banniere
 
  Nouvelles:
LGJ inaugure un système de vote et nous vous parlons de l'avenir du forum ici.

Liens utiles: Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Cacher les avatars

Le Grand Jeu - Forum RPG

Bad langage Discrimination Drugs Sex Violence Gambling

Bonjour et bienvenue.

Ce forum présente des oeuvres littéraires au caractère explicite et/ou sensible. Pour ces raisons, il s'adresse à un public averti et est déconseillé aux moins de 18 ans. En consultant ce site, vous certifiez ne pas être choqué par la nature de son contenu et vous assumez l'entière responsabilité de votre navigation.

Bonne visite ! :)

Pages: [1] 2
  Imprimer  
Auteur Sujet: Opération Veuve-Noire [PV : Pink Widow]  (Lu 787 fois)
Ana Amari
Humain(e)
-

Messages: 18



Voir le profil
Fiche
« le: Septembre 08, 2017, 06:31:47 »

Opération Veuve-Noire // Venise, Italie

L’opération Veuve-Noire allait se conclure ce soir même. Sous l’initiative du capitaine Amari, l’opération consistait en une tentative de coup de filet sur un agent de Talon bien particulier. Une opération de capture sur une personne bien déterminée, qui n’était autre que la criminelle connue sous le pseudonyme de Widowmaker. Son dossier était parsemé de zones d’ombres. Néanmoins, grâce à une partie de son passé qui fut étroitement liée à la vie d’un agent fondateur d’Overwatch, ces derniers ont pu reconstituer certaines informations à son sujet. Ana Amari avait passé de longs mois à préparer cette opération rien que dans le but de capturer – vivante – cette femme. Dans quel but ? Officiellement, afin de priver Talon d’un agent important, et surtout, d’empêcher d’autre Widow de se réveiller à cause d’elle.

Car Talon n’était qu’un acteur tiers dans toute cette histoire ... À l’origine, il y avait eu la Red Room et HYDRA. Mais pour en revenir à l’opération Veuve-Noire, le capitaine Amari avait échafaudé ce plan de tel sorte à amener Widowmaker dans un piège. Un piège qui se refermerait sur elle, en quelques sortes, et qui permettrait sa capture. Cependant, pour attirer une telle personne à un endroit désiré, il fallait une certaine préparation, une certaine connaissance du sujet. Partout où cette tueuse allait, c’était parceque soit Talon l’y avait envoyé – donc qu’il y avait un intérêt pour eux – soit parceque Widowmaker elle-même y avait un intérêt propre. En d’autres termes, il n’y avait pas moyen de la capturer autrement que par attirer son attention.

L’opération allait se dérouler à Venise. Officiellement, la pègre locale avait contacté Talon pour faire affaire avec eux. Ils désiraient éliminer une tête qui dépassait un peu trop du paysage à leur gout mais, cette tête faisant partie d’Overwatch, ils avaient besoin d’experts. Ce fut donc tout naturellement qu’ils avaient décidé de contacter Talon, et plus particulièrement, l’une de leur meilleure tueuse. Afin de rendre l’affaire plus crédible, l’équipe en charge de cette opération – dont Ana – avait fait un travail de communication et de propagande fausse afin de faussement créer cette pègre de toutes pièces. En quelques sortes, ils avaient monté un réseau fictif, qui existait auprès des connaisseurs, sans pour autant exister concrètement. Un rendez-vous avait été fixé dans le repaire de cette soi-disant pègre, qui se situait sur un luxueux bateau, dans la lagune de Venise. Aux yeux de tous, il s’agissait d’un bateau appartenant à un quelconque riche exhibant sa fortune mais en vérité, il s’agissait de la planque de l’opération Veuve-Noire.

Tout était en place. L’idée était simple ; trois membres de l’opération allaient jouer le rôle des criminels et recevoir Talon. Au moment le plus propice et avantageux, les masque allaient tomber et le reste de la cavalerie se joindrait à la fête pour neutraliser Talon, et capturer Widowmaker. Cependant, Ana n’allait pas pouvoir faire partie de ceux jouant la comédie car, par l’intermédiaire du défunt mari de Widowmaker, cette dernière connaissait son visage. Quand Talon sera là, Ana se tiendrait prête, à couvert, sniper braqué afin de neutraliser rapidement le plus de cible que possible. Il ne restait plus qu’à ce que tout se passe bien. Car avec une agente de la Red Room, on pouvait s’attendre à tout.
Journalisée
Pink Widow
Humain(e)
-

Messages: 20



Voir le profil
Fiche
« Répondre #1 le: Septembre 11, 2017, 01:19:52 »

Venise était l’une des villes touristiques les plus connues du monde. Une ville exceptionnelle en son genre, avec des rivières aquatiques qui serpentaient le long de cette ville, qui semblait être figée dans le passé. Une ville très agréable, dans le nord de l’Italie, proche des Balkans, mais qui attirait aussi son lot de criminalité. C’est dans ce contexte que Talon, une redoutable organisation terroriste en pleine expansion, avait envoyé une délégation afin de se rapprocher d’une famille mafieuse. Venise, derrière la beauté de ses rues, de sa lagune, et de ses monuments historiques, était, à l’image de l’Italie, rongée par la corruption et par la mafia. Or, Talon était un allié traditionnel des mafias italiennes, qui leur permettaient de récupérer quantité de cobayes et d’esclaves, par le biais des innombrables clandestins et autres migrants qui traversaient la Méditerranée pour s’échouer sur les côtes italiennes. Et il était donc normal que Talon souhaite s’établir à Venise. Pour autant, l’organisation, qui avait déjà eu des déboires avec les mafieux, ne faisait pas totalement confiance à cette nouvelle famille... Et c’est pour ça que, en soutien, Talonavait déployé son arme fatale.

Une pagode se rapprochait lentement d’un élégant yacht amarré dans la lagune de Venise. Plusieurs hommes se tenaient à bord, dans d’élégants costumes, dont un représentant de l’organisation Talon. Une organisation qui avait une véritable organisation paramilitaire. L’existence de Talon était très mystérieuse. Les services de renseignement affirmaient que l’organisation avait pour racine des milices paramilitaires résultant de l’éclatement de l’URSS puis de la Yougoslavie. Talon disposait ainsi d’un département centré sur les relations avec les réseaux criminels, et c’était un membre de cette branche qui était chargée de jouer les négociateurs. Thomas Elliot était officiellement un homme d’affaires d’une société d’import/export. Un nom d’emprunt, bien entendu. Portant d’épaisses lunettes noires et une bonne barbe fournie, il se rapprochait, tandis que le soleil commençait à se coucher sur Venise, et grimpa avec ses hommes à bord.

Rapidement, les agents d’Overwatch pourraient noter un premier problème : Pink Widow n’était pas à bord ! Impossible, pour autant, que Talon ne l’ait pas déployé, compte tenu des enjeux. En réalité, il aurait été totalement idiot, pour Talon, de déployer tous ses œufs dans le même panier.

*Voilà une bonne position...*

Le long de la lagune, il y avait une petite île, très touristique, San Giorgio Maggiore, une île extrêmement populaire, car elel abritait une basilique éponyme, qui suscitait chaque jour un très grand afflux touristique. Mais, surtout, le long de la basilique, il y avait une grande tour, faisant plus de soixante mètres de haut, le campanile San Giorgio Maggiore. Et Amélie se tenait là, au sommet de la tour campanaire, dans sa moulante combinaison violette, inspectant le yacht avec son fusil à lunette, détectant le moindre piège susceptible de menacer la vie de son supérieur, Thomas Elliot.

L’intéressé était sur le pont principal, et écarta les bras, un large sourire sur les lèvres.

