presque terrifiant des collants arrachés, puis le soupir surpris de Mikasa, alors que la langue de Grayle parcourait sa fente parfaite et immaculée, petit ilot de chair rose au milieu des collants noirs.

- Toi tu va aimer... dit-il avec une voix fiévreuse. Il la sentait se tendre, réagir comme une vraie humaine. Ses mains gantées se posèrent sur son visage et les gémissements de la jeune fille devinrent vite de plus en plus fort. La langue musclée de Grayle caressait des lèvres jamais atteintes auparavant, cherchant, découvrant et harcelant le clitoris, lèvres comme contre lèvres, son souffle chaud s'écrasant contre la peau ultra-sensible. Malgré son envie pressante de lui faire l'am... non, de la baiser, Grayle s'attachait quand même à lui donner du plaisir, alors qu'il n'avait affaire au final qu'à un droïde... une preuve supplémentaire de la capacité d'auto-illusion des hommes. Il continua ainsi un petit moment, avant de ne plus tenir.

Se redressant, il déboutonna fiévreusement son pantalon, puis son boxer, laissant échapper sa verge. Elle était brûlante, presque poisseuse de pré-sperme, dure comme l'acier. Il écarta encore plus les jambes de Mikasa et, sans lui demander son avis (de toute facon, il ne lui laissait pas le choix), il s'enfonca en elle. Son sexe trop large fut au début bloqué, la droïde poussant un petit cri, qui monta dans les aigus à cause de la douleur. D'un grand coup de rein, il insista, encore et encore, avant de déchirer son hymen et de s'enfoncer presque entièrement en elle. Elle poussa un cri en même temps que lui.

- Bordel  !

Il répéta ce mot, se retirant, et repénétrant Mikasa. Bien vite, la cave fut saturée des sons de la copulation entre Grayle et Mikasa. Allongée au sol, ses seins ballotants pétrits par les mains de Grayle, la chanceuse se faisait prendre avec vigueur par le jeune homme, qui libérait toute sa frustration sur elle. Un bruit spongieux, suivit d'un "clac!" se faisant entendre à chaque allez retour du bâton de chair en elle. Cette sensation... il l'avait oublié ! Comme une vraie humaine ! Chaud, humide, un vrai fourreau qu'il ne voulait plus quitter. Le coeur battant à tout rompre, il s'acharnait sur elle, désireux de la prendre totalement et de se vider en elle, encore et encore...
Journalisée
L'empire Sildurien
Legion
-

Messages: 84

avatar

L'empire Sildurien


Voir le profil
FicheChalant
Description
Ceci est une légion militaire.
« Répondre #8 le: Novembre 02, 2017, 06:24:45 »

Mikasa obéissait aveuglément à son maitre, c'était la moindre des choses pour une machine parfaitement programmée en ce sens. Enfin, elle n'était pas non plus totalement idiote, elle ne tuera pas son maitre s'il le demande sans réfléchir, ou encore s'il demande des actes dangereux pour autrui. Sauf en cas de force majeure bien sûr, une machine obéissante, douée d'une capacité de jugement relativement bien pensée. Voilà ce qu'il avait à son service, et cette machine lui caressait la joue, proposait des choses salaces tout en lui caressant l'entrejambe. Yulia, elle avait deviné ce qui allait arriver, c'est pourquoi elle leur tournait le dos et s'isolait. Embrassée par Grayle Mikasa rendit le baiser avec passion, prolongeant cela pour calmer ses ardeurs, plaquée au sol elle l'observe une main toujours posée sur le sexe du mal. Elle n'allait pas dire non, quoi qu'il fasse, quoi qu'il demande de sexuel ou non, là il se frottait comme un animal, et elle le laissait faire. La robe salie sur le sol, dans la poussière, ce n'était pas grave, elle saura la nettoyer à la rivière. Car oui, elle a tous les programmes nécessaires pour être une bonne femme au foyer.

