banniere
 
  Nouvelles:
Le Staff est toujours à la recherche de nouvelles recrues pour différents projets, comme la Gazette ou la promotion du forum !

Pour plus d'informations, c'est par ici !

Liens utiles: Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Cacher les avatars

Le Grand Jeu - Forum RPG

Bad langage Discrimination Drugs Sex Violence Gambling

Bonjour et bienvenue.

Ce forum présente des oeuvres littéraires au caractère explicite et/ou sensible. Pour ces raisons, il s'adresse à un public averti et est déconseillé aux moins de 18 ans. En consultant ce site, vous certifiez ne pas être choqué par la nature de son contenu et vous assumez l'entière responsabilité de votre navigation.

Bonne visite ! :)

Pages: [1]
  Imprimer  
Auteur Sujet: Harane vs Kiraki: Love and Crime  (Lu 304 fois)
Harane Saohran
E.S.P.er
-

Messages: 7



Voir le profil
Fiche
« le: Septembre 01, 2017, 06:30:25 »

C’était une journée comme les autres pour Harune, ce qui pourrait bien être une journée très active pour bien des gens étaient devenu un peu la routine pour elle. Le lycée, appeler le studio pendant ses pauses, passer son dîner avec différente personne de l’école, signer des contrats ou négocier avec un client entre deux cours, elle était toujours bien occuper et trouvait toujours quelque chose à faire.  Dans sa mentalité, elle considérait capitale d’être actif, énergique et avoir toujours une option de plus quand il vient le temps d’avoir une activité, pour s’assurer de ne jamais être inactif. Elle avait peur de développer de mauvaise habitudes, de ralentir son rythme ou pire encore, de prendre du poids! En-dehors du coté narcissique de la dame, gagner du poids était aussi très mauvais pour sa carrière criminel, sa lui donnait un effort supplémentaire pour changer son apparence d’avantage. Avec sa forme actuelle, elle était proche de beaucoup des personnes qu’elle voulait imiter, même si pour certaine elle devait déjà réduire la taille de son ventre.

Dans sa quête de toujours s’amuser, elle avait rencontré beaucoup de personne. Des étudiants, enseignant, employé dans des commerces, des acteurs et actrices, criminel, policier et encore plus encore. Certains étaient des amis, d’autre des rivaux, lui donnant donc plusieurs personnes avec qui interagir. Malheureusement, peu était actuellement capable d’obtenir son attention pendant très longtemps, la majorité étant trop ennuyant, sans ambition ou tout simplement incapable de tenir des discutions. Elle cherchait donc encore et toujours pour d’autre gens, agrandir son cercle de connaissance, à la recherche d’un petit quelque chose de particulier, elle était incapable de dire ce que c’était, mais il y avait définitivement une étincelle dans sa vie qui manquait, qu’elle devait trouver.

Elle avait trouvé un autre étudiant, beaux, mystérieux et élégant, à l’apparence rebelle mais très calme en même temps. Elle avait tenté d’obtenir le plus d’information sur lui tout en étant subtil, n’en parlant pas trop, demandant seulement à certaine personne de confiance, mais elle n’avait pas eu beaucoup de réponse.  Il ne semblait pas réellement connu, n’ayant pas beaucoup d’amis, du moins elle était incapable d’en trouver aisément.  Les jours précèdent celui-ci, elle avait tenter de l’observer aux lieux, de demander à des amis et amies de prêter attention pour savoir son itinéraire sans toutefois le suivre, simplement prendre note quand ils le croisaient. Elle n’avait aucune intention d’y aller trop loin, ne voulant pas qu’il réalise quoi que ce soit ou qu’il se sente mal à l’aise.