« Don Palermo, je suppose ? Merci de nous recevoir ! Cette ville est vraiment charmante ! »

Grâce à une oreillette, Amélie pouvait entendre toute la conversation. Attentive et vigilante, elle observait la scène de loin, évidemment prête à agir si la situation le nécessitait...
Journalisée


DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
Ana Amari
Humain(e)
-

Messages: 18



Voir le profil
Fiche
« Répondre #2 le: Septembre 12, 2017, 04:20:46 »

Don Palermo était le nom du parrain de la pègre Vénitienne. De cette pègre qui officieusement, n’était que factice, montée de toutes pièces dans le seul et unique but de piéger Talon. À ce moment précis où leurs Hommes débarquaient sur le yacht de Don Palermo. Ce dernier était en réalité un agent d’Overwatch, doué pour la comédie. Un ancien des services secrets Italiens. Un expert dans l’art de jouer un rôle et s’infiltrer dans le camp ennemi ; on ne pouvait pas faire meilleur choix que lui pour cette opération ! Pendant des mois, depuis le début de cette opération, il s’était entrainé et perfectionné dans le rôle qu’il allait devoir jouer. Jusqu’à se créer un personnage et s’y fondre dedans ; de la mimique faciale aux tics nerveux. Tout se jouait donc maintenant, alors que le contact de Talon, un certain Thomas Elliot, débarqua sur le yacht.

Un nom d’emprunt, bien sûr mais, ce n’était pas grave. Bien la venue de cet homme était une nouvelle inconnue dans l’équation ; si Overwatch s’était attendu à recevoir du monde, ils ne s’étaient pas attendu à voir un autre agent de Talon en lieu et place de Widowmaker. Car celle-ci – le but principale de cette opération – était manquante à l’appel. Ana, postée seule sur une embarcation discrète dans la lagune, avait en ligne de mire Elliot. Mais elle ne voyait pas la cible principale. « Aucun signe de Widowmaker. Restez prudent et continuer de jouer le jeu jusqu’à mon signal. » Dit-elle alors à toute l’équipe. Chacun avait une oreillette très discrète qui leur permettait d’entendre et communiquer avec le reste de la troupe.

Ana voyait donc la situation ; Widowmaker n’était pas là mais, ils avaient un autre agent de Talon sous la main. Etait-ce le moment de prendre des risques et le capturer lui aussi ? Cette opération ne pouvait pas échouer, trop de moyens et de temps avait été dépensé pour ça. Widowmaker devait forcément être dans les parages, pensa Ana. Talon ne serait pas assez fou pour ne pas la déployer ici. Elle prit la décision de délaisser un instant la lunette de son sniper pour consulter les données du satellite. Une sorte sonde high-tech placée en orbite, qui servait d’outil de scan durant les opérations spéciales d’Overwatch ... Un outil qu’Ana pensait capable de localiser les signatures thermiques et autres dans une zone. Or, Widowmaker ... N’émettait pas de chaleur. Et le satellite n’était pas équipé pour détecter les pulsations cardiaques ... De ce fait, Ana n’eut que peu d’informations.

Elle dut réfléchir et se mettre dans la peau de cette tueuse. Talon l’avait déployé, mais pas de front. Elle était une sniper, comme elle ... Qui se cachait, prenait bonne position pour tirer en cas de nécessité. Une bonne position ; voilà où devait être Widowmaker. Ana saisit sa paire de jumelle, qui disposait naturellement d’un tas de fonctionnalités high-tech, et tenta alors de scruter les environs. Tirer depuis l’île principale serait trop laborieux et peu pratique. Il n’y avait pas assez de hauteur et le champ de vue était pas assez dégagé. A part sur un bateau, la seule bonne position aux alentours était San Giorgio Maggiore. Mais, Ana ne put rien déceler pour le moment, même si elle doutait que cette position ne pouvait pas être ignorée par Talon.

De son côté, Don Palermo joua son rôle et accueillit Elliot. Tous les hommes et femmes à bords étaient costumés. Le ton était officiel. Mais avec ce brin de nonchalance typique des mafias Italiennes. « Ravie de pouvoir vous rencontrer, Monsieur Elliot. Et, oui, Venise est une ville magnifique, pleine d’opportunités. Ah, c’est en tout cas ce qu’avait vu mes aïeuls quand ils sont venu s’implanter ici la première fois. » Dit-il. Naturellement, il invita l’homme d’affaire et sa petite escorte à l’intérieur, où une distribution de verres aurait lieu. Des mondanités formelles dans le milieu, ce n’était en rien un piège ce coup-ci. Après quelques minutes, le cœur du sujet fut mis sur la table par Don Palermo. « Vous n’êtes pas sans ignorer pourquoi notre famille vous a contacté, hm ? Je propose de parler affaire dès maintenant. Disons que le paysage a changé, et qu’il n’est plus à mon goût. J’aimerai couper la mauvaise herbe qui a poussé chez moi ... Overwatch. » Dit-il alors d’un ton sérieux, buvant juste après une gorgée de sa coupe. Tout allait bien pour le moment, mais Widowmaker était toujours manquante à l’appel.
Journalisée
Pink Widow
Humain(e)
-

Messages: 20



Voir le profil
Fiche
« Répondre #3 le: Septembre 18, 2017, 12:54:52 »

Depuis sa position, Pink Widow surveillait le yacht. Elle était prudente, comme à son habitude. Amélie n’ignorait pas qu’elle était activement recherchée par Overwatch. Quand elle avait tué George Lacroix, elle avait porté un coup dur à l’organisation, mais ne s’était pas arrêtée là. Elle avait multiplié les meurtres et les attentats, afin de déstabiliser l’Europe, et de pousser les gens à la colère, et à la rébellion. La vieille Europe surfait en ce moment sur la peur, et était en train de s’écrouler sous les flux migratoires et le grand-nombre de réfugiés. Le continent était comme une pépinière, une cocotte-minute qui arrivait à saturation, et menaçait d’exploser sur place. Tout ce que Talon faisait, c’était souffler sur les braises. Dans un certain sens, ils avaient précipité la création d’Overwatch, mais Talon voyait au-delà de ça. L’organisation était militariste, avec une vision très sceptique des États. Elle avait des projets d’ambition, dont Amélie ne savait pas grand-chose, et dont elle se moquait. Son but était juste d’obéir, de faire ce que ses maîtres lui ordonnaient… Même si elle retirait une certaine jubilation à savoir qu’Overwatch voulait la capturer.

Professionnelle, elle était dissimulée dans le clocher, de sorte qu’il était très difficile de la voir, à moins de s’attarder. Elle se contentait juste d’observer, à distance, la rencontre entre Don Palermo et Monsieur Elliot. Le clan Palermo était un clan assez influent, sur lequel Talon avait enquêté. Un clan aussi influent que récent, mais qui avait des racines profondes à Venise, et avait tiré profit de la hausse de réfugiés et de clandestins en provenance du Proche-Orient pour s’enrichir, en organisant des filières de passe clandestines de la Méditerranée, volant et pillant les réfugiés, et asservissant une partie de ceux arrivant à passer, généralement les plus belles femmes, afin de les vendre comme esclaves à de riches Européens… Ou comme cobayes pour les expériences de Talon.

Sur le pont du yacht, Elliot sourit quand Don Palermo évoqua Overwatch.

« Oui… Ces types sont des emmerdeurs, n’est-ce pas ? Quand il y avait le S.H.I.E.L.D., tout était bien plus simple. Mais là, ce sont des locaux, ils font du zèle. »

Le S.H.I.E.L.D. avait toujours été vue comme une organisation américaine,  ce qui fait que, même en disposant d’un mandat de l’ONU, l’organisation n’avait jamais vraiment suscité un franc esprit de collaboration de la part des États européens, et des forces de police internes. Alors, quand les États européens avaient décidé de sortir de la tutelle du S.H.I.E.L.D., et de fonder leur propre organisation, Overwatch, les choses avaient été bien plus compliquées. Pour autant, et paradoxalement, sans la mort de Gérard Lacroix, Overwatch n’aurait probablement jamais vu le jour… Ce qui, d’une certaine manière, signifiait que Talon avait participé à la construction de sa Némésis.

Elliot marcha un peu, nonchalamment, et se dirigea vers le bar installé sur le pont du yacht, attrapant un cocktail martini, tout en se retournant vers Don Palermo.