Les mains baladeuses de l'homme ne la laissent pas en froid, au contraire, elle sent sa poitrine mise à nue, sa robe était facile à enlever sans besoin de la déchirer. Sa poitrine ainsi exposée elle le regarde un peu, frémit à ses gestes, le sent caresser et sucer sa poitrine comme un pervers en manque. Elle le laisse faire, appréciant les caresses, puis sent sa robe lâcher l'emprise sur son corps. Rapidement elle finira nue, mais elle n'était pas du tout contre ce petit jeu. Elle le laisse l'observer alors que sa robe finit plus loin dans la pièce, en petite culotte elle sourit, les joues roses, pas vraiment timide comme fille. Bon elle n'en est techniquement pas une, mais ce n'était pas le moment d'y penser. Elle le sent alors déchirer les collants, un chiant quand même ! Elle n'en avait pas forcément en réserve, quel rustre ! Elle soupira un peu, retire sa culotte rapidement avant que ce pervers ne l'abime. Restant nue couchée sur le sol, elle l'observe, nu elle ressemblait à toute femme... Enfin, à deux détails prêts, sa queue de petite chatte, et ses oreilles de chat sur la tête.

Enfin elle eut l'occasion de le sentir revenir entre ses cuisses, elle gémit alors doucement, la langue chaude traversa sa fente humide sans le moindre souci, une texture parfaite, un gout plus que réel. Pour ce peuple de machine, la chimie du corps humain était très bien imitée. Impossible de penser qu'il avait à faire à un androïd, c'était bien trop réel, ce clitoris gonflé de sang, cette fente humide, les petits gémissements de la chatte, entre le miaulement et le gémissement féminin. Heureusement elle n'avait pas une voit de gamine, mais pas non plus de femme trop âgée. Non un juste milieu dans la vingtaine. Elle lui caresse doucement le visage, sourit un peu répondant mielleux :

- Hmm, j'adore déjà Maitre Grayle, continuez donc...

Et il continua de plus belle, dans un cunnilingus impressionnant qui la fit gémir fortement, il pouvait même jauger son excitation à la vitesse d'agitation de sa queue féline. Elle se roulait, serpentait, puis se tendait dans les moments critiques. Et ce, de façon simultanée aux gémissements de la chatte toute chaude à présent. Mais elle restait surprise, elle qui pensait qu'il allait juste la prendre brutalement, se vider les couilles deux ou trois fois et la laisser se débrouiller pour le reste... Il était plus humain et gentil que prévu, mais pour le mieux, elle le regarde alors se redresser, sourit un peu et lui caresse la cuisse de sa queue de chatte. Elle voit tomber le pantalon, sortir une grosse verge, ravie elle le regarde dans les yeux de façon salace.

- Hmm oui maitre, votre chatte veut son jouet !

En effet, c'est ce qu'elle attendait, elle écarta un peu plus les cuisses, sans avoir besoin qu'il n'y touche. Il rendra doucement, la fit crier, ça bloquait un peu, mais pas pour longtemps. Il finit par briser ce qui le bloquait, la fit gémir lourdement de plaisir, un cri si puissant qu'on peinait à la croire... androïde... Elle continua de gémir, l'écouta prendre son pied tout en couinant de plaisir sa queue fouettant l'air dans tous les sens.

- Ahh maitre ! Oui ! Encore, défoncer votre chatte... hmm... trop bon, encore !

Elle était perverse, sans doute une réponse inhérente à la perversité de cet homme. Elle continua ce genre de gémissements, de cris tendis qu'il la pillonet à en faire trembler la pièce... Si seulement le sol n'était pas en béton armé. Elle continua donc de se faire prendre comme la pire des chiennes, sa chatte se serrant autour de son organe quand elle gémissait trop fort, il pouvait clairement entrer entier et sans lui faire mal ! Il y avait bien des différences avec les humaines, mais en mieux ! Ici elle ne hurlait pas de douleur quand il heurtait son col de l'utérus de façon répétée, ni de pleurait de douleur pour sa virginité tout juste perdue. Il put pourtant voir un peu de sang sur sa verge à cause de cela, mais rien d'alarmant, cela fut vite dilué dans toute la mouille et le présperme de son côté. Elle continua de gémit, quand elle sentit que le rythme cardiaque du maitre allait trop vite... trop fort... Dangereux pour lui ! Elle le stoppa en le ceinturant de ses jambes. Sourit  son air étonné en mettant un doigt devant sa bouche pour lui intimer de se taire. Elle tapa le sol de ses deux mains, et se redressa en le faisant alors basculer en arrière.

- Hmm, je vais prendre le relais maitre, votre coeur bat trop vote c'est dangereux pour vous...