Aujourd’hui, elle mettait un terme  à cette situation ridicule. Elle était une grande fille, elle était une femme d’affaire, une manipulatrice et une très bonne amie, elle n’avait aucunement besoin de toute cette aide pour tout simplement avoir quelqu’un d’autre rejoindre son groupe d’amis. Elle n’avait jamais mit autant d’effort à avoir des informations sur quelqu’un, en dehors de pour ses crimes, elle avait vraiment voulu s’assurer d’être prête. Elle se sentait quasiment menacer par l’homme, comme si son style unique allait peut-être l’inviter à refuser Harune, qu’elle n’était peut-être pas le genre de personne que quelqu’un du genre voulait avoir prêt de lui. Elle était du goût de tout le monde, n’avais jamais vécue le refus pour ce genre de chose, mais il ne semblait pas être comme tout le monde, il était différent, dans son propre monde, une classe à part, tout comme elle.  Peut-être que ce n’était du bluff? Qu’il se donnait un style mais qu’en réalité il était comme les autres?  Il n’y avait qu’une seul façon de le savoir, d’aller le voir et de lui parler, comme deux personnes civilisées !

Elle approche donc dans le couloir, allant vers son casier. Elle tente de rester calme, de ne montrer aucun signe de stresse et d’avoir l’air naturel. Elle salut d’un geste de la main quelque personnes avant de se rendre au jeune homme.

Salut! J’espère ne pas te déranger?

Elle était tout sourire, comme un enfant qui allait voir un ami sur la cours d’école. Elle jouait de ses mains dans sa chevelure et semblait un peu hésitante, mais elle reprend la parole.

Je n’ai pas pu m’empêcher de réaliser que je ne te connaissais pas vraiment, même si tu me semble très sympathique. Je m’appelle Harune Saohran, peut-être que tu as entendue parler de moi? Le studio Saohran, la vente de costume personnalisée ou peut-être juste de l’élève un peu trop énergique?

Elle gardait son sourire et descend ses mains d’avantage vers le niveau de sa taille, gardant une posture un peu plus sérieuse et professionnel.

Si sa t’intéresse, tu pourrais me rejoindre pour dîner aujourd’hui? J’aimerais bien en apprendre un peu plus sur toi, je suis sûr qu’on pourrait devenir de bons amis!

Elle attend une réaction, en gardant son sourire le plus honnête. Certains pourraient dire qu’elle était vite en affaire, mais elle aimait faire sentir aux gens qu’elle était intéressée à leur parler et les connaître.
Journalisée
Kiraki
E.S.P.er
-

Messages: 23



Voir le profil
Fiche
« Répondre #1 le: Septembre 11, 2017, 12:29:26 »

Les journées pour Kiraki se voulait longue, très longue, interminable parfois même. Le lycée dans lequel il se trouvait était un grand complexe d'étude, avec beaucoup d'étudiants qui y passaient leurs journées. Certains appréciaient l'endroit car cela leurs permettait de voir et passer du temps avec leurs amis ou amies, d'autres pensaient que c'était leur avenir qui se jouait entre ces murs, et ce n'était pour eux qu'une préparation pour avoir plus tard un travail encore plus long et ennuyant, et d'autres encore y vont afin de pouvoir draguer, faire les fortes têtes, se montrer supérieur aux autres et au-dessus des règles, ce sont des idiots. Kiraki était là car il y était forcé, mais pas pour trouver un travail plus tard, il n'en aurait pas et vivrait autrement, pas non plus pour retrouver des amis, il était seul dans ce lycée et tout le monde le fuyait comme la peste, et encore moins pour causer du troubles au sein du lycée, c'est un rebelle oui mais qui n'enfreint que les règles qu'il juge stupide, harceler les autres et leurs pourrir la vie, que ce soit aux étudiants comme au personnel de l'école est quelque chose qui doit être interdit, notre liberté n'a pas à empiéter sur celle des autres.