« Venise est une très belle ville… Bien plus jolie que ce que je pensais. Vous devez avoir un sacré nombre de touristes, par ici. Enfin… Vous en avez. Des touristes bienvenus comme moi, et d’autres… Hey, toute grande ville connaît son lot de pauvres, d’indigents, de miséreux… Au Moyen-Âge, on trouvait une véritable utilité à ces gens, plutôt que de les laisser mourir de faim, vagabonder, et attirer leur lot de maladies et de crime. Alors, je me demande… Qu’est-ce que les Vénitiens font contre les clochards et les pauvres ? Après tout, ils font plutôt tâche dans une si belle ville… »

Difficile de ne pas voir le double discours de Thomas Elliot, qui avait clairement, derrière cette conversation, des arrière-pensées. On aurait pu croire à une conversation normale, badine, mais Elliot parlait en réalité, lui aussi, d’affaires.

Les choses sérieuses avaient bel et bien commencé.
Journalisée


DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
Ana Amari
Humain(e)
-

Messages: 18



Voir le profil
Fiche
« Répondre #4 le: Septembre 24, 2017, 04:20:00 »

Il y avait évidemment un double discours chez Elliot. Don Palermo comprit le sens de ses dires, et ne put que grimacer un rictus satisfait. L’agent jouait son rôle à la perfection, se fondant littéralement dans la peau de son personnage, faisant fi du fait qu’il était agent d’Overwatch. À ce moment-là, il était un mafieux Italien et rien d’autre. Et un mafieux qui était bien décidé à passer contrat avec Talon pour se débarrasser de ces gens. Elliot avait donc parlé, et clairement sous-entendu quelque chose. Don Palermo, avalant une nouvelle gorgée, s’approcha du bar auquel son futur collaborateur était, afin de tout simplement reprendre un verre. Tout était dans les détails ; son personnage avait des tics, des mimiques et une certaine addiction à l’alcool, ce qu’il montrait bien à ce moment en se réservant un verre de Whisky.

« On leur trouve utilité. Vous savez, je suis quelqu’un de bon ; je gère ma ville comme si c’était ... Une entreprise familiale. Il n’y a pas de mauvais éléments, il n’y a que des potentiels gâchés. Et, ma foi, toute personne aussi infortunée soit-elle a le droit à une seconde chance. Peut-être qu’en leur trouvant un bon employeur, elles trouveront utilité à leur vie ? Moi, j’en suis convaincu. » Déclara-t-il, allant donc dans le sens d’Elliot. En d’autres termes, Don Palermo venait de confirmer que la pègre Vénitienne était prête à lui livrer des cobayes, sous couvert que Talon les aide à combattre Overwatch à Venise. Ou tout du moins, les aide à organiser leurs différents trafics sous le nez et la barbe de ces arrivistes. L’accord était donc plutôt simple et clair, les deux parties avaient autant l’un que l’autre à y gagner.

Cependant, si les choses se déroulaient bien sur le yacht, on ne pouvait pas en dire de même ailleurs. Ana, dont la priorité était la capture de Widowmaker, tentait toujours de la localiser. Elle avait de sérieux doutes sur le petit îlot de San Giorgio Maggiore. C’était la seule position viable pour un sniper, vu la localisation du yacht. Evidemment, il se pouvait très bien que Talon ai trouvé une alternative, vu les incroyables capacités de la tueuse. Mais, il fallait aller voir. Ana décida donc de changer de position et mit discrètement le cap vers l’île, en avertissant l’équipe sur sa radio. « Tout le monde garde le cap pendant que je vais sur San Giorgio Maggiore. Widowmaker a de fortes chances d’y être ... Restez prêt à agir à mon signal. » Déclara-t-elle, alors que sa petite péniche Vénitienne mit, discrètement, le cap vers l’île.

Il y avait plein de bateau qui allait et venait sur cette position, il n’y avait donc, normalement, aucune raison pour que Talon soupçonne le sien. Ana débarqua puis repéra la position la plus haute qu’il soit ; la tour juxtaposée à la basilique. Elle se fraya un chemin et, aussi silencieusement que possible, elle gravit les longs escaliers menant au sommet. Arme au poing, l’agente était prête à riposter s’il le fallait. Quand elle parvint au sommet, son regard se figea, alors, sur une silhouette. Son sang se glaça un moment en voyant la cible de toute cette opération, mais elle se ressaisit vite. Pas d’arrivée triomphale, ni grand discours. L’agente d’Overwatch marcha lentement dans le dos de la sniper, puis leva son bras pour braquer son arme vers elle, faisant exprès de lui entendre le bruit du marteau de son pistolet. Elle était à peu près à trois mètres d’elle. « C’est fini, Widowmaker. Pose ton arme au sol et rend-toi. Je ne le répèterai pas deux fois. » Dit-elle d’une voix ferme, ne laissant place à aucun doute ni hésitation.

Elle s’attendait à avoir de la résistance mais ... Etait-elle prête à affronter une tueuse de la Red Room ? Ana l’espérait. Etrangement elle ne prévint pas son équipe de sa découverte, sans doute attendait-elle d’avoir neutralisé la sniper avant. « Nous ne sommes pas obligées d’en venir aux mains, Amélie ... On peut te sauver, il reste une chance. » Déclara-t-elle finalement, raffermissant son emprise sur son pistolet.
Journalisée
Pink Widow
Humain(e)
-

Messages: 20



Voir le profil
Fiche
« Répondre #5 le: Septembre 24, 2017, 05:30:37 »

Quand on prenait le ferry vers l’île de San Giorgio Maggiore, on arrivait sur une belle esplanade devant l’église. On pouvait voir le campanile en allant sur le côté, et, pour y entrer, il fallait s’infiltrer. Pendant que Pink Widow surveillait le yacht, et voyait son chef discuter avec les mafieux locaux, elle ne semblait se douter de rien. Un manque de vigilance assez inhabituel pour une Widow, et qui amena Ana à grimper lentement le long de l’escalier, évitant de se faire repérer, jusqu’à se trouver dans son dos. La femme pointa alors son pistolet sur elle. Amélie lui tournait le dos, son fusil à lunette devant elle, le redoutable Widow’s Kiss… La femme parla de la sauver, et Amélie tourna légèrement la tête sur le côté, avant de sourire.

« Me sauver ? Me sauver de quoi ? Ma chérie, c’est toi qui as besoin d’être sauvée… »

Un cliquetis se fit alors entendre dans le dos d’Ana. Amélie avait déployé une mine Vénom derrière elle, et, en voyant la cible se rapprocher, la mine s’était rapprochée. Son ventre clignotait en bleu, avant de passer au rouge… Et la mine explosa brusquement, surprenant Ana, et offrant à Amélie l’occasion de plonger en avant. La déflagration ébranla la tour, surprenant les touristes, qui levèrent la tête en regardant des champignons de fumée s’échapper du toit de la tour, et levèrent les doigts en voyant une silhouette descendre de la tour à toute allure.

Amélie déploya alors son grappin depuis son bras, et s’accrocha à l’une des tours de l’église. Amélie rétracta alors le grappin, et fila vers la surface du toit. Elle atterrit dessus, roula sur le sol, et se retourna rapidement. L’explosion avait dû surprendre Ana, mais Amélie doutait sincèrement qu’elle était morte. La femme avait reconnu son identité, grâce à sa voix, puis en la voyant ensuite en se retournant rapidement.

*Ana Amari… Overwatch, c’est un piège !*

Impossible de se méprendre ! Ce rendez-vous était un coup monté d’Overwatch ! Autrement dit, son chef, Elliot, était tombé dans la gueule du loup ! Difficile de comprendre comment Overwatch avait pu faire pour mettre à ce point une couverture si réussie, mais la jeune femme ne comptait pas laisser son chef se faire attraper ! Elle fila vers la rotonde au centre de l’église, espérant avoir un bon angle de vue, mais des sifflements se firent entendre devant elle.

Des soldats en armure bleue, et disposant de jetpacks, apparurent devant elle, pointant des fusils d’assaut sur elle.