Un sourire encore échangé, et elle commença à relever son bassin, puis le renfoncer, et ce de plus en plus vite, mais pas que ! Elle s'arrêtait de temps en temps pour faire des petits cercles sur sa bite, la faisant frotter sur toutes ses parois intimes. Puis reprenait les mouvements verticaux, enfin elle se pencha sur lui pour l'embrasser et cette fois entama des mouvements horizontaux... Elle lui faisait ainsi découvrir nombre de sensations, et encore, là ce n'était que ces "fonctions" humaines... Elle avait bien des choses en réserve pour le plaisir de son maitre, entre autres, sa queue qui caressait les bourses du maitre de son poil si doux. Et dans cette position il avait toujours accès à sa poitrine très facilement. Aucune raison de se retenir, savait-il qu'elle pourrait même produire du lait pour nourrisson si elle le voulait ? Évidemment toutes ces fonctions avaient pris la place des fonctions de combat, mais son rôle était justement... Plus humain, plus sexuel...

- Ahh, hmm, puis-je jouir maitre ? Votre grosse verge me rend dingue, je n'en.. N'en peux plus !
Journalisée
Grayle le pérégrin
Humain(e)
-

Messages: 195



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #9 le: Novembre 14, 2017, 09:22:47 »

La voix de Mikasa, douce comme du miel, faisait un effet boeuf à Grayle. Poussé par sa perversité, il était encore plus excité par les encouragements de sa servante, qui réclamait encore ses attentions, presque aussi avide que lui. Si le jeune homme se faisait plaisir, la droïde aussi semblait prendre son pied, ou alors, faisait extrêmement bien semblant. Mais qu'elle simule était le dernier des soucis de Grayle. Il ne s'arrêterait que lorsqu'elle le supplie d'arrêter. L'intégralité de son corps musclé était en mouvement, sa verge épaisse et dégoulinante pénétrant avec autorité l'intimité de la neko, et le visage de l'immortel devint vite rouge et brillant.

D'un coup, elle l'arrêta, et même le cerveau pollué par le désir, il réalisa entre l’étreinte de ses cuisses que sa partenaire était très, très forte. Sans aucune difficulté, elle échangea leurs positions, lui allongé sur le sol, et elle, debout, à peine visible à cause de la lumière qui dessinait un jeu d'ombres somptueux sur son corps tout en courbe.

- Qu'est ce qu'il a mon c... han ! dit-il alors qu'elle venait de se ré-enfoncer en lui. Il la laissa prendre les commandes pour lui faire plaisir, légèrement cambré, les mains sur ses cuisses, le sexe toujours aussi dur. Il poussa encore quelques insultes alors qu'elle variait les ondulations de son corps. Pour une droïde vierge elle se débrouillait mieux que pas mal de traînées. La respiration lourde, il admirait la neko, et échangea un baiser envieux, passionné et franc. C'était la première fois depuis des années qu'il embrassait quelqu'un, et son enthousiasme se sentait clairement. Elle se ré'écarta, toujours sur lui, et lui demanda la permission de jouir.

- Permission refusée. dit-il avec un sourire carnassier, et il la vit véritablement décue et frustrée, poussant un gémissement.
- Tu va te retenir jusqu'à ce que je me vide. dit-il avec envie, avant d'aggriper ses deux seins et de les serrer entre ses doigts, écrasant ses mamelons entre ses doigts. Il reprit les commandes et la pénétra avec violence. Pendant de longues minutes, Mikasa rebondit de haut en bas, l'intimitée ravagée par le sexe insatiable de Grayle, qui s'enfoncait en elle comme un serpent pénétrant un terrier. Il l'encouragea à ne pas retenir ses cris, et les deux amants se mirent à faire un boucan incroyable. Il était humainement impossible pour Yulia, à quelques mètres d'eux, de dormir.

Enfin, il se déchargea. Un long jet de semence brûlante se répandit dans l'intimitée de la droïde, suivit d'un second, puis d'un troisième, l'humain se vidant encore et encore à chaque impulsion, jusqu'à ce que le liquide blanchatre en trop dégouline sur sa verge. Mais, malgré ca, il ne s'arrêta pas. Au contraire, son rythme s'était encore accélléré.

- Tu a le droit de jouir maintenant... dit-il avec une fausse douceur, et elle se contracta dans les secondes qui suivirent, après avoir été forcée pendant de longues minutes à se retenir tout en étant au bord de la jouissance. Il la fessa plusieurs fois, sentant la peau rebondir contre ses doigts, qui s'enfoncaient dans la chair rebondie.

- J'en ai pas fini avec toi... dit-il, et il la bascula sur le côté, revenant à leur position précédente, lui au dessus de la Neko. Et ils recommencèrent.