Alors pourquoi Kiraki se trouve-t-il dans un lieu pareil ? Est-ce à cause de la pression de ses parents ? En partie, mais ils ne sont plus vraiment en mesure de le forcer à faire quoi que ce soit depuis qu'il à commencer à vivre seul. Non, ce qui le pousse à y retourner malgré tout est justement cette solitude. Les rues de la ville ne sont pas des lieux qui permettent de faire des rencontres, mais plutôt de se déplacer et d'aller à d'autres endroits, et c'est dans ces endroits là qu'on peut faire des rencontres et y retrouver des connaissances. Mais Kiraki ne peut aller dans aucun de ces lieux, il se ferait automatiquement repousser, son apparence comme son caractère mettant mal à l'aise les autres. Au moins, dans ce lycée, les élèves comme les professeurs ne pouvaient pas le repousser. Et il passait donc ses journées à observer les autres, à les regarder faire leurs petites vies en passant le plus loin possible de lui et faire comme s'il était entouré d'une barrière empêchant de s'approcher de lui, une cage de solitude où il n'est qu'une bête de foire. Il attendait chaque jour que quelqu'un le remarque et essaye enfin de s'approcher de lui. Il ne pouvait pas faire le premier pas, il ne peut forcer les gens à l'apprécier, et ne souhaite pas de relation basé sur la peur. Donc il restait là, de manière à ce que quelqu'un puisse peut-être un jour passer cette barrière, mais il se doutait que cette solitude ne se terminerait pas aussi simplement que ça.

Il observait beaucoup les élèves autour de lui, ceux qui passaient dans le couloir, ceux travaillant en classe, dire qu'il n'avait jamais fais d'approche était en partit un mensonge. Il s'était déjà mêlé à l'affaire d'autres personnes, des élèves se faisant harceler par un groupe de délinquant dans l'école, s'y prenant de manière suffisamment discrète pour que les professeurs et surveillants ne puissent rien y faire. Il avait déjà menacé ses personnes d'arrêter de s'en prendre aux autres, mais cela en venant souvent aux mains. Pour les délinquants, ils finissaient tous à l'infirmerie, voir à l’hôpital quand ça allait trop loin, pour lui cela finissait en heure de colle, le faisant passer pour le coupable, et pour la victime de harcèlement, il avait la paix maintenant, mais il prenant maintenant Kiraki pour un monstre qui cherchait juste la bagarre avec les plus forts du lycée. Mais il s'en fichait pas mal, s'ils n'arrivent pas à comprendre qu'il voulait juste les aider, c'est que ce ne sont pas les bonnes personnes pour être avec lui. Il ne demande pas à en avoir beaucoup, en fait une seule personne dans sa vie suffirait à totalement le libérer de cette solitude, il n'en demandait pas plus, mais il se refusait à devenir l'esclave ou l'objet d'une personne, cela devait être une amitié, ou plus. Car oui, si Kiraki voulait voir avoir quelqu'un qui s'intéresse à lui, il regardait quel personne pourrait être comme un frère pour lui, mais surtout il regardait les filles, il n'était pas insensible à leurs corps ou leurs charmes, et sentir l'amour que pourrait lui donner une femme le pousse encore plus à revenir en ce lieu.

Il en avait remarquer plusieurs déjà, des jolies, des gentilles, des douces, des battantes, des rebelles, des renfermés. Mais peu ressortait vraiment autant du lot que Harane Saohran. Il l'avait vu il y a plusieurs jours déjà, une sublime femme toujours très bien habillé, très gracieuse, un corps absolument magnifique aux courbes généreuses, toujours souriante et pleine de vie, incroyablement populaire, presque hyper-active tellement il la trouve toujours à faire trois choses en même temps, et pas seulement à l'école. Si lui n'était la pour aucune des raisons cités plus haut, elle était presque pour les trois en même temps, voir plus. En réalité, elle semblait son opposé, la personne la plus éloigné de lui qui soit sur cette terre. Mais cela venait aussi de la sensation qui provenait d'elle, elle n'était pas totalement humaine comme lui, elle semblait avoir des pouvoirs, mais il ne comprenait pas trop ce que c'était. Mais elle était encore plus inaccessible que les autres, impossible qu'elle ne cherche à rencontrer quelqu'un comme lui, des amis elle en avait déjà beaucoup et du temps à lui consacrer, elle ne devait certainement pas en avoir, il ne tenta donc rien envers elle.

Et pourtant, ce fut un matin comme les autres qui se lança alors que les regards sur lui pesaient toujours autant et qu'il se contenta juste de les ignorer, s'enfermant un peu plus dans sa bulle et renforçant cette barrière autour de lui. Mais alors qu'il ouvrit son casier, une voix proche lui parvint aux oreilles, beaucoup trop proche de ce qu'il en avait l'habitude.

Salut! J’espère ne pas te déranger?