« Pink Widow ! Au nom d’Overwatch, vous êtes en état d’arrestation ! »

Se rendre ne faisant pas partie des priorités de Widowmaker, elle se mit à courir, tandis que les agents ennemis firent feu, à l’aide de redoutables fusils futuristes, des tirs bleuâtres s’échappant de leurs canons. Les balles rebondirent sur les tuiles de la basilique, et Amélie courut vers la rotonde, puis bondit en avant, et passa à travers l’une des ouvertures, pour atterrir en bas, au milieu de la basilique, devant quelques touristes paniqués.

La priorité d’Amélie état de fuir le plus rapidement possible, pour aller sauver Elliot des griffes d’Overwatch !
Journalisée


DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
Ana Amari
Humain(e)
-

Messages: 18



Voir le profil
Fiche
« Répondre #6 le: Septembre 29, 2017, 11:42:33 »

L’explosion de la mine faillit avoir raison de la seconde d’Overwatch ... Elle savait que cette opération dans son entièreté fut dangereuse à entreprendre mais, là, elle faillit bien y passer. Si ce n’était grâce à ses réflexes très bien développés, Ana n’aurait pas pu se dégager à temps et survivre. Son armure étant très bien conçue, la jeune femme s’en tira avec quelques égratignures et brulures superficielles. Ce fut surtout son long manteau qui prit cher ; il fut calciné et déchiré de toute part. Le souffle de l’explosion l’avait néanmoins projeté un peu plus loin, l’empêchant de s’élancer de suite aux trousses de Widowmaker. Si cette dernière parvenait à alerter son supérieur, c’était toute l’opération qui risquait de virer au fiasco. Néanmoins, Ana faisait confiance à Don Palermo et sa capacité à gérer la situation avec le contact de Talon.

L’agente se ressaisit donc et tenta de redescendre de la tour, par les escaliers. Ne disposant pas de grappins ni de gadgets de ce genre, elle dut donc rejoindre le cœur de la basilique à pied. Mais fort heureusement, des agents d’interventions d’Overwatch furent rapidement déployés et empêchèrent la cible de s’échapper. Ana entendant le cri de certains touristes en bas, signe que la criminelle avait fini sa course au beau milieu des lieux. Ce n’était pas bon signe ; elle pouvait potentiellement prendre en otage des civils pour acheter son billet de sortie, ce qui évidemment, n’arrangerait nullement Ana. Son objectif était clair ; capturer Amélie à tout prix. C’était le but de toute cette opération après tout ... Cependant, avec le contact de Talon dans l’équation, ça faisait deux cibles potentielles à capturer.

Ana, en descendant les escaliers, finit par arriver sur une mezzanine en hauteur, où elle put observer la scène de manière globale. Widowmaker était au centre de l’immense salle principale, alors que les agents d’Overwatch à l’extérieur s’activèrent pour bloquer la sortie principale. Nul doute qu’ils allaient finirent par prêter main forte à Ana dans quelques temps mais, en attendant, elle était seule avec Widowmaker, et quelques touristes. Profitant donc de sa hauteur, et devant agir vite, Ana sauta de sa position, suivant d’un œil d’aigle la trajectoire de sa cible, pour fondre sur elle. L’agente tomba certes lourdement au sol mais elle sauta surtout sur la sniper de Talon, la faisant également tomber à terre avec elle. À présent rapprochée, Ana allait pouvoir tenter de la neutraliser mano a mano. Ce fut un concours de qui fut la plus rapide à se relever après une telle chute. En tout cas, Ana commença les hostilités en tentant un balayage de la jambe pour empêcher Widowmaker de se relever ... Et ce fut ainsi que le combat commença.

Don Palermo, de son côté, dut gérer la situation. L’explosion de la mine fut clairement visible et audible depuis leur position, trahissant donc la présence d’Overwatch. Il était évident que Elliot allait réagir très violemment face à cela, mais étrangement, Don Palermo resta d’un calme et d’une sérénité exemplaire. Alors que tout autour de lui, les agents de Talon braquèrent subitement leurs armes contre lui et les agents d’Overwatch sous couverture, et que ces derniers en firent de même envers les agents de Talon, un silence s’installa. « Ecoutez Elliot, je sais ce que vous êtes en train de vous dire ... Qu’Overwatch a essayé de vous doubler. Et, c’était le plan. Mais voyez ... Ce n’était pas mon plan. Nous pouvons toujours nous arranger ... Êtes-vous prêt à m’écouter, avant de m’abattre ? » Déclara-t-il sur un ton mystérieux, en regardant le contact de manière insistante.
Journalisée
Pink Widow
Humain(e)
-

Messages: 20



Voir le profil
Fiche
« Répondre #7 le: Septembre 30, 2017, 10:18:09 »

Amélie regardait autour d’elle, cherchant un moyen de s’enfuir... Quand quelque chose lui tomba brutalement dessus. Le coup la surprit, tout en l’envoyant s’étaler au sol. Elle grogna en lâchant son arme, qui rebondit sur le sol, et se redressa rapidement, furieuse, en voyant la femme qui l’avait attaqué dans la tour, tout à l’heure. Elle avait visiblement survécu à l’explosion, et l’avait attaqué toute seule.

« Capitaine Amari... »

Ce fut tout ce qu’elle arriva à dire, car, juste après ça, son adversaire bondit vers elle, et tenta de la renverser en faisant un balayage avec sa jambe. Amélie bondit en arrière, s’appuyant avec ses mains pour faire une magnifique roulade, un bel élan de gymnaste. Amari s’élança encore sur elle, rapide, et opta pour un coup de pied retourné en visant le visage d’Amélie. Pink Widow pencha la tête sur le côté, parant le coup de pied avec un bras relevé, et envoya son pied dans le flanc de la femme, la repoussant, avant d’enchaîner par un second coup de pied dans le torse. Le coup fut puissant, suffisamment pour envoyer la femme contre un pilier.

Ana Amari eut à peine le temps de reprendre ses esprits qu’Amélie bondissait déjà vers elle. Elle s’appuya avec une main sur un banc, et son pied fila droit vers la tête de la femme. La capitaine d’Overwatch évita le coup en fléchissant les genoux, puis bondit en avant, ceinturant Amélie à hauteur du ventre, la renversant sur le sol, avant de se relever. À califourchon, elle avait un bref avantage... Car Amélie envoya ses pieds en l’air, et frappa Ana en haut du dos, la poussant en avant, l’envoyant par-dessus elle. La tueuse de Talon se retourna ensuite, et, tout en prenant appui sur ses mains, s’élança avec les jambes en avant. Une impressionnante attaque, qui trahissait la grande souplesse de son corps, car ses jambes tombèrent du haut vers le bas, donnant brièvement à Amélie l’apparence d’un scorpion. Ses jambes tombèrent sur le sol, devant elle, évitant de peu Ana, qui esquiva l’attaque par une belle roulade.

Le temps que la femme se relève, Amélie se releva à son tour, et l’attaqua encore, en utilisant toutes les techniques qu’elle maîtrisait, à savoir, en l’occurrence... Du taekwondo ! Elle s’élança vers elle, mais, juste avant, prit appui sur l’un de ses pieds, et bondit en avant, faisant une roulade en hauteur, qui permit à son autre pied de toucher Ana*. Amélie enchaîna ensuite en bondissant en hauteur vers elle, ses pieds remuant comme des fouets, heurtant la jeune femme, l’assaillant avec des assauts rapides, précis, et puissants.

« C’est tout, Capitaine Amari ? Tu espérais pouvoir me stopper toute seule, haaa... Ridicule ! »

C’était comme si Amélie anticipait toutes les attaques de la femme. Ana Amari tenta bien de contre-attaquer, mais, à chaque fois, la femme parait. Elle para ainsi un nouveau coup, et tournoya alors sur place, se retrouvant dans le dos de la femme, avant de, par une clef à l’aide de son bras, l’étrangler à hauteur de la gorge. Ayant une bonne prise sur elle, Amélie souleva ses jambes, et les enroula autour du bassin de la femme, la forçant à se coucher sur le sol, avec Amélie s’agrippant à elle, comme à une sangsue, tout en cherchant à l’étouffer.