Le coït dura au final plus d'une heure, sans interruption. Fougueux, brutal, franc et incroyablement bruyant. L'homme se vida 4 fois de plus dans l'intimité de Mikasa et, lorsqu'il se retira, une petite flaque de semence chaud s'écoula entre les belles cuisses devenues rougies de la Neko. Comme pour marquer son territoire et en faire sa propriété, il se masturba au dessus d'elle, et d'autres jets longs, épais et odorants se répandirent sur son corps, son ventre, sa poitrine, sa gorge, son visage, et même ses cheveux. A genoux au dessus d'elle, il la contempla. Elle était magnifique ainsi, nue, épuisée, humide de sueur, souillée de son plaisir. Elle aussi semblait respirer avec peine. Il faut dire que l'humain, loin d'être égocentrique, avait tout fait pour qu'elle ne soit pas laissée de côté, et elle avait atteint plusieurs fois l'orgasme. Plus de fois que lui même.

Et malgré cela, il était encore dur... l'immortel semblait aussi inépuisable qu'une machine.

Son regard glissa sur le corps de Mikasa, qu'il caressait avec tendresse, avant de se porter sur le corps de Yulia, qui se trouvait à quelques dizaines de centimètres d'eux. Elle "dormait" toujours. Il se rappella qu'elle était sensée être une droïde aussi... peut-être qu'elle s'était déconnectée ? Quoi qu'il en soit, l'excitation de Grayle, à peine redescendue, remonta d'un cran devant ce corps fin, élégant, et encore vierge de ses assauts. Il regarda Mikasa et lui fit un clin d'oeil.

- Yulia devrait aussi avoir droit à sa part, non ?

Il posa sa main sur l'épaule de Yulia, caressant son bras, avant de s'engouffrer dans ses cheveux. Il se colla au dessus d'elle, léchant son visage.

- Allez Yulia... à ton tour... maître Grayle a faim...
Journalisée
L'empire Sildurien
Legion
-

Messages: 84

avatar

L'empire Sildurien


Voir le profil
FicheChalant
Description
Ceci est une légion militaire.
« Répondre #10 le: Novembre 18, 2017, 01:17:02 »

Mikasa faisait de son mieux, en bonne machine dévouée, infatigable, impossible à démotiver, même à repousser. Elle avait pris les dessus et continuant de lui faire du bien, sans jouir, car tel était sa demande. Ce qui en réalité n'était pas dur, elle jouait désormais la comédie, mieux que n'importe quelle actrice. Elle se retenu donc en gémissant bien fort et criant parfois le nom de son maitre, bondissant sur sa grosse queue bien dure. Puis il vint à jouir, comme une bête, elle pouvait facilement sentir qu'il n'avait pas joui depuis longtemps, tellement longtemps... Elle se retrouva rapidement pleine de foutre chaud, cela débordait de son petit utérus et ressortait partout dans le vagin, sur ça bite, sur son pubis... Il y en avait bien trop. Mikasa avait donc joui avec lui, le serrant un peu fort entre ses doigts à ce moment, elle respirait plus vite, reprenait son souffle après un gros effort. Tout cela était tellement bien simulé que ça semblait véritable. Elle continua de jouir un moment quand il continua de la baiser durant une bonne heure, c'est fatigué qu'elle finisse par tomber à côté de lui. Fatiguée clairement de tout cela, en apparence du moins, elle regarda son maitre, en sueur, épuiser lui aussi.

Elle l'écoute donc parler de Yulia et puis fait non de la tête, elle dormait et n'était pas un androïde, cela serait donc du viol. Et en tant qu'androïde droit et incorruptible, elle se devait d'empêcher cela et prévenir son maitre. Elle se redressa alors, plus aucune ne trace de fatigue. Elle se redresse doucement, machinalement, puis son corps couvert de foutre et de sueur elle va se coller au dos de son maitre. Elle le redressa hors de Yulia assurant :

- Vous ne pouvez pas faire cela, c'est un viol et c'est mal, prenez-moi toute la nuit à la place maitre, s'il vous plaît.

Dit-elle en lui mordillant une oreille, et le câlinant écrasant sa poitrine généreuse sur son dos bien droit et dur. Elle porta une main à sa verge et la caressa doucement, jouant du pouce sur son gland bien rouge et sensible.
Journalisée

Tags:
Pages: [1]
  Imprimer  
 
Aller à:  

Powered by SMF 1.1.20 | SMF © 2006-2007, Simple Machines
Awake and Dreaming - Le Grand Jeu
ChatBox