Il s'arrêta net, alors que sa barrière venait de voler en éclat par un visage d'ange se trouvant juste à côté de lui. Il l'observa, Harane Saohran, la personne qu'il attendait le moins en ce jour, comme en aucun autre, et elle le regardait, c'est à lui qu'elle parlait. Il resta silencieux, sur ces gardes, jaugeant ses attentions mais il était impossible de lire de mauvaises intention sur sa bouille. Elle semblait un peu stresser et hésitante, la barrière n'avait pas dut être facile à passer, elle s'était peut-être forcer à venir le voir. Elle ne semblait pourtant pas le faire pousser par quelqu'un, elle était bien là de son propre chef. Kiraki ne répondit rien, la dévisageant et restant là à la transpercer de son regard qui donnait l'impression de mettre à nu votre âme. Mais elle ne fléchit pas et reprend la parole.

Je n’ai pas pu m’empêcher de réaliser que je ne te connaissais pas vraiment, même si tu me semble très sympathique. Je m’appelle Harane Saohran, peut-être que tu as entendue parler de moi? Le studio Saohran, la vente de costume personnalisée ou peut-être juste de l’élève un peu trop énergique?

Ne pas vraiment le connaître, c'est un euphémisme dans ce lycée tant tout le monde se trompe sur son compte. Mais au moins elle vient voir directement à la source et se forger son propre opinion sur qui il est, même si cela reste déstabilisant. Mais le mot qui le choqua le plus, c'est qu'il avait l'air sympathique. Personne n'avait jamais pensé ça de lui, et son look ne laissait vraiment pas paraître une quelconque tendresse ou sympathie. Cela lui mit la puce à l'oreille, mais il ne pouvait pas non plus affirmer quoi que ce soit, à près tout, il avait déjà essayé de faire des choses bien, il restait simplement solitaire, impossible de savoir sur quoi elle le juge. Et puis, s'il avait une chance, hors de question de la laisser passer. Il décida de rester lui-même face à elle, son comportement pouvait faire fuir, mais si c'était son cas, alors c'est que ce n'était pas la bonne personne, il ne serait pas quelqu'un d'autre.

Je ne me suis pas intéressé aux studios ou à la mode. L'élève énergique par contre, oui, je te connais et t'ai déjà vu, Harane.

Des paroles froides sans le vouloir, elles sont juste direct et ne donne que la vérité, il n'a jamais dit que cela ne l'intéresserais pas plus tard, et il n'a jamais dit qu'elle était "trop" énergique. Il n'en répondit toutefois pas plus, la laissant parler à son tour, alors qu'elle prenait une posture plus sérieuse et calme.

Si sa t’intéresse, tu pourrais me rejoindre pour dîner aujourd’hui? J’aimerais bien en apprendre un peu plus sur toi, je suis sûr qu’on pourrait devenir de bons amis!

Kiraki observait d'un rapide coup d’œil les autres, tout le monde les regardait presque choqué de la scène qui se passait sous leurs yeux. La populaire Harane qui ose s'approcher de quelqu'un comme Kiraki, c'était un fait presque impensable, mais il se contenta de les ignorer tant que tout le monde restait à sa place. Il approcha sa main d'elle et posa son doigt sur son front, déjà pour voir sa température, et se rendre compte si elle stresse beaucoup ou si elle fais ça contre son gré, mais aussi pour briser une règle qu'il n'aime pas, empêcher le contact physique, et lui montrer qu'il était spécial, il voulait voir sa réaction face à quelque chose de si étrange, et qui ne pouvait même pas être jugé, c'était tout bonnement neutre, mais brise cette barrière entre eux.

Je t'attendrais à la fin des cours. Appel moi simplement Kiraki. Et aussi, je veux en apprendre plus sur toi aussi.

Sur ces mots, il enleva son doigt et referma son casier, et il entreprit d'aller en cours, la laissant là pour l'instant, mais restant à l'écoute de savoir si elle avait quelque chose à répondre.
Journalisée

Tags:
Pages: [1]
  Imprimer  
 
Aller à:  

Powered by SMF 1.1.20 | SMF © 2006-2007, Simple Machines
Awake and Dreaming - Le Grand Jeu
ChatBox