« Allez... Je suis sûre... Qu’Overwatch... Peut faire mieux que toi ! Ma chérie ! » glissa-t-elle alors, en français.

Pendant ce temps, sur le yacht, la situation venait brusquement de se compliquer. Elliot, cependant, n’avait clairement pas l’avantage du nombre. Il était seul, en compagnie de deux gardes du corps, face à un troupeau d’hommes armés.

« Hmmm... C’est elle que vous voulez, n’est-ce pas ? Notre petite araignée... Je ne pense pas qu’Overwatch déploierait autant de troupes et de moyens juste pour mes beaux yeux. »

Elliot sourit à nouveau. Sa situation était critique, mais il n’était qu’un petit poisson... Et ça, Overwatch le savait aussi. Il ne savait quasiment rien de Talon, et le peu qu’il savait n’aiderait sûrement pas l’organisation européenne à lutter contre elle.

« Bravo pour votre plan en tout cas, c’est très bien organisé ! Mais... Vous pensez vraiment pouvoir la capturer... Elle ? Mes amis, je vous croyais plus réalistes que ces cow-boys incompétents du S.H.I.E.L.D... »



* : Illustration de ce mouvement sur vidéo, à la 39ème seconde.
Journalisée


DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
Ana Amari
Humain(e)
-

Messages: 18



Voir le profil
Fiche
« Répondre #8 le: Octobre 01, 2017, 03:54:22 »

On ne pouvait pas dire que Talon avait raté Amélie en l’aliénant de la sorte. Elle était devenue bien plus hautaine et provocante qu’auparavant. Ana lui avait toujours reconnu une certaine tendance à être maniérée mais, juste le nécessaire pour la rendre attachante. Bien qu’elle ne comprit jamais comment Gérard pouvait être tombé amoureux d’une telle femme, c’était son choix et elle l’avait respecté. Amélie avait son caractère et sa personnalité mais, jamais Ana n’aurait pensé qu’elle pouvait avoir un tel secret derrière elle. Si l’agente d’Overwatch était au courant de son lavage de cerveau et de son passif, en revanche, elle ne comprenait pas comment Widowmaker faisait pour être aussi personnel. A titre de comparaison, le Winter Soldier était froid, inexpressif, voire silencieux. Mais Amélie elle, on aurait dit qu’elle avait encore toute sa tête mais, qu’elle était juste du mauvais camp.

De ce fait Ana n’avait aucune raison de retenir ses coups ou tenter d’aménager sa cible. Son objectif était de la capturer vivante, mais on ne lui avait pas précisé qu’elle ne devait pas être blessée. Cependant, Widowmaker était une agente d’élite issue de la Red Room et le combat fut ... Très rude. Rapidement la sniper à la peau bleutée enchaina les coups et prises spéciaux, submergeant rapidement Ana, qui devait à la fois répondre à ses assauts mais aussi analyser ses méthodes pour pouvoir préparer la contre-attaque. Mais, force était de constater que Widowmaker était une tueuse redoutable et après une succession de coups bien placés, finit par mettre à terre la jeune femme, emprisonnée avec une clef.

Ana tenta de se dégager en basculant sur le côté mais, cela ne servit pas à grand-chose. « Tu es trop sûre de toi, Amélie ... » Répondit l’agente face à la petite provocation qui lui fut faite. Soudainement, elle bascula violemment sa tête en arrière et asséna un puissant coup à celle de Widowmaker qui était dans son dos. Profitant de l’effet et de la douleur, Ana se dégagea puis se redressa debout, maintenant une distance de sécurité avec Amélie. Elle comprit que cette dernière avait décidé d’utiliser des prises et des techniques élaborées. Donc, elle allait en faire de même ... Quand le combat reprit, Ana décida de surtout employer des mouvements de blocages de jambe ; Widowmaker semblait beaucoup s’en servir donc, il était logique de s’en protéger. Ainsi donc, l’agente put tenir tête à Widowmaker plus longtemps, parvenant à lui porter des coups de la même façon que cette dernière avait fait plus tôt.

Ana put bloquer un sidekick par un maitrisé jeu de bras et mouvement de torse, profitant de l’inertie de cette jambe lancée pour riposter et asséner un coup dans l’estomac, directement. Le combat aurait pu durer ainsi et, peut-être, Ana aurait eu l’avantage. Mais c’était sans compter qu’Amélie disposait d’outils et de gadgets cachés ... La terrible sniper finit par trouver une opportunité où elle put maitriser Ana pendant un instant suffisamment long pour lui faire inhaler un poison non-létale, provenant d’une de ses mines venimeuses. Ana, surprise, se mit à tousser très fortement et tomba à genoux au sol, crachant ses poumons, alors que sa vue commença à se troubler. « *Tousse* ARGH ! C-Ce n’était p-pas très fairplay ça ... *Tousse* » S’exclama-t-elle alors que sa vue se troubla de plus en plus, et qu’elle se sentit rapidement endoloris. Ana était en train de s’endormir, en quelques sortes. Le poison ayant pour effet d’endolorir chaque muscle de son corps, jusqu’à ce qu’elle perde connaissance.

Et au bout de quelques secondes, c’est ce qui arriva. Ana tomba lourdement au sol, inconsciente ... À la merci de Widowmaker. On ne pouvait pas dire que de son côté Don Palermo avait connu le même sort ; au moins lui, était maitre de sa situation. Toujours serein, il eut un petit rictus aux dires d’Elliot, avant de faire un signe de la main. Ses agents comprirent sa manœuvre et avancèrent vers les hommes de mains d’Elliot. Supérieur numériquement, ils n’eurent aucun mal à les désarmer et les menotter, mais ... Pas Elliot. Don Palermo semblait ne pas en avoir fini avec lui. « Merci du compliment. Mais quant au reste, vous avez tort, je le crains. Nous sommes plus réalistes que nos homologues du S.H.I.E.L.D, justement. Contrairement à eux, nous anticipons ... Même dans l’échec. » Dit-il, avant de regarder à sa montre. « Je dirai qu’à l’heure qu’il est, le capitaine Amari est déjà entre les griffes de votre araignée. Je l’avais prévenu sur la dangerosité des agents issu de la Red Room. Elle ne faisait pas le poids mais, que voulez-vous. » Dit-il d’un ton nonchalant, avant de finir sa coupe. Sur le même ton et démarche, il partit se saisir d’une petite boite à cigare, en sortant une pièce, avant de tendre ladite boite à l’homme d’affaire. S’il ne fumait pas, alors il la reposerait sur le comptoir.

Allumant son Havane, il reprit alors ses dires. « Bien, vous avez donc deux solutions, mon ami. Soit Overwatch enferme toute votre petite équipe et, c’est la fin du business pour vous. Talon ne viendra jamais chercher un petit pion comme vous au fond de sa cellule et, le souvenir de votre vie luxueuse et aventureuse d’antan sera très loin. » Déclara-t-il, prenant une bouffée de son cigare. « Soit, vous acceptez de coopérer et vous aurez un traitement de faveur. Officiellement, vous avez réussi à négocier avec la pègre Vénitienne, et tout vas pour le mieux du monde, avec en supplément, la seconde d’Overwatch entre vos mains. Nous dirons même ... Que c’est votre nouvel ami Don Palermo qui a dupé Overwatch pour qu’elle se jette dans la gueule du loup, en guise de cadeau de bonne foi. Officieusement ... Nous vous avons à la loupe, et vous allez nous aider à résoudre ce conflit en suivant nos instructions quand elles surviendront. Et je peux vous assurer ... » Dit-elle, se penchant en avant, effaçant son air serein et détendu.

« Qu’il sera dans votre intérêt de pas nous doubler. N’oubliez pas comment vous êtes tombé dans notre piège les pieds joints, alors ... Ne nous sous-estimez pas. » Dit-il, laissant un petit silence, avant de sourire de nouveau.
Journalisée
Pink Widow
Humain(e)
-

Messages: 20



Voir le profil
Fiche
« Répondre #9 le: Octobre 02, 2017, 10:39:00 »

Elliot savait que la bataille était vaine. Seule Widowmaker pouvait le sortir de ce mauvais pas, mais elle était en ce moment en train de combattre une entière escouade des agents d’Overwatch. Et elle n’allait sûrement pas risquer d’affronter le reste de la brigade située sur ce yacht. Elliot était en tout cas impressionné par tant de moyens déployés, mais... Eh bien, il ne comprenait pas vraiment la stratégie d’Overwatch. Plusieurs agents se rapprochèrent alors, et annoncèrent à « Don Palermo », ou quel que soit son véritable nom, que le Capitaine Amari était porté disparu, et que la cible s’était enfuie à bord d’un hors-bord. Des agents d’Overwatch la pourchassaient, avec le soutien de la police vénitienne. De fait, des hélicoptères ne tardèrent pas à les surplomber. Elliot n’entendit rien de tout ça, lui, mais savait très bien ce que cette agitation signifiait. Puis « Don Palermo » se retourna ensuite vers lui, comme pour savoir ce qu’Elliot pensait de sa proposition.

« Euh... Si je devais être honnête... Je ne comprends rien à votre proposition. Vous avez sacrifié l’une de vos meilleures agentes... Pour me capturer, moi ? je ne suis qu’un petit pion dans cette organisation, et, maintenant que je suis tombé, le peu d’informations que je sais ne sera plus valide d’ici quelques heures. Vous ignorez à qui vous avez affaire, mon ami. Talon est une organisation très perfectionnée, capable de démanteler en quelques heures à peines ses installations. La base que j’avais est probablement en train d’être totalement vidée en ce moment. Je n’ai rien de particulier à vous offrir. »

Le passé d’Elliot était relativement banal. Il avait été un simple rouage dans l’armée avant de rejoindre Talon. La vieillissante Europe offrait beaucoup d’opportunités de reclassement pour bon nombre de militaires. Il suffisait de voir comment l’armée française traitait ses soldats pour constater que le seul rempart qui empêchait l’armée de s’effondrer, c’était leur fierté et leur honneur... Mais, au bout d’un moment, même l’honneur ne suffisait plus. Elliot avait rejoint Talon, autant par nécessité financière, que par conviction. Il en avait marre de voir l’armée entre les mains de bureaucrates, de technocrates, et d’économistes, qui pensaient à la sécurité nationale en terme de coûts et de bilans-comptables plutôt qu’en songeant à la sécurité et au respect de l’uniforme.

Alors, Elliot n’avait rien de particulier.

« Je sais que toute votre opération n’a eu que pour but de capturer notre arme spéciale... Alors, je ne vois pas ce que je peux vous offrir, Talon ne lèvera pas le petit doigt pour moi... »

Il était sincère sur lui-même, et sur le rôle qu’il menait au sein de l’organisation.



Les arcs électriques frappèrent le corps de la femme, la réveillant rapidement. L’ampoule au plafond grésilla lentement, puis Ana ouvrit les yeux. Elle put rapidement constater qu’elle était attachée par les poignets et par les chevilles, à l’aide de sangles reliées à des chaînes métalliques, avec des pinces électriques posées sur son corps. Une magnifique peau nue et sombre, son armure ayant été retirée, la mettant en petite tenue.

« Ça y est ? Tu es réveillée, Ana ? »

Une voix sensuelle et moqueuse sortait de l’obscurité, sur la droite de la femme, que la Capitaine dut rapidement reconnaître. Amélie se rapprocha alors d’elle, et lui sourit légèrement.

« Ne t’inquiète pas, nous sommes toujours à Venise... Pour l’heure. Mais tu es un petit insecte coincé dans ma toile, ma chérie... »

Les doigts d’Amélie glissèrent le long du bras de la femme, un doigt après l’autre, mimant, à sa manière, les pattes d’une araignée qui avancerait le long de sa peau.

« Et tu vas me dire tout ce que tu sais, ma chérie... De gré... Ou de force ! »

Qui sait quel traitement horrible Amélie lui avait réservé ?
Journalisée


DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
Ana Amari
Humain(e)
-

Messages: 18



Voir le profil
Fiche
« Répondre #10 le: Octobre 09, 2017, 04:34:11 »

Ana se réveilla l’esprit encore un peu embrumé. Il fallait dire que ce nuage toxique que lui avait fait inhaler Widowmaker avait bien joué son rôle ; une neurotoxine suffisamment forte pour l’assommer d’un seul coup. Le capitaine Amari aurait dû s’attendre à un coup pareil mais, en fin de compte, elle n’avait pas remporté cette bataille. Le résultat fut donc qu’elle se réveilla, assez brutalement car elle fut électrocutée. Pas de manière létale mais suffisamment pour la réveiller en douleur. Quand elle retrouva la vue et ses sens, elle tenta de gesticuler mais s’aperçut bien vite de la situation ; elle était attachée à une chaise, pieds et poings liés. Elle avait froid, et constata ensuite que … Amélie lui avait retiré son armure. Comment avait-elle fait restait un mystère tout entier. Mais elle était en sous-vêtement, ce qui ne manqua pas de la troubler.

Ana finit par entendre la voix suave de Widowmaker retentir, lui affirmant qu’elles étaient toujours à Venise, et qu’elle était à présent sa proie. De toutes évidences elle était coincée, mais dans l’immédiat, il fallait qu’elle s’assure des buts d’Amélie. Cette dernière lui confia qu’elle allait devoir lui révéler tout ce qu’elle savait, et promena alors ses fins doigts à même sa peau, déclenchant de petits frissons chez Ana. « Tu as les mains froides Amélie, on te l’as déjà dit ? » Répliqua Ana en premier lieu, restant d’un calme à toute épreuve. Naturellement elle tenta, discrètement, de jouer de ses mains pour voir si elle pouvait se libérer mais, assez rapidement, elle constata que ça n’allait pas être possible ; ses mains étaient trop écartées l’une de l’autre.

« Je t’ai sous-estimée, c’est vrai. Mais ça ne se reproduira plus … Ne comptes pas sur moi pour te donner la moindre information. » Lui déclara-t-elle ensuite, la regardant droit dans les yeux. Ana, en tant que seconde d’Overwatch, savait beaucoup de choses. Mais il était évident qu’elle n’allait rien divulguer, même sous la torture. Les agents d’Overwatch, en particulier la direction, étaient d’anciens soldats d’élites après tout. Il lui faudrait plus que des pinces électriques pour ne serait-ce que plier ! Néanmoins, une question restait en suspens et tracassait Ana, d’un certain point de vue. « Et pourquoi m’avoir mise en sous-vêtements, hm ? Si j’attrape froid je serai encore moins susceptible de parler tu sais ? A moins que la vue te plait ? Ou que ça sera plus facile de me torturer ainsi ? » Dit-elle sur fond de sarcasme. De souvenir, Amélie était une fille sage et douce.

Du moins c’était du temps où elle était avec Gérard. Quelque chose s’était passé et Amélie était devenue Widowmaker, cette tueuse au cœur froid. Ana comptait bien élucider ce qui lui était précisément arrivé, pour ensuite la sauver. Car malgré tout, la jeune femme tenait à elle. Ne serait-ce que par rapport à Gérard, qui aurait tout donné pour sauver la vie de sa femme. Ana portait grande estime pour lui alors, si elle pouvait accomplir ce qu’il n’avait pas pu faire de son vivant … Elle le ferait.
« Dernière édition: Octobre 09, 2017, 06:02:56 par Ana Amari » Journalisée
Pink Widow
Humain(e)
-

Messages: 20



Voir le profil
Fiche
« Répondre #11 le: Octobre 10, 2017, 10:57:46 »

« Je ne suis pas totalement idiote, ma chérie, glissa-t-elle en français. Je connais très bien la technologie des armures Overwatch. Tu ignores à quel point Talon est bien renseigné sur vos capacités de financement. »

Amélie avait une voix sensuelle, provocante, n’étant nullement déstabilisée par le calme d’Ana. Elle l’avait installé sur une chaise spéciale. Pink Widow appuya d’ailleurs sur un bouton à proximité, et la chaise se déploya, couchant la femme en position horizontale. Amélie retourna ensuite vers elle, prenant tout son temps. Elle savait qu’Overwatch était une organisation européenne très particulière, au croisement des chemins entre l’Union Européenne et le Conseil de l’Europe. Officiellement, l’organisation répondait de la seconde organisation, plus développée et plus structurée que la première, mais, économiquement, c’était l’Union Européenne qui la finançait. Overwatch était donc gérée par les deux puissantes organisations régionales, et Talon en savait beaucoup sur eux.

La femme se rapprocha encore, et grimpa sur le corps de la femme, se mettant à califourchon sur corps, frottant sa combinaison brillante contre elle. C’était une combinaison faite dans un matériau unique en son genre, évoquant le latex. Elle se courba lentement vers la femme, tout en caressant d’un doigt ses lèvres.

« Je sais que vos armures disposent de balises permettant de les tracer. Alors, tu vois, j’étais obligée de t’en délester... Mais j’avoue que la vue ne me déplaît pas. »

La jeune femme n’avait pas oublié Ana Amari, à l’époque où elle était en France. En réalité, Amélie se souvenait très bien de l’époque où elle était infiltrée, mais n’y accordait pas plus d’importance que ça. Talon veillait régulièrement à ce que son conditionnement soit maintenu, et qu’elle ne se révolte pas contre ça. Elle continua à s’allonger, jusqu’à approcher ses lèvres des siennes.

« La Amélie Lacroix que tu as connu... Ça n’était qu’une couverture, tout le temps. J’ai pu passer tous les détecteurs et les scanners de ton organisation, car je n’avais moi-même pas consciente de mon statut... Avant que mes employeurs ne me rappellent à eux en utilisant le mot-clef qui a réveillé ma véritable personnalité. »

Pourquoi lui raconter tout ça ? Ses lèvres se posèrent ensuite sur celles de la femme, et elle l’embrassa tendrement, tout en déplaçant l’une de ses mains le long de ses seins, caressant tendrement et délicatement le bonnet du soutien-gorge, non sans un certain plaisir.

« Mais peu importe... À vrai dire, si j’ai choisi de te capturer, de t’épargner, c’est parce que, tu vois... Je t’ai toujours trouvé très belle, et... Je n’ai encore jamais eu la chance d’avoir une belle esclave comme toi à mon service... »

Amélie sourit encore, malicieusement et sournoisement...
Journalisée


DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
Ana Amari
Humain(e)
-

Messages: 18



Voir le profil
Fiche
« Répondre #12 le: Octobre 21, 2017, 07:20:25 »

Sa véritable personnalité, Ana n’en croyait pas un seul mot. Pour elle, la vraie Amélie était tout simplement l’épouse de Gérard. C’était la femme qu’elle était avant de se faire conditionnée par Talon, par la Red Room, tout simplement. Ana en était persuadée et peu importe ce que pouvait lui dire Widowmaker – qui elle était une tueuse froide et détestable – elle le rejetterait en bloc. Néanmoins son attitude et sa voix étaient des plus troublantes et étonnantes qu’il soit. Le fait qu’elle se plaça à califourchon sur son corps, puis qu’elle s’allongea lentement en frottant sa combinaison à sa peau donna la puce à l’oreille à Ana. (Elle cherche à me draguer ?!) Pensa alors Ana, étonnée de voir ça. A vrai dire, elle n’avait jamais vu Amélie comme une femme de ce bord. De ce qu’elle s’en souvenait, l’épouse de Gérard était une femme aimante et douce, mais avec un coté coquin certain. Après tout, elle était Française !

Néanmoins, est-ce que Ana tombait dans le panneau ? Pour le moment, difficile à dire. Elle était plutôt sous le choc à ce moment-là, même si elle sentit un petit frisson la parcourir quand l’index d’Amélie effleura ses fines lèvres. La jeune femme fronça les sourcils en écoutant la suite de son discours, avant d’émettre un petit sourire narquois. « Tu ne fais que confirmer ce que je pense. Ton cerveau a tellement été manipulé qu’il te fait oublier qu’Overwatch n’était pas fondé. De quels scanners et de quels détecteurs tu parles, Amélie ? » Dit-elle d’un ton sarcastique, regardant la sniper dans les yeux. Malgré tout cela, Ana ne ressentait pas d’animosité ni de haine envers elle. Plus ça allait, plus elle lui apparaissait comme une victime. Une dangereuse et redoutable victime, mais victime quand même.

Son rythme commençait lentement à s’emballer, à mesure qu’Amélie continuait de la provoquer, et de caresser son corps de la sorte. C’était quelque part une véritable révélation d’apprendre qu’Amélie, autrefois mariée à un homme, semblait ne pas avoir de problème avec les femmes. Etait-ce également le cas d’Ana ? Celle-ci ne s’était jamais penchée sur la question, n’étant pas particulièrement une coucheuse. Cependant Amélie prit le taureau par les cornes et termina en un baiser, qui fit écarquiller les yeux de la seconde d’Overwatch. La sniper colla ses lèvres aux siennes et, de manière très naturelle, vint lui offrir un baiser. Non contente de cela, elle glissa sa main et vint chahuter son soutien-gorge noir. Le baiser se termina rapidement, sans qu’Ana n’y ai participé. Son regard était surpris, perplexe, mais trahissait une pointe d’excitation. « Tu es devenue complètement folle, ma grande ! Si Gérard te voyait, il se retournerait dans sa tombe ! Ne compte pas sur moi pour ... Pour m’envoyer en l’air avec sa femme. » Déclara Ana, les joues légèrement rouges, et le regard troublé.

Widowmaker venait également d’affirmer quelque chose qui surprit Ana. La surprise tenait plus du fait qu’elle l’avait apparemment toujours trouvé très belle, plutôt du fait qu’elle désirait en faire son esclave. Car ce dernier point était la rhétorique usuelle de Talon, et la jeune femme en avait l’habitude. Son souffle devint plus fort et un peu plus saccadé, à mesure que sa poitrine montait et descendait un peu plus rapidement. Et ... Qu’honteusement, malgré elle, une pointe d’excitation s’empara d’elle, provoquant de petites mais vives sensations dans son bas ventre, et dans sa poitrine. « Tu vas peut-être me forcer la main, mais ça ne sera jamais pour être ton esclave. Plutôt mourir que de servir Talon ... Vous n’êtes qu’un sous-produit d’HYDRA, un pâle concurrent qui essaie de tirer comme il peut son épingle du jeu. » Déclara l’agente, fixant intensément Amélie, sans parvenir à empêcher son regard de papillonner rapidement sur ses lèvres, et son corps ...
Journalisée
Pink Widow
Humain(e)
-

Messages: 20



Voir le profil
Fiche
« Répondre #13 le: Octobre 22, 2017, 02:18:13 »

Amélie sourit devant les propos d’Ana. Elle lui affirma qu’elle mentait, qu’elle était toujours la femme de Gérard Lacroix, et que rien ne ferait d’Ana son « esclave ». Amélie, qui s’était mise à califourchon sur son corps, sourit alors, caressant ses épaules :

« Pourtant, l'idée d'être mon esclave n'a pas l'air de repousser tant que ça ton corps... »

Moqueuse, Amélie n’avait rien à voir avec le cliché de la tueuse décérébrée, froide et amorale, qui accomplissait ses missions comme un robot. Chez Amélie, le conditionnement était bien plus subtil, et était la preuve que Talon avait tenu compte des échecs précédents au sein de la Red Room. Froide et amorale, Amélie l’était, mais elle se montrait aussi provocante et... Piquante. Elle remua un peu sur le corps d’Ana, faisant légèrement crisser sa combinaison.

« Je vois comment tu me regardes, Ana... Mon corps, mes formes... J’ai senti la manière dont ton corps réagissait à la manière dont je t’embrassais. Je me suis toujours demandée ce qui pouvait motiver une femme comme toi à s’investir autant dans Overwatch, et dans les projets secrets des États européens. Maintenant, j’ai la réponse... »

Amélie lui sourit encore, et sa main gantée caressa le visage de la femme, son pouce venant titiller ses lèvres pendant quelques secondes. Son autre main, elle, avait recommencé à masser l’un des seins du Capitaine, et Amélie gloussa légèrement... Puis se redressa brusquement, et s’approcha d’une console située contre le mur.

« Talon est née d’une scission avec HYDRA. Mais l’organisation dispose de beaucoup de bunkers et d’avant-postes secrets... Comme ici. »

Widowmaker appuya sur un bouton, et le décor se mit à évoluer. Une trappe s’ouvrit sous Ana, et elle se mit à descendre.3 Le plancher, en réalité, s’avéra être un ascenseur, la cave dissimulant l’accès à un bunker secret. Comme dans un de ces vieux films de James Bond à l’époque des années 1970’s, Ana se retrouva dans une pièce métallique, et constata que l’objet sur lequel elle avait été  initialement attachée, était une table assez futuriste, qui changea de forme, et la maintint en position couchée. Le plafond se referma ensuite, et Ana put voir que l’avant-poste était plutôt petit, puisqu’il ne comprenait qu’une pièce, mais abritait beaucoup d’armes. Des râteliers étaient situés le long des murs, avec une série de mines Venom, et diverses armes : pistolets, fusils d’assaut, fusils à pompe, ou encore des accessoires de rechange pour le Widow’s Kiss. Devant Ana, il y avait un ordinateur.

Amélie arriva ensuite devant son champ de vision, et lui sourit encore.

« Bienvenue dans mon nid, Ana. Ici, je vais pouvoir commencer à faire de toi mon esclave... »

Elle lui sourit encore, et rejoignit l’ordinateur, puis pianota sur le clavier. Le corps d’Ana fut alors arraché de la table, maintenu en l’air par des tentacules qui jaillirent depuis les murs, et s’enroulèrent autour de ses poignets et de ses chevilles.

« Contrairement à ce que tu crois, la femme qui aimait Gérard Lacroix est morte. Enfin, elle n’a toujours été qu’un mirage, une personnalité suffisamment convaincante pour que je m’en persuade moi-même. Mes goûts sexuels, justement, en sont l’illustration. Quand j’étais la femme de Gérard, j’étais sexuellement frustrée, car on m’avait conditionné pour être hétérosexuelle... Alors que, en réalité, je suis bisexuelle, avec une préférence pour le beau sexe. »

Amélie sourit encore, et approcha d’autres tentacules.

« Ne t’inquiète pas, je viendrais m’occuper personnellement de toi... Mais, pour l’instant... Jouons un peu. »

La femme appuya sur un bouton, et les tentacules qui immobilisaient Ana diffusèrent alors des arcs électriques sur son corps. Amélie laissa cette torture se faire pendant quelques instants, puis relâcha ensuite la pression.

« Commençons... J’ai développé un programme expérimental, et je suis ravie que tu y participes. »

Amélie lança ce dernier, et d’autres tentacules s’approchèrent alors, présentant une forme phallique, et caressèrent les parties intimes d’Ana.

« Comme je suis gentille, je te laisse le choix... Soit je m’occupe personnellement de ton corps, soit mes tentacules le font... »

Qu’est-ce qu’Ana allait décider ?
« Dernière édition: Octobre 22, 2017, 02:26:09 par Princesse Alice Korvander » Journalisée


DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
Ana Amari
Humain(e)
-

Messages: 18



Voir le profil
Fiche
« Répondre #14 le: Octobre 26, 2017, 06:12:20 »

Elle avait du être droguée ou empoisonnée à coup de GHB pour se sentir séduite par cette araignée. Ana savait qu’elle ne devait pas céder et que, rien que par respect à la mémoire de Gérard, ne pas succomber aux charmes d’Amélie. Mais pour cette dernière avait un puissant pouvoir de persuasion, qui érodait lentement mais surement la volonté d’Ana. Cette dernière s’était mise à penser qu’elle avait été droguée, car il était impensable pour elle qu’elle trouve réellement Amélie séduisante. Elle n’était pas censée être attirée par elle ni par aucune autre femme d’ailleurs. Mais là, ligotée contre cette espèce de table, elle ne pouvait pas faire grand-chose. Mais que Widowmaker se prépare, car viendrait tôt ou tard un moment où Ana reprendrait le dessus. En attendant, elle fixa sa bourrelle dans les yeux alors que celle-ci caressa son visage, puis descendit subitement de son corps.

La tueuse s’approcha d’une console au mur et appuya sur un bouton. Ce qui eut pour effet de faire changer le décor ; plus précisément, Ana se rendit compte que le sol de la pièce était le plancher d’un ascenseur, et que bientôt, elle allait atterrir dans le bunker secret de Widowmaker. Ses yeux regardèrent à droite et à gauche. Elle ne vit que des murs métalliques, supportant des râteliers d’armes et gadgets. Elle était vraisemblablement dans le repaire secret d’Amélie. Comment se sortir d’ici ? C’était une excellente question. Mais il était sûr et certain qu’Ana n’allait pas se laisser faire bien longtemps. Cependant il fallait qu’elle commence à échafauder un plan car, il était clair qu’Amélie comptait lui retourner le cerveau. Elle ne savait pas la nature du matériel dont elle disposait ici ; si cela se trouvait, elle avait de quoi appliquer le même traitement qu’elle avait elle-même perçu.

Ana resta donc silencieuse tout en tentant de se débattre, jusqu’au moment où elle sentit des bras articulés l’extraire de sa table. Elle fut maintenue en l’air par des tentacules métalliques, au niveau de ses poignets et de ses chevilles. Amélie s’approcha d’elle puis lui déclara quelque chose qui faillit lui couter un crachat de la part d’Ana. Mais, cette dernière n’était pas ce genre de personne, et savait pertinemment dans quel état était la cervelle d’Amélie. La preuve fut qu’elle déclara être frustrée par sa condition d’hétérosexuelle quand elle était sous couverture et, qu’en réalité, elle était bisexuelle. « Je n’en crois pas un mot. » Lui rétorqua Ana d’une voix ferme et déterminée. Mais, cela n’allait pas la sauver car, juste après, une violente et déchirante douleur s’empara d’elle. Des arcs électriques parcoururent son corps de part en part, l’électrocutant juste assez pour provoquer la douleur sans endommager sa chair. Pendant quelques instants, Ana cru mourir à chaque seconde qui passait.

Son corps était en feu, elle avait l’impression de se faire immoler vif. L’électrocution fut atrocement douloureuse mais elle se retint de hurler de vive voix, préférant serrer des dents et gémir lourdement de douleur. Cependant Widowmaker mit fin au supplice ... Pour en démarrer un autre, d’une toute autre nature. Ana écarquilla ses yeux en voyant un tentacule en forme de phallus s’approcher et caresser son entrejambe. Elle hoqueta de surprise et de dégout mais, la caresse à la surface de sa fine culotte provoquait malgré elle des sensations. Elle serra ses poings et ses dents, rougissant contre son gré. Elle allait néanmoins devoir tempérer ses ardeurs et ne pas se défouler verbalement car, elle était consciente qu’à ce moment, c’était bien Amélie qui avait la main. Elle refreina sa colère et son dégout, luttant contre les caresses, avant qu’elle ne rouvrit ses yeux.

« Dégages-moi ces tentacules ... Hm ... Même dans ta démence, la Amélie que je connaissais aurait fait le travail elle-même ... » Dit-elle froidement, choisissant l’option la moins humiliante et désagréable. Et puis, en ayant Amélie à proximité, Ana pouvait encore avoir une chance de retourner la situation. C’était du moins ce qu’elle pensait. C’était du moins sans compter sur son corps, et sur les sensations qu’Amélie allait éveiller en lui.
Journalisée

Tags:
Pages: [1] 2
  Imprimer  
 
Aller à:  

Powered by SMF 1.1.20 | SMF © 2006-2007, Simple Machines
Awake and Dreaming - Le Grand Jeu
ChatBox